Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre VI. Les conditions de l’assistance Marshall à la France

Texte intégral

1Les difficultés françaises de la fin de l’année 1947 étaient partagées par d’autres pays européens. Le discours du 5 juin 1947 du Secrétaire d’État, George C. Marshall, proposant une aide américaine à l’Europe inaugurait une autre politique. Le relèvement n’était pas possible avec les nouvelles organisations internationales récemment créées ou encore en construction. La France et la Grande-Bretagne préparèrent une réponse à Marshall pour accéder à l’aide américaine promise par le Secrétaire d’État. Mais les Européens durent s’organiser pour lui répondre en tenant compte des conditions implicites ou explicites imposées par le Congrès, l’administration et l’opinion publique américaines. En présence de ces conditions comment le gouvernement français et les services réagirent-ils ? Imposer des conditions ne paraît pas en soi inacceptable dans le cas d’une assistance. Mais il y a la manière de faire et les conséquences à long terme. Le lecteur a compris que l’accès à l’aide américaine était soumis à des conditions qui ont pu étonner, sinon choquer. Le premier choc fut celui de l’accord pour l’aide intérimaire en janvier 1948. L’aide Marshall à l’Europe s’accompagna d’un contrôle américain de l’utilisation de l’aide particulièrement efficace avec la création d’une administration spécifique : l’European Coopration Administration (ECA). Enfin à travers les péripéties de l’aide à la France, l’historien discerne l’image idéale que les États-Unis se font de la France. La bonne gouvernance américaine n’est pas forcément celle des Français. Des incompréhensions sont nées de ce choc culturel qui marquent peut-être encore les rapports franco-américains. De la négociation de l’été 1947 à la fin de l’aide en juillet 1951, les États-Unis ont modifié le visage de la France. Le prix était-il supportable ?

La quête du Graal

2L’accès à l’aide américaine après les déboires de 1946 et 1947 ressemblait à la quête délicate d’un objet précieux et lointain. Des conditions devaient être respectées : stabilité budgétaire, taux de change réaliste, unité économique des Européens, transparence de l’administration française, solidité politique. Toute cette problématique se trouvait dans l’accord franco-américain du 28 juin 1948 qui faisait entrer la France dans le plan Marshall.

L’offre et la réponse

  • 1 B Amérique 1944-1952, États-Unis 163, « Discours de Marshall du 28 avril ». H. Bonnet. 1er mai 1947 (...)
  • 2 FRUS III, 1947, Mémorandum by Mr C. Tyler Wood, special assistant to the Assistant Secretary of Sta (...)
  • 3 FRUS III, 1947, France, 851.00/4-347 The ambassador in France (Caffery) to the Secretary of State, (...)

3Le Secrétaire d’État, George C. Marshall, à son retour de la conférence des ministres des Affaires étrangères de Moscou, en avril 1947, laissa entendre que les États-Unis s’apprêtaient à agir en faveur de l’Europe : « Le malade s’affaiblit de plus en plus, pendant que les médecins délibèrent... 11 faut sans tarder prendre toutes les mesures possibles1... ». Le State-War-Navy coordinqting Committee (SWNCC), à la demande d’Acheson, sous-secrétaire d’État, avait déjà réfléchi à une aide à la Grèce et à la Turquie. La France entra bientôt dans la situation des critical areas en raison de considérations politiques et militaires2. André Philip, ministre socialiste, annonçait à l’ambassade américaine de Paris, le 3 avril 1947, l’intention des socialistes d’expulser les communistes du gouvernement3. Le rapport du SWNCC du 21 avril 1947 évoquait la défense de la liberté contre le totalitarisme. Il révélait aussi la sensibilité de l’administration américaine aux difficultés européennes de paiements internationaux. Les États-Unis avaient intérêt à financer les achats étrangers sur leur marché, sinon les pays étrangers s’enfonceraient dans une dépression dramatique pour les États-Unis eux-mêmes. Marshall demanda donc à Kennan, le 27 avril, de prendre la direction d’un Policy Planning Staff (PPS) destiné à élaborer un plan de redressement en Europe. Dean Acheson reçut le feu vert de Marshall pour prononcer un discours le 8 mai 1947 devant le Delta Council à Cleveland (Mississippi), dans lequel il expliqua que le monde avait besoin de 16 milliards $ d’importations américaines et qu’il ne pouvait en payer que 8. Truman appela ce discours, le prologue du plan Marshall.

  • 4 FRUS III, 1947, 840.50 Recovery/5-2347, the director of the Policy Planning Staff (Kennan) to the U (...)
  • 5 Entretien David Bruce et Georgette Elgey, 12 octobre 1967, archives privées de Georgette Elgey.
  • 6 FRUSIII. 1947, 840.50 Recovery/5-2747 Mémorandum by the Under Secretary of State for Economie Affai (...)

4Kennan pariait sur la revitalisation des économies européennes à l’initiative des gouvernements européens avec le soutien des États-Unis. L’aide américaine, d’après Kennan, devrait aller seulement à l’Europe de l’ouest. Il distinguait les problèmes du court terme et du long terme4. La France n’était pas nommée, à la différence de l’Allemagne et de l’Italie. Dans son esprit, l’Europe orientale était déjà perdue. Il ajouta que si les Européens ne prenaient pas leurs responsabilités, cela signifiait que la rigor mortis avait saisi le corps politique de l’Europe. Un autre grand acteur de la période, David Bruce, ancien ambassadeur des États-Unis en France, résuma plus tard l’état d’esprit des Américains : « Vers 1946-1947 nous avons pensé que les Russes étaient décidés à établir des gouvernements communistes. Nous avons eu peur pour la France et l’Italie. Nous avons conservé cette peur et nous n’avions pas tort5 ». Les Américains souhaitaient donc rétablir démocratie et richesse en Europe. William Clayton, secrétaire d’État adjoint chargé des Affaires économiques, préconisa une aide d’urgence de 5 milliards $, à moins de risquer une révolution6. Le discours du Secrétaire d’État Marshall du 5 juin 1947 avait donc été longuement préparé, même si, plaisamment, Marshall avait dit qu’il ferait quelques remarques sur l’honneur qu’on lui faisait d’être accueilli à Harvard, « et peut-être un petit peu plus » !

  • 7 Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et cl espérance, l’Alliance atlantique. 1946-1950, Pion, p. 13 (...)
  • 8 Combat, 15 mai 1947.
  • 9 CE 44 télégramme Bonnet, H.B. 27 mai 1947, n° 1791, à diplomatie, « Conversations avec Foster Dulle (...)
  • 10 CE 44, 3 juin 1947, D.G. (du Quai d’Orsay). « Projet d’instructions à M. Bonnet ».

5Les Français n’avaient eu aucune part à la conception du projet Marshall. Pour autant ils étaient conscients que des projets d’aide étaient à l’étude. Ils notèrent l’importance du discours d’Acheson du 8 mai. A la suite de ce discours, Léon Blum popularisa le terme de prêt-bail de la paix. Il imaginait, qu’un jour, il faudrait en venir aux États-Unis d’Europe7. Il doutait que les États-Unis veuillent aider tous les États européens. Raymond Aron au contraire parla de rumeurs plus ou moins fantaisistes sur un vaste plan de prêt-bail de la paix8. Henri Bonnet, l’ambassadeur de France à Washington, avertit au passage que la politique allemande de la France devrait changer. John Foster Dulles, conseiller au Département d’État, confirma qu’un plan d’aide exigerait des Européens un programme de répartition du charbon, de division du travail et de revitalisation de l’économie des États allemands9. Le 3 juin, deux jours avant le discours, le Quai d’Orsay prit les devants et indiqua à Bonnet que la France aurait besoin de 800 millions S par an pendant 3 ans10.

  • 11 CE 44, H. Bonnet, 9 juin 1947, à G. Bidault, « a/s reconstruction européenne ».
  • 12 FRUS III, 1947, London, June 16, 1947, 5 pm. The chargé in the United Kingdom (Gallman) to the Secr (...)
  • 13 CE 44, Massigli, 16 juin 1947, 17h 45. CE 44 Hervé Alphand, 18 juin 1947, « Note pour les conversat (...)
  • 14 AMF 14/1/3 et 1/4, « Mémorandum de Jean Monnet à Georges Bidault sur la conférence de Paris sur les (...)

6Deux jours après le discours du 5 juin, le ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault, approuvait officiellement les vues américaines sur une « politique de reconstruction européenne ». Les autorités américaines commençaient à chercher l’homme du programme européen de reconstruction et pensaient à Jean Monnet11. Bientôt courut le bruit, d’origine britannique, qu’un plan Monnet anglo-français pour l’Europe allait être établi12. Ernest Bevin, le secrétaire au Foreign Office, acceptait de travailler avec les Français sur le relèvement européen. Il convenait de répondre à Marshall. Bidault insista sur la présence de l’URSS pour des raisons de politique intérieure13. Les Russes acceptèrent de se rendre à Paris début juillet. Mais Molotov déclara qu’il défendrait la souveraineté des États européens contre l’emprise américaine et anglo-française sur l’Europe ! La coopération anglo-franco-soviétique échoua début juillet 1947. L’aide Marshall irait donc aux seuls États d’Europe occidentale à condition que l’Europe sache s’organiser. Français et Britanniques acceptèrent l’exigence américaine de coopération que les Russes refusaient. La peur d’être « endiguée » poussa l’URSS à la faute, estima Monnet14. Les Américains venaient de gagner une importante bataille d’opinion, car Molotov était dans son tort aux yeux des opinions publiques.

  • 15 457 AP 20, 12 juillet 1947, « Discours de Bidault à la CCEE ».

7Les Anglais et les Français convoquèrent à Paris une conférence des pays européens pour élaborer un programme de relèvement. La conférence des Seize s’ouvrit à Paris le 12 juillet. France et Grande-Bretagne y accueillirent les représentants de l’Islande, Norvège, Suède, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Irlande, Autriche, Suisse, Italie, Portugal, Grèce, et Turquie. L’Europe orientale, invitée, avait été contrainte de refuser sous la pression de Moscou. Cette coupure en deux de l’Europe n’était pas une condition de l’aide, mais une conséquence des tensions entre Russes et Anglo-Saxons depuis deux ans. Elle donna une coloration anti-soviétique au plan Marshall. Bidault regretta la coupure. Il exposa l’état de pénurie en Europe et souligna la nécessité de limiter au strict nécessaire la contribution américaine15. La conférence se sépara le 17 juillet après avoir créé un Comité de Coopération Économique Européenne (CCEE) chargé d’élaborer un Programme de relèvement européen sur 4 ans pour le présenter aux Américains. Le comité était présidé par Sir Oliver Frank, son secrétaire général était Claude Bouchinet-Serreulles. En outre Hervé Alphand avait la charge de rédiger le rapport général.

  • 16 CE 44, DAEF, « Note 30 juillet 1947, a/s comité de coopération économique européenne ».
  • 17 457 AP 20. DAEF, « Conversations Bidault-Clayton », 9 juillet 1947. Bidault en fait part à la commi (...)
  • 18 CE 44, H. Bonnet 1442, DGE à G. B. 7 juillet 1947, « a/s du plan Marshall ».
  • 19 CE 44, 10 juillet 1947, Renseignement, service 259. 5, 10 juillet 472-PA, 9 juillet 1947, valeur B/ (...)

8Bien entendu, des problèmes surgirent immédiatement. La France, très sensible à sa sécurité, veillait à interdire le relèvement allemand. A son initiative, la conférence décida que l’économie allemande n’était pas autorisée à se développer « au détriment des autres pays européens », mais qu’elle était encouragée à « s’intégrer dans l’économie européenne ». La question de la convertibilité des monnaies européennes entre elles prit rapidement une place considérable, car comment commercer sans libération des échanges ni libre convertibilité16 ? Cette conférence fut décevante pour l’unité européenne, ardemment souhaitée par les États-Unis. Pour eux, l’unité passait par la coopération entre la France et l’Allemagne et se limitait à l’Ouest17. Le Congrès était décidé à n’accorder d’aide qu’aux seuls pays européens révisant leur collaboration avec l’URSS et renforçant leurs relations avec l’Allemagne18. La France était donc avertie. Les Américains n’entendaient nullement influencer la vie politique intérieure des États européens, mais distinction subtile, « ils estimaient de leur devoir de s’en inquiéter19 ».

Les conditions de l’aide

  • 20 Marcel Marantz, Le plan Marshall succès ou faillite ?, Marcel Rivière et cie, Paris 1950, préface d (...)
  • 21 457 AP 20. Polycopié jaune, DAEF, 2 août 1947. DG, Alphand, « Note pour le Président », 4 pp.

9Une première condition portait sur l’unité économique. Clayton exigea « un élargissement des frontières économiques par l’établissement d’une union douanière ». Le quart du Congrès avait sillonné l’Europe et avait découvert un monde étrange qui ne voulait pas s’unir20. Devant l’insistance de Clayton, Alphand fit une proposition d’union douanière européenne, comme s’il fallait « parler » européen pour sauver l’aide américaine à l’Europe21. Seule l’Italie répondit à l’offre française. Les Français attendaient le Benelux !

  • 22 457 AP 20, Ministère des Affaires étrangères, H. A., DAEF, DG, 11 septembre 1947, « Note ».
  • 23 CE 46, SDECE, 15 septembre 1947, source orchidée, 9 septembre 1947, n° 2489-5D. AMF 14/1/14, « Entr (...)

10D’autres conditions apparurent : stabilisation financière intérieure, exécution stricte des programmes annoncés, distinction entre programme de ravitaillement et d’équipement, création d’une organisation européenne permanente22. Les Américains n’étaient pas d’accord avec le chiffre du déficit de la balance des comptes retenu par les Européens : 29 milliards $ sur 4 ans. Ils exigèrent que le rapport soit modifié23. Bidault protesta. Or même modifié, le rapport du 22 septembre ne satisfit pas les Américains qui invitèrent les Européens à le renégocier à Washington. Des compromis furent difficilement passés. L’objectif d’une augmentation de la production agricole et industrielle était acquis. La lutte contre l’inflation serait prioritaire. A terme, les gouvernements s’engageaient à rétablir la convertibilité de leurs monnaies. Les Seize promettaient de créer immédiatement une organisation commune pour la coopération inter-européenne.

  • 24 CE 46, Bonnet. d’Alphand, 10 octobre 1947, 22 h 10, 3013-16. On trouve un compte rendu des réunions (...)
  • 25 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, Laffont, 1986 , p. 189. note 1.
  • 26 CE 46, 457 AP 20, B 33689, Washington, Alphand, 20 octobre 1947, 19 h 35, 3142-149.
  • 27 CE 46, Bonnet 25 octobre 1947, 20 h 30, 3242-46.
  • 28 CE 46, Bonnet, 28 octobre 1947. 19 heures, 3260-261, 457 AP 20, p. 34, « Aide-mémoire, 28 octobre 1 (...)
  • 29 CE 46, Washington, Bonnet, Alphand, 4 novembre 1947, 22 h 35, 3338-44, ; 4 AU 23, Dr5, sdr b, « Aid (...)

11La négociation fut pénible, inquisitoriale. Les Français durent exposer tout leur système économique, social et bancaire et présenter leurs programmes d’importation et d’exportation24. Des achats de produits agricoles américains excédentaires étaient proposés voire imposés aux Européens, tandis que l’exportation de produits rares était limitée : acier, blé, wagons25. Les experts américains s’enquirent des possibilités d’investissements des compagnies pétrolières Shell et AOIC dans les territoires français. Les Seize définirent un objectif de croissance économique qui générait un déficit prévisionnel de la balance des paiements avec la zone dollar de 22,4 milliards $. Les experts américains en admirent le bien-fondé, mais le réduisirent en raison des difficultés américaines à satisfaire certains postes d’importation : grains, acier, ferrailles, tracteurs, wagons, engrais azotés. L’aide oscillerait entre 14 et 20 milliards $ sur 4 ans. Le Congrès souhaitait contrôler l’utilisation de la contre-valeur de l’aide. Des vues « évidemment inacceptables » précisa Alphand. Mais aussitôt il indiqua que les Européens pourraient prendre préalablement des engagements sur son usage26. Harriman, le futur responsable de l’ECA Europe, réunit les délégués européens pour leur dire que la coupure de l’Europe avait ouvert « une phase nouvelle de l’histoire du monde ». Il fallait comprendre que le plan Marshall aurait deux objectifs : la reconstruction économique, mais aussi la défense d’une « certaine forme de civilisation qui nous est commune27 ». Les rapports et télégrammes ne signalèrent pas de commentaires chez les Européens, ce qui valait approbation. La délégation française résuma les positions européennes sur le montant de l’aide (22,4 milliards $), sa durée (4 ans), les formes (aide en dollars plus qu’en marchandises). Les Américains étaient invités à modérer leurs exigences sur l’usage de la contrevaleur : « Tous ceux qui au cours des derniers mois n’ont cessé de combattre le soi-disant plan Marshall et se sont promis par tous les moyens d’en provoquer l’échec chercheront à démontrer que l’existence de ces fonds est susceptible de conférer aux États-Unis des pouvoirs considérables portant atteinte à l’indépendance des États européens intéressés28 ». En réponse, le Département d’État et la Trésorerie américaine exigèrent un Programme de Reconstruction Européenne (PRE) fondé sur la stabilisation intérieure. Ils promettaient de ne pas intervenir dans le « contrôle économique et financier que chaque gouvernement européen doit exercer souverainement à l’intérieur de ses frontières29 ». Les Européens avaient réussi à écarter les risques d’une tutelle excessive sur leurs économies. Mais le Congrès suivrait-il ?

L’aide intérimaire, première application

  • 30 Y I. 1944-1949, 229. Bonnet, 12 décembre 1947, 3788-93, sur le manque de confiance des Américains. (...)
  • 31 Y I. 1944-1949, 228, Bonnet, 20 novembre 1947, 21 h 20, 3549-51.
  • 32 Vincent Auriol, Journal du Septennat. 1947, p. 649, 30 décembre 1947.

12L’opportunité d’appliquer ces dispositions se présenta avec l’aide intérimaire fin 1947. Les Américains imposèrent tout d’abord la publicité de l’aide et la liberté d’enquête de la presse en France. Il y avait plus important. Un amendement à la loi d’aide précisait que l’aide serait suspendue si le pays aidé tombait « sous l’influence du communisme ou de l’URSS », ou si des communistes distribuaient l’aide. Les Français refusèrent de s’engager sur ces dispositions outrageantes. Marshall insista auprès de Dulles et de Vandenberg, pour ne pas faire apparaître la France comme une « colonie américaine30 ». Les Américains réclamaient avec force la stabilisation des prix en Europe. Les déblocages de contre-valeur risquaient de se produire uniquement après satisfaction de cet objectif. Les Français dirent qu’ils souhaitaient affecter la contre-valeur au plan de modernisation31. L’engagement fut finalement pris d’utiliser la contre-valeur pour résorber la dette publique et stabiliser la monnaie ou « à telle autre fin à convenir entre les deux gouvernements ». Cette phrase sibylline ouvrit la possibilité de négocier l’usage de la contre-valeur. Bidault déclara tout de même en Conseil des ministres le 30 décembre, l’accord « inacceptable », car il heurterait l’opinion française32. Mais il fut signé sur ces bases le 2 janvier 1948.

Le plan Mayer, le signe d’une France rénovée

  • 33 « Interview de Guillaume Guindey » par un groupe d’historiens de Nanterre, Paris X, p. 18-19, dacty (...)
  • 34 CE 44, « Note H. Alphand », 28 juin 1947, secret. 457 AP 20, H.A., Ministère des Affaires étrangère (...)
  • 35 AMF 17/1/18, « Audition de M. Jean Monnet, CGP, par la commission de la Production Industrielle de (...)

13La stabilisation financière était une condition de l’aide américaine. Les États-Unis voulaient des États européens sains, menant des politiques macro-économiques équilibrées. Le dirigisme, l’inflation, les déficits budgétaires, le protectionnisme, les taux de change discriminatoires, les subventions d’État étaient pourchassés. Hélas ! la France ne répondait pas à la définition américaine de la santé économique et sociale. Comme par enchantement le gouvernement français prit des mesures d’assainissement en juin et en décembre 1947 et il procéda à un réalignement du franc en janvier 1948. Ces mesures de stabilisation répondaient-elles à la pression américaine ? Le 20 juin 1947, un projet financier, adopté par l’Assemblée nationale, augmenta de 25 % l’impôt de solidarité d’août 1945. Le budget bénéficia de 125 milliards F supplémentaires. Ce « cinquième quart » fut affecté à la reconstruction et à l’équipement. Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures, en revendiquait la paternité. Il avait préconisé une plus grande rigueur budgétaire et monétaire à son ministre, Robert Schuman, qui « leva les bras au ciel33 ». Ce premier assainissement ne devait rien aux Américains. Il relevait du simple bon sens. Clayton insista encore : « Le Congrès ne sera convaincu que si, en même temps, chacun des pays bénéficiaires présente un programme d’assainissement et de stabilisation intérieure ». Alphand traduisit pour Ramadier : « C’est certainement dans un sens libéral et par une économie donnant plus de place à l’initiative privée que la France peut retrouver sa prospérité34 ». L’assainissement financier intérieur, prôné par le gouvernement Ramadier, tenté partiellement fin juin par Robert Schuman, devint un objectif cardinal à la lumière de l’aide américaine35.

  • 36 Vincent Auriol, Journal 1947 ; octobre, note 1. 52 J 67, « Monnet au Président du Conseil », 8 sept (...)
  • 37 Vincent Auriol, Journal 1947p. 464-465 et note 22 octobre, 8 octobre 1947.
  • 38 363 AP 7, AMF 12/1/7, « Premier mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation (...)
  • 39 AMF 10/l/6a, « Rapport de la sous-commission des investissements, octobre 1947 ? ; AMF 10/1/8, nove (...)
  • 40 AMF 10/1 /9a, Jean Monnet au président du Conseil et au ministère des Affaires étrangères et des Fi (...)

14Monnet demanda l’autorisation de préparer un programme de stabilisation économique et financière. Le 8 septembre 1947 il remit à Paul Ramadier un mémorandum sur la stabilisation et le convainquit d’y donner suite. Une commission fut chargée de préparer un plan de stabilisation pour le 1er novembre 194736. Ainsi naquit la Commission du bilan national que Pierre Uri, Paul Delouvrier et J. P. Delcourt animèrent. Ramadier réintroduisit le budget extraordinaire dans le budget ordinaire de l’État et réduisit les dépenses militaires d’équipements et de reconstruction37. La Commission avait fait sentir que les charges de la France étaient trop lourdes et qu’il fallait consommer moins, mais aussi réduire le programme d’investissements38. Les investissements publics et privés et les crédits pour la reconstruction passèrent de 943 milliards F à 835 milliards F39. Le rapport fit apparaître un écart inflationniste général de 365 milliards de francs pour l’année 194840. Mais Ramadier tardait à prendre des décisions. Le pays tombait dans l’agitation sociale, les grèves.

  • 41 François Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé pour le colloque FNSP, l (...)
  • 42 Interview de Guillaume Guindey par A. Mares et G. Bossuat, mai 1985, Bulletin de I Institut Pierre (...)
  • 43 457 AP 79, Bonnet Washington, 1er février 1948, 21 h 45, 476-477. 457 AP 21, Washington. 28 janvier (...)

15Lorsque Robert Schuman et René Mayer purent agir après les grèves de décembre 1947, ils s’appuyèrent sur ce rapport. Le nouveau président du Conseil, Robert Schuman, lança un appel à la lutte contre l’inflation. René Mayer prit la décision de relever les prix de certains produits de base, de créer trois secteurs de prix (taxés, contrôlés, libres). Il institua aussi un prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation de 150 milliards F et lança un emprunt41. Ces mesures furent bien accueillies par les Américains. En réalité, les hommes de la Troisième Force n’étaient pas allés à l’ambassade des États-Unis chercher leurs ordres42. Si rien ne dit que les conseils américains ont provoqué les mesures d’assainissement de Mayer, tout indique que sans la stabilisation, l’aide américaine eût été plus difficile à obtenir. Ces mesures passèrent plus difficilement à l’Assemblée nationale en janvier 1948. Le plan Mayer comportait une dévaluation du franc qui facilitait la reprise des exportations françaises. Mayer créa un marché libre des devises et de l’or à côté du marché officiel. Ces projets firent sursauter les Britanniques. La Trésorerie britannique et la Banque d’Angleterre considéraient que le marché libre du $ mettrait en évidence la « vanité du cross-rate officiel » £/$. Aussi Cripps refusa-t-il son accord pour un double marché des changes à Paris. Le gouvernement décida de passer outre non sans appréhension. Mais le Département d’État redressa le moral des Français43.

16Le 25 janvier le taux de change passait de 119,10 F à 214,30 F pour un dollar, et à 864 F la £. Mais le dollar était déjà côté 305 F sur le marché libre. La réforme Mayer avait bien disposé les Américains à l’égard de la France.

Le choc de l’accord bilatéral du 28 juin 1948

  • 44 CE 48, F 12 10323, Bonnet, 2099-109, 15 mai 1948, 20 h, 147 DET, « Remarque sur le projet d’accord (...)
  • 45 CE 48. 18 mai 1948, Bonnet à G. Bidault, « a/s déclaration de Paul Hoffman ». En marge remarque d’u (...)

17Pour accéder au plan Marshall il fallut signer un nouvel accord bilatéral. L’administration américaine soumit aux Européens, le 12 mai 1948, un accord type immédiatement déchiré par les Français. L’accord comportait des conditions draconiennes et choquantes. Les négociations franco-américaines furent parfois au bord de la rupture pour ces raisons. Le projet américain tentait d’engager les gouvernements participants à adopter une « politique de crédit appropriée », de s’accorder mutuellement la clause de la nation la plus favorisée, disposition retenue dans la loi d’aide votée par le Congrès, de garantir la liberté de transfert des bénéfices des investissements américains privés en France, et de calculer les taux de change selon les valeurs déposées au FMI. Le gouvernement français devait entrer en consultation avec le FMI. Si le gouvernement américain jugeait que les taux de change français augmentaient le prix de l’aide américaine44. Paul Hoffman, administrateur de l’ERP, s’en prit aux nationalisations45. La France était donc invitée par ce premier projet à aligner sa législation commerciale, fiscale, monétaire, économique, sociale sur celle des États-Unis. Le projet du Département d’État contenait des dispositions générales sans rapport direct avec le programme de relèvement européen. Alphand, abasourdi, craignit les conséquences politiques d’une divulgation du projet d’accord bilatéral.

  • 46 CE 48, 363 AP 8, p. 41/59, 457 AP 22, DAEF, 7 juin 1948, VL, « Points sur lesquels le projet améric (...)
  • 47 CE 48, JPB, à ambassade de France, Buenos-Ayres, 12 juin 1948, 398-404.
  • 48 453 AP 22, CE 48, 363 AP 8, DAEF, JPB, 17 juin 1948, à Washington, 2897-911, ou 14 DET, « Accord bi (...)
  • 49 457 AP 22, CE 48, DAEF, à Washington 2953-58, 18 juin 1948, « Réunion du Conseil des ministres rest (...)
  • 50 457 AP 22, CE 48, Washington, 18 j u in 1948, 1 h 30, 2627-33.
  • 51 457 AP 22, CE 48, VL, Coopération économique, DAEF, 2 juillet 1948, art. V, « Accord sur l’accès au (...)

18Le Quai d’Orsay aurait préféré un accord bilatéral général, se référant explicitement aux engagements pris par les Seize Européens plutôt qu’à la loi américaine46. Il acceptait la stabilisation économique et financière et un accord sur le programme d’investissements majeurs pour lequel l’aide était requise. Il acceptait aussi, en échange de l’aide, de livrer aux États-Unis des produits rares et de permettre les investissements américains pour augmenter cette production, mais dans le respect de la législation nationale. Il repoussait la clause de faveur commerciale pour l’Allemagne, le Japon et la Corée, et toute remise en cause de la souveraineté monétaire. Pouvait-on discuter ? Les Américains acceptèrent que la clause de la nation la plus favorisée soit accordée temporairement à l’Allemagne, au Japon et à la Corée. Les Français cherchèrent à disposer librement des dollars de l’aide pour des achats hors du territoire américain (offshore). Les Américains se couvrirent par une clause de prix d’achat raisonnables47. Les Français firent ajouter au droit d’accès des Américains aux produits rares la notion de satisfaction des besoins des pays européens. Mais ils étaient intéressés par le concours technique américain pour le développement des productions nouvelles. Ils refusèrent d’accorder le statut diplomatique à tous les fonctionnaires américains de l’administration du plan Marshall en France (ECA). Ils rejetèrent le projet d’arbitrage international48. En cas de litige, les Français auraient été contraints d’aller devant la Cour internationale de justice, mais pas les Américains ! Le Conseil des ministres demanda d’insérer une clause de prudence bien pratique : « chaque fois que cela sera possible49 ». Les négociateurs américains se butèrent le 17 juin lors d’une réunion qui dura 8 heures50. William Thorp essaya d’inscrire la suppression des obstacles aux échanges. Or les Américains considéraient que les nationalisations et les monopoles publics nuisaient aux échanges. L’obligation faite par la loi américaine de transporter 50 % de l’aide sous pavillon américain était le « fait du prince », mais la flotte française n’était pas capable avant longtemps de transporter plus de 40 % du trafic transatlantique français51. Les Américains exerçaient une pression évidente en indiquant que l’aide provisoire ERP 1 (avril-juin) cesserait au 3 juillet 1948 en cas de non signature de l’accord bilatéral.

  • 52 363 AP 8, 457 AP 22, CE 48, Washington, 22 juin 1948, 23 h 10, 2735-46, « Discussions avec Thorp et (...)
  • 53 457 AP 22, CE 48, PB, 23 juin 1948, 3021-23, 0 h 30, à ambassade de France Washington.
  • 54 457 AP 22, CE 48, Bidault à Washington, 3053, 26 juin 1948, « Accord bilatéral ».
  • 55 457 AP 22, G. Guindey, 28 juin 1948, « Note pour le ministre ».

19Une concertation entre les Britanniques, les Français et les Américains à Washington débloqua la négociation. Thorp accepta la clause de prudence pour l’accès aux ressources rares. Les gouvernements européens seraient seuls juges des mesures de stabilisation financière et de change. Les Britanniques acceptèrent la clause de faveur envers l’Allemagne à condition de pouvoir établir une taxe sur les importations allemandes en cas de dumping reconnu52. Les négociateurs américains acceptèrent l’égalité de traitement en cas d’arbitrage international53. Isolé sur l’Allemagne, le gouvernement français se rallia à la position britannique. Le 26 juin, il accepta l’accord, à l’exclusion de la clause de la nation la plus favorisée pour le Japon54. Thorp accepta de ne plus mentionner le Japon et la Corée, mais il tint bon sur l’Allemagne. Le jour même de la signature, la Trésorerie américaine contesta encore la validité de la législation française sur les taux de change. Guillaume Guindey et Hervé Alphand se déclarèrent pourtant prêts à accepter l’accord55. L’accord bilatéral franco-américain fut signé le 28 juin 1948. Bidault déclara devant l’Assemblée nationale : « nous avons besoin des États-Unis pour nous passer d’eux ». Humiliés parce qu’assistés, les Français sombraient dans la nostalgie de la grandeur passée. Ils étaient sensibles aux rumeurs de mystérieuses conspirations contre la souveraineté nationale, comme l’extrême gauche se plaisait à le dire. Le gouvernement rappela à l’opinion publique que l’aide rendait possible l’effort français de modernisation, gage de l’indépendance nationale future. L’intégration de l’Allemagne dans le plan Marshall inquiétait. Cependant l’accord n’impliquait pas directement des contrôles américains sur la planification mais des discussions sur l’affectation des dollars de l’aide et des francs de la contre-valeur aux projets du gouvernement français. Le champ de la future négociation était balisé puisque la contre-valeur était affectée par principe aux dépenses de modernisation et de stabilisation (article 4a 6, alinéa a et c). L’accord ouvrait indéniablement la France à l’influence américaine par les transferts de marchandises, de technologies, voire de biens culturels américains et par le droit de conseils. Restait à savoir jusqu’où irait cette influence, qui la subirait ou la rechercherait ? Il facilitait l’osmose des capitalismes américain et français. Il fragilisait forcément le dirigisme des gouvernements. La France ne serait plus la même. Mais l’accord ne livrait pas la France aux appétits du capitalisme américain. Le sens de la dignité et de l’État était très fort chez les hauts fonctionnaires et les hommes politiques, y compris chez ceux qui inclinaient vers les États-Unis. Les manières américaines choquèrent ; mais les Français, au faîte de leur puissance financière avant la guerre de 1914, n’avaient-ils pas procédé de cette façon ? Aux Français désormais d’utiliser sans faiblesse un accord qui ouvrait des crédits limités mais réels, pour faire de la France une nation moderne, industrielle et commercialement performante. Le débat de ratification devant l’Assemblée nationale fut difficile. Les députés devaient se prononcer en toute urgence sur la convention d’adhésion de la France à la Cour internationale de justice du 18 février 1947, la convention de coopération économique européenne du 16 avril 1948 et l’accord bilatéral du 28 juin 1948. Le débat, trop long à rapporter ici, conduisit Bidault à dire que « la noix a été dure à avaler ». Le vote en faveur de l’OECE fut acquis le 7 juillet 1948 par 410 voix contre 183, celui sur l’accord bilatéral par 336 voix contre 183. Le programme ERP, effectivement stoppé le 3 juillet, put reprendre.

La machine du contrôle américain en France

20Le contrôle américain de l’utilisation de l’aide était une obligation de la loi d’aide. L’ECA envoya des missions dans les pays européens pour procéder à ce contrôle. Les événements internationaux durcirent ces contrôles. Mais les relations entre Français et Américains dépendirent surtout des personnalités en charge des dossiers. Le gouvernement français sut mettre un terme à certaines dérives.

La curiosité de l’ECA – France

  • 56 F 60 ter 508, DGD, 30 novembre 1948, à SGCI.
  • 57 F 60, SGCI à DGD, 17 décembre 1949, n° 1711, et DGD à SGCI, 14 janvier 1950.
  • 58 F 60 ter 351 SGCI 1116, 28 juillet 1949, PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 4 janvier 1950, n° 1765, « N (...)

21Les contrôles d’utilisation de l’aide avaient été prévus par les accords bilatéraux. Les Américains refusèrent le contrôle par l’OECE. Les Français firent donc l’expérience de « nos amis américains » sur le terrain, comme dit un haut fonctionnaire français réellement admiratif. L’ECA avait chargé par contrat une société privée, la Société Générale de Surveillance, de contrôler le bon arrivage des cargaisons. Les Douanes françaises lui refusèrent leur concours, craignant l’espionnage56 ! La société fut remplacée en juin 1950 par Edward. T. Robertson and Sons, à l’égard de laquelle les Douanes ne firent plus d’objections, l’habitude aidant sans doute57. Le contrôle américain en France et en Afrique française, dans les ports et dans les entreprises ou les administrations d’État était impérieux. Le lecteur doit savoir que l’ECA tenait un compte très précis des cargaisons débarquées en France. Quand des manquements étaient constatés, une enquête était ouverte. Le SGCI faisait sa propre police pour éviter les interventions toujours gênantes de l’ECA58. Des livraisons ERP durent être remboursées quand l’ECA les déclarait non conformes aux buts du plan Marshall : avions de tourisme, réfrigérateurs, coton de mauvaise qualité, tracteurs surfacturés, essence utilisée par l’armée, etc. Le contrôleur de l’ECA, Patterson, manifesta un zèle qui honorait sa fonction. L’ECA procéda à des visites mal acceptées d’entreprises qui utilisaient les produits Marshall. Dans l’ensemble Patterson dut convenir que l’aide américaine en France servait l’effort de reconstruction et de modernisation. Ce contrôleur américain avait-il des ordres pour tenir en haleine les Français sur toutes les affaires ERP ? Comprenait-il les rouages de l’administration française ? On en douterait à le voir s’étonner que le destinataire de moteurs achetés par Air France soit le Secrétariat d’État des Forces armées Air, qui exerçait la tutelle sur la compagnie nationale ! Car au-delà des contrôles pénibles mais normaux de bonne utilisation de l’aide américaine, l’ECA s’insinuait parfois dans l’administration française et s’arrogeait le droit de conseiller.

  • 59 F 60 ter513, Guyot à Ledoux, 5 mai 1949.
  • 60 F60 ter 358 SGCI 55, 20 janvier 1950, B. de M. à Bingham ; SGCI, n° 377 bis B. de M. au Ministre, 1 (...)

22Cet intérêt mal ressenti incita le SGCI, une petite administration rattachée au président du Conseil et chargée de s’occuper des affaires d’aide et de coopération européenne, à filtrer les contrôles. Dans la pratique, les Américains demandèrent et obtinrent toute information sur la situation économique et commerciale de la France. Aucun détail des programmes d’importations, de la production industrielle et minière, de la fiscalité et des frais d’occupation en Allemagne et en Autriche ne lui échappait. Ils demandèrent bizarrement des rapports réguliers sur la Sécurité sociale française, le nombre de chasseurs en France, le montant des pensions militaires et des veuves de guerre, un descriptif de l’Assistance publique, le bilan de la Trésorerie, des bons du Trésor, le taux d’inflation, les prévisions de la balance des paiements. Cette liste authentique d’exigences montrait que l’ECA posait des questions sur des points qui n’étaient pas en rapport avec la gestion de l’aide. Les services réagirent vivement. Ils rejetèrent la prétention de l’ECA à disposer d’un état hebdomadaire de la Trésorerie : « J’ai été absolument intransigeant sur ce genre de renseignements », écrivit Pierre Ledoux du SGCI à Jean Guyot à la direction du Trésor. « Si l’on en arrivait là, répondit Guyot, il serait certainement plus simple que vos interlocuteurs s’installent directement dans mon bureau ou mieux dans celui du ministre59 ». Devant l’insistance de l’ECA, le SGCI demanda au ministre des Finances, Maurice Petsche, de manifester à Bingham, Chief Mission ECA to France, « la verdeur » de ses réactions. On ne sait si Petsche l’a fait60 ? Pierre Ledoux, interrogé sur son action au SGCI, considérait que ces demandes permanentes de renseignements étaient agaçantes, qu’elles avaient pu avoir une influence sur la politique financière, sans toutefois conduire les Américains à contrôler l’économie ou les finances de la France. Le temps de l’aide a permis à des missions américaines d’évaluation, d’enquête, de prospection de sillonner les territoires français en tous sens.

23Elles étaient composées de fonctionnaires de l’ECA mais aussi, parfois, de membres du Congrès. Les Américains demandaient beaucoup, les Français résistaient constamment. Une transparence certaine fut imposée à la France. Elle forçait les Français à s’expliquer et à se justifier, jamais dans l’autre sens. L’intelligence constructive des principales personnalités américaines à Paris, Bruce, Tomlinson, n’a pas aboli cette exigence contractuelle irritante.

L’application des grands principes de la loi d’aide

  • 61 F 60 ter 379 « Rapports de M. Hubac, conseiller référendaire à la Cour des comptes sur le fonctionn (...)
  • 62 F 60 ter 357, SGCI 1040, 1er juillet 1949, PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 506, B. de M. à Filippi, D (...)

24La loi d’aide incitait le small business américain à participer aux appels d’offres pour l’aide à l’Europe. L’administration américaine s’efforça donc de faire disparaître les groupements français d’achats aux États-Unis comme l’ATIC (charbon), ou le GNAPO (matières grasses). Le Congrès accusait l’ATIC de favoritisme dans les adjudications de transport du charbon. Les services français eurent un sursaut. Il aurait été fâcheux que l’ATIC cédât à une injonction du Congrès61. L’ECA se fit l’écho de plaintes de petites entreprises qui prétendaient avoir été écartées de marchés ERP en France. L’ECA naviguait entre libéralisme et favoritisme commercial au gré des intérêts politiques du Congrès. Mais elle a certainement lutté contre le dirigisme français. Ainsi le SGCI demanda à la DREE d’alléger la tutelle du ministère de l’Industrie sur les importations des administrations de l’État62. Le plan Marshall a été une excellente opportunité pour les États-Unis de contester l’emprise de l’État sur le marché.

  • 63 F 60 ter 357 SGCI 1577 B. de M. à Bingham, 10 novembre 1949 et 1647, 2 décembre 1949.
  • 64 C E 64, Washington, 9 août 1949, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s reventes aux États-Unis de métaux no (...)
  • 65 Fontainebleau, 77396/11, Ministère de l’Industrie et du Commerce, coord. industr. div. des accords (...)
  • 66 F 60357, SGCI 1221, 17 août 1949, G. Maunoury à Patterson ; F 60 ter 358, 12 janvier 1950, B. de M. (...)
  • 67 B Amérique, 1944-1949, EU 249, Washington 2 juillet 1949, 154 DET.
  • 68 CE 52, JPB 25 février 1949, Commerce avec l’Est européen, secret ; DGAEF, MS, 11 avril 1951, « Note (...)
  • 69 CE 52, R. V. 26 janvier 1950, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce Est-Ouest ».
  • 70 CE 52, R. V. 26 août 1950, note pour le Président, « Commerce Est-Ouest ».

25La loi d’aide disposait qu’aucune réexportation de produits ERP ne se ferait sans l’autorisation de l’ECA. L’ECA n’autorisa aucune réexportation de produits ERP sans travail ajouté. Mais que penser des interdictions d’exportations de produits similaires à ceux de l’ÈRP ? Le SGCI protesta immédiatement contre cet abus de pouvoir63. Le SGCI appliqua loyalement les dispositions de l’accord bilatéral. Des reventes illégales d’aluminium ERP se produisirent et les deux administrations française et américaine recherchèrent les coupables64. La loi d’aide impliquait que l’Europe Marshall ne fasse par profiter l’Europe communiste de sa croissance, ni des produits américains. Un contrôle du commerce avec l’Est était donc exigé d’elle. Pour éviter une pression américaine désobligeante, Français et Britanniques établirent en février 1949 une liste commune de produits importés non réexportables vers les pays communistes. Les décisions de prohibition furent mises en œuvre en août 194965. L’ECA veilla très minutieusement à la non réexportation de certains produits : roulements à billes, matériels d’aviation, voire magnétophones ! Elle demanda l’ouverture d’enquêtes sur des exportations prohibées vers la Pologne, la Bulgarie et la Roumanie. La rigueur de l’ECA s’expliquait par divers incidents, gonflés par la presse américaine. Des entreprises étrangères, sous-entendu américaines, auraient fait transiter par la France des produits interdits de réexportation, d’après les Douanes françaises66. Un comble ! Ford-France, ô ironie ! aurait exporté en Pologne des pièces d’automobiles acquises au titre du plan Marshall. Le SGCI vérifia et admit la bonne foi de Ford-France. L’affaire Ford se produisit au moment où le gouvernement français manifestait des réserves concernant les prohibitions d’exportations vers l’Est. Le plan Marshall devenait une arme de guerre froide, ce qu’il ne devait pas être, d’après les Français. L’ECA bénit toutefois des transactions franco-polonaises portant sur du coton ERP, échangé contre du charbon polonais, car l’opération avait été faite dans l’intérêt des cotonniers américains67. Le Quai d’Orsay jugeait la pression américaine intolérable alors que la France tentait encore de remplacer économiquement l’Allemagne en Europe centrale et orientale. D’ailleurs, le 19 mars 1948, avant la signature de l’accord bilatéral franco-américain, la France avait signé un accord de coopération économique avec la Pologne portant sur la livraison de 61,5 millions $ de biens d’équipements contre l’équivalent de charbon polonais. Cet accord avait été très vigoureusement critiqué par l’ECA68. En janvier 1950 le groupe consultatif élargit la liste des prohibitions. Il fut décidé de le réunir tous les 3 mois et de créer un Comité de Coordination pour le Contrôle Multilatéral des Exportations (CCCME) ou Coordinating Committee on Multilateral Export Controls, connu sous son sigle de COCOM69. Les Européens avaient consenti des limitations d’exportations gênantes pour eux car ils avaient besoin des produits stratégiques de l’Est européen. Bientôt les Américains voulurent ajouter 300 articles supplémentaires aux listes d’embargo70. Malgré la formidable pression américaine, relayée par la menace de guerre générale en juin 1950, l’Europe, la France surtout, s’opposa à un blocus trop prononcé contre l’URSS et ses satellites. Les listes furent néanmoins renforcées en octobre 1950. L’aide a été un formidable levier politique entre les mains des États-Unis pour peindre l’autre Europe aux couleurs du diable et pour limiter les relations commerciales avec elle.

  • 71 CE 49, JPB, 12 août 1948, à Washington, 3890-91. CE 49, Ministère des Travaux Publics et des Transp (...)
  • 72 CE 3, Bonnet, 4 mars 1949, n° 962.
  • 73 CE 65, H. Alphand, 30 juillet 1949, coopération économique à Finances, DREE. n° 6418, « Clause 50/5 (...)
  • 74 F 60 ter 493, DREE 5 novembre 1949, à Ministère des Affaires étrangères H. Alphand ; F 60 ter 493, (...)
  • 75 CE 03 Bonnet. 30 décembre 1949, 17 h 224 DET.

26La loi d’aide faisait obligation aux pays européens d’importer pour moitié sous pavillon américain les marchandises ERP. La mesure visait à satisfaire la marine de commerce américaine. Le fret coûtait cher et rapportait gros. Une bataille de pavillons s’engagea. L’aubaine était excellente pour les affréteurs américains qui forçaient les Européens à payer des taux d’affrètement supérieurs aux cours mondiaux, soit 2 $ supplémentaires par tonne pour le charbon ou les céréales. En fait il s’agissait d’une sorte de subvention déguisée à la flotte commerciale américaine par le plan Marshall. La loi était respectée car l’ensemble des pays de l’OECE utilisait le pavillon américain à hauteur de 50 % des importations ERP. La France utilisait plus que les autres pays les navires américains. Mais si les Français décidaient de transporter davantage sous pavillon national, ils risquaient de déstabiliser le rapport global favorable aux Américains71. Le Congrès veillait. Un amendement Bland-Magnusson décida d’appliquer la règle des 50 %-50 % par pays participants et par types de produits et de maintenir des prix d’affrètement supérieurs au marché sur les navires américains. La sanction en cas de non respect serait la suspension de l’aide72. La crise de l’armement américain expliquait ces comportements inadmissibles. Inquiets, les Britanniques demandèrent une concertation européenne. Spaak fit des représentations au Département d’État. Mais la nouvelle loi d’aide à l’étranger du 19 avril 1949 fut aggravée73. L’ECA n’hésita pas à mettre à la raison les Européens qui sentirent peser la férule américaine. Elle demanda le remboursement de 20 millions $ ERP dépensées pour le fret transporté par les navires non américains, au-delà des 50 % autorisés. Les Français s’employèrent à satisfaire l’ECA en sacrifiant le « troisième pavillon » (pays tiers) et en favorisant le pavillon américain dans les limites des 50 %74. En agissant ainsi, l’ECA signifiait aux Européens, au nom du Congrès, leur dépendance75. Le message était politique. Les États-Unis affirmaient leur leadership sur l’Europe occidentale. Ces contraintes pesaient sur la popularisation du plan Marshall en Europe et étaient ressenties comme des vexations. L’affaire du pavillon américain démontrait que le retour à la liberté des échanges n’était pas applicable quand des intérêts américains supérieurs étaient en jeu.

  • 76 F 60 ter 521, CGP, groupe de travail de la productivité, « Note sur la productivité, juillet 1948.  (...)
  • 77 F 60 ter 521, p. 4, CGP, 16 septembre 1948, « Jean Monnet au président du Conseil. »
  • 78 AMF 14/5/18, Bonnet, 24 novembre 1948.
  • 79 F 60 ter 378, US News and World Report, 8 octobre 1948, Charles H. Kline.
  • 80 74 AP 64, 25 mars 1949, « Mémorandum sur le programme français d’aide technique remis à Bruce le 31 (...)
  • 81 F 60 ter 521, CGP, 5 décembre 1949, « Projet, l’assistance technique de l’ECA dans le programme fra (...)
  • 82 F 60 ter 521, comité provisoire de la productivité, p. v. n° 12, 15 mars 1950 ; ECA 8 février 1950, (...)
  • 83 F 60 ter 357 SGCI 1165, PPS à J. Monnet, 4 août 1949.
  • 84 F 60 ter 521, Barry Bingham à B. de M., 2 décembre 1949 : « Projet de réponse de Bernard de Mareeri (...)
  • 85 F 60 ter 521, A. Bérard à R. Schuman, 29 avril 1949, n° 843. AMF 13/3/3, 28 mars 1949, CGP à Pinay, (...)
  • 86 CE 64, P. Guillaumat, DICA à Ministère des Affaires étrangères 10 octobre 1949.

27La loi d’aide entendait favoriser la productivité des économies européennes. Le programme d’aide devait améliorer le niveau de vie des travailleurs français. Robert Lacoste en 1945 ou Jean Fourastié avaient déjà mesuré antérieurement le retard de l’économie française76. Monnet lança des chiffres célèbres : dès 1938, les Américains faisaient en 1 heure ce que les Français réalisaient en 3. En 1948, en 1 heure, un Américain produisait 5 fois plus qu’un Français. Un agriculteur français nourrissait 5 personnes, un agriculteur américain 1577. La France ne produisait pas assez et consommait trop. Un haut fonctionnaire américain déclara à Bonnet et au ministre de l’Agriculture en novembre 1948 qu’il fallait modifier « les tendances psychologiques et morales qui semblent manifester dans divers milieux, une inégale volonté de redressement78 ». L’impéritie française agaçait la presse américaine : « Il faut que les Américains s’immiscent dans les affaires du pays et lui apprennent à gérer ses affaires jusqu’au moindre sou79 ». Le management à l’américaine et les améliorations techniques devaient transformer les rapports sociaux. En mars 1949, les Français proposèrent à Bruce un programme visant à accroître la productivité de 30 % en 4 ans. 1 300 personnes partiraient en stage de productivité80. En mai 1949 était créé un Comité français de la productivité (provisoire), présidé par Jean Monnet et dirigé par Jean Fourastié. Le Commissariat du Plan se proposait de diffuser les informations techniques, les méthodes de standardisation, les échantillons et modèles, les techniques de marketing américain ou européen81. L’importance qu’attachaient les Américains à l’augmentation de la productivité se manifesta dans l’exposé de leur programme de formation. Ils s’attachaient à la diffusion des brevets, aux rapports direction-personnel, à la répartition des profits entre consommateurs, producteurs et industriels. Ils conseillaient de favoriser la concurrence, de moderniser l’outillage, d’améliorer le niveau de vie, de former le personnel et de le loger décemment82. Ainsi par ce programme l’ECA entendait répandre les bienfaits de l’organisation sociale américaine. Le Comité national de la productivité fut doté de 500 millions F de fonds publics et de l’équivalent en fonds privés. Les missions de productivité seraient un des moyens de montrer aux Français l’efficacité d’une société d’abondance. L’ECA exigea que les missions comprennent davantage de travailleurs de la base. Elle imposa 1/5 d’employés, 2/5 d’ingénieurs et de contremaîtres, et 2/5 d’ouvriers, puis 5/6 de salariés83. La mise en œuvre de ces voyages se fit avec l’accord du CNPF, CFTC, FO, CGC mais contre la CGT. Les Français demandèrent toutefois d’autoriser « la participation aux équipes françaises de syndicalistes ouvriers appartenant à des tendances différentes de celles qui ont signé le protocole d’accord84 ». En octobre 1949, la France avait envoyé une seule mission, la Grande-Bretagne 18 ! La première mission française se rendit à Philadelphie chez General Electric : ambiance cordiale, travail efficace d’après le CGP85. Environ 300 missions françaises partirent aux États-Unis par équipes de 1 à 20 stagiaires, soit environ 3 000 personnes jusqu’en 1951. L’ECA proposa aussi aux Français des aides ponctuelles d’experts américains. Bref, l’ECA brûlait d’agir tandis que les Français étudiaient avec circonspection cette forme d’aide qui pouvait se transformer en submersion de l’appareil économique français. Pierre Guillaumat, directeur des Carburants, croyait aux « dangers incontestables que pourrait présenter pour notre économie une connaissance trop parfaite par les services et les industriels américains de nos procédés, de nos programmes et de nos débouchés commerciaux86 ». La bataille pour la productivité se révéla indispensable pour bénéficier du plan Marshall. Les Américains ont cherché, comme une évidence, à transférer en Europe des techniques ou des modes de relations humaines élaborées aux États-Unis. Toute résistance était taxée de trahison et d’attentat contre le monde libre.

  • 87 F 60438, Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, chargé de l’information, au Président du Con (...)
  • 88 F 60 ter 393-394, c. r. réunion de travail PPS, Robert Mitterrand, G. Elghozy, Chouraqui, 5 décembr (...)
  • 89 F 60393-394, Note pour Elgozy, 24 février 1949. F 60 ter 393-394, note pour M. Elgozy, 1er mars 194 (...)
  • 90 F 60 ter 438, discours de Bruce, du 28 mars 1949.
  • 91 F 60 ter 438, 9 février 1949. F 60 ter 438, R. Schuman, mars 1949.
  • 92 Frus 1949. IV. Caffery, 3 mars 1949. 8 p-m 887, to Secretary of State.
  • 93 F 60 ter 393, ECA à Elgozy 18 novembre 1949.
  • 94 F 60 ter 393, ECA à Elgozy 6 septembre 1950, Kirkpatrick à B. de M. 5 décembre 1950.
  • 95 F 60 ter 351, 932, PPS à Reed sur la « publicité sur le rapport du 3T de l’ERP ». F 60438, script d (...)
  • 96 F 60 ter 393, Ministère de l’Information, confidentiel, c. r. séance du 3 août 1950, Elgozy, Béliar (...)

28La loi avait prévu l’obligation d’informer le public sur les avantages du plan Marshall. Le SGCI ne manifesta pas grand enthousiasme, mais chargea un fonctionnaire de cette mission. Fait significatif d’un malaise, le premier anniversaire du plan Marshall fut célébré en avril 1949, anniversaire de l’OECE, et non en juin date du discours de Marshall. François Mitterrand, secrétaire d’État à l’Information en décembre 1948, devait coordonner l’information du public. Il fallait lutter contre l’idée « que le gouvernement a sacrifié en échange d’avantages matériels, des intérêts plus profonds et plus nobles », écrivit-il au président du Conseil87. Il retint l’idée de présenter le don américain comme un complément de l’effort français et de rappeler que les marchandises reçues étaient demandées. Henri Queuille, président du Conseil, accepta cet effort d’informations à la radio et dans la presse mais refusa de soumettre les initiatives françaises au contrôle de l’ECA88. La propagande s’organisa sous diverses formes : expositions itinérantes dans le monde rural, expositions générales sur l’OECE et le plan Marshall, timbre poste commémoratif, informations des salariés sur leur feuille de paye, plaques commémoratives sur les bâtiments reconstruits avec l’aide. Des wagons américains arrivant au Havre furent solennellement frappés du sigle de l’ECA. Les Français le firent à la peinture à l’eau, déclenchant la colère du contrôleur américain89. Bruce reçut en grand appareil 1 000 wagons de marchandises à Cherbourg. Il remercia les cheminots français pour la réparation du réseau ferré après la guerre et souligna l’importance de l’aide américaine à la France90. Le secrétariat à l’Information prévoyait de tirer des brochures en faveur du plan Marshall, sur le modèle de Getting on together, éditée à un million d’exemplaires par les Britanniques, ou de réaliser des bandes d’actualités pour le cinéma et le Journal parlé à la radio gouvernementale. Le Journal parlé consacra davantage de temps au plan Marshall : 82 lignes en août 1948, 1 486 en janvier 1949. Ée secrétariat à l’Information organisa des voyages en France pour les journalistes américains, des expositions et des conférences, mais les 20 millions de francs des fonds secrets étaient insuffisants. Les Français couraient le risque de se voir imposer l’affectation d’une certaine somme de contre-valeur pour la publicité. Robert Schuman demanda donc à François Mitterrand de préparer une exposition de documents utilisés par la France pour valoriser le plan Marshall91. Paul Devinât, autre secrétaire d’État à la Présidence, voulait en faire davantage et n’hésitait pas à déclarer aux Américains « qu’on ne pouvait pas compter sur Mitterrand pour organiser et prendre en charge effectivement une telle campagne92. L’inauguration du chantier de la Sollac en décembre 1949 fut menée avec l’intention de frapper l’opinion publique, tout comme l’accueil par Pierre Pflimlin des tracteurs américains au Havre. Mais l’opinion française ne voulait pas célébrer bruyamment la gloire de l’Oncle Sam. L’ECA réalisa Le train de l’OECE, constitué de wagons nationaux, sur les efforts réalisés par chaque pays dans le domaine de la production et de la productivité, et affréta une péniche exposition qui passa 8 mois dans le Nord et 6 mois dans le Sud. Tout était bon pour combattre la propagande communiste93. Les affiches éditées par l’ECA-France trouvèrent un accueil favorable, sauf chez les communistes. Certains services publics français refusèrent de jouer le jeu de la propagande, comme la SNCF. EDF publia en 1949 une brochure sur ses nouvelles installations sans faire référence à l’aide américaine, ce qui provoqua un esclandre. Les milieux du cinéma français empêchèrent l’ECA de tourner des films pour la propagande ERP94. L’ECA réagit en intervenant directement dans des projets d’émissions radio, comme Ici Europe, une émission de variétés, remplacée par une émission d’information sur l’ERP, Orchestres du Monde. L’effort américain d’aide à la France fut popularisé par de nouvelles émissions de radio, comme La ronde des Nations. La CGT y fit même des interventions95. L’ECA fit fabriquer des films en Afrique du Nord96. Le nouveau gouvernement Bidault (décembre 1949), dans lequel Paul-Henri Teitgen était chargé de l’information, relança l’action en faveur du plan Marshall. Des brochures furent publiées dont l’une, Les chemins de la Paix, fut tirée à 300 000 exemplaires. Des articles furent proposés aux journaux. Il y eut 1 minute d’actualité par semaine au cinéma et trois films longs par mois. Des voyages officiels d’inauguration de grands équipements dus au plan Marshall furent organisés : dix voyages officiels en France et en Afrique du Nord, l’inauguration du marais Vernier, le 21 janvier 1950, celle de la centrale électrique de Passy-sur-Arve, (4 février 1950), le lycée Félix-Faure de Beauvais (28 avril 1950), le lycée de Coutances (5 juin 1950), la centrale hydraulique de Pebernat (Ariège). Un concours d’affiches national fut gagné par des lycéens de Lorient et de Le Mée (Eure-et-Loire). Le SGCI demanda un « monument national » pour exposer 350 affiches célébrant le plan Marshall.

  • 97 CE 49, C Makinsky, délégué général France-États-Unis, Il rue Galilée, Paris 16. le 4 octobre 1948 à (...)
  • 98 CE 49. coopération économique, 12 octobre 1948, « Note pour M. Baraduc, a/s contrôle des arrivages (...)
  • 99 F 60 ter 438, H. Bonnet à R. Schuman, 2 mars 1949 ; 917.
  • 100 F 60 ter 551, 423, PPS à Lenoir, directeur des services administratifs et financiers à la Présidenc (...)
  • 101 F 60 ter 381, CGP à B. de Margerie, 5 janvier 1949. B 33689, Hearings de M. Bruce au Congrès, 10 fé (...)
  • 102 F 60 ter 357, 926, « Note pour le Président », PPS, 19 mai 1949. « Création auprès du comité interm (...)

29Le plan Marshall devait être l’occasion de développer l’action du syndicalisme démocratique. L’ECA voulait informer les ouvriers français sur le genre de vie des salariés aux États-Unis. Elle suscita des motions de solidarité entre ouvriers français et américains dans un contexte tendu par les grèves de 194897. De son côté Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT, réclamait devant le 27e congrès de la CGT la fin « du fardeau écrasant du plan Marshall », tandis que le Quai d’Orsay tentait objectivement de faire connaître à l’opinion, « ce que le plan Marshall nous permet d’importer »98. L’ECA souhaitait que l’AFL et la CIO impliquent les syndicats démocratiques français dans la propagande en faveur du plan Marshall aux ouvriers français99. Le SGCI prépara un document général sur le plan Marshall pour fournir aux syndicats amis des « arguments nécessaires pour rédiger des brochures à l’intention des milieux ouvriers100 ». FO fit paraître une brochure intitulée : « Sans plan Marshall, pas de plan Monnet ». Le SGCI voulut en acheter 30 000 exemplaires pour 450 000 F. Les Finances donnèrent leur accord à cette subvention déguisée101. À la demande de l’ECA et de l’OECE, les syndicats furent associés à la réflexion sur le plan Marshall. En mai 1949, fut créé un Comité syndical consultatif102.

  • 103 F 60 ter 438, rapport du comité mixte de coopération économique à l’étranger, 14 octobre 1949, trad (...)
  • 104 F 60 ter 357 SGCI 1455 bis secret, 22 octobre 1949, « Note pour le Président du Conseil ».

30La résistance à la propagande pour le plan Marshall ne cessa pas pour autant. Un rapport américain d’octobre 1949 (Fallow-Vogliotti) estimait que les thèses communistes sur la colonisation de la France par les États-Unis gagnaient du terrain. Et de citer un exemple de littérature pamphlétaire : « Les ganleiter du plan Marshall ont fait claquer leurs fouets et les Quisling du gouvernement ont obtempéré. Nos leaders ont livré la souveraineté de la France aux banquiers de Wall Street103 ». Les responsables français étaient sensibles aux accusations de brader la France. Ils reconnaissaient l’urgence absolue du plan Marshall, mais ne se résignaient pas à cet aveu de faiblesse. Les hommes de la IVe République, formés sous la IIIe, alors que la France commandait ; étaient aussi des hommes de la Résistance. Comment exprimer leur reconnaissance à l’allié américain sans éprouver en même temps le sentiment obscur d’un certain échec, malgré les sacrifices ? Ils savaient que la bataille pour le plan Marshall faisait partie de la guerre froide qu’ils n’acceptaient pas et qui menaçait l’unité française. Aussi agirent-ils avec réserve, comme l’expliquait le SGCI : « Jusqu’à maintenant, pour des raisons politiques faciles à comprendre, le gouvernement français a estimé que cette publicité devait être faite le plus discrètement possible, tout en évitant de contrarier ouvertement les demandes ou les conseils de l’administration américaine104 ». L’ECA comprenait la situation française, mais n’en maintint pas moins sa pression sur les dirigeants français. L’ECA organisa finalement son exposition, La caravane du plan Marshall dans le bois de Vincennes, les 3 et 4 juin 1950. Elle distribua aux spectateurs du Tour de France 1950 un tract sous forme de jeu de l’Oie à la gloire de l’ERP. Elle demanda la création d’une chaire d’économie politique internationale « George C. Marshall », à l’université de Paris. Les réserves françaises étaient certaines. L’opinion avait peur de la guerre. Elle ressentait la propagande pour le plan Marshall comme un acte de guerre froide. L’administration ne voulait pas d’ennuis sur ce problème délicat au regard des enjeux de la modernisation. On ne se tromperait guère à affirmer que sans la vigilance de l’ECA, les Français n’auraient pas fait d’eux-mêmes la propagande du plan Marshall en France.

  • 105 F 60 ter 517, G. Guindey, 30 septembre 1949, à AF 31057.
  • 106 F 60 ter 515, SGCI n° 114, 2 février 1950, B. de M. à Bingham.
  • 107 F 60 ter, 358, SGCI 589, 19 juin 1950, B. de M. à Ministère de l’Industrie et du Commerce.

31Les conditions de l’aide américaine à la France obligeaient le gouvernement français à autoriser la distribution de la presse américaine en France. Mais le gouvernement français eut une pratique malthusienne105. Le SGCI informa Bingham en février 1950 que les importations de médias d’informations porteraient sur un maximum de 10 000 $ par mois pour les livres et de 400 000 $ par an pour les périodiques en raison des pénuries de dollars106. Le SGCI recommanda toutefois l’importation de l’Encyclopedia Britannica, en reconnaissance de l’aide à la reconstitution des bibliothèques universitaires françaises107. Manifestement les Français ne souhaitaient pas ouvrir leurs portes aux produits imprimés américains pour des raisons idéologiques et pour protéger l’industrie nationale. L’état d’esprit en France était fait de suspicion soigneusement entretenue contre les Américains et de prudence extrême de l’administration pour ce qui était d’origine américaine. Les autorisations d’importations données dans le cadre de l’ERP ont permis à la presse américaine, journaux et périodiques, de se faire connaître en France auprès d’un public réduit, mais d’être aussi une source d’ information sur les réalités américaines pour la presse française, et à travers elle, de porter en général une appréciation favorable sur la société américaine.

Risques de guerre et contrôles renforcés

  • 108 CE 52, DGAEF. 23 février 1951, note pour la coopération économique, « Négociations franco-soviétiqu (...)

32La guerre de Corée et les menaces de guerre en Europe firent basculer l’aide américaine vers le réarmement. Ce basculement entraîna un renforcement des conditions d’accès ou des contrôles d’usage de l’aide américaine. La guerre rendit plus aiguë la question du commerce avec l’Est, y compris bien sûr avec la Chine. Or les Français continuaient de commercer avec l’Est, maïs contre plomb et produits sidérurgiques avec l’URSS, coke contre acier français avec Prague108. Malgré le COCOM la France restait opposée en principe à un blocus total des pays de l’Est pour des raisons politiques et économiques. Elle avait besoin du charbon polonais. Mais la France était encore moins en état de discuter en 1951 que l’année précédente. Le Congrès se montrait de plus en plus hargneux ; un amendement Kern de mai 1951 déclarait de la responsabilité de l’administration américaine de décider quels produits seraient exportables vers l’Est. Ainsi le commerce occidental risquait de passer sous direction américaine. La contrainte était exorbitante. Truman tenta de s’opposer à ses « Exagérés ». Le gouvernement français fut contraint cependant d’accepter la publication des listes d’embargo, le 16 juin 1951, parce qu’il ne pouvait faire autrement.

  • 109 B Amérique, 1944-1952, EU 249, coopération économique, 30 mars 1951 à Washington, « a/s utilisation (...)
  • 110 F 60 ter 358, 702 bis 18 juillet 1950, B. de M. au directeur du cabinet du ministre de l’Intérieur, (...)
  • 111 F 60 ter 393, Parkman à Elgozy 6 avril 1951.
  • 112 F 60 ter 358, SGCI 770, 12 août 1950.

33A la fin de l’année budgétaire américaine 1950-1951, les services français notèrent une propension de l’ECA à renforcer les contrôles et la propagande109. Ce comportement était le fruit de la pénurie lié au réarmement et du passage à l’aide militaire. Pour répondre à l’attente de l’ECA, les services français se décidèrent à donner une information plus précise sur l’emploi de la contre-valeur de l’aide américaine à l’opinion française110. Une information spéciale valorisa la reconstruction de l’université de Caen sur les fonds Marshall. Le SGCI donna la liste des émissions de radio consacrées au plan Marshall. La mission américaine en France diffusa les résultats des voyages aux États-Unis des équipes de productivité. La presse américaine rendit compte d’une visite des Charbonnages de France par l’ECA en février 1951 ou de l’envoi de jouets par l’American Legion, entrés en franchise. L’ECA fit un film de 30 minutes sur la renaissance économique et le potentiel de défense français, sous le titre ronflant de Battle Report. Elle demanda et obtint le soutien du SGCI et du ministre socialiste de l’Information, Albert Gazier, pour faciliter le travail des producteurs de NBC/TV111. Le temps était à l’action de masse. L’ECA poursuivit la dénonciation du dirigisme et du protectionnisme. Elle exigeait du gouvernement qu’il favorise l’accès des petites entreprises françaises aux biens d’équipements ERP, une façon de mettre en cause le dirigisme français112. Les pressions et les conditions concernant la publicité, les contrôles de bon usage et la liberté du commerce ne révélaient rien de neuf par rapport aux deux premières années de l’aide américaine, sinon une insistance nerveuse dans un climat de préparation à la guerre.

Le mythe de la bonne gouvernance

  • 113 Voir Gérard Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944- 1954, Paris, (...)
  • 114 F 60 ter 513, « Note de Bloch-Lainé (Boyer) », le 29 juillet 1948 remise au président de la Républi (...)

34L’ECA s’efforça de modifier profondément la manière de gouverner de la classe politique française et de l’inciter à la bonne gouvernance en discutant ou retardant les déblocages de la contre-valeur dont les gouvernements avaient besoin pour assurer l’équilibre budgétaire, la modernisation et la reconstruction. Chaque release était un petit drame qu’il est impossible de raconte113. Mais il est facile d’en comprendre le fonctionnement, excellemment décrit par François Bloch-Lainé, directeur du Trésor : L’ECA appréciait l’opportunité de chacun des déblocages, établissant ainsi un contrôle qui « constitue un moyen d’action sur la politique économique de la France plus direct et plus efficace que la surveillance exercée sur l’emploi des fonds elle-même114 ».

L’arme de la contre-valeur

  • 115 80 AJ 77, CGP 8 juillet 1948. J. Monnet. « Directives sur les objectifs et moyens d’exécution relat (...)
  • 116 « If the french administration cannot provide a satisfactory commitment on budgetary and fiscal pol (...)
  • 117 74 AP 31 J. Monnet 26 août 1948 à Président du Conseil, Ministère des Finances ; 74 AP 31, Ministèr (...)

35L’ECA poursuivait quatre objectifs : la lutte contre l’endettement de l’État, la lutte contre l’inflation, la stabilisation financière, la cohérence des programmes français de relèvement avec ceux de l’OECE115 Les Français n’avaient pas imaginé que l’ECA mît la stabilité politique comme dernière condition aux déblocages. Or en ce domaine, la pratique de la IVe République allait vite révéler ses faiblesses. La grande crise politique de l’été 1948, du 19 juillet au 11 septembre 1948, ouvrit en fanfare le cycle des comédies dramatiques du nouveau régime. Les observateurs étrangers furent stupéfaits de la chute du gouvernement Schuman et de René Mayer, le ministre des Finances. La chute du gouvernement Schuman interdit évidemment à l’ECA de donner son accord aux déblocages. L’échec du gouvernement Marie, Reynaud, Blum durcit encore le ton de l’ECA. Monnet pouvait être inquiet pour la modernisation, car Bruce faisait savoir que la contre-valeur serait employée à restaurer l’équilibre budgétaire, à réussir la réforme du système fiscal et, bien sûr, à améliorer l’équilibre des échanges extérieurs. Ses interventions sonnaient mal pour les Français : « Si l’administration française ne peut pas fournir un projet satisfaisant sur sa politique fiscale et budgétaire et ne peut pas nous présenter des plans destinés à réussir cette politique, nous devrions refuser de donner notre accord au déblocage de la contre-valeur116 ». La contre-valeur était un moyen efficace de contraindre les Français au redressement financier sinon politique. Les Américains prétendirent qu’ils n’avaient pas été écoutés, mais les archives françaises prouvent le contraire, car Monnet recommanda à Paul Reynaud un effort fiscal nouveau : « Nous avons la chance extraordinaire », dit-il, « que la modernisation soit allégée considérablement par l’aide américaine qui aboutit en définitive à faire payer par les contribuables américains une grande partie des investissements du plan de modernisation1117 ». Monnet, pour sauver la modernisation, devint partisan d’un assainissement budgétaire par un effort fiscal.

L’effort budgétaire de Henri Queuille

  • 118 B 42255, finances ? DT ? 13 septembre 1948, « Note pour le Président ». F60 ter 380, « Conversation (...)
  • 119 « Intentions long range fiscal reforms seem sincere », FRUS 1948, vol. III, « Western Europe ». 14 (...)
  • 120 « This would unquestionably mean cessation US aid to France » FRUS, 1948, III, « Western Europe », (...)
  • 121 F 60 ter 380, Hoffman à Queuille. 27 septembre ; Queuille à Hoffman 25 septembre 1948.
  • 122 Crédit National, Bruce, à Queuille 27 septembre 1948, PM 4117.
  • 123 In F 60 ter 378 et 3 décembre 1948, « Suite de la conversation Bruce/Petsche du 30 novembre ».

36On est frappé d’apprendre qu’une des premières préoccupations de Queuille, nouveau président du Conseil en septembre 1948, fut de présenter à Bruce le futur programme de stabilisation et d’assainissement de son gouvernement : effort fiscal de 80 milliards de F qui avec d’autres mesures, atteignait 120 milliards de F, augmentation des tarifs publics suppression de 135 000 emplois, limitation du crédit, stabilisation des salaires et des prix, augmentation des exportation118. Bruce lui décerna un véritable satisfecit. « Les intentions concernant les réformes fiscales sur le long terme paraissent sincères », câbla-t-il à Washington le 14 septembre119. Bruce poussa donc Washington à débloquer la contre-valeur, à moins de créer le chaos en France. La situation à Berlin ne se prêtait d’ailleurs pas à mettre en péril la solidarité entre les deux pays. Mais il était dit aussi que si les communistes revenaient au gouvernement « cela signifierait sans aucun doute la cessation de l’aide américaine à la France », écrivit de son côté Jefferson Caffery120. Un déblocage fut effectivement autorisé en septembre 1948 après la mise en œuvre du programme de stabilisation de Queuille121. Mais la France était surveillée de près. Un second déblocage ne serait autorisé qu’en considération « des résultats qui pourront être obtenus par le nouveau programme de stabilisation...122 ». Ce déblocage passa mal auprès d’une certaine opinion américaine, ulcérée par l’incapacité politique et économique de la France. La France mendie écrivit US and World Report du 8 octobre 1948 : « Il faut que les Américains s’immiscent dans les affaires du pays et lui apprennent à gérer ses affaires jusqu’au moindre sou »123. Ce déblocage était politique. Il signifiait que, si les Américains émettaient des conditions à l’utilisation de l’aide, le gouvernement français, en retour, exerçait un certain chantage au chaos. En effet les nouvelles grèves firent apparaître à nouveau la France comme un pays de front entre les forces de l’Est et de l’Ouest. Bruce donna d’ailleurs son accord à un nouveau déblocage en novembre. Deux écoles américaines se faisaient face. L’une considérait que la pression américaine pouvait encore modifier les comportements français, l’autre que le point de non retour était atteint et qu’il fallait abandonner la France. Mais Bruce favorisa l’aide sans pour autant céder à la facilité.

  • 124 Vincent Auriol, Journal, 1948, p. 551.

37L’ECA fit savoir qu’elle appréciait les investissements de modernisation, à condition qu’ils soient financés loyalement. Elle soutint Monnet contre Petsche. Bruce s’étonna que les programmes d’investissements passent de 800 milliards à 250 milliards de F : « chiffre dangereusement bas si la France veut accroître sa production comme prévu... ». Tomlinson, fonctionnaire américain du Trésor et ami de Monnet, chiffra l’effort fiscal français à 300 milliards de F. Tomlinson devenait-il le directeur du Trésor en France ? Queuille et Auriol ne laissèrent pas passer : « Les Américains prétendent nous imposer 800 milliards d’impôts sous la menace de retirer l’aide du plan Marshall... » écrivit Vincent Auriol124. Les Américains n’avaient tout de même pas demandé 800 milliards de F d’impôts ! Quoi qu’il en soit le gouvernement ne céda pas aux Américains ni à Monnet pour augmenter les investissements. Fallait-il ou non les privilégier et donc y consacrer de sommes importantes ? Fallait-il y consacrer la contre-valeur de l’aide ? L’ECA a appuyé Monnet et la politique d’investissement, à condition de la coupler avec un effort fiscal français.

  • 125 B 33510, D. Bruce à Queuille, 3 décembre 1948.
  • 126 Correspondance particulière H. Bonnet, Jean Chauvel à H. Bonnet 7 décembre 1948.
  • 127 « Entretien Elgey/Queuille », 12 août 1964.
  • 128 F 60 ter 378, « Projet Guindey », 16 janvier 1949 note pour le ministre, secret ; Rueff. « Note sur (...)

38Bruce continua d’exiger une réforme fiscale anti-inflationniste en échange des déblocages de contre-valeur, car en dépit des efforts et des promesses de Queuille l’inflation reprit de plus belle en raison des dépenses de l’État. Queuille pouvait-il répondre aux pressions américaines et demander des efforts immédiats « pour réaliser la stabilisation financière interne et pour recréer la confiance dans le franc français » ?125 La dureté du ton de Bruce s’expliquait. La France mettait le plan Marshall en danger. Il fallait remonter le moral de Washington ! La pression était si forte que Jean Chauvel, secrétaire général du Quai d’Orsay, demandait à Bonnet de venir à Paris « convaincre nos gens » de répondre à l’attente des Américains126. La réponse de Queuille aux Américains fut une « loi des Maxima », fin 1948. Le gouvernement diminua de 25 milliards ses appels à la Banque de France en échange d’un déblocage supplémentaire de contre-valeur du même montant. Des années plus tard Queuille reconnut clairement, qu’en décembre 1948, la contre-valeur était impatiemment attendue et qu’il avait fallu « faire voter des impôts montrant que nous avions des finances saines127 ». L’appel à l’effort fiscal trouvait des échos favorables chez certains hauts fonctionnaires français. Guindey, directeur des Finances extérieures, voulait stériliser une partie de la contre-valeur pour faciliter les exportations par ponction sur le marché national128. Queuille et Petsche savaient qu’ils devaient prendre des mesures de stabilisation, mais ils savaient aussi que la France était une pièce maîtresse de l’endiguement. L’ECA ne pouvait guère refuser les déblocages, à moins de prendre le risque de désavouer un gouvernement du centre qui lui donnait satisfaction. L’ECA a choisi de soutenir Queuille contre les communistes qui frappaient au cœur la production de charbon. Elle le soutint enfin contre les gaullistes.

Les préférences américaines de modernisation

  • 129 F 60 ter 513, D. Boyer le 9 mars 1949 à SGCI « Avant projet de mémorandum qui marquera le début off (...)
  • 130 F 60 ter 380, « Texte américain concernant la procédure de déblocage du fonds de contrepartie », sa (...)
  • 131 F 60 ter 513 SGCI, 814, 19 avril 1949, P. Ledoux à E. Lamy.
  • 132 F 60 ter 513, AF, Washington, 8 avril 1949, Lamy à P. Ledoux.
  • 133 F 60 ter 357, lettre de Bruce au ministre du 7 avril 1949 ; n° 814, P. Ledoux à Lamy 19 avril 1949.
  • 134 F 60 ter 357,513 ; 838, 26 avril 1949 ; 24 mai 1949, « Échange de lettre du 23 mai Petsche et Bingh (...)
  • 135 F 60 ter 497, Bingham à PPS, 17 août 1949.

39Toutefois ce type de déblocage anti-catastrophe ne pouvait indéfiniment satisfaire l’ECA. Il lui offrait certes la possibilité d’encourager une politique d’assainissement assez brutale, mais pas de peser sur les investissements de modernisation. Or l’ECA manifestait déjà, en fin d’année 1948, le désir de peser sur les choix de modernisation de la France. Le Trésor proposa de donner à l’ECA le sentiment qu’elle exerçait une influence sur l’affectation de la contre-valeur. Il n’y avait pas de danger d’une prise de pouvoir américaine sur les investissements, car sur 620 milliards de F d’investissements et de reconstruction programmés par la loi des Maxima, les Américains ne pouvaient donner leur avis que sur 280 milliards de F de contre-valeur129. Mais que se passerait-il si l’ECA se persuadait de financer des projets non budgétisés par la planification française. Là était le vrai danger que personne en ce début d’année ne semblait redouter. De son côté l’ECA ouvrit la négociation avec une liste de recommandations classiques. Elle critiquait le déficit de la SNCF, envisageait la suppression des contrats de change à terme, recommandait évidemment la fin des avances à la Banque de France et voulait diminuer les dépenses de reconstruction. Elle demanda une enquête sur la Sécurité sociale, davantage de contrôles fiscaux, le contrôle du crédit privé, la liberté des prix, l’accroissement des exportations, un meilleur accueil des touristes130. Mais l’ECA pouvait-elle vraiment croire que le gouvernement français allait se prêter au démantèlement systématique de l’économie dirigée ? Heureusement les topics for discussion furent adoucis avec la complicité de Tomlinson131. L’ECA s’exprima aussi sur les projets français d’investissements. Elle prétendit que l’aide américaine devrait financer en totalité les projets de modernisation les plus spectaculaires pour valoriser plus aisément l’utilisation de la contre-valeur : « Ce qu’on cherche ici », explique E. Lamy, attaché financier à Washington, « c’est une présentation parlante ou si vous voulez spectaculaire, chantiers ouverts, ouvrages réalisés, nombreux ingénieurs ou ouvriers132 ». Le plan Marshall était d’abord une entreprise de conquête des opinions publiques dans le combat de la guerre froide. La modernisation des Charbonnages de France fut approuvée par l’ECA, mais ses experts critiquèrent le plan électricité qui ne faisait pas assez appel aux investissements hydroélectriques, ainsi que l’électrification de la SNCF. Les investissements agricoles parurent judicieux. Pour la première fois l’ECA jugeait que le plan français n’était pas assez social et qu’il ne s’attachait pas assez à la sécurité et aux logements des mineurs. Toutes ces recommandations faites, toutes les promesses françaises enregistrées, l’ECA consentit à débloquer la contre-valeur au début d’avril 1949133. Mais celle-ci se fit mensuellement et les Français durent fournir « des masses de renseignements134 ». Mais des événements imprévisibles perturbèrent l’harmonie franco-américaine. Le déficit de la SNCF s’alourdit et surtout la guerre d’Indochine fit peser des charges nouvelles et lourdes sur le budget de l’État. Petsche promit de relever les tarifs et de faire des économies. L’ECA croyait-elle à toutes ces promesses ? A certains signes on doit en douter. La comédie était jouée par les deux compères. L’ECA défendait d’abord un gouvernement politiquement acceptable et elle pouvait constater les heureux progrès de la modernisation, sinon ceux de la stabilisation. Finalement, l’ECA Paris tenait un discours exigeant sur l’assainissement, mais elle avait fait pour la France le choix de la modernisation dans l’esprit de Monnet. Toutefois l’ECA cherchait à assurer en France l’économie de marché. Pour l’affectation de la contre-valeur, la mission américaine appuyait désormais des « projets d’une portée largement humaine et intéressant l’opinion135 ».

Des déblocages politiques

  • 136 F 60 ter 380, Documents remis par Tomlinson le 20 novembre, « Résumé conversation Bruce-Petsche ».
  • 137 F 60 ter 410. 25 octobre 1949, source ?, « Note sur les négociations relatives à la CV de l’aide am (...)
  • 138 F 60 ter 357,et 380 ; 1715, Petsche à Bingham, 19 décembre 1949.
  • 139 F 60 ter 380, « Instructions du NAC », communiquées à Petsche pour son information personnelle, sou (...)
  • 140 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 160.

40Un an après Queuille la comédie du chantage aux déblocages continua quand un nouveau gouvernement Bidault fut constitué en octobre 1949. Bruce demanda au gouvernement de prendre conscience du danger d’inflation et d’agir en conséquence136. Barry Bingham, le nouveau Chief mission to France entendait user de sa position pour forcer Bidault et Schuman à discuter la question brûlante des équilibres budgétaires. En attendant il n’y aurait pas de contre-valeur. Cette décision était le signe d’un changement d’attitude de l’ECA envers la France. L’ECA durcit ses contrôles et ses exigences. Un fonctionnaire écrivit, abasourdi, « le gouvernement américain, grâce à la contre-valeur, est arrivé à exercer sur le gouvernement français une tutelle qui n’est pas seulement déplaisante mais qui parfois risque d’être considérée comme portant atteinte à la souveraineté nationale et dont on peut se demander si elle n’a pas dépassé dans certaines circonstances les limites de l’accord bilatéral137 ». Quelques semaines plus tard pourtant, l’ECA acceptait définitivement les déblocages des sommes pendantes138. A Washington, le NAC avait estimé que le refus de débloquer la contre-valeur « ne provoquerait aucune amélioration de la politique monétaire française dans les mois à venir et que les répercussions politiques fâcheuses qui pourraient résulter d’un refus de déblocage annuleraient l’effet de tous les bénéfices réalisés139 ». Le déblocage se fit, d’après Foster, « en dépit de notre insatisfaction concernant l’efficacité française à tenir les engagements de lutte contre l’inflation ». Foster était conscient que la contre-valeur était une arme fragile, délicate et limitée. L’efficacité de cette arme tenait au fait que le gouvernement français n’était jamais assuré d’obtenir la contre-valeur. Il devait donc tenir compte des conseils de l’ECA. Mais le gouvernement français pouvait aussi accuser Washington de le pousser à l’inflation en lui refusant la contre-valeur. Depuis le début de l’aide le blocage ou le déblocage de la contre-valeur résultaient plus de considérations politiques que financières. Les Américains décidèrent donc, pour renforcer l’efficacité de leurs conseils, de faire des déblocages trimestriels en 1950. Ils exigèrent une réforme de la fiscalité française, l’équilibre budgétaire, l’adoption préalable d’une nouvelle loi des Maxima, la lutte contre le déficit des entreprises nationalisées, la libre circulation en France des marchandises européennes et l’abaissement des prix. Le catalogue américain, déjà connu, prouvait la vanité des précédentes interventions de l’ECA. Les Français ont tenté de tenir compte des recommandations américaines comme le notait l’historien Jean Bouvier140. La France ne pouvait être manipulée comme un protectorat. L’ECA accepta les insuffisances de la stabilisation financière française au nom de la stabilisation politique et du développement économique de la France.

41La condition fondamentale de l’aide et des déblocages consistait à refuser toute tentative de constituer un gouvernement avec les communistes. Elle était politique d’abord. Or les Français avaient largement satisfait les Américains. Certes ils durent accepter leurs conseils pour accéder à la sûreté des fins de mois, mais que d’accommodement avec les exigences de l’ECA. Il n’y eut aucune veulerie dans le comportement des gouvernements et des administrations envers les Américains. Personne ne vendit son âme pour obtenir les milliards de la contre-valeur, puisque l’ECA n’avait pas vraiment le choix de la retenir. L’intervention américaine dans la sphère de la politique intérieure française était mal supportée, condamnée parfois au nom de la souveraineté française, plaisantée sans doute, mais Queuille ou Petsche restèrent les patrons. Une stabilisation financière sans augmentation de la production ne pouvait pas donner aux Américains la France forte dont ils avaient besoin pour leur stratégie mondiale. La misère matérielle était source de conflit d’où les communistes sortiraient sûrement vainqueurs. Si l’ECA laissa les crédits de contre-valeur aller à la modernisation, c’est que le gouvernement américain avait choisi la confrontation avec le monde communiste au cœur de l’Europe, car mieux valait une France modernisée avec des difficultés financières, qu’une France stable mais économiquement atone. L’idéal aurait été d’avoir la modernisation et l’assainissement financier.

Le visage idéal de la France

  • 141 « We feel there are important psychological advantages to be gained... providing tangible benefits (...)
  • 142 F 60 ter 358 514, n° 377,13 avril 1950, B. de M., « Note pour Tomlinson ».

42Brutalement le comportement de l’ECA par rapport à l’utilisation de la contre-valeur changea au début de 1950. Les exigences d’assainissement, sans disparaître, firent place à des exigences d’investissements de modernisation dans des secteurs précis qui conditionnaient l’aide. Bingham fit connaître l’intérêt de Washington pour des projets ayant un impact immédiat sur les salariés141. Il voulait du « social », plus d’hôpitaux et d’écoles, comme si la planification à la Monnet avait oublié les préoccupations immédiates des Français. Ce qui n’était pas faux. Le SGCI accepta l’idée d’améliorer d’une manière tangible le niveau de vie des citoyens alors qu’il fallait maintenir la rigueur financière, malgré les réactions négatives de l’opinion. Le secrétaire général du SGCI, Bernard de Margerie, proposa une affectation de la contre-valeur aux 230 milliards de F de dépenses d’investissement prévues pour l’année civile 1950. Il avait gonflé les postes sociaux : logements, hôpitaux, écoles ; il avait introduit le tourisme et réduit les montants prévus pour les nationalisées142. L’ECA reprocha aux Français leur inaction sociale qui ouvrait la voie aux communistes. Le SGCI et les Finances, piqués au vif, décidèrent de résister verbalement aux propos désobligeants. Ils furent rassurés quand ils apprirent que l’ECA maintenait le principe d’un déblocage de la contre-valeur pour des opérations prévues par le budget voté par l’Assemblée nationale. L’ECA voulait très précisément améliorer le logement social en France, et affecter les crédits aux Habitations à Bon Marché (HBM) dans les zones industrielles. Elle demanda aussi le développement du tourisme, générateur de ressources et probablement aussi de contacts fructueux, estima-t-elle, entre Français et Américains. Certains Américains avancèrent un chiffre, 100 milliards de F, qui représentait la moitié de la contre-valeur attendue pour 1950. Tomlinson limita le chiffre à 20 milliards de F.

  • 143 F 60 ter 358, n° 435, 26 avril 1950, Petsche à Bingham.
  • 144 F 60 ter 498, « Note à MRU sur l’utilisation de la CV de l’aide US », SGCI 1950, n° 185, 21 février (...)
  • 145 Crédit National, Guyot DT à Brunet 25 mai 1950, « Affectation de la contre-valeur en francs de l’ai (...)
  • 146 F 60ter 500, 11 juillet 1951.
  • 147 F 60 ter 497, sous-dossier sur l’affaire Génissiat.

43A travers ces exigences nouvelles de l’ECA se dessinait l’image idéale de la France en Guerre froide, selon les Américains. Ce pays serait celui des logements ouvriers abondants et confortables. Les ouvriers français seraient efficaces, dans des usines performantes aux machines neuves. La France serait un pays d’accueil du tourisme américain. Elle exporterait aux prix mondiaux, donc bas. Le budget de l’État serait équilibré et l’effort fiscal justement réparti. Pour accélérer cette mutation de la société française vers le bonheur, l’ECA n’hésitait plus à se substituer aux dirigeants français. Que faire ? Margerie montra qu’il était impossible d’accepter une telle immixtion ou de la repousser, car autrement l’ECA « refuserait de débloquer la totalité de la contre-valeur » ; de plus, le refus du plan social américain passerait pour réactionnaire et donnerait du poids aux syndicalistes américains qui pressaient la mission de favoriser les travailleurs français. En conséquence un fonds de réserve de 20 milliards de F fut créé, le 25 avril 1950, à des fins sociales. Cette innovation offrait à l’ECA un domaine réservé qui empiétait sur la souveraineté française143. L’ECA poursuivit avec constance son programme d’information de l’opinion publique sur le plan Marshall. Le SGCI chercha une « procédure qui tout en évitant de donner une trop grande publicité à l’utilisation de la contre-valeur de l’aide américaine permettrait néanmoins de porter à la connaissance des bénéficiaires finaux, et d’eux seuls, l’origine des sommes qui leur sont versées144 ». En mai 1950, la mention « aide américaine » figurait sur les documents de prêts145. Les Français avaient donc refusé l’information générale et publique par peur de susciter des polémiques internes alors que les États-Unis avaient le projet de faire du plan Marshall une gigantesque opération publicitaire à des fins politiques. L’ECA demandait sans doute beaucoup trop à un gouvernement soucieux de défendre jalousement la souveraineté nationale et attaqué sur ce point par les communistes et les gaullistes, voire par la frange neutraliste du pays. L’activisme américain était-il nécessaire ? L’ECA tenait beaucoup à apposer des plaques commémoratives sur les projets réalisés grâce à l’aide Marshall. A Aix-en-Provence l’apposition d’une plaque sur le réservoir Rigaud entraîna des polémiques extrêmement vives. L’ECA voulait des plaques sur « ses » HLM en 1951146. L’inauguration du barrage de Génissiat suscita une polémique. La Compagnie Nationale du Rhône déclara devant une journaliste américaine que le barrage n’avait pas été financé par la contre-valeur. Or le barrage était inscrit sur la liste d’éligibilité pour une somme de 2,17 milliards F. La Compagnie Nationale du Rhône avait préféré « affecter » formellement cette somme à d’autres barrages moins prestigieux (Seyssel, Donzère), car Génissiat devait rester français. Les Américains étaient frustrés des bénéfices d’une spectaculaire opération de modernisation147. Une sorte de concurrence s’instaurait entre le gouvernement français et les Américains face au peuple français et surtout face aux peuples dépendants.

44La liste d’éligibilité définitive de 1950 porta la trace des nouvelles exigences américaine.

Tableau 14. Affectation de la contre-valeur en 1950

Tableau 14. Affectation de la contre-valeur en 1950

Source : SGCI, F 60 ter 514, liste 1950 au 13 avril 1950, pour FF 230 milliards, doc. polycop. 44 pages.

  • 148 B 16022, 27 avril 1950, n° 296 « Note sommaire sur les investissements 1951, inflexions à prévoir »

45Les crédits de contre-valeur affectés aux grands équipements avaient chuté : EDF, GDF, CdF, la Compagnie Nationale du Rhône. Ils ne représentaient plus que 43,3% du total contre 53,9 % dans les prévisions ; en revanche la reconstruction et les HLM avaient progressé de 9,7 % à 16,8 %. Toutefois le gouvernement français s’en était tenu le plus possible aux choix de modernisation préparés par le Plan. Les préférences américaines avaient marqué les services qui se préparaient, comme le dit Grimanelli, directeur des Programmes économiques au ministère des Finances, à prévoir des inflexions pour 1951 en faveur des HBM, du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme148. Les « remontrances » américaines ont renforcé ceux qui pensaient que la France avait intérêt à s’insérer dans les échanges internationaux. La société française qui avait cru trouver son salut dans un modèle crypto-dirigiste inventait lentement un mode de développement original caractérisé par l’économie mixte, par la perméabilité État-industrie privée, par la sauvegarde d’acquis sociaux qui concourraient au bien-être de la population, en dépit d’une crise politique permanente et d’une inflation rampante.

Des logements pour les travailleurs

  • 149 60 ter 502, note pour le ministre 30 septembre 1950, SG du CIQCEE, n° 879 bis, « Emploi de la CV au (...)
  • 150 F 60 ter 502, B.M., 30 novembre 1950, note pour le ministre, « a/s utilisation de la CV de l’année (...)
  • 151 F 60 ter 358, 880, « Note à Petsche sur la Contre-Valeur », 30 septembre 1950, pour une discussion (...)
  • 152 F 60 ter 502, Le Figaro 2 janvier 1951.
  • 153 G. Elgey, Histoire de la IV République, 1945-1951. La République des illusions, Favard, 1965, p. 11 (...)
  • 154 F 60 ter 359, 5 janvier 1951 B. de M. à Parkman.
  • 155 F 60 ter 502 PPS à Guindey 8 mars 1951, AF 586, « Aide américaine, sur une rencontre avec Bissell »
  • 156 F 60 ter 359, 473 à Parkman 12 juin 51 « Liste des projets HLM pour 12 milliards FF ». Paris, Le Pl (...)

46La guerre de Corée modifia les conditions de l’aide Marshall sans parler de l’aide au réarmement. Les Américains tentèrent de poursuivre leur opération séduction par le logement qui aurait pu avoir pour slogan : « le bonheur en famille grâce à l’Amérique ». L’ECA-Washington semblait décidée à affecter l’ensemble de la contre-valeur de 1951 aux HBM, soit environ 100 milliards de F149. Le SGCI jugea le projet inadmissible. Une décision américaine de refuser d’autres affectations que les HBM, « acculerait le gouvernement français à des procédés de financement anormaux dont les effets psychologiques sur la stabilité de la monnaie seraient redoutables », répéta Petsche à l’ECA150. Allait-on vers la création d’un fonds de contre-valeur affecté au logement, sur décision du Congrès américain151 ? Une telle insistance constituait une ingérence dans les affaires françaises. La mission le comprit, mais pas Washington. L’ECA trouva des relais en France pour son tout HLM, tellement le choix de l’investissement était justifié. Un cartel d’action pour le logement s’était constitué avec la CFTC, FO, la CGC, l’UNAF et le CIO américain152. Cette insistance américaine, relayée par l’opinion française, soulignait un des points faibles du programme de planification de Monnet. Pour des raisons conjoncturelles et politiques, les Américains ont popularisé des idées justes : les ouvriers et les travailleurs de la nouvelle économie française avaient droit à des logements corrects. La volonté américaine de poursuivre le développement des habitations à loyer modéré eut sans doute un effet d’entraînement quand fut décidé le plan Courant (début 1953) de construction de 240 000 logements par an153. De plus des rumeurs évoquaient l’affectation de la contre-valeur à des dépenses non budgétisées. Le crime absolu, la négation de la souveraineté française ! Paradoxalement, et contre toute attente, le SGCI s’empara de l’urgence du réarmement pour refuser le tout HLM en 1951154. Dans les deux cas, de tels choix diminueraient les programmes de modernisation. Guindey prépara son ministre, Maurice Petsche, à ce choc « trop vif155 ». Les 12 milliards de F de 1950 affectés aux HLM furent réputés avoir été dépensés pour certains programmes très précis : 7 157 logements dispersés dans la partie Nord de la France156.

  • 157 F 60 ter 359, 249 B. de M. à Timmons 14 mars 51, « Projet de liste d’éligibilité ».

47La fin du plan Marshall s’annonçait dès le début de 1951 en raison de la guerre de Corée et du gigantesque réarmement des pays du pacte Atlantique. L’ECA ne voulait plus s’engager sur des projets d’utilisation de la contre-valeur de l’aide économique avant de savoir ce que le Congrès voulait en faire. Mais elle autorisa un dernier déblocage de type ERP de 100 milliards de F en mars 1951. Les services français présentèrent aux Américains une double liste d’éligibilité 1951 destinée à financer encore une fois les investissements de modernisation, plus les logements recommandés par l’ECA157.

Tableau 15. Affectation de la contre-valeur en 1951 (projets et réalisations)

Tableau 15. Affectation de la contre-valeur en 1951 (projets et réalisations)
  • 158 B 34135, B. de Margerie n° 334 avril 51 ?, à Parkman ; n° 373 président du Conseil à M. le ministre (...)
  • 159 B 18220, H. Parkman à Petsche 17 mars 1951, « utilisation de la contre-valeur ».
  • 160 F 60 ter 359,334 13 avril 1951, B. de M. à Parkman.
  • 161 F 60 ter 499, Labouisse à Président du Conseil 27 octobre 1951.

48La liste commençait symboliquement par l’habitat pour amadouer l’ECA. Sa publication était déjà un acte de propagande. L’ECA avait fait savoir qu’elle tenait beaucoup à voir les TOM figurer sur cette liste, alors que les Français souhaitaient s’en tenir à la contre-valeur du fonds spécial déjà imposant de 28 millions $. En avril 1951 un accord fut trouvé sur les dépenses sociales « dont l’exécution contribuerait le plus efficacement à la lutte contre le communisme », écrivait le secrétaire général du Comité interministériel à Parkman158. Il était essentiel, indiquait Parkman, de résoudre les problèmes posés « par l’insatisfaction ouvrière » grandissante si l’effort d’armement devait être poursuivi159. Signe des temps, le terme d’HBM fut remplacé par celui, plus moderne, d’HLM. Les Français avaient donc accepté les thèses « sociales » américaines, mais ils restaient dans le cadre du budget et voulaient choisir seuls parmi les dépenses budgétaires de la reconstruction et des investissements celles « qui présenteraient le caractère social le plus accentué ou dont l’exécution contribuerait le plus efficacement à la lutte contre le communisme160 ». Parkman accepta la liste d’éligibilité à condition de commencer par financer la liste A, celle qui avait le caractère social le plus avancé. Fin septembre, 100 milliards de F avaient été débloqués et affectés au budget des investissements et de la reconstruction. Le « contrat » habitation était tenu. La France pouvait se défendre « contre l’agression communiste de l’intérieur si elle veut être en mesure de résister à une agression extérieure », disait Labouisse161. Le développement social avait pour fonction de remonter le moral de la population à la veille d’une possible conflagration. La prise en compte de l’industrie privée était une revanche sur la priorité antérieure accordée aux entreprises nationalisées. La liste exprimait les nouvelles tendances américaines dans lesquelles se coulaient les Français. C’était la fin d’une certaine conception du rôle de l’État dans l’économie inaugurée en 1945.

Conclusion

  • 162 F 10927, Foreign aid program in Europe ; Aid to France, « Report of the special subcommittee on for (...)
  • 163 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation au temps du plan Mo (...)

49A bien y réfléchir les conditions américaines de l’aide Marshall et les pressions de l’ECA ont paru à la fois gênantes, voire extraordinaires et en même temps supportables aux dirigeants et aux hauts fonctionnaires français. La présence américaine a été habile et insistante. L’ECA-Paris a su éviter la confrontation brutale avec les Français malgré les exigences brutales du Congrès ou les remarques désabusées de la Presse américaine. Les conditions du déblocage de la contre-valeur ont-elles été respectueuses de la souveraineté française ? Laissons parler un rapport du Sénat américain : « The use of the counterpart by the French has not been in accord with the original agreement signed by the participating countries162 ». Cela signifie que l’ECA-Paris a accepté, contre le vœu de certains sénateurs, de lâcher la contre-valeur pour des dépenses productives et non pas en échange de la stabilisation financière. En termes d’intérêts pour la France, la contre-valeur a été une bénédiction. François Bloch-Lainé, mieux informé que d’autres, remarquait que « nul n’a proposé sur le moment qu’on refusât cette manne, ni protesté contre les négociations et contrôles dont elle s’accompagnait163 ». L’image d’une France asservie à l’empire américain est une grossière erreur dans la mesure où l’ECA n’a pas défini les choix économiques de la France comme elle l’a fait en Grèce. Durant l’aide ERP, jusqu’en juin 1951, les Français ont évité que l’affectation de la contre-valeur n’allât à des projets non inscrits dans le budget. Ils ont obtenu que cette contre-valeur soit une aide budgétaire. Les Américains au début de la période étaient disposés à financer les grands projets de modernisation, sans doute parce que Monnet avait su être persuasif et que la couleur politique des gouvernements leur plaisait. L’aide était utilisée par les États-Unis comme une force pour rendre cohérent le monde occidental. L’aide était conçue pour construire une économie française performante selon les critères français, mais aussi pour fonder les bases d’une économie de marché et d’une société libérale accueillante aux classes moyennes et ouvrières. Le conflit entre les deux objectifs ne s’est produit qu’en 1951 à propos du logement social. On a le sentiment que l’ECA a alors tenté de prendre la direction de la gestion de la contre-valeur. Mais il faut remarquer que cela ne s’est produit que la troisième année de l’aide et que les sommes en jeu étaient très faibles par rapport aux sommes de contre-valeur dépensées durant les deux premières années. Les Français ont donc pu atteindre leurs objectifs de modernisation tout en sacrifiant partiellement aux objectifs américains d’assainissement budgétaire, de propagande pour le bonheur made in USA, d’accès aux matières premières rares dans les TOM, ou du tout HLM. L’aide a servi la voie française du développement économique et social, à son rythme et selon des principes définis par l’Assemblée nationale.

Notes

1 B Amérique 1944-1952, États-Unis 163, « Discours de Marshall du 28 avril ». H. Bonnet. 1er mai 1947 à G. Bidault. n° 940.

2 FRUS III, 1947, Mémorandum by Mr C. Tyler Wood, special assistant to the Assistant Secretary of State for Economie Affairs (Thorp) to the Under Secretary of State (Acheson). Top secret, Washington, april, 17, 1947.

3 FRUS III, 1947, France, 851.00/4-347 The ambassador in France (Caffery) to the Secretary of State, secret, Paris, april 3, 1947. (To kick the communists out qf the cabinet.)

4 FRUS III, 1947, 840.50 Recovery/5-2347, the director of the Policy Planning Staff (Kennan) to the Under Secretary of State (Acheson), secret, Washington, May 23, 1947.

5 Entretien David Bruce et Georgette Elgey, 12 octobre 1967, archives privées de Georgette Elgey.

6 FRUSIII. 1947, 840.50 Recovery/5-2747 Mémorandum by the Under Secretary of State for Economie Affairs (Clayton), The European crisis.

7 Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et cl espérance, l’Alliance atlantique. 1946-1950, Pion, p. 133. Léon Blum, L œuvre de Léon Blum, i1947-1’950, Albin Michel, 1963, articles du Populaire, 18-19 mai, 20 mai, 21 mai, 23 mai, 25-26 mai, 27 mai. pp. 1 à 24.

8 Combat, 15 mai 1947.

9 CE 44 télégramme Bonnet, H.B. 27 mai 1947, n° 1791, à diplomatie, « Conversations avec Foster Dulles à l’Ambassade ».

10 CE 44, 3 juin 1947, D.G. (du Quai d’Orsay). « Projet d’instructions à M. Bonnet ».

11 CE 44, H. Bonnet, 9 juin 1947, à G. Bidault, « a/s reconstruction européenne ».

12 FRUS III, 1947, London, June 16, 1947, 5 pm. The chargé in the United Kingdom (Gallman) to the Secretary of State.

13 CE 44, Massigli, 16 juin 1947, 17h 45. CE 44 Hervé Alphand, 18 juin 1947, « Note pour les conversations de ce matin ».

14 AMF 14/1/3 et 1/4, « Mémorandum de Jean Monnet à Georges Bidault sur la conférence de Paris sur les causes du refus de l’URSS et sur la coopération avec la Grande-Bretagne et les États- Unis surtout face aux problèmes allemands. 22 juillet 1947 ».

15 457 AP 20, 12 juillet 1947, « Discours de Bidault à la CCEE ».

16 CE 44, DAEF, « Note 30 juillet 1947, a/s comité de coopération économique européenne ».

17 457 AP 20. DAEF, « Conversations Bidault-Clayton », 9 juillet 1947. Bidault en fait part à la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, cf. 331 AP 1, Pierre-Olivier Lapie, audition Bidault, 9 juillet.

18 CE 44, H. Bonnet 1442, DGE à G. B. 7 juillet 1947, « a/s du plan Marshall ».

19 CE 44, 10 juillet 1947, Renseignement, service 259. 5, 10 juillet 472-PA, 9 juillet 1947, valeur B/L, « Plan Marshall », contact : h. c. au secrétariat particulier de J. Caffery.

20 Marcel Marantz, Le plan Marshall succès ou faillite ?, Marcel Rivière et cie, Paris 1950, préface de Pierre Olivier Lapie, 3 e partie, chap. 1.

21 457 AP 20. Polycopié jaune, DAEF, 2 août 1947. DG, Alphand, « Note pour le Président », 4 pp.

22 457 AP 20, Ministère des Affaires étrangères, H. A., DAEF, DG, 11 septembre 1947, « Note ».

23 CE 46, SDECE, 15 septembre 1947, source orchidée, 9 septembre 1947, n° 2489-5D. AMF 14/1/14, « Entretiens à l’ambassade américaine à Paris, 30 août 1947 ».

24 CE 46, Bonnet. d’Alphand, 10 octobre 1947, 22 h 10, 3013-16. On trouve un compte rendu des réunions dans AMF 14/3/16-26.

25 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, Laffont, 1986 , p. 189. note 1.

26 CE 46, 457 AP 20, B 33689, Washington, Alphand, 20 octobre 1947, 19 h 35, 3142-149.

27 CE 46, Bonnet 25 octobre 1947, 20 h 30, 3242-46.

28 CE 46, Bonnet, 28 octobre 1947. 19 heures, 3260-261, 457 AP 20, p. 34, « Aide-mémoire, 28 octobre 1947, remis à Lovett par le CCEE à l’initiative de la délégation française, fixant les positions des Européens ».

29 CE 46, Washington, Bonnet, Alphand, 4 novembre 1947, 22 h 35, 3338-44, ; 4 AU 23, Dr5, sdr b, « Aide-mémoire de Lovett remis à H. Alphand, le 4 novembre 1947 ».

30 Y I. 1944-1949, 229. Bonnet, 12 décembre 1947, 3788-93, sur le manque de confiance des Américains. FRUS III, 1947, p. 815, 10 décembre 1947, Secretary of State to the acting Secretary of State, martel 57.

31 Y I. 1944-1949, 228, Bonnet, 20 novembre 1947, 21 h 20, 3549-51.

32 Vincent Auriol, Journal du Septennat. 1947, p. 649, 30 décembre 1947.

33 « Interview de Guillaume Guindey » par un groupe d’historiens de Nanterre, Paris X, p. 18-19, dactylographié, 1er février 1980.

34 CE 44, « Note H. Alphand », 28 juin 1947, secret. 457 AP 20, H.A., Ministère des Affaires étrangères, DAEFT, DG, 2 août 1947, « Note pour te Président sur la CCEE ».

35 AMF 17/1/18, « Audition de M. Jean Monnet, CGP, par la commission de la Production Industrielle de l’Assemblée nationale, 16 juillet 1947 ».

36 Vincent Auriol, Journal 1947 ; octobre, note 1. 52 J 67, « Monnet au Président du Conseil », 8 septembre 1947.

37 Vincent Auriol, Journal 1947p. 464-465 et note 22 octobre, 8 octobre 1947.

38 363 AP 7, AMF 12/1/7, « Premier mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation », CGP, 52 pages, polycopié, 19 septembre 1947, exemplaire n° 67.

39 AMF 10/l/6a, « Rapport de la sous-commission des investissements, octobre 1947 ? ; AMF 10/1/8, novembre 1947, CGP, Commission du bilan national, « Résultats statistiques des travaux de la commission du bilan national ». Papiers Elgey, interview de Pierre Uri par Claude Daillencourt, 29 juillet 1964 ou 1965.

40 AMF 10/1 /9a, Jean Monnet au président du Conseil et au ministère des Affaires étrangères et des Finances, décembre 1947, sur le bilan de la commission nationale.

41 François Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé pour le colloque FNSP, la France en voie de modernisation, 1944-1952, 4/5 décembre 1981.

42 Interview de Guillaume Guindey par A. Mares et G. Bossuat, mai 1985, Bulletin de I Institut Pierre Renouvin, n° 1, Été 1986.

43 457 AP 79, Bonnet Washington, 1er février 1948, 21 h 45, 476-477. 457 AP 21, Washington. 28 janvier 1948, 22 h 50, 413-415.

44 CE 48, F 12 10323, Bonnet, 2099-109, 15 mai 1948, 20 h, 147 DET, « Remarque sur le projet d’accord bilatéral ».

45 CE 48. 18 mai 1948, Bonnet à G. Bidault, « a/s déclaration de Paul Hoffman ». En marge remarque d’un fonctionnaire : [ ? ?].

46 CE 48, 363 AP 8, p. 41/59, 457 AP 22, DAEF, 7 juin 1948, VL, « Points sur lesquels le projet américain d’accord bilatéral doit être amendé ».

47 CE 48, JPB, à ambassade de France, Buenos-Ayres, 12 juin 1948, 398-404.

48 453 AP 22, CE 48, 363 AP 8, DAEF, JPB, 17 juin 1948, à Washington, 2897-911, ou 14 DET, « Accord bilatéral ERP ».

49 457 AP 22, CE 48, DAEF, à Washington 2953-58, 18 juin 1948, « Réunion du Conseil des ministres restreint ».

50 457 AP 22, CE 48, Washington, 18 j u in 1948, 1 h 30, 2627-33.

51 457 AP 22, CE 48, VL, Coopération économique, DAEF, 2 juillet 1948, art. V, « Accord sur l’accès aux ressources ».

52 363 AP 8, 457 AP 22, CE 48, Washington, 22 juin 1948, 23 h 10, 2735-46, « Discussions avec Thorp et les ambassadeurs de France et de Grande-Bretagne ».

53 457 AP 22, CE 48, PB, 23 juin 1948, 3021-23, 0 h 30, à ambassade de France Washington.

54 457 AP 22, CE 48, Bidault à Washington, 3053, 26 juin 1948, « Accord bilatéral ».

55 457 AP 22, G. Guindey, 28 juin 1948, « Note pour le ministre ».

56 F 60 ter 508, DGD, 30 novembre 1948, à SGCI.

57 F 60, SGCI à DGD, 17 décembre 1949, n° 1711, et DGD à SGCI, 14 janvier 1950.

58 F 60 ter 351 SGCI 1116, 28 juillet 1949, PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 4 janvier 1950, n° 1765, « Note pour Frondeville », de Levêque ; SGCI 342, J. Levêque à Patterson, 31 mars 1950 ; F 60 ter 505, « Enquête n° 1208 », M. Dupuch 1G de l’enregistrement, 30 novembre 1950 ; F 60 ter 505, Dirapro, à ? confidentiel, 2 mai 1952, « Rapport sur les importations de soufre effectués depuis 1949 par la société Legay » ; voir liste des affaires in F 60 ter 509.

59 F 60 ter513, Guyot à Ledoux, 5 mai 1949.

60 F60 ter 358 SGCI 55, 20 janvier 1950, B. de M. à Bingham ; SGCI, n° 377 bis B. de M. au Ministre, 14 avril 1950 ; SGCI n° 424, D. Dommel à Tomlinson, avril 1950.

61 F 60 ter 379 « Rapports de M. Hubac, conseiller référendaire à la Cour des comptes sur le fonctionnement de l’ATIC aux États-Unis », 8 juillet 1949 et 20 octobre 1949.

62 F 60 ter 357, SGCI 1040, 1er juillet 1949, PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 506, B. de M. à Filippi, DREE, 22 mai 1950.

63 F 60 ter 357 SGCI 1577 B. de M. à Bingham, 10 novembre 1949 et 1647, 2 décembre 1949.

64 C E 64, Washington, 9 août 1949, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s reventes aux États-Unis de métaux non ferreux fournis au titre de l’ERP ».

65 Fontainebleau, 77396/11, Ministère de l’Industrie et du Commerce, coord. industr. div. des accords commerciaux, n° 5. 485, 20 août 1949, à direction des Mines.

66 F 60357, SGCI 1221, 17 août 1949, G. Maunoury à Patterson ; F 60 ter 358, 12 janvier 1950, B. de M. à Douanes, n° 23 ; F 60 ter 504, décembre 1949 et janvier-février 1950.

67 B Amérique, 1944-1949, EU 249, Washington 2 juillet 1949, 154 DET.

68 CE 52, JPB 25 février 1949, Commerce avec l’Est européen, secret ; DGAEF, MS, 11 avril 1951, « Note pour le DG fournitures de pneus à la Pologne ».

69 CE 52, R. V. 26 janvier 1950, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce Est-Ouest ».

70 CE 52, R. V. 26 août 1950, note pour le Président, « Commerce Est-Ouest ».

71 CE 49, JPB, 12 août 1948, à Washington, 3890-91. CE 49, Ministère des Travaux Publics et des Transports, 31 août 1948, R. V. Courau, SG de la Marine Marchande n° 1955 à chef délégation OECE, « Visite du directeur des transports ECA, colonel Syran, 16-19 aoû ». F 60 ter 493, 17 décembre 1948, « ERP transports de produits ERP, USA-France, milliers de tonnes ». source ?

72 CE 3, Bonnet, 4 mars 1949, n° 962.

73 CE 65, H. Alphand, 30 juillet 1949, coopération économique à Finances, DREE. n° 6418, « Clause 50/50 ».

74 F 60 ter 493, DREE 5 novembre 1949, à Ministère des Affaires étrangères H. Alphand ; F 60 ter 493, Finances, note pour PPS 30 août 1949, OECE, comité des transports maritimes.

75 CE 03 Bonnet. 30 décembre 1949, 17 h 224 DET.

76 F 60 ter 521, CGP, groupe de travail de la productivité, « Note sur la productivité, juillet 1948. »

77 F 60 ter 521, p. 4, CGP, 16 septembre 1948, « Jean Monnet au président du Conseil. »

78 AMF 14/5/18, Bonnet, 24 novembre 1948.

79 F 60 ter 378, US News and World Report, 8 octobre 1948, Charles H. Kline.

80 74 AP 64, 25 mars 1949, « Mémorandum sur le programme français d’aide technique remis à Bruce le 31 mars », source ?

81 F 60 ter 521, CGP, 5 décembre 1949, « Projet, l’assistance technique de l’ECA dans le programme français pour l’accroissement de la productivité ».

82 F 60 ter 521, comité provisoire de la productivité, p. v. n° 12, 15 mars 1950 ; ECA 8 février 1950, OSR à toutes missions ECA, « Programme de productivité ».

83 F 60 ter 357 SGCI 1165, PPS à J. Monnet, 4 août 1949.

84 F 60 ter 521, Barry Bingham à B. de M., 2 décembre 1949 : « Projet de réponse de Bernard de Mareerie ».

85 F 60 ter 521, A. Bérard à R. Schuman, 29 avril 1949, n° 843. AMF 13/3/3, 28 mars 1949, CGP à Pinay, SE aux Affaires économiques. AMF 13/3/7, 7 octobre 1949, CGP aux Finances. F 60 ter 521, « Voyage de stagiaires français aux Etats-Unis, rapport n° 3 » par A. Pons, 29 août 1949 ; F 60 ter 521, PPS à Bingham. 7 octobre 1949, n° 1414, réf. à sa lettre du 26 juillet. Sur ce problème en général, voir aussi « L’American Way of life et les missions françaises de productivité », Richard F. Kuisel, Vingtième siècle, n° 17, janvier-mars 1988, p. 21, un article remarquable sur les conséquences techniques des missions et sur leur substrat idéologique.

86 CE 64, P. Guillaumat, DICA à Ministère des Affaires étrangères 10 octobre 1949.

87 F 60438, Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, chargé de l’information, au Président du Conseil. F 60 ter 381, SE Présidence du Conseil, à SGCI, 12 novembre 1948, « Exécution des clauses de l’accord bilatéral relatives à l’information. »

88 F 60 ter 393-394, c. r. réunion de travail PPS, Robert Mitterrand, G. Elghozy, Chouraqui, 5 décembre 1948. F 60438, Queuille à secrétaire d’État à l’Information, 28 décembre 1948.

89 F 60393-394, Note pour Elgozy, 24 février 1949. F 60 ter 393-394, note pour M. Elgozy, 1er mars 1949. Entretien avec P. Ledoux, par G. Bossuat, Banque Nationale de Paris (BNP), 12 juin 1984.

90 F 60 ter 438, discours de Bruce, du 28 mars 1949.

91 F 60 ter 438, 9 février 1949. F 60 ter 438, R. Schuman, mars 1949.

92 Frus 1949. IV. Caffery, 3 mars 1949. 8 p-m 887, to Secretary of State.

93 F 60 ter 393, ECA à Elgozy 18 novembre 1949.

94 F 60 ter 393, ECA à Elgozy 6 septembre 1950, Kirkpatrick à B. de M. 5 décembre 1950.

95 F 60 ter 351, 932, PPS à Reed sur la « publicité sur le rapport du 3T de l’ERP ». F 60438, script d’une émission radio : La ronde des Nations, 6 mai 1949, 21 h 40 à 22 heures.

96 F 60 ter 393, Ministère de l’Information, confidentiel, c. r. séance du 3 août 1950, Elgozy, Béliard. Kirkpatrick. Dresden. Chouraqui.

97 CE 49, C Makinsky, délégué général France-États-Unis, Il rue Galilée, Paris 16. le 4 octobre 1948 à M. Alphand et le 22 septembre 1948.

98 CE 49. coopération économique, 12 octobre 1948, « Note pour M. Baraduc, a/s contrôle des arrivages des produits ERP. et copie du télégramme hebdomadaire de Demont ».

99 F 60 ter 438, H. Bonnet à R. Schuman, 2 mars 1949 ; 917.

100 F 60 ter 551, 423, PPS à Lenoir, directeur des services administratifs et financiers à la Présidence du Conseil, 20 décembre 1948.

101 F 60 ter 381, CGP à B. de Margerie, 5 janvier 1949. B 33689, Hearings de M. Bruce au Congrès, 10 février 1949, relation faite par M. Ledoux du SGCI. Entretien avec Bernard de Margerie, par G. Bossuat, 6 décembre 1982. Relations internationales, 25, printemps 1981, Y-H. Nouailhat, « Aspects de la politique culturelle des États-Unis à l’égard de la France de 1945 à 1950 », p. 87-111.

102 F 60 ter 357, 926, « Note pour le Président », PPS, 19 mai 1949. « Création auprès du comité interministériel d’un comité syndical consultatif. »

103 F 60 ter 438, rapport du comité mixte de coopération économique à l’étranger, 14 octobre 1949, traduction, enquête de 6 semaines par 2 membres du comité mixte.

104 F 60 ter 357 SGCI 1455 bis secret, 22 octobre 1949, « Note pour le Président du Conseil ».

105 F 60 ter 517, G. Guindey, 30 septembre 1949, à AF 31057.

106 F 60 ter 515, SGCI n° 114, 2 février 1950, B. de M. à Bingham.

107 F 60 ter, 358, SGCI 589, 19 juin 1950, B. de M. à Ministère de l’Industrie et du Commerce.

108 CE 52, DGAEF. 23 février 1951, note pour la coopération économique, « Négociations franco-soviétiques sur les céréales secondaires » ; Rivière, Prague, 3 mars 1951,20 h 243-45.

109 B Amérique, 1944-1952, EU 249, coopération économique, 30 mars 1951 à Washington, « a/s utilisation des crédits américains ».

110 F 60 ter 358, 702 bis 18 juillet 1950, B. de M. au directeur du cabinet du ministre de l’Intérieur, « Projet de lettre de Petsche aux préfets ».

111 F 60 ter 393, Parkman à Elgozy 6 avril 1951.

112 F 60 ter 358, SGCI 770, 12 août 1950.

113 Voir Gérard Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944- 1954, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière dela France, 1992, réédition 1997.

114 F 60 ter 513, « Note de Bloch-Lainé (Boyer) », le 29 juillet 1948 remise au président de la République, du Conseil, M. Léon Blum « attention cette note n’est pas rédigée en termes diplomatiques, usage interne seulement ».

115 80 AJ 77, CGP 8 juillet 1948. J. Monnet. « Directives sur les objectifs et moyens d’exécution relatifs à l’équilibre en 1952 ».

116 « If the french administration cannot provide a satisfactory commitment on budgetary and fiscal policy and cannot present us with plans calculated to achieve that policy, we should refuse to agree to the release of the counterpart », 74 AP 3 1 , confidential, « Mémorandum reçu de Bruce le 31 août 1948, release of french counterpart ».

117 74 AP 31 J. Monnet 26 août 1948 à Président du Conseil, Ministère des Finances ; 74 AP 31, Ministère des Finances 31 août 1948, « Lettre de Paul Reynaud au Président de la République ».

118 B 42255, finances ? DT ? 13 septembre 1948, « Note pour le Président ». F60 ter 380, « Conversations franco-américaines, note pour le Président », 13 septembre 1948 origine : SGCI ?

119 « Intentions long range fiscal reforms seem sincere », FRUS 1948, vol. III, « Western Europe ». 14 IX 48, Bruce to Hoffman ECA secret, NIACT TOECA 358. »

120 « This would unquestionably mean cessation US aid to France » FRUS, 1948, III, « Western Europe », Caffery à S.S., 2 octobre 1948 4 pm secret 5168.

121 F 60 ter 380, Hoffman à Queuille. 27 septembre ; Queuille à Hoffman 25 septembre 1948.

122 Crédit National, Bruce, à Queuille 27 septembre 1948, PM 4117.

123 In F 60 ter 378 et 3 décembre 1948, « Suite de la conversation Bruce/Petsche du 30 novembre ».

124 Vincent Auriol, Journal, 1948, p. 551.

125 B 33510, D. Bruce à Queuille, 3 décembre 1948.

126 Correspondance particulière H. Bonnet, Jean Chauvel à H. Bonnet 7 décembre 1948.

127 « Entretien Elgey/Queuille », 12 août 1964.

128 F 60 ter 378, « Projet Guindey », 16 janvier 1949 note pour le ministre, secret ; Rueff. « Note sur le problème français », février 1949.

129 F 60 ter 513, D. Boyer le 9 mars 1949 à SGCI « Avant projet de mémorandum qui marquera le début officiel de la négociation dont nous avons parlé hier au téléphone... ».

130 F 60 ter 380, « Texte américain concernant la procédure de déblocage du fonds de contrepartie », sans date, double, dans le dossier sur le 5e déblocage. n° 12621.

131 F 60 ter 513 SGCI, 814, 19 avril 1949, P. Ledoux à E. Lamy.

132 F 60 ter 513, AF, Washington, 8 avril 1949, Lamy à P. Ledoux.

133 F 60 ter 357, lettre de Bruce au ministre du 7 avril 1949 ; n° 814, P. Ledoux à Lamy 19 avril 1949.

134 F 60 ter 357,513 ; 838, 26 avril 1949 ; 24 mai 1949, « Échange de lettre du 23 mai Petsche et Bingham » ; FRUS 1949 IV, WE, Hoffman to ECA Mission in France 22 avril 1949 7 pm Ecato 632. « La loi des maxima ».

135 F 60 ter 497, Bingham à PPS, 17 août 1949.

136 F 60 ter 380, Documents remis par Tomlinson le 20 novembre, « Résumé conversation Bruce-Petsche ».

137 F 60 ter 410. 25 octobre 1949, source ?, « Note sur les négociations relatives à la CV de l’aide américaine ».

138 F 60 ter 357,et 380 ; 1715, Petsche à Bingham, 19 décembre 1949.

139 F 60 ter 380, « Instructions du NAC », communiquées à Petsche pour son information personnelle, source ECA ; FRUS JV 1949, WE. 6 décembre 1949, 9 p.m. Foster à ECA F Ecato 1057.

140 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 160.

141 « We feel there are important psychological advantages to be gained... providing tangible benefits of immédiate interest to the average frenchman », F 60 ter 513. Bingham, 18 janvier 1950.

142 F 60 ter 358 514, n° 377,13 avril 1950, B. de M., « Note pour Tomlinson ».

143 F 60 ter 358, n° 435, 26 avril 1950, Petsche à Bingham.

144 F 60 ter 498, « Note à MRU sur l’utilisation de la CV de l’aide US », SGCI 1950, n° 185, 21 février 1950.

145 Crédit National, Guyot DT à Brunet 25 mai 1950, « Affectation de la contre-valeur en francs de l’aide américaine » : le Crédit National prévoit des formulaires ainsi rédigés : « Prêt... réalisé sur les ressources du FME provenant de la Contre-Valeur de l’aide consentie par le gouvernement des États-Unis d’Amérique ».

146 F 60ter 500, 11 juillet 1951.

147 F 60 ter 497, sous-dossier sur l’affaire Génissiat.

148 B 16022, 27 avril 1950, n° 296 « Note sommaire sur les investissements 1951, inflexions à prévoir ».

149 60 ter 502, note pour le ministre 30 septembre 1950, SG du CIQCEE, n° 879 bis, « Emploi de la CV au titre de l’aide Marshall 1951 ».

150 F 60 ter 502, B.M., 30 novembre 1950, note pour le ministre, « a/s utilisation de la CV de l’année 1951 ».

151 F 60 ter 358, 880, « Note à Petsche sur la Contre-Valeur », 30 septembre 1950, pour une discussion avec Parkman ; 1059, 30 novembre 1950, B. de M., note au ministre. « Utilisation de la CV 1951 ».

152 F 60 ter 502, Le Figaro 2 janvier 1951.

153 G. Elgey, Histoire de la IV République, 1945-1951. La République des illusions, Favard, 1965, p. 118.

154 F 60 ter 359, 5 janvier 1951 B. de M. à Parkman.

155 F 60 ter 502 PPS à Guindey 8 mars 1951, AF 586, « Aide américaine, sur une rencontre avec Bissell ».

156 F 60 ter 359, 473 à Parkman 12 juin 51 « Liste des projets HLM pour 12 milliards FF ». Paris, Le Plessis-Robinson, Clamart, la cité universitaire d’Antony, en Moselle les villes sidérurgiques, Strasbourg, Le Havre, Rouen, Douai, et la région lyonnaise : Pari 1 ly, Saint-Etienne.

157 F 60 ter 359, 249 B. de M. à Timmons 14 mars 51, « Projet de liste d’éligibilité ».

158 B 34135, B. de Margerie n° 334 avril 51 ?, à Parkman ; n° 373 président du Conseil à M. le ministre des Finances et des Affaires économiques, DT, « déblocage de la contre-valeur ».

159 B 18220, H. Parkman à Petsche 17 mars 1951, « utilisation de la contre-valeur ».

160 F 60 ter 359,334 13 avril 1951, B. de M. à Parkman.

161 F 60 ter 499, Labouisse à Président du Conseil 27 octobre 1951.

162 F 10927, Foreign aid program in Europe ; Aid to France, « Report of the special subcommittee on foreign économic cooperation of the Senate appropriations committee », janvier 1953, cité par l’administration française.

163 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation au temps du plan Monnet », FNSP, 1981, La France en voie de modernisation 1944-1952. Colloque 4-5 décembre 1981. polycopié, p. 15.

Table des illustrations

Titre Tableau 14. Affectation de la contre-valeur en 1950
Légende Source : SGCI, F 60 ter 514, liste 1950 au 13 avril 1950, pour FF 230 milliards, doc. polycop. 44 pages.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 15. Affectation de la contre-valeur en 1951 (projets et réalisations)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540