Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’Europe face aux urgences

Chapitre X

L’Europe face aux turbulences financières et monétaires juin 1931-septembre 1931

Texte intégral

1La faillite du Creditanstalt de Vienne en mai 1931 précipite une évolution en cours depuis l’automne 1930. Les désordres bancaires atteignent ensuite tous les États de l’Europe centrale et plus particulièrement l’Allemagne, en juin et juillet 1931. Les difficultés du Reich préoccupent l’ensemble de ses créanciers : des États-Unis à l’Angleterre en passant par la France. La catastrophe est complète lorsqu’en septembre 1931 le Royaume-Uni abandonne le système de l’étalon-or. La mesure britannique entraîne en cascade d’autres dévaluations.

2Que faire ? Quelles sont les priorités ? Des choix s’imposent. Certains souhaitent faire précéder la restauration monétaire d’une reprise économique. D’autres estiment que la remise en route de l’étalon-or conditionne la croissance économique. Quelle que soit l’optique envisagée, il faut également déterminer quels pays secourir prioritairement : l’Europe centrale ? l’Allemagne ou le Royaume-Uni ? Les réponses à toutes ces interrogations témoignent également du rapport de forces existant en Europe.

De la faillite autrichienne à la dévaluation britannique (mai 1931-septembre 1931)

3Cette première partie tente de présenter la chronologie de la crise bancaire et monétaire qui affecte le continent européen au printemps et à l’été 1931. La perturbation transforme en quelques mois la réalité européenne.

La faillite de la Creditanstalt1

  • 1 Voir Kreissler Felix, De la révolution à l’annexion. L’Autriche de 1918 à 1938, PUF, Paris, 1971 et (...)

4Lorsque le 8 mai 1931 le bilan de la Creditanstalt affiche un passif de 140 millions de schillings, ce n’est pas la première fois qu’une banque autrichienne connaît des pertes importantes. Depuis le déclenchement de la crise, plusieurs institutions bancaires ont connu pareille mésaventure. En 1929 déjà, la Bodencreditanstalt, en proie à d’importantes difficultés, doit fusionner avec la Creditanstalt, sous la pression du gouvernement autrichien. La fragilité financière de l’Autriche lui a permis d’obtenir à La Haye, en janvier 1930, la suppression des réparations. Lorsque la Creditanstalt est confrontée à son tour à la tourmente financière, c’est l’économie autrichienne tout entière qui se trouve au bord de l’asphyxie, car la banque contrôle 80 % de l’industrie de son pays. Mais le capital de la banque est aussi aux mains de grandes maisons étrangères. Il appartient pour partie à la Banque d’Angleterre, pour partie à la banque américaine Warburg et enfin pour partie au groupe Schneider. La publication des chiffres mentionnés ci-dessus provoque une panique des épargnants. L’assaut donné aux guichets de la banque débouche sur la fermeture de l’établissement au début du mois de juin 1931.

5Le gouvernement autrichien tente dès lors d’endiguer le chaos en prenant des mesures d’urgence. Les 100 millions de shillings versés par les pouvoirs publics et l’aide sollicitée à hauteur de 30 millions de schillings auprès de la Banque nationale d’Autriche et de la Maison Rothschild se révèlent rapidement insuffisants. Il faut alors tenter d’obtenir des secours à l’étranger : auprès de la Banque d’Angleterre, de la France et de la BRI. La faillite du Creditanstalt se transforme dès lors en problème européen. Il en est de même du problème financier allemand.

La crise bancaire allemande2

  • 2 Une abondante littérature a été consacrée à cette question. Citons : Robbins Lionel, La grande dépr (...)

6La faillite du Creditanstalt précipite l’évolution de la situation financière allemande. Les difficultés bancaires ont en réalité commencé au lendemain des élections du 14 septembre 1930. Les succès du NSDAP et du Parti Communiste inquiètent les détenteurs de créances et les capitalistes allemands eux-mêmes. La stabilité politique de la république de Weimar étant menacée, les possesseurs de capitaux dénoncent dans les premières semaines qui suivent ces élections quelque 700 millions de RM de crédits. La Reichsbank, elle-même, perd un milliard de RM de réserves en cet automne 1930. Cette délicate situation amène les autorités allemandes à accepter le crédit de 125 millions de dollars proposé par la banque Lee-Higginson. L’emprunt vise à mettre un terme à la panique qui s’est emparée du marché financier allemand après ces succès des extrêmes. Accordées sans contrepartie politique, les sommes prêtées ont simplement un amortissement supérieur à celui de dettes privées habituelles. Signé le 12 octobre 1930 pour deux ans, le crédit de soutien Lee-Higginson (les capitaux viennent également de banques anglaises, hollandaises et suédoises) cherche à endiguer la peur allemande. Il a une autre conséquence importante : il permet au Reich de faire face à l’échéance des réparations de décembre 1930. Les retraits de capitaux diminuent sans pourtant cesser complètement et la situation reste malgré tout fragile, comme en témoigne la dénonciation de crédits pour une valeur de 400 millions de RM au cours du premier trimestre 1931.

7La dramatique situation bancaire autrichienne sème le doute parmi les créanciers du Reich. Près de 300 millions de RM de crédits à court terme sont abrogés dans les deux dernières semaines de mai 1931 en Allemagne. La faillite de la Norddeutsche Wollkämmerei à Brême, en juin 1931, précipite la crise financière allemande. L’opinion apprend en effet que deux banques allemandes, la Danat et la Dresdner Bank, ont consenti d’importantes avances à cette entreprise. La panique saisit les créanciers et l’hémorragie de devises de la Reichsbank atteint 1,3 milliard de RM en juin 1931. Cette catastrophe remet en cause le paiement des réparations en juin 1931 et nécessite une action internationale en faveur du Reich. Les journées dramatiques sont celles de juillet 1931. Au début de ce mois, les autorités et la population prennent connaissance de l’incapacité de paiement de la Danat et d’autres banques allemandes. La fermeture des guichets de la Danat, le 13 juillet 1931, déclenche une panique telle que le gouvernement est obligé de déclarer, le 14 et 15 juillet 1931, un moratoire bancaire. Pour faire face à cette situation, le Reich crée, le 25 juillet 1931, une banque d’acceptation et de crédit, chargée de soutenir l’activité des autres banques en escomptant leurs effets ou en accordant des crédits. Jusqu’à la fin de l’année 1931, elle met ainsi 1,75 milliard de RM à la disposition des institutions bancaires allemandes.

8Cette délicate réalité financière pousse les autorités du Reich vers une politique de contrôle des changes. Le premier août 1931 les détenteurs de devises sont obligés de les revendre à la Reichsbank. Cette mesure est la première d’une série d’ordonnances qui renforcent le contrôle des transferts. Elles amènent les partenaires étrangers à envisager une aide au Reich sous des formes qu’il convient de discuter : allégement ou annulation des dettes, des réparations, crédits supplémentaires ou avantages commerciaux. Mais la situation allemande pèse également sur la réalité britannique.

La dévaluation de la livre sterling3

  • 3 Voir Kindleberger Charles, Histoire économique de l’Occident, Paris, Économica, 1990, 708 p ; p. 48 (...)

9La vulnérabilité des Anglais tient à leurs investissements à long terme dans un certain nombre de pays européens au sein desquels l’Allemagne occupe une place de choix. Mais Londres est elle-même endettée à court terme. Le moratoire bancaire allemand inquiète les créanciers du Royaume-Uni. Cette inquiétude est renforcée par la faiblesse du marché du crédit et le déficit budgétaire du royaume. Les autorités britanniques se prononcent dès lors en faveur d’une rigoureuse politique déflationniste. Les soulèvements sociaux que cette politique engendre précipitent les retraits de capitaux étrangers. Les prêteurs pensent en effet que les deux effets combinés (crise socio-industrielle britannique et incapacité anglaise à mobiliser les sommes placées en Allemagne) handicaperont les possibilités britanniques de remboursement. Les retraits se multiplient et on spécule ouvertement contre la livre.

10Les citoyens britanniques imitent bientôt les créanciers étrangers et les dépôts des banques londoniennes baissent de 70 millions de livres en été 1931. En septembre la menace grandit encore. Le soutien accordé par le marché de Londres à sa devise exige tous les jours 18 millions de livres. Or vers la mi-septembre, le Royaume-Uni a utilisé tous les fonds disponibles pour ce sauvetage. Les établissements financiers risquent alors de connaître le même sort que les banques allemandes. Le 21 septembre, le gouvernement anglais décide d’abandonner l’étalon-or. Le sterling est ainsi dévalué de fait. Un fonds d’égalisation des changes est créé : il intervient sur le marché dès que des mouvements sont susceptibles d’écarter la devise anglaise de ce que les autorités considèrent comme son cours normal.

11Les conséquences des trois crises (autrichienne, allemande et anglaise) sont capitales pour l’Europe.

Les effets de la crise financière en Europe

12La faillite autrichienne, suivie de celle de l’Allemagne précipite le recul de l’Europe centrale. Tour à tour, Hongrie, Roumanie et Tchécoslovaquie entrent dans le système du contrôle des changes. Elles seront rejointes progressivement par la Yougoslavie et la Bulgarie. Les difficultés financières accentuent la crise économique et dorénavant au problème céréalier vient s’ajouter le problème de l’endettement. La dépréciation (de 30 %) de la livre engendre à la fin du mois de septembre 1931 l’abandon de l’étalon-or par la Norvège, la Suède et le Danemark. Ces États seront bientôt suivis par le Portugal. Les pays qui restent fidèles au Gold Standard convertissent leurs avoirs en dollars en or. Les États-Unis perdent ainsi l’équivalent de 755 millions de dollars-or en un mois (septembre-octobre 1931). Les prix s’effondrent d’un tiers en moyenne de septembre 1931 à mars 1932. Une solution face à ce marasme semble urgentissime.

13Elle peut venir d’initiatives privées (banques), de banques centrales, d’États ou d’organismes internationaux. Mais à quel prix ?

Aide financière, calculs économiques et politiques

14Dès le mois de septembre 1930, confronté à ses premières difficultés financières, le Reich a pu compter sur des crédits privés. L’aide aux pays en difficulté ne se dément pas en été 1931. L’Autriche, puis l’Allemagne et enfin le Royaume-Uni bénéficient de soutiens privés et publics. Banques d’affaires, instituts d’émission et BRI viennent successivement au secours des États sinistrés. Les calculs économiques et politiques ne sont pas absents des mesures envisagées. Les conditions politiques posées font également échouer, à l’occasion, certaines négociations.

Les aides4

  • 4 AEF-B 32 318, Note du 25 octobre 1932, La Banque de France et la politique de coopération entre les (...)

15Le cas autrichien, en mai et juin 1930, montre toute la difficulté qu’il y a à réunir l’aide envisagée. Le gouvernement de Vienne a accordé une garantie de 500 millions de schillings à la Creditanstalt, pour rassurer des épargnants pris de panique. Mais il lui faut trouver la somme. Les contacts pris permettent d’abord d’obtenir de la Banque d’Angleterre une avance à court terme de 150 millions de schillings, prolongée par une disponibilité de 160 millions de schillings en provenance de la BRI. Mais les sommes éventuellement mobilisables ne suffisent pas à couvrir les engagements. Seule l’intervention de la France peut sauver l’Autriche de la faillite immédiate. Elle vient à l’été 1931, accompagnée de conditions politiques et économiques. (V. ci-dessous).

  • 5 À côté de la note précédente, voir également les rapports annuels de la BRI. BRI – Deuxième rapport (...)

16Pour l’Allemagne, la situation ne se présente pas différemment5. Dès le 20 juin 1931, en proposant un moratoire sur les dettes intergouvernementales, le président américain Hoover tente de créer les conditions d’une sortie de crise. Mais encore faut-il adopter cette proposition. C’est chose faite, le 7 juillet 1931 à Paris. Entre-temps Berlin bénéficie d’un crédit de jonction d’un montant de 100 millions de dollars accordés conjointement jusqu’au 16 juillet 1931 par la BRI, la Federal Reserve, la Banque d’Angleterre et la Banque de France. Le contrôle des changes introduit par le Reich dans la seconde moitié de juillet 1931 pose la question des crédits qu’on peut accorder, dans ces conditions, à Berlin. Des consultations bancaires ont lieu à Paris entre Luther, le président de la Reichsbank, Moret, son homologue de la Banque de France, et Flandin, le ministre français des Finances. La conférence de Londres qui succède à ces entretiens réunit les experts des puissances pour la mise en application du moratoire Hoover. Des entretiens entre ministres concernés ont lieu dans la capitale britannique entre le 20 et le 23 juillet 1931. Mais point de crédits supplémentaires à l’Allemagne. La réunion des experts à Londres débouche cependant sur la constitution à Bâle auprès de la BRI d’un comité, dit comité Wiggin, du nom de son responsable qui est directeur de la Chase Bank. Ce groupe est chargé de faire une enquête sur les besoins immédiats de crédits nouveaux en Allemagne et sur la possibilité de convertir la dette à court terme en dette à long terme. À la fin du mois de juillet 1931, les placements à court terme représentent 8 milliards de RM. Si l’on ajoute à cette somme, les 3 milliards de RM, les avances consenties aux industriels et importateurs allemands, c’est au total 11 milliards de RM qu’il faut trouver immédiatement. Dès août 1931, à Bâle, les créanciers et les débiteurs s’entendent sur des accords d’immobilisation (Stillhalte) qui couvrent 5,5 milliards de RM de crédits : la moitié des engagements à court terme de l’Allemagne. Leur paiement est différé de six mois.

  • 6 Voir Note du 25 octobre 1932, in AEF B-32 318.

17Si au mois de juin, le Royaume-Uni participe encore à l’aide financière en faveur de l’Allemagne, c’est lui en revanche qu’il faut sérieusement secourir à partir du mois d’août 1931. Un crédit de change d’une valeur de 50 millions de livres (échéance à 3 mois) est accordé par la banque de France et la Federal Reserve à la Banque d’Angleterre, le 22 août 19316. Ce crédit (25 millions pour chaque institut) s’avère rapidement insuffisant. La Trésorerie britannique s’adresse à nouveau en septembre 1931 à la Banque de France. Elle aimerait que la Banque centrale intervienne auprès des autres banques françaises pour que celles-ci ouvrent un crédit de 40 millions de livres au Trésor anglais. Paris réussit à organiser un consortium qui consent à ouvrir le crédit demandé. Celui-ci est accordé pour moitié sous forme d’avances bancaires, et pour moitié sous forme d’émission de bons du Trésor anglais sur le marché français. Ces sommes ne sont malheureusement pas suffisantes pour éviter l’effondrement de la livre et ne peuvent empêcher l’abandon par le Royaume-Uni de l’étalon-or. Cette dernière mesure entraîne une perte pour la Banque de France qui possède dans ses réserves 63 millions de livres. La monnaie anglaise se déprécie d’environ 35 %. L’expérience incite les autorités monétaires françaises à entamer la liquidation de leurs avoirs en dollars pour les convertir en or.

18Si l’on ajoute à toutes ces interventions, les mesures en faveur de la Banque nationale de Hongrie en juin 1931, on se rend compte de l’importance de la place de Paris qui non seulement défend le franc, mais qui encore participe à la tentative de stabilisation des autres devises européennes. Le règlement de la question des dettes et la restauration monétaire s’accompagnent toutefois de calculs économiques et politiques.

Calculs économiques et politiques7

  • 7 Cette question est souvent traitée dans l’historiographie. On se reportera à Brüning Heinrich, Mémo (...)

19Les interventions financières et les négociations de ces mois d’été 1931 cachent d’importants calculs économiques et politiques. Ces stratégies ont souvent été évoquées par l’historiographie, si bien qu’une présentation de l’état de la question suffit à en mesurer l’importance.

20La proposition américaine d’un moratoire sur les dettes intergouvernementales comble d’emblée les autorités allemandes. Au moment où le président Hoover fait part de ses intentions, les réserves de la Reichsbank sont au plus mal. Elles se situent à un niveau à peine supérieur de 100 millions de RM au taux de couverture légal. Si le moratoire aboutit, ce n’est pas seulement une économie de 1,6 milliard de RM pour l’année à venir ; c’est aussi l’espoir d’un arrêt de la dénonciation des crédits à court terme qui a tellement affecté l’Allemagne au cours des derniers mois. Le moratoire soulagerait ainsi les réserves en devises et accroîtrait les capacités de paiement du Reich. Le pari semble réalisable jusqu’au 27 juin 1931. Les objections françaises au moratoire Hoover laissent présager le pire. Paris, principal bénéficiaire de la manne des réparations, n’est pas disposée à renoncer aussi facilement et surtout sans contrepartie à cet argent. L’arrêt des transferts pour les dettes politiques doit permettre à l’Allemagne d’honorer son endettement commercial. Or Paris a moins de créances privées sur le Reich que le Royaume-Uni ou les États-Unis. Sur les 5,6 milliards de RM de dettes à court terme, 37,1 % sont dus aux États-Unis, 20,4 % à l’Angleterre, 13,9 % à la Suisse, 9,7 % à la Hollande et enfin 6,5 % à la France. Deux autres chiffres sont révélateurs des calculs français. Alors que l’ensemble du service de la dette allemande représente pour la France une rentrée de 1,2 milliard de RM pour 1931, les réparations à elles seules avoisinent le milliard de RM pour Paris. On comprend dès lors beaucoup mieux les tergiversations des Français qui mettent plus de deux semaines à accepter la proposition du président américain.

21Mais l’atmosphère n’est pas seulement tendue à cause de la réticence française. Lorsque le montant du crédit de jonction accordé à la Reichsbank est connu par une indiscrétion de la presse, une partie de l’opinion publique s’émeut de l’insignifiance de l’aide des trois puissances occidentales et de la BRI. Les créanciers étrangers surtout doutent des capacités de remboursement du Reich et retirent dès lors massivement leurs capitaux d’Allemagne à la fin du mois de juin 1931. Même l’adhésion de la France au moratoire Hoover, le 7 juillet 1931, ne réussit pas à arrêter le mouvement. Les retraits massifs ne handicapent plus seulement les paiements extérieurs, mais affectent également les paiements intérieurs, comme en témoignent les fermetures des guichets des banques les 13 et 14 juillet 1931. Un syndicat de grandes entreprises constitué au début du mois de juillet 1931 accepte de donner des garanties d’un montant de 500 millions de RM pour un crédit à la Banque d’Escompte, filiale de la Reichsbank. Muni de cette promesse, Luther, le président de la Reichsbank, tente d’obtenir l’aide de la Banque de France, de la Banque d’Angleterre et de la BRI. L’Angleterre, favorable à un crédit pour la Reichsbank, conditionne sa participation à celle de la banque de France. C’est Paris qu’il faut alors convaincre.

22Les discussions entre Luther, Moret, et Flandin, achoppent sur un désaccord fondamental. La France est prête à accorder, sur dix ans, un crédit de 500 millions à un milliard de dollars à l’Allemagne. Mais elle exige des contreparties politiques : le renoncement à l’union douanière projetée avec l’Autriche. Si ce point est acceptable pour Berlin, qui de toute façon a déjà renoncé pratiquement à l’union douanière à cause de l’hostilité internationale, les autres exigences françaises sont difficilement recevables. Pendant la durée du crédit, l’Allemagne devrait renoncer à toute tentative de révision des réparations. Cela signifie que la France est disposée à accorder à l’Allemagne un prêt d’un milliard de dollars sur 10 ans pour que le Reich honore, dans le même laps de temps, 4,8 milliards de dollars de réparations. Cette proposition, inacceptable politiquement, l’est aussi économiquement pour Berlin. On attend enfin de l’Allemagne qu’elle renonce à construire pour 10 ans des cuirassés de 10 000 tonnes, alors que le traité de Versailles l’autorisait à en armer six. On en est toujours là dix jours plus tard lors de la visite du Chancelier Brüning à Laval, le 18 et 19 juillet 1931. La France est toujours disposée à accorder un crédit à l’Allemagne. Mais le président du Conseil fait remarquer à son alter ego allemand que la confiance n’est plus au rendez-vous entre les deux pays. Depuis plus d’un an, le cours suivi par la politique du Reich et les événements survenus de l’autre côté du Rhin ne peuvent qu’inquiéter la France. Celle-ci demande, en échange du crédit, des gestes qui montreraient les bonnes dispositions de Berlin. Les demandes déjà formulées au moment de la visite de Luther sont reconduites. Laval en ajoute cependant de nouvelles : le renoncement à tout projet révisionniste pendant cinq, voire dix ans à l’Est de l’Europe, notamment en ce qui concerne le corridor polonais et l’interdiction par le Reich des associations nationalistes en Rhénanie démilitarisée. Paris entend ainsi utiliser le désespoir financier allemand pour obtenir des avantages politiques. Mais le chancelier refuse et dès lors le problème allemand attend d’autres solutions : moratoires sur les dettes commerciales, contrôle des changes… La réunion des experts et des diplomates prévue à Londres s’annonce dans de mauvaises conditions, la confiance entre les partenaires s’étant encore dégradée lors de ces rencontres. Pour Paris, l’Allemagne veut profiter de la crise pour réviser l’ordre européen. Pour Berlin, l’or et les capitaux français ne servent qu’à garantir l’ordre inique issu des traités. L’argent français est le relais d’une politique favorable à la Pologne et à la Petite Entente. Ce qui intéresse Paris, ce n’est pas la résorption de la crise, mais l’hégémonie de la France.

23Les considérations politiques sont également présentes dans l’aide française à l’Autriche. Le crédit de change consenti au mois de mai 1931 à Vienne s’accompagne également de certaines conditions : renoncement à l’Union douanière, mise en place d’un contrôle applicable à la gestion financière de l’État. C’en est fini de l’indépendance monétaire et financière de l’Autriche. L’acceptation de ces points suscite l’ire de l’opposition et le gouvernement autrichien du chancelier Ender n’a pas d’autre choix que de démissionner. Le même contrôle sur les affaires financières est exigé de la Hongrie lors de l’octroi de son crédit de change en juin 1931. La politique française est lisible : la participation du capital français au règlement de la crise ne doit pas se faire contre les intérêts de la France, et notamment ne pas nuire à sa sécurité.

24La réunion de Londres en juillet-août 1931, avec le point culminant de la rencontre des ministres des pays créanciers entre le 20 et le 23 juillet 1931, débouche sur la constitution du comité Wiggin. L’accord d’immobilisation qui en résulte est utilisé par l’Allemagne pour faire pression sur les créanciers. Il permet au Reich d’utiliser la dette pour obtenir des contreparties commerciales, pour créer des arriérés : autant d’armes dans les négociations à venir. Il divise surtout les créditeurs, car leur situation n’est pas la même et par voie de conséquence pousse les uns et les autres à venir isolément discuter de sa propre créance. Le rapport du comité Wiggin met aussi l’accent sur l’importance du poids des réparations dans la situation allemande. Il constate que sur les 25 milliards de RM de crédits obtenus par le Reich entre 1924 et 1930, un peu moins de la moitié a servi à honorer les réparations : 10,5 milliards exactement. Ces chiffres servent de point de départ pour les autorités allemandes à revendiquer l’annulation de cette charge. Le Reich peut bénéficier du soutien anglo-américain dans cette affaire, car Washington comme Londres sont davantage intéressées au remboursement des dettes commerciales.

  • 8 Voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Comit (...)

25Le voyage de Laval à Berlin, en septembre 1931, ne parvient guère à détendre l’atmosphère. Même si Paris et Berlin en profitent pour créer une commission économique mixte franco-allemande, chargée de l’adaptation des échanges commerciaux à la crise, le contentieux demeure entre les deux pays et le Reich ressent comme une humiliation le retrait le 3 septembre 1931 du projet d’Union douanière austro-allemande. La coopération entre les deux États reste illusoire et Flandin rappelle encore, en septembre 1931 à Genève, la position de la France : « si l’on nous demande, s’exclame-t-il à la tribune de l’Assemblée de la SDN, d’organiser et même de garantir dans le cadre international de vastes opérations de financement, ce à quoi nous sommes disposés dans la mesure de nos moyens, il faut ouvrir toutes grandes les écluses de la paix8 ». Des crédits au service de la sécurité !

  • 9 Dossier « Demande de garantie de changes de la BRI » transmis le 20 novembre 1931 à M. le Ministre (...)

26La dévaluation de la livre appelle quant à elle d’autres conséquences. Le surlendemain de la décision anglaise, le 23 septembre 1931, le président de la BRI, Mac Garrah, écrit au gouverneur de la Banque de France, Moret, pour lui demander si les fonds placés par la BRI en France seront toujours remboursables en or. La dévaluation de la devise britannique a fait perdre aux avoirs libellés en Sterling un tiers de leur valeur. Bâle cherche ainsi à se prémunir contre de futurs risques, car la même lettre est envoyée à la Federal Reserve et à la Banque d’Angleterre. Les trois instituts d’émission refusent le privilège demandé par la BRI9. Pour eux, il n’est pas question d’introduire une différence entre leurs clients, même pas au profit de la Banque de Bâle. Paris a également une requête à formuler. L’Allemagne ayant introduit le contrôle des changes, le Royaume-Uni ayant abandonné l’étalon-or, sur quelle devise faut-il fonder les réparations, car il va de soi, pour les autorités françaises, que les sommes dues à ce titre devront être gagées sur l’or ?

27Dans ces marchandages incessants entre États, la SDN ne peut occuper qu’une place secondaire. Mais elle conserve une force de proposition qui risque d’ouvrir des voies à la coopération en cette période paroxystique de la crise.

La SDN face à la crise financière de l’été 1931

28Genève élabore un certain nombre de propositions sous la houlette des comités de la CEUE. Elle s’intéresse à la situation de l’Europe centrale à travers les travaux de son comité des crédits et se bat pour la mise en place de la société hypothécaire prévue. Mais les grandes réunions de septembre 1931 montrent les limites de la SDN.

La réunion du sous-comité d’experts économiques de la CEUE10

  • 10 SDN-CEUE – Rapport du sous-comité d’experts économiques du 29 août 1931, Doc SDN n° C. 510. M. 215. (...)
  • 11 Note de M. Franqui, délégué de la Belgique, sur les moyens pratiques et immédiats de redresser la s (...)

29Rassemblé à Genève du 24 au 29 août 1931, le sous-comité d’experts économiques s’intéresse principalement à la question des échanges commerciaux. L’analyse des problèmes abordés met l’accent sur la responsabilité particulière des États dans les déboires économiques. Aucune amélioration sensible ne s’est produite dans les rapports commerciaux en Europe. Cela est dû aux menaces politiques qui pèsent sur le continent et à l’insuffisante volonté de coopération entre des pays peu disposés à bouleverser leurs structures économiques, ce que suppose toute forme de collaboration. Le but, rappelle le comité, « c’est de faire de ce continent un marché commun pour les produits de tous les pays qui le constituent ». Les négociations tarifaires constituent certes un point important de la discussion, mais il faut ouvrir, aux dires des experts, d’autres chantiers. L’importance de l’Europe pour la prospérité du monde exige que l’on reconsidère la clause de la nation la plus favorisée. Ce dispositif pourrait être adapté si cet aménagement permettait une avancée vers l’Union européenne. Dans ce cas, il convient de renégocier les relations avec les tiers sans leur porter préjudice. Mais lorsqu’il s’agit d’envisager concrètement la réalisation de ce programme, les experts se replient sur la convention de mars 1930, que les États ont rejetée. Le sous-comité réfléchit également aux ententes industrielles. Celles-ci offrent d’intéressantes perspectives. La rationalisation qu’elles introduisent dans les économies stabiliserait les prix et garantirait au marché du travail un meilleur fonctionnement. Là aussi on en reste au stade des vœux. Sur le plan financier, pourtant si capital en ce mois d’août 1931, le groupe d’experts s’en remet à une note de Franqui11. Celui-ci précise davantage son projet de mai 1931 et souligne l’urgence à prendre des mesures financières.

30Le crédit constitue un moyen de ranimer les échanges et peut donner des solutions tangibles, dans un laps de temps relativement court. Pour relancer le commerce, une institution de caractère international guiderait plus efficacement les capitaux que des organismes privés. Un capital nominal de 100 millions de dollars serait nécessaire à sa formation. La société de crédit aurait pour objet de réescompter le papier à moyen terme d’organismes financiers. Elle entretiendrait des contacts réguliers avec la BRI afin de pouvoir surveiller les mouvements de capitaux résultant des opérations de prêts, car ces dernières peuvent avoir une influence sur les parités des monnaies. Mais la mise en place de cette société dépend d’une volonté politique qui fait défaut.

La SDN et les problèmes de crédit

  • 12 SDN – Comité des problèmes de crédit – Rapport du 27 août 1931, doc. SDN n° C. 504. M. 211. 1931. V (...)

31Les problèmes de crédit mobilisent deux groupes de travaux en cet été 1931. Le comité des problèmes de crédit se réunit à Genève du 24 au 26 août 193112. En s’appuyant sur le plan constructif français, les experts de ce comité estiment que le Conseil de la SDN devrait être prêt à examiner les demandes d’assistance en provenance d’États qui veulent emprunter. Celles-ci seraient instruites par le Comité financier qui ne peut cependant pas constituer des groupes de pays émetteurs d’emprunts. Le Comité financier pourrait avoir la fonction de conseiller des parties, d’arbitre en cas de litige, mais aussi recommander le patronage de la SDN pour le lancement des opérations. La BRI assumerait dorénavant le rôle de trustee. La SDN accompagnerait ces emprunts : information, contrôle des politiques des pays emprunteurs, suivi des dossiers… Des opérations pourraient être envisagées pour soutenir le programme de travaux publics suggérés par le BIT.

32On s’inquiète également de la mise en route de la Société hypothécaire de crédit agricole. Les textes adoptés au printemps 1931 pour l’institution de cet organisme doivent être paraphés avant le 30 septembre 1931. Or il faut encore obtenir certaines signatures et pratiquement toutes les ratifications (même si elles parviennent plus tard) car au début du mois de septembre, seules deux d’entre elles étaient intervenues. Il faut enfin répondre à deux demandes d’assistance déposées à Genève en août 1931 : l’une émanant de l’Autriche, l’autre de la Hongrie. Du pain sur la planche pour un mois de septembre chargé.

Les décisions de septembre 1931

33L’Assemblée, le Conseil et la CEUE de la SDN se réunissent au mois de septembre 1931. Au centre des débats, la crise économique mobilise les énergies, surtout depuis les dérèglements financiers des trois mois précédents. Les différentes sessions sont confrontées à la turbulence qui atteint la livre depuis le mois de juillet 1931.

  • 13 SDN-CEUE – Rapport général soumis par la sous-commission de coordination en matière économique du 3 (...)
  • 14 Voir à ce sujet, Résumé mensuel des travaux de la SDN, vol. XI, n° 9 septembre 1931, p. 333.

34La CEUE se penche d’abord sur le rapport que lui remet le luxembourgeois Bech, président de la sous-commission de coordination en matière économique. Celle-ci s’est réunie à Genève du 31 août 1931 au 2 septembre 193113. Elle reprend les thèmes abordés dans les réunions précédentes et demande à ce que la CEUE, puis le Conseil de la SDN, envisagent sérieusement les propositions de l’organisation des crédits telles que les organes spécialisés les ont émises. Elle souscrit aux suggestions du BIT et se range à la nécessaire mise en valeur des territoires non exploités (en Europe et hors d’Europe). Cette dernière voie pourrait conduire à des migrations de main-d’œuvre fort utiles dans la perspective de la lutte contre le chômage. Bech et ses collègues sont également favorables à une proposition de l’IIA, suggérée par la Grèce : l’extension des préférences à d’autres produits que les céréales. Ce rapport analysé au cours de la quatrième session de la CEUE, les 3, 4 et 5 septembre 1931, est l’occasion d’un débat vif entre les principales puissances. Schöber souligne la perspective européenne contenue dans le protocole de Vienne de mars 1931. Il profite de la réunion, pour annoncer le 3 septembre, le retrait du projet d’union douanière, un retrait qui recueille l’assentiment de Curtius14. Pour le reste, la CEUE s’en tient à l’ordinaire : résolution en faveur du projet Franqui, en faveur d’un régime préférentiel pour les céréales et d’une étude des ententes économiques. La proposition soviétique de non-agression économique est quant à elle renvoyée à nouveau devant un comité spécial.

  • 15 Sur les deux sessions, voir Résumé mensuel…, op cit., vol. XI, n° 9, p. 329 et suiv.

35La CEUE tient une nouvelle session à la fin du mois de septembre 1931. Le comité spécial chargé d’étudier la proposition soviétique est constitué et prévoit de se réunir le 2 novembre 1931. Un autre groupe s’occupera de l’étude de l’élargissement du système des préférences aux fruits, au tabac et aux légumes. Il doit en principe se réunir à la fin du mois d’octobre 1931. Rien de fondamentalement nouveau et la commission dirigée par Briand décide de se retrouver à nouveau en janvier 193215. La session du Conseil a davantage de problèmes à résoudre. Les membres de l’organe de la SDN sont en effet saisis de deux demandes d’assistance, émanant l’une de l’Autriche, l’autre de la Hongrie. Ils sont aussi préoccupés par la mise en place de la Société hypothécaire internationale de crédit agricole.

  • 16 Sur demande autrichienne et examen, voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XI n° 9, p. 343 et suiv.

36Le 7 août 1931, le gouvernement autrichien demande au Conseil de la SDN d’examiner les difficultés que traverse l’Autriche16. Le 4 septembre, le Conseil transmet cette requête au Comité financier pour examen. Une enquête diligentée par ce même comité à Vienne conduit le gouvernement autrichien à présenter un programme d’ensemble. Les carences de l’Autriche sont réelles en matière budgétaire (déficit de 35 millions de schillings), en matière de remboursement d’emprunts (100 millions de schillings nécessaires au remboursement des dettes à court terme en 1931), en matière de charges sociales car le chômage progresse et enfin en matière bancaire, car il faut apurer des passifs. Tout cela place le gouvernement autrichien face à des obligations importantes, parfois délicates à réaliser. Des mesures sont envisagées avec le Comité financier : réduction des dépenses de l’État (il faut les ramener au niveau de 1929) ; rétablissement de l’équilibre dans certains services publics, comme la Poste, les télégraphes et les chemins de fer. Le gouvernement prévoit également un contrôle des dépenses des collectivités locales et une politique de déflation qui doit conduire à une baisse des coûts de production. En restaurant par ce biais la compétitivité de l’économie autrichienne, on espère prendre les premières mesures énergiques de lutte contre la crise. Ce plan est approuvé par le Conseil de la SDN qui souhaite que Vienne fasse des efforts dans la voie indiquée. Genève met à la disposition de l’Autriche les experts du Comité financier, comme gage du succès.

  • 17 Voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XI n° 9, p. 350 et suiv.

37Un mois plus tard, le 7 septembre 1931, c’est au tour du gouvernement hongrois de formuler une demande identique au Conseil de la SDN. Budapest souhaite faire examiner sa situation financière par les experts du Comité financier17. Les éléments fournis par le gouvernement hongrois à Genève permettent de mesurer l’effort entrepris depuis peu par les autorités. Mais sans enquête sur place, il sera extrêmement difficile de proposer un plan d’ensemble. Le Conseil autorise le Comité financier à procéder à la désignation d’un groupe d’experts appelés à se rendre en Hongrie. Le plan qu’il mettra en place avec les autorités de Budapest sera débattu en janvier à Genève. Le Comité financier renoue avec l’activité pratiquée dès les années vingt : l’aide à la restauration financière.

  • 18 Résumé mensuel…, op. cit., vol. XI, n° 9, p. 351 et suiv.

38Dernier problème important abordé par le Conseil, le 25 septembre 1931, celui de la constitution de la Société hypothécaire de crédit agricole18. Le comité chargé de sa mise en place a enregistré jusqu’à présent 21 signatures d’États disposés à appliquer la convention instituant cet organisme. Les gouvernements signataires ont réuni au jour du 25 septembre quelque 31 millions de francs suisses comme contribution à la réserve spéciale ; un tel montant est largement au-dessus des stipulations de la convention qui avait fixé les sommes nécessaires à 25 millions de francs suisses. Le Conseil désigne ensuite les nouveaux responsables de la Société : Regard, sous-gouverneur du Crédit Foncier de France en sera le président, et Di Nola, le président du Comité économique de la SDN, le vice-président. Pour que l’organisme puisse fonctionner, il faut cependant attendre encore la ratification des États. Deux seulement ont pour l’instant déposé les instruments de cette procédure auprès du Secrétariat de la SDN. La crise financière qui s’est abattue sur l’Europe depuis le mois de mai 1931 incitera-t-elle les autres États à venir rejoindre le duo ?

* * *

39Une crise financière sans précédent s’est abattue sur l’Europe au cours de l’été 1931. De l’Europe centrale, elle gagne l’Allemagne puis le Royaume-Uni. Face aux difficultés, les uns instituent le contrôle des changes ; les autres se détachent du Gold Standard. La crise des monnaies accorde le beau rôle aux États. La France occupe une place de choix car l’Europe a besoin de ses capitaux pour la restauration monétaire. Mais en liant son aide à des avantages politiques, Paris dilapide les dernières chances d’une restauration de l’étalon-or. Bien au contraire, la France renforce, par ses maladresses, les solutions révisionnistes. Celles-ci sont déjà bien en place en septembre 1931.

40Le moratoire Hoover et le rapport du comité Wiggin rendent la position française difficilement tenable en matière de réparations. Si Paris a réussi à empêcher l’union austro-allemande, sa position est relativement fragile face à un Reich qui ne peut honorer sa dette et un monde anglo-américain décidé à obtenir le remboursement des créances commerciales en sacrifiant les créances politiques, dont Paris est le principal bénéficiaire.

41Le sursaut ne semble guère venir de la SDN, engluée dans les rivalités de puissances et des solutions préconisées depuis quelques années. À moins que le Comité financier ne puisse parvenir à sauver les pays d’Europe centrale qui, leurs demandes le prouvent, attendent le salut de la SDN et de la coopération.

Notes

1 Voir Kreissler Felix, De la révolution à l’annexion. L’Autriche de 1918 à 1938, PUF, Paris, 1971 et Born Karl Erich, Geld und Banken im 19. und 20. Jahrhundert, Kröner, Stuttgart, 1977, p. 480-538.

2 Une abondante littérature a été consacrée à cette question. Citons : Robbins Lionel, La grande dépression 1929-1934, Paris, Payot, 1935, p. 99-125 ; Born Karl Erich, Die Deutsche Bankenkrise 1931, Finanzen und Politik, Piper, München, 1967, 286 p., James Harold, Deutschland in der Wektwirtschaftskrise 1924-1936, DVA, Stuttgart, 1988, p. 275-311.

3 Voir Kindleberger Charles, Histoire économique de l’Occident, Paris, Économica, 1990, 708 p ; p. 487-541.

4 AEF-B 32 318, Note du 25 octobre 1932, La Banque de France et la politique de coopération entre les instituts d’émission. Destinée au ministre des Finances, elle fait le point sur toute l’aide financière en Europe depuis janvier 1931.

5 À côté de la note précédente, voir également les rapports annuels de la BRI. BRI – Deuxième rapport annuel – Exercice du 1er avril 1931 au 31 mars 1932. Bâle le 10 mai 1932, in Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, BIZ Jahresberichte 1931-1935, R. 2501/6889.

6 Voir Note du 25 octobre 1932, in AEF B-32 318.

7 Cette question est souvent traitée dans l’historiographie. On se reportera à Brüning Heinrich, Mémoires 1918-1934, Gallimard, 1974, p. 203-242, à la thèse de Knipping Franz, Deut-schland, Frankreich und das Ende…, op. cit., Oldenbourg München, 1987, ou encore à Akten Zur Deutschen Auswärtigen Politik 1918-1945, Série B, Band XVIII, Juli 1931 bis Oktober 1931.

8 Voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1995, p. 9 et suiv.

9 Dossier « Demande de garantie de changes de la BRI » transmis le 20 novembre 1931 à M. le Ministre des Finances (Flandin) in AEF-B 32 319. Ce dossier provient de Moret.

10 SDN-CEUE – Rapport du sous-comité d’experts économiques du 29 août 1931, Doc SDN n° C. 510. M. 215. 1931. VII.

11 Note de M. Franqui, délégué de la Belgique, sur les moyens pratiques et immédiats de redresser la situation économique de l’Europe, in doc. SDN cité en note précédente.

12 SDN – Comité des problèmes de crédit – Rapport du 27 août 1931, doc. SDN n° C. 504. M. 211. 1931. VII.

13 SDN-CEUE – Rapport général soumis par la sous-commission de coordination en matière économique du 3 septembre 1931, Doc. SDN n° C. 528. M. 222. 1931. VII.

14 Voir à ce sujet, Résumé mensuel des travaux de la SDN, vol. XI, n° 9 septembre 1931, p. 333.

15 Sur les deux sessions, voir Résumé mensuel…, op cit., vol. XI, n° 9, p. 329 et suiv.

16 Sur demande autrichienne et examen, voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XI n° 9, p. 343 et suiv.

17 Voir Résumé mensuel…, op. cit., vol. XI n° 9, p. 350 et suiv.

18 Résumé mensuel…, op. cit., vol. XI, n° 9, p. 351 et suiv.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540