Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Première partie. Qui sont-ils au concours ?‎

Chapitre II. Le profil socioculturel des inspecteurs 1892-19461

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre reprend en partie notre article « Le recrutement des inspecteurs des Finances de 1892 à (...)

1L’étude des caractères sociaux de la population des jeunes inspecteurs des Finances permet de répondre à deux questions essentielles pour la réflexion sur la fabrication des élites en France.

2Quel rôle a joué le concours en lui-même dans la sélection sociale ?Le mérite du lauréat est-il personnel et y avait-il, avant la création de l’ENA, égalité des chances des candidats au premier concours ? Ou bien le système de cooptation qui sous-tend ce concours favorise-t-il certains candidats mieux pourvus ? Ces avantages hérités seraient alors inscrits en filigrane dans les dossiers de candidature et le tri croisé candidats/reçus révélerait une distorsion entre la masse des appelés et le petit nombre d’élus selon certaines variables telles que : leur âge, leur origine géographique, leur situation de famille, leur formation universitaire ou la situation sociale et professionnelle de leur père.

  • 2 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économiq (...)

3L’inspection est-elle, dans la première moitié du siècle, une chasse gardée de la haute bourgeoisie parisienne, comme l’ont dénoncé les partis de gauche – mais pas seulement – depuis le milieu des années trente, et y a-t-il eu, à travers eux, accaparement de l’État par un groupe social privilégié ? Ou, au contraire, l’Inspection des finances a-t-elle été un creuset social au sein des différentes bourgeoisies, une « savonnette à vilain », un mécanisme d’intégration qui expliquerait aussi bien sa pérennité que sa légitimité dans la première moitié du xxe siècle ? Autrement dit, sous la République triomphante, les classes moyennes provinciales sont-elles parvenues à maintenir leur position au sein de l’état-major de la finance, comme l’ont démontré Emmanuel Chadeau et Christophe Charle pour le xixe siècle2 ? Cela expliquerait l’absence de vraie réforme du recrutement, de 1885 à 1945, et la possibilité pour les différents ministres des Finances d’y puiser leurs plus grands serviteurs.

  • 3 Th. Bottomore a publié cette étude comparative pour le concours d’entrée à l’ENA 1945-1951 dans « L (...)
  • 4 Des registres annuels sont conservés par le service de l’IGF. Les formulaires ont légèrement changé (...)
  • 5 L’existence de dossiers de candidature a limité le corpus aux promotions des années 1892-1946. Ont (...)
  • 6 La faiblesse des effectifs pose souvent problème à l’historien des élites soucieux d’analyse quanti (...)
  • 7 C’est elle qui a donné lieu aux représentations graphiques du présent chapitre.

4Pour cette période, aucune étude statistique comparative entre candidats et reçus, sur une longue durée, ne permettait jusqu’alors de porter un jugement serein sur ce problème3. L’accès aux dossiers de candidature4 et le traitement informatique des données ouvrent des perspectives nouvelles et apportent des pièces décisives au vieux procès intenté à l’Inspection. L’étude porte sur les promotions 1892-1946, à partir des dossiers de candidatures qui n’ont été conservés qu’à partir de 1892, et porte sur deux populations. Un échantillon de 452 candidats a été élaboré à partir de deux promotions successives, en éliminant les redoublants, de 1892 à 1944, soit : 1892-1893, 1902-1903, 1912-1913, 1922-1923, 1932-1933, 1942-1944. Nous avons aussi étudié la population totale des 371 inspecteurs adjoints5 reçus au premier concours, de 1892 à 1946, car les 99 « reçus » de cet échantillon auraient été trop peu nombreux pour en faire l’étude, par variable, dans la durée6. La validité de l’échantillon apparaît avec le taux de réussite aux concours. Sur 536 candidatures de l’échantillon (ici, les redoublants sont conservés), le tri croisé donne 20,7 % de réussite. Le pourcentage de reçus sur la totalité des candidatures de la même période est de 19,5 % et de 21,9 % en tenant compte seulement des candidats. C’est ce dernier pourcentage qui nous servira de référence dans la comparaison candidats/reçus qui suit. Pour étudier l’évolution des variables, nous avons regroupé les promotions des reçus par dizaine d’années, soit 1892 à 1901, 1902 à 1911, 1912 à 1921 (pas de concours en 1915 ni en 1916), 1922 à 1931, 1932 à 1939 (pas de concours en 1940) et 1941-1946 (deux concours en 1945 et en 1946). Cette seconde étude de la population totale donnera donc le profil de tous les inspecteurs des Finances recrutés au xxe siècle avant l’ENA et les modifications subies au fil des années7. Mais, compte tenu des dates retenues, la comparaison de l’échantillon des candidats avec la population totale des inspecteurs est délicate ; c’est la méthode du tri croisé candidats/reçus, opérée par informatique, qui révèle, ou non, les variables discriminantes éventuelles.

  • 8 Pour plus de détails sur ce corpus d’archives provoquées, cf. ci-dessus, chapitre I.

5Cette étude statistique a été complétée par 92 témoignages provoqués, écrits ou oraux8, dont 83 pour la période 1919-1946 soit 35 % des 233 inspecteurs reçus définitivement de 1919 à 1946.

I. L’âge au concours

  • 9 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, Paris, Presses de la FNSP, 1978, 271 p. Tableau p. 221

6Pour les candidats, la moyenne d’âge est de 26 ans, le mode est de 25 ans. Pour les adjoints, la moyenne est de 25,75 ans. Il s’agit là d’un âge assez tardif si l’on tient compte du statut, théoriquement précaire, du jeune adjoint qui ne rentre définitivement à l’Inspection qu’après deux, puis trois ans de tournée et un deuxième concours qu’il passera à 28 ou 29 ans. Âge tardif aussi pour ceux qui ne disposent pas de revenu personnel, c’est-à-dire la majorité (64,8 % des candidats n’ont jamais exercé d’activité professionnelle avant le concours mais 12,8 % des candidats, étant polytechniciens, sont rémunérés). Leur capacité à intégrer l’Inspection dépend alors des moyens financiers de leur famille. Cet âge s’explique aisément par les conditions exigées : licence, obligations militaires, stage administratif pour certaines promotions, préparations souvent sur deux (voire trois) ans ; 44 % des adjoints ont été reçus à leur seconde tentative qui est, selon les témoignages, parfois une troisième année de préparation. Pour les années soixante-dix, J.-L. Bodiguel9 met l’accent sur l’âge tardif à l’entrée de l’Inspection (27 ans), tardif mais plus jeune que la moyenne des énarques. La grande différence entre hier et aujourd’hui est le traitement : perçu dès l’entrée à l’ENA, trois ans avant l’entrée éventuelle à l’Inspection.

  • 10 Cf. ci-dessous, le chapitre IX sur la direction du Mouvement général des fonds et le chapitre XIV s (...)

7L’âge crée-t-il une distorsion entre les candidats et les reçus ? L’échantillon montre un âge inférieur du reçu : 25,3 ans contre 26,07 ans pour les refusés qui font souvent une deuxième tentative. L’écart est trop faible pour retenir l’âge comme variable déterminante. Les adjoints reçus 1er sont à peine plus jeunes. Une anomalie, cependant, qui démontre le cumul des facilités intellectuelles antérieures pour certains : les vingt-sept candidats de l’échantillon âgés de 23 ans ont un taux de réussite bien supérieur (44,4 %). Cette précocité au concours, qui fait suite à des études brillantes, se retrouve dans celle de certains directeurs du ministère des Finances des années 193010.

II. Le poids de la province à la naissance

  • 11 C’est celui pris en compte, par exemple, par P. Lalumière, L’Inspection générale…, op. cit.

8L’origine géographique des hauts fonctionnaires a déjà fait couler beaucoup d’encre mais, depuis quelques années, des chercheurs ont démontré que ces « Parisiens », avant l’ENA, étaient bien provinciaux… de naissance ! Le critère généralement imposé par les sources est, en effet, le lieu de naissance avant 194511. Mais ce critère a le défaut grave de ne pas prendre en compte la mobilité géographique en une génération et les stratégies familiales. Les dossiers de candidature offrent des informations beaucoup plus riches : non seulement le lieu de naissance, qui autorise la comparaison avec d’autres études, mais aussi le lieu de résidence des parents et donc, généralement, de la scolarité secondaire et des amitiés durables et, enfin, l’adresse du candidat l’année du concours. Ces trois origines géographiques, qui sont à inscrire dans le cadre de la population nationale, présentent des différences notables.

  • 12 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves…, op. cit., p. 23.

9Par le lieu de naissance de l’ensemble des candidats de 1892 à 1946, la domination de la province est certaine : 62,4 % (deux sur trois) ; pour Paris-Seine, 32,3 % seulement. Le lieu de naissance parisien n’introduit pas de distorsion entre candidats et reçus. La population totale des reçus est à 35 % née à Paris. Bien sûr, Paris est surreprésenté par rapport à la moyenne nationale mais ce taux est proche des 30 % de hauts fonctionnaires parisiens de C. Charle, au xixe siècle, et, plus étonnant, de celui des parisiens de l’ENA entre 1947 et 1969. J.-L. Bodiguel confond l’image des inspecteurs avant la guerre et la réalité lorsqu’il écrit, à propos des promotions entrées à l’ENA entre 1947 et 1969 : « Les élèves de l’ENA ne sont pas tous, loin de là, originaires de la région parisienne. Avec moins du tiers des naissances parisiennes, le changement est important car avant guerre la haute fonction publique était considérée comme essentiellement parisienne12. » Pour le lieu de naissance des inspecteurs, l’ENA n’a pas créé la nouveauté ; elle a peut-être arrêté une tendance. On constate en effet, chez les candidats de 1892-1893, 9,3 % de Parisiens mais, en 1942-1944, 33 %. Chez les adjoints, l’évolution est la même, Paris progresse fortement : de 1892 à 1901, 20 % de parisiens et, en 1941-1946, 34,8 % (cf. graphique no 1) ; cette progression est en outre plus forte que la progression de la population de la Seine dans cette période (cf. graphique no 2).

  • 13 Il s’agit, cette fois, de Paris intra-muros (proche banlieue non comprise).
  • 14 Sans compter les candidats nés hors Métropole : 5,3 %.

10Les données sur la résidence des parents présentent des résultats différents, même s’il faut tenir compte d’une lacune plus fréquente des sources à ce sujet (11 % de données manquantes chez les adjoints). La part de Paris13, chez les parents des candidats, devient nettement plus forte (47,8 %), mais l’analyse refusés/reçus de l’échantillon ne permet pas de faire de la résidence parisienne du père une variable discriminante. La réussite chez ces candidats n’est pas plus forte que la moyenne (21,6 %). Dans la population totale des inspecteurs, le parisianisme de résidence pendant la scolarité est encore plus élevé avec 59 % d’adjoints ayant leurs parents à Paris. L’évolution souligne l’importance croissante de la capitale (cf. graphique no 2) mais une inégalité selon les périodes (cf. graphique no 1). Les promotions d’avant 1910, c’est-à-dire du temps où le stage dans l’administration centrale était ou obligatoire ou coutumier, présentent déjà un fort pourcentage de parents résidant à Paris : 56 %, proportion forte pour cette époque. Le parisianisme des parents augmente encore dans les années vingt (69 %) mais recule légèrement dans les années trente et de 1941 à 1946 (64,5 %). Deux remarques s’imposent : les inspecteurs des Finances aux postes de responsabilité dans l’entre-deux-guerres sont moins frappés de parisianisme qu’on ne l’a dit, en revanche, les deux tiers de ceux qui seront au sommet de leur carrière dans les décennies suivantes portent majoritairement l’empreinte de la capitale. Deuxième remarque : les familles pourvoyeuses d’élites font preuve d’une forte mobilité province/Paris, de la naissance du fils à son entrée dans la vie active. Cette mobilité vers Paris est bien supérieure à la moyenne nationale. Elle est à rapprocher des 10 % de pères officiers au concours, mais en garnison en province à la naissance de leur fils, et des 19 % de fils de fonctionnaire des Finances au concours, eux aussi très mobiles. La répartition de ces parents parisiens, qu’il s’agisse des candidats ou des adjoints, fait apparaître, comme on pouvait s’y attendre, une large prédominance des quartiers résidentiels mais, ici, les cartes parlent mieux que les mots (cf. cartes 1 et 2). Pour la répartition en province, qu’il suffise de dire que l’immense majorité habite les chefs-lieux, dotés de meilleurs lycées. Les provinciaux ne sont ni des ruraux ni des notables de petits bourgs et les départements les mieux représentés sont le Rhône, la Seine-Maritime, la Haute‑Garonne, le Nord, les Bouches-du-Rhône et la Gironde14.

Graphique 1. Évolution du lieu de naissance des inspecteurs des Finances

Graphique 1. Évolution du lieu de naissance des inspecteurs des Finances

Graphique 2. Évolution des origines parisiennes des inspecteurs des Finances

Graphique 2. Évolution des origines parisiennes des inspecteurs des Finances

Carte 1. Répartition des parents des candidats dans les arrondissements de Paris

Carte 1. Répartition des parents des candidats dans les arrondissements de Paris

Carte 2. Répartition des parents des adjoints dans les arrondissements de Paris

Carte 2. Répartition des parents des adjoints dans les arrondissements de Paris
  • 15 Les témoignages et Mémoires, à cet égard, confirment l’hypothèse. Parmi eux, citons le très émouvan (...)

11La troisième information géographique donnant l’adresse du candidat offre peu de surprise par elle-même : 94 % des candidats habitent Paris l’année du concours et 90 % des adjoints. Les universités et grandes écoles parisiennes, la préparation au concours organisée par le service de l’Inspection à Paris imposent, presque, une résidence parisienne. Cette information sur la résidence du candidat offre une possibilité d’analyse à la marge, rarement évoquée dans les études sociohistoriques : l’indépendance géographique, physique, de certains étudiants par rapport à leur famille. 48 % de la population d’adjoints n’habitent plus chez leurs parents l’année du concours et 54 % des candidats, mais le tri croisé refusés/reçus, sur l’échantillon, ne montre aucune distorsion. Il n’y a pas là handicap pour réussir le concours. Ce chiffre donne la mesure de l’isolement du candidat provincial et de l’importance déterminante, pour sa carrière ultérieure, du réseau de relations qu’il peut, ou ne peut pas, réussir à établir à Paris, chez un parent, dans une famille, dans un hôtel, une pension ou la cité universitaire, au cours de ses études supérieures15. L’évolution de cette indépendance souligne les effets des guerres mais elle doit aussi être mise en relation avec une autre donnée : la proportion importante des orphelins (de père).

  • 16 Toutes les données concernant la population française sont tirées de l’Annuaire statistique, vol. 5 (...)

12En effet, la situation de famille du candidat et de l’adjoint, et plus précisément la présence ou l’absence du père, se modifie fortement au cours de cette période. Cette situation reflète la durée moyenne de vie de la population masculine française16 qui passe de 39 ans sous le second Empire à 45,35 ans en 1900 et 59 ans en 1945, alors que la proportion d’orphelins chez les candidats passe de 9,5 %, pour les promotions 1892-1893, à 10,5 % pour les promotions 1931-1932, et monte provisoirement ensuite à 18 %, en conséquence directe de l’hémorragie de 1914-1918. La même évolution se lit chez les adjoints, mais le tri croisé montre que l’absence du père, qui, à d’autres égards, a des effets fondamentaux mais difficiles à mesurer, n’est pas un handicap au concours. Dans la carrière, il en ira peut-être autrement.

III. Une prime au cumul des diplômes ?

13Parmi les atouts dont disposait un candidat pour réussir, quelle place tient la formation intellectuelle suivie dans l’enseignement supérieur ? Et tout d’abord, y a-t-il une prime au cumul des diplômes ? Ceux-ci ont été classés par filière : droit, lettres, sciences, grandes écoles d’ingénieurs – dont l’École polytechnique –, écoles supérieures privées – c’est-à-dire l’ELSP et HEC –, et l’École normale supérieure. Sur ledemi-siècle, 39,6 % des candidats n’ont suivi qu’une filière, 47,1 % deux filières, 11,3 % trois filières. La comparaison refusés/reçus ne dégage aucune distorsion par rapport au taux de réussite moyen pour les uni-diplômés ou les bi-diplômés. Les résultats sont un peu plus faibles pour ceux qui ont trois diplômes, et aucun des six candidats de l’échantillon surdiplômés, ayant suivi quatre filières, n’est reçu. Assurément, les inspecteurs des Finances ont uneformation multiple et hétérogène. Toutes les curiosités intellectuelles s’y retrouvent. Stratégie de réussite ? Hésitations avant le choix définitif ? Appétits culturels à satisfaire ? Ces hypothèses, suggérées par l’enquête orale, sont toutes vraisemblables et se cumulent sans doute mais il faut remarquer l’inflation de diplômes, au fil des ans : 81,4 % des candidats des promotions 1892-1893 ont suivi une seule filière (alors que le stage administratif n’est plus obligatoire et que 70 % d’entre eux n’en ont pas suivi) ; dès 1902-1903, 39 % seulement ne possédaient qu’un diplôme (alors que 60 % des candidats étaient fonctionnaires). Une formation plus complète et plus hétérogène devenait plus nécessaire pour un concours plus difficile et plus ouvert aux licenciés ès lettres, ès sciences et aux candidats non-fonctionnaires. Si l’on met entre parenthèses les promotions dites de récupération de 1922-1923, on constate une réduction régulière des uni-diplômés chez les candidats (24 % en 1942-1944). Pour les adjoints, l’évolution va dans le même sens, comme on peut le constater dans le graphique no 3, même si les proportions présentent ici des différences logiques avec l’échantillon puisque les dates retenues ne sont pas les mêmes. Dès le début du xxe siècle, l’horizon intellectuel s’élargit chez les candidats et les adjoints mais, dans cette diversité croissante, un élément commun demeure : la formation juridique.

Graphique 3. Évolution des principales filières suivies dans l’enseignement supérieur par les adjoints

Graphique 3. Évolution des principales filières suivies dans l’enseignement supérieur par les adjoints

IV. Le poids de la faculté de droit et l’enseignement de l’économie politique

  • 17 Sur le contenu de cet enseignement, cf. aussi ci-dessous quatrième partie, chapitre XIV, « Les insp (...)

1485 % des candidats, 81 % des reçus de l’échantillon et 80 % de la population totale d’inspecteurs sont au moins licenciés en droit. Le droit maintient sa domination tout au long de la période, les filières concurrentes ne réussiront pas à l’évincer, elles le compléteront (cf. graphique no 3). Est-ce pour autant la meilleure formation pour réussir le concours ? Rien ne permet de le démontrer. Le tri croisé reçus/refusés fait plutôt apparaître un taux de réussite plus élevé chez les non-juristes (27,7 % des candidats non-juristes sont reçus), ceux-ci étant, pour la plupart, des polytechniciens. Cette hégémonie du droit dans la formation supérieure des jeunes inspecteurs n’implique pas nécessairement une empreinte intellectuelle durable, car celle-ci ne peut se mesurer à l’aune des seuls dossiers de candidature. Les témoignages vont tous dans le même sens : ils n’assistent pas aux cours, préparent les examens avec les polycopiés et les manuels appris en quelques semaines17. Citons celui de Gilbert Devaux, reçu en 1932, qui n’a pas suivi les cours de Sciences-Po et répond ainsi à notre question sur ses études supérieures :

« Faculté des Lettres de Paris : Licence libre (littérature française, psychologie-sociologie)… Simultanément Faculté de Droit de Paris : Licence (3 ans) uniquement préparée par cours polycopiés, Dalloz et Foignet, pendant mon service militaire (à Paris), deux diplômes d’études supérieures nécessaires au doctorat (Droit administratif et Économie politique)… »

15À la question sur sa formation en économie politique, il répond : « J’ai étudié consciencieusement – mais je n’ai jamais suivi avec assiduité les cours d’économie politique de la Faculté de Droit. J’ai particulièrement apprécié (pour le diplôme d’études supérieures) le cours de Germain-Martin sur les banques d’affaires ». Et de préciser qu’« En réalité, c’est à Londres que j’ai pratiquement compris les principes de cette discipline ». Il passe en effet un an, en 1929-1930, comme stagiaire rémunéré auprès de A. de Chalendar (1920), attaché financier à Londres.

16Cette hégémonie statistique mérite néanmoins explication. Celle-ci est plurielle : héritage du monopole universitaire perdu en 1896 ; correspondance entre le contenu des cours et des manuels et les sujets au concours ; tradition familiale au sein de certaines bourgeoisies ; alternative à l’École polytechnique pour des vocations non scientifiques de serviteurs de l’État ; renommée de certains maîtres, Oualid, Ripert, Mestre par exemple, et, en économie politique ou en finances publiques, Allix, Rist, Aftalion, Truchy, Lalou, Pirou, Jèze, Nogaro et Germain-Martin.

1726,3 % des adjoints ont poursuivi leur droit au-delà de la licence (doctorat incomplet ou DES), le plus souvent avec des certificats d’économie politique, d’études administratives et financières ; 17 % sont docteurs en droit. On retrouve la même démarche chez les candidats dont 18 % sont également titulaires d’un doctorat en droit.

  • 18 Cf. L. Le Van-Lemesle, Le Juste ou le Riche, L’Enseignement de l’économie politique 1815-1950, Pari (...)

18Lucette Le Van-Lemesle, dans sa thèse très riche, a finement analysé la généalogie de l’enseignement et des enseignants de l’économie politique au sein de la faculté de droit. Elle rappelle notamment que l’enseignement des finances publiques ne relève pas des professeurs d’économie politique de la faculté de droit mais des juristes et que, si une chaire de sciences financières a bien été créée par le décret du 17 août 1885, elle est confiée, jusqu’en 1923, à des juristes. C’est seulement à cette date qu’elle fut tenue par des agrégés d’économie : Edgar Allix jusqu’en 1938, puis Nogaro. S’étendant peu sur la réception de cet enseignement auprès des étudiants, elle rappelle toutefois que les pensées novatrices, en sciences financières ou en économie mathématique, de l’entre-deux-guerres ne touchent pas les enseignements de licence et sont réservées aux agrégatifs, aux chercheurs et aux ingénieurs économistes18. Julienne, reçu en 1936, en témoigne aussi :

« J’ai suivi les cours d’économie politique d’abord dans le cycle de la licence en droit, mais ils n’étaient pas très approfondis car si mes souvenirs sont exacts, la licence de cette époque couvrait l’ensemble des disciplines juridiques et économiques sans qu’il y eût de spécialisation économique. Par contre, ultérieurement j’ai fait un DES d’Économie politique avec Charles Rist comme principal professeur ».

19Et à la question : « Estimez-vous que votre formation économique vous a préparé aux fonctions qui furent les vôtres par la suite ? Êtes-vous resté fidèle à son inspiration ? », il répond :

  • 19 Il occupera de 1955 à 1975 les fonctions de directeur général de l’Institut d’émission de l’AOF et (...)
  • 20 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

« La formation économique reçue était une formation de base, mais dont on ne pouvait dire qu’elle fût suffisamment approfondie pour avoir à ce stade une idée bien arrêtée sur la politique économique à mener. À vrai dire cela ne m’a pas gêné dans ma carrière car au début celle-ci était essentiellement technique (des vérifications de services) ; et ensuite l’expérience personnelle, les lectures, les discussions m’ont fait acquérir la formation économique pratique qui m’a permis d’exercer des responsabilités monétaires19. Par contre l’approfondissement de l’économie théorique m’a toujours paru laborieux plus particulièrement l’économie mathématique et la transposition de ces théories dans le concret m’a paru suffisamment incertaine pour que le praticien puisse en tirer une ligne de conduite absolue20. »

20Comme on le reverra plus loin dans l’étude du libéralisme au concours ou dans leurs prises de position dans les années trente, les témoins sont unanimes à déplorer leur faible niveau en économie politique sauf exceptions citées par les témoins comme Jacques Rueff, reçu en 1923, ou Jean de Largentaye, reçu en 1931 (tous deux polytechniciens).

  • 21 C. Charle, « Le recrutement des fonctionnaires en 1901 », op. cit., p. 396.

21La formation juridique, semble-t-il, a progressé à partir de la seconde moitié du xixe siècle dans la formation de ces élites, si l’on compare avec l’étude de C. Charle, déjà citée, qui fait apparaître un taux de 68,1 % seulement de juristes parmi les inspecteurs de 2e et 1re classes et les inspecteurs généraux en 1901, ces derniers étant entrés à l’Inspection à partir de 1840 environ21.

  • 22 Nous employons ici le mot dans un sens symbolique car l’origine géographique des diplômes n’est pas (...)

22Ce progrès s’est fait au détriment de l’École polytechnique (28,7 % dans cette même étude, 18 % pour nos recrues de 1892 à 1946) et malgré la concurrence, devenue possible, des facultés de lettres et de sciences à partir de 1896 (20 % seulement des candidats ont une licence en lettres, ou plus, et 22,5 % de tous les inspecteurs adjoints). Le tri croisé refusés/reçus fait apparaître un taux de réussite très légèrement inférieur chez les licenciés ès lettres (qui peuvent, par ailleurs, être aussi licenciés en droit) : 19 % des reçus pour l’ensemble de la période. Mais la progression des littéraires chez les adjoints (cf. graphique no 3) doit être soulignée. Dans les années 1932-1939, un inspecteur des Finances sur trois est passé par la Sorbonne22. Ce choix, d’après les résultats de l’enquête orale, a moins un objectif professionnel qu’un désir de satisfaire, dans les larges plages de temps laissées libres par des études de droit peu « chronophages », une curiosité intellectuelle et un désir de culture classique dans laquelle l’histoire tient, d’ailleurs, une place honorable.

23À l’inverse, les facultés des sciences produisent aussi peu de candidats que d’inspecteurs. 96,3 % s’en écartent avec une remarquable constance. Est-ce à dire que les inspecteurs des Finances ne sont pas scientifiques ? Non ! La filière grandes écoles d’ingénieurs corrige cette fausse impression. Il n’en reste pas moins vrai que la sélection ne se fait pas par les mathématiques, comme on l’a vu avec les coefficients.

V. Un sous-groupe « X » mais de rares normaliens

  • 23 Cf., plus haut, l’historique des conditions d’accès au concours.
  • 24 T. Shinn, L’École polytechnique, 1794-1914, Paris, Presses de la FNSP, 1980, 261 p.
  • 25 P. Lalumière, L’Inspection générale des finances, op. cit., p. 26-27.

24Les scientifiques de l’Inspection sortent donc des grandes écoles d’ingénieurs : 15 % des candidats et 12,8 % pour l’École polytechnique ; 20 % des adjoints et 18 % pour la seule école de la rue Descartes. Le tri croisé refusés/reçus montre un avantage certain pour les « X » (25,9 % de reçus au lieu de 21,9 % pour la moyenne de référence) ; en outre, la proportion des polytechniciens parmi les majors des promotions est forte : un sur quatre. Leur présence, qui a tant fait pour la réputation du corps et qui a, de tout temps, répondu aux vœux des générations successives des ministres des Finances et des chefs de Service23, n’est pas la même suivant les époques. Plus faible au xixe siècle, elle s’amplifie à la fin du siècle et au début du xxe siècle, jusqu’au début des années trente, pour diminuer par la suite (cf. graphique no 5). L’évolution est identique chez les candidats. Cette implantation des « X » à l’Inspection correspond à la crise de débouchés de l’École démontrée par Terry Shinn pour l’avant-191424. Le recrutement par l’ENA a considérablement réduit le nombre d’inspecteurs des Finances polytechniciens comme l’a noté, en 1959, P. Lalumière (4 % pour les années 1947-1953)25, mais cet effacement avait été amorcé dans les années trente pour se stabiliser à 15 % des adjoints et des candidats. Dans l’étude des carrières, la qualité de polytechnicien devra être questionnée.

  • 26 Entretien avec D. de Boisseson en 1989, IGPDE.

25Pourquoi ces X se sont-ils finalement dirigés vers le concours de l’Inspection et ont-ils renoncé à une carrière d’ingénieur ? Pour eux, comme pour ceux qui ont été tentés par les prépas scientifiques, il s’agit en fait d’une orientation un peu systématique conseillée, par les professeurs ou par le père, après le bac pour les bons élèves. Ainsi J. Robert (1937), provincial, fils d’un directeur d’agence du Crédit Lyonnais, nous aide à comprendre ce que représentait souvent l’orientation vers les « prépas » pour les « bons élèves ». Retardé dans ses études pour raison de santé, il doit renoncer à l’X mais, ajoute-t-il, pour lui « l’X n’avait pas un attrait particulier considérable mais c’était une des grandes écoles auxquelles pensent tous les jeunes gens26 ». Calan (1936) ne dit pas autre chose :

  • 27 Entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE. L’oncle de Calan est Barbier de la Serre (1898).

« Mon professeur de mathématiques souhaitait que je prépare l’X et mon père, qui était un homme très intelligent mais totalement brouillé avec les sciences exactes, était très flatté d’avoir éventuellement un fils polytechnicien. Moi, je n’avais pas envie parce que j’avais tout juste 17 ans à l’époque. Je n’avais pas envie, en sortant de boîte, d’entrer dans une autre boîte pour être éventuellement reçu dans une autre boîte qui éventuellement aurait été l’X et encore éventuellement sorti dans un rang suffisant pour aller dans une quatrième boîte qui se serait appelée les Ponts, les Mines ou je ne sais pas quoi. Alors je me suis rappelé que j’avais un vieil oncle inspecteur des Finances, que cela faisait presque aussi sérieux que l’X… Cela leur [ses parents] a plu27. »

  • 28 Entretien avec L. Quennouëlle-Corre en 1990, IGPDE.
  • 29 Entretien en 1989, IGPDE.

26En dehors des quatre témoins polytechniciens renonçant à leur carrière d’ingénieur pour des raisons très particulières, huit autres inspecteurs changent d’orientation parce qu’ils ne se voient décidément pas en ingénieurs ou au vu de leurs perspectives médiocres à la sortie de l’École polytechnique.Leur décision s’inscrit dans une période qui va des années 1928 à 1945. Ils ont une vision négative du métier d’ingénieur plus que du secteur d’activité de l’industrie. Wirth (1943) explique pourquoi il a choisi l’École polytechnique et pourquoi il en a démissionné : « J’avais le prix de maths à Saint-Louis et par conséquent la pente naturelle me conduisait en taupe et ensuite à Polytechnique si possible. Il n’y a pas eu de choix compliqué. » À la sortie, « sorti 140e sur 240, le délégué de promotion a beaucoup de travail », il démissionne. À cela une double raison : gravement blessé pendant la guerre, il est alors incapable d’entrer dans une entreprise. « J’ai repensé à l’Inspection, je suis incapable de travailler mais je suis capable de suivre l’écurie hebdomadaire. » Mais ce n’est pas là la seule explication car, au cours de l’entretien, il précise : « Je ne me sentais pas de penchant pour la carrière d’ingénieur… La carrière d’ingénieur me paraissait enfermée dans les structures des grandes sociétés de même que, plus tard, je n’ai pas été attiré par les banques pour les mêmes raisons28. » À l’idée de faire carrière comme ingénieur de l’armée ou des manufactures des Tabacs (comme Saltes, 1930) parce qu’ils ont raté les sorties dans la « bottte », la démission s’impose, comme le dit un inspecteur anonyme (1931) : « L’Inspection des Finances pour tâcher de faire une belle carrière alors que je n’avais pas travaillé suffisamment pour avoir une carrière brillante en sortant de l’X. C’était mieux que de partir de zéro en démissionnant de l’X29. » Leur ambition n’apparaît pas compatible avec les responsabilités limitées que le secteur industriel public, voire privé, peut leur proposer.

  • 30 Cf. A. Grelon, Les Ingénieurs de la crise, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, 462 p.

27En définitive, les concours des écoles d’ingénieurs apparaissent d’autant plus prestigieux qu’ils sélectionnent sévèrement à l’entrée mais, paradoxalement, leur débouché dans le secteur industriel public ou privé n’est plus guère séduisant dès lors qu’ils ont raté, à la sortie, les premières places, « les bottes30 ». L’Inspection apparaît bien alors comme une seconde chance pour les X qui ne rejettent pas tant le secteur industriel public ou privé que des perspectives de carrière insuffisantes par rapport à leurs ambitions et par rapport aux perspectives offertes aux inspecteurs des Finances.

  • 31 Cf. F. Escoube, « Fonction publique et promotion sociale. Camille Vignal, de l’École normale supéri (...)

28« On pourrait presque dire, nous racontait en souriant Emmanuel Mönick, à notre premier entretien en 1979, que l’École polytechnique fut le parrain de l’Inspection et l’École normale supérieure la marraine. » La légende, entretenue par la présence de quelques normaliens célèbres, Guindey, Leca, Moussa pour les plus jeunes, Diethelm, Haguenin pour les plus anciens, ne reflète pas la dure réalité des statistiques : 2,2 % des candidats et 2,5 % des adjoints. Le premier normalien de l’Inspection est Vignal reçu à l’ENS en 1893 et à l’Inspection en 1903 après avoir été commis des Douanes31 ! Le prestige de quelques-uns et l’éclat de la rue d’Ulm ont servi la renommée du concours de l’Inspection et rejailli sur l’ensemble du corps. Celui-ci a toujours aimé rappeler la diversité d’horizons intellectuels de ses membres, y compris et surtout les plus honorables. Ce processus d’appropriation collective de quelques gloires individuelles n’est pas neuf et n’est pas le propre de l’Inspection.

  • 32 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 169. Les deux études sont d’autant plus co (...)

29Reste à comprendre, là aussi, pourquoi les normaliens ne sont pas plus nombreux à l’Inspection et pourquoi des littéraires se détournent de la carrière enseignante au bénéfice de celle de l’administration des Finances. L’origine sociale des candidats aux deux concours fournit une première explication. Quels que soient le prestige de l’École normale et le niveau de compétence nécessaire pour y entrer, les deux concours, en effet, ne drainent pas la même clientèle. Les milieux sociaux, professionnels et universitaires pourvoyeurs de normaliens ou agrégés et d’inspecteurs sont bien différents : petite bourgeoisie et classes moyennes dominantes dans l’une, classes moyennes, bonne et grandebourgeoisies dans l’autre, quelle que soit la taxinomie utilisée. Nous n’en donnerons que trois exemples : les fils d’enseignants constituent 34 % des normaliens, de 1927 à 1933, et 7 % des inspecteurs, les fils de banquiers, assureurs et industriels représentent 6 % des normaliens et 17 % des inspecteurs (sans compter les financiers publics), les fils d’officiers 5 % des normaliens et 10 % des inspecteurs. Le poids, dans les deux populations, des fils de fonctionnaires (respectivement 50 % et 40 %) ne doit pas faire illusion. Même si, dans les deux cas, la fonction publique assure une noria sociale et fait office de sas entre les différentes strates des bourgeoisies, il ne s’agit pas des mêmes catégories sociales de fonctionnaires ! Un dernier exemple : 28 normaliens sur 214, pour les seules promotions 1927-1933, sont fils d’instituteurs, contre 1 sur 340 inspecteurs pour les promotions 1892‑194632 !

  • 33 Entretien avec C. Pichon en 1990, IGPDE.
  • 34 Souvenirs dactylographiés en 1988, archives familiales, confirmant l’entretien enregistré avec l’au (...)
  • 35 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981-1982.

30Les 9 témoins qui ont envisagé la carrière enseignante, lorsqu’on les interroge sur leur choix de l’Inspection, sont en contact avec le milieu enseignant ou bien sont de familles aux revenus modestes : Minost (1917), qui se dit de « condition médiocre » et se destine à l’enseignement de l’allemand ; 3 fils de professeurs : Appert (1922), Calvet (1933) et Bizard (1942) ; 1 fils de membre de l’Institut, Lacour-Gayet (1921), et 1 fils d’instituteur, Chanet (1941) ; 2 normaliens, Guindey (1932) et Véron (1945 S) ; et 2 aspirants à Normale Sciences : Tixier (1939) et Chanet (1941). Leur représentation du métier d’enseignant, même agrégé, est négative, l’enseignement du droit jouissant d’un statut différent. Un seul regrette de n’avoir pas, à la suite de son échec au concours de Normale Sciences, embrassé la carrière enseignante : Chanet. Il reconnaît aujourd’hui : « Moi, si j’avais été reçu à Normale, j’aurais bien volontiers été professeur33. » Pour les autres, le vocabulaire employé est sévère. Lacour-Gayet (1921) envisage ainsi l’enseignement : « Je me serais volontiers engagé dans cette voie mais mon père m’en dissuada catégoriquement. « Tu seras handicapé par ton nom qui n’est pas populaire dans l’Université… Les «Sorbonnards» te laisseront moisir dans un lycée de province34. » La rupture de sa carrière, pendant la Seconde Guerre mondiale, le conduira in fine à une carrière d’enseignement et d’écriture de l’histoire aux États-Unis. Guindey (1932), normalien, dit avoir glissé du monde universitaire au monde de l’administration pour « ne pas être enterré dans un trou de province comme professeur quand il se passerait deschoses importantes », qu’il prévoit avec une rare lucidité35. Le long témoignage de Calvet (1932), sur son refus d’une tradition pourtant familiale (père et grand-père professeurs), est encore plus radical. Après nous avoir expliqué que son père et son grand-père l’ont détourné de Normale et orienté vers l’Inspection, il nous dit pourquoi :

  • 36 Pierre Calvet est le frère aîné de Jacques Calvet, passé ensuite à la tête du groupe Peugeot. Entre (...)

« Parce que mes parents étaient misérables. Mon père ne pouvait pas acheter un livre, on n’avait pas assez d’argent. C’est vrai… C’est une raison matérielle et morale ; mon père et mon grand-père n’ayant pas l’ombre d’une fortune personnelle en étaient arrivés, n’ayant pourtant pas l’ombre du désir de jouissance, à se sentir comme des personnes constamment, scandaleusement humiliées dans la société. Ils ne voulaient pas que cela recommence avec moi […]. Alors mon frère aîné a été chirurgien des hôpitaux et j’ai un frère, considérablement cadet, qui a vingt ans de moins que moi, qui est président de la BNP après avoir été à la Cour des comptes36. »

  • 37 Entretien avec A. Georges-Picot en 1990, IGPDE.

31Dix ans plus tard, Bizard (1942), autre fils d’enseignant (ami du père de Calvet), est plus concis et a, pour d’autres raisons, une vision également négative : « L’enseignement, je m’en sentais incapable. J’avais trop vu le côté abnégation37. »

32L’enseignement rebute par les conditions matérielles et sociales offertes à ses membres et par le défaut de reconnaissance publique, par l’étroitesse de leur champ d’action, sans possibilité d’en sortir, par l’impossibilité d’agir, de diriger, d’exercer des responsabilités, par l’exil en province.

VI. La légende du monopole des « Sciences-Po »

  • 38 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, op. cit., p. 27 ; plus récemment, R. Kuisel, Le Capita (...)

33Il faut détruire une légende : le monopole du recrutement par les « Sciences-Po » des inspecteurs des Finances. En effet, malgré la mise au point claire et rigoureuse de P. Lalumière en son temps, on a pu et on peut encore lire chez les meilleurs auteurs qu’« avant la guerre la quasi-totalité des membres des grands corps ainsi que la majeure partie des rédacteurs qui réussissaient les concours les plus réputés étaient passées par l’École libre des sciences politiques38 ». Cette légende, pour ce qui concerne les inspecteurs, a une source, déjà dégagée par P. Lalumière. C’est l’amalgame, opéré par les différents auteurs et par l’École elle-même, entre la scolarité sanctionnée par un diplôme et la préparation au concours assurée par le Service au sein des grandes écuries réunissant tous les candidats dans un amphithéâtre dans les locaux de Sciences-Po de la rue Saint-Guillaume. Au cours de cette préparation, certains candidats s’inscrivaient à quelques conférences célèbres et utiles pour le concours ou y assistaient en auditeurs libres. Cet amalgame entre le diplôme et la préparation a été largement alimenté par la propagande de l’École qui a publié, en 1935, une brochure dans laquelle elle revendiquait, depuis l’année 1900, 228 anciens élèves sur les 232 inspecteurs admis au cours de cette période, confondant anciens élèves, diplômés et membres des grandes écuries. Les statistiques tirées des dossiers de candidature, officiels et fiables, confirmées par les témoignages, s’inscrivent en faux contre cette réputation.

34Lorsque nous avons interrogé, de vive voix, Edmond Giscard d’Estaing, reçu 1er en 1919, titulaire d’une licence en droit et d’une licence d’histoire à la veille de sa mobilisation, voici ce qu’il a répondu :

  • 39 Entretien enregistré avec l’auteuren 1981.

« J’ai donc été démobilisé à la fin de la guerre… On m’a affecté à Paris en uniforme et là j’ai continué mes études et je les ai faites en petite écurie. Ma formation d’Inspection, c’est l’écurie. Je n’ai jamais été aux Sciences politiques, on me met toujours comme ancien élève dans tous mes papiers, on m’envoie tous les documents… J’ai été de temps en temps dans les bâtiments de l’École, notamment parce que les écuries s’y tenaient, ensuite quand j’ai été chef d’écurie, je les tenais chez moi. Mais enfin, je n’ai pas été élève des Sciences politiques, ma formation était celle de l’écurie… mais, alors, certainement aussi, à ce moment-là, j’ai suivi quelques cours39. »

35À la même question, voici la réponse de Jean Watteau (reçu 1er en 1922), licencié en droit, contrôleur adjoint des douanes mis en disponibilité quelques mois et entretenu par son père, receveur principal des douanes à Dieppe, pour préparer le concours :

  • 40 Entretien enregistré avec l’auteuren 1981.

« Je me suis inscrit aux Sciences politiques à la sauvette car on pouvait prendre, je crois, des cartes de conférence ; j’ai suivi un certain nombre de conférences, toutes les conférences que j’ai pu, et puis, en même temps, au service de l’Inspection, on m’a dit : «Si vous voulez essayer le prochain concours, c’est votre droit, mais il faut absolument que vous suiviez une écurie.» […] On me met en rapport avec un chef d’écurie […] je suis cette écurie, j’apprends à faire des «premiers jours» et puis la date du concours arrive, alors là, bon, je n’ai jamais compris, j’ai été reçu40. »

36Autre témoignage des années vingt, celui de J. Brunet, reçu en 1924 :

  • 41 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

« À l’époque, à Sciences-Po, il y avait un fort contingent qui ne préparait rien du tout, qui se préparait, assez souvent à des carrières libérales et il y avait des étrangers, beaucoup. Cela ne donnait pas automatiquement sur un engrenage de fonction publique […] À ce moment-là (1921-1923), l’école des Sciences-Po n’était pas automatiquement une filière pour les fonctionnaires41. »

37S’il est temps de briser une fois pour toutes cette image d’inspecteurs des Finances formés par l’École libre des sciences politiques, qui aurait détenu le monopole de leur recrutement, il n’en faut pas moins mesurer le poids et l’influence réels de celle-ci dans leur formation : 41,6 % des candidats au concours et 42,7 % des adjoints en sont sortis diplômés. Leur scolarité à l’École les a-t-elle mieux préparés ? D’après le tri croisé refusés/reçus sur l’ensemble de l’échantillon, la réponse est négative. On remarque même un taux de réussite inférieur : 19 % chez les diplômés de l’École, par rapport à la moyenne générale retenue comme référence (21,9 %), qui comporte les polytechniciens qui ne sont pas diplômés de Sciences-Po.

38La progression des diplômés de Sciences politiques est pourtant spectaculaire et inégale, pour les candidats comme pour les adjoints (cf. graphique no 3). On constate une percée très forte de la fin du xixe siècle (avant l’ouverture définitive aux candidats non-fonctionnaires) à la Première Guerre mondiale. Le premier diplômé de Sciences-Po à réussir le concours date de 1894. Un candidat sur deux, dans les promotions 1912-1913, est diplômé de Sciences-Po. Avec les concours de guerre et les forts contingents de l’après-guerre, la part de ces diplômés régresse fortement (25 % des candidats en 1922-1923). Puis la rue Saint-Guillaume reprend sa place, à la fin des années 1920, et dans les années trente elle fait mieux (57 % des candidats des promotions 1932‑1933). Les témoignages des inspecteurs sur leur scolarité à Sciences-Po sont nombreux. Celui de Fourmon, reçu en 1931, est assez exemplaire de la formation à la fin des années vingt. À la question : « Où était-on le mieux formé, selon vous, pour réussir le concours d’Adjonction ? Facultés ? Grandes Écoles ? École libre des sciences politiques ? Au sein même de l’Administration ? etc. » Il répond :

  • 42 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

« Aux Sciences-Po, en économie politique, Colson et Aupetit, aucun ne m’a vraiment marqué ; par contre, André Siegfried, géographie économique, a eu sur moi une certaine influence, un homme remarquable, et Baumgartner, bien entendu, qui faisait le cours de finances publiques… […] c’est vraiment Sciences-Po. La Faculté, je n’y allais vraiment que pour les cours de droit civil et puis pour mes examens. Il y avait un écrit et un oral. Ensuite j’ai fait un certificat de doctorat de sciences économiques, un peu pour m’amuser et je n’ai pas fait de 2e certificat parce qu’à ce moment-là, je ne pensais plus qu’à préparer l’Inspection. J’avais aussi mes certificats de Sorbonne de géographie42. »

39Pour les années trente, les témoignages sur une scolarité effective aux Sciences-Po, toujours complétée par la filière droit et/ou lettres, sont bien représentés par celui de Julienne, reçu en 1936 :

  • 43 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

« À cette époque, l’École libre des sciences politiques dispensait la meilleure formation préparatoire à celle précédant immédiatement le concours d’adjonction. Elle offrait un éventail d’enseignements plus adapté à l’ensemble des disciplines à acquérir (tout au moins en section des Finances publiques) et surtout c’était une école de présentation claire et ordonnée (écrite et orale) des idées, exerçant davantage l’esprit que l’enseignement didactique des Facultés. Néanmoins, elle ne dispensait pas de ce dernier, qui se prêtait mieux à un approfondissement rationnel des connaissances. La seule pratique des Sciences-Po aurait été superficielle, elle aurait d’ailleurs laissé trop de temps libre et aurait facilité excessivement le dilettantisme43. »

  • 44 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, op. cit., p. 28.

40La Seconde Guerre mondiale, avec ses contraintes et ses concours spéciaux, renverse cette tendance. Mais même à cette époque, de 1941 à 1946, un inspecteur sur deux est diplômé des Sciences politiques. On peut légitimement penser qu’une fois la parenthèse de la guerre fermée, et sans la réforme de l’ENA, l’influence de l’École aurait repris de plus belle. Et en effet, Jean-Luc Bodiguel constate que, parmi les anciens élèves de l’ENA des promotions 1947 à 1969, 49 % sont diplômés de l’IEP de Paris et que « l’évolution marque cependant une tendance très marquée à la fermeture de l’éventail des diplômés au profit exclusif des diplômés de l’IEP de Paris44 ». La réforme de 1945 ne pouvait donc pas briser un monopole que l’École n’a jamais détenu mais elle a indiscutablement freiné l’emprise croissante d’un « modèle » de formation supérieure pour les inspecteurs des Finances, modèle qui était toujours resté second mais de plus en plus important pour réussir le concours.

VII. Les langues étrangères

41À ce concours, il y avait une épreuve écrite de langues étrangères, allemand ou anglais, au libre choix du candidat. Dans les dossiers de candidature, la langue choisie est donc précisée. Pour l’ensemble de la période, 43,5 % des candidats optent pour l’allemand, 43,8 % pour l’anglais, 9,5 % présentent les deux langues. Les résultats statistiques des adjoints sont très proches : 42,7 % de germanistes, 40,8 % d’anglicistes, 16,5 % de trilingues. L’allemand apparaît comme une variable discriminante puisque 24 % des germanistes sont reçus (21,9 % moyenne de référence) et 19,2 % seulement des anglicistes. Sans doute retrouve-t-on là le poids des X chez qui l’allemand était obligatoire. 28,6 % des trilingues sont reçus. Pourtant, ce n’est pas la note des épreuves en elle-même qui peut créer cette différence, le coefficient 3 est très faible. L’explication de la prime à l’allemand, et surtout aux deux langues, se trouve en amont dans la formation secondaire et la préférence pour une langue plus difficile, dans les voyages possibles pour certains, dans les cultures et traditions familiales.

Graphique 4. Évolution de la langue étrangère choisie au concours

Graphique 4. Évolution de la langue étrangère choisie au concours
  • 45 Cf. ci-dessous, le chapitre V de la deuxième partie sur « Les attachés financiers en 1938 », publié (...)

42Mais plus encore que le tableau, c’est surtout l’évolution du choix des langues qui est intéressante chez les candidats comme chez les adjoints (cf. graphique no 4). Celle-ci reflète l’inexorable recul de l’allemand amorcé avant 1914 mais accéléré après, jusqu’à devenir minoritaire dans les promotions de la Seconde Guerre : chez les candidats de 1942 et 1944, 13,8 % seulement ont opté pour l’allemand, 24 % pour tous les adjoints réunis de 1941 à 1946. Avant 1914, le français est encore la langue diplomatique, le choix de l’allemand par les parents relève d’une réaction collective des bourgeoisies devant la langue et la culture de l’ennemi, du vainqueur surtout. Pour une partie, il faut y voir aussi une stratégie à long terme puisque l’allemand est alors nécessaire au concours d’entrée à Polytechnique. Certes, la grande place commerciale et financière est anglaise mais l’Inspection n’offre encore que de rares débouchés à l’étranger. Après la Première Guerre mondiale, avec l’effacement de l’hégémonie européenne et, dans une moindre mesure, de la place de Londres au profit du Nouveau Monde et de New York, avec le déclin du français diplomatique, avec la demande croissante d’inspecteurs des Finances pour des rapports et enquêtes sur les autres pays, pour des négociations internationales, pour les agences financières dans le monde anglo-saxon45 ou pour des entreprises privées, bancaires ou financières à filiales extra-métropolitaines, le choix des adjoints et de leurs parents s’est inversé : l’anglais domine largement au concours à la fin de notre période. Mais il ne faut pas s’étonner de rencontrer, dans les années cinquante et soixante, des banquiers et même des gouverneurs de la Banque de France, reçus à l’Inspection trente ans plus tôt, parlant bien mal l’anglais, comme Wilfrid Baumgartner et Jacques Brunet.

VIII. La promotion interne ?

43Les réformes (ou les tentatives de réforme) du concours, y compris celle de l’ENA, ont toutes été partiellement motivées par un souci de promotion interne. En 1885, on l’a vu, le ministre n’a pas renoncé sans réserves ni hésitations à l’expérience administrative préalable. Celle-ci introduit un facteur d’hétérogénéité supplémentaire parmi les membres de l’Inspection de l’entre-deux-guerres. Chez les candidats, 37,7 % ont été, à des titres divers, employés de l’administration avant le concours (0,4 % a une expérience dans le secteur privé), l’employeur étant le plus souvent l’administration centrale des Finances, l’emploi de rédacteur, accessible lui aussi par concours aux simples titulaires du baccalauréat, étant le plus fréquent. L’expérience administrative diminue fortement après la réforme définitive de 1900. Pour les adjoints, on passe de 85,1 % de candidats fonctionnaires, dans les promotions 1892-1901, à 30 % en 1902-1911. Cette tendance à la baisse accélérée ne va pas jusqu’à son terme et la présence d’adjoints déjà fonctionnaires demeure, même résiduelle : 10 % dans les années vingt et trente ; la Seconde Guerre mondiale et le STO doublent ce pourcentage. En 1945, l’ENA n’a donc pas créé la nouveauté en ouvrant les portes de l’Inspection aux candidats fonctionnaires mais en l’ouvrant à tous les fonctionnaires. En leur offrant un concours d’entrée spécifique, elle a inversé une tendance qui ne laissait plus à la promotion interne, dans l’entre-deux-guerres, qu’un strapontin. L’expérience administrative préalable est donc un élément de plus dans la diversité de ce corps avant 1946, le clivage ici étant intergénérationnel.

44Cette expérience administrative est-elle un atout au concours ? La réponse est plutôt négative : 20,4 % des candidats fonctionnaires sont reçus (pour 21,9 % de moyenne de référence). La disponibilité réduite pour une préparation longue et intensive qui exige, à la différence du concours du rédactorat, une licence, l’explique en partie sans doute.

IX. Des bourgeois très divers plus que des grands bourgeois46

  • 46 Les graphiques no 5, 6 et 7 témoignent de l’évolution inégale de 1892 à 1946. Compte tenu des quelq (...)
  • 47 Ces renseignements sont explicitement demandés de 1902 à 1936 compris et en 1938.
  • 48 Pour un contenu plus précis, cf. tableau en fin de chapitre.

45Toute classification sociologique suppose soit que l’on plaque une échelle de stratigraphie sociale toute faite – mais faite pour d’autres populations –, soit que l’on opère des choix adaptés qu’il faut alors expliciter. Notre premier souci était de partir des sources : d’une part, les dossiers de candidature indiquant la profession du père à la naissance et au concours, le lieu où il l’exerce, l’appartenance à une famille de fonctionnaires et d’inspecteurs des Finances47 ; d’autre part, les soixante-deux réponses des survivants ou des veuves à notre questionnaire, envoyé en 1980, qui nous ont permis d’affecter à chaque profession un coefficient « impressionniste » de conscience de position dans l’échelle sociale. Notre deuxième souci était de ne pas exclure, pour autant, toute possibilité de confrontation avec d’autres recherches sur les élites de la même période (notamment, celles de C. Charle, T. Shinn, J.-F. Sirinelli, A. Thépot, Th. Bottomore, J.-L. Bodiguel et P. Lalumière, D. Musiedlak sur la formation des classes dirigeantes italiennes ou de R.K. Kelsall sur l’origine sociale des Higher Civil Servants en Grande-Bretagne). Dans cette double perspective, les catégories socioprofessionnelles ont été regroupées, d’une part, par strates sociales (ou groupes sociaux) – grande et bonne bourgeoisie, moyenne bourgeoisie, petite bourgeoisie48 ; d’autre part, par fractions selon la nature des sources de revenus du père, fractions indépendantes, libérales, fonctionnaires et salariées ; enfin, par secteur d’activité professionnelle du père : neuf secteurs en tout (cf. graphique no 7).

46À quelle strate sociale appartiennent le candidat à l’Inspection et l’adjoint reçu ? Celle-ci est-elle une variable discriminante de réussite ? 54,3 % des candidats, 55,7 % des adjoints appartiennent à la grande bourgeoisie. Précisons que 18,2 % des candidats et 20 % des adjoints détiennent les signes extérieurs de la noblesse (particule ou château). La grande bourgeoisie est donc légèrement majoritaire chez les inspecteurs des Finances, avec une relative constance de la fin du xixe siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale (cf. graphique no 5).

Graphique 5. Évolution des origines sociales du père des adjoints

Graphique 5. Évolution des origines sociales du père des adjoints
  • 49 P. Bourdieu, J.-C. Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1970, 277 p. ; « Épreuves scolaires et (...)

47Mais cette majorité n’est pas écrasante et, en aucun cas, les milieux sociaux dominants n’ont eu le monopole du recrutement. La différence entre l’échantillon et la population des reçus est très faible et le tri croisé reçus/refusés sur l’échantillon laisse même apparaître un très léger désavantage pour les fils de grande et bonne bourgeoisie. On peut donc dire, sans forcer le trait, que le concours, de ce point de vue, apparaît comme socialement neutre. Le concours de l’Inspection des finances avant 1945 ne répond pas aux hypothèses de certains sociologues des années 1970 et 1980, notamment Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron49. Si, pour la moyenne bourgeoisie, on retrouve un écart entre candidats (41,8 %) et adjoints (37,5 %), cette distorsion est davantage due à l’élaboration de l’échantillon (dates différentes) qu’à une sélection sociale par le concours. En effet, le tri croisé reçus/refusés sur l’échantillon laisse apparaître un taux de réussite assez supérieur pour la moyenne bourgeoisie (28,7 %) par rapport à la moyenne de référence (23,6 %).

  • 50 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., et « Khâgneux et normaliens des années vingt  (...)
  • 51 A. Girard, « Mobilité sociale et dimension de la famille », Population, no 6, 1951, p. 103-124.

48Plus de quatre inspecteurs sur dix n’appartiennent donc pas à la grande et bonne bourgeoisie. L’Inspection des finances constitue par conséquent, jusqu’en 1946, une passerelle pour les classes moyennes dont la stratégie d’ascension sociale se situe bien en amont du concours. Par elle aussi se sont renouvelées les élites de la fonction publique avant l’ENA. Mais ce passage est beaucoup plus rare et plus difficile pour la petite bourgeoisie. Précisons tout de suite qu’il n’y a pas de représentants des classes laborieuses ou populaires chez les candidats comme chez les adjoints, dans la mesure où nous n’avons trouvé ni fils d’ouvrier ni fils de petit paysan. La petite bourgeoisie représente 3,5 % des candidats et 4,1 % des inspecteurs. Le tri croisé sur l’échantillon fait apparaître une plus faible chance de réussir mais les quantités sont faibles, l’échantillon cesse donc d’être représentatif. Cette strate est sous-représentée par rapport aux autres concours de grandes écoles comme l’École normale supérieure50 ou l’École polytechnique ; elle l’est encore plus par rapport à la population des lycées, même à la fin de notre période51. L’exigence de la licence et d’études longues sans revenus, la réputation du concours et la notoriété de certains inspecteurs, l’absence de débouchés assurés en cas d’échec expliquent, pour les non-fonctionnaires, la faible représentation de cette strate sociale. Marginale dans les statistiques, la présence de la petite bourgeoisie à l’Inspection n’en est pas moins symbolique. Elle confirme que l’Inspection n’est pas un corps fermé socialement. L’image stéréotypée, pour ce premier xxe siècle, des inspecteurs des Finances, fils de grands – voire de bons – bourgeois, ne correspond donc pas à la réalité.

X. Les fils de fonctionnaires et les secteurs d’activité du père

49Le service public est-il une tradition familiale chez les candidats à l’Inspection ? Y a-t-il là un atout pour réussir le concours ?

  • 52 Les graphiques no 5, 6 et 7 témoignent de l’évolution inégale de 1892 à 1946.

50Dans le classement par nature de revenus, les fils de fonctionnaires constituent la fraction la plus représentée chez les inspecteurs (44,6 %) et chez les candidats (42,3 %). Première conclusion : l’hérédité administrative est donc forte chez les candidats mais plus encore chez les adjoints ; elle constitue indiscutablement une variable discriminante et le tri croisé sur l’échantillon fait ressortir un taux de réussite supérieur à la moyenne chez les fils de fonctionnaires52.

51Peut-on pousser l’analyse plus loin et parler de dynasties d’inspecteurs des Finances ? Non, c’est un des points sur lesquels les statistiques contredisent fermement une réputation abusive fondée sur quelques noms : 11 % des candidats ont un membre de leur famille dans l’Inspection, 11 % des inspecteurs des Finances également. C’est donc un phénomène minoritaire. Si l’on ne tient compte que du père, 3 % des candidats et 3,7 % des inspecteurs sont fils d’inspecteurs des Finances ; le phénomène dynastique devient très marginal. Les Bizot, Georges-Picot, Sergent, Margerie, Célier, Chalendar, Bloch-Lainé, Vincenot, Machart, pour ne citer que les plus célèbres, ont aveuglé les exégètes de l’Inspection. L’hérédité a été étudiée aussi pour les pères appartenant aux grands corps civils : 9,5 % des candidats et 10,2 % des inspecteurs en sont issus. Il n’y a donc, là non plus, ni cote d’amour ni chasse gardée

52Plusieurs autres constats s’imposent. L’Inspection des finances attire bien davantage les fractions possédantes/indépendantes (35,4 % des candidats) que les professions libérales (20,8 % des candidats). On peut supposer que les fils de rentiers et propriétaires y cherchent prestige et sécurité et que les fils de patrons ajoutent à ces motivations la carte de visite et les relations qu’apporte la carrière hors cadre de l’inspecteur des Finances avant un retour aux affaires. Le tri croisé reçus/refusés sur l’échantillon montre un taux de réussite supérieur à la moyenne (25,6 % pour 23,6 % de moyenne de référence) pour les fils de grands patrons et, inversement, pour les fils de petits ou moyens patrons un taux moins élevé au concours (18,2 %). Au total, les fils de rentiers, propriétaires et patrons indépendants forment 28 % de la population des inspecteurs. Le troisième constat est l’augmentation forte et régulière des fils de salariés qui constituent, sur l’ensemble de la période, 18 % des inspecteurs. Le quatrième est la présence continue, mais moindre, d’inspecteurs issus des professions libérales (14,4 %), alors qu’elles n’hésitent pas à frapper à la porte de la prestigieuse Inspection (20,8 % des candidats) sans y être reçues à la mesure de leurs efforts (graphique no 6).

53L’étude par catégorie socioprofessionnelle enseigne que parmi les pères fonctionnaires, les catégories les plus représentées, chez les candidats comme chez les inspecteurs, sont les officiers de l’armée, les fonctionnaires des Finances et les enseignants, et qu’il y a dans ces catégories une variable discriminante. En effet, les meilleurs taux de réussite, par rapport à la moyenne de référence, se trouvent chez les fils de fonctionnaires des Finances (les plus concernés par la mobilité sociale interne) et chez les fils d’enseignants du secondaire. Ces affirmations pourraient être illustrées à l’envi par des biographies, exemplaires à ce titre, que nous rencontrerons au fil des chapitres.

54Certaines filières d’activité professionnelle du père sont-elles plus particulièrement pourvoyeuses d’inspecteurs des Finances ? Le concours introduit-il là une distorsion ? Chez les candidats, le secteur financier (finances publiques et privées, y compris les assurances) arrive légèrement en tête (20,4 %) et le taux de réussite est supérieur à la moyenne. Chez les inspecteurs (cf. graphique no 7), ce secteur arrive également en tête (21,4 %). Il y a donc là, dans ce secteur d’activité, une hérédité forte, une autoreproduction indéniable et une prime à la « vocation » d’inspecteur des Finances, qu’il s’agisse ultérieurement d’« inspecter des finances » ou d’« être » inspecteur des Finances dans une grande direction ou un grand établissement financier. Assurément, l’existence de l’Inspection et du concours y est mieux connue.

Graphique 6. Évolution de la nature des revenus du père des adjoints

Graphique 6. Évolution de la nature des revenus du père des adjoints
  • 53 C. Charle, « Les hauts fonctionnaires en 1901 », art. cité, p. 383.

55En deuxième position, pour les candidats comme pour les adjoints, se trouve le secteurindustriel (transports et travaux publics compris). Cette origine professionnelle est bien représentée (19 % des candidats, 17,4 % des inspecteurs) mais n’est pas un facteur de plus grande réussite. En troisième position, vient le secteur « intellectuel », respectivement 18 % dans l’échantillon et 16,4 % chez les inspecteurs. Leur chance de réussite y est plus forte que dans tous les autres secteurs. Si l’on compare avec l’analyse de C. Charle53, ce qui est possible (même si nous nous sommes refusés à mettre les ingénieurs dans la fraction intellectuelle), on est frappé de la transformation opérée entre le milieu du xixe siècle et le premier tiers du xxe siècle. L’ouverture sociale, déjà notée, de l’Inspection passe assurément aussi par ce secteur : 9 % des pères des inspecteurs de 35/60 ans en 1901 sont issus de cette fraction (gonflée par la présence des ingénieurs) et 16,4 % des pères des adjoints de la période 1892-1946. La progression est spectaculaire Cette progression est confirmée par l’évolution de cette fraction « intellectuelle » au cours de notre période (cf. graphique no 7). Professeurs surtout et, dans une moindre mesure, médecins, hommes de lettres et publicistes, ont trouvé dans l’Inspection une passerelle d’ascension sociale ou de rupture avec la tradition professionnelle familiale. Cette percée des fils d’intellectuels s’est peut-être faite au détriment du secteur juridique. En effet, celui-ci est mieux représenté au xixe siècle – 18,1 % en 1901 – qu’au xxe siècle – 15 %. Là aussi, l’évolution lisible sur le graphique no 7 confirme le recul des origines juridiques.

Graphique 7. Évolution des secteurs d’activité professionnelle du père des adjoints

Graphique 7. Évolution des secteurs d’activité professionnelle du père des adjoints
  • 54 T. Shinn, L’École polytechnique, 1794-1914, Paris, PFNSP, 1980, 261 p., p. 165.

56Pour les autres secteurs, soulignons les faibles chances de réussite des candidats dont le père est sans profession ou rentier (14,6 % au tri croisé, au lieu de 23,9 % de moyenne générale de référence) et, inversement, les résultats honorables de la filière militaire. Celle-ci concerne 9,8 % des candidats et 10,2 % des inspecteurs. Mais cette moyenne est trompeuse et la filière militaire augmente sérieusement dans les promotions formées au lendemain de la Grande Guerre. Mais déjà avant 1914, il y avait un changement tactique des pères officiers quant à la carrière de leur fils, évolution confirmée par Terry Shinn qui note, pour les polytechniciens, « une dévalorisation considérable des carrières militaires en France54 ».

57Pour les secteurs d’activité aussi, le parallélisme entre candidats et adjoints pour l’ensemble de la période frappe plus que les distorsions. Mais la profession intellectuelle du père apparaît comme une variable discriminante à la hausse, l’oisiveté du père une variable discriminante à la baisse, les fils de fonctionnaires des Finances ou de l’enseignement ont un taux de réussite supérieur et les fils de la moyenne bourgeoisie libérale un taux de réussite un peu inférieur à la moyenne.

XI. Les juifs et l’Inspection

58L’Inspection passe, au début du siècle, pour être plutôt le refuge des catholiques qui n’avaient pas à y redouter l’épuration républicaine et laïque tant qu’ils restaient dans les cadres. Mais bien évidemment, l’appartenance religieuse ne figure pas dans les dossiers, elle restera donc en dehors de l’épure.

  • 55 P. Birnbaum, Les Fous de la République. Histoire politique des Juifs d’État de Gambetta à Vichy, Pa (...)
  • 56 Maurice Bloch (1886) et Jean-Frédéric Bloch (1911), qui prendra le nom de Bloch-Lainé en 1925.
  • 57 Entretien no 1 avec A. Terray en 1991, IGPDE.

59En revanche, quelques témoignages permettent d’aborder une spécificité de l’Inspection remarquée par Pierre Birnbaum qui a vérifié, sur la liste des candidats au concours que nous lui avons fournie, leur appartenance ou non à la communauté juive55. Le parallélisme l’emporte : on ne trouve pas plus de juifs parmi les candidats au concours que parmi les reçus, c’est-à-dire qu’ils sont en nombre très restreint. François Bloch-Lainé note qu’à sa connaissance, les seuls juifs de l’Inspection au xxe siècle, à part Jacques Rueff, sont son oncle et son père56. Mais il ne peut connaître tous les inspecteurs plus anciens, comme Léon Oulmont (1878), polytechnicien, dont le père, négociant à Épinal, appartenait au milieu israélite lorrain, et qui finit sa carrière à la direction générale des Manufactures de l’État. Quelques inspecteurs se revendiquent comme « demi-juifs », comme Gregh (1930), Guindey (1932) ou F. Bloch-Lainé (1936) lui-même. Ils sont pourtant présents dans l’autre grand corps, le Conseil d’État, et le service de l’État, civil ou militaire, est un moyen d’intégration. Alors ? D’une part, il est possible que les familles de la grande et bonne bourgeoisie juive n’aient pas éprouvé le besoin de passer par l’État pour consolider leurs positions, notamment dans le secteur bancaire et financier. D’autre part, la réputation de l’Inspection de corps de repli pour les catholiques, ajoutée à celle d’un antisémitisme discret, constaté dans les années trente, en a peut-être découragé plus d’un. Quelques témoignages font état de cette réputation mais sans en apporter la preuve. Ainsi Filippi, reçu en 1930, a rapporté que le meilleur candidat de sa promotion, Dreyfus, n’avait pas été reçu. Selon lui, seul l’antisémitisme du jury pouvait expliquer ce résultat anormal57. Autre exemple, un candidat malheureux au concours de 1939, Dennery, nous a affirmé, par écrit, qu’après la correction des copies, l’ordre des résultats de l’écrit avait été modifié à la demande du président du jury, Moleux, afin de le rétrograder parce qu’il était juif. Mais Fourmon, reçu en 1931 (et dont la femme était juive), avec qui il avait travaillé à l’Économie nationale, dément ce témoignage. « Honnêtement, je ne pense pas, je m’étais renseigné et ce n’est pas pour ça. Il l’a cru. » Mais le même Fourmon estime pourtant que :

  • 58 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

« C’était certainement un handicap d’être petit juif… Je me rappelle le cas d’un garçon certainement très intelligent qui était juif d’Afrique du Nord et, je crois, ses parents tenaient un cirque, alors celui-là, je crois que vraiment… Je n’en sais rien, je vais être très honnête avec vous, je suis convaincu qu’il y a eu, dans certains cas… en plus, son oncle avait un cirque. Enfin, très honnêtement, c’était très marginal et on ne peut pas dire que ça a été une règle58. »

  • 59 Sur Rueff, cf. ci-dessous troisième partie.
  • 60 Pour plus de détails, cf. cinquième partie.

60Sous l’Occupation et Vichy, Philippe Huet (1946), dont la mère était juive et qui pensait, au vu de ses résultats en écurie, se présenter en 1944, a présumé que Fayol, adjoint au chef du service en 1944, l’avait découragé de se présenter parce que ses deux tantes juives avaient été arrêtées et déportées, l’une étant morte à Buchenwald.Le seul membre de l’Inspection touché par le statut des juifs du 3 octobre 1940 est Jacques Rueff (1923) qui bénéficie des dérogations prévues par la même loi, d’autant plus facilement que sa femme est la filleule du maréchal Pétain59. Un autre, Gregh (1930), est touché par le nouveau statut de juin 1941 et bénéficie lui aussi d’une dérogation. 3 inspecteurs, Jean-Frédéric Bloch-Lainé, Guindey, Alphand, demi-juifs selon eux, quitteront à temps la Métropole et François Bloch-Lainé qui pourtant lui n’était pas considéré comme juif entrera dans la clandestinité60. Incontestablement l’antisémitisme légal n’a guère modifié un recrutement qui ne concernait déjà guère les juifs.

  • 61 Dossier no 183, service de l’IGF.
  • 62 Cf. F. Escoube, « Fonction publique et promotion sociale. Camille Vignal, de l’École normale supéri (...)

61Quant à l’existence d’un antisémitisme à l’Inspection, s’il n’a sans doute pas joué de rôle dans le recrutement, certains indices témoignent qu’il a bien existé chez certains, à commencer par ce club très fermé à l’intérieur de l’Inspection, « La feuille de la quinzaine », excluant notamment les juifs sans le dire ouvertement. Les mariages mixtes que nous avons pu relever n’ont jamais, semble-t-il, freiné la carrière, comme le montre le cas de Vignal (qui a épousé en 1909 Claire Léon) directeur du Contrôle financier en AOF à Dakar en 191061 puis directeur de la Comptabilité au ministère de la Marine en 1919 et officier de la Légion d’honneur en 192062, ou encore le cas de Fourmon (qui a épousé Mademoiselle Bacharach qui s’est convertie), sous-directeur puis directeur des prix sous Vichy. Mais notons que Vignal, mort le 19 novembre 1943, n’a pas eu droit à sa notice nécrologique dans La Gazette de l’Inspection, contrairement à ses camarades, et qu’il est difficile de ne pas mettre cet « oubli » en rapport avec l’arrestation de sa femme, juive, et sa déportation. Elle meurt à Auschwitz le 9 février 1944.

62Aux deux questions posées en début de chapitre, une première réponse claire peut-être donnée : le vieux procès intenté au mode de recrutement de l’Inspection des finances, la cooptation au sens polémique, peut être clos sur un verdict clair : le concours n’est pas coupable. On ne peut voir dans le concours lui-même une machine à sélectionner des héritiers sur mesure, des clones. Certes, on l’a vu, certains, parce qu’ils détenaient un ou plusieurs facteurs légèrement plus favorables, comme le jeune âge, l’allemand, le diplôme de l’École polytechnique, un père parisien ou, surtout, dans l’administration des Finances, ont pu se présenter avec un peu plus de chances de réussite que les autres. Mais, d’une part, aucune variable bien représentée dans l’échantillon ne crée de franche et forte distorsion entre candidats et reçus ; d’autre part, les nuances relevées sont dominées par le parallélisme entre les deux populations (résidence parisienne des parents exceptée). Le concours en lui-même n’est pas une machine à sélectionner des héritiers sur mesure, des clones, ni même à favoriser la grande bourgeoisie.

63À la deuxième question, l’analyse exhaustive des origines sociales, géographiques, intellectuelles, professionnelles des jeunes adjoints à l’Inspection répond clairement et rejoint les conclusions qu’Emmanuel Chadeau formulait pour les inspecteurs du xixe et que nous prolongeons volontiers pour le premier xxe siècle :

  • 63 E. Chadeau,Les inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économiqu (...)

« La carrière à l’Inspection a apporté des satisfactions de promotion ou de garantie sociale […]. L’État a rempli les missions sociales que lui fixaient les réformateurs du xix: s’assurer le concours des privilégiés en les attachant à son service et élargir le cercle des dirigeants du pays en recrutant hors des familles portées au faîte de la société civile63. »

64L’étude sociale des inspecteurs sur l’ensemble de la période confirme que l’Inspection a continué à recruter au sein des différentes bourgeoisies et classes moyennes. Elle n’a jamais été le monopole de la grande et de la bonne bourgeoisie, mais elles y sont majoritaires. Les moyens fonctionnaires, les commerçants ou les professions libérales de province ont réussi à s’y maintenir et même, exceptionnellement, quelques fils d’instituteurs ou de douaniers ont été reçus. C’est en amont qu’il faut chercher les raisons plus fondamentales de la démocratisation bien incomplète de l’Inspection, notamment dans les conditions exigées, dans la notoriété du concours, dans les motivations, dans la réputation de ce corps et sa dynamique de conquête, de débouchés prestigieux, dans le système universitaire français de l’époque, dans les stratégies individuelles de consolidation ou d’ascension sociale des bourgeoisies et classes moyennes. C’est aussi en amont qu’il faut chercher les causes d’une surreprésentativité de certains caractères, chez les candidats comme chez les inspecteurs, par rapport à la société française, par rapport aussi à d’autres groupes dirigeants. Les conditions d’obtention de diplôme, la prime aux polytechniciens, la présence de rédacteurs, la réputation confidentielle du concours bien connue des modestes fonctionnaires des Finances, objets des contrôles de l’Inspection, les conditions de la préparation assurée par l’Inspection elle-même ont donné aux classes moyennes un accès permanent. Mais, parallèlement, les débouchés de plus en plus prestigieux ont attiré les milieux d’affaires et les ténors des professions libérales.

65Cela étant, des nuances doivent être apportées en fonction des promotions. On constate indiscutablement une fermeture au début du xxe siècle. Mais les besoins urgents de l’après‑guerre pour satisfaire aux nouveaux besoins et compenser les décès ou les démissions massives du début des années 1920 ont, pendant quelques années, ouvert plus largement les portes de l’Inspection. À partir de 1924 et jusqu’au milieu des années trente, la démocratisation recule. On comprend que les partis de gauche, au milieu des années trente, aient voulu enrayer le processus, d’autant que la promotion interne, ouverte aux fonctionnaires des Finances au deuxième concours, ne fonctionne pas. C’est à nouveau les conséquences de la guerre et notamment les concours spéciaux de 1945 et 1946 qui offrent aux classes moyennes un accès plus aisé à l’Inspection.

66On l’a vu, on ne repère aucune domination majeure d’une catégorie socioprofessionnelle. Ce n’est donc pas essentiellement dans les origines socioprofessionnelles que les inspecteurs ont puisé la cohésion qui fait leur force. C’est plutôt la force d’intégration du corps qui a permis d’effacer assez vite les diversités d’origine, ce qu’on appelle l’esprit de corps : l’orgueil commun et durable d’avoir été reçu au concours le plus difficile ; la conscience d’appartenir à un corps dans lequel hommes politiques et chefs d’entreprise puisent abondamment ; l’attachement commun à certaines valeurs – notamment la rigueur financière – ou à certaines méthodes de travail acquises très jeunes ; quelques pratiques sociales comme le tutoiement, les cocktails, les dîners, ou encore la disponibilité à l’égard de tout membre du corps. On verra que cet esprit est bien plus à l’origine des solidarités et des communautés de vues, que les solidarités héritées de classe ou de groupes. Encore que ces solidarités devront être analysées de près car elles sont toutes relatives et unissent essentiellement ceux qui exercent des fonctions dirigeantes et ceux qui ont suivi des filières communes. C’est en effet en croisant finement les types de carrières et les origines socioculturelles qu’on pourra, en conclusion, mettre à sa juste place la part du milieu d’origine dans l’accès des uns et des autres à la direction des finances publiques et privées.

Notes

1 Ce chapitre reprend en partie notre article « Le recrutement des inspecteurs des Finances de 1892 à 1946 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, octobre-décembre 1985, no 8, p. 67-91.

2 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, III-184 p. ; C. Charle, Les Hauts Fonctionnaires en France au xixe siècle, op. cit. ; Les Élites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, 556 p. ; « Naissance d’un grand corps, l’inspection des Finances à la fin du xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, avril 1982, p. 3-18.

3 Th. Bottomore a publié cette étude comparative pour le concours d’entrée à l’ENA 1945-1951 dans « La mobilité sociale dans la haute administration », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 13, 1952, p. 167-178.

4 Des registres annuels sont conservés par le service de l’IGF. Les formulaires ont légèrement changé au cours de la période en fonction des modifications des conditions demandées pour se présenter au concours. N’ont été retenues, pour les calculs, que les rubriques permanentes. Ainsi, en 1901, disparaissent les commentaires des services administratifs puisque le concours est ouvert aux non fonctionnaires. En revanche, dès l’année suivante – en remplacement –, apparaît la mention de parents dans l’Inspection ou d’autres parents fonctionnaires. Par ailleurs, on ne retrouve pas toujours les mêmes informations, d’une année sur l’autre, pour un même candidat redoublant.

5 L’existence de dossiers de candidature a limité le corpus aux promotions des années 1892-1946. Ont été comptés ici, exceptionnellement, même ceux qui ne passeront ou ne réussiront pas le deuxième concours et ne seront donc jamais inspecteurs des Finances.

6 La faiblesse des effectifs pose souvent problème à l’historien des élites soucieux d’analyse quantitative. Les interprétations doivent être lues avec la plus grande réserve. Christophe Charle, dès 1982, a mis l’accent sur cette difficulté dans son article, « Naissance d’un grand corps, l’inspection des Finances à la fin du xixe siècle », art. cité.

7 C’est elle qui a donné lieu aux représentations graphiques du présent chapitre.

8 Pour plus de détails sur ce corpus d’archives provoquées, cf. ci-dessus, chapitre I.

9 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, Paris, Presses de la FNSP, 1978, 271 p. Tableau p. 221.

10 Cf. ci-dessous, le chapitre IX sur la direction du Mouvement général des fonds et le chapitre XIV sur la défense du franc.

11 C’est celui pris en compte, par exemple, par P. Lalumière, L’Inspection générale…, op. cit.

12 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves…, op. cit., p. 23.

13 Il s’agit, cette fois, de Paris intra-muros (proche banlieue non comprise).

14 Sans compter les candidats nés hors Métropole : 5,3 %.

15 Les témoignages et Mémoires, à cet égard, confirment l’hypothèse. Parmi eux, citons le très émouvant ouvrage d’E. Mönick, Pour mémoire, Paris, édité à compte d’auteur, 1970, 235 p., notamment ses souvenirs de l’hôtel Jean-Bart.

16 Toutes les données concernant la population française sont tirées de l’Annuaire statistique, vol. 58, 1951. Résumé rétrospectif publié par l’INSEE, Paris, 1952, qu’a complété, parfois, la lecture de G. Dupeux, La Société française, 1789-1960, Paris, Armand Colin, 1964, 296 p.

17 Sur le contenu de cet enseignement, cf. aussi ci-dessous quatrième partie, chapitre XIV, « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc ».

18 Cf. L. Le Van-Lemesle, Le Juste ou le Riche, L’Enseignement de l’économie politique 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, 787 p., notamment chapitre XX. C’est Nogaro qui, le premier, proposera une « rénovation de la pensée financialiste » aux publics massifs par la publication de son manuel, Éléments d’économie politique, Paris, Marcel Gillard, 2 vol., 1913-1914, p. 620, destiné aux deux premières années.

19 Il occupera de 1955 à 1975 les fonctions de directeur général de l’Institut d’émission de l’AOF et du Togo, puis de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest.

20 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

21 C. Charle, « Le recrutement des fonctionnaires en 1901 », op. cit., p. 396.

22 Nous employons ici le mot dans un sens symbolique car l’origine géographique des diplômes n’est pas mentionnée.

23 Cf., plus haut, l’historique des conditions d’accès au concours.

24 T. Shinn, L’École polytechnique, 1794-1914, Paris, Presses de la FNSP, 1980, 261 p.

25 P. Lalumière, L’Inspection générale des finances, op. cit., p. 26-27.

26 Entretien avec D. de Boisseson en 1989, IGPDE.

27 Entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE. L’oncle de Calan est Barbier de la Serre (1898).

28 Entretien avec L. Quennouëlle-Corre en 1990, IGPDE.

29 Entretien en 1989, IGPDE.

30 Cf. A. Grelon, Les Ingénieurs de la crise, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, 462 p.

31 Cf. F. Escoube, « Fonction publique et promotion sociale. Camille Vignal, de l’École normale supérieure à l’inspection des Finances », La Pierre et l’écrit, Évocations, Grenoble, PUG, 1993-1994, 270 p., p. 159-163.

32 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., p. 169. Les deux études sont d’autant plus comparables que, pour une fois, la profession des parents est prise, dans les deux cas, à la date de la candidature ce qui permet de tenir compte de la mobilité sociale entre la naissance et l’âge mûr du père. Notre corpus se limite ici aux seuls inspecteurs dont la profession au concours est répertoriée.

33 Entretien avec C. Pichon en 1990, IGPDE.

34 Souvenirs dactylographiés en 1988, archives familiales, confirmant l’entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

35 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981-1982.

36 Pierre Calvet est le frère aîné de Jacques Calvet, passé ensuite à la tête du groupe Peugeot. Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

37 Entretien avec A. Georges-Picot en 1990, IGPDE.

38 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, op. cit., p. 27 ; plus récemment, R. Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, 476 p., p. 34, ne dit pas autre chose, et les travaux de R. Osborne, A « Grande École » for the « Grands Corps », New York, Columbia University Press, 1983, 168 p., témoignent de la résistance de cette idée reçue.

39 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

40 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

41 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

42 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

43 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

44 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, op. cit., p. 28.

45 Cf. ci-dessous, le chapitre V de la deuxième partie sur « Les attachés financiers en 1938 », publié en partie dans Relations internationales, no 33, printemps 1938, p. 43-64.

46 Les graphiques no 5, 6 et 7 témoignent de l’évolution inégale de 1892 à 1946. Compte tenu des quelques lacunes sur l’origine socioprofessionnelle du père au concours, la moyenne de référence passe à 23,6 %.

47 Ces renseignements sont explicitement demandés de 1902 à 1936 compris et en 1938.

48 Pour un contenu plus précis, cf. tableau en fin de chapitre.

49 P. Bourdieu, J.-C. Passeron, La Reproduction, Paris, Minuit, 1970, 277 p. ; « Épreuves scolaires et consécration sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, 39, septembre 1981, p. 52 et suiv.

50 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle, op. cit., et « Khâgneux et normaliens des années vingt », Bulletin de la Société d’histoire moderne, supplément à la Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 1, 1984, p. 6-17.

51 A. Girard, « Mobilité sociale et dimension de la famille », Population, no 6, 1951, p. 103-124.

52 Les graphiques no 5, 6 et 7 témoignent de l’évolution inégale de 1892 à 1946.

53 C. Charle, « Les hauts fonctionnaires en 1901 », art. cité, p. 383.

54 T. Shinn, L’École polytechnique, 1794-1914, Paris, PFNSP, 1980, 261 p., p. 165.

55 P. Birnbaum, Les Fous de la République. Histoire politique des Juifs d’État de Gambetta à Vichy, Paris, Fayard, 1992, 512 p. Sur la signification des mots « israélites » ou « juifs » notamment dans le langage administratif, on se reportera à l’étude récente de Tal Bruttmann, Au bureau des affaires juives, l’administration française et l’application de la législation antisémite, 1940-1944, Paris, La Découverte, 2006, 287 p., p. 56-65.

56 Maurice Bloch (1886) et Jean-Frédéric Bloch (1911), qui prendra le nom de Bloch-Lainé en 1925.

57 Entretien no 1 avec A. Terray en 1991, IGPDE.

58 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

59 Sur Rueff, cf. ci-dessous troisième partie.

60 Pour plus de détails, cf. cinquième partie.

61 Dossier no 183, service de l’IGF.

62 Cf. F. Escoube, « Fonction publique et promotion sociale. Camille Vignal, de l’École normale supérieure à l’Inspection des Finances », Évocations 1993-1994, op. cit., p. 163.

63 E. Chadeau, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, III-184 p., p. 43.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du lieu de naissance des inspecteurs des Finances
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-1.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Graphique 2. Évolution des origines parisiennes des inspecteurs des Finances
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Carte 1. Répartition des parents des candidats dans les arrondissements de Paris
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Carte 2. Répartition des parents des adjoints dans les arrondissements de Paris
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-4.png
Fichier image/png, 52k
Titre Graphique 3. Évolution des principales filières suivies dans l’enseignement supérieur par les adjoints
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Titre Graphique 4. Évolution de la langue étrangère choisie au concours
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-6.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique 5. Évolution des origines sociales du père des adjoints
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-7.png
Fichier image/png, 23k
Titre Graphique 6. Évolution de la nature des revenus du père des adjoints
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-8.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graphique 7. Évolution des secteurs d’activité professionnelle du père des adjoints
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/203/img-9.png
Fichier image/png, 46k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540