Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960

 | 
Gérard Bossuat

Introduction

Texte intégral

1Le 5 juin 1997 l’Europe s’est souvenue du discours de George C. Marshall, secrétaire d’État du président Harry Truman. Dans ce discours, prononcé à Harvard (Mass.) le 5 juin 1947, Marshall proposait d’aider l’Europe à se relever économiquement après les désastres de la seconde guerre mondiale. L’aide était offerte à l’ensemble de l’Europe. L’URSS était invitée à participer à ce relèvement. Pour la ive République, le plan Marshall fut une aubaine. Il fut l’occasion de réaliser les objectifs de la modernisation française réclamée par le GPRF dès le temps d’Alger en 1943 et mis en oeuvre ensuite par Monnet. Le plan Marshall, par sa notoriété, a éclipsé les autres aides à la France comme si elles n’avaient jamais existé. Ce livre conduit le lecteur, de 1938 à 1960, à la recherche de toutes les aides américaines fournies à la France avant et après le plan Marshall. L’aide américaine fut inégale durant ces 22 années et inégalée depuis. Elle a décliné à partir de 1955 pour disparaître en 1958. Qu’est-ce que l’aide ? Paradoxalement ce n’est pas toujours un don. On conviendra que l’accès des Français et des Britanniques au marché américain des avions de guerre en 1938, en pleine neutralité, était une forme d’aide de l’administration américaine aux Démocraties. L’aide américaine à l’Afrique du Nord administrée par Vichy, sous la forme d’un accès au marché américain, est plus surprenante. Elle éclaire d’un jour nouveau les choix de politique étrangère des États-Unis, alors qu’ils n’étaient pas encore en guerre contre l’Axe. Les débats sur l’accès du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF) au prêt-bail sont passionnants pour ce qu’ils nous disent de la faiblesse fière de De Gaulle et sans doute de la dramatique incompréhension de Roosevelt du cas français. La période des prêts américains d’après-guerre conduit à mesurer le décalage entre la France et l’Angleterre. Deux poids, deux mesures : 3,5 milliards $ pour l’Angleterre et à peine 650 millions $ de crédits pour la France de Blum. L’aide militaire qui a suivi l’aide Marshall fut impressionnante puisqu’avec les end-items, i.e. les livraisons d’armes américaines aux forces françaises en Indochine et en Europe, souvent des matériels de la seconde guerre mondiale, elle a dépassé les montants de l’aide économique. Cette aide militaire utilisée par les soldats du Corps expéditionnaire français en Indochine et par les troupes vietnamiennes n’a pas empêché Dien Bien Phu. L’aide se tarit, sans disparaître tout à fait, en 1958. La France était relevée.

2Plusieurs questions viennent à l’esprit auxquelles ces pages répondent : les montants de l’aide tout d’abord. Combien et quand ? Pour aborder cette question et les suivantes, comprendre les dessous des cartes autant que faire se peut, l’important était d’accéder aux archives de divers ministères français, de sources d’État américaines et d’archives privées. La quête a été fructueuse. Comment les décideurs politiques et les hauts fonctionnaires ont-ils présenté les demandes d’aide ? Quel conseil ont-ils donné et quelles décisions ont-ils prises ? Pourquoi cette aide a-t-elle duré si longtemps ? La gestion de l’aide a forcément conduit les administrations à s’adapter. Une histoire des départements ministériels concernés : Quai d’Orsay et Ministère de l’Économie et des Finances, Présidence du Conseil, se dessine. A partir de 1948, une administration créée pour la gestion de l’aide Marshall et les relations avec l’OECE, le SGC1, prit une place particulière dans les relations intereuropéennes et les affaires économiques de la France. Il se dégage aussi de cette histoire des aides américaines à la France des interrogations fondamentales sur la place de ce pays dans le concert des nations. A quelles conditions l’aide américaine a-t-elle été offerte ? La dignité de ses gouvernants a-t-elle souffert de cette démarche somme toute peu glorieuse ? La France, pour survivre, a-t-elle dû consentir des abandons de souveraineté ou au moins infléchir sa politique dans le sens du généreux et attentif donateur ? Il faut aussi mesurer les conséquences de chacune des aides sur le développement du pays, sur ses relations extérieures et sur la vie sociale des Français. Avec la plus célèbre des aides américaines, le plan Marshall, on se tromperait en le limitant à des fonctions économiques. Il fut l’un des plus formidables révélateurs de la lutte que l’Est et l’Ouest se livraient. En était-il aussi la cause ? Fut-il à l’origine de l’aventure de l’unité européenne contemporaine puisque l’aide a forcé les pays de l’Europe occidentale à imaginer une coopération économique au sein de l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) ? A quoi a servi cette organisation bien oubliée, mais tellement riche et active ? Au total, Jean Monnet évaluait, en 1959, à 70 milliards de dollars l’aide des États-Unis à l’Europe dans l’après seconde guerre mondiale. Sur ce chiffre la France a bénéficié de plus de 10 milliards de dollars (depuis 1938). L’aide américaine ne fut donc pas un phénomène seulement français, mais totalement européen. L’histoire de l’aide américaine à la France est donc nécessairement l’histoire des relations de la France avec les Américains et avec les autres pays européens. Cela en dit très long sur la place diminuée de l’Europe, terre des plus grandes innovations intellectuelles, culturelles et scientifiques de l’humanité, au milieu du xxe siècle. Cette histoire des aides à la France est constituée de différents tableaux. Elle commence en 1938 avec les commandes d’avions américains pour se terminer au début des années soixante avec la fourniture de surplus agricoles américains et une aide au développement d’armements de haute technologie. Elle passe par l’aide américaine à l’Afrique du Nord du général Weygand, l’aide à l’amiral Darlan puis au général Giraud, enfin l’aide au CFLN du général de Gaulle, après la « prise du pouvoir » de juin 1943. Le GPRF, installé à Paris, après la Libération, a pu obtenir le prêt-bail civil et militaire, puis financer des importations d’équipements par des prêts américains, du FMI et de la BIRD, entre septembre 1945 et mai 1947. Mais rien n’était réglé. La crise des devises de 1947 a été résolue par l’annonce d’une aide intérimaire et le vote des crédits du plan Marshall en avril 1948. L’aide militaire a succédé au plan Marshall, de 1951 à 1955, au service d’une guerre coloniale, la guerre d’Indochine, et du réarmement des divisions françaises de l’OTAN. L’aide fut donc variée, à objectifs multiples, en nature, en dollars et en francs, sous forme de dons, de prêts ou d’accès payant aux ressources du monde américain. Ainsi, à travers la question des aides américaines à la France, aides commencées en 1938 pour se terminer vers 1960, des questions fondamentales pour la France et l’Europe sont posées : Ces aides ont-elles été utiles voire indispensables ? L’indépendance nationale a-t-elle été mise en danger ? La société française a-t-elle été transformée par l’aide américaine ? L’aide a-t-elle assuré la sécurité de la France en Europe et dans les TOM ? A-t-elle réorienté le destin de la France ? Cette page inédite de l’histoire de France a été écrite par des personnalités françaises et américaines essentielles. Un nom revient souvent, celui de Jean Monnet, dont le destin est lié, curieusement, aux dossiers des avions de 1938 et à la dernière aide importante à la France en 1958, réglée par les accords Monnet-Dillon. Ce sont les portraits des plus hauts responsables américains, anglais et français que révèle l’histoire des aides américaines à la France. Sans eux, le destin de la France n’aurait pas été le même

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540