Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Document annexe 4. Note de Jean Monnet

Texte intégral

1Source : Archives du ministère des Affaires étrangères. Guerre 1939-1945, série Alger-CFLN, GPRF, 704.
Note de Jean Monnet.
« GPRF, Alger le 29 juillet 1944

2Cabinet du Commissaire en mission, n° 979/S

3Approvisionnement de la France pour la période de libération et pour la remise en marche rapide de son économie.

4(Plan de 6 mois et Plan de remise en marche de l’Economie française), – situation au 27 juillet 1944 –

5J’ai exposé au gouvernement, dans une note du 3 juillet n° 957/S les dispositions que j’ai prises au cours de mon séjour à Washington, avec les Administrations américaines et alliées, en vue d’assurer à la France :

  • L’importation des approvisionnements nécessaires au cours de la Libération. Il s’agit là du plan dit « Plan de six mois ».
  • L’importation des fournitures nécessaire pour la remise en marche rapide de son économie. Il s’agit là du plan dit de « remise en marche ».
  • Un accord de Lease lend et de crédits à long terme (25 ans à 2 1/8 %) s’appliquant à une partie importante des fournitures importées en exécution de ces deux plans, et réglant également le remboursement des billets utilisés par L’année ainsi que la question de l’aide que nous donnerons aux Armées américaines en France.

6Ma note indiquait les résultats acquis au moment où j’ai quitté Washington, ainsi que les résultats attendus. La situation au 27 juillet est la suivante.

I – Plan de six mois

  • La partie de ce plan relative aux approvisionnements de ravitaillement a été portée de 701 700 tonnes à 1 054 000 tonnes (annexe 1 ).
  • Le plan est en cours d’exécution. Le programme des approvisionnements pour les premiers 90 jours dans la zone sud a été établi et représente pour le ravitaillement alimentaire, un tonnage d’environ 200 000 tonnes (annexe 2). Les marchandises sont en route directement vers la France ou déjà stockées en Afrique du Nord.

7Le programme pour les deuxièmes 90 jours est en cours d’établissement (annexe 3).

8Nous n’avons pas encore reçu, de Londres, le plan d’approvisionnement de la zone Nord.

II – Plan de remise en marche

91. M. Hull a présenté au Président des Etats-Unis, le 8 juillet au matin, un mémorandum établi par le State Department et FEA et recommandant que les principes généraux du prêt-bail, de crédits à long termes, etc. négociés entre M. Dean Acheson et moi-même au cours de ces derniers mois et dont j’ai informé le gouvernement dans mes télégrammes de Washington et par ma note du 3 juillet soient approuvés par lui et servent de base au plan de fournitures et approvisionnements de la France.

10En annexe strictement confidentielle, une analyse du mémorandum remis au président Roosevelt et sur lequel il donne son accord de principe (cette annexe sera distribuée en séance).

11Le Président Roosevelt lut le mémorandum au général de Gaulle et fit connaître son accord général à l’Administration américaine.

12Nous pouvons donc considérer que la décision de nous accorder des crédits à long terme envisagés (25 ans, 2 1/8 %) pour les fournitures du Plan de Remise en Marche a été prise. La question qui se pose est maintenant de transcrire cette acceptation du président dans un texte d’Accord formel, et d’être certain que les grandes lignes du Plan lui-même seront adoptées par le Président Roosevelt.

13Les derniers télégrammes reçus de Washington nous informent que M. Mac Cloy a remis à notre délégation un mémorandum traitant de ces questions mais rédigé de manière très différente du mémorandum initial. Il y a là une confusion que nous nous employons à dissiper.

14Le plan de remise en marche est la pièce maîtresse des arrangements de prêt-bail et d’aide réciproque. Il est essentiel que le président Roosevelt approuve les grandes lignes du plan spécifiant le matériel dont nous avons besoin pour remettre en marche notre économie, en même temps que sera conclu l’accord de prêt-bail, ainsi qu’il l’a fait pour les plans russes.

15A ce sujet deux questions se posent :

  • La première est de savoir si telle ou telle catégorie de matériel peut être considérée par l’Administration américaine comme nécessaire à l’effort de guerre et par conséquent peut nous être fournie par les États-Unis.
  • La seconde est de déterminer le mode de règlement des matériels qui nous seront livrés – prêt-bail direct, paiement ou crédit à long-terme.

16Si nous signons un accord de prêt-bail sans plan annexe, nous serons obligés de discuter ensuite avec l’Administration américaine sur chaque catégorie de matériel demandé, pour savoir si ce matériel rentre bien dans l’application de l’Accord.

17Le seul moyen d’écarter cette difficulté essentielle et pratiquement insurmontable est que l’accord prêt-bail et le plan d’importation soient approuvés en même temps par le président Roosevelt ; ils forment en effet un ensemble, l’accord prêt-bail étant un accord général de principe auquel le plan de remise en marche donne une forme concrète.

18La première question, – celle de savoir si nous pourrons recevoir tel ou tel matériel – étant ainsi réglée, il ne restera plus qu’à résoudre la seconde, celle de déterminer quelle sera la partie de ce programme qui fera l’objet de prêt-bail sans paiement et celle qui fera l’objet de crédits à long terme.

19C’est d’ailleurs dans cet esprit que le State Department et FEA au cours des discussions que nous avons poursuivies, avaient établi le Mémorandum présenté par M. Hull au Président Roosevelt et lu par ce dernier au Général de Gaulle. Les principes de prêt-bail, crédit, etc. qui y étaient énumérés devaient régir un « programme en voie de préparation pour la France ».

202. Nous avons déjà revu avec les services américains le Plan établi par nous, afin de nous assurer que les catégories de matériels et de produits que nous y avions introduits correspondaient bien à celles que la loi prêt-bail permet d’introduire dans un programme de cette nature. Ce travail est accompli : le plan a été modifié pour certaines parties, réévalué pour d’autres. En valeur, notre plan initial représentait 2 milliards 395 millions de dollars ; le plan revu représente 2 milliards et 21 millions de dollars (annexe 5).

21Je revois actuellement ce plan avec les Commissariats intéressés ; j’en soumettrai incessamment l’ensemble au gouvernement.

223. J’expose dans la note ci-jointe (annexe 6) la procédure que nous devons suivre pour la préparation et la réalisation du Plan de Remise en marche/.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540