Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Document annexe 3. Entretien Dunn-Hoppenot

Texte intégral

1Source : Archives du Ministère des Affaires Etrangères, Guerre 1939-1945, série Alger-CFLN- GPRF, 1215 (2e partie)
Henri Hoppenot, c. a aux États-Unis.

2Télégramme, CFLN, Alger 3 décembre 1943, secret, expéditeur Washington, émis le 2/12 à 9 h 56, adressé à Diplofrance, n° 2924,

3Au cours de l’entretien (que) j’ai eu avec lui avant-hier M. Dunn m’a exposé ses vues sur (le) problème connexe au débarquement. Je lui ai rappelé au début de cette conversation que M. Jean Monnet avait été spécialement chargé par le Comité de traiter de ces questions. Je n’ai pas cru cependant pouvoir refuser de l’écouter. Ce qu’il m’a dit peut (se) résumer ainsi :

4Les conversations poursuivies à ce sujet entre les Américains n’ont pas encore abouti à un accord définitif. Le texte de cet accord quand il sera acquis sera sans doute communiqué au Comité qui pourra présenter ses observations mais aucune négociation officielle proprement dite ne sera ouverte avec nous à ce sujet. Aucune discussion ne sera en particulier engagée avec nous sur la base du projet d’arrangement qui a été communiqué à MM. MacMillan et Murphy. Les décisions auxquelles les Gouvernements Anglais et Américain s’arrêteront tiendront compte de nos observations et de nos vues mais elles demeureront unilatérales et ne revêtiront pas la forme d’un accord signé entre les Alliés et le Comité.

5Au sujet « monnaie » M. Dunn n’a pas été moins catégorique. Il m’a déclaré que la question était purement d’ordre militaire et que la décision de pourvoir les troupes d’invasion d’une monnaie du commandement interallié venait d’être confirmée par Mr Stimson et était irrévocable. Aux observations de ma part sur le régime différent adopté pour les troupes qui entreraient en Belgique et en Hollande, M. Dunn m’a répondu : « Ces deux Nations ont un gouvernement ; vous n’en êtes pas un ». Il a ajouté que des billets émis par le Comité ne pourraient avoir dans ces conditions, aux yeux du Commandement militaire, aucune valeur ni garantie juridique.

6Comme je tentais de poursuivre la conversation sur ce sujet, M. Dunn m’a interrompu en disant « Il est inutile que nous en parlions plus longtemps. Le Département d’État n’a rien à voir avec la question. Elle ne regarde que les autorités militaires. » Je lui ai répondu que ce n’était pas mon avis et que j’estime qu’au contraire, le département d’État était qualifié pour apprécier les répercussions politiques du problème. Il est de mon devoir de vous signaler, ai-je ajouté, la réaction du peuple français quand il verra des armées d’invasion faire usage, non d’une monnaie nationale, émise et garantie par l’autorité française, mais d’une monnaie spéciale étrangère ; il aura le sentiment d’être traité en nation occupée et un rapprochement forcé se fera dans son esprit entre ces billets et les marks militaires introduits par les armées allemandes. M. Dunn s’est exclamé avec vivacité qu’il espérait que les Français feraient tout de même une différence entre les armées américaines et allemandes. Je lui ai répondu que c’était évident, mais que, dans l’état de tension morale où se trouvait un peuple dont les nerfs ont été mis à vif par des années de souffrance et de résistance à l’ennemi, la moindre erreur psychologique risquerait d’avoir les conséquences les plus graves et de jeter entre Français et Alliés des germes de malentendus prolongés. La monnaie était peut-être le signe le plus visible et le plus répandu de l’indépendance et de la souveraineté nationale. Les Alliés pourraient difficilement commettre une faute plus lourde, plus propre à être exploitée contre eux que de donner aux Français l’impression qu’ils sont traités sur ce plan comme les populations italiennes et allemandes.

7Aucune de ces considérations n’a paru ébranler M. Dunn dont le siège était fait. Mais tout notre entretien m’a laissé l’impression très nette que la position prise était inspirée par des (omissions) et non point militaires et que dans ce cas comme dans d’autres analogues la décision des autorités militaires n’était invoquée que comme une couverture. Au fond des choses ce sont les mêmes motifs qui nous font demander l’utilisation d’une monnaie française, impliquant reconnaissance de l’autorité du Comité sur les territoires libérés et qui nous la font refuser par le Gouvernement américain./, signé Hoppenot

8Copie : Diplofrance, Gal de Gaulle, Comint, M. Queuille, Finalger ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540