Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Chapitre II. Le gouvernement de Vichy et l’aide américaine

Texte intégral

1Le gouvernement de Vichy a tenté d’obtenir une aide américaine pour la zone non occupée, pour ses colonies et les territoires d’Afrique du Nord. La complexité des relations Vichy-États-Unis rend passionnante cette page de l’histoire de la France, d’autant plus que Roosevelt a accepté le régime de l’État français tant qu’il ne basculait pas dans le camp de l’Axe. Il l’a donc soutenu pour éviter cette solution. Or, face aux Allemands et aux Italiens, Vichy était faible et le régime se permit un soutien appuyé à l’Axe qui fit douter les Américains de sa loyauté. Un troisième acteur fit son entrée en scène dans ce drame français, les Britanniques. L’aide américaine n’était concevable qu’avec l’approbation des Britanniques. Or ceux-ci répugnaient totalement à renforcer Vichy, craignant avec raison que l’Axe n’en profitât. Mais les populations françaises souffraient de la malnutrition, de la pénurie de médicaments et d’énergie. La France allait mal. L’aide américaine à l’Afrique du Nord et aux colonies françaises fut l’occasion d’un jeu diplomatique de très grand style dont l’enjeu était ni plus ni moins que la rentrée en guerre de l’Empire français aux côtés des alliés. Vichy aurait pu trouver dans cette invite l’occasion d’un retournement salutaire. Pétain a choisi la collaboration. II faudra le débarquement en Afrique du Nord du 8 novembre 1942 pour forcer le destin. L’histoire de l’aide américaine à Vichy rappelle que les Américains devaient tenir compte du blocus britannique avant toute action, que les accords Weygand-Murphy, instruments de l’aide américaine, créaient des obligations difficiles à concilier avec la souveraineté française sur l’Afrique du Nord, que le ravitaillement des Antilles dépendait de la docilité de Vichy envers les États-Unis.

Le blocus britannique

2Le blocus britannique avait pour but d’empêcher le renforcement des Allemands et des Italiens. Or la faiblesse de Vichy faisait douter les Anglais de sa capacité à empêcher les Allemands et les Italiens à se saisir de navires, de stocks, et de matières premières de la zone non occupée et de l’Afrique du Nord. Le ravitaillement américain de l’Afrique du Nord en souffrit forcément. Mais les Américains souhaitaient effectuer ce ravitaillement pour indiquer à Vichy que son intérêt bien compris était de se tourner vers les États-Unis. Pour Vichy, faire ravitailler l’Afrique du Nord par les Etats-Unis était un moyen de limiter la dissidence gaulliste. Vichy pouvait faire accepter ce point de vue aux Italiens et à la Commission Allemande d’Armistice de Wiesbaden (CAA) et obtenir du ravitaillement américain pour l’Afrique du Nord. Jouer de la menace hitlérienne sur l’Afrique du Nord pour assouplir la rigueur britannique en Méditerranée était aussi une carte excellente auprès des Américains.

  • 1 Jean-Baptiste Duroselle, L ‘abîme, 1939-1944, Seuil, Histoire, 1982-1986, p. 302.
  • 2 Cité par Jean-Baptiste Duroselle p. 352, op. cit., L ‘abîme.
  • 3 François Delpla « Du nouveau sur la mission Rougier », Guerres mondiales et conflits contemporains (...)

3Il faut relire les pages si riches de Jean-Baptiste Duroselle sur l’ambiance en Méditerranée après l’attaque anglaise des navires français à Mers el-Kébir, le 3 juillet 1940, et sur les extraordinaires demandes d’Hitler pour comprendre la situation1. L’Afrique du Nord et l’Empire français étaient convoités par Hitler. Après l’attaque anglaise sur Mers-el-Kébir, l’amiral de la Flotte, François Darlan, fit arraisonner des navires de commerce britanniques qui transportaient dans la zone Méditerranée 370 000 tonnes de carburants et 30 000 tonnes de viandes frigorifiées. Les Britanniques considérèrent alors l’Afrique du Nord comme zone de blocus. Paul Morand, à l’ambassade de France à Londres, au titre de la mission économique, fut chargé par Vichy de négocier avec eux le libre passage entre l’Afrique du Nord et la zone sud. L’objectif était de faciliter le ravitaillement de toute la France, sous contrôle neutre. Les conversations ouvertes entre les ambassadeurs français et britanniques à Madrid, La Baume et Hoare, échouèrent en septembre 1940. La Baume écrivit néanmoins à Pétain : « A Madrid, j’ai pu empêcher bien des incidents inutiles et si nous sommes ravitaillés en zone libre par les colonies, on le doit beaucoup à mes contacts avec Hoare2 ». Pourtant, après l’échec de Dakar (23 septembre), les Anglais saisirent en mer des navires français, gênant le trafic en direction de la zone sud ou des ports de la zone occupée (saisie du Mendoza avec de la viande argentine, de 4 navires entre Casablanca et l’Algérie, de deux chalutiers de Saint Pierre et Miquelon, d’un cargo de rhum des Antilles). D’autres négociations furent nouées avec Pierre-Etienne Flandin, devenu président du Conseil le 13 décembre 1940 ; mais elles capotèrent en janvier 1941. Louis Rougier, professeur à la Faculté des Lettres de Besançon, crut que le ministre des Affaires étrangères, Paul Baudouin, et Pétain lui même, l’accréditaient secrètement avec la mission d’arriver à une entente avec les Britanniques sur la levée du blocus de la zone libre. Il se rendit à Londres alors que se déroulaient les conversations La Baume-Hoare. Il fut reçu par Churchill le 25 octobre, après Montoire. Rougier lui demanda de relâcher le blocus3.

  • 4 Louis Rougier, Les accords secrets franco-britanniques, Paris, Grasset, 1954, p. 30-31.
  • 5 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43 Noguès, tele 1372, 28 décembre 1940.
  • 6 Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Seuil, 1972, p. 93.
  • 7 Christine Lévisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 140.

4Lord Halifax, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, aurait accepté le cabotage à partir des ports d’Afrique du Nord vers la Provence4. Les Anglais ont pris le voyageur au sérieux. Mais il repartit avec un vague protocole d’accord. Ce furent les accords Halifax-Chevalier qui ouvrirent les meilleures perspectives politiques. Un volet commercial aurait permis le trafic entre l’Empire français et la zone non-occupée, car les Britanniques étaient aussi demandeurs de produits de l’Empire. On a des traces de projets britanniques d’importation de produits d’Afrique du Nord vers la Grande-Bretagne, via le Portugal. Le général Noguès, résident général à Rabat, était préoccupé par le manque d’essence et de charbon au Maroc et était prêt à exporter des phosphates vers l’Angleterre5. Un accord a été signé entre l’Espagne et le Maroc français, le 23 novembre 1940. Des matières premières marocaines (phosphates, manganèse et blé) furent échangées contre des produits espagnols et un crédit en escudos portugais d’origine espagnole ouvert pour acheter du thé vert indispensable aux Marocains et du sucre angolais. Des échanges de vues eurent lieu entre Léon Marchai, chef du service économique du Maroc, Robert Murphy et l’anglais David Eccles. Les bonnes dispositions des Anglais permirent d’envisager le ravitaillement de l’Afrique du Nord par les Américains. Mais Pétain ne répondit pas aux avances britanniques qui étaient soutenues par les anglophiles du gouvernement. Or le moment était favorable. Laval venait d’être chassé du pouvoir le 13 décembre 1940 au grand dépit des Allemands. Le blocus s’était relâché écrit Robert Paxton. Marseille avait retrouvé 80 % de son trafic. Mais le résultat provenait plus des difficultés à assurer un blocus efficace qu’à la bonne volonté britannique6. Le commerce avec la métropole n’a pas cessé même s’il fut réduit. L’Afrique du Nord expédia en 1941 et 1942 des céréales, des phosphates, des fruits et légumes de primeurs, des ovins7.

5Les Américains n’avaient pas interdit le commerce sur navires neutres ou français vers la France à condition de ne pas nuire à la résistance britannique. Ils semblaient ouverts à des aménagements. Les Français de Vichy entrevoyaient une solution moyenne : obtenir les autorisations de commercer entre les États-Unis et l’Afrique du Nord en espérant que les relations France-Afrique du Nord ne seraient pas trop surveillées. Les Américains détenaient aussi les clefs du ravitaillement des Antilles. Ils pouvaient faciliter le fonctionnement de la ligne commerciale des Antilles sur la France et l’Afrique du Nord pour peu qu’ils assurent les Britanniques que les navires français ne transportaient rien qui puisse nuire à la lutte contre l’Axe. 16 navires français, retenus dans les ports des États-Unis, étaient disponibles pour de telles relations. Leur aide matérielle ou diplomatique était déterminante dans le maintien des liens entre les différents territoires français. Tout dépendait aussi de la conjoncture politique ou tactique et de la politique étrangère de Vichy.

6Les Allemands, quant à eux, empêchaient le départ pour les États-Unis de navires français de la zone non occupée ou d’Afrique du Nord tant que des navires français étaient retenus aux États-Unis. Ils empêchaient ainsi le renforcement du potentiel britannique s’il advenait, comme cela était toujours possible, que la croisière britannique saisisse les navires marchands français. Symétriquement, les Britanniques veillaient à ne pas renforcer le potentiel de navires marchands français susceptibles d’être saisis par l’Axe dans les ports français ou d’Afrique du Nord, condamnant les navires de commerce français à rester dans les ports américains. La situation était mouvante, incertaine. La France se trouvait dans un état de faiblesse insigne, incapable de disposer de ses navires de commerce pour son ravitaillement. Des Français s’étaient tournés vers les Britanniques pour négocier des conditions acceptables du ravitaillement de la France. Pétain a tout refusé. La Méditerranée resta une zone de blocus pour les Britanniques, ce qui n’était pas la position des États-Unis. Les Français s’efforcèrent alors de passer un accord avec les Américains à partir de février 1941.

Les accords Murphy-Weygand de février 1941

  • 8 Roger Goetze, Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, (...)

7Les accords Murphy-Weygand apportèrent à l’Afrique du Nord une aide limitée, mais réelle. Ils étaient surtout une manifestation politique des États-Unis en faveur de la neutralité de Vichy par rapport à l’Axe et une invitation faite à Weygand, délégué général du gouvernement français, à reprendre ultérieurement le combat aux côtés des alliés. L’aide des États-Unis se manifesta par une aide économique à l’Afrique du Nord et une tentative d’aide à la zone non occupée. Le général Weygand, nommé délégué général du gouvernement français en Afrique du Nord le 10 octobre 1940, jouissait d’un certain prestige dans la presse américaine, car il représentait une force militaire et politique aux yeux des autorités américaines. Il disposait de l’armée d’Afrique et de la « fameuse Légion étrangère », écrivait le New York Herald Tribune du 12 novembre 1940. 100 000 soldats étaient disponibles. 1 500 pilotes étaient prêts à la bataille. 800 avions modernes, pour partie américains – ceux qui avaient manqué lors de la bataille de France – se trouvaient sur les aérodromes africains. Les États-Unis comptaient sur lui et Vichy comptait sur les Américains. « Weygand était bien connu et menait avec un ambassadeur américain, spécialement accrédité à Vichy, mais aussi en Afrique du Nord, c’est-à-dire Monsieur Murphy, un jeu subtil », se rappelle Roger Goetze8.

Le jeu subtil en Afrique du Nord

  • 9 Jean-Baptiste Duroselle, l’abîme, 1939-1944, 1982,1986, Imprimerie nationale, p. 468.
  • 10 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Gallimard, 1996, p. 286.
  • 11 Christine Lévisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 161.
  • 12 Cité par André Béziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945) : la diplomatie de l’entêtement (...)
  • 13 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43, Weygand, DGGAF à Pétain maréchal de France, sur le voy (...)

8Robert Murphy, consul américain à Vichy et Alger, Félix Cole, vice-consul, ou Solborg de l’OSS dirent à Monick et à Beaufre que les États-Unis souhaitaient une résistance militaire de l’Afrique du Nord contre l’Axe9. Roosevelt était décidé à conquérir l’Afrique du Nord sans doute après avoir été convaincu par Churchill. Il avait imposé ce choix à son état-major10. Weygand était donc un interlocuteur intéressant pour les Américains. Monick, de son côté, avait tenté de convaincre les États-Unis qu’il était de leur intérêt de reprendre le commerce avec le Maroc, à moins d’accepter que les Allemands ne se substituent aux clients ordinaires. On peut y voir le départ du rapprochement de Weygand avec Murphy11. Murphy avait été rappelé à Washington dès septembre 1940 pour étudier la possibilité d’une aide économique à l’Afrique du Nord. La réponse des Américains aux demandes françaises de ravitaillement de l’Afrique du Nord fut favorable. Roosevelt força même la main des Anglais beaucoup plus méfiants. Il agissait moins pour des raisons humanitaires que pour disposer d’un moyen commode de pression sur Vichy et l’empêcher de tomber dans le camp allemand. L’action de Robert Murphy, inspiré par Roosevelt, avec qui il était directement en relation, était guidée par l’espoir de faire entrer l’Empire dans la guerre à défaut de la France elle-même. Roosevelt avait ainsi annoté de sa main le rapport de Murphy sur l’aide à l’Afrique du Nord : « Je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt12 ». Murphy plaidait pour une aide américaine à l’Afrique du Nord. Mais il déclarait aussi à Pétain la volonté des États-Unis de l’aider à conserver l’Empire hors des convoitises allemandes et plus particulièrement d’aider l’Afrique du Nord, ce que Weygand traduisit par une aide contre « l’action criminelle des propagandistes britanniques et gaullistes »13. L’arrivée à Vichy, le 7 janvier 1941, de l’amiral Leahy, un proche de Roosevelt, comme ambassadeur des États-Unis, conforta le processus d’aide américaine à l’Afrique du Nord. Le ravitaillement civil de la zone non occupée et de l’Afrique du Nord pouvait être pour les États-Unis un moyen pratique de défendre les intérêts des démocraties dans une région stratégique.

La négociation des accords Murphy-Weygand

9Les accords que Weygand et Murphy signèrent en février 1941 s’inscrivaient dans la recherche par les Français d’un modus vivendi avec les Américains pour ravitailler l’Afrique du Nord et dans les conflits internes du camp de Vichy. Weygand se battait contre Darlan, même si le premier n’était pas un farouche partisan des Britanniques. D’un point de vue économique et commercial, les Américains firent des propositions d’échange : de l’huile d’olive marocaine contre de l’essence. Les services de la DGGA de Weygand firent connaître les grands besoins de l’Afrique du Nord. Une liste A comportait des produits alimentaires et manufacturés, du carburant et des matières premières ; une liste B des matériels de transmission radio ; une liste C des matériels aériens pour les lignes commerciales d’Afrique ; un programme d’urgence fut établi : 30 000 tonnes de sucre, 10 000 tonnes d’essence, 4 000 tonnes de pétrole, 8 000 tonnes de gas-oil, 1 350 tonnes d’huile de graissage, 70 000 tonnes de charbon, 500 tonnes de brai, 250 tonnes de coke et des produits pharmaceutiques. Une liste D était constituée de produits d’Afrique du Nord exportables vers les États-Unis. Elle comprenait des produits disponibles après affectation de contingents commerciaux à l’Allemagne et à l’Italie (métaux rares, tartre, lièges et cires, huile d’olive, huiles essentielles, sel, ou encore des boyaux salés). Il fallait songer aussi au thé, aux cotonnades destinés aux « indigènes » afin qu’ils sortent les céréales de leurs caches, aux produits de mercerie et de petite quincaillerie, aux camions et aux pneumatiques. Les demandes de ravitaillement, modifiées régulièrement ou complétées, firent apparaître le besoin de carburant, de ficelle-lieuse, de sac de jute, i.e. d’emballage pour les récoltes.

10L’aide américaine n’était pas un don, mais un accès au marché américain. Il fallait la payer. Pour cela, les Français tentèrent de faire revenir en Afrique du Nord l’or de la Banque de France, stocké depuis juin 1940 dans les cales du croiseur Émile-Bertin aux Antilles. On comprend que Britanniques comme Américains ne l’entendaient pas ainsi. Ces négociations auraient pu relancer les échanges avec les Britanniques, asphyxiés par le blocus allemand. Noguès n’était pas opposé à exporter des phosphates marocains vers la Grande-Bretagne. On envisageait encore de faire passer vers la zone espagnole du Maroc des céréales du Maroc français, contre le passage vers la zone libre de céréales américaines. Comme gage de la bonne volonté française, les Américains demandèrent la libération des prisonniers britanniques au Maroc français (Oulmès et Settat) et la stabilisation du nombre d’Allemands en Afrique du Nord. Les Français se déclarèrent prêts à libérer ou à expulser des personnes en résidence forcée. Les autorités américaines exigèrent la non-exportation de cobalt et de molybdène marocains. Elles acceptèrent de vendre du beurre américain si le stock d’huile d’olive n’augmentait pas. Vichy espérait aussi obtenir la libération des navires de commerce français consignés aux États-Unis. François Piétri, l’ambassadeur français à Madrid, devait négocier avec son homologue britannique, Samuel Hoare, le libre passage. Cette ouverture commerciale vers l’Espagne et le Portugal et officieusement vers la Grande-Bretagne, entrait dans la négociation franco-américaine.

  • 14 .Une autorisation de navigation délivrée par les Britanniques. (Abrév. pour navigation certifîcate)

11Devant ces perspectives d’échanges parfaitement légales au regard de la convention d’armistice et qui ne bouleversaient pas les échanges de l’Afrique du Nord avec l’Axe, les autorités allemandes réagirent avec une très grande méfiance au point que Flandin conseilla à Murphy de ne pas retourner en Afrique du Nord. Murphy retourna pourtant à Alger en janvier 1941 et se déplaça même à Dakar. La commission allemande d’armistice de Wiesbaden interdit la poursuite des négociations en février. Les Allemands promirent de ravitailler l’Afrique du Nord. Les négociations se poursuivirent néanmoins avec les seuls Américains. L’accord Weygand-Murphy fut paraphé le 26 février 1941. Il était fondé sur la satisfaction des besoins de l’Afrique du Nord a minima de façon à interdire la constitution de stocks. Aucune réexportation n’était permise, y compris vers la métropole, et un contrôle américain était établi dans les ports d’Afrique du Nord. Les marchandises seraient payées sur les avoirs français aux États-Unis, alors bloqués. Les États-Unis débloquèrent en effet des fonds français aux États-Unis ainsi que quelques navires de commerce français retenus dans les ports américains. Le pétrolier Shéhérazade, chargé de 10 000 tonnes d’essence, partit le 3 mars pour l’Afrique du Nord avec un navicert anglais14. On espérait que l’accord permettrait de faire progresser le ravitaillement de la zone Sud. Les Français attendaient en effet 3,6 millions de quintaux de blé.

  • 15 .Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43, Weygand 1er mars 1941, n° 871/SGP à Pétain et à Darlan (...)

12Weygand était optimiste sur le ravitaillement de l’Afrique du Nord et sur la levée du blocus britannique, en dépit de la très grande nervosité des Britanniques qui craignaient la constitution de stocks en Afrique du Nord et leur saisie par les Allemands. Les Anglais n’avaient pas tort de se méfier puisque Vichy avait autorisé la livraison à l’Italie de 5 000 tonnes d’essence15. Les Américains furent amenés, eux aussi, à penser que l’Afrique du Nord ne pourrait pas résister à une attaque allemande ou italienne et donc à leur tour se méfièrent du grossissement des stocks. Les accords furent signés à Vichy le 10 mars 1941 malgré les incidents, ce qui prouve amplement leur caractère politique. Les Américains imposaient leur présence à Vichy et aux Britanniques, tout comme à l’Axe. Neutres officiellement, ils venaient de manifester qu’ils ne l’étaient plus en réalité, tout en ayant la force de faire croire qu’ils le resteraient encore.

Les aléas des accords Weygand-Murphy

13Les accords fonctionnèrent vaille que vaille de mars 1941 au 8 novembre 1942. Mais les incidents ne manquèrent pas. Une disposition était au cœur des accords, les contrôles américains. Les marchandises étaient transportées par 6 cargos français dont l’Île d’Ouessant, l’île de Ré, l’ilee de Noirmoutier, le Monte-Viso, le Léopold L.D. et deux pétroliers : le Frimaire, (remplacé par La Lorraine) et le Shéhérazade. Un peu plus tard la commission maritime américaine (USMC) proposa de libérer 3 autres cargos français aux États-Unis à mettre en pool avec 3 cargos français de Méditerranée sur la ligne Afrique du Nord-États-Unis. Mais on estimait à 28 le nombre de bâtiments nécessaires. Vichy chercha à faire libérer des bâtiments consignés aux États-Unis et à Buenos-Aires. En dépit des réticences britanniques un échange semblait possible si la France offrait à l’affrètement américain des pétroliers, alors désarmés en Martinique. L’accord ne parvint pas à maturité sur ce dernier point.

  • 16 .Voir le récit de Kenneth Pendar, Le dilemme France-États-Unis, Une aventure diplomatique, Montréal (...)

14Les contrôles ont été assurés par les vice-consuls des États-Unis en Afrique du Nord, ces contrôleurs « à la vue perçante du faucon » d’après Cordell Hull. La surveillance de l’accord par les Américains entraîna des négociations entre Vichy et Murphy à propos des mouvements commerciaux entre l’Afrique du Nord et la métropole. Il s’agissait par exemple d’obtenir le droit de transporter vers la métropole de l’alcool algérien nécessaire aux transports en métropole et qui correspondait seulement à 3 jours de consommation allemande. Sur place, à Alger, Casablanca, Nemours, Oran, comment les contrôles se passaient-ils ? Quand le Frimaire se présenta à Alger, chargé de précieux carburant, le contrôle de la cargaison et de sa distribution fut assuré par la Compagnie algérienne des Pétroles affiliée à la Standard Oil of New-Jersey. À Casablanca le contrôle fut confié à A.J. Reed de la Socony Vacuum, aidé de J. Chevalier, administrateur des pétroles Standard. Vichy s’est inquiété de l’inflation du nombre des consuls américains en raison des réactions prévisibles de la Commission allemande d’armistice. Mais Weygand a joué le jeu et ordonné de faire respecter les décisions des consuls. Les Allemands protestèrent contre le nombre élevé de vice-consuls américains. Les vice-consuls américains étaient parfois bien curieux. Ils s’intéressaient aux registres du commerce français. Il était notoire qu’ils faisaient du renseignement. Des incidents surgirent avec Murphy lui-même. On lui refusa la visite de l’île d’Ouessant en août 1941. L’activisme de certains consuls américains était tel, à moins qu’il ne s’agisse du zèle intempestif de gendarmes ou d’administrateurs en mal d’espionnite, que les services français de police traquaient les consuls, les poursuivaient en voiture, notaient leurs fréquentations. Certains voyagèrent sans autorisation dans le Sud marocain. Le vice-consul américain Felix Cole à Alger fut mis sur écoute et dénoncé comme un propagandiste des idées gaullistes16.

  • 17 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43, journal des télégrammes pour avril 1941.

15La réalisation des accords fut perturbée par les angoisses britanniques. En effet la croisière anglaise surveillait les mouvements des navires neutres ou de Vichy et parfois les interceptait quand ils étaient soupçonnés de convoyer des produits de guerre ou susceptibles de servir l’effort de guerre allemand. Pour les Britanniques, aider Darlan, c’était aider l’Allemagne. Un convoi français fut attaqué le 1er avril car il était suspecté de transporter du caoutchouc vers l’Allemagne, via la France. Un démenti de l’Amirauté française parla au contraire de céréales pour la zone libre ! Qui croire ? Vichy fut accusé d’avoir ravitaillé en essence une base allemande de sous-marins à Villa-Cisneros…qui n’existait pas. Des bruits coururent sur le transport d’aluminium, de caoutchouc par les chemins de fer nord-africains à destination de l’Allemagne. Vichy ne démentit pas. Il y avait eu échange de caoutchouc français contre du sucre et des pommes de terre d’Allemagne17. Vichy s’est efforcé aussi, et cela a été su, d’exporter du cobalt vers l’Allemagne avant la mise en place des contrôles américains dans les ports.

  • 18 Marc Ferro, Pétain, Fayard, 1987, p. 316.
  • 19 Marc Ferro, op. cit., p. 315.
  • 20 Guerre 1939-1945, Asie, Vichy, série E, 43, télégramme de Washington à Vichy, 1107-1108 du 29 mai (...)
  • 21 B 21880, Vichy, diplomatie, 29 juin 1941.
  • 22 Le clearing était une comptabilité en partie double, indiquant ce qui entrait en France en provena (...)
  • 23 Guerre 1939-1945, Vichy, DGGAF, 6, Esteva, août 1941.
  • 24 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 40.
  • 25 . Guerre 1939-1945. Vichy, Asie, série E, 44 relations commerciales, Vichy, 12 septembre 41, note c (...)
  • 26 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 44. Direction des services économiques et financiers, Vich (...)

16Les télégrammes de Vichy à Alger font apparaître qu’il y a eu des échanges entre la zone libre et l’Allemagne et que le déroulement de l’accord Weygand-Murphy en fut affecté. Une première crise éclata le 15 mai 1941, alors que l’aide n’avait pas encore réellement commencé. Elle résultait de la politique de collaboration militaire de Pétain et Darlan avec l’Allemagne, qui aboutit aux protocoles de Paris du 27 mai. L’entrevue Darlan-Hitler de Berchtesgaden du 11 mai fut approuvée par Pétain dans un court message radiodiffusé le 15 mai. Marc Ferro le juge circonspect. « Si nous savons mener à bien les négociations en cours, la France pourra surmonter sa défaite et conserver dans le monde son rang de puissance européenne et coloniale, avait conclu Pétain »18. Mais la déclaration proclamait sans ambiguïté que la France collaborera avec l’Allemagne. Darlan, au Conseil des ministres du 14 mai, avait déclaré « Mon choix est fait, je ne m’en laisserai pas détourner par l’offre sous condition d’un bateau de blé ou d’un bateau de pétrole19 ». Le discours de Pétain appelant les Français à soutenir le Maréchal « sur le chemin de l’honneur et de l’intérêt national », entraîna la suspension des exportations américaines vers l’Afrique du Nord. A titre de sévère avertissement, Roosevelt fît occuper les bâtiments français aux États-Unis, y compris le grand paquebot Normandie. Le Shéhérazade, un pétrolier de la ligne États-Unis-Casablanca, fut arraisonné par les Anglais. Darlan, en représailles, envisagea d’interdire l’Afrique du Nord à Robert Murphy. 11 en fut dissuadé par l’annonce que le gouvernement américain cesserait définitivement tout ravitaillement vers l’Afrique du Nord. Fin mai, le gouvernement américain décida de reprendre le ravitaillement. Les Anglais eux-mêmes avaient donné leur approbation au plan de ravitaillement de l’Afrique du Nord20. Les Allemands intervinrent alors en conditionnant le retour aux États-Unis de deux navires français à la libération simultanée des pétroliers et cargos français arraisonnés et refusèrent la livraison de 10 000 tonnes de caoutchouc indochinois aux États-Unis. Mais le 6 juin 1941 de nouvelles suspensions de chargements intervinrent sur la foi de rumeurs de la cessation des relations diplomatiques entre Vichy et Washington. Les Américains suspendirent encore la ligne quand ils soupçonnèrent un commerce illicite entre la France occupée et New York21. Mais quatre navires de commerce français furent libérés en Argentine et en juillet le pétrolier Shéhérazade et deux cargos, l’île de Noirmoutier et lîle d’Ouessant, partirent des États-Unis, tandis que parallèlement, un pétrolier, le Lorraine, et deux cargos, le Léopold L-D et l’île de Ré, quittaient la Méditerranée. Pourtant la réalisation par Vichy des « contrats » avec l’Axe se poursuivait. Jean-Baptiste Duroselle nous rappelle que Darlan, après sa rencontre avec Hitler, avait facilité le transit des armes allemandes vers l’Irak. Il avait proposé à des Allemands en civil d’utiliser Bizerte. Il était prêt à livrer des camions et permettre l’utilisation par l’Axe de la voie ferrée vers Gabès. Il mit en œuvre deux des trois protocoles de Paris des 27 et 28 mai. L’affaire des camions était connue, Vichy a fourni des camions à l’Allemagne. Voici quelques précisions. Les Américains avaient accepté de céder des camions diesel à l’Afrique du Nord, ce qui était incompatible avec les « contrats » liant Vichy aux puissances de l’Axe. Or il était prévu de livrer aux troupes de l’Axe en Libye 1 405 véhicules prélevés en Afrique du Nord. L’accord Vichy-Allemagne avait été signé le 18 mai 1941, donc après les accords Weygand-Murphy, et repris dans les Accords de Paris. Les matériels auraient été réglés à hauteur de 50 % par le clearing franco-allemand, i.e. en « monnaie de singe »22, et le reste en acier et sucre. On s’arrangea pour qu’une partie de ces produits soit mise à la disposition de la zone libre puis cédée à l’Afrique du Nord par petites quantités. A cela s’ajoutait la livraison de 400 camions de métropole, transitant par l’Afrique du Nord, pour les troupes allemandes de Libye. L’Italie demanda 40 camions pour le transport du blé tunisien à destination de la Libye. Au total, au 31 août, 581 camions avaient été livrés à l’Afrika Korps et 343 attendaient de l’être. Mais l’affaire s’ébruita et le gouvernement américain demanda au gouvernement français de faire cesser les livraisons de camions français à l’Axe. Vichy choisit de rassurer les Américains. Mais si Darlan ou l’amiral Esteva, gouverneur de la Tunisie, minimisèrent auprès des consuls américains la collaboration, la population locale de Tunisie constatait tous les jours les violations répétées de la neutralité française et tunisienne du fait de la livraison à l’Axe de véhicules, de canons, de munitions et la violation de son espace maritime et aérien. Qui le dit ? Esteva lui-même23. De Rose, alors secrétaire général permanent de la DGGAF, promit qu’aucun pneu américain ne serait monté sur les camions livrés à l’Axe24. Les services proposèrent au Conseil des ministres de Vichy, en septembre, de faire cesser toutes nouvelles livraisons aux Allemands. Le contrôle américain pourra s’exercer in situ25. L’aide française était limitée mais inquiétante pour le maintien de l’Empire hors du camp allemand. Les Américains contestèrent donc les listes d’importations déposées par Weygand estimant que certaines demandes dépassaient les besoins (ficelle-lieuse, beurre, viande, fil de fer, et surtout 3 260 camions diesel). Ils cherchèrent à s’assurer qu’aucun élément allemand nouveau ne pénétrait sur le territoire de l’Afrique du Nord. Les États-Unis réclamèrent de l’huile d’olive en quantité importante, ce qui leur fut refusé. Or ils apprirent que du tabac libyen avait été livré à la Tunisie contre de l’huile d’olive (300 tonnes) au titre, était-il dit, d’un contrat de décembre 1940. Weygand exigea cependant, en août 1941, « que toutes les quantités d’huile d’olive disponibles soient réservées par priorité pour les États-Unis aussi bien pour des raisons politiques qu’économiques26 ». Il proposa d’exporter 7 000 tonnes d’huile d’olive de Tunisie vers les États-Unis. Les Américains payaient d’ailleurs un prix excellent pour cette huile, 600 $ la tonne, le double du prix métropolitain. Cela dit pourquoi les États-Unis voulaient-ils cette huile d’olive ? Sans doute plus pour priver l’occupant de ressources en matières grasses que pour leur propre ravitaillement. Weygand, en acceptant, prenait, à l’évidence, une décision politique en toile de fond de son combat avec Darlan. Ayant appris ces accords, les Allemands interdirent toute exportation vers les États-Unis, au mépris de la convention d’armistice. Ils protestèrent aussi à propos des exportations de liège au nom du contrôle des exportations de matières premières pour la guerre. Ils en exigèrent pour leur propre compte. Paradoxalement, les incidents de parcours furent nombreux du fait des Britanniques et des Américains. Mais ils résultèrent surtout de la politique de collaboration de Vichy.

  • 27 Marc Ferro, Pétain, Fayard, 1987, p. 358-359.

17Les réactions des Américains ont sans aucun doute aidé Weygand, le 3 juin 1941 à Vichy, à résister à la politique de collaboration militaire de Darlan. Elles n’ont pas suffi à le maintenir à la tête de son proconsulat d’Afrique du Nord en novembre. Les relations étroites entretenues par Weygand avec Murphy, et derrière elles, ses choix en faveur d’une résistance à la politique de collaboration, entraînèrent son rappel, le 18 novembre 1941, à la demande des Allemands et de Darlan. L’heure de la résistance sonnait, écrit Marc Ferro pour ceux qui attendaient les Américains et Weygand27. Les Américains auraient-ils encore foi en Pétain après ce renvoi ? Weygand fut remplacé par le général Juin comme commandant en chef des troupes d’Afrique du Nord et il n’y eut plus de délégué général du gouvernement en Afrique. Une seconde crise éclata. Les Américains suspendirent les accords Weygand-Murphy le 21 novembre 1941 et annoncèrent une aide prêt-bail aux forces du général de Gaulle. Cependant ils reprirent leur aide à l’Afrique du Nord en décembre après les déclarations de Vichy sur le maintien du statu quo des colonies françaises. Murphy avait conseillé le maintien, voire l’intensification de l’aide économique à l’Afrique du Nord.

  • 28 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, E, 45.
  • 29 André Béziat, op. cit.. p. 201.
  • 30 Christine Lévisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 173.

18Une troisième crise éclata fin décembre 1941 alors que les États-Unis étaient entrés en guerre contre l’Allemagne et que Vichy refusait une aide militaire américaine en cas d’attaque allemande sur la zone libre et l’Afrique du Nord. La fin de l’année 1941 fut un moment difficile pour les équipages des navires français aux États-Unis. L’USMC débarqua autoritairement les équipages français des cargos et pétroliers immobilisés et réquisitionna le Normandie le 17 décembre 1941. Elle exigeait que les deux pétroliers français, le Shéhérazade et le Touraine, ainsi que six cargos lui soient affrétés coque nue. Elle renonça cependant à l’affrètement des pétroliers français inutilisés aux Antilles28. Une autorisation avait été demandée à la Commission allemande d’Armistice qui la refusa, mais l’accord fut appliqué tout de même devant l’intense pression américaine. L’affaire se termina le 31 décembre 1941. Les six cargos furent placés sous pavillon américain. La situation du Normandie fut résolue, avant son dramatique incendie et sa perte le 9 février 1942 au quai de la French Line à New York. Les États-Unis proposèrent aux autorités de Vichy d’acheter le Normandie pour la durée de la guerre et de le revendre au gouvernement français à la fin de la guerre. Le Normandie fut en fait réquisitionné. Darlan avait essayé de céder le navire contre un ravitaillement régulier de l’Afrique du Nord. Ces problèmes réglés, d’autres surgirent avec la poursuite des accords d’aide aux armées de l’Axe (accords de Rome, Delta et Gamma, de décembre 1941). Estéva fournit du blé aux Italiens en Libye, en principe contre l’équivalent à la métropole, pour éviter les transports en mer29. En fait il a clairement collaboré avec les Italiens et les Allemands. « Il a constitué des sociétés privées, dirigées par des Italiens, sous couvert desquels il ravitaille les Allemands à travers la Tunisie », écrit Christine Lévisse-Touzé30. Les Américains apprirent aussi avec consternation l’arrivée inopinée à Toulon du cuirassé Dunkerque. Darlan expliqua que le Dunkerque avait été maintenu à Oran et non à Toulon, en échange du ravitaillement de l’Afrique du Nord, ce que les États-Unis contestèrent. Darlan dut reconnaître l’aide à l’Axe. Il demanda « l’absolution » pour avoir fourni aux Italiens essence et camions alors que les Américains se préparaient à faire repartir le ravitaillement. La question de l’aide de Vichy à l’Axe vue à travers les quelques documents du fonds Vichy apparaît presque sans importance. Ces documents reflètent le souci de l’administration de l’époque de banaliser l’engagement de Vichy. On présente ces livraisons à l’Axe comme la réalisation de contrats commerciaux. Pourtant elles prouvent que la collaboration économique et militaire a été réelle, sans avoir été décisive pour l’effort de guerre allemand. Le ravitaillement de l’Afrique du Nord reprit le 24 mars 1942 avec 4 navires, Lie de Ré, île d’Ouessant, Aldébaran, île de Noirmoutier en échange de livraisons aux États-Unis de caoutchouc d’Indochine et de cobalt d’Afrique du Nord.

19La quatrième crise s’annonça avec le retour au pouvoir de Laval en avril 1942 ; les États-Unis suspendirent leur aide le 15 avril 1942. Ils stoppèrent aussi les préparatifs du chargement du cargo de vivres prévu pour les enfants de France, le Mount Everest. Mais ils la reprirent ensuite et même l’accélérèrent en juin et août 1942, quand Vichy fournit de l’huile d’olive, du liège et du tartre aux États-Unis. Les Américains disposaient-ils favorablement les populations d’Afrique du Nord à l’opération Torch ? Était-ce en raison de nouveaux témoignages de loyauté envers les alliés donnés par l’amiral Darlan, qui reniait sa ligne politique antérieure ? Était-ce simplement pour conserver des observateurs et des gages stratégiques en Afrique du Nord ? Des négociations eurent lieu sur l’affectation des cargos français à la ligne Afrique du Nord-États-Unis. Le matériel français était abondant. On dénombrait alors dans les ports américains 20 navires français d’un tonnage de 196 313 tonneaux. Les Américains autorisèrent le ravitaillement de l’Afrique du Nord en produits pétroliers contre la non-exportation des produits stratégiques, cobalt, chrome et molybdène. Des discussions eurent lieu sur les questions commerciales. Murphy partit à Washington pour en discuter, mais en fait pour préparer le débarquement en Afrique du Nord. Entre-temps les navires chargés de cotonnades des États-Unis, de sucre, de sulfate de cuivre pour les vignes, de tabacs et de produits pétroliers de Curaçao et Aruba avaient repris leur ronde.

Un bilan contrasté

  • 31 Guerre 1939-1945, Vichy. Asie, série E, 44. journal des télégrammes au 12 octobre 1941.

20Quel est le bilan du ravitaillement de l’Afrique du Nord par les États-Unis. La valeur du programme de ravitaillement de l’Afrique du Nord était de 80 millions $ pour le dernier semestre de 1941. Les accords améliorèrent quelque peu le ravitaillement de l’Afrique du Nord. On put se croire revenu à la normale. Mais c’était un leurre. En septembre 1941, 86 000 tonnes de commandes privées furent impossibles à satisfaire, alors qu’à New York, des firmes israélites, était-il précisé par l’administration française, s’efforçaient de rassembler les produits destinés à l’Afrique du Nord. Pour tenter d’obtenir davantage de produits américains, les autorités d’Afrique du Nord encouragèrent, à la demande des États-Unis, les exportations de produits locaux, comme l’alpha ou le liège, ou encore l’huile d’olive. En octobre 1941 la majeure partie de la récolte d’alpha (sur 200 000 tonnes), de liège (10 000 tonnes sur une production de 18 000 tonnes), une importante partie des stocks de crin végétal (10 000 tonnes sur 39 000 tonnes), la totalité des 900 tonnes de scilles rouges, 20 tonnes sur 138 d’huiles essentielles, 2 500 tonnes de tartre sur 2 700, la moitié des boyaux salés, des terres rares furent mis à la disposition des États-Unis31.

  • 32 Guerre 1939-1945. Vichy, Amérique, USA, 51, 24 février 1942, note de Vichy, direction du Commerce.
  • 33 Christine Lévisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel. 1998. p. 187 e (...)

21Un an après l’accord Weygand-Murphy, le bilan restait indigent. Au point de vue politique, Vichy avait été obligé d’accepter une 3e commission de contrôle, américaine cette fois-ci, plus sympathique que l’allemande et l’italienne. Mais la souveraineté française était profondément atteinte en termes de liberté de circulation, de commerce et de ravitaillement. L’Afrique du Nord avait reçu 50 000 tonnes de produits américains divers (lait concentré, sucre, thé, tabac, cotonnades, sacs, ficelles-lieuse, pièces de machines agricoles, sulfate de cuivre, produits pharmaceutiques) et 45 000 tonnes de produits pétroliers au lieu des 440 000 tonnes de produits solides et des 94 000 tonnes de produits pétroliers prévus. 4 cargos et 2 pétroliers seulement avaient fonctionné entre Casablanca et New York. 3 cargos supplémentaires avaient été prévus pour renforcer la ligne, mais les Britanniques voulaient voir sortir de Méditerranée autant de navires français. Sans être idéale la situation économique de l’Afrique du Nord était-elle très grave ? L’information essentielle puisée dans la documentation a trait aux difficultés de la récolte mécanisée des céréales. Il fallait de l’essence pour les tracteurs et de la ficelle-lieuse pour les moissonneuses-batteuses. Il y avait en février 1942, 3 mois de consommation de lait concentré, 3 mois de thé, mais 40 % seulement de ficelle-lieuse, un mois de cotonnades, 4 mois de carburant associé à l’alcool local, 5 mois de gas-oil, 3 mois de mazout. Il est toujours délicat de se fier aux appréciations qualitatives des témoins. Mais les populations européenne et arabe ont été satisfaites de cette aide. L’activité économique avait repris dans le liège, l’huile d’olive, les poissons séchés et les conserves, l’importation de pétrole, de charbon, de tabac, d’après l’administration32. L’apport économique américain représentait alors 8,1 % des importations de l’Afrique du Nord, des importations insuffisantes pour contenir l’inflation ou satisfaire les consommateurs33.

22Les États-Unis firent le choix de soutenir la souveraineté de Vichy sur l’Afrique du Nord en favorisant au mieux les tendances pro-américaines et anti-allemandes de l’entourage de Pétain : Weygand, puis Darlan en avril-mai 1942. Roosevelt a passé aisément sur les dérapages connus de Vichy en faveur de l’Axe. Mais c’est tout de même avec une extrême prudence qu’il a accepté de ravitailler au compte-gouttes un fragment d’empire français qui pourrait un jour reprendre la guerre. De Gaulle et les résistants étaient bien seuls tandis que Roosevelt se conciliait successivement les bonnes grâces des proconsuls vichyssois, de Weygand à Darlan, en passant par Juin, Esteva, Noguès et Chatel.

Les autres interventions américaines

23D’autres aides américaines à la Vichy ont été offertes générant plus de conflits que de satisfactions. Le point important portait sur les Antilles. Au cœur des Caraïbes, cœur de l’empire américain, les Antilles françaises et vichystes gênaient les États-Unis en raison officiellement de la présence d’or, d’avions et de navires de guerre français qui pouvaient, sait-on jamais, passer à l’ennemi. En fait la souveraineté exercée par la France était toujours ressentie comme une immixtion intolérable dans une région du domaine supposé des États-Unis. La petite aide américaine à la France métropolitaine répondait, quant à elle, à des préoccupations humanitaires. Elle indiquait, comme pour l’Afrique du Nord, que tout ce qui concernait la France, faisait partie de la sphère d’intérêt des États-Unis.

L’aide humanitaire à la France

24La situation alimentaire en France était difficile, on le sait, plus en raison des pillages et réquisitions allemands, de la fermeture de la ligne de démarcation ou des pertes de récoltes de l’été 1940 qu’à une pénurie absolue. L’ambassadeur américain, l’amiral Leahy, tenta d’aider la France non occupée et occupée avec une aide humanitaire tant la situation des populations lui parut difficile au cours de l’hiver 1941. La question était posée de savoir comment distribuer efficacement l’aide américaine sans qu’elle puisse profiter aux Allemands et en présence de la presse américaine. La zone occupée avait besoin de médicaments, de blé, de vêtements.

  • 34 André Béziat, op. cit.. p. 134.

25Vichy a voulu faire ravitailler la zone Sud avec du blé américain. Vichy souhaitait disposer de 500 000 tonnes de céréales. Le gouvernement des États-Unis a pris la décision de fournir les tonnages requis en blé et en maïs entre avril et septembre 1941. Mais le transport posait de redoutables problèmes comme il a été dit plus haut. Roosevelt fut d’accord pour envoyer rapidement 15 000 tonnes. En mars, le gouvernement américain annonça le départ prochain d’un navire de la Croix-Rouge avec des médicaments et des vêtements pour les enfants de France. Deux cargos de la Croix-Rouge américaine purent convoyer tout de même 15 000 tonnes de farine américaine jusqu’à Marseille en mai 1941, le Cold Harbor et l’Exmouth, bien accueillis par la population française34.

  • 35 Robert O. Paxton, op. cit.. p. 117.
  • 36 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E 41 – 42.

26Ces événements, mineurs par rapport à l’histoire de la collaboration de Vichy avec l’Allemagne, se développaient sur une toile de fond autrement inquiétante. C’était le temps de la rencontre Darlan-Hitler à Berchtesgaden, le 11 mai 1941, celui des Protocoles de Paris des 27 et 28 mai 1941, des facilités offertes à l’Axe en Afrique du Nord et à Dakar. Les transports ferroviaires de la zone non occupée profitaient aux Allemands. Le risque était pris, dit Jean-Baptiste Duroselle, d’une guerre avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. Pour décourager Vichy d’appeler à l’aide les Américains aussi bien en Afrique du Nord que dans la zone Sud, les Allemands annoncèrent un plan d’échange franco-allemand entre zone Sud et zone occupée : blé de la France du Nord contre huile d’olive, sucre, légumes etc. On annonça que 800 000 t de blé Nord devaient arriver dans le Sud. A quoi bon une aide américaine ? Devant les risques de prélèvements allemands de nourriture comme de matières premières stratégiques, caoutchouc, bauxite, les Britanniques s’efforcèrent d’interdire les échanges métropole-Empire comme il a été montré plus haut. Paxton écrit qu’une véritable guerre navale a éclaté entre la France et la Grande-Bretagne au printemps 194135. Malgré les démentis, les prélèvements allemands sur les stocks français en zone non occupée furent réels. 25 à 30 % des denrées d’outre-mer arrivant à Marseille furent prélevées au profit des occupants. La tension franco-britannique se transforma en tension franco-américaine le 15 mai après la déclaration de Pétain et de Darlan en faveur d’une collaboration militaire. On en a vu les conséquences à propos de l’aide américaine à l’Afrique du Nord. Elle provoqua aussi la rupture des négociations franco-américaines sur l’aide en blé pour la zone non occupée. Les deux cargos qui avaient amené à Marseille 14 000 t de farine et de blé furent maintenus à quai, malgré la promesse d’un retour sur les États-Unis36.

  • 37 Guerre 1939-1945, Londres, CNF, 473.

27L’aide humanitaire put reprendre en octobre 1941 avant l’éviction de Weygand. 4 bateaux d’aide alimentaire, rassemblée par la Croix-Rouge américaine mais payée par Vichy, furent envoyés en France. L’aide était insignifiante au total puisqu’il aurait fallu 170 navires pour transporter les 500 000 tonnes de céréales réclamées par Vichy. D’autres tentatives de ravitaillement humanitaire furent organisées. Vichy acheta aux États-Unis en septembre 1942 des vêtements qu’il souhaitait faire arriver en France par l’Afrique du Nord. Vichy fit savoir à la Croix-Rouge suédoise qu’il prendrait à sa charge tous les frais de transports et de distribution. Les Britanniques qui avaient tout d’abord refusé le déchargement en France d’un navire de la Croix-Rouge avec une cargaison de gruau d’avoine et de farine phosphatée, autorisèrent le convoyage de lait et de layette pour le Sud de la France. Le Mount Everest fut chargé de 4 500 tonnes de lait concentré et de layette pour la zone non occupée. La France libre soutint cette opération au nom de l’intérêt des populations. Alphand écrivit le 23 septembre 1942 à Pleven que « jusqu’à présent nous n’avons pas eu connaissance de prélèvements allemands sur les produits (lait en poudre pour les enfants, vitamines, vêtements pour les enfants, médicaments, farine) qui ont été expédiés par les États-Unis vers Marseille et dont la distribution a été organisée par les soins de la Croix-Rouge américaine »37. En février 1943, la France libre fit une démarche de même nature pour financer un bateau suédois chargé de produits d’urgence.

L’affaire des Antilles

  • 38 Voir le chapitre premier.
  • 39 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 41-42.

28Les Antilles faisaient partie de la zone d’intérêt stratégique des États-Unis et des États américains que Vichy reconnaissait, les Caraïbes. L’amiral Robert, gouverneur des Antilles, craignait une opération de type Mers el-Kébir sur les Antilles où se trouvaient l’Emile-Bertin, un croiseur chargé de 306 tonnes d’or de la Banque de France, le croiseur Jeanne-d’Arc et le porte-avions Béarn, avec 107 avions d’origine américaine à bord38. L’amiral américain John W. Greenslade vint en Martinique le 1er août 1940 et passa un accord avec l’amiral Robert le 6. Les avions furent débarqués et désarmés. Les navires de guerre reçurent l’autorisation de circuler dans la zone des Caraïbes, à condition de prévenir deux jours d’avance. Ils devaient demander l’autorisation d’aller hors zone. Un observateur américain serait présent aux Antilles. Le ravitaillement en provenance des États-Unis put reprendre d’une façon limitée. En octobre 1940, les Français demandèrent l’autorisation de déplacer les avions en Indochine dans l’attente d’un affrontement avec le Siam. Les États-Unis et les Anglais furent d’accord, mais les Allemands refusèrent en janvier 1941. Pour paraître plus libérale la Commission d’armistice de Wiesbaden autorisa, le 13 février 1941, le transfert en Afrique du Nord des avions du Béarn sous forme de pièces détachée afin de servir à l’entretien des avions américains de même type équipant les forces françaises d’Afrique du Nord39. Mais le Département d’État à son tour l’interdit. Vichy voulut revendre ces avions aux États-Unis, mais une clause de l’armistice empêcha cette transaction. Ils furent finalement quasiment abandonnés. Les États-Unis obtinrent aussi un droit de regard sur l’or de la Banque de France transporté aux Antilles. Il s’agissait d’empêcher toute utilisation du stock d’or contre les intérêts américains et anglais, i.e. de le mettre à la disposition de l’effort de guerre de l’Axe. Le transport de l’or français était interdit sauf autorisation du gouvernement américain. En fait la situation aux Antilles n’était nullement comparable à celle de l’Afrique du Nord. La méfiance envers les Français était telle que des rumeurs de débarquement américain se répandirent. Les Antilles furent mises en état de quasi blocus. Un torpilleur américain stationna en permanence devant Fort-de-France pour surveiller les allers et venues. La valeur du ravitaillement consenti aux Antilles tomba de 900 000 $ par mois à 600 000 $. Toutefois le Département d’État reconnut en avril 1941 que l’accord Robert-Greenslade était exécuté loyalement, ce qui ouvrit aux Antilles la possibilité d’être mieux ravitaillées en mazout et en produits divers.

  • 40 Guerre 1939-1945. Vichy, Amérique, USA, 41-42.

29La situation économique et alimentaire des îles, précaire, dépendait donc étroitement du commerce autorisé avec les États-Unis, en dépit de quelques mouvements de navires des Antilles vers l’Afrique du Nord, souvent aux risques et périls des Français face à la croisière britannique quand il n’y avait pas de navicert. La politique américaine était de limiter les exportations américaines vers les Antilles pour interdire toute idée de réexportation vers la France. Le trafic reprit entre les Antilles et l’Afrique du Nord en août 1941, à condition qu’il n’y ait pas de commerce entre la métropole et les Antilles par l’Afrique du Nord. Seuls les produits d’Afrique du Nord pouvaient faire l’objet d’un commerce et d’un transport. Un seul sac de courrier était autorisé en provenance de Marseille ! Les Américains autorisèrent les Français à transporter du sucre antillais vers Casablanca, mais sans possibilité de ramener un fret de métropole pour éviter toute aide économique à l’ennemi allemand. Malgré les protestations de l’amiral Robert qui évoqua les atteintes à la souveraineté française, Vichy donna son accord verbalement en mai 1941. Il est extraordinaire de constater combien Vichy était tombé sous la coupe des exigences américaines. Des autorisations devaient être demandées pour tout, du déplacement des grands navires de guerre à l’achat de pièces de rechange pour les matériels des PTT. L’amiral Robert obtempéra, mais il protesta contre les violations répétées du territoire français des Antilles par les avions américains40. Les Antilles françaises, dans l’aire d’influence et de sécurité des États-Unis, n’étaient pas aidées, mais plutôt bloquées par les Américains au nom des intérêts stratégiques des deux démocraties atlantiques.

Conclusion

30Le gouvernement de Vichy a sollicité les États-Unis de lever les contraintes pesant sur le trafic atlantique en direction de l’Afrique du Nord et de la France, ou entre l’Afrique du Nord et la zone non occupée. Cette aide requise était à la fois économique et politique. L’aide politique devait servir à peser soit sur les Anglais, soit sur les Allemands. Les États-Unis agissaient en faveur de l’Afrique du Nord pour contraindre Vichy à résister à l’Axe. La France de Vichy jouait le jeu du faible au fort dans les pires conditions, car elle prétendait se servir de sa dépendance vis-à-vis des États-Unis comme de l’Allemagne pour retrouver une liberté d’action totalement interdite par les grands. La France était menacée militairement dans les Antilles par les États-Unis ; ses navires de commerce pouvaient être arraisonnés par la Grande-Bretagne ou les États-Unis, elle risquait l’invasion de l’Afrique du Nord ou de la zone sud par l’Allemagne et l’Italie. L’aide américaine à la France de Vichy et à l’Afrique du Nord de Weygand ne répondait pas à des soucis humanitaires, bien que l’opinion publique américaine ait pu y être sensible. L’aide américaine dispensée alors que les États-Unis étaient neutres trahissait l’implication de plus en plus forte des États-Unis dans un conflit dont ils n’étaient pas partie prenante directement avant le 11 décembre 1941. Le ravitaillement de l’Afrique du Nord était vu par les diplomates américains comme une partie serrée avec l’Allemagne dès l’été 1940. Le contrôle de l’Afrique du Nord par les forces de l’Axe aurait été le début d’un contrôle plus large des voies de communications Nord-Sud et une excellente base de départ pour le contrôle de l’Atlantique. Roosevelt avait lu les travaux de l’amiral Alfred T. Mahan. L’aide renforça les partisans en France et en Afrique du Nord d’une reprise de la guerre contre l’Allemagne, sans pour autant en avoir été l’instrument décisif. L’aide américaine à l’Afrique du Nord relevait d’un engagement politique et stratégique américain. La grande mutation américaine commencée en 1938 avec les premiers contrats français d’avions se poursuivait par cette aide et par le vote de la loi prêt-bail, le 11 mars 1941. L’aide économique à l’Afrique du Nord répondait mal aux besoins des populations, mais là n’était pas sa raison essentielle. Elle était un élément de la stratégie américaine de containment de l’Allemagne, puis de reconquête de l’Europe. La présence américaine en Afrique du Nord fut importante, tout autant que celle des Allemands (200 Allemands au Maroc seulement). Le bras de fer se développa sur le dos des Français de Vichy qui vécurent trois dépendances, celle des États-Unis, celle de la Commission allemande d’armistice, celle des Britanniques. Quelle fut la plus dure ou la plus humiliante ? L’allemande, évidemment, de laquelle procédaient les deux autres. Mais peu importe ! La France de Vichy se croyait encore puissante grâce au Dunkerque, au Richelieu et à la Flotte de guerre. Or elle dut s’enkyster comme aux Antilles ou à Alexandrie, et subir l’humiliation de ne plus pouvoir bouger sans l’autorisation de Washington ou de Londres, ou devoir discuter avec trois interlocuteurs pour le moindre transport des États-Unis vers l’Afrique du Nord, mais aussi des Antilles vers l’Afrique du Nord et de l’Afrique du Nord vers la métropole. En aidant l’Afrique du Nord, les Américains gagnaient une autre bataille pour l’avenir. Ils manifestaient leur attention aux populations locales colonisées. Ce que le colonisateur n’avait pas fait, eux le faisaient. Ils étaient capables de fournir les cotonnades dont les populations étaient friandes, ce qui faisait sortir des caches le blé ou les produits agricoles. Les États-Unis étaient puissants, riches et généreux.

Notes

1 Jean-Baptiste Duroselle, L ‘abîme, 1939-1944, Seuil, Histoire, 1982-1986, p. 302.

2 Cité par Jean-Baptiste Duroselle p. 352, op. cit., L ‘abîme.

3 François Delpla « Du nouveau sur la mission Rougier », Guerres mondiales et conflits contemporains, 178, avril 1995, p. 103 et séq. ; cf. Robert Frank, « Vichy et les Britanniques, 1940-1941 : double jeu ou double langage », Vichy et les Français, Fayard, 1992, p. 144-161.

4 Louis Rougier, Les accords secrets franco-britanniques, Paris, Grasset, 1954, p. 30-31.

5 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43 Noguès, tele 1372, 28 décembre 1940.

6 Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Seuil, 1972, p. 93.

7 Christine Lévisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 140.

8 Roger Goetze, Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1938, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 78-79.

9 Jean-Baptiste Duroselle, l’abîme, 1939-1944, 1982,1986, Imprimerie nationale, p. 468.

10 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Gallimard, 1996, p. 286.

11 Christine Lévisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 161.

12 Cité par André Béziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945) : la diplomatie de l’entêtement, l’Harmattan, 1997, p. 131.

13 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43, Weygand, DGGAF à Pétain maréchal de France, sur le voyage en Afrique de Murphy, 18 décembre 1940.

14 .Une autorisation de navigation délivrée par les Britanniques. (Abrév. pour navigation certifîcate).

15 .Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43, Weygand 1er mars 1941, n° 871/SGP à Pétain et à Darlan sur les entretiens avec Murphy du 26 février.

16 .Voir le récit de Kenneth Pendar, Le dilemme France-États-Unis, Une aventure diplomatique, Montréal, 1946.

17 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 43, journal des télégrammes pour avril 1941.

18 Marc Ferro, Pétain, Fayard, 1987, p. 316.

19 Marc Ferro, op. cit., p. 315.

20 Guerre 1939-1945, Asie, Vichy, série E, 43, télégramme de Washington à Vichy, 1107-1108 du 29 mai 1941.

21 B 21880, Vichy, diplomatie, 29 juin 1941.

22 Le clearing était une comptabilité en partie double, indiquant ce qui entrait en France en provenance d’Allemagne et ce qui en sortait à destination d’Allemagne. Du Fait de l’Occupation il sortait de France bien davantage qu’il n’entrait. Mais la balance n’a jamais été faite !

23 Guerre 1939-1945, Vichy, DGGAF, 6, Esteva, août 1941.

24 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 40.

25 . Guerre 1939-1945. Vichy, Asie, série E, 44 relations commerciales, Vichy, 12 septembre 41, note commune des Affaires étrangères, des Finances et de la Guerre pour le Conseil des ministres, « a/s, cession de camions par la France aux Puissances de l’Axe ».

26 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 44. Direction des services économiques et financiers, Vichy, 16 août 1941. note pour le ministre, n° 19703, F.-D. Gregh.

27 Marc Ferro, Pétain, Fayard, 1987, p. 358-359.

28 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, E, 45.

29 André Béziat, op. cit.. p. 201.

30 Christine Lévisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel, 1998, p. 173.

31 Guerre 1939-1945, Vichy. Asie, série E, 44. journal des télégrammes au 12 octobre 1941.

32 Guerre 1939-1945. Vichy, Amérique, USA, 51, 24 février 1942, note de Vichy, direction du Commerce.

33 Christine Lévisse-Touzé, l’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Albin Michel. 1998. p. 187 et 195.

34 André Béziat, op. cit.. p. 134.

35 Robert O. Paxton, op. cit.. p. 117.

36 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E 41 – 42.

37 Guerre 1939-1945, Londres, CNF, 473.

38 Voir le chapitre premier.

39 Guerre 1939-1945, Vichy, Asie, série E, 41-42.

40 Guerre 1939-1945. Vichy, Amérique, USA, 41-42.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540