Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Document annexe 1. Lettre de Paul Leroy-Beaulieu à M. Morgenthau, 2 décembre 1943

Paul Leroy-Beaulieu

Texte intégral

1Source : B 33683
Auteur : Paul Leroy-Beaulieu
Langue : anglais, traduction
Date 2 décembre 1943.

A. LETTRE D’ACCOMPAGNEMENT

2le 2 décembre 1943,

3Cher M. Morgenthau,

4Suite à notre conversation d’hier, je vous envoie, ci-joint, un mémorandum concernant nos achats d’avions et d’armements aux États-Unis en 1939-40.

5Je crois que mon récapitulatif est correct même si je risque d’avoir mélangé certaines dates. Comme je vous le disais, j’ai conservé un journal du temps qui est en lieu sûr en France et qui donne un compte-rendu plus détaillé des faits.

6Je saisis l’occasion de vous remercier une fois encore de l’aide que vous nous avez apporté en ces jours critiques ; vous avez été si agréable avec moi que j’ai vraiment pensé que j’étais quelqu’un de votre famille.

7Très sincèrement votre.

8P. Leroy-Beaulieu

9M. Henry Morgenthau Jr., Secrétaire à la Trésorerie »

B. MÉMORANDUM

1. Achats français d’avions et d’armements aux États-Unis en 1939-40.

10« Le 26 août 1939, M. Paul Reynaud, ministre français des Finances, m’appela à Paris de la campagne et me dit que je devais partir en avion pour Washington, la guerre étant inévitable. M. Bullitt, l’ambassadeur américain en France s’occupa de me trouver une place sur le clipper qui partait de Marseille le jour suivant. Mais la météo nous retint trois jours à Lisbonne et nous arrivâmes à New York le 1er septembre, jour où l’Allemagne envahit la Pologne. Je volais immédiatement sur Washington et j’allai voir le secrétaire au Trésor, M. Henry Morgenthau Jr. Je dis au secrétaire que le gouvernement français avait donné des instructions au colonel Jacquin, chef de la mission Air et à moi-même pour acheter tous les avions et moteurs qui pourraient être trouvés sur le marché et que nous financerions le développement des usines d’aviations si cela s’avérait nécessaire. Comme l’acte de neutralité interdisait toutes ventes de matériels de guerre des États-Unis aux belligérants, j’interrogeais le secrétaire s’il pensait que nous pourrions quand même placer nos contrats. Il me dit d’avancer et de faire les choses aussi vite que possible.

11A la fin de septembre nous avions déjà contacté United Aircraft Corporation, Curtiss-Wright, Douglas et Glenn-Martin pour l’achat de plus de 2 000 avions et 5 000 moteurs. Ces firmes nous demandèrent le paiement de 25 % à 50 % du montant prévu pour pouvoir acheter les matières premières et développer leurs usines. Au début d’octobre je reçus un câble du Trésor français exprimant son anxiété de devoir payer cash de grosses sommes alors que nous n’étions pas sûrs d’avoir la livraison des marchandises puisque la levée de l’embargo sur les armes paraissait encore douteux et me demandant quelles étaient les perspectives. Je répondis que j’étais convaincu que l’embargo serait levé.

12Au même moment je reçus la visite de mon collègue, M. Pinsent, conseiller financier auprès de l’ambassade de Grande-Bretagne qui me dit que l’ambassadeur de Grande-Bretagne, Lord Lothian, était ennuyé que nous placions des contrats avant l’abrogation de l’acte de Neutralité. Lord Lothian craignait que le Congrès entende parler de nos démarches et que l’administration soit accusée de complicité de violation de l’embargo sur les armes, et que l’abrogation de la loi soit retardée. Je dis à mon collègue que nous avions un besoin urgent d’avions, que nous ne pouvions pas attendre la levée de l’embargo. Un délai de deux ou trois mois dans la livraison des avions pourrait changer le sort de la guerre. M. Pinsent insista tellement que je crus bon de parler de cette affaire avec le secrétaire à la Trésorerie. Je vis M. Morgenthau le 6 octobre. Il me dit qu’il pensait que nous étions très malins et ajouta qu’il en parlerait au Président et me demanda de venir le voir le lendemain. Quand je revins à son bureau le matin suivant il manifesta une très grande hauteur de vues et me dit : « vous avez le feu vert. Vous pouvez placer vos contrats ». M. Morgenthau dit que si j’avais le moindre problème, je pourrais venir le voir, et il insista pour que je le fasse chaque semaine, le mercredi matin, parce qu’il déjeunait habituellement avec le Président ce jour-là et qu’il pourrait attirer son attention sur ces questions sans perte de temps. M. Morgenthau ajouta que je pourrais prendre l’ascenseur privé et accéder à son bureau par l’entrée privée, car la presse était en permanence alentour. Je le fis durant les mois d’octobre et de novembre et je trouvais toujours le secrétaire des plus complaisant et agréable.

13Pendant la seconde semaine d’octobre nous reçûmes des instructions de Paris pour essayer d’obtenir des projecteurs et des canons de D.C.A. de l’armée américaine. L’état-major général était très impressionné par les dommages épouvantables causés à Varsovie et aux villes polonaises du fait des bombardements aériens. Il craignait que les Allemands ne puissent commencer à bombarder les villes françaises pendant l’hiver. J’allai voir M. Morgenthau et insistai sur le fait que nous avions besoin de ces projecteurs et des canons antiaériens pour protéger les populations civiles. Il fut extrêmement impressionné par notre requête et me dit qu’il prendrait l’affaire en mains avec le Président pendant le week-end car il allait à Hyde Park. « Nous aurons besoin du Président », me dit-il, « car la plupart des collaborateurs du War départements n’ont pas encore compris que nous allons faire la guerre ». Le dimanche suivant, je reçus un appel du secrétariat de M. Morgenthau me demandant de venir à son bureau au département du Trésor. Quand j’arrivai là-bas, on me dit que M. Morgenthau aimerait me parler sur une ligne privée en liaison avec Hyde Park. M. Morgenthau m’appela et dit d’une voix très joyeuse que tout était arrangé et que nous aurions les projecteurs et les canons de DCA.

14En décembre 1939, après l’abrogation de l’embargo sur les armes, la mission française d’achats fut réorganisée. Un bureau anglo-français d’achat fut installé à Londres sous la direction de M. Jean Monnet, la branche américaine du Board fut dirigée par M. Purvis pour les Britanniques et par M. Bloch-Lainé pour les Français. L’administration américaine créa un comité pour traiter avec les alliés les problèmes des achats et mes contacts avec M. Morgenthau devinrent moins fréquents.

15En juin 1940, après la signature de l’armistice par le gouvernement français, les Britanniques nous demandèrent de leur céder tous les contrats d’armements et d’avions aux États-Unis, d’une valeur totale de plus de 1,1 milliard S. Nous étions alors totalement coupés de la France puisque le gouvernement se déplaçait d’une ville à l’autre devant l’avance allemande. M. Bloch-Lainé, le colonel Jacquin et moi-même tinrent une réunion durant la nuit du 16 juin et décidèrent d’accepter la requête britannique et de rétrocéder tous nos contrats. Je travaillai sur les clauses financières de l’accord le 17. Il était très important d’un point de vue légal que l’accord puisse être signé avant que l’armistice ait été formellement conclu et tant que nous avions encore le pouvoir d’agir comme représentants du gouvernement français.

16Pour rendre plus faciles les choses aux Britanniques nous fûmes d’accord pour ne pas réclamer le remboursement des avances que nous avions faites aux firmes américaines, qui dépassaient les 300 millions $, jusqu’à ce que les marchandises soient livrées aux Britanniques.

17Le 18 juin une réunion eut lieu dans le bureau de M. Morgenthau entre les représentants britanniques et français et beaucoup d’officiels de la trésorerie incluant M. Harry White et M. L. Bernstein. M. Morgenthau, qui appuyait fortement la négociation, demanda si tout était bouclé. Il semblait très heureux quand il apprit que l’accord était signé.

18Ainsi les Britanniques bénéficièrent finalement des avions que nous avions commandés avec l’approbation de l’administration avant l’abrogation de l’embargo sur les armes. Plusieurs centaines de ces avions prirent part à la bataille d’Angleterre pendant l’automne de 1940 ».

Auteur

Attaché financier auprès de l’ambassade de France aux États-Unis, 1937-1940.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540