Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre III. Roosevelt, Giraud, de Gaulle (8 novembre 1942-août 1944)

Texte intégral

1Le 8 novembre 1942 les flottes américaine et britannique débarquaient des troupes en Afrique du Nord. Le gouvernement de Vichy perdait son pouvoir sur l’Afrique du Nord et les colonies d’Afrique noire. Le général Giraud, à défaut du général Weygand, était propulsé sur le devant de la scène de l’histoire par Roosevelt qui le fit chaperonner par Jean Monnet. Mais l’amiral Darlan, « l’expédient provisoire », s’imposa durant 40 jours. De Gaulle rongeait son frein à Londres. Puis vinrent les deux débarquements : la Sicile en juillet 1943, la Normandie le 6 juin 1944. Paris fut libéré le 25 août 1944 et le CFLN, devenu entre-temps le GPRF, s’installa dans les ministères de la capitale. En moins de deux ans, la France retrouvait sa liberté. L’aide américaine se développa d’une manière étrange dans ce contexte. Roosevelt avait choisi le général Giraud comme chef de l’empire français et en conséquence une aide militaire importante lui fut allouée tandis que de Gaulle dut attendre d’être le chef du CFLN pour accéder au prêt-bail, assorti de plus de conditions drastiques. Autour de cette aide se nouent des problématiques nouvelles : jusqu’à quel point aider militairement les Français et pourquoi le faire, se demandaient les Américains ? Du côté français, une fois Giraud écarté, comment obtenir de l’aide sans avoir à payer trop cher la dépendance inévitable ? Jean Monnet, resté aux États-Unis au service des Anglais pendant deux ans, envoyé par Roosevelt en Afrique du Nord, arbitra le duel entre Giraud et de Gaulle. Il choisit finalement l’homme de la France libre pour le plus grand bien de la France sans pouvoir en convaincre totalement Roosevelt.

La part du pauvre, l’aide à la France combattante

  • 1 Guerre 1939-1945, Londres, CNF, 455 « rapport n° 71 » du 26 octobre 1942 de J-P. Lévi.

2L’aide que de Gaulle obtint des Américains à partir de 1941 était dérisoire : 12 millions $ pour les colonies qu’il gérait. Mais quand l’Angleterre avait bénéficié du prêt-bail en mars 1941, Roosevelt laissa les Français accéder aux armements américains par l’intermédiaire des Britanniques qui avaient contribué précédemment à rééquiper les maigres troupes gaullistes. Pour la période anglaise du lend lease, (mars 1941-3 septembre 1942), on a la trace de 190 contrats d’une valeur de 4,7 millions $1.

Les accords prêt-bail du 11 novembre 1941 et du 3 septembre 1942

3Le 11 novembre 1941, Roosevelt reconnut l’intérêt d’accorder le prêt-bail aux territoires contrôlés par les gaullistes et le 3 septembre 1942, un accord définissait les conditions de l’aide en retour aux États-Unis des colonies ralliées à de Gaulle en échange de leur aide militaire gratuite.

  • 2 André Béziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945) : la diplomatie de l’entêtement, L’Harma (...)
  • 3 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 124.

4De Gaulle voulait un accord prêt-bail direct avec les États-Unis qui signifierait sa reconnaissance comme seul chef de la France combattante. Il chargea René Pleven, un ami de Monnet et des milieux d’affaires américains de sensibiliser les États-Unis à l’aventure de la France libre, et « d’organiser, si possible, des achats directs de matériels de guerre, ou utiles pour la guerre… »2. Roosevelt n’y était pas hostile à l’époque. Il avait préparé une note favorable pour l’administrateur du prêt-bail, Edward R. Stettinius3. Mais les États-Unis soutenaient toujours Vichy. Une reconnaissance du Comité National Français (CNF) n’était pas à l’ordre du jour. Toutefois, Roosevelt officialisa, le 11 novembre 1941, l’aide en prêt-bail aux territoires contrôlés par de Gaulle, c’est-à-dire l’AEF, la Syrie, le Liban, la Nouvelle-Calédonie et les possessions françaises du Pacifique.

  • 4 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 82, de Gaulle à LibFrance, Washington, 2 août 1942.

5Le prêt-bail devait fournir évidemment des armes aux troupes gaullistes. Mais il pouvait avoir un intérêt pour l’économie générale des colonies. L’isolement des colonies françaises d’Afrique passées à de Gaulle avait incité les Britanniques à acheter leurs productions pour les empêcher de partir vers l’Afrique du Nord vichyste ou même vers la métropole. Les Britanniques achetèrent donc du coton, de l’huile de palme, du café, du bois, du cacao, des bananes et du titane. Mais le CNF avait vite compris que dans le cadre de l’aide réciproque souhaitée par les États-Unis il pouvait être plus avantageux de se tourner vers les États-Unis. Dans le cas spécifique de la Nouvelle-Calédonie, les exploitants locaux de nickel, matériau éminemment stratégique, formulèrent des demandes d’équipements miniers que les autorités américaines étaient désireuses de fournir. De Gaulle était d’autant plus pressé de signer un accord entre les États-Unis et la France libre qu’il observait la tendance américaine de doter directement de matériels américains les troupes françaises de Nouvelle-Calédonie sans en référer au CNF !4

6L’exemple néo-calédonien permet de bien comprendre les enjeux du prêt-bail et de l’aide réciproque. Le prêt-bail direct devait fournir gratuitement des armes aux nations alliées ; en contrepartie les Américains demandaient une aide de retour pour la guerre, un reverse lend lease. Les Américains fournissaient évidemment l’écrasante majorité des matériels et ne recevaient en contrepartie de leurs alliés qu’une faible quantité de matériels et de services. Mais dans le cas de la Nouvelle-Calédonie ou de l’AEF, ils espéraient obtenir la livraison de matières premières pour l’effort de guerre comme le nickel, l’or, des bois exotiques ou des matières grasses végétales. Les Américains s’intéressaient en AEF à une plante médicinale le strophantus gratus, au cacao, et à des terres rares et des minerais : rutile, cassitérite ou molybdène. La question de la gratuité de la fourniture de ces produits en échange du prêt-bail direct était posée. Une négociation était donc indispensable.

  • 5 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 35, mémorandum du 9 juillet 1942.

7Les Américains seraient-ils disposés à signer un accord à des conditions favorables aux Français alors que les troupes du CNF avaient besoin de tout ? Étaient-ils disposés à accorder le prêt-bail à des territoires où ne se déroulait aucune bataille ? Une telle considération justifia en juin 1943 la fin de l’aide prêt-bail en faveur de Pointe-Noire parce qu’aucune troupe ne serait prête à combattre avant 3 ans ! Le 3 septembre 1942, un accord d’aide réciproque fut conclu directement entre le CNF et le gouvernement américain dans le cadre d’accords interalliés5. L’héroïque résistance des Français libres à Bir-Hakeim contre Rommel (27 mai-11 juin 1942) avait servi à quelque chose ! L’accord d’aide réciproque (article II) régularisait l’aide apportée aux Français libres en Nouvelle-Calédonie et à Pointe-Noire au Congo. Mais il n’apportait pas la reconnaissance politique espérée. Cet accord avait la vertu de rappeler les objectifs du lend lease, à savoir que l’aide devait servir la défense des États-Unis et qu’elle consistait d’abord en armes. Les produits alimentaires, agricoles ou industriels ne pouvaient en faire partie que s’ils concouraient directement à cet objectif. Dean Acheson affirma que les États-Unis ne voulaient pas d’or en retour de leur aide, mais un monde pacifique. Le CNF déplora d’ailleurs que l’aide américaine fût uniquement militaire et l’aide en retour des alliés généraliste. Il est aisé de comprendre les hésitations des Américains, tenus par le Congrès, ou des Français, sans aucune expérience. De Gaulle obtint que l’aide réciproque ne comprît pas les exportations commerciales traditionnelles des colonies ce qui préserva leurs ressources en dollars libres. Cette décision permit aussi de stocker des produits coloniaux pour la période de reconstruction de la France. Il voulait éviter aussi une surexploitation des ressources naturelles, comme en témoignait son refus de faire planter en urgence des hévéas qui ne pourraient produire qu’au terme de deux années alors qu’il fallait moins de temps pour construire une usine de caoutchouc synthétique.

  • 6 Guerre 1939-1945, Londres, CNF, 174, « problèmes économiques d’après-guerre, un point de vue franç (...)

8L’accord du 3 septembre 1942 satisfit le CNF qui fut reconnu au moins comme « organe de l’administration des territoires sous son contrôle ». Le CNF, d’après un rapport d’Hervé Alphand remis à de Gaulle en juillet 1942, était invité à comprendre que « le rôle des pays créditeurs et producteurs de matières premières et, en tout premier lieu, des États-Unis, sera capital dans l’élaboration de l’ordre économique futur6 ». L’appel aux États-Unis était donc un élément fondamental et permanent de la réflexion des « dissidents » gaullistes sur l’avenir du pays. Cela ne signifiait pas cependant une mise à disposition totale au profit des États-Unis des ressources des territoires français en retour de leur précieuse aide militaire et économique.

Les effets de l’accord

  • 7 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 453, Lib France Washington, 19 juillet 1943.

9Le CNF reçut en prêt-bail civil 12 millions $ de marchandises pour les territoires qu’il contrôlait, dont 5 millions furent payés comptant après le 1er janvier 1944. Les marchandises dont le CNF avait besoin ont été achetées ou obtenues par le service d’achat et de ventes créé à Washington et dirigé par Jean-Paul Lévi. Le CNF demanda des camions pour les colonies, des pneus, des grues, des bicyclettes, des médicaments, de la quincaillerie que les Américains refusèrent de délivrer en prêt-bail gratuit. 200 camions destinés aux travaux publics furent livrés à la Société des Batignolles par Suez en février 1942. Il fallut rappeler aux gouvernements locaux d’Afrique française sous régime gaulliste qu’ils ne pouvaient pas utiliser les marchandises prêt-bail gratuites autrement que pour l’effort de guerre, ce qui ne fut pas compris. Le 6 septembre 1942 un accord de coopération fut signé entre l’aéronautique française libre et américaine. Après le débarquement en Afrique du Nord deux missions d’achats, l’une gaulliste, l’autre giraudiste, se disputèrent les commandes prêt-bail. Des avions avaient été demandés par Alger et par le CNF en juillet 1943. Les États-Unis donnèrent à la France libre de De Gaulle 10 avions sur les 50 prévus pour les autorités françaises7. Cette rivalité reflétait la lutte politique engagée entre Giraud et de Gaulle.

Roosevelt à l’aide du général Giraud

10Le général Giraud, l’évadé intrépide, celui qui avait follement espéré commander les armées américaines et britanniques de débarquement en Afrique du Nord, arriva à Alger le 9 novembre 1942. Il trouva la place occupée par l’amiral Darlan avec qui les Américains étaient en train de négocier la fin des combats et le rappel en Afrique du Nord des bateaux de guerre français de Toulon. Après l’assassinat de Darlan, Roosevelt appuya Giraud et lui confia le soin de rebâtir une armée française. Les conditions de la coopération en Afrique furent fixées par les accords Darlan-Clark du 22 novembre 1942 et l’ampleur de l’aide par les accords d’Anfa en janvier 1943. Une armée française d’Afrique retrouva le chemin de la victoire aux côtés des alliés.

L’accord Darlan-Clark du 22 novembre 1942

  • 8 Jean-Baptiste Duroselle, L ‘abîme, 1939-/944, 1982,1986, Imprimerie nationale, p. 508.
  • 9 Guerre 1939-1945, GPRF, CFLN, 667.
  • 10 B 33682, brouillon de lettre à Murphy du 25 mars 1943.

11L’accord Darlan-Clark du 22 novembre 1942 n’était pas à proprement parler un accord d’aide, mais un modus vivendi sur l’organisation des relations entre les autorités françaises d’Afrique du Nord et les troupes américaines. Il se situait dans le cadre de la reconnaissance de Darlan comme « expédient provisoire » en Afrique du Nord. Il contenait des clauses qui dérogeaient à la souveraineté d’un État libre et donnaient aux Américains des droits exorbitants, écrit Jean-Baptiste Duroselle8. L’Afrique du Nord était devenue vassale des États-Unis, provisoirement du moins. Un véritable co-gouvernement franco-américain était institué en Afrique du Nord. Un accord de même type fut signé le 7 décembre 1942 entre le gouverneur de l’AOF, Boisson, et Eisenhower9. Il fut moins rude pour la souveraineté française sur les ports et les aérodromes. Giraud chercha à faire réviser l’accord du 22 novembre 1942. Il évoquait d’ailleurs dans un brouillon de lettre à Murphy, « une semi-occupation qui résulte de malheureuses circonstances ayant causé l’accord Darlan-Clark »10. Les clauses portant atteinte à la souveraineté française ne se justifiaient plus. Murphy a éludé, excipant de la situation militaire, mais il promit de réviser en son temps l’article 10 qui portait sur les droits de réquisition des forces alliées, et l’article 15 sur les privilèges juridictionnels. Les négociations ont traîné jusqu’en mai 1944, date à laquelle, devant l’Assemblée consultative d’Alger, de Gaulle dénonça purement et simplement les accords Darlan-Clark.

  • 11 Jean-Baptiste Duroselle, L ‘Anime, op. cit., p. 532-533 ; André Béziat, op. cit., p. 313-317.
  • 12 Guerre 1939-1945, CFLN, GPRF, Alger, 1058.
  • 13 Christine Lévisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans ta guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 291.
  • 14 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1231, texte de Haussaire, Giraud sur Anfa, 26 janvier 1943.

12Murphy avait promis à Giraud, avant le débarquement, l’accès de l’Afrique du Nord au prêt-bail gratuit pour l’armement et une aide civile payante. Dès le 22 novembre, Darlan demanda des approvisionnements pour l’armée et la population. La liste d’approvisionnements civils correspondait aux accords Weygand-Murphy. Jacques Lemaigre-Dubreuil fut envoyé aux États-Unis par Darlan le 17 décembre 1942 pour négocier l’exécution des aides promises. La mission devait s’occuper aussi du ralliement de l’amiral Robert aux Antilles, de la réouverture de l’ambassade de France à Washington, du sort des navires de commerce français saisis par les alliés depuis l’été 1940 et de la participation de l’AOF et de l’AFN au prêt-bail. Monnet avait confiance en lui. Lemaigre-Dubreuil avait fait partie des Cinq d’Alger qui préparèrent le débarquement en Afrique du Nord. Cet ancien cagoulard, proche de Giraud, était directeur général des Huiles Lesieur, propriétaire du Printemps, un grand magasin parisien. Puis le général Béthouard prit la tête de la délégation militaire du Haut Commissariat aux États-Unis. L’aide ne saurait manquer car il était de l’intérêt des États-Unis que l’armée française d’Afrique reprenne les combats le plus vite possible. Mais un Américain avait dit à Béthouard que les avions se feraient attendre. De plus on se méfiait aux États-Unis des demandes trop importantes d’engins motorisés. Toutefois, dès le 13 décembre, Eisenhower donna l’ordre de prélever des armes sur les divisions américaines au profit des troupes françaises d’Afrique. Les vraies décisions furent prises lors de la conférence d’Anfa, une banlieue chic de Casablanca, où se retrouvèrent Roosevelt, Churchill, Giraud et de Gaulle, du 17 au 24 janvier 1943. Les aspects politiques de cette conférence sont connus. Beaucoup d’historiens ont fait remarquer combien Roosevelt était méfiant envers la France et à quel point il ne croyait pas en son avenir11. Néanmoins, deux memoranda furent signés entre le Département d’État et les représentants de Giraud aux États-Unis (accords d’Anfa). Le premier, politique, reconnaissait la validité des accords Giraud-Murphy, sauf la clause faisant de Giraud le commandant en chef des forces alliées. Le second fixait le montant de l’aide militaire à l’armée d’Afrique. De Gaulle était ignoré. Le taux de change, enfin, fut ramené de 75 F à 50 F pour un dollar. Les Américains avaient accepté de poursuivre et de développer les livraisons civiles payantes à l’Afrique du Nord, à hauteur de 65 000 tonnes par mois, ce qui était moins que les 75 000 tonnes livrées à l’AFN depuis l’armistice par la métropole et très loin des 210 000 tonnes livrées en temps normal12. L’Afrique du Nord utiliserait sa flotte commerciale de 165 000 tonneaux pour les transporter13. Giraud, commandant en chef civil et militaire après la disparition de Darlan, s’avançait bien imprudemment en disant : « Je suis reconnu comme le gérant de tous les intérêts français »14. Mais effectivement Roosevelt donnait l’impression d’avoir porté son choix sur lui, plus par esprit de système qu’en raison de l’intelligence politique du personnage.

Bilan de l’aide américaine à l’Afrique du Nord giraudiste

  • 15 André Béziat, op. cit., p. 326, note 76.
  • 16 François Duchêne, Jean Monnet, the first statesman of Interdependance, Norton, 1994, p. 106.

13L’aide américaine à l’Afrique du Nord au temps de Giraud fut importante pour la renaissance de l’armée d’Afrique. Elle n’aboutit pas aux résultats politiques espérés par Roosevelt et Monnet. Jean Monnet, envoyé spécial officieux de Roosevelt, arriva à Alger le 27 février 1943. 11 n’avait pas plus imaginé alors qu’en juin 1940 de se tourner vers de Gaulle, persuadé que de Gaulle était dépassé. Monnet s’était signalé à Roosevelt le 24 décembre par un mémorandum propre à satisfaire le Président : « North Africa, summary of proposed Course of Action »15. Il avait recommandé à Roosevelt le rééquipement d’une armée française intégrée à l’armée américaine, révèle François Duchêne16. Duroselle écrit que Roosevelt s’intéressa à la solution Monnet le 16 janvier 1943. Les origines du réarmement de l’armée d’Afrique procédaient donc directement d’une vision politique qui faisait de l’armée française d’Afrique une armée d’appoint aux forces alliées. La France devait concourir à la libération de l’Europe, avant de se prononcer démocratiquement sur ses choix politiques. Monnet était chargé d’une mission plus secrète et plus politique : travailler au succès de la politique de Roosevelt en Afrique du Nord. A ce moment-là, Monnet était bien l’homme de Roosevelt, mais aussi celui de l’unité française dans le grand ensemble atlantique. L’idée d’un haut commissaire américain en Afrique du Nord fut même envisagée en février 1943. Roosevelt avait pensé à Monnet comme haut commissaire civil en Afrique du Nord. Pour que Giraud devienne lui aussi l’homme de confiance du Président américain encore fallait-il qu’il professe des idées démocratiques, ce qui était loin d’être le cas. Monnet réussit à faire prononcer à Giraud un discours démocratique le 14 mars 1943, devant les Alsaciens-Lorrains d’Alger, devant MacMillan, Murphy, Peyrouton et Boisson, et dans les radios internationales. Cette déclaration a encouragé les Etats-Unis à réarmer l’armée d’Afrique.

14Le scandale des deux France rivales, anti-allemandes, devait cesser : la France combattante de De Gaulle à Londres, dans certaines colonies et sur les champs de bataille, et la France ralliée de Giraud, ex-pétainiste ou encore pétainiste, limitée à l’Afrique du Nord et à l’AOF, mais plus riche. L’engagement militaire français était loin d’être crédible. Pouvait-on donner une aide à des factions rivales, déclara aux marins du Richelieu le représentant Joseph C. Baldwin, en mars 1943 ? Sous-entendu, pouvait-on continuer à en donner une à de Gaulle, expliquait une dépêche de la France Libre ? De fait l’administration américaine réduisit les envois de prêt-bail militaires et civils au Cameroun et à l’AEF gaullistes au printemps 1943. Le fait qu’en avril de Gaulle ait repoussé le projet de Monnet d’organiser une rencontre entre lui et Giraud, que cette information ait été diffusée par Monnet auprès de ses amis américains comme Hopkins, que le président des États-Unis ait été forcément tenu au courant, ne favorisait pas la conclusion d’un accord général de prêt-bail. Jamais l’antagonisme Monnet-de Gaulle n’avait été aussi fort que fin avril 1943 à Alger. Le 30 mai, de Gaulle atterrit à Boufarik, près d’Alger, et le lendemain sa première réunion avec Giraud fut un fiasco.

  • 17 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1219, entretien Lemaigre-Dubreuii-Mac Cloy, 25 février 1943.
  • 18 Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 244.
  • 19 Jean-Baptiste Duroselle, L’abîme, op. cit., p 616.

15Les négociations sur l’aide militaire avaient été commencées par des entretiens entre MacCloy, secrétaire-adjoint à la guerre et Lemaigre-Dubreuil. L’envoyé d’Alger refusa tout d’abord une aide d’urgence à l’AOF au motif que la négociation devait se faire entre Alger et Washington et non entre Dakar et Washington. En cela il prenait position pour obtenir la reconnaissance par Washington d’une seule autorité française sur les territoires libérés, celle de Giraud bien sûr. Il prit la décision de laisser à la disposition du pool allié des transports une très grande partie de la flotte française, ce que de Gaulle contesta. Il se plaignit enfin des retards d’équipements de l’armée française alors qu’elle était au feu en Tunisie. Roosevelt avait donné son accord à Anfa pour rééquiper 11 divisions françaises, dont 3 blindées et 8 motorisées avant l’été, fournir 500 chasseurs, 300 bombardiers, 200 avions de transports. La flotte giraudiste devait mobiliser 160 000 tonneaux de navires de commerce. Le transport ne suivit pas. MacCloy comptait en fait sur 6 divisions dont 2 blindées17. La première tranche d’équipements arriva en avril, trop tard pour la campagne de Tunisie18. Était-ce une affaire de pénurie de navires ou une réticence politique ? Comment savoir ? Le 2 juillet, Giraud s’éloigna d’Alger pour un voyage aux États-Unis, à l’invitation de Roosevelt. En termes économiques et militaires ce voyage fut un succès. Il obtint de Roosevelt plus d’avions et plus d’armes pour les divisions françaises d’Afrique du Nord, ainsi que la réparation du Richelieu19. Il n’avait pas compris qu’il se marginalisait depuis qu’un CFLN bicéphale avait été constitué le 3 juin.

  • 20 André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Publications de la Sorbonne, 19 (...)

16En dépit des retards de livraison, des difficultés de transport, l’Afrique du Nord du Haut Commandement civil et militaire était passée d’un semblant d’aide économique avant le 8 novembre 1942, à une double et importante aide civile et militaire. Les Américains avaient fait ce cadeau à Giraud pour déstabiliser de Gaulle. Le bilan militaire en septembre 1943 était satisfaisant, dit l’historien André Kaspi. Les troupes d’Afrique du Nord avaient alors reçu 455 000 tonnes de marchandises et s’apprêtaient à en recevoir 600 000 tonnes d’ici à janvier 1944. Les approvisionnements avaient permis d’équiper 4 DI, 2 DB, 4 bataillons de chars, 1 régiment d’artillerie lourde, 18 groupes de DCA, de créer des unités de transports, des états-majors, des services. Ces rééquipements gratuits valaient 86 millions $. Monnet demanda à être déchargé du réarmement le 12 octobre car il estimait sa tâche terminée20.

  • 21 René Mayer ; Etudes, témoignages, documents, réunis et présentés par Denise Mayer, PUF, 1983, p 10 (...)
  • 22 Guerre 1939-1945, CNF, Londres, 1054.

17Les promesses d’Anfa pour l’aide civile ne furent pas tenues. Les 65 000 tonnes par mois dépendaient des autorités militaires américaines, le North African Economic Board (NAEB), un organisme insolemment bureaucratique. En 1944, 44 tonnes seulement de matériels ferroviaires avaient été livrées sur les 700 tonnes demandées dès 1942 ! On a des témoignages précis sur les chemins de fer nord-africains que René Mayer, secrétaire aux Communications nommé par Giraud, gérait. Des wagons furent livrés à la cadence de 300 par mois, mais sans locomotive. La flotte de 7 000 camions en état de marche n’était pas suffisante, faute de pouvoir réparer les 5 000 autres en panne21. Des gestes symboliques eurent lieu, comme le détournement sur l’Afrique du Nord d’un grand convoi britannique pour Malte. Quant à de Gaulle, qui ne fut pas en charge de l’Afrique du Nord avant le 3 juin, il déplorait le prix à payer. Le Haut Commissariat d’Alger paya d’ailleurs comme convenu, en mai 1943, 15 millions $ cash à l’administrateur du prêt-bail pour les livraisons civiles à l’Afrique du Nord. Six mois après le début de l’aide américaine à l’Afrique du Nord, en juillet 1943, le bilan fit apparaître que 400 000 tonnes avaient été commandées en prêt-bail et 220 000 tonnes expédiées en AFN, 25 000 tonnes demandées pour l’AOF et 6 500 expédiées. Les prévisions pour le second semestre 1943 en AOF et en AFN se montaient à 403 millions $ de matériels militaires et à 58 millions $ d’approvisionnements civils22. Il était normal que le prêt-bail militaire l’emportât sur le ravitaillement civil. La première des deux aides était gratuite, la seconde onéreuse.

Tableau 6. Aides américaines au général Giraud et au CNF (décembre 1942- juin 1943), aide en retour et flux commerciaux normaux. En millions $

Tableau 6. Aides américaines au général Giraud et au CNF (décembre 1942- juin 1943), aide en retour et flux commerciaux normaux. En millions $

18Les Britanniques avaient fourni aussi 1,3 milliard de francs de matériels de guerre en 1943 et 300 millions de francs d’aide diverse gratuite. En retour les Français avaient fourni 1,7 milliard de francs de prestations aux troupes britanniques. En revanche les Britanniques payèrent en devises les soldes des troupes britanniques, soit 300 millions de francs.

L’extension du prêt-bail à tous les territoires contrôlés par le CFLN

19Par l’accord du 25 septembre 1943 le bénéfice du prêt-bail fut étendu à tous les territoires contrôlés par le CFLN, qu’ils soient zones de combat ou non.

Une nouvelle autorité à Alger

20La création du CFLN bicéphale à Alger fut réalisée le 3 juin 1943. Y prirent part sept personnalités : le général Giraud, le général de Gaulle, le général Catroux, le général Georges, René Massigli, Jean Monnet, André Philip. Il fut élargi à 14 membres, par nomination de personnalités gaullistes pour la plupart : Maurice Couve de Murville, René Mayer, le docteur Abadie appelé par Giraud, René Pleven, André Diethelm, Adrien Tixier, Henri Bonnet. La démission de Giraud de ses charges civiles acquise le 22 juin et la prise du pouvoir définitive au sein du CFLN par de Gaulle le 9 novembre 1943 donnèrent une direction unique à la France combattante. Monnet resta dans le nouveau CFLN, Pierre Mendès France y entra. Le nouveau « gouvernement » était composé de De Gaulle, Monnet, Mendès France, Massigli, Henri Bonnet, Georges, Catroux, Diethelm, René Mayer, Pleven, Adrien Tixier, André Philip, Jean Pierre-Bloch, René Capitant, Emmanuel d’Astier de la Vigerie, François de Menthon, Henry Frenay, Henri Queuille, Louis Jacquinot, André Le Troquer.

  • 23 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, Comité pour l’histoire écono (...)
  • 24 André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Publications de la Sorbonne, 19 (...)

21Les services d’achats aux États-Unis furent réunifiés sous le nom de Conseil français des Approvisionnements de Washington. Christian Valensi, inspecteur des Finances, joua un rôle important de contrôleur financier puis de représentant du Trésor à Washington, à côté d’autres personnalités dont il parle dans ses Mémoires23. Mais Monnet y eut un rôle essentiel en tant que Commissaire en mission. Le CFA comprit des services communs mais aussi des missions pour les Colonies, les Télécommunications, la Marine marchande, les Ventes, les Tabacs. Un Conseil français des approvisionnements avait été créé à Londres en août 1943. Monnet avait quitté Alger dans la deuxième quinzaine d’octobre 1943, accompagné d’Hervé Alphand, pour négocier une aide prêt-bail à la métropole. Il avait été chargé d’une mission de confiance par de Gaulle : la reconnaissance du CFLN comme gérant des intérêts de la République française24.

Les Antilles reviennent au CFLN (juillet 1943)

  • 25 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Gallimard, 1996, p. 572.

22Les Antilles rejoignirent le CFLN le 14 juillet 1943 avec la démission de l’amiral Robert. L’or de l’Emile-Bertin fut à nouveau disponible. L’amiral Robert était indéfectiblement attaché au maréchal Pétain, mais il stérilisait des bateaux de guerre, des pétroliers et l’or de la Banque de France. Le coup de gong qui marqua le terme de cet imbroglio ridicule fut donné par les Américains qui décidèrent de ne plus ravitailler les Antilles. Ils laissèrent courir le bruit d’une intervention militaire américaine. De Gaulle réagit le premier en mars 1943 et demanda à Giraud de protester contre Robert et les Américains. Giraud donna son accord pour une intervention commune. Des événements curieux se produisirent. L’ancien député de Paris, Fernand-Laurent, se rendit auprès de Robert et fit un compte rendu de sa mission autoproclamée auprès des seuls Américains. Des incidents sanglants éclatèrent entre vichystes et gaullistes25. En juillet, l’amiral Robert imagina de rendre son autorité aux Américains. L’émoi fut grand chez de Gaulle. Le 14 juillet, l’amiral Robert remit finalement ses pouvoirs à Henri Hoppenot, délégué du CFLN aux Etats-Unis. Le département d’État fut sollicité de donner son aval à la démarche de Hoppenot, ce qui en disait long sur l’extrême dépendance française dans les Caraïbes. Il apparut aux plus lucides que l’attitude des États-Unis provoquait une régionalisation Caraïbes des Antilles françaises au profit des États-Unis. La fin de la souveraineté française dans les Antilles était-elle imminente ?

Le modus vivendi du 25 septembre 1943

  • 26 Voir par exemple tableau XIII dans Notes et études documentaires, du 2 et 3 novembre 1949, 1224 et (...)
  • 27 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1108, c.r. réunion du 25 avril 1944 Washington, CFA, présiden (...)
  • 28 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, op. cit.. p 144-146.

23Un des actes les plus importants réalisé par le CFLN fut la signature des accords de modus vivendi du 25 septembre 1943. Les États-Unis accordaient le prêt-bail à l’Afrique du Nord et aux colonies. Cet accord, conforme à la loi américaine du 11 mars 1941, limitait la gratuité aux fournitures militaires. Il fournirait néanmoins, contre paiement, des produits utiles aux populations civiles. Le prêt-bail était une facilité pour accéder au marché américain réglementé. L’accord décida que les comptes du modus vivendi commenceraient rétroactivement au 8 novembre 194226. Par cet accord, l’administration américaine s’employa à diminuer la charge du contribuable américain en faisant payer les marchandises destinées aux civils par les pays capables d’en supporter la charge. Mais elle admit en aide gratuite des produits qui concouraient à l’effort de guerre. Le charbon était une aide « militaire » quand il servait à transporter les troupes. La farine remise à l’intendance militaire était une aide militaire, mais pas celle remise au Ravitaillement général27. L’Afrique du Nord, le Levant et les colonies d’Afrique noire accédaient désormais aux ressources américaines qu’elles fussent gratuites ou onéreuses. L’accord fit apparaître enfin une nouvelle possibilité de prêt-bail : le crédit prêt-bail, un système de prêt à long terme destiné à faciliter le paiement des fournitures payantes du prêt-bail, dont il sera question dans le chapitre suivant28.

La solidarité des nations alliées

  • 29 Guerre 1939-1945, CNF, Londres 1054, Alger, CFLN, 14 janvier 1944, note pour Massigli.
  • 30 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1058, P.V du comité des programmes du 6 septembre [1943], Mon (...)

24Le prêt-bail mit en œuvre de nouvelles règles du jeu qui troublèrent le CFLN. Il fallait mettre en commun le maximum de ressources disponibles, même si elles ne faisaient pas partie de l’aide réciproque. Le Maroc possédait d’immenses gisements de phosphates. Le CFLN souhaitait vendre une part de ces phosphates à des pays étrangers, amis ou neutres, sans les affecter en totalité aux États-Unis ou à l’Angleterre. Le CFLN n’était pas disposé à se plier facilement à cette solidarité avec les États-Unis et les Britanniques29. Le NAEB reprochait à l’AFN de conserver des stocks de matières premières ou de ravitaillement qu’elle aurait dû offrir aux alliés. Le procès était mauvais. Monnet lui-même expliquait qu’il est impossible « de remettre nos stocks aux Combined Boards avant de savoir comment fonctionneront dans l’avenir le relief et les Combined Boards », i.e les procédures d’aide d’urgence à la France libérée et le partage des matières premières30. Dans les TOM les Américains surveillaient de près l’utilisation de leur aide. Ils protestèrent quand ils s’aperçurent que l’acier qu’ils avaient envoyé en AEF avait servi à construire stades et hôtels. Les autorités françaises d’Afrique du Nord remarquèrent de leur côté que les boîtes de thé livrées en Afrique du Nord comportaient, inscrit en arabe uniquement, la mention « livré par les États-Unis dont les flottes dominent la mer », d’autres portaient la statue de la liberté. Une lutte d’influence commençait à se développer entre Français et Américains dans les territoires sous tutelle.

25La définition de l’aide en retour fut malaisée. Comment déclarer un service ou une marchandise « aide réciproque » ? Il était évident qu’il ne fallait pas placer tout en aide réciproque sinon on tarissait les ressources en dollars libres. D’un autre côté faire payer cash les services demandés par les États-Unis en Afrique du Nord n’était pas acceptable en raison de l’aide militaire consentie. Le CFLN réussit, comme en novembre 1942, à exclure de l’aide réciproque le commerce d’exportation habituel vers les États-Unis. En échange, le CFLN décida d’assumer l’entretien des navires américains en Afrique du Nord et des navires français du pool allié sur la ligne des États-Unis. Bien entendu les frais de séjour des troupes américaines (et britanniques) en Afrique du Nord (cantonnement, transports, nourriture de complément) firent partie de l’aide en retour.

  • 31 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Valensi, 30 mars 1944, à commissaire aux Finances, Alge (...)
  • 32 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Guindey, 1er avril 1944, télégramme envoyé le 7 avril à (...)
  • 33 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, 20 avril 1944, diploFrance, 872, Washington, spécial 16 (...)
  • 34 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1056, télégramme de Monnet du 6 avril 1944 à Mayer.
  • 35 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, 22 février 1944, Monnet, n° 99, entretiens Lend-Lease.

26L’Afrique du Nord pouvait-elle payer le prêt-bail remboursable, i.e. une partie du programme d’importations civiles ? Les Américains n’avaient aucun doute à ce sujet. Ils avaient toujours estimé que la France de Vichy, l’Afrique du Nord de Giraud, ou le CFLN pouvaient payer. De l’or et des devises étaient sous séquestre aux États-Unis. Le CFLN avait récupéré l’or de la Banque de France à Dakar et aux Antilles. Faisant ses prévisions pour 1944, Christian Valensi chiffrait à 178 millions $ les besoins pour l’AFN, les colonies et les prisonniers de guerre et à 71 millions $ les recettes sûres. « L’enjeu de la question est considérable ; si nous parvenons à assurer l’équilibre relatif de notre balance en $ pour 1944, nous pourrons éviter que nous soit posée la question de l’emploi de notre or et de nos avoirs métropolitains » écrit-il31. Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures, manifesta son désaccord au paiement du prêt-bail civil. Son austérité bien connue le poussait à refuser le lend lease aux colonies. Il rappela qu’une clause de l’accord de modus-vivendi du 25 septembre 1943 prévoyait de suspendre les paiements en dollars en cas de situation impossible. Mais la situation de l’Afrique du Nord n’était pas extrême. Guindey, le CFLN ou Valensi refusaient simplement d’aliéner l’or de la Banque de France parce qu’ils se considéraient comme des autorités provisoires32. La réaction fut d’autant plus vive qu’on pressentait que la prise de position américaine servirait de référence à l’accord prêt-bail pour la métropole. Monnet n’eut pas cette attitude restrictive car il percevait que la politique de comptable de Guindey indisposait les Américains. Les Français avaient des fonds, de l’or, qu’ils s’en servent jusqu’à épuisement, comme l’Angleterre en 1941 ! Il fit cette ferme remarque à de Gaulle : « Vous devez comprendre que nous ne pouvons pas nous déclarer Africains pour le règlement de nos comptes financiers et Français pour le pouvoir et l’autorité33 ». Monnet recommandait que l’Afrique du Nord fasse un effort supplémentaire d’exportation de 20 à 50 millions $ vers les États-Unis, qu’on cède des valeurs mobilières pour assurer l’équilibre de la balance dollar34. Au début 1944, l’Administration américaine demanda des produits nord-africains que les Français avaient stockés pour le débarquement en France. Elle réclama des pommes de terre, des agrumes, des légumes, des graines de semence, de l’huile d’olive qui pouvaient rapporter de 30 à 60 millions $. Elle s’intéressait aux produits alimentaires tropicaux et aux matières premières des colonies. Monnet voulait satisfaire cette requête au nom de la solidarité des nations combattantes35.

  • 36 Dans Notes et études documentaires n° 1225 et 1224 des 2 et 3 novembre 1949, cette rubrique a été (...)

27Le bilan général du prêt-bail à l’Afrique du Nord, à l’AOF et aux armées françaises (modus vivendi du 25 septembre 1943) fait apparaître que les États-Unis ont fourni en prêt-bail direct militaire des équipements d’une valeur de 1 023,3 millions $ pour la reconstitution des armées françaises (armée d’Afrique, campagne d’Italie, aviation, modernisation des divisions blindées, etc). La valeur des marchandises remboursables fournies aux populations civiles d’Afrique du Nord et de l’AOF était de 372,8 millions $. Mais à la suite des accords Blum-Byrnes du 28 mai 1946t seule une somme de 125 millions $ fut déclarée remboursable. En effet les États-Unis reconnurent que le paiement des colis aux prisonniers de guerre français et d’autres fournitures comme le charbon ou le pétrole ou même le coton pouvait être pris en charge par l’aide directe gratuite de soutien à la guerre. Bref ! les Français ont payé comptant 125 millions $ pour des livraisons débutant le 8 novembre 194236. A cette somme il faut ajouter les 12 millions $ d’aide civile et militaire consentie au CNF au titre de l’accord du 3 septembre 1942.

  • 37 B 44160, « État récapitulatif faisant apparaître le calcul du montant net dû par le gouvernement f (...)

Tableau 7. Bilan du prêt-bail civil et militaire au titre du modus vivendi du 25 septembre 194337. En millions de dollars

Tableau 7. Bilan du prêt-bail civil et militaire au titre du modus vivendi du 25 septembre 194337. En millions de dollars

Les surprises de l’aide américaine

28L’aide en prêt-bail et l’aide militaire américaine ménagèrent quelques surprises de taille au gouvernement français à la veille du Débarquement de Normandie.

  • 38 Des militaires américains, formés à l’administration auraient été chargés de suppléer l’administra (...)
  • 39 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, op. cit.. p. 53.

29Le CFLN qui venait de se baptiser GPRF n’avait toujours pas obtenu sa reconnaissance officielle comme gérant des intérêts de la République, ni un accès au prêt-bail pour la métropole. Il essuyait une tentative étonnante de mise sous tutelle des territoires libérés par une administration d’occupation, l’AMGOT38. Il était dépossédé de sa souveraineté monétaire. Toutefois le réarmement français se poursuivait sous aide américaine et la participation française à l’effort commun augmentait régulièrement. L’Afrique du Nord avait exporté 900 000 tonnes de marchandises en 1943 vers les alliés. Le CFLN contrôlait une flotte de commerce de 785 000 tonneaux dont 170 000 seulement étaient gérés directement par lui. L’aide en retour aux alliés fonctionnait. L’armée française forte de 8 divisions d’infanterie et de 3 divisions blindées, d’un millier d’avions apportait une contribution modeste mais réelle à la guerre en Italie. Mais l’hostilité de Roosevelt envers de Gaulle perdurait dangereusement39. Elle prenait la forme de l’AMGOT La réaction des Français fut très vive. Le CFLN tenta de s’en sortir en plaçant l’affaire devant le Combined Committee on Civil Affairs, composé de représentants américains, anglais et russes, siégeant à Londres, auquel le CFLN aurait adhéré. Sans résultat ! Le CFLN l’emporta sur le terrain après le Débarquement.

  • 40 Jean-Baptiste Duroselle. Z ‘abîme, op. cit., p. 633.
  • 41 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN,GPRF, 1222, Monnet à Mayer, 25 novembre 1943, n° 1853.
  • 42 D’après des billets remis en paiements à la Libération, collection particulière, billets de 50 fra (...)
  • 43 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1222, Monnet, diplo 110 du 3 mars 1944, Monnet à Mayer.
  • 44 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1466.
  • 45 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1484, Alger, 30 mars 1944, à Monnet de Massigli.

30L’autre problème était celui de la monnaie. Le fait d’aider la France ne donnait pas aux États-Unis le droit de décider de sa politique monétaire. Monnet dut constater malheureusement que les Américains imprimaient des billets de banque en francs pour leurs troupes de débarquement. René Mayer lui demanda d’abord d’indiquer que la quantité de billets militaires imprimés par les États-Unis ne serait pas suffisante pour les soldes, les échanges de billets et les dépenses de l’Administration française. C’était une manière de dire aux Américains que cette affaire ne les regardait pas. Mais le CFLN ne put éviter les billets militaires n° 1. « Conformément aux instructions du Comité français, nous avons insisté fortement, écrivit Monnet, sur les inconvénients d’ordre à la fois politique et financier que présenterait une semblable solution. La France, en effet, se trouverait traitée, au point de vue monétaire, comme les pays ennemis, alors que la Belgique et la Hollande pourraient utiliser des billets nationaux émis par leur propre gouvernement ». Alphand négocia une surcharge : « pour le compte du commandement allié, le commandement français »40. Mais Monnet repoussa la formule qu’il tenait pour illégitime car la représentativité du CFLN était mise en doute. Il proposa un billet surchargé de 3 drapeaux entrelacés, avec la mention « République française, Trésorerie générale et CFLN ». Apparemment il fut soutenu par la Trésorerie américaine auprès du Département d’État41. Mais l’Administration américaine, qui ne reconnaissait pas l’autorité du CFLN sur les futurs territoires libérés en France, réserva l’indication de l’autorité émettrice : « Commandement interallié ou Comité de la Libération ». Roosevelt perdurait dans son hostilité. S’ajoutèrent les maquettes des billets n° 2 remises aux Français, mais sans qu’ils comportent les marques demandées par le CFLN, telles que « République française » ou « Trésor français ». Après discussion avec la Trésorerie, il fut acquis que l’émission des billets se ferait au nom de l’autorité française et non pas du commandement allié. Mais les billets furent imprimés avec la mention « série de 1944, [valeur], émis en France », et au verso le drapeau français avec la devise républicaine. Les billets avaient les dimensions des dollars américains, la couleur verte habituelle dominait accompagnée de filets rouges42. Dunn expliqua à Hoppenot que la décision de doter les troupes d’invasion de monnaie était irrévocable et que la monnaie de débarquement n’avait pas pour but de couvrir toute la circulation monétaire française. Des billets n° 1 ont été émis pour 40 milliards de F43. Les Français se résignèrent à les prendre tout en déclarant qu’ils seraient distribués et remboursés par le CFLN. De Gaulle ne voulait pas les payer. Mendès France obtint lors de son voyage à Washington en mai 1944 que les billets émis par le haut commandement allié seraient retirés de la circulation quand ceux du GPRF seraient disponibles. Les autorités françaises craignaient les dépenses inconsidérées que les soldats britanniques et américains pourraient faire dans les territoires libérés. Le 8 juin 1944, une lettre aux chargés d’affaires américains et britanniques à Alger manifesta l’étonnement du GPRF de la mise en circulation d’une monnaie libellée en francs et refusa de reconnaître une valeur légale « aux vignettes émises »44. Monnet dut avouer au CFLN que des obstacles insurmontables subsistaient à propos de l’AMGOT, la monnaie de débarquement et la reconnaissance du CFLN comme Gouvernement provisoire. Il venait d’échouer dans sa mission. Il n’avait pu convaincre Roosevelt. L’affaire des billets imposés par les Américains manifestait le peu de cas que l’Administration américaine faisait du GPRF. Les arguments politiques ne la touchaient pas. Massigli, commissaire aux Affaires étrangères, écrivait à Monnet en mars 1944 : « Comprennent-ils, les Américains, qu’en donnant à Eisenhower le droit de choisir avec qui traiter, ils donnent à Staline celui de choisir de son côté les gouvernements qu’il autorisera à s’installer à Varsovie, à Bucarest, à Sofia et à Belgrade ?45 ».

Le GPRF et la préparation de la Libération de la France

  • 46 B 33684, Alger le 3 juillet 44, secret, [Monnet], commissaire en mission, n° 957/S, approvisionnem (...)
  • 47 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 707, « compte rendu de Monnet du 8 février 44 pour novembre 4 (...)

31En vue du débarquement imminent, le GPRF s’employa à mobiliser ses ressources et l’aide américaine pour les populations civiles françaises et pour l’économie. L’aide américaine était indispensable dans un pays désorganisé par les opérations militaires. Le CFLN pensait ainsi accéder pleinement au prêt-bail, qui n’était applicable depuis septembre 1943 qu’aux territoires d’Afrique du Nord et des colonies. Monnet travailla à trois programmes : 1) un programme d’approvisionnements pour les besoins immédiats de la France ; ce programme fit partie de l’ensemble des approvisionnements préparés par les alliés pour l’Europe libérée ; 2) Un programme de réparations urgentes ; 3) Un programme de remise en marche de l’économie de 2,5 milliards $ dont 221 millions $ de l’Empire français46. Ce programme combiné de réparations et d’investissement pour le long terme dépendait d’un accord prêt-bail. Or la tendance américaine était toujours de demander au CFLN-GPRF de dépenser l’or et les devises de la France pour l’économie civile et de se confier à l’UNRRA pour les secours immédiats, le relief47 Or l’UNRRA n’était pas opérationnelle. Monnet avait d’ailleurs cherché à donner à la France la présidence du Comité pour l’Europe de l’UNRRA. Mais les Américains avaient préféré l’Anglais sir Leith Ross. Les vice-présidences ont été accaparées par la Norvège et par l’URSS. Le CFLN abandonna l’UNRAA pour la France et se tourna vers le prêt-bail et les secours distribués par les armées alliées.

  • 48 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1484, lettre personnelle de Monnet à Mayer 4 janvier 1944.
  • 49 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 704, Alger, diploFrance à LibFrance pour Monnet, n° 129, de P (...)

32En novembre 1943, un programme d’approvisionnements d’urgence pour le débarquement d’une durée de 6 mois était négocié entre les administrations françaises et américaines. Un comité spécial formé de la Foreign Economic Administration (FEA) et du Département d’État, présidé par McCloy fut constitué. Monnet signala à Mayer que le programme « ne sera pas ce que nous voulons ». « C’est un travail immense, complexe, difficile… Vous vous rendez compte que c’est tout le complexe des arrangements qui lieront la France avec l’extérieur dès le premier jour du débarquement dont il s’agit48 ». Monnet avait raison car il s’agissait d’obtenir à la fois la reconnaissance du Comité comme autorité politique provisoire, un programme d’approvisionnements pour les 6 premiers mois après le Débarquement, la conclusion d’accords de débarquement plus sains que l’accord Darlan-Clark, la mise en train des arrangements financiers. De son côté le CFLN rassembla progressivement les approvisionnements nécessaires aux populations civiles françaises des zones touchées par les opérations militaires49. On y trouvait des minerais pour les industries, des produits tropicaux : 66 000 tonnes de sucre des Antilles, 130 000 tonnes d’arachides d’AOF, 165 000 tonnes de café d’AOF, 30 000 tonnes de légumes d’AFN, 185 000 tonnes de phosphates d’AFN. Des tonnages importants de blé venaient d’être stockés à Oran en vue des débarquements en Europe du Sud.

  • 50 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 621.
  • 51 B 33684. Alger le 3 juillet 44, secret, [Monnet], commissaire en mission, n° 957/S, approvisionnem (...)

33Le problème politique que posaient ces plans était leur mise en œuvre. Le CFLN avait le souci primordial de s’appuyer sur les autorités françaises locales pour empêcher des transferts de souveraineté aux officiers américains ou anglais de l’AMGOT. Monnet manifesta toute sa confiance à l’Administration française, car les rapports de France « indiquent que sauf le cas des collaborationnistes à éliminer, l’ensemble de l’Administration française a été courageuse, compétente et, en gros, s’est bien tirée de problèmes extrêmement complexes et difficiles (exception doit être faite pour les officiers de recrutement de travailleurs qui ont collaboré à la relève) »50. Ce travail d’urgence ne lui faisait pas perdre de vue les perspectives plus larges du renouveau français. Le GPRF estima que la conférence de Bretton Woods de juillet 1944 avait pour objet de bâtir un ordre monétaire nouveau et qu’elle était pour les Français l’occasion de manifester au monde le renouveau de la France. On peut douter que le second point ait été atteint, malgré la présence active de Mendès France. Le monde nouveau appelait certainement la France à s’adapter aux contraintes du temps. Jean Monnet expliqua : « Nous savons d’avance que ces ressources venues de l’extérieur, ajoutées aux ressources françaises, ne seront pas suffisantes pour les besoins du pays. Il est donc essentiel d’en prévoir la répartition et cela ne peut se faire que sur un plan d’ensemble. Il est indispensable que soit constitué déjà un organe dont la tâche soit de commencer à établir immédiatement une estimation des ressources françaises ainsi que des besoins51 ». L’idée d’un plan économique, en cohérence avec l’aide américaine, apparaissait clairement chez Monnet en 1944 dans le bruissement des rumeurs de débarquement, de ravitaillement urgent, de difficultés à faire fonctionner une immense machine économique grippée.

  • 52 Chapitre IV.
  • 53 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1466, Monnet à de Gaulle, lettre du 16 mars 1944.
  • 54 . Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1216, diploFrance à Moscou et Londres, 10 avril 1944.

34Les accords de Débarquement, signés le 25 août 194452, appartinrent aux bonnes surprises américaines. Ils furent rendus possibles par le fait que le président des États-Unis avait été progressivement persuadé de la représentativité du Comité français de la Libération nationale. Quel rôle a joué la rencontre Eisenhower-de Gaulle à Alger le 30 décembre 1943 ? On en discute sans pouvoir conclure. « You are a man », dit de Gaulle à Eisenhower qui reconnut l’avoir mal jugé. Monnet affirma qu’il avait obtenu les accords de Débarquement de Roosevelt en février 1944. Son incorrigible optimisme le trompait. Certes la politique américaine fut modifiée, puisque le 16 mars Monnet dit à de Gaulle qu’Eisenhower aurait le droit de traiter avec des autorités françaises, sauf celles de Vichy. Monnet expliqua que c’était un compromis destiné à permettre au CFLN d’être le principal interlocuteur des Américains53. La pente était rude à remonter tandis que de nombreux Français aux États-Unis, tels Alexis Léger, s’employaient à déconsidérer l’action et même la personne du général de Gaulle. Peu satisfaits, comme Monnet l’indiquait, de sa transformation en GPRF, les Américains avaient néanmoins accepté de traiter des affaires du débarquement avec lui seul en avril 1944. Cordell Hull l’a clairement dit dans un de ses discours, même s’il subordonnait l’action du Comité au Commandant en chef allié54. Avril 1944 marqua le déblocage politique des Américains face aux Français combattants de De Gaulle.

Conclusion

35Avec le débarquement allié du 8 novembre 1942 en Afrique du Nord tout changea. Roosevelt, bloqué sur l’idée de s’appuyer sur d’autres que ceux qui avaient pris les armes contre le nazisme et le totalitarisme, a perduré dans sa méfiance envers de Gaulle. L’aide américaine a donc profité à Darlan, puis à Giraud. Elle a profité surtout à l’armée d’Afrique, rééquipée et désireuse de se battre. Le bilan de cette aide était donc très positif. Mais on ne peut ignorer aussi que l’aide militaire et l’aide économique américaines furent offertes de façon à tenir les bénéficiaires en subordination étroite. L’armée d’Afrique dut s’intégrer dans la stratégie définie par Eisenhower, elle fonctionna selon les méthodes américaines, les ressources d’Afrique du Nord furent mises en pool avec celles des autres alliés. Enfin l’Afrique du Nord dut payer cash ce qu’elle acheta pour les civils. Le conflit ne pouvait qu’éclater entre Roosevelt et de Gaulle, qui malgré le formidable handicap de novembre 1942 réussit, grâce à Jean Monnet, à gagner la confiance d’Eisenhower et de Murphy, sinon celle de Roosevelt. Les ambiguïtés de l’aide américaine ne contribuèrent pas à clarifier les relations du CFLN avec les États-Unis. Pourquoi s’acharner à créer une monnaie américaine de débarquement face à une Administration française qui incarnait la souveraineté de l’État ? Pourquoi prétendre administrer le pays avec des techniciens américains de l’AMGOT ? Pourquoi ignorer les projets précis et documentés du CFLN en vue du ravitaillement du pays et les écarter au profit des projets de l’Administration de Washington ? Toutes ces chinoiseries n’auraient eu aucune importance si les Français n’avaient été si dépendants des Américains. Il ne s’agissait plus ici seulement d’aide militaire qui fut accordée assez facilement et gratuitement, mais d’aide économique si nécessaire aux populations et à la remise en route de l’économie française. Pour obtenir la livraison de plus de 1 milliard de dollars de marchandises et d’équipements de développement, Monnet ne vit qu’une solution, faire entrer la France dans le prêt-bail, non pas militaire, – elle y est déjà depuis le 25 septembre 1943 –, mais le prêt-bail civil, celui de l’avenir et de la modernité.

Notes

1 Guerre 1939-1945, Londres, CNF, 455 « rapport n° 71 » du 26 octobre 1942 de J-P. Lévi.

2 André Béziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945) : la diplomatie de l’entêtement, L’Harmattan, 1997, p. 171.

3 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 124.

4 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 82, de Gaulle à LibFrance, Washington, 2 août 1942.

5 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 35, mémorandum du 9 juillet 1942.

6 Guerre 1939-1945, Londres, CNF, 174, « problèmes économiques d’après-guerre, un point de vue français », juillet 1942.

7 Guerre 1939-1945, Londres, CNF 453, Lib France Washington, 19 juillet 1943.

8 Jean-Baptiste Duroselle, L ‘abîme, 1939-/944, 1982,1986, Imprimerie nationale, p. 508.

9 Guerre 1939-1945, GPRF, CFLN, 667.

10 B 33682, brouillon de lettre à Murphy du 25 mars 1943.

11 Jean-Baptiste Duroselle, L ‘Anime, op. cit., p. 532-533 ; André Béziat, op. cit., p. 313-317.

12 Guerre 1939-1945, CFLN, GPRF, Alger, 1058.

13 Christine Lévisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans ta guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 291.

14 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1231, texte de Haussaire, Giraud sur Anfa, 26 janvier 1943.

15 André Béziat, op. cit., p. 326, note 76.

16 François Duchêne, Jean Monnet, the first statesman of Interdependance, Norton, 1994, p. 106.

17 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1219, entretien Lemaigre-Dubreuii-Mac Cloy, 25 février 1943.

18 Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 244.

19 Jean-Baptiste Duroselle, L’abîme, op. cit., p 616.

20 André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Publications de la Sorbonne, 1971 ; Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 248.

21 René Mayer ; Etudes, témoignages, documents, réunis et présentés par Denise Mayer, PUF, 1983, p 104.

22 Guerre 1939-1945, CNF, Londres, 1054.

23 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 121, chapitre V.

24 André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Publications de la Sorbonne, 1971, p. 220.

25 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Gallimard, 1996, p. 572.

26 Voir par exemple tableau XIII dans Notes et études documentaires, du 2 et 3 novembre 1949, 1224 et 1225, p. 21. Le paragraphe 1 titre « produits dont il est possible d’indiquer la valeur globale des livraisons à dater du 8 novembre 1942 ».

27 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1108, c.r. réunion du 25 avril 1944 Washington, CFA, présidence de Baudet.

28 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, op. cit.. p 144-146.

29 Guerre 1939-1945, CNF, Londres 1054, Alger, CFLN, 14 janvier 1944, note pour Massigli.

30 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1058, P.V du comité des programmes du 6 septembre [1943], Monnet, Couve de Murville, Diethelm, Mayer, Pleven.

31 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Valensi, 30 mars 1944, à commissaire aux Finances, Alger, cv/1480.

32 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Guindey, 1er avril 1944, télégramme envoyé le 7 avril à Monnet, n° 913, Washington.

33 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, 20 avril 1944, diploFrance, 872, Washington, spécial 168, de Jean Monnet à président du CFLN.

34 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1056, télégramme de Monnet du 6 avril 1944 à Mayer.

35 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1195, 22 février 1944, Monnet, n° 99, entretiens Lend-Lease.

36 Dans Notes et études documentaires n° 1225 et 1224 des 2 et 3 novembre 1949, cette rubrique a été ramenée à 225,704 millions $.

38 Des militaires américains, formés à l’administration auraient été chargés de suppléer l’administration française défaillante ou absente. Ce traitement était réservé aux pays vaincus.

39 Christian Valensi, Un témoin sur l’autre rive, Washington, 1943-1949, op. cit.. p. 53.

40 Jean-Baptiste Duroselle. Z ‘abîme, op. cit., p. 633.

41 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN,GPRF, 1222, Monnet à Mayer, 25 novembre 1943, n° 1853.

42 D’après des billets remis en paiements à la Libération, collection particulière, billets de 50 francs.

43 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1222, Monnet, diplo 110 du 3 mars 1944, Monnet à Mayer.

44 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1466.

45 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1484, Alger, 30 mars 1944, à Monnet de Massigli.

46 B 33684, Alger le 3 juillet 44, secret, [Monnet], commissaire en mission, n° 957/S, approvisionnement de la France pour la période Libération et pour la remise en marche rapide de son économie.

47 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 707, « compte rendu de Monnet du 8 février 44 pour novembre 43- janvier 44 ».

48 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1484, lettre personnelle de Monnet à Mayer 4 janvier 1944.

49 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 704, Alger, diploFrance à LibFrance pour Monnet, n° 129, de P. B., Massigli, 21 avril 1944.

50 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 621.

51 B 33684. Alger le 3 juillet 44, secret, [Monnet], commissaire en mission, n° 957/S, approvisionnement de la France pour la période Libération et pour la remise en marche rapide de son économie.

52 Chapitre IV.

53 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1466, Monnet à de Gaulle, lettre du 16 mars 1944.

54 . Guerre 1939-1945, Alger, CFLN, GPRF, 1216, diploFrance à Moscou et Londres, 10 avril 1944.

Notes de fin

37 B 44160, « État récapitulatif faisant apparaître le calcul du montant net dû par le gouvernement français au gouvernement des États-Unis, mentionné au paragraphe 2 du « mémorandum d’accord » en date de mai 1946, en million de dollars, annexe Ib. et Ic. ». B 44165 « Comptes de guerre entre la France et les États-Unis, règlement final tel qu’il résulte des accords franco-américains du 28 mai 1946 ». Les détails de l’aide militaire au titre du modus vivendi du 25 septembre 1943 et de l’accord du 28 février 1945 sont donnés dans Notes et études documentaires, tableau IX, X, XI, XII, n° 1225, 3 novembre 1949.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Aides américaines au général Giraud et au CNF (décembre 1942- juin 1943), aide en retour et flux commerciaux normaux. En millions $
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 7. Bilan du prêt-bail civil et militaire au titre du modus vivendi du 25 septembre 194337. En millions de dollars
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2031/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable