Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Quatrième partie. Le maintien des réformes

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Sur l’évolution des taux d’intérêt à Paris dans les années 1760 et l’usage des obligations, une fo (...)

1A la fin de l’été 1768, la France se trouvait dans un état de crise généralisée. Les causes de cette crise reposaient certes sur les épaules de L’Averdy mais aussi sur la tête de ses collègues du gouvernement avec lesquels il avait décidé de moderniser les structures politiques, économiques et financières de la monarchie par le biais, notamment, de la réforme des municipalités, de la libéralisation de l’économie et de la réduction des taux d’intérêt. Loin d’apaiser les populations, la réforme municipale avait attisé les divisions pré-existantes à l’intérieur des villes. Au lieu de stimuler la croissance et d’amener le blé à son bon prix, la liberté d’exportation avait désorganisé la production en attisant les spéculations et, dans un contexte météorologique délicat, en élevant le prix des céréales à un niveau insupportable. Incapable de rembourser les dettes de la guerre qui ne cessaient de s’accumuler, L’Averdy avait dû tirer sur les anticipations pour équilibrer son budget. Enfin, le coût de l’argent emprunté, maintenu d’autorité, avait trouvé les moyens de s’accroître quand même, achevant par-là de clore le cercle des difficultés en tranchant les racines de la concertation politique et de la croissance économique1.

2Ce constat de l’échec global de l’administration de L’Averdy vient naturellement au secours de tous ceux qui ont voulu condamner en ce ministre l’ineptie des idées de la magistrature et qui, partant, dénoncent les remontrances des parlements comme autant de crimes de lèse-majesté ou de lèse-nation. Ces arguments sont intenables car l’administration royale n’a jamais été ce corps uniformément compétent et modernisateur qui aurait voulu abattre les privilèges de la monarchie. Les commissaires du roi présentaient certes l’avantage évident d’être plus ou moins soumis à l’autorité des ministres qui avaient les moyens de faire leur carrière mais qui demeuraient néanmoins prisonniers de la bonne volonté d’hommes potentiellement tous aptes à les remplacer. Les intendants ne s’interdisaient donc jamais de traîner les pieds pour contrarier les projets du gouvernement lorsqu’ils les considéraient, parfois à juste titre d’ailleurs, comme autant de douces et généreuses utopies ordonnées d’en haut mais absolument impraticables sur le terrain bariolé d’un royaume écartelé par ses diversités juridiques, économiques et politiques.

3À déplorer l’opposition des parlements au gouvernement pour parer l’administration de toutes les vertus, l’historien risque encore d’oublier que ce ne fut pas seulement L’Averdy mais aussi la technocratie des Lumières — les Trudaine, Courteilles, d’Ormesson, Gournay, Bertin et Turgot — tous hommes que les partisans de l’autorité ont tellement mis sur le devant de la scène, qui voulait les réformes de 1764-1766 et parfois même beaucoup plus de réformes. Face aux brillantes conceptions de cette élite d’administrateurs chevronés qui furent pilotés par L’Averdy et Choiseul dans les années 1760, il y eut, dans un contexte de crise, l’incompréhension générale des Français — tous groupes sociaux confondus — dont la manifestation la plus évidente fut le fameux pacte de famine. Cette rumeur n’a jamais été autre chose qu’une lecture (parfois volontairement) erronée de la politique économique des physiocrates et, d’une manière générale, des partisans d’une modernisation en profondeur de la monarchie. Leurs décisions eurent certes pour conséquence de rendre la vie du peuple beaucoup plus difficile, désespérante et même parfois désespérée. Mais l’Ancien Régime avait connu bien d’autres disettes et la France allait encore en connaître d’autres aussi graves et même pires. Surtout, l’école libérale n’a jamais eu l’intention d’affamer le peuple pour s’enrichir à ses dépens ou payer les maîtresses de Louis XV mais au contraire de rembourser les dettes de la guerre, d’apporter un remède au problème de la mendicité, de lutter contre la récurrence des crises économiques et les bloquages structurels de la société d’Ancien Régime qui, à chaque fois, et par étapes successives, transformaient la guerre en une catastrophe financière et politique.

4Il s’en faut cependant de beaucoup que le ministère de L’Averdy n’ait été qu’un échec. Comme ses prédécesseurs, il légua à ses successeurs des problèmes mais aussi des atouts et de nouvelles réflexions. Les travaux accomplis sous son autorité ont notamment révélé aux administrateurs les contraintes techniques et les contradictions politiques qui avaient empêché de mener à bien certaines réformes, déterminant ainsi, dans l’ordre des priorités, les avancées immédiatement applicables et celles qui devaient attendre. L’Averdy avait aussi mis de l’ordre dans des finances terriblement emmêlées en 1763. Fruit de cinq années de travaux, son compte rendu au roi de 1768 formait un document très important qui constatait « au juste le véritable état des affaires » et que L’Averdy demanda à « Sa Majesté... de conserver soigneusement (...) comme un bordereau auquel il sera utile qu’elle ait recours en cas de besoin, ainsi que les successeurs ». L’Averdy légua enfin à Louis XV un atout considérable. Ayant ouvertement placé son ministère sous le règne de la loi et de la fidélité aux engagements, L’Averdy rendit progressivement acceptable par tous les riches le principe d’une banqueroute qui, en 1763, aurait pu être le germe d’une révolution politique que le gouvernement redoutait tant. Cette banqueroute, à laquelle L’Averdy habitua progressivement Louis XV, n’était pourtant que le pire des remèdes selon ce ministre. Pour y parer, il aurait fallu du temps et que L’Averdy conserve son crédit politique soumis aux aléas de la conjoncture, aux inévitables méfaits de décisions novatrices et aux luttes des partis à la cour qui n’attendaient que ces difficutés pour prendre à leur tour le pouvoir.

5À la fin de l’été 1768, il n’y avait apparemment plus que trois choix politiques : se murer dans le conservatisme pour ne voir, condamner et abolir, à la lueur des échecs, que les faux principes des réformes engagées depuis 1764, conserver l’essentiel de décisions dont les justifications paraissaient justes et bonnes sans cesser de rechercher et d’appliquer des remèdes aux difficultés du moment pour gérer la crise en attendant que la situation s’améliore, enfin aller plus loin dans les réformes en se convaincant qu’une radicalisation des principes permettrait d’éviter les frictions d’une cohabitation entre deux systèmes politiques et économiques concurrents, cela au risque de polariser plus encore les divisions.

6Pour L’Averdy, les solutions de facilité consistaient autant à revenir en arrière qu’à aller de l’avant. Car ce ministre, qui avait une vision politique des affaires reposant sur la conviction que l’homme est le prisonnier de ses passions, pensait que la vérité se trouvait toujours dans une voie mitoyenne ou en un juste milieu qui, naturellement, ne satisfait non plus personne. La lecture des projets des conseillers économiques et financiers qui entouraient le contrôleur général témoignent de la naïveté de ces hommes qui, aussi compétents fussent-ils dans leur analyse, n’en demeuraient pas moins convaincus qu’ils avaient chacun, dans l’outrance de leurs oppositions, le monopole exclusif des réponses aux problèmes de leur société. Pour L’Averdy, il n’y avait certes jamais de bonne raison pour ne pas aller de l’avant lorsqu’il considérait ces raisons comme bonnes et justes, c’est-à-dire ayant fait préalablement l’objet de réflexions moins partisanes que réfléchies et dès lors qu’elles pouvaient trouver une place dans le cadre de son programme de gouvernement qui se proposait d’apporter des réponses à long terme aux difficultés politiques et financières de la monarchie.

  • 2 Guy Chaussinand-Nogaret, Choiseul. Naissance de la gauche. Paris, 1998.

7L’Averdy ne fut pas pour autant le conservateur étroit qu’a voulu récemment dépeindre Guy Chaussinand-Nogaret dans sa biographie de Choiseul et qui, selon cet historien, aurait empêché ce dernier ministre de développer tout son génie. L’Averdy est une fois de plus présenté comme le seul responsable de l’échec de la nouvelle politique engagée dans les années 1760, analyse contradictoire puisqu’il faudrait alors convenir que le contrôleur général était au moins aussi puissant, sinon plus encore, que le principal ministre2. En fait Choiseul et L’Averdy partageaient des idées et des valeurs identiques même s’ils réagirent parfois différemment dans le contexte de la crise des années 1767-1768. Choiseul s’intéressait surtout à la politique étrangère de la France et à son armée sans vraiment se demander si L’Averdy et les finances pourraient suivre. Vieux débat qui met aux prises une conception traditionnelle du gouvernement de la guerre face à celle renouvelée, depuis la fin du xviiie siècle, d’un gouvernement économique reposant sur le développement d’une administration moderne et sur un système raisonné d’analyse de la formation et de la distribution des richesses.

8Fonctionnel en partie, le cœur du problème opposant L’Averdy et Choiseul tenait avant tout au dosage des nouvelles et nécessaires réformes à entreprendre en 1768 pour lutter contre leurs ennemis politiques communs. Ni l’un ni l’autre ne trouvèrent la solution idoine pour se sortir de difficultés qu’ils avaient contribué à créer mais qu’ils n’avaient sans doute pas les moyens de circonvenir et que, dans tous les cas, l’on ne leur permit pas de mettre en pratique. Pour réussir à réformer la monarchie selon leurs vues, il aurait fallu que ces ministres fussent capables de survivre à la crise politique et financière inévitable de tout déréglement de la société. Il aurait peut-être fallu à L’Averdy et à Choiseul plus d’autorité qu’ils n’étaient prêts à en faire l’usage et, peut-être aussi, plus de chance pour réussir leur pari. Que le contrôleur général L’Averdy ait échoué n’a rien de bien étonnant si l’on songe à la spirale des problèmes auxquels se trouvera confrontée l’Assemblée Constituante dans sa volonté d’instaurer, à son tour, des principes qui s’inscrivaient dans le prolongement de ceux mis en application au cours des années 1760.

Notes

1 Sur l’évolution des taux d’intérêt à Paris dans les années 1760 et l’usage des obligations, une forme juridique d’emprunt qui permettait aux particuliers de contrarier la loi de 1766, voir Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay, Jean-Laurent Rosenthal « Economie et politique. Les marchés du crédit à Paris, 1750-1840 », Annales HSS, janvier-juin 1994, n° 1, p. 239-306.

2 Guy Chaussinand-Nogaret, Choiseul. Naissance de la gauche. Paris, 1998.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540