Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre IV. Les promesses du prêt-bail à la France (février 1945)

Texte intégral

1La France accéda au prêt-bail complet pour l’ensemble de ses territoires le 28 février 1945 seulement. Il faut insister sur cette curiosité alors que les Alliés pouvaient croire que la guerre se terminerait bientôt en Europe. L’adhésion tardive de la France libérée renvoie aux difficiles relations franco-américaines et aux ambitions de De Gaulle, de Monnet et du GPRF pour la France. Commencées en novembre 1943, les négociations ont traîné. La France a vécu ses rapports avec les Etats-Unis sous le régime du provisoire avec les accords de Débarquement du 25 août 1944. Le 23 octobre 1944 le GPRF était enfin reconnu comme autorité de fait en France. La négociation du prêt-bail pouvait aboutir. Les Français, particulièrement Jean Monnet, Commissaire en mission chargé des approvisionnements, entendaient résoudre deux problèmes essentiels : financer par le prêt-bail les approvisionnements d’urgence de la population civile, et financer un programme de remise en marche de l’économie française. L’accès au prêt-bail n’était pas discuté pour les moyens militaires par les États-Unis. En revanche, l’administration américaine se fit prier pour assurer le financement du programme d’importation de la France et les investissements industriels nécessaires à la remise en marche, avec les fameux crédits 3c. Les crédits 3c étaient une possibilité ouverte par la section 3. paragraphe c, de la loi prêt-bail du 11 mars 1941. Ce paragraphe définissait des crédits pour l’achat de fournitures civiles nécessaires à la poursuite de la guerre (nomenclature 1 ) et de fournitures de biens d’équipements, utilisables pour la guerre, mais d’une durée de vie supérieure à la durée de la guerre (nomenclature 2). La fourniture sous la section 3c-1 était gratuite, le temps de la guerre, et payante ensuite. Les fournitures sous la section 3c-2 étaient payantes et elles pouvaient donner lieu à des prêts à long terme. L’ensemble fut regroupé sous le terme de crédits 3c. Avec le prêt-bail complet, civil et militaire, le GPRF entrait réellement dans les instances dirigeantes alliées de la guerre. A quoi servit le prêt-bail ? A faire la guerre évidemment, car tel était l’objet de la loi du 11 mars 1941, mais aussi à redonner un certain lustre à la France humiliée en 1940 et à la conduire sur les chemins du renouveau. D’autre part il était impossible d’ignorer l’organisation nouvelle du monde que les Américains mettaient en place. Le lecteur chemine donc sur le long et difficile parcours des négociateurs français du prêt-bail, de novembre 1943 à l’été 1944 où une grosse déception saisit les Français, pour aboutir enfin le 28 février 1945. Cet accord mit à la disposition du GPRF des produits destinés à faire la guerre d’une valeur de 3,5 milliards de dollars. La brutale interruption de cette aide le 2 septembre 1945 eut des conséquences inquiétantes sur le moment. Elle conduisit le pays à s’insérer dans l’ordre économique international et libéral du fait de l’acceptation du système économique et monétaire de Bretton Woods.

Le prêt-bail : pour quoi faire ?

  • 1 B 33682, délégation du CFLN aux États-Unis, 1er février 1944, PLB, à Guindey, Alger.

2Le CFLN s’est efforcé de convaincre Roosevelt de faire participer la France au prêt-bail. Son but n’était pas seulement de faire la guerre avec, mais d’en faire l’instrument de la reconstruction et de la modernisation de l’économie du pays. Or de très vives réticences se manifestèrent du côté de l’administration américaine. Le souvenir de l’échec cuisant de juin 1940 expliquait pour une part ces réticences. Morgenthau et White regrettaient que la France n’eût pas abandonné aux Anglais, le 16 juin 1940, l’or de la Banque de France avec les contrats d’armements, pour leur permettre de poursuivre le combat. Quatre ans après la défaite, d’éminents Américains avaient en tête que la France n’avait pas payé le juste prix de la guerre et qu’il était admissible qu’elle payât ses achats civils et militaires aux États-Unis, comme avant juin 19401. Ils exprimaient le profond ressentiment des Américains pour un pays qui avait abandonné le combat contre les nazis et qui n’était pas épuisé financièrement. Les États-Unis ne feraient donc pas de cadeaux aux Français. En revanche, dès avril 1944, les Français du GPRF avaient formulé le désir de rebâtir leur puissance avec les crédits américains. Déjà la guerre était gagnée dans les esprits, déjà l’après-guerre était commencée.

  • 2 B 33682, « aide mémoire du 15 mars 1944 », traduction.
  • 3 Au 1er mars 1945 la situation est différente : 1939 : 2 817 tonnes d’or ; 1945 : 1 777,5 tonnes ; L (...)

3Le CFLN formula auprès des Américains sa demande de prêt-bail général, le 7 janvier 1944. La réponse américaine fut positive. Le 15 mars 1944, Acheson proposa au CFLN un projet d’accord2. Il ressemblait à l’accord de modus vivendi’du 25 septembre 1943, mais il ajoutait les termes de l’article VII du master agreement anglo-américain sur les relations commerciales d’après-guerre : le signataire s’engageait à pratiquer une politique commerciale libérale et non discriminatoire. Les fournitures civiles seraient payées en or et en devises, tout comme les colis pour les prisonniers de guerre français en Allemagne. Seules les fournitures militaires seraient gratuites. Les Américains demandaient un effort d’exportations de l’Afrique du Nord vers les États-Unis pour que le GPRF puisse disposer de dollars nécessaires à l’achat de fournitures civiles. Cette réponse scandalisa les Français qui craignaient de se voir privés de leur or en cas d’insuffisances en dollars. Certes l’encaisse-or de la France était considérable : 2 milliards $ et 200 millions $ d’avoirs du Trésor, sans compter 1 milliard $ d’avoirs privés aux USA, difficilement mobilisables3. L’attitude américaine s’expliquait, mais elle était aussi en contradiction avec la préparation de la conférence de Bretton Woods qui envisageait de répartir plus justement les ressources en or et les crédits internationaux de façon à relancer le développement mondial. Les États-Unis se comportaient comme s’ils cherchaient à priver les Français de leurs ressources pour leur relèvement. Les prévisions de dépenses en dollars traçaient des perspectives assez sombres : Le Trésor d’Afrique du Nord avait une dette de 60 millions $ pour les achats civils aux États-Unis. L’Empire avait dépensé 150 millions $ de plus qu’il n’avait vendu aux États-Unis. Monnet prévoyait de dépenser 1 milliard $ pour le ravitaillement de la France après la Libération (plan A de six mois). La cotisation au FMI se montait à 100 millions $. Le programme de remise en marche de l’industrie était évalué à 2 milliards $. Les Américains ne voyaient pas d’autres solutions pour la France que d’utiliser ses réserves pour la bonne cause. Le symbolisme politique et moral d’un tel comportement serait profitable ; la France serait réhabilitée. Plus troublants encore, des indices faisaient douter du désir des Américains de réarmer la France. Ce qu’ils avaient consenti en Afrique du Nord semblait les satisfaire. Ne parlait-on pas d’une home guard française ? Dans ce cas, la France n’aurait pas besoin d’adhérer au prêt-bail. En avril 1944 Monnet observait « que l’attitude des Américains en ce qui concerne le champ d’application du prêt-bail est de plus en plus restreinte ».

  • 4 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1222, Monnet à Mayer, série spécial, 130, 5 avril 1944.
  • 5 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Guindey, mai 1944. à LibFrance, Washington, de René Mave (...)

4Et pourtant la négociation prêt-bail mobilisait les administrations françaises à Alger et à 4Washington pour forcer la porte américaine, tant il était indispensable d’obtenir l’aide américaine. Le CFLN avait d’ailleurs signé un accord financier et de prêt-bail avec la Grande-Bretagne, le 8 février 1944, et avec le Canada le 14 avril. L’accord « américain » tardait. En réponse à Acheson, le GPRF accepta le principe du paiement des marchandises civiles livrées à la métropole après le débarquement, comme il avait accepté de payer le déficit dollar des achats civils en AFN. Il donna son accord pour une aide réciproque française gratuite aux Américains sur le territoire métropolitain. Il en exclut, comme lors du précédent accord de modus vivendi, les marchandises du commerce franco-américain classique. Il demanda aussi que le secteur militaire gratuit soit défini très libéralement. Il fit des concessions avec l’espoir, entretenu par Monnet, que la France obtiendrait des crédits à très long terme pour la reconstruction5. L’intérêt d’un tel accord était en effet trop évident pour être longtemps discuté, car il fournirait des marchandises gratuites ou payantes et des crédits à long terme. L’avenir du pays était bien en jeu.

  • 6 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1222, Monnet à Mayer. Massigli, 21 mai 1944. diplo 1174.
  • 7 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, Comité pour l’histoire économ (...)
  • 8 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1533, « note préliminaire relative aux financements des achats (...)
  • 9 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 704, GPRF, commissaire en mission, n° 957/5, Alger, 3 juillet (...)
  • 10 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 704, Note du 3 juillet 1944, 957/S, Commissaire en mission, «  (...)

5Monnet comprit vite que le CFLN devait éviter de porter sur la place publique ses états d’âme s’il voulait réussir. Les critiques de la presse américaine contre la politique de Roosevelt envers la France le gênaient. Il fit comprendre aussi que la transformation du CFLN en gouvernement provisoire indisposerait Roosevelt et deviendrait un obstacle à la signature des accords de prêt-bail6. Le facteur politique prenait donc une importance primordiale dans la négociation et expliquait les arrière-pensées réciproques. Roosevelt ne voulait pas reconnaître de Gaulle comme le représentant de la nation. De Gaulle passa sur les réserves de Jean Monnet et affronta Roosevelt. On a certainement remarqué l’essentiel : l’argument des Français pour bénéficier du prêt-bail était le renouveau de l’économie française. Cet argument riche de sens en terme de conscience historique du rôle de la France était-il compris des Américains ? Valensi, alors chef du Conseil français des Approvisionnements à Washington, remarquait que la demande française de « masses importantes de matériels d’équipements destinées à la restauration de notre appareil de production », posait un vrai problème à l’administration américaine7. La politique française de relèvement, de restauration et d’équipement ne faisait pas normalement partie des objectifs du prêt-bail. En effet, le CFLN et surtout Monnet avaient réfléchi à un plan de remise en marche de l’économie qui s’appelait encore en février 1944, « dépenses de reconstruction et de rééquipement industriel »8. Monnet comptait le financer par le prêt-bail, sachant que le Commandement en chef allié assurerait le ravitaillement des populations civiles dans les 6 mois après la Libération (programme de réparations rapides « Quick repairs » et plan A). Il fallut attendre juillet 1944 pour que la FEA et le Département d’Etat approuvent le principe du programme de remise en marche de l’économie9. Le programme était atypique pour une administration américaine préoccupée uniquement de faire la guerre. La France qui avait été en retard d’une guerre semblait maintenant en avance d’une modernisation ! La tactique de Monnet et de De Gaulle étonna des gens comme MacCloy, pourtant très proche de Monnet, ou Lucius D. Clay : « ... Ceci est nouveau pour eux et leur semble un peu prématuré étant donné qu’il faut connaître un peu mieux la situation en combustible (charbon principalement) et des transports en France pour pouvoir utilement dresser un plan de remise en marche de l’industrie en vue de la guerre », lisait-on dans le compte rendu d’une réunion du 30 mai 1944 à Washington. Mendès France s’aperçut que les administrations américaines étaient restrictives sur le prêt-bail économique et qu’elles excluaient la quasi-totalité des fournitures civiles et même les colis aux prisonniers de guerre. 11 fallait donc être profondément motivé pour proposer aux Américains de financer ce qui s’avérait être les prémisses de l’après-guerre. Le 17 juillet 1944, Giacobbi, Mayer, Monnet et leurs collaborateurs estimèrent le plan A d’urgence et le plan de remise en marche à 2,5 milliards $ (dont 221 millions $ de l’Empire) et songèrent à des paiements à crédit sur 25 ans à 2 1/8 %. Le plan de remise en marche comprenait un poste équipements et un poste transports et services publics, à côté de produits d’urgence. Ces deux premiers postes étaient estimés par Monnet le 3 juillet 1944 à 17,6 % du tonnage, et en valeur 1,5 milliard $, soit 64,5 % du programme. Monnet en faisait la « première tranche de notre reconstruction », puisqu’il s’agissait de remplacer les machines détruites par les exactions allemandes ou les combats de la Libération. Mais ce remplacement était déjà une modernisation. « Il serait aussi, dit Monnet le 4 août 1944, le moyen pour le pays de se suffire à lui-même et d’apporter une contribution à la victoire finale des Alliés10 ».

  • 11 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 705, Alger, 4 août 1944, J. Monnet, « résumé du plan de remise (...)
  • 12 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 705, 18 août 1944, diplofrance à Washington, 2078, secret.

6Dans l’esprit de Monnet, « un plan d’avenir » succéderait au plan de remise en marche de l’économie. Les équipements lourds viendraient ultérieurement11. Les préoccupations de Monnet pour l’équipement du pays sont donc extraordinairement présentes avant la Libération. Sa désignation comme Commissaire général du plan en janvier 1946 était le résultat d’un intérêt constant pour le rééquipement de la France. Certes il n’était pas le seul puisque la direction générale de l’Equipement industriel parlait en août 1944 d’un plan d’équipements sur 10 ans. En août encore, le Comité économique interministériel créa un organe de travail et d’exécution : la Commission des importations, chargée de suivre l’exécution du plan de 6 mois, du plan de remise en route de l’économie française et d’établir « un bilan d’ensemble des ressources intérieures et extérieures de la France et des besoins français ». Cette mission anticipait la célèbre Commission du Bilan national de septembre 1947 et prouvait que sa nécessité n’était pas seulement sortie de l’imagination féconde de Pierre Uri12. Tout le problème de l’importation des équipements du futur plan de remise en marche de l’économie tenait au financement. Ce financement ne pouvait venir que du prêt-bail, un singulier prêt-bail qui n’avait plus grand-chose à voir avec la guerre. Roosevelt ne semblait pas prêt à accepter l’interprétation française d’une loi américaine.

L’étonnant échec du bel été 1944

7L’été 1944 fut un des moments heureux de la guerre : Le débarquement de Normandie avait réussi, le débarquement de Provence se produisait le 15 août, Paris était libéré le 25 août, la France accueillait les Alliés avec ferveur, la Résistance française montrait son efficacité contre les armées allemandes. Pourtant la France n’entrait toujours pas dans le prêt-bail.

L’accord manqué de juillet 1944

8En juin 1944, Monnet annonça au CFLN que Roosevelt était prêt à accorder 2,5 milliards $ en crédit 3c pour des équipements qui continueraient d’être fournis trois ans après la fin de la guerre. Or la signature de l’accord échoua.

  • 13 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1465, diplo 1612, Hoppenot pour de Gaulle, 9 juillet 1944, Was (...)
  • 14 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1465, 13 juillet, télégramme de Massigli à Washington.

9Son optimisme invétéré fut tempéré par Cordell Hull qui réduisit le crédit à 1 milliard $. Pourtant le voyage de De Gaulle à Washington, début juillet, se passa bien. Roosevelt lui confirma oralement son accord pour un prêt-bail comprenant des crédits 3c. « Je crois que les affaires de la coopération en France, du prêt-bail et de la monnaie pourront être maintenant rapidement réglées par voie diplomatique dès mon retour à Alger 13 », télégraphiait de Gaulle au GPRF. Le 13 juillet, Monnet était dans le même état euphorique. Il s’attendait à un accord couvrant « les arrangements de crédits à long terme pour le programme des approvisionnements nécessaires à la remise en marche de l’économie français », un accord d’aide réciproque, et un accord sur le remboursement des billets14.

10Or John MacCloy, un haut responsable de la Trésorerie, de surcroît un ami de Monnet, ternit la joie des Français le 20 juillet, en ramenant à presque rien les crédits civils 3c (250 millions $). D’où venait cet étonnant retournement ? Tout d’abord de la précipitation avec laquelle Roosevelt avait lu à de Gaulle le premier projet du Département d’État. Car Trésorerie et Département d’État n’étaient pas d’accord. Le mémorandum de MacCloy reflétait toujours le souci des Américains de ne pas financer les dépenses civiles et de reconstruction des Français et le manque de confiance dans un GPRF qu’ils ne reconnaissaient pas. La déception des Français qui ne pouvaient pas encore s’appuyer sur le soulèvement de Paris pour sauver l’accord était cruelle. Il fallut donc poursuivre encore la négociation.

  • 15 B 33683, note de PLB de mai 1944.

11S’il existait des différences de doctrines entre les services américains, des difficultés apparurent aussi du côté français. La définition de l’aide en retour posait problème. Il y aurait aide réciproque, mais les États-Unis étaient priés de rembourser en dollars les francs des soldes de l’armée américaine en France et les fournitures de produits rares faites par les Français, comme le charbon. Comment définir les produits de l’aide gratuite américaine ? La contre-proposition française assimilait à l’aide militaire, donc gratuite, le rééquipement des ports, des chemins de fer et des services publics, les fournitures pour la reconstruction industrielle. La définition de l’aide militaire était donc très extensible. Mais après la fin de la guerre et du prêt-bail les Français voulaient avoir la certitude que ce type de fournitures serait financé par des crédits à long terme. Les vivres fournis aux civils dans les zones d’opération seraient donnés en prêt-bail gratuit. Ceux fournis aux civils de l’arrière seraient payés par les Français15.

  • 16 363 AP 3, lettre de Léviant à René Mayer, 10 juin 1944.
  • 17 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1465.
  • 18 André Béziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945). La diplomatie de l’entêtement, L’Harmatt (...)

12Valensi, qui fut la cheville ouvrière des négociations à Washington, a regretté dans ses Mémoires l’échec de l’été 1944 et en a discrètement imputé la responsabilité à Monnet. Monnet voulait signer un accord accompagné d’un programme d’achat complet de façon à empêcher toute remise en cause ultérieure. Des observateurs avaient déjà noté ses « réactions impétueuses 16 ». Il tenait fermement à un programme financé par les États-Unis qui serait un véritable rééquipement de l’industrie française. Les Américains ne partageaient pas naturellement cette vision de l’avenir avec lui. Un nouveau mémorandum de MacCloy daté du 28 juillet exposait les résultats obtenus : droit de la France au prêt-bail, accès aux 3c, paiements contre dollars des francs de la solde. Il n’établissait toujours pas de relation entre les 3c et la reconstruction de la France17. Valensi prétendit pourtant avoir obtenu cette garantie de principe dans le texte. Mais elle n’était pas accompagnée d’un cahier des charges précis. Monnet le repoussa. Il estimait pouvoir faire mieux s’il s’appuyait sur un programme cohérent concernant l’utilisation des crédits 3c. Il voulait obtenir le maximum de biens industriels et matières premières, soit en aide directe pour la guerre, soit sous les crédits 3c. Il s’était trop précipité à l’été 1944 ; les Américains n’ont pas voulu faire à la France, en pleine guerre, le cadeau d’une modernisation aisée. L’opposition républicaine était contre une extension du prêt-bail à la France18.

Les accords de Débarquements du 25 août 1944, un prêt-bail a minima

13La présence des Alliés sur le sol de France nécessitait néanmoins de toute urgence des accords de type modus vivendi. Ce furent les accords de Débarquement du 25 août 1944, signés à Washington le jour de la Libération de Paris. Les textes comportaient 7 accords franco-anglo-américains, 2 accords franco-américains et un accord franco-britannique. Belle affaire aussi ! Le mémorandum du 25 août prévoyait l’ouverture de négociations sur le Lend-Lease, l’aide réciproque, les crédits 3c. Les États-Unis reconnaissaient l’autorité du GPRF dès le premier jour du débarquement puisque l’administration nouvelle était en charge de la distribution des marchandises civiles. Ils entérinaient l’existence du plan de ravitaillement de 6 mois pour les besoins de la population civile (plan A et plan B comme supplément du plan A). Le GPRF paierait le plan A. Ces accords réglaient les questions monétaires si douloureuses pour le GPRF. La France continuait de bénéficier du prêt-bail militaire. Elle consentait une aide réciproque aux alliés. Elle rembourserait la monnaie de débarquement émise par les Américains. Il manquait dans ces accords ce à quoi Monnet tenait très fortement, les crédits 3c. Les accords de Débarquement furent des accords de prêt-bail minima. Mais ils ne fermaient pas la porte à la conclusion d’un ensemble plus complet.

  • 19 François Duchêne, op. cit.. p. 142.
  • 20 B 12853, Alphand, DAE, n° 131, MAE, 19 septembre 1944, négociations du prêt-bail américain, crédits (...)

14Monnet rencontra Roosevelt le 8 septembre 1944 avec le soutien de Cordell Hull19. Il sentait l’urgence de conclure. Des éléments nouveaux apparaissaient. La guerre se terminerait peut-être plus vite que prévu. Les Russes risquaient de tout prendre aux États-Unis, dit-il. Que resterait-il pour la France ? Sa rencontre avec Roosevelt, avant la conférence de Québec, fut une « entrevue excessivement cordiale »20. Que voulait-il dire ? Les deux hommes se sont entendus sur le principe de crédits 3c. Voilà l’essentiel, mais était-ce nouveau ? Il n’y eut pas pour autant d’accord signé. Roosevelt voulait voir le détail des textes, puis la situation politique devint moins favorable car le Président entrait en campagne électorale, la quatrième et dernière.

Aide et Libération : le plan A

  • 21 Voir B 44165, « comptes de guerre entre la France et les États-Unis... » première page, c) transact (...)
  • 22 Gaston d’Été, Les achats français aux États-Unis, exemplaire dactylographié, 1950, p. 159-160.
  • 23 B 44165, Ambassade de France aux États-Unis, 12 janvier 1950, G. Dangelzer à Jacques Lévy, DFE, Par (...)

15Les accords de Débarquement avaient eu le mérite d’entériner la fourniture par le SHAEF de produits de ravitaillement d’urgence à la population française, définis dans le plan de 6 mois, ou plan A. Ce plan, étendu à 8 mois (plan B), fournit à la France libérée 247,8 millions $ de marchandises. Déclaré à la charge de la France son coût fut en fait inclus dans le prêt-bail gratuit défini par les accords Blum-Byrnes du 28 mai 194621. La part américaine fut de 112 millions $, correspondant à 62 % des fournitures. Le reste fut réputé fourni par le Royaume-Uni, le Canada et l’Empire français. Mais ces sommes ne représentèrent que 50 % seulement du plan initial22. Du fait de sa gestion par les militaires alliés le détail financier resta assez mystérieux pour les services français qui cherchaient encore en 1950 à faire la lumière. Il n’est pas impossible que les accords Blum-Byrnes aient surestimé le plan A de 50 millions $23.

  • 24 Voir le chapitre III, 3e partie.
  • 25 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, op. cit., p. 178. B 33683, 30 mai 1944, Washington, (...)
  • 26 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1539, direction de l’Agriculture et du Ravitaillement, plan ad (...)

16Son histoire est intéressante. Le CFLN l’avait préparé longuement depuis novembre 1943. Les gouvernements alliés se préoccupaient en effet du sort des populations civiles lors de la Libération. Personne ne doutait que les combats désorganiseraient l’économie civile. Il fallait s’attendre à des milliers de réfugiés sur les routes, à des pénuries, des famines et des épidémies. L’UNRRA avait été disqualifiée devant l’urgence. Aussi les gouvernements alliés, mais pas le CFLN, ignoré des Américains, décidèrent de confier au commandement en chef le soin de le conduire sur le terrain. Cela signifiait que les militaires américains étaient chargés d’acheter les marchandises selon un programme qu’ils avaient élaboré. Des frictions naquirent de cette méthode qui ignorait les programmes du CFLN. Aussi deux programmes furent-ils élaborés parallèlement, l’un par les services américains, l’autre par les services français24. L’estimation des urgences, le collapse estimate d’origine américaine, fut connue du Conseil français des Approvisionnements de Washington et de Monnet en mars 1944. Il a été critiqué immédiatement pour son caractère de secours et non pas comme plan de remise en marche de l’économie25. Mais peut-être le CFA confondait-il ici plan d’urgence et remise en marche de l’économie ? Il lui fut répondu qu’un programme spécial Quick repairs était prévu par les militaires. Quick repairs devait remettre en état immédiatement ce qui pouvait l’être : camions immobilisés par manque de pneus ou de batteries ; enlèvement d’épaves dans les ports, réparation des lignes de chemins de fer et des routes nécessaires aux mouvements de troupes, rétablissement des communications et de l’eau dans les villes de plus de 10 000 habitants, du gaz et de l’électricité dans les villes de plus de 30 000 habitants. En avril 1944 le Département d’Etat admit que le CFA fit des propositions. Monnet proposa de faire convoyer vers la France libérée 952 460 tonnes de vivres, les Américains ne proposaient que 741 200 tonnes. Le CFLN obtint sur le papier 904 000 tonnes26. Le collapse estimate fut communiqué à Monnet sous une forme définitive début juin 1944. Aucune modification n’était plus possible. Les projets du CFLN se fondaient sur des rations alimentaires particulièrement réduites.

17Farine 275 gr/adulte/jour
Fromage 100 gr par semaine
Viande 360 gr avec os ou 240 gr sans os par semaine.
Légumes secs 500 gr par mois
Sucre 1 kg par mois
Matières grasses 700 gr par mois
Café 250 gr par mois
Savon 500 gr par mois
Chocolat 250 gr par mois
Riz 300 gr par mois pour les enfants
Confitures 500 gr par mois
Conserves de poissons 150 gr par mois
Lait nd

18Aux vivres s’ajoutaient des produits industriels d’urgence : moyens de transports, matériels électriques, pompes à eaux, matériels pour usines à gaz, matériels portuaires, matières premières, baraques provisoires, carburants, 60 hôpitaux de campagne.

  • 27 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1534, Monnet, diplo 1397, 18 juin 1944, à Mayer.

19Monnet demanda au GPRF de permettre aux alliés d’accéder plus facilement aux stocks alimentaires et de matières premières constitués dans l’Empire puisque les alliés fournissaient une aide immédiate pour le plan de 6 mois et acceptaient une clause de sauvegarde dans les contrats de vente des produits coloniaux. Une telle solidarité, dirent ensemble Monnet et le commandant Bernard (Etienne Hirsch), témoignerait d’un bon esprit de coopération27. Les produits de l’Empire étaient réellement rassemblés (200 000 tonnes). Monnet en profita pour formuler une demande supplémentaire de 1,7 million de tonnes qui aurait doublé les tonnages et le coût.

  • 28 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1533.

20Monnet organisa le contrôle du plan A depuis Alger. Il se rendit compte que ses informations étaient incomplètes. Il dut donc orienter les livraisons vers les régions les plus déficitaires. La gestion du plan A en zone Nord fut de la responsabilité du commandant Bernard à Londres, tandis que Monnet chercha un responsable pour le Sud28. Les pénuries alimentaires à Paris, fin août, vécues dramatiquement par les Parisiens, furent apparemment relativisées par Monnet à Alger. Monnet indiqua le 27 août que le SHAEF avait donné ordre de rapprocher les stocks de Paris et que les 1 500 camions prévus devaient suffire à ce ravitaillement. L’armée fournit immédiatement du charbon ; 3 000 tonnes de produits alimentaires et du savon furent apportées d’urgence. Louis Joxe remarquait que les stocks de blé et de viande étaient plus importants qu’on ne le pensait dans le Nord de la France. Pourtant les déficits étaient réels dans les villes où sévissait le marché noir, i.e. l’injustice. Le plan de 6 mois avait évolué. Incapables de respecter les objectifs, les Américains le transformèrent en un target program, puis en un plan de 8 mois commençant le 1er novembre 1944 jusqu’au 1er juin 1945 axé sur de nouveaux objectifs : 1/3 de nourriture, 1/3 de matières premières, 1/3 de produits industriels pour l’agriculture et pour éviter les explosions sociales. Ce n’est qu’en avril 1945 que la situation du tonnage s’améliora : 242 401 tonnes avaient été livrées du 6 juin 1944 à décembre 1944, 383 532 tonnes le furent au premier trimestre 1945, et on prévoyait 184 974 tonnes pour le seul mois d’avril.

  • 29 François Duchêne, op. cit.. Jean Monnet, p. 139.
  • 30 Gaston d’Été, op. cit., p. 160.
  • 31 Éric Roussel, Jean Monnet. Fayard, 1996, p. 418.
  • 32 René Mayer, Etudes, témoignages, documents, réunis et présentés par Denise Mayer, PUF, 1983, p. 99 (...)
  • 33 B 33682, déclaration de Jean Monnet du samedi 23 avril 1945.

21Réussite ou non du plan A ? François Duchêne indique que les importations de marchandises non militaires, incluant charbon et pétrole n’atteignirent que 20 % de ce qui était prévu, du débarquement au printemps suivant29. Le plan de 8 mois qui remplaça le plan de 6 mois prévoyait d’importer 4,3 millions de tonnes. Un haut fonctionnaire, Gaston d’Eté, dit qu’il ne fut réalisé qu’à hauteur de 28 %30. Monnet fut victime d’attaques d’Hoppenot, faisant fonction d’ambassadeur du GPRF à Washington, sur sa gestion du plan A. 11 fut défendu par René Massigli, Commissaire aux Affaires étrangères : « Je ne peux oublier cependant que notre négociateur a obtenu un résultat très important, qui n’aurait pu l’être si l’on avait procédé autrement : la France sera ravitaillée et son rééquipement sera préparé31 ». La guerre empêcha le plein succès du plan de 6 mois (comme celui de 8 mois), au moins dans le secteur des matières premières et de l’énergie, témoigna Louis Joxe32. Tous ces plans et programmes supposaient des transports maritimes que le Commissaire aux Communications et à la Marine marchande, René Mayer, avait bien du mal à assumer. La flotte commerciale française avait été soit détruite, soit dispersée, entre diverses mains. Après le débarquement en Afrique du Nord, la plus grande partie fut mise en pool allié. Elle navigua sous pavillon français à partir de mars 1944. La force de cette marine de commerce était importante, environ 3 millions de tonnes, mais elle représentait bien peu par rapport aux besoins annuels d’importation de 20 millions de tonnes et par rapport aux besoins des troupes au combat. Monnet mit en cause l’absence de ports satisfaisants qui étaient restés aux mains des Allemands, puis la concurrence des transports de munitions et d’armes au moment de la contre-offensive de Von Runstedt. « Pendant ces durs et longs mois, le ravitaillement civil dut être laissé de côté, sauf pour de très faibles tonnages33 ». Alors ! Au lieu de parler de tonnages respectés, la propagande alliée parla de la qualité des marchandises livrées : importation de pommes de terre de semence, d’insuline, d’hôpitaux, en réaction à la propagande de Goebbels qui criait que les États-Unis ne donnaient rien pour rien.

  • 34 René Mayer, Etudes, témoignages, documents, op. cit., p 109.

22Pour bien répartir les ressources importées et pour assurer le ravitaillement des armées, la remise en état des transports était une nécessité. Le GPRF s’employa à acheter des locomotives, quel qu’en soit le prix. Le parc de locomotives était de 16 000 en 1939 et seulement de 11 500 en 1944, mais 40 % des plus modernes étaient affectées aux lignes allemandes. A la suite de la campagne de France de 1944, il ne resta plus que 22 % des locomotives et 20 % du matériel voyageur34. René Mayer se félicita en décembre 1944 d’avoir pu faire passer de 2 500 à 6 000 le nombre de locomotives. Un dessin spécifique de machine fut réalisé par un ingénieur français des chemins de fer d’Afrique du Nord aux États-Unis. Il aboutit aux fameuses 141 « Mikado », devenues les 141 R. La première locomotive 141 R sortit des ateliers le 30 juillet 1945. La décision d’en acheter 1 140 prise par Mayer et Valensi au printemps 1944 y contribua heureusement. Ce fut la plus grosse commande jamais enregistrée dans le monde des chemins de fer. La commande fut portée à 1 340 unités pour 200 millions $. Le plan militaire cessa en mai 1945, date à laquelle le GPRF dut assumer seul les importations civiles du programme national d’importation. Le prêt-bail n’en était que plus précieux.

L’accord prêt-bail du 28 février 1945

23La signature de l’accord prêt-bail, le 28 février 1945, introduisait enfin la France dans le dispositif allié au même rang que la Grande-Bretagne ou l’URSS. Monnet touchait au but : le relèvement et la préparation de l’économie française à la compétition mondiale, alors que personne ne savait encore quand la guerre se terminerait. De Gaulle aussi.

  • 35 François Duchêne, op. cit.. Jean Monnet..., p. 142.
  • 36 B 33682, 4 décembre 1944, R. Pleven, ministre des Finances à M. Jean Monnet, commissaire en mission (...)

24Tandis que Quick repairs et le plan A, puis B s’appliquaient vaille que vaille aux territoires libérés sous le régime des accords de Débarquement, la négociation du prêt-bail se terminait. La signature d’un accord était urgente puisque les Français espéraient être déchargés du prix de l’aide d’urgence et surtout régler le financement des importations d’avenir. La négociation sur le prêt-bail se débloqua début décembre 1944 après la reconnaissance du GPRF par les États-Unis et la nouvelle victoire aux présidentielles de Roosevelt. René Pleven, Commissaire aux Finances, poussait Monnet à négocier en s’appuyant sur l’accord du 25 août 1944 et sur la reconnaissance du GPRF par le gouvernement américain. Les conditions de la guerre pesaient aussi. La guerre n’en finissait pas. Les Américains avaient besoin d’une armée française forte pour l’occupation de l’Allemagne. En novembre, de Gaulle fit avaliser le projet d’augmenter la puissance de l’armée française de 8 autres divisions, ce qui justifiait le développement du prêt-bail. Pleven demanda à Monnet d’obtenir le prêt-bail militaire direct pour l’ensemble des troupes françaises et pas seulement pour celles en opérations et pour les produits et matériels contribuant à l’effort de guerre. La situation économique et alimentaire de la France, difficile, déplorable même, dans l’hiver 1944 fit craindre des troubles au SHAEF ; l’offensive des Ardennes facilita l’accès au master agreement du prêt-bail dit Duchêne35. Une pression fut exercée sur Roosevelt par Cox, White et Clayton. Bien entendu le GPRF recherchait toujours ces fameux crédits à long terme pour l’achat d’équipements et de matières premières destinés à contribuer à la remise en marche de l’économie : 2 milliards $ disait la Commission des importations36. Pleven était conscient que la France ne pouvait pas demander autant que l’Angleterre qui ne disposait plus de ressources quand elle accéda au prêt-bail. La question des crédits 3c prit une soudaine importance quand il s’avéra que le plan de 6 mois n’avait pas été réalisé.

L’accord du 28 février satisfait le GPRF

  • 37 B 880 principes applicables à l’aide mutuelle dans la poursuite de la guerre contre l’agression.
  • 38 F 60 898, GPRF, doc. 124 pour le CEI du 8 février 1945.
  • 39 B Amérique, 245, États-Unis, Bonnet, 25 janvier 1945, 513-515.

25La négociation aboutit le 17 janvier 1945. Mais l’accord ne fut signé que le 28 février en raison de la conférence de Yalta. Le projet d’accord comportait un accord de base et un accord réciproque du même type que ceux passés avec l’Angleterre et l’URSS. Il comportait un master agreement semblable à celui signé par les Russes et les Anglais. L’article VII de l’accord établissait que la France et les États-Unis se concerteraient sur les mesures à prendre pour faciliter le commerce entre eux et dans le monde37. L’accord ouvrait donc la porte à la libération des échanges et aux mesures transitoires indispensables. L’accord prêt-bail franco-américain appliquait pour la première fois l’article 3c de la loi du 11 mars 1941. Il était rétroactif à partir du 6 juin 1944 ; l’aide réciproque en revanche serait comptabilisée au titre du CNF, du haut commandement en chef (Giraud), du CFLN et du GPRF. De Gaulle réclamait un généreux prêt-bail estimant que la France donnait beaucoup aux alliés sans rien recevoir. Les exigences américaines de reverse lend lease effrayaient. Certains plaidaient uniquement pour une aide d’urgence. Monnet qui avait bien retenu la leçon gaulliste répondit que l’idée de secours « place la France en rang subalterne, tandis que tout notre effort à Washington tend à se placer sur le plan du concours qui nous met à égalité avec les autres Alliés : Angleterre, États-Unis, Russie. Le retour au plan militaire marquerait une régression sur le chemin de la grandeur française »38. Les États-Unis croyaient-ils à l’avenir de la France ? On pouvait en douter à lire les télégrammes de Bonnet : L’administration américaine, dit-il, n’a pas reconnu pleinement et officiellement « que la France est un partenaire complet dans la guerre39 ». De plus, les ambitions du GPRF de remise en marche de l’économie, sans être critiquées de front, suscitaient des interrogations. Les Américains plaidaient pour une reconstruction libérale. Monnet au contraire insistait sur les transitions.

  • 40 B 33682, Lettre de Monnet à Pleven du 6 février 1945.
  • 41 B Amérique, 245, États-Unis, Washington, de Monnet n° 41 à de Gaulle, Bidault, Pleven, Mendès Franc (...)
  • 42 F 60 898, SG du CEI, 24 février 1945, c. r. séance du 19 février 1945. exposé de Monnet.
  • 43 B 33682, samedi 23 avril 1945, « déclaration de Monsieur Jean Monnet sur le prêt-bail et les approv (...)
  • 44 B 33684, ou GPRF-CFLN, Alger, 704, GPRF, commissaire en mission, n° 957/S, Alger le 3 juillet 1944, (...)
  • 45 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard 198 (...)

26L’accord prévoyait la livraison de 2,6 milliards $ d’approvisionnements et de matériels. 1,7 milliard $ était du ravitaillement et des matières premières gratuites, 900 millions correspondaient à des équipements et des machines en crédit 3c-2 (20 % cash à la commande). L’équipement de l’armée française se poursuivait par ailleurs au titre des accords précédents. « Ainsi la France a les moyens de reconstituer en partie sa force militaire, de remettre en marche rapidement la vie économique du pays et de conserver son indépendance financière » écrivit Monnet à Pleven le 6 février 194540. Monnet annonça au GPRF la fin des négociations par un télégramme du 11 février 194541. Monnet ne cacha pas que le programme pourrait être interrompu à la fin des hostilités. Le Président aurait le droit par la loi américaine de retenir des articles. Monnet était très fier d’avoir pu insérer dans l’accord un programme précis d’importations à des fins économiques, pour la guerre mais aussi pour l’après-guerre42. « Mr. Monnet souligne que nous avons évité, à la différence des Anglais, d’avoir à discuter au préalable avec les Américains notre situation financière », ce qui était encore une fois optimiste. Monnet recommanda toutefois de donner au public une information sur le prêt-bail en terme d’aide pour la guerre et non pas en terme d’aide à la reconstruction de façon à éviter les critiques du Congrès. « Le prêt-bail est la mise en commun des ressources pour la cause commune », déclara Monnet, quelques jours après la mort de Roosevelt auquel il rendit un hommage chaleureux43. Mais dans sa déclaration rien n’était dit des fournitures d’équipements pour la paix. Tout était ramené à la guerre et aux succès des armes françaises grâce au prêt-bail. Le Congrès n’était pas ravi de cette extension du prêt-bail à la France. Personne n’était dupe de la demande française qui semblait correspondre à des manœuvres intéressées et peu loyales. Les Français n’avaient toujours pas payé les dettes de la première guerre. La loi Johnson sur les mauvais payeurs reprendrait ses effets quand la loi prêt-bail serait terminée. Monnet en était parfaitement conscient44. La fringale d’achats était si forte que des erreurs furent commises. « Nous avons acheté tout ce que nous avons pu trouver et, avouons-le, avec une excessive précipitation », déplora Pierre Mendès France en 194845. L’accord donnait aux Français leur autonomie par rapport au SHAEF. Il leur reconnaissait le droit d’inventer leur avenir comme le traduisaient les chiffres annexés à l’accord. Cet accord était original. Aucun des deux autres grands accords prêt-bail avec la Grande-Bretagne et l’URSS n’avait déterminé par avance la nature des marchandises à livrer ni leur règlement financier. Cet accord prêt-bail était une sorte de « mutant » dans la doctrine d’emploi américaine de l’arme financière. Au final, force est de reconnaître que les États-Unis ont pris un risque en accordant ce type de crédits. Cet accord prêt-bail était déjà un accord d’après-guerre. Il était une aide économique déguisée en aide militaire. L’accord du 28 février 1945 était un accord de paiements et un accord politique car la France accédait déjà à l’aide militaire.

Tableau 8. Détails par postes de l’accord prêt-bail 3c du 28 février 1945. En millions $

Tableau 8. Détails par postes de l’accord prêt-bail 3c du 28 février 1945. En millions $
  • 46 Christian Valensi, Un témoin.... op. cit., p. 188.

27La France devait néanmoins continuer à payer comptant les marchandises du plan A et du plan de 8 mois, ainsi que les marchandises civiles pour l’Afrique du Nord. En signe de bonne volonté Valensi fit un chèque de 50 millions $ pour régler les factures du prêt-bail civil remboursable à l’Afrique du Nord, en dépit du blocage du compte de la Banque de France aux États-Unis sous le coup d’un arrêt-saisie de la Banque de Belgique46. Le 8 mai 1945 un accord franco-américain était signé sur la marine marchande.

Un accord partiellement honoré

28L’accord ne fut pas honoré totalement puisque ses effets cessèrent le 2 septembre.

  • 47 Voir son ouvrage, p. 299 et seq. et p. 305 – 307.

Tableau 9. Bilan des contrats prêt-bail de biens durables au 2 septembre 1945, d’après C. Valensi47. En millions $

Tableau 9. Bilan des contrats prêt-bail de biens durables au 2 septembre 1945, d’après C. Valensi47. En millions $

29Le 2 septembre 1945 les livraisons prêt-bail, 3c-1, gratuites (biens d’équipements servant à la guerre, matières premières) se montaient à 168 millions $ sur 1 675 millions $ prévus. Quasiment aucun équipement payant n’avait été livré sur les 900 millions $ 3c-2. En revanche des contrats d’un montant de 361 millions $ étaient signés et la livraison assurée. Sur les 2,6 milliards $ prévus sous les 3c, livraisons et contrats en cours ne représentaient que 529 millions $ soit 20,5 %. Si les lettres d’intention étaient honorées, la réalisation du programme prêt-bail 3c atteindrait 41,9 %. Or les 550 millions $ de lettres d’intention en crédits 3c - à partir du VJ day (18 août) les crédits 3c-1 cessaient d’être gratuits - étaient des commandes incertaines. Monnet espérait que l’Eximbank pourrait les financer aux conditions 3c-2.

  • 48 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 119, décembre 1944, Caffery in American Magazine.
  • 49 363 AP 5, 23 mars 1945, S. G de la Marine Marchande au ministre de l’Économie nationale.
  • 50 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 245, Washington, 15 janvier 1945, tel Monnet à de Gaulle, Lacoste (...)

30Comme pour les marchandises du plan A les livraisons prêt-bail du 28 février étaient dépendantes du tonnage disponible. Les matériels destinés aux armées sont arrivés conformément aux décisions du SHAEF. Pour les autres il faut écarter la thèse parfois avancée d’une restriction volontaire des mouvements de navires. Les Américains manifestaient leur intérêt pour l’état sanitaire et moral des populations françaises mais ils souhaitaient d’abord répondre aux offensives allemandes dans les Ardennes et en Alsace48. Le GPRF tenta de lever l’obstacle des transports. René Mayer se rendit aux États-Unis, au début de 1945 pour acheter des Liberty-Ships et des locomotives, tandis que le Secrétaire général de la Marine marchande prépara un plan de constructions navales49. De Gaulle exigea, le 10 janvier 1945, l’affectation des navires français du pool interallié des transports à la réalisation des programmes français d’importation. Clayton répondit à Monnet que les militaires américains étaient prêts à allouer du tonnage supplémentaire50. Le nombre de navires affectés au programme français passa de 6 à 10, de janvier à mai 1945. La fin de la guerre en Europe libéra évidement du tonnage. 188 Liberty-Ships transportèrent de juin 1944 à juin 1945, 2 millions de tonnes, 505 navires au second semestre transportèrent 4 millions de tonnes. Mais ce trafic pour la France ne représentait que 50 % de celui d’avant la guerre avec les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Amérique du Sud ou les colonies. Les Américains ont exigé de pouvoir contrôler les marchandises prêt-bail, interdites de réexportation. Monnet demanda de ne pas s’opposer à ces pratiques que l’administration française découvrait mais qui étaient connues des « anciens » d’Alger en 1941.

  • 51 B Amérique 1944-1952, États-Unis 119, 10 mai 1945, Washington, de Pleven à de Gaulle, n° 3043.
  • 52 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 163, H. Bonnet, 1737-42, 20 mars 1945. Sur le rationnement aux Ét (...)

31Le prêt-bail ne répondait pas à tous les besoins français bien qu’il soit le seul moyen de financer les importations indispensables. L’adresse de Pleven au président des États-Unis en dit plus qu’un long discours sur la situation vécue par les Français. « J’ai exposé au Président les conditions économiques en France et en Europe et la nécessité d’avoir en France avant l’hiver des (quantités) de vivres et des quantités de matériels permettant de faire face à la mauvaise saison », déclarait Pleven à Truman en mai 194551. En dépit de l’abondance qui existait encore chez eux, une fois la répartition entre alliés réalisée, les États-Unis n’étaient pas le bazar où l’on pouvait s’approvisionner sans mesure. Aux États-Unis mêmes, les wagons manquaient, les ports étaient engorgés. En mars 1945, les rations civiles américaines furent réduites. Les Américains cherchaient à placer leurs surplus, attitude compréhensible qui relevait d’une gestion rationnelle de ressources abondantes mais non-extensibles, ou du souci de préserver les produits rares52.

  • 53 B 19260, dossier sur les accords du 25 août et annexes, accords du 15 février 1945.
  • 54 B 19260, FEA, advance release papers for Sunday papers, June 24 1945.
  • 55 1 dollar pour 43,50 ou 50 francs, soit 1,7 milliard de francs par mois.

32Mention doit être faite de l’aide en retour inscrite dans l’accord du 28 février. Les Français ont accepté de prendre en charge les dommages de guerre causés par les forces armées américaines en France, les frais de cantonnement des forces armées américaines, les accidents de la circulation de leur fait, les accidents du travail survenus aux salariés français dans les ateliers, camps et usines au service des Américains et les autres réclamations53. Les Français ont fourni des moyens de transports aux troupes américaines, l’énergie qui faisait si cruellement défaut aux Français. Par ailleurs une partie de l’industrie française a été mise au service des alliés. L’armée américaine a placé des commandes pour la fabrication du matériel militaire ou civil. La description de l’effort de guerre français en faveur des États-Unis fit les belles pages de la presse dominicale américaine : fabrication de mortiers, 700 barques fournies à l’armée américaine pour passer le Rhin, capes de neige durant l’hiver 1944-1945, chenilles anti-boue pour les tanks, réparation de plus de 1 000 engins par jour, fabrication de 750 000 jerry-cans, de 700 tonnes de pneus par mois, fourniture de ferro-manganèse pour les aciers spéciaux, 25 % de l’industrie textile française travaillaient pour les besoins américains sous le reverse lend leasé54. Ces produits étaient fournis gratuitement aux armées américaines et payés évidemment en francs aux fabricants par l’État. Le montant de l’aide en retour française a été évalué en mai 1946 à 840 millions $55.

Un prêt-bail général de 3,5 milliards $

33Les chiffres du prêt-bail ont été définitivement fixés après négociation lors de la négociation des accords Blum-Byrnes du 28 mai 1946. Après que les services eurent retrouvé des factures, un règlement des règlements est intervenu le 14 mars 1949 qui a modifié les chiffres à la baisse pour la France. Il fallut distinguer ce qui appartenait à l’aide gratuite et à l’aide payante cash ou à crédit. Les tableaux synthétiques de l’aide prêt-bail prennent en compte le prêt-bail défini par les accords du 28 février 1945, mais aussi l’aide résultant de l’accord de modus vivendi du 23 septembre 1943, des accords de Débarquement du 25 août 1944 et de l’aide au CNF commençant en novembre 1942.

  • 56 B880, Le document de la semaine, n° 117, 27 février 1947. La France a reçu 3 454 millions $, elle a (...)

34On s’en tiendra ici aux chiffres de 1946 comme base de l’exposé. L’aide prêt-bail à la France (gaulliste, giraudiste, du CFLN et du GPRF) a atteint la valeur de 3,5 milliards $ entre novembre 1942 (officiellement depuis le modus vivendi du 25 septembre 1943) et le 2 septembre 1945. Ce chiffre doit être comparé avec l’aide prêt-bail aux autres bénéficiaires. L’Empire britannique a reçu 31,4 milliards $, l’URSS 11,3 milliards $, la Chine 1,6 milliard $. La France fut donc la 3e bénéficiaire, très loin derrière la Grande-Bretagne ou l’URSS. La comparaison prouve que la France a bénéficié de 4 fois plus de marchandises, armements et services qu’elle n’en avait offerts, l’Empire britannique 4,6 fois plus, l’URSS 5,1 fois plus. Elle a moins bénéficié d’aide civile que les autres pays. La moyenne générale étant de 47,2 %, la part d’aide civile pour la France n’atteignit que 34,7 %56.

  • 57 Renseignements chiffrés dans B 44164, B 44165, B 19261, Notes et éludes documentaires, des 2 et 3 n (...)

Tableau 10. Tableau synthétique de l’aide prêt-bail à la France (modus vivendi du 25 septembre 1943, accord du 28 février 1945 et révision par les accords du 28 mai 1946 et du 14 mars 194957).. En millions $ (arrondis)

Tableau 10. Tableau synthétique de l’aide prêt-bail à la France (modus vivendi du 25 septembre 1943, accord du 28 février 1945 et révision par les accords du 28 mai 1946 et du 14 mars 194957).. En millions $ (arrondis)

Note a : Ce chiffre a été ramené à 2 225,15 millions $ le 14 mars 1949.
Note b : Ce chiffre a été ramené à 653.3 millions $ le 14 mars 1949.

  • 58 B 44160, état récapitulatif faisant apparaître le calcul du montant net dû par le gouvernement fran (...)
  • 59 B 44164 tout le carton.

35On peut distinguer maintenant ce qui a été payé par la France et ce qui a été donné gratuitement. Le prêt-bail payant a été de 700,5 millions $, sur 3,459 milliards $ dont 455 millions $ au titre de l’accord 3c58. Le règlement des règlements du 14 mars 1949 ou accord « coup pour coup » a réduit le prêt-bail payant (paragraphe 2) à 652,5 millions $. Ce qui a été donné gratuitement était destiné à faire la guerre. L’armement en faisait partie, mais aussi l’aide à la production de guerre. La France a reçu pour son effort militaire 2,3 milliards $ (arrondis). Le tableau suivant donne la répartition de l’aide militaire entre les 3 armes et par accords. Il est extrêmement intéressant de relever que le réarmement a été financé en deux moitiés presque égales, d’une part en Afrique du Nord et ensuite à partir du Débarquement. Le réarmement de l’armée de l’air française a été plus important en Afrique du Nord jusqu’au débarquement de Normandie qu’à partir de juin 1944. Le chiffre de l’aide militaire diffère faiblement des valeurs retenues le 28 mai 194659. Dans l’aide gratuite la part militaire se taille la place du lion, soit 81,8 %. Par rapport à l’aide totale (gratuite et payante, civile et militaire), l’aide militaire représente 65,3 %.

Tableau 11. Tableau de l’aide militaire aux armées françaises. En millions $ (arrondis)

Tableau 11. Tableau de l’aide militaire aux armées françaises. En millions $ (arrondis)

Note * : La répartition entre les deux périodes est hypothétique

36L’aide gratuite comprit aussi une aide civile et économique de 501,2 millions $ qui fut assimilée à une aide militaire. L’affectation de certaines dépenses à ce type d’aide résulta d’une négociation serrée. Là encore, la part de l’Afrique du Nord et donc de l’armée en cours de reconstitution en Afrique du Nord est importante. Le plan A de 6 mois a été finalement porté au compte de l’aide gratuite.

  • 60 AMF 3/4/28, J. Lévy, 26 février 1946, Conseil français des surplus alliés, DREE, n° 2290, à J. Gran (...)
  • 61 B 33918, Conseil français des surplus alliés, DREE, 20 juin 1946, note sur les négociations relativ (...)
  • 62 Christian Valensi, Un témoin..., op. cit., p. 337.
  • 63 Irwin M. Wall, « Les accords Blum-Byrnes, la modernisation de la France et la guerre froide », Ving (...)
  • 64 FNSP, 4BL2/dr2, 27 mai 1946, note pour M. Léon Blum, dactylographiée, 5 pages, aV, achat de surplus (...)
  • 65 B 19261, lettre du ministre des Armées, E. Michelet, à M. le Président du gouvernement, 26 septembr (...)

37Dans le règlement apparut un poste correspondant à des achats nouveaux : 300 millions $ destinés au paiement des surplus américains. La question des surplus a suscité beaucoup de discussions en France et aux États-Unis. Sollicités avant la négociation proprement dite, les services français compétents avaient offert de racheter les surplus pour 115 millions $. Mais l’administration américaine refusa, car elle distinguait entre matériels rares, vendus plus chers, et matériels ordinaires, bradés60. Les services américains estimaient la valeur neuve des surplus demandés par la France à 1,5 milliard $. Les Français cherchaient des biens d’équipements. La délégation française ne savait pas exactement le contenu des surplus offerts et a donc réservé la question des prix de cession61. Une estimation qualitative partielle faisait état de bateaux légers, grues flottantes, Jeeps, camions, remorques, tracteurs, produits d’habillement et de toilette, pneus, outillages divers, fils électriques. En jouant sur cette indétermination des surplus les négociateurs français ont obtenu de fixer à 300 millions $ la valeur des acquisitions. Valensi estimait ce chiffre encore trop élevé62. Mais il était utile de montrer de la bonne volonté au risque de voir l’administration américaine refuser certaines commandes françaises si elle avait le sentiment que tout n’avait pas été fait pour tirer profit des surplus américains en Europe63. En signant l’achat du lot, les négociateurs français avaient pris un risque64. Mais la Société Nationale des Surplus (SNS) en acquit finalement volontairement pour 336 millions $. Les militaires étaient demandeurs65. Les surplus américains ont été vendus à des utilisateurs français pour l’équivalent de 448,7 millions $ en francs français. Le Trésor n’a pas été spolié et il n’y a pas eu d’achats forcés, mais toutes ces acquisitions ne répondaient pas à l’objectif de la modernisation.

  • 66 B 18261, note pour M. L. Blum, SAA, accords du 28 mai 1946.
  • 67 G. d’Été, op. cil., p. 78, 154 ; B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 247, exposé de G. Bidault devan (...)

38Les Français désiraient élargir la négociation aux dettes maritimes américaines, les claims : la perte du Normandie en 1942, l’utilisation des navires français saisis ou réquisitionnés durant la guerre, la participation française au pool interallié jusqu’au 2 mars 1946, les pertes de navires et de cargaisons français sous responsabilité américaine. L’accord décida que l’État français prendrait à sa charge le dédommagement de ses nationaux contre la somme forfaitaire de 17,5 millions $ payés par les États-Unis, au titre du c/aim et d’autres dettes américaines66. L’accord finança aussi l’achat de navires de commerce, des Liberty-Ships, à un moment où le tonnage français faisait cruellement défaut. Ée prix des 75 Liberty-Ships, représentant 700 000 tonneaux a été fixé à 40 millions $, soit au quart de leur valeur d’origine. Un crédit sur 30 ans à 3,5 % a été offert. Mais 25 % étaient payables au comptant. L’indemnité pour les dommages subis par les navires français aux États-Unis, les claims maritimes, a servi en partie à ce paiement. Ées navires fournis ont fait économiser 35 millions $ de fret. Le contrat a été négocié par Jules Moch dans l’été 1946 et signé le 9 décembre 1946. Les navires ont été livrés avant juin 1947. Lents mais robustes, ils fonctionnèrent pendant 10 ans. Des navires supplémentaires furent achetés en janvier 1947 : 18 pétroliers T2 et 6 cargos Cl-MAV-1, et un Liberty-Ship67. Les surplus ont donc été utiles.

39Après avoir tenu compte de ce qui avait été déjà payé cash, les négociateurs arrivèrent à une dette de 720 millions $, ramenée à 653,3 millions $ en mars 1949. La dette française de prêt-bail était remboursable à 2% sur 30 ans à partir du 1er juillet 1951 à des conditions de liquidation excellentes. Une clause suspensive de paiement était même prévue en cas de difficultés de balance des paiements. En aide de retour, l’effort financier de la France de 840 millions $ « a compensé » à hauteur de 30,4 % l’aide gratuite. Si l’on y ajoute les paiements effectués cash ou à crédit, le coût pour le budget français des achats français aux États-Unis a représenté 49 % de toute l’aide prêt-bail et des surplus. L’aide américaine dans le cadre du prêt-bail ne fut donc pas un don totalement gratuit. Les Français ont fourni, en proportion, davantage d’aide en retour et de fonds propres que d’autres états alliés, mais ils avaient conservé de fortes réserves en or et devises que les Britanniques avaient perdues entre septembre 1939 et mars 1941. Était-ce la mesure de la méfiance politique de Roosevelt à l’égard du GPRF, le résultat de circonstances indépendantes de toute volonté ? La France était un champ de bataille en 1944, son gouvernement se devait d’apporter une aide réciproque importante aux troupes alliées présentes sur son sol. N’était-ce pas enfin l’expression de la nature particulière de l’accord de prêt-bail passé avec la France qui comportait des crédits d’équipements pour la reconstruction et l’avenir ?

40Puis vint la fin du prêt-bail. L’URSS cessa d’en bénéficier dès le 8 mai 1945. Fallait-il lier la poursuite de l’aide américaine à l’attitude politique de l’URSS dans les affaires de la Pologne ? Averell Harriman, ambassadeur des États-Unis en URSS et Truman prirent la décision de donner la priorité à l’Europe occidentale et de diminuer les cargaisons à la Russie sans toutefois établir officiellement un lien entre le comportement de l’URSS en Pologne et la diminution du prêt-bail. Une rupture brutale de l’aide à l’Europe se produisit après la chute du Japon. Truman décida de faire cesser le prêt-bail le 2 septembre 1945. L’opinion américaine n’était pas prête à poursuivre. Le prêt-bail absorbait trop de bois américain au profit des maisons anglaises et de clous pour l’Afrique du Nord, disait la rumeur. Les tracteurs envoyés en Afrique du Nord ne servaient à rien puisque les gros colons avaient été capables de payer cash des tracteurs américains. Les États-Unis se privaient de viande au profit de l’Angleterre, alors que le Canada y envoyait déjà le tiers de sa production. Le matériel américain serait réexporté. Bref le prêt-bail était devenu nuisible aux intérêts américains. Lord Keynes lui-même jugea que l’arrêt brutal du Lend lease avait mis l’Angleterre face à « un Dunkerque économique ». En France, en Grande-Bretagne, les opinions éclairées se rendaient compte que l’après-guerre serait délicate à conduire sans l’argent et les produits américains. Mais les États-Unis étaient confiants dans les vertus des institutions de Bretton Woods : FMI et BIRD, ou dans celles de l’ONU. Mieux informés, plus proches des États-Unis que jamais, les Anglais se préparèrent à quémander une nouvelle aide américaine.. Dans l’été 1945, Lord Keynes et Éord Halifax s’embarquèrent pour les États-Unis afin de régulariser les rapports financiers de la Grande-Bretagne avec les États-Unis. On parla d’un crédit de 3 milliards $. Heureux pays pensèrent les Français ! Les États-Unis souhaitaient que la Grande-Bretagne soit solide pour participer avec eux à la grande et nouvelle aventure qu’ils préparaient : la libération générale des échanges mondiaux, la convertibilité des monnaies, le libre accès aux ressources naturelles, la démocratie mondiale, bref la mise en œuvre de la Charte de l’Atlantique et celle des Nations unies. Mais quelles étaient les conditions des Américains ? Les Français guettaient anxieux et inquiets les réactions à leur égard de la nouvelle administration Truman.

Les conséquences de l’interruption du prêt-bail

41Quand cessa le prêt-bail le 2 septembre 1945, la France n’y avait été admise que depuis 7 mois comme membre de plein droit. L’interruption prématurée du prêt-bail risquait de tarir littéralement les moyens de la relance économique du pays, de ruiner le grand pari du renouveau fait par Monnet et le GPRF depuis mars 1944, d’interdire à la France de retrouver sa place de grande puissance. Monnet intervint immédiatement pour obtenir le financement du programme 3c-2 aux conditions les plus avantageuses. L’inconvénient était de rouvrir la négociation et donc de se trouver face à de nouvelles conditions américaines. Car poursuivant leur aide, les Américains donneraient un blanc-seing aux projets français de politique internationale et intérieure. Tout le débat autour des prêts américains à la France à l’automne de 1945 tournait autour de la signification d’une reconstruction sous assistance américaine.

Les raisons d’aider la France en septembre 1945

42Les raisons d’aider la France n’avaient pas de rapport avec les ambitions françaises, mais tenaient à la menace soviétique perceptible dès 1945.

  • 68 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 119, Bérard, 23 juillet 1945, Washington, à Paris.
  • 69 Y International 1944-1949, 124, H. Alphand, 18 mai 1945, note a/s informations recueillies à San Fr (...)
  • 70 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 163, rapport du juge Roseman, « report on France », p. 19 et séq

43Les États-Unis ne comptaient plus sur la France, déclassée dans leur esprit. La France semblait un pays désuet alors que l’Allemagne suscitait la curiosité pour les innovations techniques développées durant la guerre68. Il n’y aurait donc pas de traitement spécial pour un pays qui n’avait pas résisté en juin 1940, colonialiste et dont l’arrogance du chef était notoire. Les Américains n’avaient guère besoin des Français. Paris put faire remarquer aux Américains que l’administration française pourvoyait au transport de milliers de soldats américains dans le cadre de l’aide réciproque qui n’avait pas cessé. L’argument n’avait pas une grande portée sur le long terme et ne pouvait déclencher de nouveaux crédits américains. La poursuite de l’aide américaine à la France s’appréciait à la lumière de l’influence soviétique grandissante en Europe. Un soutien américain à un de Gaulle anticommuniste semblait possible. Hervé Alphand écrivait en mai 1945 que les États-Unis continueraient d’aider la France pour renforcer sa stabilité économique et s’assurer son appui « compte tenu de leurs relations avec l’URSS ». Jean Chauvel, Secrétaire général du Quai d’Orsay, pensait que les États-Unis accroîtraient leurs fournitures économiques à la France pour qu’elle acquière « une consistance suffisante pour maintenir son indépendance face à Moscou »69. La tension américano-soviétique profiterait aux Français, pensait-on à Paris. La situation difficile des populations civiles pouvait entrer en ligne dans la prise en compte de l’aide américaine. Aux Etats-Unis, 65 % des personnes interrogées dans une enquête Gallup d’avril 1945 étaient favorables à une aide humanitaire à l’Europe. La mission du juge Samuel Rosenman en Europe, en mars 1945, à la demande de Roosevelt, décrivait une Europe dans un état lamentable. Mais il était écrit que la France et quelques autres pays d’Europe occidentale n’avaient pas demandé les secours de l’UNRRA. Fallait-il aider la France ? Heureusement, le rapport Rosenman insistait sur la prise en compte des intérêts économiques français sur le long terme. Il conseillait aux autorités françaises l’ouverture de négociations pour une assistance économique des banques privées américaines, en parallèle avec des crédits publics de l’Eximbank et plus tard des crédits internationaux du FMI et de la BIRD70.

  • 71 AME 56/2/16, « conversations d’Alphand à Washington », 26 août 1945.

44Les conditions du dialogue franco-américain étaient tributaires, dès la fin des hostilités, de la propension des Américains, pensaient les Français, à favoriser les Allemands. Hervé Alphand, responsable de la direction des Affaires économiques et financières du Quai d’Orsay, et chargé de la négociation de fin de prêt-bail à Washington dans l’été 1945, attira « l’attention des représentants américains sur les attributions excessives de charbon faites au bénéfice de l’Allemagne » et sur la remise en marche d’une fraction de l’industrie lourde allemande. Le Département d’Etat demanda au Quai d’Orsay quelles étaient les intentions du gouvernement français en Rhénanie71. Il faut en conclure que les relations franco-américaines dépendraient des politiques allemande, française et américaine. Or que savait-on de la politique américaine envers la Ruhr dans l’été 1945 ? Alphand citait aussi le projet Monnet d’établir à la tête de la Ruhr un technicien responsable, assisté d’une commission internationale, un « dictateur du charbon ». Mais on était loin des projets français d’internationalisation des ressources industrielles et minières de cette région. Les différents facteurs évoqués plus haut pesaient sur le sort des contrats prêt-bail en cours de négociation au 2 septembre 1945.

  • 72 B Amérique. 1944-1953, États-Unis, 245, 26 août 1945, « conversations Alphand à Washington ».

45Alphand était allé à Washington dans l’été 1945 pour tenter d’obtenir, sous une forme ou sous une autre, la poursuite de l’aide américaine. La tendance dans l’été 1945 était de transformer les contrats prêt-bail 3c-2 en contrats à long terme sur 30 ans financés par l’Export-Import Bank, institution gouvernementale américaine, dotée de fonds par le Congrès. Dans l’été 1945, Monnet demanda 725 millions $ pour financer la première tranche d’un programme d’équipements et les 3/4 des approvisionnements pour 194572. En septembre la négociation tourna autour de l’octroi d’un crédit Eximbank de 550 millions $ seulement destiné à financer les commandes 3c-1 et 2, décrites par les lettres d’intentions. Cette négociation semblait facile parce qu’elle devait régler le financement des commandes contenues dans les lettres d’intention et déjà longuement négociées avec les États-Unis. Or l’Administration américaine estima que la fin de la guerre avait tourné la page. Il fallait maintenant convaincre le Congrès sur d’autres critères. Washington subordonnait son approbation à une nouvelle négocia-tion portant sur la politique d’échanges extérieurs. Or dans ce domaine la position française était jugée irrecevable. L’Administration américaine, les financiers américains, l’establishment économique américain, déploraient déjà l’autarcie française, la protection douanière excessive ou les discriminations intolérables. Des pourparlers sur la liberté d’accès du territoire français à l’industrie du cinéma américaine et aux avions des compagnies américaines, sur la propriété des brevets, n’aboutissaient pas. Les Américains demandaient le droit de distribuer 108 films par an en France. La vente de bois de bruyère pour fabriquer des pipes, très convoitée par l’industrie américaine, échouait aussi. Monnet la fit reprendre au début de 1946 !

Le choix par la France d’une économie ouverte

46Cette nouvelle négociation conduisit les Français à céder immédiatement sur le principe de l’économie ouverte pour obtenir les financements des commandes ex 3-c en attente.

  • 73 B Amérique, 1944-195.3, États-Unis, 245, Livre Jaune, Ministère des Affaires étrangères. Négociatio (...)
  • 74 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, 25 septembre 1945, DAEF, PB, « Note pour le ministre, négoc (...)

47Monnet, Alphand, Valensi, Kaplan ont mené à partir d’octobre 1945 des négociations sur la politique d’échanges de la France. Elles conditionnaient le succès de la négociation sur les crédits Eximbank. Les représentants américains s’efforcèrent d’obtenir du gouvernement français des engagements sur le commerce international. Ils cherchèrent à faire ouvrir l’espace économique français au commerce et aux investissements américains. Le Département d’État s’appuyait sur les principes exposés dans l’article 7 du master agree-ment de l’accord prêt-bail du 28 février 1945. L’article 7 stipulait qu’une action concertée franco-américaine aurait lieu pour faciliter l’expansion de la production, le plein-emploi, le développement des échanges. 11 s’agissait d’éliminer toutes formes de discriminations dans le commerce international afin d’atteindre les buts énoncés dans la déclaration commune du 14 août 1941 (Charte de l’Atlantique)73. A ce titre la position américaine était impeccable et les autorités françaises en étaient conscientes. Or le Quai d’Orsay remarquait que de tels engagements seraient difficiles à renouveler dans le cadre de ces nouveaux crédits Eximbank74. La prudence française faisait reculer l’espoir d’ouverture libérale du commerce international et éloignait aussi la perspective d’obtenir des crédits.

  • 75 Guerre 1939-1945, Alger CFLN-GPRF, 1194, 19 juillet 1944, P. Mendès France à de Gaulle, tél. 1671, (...)
  • 76 B Amérique. 1944-1953, États-Unis, 245, 25 septembre 1945, DAEF, PB.
  • 77 AMF, 3/5/7, Clayton à Monnet du 25 septembre 1945 ; AMF 3/5/2, 24 septembre 1945, J. Monnet à W. Cl (...)

48La réponse française était la conséquence d’une terrible réalité. L’économie française était profondément touchée par la guerre. Elle n’était pas en mesure de supporter l’arrivée massive et libre de produits américains. Le franc n’était pas librement convertible parce que les réserves de change n’étaient pas suffisantes pour assurer sa stabilité à un niveau décent. D’autre part, les ambitions politiques d’une reconstruction économique autocentrée sur la métropole et l’Empire témoignaient du désir de retrouver la gloire d’antan. La France ne voulait pas devenir un marché périphérique du capitalisme de Wall Street. Cette politique des gouvernements français fut affichée vis-à-vis des Américains et devant la communauté internationale aux négociations du GATT et de l’ITO, ou plus tard encore devant l’OECE. Elle faisait écho à la conférence de Bretton Woods au cours de laquelle le délégué de la France, Pierre Mendès France, Commissaire chargé de l’économie, se sentit humilié. La France, manifestement, ne comptait plus guère. Les projets de la conférence d’abaisser les barrières ne tenaient pas compte de la situation des pays européens détruits par la guerre. Pierre Mendès France refusa de s’engager à lever les obstacles aux restrictions des paiements. Car comment la France aurait-elle pu assumer cette libération sans être sûre de pouvoir gagner les devises indispensables à cet échange international ?75 Quelle assemblée française accepterait un tel projet ? En résumé, le Quai d’Orsay prétendit que la négociation ne devait pas porter sur « la réduction immédiate des tarifs et des barrières douanières et l’élimination de tous traitements discriminatoires à tout commerce international, mais sur les mesures qui devraient être prises en commun pour contribuer à la reconstruction rapide de l’économie mondiale et de créer les conditions qui permettent ultérieurement de procéder au rétablissement de la liberté des échanges »76. Monnet écrivit à Clayton, sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires économiques : « Dear Bill... [France has to] solve her excep-tionnaly difficult long range problems of industrial reconstruction and modernisation as well as immédiate problems of existence ». Mais Clayton n’avait pas été convaincu : « Nous sommes de plus en plus émus devant l’évidence des intentions de votre gouvernement de contrôler les importations et les exportations françaises... »77. La négociation serait plus délicate que prévue.

  • 78 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, PB, 18 octobre 1945, note pour le ministre, « négociation f (...)

49Fin octobre les éléments de la négociation étaient en place. Les États-Unis réclamaient une ouverture libérale du territoire économique français, y compris les colonies et territoires sous tutelle ou les protectorats, contre une première tranche de crédits publics américains de 550 millions $. Ils demandaient à la France de renouveler l’accord du master agreement et de participer à une conférence internationale sur le commerce international. De Gaulle subordonna son approbation à celle du Conseil des ministres, ce qui prouve l’importance du choix à faire. Monnet proposa d’accepter une négociation dans les termes exposés par les États-Unis contre la restauration et la modernisation, - ce sont ses propres paroles - de l’économie française, par l’octroi de crédits à long terme. Le montant de cette assistance devait être décidé avant la tenue d’une conférence sur le commerce où la France proclamerait son adhésion aux principes de la liberté des échanges. Une négociation franco-américaine devrait s’ouvrir pour déterminer le montant des crédits dont la France aurait besoin pour assurer le respect de l’article 7 du master agreement. Monnet proposa donc de rejeter catégoriquement l’autarcie, mais il montrait aux États-Unis qu’il dépendait d’eux que la France puisse répondre à leur projet grandiose de réorganisation économique du monde78. Les destins français et américain étaient liés. Cette proposition satisfaisait en principe l’attente des États-Unis, de ses banquiers et industriels, mais aussi celle, plus politique, du gouvernement français. La puissance française ne pouvait être réactivée que si l’économie devenait forte et concurrentielle. Cette renaissance se ferait avec l’assistance américaine. Détournement d’objectifs ? Peut-être, ambiguïté rare certainement.

  • 79 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, G. Bidault, 12 novembre 1945,21 h 30 à Londres 5881-86, Was (...)

50Le 8 novembre 1945 deux lettres furent échangées entre le secrétaire d’État, Byrnes, et le chargé d’affaires de la France à Washington, Lacoste. Le financement des contrats ex-prêt-bail pouvait être conclu. Il avait fallu 3 mois pour aboutir à un résultat que les Français tenaient pour acquis en septembre. Les Américains avaient pris le temps de se rassurer, et Monnet les avait peut-être convaincus que le dirigisme français était le fruit des circonstances plus qu’un choix doctrinal. La France s’engageait par la première lettre à respecter l’article 7 du master agreement et à participer à une conférence internationale sur le commerce. La seconde lettre contenait la concession américaine. Elle affirmait que « la contribution effective de la France à une expansion de la production et du commerce mondial dépendra principalement des possibilités qui lui seront données d’entreprendre et de réaliser la reconstruction et la modernisation de son économie agricole et industrielle ». Les deux lettres, écrivit Bidault, formaient un tout inséparable : « Si nous étions décidés à nous engager dans la voie d’une politique commerciale favorable au développement des échanges et à l’élimination des mesures discriminatoires et si nous étions résolus à éviter une politique conduisant à l’autarcie, la négociation préliminaire que nous devrons avoir avec le gouvernement des États-Unis constitue la condition fondamentale79 ».

Le prêt Eximbank de 550 millions $ du 4 décembre 1945

  • 80 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive.... op. cit., p. 309- 311.
  • 81 B Amérique 1944-1952, États-Unis 245, Lacoste, Washington, 17 novembre 1945, n° 6736-38, de Valensi (...)
  • 82 AMF 3/3/25, 3 décembre 1945, 62 DET, DAE à Monnet.
  • 83 B 33685, Loi du 18 décembre 1945.

51Ces affaires de grande diplomatie se développaient parallèlement à la négociation financière avec l’Eximbank, menée du côté français par Christian Valensi, en liaison avec Léon Kaplan, chef du Conseil français des Approvisionnements à Washington et avec Jean Monnet à Paris80. Les Français veillèrent à ce que les attendus du prêt reflétassent ce qu’il était, un financement de commandes ex-prêt-bail et non pas le début du financement de la modernisation française, objet de la future négociation bilatérale fixée à avril 1946. On discuta l’article consacré aux contrôles américains d’utilisation. Après d’âpres discussions, le gouvernement français s’engagea à communiquer régulièrement au Trésor américain l’état des avoirs publics et privés en or et en devises, les prévisions de la balance des paiements, celles des investissements et des obligations financières internationales de la France. Les exigences de la Banque étaient nouvelles et parurent draconiennes par rapport au temps du prêt-bail81. Elles furent consignées dans une lettre séparée pour ménager la dignité du gouvernement français face à son Parlement. La clause de transport sous pavillon américain fut adoucie. L’accord financier fut menacé, au dernier moment comme il se doit, par le sous-secrétaire d’État aux Affaires économiques, William Clayton, qui souhaitait la signature immédiate par la France d’un accord sur l’aviation civile au nom de la 5e liberté, celle des transports. Or la France, les Pays-Bas et la Belgique entendaient garantir leurs compagnies aériennes contre la politique des bas tarifs adoptée par une compagnie américaine, en l’occurrence TWA82. Finalement Clayton accepta de déconnecter les deux négociations. Mais on sentit que de telles négociations bilatérales pouvaient être l’occasion de pousser des dossiers auxquels les États-Unis attachaient une réelle importance, sans rapport avec l’objet principal de l’accord. L’accord avec l’Eximbank fut signé le 4 décembre et la loi de ratification votée le 18 décembre 1945 par l’Assemblée nationale. Il donna 550 millions $ à 23/8 % sur 30 ans83.

Tableau 12. Utilisation du prêt Eximbank de 550 millions

Tableau 12. Utilisation du prêt Eximbank de 550 millions
  • 84 F 601003, « Les problèmes économiques et sociaux à la conférence de San Francisco », 1945, polycopi (...)
  • 85 Armand Bérard. Un ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955, Plon, 1978, p. 70.
  • 86 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 163, tél. 57, DET, 26 janvier 1946 et DAE du MAE, 23 mars 1946 à (...)

52Ces crédits auraient dû couvrir l’achat de biens d’équipement ex-prêt-bail puisqu’on parlait de moderniser, ou de matières premières destinées à faire tourner les usines. Or les équipements n’ont représenté que 8 % du crédit. Presque la moitié du prêt a servi au ravitaillement, preuve de la tension existant sur le marché et des retards du retour à la normale. Les 550 millions $ servirent le court terme. Les ambitions de Monnet de l’été 1944 et du 28 février s’effondraient-elles ? Après l’euphorie de la Libération, le rationnement de pain avait été rétabli. « La France, inscrite en 1937 au camp des possédants, s’est trouvée passer avec armes et bagages au camp des non-possédants », écrivait justement un expert français à San Francisco84. De Gaulle pressa Truman d’accélérer les expéditions de blé américain et le gouvernement adressait une demande de secours à l’URSS, à la Belgique, à la Grande-Bretagne, et au Commandement allié pour disposer de bateaux. « À l’ouverture de l’année 1946 », écrivait Armand Bérard, « le ravitaillement de l’Europe et de la France restait critique »85. Les Soviétiques promirent 400 000 tonnes de blé et 100 000 tonnes d’orge. Les Français acceptèrent 100 000 tonnes de pommes de terre américaines, ce pain du pauvre, pour la soudure86. Pour le ministre des Finances, l’accord avec Eximbank était l’épilogue du prêt-bail. L’historien le voit ainsi pour les questions financières. En terme qualitatif ces crédits étaient des secours plus que des investissements de modernisation.

L’acceptation de Bretton Woods par la France

  • 87 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, 31 décembre 1945, Francisque Gay à Caffery, sur la conféren (...)

53L’échange de ces deux lettres du 8 novembre dont l’importance a été ignorée jusqu’alors entraînait logiquement la ratification des conclusions de Bretton Woods. De plus la France dévaluait le franc pour permettre à son économie de supporter la concurrence internationale dans un monde ouvert. Ces deux actes étaient la preuve donnée aux États-Unis du renoncement français à l’autarcie, à l’économie dirigée ; une aide pouvait donc suivre. Un round diplomatique de première importance allait commencer : négociation bilatérale franco-américaine sur le financement de la modernisation, négociation commerciale internationale, initialement prévue pour avril 1946. Le gouvernement américain demandait la suppression des restrictions commerciales gouvernementales, la fin des cartels, l’organisation internationale du commerce, la juste répartition des marchés des produits de base et la fin de l’instabilité de la production et de l’emploi. Un programme très interventionniste à court terme pour plus de libéralisme à terme. Or même ce programme ne convenait pas à la France87.

  • 88 B Amérique 1945-1952, États-Unis, 245, 16 novembre 1945, direction d’Amérique, pour la DAE, « ratif (...)
  • 89 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 245, Bonnet, 5 décembre 1945, 8 h 03, 7084-85.
  • 90 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive..., op. cit., p. 301.

54L’Assemblée nationale ratifia avec réticence les accords de Bretton Woods de juillet 1944. Mendès France estimait le quota français - qui déterminait la possibilité de tirage ou d’emprunt - insuffisant. La France ne croyait pas à l’efficacité de la nouvelle organisation pour la reconstruction économique. Il y eut consensus mou sur l’impossible autarcie entre les trois grands partis français du moment, PCF, SFIO, MRP. Le consensus pour une ratification se fondait sur des raisons doctrinales, sur l’expérience de l’avant-guerre où le cloisonnement des économies avait contribué à l’affrontement meurtrier, et par le souci de satisfaire les États-Unis dont la France attendait beaucoup. Il serait dangereux, écrivait fort justement un haut fonctionnaire français « de donner aux États-Unis des preuves de mauvais vouloir dans un domaine où leur aide peut-être sollicitée dans un proche avenir »88. « Un utile préambule, écrivit Henri Bonnet, l’ambassadeur de France aux États-Unis, à toute amorce de nouvelle conversation financière89 ». L’esprit du temps et l’intérêt bien compris portaient à entrer dans les nouvelles organisations mondiales. En effet, les États d’Europe occidentale, de la Grande-Bretagne encore puissante, aux petits pays dépendants, en passant par une France étonnée de n’être plus une grande puissance, devaient accepter pour pouvoir vivre le nouveau jeu des organisations internationales, des plus connues au moins connues, de l’ONU, au FMI et à la BIRD, et jusqu’aux CombinedBoards de la guerre ou au Conseil International de la Crise Alimentaire (CICA) ou International EmergencvFoodCouncil (IEFC). Les observateurs français aux États-Unis ont remarqué à quel point la superpuissance américaine avait compris la très grande nécessité de la solidarité internationale90. La France n’était pas exactement dans ces dispositions, mais elle avait intérêt à accepter ces organisations qu’elle ne pouvait pas contrôler comme jadis.

55Le franc fut dévalué. René Pleven, ministre des Finances, déclara le 26 décembre 1945 devant l’Assemblée nationale que la ratification de Bretton Woods était le signe d’une adhésion sans réserve de la France à la coopération internationale. En conséquence le gouvernement français proposa de modifier la valeur du franc pour permettre à l’économie française d’entrer plus aisément en concurrence sur les marchés mondiaux. Un autre signal était ainsi envoyé aux États-Unis. La valeur du franc fut fixée à 119,10 F pour un dollar et à 480 F pour une livre alors qu’en 1943 le CFLN avait fixé sa valeur à 50 F pour un dollar et à 200 F pour une livre.

Conclusion

  • 91 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, dialogue sur les choix d’une modernisation (...)
  • 92 Jean Chauvel, Commentaires, t. 2, D’Alger à Berne, 1944-1952, Les grandes études contemporaines, Fa (...)
  • 93 Jean Bouvier, François Bloch-Lainé, La France restaurée, 1944-1954, dialogues sur les choix d’une m (...)
  • 94 François Duchêne, Jean Monnet, the first Statesman of lnterdependence, W. W. Norton Cy, 1994, p. 15 (...)

56L’accord du 28 février 1945 libéra les Français, le temps de la guerre, de l’obstacle du financement de l’armement et même du ravitaillement. Il contribua à assurer la paix sociale que désirait de Gaulle. Il évita la rigueur mendésiste91. La France, blessée dans sa fierté par la défaite de 1940 avait cru retrouver puissance et prestige par la France libre et la Résistance. Elle supportait mal que l’Amérique lui compte les moyens de la renaissance. Cette déception pourrait expliquer « le comportement de mendiants ingrats » des Français à l’égard de Washington et de Londres que notait l’ambassadeur Jean Chauvel92. Le prêt-bail du 28 février tirait son importance de l’acte politique qu’il représentait et des promesses de développement économique qu’il contenait. Cette adhésion de la France si difficilement acquise peut être analysée comme un acte politique original de la part des États-Unis. Elle résultait aussi du travail de relèvement du général de Gaulle qui s’était imposé aux Américains et à Roosevelt. L’entêtement de De Gaulle fut plus fort que celui de Roosevelt. Elle procédait aussi désonnais d’une vision de l’après-guerre. Churchill comme Roosevelt et ses conseillers se rendaient compte que l’armée française serait utile comme force d’occupation en Allemagne après le retour des soldats américains chez eux et qu’il valait mieux traiter avec des Français qu’avec des Russes. Enfin, a-t-on bien conscience qu’un prêt-bail fut donné à l’Afrique du Nord et à l’Empire dès novembre 1942, (formalisé par le modus vivendi du 23 septembre 1943) ? L’histoire nous a fait découvrir deux prêts-bail. Le premier, le plus classique, a organisé le réarmement de l’armée française en Afrique du Nord et a permis de ravitailler les populations d’Afrique du Nord, le second était plus riche d’avenir puisque les Américains acceptaient de continuer à faire croître l’armée française mais aussi de mettre en œuvre les crédits 3c d’équipements et donc de régénérer l’économie française. La stratégie française de l’appel à l’Amérique, consciemment élaborée autour de Monnet, acceptée comme une nécessité par la plupart des responsables politiques, mais jamais célébrée, semblait triompher dans les principes sinon dans l’abondance de crédits. Ce post-prêt-bail est l’histoire d’une négociation réussie pour les deux parties. Les Américains ont-ils cru pouvoir « piéger » les Français en subordonnant leurs crédits à l’application quasi automatique de l’article 7 du master agreementl Pouvaient-ils d’ailleurs croire que la France ouvrirait immédiatement son économie au grand large américain ? Il est très probable qu’ils se faisaient des illusions sur sa santé financière, étant donné les rumeurs colportées sur la fortune cachée des Français et l’abondance relative qui avait frappé les soldats américains débarqués. Mais la pression américaine, « le nouveau souffle américain », que Mendès France sentit passer, d’après Jean Bouvier93, ne força pas la France à l’alignement. Elle offrit à Jean Monnet, seul négociateur compétent dans ce genre d’affaires, mandaté par le gouvernement, l’occasion d’obtenir cette mise à plat des ambitions françaises et des aspirations à la modernisation de l’économie française. En faisant avaliser le 8 novembre 1945, jour très important de l’histoire de ce pays, une négociation franco-américaine sur la modernisation de la France, Monnet atteignit le but qu’il avait défini en pleine guerre : régler avec les Américains le financement de la modernisation française. Naturellement, a-t-on envie d’écrire, Monnet proposa le 6 décembre 1945 le lancement d’un plan de modernisation94. A-t-on remarqué que les conditions étaient excellentes, puisque devait s’ouvrir une négociation franco-américaine et que la France adhérait au FMI et à la BIRD. Le plan de Monnet prenait la suite de ses réflexions sur le programme d’équipements étudié pour les accords de février 1945. Tout le monde y trouvait son compte, les nationalistes assoiffés de redressement et d’influence, les libéraux en économie, heureux du prestigieux patronage américain, les démocrates rassurés par le lien tissé avec les Etats-Unis, les ménages plus confiants dans l’approvisionnement quotidien. Mais comme le pont du Diable de la légende, il y avait une contrepartie, l’entrée de la France dans des organisations internationales contrôlées par les États-Unis, ayant comme but ultime de mettre en pratique les doctrines économiques américaines d’ouverture libérale des marchés, des changes et des échanges. La question était donc de savoir quel prix payer en souveraineté nationale, en intérêts économiques nationaux pour des crédits américains encore incertains. Les Français observaient la négociation anglo-américaine qui aboutit en janvier 1946 à un prêt de 3,75 milliards $. Les plus optimistes des responsables français se plaisaient à penser que la France serait aussi bien traitée.

Notes

1 B 33682, délégation du CFLN aux États-Unis, 1er février 1944, PLB, à Guindey, Alger.

2 B 33682, « aide mémoire du 15 mars 1944 », traduction.

3 Au 1er mars 1945 la situation est différente : 1939 : 2 817 tonnes d’or ; 1945 : 1 777,5 tonnes ; La différence a servi à payer les avions américains entre 1939 et juin 1940, à restituer l’or belge volé par les Allemands soit 198,433 tonnes, à acheter des francs suisses, soit 57,732 tonnes ; l’Italie a volé 14,2 tonnes. En revenche il y a eu une augmentation des ressources en dollars de 348 millions.

4 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1222, Monnet à Mayer, série spécial, 130, 5 avril 1944.

5 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Guindey, mai 1944. à LibFrance, Washington, de René Maver, Pierre Mendès France, à Jean Monnet.

6 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1222, Monnet à Mayer. Massigli, 21 mai 1944. diplo 1174.

7 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994 p. 193.

8 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1533, « note préliminaire relative aux financements des achats français à l’étranger », 4 février 1944.

9 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 704, GPRF, commissaire en mission, n° 957/5, Alger, 3 juillet 44.

10 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 704, Note du 3 juillet 1944, 957/S, Commissaire en mission, « Approvisionnement de la France pour la période de Libération et pour la remise en marche rapide de son économie ». 705, document économique, document n° 48, Alger le 4 août, « rapport de M. Jean Monnet ».

11 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 705, Alger, 4 août 1944, J. Monnet, « résumé du plan de remise en marche rapide de l’économie française ».

12 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 705, 18 août 1944, diplofrance à Washington, 2078, secret.

13 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1465, diplo 1612, Hoppenot pour de Gaulle, 9 juillet 1944, Washington.

14 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1465, 13 juillet, télégramme de Massigli à Washington.

15 B 33683, note de PLB de mai 1944.

16 363 AP 3, lettre de Léviant à René Mayer, 10 juin 1944.

17 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1465.

18 André Béziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945). La diplomatie de l’entêtement, L’Harmattan, 1997, p. 414.

19 François Duchêne, op. cit.. p. 142.

20 B 12853, Alphand, DAE, n° 131, MAE, 19 septembre 1944, négociations du prêt-bail américain, crédits 3c.

21 Voir B 44165, « comptes de guerre entre la France et les États-Unis... » première page, c) transactions donnant lieu à paiement, 4, plan A, part américaine 112 000 000 $ (inclus dans le prêt-bail direct) ; B 44164. DAE, 27 août 1951, Note pour la direction des Finances extérieures, n° 6200 F, G. Deyaux.

22 Gaston d’Été, Les achats français aux États-Unis, exemplaire dactylographié, 1950, p. 159-160.

23 B 44165, Ambassade de France aux États-Unis, 12 janvier 1950, G. Dangelzer à Jacques Lévy, DFE, Paris.

24 Voir le chapitre III, 3e partie.

25 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, op. cit., p. 178. B 33683, 30 mai 1944, Washington, réunion de Monnet avec ses interlocuteurs américains.

26 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1539, direction de l’Agriculture et du Ravitaillement, plan adressé à M. Monnet le 3 mai 1944, « étude sur le ravitaillement de la métropole pour les 6 mois après la Libération ».

27 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1534, Monnet, diplo 1397, 18 juin 1944, à Mayer.

28 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1533.

29 François Duchêne, op. cit.. Jean Monnet, p. 139.

30 Gaston d’Été, op. cit., p. 160.

31 Éric Roussel, Jean Monnet. Fayard, 1996, p. 418.

32 René Mayer, Etudes, témoignages, documents, réunis et présentés par Denise Mayer, PUF, 1983, p. 99 à 115.

33 B 33682, déclaration de Jean Monnet du samedi 23 avril 1945.

34 René Mayer, Etudes, témoignages, documents, op. cit., p 109.

35 François Duchêne, op. cit.. Jean Monnet..., p. 142.

36 B 33682, 4 décembre 1944, R. Pleven, ministre des Finances à M. Jean Monnet, commissaire en mission, 5e bureau. 20. 992, objet : États-Unis. Négociations d’un accord prêt-bail.

37 B 880 principes applicables à l’aide mutuelle dans la poursuite de la guerre contre l’agression.

38 F 60 898, GPRF, doc. 124 pour le CEI du 8 février 1945.

39 B Amérique, 245, États-Unis, Bonnet, 25 janvier 1945, 513-515.

40 B 33682, Lettre de Monnet à Pleven du 6 février 1945.

41 B Amérique, 245, États-Unis, Washington, de Monnet n° 41 à de Gaulle, Bidault, Pleven, Mendès France, projet accords de Lend Lease, 798-804, 5 h 30.

42 F 60 898, SG du CEI, 24 février 1945, c. r. séance du 19 février 1945. exposé de Monnet.

43 B 33682, samedi 23 avril 1945, « déclaration de Monsieur Jean Monnet sur le prêt-bail et les approvisionnements ».

44 B 33684, ou GPRF-CFLN, Alger, 704, GPRF, commissaire en mission, n° 957/S, Alger le 3 juillet 1944, « approvisionnements de la France pour la période de libération et pour la remise en marche rapide de son économie ».

45 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard 1985, p. 229, article publié dans la Nouvelle République de Bordeaux, 12 juin 1948.

46 Christian Valensi, Un témoin.... op. cit., p. 188.

47 Voir son ouvrage, p. 299 et seq. et p. 305 – 307.

48 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 119, décembre 1944, Caffery in American Magazine.

49 363 AP 5, 23 mars 1945, S. G de la Marine Marchande au ministre de l’Économie nationale.

50 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 245, Washington, 15 janvier 1945, tel Monnet à de Gaulle, Lacoste, Mendès, Pleven, Parodi, n° 28182 et lettre de Clayton à Monnet du 15 janvier 1945.

51 B Amérique 1944-1952, États-Unis 119, 10 mai 1945, Washington, de Pleven à de Gaulle, n° 3043.

52 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 163, H. Bonnet, 1737-42, 20 mars 1945. Sur le rationnement aux États-Unis. B 19273, exposé de J. Lévy sur les surplus, 8 février 1946, 29e séance de la commission des approvisionnements, ministère de l’Économie nationale.

53 B 19260, dossier sur les accords du 25 août et annexes, accords du 15 février 1945.

54 B 19260, FEA, advance release papers for Sunday papers, June 24 1945.

55 1 dollar pour 43,50 ou 50 francs, soit 1,7 milliard de francs par mois.

56 B880, Le document de la semaine, n° 117, 27 février 1947. La France a reçu 3 454 millions $, elle a payé ou va payer 700,5 millions $, elle a fourni gratuitement 844 millions $. Elle a donc fait un effort propre de 1 544,5 millions $ soit 44,7 % de la valeur du prêt-bail.

57 Renseignements chiffrés dans B 44164, B 44165, B 19261, Notes et éludes documentaires, des 2 et 3 novembre 1949, n° 1224 et 1225.

58 B 44160, état récapitulatif faisant apparaître le calcul du montant net dû par le gouvernement français au gouvernement des États-Unis, mentionné au paragraphe 2 du « mémorandum d’accord », en date de mai 1946. Carton B 44162.

59 B 44164 tout le carton.

60 AMF 3/4/28, J. Lévy, 26 février 1946, Conseil français des surplus alliés, DREE, n° 2290, à J. Grant Forbes, OFLC. AMF 3/4/31, 6 mars 1946, note pour la DREE.

61 B 33918, Conseil français des surplus alliés, DREE, 20 juin 1946, note sur les négociations relatives à l’acquisition des surplus américains... n° 5161, réf. : GU.

62 Christian Valensi, Un témoin..., op. cit., p. 337.

63 Irwin M. Wall, « Les accords Blum-Byrnes, la modernisation de la France et la guerre froide », Vingtième siècle, Janvier-Mars 1987, p. 45 et séq.

64 FNSP, 4BL2/dr2, 27 mai 1946, note pour M. Léon Blum, dactylographiée, 5 pages, aV, achat de surplus alliés, p. 4 et 5. B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 247, exposé de G. Bidault devant l’Assemblée nationale, 22 juillet 1946.

65 B 19261, lettre du ministre des Armées, E. Michelet, à M. le Président du gouvernement, 26 septembre 1946.

66 B 18261, note pour M. L. Blum, SAA, accords du 28 mai 1946.

67 G. d’Été, op. cil., p. 78, 154 ; B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 247, exposé de G. Bidault devant l’Assemblée nationale, 22 juillet 1946.

68 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 119, Bérard, 23 juillet 1945, Washington, à Paris.

69 Y International 1944-1949, 124, H. Alphand, 18 mai 1945, note a/s informations recueillies à San Francisco et à Washington. Y International 1944-1949, 19, note au Secrétaire général.

70 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 163, rapport du juge Roseman, « report on France », p. 19 et séq

71 AME 56/2/16, « conversations d’Alphand à Washington », 26 août 1945.

72 B Amérique. 1944-1953, États-Unis, 245, 26 août 1945, « conversations Alphand à Washington ».

73 B Amérique, 1944-195.3, États-Unis, 245, Livre Jaune, Ministère des Affaires étrangères. Négociations franco-américaines, relatives à la politique économique internationale ; Imprimerie nationale, 1946.

74 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, 25 septembre 1945, DAEF, PB, « Note pour le ministre, négociations France États-Unis relatives à l’octroi de crédits ».

75 Guerre 1939-1945, Alger CFLN-GPRF, 1194, 19 juillet 1944, P. Mendès France à de Gaulle, tél. 1671, très confidentiel. Lettres de PMF du 22 juillet au Président de la conférence.

76 B Amérique. 1944-1953, États-Unis, 245, 25 septembre 1945, DAEF, PB.

77 AMF, 3/5/7, Clayton à Monnet du 25 septembre 1945 ; AMF 3/5/2, 24 septembre 1945, J. Monnet à W. Clayton.

78 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, PB, 18 octobre 1945, note pour le ministre, « négociation franco-américaine».

79 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, G. Bidault, 12 novembre 1945,21 h 30 à Londres 5881-86, Washington, 7171-77.

80 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive.... op. cit., p. 309- 311.

81 B Amérique 1944-1952, États-Unis 245, Lacoste, Washington, 17 novembre 1945, n° 6736-38, de Valensi pour le Trésor et Comapro. « Négociations avec l’Eximbank ».

82 AMF 3/3/25, 3 décembre 1945, 62 DET, DAE à Monnet.

83 B 33685, Loi du 18 décembre 1945.

84 F 601003, « Les problèmes économiques et sociaux à la conférence de San Francisco », 1945, polycopié, par René Hoffherr, maître des requêtes au Conseil d’État, conseiller technique de la délégation française à la conférence de San Francisco.

85 Armand Bérard. Un ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955, Plon, 1978, p. 70.

86 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 163, tél. 57, DET, 26 janvier 1946 et DAE du MAE, 23 mars 1946 à Washington. 2066-72.

87 B Amérique, 1944-1953, États-Unis, 245, 31 décembre 1945, Francisque Gay à Caffery, sur la conférence du commerce.

88 B Amérique 1945-1952, États-Unis, 245, 16 novembre 1945, direction d’Amérique, pour la DAE, « ratification des accords de Bretton Woods ».

89 B Amérique, 1944-1952, États-Unis, 245, Bonnet, 5 décembre 1945, 8 h 03, 7084-85.

90 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive..., op. cit., p. 301.

91 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, dialogue sur les choix d’une modernisation, Fayard, 1986. p 69.

92 Jean Chauvel, Commentaires, t. 2, D’Alger à Berne, 1944-1952, Les grandes études contemporaines, Fayard, 1972, p. 91.

93 Jean Bouvier, François Bloch-Lainé, La France restaurée, 1944-1954, dialogues sur les choix d’une modernisation, prologue de Jean-Pierre Rioux. Fayard, 1986, p. 93.

94 François Duchêne, Jean Monnet, the first Statesman of lnterdependence, W. W. Norton Cy, 1994, p. 151.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. Détails par postes de l’accord prêt-bail 3c du 28 février 1945. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 9. Bilan des contrats prêt-bail de biens durables au 2 septembre 1945, d’après C. Valensi47. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 10. Tableau synthétique de l’aide prêt-bail à la France (modus vivendi du 25 septembre 1943, accord du 28 février 1945 et révision par les accords du 28 mai 1946 et du 14 mars 194957).. En millions $ (arrondis)
Légende Note a : Ce chiffre a été ramené à 2 225,15 millions $ le 14 mars 1949.Note b : Ce chiffre a été ramené à 653.3 millions $ le 14 mars 1949.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 11. Tableau de l’aide militaire aux armées françaises. En millions $ (arrondis)
Légende Note * : La répartition entre les deux périodes est hypothétique
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 12. Utilisation du prêt Eximbank de 550 millions
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540