Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre V. Les accords Blum-Byrnes de la réserve à la crise

Texte intégral

1La grande négociation franco-américaine d’avril-mai 1946 avait été rendue possible par l’engagement français d’agir selon les principes de la Charte de l’Atlantique et de la conférence de Bretton Woods. Très concrètement les dirigeants français venaient à Washington pour régler les comptes de guerre et pour bénéficier des largesses américaines. Le prêt de 3,4 milliards $ accordé à la Grande-Bretagne en janvier 1946 fascinait les Français. Le succès de la négociation franco-américaine serait mesuré à l’importance du prêt accordé à la France. Les Français avaient deux atouts : Monnet qui connaissait bien la machine administrative des États-Unis, et le Plan de Modernisation qui traduisait l’ambition nationale. Léon Blum, unanimement respecté, serait le porte-parole de la France. La France semblait unie et déterminée à affronter son avenir après avoir remis de l’ordre dans ses changes extérieurs. Les États-Unis tenaient à ces négociations pour éviter les errements de l’après première guerre mondiale relatifs aux dettes de guerre. Outre ces questions comptables, la négociation Blum-Byrnes aurait pour objectif de vérifier que la France était disposée à participer aux nouvelles relations économiques internationales voulues par Washington. Mais il était improbable que les États-Unis prennent en considération les objectifs de puissance de la France. D’ailleurs n’était-il pas paradoxal de parler de puissance française sous assistance américaine ? Pourtant, c’est bien ainsi que fut préparée cette négociation. Les Français, comme il est dit dans les pages suivantes, ont d’abord élaboré une doctrine pour leurs relations économiques internationales. Elle supposait la restauration préalable de la puissance française. Ils ont ensuite vécu un printemps heureux à Washington pour le règlement du prêt-bail, mais insatisfaisant pour l’avenir. Le résultat ne s’est pas fait attendre. En 1947 la situation des comptes extérieurs de la France était devenue catastrophique, générant une récession douloureuse en ces temps d’inflation, de pénuries, de misère, d’agitation sociale. Le passage par Washington n’avait pas été probant. L’année 1947, de triste mémoire, montra les limites de ces accords qui, de l’aveu des Français, auraient dû fonder le relèvement et la modernisation économique de la France.

L’élaboration d’une doctrine française

2Les services français, au Commissariat général du Plan, aux Finances préparèrent dans le courant du premier trimestre 1946 les positions françaises pour la négociation bilatérale franco-américaine. Les Français prenaient conscience que leur politique allemande était dans une impasse. Les Allemands ne paieraient pas la modernisation française parce que les États-Unis ne le voulaient pas. Les Français s’apprêtaient donc à demander une aide considérable pour leur relèvement. Leurs arguments n’emportèrent pas toujours l’adhésion de l’administration américaine.

Le réalisme impose le voyage

  • 1 F 60925, « c. r. réunion du 18 février 1946 », doc. n° 228.

3Cette négociation était destinée à satisfaire les demandes de modernisation de l’économie française afin de la mettre en mesure de participer aux échanges mondiaux. Cette position était celle du gouvernement français, exprimée dans l’échange de lettres du 8 novembre 1945. Comme Monnet l’avait dit, « la solution heureuse du problème allemand est plus nécessaire encore que la négociation pour obtenir des crédits américains »1. Cela signifiait que le charbon allemand valait mieux que des dollars américains. Ainsi, à côté des dollars, les Français demanderaient 20 millions de tonnes de charbon allemand par an en allant à Washington, car c’était bien de Washington que partirait l’autorisation de transporter la houille de la Ruhr vers les usines françaises. Mais, voilà, le charbon allemand était compté par les alliés eux-mêmes ! La destruction ou l’affaiblissement du potentiel allemand n’étaient déjà plus de mise dans une perspective de résistance à l’URSS.

  • 2 F 60922, 1er septembre 1945, Berlin, n° 1, Koeltz pour EMGDN, Paris.
  • 3 Daniel Yergin, La paix saccagée, les origines de la guerre froide et la division de l’Europe Balla (...)

4Le voyage à Washington était d’autant plus nécessaire que le mirage des réparations s’estompait rapidement au fil des mois. Les Français avaient tenté de mettre en œuvre une politique de transfert de matériels industriels vers la France : usines de laminage, d’automobiles, d’azote, scieries électriques, machines à tisser, wagons-citernes, chantiers navals2. Il entrait dans les vues du Gouvernement provisoire de profiter de la défaite allemande pour bâtir une France nouvelle sur les ruines allemandes. Le secrétaire d’État américain, Byrnes prit position officiellement contre les démantèlements en février 1946 et le général Clay, commandant en chef américain en Allemagne, fit arrêter les démontages d’usines, une décision dirigée contre la France, d’après Daniel Yergin3. Neuf mois seulement après l’effondrement de l’Allemagne, les dirigeants français mesuraient l’échec de leur politique de force en Allemagne. Il était temps en effet d’aller à Washington quoiqu’on en pensât à Paris. Pourtant, longtemps encore, les Français ne surent pas dire qu’ils changeaient de politique allemande et nourrirent la méfiance de leurs alliés. Il était délicat pour les Américains de favoriser par un grand prêt un pays qui s’opposait à eux sur l’Allemagne.

  • 4 Archives Mendès France, « Correspondance », Lettre de Pierre Mendès France à L. Rizzo, 18 décembre (...)
  • 5 Le Monde, 22 février 1945. Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, 21 février 1945, note de la DAE, négo (...)
  • 6 Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, 22 mai 1946, ambassade de France à Londres, JCP 1661, à G. Bidau (...)
  • 7 Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, direction Europe, 17 avril 1947, les relations franco-belges dep (...)
  • 8 Jean-Louis Mandereau, 14 janvier 1983. « entretien » avec Antoine Mares.

5Le voyage à Washington s’imposait aussi du fait de l’évanouissement d’un autre mirage : l’union économique avec le Benelux contre l’Allemagne. Réussie, elle aurait certainement limité l’appel à l’Amérique. Mendès France manifesta de la sympathie pour cette coopération, allant jusqu’à l’étude de plans industriels d’après-guerre. Mais il posait deux préalables sur le libre accès au coke allemand et la participation des Britanniques4. La défaite imminente de l’Allemagne, fin 1944, relança la réflexion sur une union européenne. Les Français considéraient qu’une alliance avec les Belges et les Néerlandais était une excellente solution pour accéder au charbon allemand et assurer la sécurité. La création du Comité Tripartite de Coopération Économique (CTCE), (France, Belgique-Luxembourg et Pays-Bas), en mars 1945, devait « ouvrir les voies à la conclusion d’une union douanière entre les quatre pays »5. Le renforcement de la coopération intereuropéenne était ressenti comme une solution aux problèmes de la reconstruction et de la modernisation de la France. Cette formule a échoué parce qu’elle se fixait trop ostensiblement l’objectif de maintenir l’Allemagne en subordination. La Belgique et les Pays-Bas refusaient le jeu français. La Belgique était tout au plus favorable à la séparation économique et militaire de la Rhénanie du Reich. Les Néerlandais, qui vivaient des échanges avec l’Allemagne, craignaient de perdre leurs marchés d’exportations en Allemagne, voire dans la zone sterling, en cas d’union économique ouest continentale. L’opposition britannique se réveilla et trouva des relais complaisants en Belgique et aux Pays-Bas6. « Cette circonstance a été plus ou moins fatale à toutes les initiatives françaises », remarquait-on au Quai d’Orsay. Massigli, l’ambassadeur de France à Londres, interrogea franchement les Britanniques. Sir Orme Sargent répondit vaguement que l’Angleterre voulait une plus large construction. En fait les Britanniques manifestaient une grande prudence en raison de « l’incertitude qu’ils éprouvent sur la situation politique en France »7. Les Néerlandais demandèrent l’intégration de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne au système de sécurité ouest-européen. La France n’était pas crédible car les États-Unis avaient parlé. La solution d’une union européenne anti-allemande, discriminatoire, échoua en 1946. L’Europe « française » était une solution séduisante dans l’esprit des modernisateurs français. Elle aurait favorisé une coordination planifiée des secteurs économiques des quatre pays (France, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), et associé un apport allemand forcé d’énergie et d’usines sidérurgiques. Elle était une solution impossible. Ce que disait J.-L. Mandereau, un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay, des projets européens de Monnet en 1943, était encore valable après la guerre : « La France n’avait pas le prestige, la stabilité, l’assurance nécessaire, pour jouer le rôle qu’elle aurait pu autrement jouer »8. La France se heurtait aux vastes projets d’organisation du monde et subissait les rivalités stratégiques entre les très grandes puissances. 11 fallait donc aller à Washington.

Du temps pour la transition économique

  • 9 F 60 925, 20 mars 1946, c. r. du CEI ; idem, in 5 à 13, SGCEI, n° 7, 25 mars 1946, c. r. du CEI du (...)
  • 10 Jean Monnet, Mémoires t. I, Livre de Poche, Fayard, 1976, p. 359.

6Les Français se résignèrent donc à aller à Washington à défaut de pouvoir agir à leur guise en Europe. Ils ont construit une doctrine pour la négociation dont le maître mot fut : transition. Le dernier débat sur l’appel aux États-Unis eut lieu devant le Comité Économique Interministériel (CEI), alors que le dossier avait été préparé par le Commissariat général du Plan. Monnet y présenta le Plan de Modernisation. La production française augmenterait de 25 % par rapport à 1929 grâce à des investissements d’une valeur de 7 000 milliards F sur 15 ans. Les débats du CEI montrèrent les trois manières de réaliser le renouveau économique. André Philip, nouveau ministre de l’Économie nationale et des Finances, préconisait un effort national d’exportations pour éviter l’aide étrangère. Monnet acceptait une dépendance limitée dans le temps, mais massive, pour s’équiper. Une troisième voie, incarnée par le socialiste Albert Gazier, préconisait le repli sur les ressources nationales. Les deux premières méthodes supposaient de vigoureux échanges extérieurs. La solution d’André Philip avait les préférences du CEI. Mais son secrétaire général, Gaston Cusin, constata l’impossibilité de l’appliquer en raison des faibles disponibilités à l’exportation9. Le Commissariat général du Plan était devenu le véritable maître d’œuvre de la politique économique extérieure à long terme, davantage que le ministère de l’Économie nationale et des Finances dont dépendait le CEI. Monnet avait fait le choix de l’aide extérieure dès 1944. Il s’employait maintenant à gagner la bataille du financement de la modernisation par les États-Unis. Monnet écrivit plus tard : « Même au prix de l’utilisation au maximum de nos réserves publiques d’or et de devises et de la mobilisation des avoirs privés à l’étranger, un appoint de plusieurs milliards de dollars pour la période 1946-1950 apparaît comme nécessaire »10. Le socialiste Félix Gouin, le nouveau chef du Gouvernement provisoire, choisit Monnet contre Philip.

  • 11 Jean Monnet, Mémoires, Livre de Poche, Fayard, 1996, t. 1, p. 367.
  • 12 Christian Valensi, Un témoin sur I "autre rive, op. cit., p. 333.
  • 13 Pierre Mendès-France. Œuvres complètes, t. 2, Une politique de /économie. 1943-1954, Gallimard, 19 (...)
  • 14 Y international, 1944-1949, 84, DGER, 22 janvier 1946, réf. Ilc, d’après des informations de Washi (...)
  • 15 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246, Wall Street Journal, 4 février 1946, R. Moley "socialist g (...)
  • 16 B 33688, télégramme Bonnet, 18 février 1946, n° 148, DET. Foreign Relations of United States, Volu (...)
  • 17 Papiers Elgey, Pierre Mendès France, « entretien » avec Georgette Elgey, 5 avril 1964.
  • 18 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955,Plon, 1978, p. 77.
  • 19 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246. Bonnet, 4 mars 1946. n° 199.

7Les États-Unis étaient-ils politiquement disposés à consentir des crédits dont le montant était du même ordre que celui du prêt à la Grande-Bretagne ? Les Français ont exagéré la détermination des Américains à les aider. Ils pensaient que les États-Unis y trouveraient un intérêt économique. Monnet, dans ses Mémoires, écrivit qu’il n’avait pas d’illusions sur le montant du prêt11. On peut en douter, car ce n’était pas son discours au moment des événements. Valensi, l’attaché financier à Washington, qui épinglait Monnet sur ce point, affirme qu’on savait que le gouvernement américain ne disposait pas de fonds supérieurs à 650 millions $12. Mendès France prédit à Léon Blum tout au plus 500 millions $, à moins de procéder en France à un rigoureux assainissement économique et fiscal intérieur13. La délégation française dut reconnaître son erreur peu après son arrivée aux États-Unis. La presse américaine, inspirée comme il se devait, formula des doutes sur la présence des communistes au gouvernement, sur la politique allemande de la France, et sa politique coloniale14. Les milieux d’affaires américains se gaussaient des socialistes français : « Il est ironique de voir avec quelle détermination les descendants de Karl Marx croient en Saint-Nicolas »15. Le secrétaire au Trésor, Fred Vinson, conseillait à Truman d’accorder à la France un prêt d’un montant limité, en attendant que fonctionnent les institutions de Bretton Woods16. Il n’avait donc pas envie de prêter aux Français. Vinson somma même Mendès France de s’aligner sur les États-Unis lors d’un vote au FMI, le menaçant de faire échouer la négociation17. Le National Advisory Council (NAC) refusait par avance le chiffre de 4 milliards $. Il le fit savoir. « Il avait été précisé dès le début », écrit Armand Bérard, « qu’il ne pourrait s’agir de crédits analogues, c’est-à-dire d’un emprunt politique » de type anglais18. Des rumeurs racistes se répandirent contre Léon Blum : « un négociateur sémitique français » !19De plus, la Grande-Bretagne ne voyait pas favorablement l’ouverture de ces négociations franco-américaines, au moment où le Congrès se prononçait sur le prêt anglais. Seul l’argument de la lutte contre le communisme faisait recette.

  • 20 80 AJ 4, et A M F 4 / l / 6 a et 4/1/21, CGP, mars 1946.
  • 21 B 33918, MAE. PB, Affaires économiques, 23 février 1946, confidentiel. « Instructions à la délégat (...)
  • 22 B 33918, MAE. PB, Affaires économiques, 23 février 1946, confidentiel. « Instructions à la délégat (...)
  • 23 AMF 4/1/6, « Note sur l’ouverture des négociations franco américaines », non datée, CGP sans doute
  • 24 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1 (...)
  • 25 CE 14, 9 février 1946, LEC, Affaire économiques et ministère des Finances, Note. Ministère de l’Éc (...)
  • 26 CE 14, c. r. réunion du 16 janvier 1946, Présidence Nathan, Commission de politique douanière, DRE (...)
  • 27 CE 14, AL. DAEF, 16 mai 1946, « note d’information pour la délégation française au Conseil économi (...)

8Un document de synthèse résuma les propositions françaises pour la négociation de Washington : les Données statistiques sur la situation de la France au début de 1946, préparées par Jean Vergeot au Plan20. Les positions pour la négociation furent arrêtées le 20 février 1946 au cours d’une réunion présidée par Léon Blum21. Les instructions à la délégation française ont été probablement signées le 23 février 194622. L’adoption du Plan de Modernisation le 16 mars, un jour après l’arrivée de Blum aux États-Unis, donna une crédibilité supplémentaire aux négociateurs français. Cette position fut complétée au cours des négociations par la définition d’une politique cohérente en matière de commerce international. La France demandait trois concours extérieurs : du charbon, l’abaissement des barrières tarifaires américaines, des crédits d’équipements. Un chiffre du déficit de la balance des paiements extérieurs était avancé : 2 milliards $, puis 3 et même 4 milliards $23. Les variations de chiffrage trahissaient l’incapacité réelle à évaluer l’état de la balance des paiements dans les années à venir et surtout l’imprécision des intentions américaines. Si le CGP avait préparé les « données statistiques », d’autres services travaillaient à la fois pour les négociations Blum-Byrnes et en vue de la future conférence préparatoire du commerce de Genève (été 1946). Les conclusions, adoptées alors que Blum était aux États-Unis, ont été utilisées par la délégation française. En politique commerciale à long terme, la tendance des services restait protectionniste en dépit des engagements pris par Monnet et le gouvernement du général de Gaulle le 8 novembre 1945. Les experts cherchaient toujours à favoriser les exportations de produits de luxe traditionnels. Leur vision de l’avenir était calquée sur le passé. Pierre Mendès-France acceptait le projet américain d’organisation des échanges, avec une période de transition suffisamment longue, de 12 ans au moins. Il considérait que le libéralisme créerait des courants commerciaux contraires aux besoins véritables du relèvement français24. Mais les fonctionnaires de la France d’outre-mer restaient fidèles à l’ouverture économique qu’ils avaient connue durant la guerre pour favoriser le développement des affaires dans les colonies. Ce serait évidemment la fin des préférences impériales, un risque d’éclatement de l’Union française, la naissance d’unions régionales telle Madagascar et l’Afrique du Sud, excluant la France. La Commission de politique douanière choisit l’unité douanière de l’Union française sous la pression d’autres coloniaux. « Autarchistes de la dernière heure, les coloniaux n’étaient pas les moins résolus à défendre un régime douanier qui préservait leurs intérêts économiques et leur apparaissait comme le moyen de s’opposer aux forces centrifuges qui menaçaient l’unité politique entre la France et son Empire », écrit Jacques Marseille25. La France, en état de faiblesse, quémandait des crédits : « Il faudra nécessairement accepter les conditions que l’Amérique posera et qui consisteront évidemment dans la création de conditions propres à favoriser l’expansion du commerce multilatéral ». Les réalistes demandaient donc un alignement sur l’Amérique en échange d’un grand prêt américain26. Le 16 avril, une réunion interministérielle, présidée par Alphand, décidait de défendre une politique de protection douanière normale « pour obliger les industriels et les agriculteurs à réaliser l’effort d’adaptation qu’on leur demande », – peut donc comprendre, non discriminatoire – sortie d’une clause de sauvegarde destinée à maintenir des contingentements provisoires, sauf si les crédits américains étaient substantiels. Les hauts fonctionnaires affirmaient le principe de la préférence impériale et repoussaient toute remise en cause par Washington de l’unité commerciale et financière de la France avec son Empire. Ils repoussaient aussi tout débat à Washington, sur l’économie dirigée à la française27. Le gouvernement adoptait contre un grand nombre de services de l’État, une voie moyenne, qui sans être une rupture franche avec le protectionnisme d’antan, était une pédagogie pour la confrontation mondiale. Elle supposait clairement des compensations sous forme de rééquipements, donc des crédits américains et une période de transition. Cette position permettait de présenter aux États-Unis un visage libéral qui convenait pour convaincre le Congrès de donner des crédits.

Le printemps à Washington

9Les Français s’embarquèrent avec confiance pour les États-Unis. Le printemps de Washington pouvait leur apporter de bonnes surprises. La délégation française s’aperçut que tout n’était pas possible. À l’espoir succéda l’incompréhension. Léon Blum avait été choisi comme négociateur politique par Félix Gouin, chef du gouvernement, et Emmanuel Monick, gouverneur de la Banque de France, l’avait été comme négociateur financier par André Philip. Blum avait le prestige requis et la force morale de ceux qui avaient surmonté les souffrances infligées par Vichy et les nazis. Ils étaient assistés par Jean Monnet, Commissaire général du Plan, ainsi que par divers experts du Quai d’Orsay (Baraduc), des Finances (Guindey), de la Banque de France (Le Norcy) et des Affaires économiques (Kaplan, Dreux). L’ambassadeur de France, Henri Bonnet était aussi présent, comme de hauts fonctionnaires en poste à Washington, parmi eux, Christian Valensi, l’attaché financier. La négociation s’engagea le 15 mars 1946. Elle dura onze semaines. Son ordre du jour était complexe. Elle liquida les comptes du prêt-bail, sur lesquels il ne convient pas de se pencher ici, et elle organisa une assistance à la modernisation de l’économie française.

Blum devant les Américains : 4 milliards $ pour la France

  • 28 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, et FNSP 4BLl/dr6, 29 mars 1946.
  • 29 AMF 4/3/106, discussion Lecœur, Thorp, Clayton, 1er mai 1946, n° 357, DET, Washington.
  • 30 AMF 4/3/108, télégramme de Washington, DET 378, 8 mai 1946, et AMF/3/116, Washington, 18 mai 1946, (...)
  • 31 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, exposé de Léon Blum, du lundi 25 mars. Le chiffre de $ 4 milliards appara (...)
  • 32 Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit., p. 362.

10Le 25 mars, Léon Blum prononça un discours devant le National Advisory Council (NAC). Il revendiqua pour la France le droit de retrouver des conditions normales de production avant de s’engager dans le courant des échanges mondiaux. Dans un projet de discours du 6 mars, la demande d’aide portait sur 4 milliards $ en 4 ans. Le discours du 25 mars était globalement conforme au projet. Le coût total de la modernisation était évalué à 17 milliards $ : « Combien d’années nous faudrait-il si nous n’étions pas aidés pour réaliser une entreprise de cet ordre de grandeur ? », s’écria, pathétique, Léon Blum. Mais comme il parla en français, il n’est pas sûr qu’il ait été compris du NAC où siégeaient Vinson, Clayton, McChesney Martin, président de l’Eximbank. Le plaidoyer visait à montrer que la France s’était remise au travail, qu’elle paierait ses importations en mobilisant la fortune nationale. Blum attendait 1,3 milliard $ de la réquisition des avoirs français à l’étranger. 11 comptait aussi sur les exportations et les réparations, mais le déficit incompressible se montait à 4 milliards $ et il venait chercher aux États-Unis la solution à ce gap. Léon Blum demanda du charbon. Il expliqua que le charbon « représente une condition matérielle d’ordre essentiel » pour la reconstruction de l’économie française28. Monnet esquissa quelques jours plus tard un marchandage inattendu avec ses interlocuteurs américains : le rétablissement de l’économie allemande, contre l’apport du charbon allemand aux Européens et bien sûr à la France29. Mais Léon Blum refusa très consciemment de modifier la politique française dans le sens de Monnet par respect pour les décisions d’un Conseil des ministres d’avril 1946. Les Américains furent ébranlés par cette faim française de charbon au point de presser les Anglais d’améliorer la dotation en charbon de la France30. Espéraient-ils ainsi apporter une solution aux problèmes de la France ? Dans sa conclusion, Blum affirma que, sans aide, « la France se trouverait alors placée dans un sentiment d’abandon moral, dans un de ces états sur l’évolution duquel on ne peut formuler de pronostics raisonnables. » Il en appelait sereinement à la compréhension des États-Unis31. Léon Blum inspira confiance, écrivit Jean Monnet32. L’éclat de la langue traduisait une grande finesse politique. Léon Blum, l’ancien déporté revenu de Buchenwald dix mois auparavant, fit passer de la sincérité dans son émotion. Mais les négociations ne faisaient que commencer.

La négociation d’un emprunt de modernisation

  • 33 AMF 4/2/7, 25 mars 1946, déclaration de la délégation française. AMF 4/2/8, 26 mars 1946, Presse r (...)
  • 34 AMF 4/2/10, 27 mars 1946, télégramme de Blum à F. Gouin et AMF 4/1/26, 13-14 avril 1946, projet de (...)
  • 35 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246, 4 avril 1946, création d’une commission spéciale pour exam (...)

11La machine américaine se mit en route pour décider d’un emprunt de modernisation. Des commissions furent constituées : commission commerciale, de la balance des comptes et de la liquidation des comptes de guerre. Des groupes de travail furent créés ensuite pour les surplus et la Marine marchande. Le même jour, les experts français exposèrent le plan français d’importations de 10 milliards $ sur 4 ans : 20 % d’équipements, 80 % de matières premières33. Le projet de Plan de Modernisation et d’Équipement servit d’argument majeur pour défendre les requêtes françaises. Certains arbitrages furent même anticipés par Monnet et Bonnet34. Les Américains insistaient sur le retour à l’équilibre des comptes. Ils voulaient des investissements dans les industries exportatrices et des gains de productivité. En conséquence, ils souhaitaient limiter les dépenses de reconstruction. Le déficit français fut fixé à 2,5 milliards $ au lieu des 4 milliards envisagés35.

  • 36 B 33922, Lettre du MAE à Caffery du 12 février 1946.
  • 37 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 250, 16 avril 1946, 2e séance du Commercial Policy Committee, 1 (...)
  • 38 Christian Valensi, op. cit., p. 330.
  • 39 Année Politique 1946. p. 258, octobre 1946.

12Les experts et les politiques parlèrent évidemment de la libération des échanges commerciaux. La France reconnut une fois de plus le principe de la libre concurrence, mais Pierre Baraduc, un fonctionnaire du Quai d’Orsay, fit valoir que la France était dans la nécessité de contrôler provisoirement ses échanges pour moderniser. Il fit aussi une remarque contre les cartels que les Américains retournèrent aussitôt contre le monopole du gouvernement français sur les tabacs. Les Américains réclamèrent le libre accès du marché français pour les compagnies pétrolières américaines. Ils ne l’obtinrent pas, mais les Français offrirent aux compagnies américaines victimes de destructions le traitement national. Les Américains souhaitaient parler des nationalisations. Ils n’obtinrent pas satisfaction sur ce point. Mais les Français leur rappelèrent qu’aucune compagnie pétrolière américaine ne serait nationalisée. Avant la négociation un courrier en ce sens avait été échangé entre le Quai d’Orsay et l’ambassadeur américain en France, Caffery36. Le CGP estimait qu’il serait dangereux de le faire en raison des risques de rétorsion contre les parts françaises dans l’Irak Petroleum Company37. Début mai, les Français avaient fait confirmer la priorité de la modernisation sur la libération des échanges. Un objectif capital était atteint. Les Américains leur avaient fait accepter le principe de droits de douane modérés et le retour au commerce privé. 11 était toutefois surprenant que de telles dispositions fussent imposées par un autre pays sans engagement similaire de sa part, remarquait Christian Valensi38. L’engagement majeur de Blum a été la confirmation solennelle de la participation de la France à l’organisation des échanges mondiaux, contre une modernisation préalable. Cet engagement correspondait exactement aux termes du master Agreement du prêt-bail, aux accords de Bretton Woods et à la lettre du 8 novembre 1945. Les protestations ultérieures du communiste Jacques Duclos étaient donc irrecevables : « Nous sommes hostiles à une politique d’abandon de souveraineté nationale qui aboutirait à livrer notre industrie et notre agriculture à une concurrence qui leur serait mortelle »39.

  • 40 Papiers Elgey, papiers F. Gouin, rapport confidentiel de Robert Blum.
  • 41 Léon Blum, Œuvres 1947-1950, Albin Michel, 1963, p. 119-120, Le Populaire. 6 novembre 1947, « L’ai (...)

13Une fois le terrain de la politique commerciale déblayé, les négociateurs arrivèrent à l’objet principal de la négociation de modernisation, l’emprunt. Pour les Français l’emprunt aurait dû couvrir le déficit de la balance des comptes sur la période de modernisation. Pas pour les Américains ! Robert Blum, qui assistait son père, admit le 18 avril que les Américains refusaient un prêt politique de type anglais même s’ils prenaient au sérieux le plan Monnet et la volonté française de participer aux échanges mondiaux. Il espérait toujours 2 milliards $, « peut-être même davantage », et du charbon allemand gratuit. Mais il laissait apparaître que la condition était une prise de position nette de la France « dans le problème qui, à leurs yeux, domine tous les autres, celui en fonction duquel ils examinent toutes les questions, c’est-à-dire le conflit américano-russe »40. On a compris qu’il s’agissait d’un alignement sur les tendances anti-soviétiques ou anti-communistes du gouvernement américain. Or Léon Blum et le gouvernement Gouin entendaient rester fidèles au tripartisme politique (PCF, SFIO, MRP) en avril 1946. Cette gestion de la négociation semble bien indiquer que les Français auraient pu obtenir plus en jouant sur l’anti communisme. 11 est bien probable que cette fidélité à l’indépendance de la France et à la parole donnée a été la cause fondamentale de la faiblesse du prêt américain de modernisation, même si les Américains n’ont pas clairement mis le marché entre les mains des Français. Le plaidoyer de Léon Blum contre les attaques du PCF à propos de sa « trahison » est juste en regard du déroulement des conversations de Washington : « Le gouvernement français était parfaitement résolu à ne pas subordonner l’octroi des crédits américains à aucune espèce de conditions d’ordre politique, diplomatique ou militaire », écrit-il dans Le Populaire en novembre41. Les engagements économiques concernant le commerce international ont été délibérés en accord avec l’ensemble du gouvernement, communistes compris, dans la phase préparatoire des négociations. Malgré la faiblesse du prêt et des lacunes à propos du charbon allemand, – dans « toutes négociations, il y a des déceptions » lui dit Byrnes –, Léon Blum était décidé à signer.

Le prêt de modernisation : 650 millions $

14Les accords franco-américains, ou accords Blum-Byrnes, furent signés le 28 mai 1946 à Washington. Pour mémoire on se souviendra qu’ils comprenaient aussi le règlement du prêt-bail, présenté au chapitre précédent. La question d’un prêt de modernisation, propos initial de la négociation, a fait l’objet d’une décision peu satisfaisante. Le gouvernement américain offrit 650 millions $ au lieu de 2,4 milliards $ espérés.

  • 42 FNSP, 4 BL2/dr I, Le Populaire, 10 mai 1946, interview de F. Gouin.
  • 43 B 33283, protocole du 28 mai 1946, signé de L. Blum, H. Bonnet, Vinson et Clayton.
  • 44 Voir dans Gaston d’Été, op. cit., la liste des groupements d’achats, p. 191. B 33283, 16 juillet 1 (...)
  • 45 Gaston d’Été, op. cit., p. 83 et 175. Utilisation par catégorie de produits.
  • 46 B 33922, DT, G. Guindey, 11 juillet 1946, n° 1033, CD Adjt, « note pour le ministre », retournée s (...)

15Les rumeurs les plus optimistes avaient pourtant couru jusqu’à la conclusion des négociations. Félix Gouin se risquait à affirmer le 3 mai que « la France serait surprise par l’importance des crédits que vont nous consentir les États-Unis, bien qu’ils n’atteignent pas les chiffres que nous avions proposés »42. En fait, il confondait, sciemment ou non, le règlement du prêt-bail et le prêt de modernisation. Monnet agaça les responsables de l’Eximbank en discutant trop lourdement le montant d’un prêt que personne ne pouvait modifier. Un prêt de 650 millions $, à 3 % et sur 20 ans, fut accordé par l’Eximbank « pour faciliter la restauration, la reconstruction et la modernisation de l’économie française ». L’Eximbank était réticente. Elle n’offrit tout d’abord que 500 millions $, faisant ressortir opportunément une demande soviétique de 1 milliard $. Puis elle céda, ayant appris que Byrnes avait promis 650 millions $43. Les conditions du prêt obligeaient le gouvernement français à acheter aux États-Unis, à faire transporter sur navires américains, à ne pas réexporter, à utiliser le commerce privé, « dans la mesure », firent insérer les Français, « où cela sera en harmonie avec les intérêts économiques et généraux de la République française ». L’utilisation des marchandises était soumise à des contrôles. La France s’engageait aussi à ne pas augmenter sa protection tarifaire. L’Eximbank voulait que l’assurance des marchandises soit faite en dollars, une clause exorbitante « et incompatible avec les principes de non-discrimination ». Les compagnies d’assurance américaines étaient puissantes. George Bail, conseiller de l’ambassade française, expliqua que les compagnies françaises pourraient souscrire des contrats44. L’essentiel du prêt était affecté à des importations d’équipements, en particulier des locomotives. Mais une partie régla des commandes passées. Le solde finança des matières premières, de l’énergie et le fret45. Pour la seconde fois, les services furent choqués par les conditions drastiques des contrôles de l’Eximbank. Valensi, l’attaché financier français à Washington, dut promettre de communiquer à la Banque des informations sur les avoirs en or et en devises de la France, sur la balance des paiements, les investissements, les relations entre la France et ses TOM ou ses engagements économiques internationaux. A partir de 1946, l’économie française devint transparente aux Américains comme jamais elle ne l’avait été. Malgré ces conditions éprouvantes, le prêt fut accepté par le gouvernement le 12 juillet 194646.

16Les accords du 28 mai 1946 apportaient à la France pour sa reconstruction et sa modernisation 650 millions $, 700 000 tonneaux de navires, des surplus utilisables partiellement pour la modernisation, une promesse de soutien américain auprès de la Banque mondiale pour un prêt complémentaire de 500 millions $, et auprès des Anglais pour l’acquisition de charbon allemand. La France qui venait chercher entre 2,4 et 4 milliards $ n’y trouvait pas son compte. En raison de la politique générale de la France, marquée par le souci de ne pas envenimer les relations entre les deux superpuissances ; de sa gestion économique critiquable, à cause du mythe de l’or thésaurisé – les Français parlaient eux-mêmes de 3 milliards $ –, d’un programme d’importations trop ambitieux, lié à un effort d’exportations limité, d’un tropisme intellectuel pour le progressisme à la soviétique, les Américains ont limité leur soutien aux grands projets de Monnet.

  • 47 B 33922, télégramme Bonnet à Gouin, 25 mai 1946. B 33922, AF/R 166, 30 juillet 1946, C. Valensi, à (...)
  • 48 Christian Valensi, Un témoin se souvient..., op. cit.. p. 352.
  • 49 B 33283, 30 novembre 1946, note pour le ministre, n° 77, CD, DT, Finex. Les télégrammes émis de Mo (...)
  • 50 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 247, Bonnet, 4 avril 1947, 20 h 10, 1067-68, « Visite de Baumga (...)
  • 51 Christian Valensi, Un témoin..., op. cit., p 354.
  • 52 B 33688. SDECE, France/États-Unis, 03. 06. 9 mai 1947, commentaires p. 676, « L’aide américaine à (...)
  • 53 B 33922, Schuman devant le Conseil de la République, mai 1947, texte polycopié.
  • 54 B 33688, SDECE, 10639, 3 avril 1947, renseignements économiques, 21.2/B.00.378/SD, 3.47 C/3.B Amér (...)

17Les accords du 28 mai prévoyaient une aide diplomatique américaine pour faciliter l’obtention d’un prêt auprès de la Banque mondiale. Les Français pensaient à 1 milliard $, chiffre avancé par les experts américains qui pouvaient plus facilement promettre ce que d’autres ne donneraient pas, que donner ce qu’ils ne voulaient pas. Rapidement la délégation française « a estimé plus sage de limiter sa demande à 500 millions $ ». Les négociations, commencées dans l’été 1946 furent d’emblée difficiles. Les Français s’appuyèrent sur le Plan de Modernisation pour convaincre les experts internationaux. Ils mobilisèrent des lawyers pour exercer une pression en leur faveur, cherchèrent des soutiens auprès des pays représentés à la Banque. Ils prirent conscience que la Banque ne voulait financer que des projets de développement identifiables, mais sûrement pas le déficit général de la balance des comptes47. Puisque la Banque demandait des projets précis, on lui proposa de financer des matières premières, des biens d’équipement, des moyens de transport et le premier train continu à bande d’Usinor. En novembre 1946 les Français formulèrent précisément deux demandes de prêts de 250 millions $ chacune. Les taux d’intérêt étaient élevés, 4 % ou 4 1/2 % et les conditions de contrôle excessives. Les négociations piétinaient du fait de la mise en place des services de la Banque et des exigences extrêmes du directeur, John McCloy48. En avril 1947, Bidault, le ministre français des Affaires étrangères, dut rappeler au secrétaire d’État Marshall l’urgence d’une aide à la France, déclarée « zone critique » par le gouvernement américain49. L’accord de la Banque fut obtenu le 9 mai 1947 pour 250 millions $ sur 30 ans à 4 1/4 %50. L’emprunteur était le Crédit National. L’échec de la conférence des quatre ministres des Affaires étrangères de Moscou avait poussé Marshall à appuyer la demande française auprès de John McCloy. Le départ des communistes du gouvernement français n’était sans doute pas étranger à cet effort du gouvernement américain quoique Valensi affirme que le contrat était bouclé depuis mars51. L’attitude de la presse américaine était sans ambiguïté en dépit des dénégations du Département d’État52. Si les conditions du prêt furent dures, si l’aggravation de la tension entre l’Est et les États-Unis influença la décision, la Banque n’a pourtant pas dicté l’emploi des fonds. Elle a financé une liste d’importations établie par les Français, formée d’énergie (35 %), de matières premières (27%), d’équipements (22%) et de fret (16 %)53. La crise des devises de l’été 1947 posait avec acuité la question d’une deuxième tranche de 250 millions $. Mais les milieux financiers américains ou suisses, prêteurs potentiels de la Banque, réclamaient désormais un assainissement intérieur français et la stabilité politique. La France n’était pas un bon risque. Leurs critiques firent échouer un nouveau prêt, et le plan Marshall écarta cette mise à l’épreuve de la République par des créanciers privés54.

L’annexe cinéma

  • 55 Cité par Michel Boujut, Europe-Hollywood et Retour, Autrement,, Paris, 1986.
  • 56 Yves-Henri Nouailhat, « Aspects de la politique culturelle des États-Unis à l’égard de la France d (...)
  • 57 AMF 3/5/67 bis, télégramme Washington, 25 septembre 1945.
  • 58 P. Hubert-Lacombe, « 1946 : le cinéma américain débarque en France », L ‘Histoire, n° 46, juin 198 (...)
  • 59 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246.
  • 60 P. Hubert-Lacombe, L ‘Histoire, 46, p. 97.

18Les accords Blum-Byrnes comportaient aussi un volet cinéma bien connu, auquel on réduit en général cette négociation. A tort comme on vient de le comprendre. Il était prévu toutefois de régler cette question dans le cadre de l’accord. L’accord franco-américain de 1936 fixait à 150 films américains doublés sur 188 films étrangers le nombre de films entrant en France. Il s’inscrivait dans le cadre de séances de cinéma à double programme qui avait été interrompu en 1941 au profit des actualités. L’état d’esprit en France était double. D’une part les spectateurs des salles obscures avaient besoin de ce cinéma américain puisqu’ils en avaient été privé durant 6 ans. D’autre part le public, travaillé par les professionnels du cinéma et par les partis politiques de gauche, surtout le PCF, croyait à une menace américaine contre l’industrie française du cinéma. Déjà sous Vichy, le cinéaste, Marcel L’Herbier, dans La Gerbe de janvier 1941, estimait que la France avait exploité 1 000 films américains de 1934 à 1940 et que durant ce temps elle n’avait envoyé que 4 films français aux États-Unis55. Une ordonnance du GPRF du 22 juin 1944 établit le monopole sur l’importation des films pour 90 jours56. Toutefois, de la fin 1944 à 1945, les films américains ont été distribués sans véritable limitation. Hollywood désirait rapatrier les 11 millions $ de droits bloqués en France. La question cinéma faisait donc partie du contentieux franco-américain réglé lors de cette négociation. Le gouvernement américain proposa de revenir aux contingentements d’avant-guerre, puis se résigna à l’importation en France de 108 films étrangers au lieu de 18857. Les Français au contraire demandaient que 6 semaines par trimestre soient réservées aux films français. L’accord, acquis le 19 avril, réservait aux films français 4 semaines. Mais cela ne voulait pas dire que les 9 semaines restantes seraient américaines58. Le contingentement de 4 semaines pourrait passer à 3 si pendant deux ans les films français tenaient l’affiche au moins 5 semaines par trimestre, puis supprimé si pendant deux ans encore les films français tenaient toujours 5 semaines au moins. De plus, dans une lettre d’Henri Bonnet à William Clayton du 27 mai 1946, le gouvernement français avertit qu’il ne saurait consacrer plus de 3 millions $ par an aux transferts des revenus de l’exploitation des films américains en France59 ; l’excédent, 10 millions $, devait être réinvesti en France. Cette disposition posait une limite au développement du cinéma américain en France, mais elle inquiéta l’industrie cinématographique française confrontée au risque d’être rachetée par ces capitaux américains bloqués en France. Rien n’était prévu en cas de crise du cinéma français après une période de santé. Pourtant l’opinion française mais aussi les producteurs français s’enflammèrent. Louis Jouvet comme le PCF défendirent symboliquement les vins de Bordeaux contre le Coca-cola, les films français contre Hollywood. L’année 1947 leur donna raison. Elle fut très dure pour le cinéma français60.

Tableau 13. Entrée des films américains en France, 1946-1948

Tableau 13. Entrée des films américains en France, 1946-1948
  • 61 Op. cit., Patricia Hubert-Lacombe.
  • 62 I. M. Wall, op. cit., p. 171.

19Le film américain écrasait les autres films étrangers et français. En conséquence on réclama de réserver 7 semaines par trimestre au cinéma français. Les étoiles du cinéma français descendirent sur le pavé parisien le 4 janvier 1948 pour protester contre l’assassinat du cinéma français et contre la propagation des mœurs américaines dans le pays. A la suite de ces protestations l’accord a été révisé en septembre 1948. Il contingenta à 121 longs métrages par an les films américains doublés importés en France (soit 25 % de moins que dans les mois précédents), et porta de 4 à 5 le nombre de semaines réservées au cinéma français. Les protestations disparurent. Mais le fait que l’opinion française ait assimilé si facilement, et encore maintenant, les accords Blum-Byrnes à l’accord cinéma, montre que des perturbations profondes agitaient la société française. Cette société n’était plus sûre de son identité culturelle. Le PCF ou les protectionnistes jouaient de ces peurs et pouvaient présenter Léon Blum comme le complice d’un impérialisme américain avilissant les esprits et dévastant l’économie. C’est faire trop de cas de l’appareil gouvernemental américain d’imaginer qu’il ait préparé la guerre psychologique contre l’URSS dès mai 1946. On ne peut pas défendre la thèse d’un complot de l’impérialisme américain contre la France à partir des déclarations tonitruantes ou démagogiques d’un Johnson, président de la MPAA : « les films américains apportent les preuves palpables du mensonge de la propagande totalitaire »61 ou des paroles de James Farley, président de Coca-cola, pour qui chaque bouteille contenait « l’essence du capitalisme »62. Mais il est vrai que ces industriels et ces hauts responsables politiques américains étaient convaincus de l’excellence du mode de vie américain, source de bonheur pour les peuples européens décadents. La société américaine débordait de bonne volonté et de bons sentiments. Elle disait où était le bonheur. Hollywood et le Coca-cola étaient deux éléments essentiels de l’ordre nouveau américain. Si les Français n’obtenaient pas beaucoup de crédits, ils auraient au moins le rêve hollywoodien. Gardons-nous cependant de croire qu’il s’agissait d’une stratégie de conquête culturelle volontaire. Les accords cinéma furent d’abord l’acte d’un bon businessman, Byrnes, soucieux de faire plaisir à ses amis californiens.

Une situation économique désespérante

  • 63 Inventaire Schuman. 1913-1946, situation au 1er octobre 1946 de la dette publique extérieure à lon (...)
  • 64 Jean Monnet, Mémoires, t.I. op. cit., p. 375. F 60 672-673, début 1947, Jean Monnet devant la comm (...)

20Contrairement aux attentes de décembre 1945, ni le gouvernement français, ni Jean Monnet ne pouvaient être satisfaits. La carence du système de Bretton Woods, perçue par Mendès France dès 1944, se révéla justifiée par les faits. L’appel aux États-Unis se soldait par un échec relatif. La dette extérieure grossirait considérablement dans les années à venir. Les remboursements annuels passeraient de 50 millions $ en 1946 à 220 millions $ en 195263. Il faudrait donc exporter pour payer. Les engagements internationaux supposaient de mener une lutte sévère contre l’inflation. Monnet parla de malheurs si rien n’était tenté à ce sujet64. La modernisation ne passait-elle pas par une remise en ordre des finances intérieures plus que par l’appel aux crédits étrangers ?

Vers l’austérité dans l’été 1947

  • 65 F 60672, G. Guindey, DT, secret, 2 juillet 1946, note pour le ministre, n° 999, CD, 29737, a/ s ré (...)
  • 66 AMF 12/1/2, « note sur l’action gouvernementale immédiate financière et économique », 13 décembre (...)

21L’austérité, telle qu’André Philip l’envisageait au début de l’année 1946 et telle que Mendès France la réclamait en 1945 faisait un retour remarqué. Les services prévoyaient un déficit de 3,5 milliards $ au lieu de 4,1 milliards $, à condition d’obtenir les 500 millions $ de la Banque mondiale, de procéder aux réquisitions d’avoirs à l’étranger, de bénéficier d’un climat favorable aux récoltes, d’étaler le rééquipement dans le temps. Ce programme d’austérité relative de la direction du Trésor fut approuvé par Robert Schuman en juillet 1946, quelques semaines après les négociations de Washington65. A la place d’un programme vigoureux de modernisation et en dépit de l’optimisme de commande du Commissariat général du Plan, il n’y avait plus qu’un programme d’importations sur un an et des objectifs plus vagues sur quatre ans. Le retour au pouvoir de Léon Blum fin 1946 conduisit Monnet à lui proposer deux directions d’action : le financement affecté des investissements pour les soustraire aux aléas conjoncturels et un effort de production par l’augmentation de la durée du travail de 40 à 48 heures66. L’effort de modernisation n’était pas abandonné, mais l’année 1946, fertile en espoirs déçus, produisait une prise de conscience salutaire sur les limites du recours à l’étranger. La France était-elle capable de moderniser autrement ? Sinon comment obtenir la confiance des Américains sans renier une politique de sécurité nationale anti-allemande et d’entente avec l’URSS ? Fallait-il que la France devînt un enjeu majeur dans la sécurité des États-Unis pour mériter l’aide américaine ?

22Toutes ces questions de l’historien avaient traversé un moment ou l’autre l’esprit de Monnet ou de Blum. Les événements vinrent augmenter leur pertinence alors que l’Europe s’enfonçait dans « la crise de 1947 ». Cette année-là tous les clignotants économiques et sociaux passèrent au rouge en Europe et en France. Le nouveau gouvernement de Paul Ramadier (fin janvier 1947) se trouva confronté à une crise agricole et donc à une pénurie frumentaire de grande ampleur. Le gel avait détruit des surfaces considérables de blé d’hiver, ensemencées à la fin de l’automne 1946. La crise agricole accéléra la crise des devises au point de provoquer une suspension temporaire des importations en dollars. On imagine les conséquences sur l’activité économique et l’exploitation politicienne qui en résulta. L’ouverture de crédits exceptionnels ne suffit pas à résoudre la crise céréalière, car il fallait pouvoir acheter sur le marché mondial sous tension, voire en pénurie. 11 fallut en passer par le Conseil International de la Crise Alimentaire (CICA). Cette organisation, si utile par ailleurs, doutait de la réalité de la pénurie en France et estimait que la situation d’autres pays européens était plus grave encore. Il est vrai que les agriculteurs français ne déstockaient pas leur récolte, préférant faire consommer les céréales par les animaux de boucherie qu’ils revendaient à bon prix.

  • 67 Z Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, Massigli, 16 janvier 1947, 136, et 4 février, 339-341.
  • 68 52 J 66 et F 60672-673, « Communication du ministre de l’Agriculture, mission aux États- Unis et C (...)
  • 69 Vincent Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, op. cit., tome I, p. 204. Ie ‘ mai. ravitail (...)
  • 70 Vincent Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947 tome I, p. 225, 9 mai 1947, 2 juin 1947, p. 2 (...)
  • 71 FRIS. 111. 1947, télégramme 156 de Clayton au Secrétaire d’État, 23 avril 1947, 6 p.m. ; p.703. SE (...)
  • 72 52 J 66, 16 mai, Caffery à Ramadier. FRUS III, p.707, 7 mai, Secrétaire d’État à Bonnet.

23Aussi le gouvernement décida-t-il en février 1947 d’envoyer en mission à Washington et au Canada, Tanguy-Prigent, le ministre de l’Agriculture. Il partit avec le projet de négocier des contrats céréaliers à long terme avec le Canada pour 200 000 tonnes par an. Mais ce type de contrat aurait remis en cause les préférences impériales britanniques et la Grande-Bretagne se déroba à une demande d’aide de la France67. Tanguy-Prigent effectua sa mission du 5 au 18 février 1947. Elle donna des « résultats très substantiels » certes, mais insuffisants pour réensemencer toutes les surfaces gelées. Il fallut, de plus, expédier du blé vers la zone d’occupation en Allemagne et accélérer les livraisons à l’Afrique du Nord, en pénurie exceptionnelle aussi ! Il obtint des États-Unis 362 000 tonnes de céréales, dont une partie en maïs. Il aurait fallu un million de tonnes. Les Américains proposèrent de doper les emblavures de printemps avec des engrais azotés américains qu’ils promirent de livrer avant mai, en échange de potasse française. Les États-Unis levèrent les limitations d’exportations de tracteurs américains, mais pas celles de ficelle-lieuse68. Les événements qui suivirent montrèrent que la crise du pain était une réalité. Le 2 avril, le gouvernement décida secrètement d’annoncer au 1er mai une réduction de la ration de pain de 300 à 250 grammes. Prévenus, les Américains prirent des dispositions pour accélérer leurs envois de blé et de charbon. Toutefois des rumeurs prêtèrent aux Américains l’intention d’expédier préférentiellement des céréales vers l’Allemagne. Des incidents éclatèrent en France (Haute-Vienne, Aveyron, Lyonnais, Côte-d’Or) contre les mouvements des grains. Les rumeurs les plus folles embrasèrent l’opinion publique : « De véritables émeutes de la faim se produisent dans le pays. Les communistes ont beau jeu pour inciter aux troubles et aux grèves », rapportait le député socialiste Pierre-Olivier Lapie. « Il y a deux jours sans pain et le pain de seigle et maïs est très mauvais », notait-il69. Le ton du Journal du président de la République était franchement noir en mai. La situation lui parut « effroyable, grèves, pénuries de pain. Où va-t-on ? » Mais Jacques Dumaine, Secrétaire général du Quai d’Orsay était plus mesuré. Il était frappé par les distorsions entre Paris et la province70. A nouveau, les Français se tournèrent vers les États-Unis. Clayton proposa aussitôt du maïs aux Français bien qu’il hésitât en raison des tensions inflationnistes aux États-Unis et qu’il déplorât l’attitude des paysans français71. Quand la France devint un pays « de front » face aux communistes et aux Soviétiques, en mai 1947, ils l’aidèrent. Ils décidèrent secrètement d’allouer des céréales supplémentaires et du charbon à la France « pendant cette période critique où le gouvernement Ramadier est dans une très profonde épreuve (trial) » écrit Caffery, l’ambassadeur américain à Paris, à Paul Ramadier le 16 mai 194772.

  • 73 F 105568, c. r. réunion du 17 juin, cabinet du président du Conseil. F 60903. c. r. réunion du CEI (...)
  • 74 Année Politique 1947, p. 162 et 168. L’indice de la production agricole : 1938 = 100 ; 1946 = 76 ; (...)
  • 75 52 J 56, Catroux, Moscou, 17 juillet 1947.
  • 76 52 J 67, mémorandum de Monnet à Ramadier et Bidault, 11 septembre 1947. 52 J 67, 16 septembre 1947 (...)
  • 77 FRUS III, Département d’État, p. 738-739, 2247, 10 septembre 1947.
  • 78 52 J 66, 25 août 1947, JR. Dupart. chef de la mission du ravitaillement à Washington, 984, à M. Bo (...)
  • 79 F 60903, CE du 15 octobre 1947, doc. n° 65 « sur les possibilités d’échange de marchandises avec l (...)
  • 80 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 248, Washington, 8 novembre 1947, n° 3388-89. Y International, (...)

24Pourtant on doit constater que le problème du blé ne fut pas réglé pour autant après le départ des communistes du gouvernement, car Ramadier s’attendait à une rupture des stocks fin juin, avant la récolte nouvelle. André Philip, ministre de l’Économie nationale, proposa de ramener la ration à 200 grammes avant la récolte, puis de la relever à la veille de l’hiver73. La pénurie de devises cette fois-ci, au cours de l’été, conduisit le gouvernement à réduire son programme d’achat de céréales au second semestre de 1,4 million à 1 million de tonnes. A cela s’ajouta une nouvelle récolte désastreuse : 3,5 millions de tonnes contre 6,6 millions en 194674. La ration fut effectivement ramenée à 200 grammes le 27 août. Dans son désarroi, le gouvernement Ramadier se tourna vers l’URSS. Mais l’ambassadeur de France à Moscou, Catroux dissuada le gouvernement de persévérer : « Alliés de la Russie il y a un an, aujourd’hui nous sommes considérés comme ayant fait défection ». Une demande de blé fournirait à l’URSS le moyen de pénaliser la France, ajouta-t-il75. Le gouvernement se tourna donc vers les États-Unis en s’appuyant sur la grande promesse d’aide faite par Marshall le 5 juin. Monnet rédigea un brouillon de lettre qu’il remit à Ramadier. Il demandait 500 000 tonnes supplémentaires de blé. Ramadier écrivit le 19 septembre à Clayton qu’il fallait 2,1 millions de tonnes de céréales pour assurer une ration de 250 grammes. Il envoya Jules Moch à l’ambassade américaine pour faire accélérer les livraisons au nom d’une politique de résistance aux communistes76. Le gouvernement américain avait fait savoir qu’il comprenait la situation, mais que les récoltes américaines de maïs et canadienne de blé étaient insuffisantes pour répondre pleinement à la demande française77. Or les arguments américains concernant leurs propres difficultés passaient mal en France, car les alliés s’organisaient pour donner 400 à 500 grammes de pain à « leurs » Allemands. Soutenus par d’autres Européens, les délégués français en firent l’observation à la conférence internationale de la crise alimentaire de Winnipeg78. L’Amérique voulait la preuve que le blé servirait « effectivement et exclusivement » à l’alimentation humaine. Alors Ramadier regarda à nouveau vers l’URSS. Il demanda des céréales en dépit des remarques de Catroux. Le 8 octobre, Mikoyan, par une note ni datée, ni signée, sans en-tête, remise à Charpentier, chargé a.i., demanda ce que la France pourrait offrir en échange. Il dressa une liste de matériels dont l’URSS avait besoin. Les Français se déclarèrent prêts à fournir des voitures et du matériel ferroviaire en 1949, pour un montant de 33,4 milliards de francs79. Mais des expulsions de France, en décembre 1947, de réfugiés de pays de l’Est européen furent le prétexte à la rupture des négociations économiques. Entre-temps, Truman travaillait à un plan d’aide intérimaire qui pouvait résoudre les problèmes céréaliers français80. A la mi-novembre les Américains avaient pris conscience de la menace communiste qui pesait sur l’Europe affaiblie et sur la France. Ils considérèrent que l’endiguement passait aussi par la France. Ce ne furent pas les arguments humanitaires de Ramadier ou de Monnet qui les avaient persuadés d’agir. Il aura fallu que l’Europe connaisse dans son ensemble une crise des paiements, une crise du ravitaillement et éprouve la menace soviétique pour que la France bénéficie d’une aide urgente.

  • 81 B 33688. H. Bonnet, 396, DET, 24 novembre 1947. Y international 1944-1949, 12, YR, 15 décembre 194 (...)

25L’historien s’intéresse aussi aux réactions de l’opinion publique américaine. De ce côté il y a encore peu de travaux historiques sur l’aide humanitaire à la France et à l’Europe. Or celle-ci n’était pas négligeable, en termes d’efficacité et en termes politiques. L’ancien Président Hoover visita l’Europe en mars 1946. Il fit beaucoup pour la prise de conscience du monde américain. Des stations de radio accueillirent des conférences de Drew Pearson, journaliste de radio très connu, de Joseph Alsop, columnist réputé, sur la misère de l’Europe. Fiorello La Guardia, le maire de New York, prit la direction de l’UNRRA en avril 1946. Il réclama avec beaucoup de punch : « un peu moins de discours, un peu plus de spaghettis », et il invita ses concitoyens à « envoyer du blé, tout de suite ou se préparer à envoyer en juillet des cercueils ». Si l’opinion, si les organisations caritatives étaient favorables à l’aide à la France, le gouvernement américain devrait en tenir compte pour juger de l’opportunité de sa politique envers la France. Le Train de l’Amitié fut l’heureux symbole des bonnes dispositions de l’opinion américaine. Le 16 octobre 1947 arrivait au Havre, détruit par les bombes de la RAF, le cargo American Leader, au nom si bien choisi -intentionnellement ? -, chargé de vivres offerts par le Middle West. L’initiative en revenait à Drew Pearson, en coopération avec la Warner Bros Corp. et l’Association des maires américains81. La crise du blé, peut-être surestimée, révélait le délabrement de l’agriculture française, renforcé par un accident climatique et la rouerie des paysans. Elle avait été aggravée par la difficulté du dialogue avec les nouvelles organisations internationales telles le CICA et la réelle dépendance financière de la France.

La crise ouverte de l’été 1947

  • 82 B 19862, 16 janvier 1947, DAEF, note pour la DT, « Sur la situation créée par le dépassement du dé (...)
  • 83 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Ambassade américaine à H. Bonnet, en voyage en France et d (...)
  • 84 AMF 8/1/3 et 8/1/4. B 10892, « Cession d’or et de dollars à la Banque d’Angleterre dans le cadre d (...)
  • 85 F 105568, SG du CEI, 16 juillet 1947, « Note sur le projet de plan d’importations au second semest (...)
  • 86 F 10 10568, SGCEI, doc. 33/B, « Allocation complémentaire d’acier à l’industrie automobile », date (...)
  • 87 Y International, 1944-1949, 12, Bonnet, Washington, 8 novembre 1947. AMF 12/1/7. CGP, « 1CT mémora (...)
  • 88 CE 46, Bidault, 17 décembre 1947. conversation à Londres (?) avec Marshall.
  • 89 AMF 12/2/1, 26 septembre 1947, note, secret, Guindey, c. r. réunion Snyder-Guindey. 4 AU 23/dr 5, (...)

26Les pénuries céréalières qui affectèrent la France et l’Afrique du Nord en 1947 n’étaient pas les seules difficultés qui appelaient une aide américaine. La France se trouva dans l’été 1947 en état de cessation de paiements en dollars, qui menaça gravement le ravitaillement et le rééquipement de l’économie nationale. Cette pénurie financière était une conséquence directe des accords Blum-Byrnes. Le prêt de l’Eximbank de 650 millions $ était largement entamé au début de 1947. Il restait en juin 1947 202 millions $ destinés au programme spécial d’équipements. Le gouvernement français réduisit donc les programmes d’importations. Même ainsi, les programmes comportaient toujours un déficit important qui n’était pas comblé, aggravé d’ailleurs par le paiement des importations supplémentaires de céréales (94 millions $). Comme d’habitude, les programmes d’équipements furent les premiers touchés puisqu’il fallait assurer le ravitaillement immédiat. Les produits français, autres que les biens essentiels, se vendaient mal à l’étranger. Les Belges voulaient des paiements en or, et il était difficile de réduire les importations de Belgique constituées à 88 % de produits indispensables82. Certaines mesures de réduction firent sourire ou grincer des dents. Ainsi, le ministère de l’Industrie réduisit de 12 % les allocations de matières premières à l’industrie automobile française et de 32 % celles destinées à Ford-France. L’ambassade des États-Unis déclara cette mesure absurde et ridicule83. Le gouvernement ne put se résoudre à soustraire au marché national des produits demandés par l’exportation : les sels de potasse vitaux pour l’agriculture française, les fromages demandés par les populations urbaines en état de sous-alimentation. Les réserves d’or s’épuisaient. Il fallut verser 53,7 tonnes d’or aux Britanniques en solde de l’accord de paiement84. La demande des consommateurs et des industriels était telle que l’inflation renchérissait les prix à l’exportation. Aussi était-il dangereux de réduire les approvisionnements du marché85. « Notre pénurie de devises est telle cependant », écrivait le Secrétaire du CEI, « qu’il paraît peu recommandable de réduire les chiffres inscrits au plan »86. Alors, ne fallait-il pas réquisitionner les avoirs français à l’étranger ? Des chiffres fantastiques couraient dans la presse et dans les administrations : entre 1 milliard $ et 4 milliards $. Bidault avança le chiffre de 150 millions $, correspondant aux valeurs réellement déclarées aux États-Unis et Schuman 500 millions $87. Les États-Unis aideront-ils le gouvernement à débusquer les fraudeurs ? Snyder, le Secrétaire américain au Trésor, refusa de briser le secret bancaire88. La mobilisation des avoirs français aux États-Unis donna lieu à un incident entre Monnet et Guindey, de la direction des Finances extérieures, qui témoignait de la nervosité de l’administration des Finances, face à une banqueroute possible. D’après Guindey, Jean Monnet aurait incité Christian Herter, un parlementaire américain, président du comité chargé d’évaluer les besoins de l’aide à l’Europe, à ameuter le Congrès contre Snyder qui refusait d’agir contre les fraudeurs français aux États-Unis. Snyder serait entré dans « un état d’excitation violente ». Guindey jouait la Trésorerie américaine. Monnet, au contraire, cherchait l’appui du Congrès et surtout empiétait sur les domaines de responsabilité de Guindey, les relations financières extérieures. De plus, Monnet souhaitait le retour au pouvoir des communistes, alors que Guindey pensait que les Américains en seraient dépités. Monnet se sentit attaqué dans ses compétences de négociateur aux États-Unis, ce qui expliquait le « clash »89. Ées Finances ne voyaient pas d’un cœur léger disparaître les investissements français à l’étranger, alors que Monnet recherchait désespérément des crédits pour poursuivre le redressement. La réquisition des avoirs français à l’étranger fut un échec. On attendait 400 millions $. Or la balance des paiements de 1947 portait recette de 183,6 millions $. Où était la fortune cachée des riches Français ? Peut-être existait-elle ! Personne ne sut la mobiliser.

  • 90 52 J 67, SGCEI, doc n° 38, annexe 1, « Projet de décisions soumis au CEI du 17 juillet 1947 ».
  • 91 F 105568, SGCEI, 18 juillet 1947, 031/A, c. r. séance du vendredi 17 juillet, 21 h, voir le compte (...)
  • 92 CE 46, ou B 8902, DAEF, 27 octobre 1947, pour Alphand et Schweitzer à Washington, n° 3195. AMF 12/ (...)
  • 93 F 60903, c. r. du CEI du 15 octobre 1947, 048/A. 363 AP 8. Guindey, 27 novembre 1947, note pour le (...)

27Ramadier prit connaissance le 9 juillet des ressources en devises pour le second semestre. Elles étaient de 450 millions $ pour un programme métropolitain supérieur à 1 milliard $. Même en privant l’économie française et les consommateurs de fromages et de potasse, le déficit ne serait pas significativement réduit ; Ramadier refusa pourtant de favoriser les exportations de biens industriels en pensant aux agriculteurs : « Les producteurs ne sont incités à livrer les denrées qu’en contrepartie d’un minimum de biens industriels ». Monnet réagit finement en montrant que l’agriculture avait besoin d’équipements. Mais la crise du blé et la « dictature » du monde paysan étaient un élément aggravant de la crise des paiements. Le 17 juillet, le programme d’importations était établi à 1 milliard $ mais sans réels moyens de financement90. Robert Schuman, ministre des Finances, déclara courageusement le programme d’importations irréalisable. Ses collègues décidèrent de limiter les importations jusqu’au 15 septembre aux bois de mines d’Allemagne, au charbon, aux céréales et à 50 % seulement des autres produits91. Cela ne suffit pas. Un second train de restrictions suspendit fin août toutes les importations en dollars, sauf le charbon américain et le blé. Il réduisit de 50 % celles de matières grasses et de céréales secondaires. De réduction en réduction, le programme d’importations du second semestre 1947 passa de 1 milliard $ environ à 286 millions $ en octobre. Schuman se heurta à Ramadier et à Philip décidés à poursuivre les achats pour empêcher le chômage92. Le choix de réduire les importations de la zone dollar traduisait le souci de s’en tenir aux importations absolument nécessaires pour faire sortir le blé des greniers et pour assurer à l’économie un fonctionnement minimal. Le mot d’ordre était de tenir bon jusqu’à l’aide Marshall, en espérant que l’équilibre social et économique ne serait pas compromis93. Le gouvernement français se trouvait, comme d’autres gouvernements européens, dans une situation très difficile, mais à la différence de l’année 1946 où la solution avait été apportée par une négociation bilatérale, à l’automne 1947, une négociation intereuropéenne et euro-américaine se profilait. Il fallait seulement tenir pour éviter le collapsus commercial et financier général, tandis que grondait l’agitation sociale et que se répandaient les mots d’ordre de grève dans les entreprises.

Conclusion

  • 94 Guillaume Guindey, entretien avec Gérard Bossuat et Antoine Marès, mai 1985, publié dans le Bullet (...)
  • 95 Notes documentaires et études, n° 317, conférence de presse de M. le Président Léon Blum sur les a (...)
  • 96 FNSP, 4 BL2/dr3, exposé de L. Blum devant le groupe socialiste, le 26 juillet 1946.
  • 97 Daniel Yeruin. La paix saccagée, les origines de la guerre froide, et la division de l’Europe. Bal (...)
  • 98 Papiers Elgey, Papiers Gouin, Aide américaine, texte de Lecœur.
  • 99 Renaud de la Génière, « La diplomatie économique en France dans le dernier demi-siècle », Politiqu (...)
  • 100 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 22. Jean-Pierre Rioux, La Fr (...)

28L’aide américaine de mai 1946 était estimable mais décevante. « Les faits sont venus démontrer que nos espoirs revêtaient un caractère tant soit peu chimérique » écrit Gaston d’Été, un homme des Finances. Quarante ans après, Guillaume Guindey, un haut fonctionnaire des Finances (direction des Finances extérieures), ne regrettait rien : « Il n’y avait qu’une seule solution [...], c’était l’aide américaine, l’URSS ne pouvait fournir que des tickets de rationnement, c’était une évidence »94. Les Français prendraient ce qu’on leur offrirait. Léon Blum a défendu évidemment sa mission en montrant que la remise des dettes de guerre permettrait de financer plus facilement les déficits à venir. Mélangeant règlement du prêt-bail, nouveaux prêts et réparations allemandes énormes, il estimait que les 3/4 des 3,3 milliards $ de déficit étaient couverts. Il est difficile de le suivre complètement. Guindey écrivit que « les accords ne couvrent qu’une partie de notre déficit et que les perspectives de la balance des comptes sont sombres ». Le jugement du Quai d’Orsay était identique. Guindey considérait qu’il fallait définir maintenant une politique économique extérieure réaliste95. Comment ? Les orthodoxes de la gestion financière allaient-ils prendre le pas sur les modernistes du Commissariat général du Plan ? Léon Blum estimait que les États-Unis ne voulaient ni vendre ni prêter. Il avait sans doute raison, mais n’a-t-il pas fait semblant de croire le contraire ?96 Ce prêt n’était pas un prêt politique. Il ne permettait pas de lutter sur le terrain des communistes, malgré l’affirmation de Daniel Yergin97. Léon Blum, Clayton et Caffery ont tenté d’utiliser l’argument politique auprès du NAC. Il ne se révéla pas pleinement opératoire. Les Américains n’étaient pas entrés vraiment en guerre froide, ni n’avaient encore défini les moyens de la mener. La France n’était pas encore un enjeu politique clair pour le Congrès. La France ne s’engageait pas non plus dans la guerre froide avec ces accords, ni ne voulait renforcer un bloc occidental anti-soviétique. Auguste Lecœur, sous-secrétaire d’État, communiste, récusa que des conditions politiques et économiques aient été acceptées. Il félicita Monnet, Blum, Monick et Bonnet pour leur action98. La ratification aisée des accords, le 9 août 1946, montra que la classe politique dans son ensemble acceptait que la nation s’endette pour moderniser, dans le cadre d’une coopération internationale prudente99. La faiblesse de l’assistance consentie posait la question d’un alignement futur pour obtenir davantage, comme le voit bien Jean-Pierre Rioux100. La France rentrait dans le rang, non pas comme alliée fidèle des États-Unis, mais comme État mineur, malgré ses prétentions à être un grand. Au cas où ses dirigeants ne l’auraient pas compris, la crise de 1947 le leur aurait rappelé.

Notes

1 F 60925, « c. r. réunion du 18 février 1946 », doc. n° 228.

2 F 60922, 1er septembre 1945, Berlin, n° 1, Koeltz pour EMGDN, Paris.

3 Daniel Yergin, La paix saccagée, les origines de la guerre froide et la division de l’Europe Balland. France Adel, 1977, p. 175

4 Archives Mendès France, « Correspondance », Lettre de Pierre Mendès France à L. Rizzo, 18 décembre 1975, Lettre à Massigli, 10 avril 1974, et Choisir, entretiens avec Jean Bothorel, Paris, Stock, 1974, p. 38-39, 109.

5 Le Monde, 22 février 1945. Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, 21 février 1945, note de la DAE, négociations économiques et financières franco-belges. F 60898, DAE, 29 décembre 1944, note du MAE, projet d’union douanière entre la France, la Belgique, le Luxemboure et les Pays- Bas.

6 Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, 22 mai 1946, ambassade de France à Londres, JCP 1661, à G. Bidault. Z Europe 1944-1949, Belgique 47, CTCE, 6e session, Bruxelles, 29-31 janvier 1946.

7 Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, direction Europe, 17 avril 1947, les relations franco-belges depuis la Libération.

8 Jean-Louis Mandereau, 14 janvier 1983. « entretien » avec Antoine Mares.

9 F 60 925, 20 mars 1946, c. r. du CEI ; idem, in 5 à 13, SGCEI, n° 7, 25 mars 1946, c. r. du CEI du 20 mars 1946.

10 Jean Monnet, Mémoires t. I, Livre de Poche, Fayard, 1976, p. 359.

11 Jean Monnet, Mémoires, Livre de Poche, Fayard, 1996, t. 1, p. 367.

12 Christian Valensi, Un témoin sur I "autre rive, op. cit., p. 333.

13 Pierre Mendès-France. Œuvres complètes, t. 2, Une politique de /économie. 1943-1954, Gallimard, 1985, p 169, mercredi 29 janvier 1946. Note à F. Gouin, 24 janvier 1946, p. 170 et 174, note 1.

14 Y international, 1944-1949, 84, DGER, 22 janvier 1946, réf. Ilc, d’après des informations de Washington. AMF 4/1/4, 15 février 1946, note concernant les négociations franco-américaines. Monnet probablement. B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246, 20 février 1946, note, conversation de l’ambassadeur américain avec le Secrétaire général.

15 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246, Wall Street Journal, 4 février 1946, R. Moley "socialist governments, everywhere, expect large bounties from capitalistic America".

16 B 33688, télégramme Bonnet, 18 février 1946, n° 148, DET. Foreign Relations of United States, Volume V, France, p. 406 ; télégramme du 4 février 1946.

17 Papiers Elgey, Pierre Mendès France, « entretien » avec Georgette Elgey, 5 avril 1964.

18 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955,Plon, 1978, p. 77.

19 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246. Bonnet, 4 mars 1946. n° 199.

20 80 AJ 4, et A M F 4 / l / 6 a et 4/1/21, CGP, mars 1946.

21 B 33918, MAE. PB, Affaires économiques, 23 février 1946, confidentiel. « Instructions à la délégation française, chargée des négociations financières et économiques aux Etats-Unis ».

22 B 33918, MAE. PB, Affaires économiques, 23 février 1946, confidentiel. « Instructions à la délégation française, chargée des négociations financières et économiques aux Etats-Unis ».

23 AMF 4/1/6, « Note sur l’ouverture des négociations franco américaines », non datée, CGP sans doute.

24 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1985. p. 195, dans France Libre, 19 septembre 1946, sur le projet d’ITO. B 33284, 9 avril 1946, Pierre Mendès France à Léon Blum, sur l’ITO, 11 pages dactyl.

25 CE 14, 9 février 1946, LEC, Affaire économiques et ministère des Finances, Note. Ministère de l’Économie nationale, DREE, SCI, 23 février 1946. Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Albin Michel, 1984, p. 214-215.

26 CE 14, c. r. réunion du 16 janvier 1946, Présidence Nathan, Commission de politique douanière, DREE. CE 14, DREE, 16 février 1946, Présidence Nathan, industries mécaniques.

27 CE 14, AL. DAEF, 16 mai 1946, « note d’information pour la délégation française au Conseil économique et social, a/s préparation à la conférence mondiale du commerce et de l’emploi ». CE 14, bureau d’Alphand, avec la participation de l’Économie nationale, de la Production industrielle, de la direction des Douanes, préparation à la conférence mondiale du commerce et de l’emploi, au MAE.

28 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, et FNSP 4BLl/dr6, 29 mars 1946.

29 AMF 4/3/106, discussion Lecœur, Thorp, Clayton, 1er mai 1946, n° 357, DET, Washington.

30 AMF 4/3/108, télégramme de Washington, DET 378, 8 mai 1946, et AMF/3/116, Washington, 18 mai 1946, « Conversation téléphonique avec M. Marjolin, récit de la réunion entre Bevin, Byrnes, Bidault, Alphand, Marjolin, Clay, à Paris »

31 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, exposé de Léon Blum, du lundi 25 mars. Le chiffre de $ 4 milliards apparaît dans le texte. FNSP, 4 BLI, Dr6, 25 mars 1946, exposé de M. Léon Blum du lundi 25 mars 1946 devant le National Advisory Council (NAC), d’après French Press and International Service, agence du GPRF, New York, le 29 mars 1946, doc. série II, n° 3592, 501 Madison Ave. Dans le texte de l’agence, le chiffre a été omis. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, 25 mars 1946, 20 h 15, n° 1710-11, exposé de L. Blum devant le NAC. Le passage sur l’économie collective ne se trouve pas dans le texte remis à la presse. AMF 4/2/6, 25 mars 1946.

32 Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit., p. 362.

33 AMF 4/2/7, 25 mars 1946, déclaration de la délégation française. AMF 4/2/8, 26 mars 1946, Presse release.

34 AMF 4/2/10, 27 mars 1946, télégramme de Blum à F. Gouin et AMF 4/1/26, 13-14 avril 1946, projet de mémoire demandé par Washington et télégraphié de Paris.

35 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246, 4 avril 1946, création d’une commission spéciale pour examiner la situation et les projets économiques de la France, télégramme de L. Blum à F. Gouin.

36 B 33922, Lettre du MAE à Caffery du 12 février 1946.

37 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 250, 16 avril 1946, 2e séance du Commercial Policy Committee, 19 avril, 3e séance, 24 avril, Commercial Policy Planning. CE 14, rapport sur le Comité de politique commerciale du 8 avril au 10 mai 1946.

38 Christian Valensi, op. cit., p. 330.

39 Année Politique 1946. p. 258, octobre 1946.

40 Papiers Elgey, papiers F. Gouin, rapport confidentiel de Robert Blum.

41 Léon Blum, Œuvres 1947-1950, Albin Michel, 1963, p. 119-120, Le Populaire. 6 novembre 1947, « L’aide américaine ».

42 FNSP, 4 BL2/dr I, Le Populaire, 10 mai 1946, interview de F. Gouin.

43 B 33283, protocole du 28 mai 1946, signé de L. Blum, H. Bonnet, Vinson et Clayton.

44 Voir dans Gaston d’Été, op. cit., la liste des groupements d’achats, p. 191. B 33283, 16 juillet 1946, Contrat entre la République Française et l’Export-Import Bank.

45 Gaston d’Été, op. cit., p. 83 et 175. Utilisation par catégorie de produits.

46 B 33922, DT, G. Guindey, 11 juillet 1946, n° 1033, CD Adjt, « note pour le ministre », retournée signée par Schuman.

47 B 33922, télégramme Bonnet à Gouin, 25 mai 1946. B 33922, AF/R 166, 30 juillet 1946, C. Valensi, à G. Guindey. F 60 1006-1007, Jean Monnet à R. Schuman, 26 septembre 1946. F 60 1006-1007, 2 août 1946, CV/AF 2482, « Note au sujet de la préparation du dossier de demande d’emprunt français à la World Bank ».

48 Christian Valensi, Un témoin se souvient..., op. cit.. p. 352.

49 B 33283, 30 novembre 1946, note pour le ministre, n° 77, CD, DT, Finex. Les télégrammes émis de Moscou font allusion à ces conversations franco-américaines sur l’aide : Y International 1944-1949, 186, Moscou, 22 avril 1947, 15 h 20 10505-514, très secret. Sur l’attitude du Département d’État, FRUS\\\, 17 avril 1947, mémorandum de Tyler Wood, spécial assistant to the Assistant Secretary of State for Economie affairs, Thorp, to the Under-Secretary of State, Acheson.

50 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 247, Bonnet, 4 avril 1947, 20 h 10, 1067-68, « Visite de Baumgartner auprès de Clayton, négociations avec la BIRD ». B 12828, « Minutes des réunions du Conseil exécutif des directeurs de la BIRD », M 88 7/8/9 mai 1947, Loan application of France.

51 Christian Valensi, Un témoin..., op. cit., p 354.

52 B 33688. SDECE, France/États-Unis, 03. 06. 9 mai 1947, commentaires p. 676, « L’aide américaine à la France ». B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 120, Bonnet 6 mai 1947, 11 h 07, 1450, démenti d’une information Associated Press sur l’aide américaine liée au départ des communistes du gouvernement.

53 B 33922, Schuman devant le Conseil de la République, mai 1947, texte polycopié.

54 B 33688, SDECE, 10639, 3 avril 1947, renseignements économiques, 21.2/B.00.378/SD, 3.47 C/3.B Amérique 1944-1949, États-Unis 247, F Lacoste a.i, ambassade de France aux États- Unis, 8 mars 1947, 509, à G. Bidault, « Ajournement éventuel du 1er remboursement du prêt Eximbank au 1er août 1947 ».

55 Cité par Michel Boujut, Europe-Hollywood et Retour, Autrement,, Paris, 1986.

56 Yves-Henri Nouailhat, « Aspects de la politique culturelle des États-Unis à l’égard de la France de 1945 à 1950 », Relations Internationales. n° 25, 981 03, p. 87-111.

57 AMF 3/5/67 bis, télégramme Washington, 25 septembre 1945.

58 P. Hubert-Lacombe, « 1946 : le cinéma américain débarque en France », L ‘Histoire, n° 46, juin 1982, p. 96-97.

59 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 246.

60 P. Hubert-Lacombe, L ‘Histoire, 46, p. 97.

61 Op. cit., Patricia Hubert-Lacombe.

62 I. M. Wall, op. cit., p. 171.

63 Inventaire Schuman. 1913-1946, situation au 1er octobre 1946 de la dette publique extérieure à long et moyen terme, contractée depuis la Libération, p. 628 à 631. F 12 11801, Notes documentaires et études, n° 880, « textes et documents » CCVIII, 15 avril 1948, « Rapport du Département d’État à la Commission des Affaires étrangères du Sénat sur le PRE, rapport concernant la France » : B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 247, exposé de G. Bidault le 22 juillet 1946.

64 Jean Monnet, Mémoires, t.I. op. cit., p. 375. F 60 672-673, début 1947, Jean Monnet devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale présidée par M. Pineau sur le budget des investissements 1947.

65 F 60672, G. Guindey, DT, secret, 2 juillet 1946, note pour le ministre, n° 999, CD, 29737, a/ s réserves d’or et de devises disponibles pour les importations. Annexe à la lettre de Guindey du 2 juillet, prévisions de paiements pour 1946 et 1947.

66 AMF 12/1/2, « note sur l’action gouvernementale immédiate financière et économique », 13 décembre 1946, remis le 13 à Léon Blum.

67 Z Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, Massigli, 16 janvier 1947, 136, et 4 février, 339-341.

68 52 J 66 et F 60672-673, « Communication du ministre de l’Agriculture, mission aux États- Unis et Canada ».

69 Vincent Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, op. cit., tome I, p. 204. Ie ‘ mai. ravitaillement en pain, 9 mai, p. 224, et Année Politique 1947, p. 104.

70 Vincent Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947 tome I, p. 225, 9 mai 1947, 2 juin 1947, p. 251, p. 227, 13 mai, p. 239, 23 mai, p. 248, 30 mai, la mouture du journal, bas de page, n° 726. Jacques Dumaine, Quai d’Orsay, 1945-1951, p. 181, 8 mai 1947.

71 FRIS. 111. 1947, télégramme 156 de Clayton au Secrétaire d’État, 23 avril 1947, 6 p.m. ; p.703. SE à Clayton, 26 avril et 29 avril 1947.

72 52 J 66, 16 mai, Caffery à Ramadier. FRUS III, p.707, 7 mai, Secrétaire d’État à Bonnet.

73 F 105568, c. r. réunion du 17 juin, cabinet du président du Conseil. F 60903. c. r. réunion du CEI du 2 juin 1947.

74 Année Politique 1947, p. 162 et 168. L’indice de la production agricole : 1938 = 100 ; 1946 = 76 ; 1947 = 74 ; 1948 = 90.

75 52 J 56, Catroux, Moscou, 17 juillet 1947.

76 52 J 67, mémorandum de Monnet à Ramadier et Bidault, 11 septembre 1947. 52 J 67, 16 septembre 1947, projet de Monnet (annoté par Monnet), Mr le Président du Conseil à M. Clayton... ; cf. FRUS III, p. 761, Caffery to the Secretary of State, 30 septembre 1947, « a source close to Ramadier tells me that the latter and others members of the coalition govemment are deeply disturbed over the news from Washington in regard to the prospects for immediate aid for France ».

77 FRUS III, Département d’État, p. 738-739, 2247, 10 septembre 1947.

78 52 J 66, 25 août 1947, JR. Dupart. chef de la mission du ravitaillement à Washington, 984, à M. Bony. Matignon.

79 F 60903, CE du 15 octobre 1947, doc. n° 65 « sur les possibilités d’échange de marchandises avec l’URSS ».

80 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 248, Washington, 8 novembre 1947, n° 3388-89. Y International, 1944-1949, 228, Bonnet, Washington, 19 novembre 1947, 7507-508.

81 B 33688. H. Bonnet, 396, DET, 24 novembre 1947. Y international 1944-1949, 12, YR, 15 décembre 1947, cire. IP, « Trains de l’Amitié » et B 33688, Bonnet ; Washington, 376 DT, 10 novembre 1947.

82 B 19862, 16 janvier 1947, DAEF, note pour la DT, « Sur la situation créée par le dépassement du découvert de l’accord franco-belge », autour de janvier 1947.

83 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Ambassade américaine à H. Bonnet, en voyage en France et direction Amérique, n° 106. JFD. 17 mars 1947, note pour la DE.

84 AMF 8/1/3 et 8/1/4. B 10892, « Cession d’or et de dollars à la Banque d’Angleterre dans le cadre des accords franco-britanniques ». Sans date, ni auteur, mais à la suite de télégrammes, requérant un échelonnement de cessions d’or à la Grande-Bretagne, en avril 1947.

85 F 105568, SG du CEI, 16 juillet 1947, « Note sur le projet de plan d’importations au second semestre 1947 ».

86 F 10 10568, SGCEI, doc. 33/B, « Allocation complémentaire d’acier à l’industrie automobile », date : autour de juin 1947. SGCEI 32, « Évolution des échanges économiques extérieurs », 18 juin 1947.

87 Y International, 1944-1949, 12, Bonnet, Washington, 8 novembre 1947. AMF 12/1/7. CGP, « 1CT mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation, 19 septembre 1947 », exemplaire n° 67.

88 CE 46, Bidault, 17 décembre 1947. conversation à Londres (?) avec Marshall.

89 AMF 12/2/1, 26 septembre 1947, note, secret, Guindey, c. r. réunion Snyder-Guindey. 4 AU 23/dr 5, 2 octobre 1947, TA, copie de la lettre remise par le commissaire général du Plan à M. le président du Conseil, le 2 octobre. AMF 12/2/2, publiée dans la correspondance Monnet/ R. Schuman, 1947-1952, Lausanne, 1986, p. 32 à 34.

90 52 J 67, SGCEI, doc n° 38, annexe 1, « Projet de décisions soumis au CEI du 17 juillet 1947 ».

91 F 105568, SGCEI, 18 juillet 1947, 031/A, c. r. séance du vendredi 17 juillet, 21 h, voir le compte rendu dans F 60903 ou 5 A13.

92 CE 46, ou B 8902, DAEF, 27 octobre 1947, pour Alphand et Schweitzer à Washington, n° 3195. AMF 12/1/7, CGP, « Premier mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation ». 19 septembre 1947, exemplaire n° 67.

93 F 60903, c. r. du CEI du 15 octobre 1947, 048/A. 363 AP 8. Guindey, 27 novembre 1947, note pour le ministre, n° 12280. « Problèmes des importations payables en dollars et la situation de la trésorerie en devises ».

94 Guillaume Guindey, entretien avec Gérard Bossuat et Antoine Marès, mai 1985, publié dans le Bulletin de l’Institut Pierre-Renouvin, n° 1, Été 1986.

95 Notes documentaires et études, n° 317, conférence de presse de M. le Président Léon Blum sur les accords financiers franco-américains prononcés le 31 mai 1946. F 60 672-673, 10 juillet 1946, note de Guindey probablement. F 60 672-673, D, secret, 2 juillet 1946, note pour le ministre. n° 999 CD, a/s des réserves d’or et de devises, disponibilités pour importations.

96 FNSP, 4 BL2/dr3, exposé de L. Blum devant le groupe socialiste, le 26 juillet 1946.

97 Daniel Yeruin. La paix saccagée, les origines de la guerre froide, et la division de l’Europe. Balland/France Adel, 1977, p. 181.

98 Papiers Elgey, Papiers Gouin, Aide américaine, texte de Lecœur.

99 Renaud de la Génière, « La diplomatie économique en France dans le dernier demi-siècle », Politique Étrangère, 1/86, p. 43, 54. Année Politique 1946, p. 140-141.

100 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 22. Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, 1 – L’ardeur et la nécessité, 1944-1952, NHFC, 15, Seuil, p. 126.

Table des illustrations

Titre Tableau 13. Entrée des films américains en France, 1946-1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540