Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Quatrième partie. Le maintien des réformes

Chapitre X. La crise économique

Texte intégral

1L’Averdy n’a jamais disposé que d’une marge de manœuvre très étroite pour tenter d’apporter des solutions aux problèmes politiques et financiers de la monarchie. La confiance dans le gouvernement, c’est-à-dire le crédit de l’État, dépendait en grande partie de sa capacité politique à rembourser une partie des dettes de la guerre et à assurer le refinancement des autres sans tirer sur les rescriptions ni faire de nouvelles dettes. Or l’édit du mois de décembre 1764 entraîna, comme L’Averdy le savait, une première dépréciation des effets royaux tandis que les démêlés bretons pouvaient faire douter de la possibilité du gouvernement de faire enregistrer par les parlements les mesures financières propres à garantir la consolidation des dettes de l’État.

2En 1764, il avait été pourtant politiquement difficile de faire plus que ce que l’on avait fait. L’enregistrement de la déclaration du mois de novembre 1763 avait permis d’éviter l’imminence de la banqueroute en dotant l’État de revenus qui lui permettaient de survivre dans l’immédiat. Par la suite, l’édit du mois de décembre 1764 avait encore augmenté les recettes par l’effet d’une réduction des intérêts versés aux créanciers de l’État. Bien qu’incomplet parce qu’il ne se prononçait pas sur le sort des effets délivrés par les trésoriers généraux dont on ne savait pas le montant exact, qui les détenait et sur quelles bases il faudrait les rembourser, l’édit de libération était pourtant indispensable car il formait un cadre général qui permettait, au moins temporairement, de répondre à l’incertitude dans laquelle vivaient les marchés financiers depuis la fin de la guerre et même parfois depuis la suspension des remboursements de 1759.

3Dans ses choix politiques et financiers, L’Averdy n’a jamais agi de manière inconsidérée. Mis au courant des affaires par les meilleurs spécialistes du temps. il a toujours pris ses décisions en connaissance de cause et à l’issue de débats contradictoires avec les ministres. Le contrôleur général était parfaitement informé que le refus de la banqueroute obligerait à rembourser au comptant plusieurs dizaines de millions de livres chaque année et à consolider les autres dettes par le financement d’un fond d’amortissement. En sorte que l’acceptation des créances ferait peser durablement une très lourde charge sur le Trésor royal. Mais même s’il avait choisi la voie de la banqueroute, le gouvernement n’aurait pu se passer de la prorogation d’une partie des impositions de guerre. À moins d’un coup d’éclat, il n’y avait donc pas d’autre solution que de se concilier avec les parlements pour se procurer les revenus qui permettraient d’apporter une solution temporaire mais insuffisante pour payer l’ensemble des dettes.

4Toute la chronologie de l’année 1764 est contenue dans cette logique qui obligeait le contrôleur général à donner une réponse politique au problème financier en sachant que le temps perdu dans les batailles de 1763 ne permettrait pas de se doter, dans l’immédiat, des revenus suffisants pour être certain d’acquitter les créances de l’État. Comme n’importe quel autre ministre, L’Averdy se voyait donc dans l’obligation d’augmenter les recettes ou de les faire cadrer avec les dépenses. Mais l’héritage politique de Bertin, que L’Averdy détestait cordialement, était lourd à gérer. Bien sûr, certains diront que les parlements étaient les premiers responsables de la pagaille. Mais c’est réfléchir sur le court terme ou penser que sans l’opposition des cours la monarchie aurait résolu tous ses problèmes. Remarquons, dans le premier cas de figure, que si les parlements avaient enregistré les édits de Bertin sans émettre aucune plainte, ce contrôleur général n’aurait pas perçu plus d’argent que L’Averdy pour faire face aux mêmes dettes. Et comme nous l’avons montré, il est probable que sous l’influence des mêmes personnes ou des mêmes idées, Bertin aurait mené une politique économique et financière globalement comparable, dans ses inspirations, à celle de L’Averdy. Quant au second argument, il suffit de constater que lorsque Turgot arriva au gouvernement, les onze années de paix qui avaient succédé à la guerre de Sept Ans n’avaient pas permis, malgré les remboursements effectifs et les réductions successives du capital et des intérêts de la dette, tant exigible que constituée, d’éponger l’ensemble des créances de la guerre. En revanche, du côté des certitudes, il est clair que par l’édit du cadastre, Bertin jeta de l’huile sur le feu et paralysa par la suite toute action fiscale du gouvernement en cédant au vœu d’une réforme tout en prétendant l’imposer par la force mais sans avoir mis à l’étude la possibilité d’une telle entreprise.

5L’indispensable augmentation des revenus pour rembourser les dettes de l’État ne pouvait donc plus passer par une réforme de la fiscalité qui était bloquée et, qui, dans tous les cas, prendrait du temps si l’on pense qu’il fallut près d’un demi siècle pour achever le cadastre en France. Par conséquent, il fallait trouver des ressources ailleurs, c’est-à-dire dans la seule voie disponible et politiquement praticable dès 1764 : l’action économique. Le bas prix du grain menaçait en effet de rendre difficile la perception des impôts dont on avait un extrême besoin. Souhaitée par de nombreuses personnes, la libéralisation du commerce des céréales était encore un moyen de faire rentrer de l’argent dans les caisses du roi par le biais des excédents commerciaux. Enfin, en suscitant les investissements et la croissance, le relèvement des cours du prix du blé devrait permettre, à terme, de faciliter une éventuelle réforme de la fiscalité qui permettrait de soulager les plus pauvres au détriment des plus riches, c’est-à-dire de percevoir plus d’argent en imposant plus justement. Ainsi pourrait-on acquitter les dettes et faire reposer à l’avenir les finances de la monarchie sur la croissance économique.

6En théorie, le modèle fonctionnait très bien. Mais dans la pratique il se révéla catastrophique pour des raisons à la fois structurelles, accidentelles et conjoncturelles que nous évoquerons en détails plus loin. Dans les faits, la libéralisation du commerce des grains se traduisit par une élévation du prix du pain qui tomba évidemment sur les épaules des plus pauvres. Qu’elle fut la cause directe des difficultés des manufactures ou une conséquence aggravante de problèmes qui leur étaient spécifiques, ce qu’il faudra également analyser dans ce chapitre, la hausse des prix intervint à un moment où nombre d’ouvriers étaient sans emploi dans les grandes villes. Cette situation donna naissance à de graves conflits sociaux et politiques. On attribua alors la misère du peuple et le désœuvrement des ouvriers à la libéralisation du commerce des grains qui faisait renchérir le pain et, dit-on, le coût du travail et, partant, le prix de revient des produits des manufactures.

7Vers 1767-1768, la situation misérable des populations déclencha un débat très virulent sur les conséquences sociales de la mise en application des principes libéraux. Piqués au vif, les physiocrates s’obstinèrent à démontrer que les méfaits de la liberté étaient la conséquence d’une insuffisance de liberté. Ils proposèrent donc de supprimer le taux plafond qui, en vertu de l’édit du mois de juillet 1764, avait prohibé la sortie des grains du royaume lorsque le setier atteignait 30 livres pendant trois marchés consécutifs. De tels propos soulevèrent des sentiments de colère et d’indignation, même parmi ceux qui avaient été, quelques années auparavant, de vrais partisans de la liberté économique.

  • 1 Ferdinand Galiani, Dialogue sur le commerce des blés, Londres, 1770.
  • 2 Laurent Versini, Diderot, Œuvres, tome III, Politique, Paris, coll. Bouquins, 1995, p. 123-160.
  • 3 Laurent Versini, Diderot, Œuvres, tome III, op. cit., p. 126.

8Aujourd’hui comme au milieu du xviiie siècle, il est très difficile d’évoquer sereinement la question des grains. Ce n’est d’ailleurs pas tant la virulence des débats que la nature des interrogations soulevées à la fin des années 1760 qui posent difficulté et font de la bataille du libéralisme le premier événement révolutionnaire avant 1789. Généralement saluée par les hommes des Lumières qui s’étaient joints aux économistes dans leur combat pour la liberté, l’autorisation d’exporter les grains fut rapidement une pomme de discorde dans les rangs des économistes et parmi les philosophes. Le point d’orgue de ces débats internes à l’école libérale fut la querelle entre Diderot et l’abbé Morellet au sujet des fameux Dialogues sur le commerce des blés de l’abbé Galiani1. En effet, Diderot, qui avait déjà fait état des conséquences sociales des hauts prix du blé dans son roman Jacques le Fataliste, était rapidement revenu de la liberté. Il s’était lié d’amitié avec Ferdinando Galiani (1728-1787), un économiste napolitain dont il publia en 1770 les dialogues qui formaient une condamnation très sévère des idées de la physiocratie. Commandité dit-on par le duc de Choiseul et Trudaine, Morellet rédigea une réfutation cinglante de Galiani que Diderot fut chargé d’examiner en sa qualité de censeur désigné par Sartine (1721-1801), alors lieutenant de police de Paris. À la lecture du manuscrit de l’abbé Morellet, Diderot ne put contenir sa colère et rédigea aussitôt des notes de lecture qu’il intitula Apologie de l’abbé Galiani2. Le père de l’Encyclopédie fut choqué à double titre. Sous la plume de Morellet, Diderot lisait le ridicule d’une fausse philosophie qui prétendait bâtir une théorie sur des « spéculations abstraites » plutôt que sur l’étude des phénomènes. Excédé par cette mauvaise foi scientifique, Diderot cracha du venin contre Morellet : « Savez-vous, l’abbé, ce que vous avez fait pour moi dans cette affaire de grains ? [...] l’ouvrage d’un raisonneur ; ce qui n’est pas l’ouvrage d’un homme qui a raison ». Mais Diderot était aussi furieux parce qu’il estimait que Morellet, malgré son amitié avec Galiani, avait accepté, d’une part, par intérêt personnel, de vendre sa plume aux personnes en place et, d’autre part, de trahir la philosophie des Lumières qui voulait rejeter tous les dogmes pour lui substituer des idées de tolérance. Et Diderot de formuler contre Morellet les mêmes critiques que L’Averdy quelques années plus tôt : « tout homme qui écrit du commerce sans avoir acheté ou vendu une épingle, tout homme qui écrit du commerce des blés sans en avoir vendu ou acheté du grain, du commerce d’argent sans avoir signé une lettre de change, d’agriculture ou de baux sans avoir possédé un pouce de terre, d’importation ou d’exportation sans avoir eu vingt sous d’intérêt sur une cargaison, pourrait bien dire autant de sottises que de mots3 ». Comme Voltaire avec son Homme aux quarante écus qui avait habilement usé de son ironie pour ridiculiser l’impôt unique des physiocrates, les fulminations de Diderot contre Morellet soulignent que les principaux philosophes des Lumières étaient assez hostiles aux syllogismes de la secte.

9Il est presque certain que L’Averdy, devenu l’un des meilleurs connaisseurs des problèmes fiscaux et financiers de l’État, était aussi un opposant à l’impôt unique. Nous avons vu plus haut qu’il rejeta un mémoire que lui avait communiqué Choiseul sur l’impôt unique et le cadastre. Il est vrai que dans ce mémoire L’Averdy n’aborde que le cadastre. Mais sans cadastre, il était hasardeuse d’établir un impôt unique sur les terres. Il nous reste donc à savoir quelle fut l’attitude et la position de L’Averdy relativement aux revendications de la physiocratie sur la question des blés lorsqu’il fut confronté aux désastreuses conséquences économiques, politiques et sociales de l’édit du mois de juillet 1764.

I. L’AVERDY FACE À LA CHERTÉ

  • 4 Steven L. Kaplan, op. cit., p. 157.

10En reprenant les travaux anciens consacrés à la question des subsistances, Steven Kaplan a rompu avec une longue tradition historiographique qui avait présenté L’Averdy comme un opposant à la libéralisation du commerce des grains. Le simple bon sens obligeait en effet à observer que le contrôleur général qui avait promulgué l’édit du mois de juillet 1764 ne pouvait être qu’un partisan de l’exportation. Chemin faisant, Steven Kaplan a vu en L’Averdy un doctrinaire qui, face à la crise frumentaire, souhaitait donner à la liberté d’exportation toute la latitude dont elle était possible pour remédier à la pénurie des céréales. L’Averdy devient alors le prototype de « nombreux ministres et réformateurs qui se croient éclairés » sans se donner « la peine de comprendre le mécanisme de la psychologie populaire » et qui « ne voit aucune solution de rechange au reconditionnement brutal et implacable » d’un peuple dont ils méprisent les préjugés et les emportements irraisonnés et déraisonnables4.

11Ces propos nous paraissent erronés et en partie contradictoires avec la finesse de l’analyse développée par Steven Kaplan. Pour comprendre l’attitude de L’Averdy et du gouvernement il faut, selon nous, prendre le pouls de l’évolution des choses. Il nous semble en effet impropre de vouloir étudier l’affaire des blés sur la base du constat qu’en 1768 le grain était beaucoup plus cher qu’en 1763. La comparaison souligne sans aucun doute l’échec de la déréglementation du commerce pour une population qui se nourrissait surtout de pain. Mais dans ce cas, il faudrait remarquer qu’après 1763 le prix moyen annuel du blé ne retrouvera jamais les bas niveaux historiques qu’il avait enregistré à cette date sauf dans quelques rares généralités où les mercuriales étaient relativement élevées en 1763. Cette observation n’est pas destinée à justifier l’expérience libérale au rebours de l’évolution générale de la courbe des prix du grain au xviiie siècle. Elles veulent simplement introduire un facteur temporel qui permet de mieux comprendre l’attitude de L’Averdy face à la cherté.

  • 5 René Baehrel, Une croissance. La Basse Provence rurale de la fin du xvie siècles à 1789, Paris, 19 (...)

12En 1764, nul ne savait exactement quelles seraient les conséquences de la libéralisation du commerce des grains. Cependant, les ministres étaient tous persuadés que la politique frumentaire fondée sur la prohibition était inadaptée aux besoins de l’État et qu’elle n’était pas en mesure de pallier les problèmes du ravitaillement en cas de manque ni ceux d’une production agricole soumise aux aléas du climat. Si les administrateurs étaient généralement favorables à la libéralisation, c’est encore parce qu’ils pensaient que la politique de prohibition était un pis-aller qui renforçait les structures traditionnelles de la monarchie qu’ils avaient voulu transformer par la nouvelle législation. Comme l’a bien souligné René Baehrel pour la Provence, la prohibition et la liberté servaient de toute manière les intérêts des propriétaires et des négociants qui voulaient « à la fois se réserver le marché local et conquérir les marchés extérieurs »5. En sorte qu’en temps d’abondance, ils demandaient l’exportation de leurs productions pour éviter que les prix ne se déprécient dans leur province tandis qu’en période de manque ils voulaient fermer les frontières pour conserver leurs bons prix. À ce « prohibitif mitigé », l’État et la population ne retiraient guère d’avantages. Comme la fiscalité touchait sans doute modérément ces acteurs économiques, le gouvernement payait assez cher le maintien de l’ordre public sans y remédier entièrement et sans apporter de solution globale à la nourriture des Français qui passait, entre autres, par le décloisonnement des marchés intérieurs et par la croissance de la production agricole. Le gouvernement n’ayant pas les moyens financiers de briser les blocages économiques et sociaux de l’Ancien Régime, il avait pensé que la liberté du commerce serait une source d’enrichissement propre à soutenir la croissance et à encourager les investissements privés en infrastructures. Les ministres, ainsi que tous ceux qui avaient adhéré à la liberté, et ils avaient été nombreux en 1764, voulaient donc le relèvement du prix du grain pour moderniser, par l’appât du gain, les structures économiques de la monarchie en servant les intérêts matériels de la population et les besoins financiers de l’État.

  • 6 Ernest Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Paris, (...)

13Considéré de cette manière, il était tout à fait normal que L’Averdy se soit emporté aux premières échauffourées qui menaçaient de terminer l’expérience avant même qu’elle n’ait vraiment commencé. En effet, en 1764 et en 1765, les prix ne furent pas, en moyenne nationale, plus élevés, et furent même souvent plus bas, que durant les années 1747 à 1760. Certes, une moyenne nationale ne veut pas dire grand chose. Cependant, en 1764 et en 1765, le setier ne se négocia généralement pas plus cher dans les différentes généralités que durant les maximums de la période 1756-1763. Même en 1766, le prix du blé dans 15 des 33 généralités demeura inférieur aux plus hauts cours affichés durant la guerre de Sept Ans. Enfin, dans dix généralités, les prix moyens annuels furent compris entre 14 et 17 livres le setier, un cours très inférieur à la moyenne nationale des années 1747-1760. Il demeure cependant certain qu’après les exceptionnelles récoltes des années 1761-1763, l’envolée des prix fut partout sensible et que la libéralisation entraîna des hausses brutales. Ainsi, dans la généralité d’Auch, le prix moyen annuel du setier passa de 16 à 22 livres entre 1765 et 17666.

  • 7 Pierre Le Verdier, op. cit., tome IV, p. 197, Miromesnil à L’Averdy, 31 juillet 1766.
  • 8 Id., p. 198.

14Au regard de ces chiffres, on peut comprendre que la cherté, tout en étant réelle, ne semblait pas dramatique pour un gouvernement qui avait délibérément pris le parti de la hausse. On ne pouvait pas non plus en déduire que la liberté réussissait beaucoup plus mal que la prohibition. Au mois de juillet 1766, Miromesnil constatait ainsi que le setier, mesure de Paris, s’était vendu 21 livres 16 sols au marché. Par rapport aux années 1761-1764, l’augmentation était comprise, selon l’année de référence, entre 4 et 7 livres le setier, ce qui est assurément considérable. Mais relativement aux années 1756-1760, cette hausse était de l’ordre de – 8 à + 3 livres. Aussi Miromesnil estimait-il que « ce prix n’est pas encore effrayant en lui-même, cependant il ne laisse pas d’inquiéter bien des gens, parce qu’il y avait longtemps que nous n’avions vu le blé aussi cher à Rouen »7. Il ne fallait pourtant remonter qu’à 1757, année où la moyenne annuelle du prix du froment fut supérieure à 29 livres et demeura comprise entre 18,5 et 19,5 livres le setier jusqu’en 1760 tandis qu’il ne se négociera pas en dessous de 20 livres sous le règne de Louis XVI. En conséquence de ses analyses, le premier président ne redoutait pas les désordres : « lorsqu’il y a eu autrefois des émotions populaires, ce n’était pas tant à cause de la cherté du blé, que parce que le peuple manquait de travail. Or loin que le peuple manque à présent de travail, on manque au contraire d’ouvriers dans les manufactures »8.

  • 9 Pierre Le Verdier, op. cit., tome IV, p. 199.
  • 10 Id., p. 200, L’Averdy à Miromesnil, août 1766.

15Ayant en mains les états du prix du grain dans les généralités, L’Averdy ne pouvait pas accepter que les autorités judiciaires, policières ou administratives cèdent à la panique dès la première cherté. Malgré les nouvelles rassurantes qu’il recevait de Normandie, le ministre fut cependant informé que La Michodière, intendant de Rouen, « parut s’effrayer un peu trop, ou du moins le trop marquer » et « croyait que si le mauvais temps continuait, on ferait bien de mettre un bataillon de troupes à Rouen, afin de contenir le peuple en cas que le blé vint à un prix trop considérable »9. Pour le contrôleur général, une telle proposition était « le moyen de mettre la terreur partout »10.

  • 11 Arch. nat., F11 265, correspondances et mémoires relatifs au commerce des grains, 1764-1774.

16Comme l’ajustement noté Steven Kaplan, cette attitude des intendants exaspérait le contrôleur général. Il accusait les autorités locales d’adopter une position alarmiste et de prendre le prétexte des craintes pour violer la loi. Face à la mollesse de ses subordonnés, L’Averdy leur demandera toujours de laisser leurs doutes de côté et d’agir conformément aux vœux du gouvernement en faisant strictement respecter la liberté. Ainsi, aux nouvelles des émeutes de l’été 1766, L’Averdy blâmera l’attitude des intendants de Rennes et de Dijon. Il leur marqua que leur rôle n’était pas de gêner la liberté ni de susciter des craintes mais de proclamer que la liberté demeurait entière, d’informer le gouvernement des difficultés et de trouver les moyens de ravitailler les villes ou de faire baisser le prix du pain. Enfin, il leur dit que la fixation autoritaire du prix du pain était attentatoire à l’autorité du roi, qu’elle encourageait les désordres et qu’elle menaçait d’amplifier la disette en privant la province des secours que la liberté du commerce devait pouvoir lui procurer11.

  • 12 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, L’Averdy à Miromesnil.

17Dans sa correspondance administrative, L’Averdy passa moins condamnation de l’attitude du peuple que de celle des autorités. Le ministre écrira par exemple à l’intendant de Rennes que « les habitants et surtout le menu peuple des villes » ne peut pas comprendre la politique menée par le gouvernement et qu’il ne « faut pas se flatter de le convertir sur l’article de l’exportation des grains » car il « ne voit de salut que dans le bas prix des denrées et... regarde tous les soins de l’administration comme devant se borner à entretenir le bas prix et veiller à la subsistance des villes sans s’occuper aucunement du bien des campagnes »12. En revanche, le contrôleur général ne pouvait pas douter que les autorités fussent informées que la politique du « bon prix du blé » avait l’ambition de relever les prix pour augmenter la production agricole et de lisser les cours en laissant agir le commerce. Ministre chargé de faire exécuter la loi, L’Averdy ne pouvait pas non plus accepter que ses subordonnés sapent, par préjugé, par crainte ou par opposition, le projet économique du gouvernement qui avait reçu la sanction des parlements. Aussi, face aux séditions qu’entraîneront la cherté du pain, le contrôleur général sera-t-il sans pitié et demandera-t-il toujours aux magistrats de les réprimer avec une très grande sévérité. Les exemples sont tellement nombreux qu’il n’est pas besoin d’en citer.

18La fermeté de cette attitude peut donner à penser que L’Averdy était effectivement un pur doctrinaire défendant la liberté d’exportation malgré ses conséquences politiques et surtout sociales. En fait, les choses étaient beaucoup plus complexes. D’abord, le ministre recevait des informations souvent contradictoires. Car de même qu’il lisait, dans les difficultés des parlements, le résultat des conflits entre les jésuites et les jansénistes, il interprétait l’attitude des autorités locales comme le combat entre les partisans et les opposants à la liberté. Les historiens de la politique se sont généralement moqués d’un ministre accusant les jansénistes de semer le trouble. Pourtant, dans le cas des subsistances, Steven Kaplan a montré que L’Averdy n’avait pas entièrement tort d’accuser les interventions impromptues de la police puisque les opposants et les sceptiques de la libéralisation, tels Joly de Fleury ou Terray, reconnurent eux-mêmes que le zèle des autorités locales était souvent néfaste. Enfin, il ne faut pas prendre au pied de la lettre les discours des ministres : L’Averdy tenait un double langage selon qu’il s’adressait aux uns ou aux autres.

  • 13 Pierre Le Verdier, tome V, p. 70, L’Averdy à Miromesnil, 31 décembre 1767.
  • 14 Arch. nat., F11 265. Lettre de L’Averdy à l’intendant de Bretagne, 13 juin 1766 (copie). Elle est (...)

19Aux représentants du roi qui se plaignaient des désordres, de la misère et de la hausse des prix, il enjoignait l’ordre de faire respecter la loi afin de donner à la liberté tous ses avantages et de ne point entraver les opérations des négociants qui, effrayés par les taxations forcées, ne voudraient pas ravitailler. Que L’Averdy ait attaqué en cette occasion les préjugés des populations et demandé de sévir contre les séditions ne témoigne pas, selon nous, d’un refus de comprendre leur psychologie ou d’une volonté d’acculturation du peuple. S’il demandait la fermeté, c’est qu’il n’avait pas d’autres interlocuteurs que le personnel institutionnel et que pour maintenir la voie de la liberté, il n’avait pas d’autres moyens que d’user de son autorité administrative. Et autant que l’on puisse en juger par quelques unes de ses lettres, il attaqua moins les préjugés du peuple que la « chaîne des anciens préjugés » qui, « aux premières impressions de la crainte », conduisaient les autorités à prendre « tous (les) expédients forcés qui seraient seuls capables de la réaliser »13. En assénant ses ordres, L’Averdy n’avait donc pas l’intention de convertir la population à la politique du gouvernement mais de modifier les réflexes ancestraux de ses subordonnés. Une lettre de L’Averdy à l’intendant de Bretagne montre, par exemple, que le contrôleur général était soucieux de rassurer ses troupes qui, dans le contexte de la déréglementation, ne savaient pas comment réagir face aux émotions populaires14.

  • 15 Arch. Nat., F11 265.

20Il est évident que L’Averdy pensait que l’intendant de Bretagne ne comprenait rien à la politique menée par le gouvernement. Certes, les démêlés qui empoisonnaient la vie de cette province depuis deux années déjà avaient de quoi le dérouter. Le contrôleur général dit cependant à l’intendant que les problèmes politiques et frumentaires ne devaient pas changer son attitude et qu’il serait naturellement soutenu. Aussi, le ministre lui fit-il observer qu’il n’aurait rien eu à se reprocher en faisant remarquer aux magistrats bretons que leur arrêt fixant le prix du blé était contradictoire avec l’empressement qu’ils avaient manifesté en faveur de la liberté d’exportation et qu’ils s’étaient même plaints en cette occasion qu’elle ne fut pas assez étendue. Suivant L’Averdy, l’intendant aurait aussi dû considérer que les états provinciaux avaient toujours demandé la libre exportation. Le ministre disait donc que les difficultés propres à la Bretagne ne devaient pas l’empêcher de rechercher l’aide des institutions de la province. Il affirmait encore que le gouvernement demeurerait ferme dans ses intentions et qu’il assumait pleinement les conséquences de la hausse des prix. Par conséquent, le rôle de l’intendant n’était pas de s’affoler ou d’exagérer le mal dans la crainte d’être rendu plus tard responsable d’avoir sous-estimé les difficultés en cas d’émeutes. Sa fonction consistait au contraire, selon les habitudes, à prendre toutes les informations sur les blés et à les transmettre au gouvernement. L’intendant devait analyser la situation, « voir avec attention si la cherté est générale, si elle ne serait pas l’effet des mauvaises manœuvres de quelques personnes mal intentionnées, et si par les espérances fondées de la faire disparaître on ne doit pas la regarder comme un événement momentané »15. Il montrait donc à l’intendant que la liberté ne signifiait pas qu’il ne fallait rien faire. Il lui glissait même quelques conseils pour faire baisser les prix en lui proposant d’assouplir le monopole du corps des boulangers locaux en autorisant les boulangers étrangers à venir au marché et à y étaler leur pain. En bref, sur la question des grains comme lors de l’affaire de Bretagne, L’Averdy se trouva confronté à la nécessité de réformer les mentalités d’une administration qui, ayant perdu tous ses repères habituels, avait l’impression d’être abandonnée à elle-même et pensait qu’il n’était plus nécessaire de prendre les ordres du gouvernement dès lors que ce dernier avait pris le parti de la liberté.

  • 16 Arch. Nat., F11 265. Les annotations de L’Averdy sont écrites en marge de l’arrêt du Parlement de (...)

21Les problèmes auquel se heurta L’Averdy n’étaient donc pas seulement le prix du grain mais aussi ses difficultés à croire que les informations qu’il recevait n’étaient pas l’expression d’une incertitude ou de menées sourdes contre la liberté. Il paraît évident que pour le ministre, les réflexes prohibitifs étaient le résultat du désœuvrement des autorités administratives qui pensaient que le gouvernement céderait devant la population ou devant les moindres réticences des parlements. Il est probable que le contrôleur général ait rapidement compris que les intendants étaient paralysés dans leur action par la peur d’être désavoués par un ancien magistrat s’ils venaient à s’opposer aux parlements. Il était donc indispensable à L’Averdy de dire sans cesse aux membres de l’administration que leur autorité demeurait entière et qu’elle était même nécessaire pour faire vivre la liberté. D’un autre côté, il devait tout entreprendre pour éviter que les parlements ne sèment le doute chez les administrateurs, d’où la nécessité de supprimer les arrêts des cours qui fixaient autoritairement le prix du blé. Analysant l’un de ces arrêts rendu au mois de septembre 1766 par le Parlement de Dijon qui avait homologué un traité passé par la ville avec des marchands s’obligeant à fournir pendant un an du grain à un prix fixé par avance, L’Averdy se refusa à blâmer cette attitude mais trouva les arguments pour le repousser. Il montra que l’arrêt n’était pas valable juridiquement parce que « les marchands ont été forcés de souscrire un engagement où la perte est certaine, le profit impossible et ce sans stipulation de dédommagement ». Il fit en marge du texte imprimé d’autres observations qui étaient autant de conseils que de rappels à l’ordre. Il remarqua qu’en cédant « aux attroupements qui se sont faits autour de la maison de quelques marchands avec menaces d’enfoncer et de piller », la justice menaçait d’encourager les désordres et qu’elle aurait mieux fait « d’informer au sujet du tumulte et d’en faire punir exemplairement les chefs » que de perdre son temps en conférences. Comme il ne voulait pas entrer en conflit avec la cour, il leur souffla le moyen de revenir sur leurs pas sans se désavouer publiquement. Il leur proposa de démêler l’affaire en déclarant que la ville prendrait sur son compte « toute la perte qui pourra résulter des soumissions des marchands » et qu’elle remercierait le corps de ville pour sa bienveillance16.

22À l’évidence, le combat de L’Averdy pour la liberté n’était pas seulement une question de principes économiques mais encore un moyen politique de rétablir l’autorité du roi en réunissant l’administration et la justice autour d’un projet difficile mais salutaire qui, pour réussir, avait besoin de l’énergie positive de chacun. L’Averdy n’était un doctrinaire que par sa volonté et sa détermination farouches à réconcilier les oppositions politiques pour permettre à l’État d’accomplir les réformes économiques, fiscales et financières qu’il croyait indispensables pour assurer l’avenir d’une monarchie à bout de souffle. Il était persuadé que sans la collaboration de l’administration et des parlements la monarchie serait perdue car si les pouvoirs continuaient à se faire la guerre il deviendrait impossible d’accomplir des réformes difficiles et désagréables et que, par conséquent, la structure des finances continuerait à aviver les conflits jusqu’à l’effondrement de la monarchie. Le contrôleur général ne pouvait donc pas être un physiocrate à la mode de Quesnay car ses idées étaient inconciliables avec la théorie politique du despotisme légal.

  • 17 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 9, L’Averdy à Miromesnil, 5 août 1767.
  • 18 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 8-9, Miromesnil à L’Averdy, 5 août 1767

23Evidemment, on peut se demander pourquoi L’Averdy n’a pas pris en considération les risques de désagrégation de son programme politique face à la cherté. Remarquons d’abord que le gouvernement attendit les débuts de l’année 1771, c’est-à-dire au moment où les cours moyens annuels furent les plus élevés de tout le xviiie siècle après les chertés de 1709-1710 et celles de la fin de l’Ancien Régime, pour abroger l’édit du mois de juillet 1764. Par ailleurs, on ne sait pas exactement ce que pensait L’Averdy de l’évolution des prix ni, surtout, ce qu’il aurait fait puisqu’il fût disgracié au moment précis où il était évident qu’il fallait entreprendre quelque chose. Sa correspondance administrative n’apporte pas beaucoup d’éléments probants sur sa pensée car elle concerne essentiellement son souci de ravitailler les populations, d’éviter les taxations autoritaires du prix du blé et de faire respecter l’ordre public. Il est en revanche certain que L’Averdy n’a jamais pensé à déplafonner le prix de l’exportation comme l’a affirmé Steven Kaplan. À l’appui de cet argument, l’historien a cité une lettre du contrôleur général à Miromesnil disant très précisément ceci : « Votre lettre sur le bled m’embarrasse beaucoup, Monsieur, car mon sentiment personnel seroit pour rendre l’exportation tout à fait »17. La phrase peut sembler ambiguë. Mais elle répondait à une information de Miromesnil constatant que comme il avait fait beau depuis quelques jours, « cela pourra peut-être occasionner de la diminution, et en ce cas il vaudrait encore mieux ne rien dire que de rendre un arrêt pour arrêter l’exportation »18.

  • 19 Id., p. 47, L’Averdy à Miromesnil, 24 septembre 1767.
  • 20 Id., p. 70, L’Averdy à Miromesnil, 31 décembre 1767.

24La lettre de L’Averdy ne faisait donc allusion qu’à son souhait de rouvrir les ports tandis que celle de Miromesnil suggère que le gouvernement manipulait les informations sur les prix afin de les faire baisser. Un mois plus tard, le ministre écrivit encore que si les prix « n’ont point diminué, ils sont au-dessus du prix fixé pour la prohibition et la sortie doit être suspendue dans ce port aux termes de la loi »19. Il ne fait donc absolument aucun doute que L’Averdy n’a jamais envisagé d’ouvrir librement les frontières. Nous pensons même que sa logique politique aurait pu l’amener, non pas à supprimer l’exportation, mais à considérer sérieusement les avis des hommes en qui il avait confiance. Au mois de janvier 1768, L’Averdy dit ainsi au roi que « les maux actuels » ne devaient pas conduire à révoquer l’exportation mais qu’il se proposait d’abandonner « les mesures assez incertaines et peu efficaces qu’on avoit employées jusqu’à présent » et de les remplacer par des « mesures sages et constamment suivies » qui seraient présentées au roi après consultation de l’expérience et des avis « des négociants les plus capables ». Au même moment, Miromesnil avait suggéré à L’Averdy de réduire le taux prohibitif de l’exportation. Il lui répondit que la fixation avait été faite « après un examen très approfondi » et qu’il était « peut-être » souhaitable de conserver ce taux élevé pour appeler dans les ports « les grains des provinces intérieures et de faciliter la circulation de proche en proche »20. Il termina sa lettre en précisant qu’il allait rassembler les différentes observations qui lui avaient été faites pour prendre les ordres du roi lorsque la question serait débattue de savoir s’il fallait rouvrir les ports.

  • 21 Id., p. 69.

25Tout en maintenant le principe de l’exportation, il semble que L’Averdy n’ait rejeté aucune proposition, pas même celles qui pouvaient suggérer de rebrousser chemin. Il nous semble en effet que la logique de son tempérament l’aurait conduit à choisir, comme dans le débat sur la reconstitution, une voie moyenne permettant de conserver le principe de la liberté de l’exportation en l’assouplissant pour rassurer les populations. Mais dans le fond, la question de l’exportation n’était peut-être qu’en partie seulement un vrai problème. En effet, à compter de 1766, la plupart des ports furent fermés les uns après les autres à cause de la cherté. Le gouvernement savait très bien que l’exportation avait un effet psychologique et politique. Redoutant les rumeurs des expéditions clandestines de grains faites par les négociants malgré la fermeture des ports, L’Averdy donna des ordres « aux fermiers généraux de recommander de nouveau à leurs employés de veiller avec la plus grande attention sur les abus qui pourraient se pratiquer à cet égard »21. Mais fermer les ports était un véritable dilemme parce que la décision présentait une fois encore des avantages et des inconvénients. Du côté des inconvénients, les opposants à libéralisation du commerce prétendaient qu’il était inhumain de laisser partir à l’étranger une denrée dont on avait le plus extrême besoin. Face à cette critique, le contrôle général fit des recherches pour savoir quelles avaient été les quantités de blés exportées à l’étranger. On s’aperçut alors que sans être négligeables en temps de pénurie, les exportations n’avaient pas été si considérables et n’avaient représenté que 2 à 3 jours de la consommation annuelle de blé. Or en 1768, le défaut des récoltes fut si important qu’il fallut importer des blés de Dantzig, Riga et autres lieux à destination de la capitale. Pour ce qui regarde les avantages, l’ouverture des ports permettait, comme le disait L’Averdy, de faire circuler le grain par les voies maritimes qui étaient les moins onéreuses. Car le comble des paradoxes de la libéralisation, c’est que pendant que certaines provinces, dont celles du Nord de la France, souffraient en 1768 d’une grave pénurie, les récoltes avaient été très abondantes dans plusieurs régions de France. Selon Trudaine de Montigny, la Bretagne avait même suffisamment de grains en 1768 pour approvisionner la Normandie tandis que le Poitou et la Touraine en regorgeaient.

  • 22 Pierre Le Verdier, op. cit., tome II, p. 119-124.

26L’échec de l’expérience des années 1760 n’était certainement pas la conséquence de mauvais principes mais le résultat d’un faisceau de circonstances que la liberté créa en partie et qu’elle amplifia à cause de l’existence de blocages structurels mais aussi d’intempéries, tous facteurs, qui cumulés ensemble, aboutirent à une crise généralisée de l’économie du royaume. Ernest Labrousse a en effet montré que la libéralisation du commerce n’avait pas réussi, contrairement à ses vœux, à lisser la variation des prix en France. Mais il a également calculé qu’à cet égard la liberté n’échoua pas plus que la prohibition. Aussi Ernest Labrousse pensait-il que le cœur des problèmes tenait au coût des transports22. Le gouvernement le savait très bien et c’est pour cette raison, entre autres choses, qu’il avait diminué le taux légal des constitutions de rente, véritable prime au commerce selon Gournay.

27La fermeture des ports menaçait donc d’immobiliser le grain dans les campagnes qui n’en n’avaient pas besoin tandis que dans un contexte de liberté il fallait que les variations des prix soit suffisamment fortes pour que les négociants se risquent à enlever le blé d’un endroit pour le conduire en un autre point du territoire. En même temps qu’elle lissait les prix, la liberté du commerce avait donc besoin de dénivellations significatives du prix dans les généralités pour y trouver des avantages. Cette contradiction de la liberté nourrissant la hausse est nette dans la correspondance administrative. Lorsqu’un chargement arrivait dans un endroit où le blé manquait, on essayait de ne point trop diminuer les prix pour continuer d’attirer les arrivages. Mais c’était là le cas d’une pénurie. Or les états du prix du grain pour 1767 pouvaient rassurer sur les effets des lois de 1763-1764. Sauf quelques régions très mal loties, les prix moyens annuels de 1767 comparés à 1766 pouvaient donner l’impression d’un début d’uniformisation des cours. Dans plusieurs généralités où les prix avaient brusquement monté depuis 1764, ils avaient ensuite amorcé une baisse sensible, de l’ordre de 10 %. Ailleurs, ils avaient augmenté pour se situer aux alentours de 19-20 livres le setier. En 1767, on pouvait donc encore penser que le prix du grain allait trouver son équilibre économique.

28Face à la cherté et à la pénurie de 1768, le problème de L’Averdy ne fut pas de défendre à tout crin les principes de la liberté d’exportation mais de conserver absolument la liberté du commerce intérieur. La raison de cette attitude est très simple. Geler d’un seul coup la liberté du commerce et, accessoirement, se priver du secours des ports, c’était tout simplement courir à la catastrophe dans le royaume. L’Averdy exhorta plus que jamais les administrateurs à ne point céder devant les volontés de taxer le prix du pain et à sévir contre les émeutes. Selon lui, la moindre mesure de faiblesse effrayerait les négociants et stopperait immédiatement les opportunités de ravitaillement. Loin de servir les intérêts de la population, les vociférations prohibitionnistes ne seraient donc pas capables d’assurer le ravitaillement car elles stopperaient l’écoulement des grains.

  • 23 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 143, L’Averdy à Miromesnil, 4 avril 1768.

29Au regard de ces soucis concrets, la question de l’attitude de L’Averdy ou des hommes des Lumières face au peuple et aux séditions ne nous paraît pas du tout pertinente. Il faut en effet distinguer la polémique, très riche, mais souvent excessivement partisane, que suscita la question des subsistances, de la réalité d’une société qui, quels que soient les principes de son gouvernement en matière de grains, aurait également réprimé les émeutes de la cherté en temps de pénurie sans pourtant y remédier. L’Averdy se moqua d’ailleurs d’un arrêt du Parlement de Rouen (24 mars 1768) qui, « fait, tiran qu’il est, pendre les gens sans forme ni figure de procès, pour éteindre d’une main un feu qu’il allume de l’autre dans les campagnes »23.

  • 24 Id., tome III, p. 166. L’Averdy à Miromesnil, 12 février 1764.
  • 25 Id., tome V, p. 141, L’Averdy à Miromesnil, 2 avril 1768.

30Comme tous les membres du gouvernement, le contrôleur général était extrêmement préoccupé par la situation des plus démunis. En 1764, il avoua à Miromesnil : « je vaux rien pour ma place. la dureté est trop éloignée de mon cœur. Je suis trop compatissant pour les malheureux »24. Bien sûr, quelques années au gouvernement avaient pu endurcir son caractère. Cependant, il fera tout son possible pour tenter de remédier aux maux de la cherté en faisant donner du travail aux pauvres, en achetant du grain pour l’acheminer là où il manquait et même, en désespoir de cause, en distribuant du riz avec les indications pour le faire cuire. Ce n’était peut-être pas grand chose au regard des souffrances. Mais quand on accusera sa réforme fiscale d’imposer 10 livres par journalier, il s’écriera : « Quelle horreur ! J’ai voulu empêcher les surcharges dont on écrase ces malheureux-là, j’ai voulu empêcher qu’on ne leur comptât trop de journées de travail, j’ai voulu empêcher que ces misérables, que j’ai vu porter à des 15, 20 et jusqu’à 24 l. de cote, ne pussent jamais être mis au delà d’une plus modique à la décharge des riches »25.

II. LES LIMITES DE L’INTERVENTION DE L’AVERDY SUR LES GRAINS

31On sait que L’Averdy œuvra de toutes ses forces, avec ses collègues, pour assurer le ravitaillement des provinces désolées. Au début du mois de mars 1768, Miromesnil comptabilisa qu’en trois semaines, 16 navires étaient arrivés à Rouen portant au moins 1 638 tonneaux et 550 sacs de froment, 110 sacs de farine et 395 tonneaux de seigle. Une partie des chargements fut distribuée sur place tandis que le reste poursuivit sa pérégrination vers Paris où le blé était alors très cher.

  • 26 Yves Durand, op. cit., p. 133-134.

32Avant que la cherté ne devienne un problème paralysant pour le gouvernement, le ministre avait réfléchi à un ensemble de mesures propres à soutenir la libéralisation. Nous avons déjà évoqué que les dégrèvements d’impôts accordés aux défrichements et aux dessèchements voulaient augmenter la production agricole. Parmi les idées pilotes de L’Averdy, il y avait aussi la volonté de donner au négoce toute sa dignité. Dans son entourage, il n’était pas le seul à manifester une inclination particulière pour le milieu des négociants. Dans ses mémoires, Laborde expliqua à son fils que le commerce était « l’état d’un vrai citoyen » car le négociant « qui travaille dans le grand fait mouvoir tous les différents ordres de l’État en leur faisant recueillir le fruit de son travail... Combien de personnes occupées, combien d’argent répandu qui soulage le peuple et le gentilhomme, en leur procurant un débouché avantageux de leur vin et de leur bled dont on fait des farines ! »26. Par opposition à la finance, le commerce était chez Laborde l’activité qui permettait de faire vivre la liberté et la croissance partagée de la circulation des richesses.

33L’Averdy œuvra beaucoup pour encourager le commerce et le développer. Au mois de mars 1765, il fit rendre la fameuse déclaration qui permettait à la noblesse de s’adonner au négoce en gros sans déroger et qui allait donner naissance à la célèbre querelle entre l’abbé Coyer et le chevalier d’Arcq. Au même moment des lettres de noblesse furent octroyées en faveur de Jean-Louis Briansaux en récompense « des preuves de dévouement données à la patrie » par ce négociant et armateur de Dunkerque. On ne pouvait guère faire mieux pour dire aux négociants que le gouvernement attendait leur soutien dans la voie de la libéralisation et qu’il était prêt à récompenser leurs efforts. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles Choiseul fit marche arrière lorsque son projet d’aménager le régime prohibitif des colonies rencontra l’opposition des négociants de la plupart des ports.

  • 27 Arch. nat., F11 265, 1er octobre 1766 (copie).

34Malgré ses encouragements répétés aux négociants, L’Averdy fut assez rapidement mécontent de leur attitude. Et s’il demandait aux autorités locales de s’en remettre au commerce pour trouver une solution à la cherté, d’un autre côté il blâmait l’incivisme des négociants. En 1766, il écrivit ainsi à l’intendant de Bourgogne que les hauts prix du grain étaient la conséquence des « achats immodérés auxquels ont donné lieu les besoins de l’Italie ». Il remarqua que « l’avidité même des négociants » avait fait monter les cours au taux de la prohibition dans tous les ports de la Méditerranée et que, par voie de conséquence, sa sortie à l’étranger était désormais suspendue27.

  • 28 Cette affaire est analysée en détail par Steven Kaplan, op. cit., p. 178-179. L’Averdy déclara enc (...)

35Les relations entre L’Averdy et les négociants furent souvent très tendues à cause de la fermeture des ports. A la fin de l’année 1766, le contrôleur général avait en effet décidé de prohiber la sortie des grains depuis le port de Nantes. L’analyse qu’a fait Steven Kaplan des démêlés qui eurent lieu à cette occasion entre les négociants nantais et le gouvernement nous apparaît comme l’une des plus riches de son ouvrage et celle qui exprime le mieux les difficultés de la position de L’Averdy. Les négociants portèrent des accusations très graves contre le ministre. On lui reprochait de manipuler à dessein les cours pour décréter l’embargo et se rendre par là le maître de tout le commerce des blés dans le royaume. L’idée du pacte de famine germait déjà dans les esprits. Fâché par les recherches engagées par les négociants pour mettre à jour le complot, L’Averdy reçut leurs députés avec une froideur extrême en leur disant : « Je suis très mal disposé à votre égard ». Les termes de son discours ne furent pas ambigus. Il reprocha aux négociants de ne voir que leur intérêt, de pousser délibérément les prix du grain sans se préoccuper du sort des Français et de critiquer ouvertement un gouvernement qui avait fait beaucoup pour eux. Il affirma par ailleurs qu’il maintiendrait l’exportation « dans sa partie prohibitive comme dans sa partie permissive »28.

  • 29 Pierre Le Verdier, op. cit., tome III, p. 52, L’Averdy à Miromesnil, 30 décembre 1763.

36Ces phrases suffisent à démontrer une fois pour toutes que L’Averdy ne fut jamais un doctrinaire sinon le doctrinaire de la politique de la conciliation des intérêts de tous. Ses contemporains, qui voulaient se battre, n’ont jamais pu comprendre cette attitude politique qu’il revendiquait en toute conscience et qui anima sans cesse l’esprit de son ministère. De même qu’en Bretagne il n’avait pas voulu trouver de coupables, de même en économie il ne voulut céder ni aux uns ni aux autres. Dès le début de son ministère, il se moqua des comparaisons que l’on faisait de lui avec Sully : « Quand Sully prit les affaires », écrivit-il à Miromesnil, « les esprits étaient las des divisions intestines : ici tout est querelle et fermentation ; tous sont aigris les uns contre les autres... De plus Sully vint après le trouble et trouva chacun disposé à rentrer dans sa place ; ici tout le monde en est sorti, et c’est un furieux replacement à faire. Voilà les maux »29.

  • 30 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 43, L’Averdy à Miromesnil, 6 septembre 1767.

37Bien que convaincu par la vérité des principes de la liberté économique, L’Averdy, ni Turgot d’ailleurs, n’avait jamais pensé que l’application des principes apporterait immédiatement les résultats mirifiques que l’on en attendait. Et l’on peut même supposer qu’il était plutôt persuadé du contraire. Il n’aurait pas réfléchi un mois entier pour se prononcer en faveur de l’exportation s’il n’avait pas pris en considération les risques d’un tel choix. En prenant, comme toujours, la voie du chemin moyen, il reçut des volées de critiques de part et d’autre. En politique, les parlements l’accusèrent d’être trop ministériel et l’administration de trop faire le jeu des parlements. En économie, les physiocrates le traitèrent « d’homme faible » parce qu’en 1764 il n’avait pas tranché la question de l’exportation au nom des purs principes. Et lorsqu’il ferma les ports en 1766 pour la raison très simple que le prix du blé avait atteint le taux de l’édit, on l’accusa encore de revenir sur ses pas et « d’être poltron » tandis que les opposants à la liberté maudissaient son « esprit fort » qui avait « le plus grand tort du monde de ne point révoquer et briser l’exportation »30.

III. LA LIBERTÉ IMPOSSIBLE ?

38Il est de coutume de dire que l’expérience libérale ne pouvait pas fonctionner sous l’Ancien Régime à cause de blocages structurels et conjoncturels. Il est certain que l’état de sous-développement de la France et, généralement, de l’Europe du xviiie siècle, ne permettait pas de domestiquer la nature. Le transit des blés venant du Nord de l’Europe était ainsi interrompu durant tout l’hiver par les glaces qui barraient la mer Baltique. En 1768, Trudaine de Montigny nota ainsi que les vents contraires empêchaient les navires de s’engager dans l’embouchure de la Seine. Pendant ce temps, le prix des grains s’élevait alors qu’à quelques kilomètres seulement, des bateaux étaient chargés de blé. Bien que l’on cultivât déjà le riz et la pomme de terre, les populations et, même les élites, demeuraient très méfiantes à l’égard de ce qui apparaissait n’être que de piètres succédanés à la panification.

  • 31 Arch. nat., F11 265. Principes sur l’administration des grains. Du 17 décembre 1771.
  • 32 Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, 2e éd., 1983. 2 vol., éd. Cham (...)

39Malgré les résistances qui menaçaient à tout moment la libéralisation, il nous semble que l’expérience fut aussi un échec parce que la politique de croissance économique se heurta immédiatement à une grave cherté, qu’elle suscita en partie, mais qui fut avant tout la conséquence d’une succession de très mauvaises récoltes. D’ailleurs, lorsque Terray précisa au mois de décembre 1771, devant plusieurs conseillers d’État, quelles seraient les bases de sa politique frumentaire, il termina son discours de la manière suivante : « Quand (l’administration) sera-t-elle occupée de soutenir le prix des grains ? Dieu seul peut la mettre dans ce cas, en accordant à ses vœux des moissons abondantes »31. Les travaux relatifs à l’histoire du climat, en particulier ceux d’Emmanuel Le Roy Ladurie, montrent que les années 1765-1777 furent l’une des trois longues périodes d’années froides du xviiie siècle. En Allemagne, les printemps furent froids et les étés frais et pluvieux32. Dans la majeure partie de la France, surtout dans le Nord, la situation climatique fut à peu près la même qu’en Allemagne si l’on en juge par la correspondance de L’Averdy qui s’inquiétait de la pluviosité au moment des récoltes.

  • 33 Service historique de l’armée de Terre, A2 84s. Analyse des édits, déclarations, lettres patentes (...)

40Pour s’établir, la liberté du commerce des grains aurait certainement eu besoin d’une météorologie plus clémente, comme celle de l’exceptionnelle vague de chaleur qui avait caractérisé les années 1757 à 1763 – mais aussi d’argent. Or, en 1764, l’État devait payer les dettes de la guerre. Un mémoire, qui semble assez bien informé, a noté que L’Averdy accéda à la liberté parce que les greniers regorgeaient alors de blé et que si l’on ne permettait pas l’exportation, cet argent pourrirait sur place33. S’engageant dans la voie de la libre exportation, le contrôleur général n’eut pas le temps de prendre les mesures suffisantes pour lutter efficacement contre le brutal et extraordinaire dérèglement des saisons. Mais après plusieurs années d’expérience, il convenait cependant d’analyser les causes de la cherté, d’essayer d’y trouver des remèdes et de les appliquer.

41On est malheureusement très mal renseigné sur les idées et les projets de L’Averdy sur à la question des grains qui rejoint plus généralement celle de son action économique. Il semble pourtant qu’en 1767, il avait estimé, comme beaucoup de personnes alors, que le régime prohibitif conservé pour l’approvisionnement de la capitale était une mauvaise chose. À ce moment-là, les faits lui donnaient raison en partie. Alors que la Normandie avait souffert de la cherté, les prix dans la généralité de Paris étaient demeurés parmi les plus bas de toute la France. En sorte que ce grenier à blé ne pouvait pas même secourir une généralité qui aurait pu être facilement ravitaillée par la descente de la Seine. Mais l’année suivante, Paris et la Normandie manquèrent simultanément. Le problème bougeait donc sans cesse et comme il était de plus en plus grave, il convenait évidemment de prendre de bonnes décisions, des décisions mûrement réfléchies.

42À l’évidence, le problème des grains ne pourrait pas trouver de solutions faciles. On pouvait l’aborder de front, c’est-à-dire reconsidérer un certain nombre de points délicats de la législation de 1763-1764, ou l’encercler par une série de mesures économiques et financières pour parer aux effets néfastes des premières années de l’expérience. Nous inclinons à penser qu’en cette occasion L’Averdy a voulu multiplier les réformes audacieuses mais sans y parvenir pour des raisons mal connues qui tiennent sans doute à des considérations politiques puis à sa disgrâce. Dans les lignes qui suivent, nous ne prétendrons pas apporter des éclaircissements définitifs sur les multiples projets qui ont pu attirer l’attention de L’Averdy. Mais comme ils existent, ils méritent d’être signalés et permettent de montrer encore une fois que la cherté n’était pas une question que l’on pouvait résoudre par la simple suppression de l’exportation mais qu’elle s’inscrivait dans un contexte économique global.

43Pour ce qui concerne les projets de L’Averdy relativement à la législation, on ne sait rien, sauf qu’il voulait supprimer le traité passé avec Malisset qui avait donné libre cours au phantasme du pacte de famine. Tout au plus peut-on répéter qu’il était hostile à la suppression de l’édit du mois de juin 1764 mais qu’il était prêt, sans doute, à quelques aménagements. La seule source capable d’apporter des renseignements est à rechercher dans les débats du Parlement de Paris de l’année 1768. Il n’est point la peine de dire que les magistrats étaient inquiets mais surtout profondément divisés entre l’aile favorable à l’exportation, qui avait pris le dessus en 1764, et une majorité au sein de laquelle beaucoup n’avaient accepté d’enregistrer que du bout des lèvres. Les débats du mois de novembre 1768, postérieurs donc à la disgrâce de L’Averdy et consécutifs à des remontrances du 22 novembre sur la cherté du pain et du blé, montrent qu’il y avait alors trois tendances au sein du parlement : ceux qui étaient radicalement hostiles à l’exportation et qui voulaient la supprimer, ceux qui étaient des partisans inconditionnels de la liberté et enfin un groupe intermédiaire qui voulait maintenir le principe moyennant certains aménagements.

  • 34 Jules Flammermont, Remontrances..., op. cit., tome II, p. 11
  • 35 Les citations des opinions des magistrats sont tirées de l’extrait reproduit par Flammermont, p. 1 (...)

44Terriblement divisée, la magistrature demeurait néanmoins attachée aux principes de la déclaration du mois de novembre 1763 et de la supériorité du Parlement de Paris sur les autres cours puisqu’elle arrêta le 25 novembre 1768 de « réunir les lumières et recueillir les vœux de toutes les compagnies et des divers ordres de citoyens »34. Trois jours plus tard, les principaux chefs des compagnies de la capitale se réunirent avec les autorités de police de Paris, les députés des chapitres et des communautés de métiers, les administrateurs des hôpitaux, des représentants de la ferme et des notables réputés pour leurs compétences spéciales. Au total, près d’une centaine de personnes discutèrent successivement du problème des grains. Les avis, comme on s’en serait douté, furent très partagés. L’avocat général Séguier prononça un violent réquisitoire contre les défenseurs des idées libérales : « Il s’est élevé au milieu de la France une secte particulière ; elle a prétendu avoir toutes les connaissances en partage ; ses partisans se sont érigés en précepteurs du genre humain ; ils ont enseigné les nations ; les prosélytes se sont multipliés ; leur but était de changer les mœurs et la révolution s’est pour ainsi dire opérée »35. Séguier était un orateur particulièrement brillant mais qui avait le grand défaut d’être d’un conservatisme outrancier qui n’était certainement pas de nature à apporter de l’apaisement dans une situation aussi difficile. De fait, le discours le plus intéressant est celui de Sartine. Il nous semble que ses idées sur les grains correspondent à celles qu’avait mûri L’Averdy. Sartine estimait qu’il fallait absolument conserver la loi de 1763 autorisant le commerce des grains à l’intérieur du royaume qui était un bienfait pour l’agriculture. Il pensait également que la situation du royaume en 1764 avait rendu nécessaire la libre exportation puisqu’à cette époque le setier, mesure de Paris, ne valait que 10 à 12 livres, « prix auquel le cultivateur ne trouvait ni ses avances, ni ses frais ». Cette remarque est intéressante car elle souligne encore une fois que, de part et d’autre de la liberté, la France était un pays agricole qui souffrait autant de la prohibition que de la liberté. Selon Sartine, les prix se relevèrent d’abord sans exagération et les consommateurs n’eurent pas à se plaindre de cette augmentation modérée. Mais deux mauvaises récoltes successives, en 1766 et 1767, et une plus que médiocre en 1768, avaient changé la situation de départ. Pour Sartine, les dispositions de la loi de 1764 n’étaient plus suffisantes. Il demanda que la vente du blé soit interdite en dehors des marchés et que les bourgeois et les boulangers soient autorisés à faire leurs achats avant les marchands.

45Parmi les intervenants, M. Clément, maître à la chambre des comptes, prononça un discours très intéressant. Il expliqua que le mécanisme de l’édit de 1764 établissait un plafonnement et que l’on avait alors très soigneusement calculé, comme l’avait dit L’Averdy à Miromesnil, le prix prohibitif de l’exportation : « Quand cet édit parut, le prix commun du setier de Paris, pesant 240 livres, était à 18 livres ou 306 sous, ce qui donnait la livre de pain à 1 s 6 d, année commune. Le Roi a cru faire, en faveur des agriculteurs, la loi la plus avantageuse, sans nuire à ses autres sujets, en permettant à l’agriculteur de vendre sa denrée deux tiers en sus du prix ordinaire ». Tous les témoignages dont on dispose montrent effectivement que les calculs, fondés sur les travaux de Quesnay, voulaient que le prix du setier atteigne 24 livres. Clément ajouta que ce prix ne pouvait pas être porté plus haut sans mettre le pauvre hors d’état de se procurer le pain nécessaire à sa nourriture et à celle de sa famille. Mais il observait, non sans certaines raisons, que ce n’était pas cette limite fixée à la liberté de l’exportation qui était cause de la cherté puisque le prix du blé dépassait de beaucoup cette limite. Il considérait que le haut prix du grain provenait du monopole ou de l’avidité des cultivateurs qui détenaient leur blé dans leurs greniers dans l’espoir d’en obtenir un prix plus élevé. Il proposa en conséquence un règlement de police édictant une série de mesures pour donner aux juges du lieu le pouvoir d’obliger les cultivateurs à mettre en vente les blés qu’ils auraient en leur possession lorsque le prix de cette denrée dépasserait une proportion qu’il conviendrait de déterminer sur le taux moyen des céréales des dix dernières années. On voit donc que cet homme, favorable à la liberté, considérait la possibilité d’y porter atteinte en temps de cherté ou de disette.

46Parmi les nombreux intervenants, il est nécessaire de citer encore deux magistrats du parlement. De Chavannes, un conseiller de la grand’chambre eut le courage, ainsi que le remarqua Flammermont, de défendre dans une assemblée très hostile à l’édit de juin 1764, la liberté pleine et entière du commerce des grains. Il développa plusieurs arguments qui nous paraissent tout à fait valables. Il expliqua d’abord que les exportations de grains en 1765, 1766 et 1767 avaient été très faibles. Il nota ensuite que de ce qu’il arrivait une cherté sous un régime de la liberté, on ne pouvait en conclure que la liberté en fût la cause puisque les chertés étaient très fréquentes sous l’ancienne législation. À preuve, il rappela que les règnes de Louis XIII et de Louis XIV connurent chacun pas moins de 34 années de cherté où le setier avait atteint près de 100 livres et le pain coûté jusqu’à 12 et 15 sous la livre. Selon Chavannes, il était faux de croire que les anciens règlements eussent jamais ramené à bref délai l’abondance par le seul fait de leur stricte application. Finalement, il affirma que la liberté du commerce était le seul véritable secours et que dans tous les temps on avait parlé de monopoles et de monopoleurs sans que les recherches menées par les cours permettent de jamais trouver « ces amas immenses qui caractérisent le monopole... (et) qu’aujourd’hui même, où tout retentissait du bruit vague des monopoles et des manœuvres sur les blés, on n’en pouvait trouver un seul fait caractérisé ».

47La dernière intervention qui mérite d’être signalée est celle de Murard, président de la troisième chambre des enquêtes du parlement. Etant l’un des jansénistes du parlement et l’un de ses membres les plus influents, il connaissait fort bien L’Averdy. Murard estima que la liberté d’exportation avait été une nécessité en 1764 à cause de l’abondance des grains. Selon lui, la loi avait été avantageuse car les règlements antérieurs obéissaient à l’arbitraire et à la faveur. Cependant, il considéra que la limite de 30 livres pour la suspension de l’exportation était trop élevée et devait être réduite à 24 livres. Il demanda en outre que ce prix fût, à l’avenir, déterminé par la moyenne des prix des principaux marchés du royaume afin que le commerce fut soumis au même régime dans toute la France – c’était sans doute une réponse aux attaques des négociants contre les embargos – et de prendre, lorsque l’exportation serait suspendue, c’est-à-dire en temps de cherté, des mesures de police contre les monopoleurs et les accapareurs.

48Ces différentes interventions témoignent d’une étonnante vitalité de la pensée des hommes du xviiie siècle. Ayant cité les avis des magistrats libéraux, on ne voit pas en eux des extrémistes mais des hommes sensés, qui pouvaient se tromper, mais qui réfléchissaient de manière assez sereine. Il n’en demeure pas moins que le fond même de la question des grains opposait de manière radicale ceux qui ne voulaient plus – et sans doute n’avaient jamais voulu – de la libre exportation à ceux qui trouvaient le principe bon mais générateur de difficultés que l’expérience devait permettre de contourner.

  • 36 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 127, L’Averdy à Miromesnil, 20 mars 1768.
  • 37 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 179, L’Averdy à Miromesnil, 8 mai 1768.
  • 38 Id., p. 70, L’Averdy à Miromesnil, 31 décembre 1767.

49Il nous semble probable que la pensée L’Averdy sur le problème des grains devait être proche de celle des magistrats libéraux tels Sartine, Clément, Chavannes ou Murard. Sa correspondance avec Miromesnil montre qu’il voulait prendre des mesures qui n’étaient certainement pas tellement éloignées de celles qui furent proposées pour remédier aux difficultés de l’exportation. Au point de vue politique rien ne permet d’affirmer que L’Averdy aurait abaissé le prix plafond de l’exportation. Ce sont les aspects techniques de sa réflexion qui nous sont seuls connus et en partie seulement. En effet, L’Averdy s’était aperçu dès 1766 qu’il n’y avait pas de relation exacte entre la hausse du prix du blé et celle du pain. Développer les recherches pour faire rendre plus de pain au grain paraissait donc au ministre un point particulièrement important. En 1768, il écrivit à Miromesnil : « les expériences que j’ai fait faire à Paris m’ont prouvé qu’il n’y avoit point de proportion entre le prix du pain et la valeur du grain ». Pendant que les travaux se poursuivaient, L’Averdy voulait user de l’argument de la mise au point de nouvelles techniques de la panification des céréales pour « opposer à l’augmentation du prix du pain que les boulangers sont dans l’usage de solliciter à chaque variation dans la valeur du grain »36. Contrairement à ses collègues du parlement – mais ils défendaient peut-être ici L’Averdy contre l’accusation d’affamer le royaume – L’Averdy pensait que la cherté était surtout la conséquence d’actions souterraines. Ainsi, lorsqu’il apprit que le Parlement de Rouen voulait interdire l’enharrement, il bondit et rétorqua que « ce mot est équivoque et peut comprendre le commerce le plus légitime, comme le plus frauduleux. C’étoit l’accaparement frauduleux qu’il falloit défendre, et qui consiste dans le monopole odieux d’un commerçant qui achète tous les bleds d’un vaste pays, pour y fixer ensuite le prix que lui dictera une cupidité dégagée de la concurrence »37. À plusieurs reprises, il dit à Miromesnil que la hausse du prix du pain était le résultat de « la manœuvre de la part des boulangers et des marchands privilégiés ». Dès 1767, il avait manifesté à Miromesnil son assentiment « sur l’usage abusif qui s’est introduit dans plusieurs villes principales, de charger privativement de l’approvisionnement des marchés des marchands privilégiés ; cet approvisionnement seroit plus abandonnant et plus assuré, si tous avoient le droit indistinctement d’y contribuer, si le commerce jouissoit de la liberté la plus entière, et si l’on abolissoit les exceptions qui sont destructives de tout commerce en général... »38.

  • 39 Nouvelles éphémérides du citoyen, 1775, n° 2, p. 147-168.
  • 40 Id., p. 147.

50On en arrive ici à un aspect essentiel dans la pensée économique des Lumières : la suppression des corporations de métiers et l’unification du marché intérieur. Nous sommes très mal renseignés sur ces deux objets particuliers. On sait néanmoins que L’Averdy s’en occupa. D’ailleurs, l’abolition des corporations et l’unification économique (poids et mesures, barrières douanières, etc.), étaient intrinsèquement liées à la politique de croissance économique et, par conséquent à la libre exportation des grains. Pour le comprendre, il faut rappeler que L’Averdy chargea deux magistrats du Parlement de Rouen, Bigot de Sainte-Croix père et fils, d’examiner l’état des corps de métiers, corporations et jurandes. Ils se mirent au travail et rédigèrent un mémoire ayant pour titre Essai sur l’abus de privilèges exclusifs et sur la liberté du commerce et de l’industrie. Ce texte ne fut publié qu’en 1775, dans les Nouvelles éphémérides du citoyen39, et qualifié par l’éditeur de « précieux écrit » ayant beaucoup de ressemblance « avec le joli badinage de M. l’abbé Coyer, intitulé Chinki, histoire cochinchinoise... C’est la même doctrine... traitée méthodiquement, avec beaucoup de noblesse et de clarté »40. Ainsi apparaissent très clairement les liens entre le ministère de L’Averdy et celui de Turgot, un administrateur que l’on pourrait qualifier de ministre posthume ou de dernier ministre de Louis XV.

51Dans leur ouvrage, Bigot père et fils posèrent immédiatement la question des relations entre le commerce et l’agriculture qu’ils développèrent sur la base de deux axiomes :

52« 1° Moins il en coûte pour les façons et les ouvrages de l’industrie, et plus on est en état d’acheter et de consommer. Plus on consomme dans un État, et plus les cultivateurs trouvent de débit des denrées et de matières premières. De là l’encouragement des travaux productifs de la culture, et l’accroissement du revenu national ».

532° La diminution des frais et le bon marché des travaux de l’industrie, procureraient aux cultivateurs une grande épargne sur les avances de la culture. Moins il leur en coûte pour les dépenses d’exploitation, et plus ils font de profits. Ils sont dès lors en état de faire de plus fortes avances et par conséquent d’obtenir plus de productions. La justesse et l’importance de ces observations seront senties par tous ceux qui connaissent les détails de l’agriculture et qui ont approfondi les causes de sa dégradation ».

54Et les auteurs de conclure : « Il est démontré qu’une Nation agricole est toujours intéressée à diminuer les frais du commerce et de tous les travaux de l’industrie, qui ne font que produire une augmentation de dépenses dans l’État, sans profit pour l’État, et qui ne tendent qu’à enrichir le marchand ou les artisans des dépouilles du cultivateur et du propriétaire ».

  • 41 Nouvelles éphémérides du citoyen, op. cit., p. 168.

55Les relations, dans la pensée de L’Averdy et de nombreux magistrats, entre l’agriculture et le commerce ne sont donc plus à démontrer. Mais on ne saurait trop souligner la relation, qui n’est pourtant pas évidente au premier coup d’œil et qu’il n’est pas facile de déceler dans les textes, entre la déréglementation des corporations de métier et la cherté, voire la réforme de la mendicité. En effet, de la pensée économique du xviiie siècle, notamment celle des physiocrates, on retient surtout la naissance de l’utilitarisme. On peut pourtant penser que la politique du haut prix du grain devait nécessairement placer certaines populations dans une situation difficile en attendant que la croissance économique vienne fructifier le royaume. On se souvient sans doute que L’Averdy avait espéré que l’exportation des grains stimulerait la croissance et permettrait, à terme, de réduire les impositions sur les plus démunis. Nous avons encore suggéré que ce ministre avait pu concevoir la réforme de la mendicité et du vagabondage comme un moyen de réprimer, certes, mais aussi de secourir la pauvreté et l’indigence en la domiciliant et en en faisant supporter les charges financières par les populations rurales. Enfin, son enquête sur les finances hospitalières avait sans doute pour ambition de mieux administrer les hôpitaux et de mettre la main sur leurs excédents budgétaires pour construire de nouveaux établissements et désengorger Paris ainsi que les capitales provinciales. Nous pensons que la suppression des corporations s’inscrivait également, et même pour ainsi dire nécessairement, dans la lutte contre la mendicité et la cherté consécutive à l’augmentation du grain. Les Bigot de Sainte-Croix considéraient en effet que les privilèges accordés aux métiers augmentaient le coût des productions nationales, empêchaient la concurrence, tarissaient l’esprit d’entreprise et finalement appauvrissaient le royaume : « chacune de ces incorporations est un impôt énorme, et toujours subsistant, qui se lève également sur toutes les classes de la société, qui double toutes les dépenses des consommateurs, qui absorbe le revenu des riches et qui aggrave la misère des pauvres »41.

  • 42 Nouvelles éphémérides du citoyen, op. cit., p. 97.
  • 43 Id., p. 77.

56Durant son ministère, L’Averdy s’intéressa de près au problème des métiers qu’il avait l’intention de supprimer. Bigot de Sainte-Croix père et fils écrivirent en effet : « Le gouvernement a cru devoir s’occuper du soin d’y introduire la réforme ; on a établi des bureaux, des commissions pour la liquidation des dettes des communautés, & pour la révision des comptes des syndics & jurés. Ce travail a produit des reglements particuliers pour chaque corps, qui fixent leurs dépenses ordinaires, & les mettent dans l’impuissance de contracter de nouvelles dettes sans autorisation »42. Mais il n’était pas facile de s’attaquer aux métiers – Turgot en fera les frais – ni de les supprimer lorsque l’on n’avait pas les moyens de payer leurs dettes ou de rembourser les rentes constituées sur ces corps. En attendant de connaître le montant de ces créances et de trouver une solution pour les acquitter, L’Averdy pouvait tout de même agir. Un arrêt du Conseil du 8 février 1765, revêtu de lettres patentes, renouvela l’autorisation au profit des habitants des campagnes de filer et fabriquer des toiles, d’acquérir librement sur les marchés les matières et outils nécessaires, enfin de débiter leurs productions sans que les corporations puissent leur interdire la procédure obligatoire de la marque des étoffes. Enfin, selon le mémoire rédigé par Bigot père et fils, « les termes de l’arrêt du 30 août 1767 ne sont point équivoques ; ils annoncent le dessein formé de supprimer les jurandes, & de rendre la liberté au commerce. Sa Majesté déclare « qu’elle a jugé convenable d’expliquer ses intentions afin de préparer, par des regles fixes et invariables, le succes d’un plan qui, en ramenant les corps et communautés à leur vrai principe de liberté, ne peut-être qu’également utile au commerce & à l’État, & dont Elle se propose d’accélérer l’exécution & la rendre générale »43.

  • 44 Id., p. 70.

57On sait qu’il faudra attendre le ministère de Turgot pour parvenir à l’abolition des jurandes et autres corporations de métiers. L’Averdy ne demeura pas assez longtemps en fonction pour y procéder lui-même parce que la situation politique ne permettait plus d’entreprendre de grandes réformes. Il dit ainsi à Miromesnil au sujet des boulangers et des marchands privilégiés qu’on « a de la peine à rompre la chaîne des anciens préjugés, et je crois, comme vous, qu’il faut attendre des temps plus calmes pour s’occuper d’une réforme, dont je sens toute l’utilité, mais dont je prévois en même temps toutes les difficultés »44.

  • 45 John-Francis Bosher, The Single Duty Project : A Study of the Movement for a French customs Union (...)

58D’autres remaniements très importants avaient été prévus par L’Averdy. On se souvient que Bertin avait proposé au roi, en 1763, de supprimer les douanes intérieures du royaume. Parmi les proches de L’Averdy, Bacalan, intendant du commerce, et Lavie étaient également de chauds partisans de l’uniformisation douanière. Et, d’après John Bosher, qui a épuisé cette question, le gouvernement était effectivement sur le point, en 1767, de supprimer les douanes intérieures du royaume, une décision inscrite dans les mémoires sur les impositions publiés par Moreau de Beaumont. Cependant, pour une raison qui n’est pas connue, le gouvernement se ravisa in extremis45.

59Parmi tous les projets élaborés dans les années 1760 pour encourager le commerce, soutenir le développement de l’agriculture et asseoir l’exportation, il en est un particulièrement important et mal connu dont il faut dire quelques mots. Il s’agit de la réforme des hypothèques. Bien que l’on ne sache, là encore, que très peu de choses sur le rôle personnel de L’Averdy dans la mise en place de cette réflexion, il est possible de comprendre la logique intellectuelle qui le conduisit à s’intéresser de très près au problème des hypothèques. Dans le chapitre consacré à la politique économique de L’Averdy, nous avons évoqué les relations, telles qu’elles étaient pensées par les hommes du milieu du xviiie siècle, entre le taux légal des constitutions de rente et la situation de l’agriculture et du commerce des grains. Sur ce point les opinions divergeaient considérablement. Il y avait d’un côté les partisans d’une loi en faveur de la réduction autoritaire du coût de l’argent, comme Cliquot-Blervache, Mirabeau ou Quesnay, et leurs opposants qui pensaient que l’État n’avait pas les moyens de dicter l’intérêt que devait verser les emprunteurs à leurs créanciers. Cette seconde école de pensée était notamment animée par Vincent de Gournay et Buchet du Pavillon. Comme tous les économistes du temps, ces deux hommes étaient persuadés que les taux d’intérêt étaient beaucoup trop élevés en France. Quoique partisans du laisser-faire, ils demandaient une intervention de l’État mais une intervention incitative plutôt que directive. Suivant le canevas proposé par Gournay, Buchet du Pavillon estimait que l’on pouvait agir sur le coût de l’argent d’une autre manière que celle, autoritaire, des physiocrates. Leurs propositions partaient en fait d’une analyse portant moins sur les effets que sur la formation du taux de l’intérêt. Buchet du Pavillon rejetait par exemple l’idée qu’une conversion de rentes pût influer sur le coût de l’argent, sauf momentanément car il estimait que c’est dans « la proportion de l’intérêt de l’argent au prix des fonds (que) réside souvent la différence des taux de l’intérêt chez les peuples, & presque toujours l’avantage réel d’un Peuple sur l’autre ». Il ajoutait que « la différence du Taux de l’intérêt semble sur-tout résider dans une plus grande confiance chez un Peuple que chez l’autre ».

60Parmi les causes de la méfiance en France, Buchet du Pavillon isolait « La multitude de nos coutumes de France, les différens degrés de Juridisction, la facilité des faillites, des abandons ou cessions de biens ; enfin, les formes judiciaires sont encore autant de causes qui y tiennent l’intérêt de l’argent à un taux plus haut qu’il n’est dans (les) États étrangers ». Il désigna particulièrement la loi en vigueur sur les hypothèques qui « n’assure à un Prêteur son capital qu’autant que l’Emprunteur n’a pas donné d’hypothèques antérieures qui absorbent la valeur de ses biens ». On retrouve ici en partie le problème de la reconstitution des rentes qui avait été rendue nécessaire pour réduire l’incertitude de la garantie juridique des diverses autres formes de négociation des contrats de rentes et en faciliter la circulation. Dans la suite des réflexions de Gournay, Buchet du Pavillon proposait de réformer la loi sur les hypothèques en adoptant quelques-unes des techniques anglaises qui consistaient à publier des tableaux sur lesquels étaient inscrits les noms des propriétaires avec leurs engagements, c’est-à-dire les hypothèques qui grevaient leurs biens. Cette publicité devait permettre d’éviter les frais considérables de la purge des hypothèques, réduisant ainsi le coût d’acquisition des biens fonds, tout en stimulant leur échange puisque les acquéreurs seraient assurés de jouir valablement de leurs achats sans être troublés par d’éventuels créanciers.

61On comprendra très aisément que L’Averdy, un ancien magistrat qui avait voulu homogénéiser les coutumes pour garantir notamment le patrimoine des familles, et un ministre des finances obsédé par le désir de réduire le coût de l’argent et l’intérêt versé par l’État à ses créanciers, ait considéré de manière très attentive le projet d’une réforme des hypothèques. Dès 1764, le ministre demanda à « plusieurs magistrats zélés pour le bien public », dont Lambert, « à s’occuper de rédiger des projets notamment en 1766 et 1767 ». Mais, là encore, la réforme ne vit pas le jour sous son ministère. Il fallut attendre le mois de juin 1771 pour que paraisse un édit portant création de conservateurs des hypothèques sur les immeubles réels et fictifs et portant abrogation des décrets volontaires. Notons que la technique du décret volontaire était une procédure qui avait été inventée par Colbert pour assouplir le régime des hypothèques dont les modalités étaient les mêmes que celles qui ont été décrites dans le chapitre précédent sur la purge des hypothèques grevant les rentes. Or il faut rappeler que Colbert fut un partisan de la réduction du coût de l’argent puisqu’il abaissa le taux légal des constitutions au denier 20 et qu’il essaya d’établir divers établissements financiers pour contribuer à diminuer le prix de l’argent.

  • 46 Les deux citations précédentes sont extraites des Archives nationales, E 37071 Projet d’édit sur l (...)

62Il est difficile de savoir si Terray considéra vraiment la réforme des hypothèques comme un moyen de diminuer le prix de l’argent – ce qui paraît peu probable puisque sa banqueroute contribua plus que jamais à resserrer les bourses – ou de trouver rapidement les sommes qui lui manquaient pour boucler son budget en vendant de nouveaux offices. Dans tous les cas, les avis des membres de la commission chargés, en 1775, de réviser l’édit sur les hypothèques donnent à penser qu’il y avait eu de la précipitation et « il s’en faut bien que cette loi remplisse encore les vues qu’on doit se proposer dans une matière aussi importante »46. Si la loi des hypothèques n’avait pas vu le jour sous L’Averdy, c’était donc parce qu’elle n’était pas encore prête.

63Tous ces détails, qui pourraient être multipliés, montrent incontestablement que les magistrats n’étaient pas, comme on l’a dit et répété, ces êtres archaïques qui ne songeaient qu’à défendre leurs privilèges. Avec L’Averdy au gouvernement, on peut dire que l’on avait un contrôleur général décidé et même résolu à entreprendre des réformes cruciales pour la monarchie. De multiples raisons, notamment politiques, l’empêchèrent de toutes les entreprendre. Mais à considérer les réformes menées à leur terme au xviiie siècle, on est bien obligé de constater qu’il fut le ministre qui a le plus entrepris. Certes, réformer pour réformer n’a guère de sens. Mais il est évident que chez L’Averdy la volonté de réforme participait d’une vision globale de la monarchie. On pourrait bien sûr objecter que ces réformes furent de courte durée et la liberté d’exportation une erreur si l’on en juge par ses conséquences politiques, économiques et sociales. Tous les éléments semblent en effet se liguer pour décrier la libéralisation. Nous avons cependant tenté de montrer que la prohibition n’était pas une réponse plus satisfaisante que la liberté aux problèmes de la monarchie, qu’ils soient économiques ou politiques. Mais pour en finir avec les grains, il faut encore s’attaquer à un dernier point, très important, celui des conséquences économiques de la cherté.

IV. CHÔMAGE ET CHERTÉ

  • 47 François Quesnay..., op. cit., tome II, p. 509.

64Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, le gouvernement de la monarchie n’eut pas d’autre cesse, pour des raisons essentiellement politiques et fiscales, que de soutenir le « bon prix du grain ». Le seul problème était celui des conséquences sociales de la hausse des prix. Selon les calculs des physiocrates, la courbe des salaires devait naturellement suivre celle du prix du blé. Dans l’article Grains de l’Encyclopédie, Quesnay avait ainsi écrit que « le bon prix ordinaire du blé, qui procure de si grands revenus à l’État n’est point préjudiciable au bas peuple ». Il allait même jusqu’à dire que « les avantages du bon prix du blé ne sont point détruits par l’augmentation du salaire des ouvriers »47. Cette logique de la spirale de la croissance fut démentie dans les faits à cause de l’importance même de la pénurie et de la cherté de la fin des années 1760 qui ne permit plus aux plus pauvres de se nourrir.

  • 48 Françoise Bayard, « Argent et argenterie à Lyon aux xviie et xviiie siècle », L’Argent dans la Fra (...)

65Il est toutefois curieux de remarquer que, dans la correspondance administrative, les émeutes populaires contre la cherté ne sont pas systématiquement liées à la courbe du prix du blé. Un ensemble de facteurs, variables selon les régions et les époques, rendaient la hausse du prix du pain, du moins jusqu’à un certain niveau, plus ou moins supportable. Parmi les facteurs qui nous paraissent essentiels, il y a la situation politique, la durée de la cherté et le marché du travail. En 1766, Miromesnil avait par exemple remarqué que, pendant la guerre de Sept Ans, la ville de Rouen n’avait pas bronché malgré des prix du pain très élevés et le chômage des manufactures qui ne trouvaient pas de débouchés à cause du blocus naval imposé par l’Angleterre. En revanche, en 1752, la colère de la population de Rouen avait explosé et les autorités avaient sévèrement réprimé les émeutes. Miromesnil ne fournit malheureusement pas d’explication à ces phénomènes contradictoires. Peut-on retenir l’idée qu’en temps de guerre les plus démunis faisaient mine basse parce qu’ils comprenaient que le gouvernement affrontait de sérieuses difficultés et qu’en revanche ils supportaient mal que le retour de la paix ne soit pas un temps de vaches grasses ? Les populations avaient-elles des bas de laine qui s’épuisaient avec les conflits ? À notre connaissance, il n’y a que peu de réponses à ces interrogations importantes. Ernest Labrousse a néanmoins suggéré qu’il pouvait exister une sorte d’épargne populaire, sous la forme d’objets précieux tels des croix en or. Cependant, les travaux plus récents de Françoise Bayard sur la possession d’argent et d’argenterie à Lyon montre que l’argent était plutôt thésaurisé48.

  • 49 Pierre Le Verdier, op. cit., tome. V, p. 94, Miromesnil à L’Averdy, 23 février 1768.
  • 50 Marcel Lachiver, Vin, vigne et vignerons en région parisienne du xviiie au xixe siècle, Pontoise, (...)

66Pour Miromesnil et Turgot, le prix du grain ne pouvait pas tout expliquer. Dans la généralité de Limoges, par exemple, les gens des campagnes étaient si pauvres qu’ils n’avaient pas même accès au pain blanc. Ils ne consommaient généralement qu’un mélange de blés noirs et de châtaignes. Or, en 1770, les intempéries avaient tout gâté et la mouture du sarrasin ne donnait que du son. Trois ans plus tôt, une invasion de mulots avait grignoté en Normandie le blé sur pied tandis que la récolte des pommes avait été quasiment nulle. Selon, Miromesnil, la cherté du cidre avait obligé les populations à augmenter la consommation de pain et occasionné, en même temps, des maladies49. Enfin, en 1766, la production viticole en France commença à subir de très graves revers à cause d’un refroidissement du climat. Selon Marcel Lachiver, grêle, gel et pluies provoquèrent dans la région parisienne une grave pénurie au cours des années 1767-1779. Entre 1761 et 1764, la production viticole du plat pays de Paris donnait environ 150 000 muids par an. En 1765 et 1766, elle s’éleva à plus de 200 000 muids mais tomba en 1767 à 58 000 muids et ne se releva que très lentement, passant en 1768 à 100 000 muids pour atteindre péniblement 134 000 muids en 1769. Cette catastrophe se doublait partout de la médiocrité des raisins qui étaient « très verts, aqueux et sans qualité » en 176750). Il semble donc que l’expérience de la libéralisation fut accompagnée par une crise généralisée de l’agriculture qui, à vrai dire, affecta toute l’Europe vers 1769-1770, même l’Angleterre. Il n’est donc pas évident que la crise des grains ait été une conséquence directe de la loi de l’exportation.

67Ernest Labrousse a développé une interprétation bien connue des crises économiques de l’Ancien Régime. Selon lui, la hausse du prix du pain entraînait toute une série d’effets pervers, en particulier l’effondrement de la production des manufactures. La surcharge du pain dans les budgets réduisait le salaire disponible qui entraînait alors une crise générale de sous-consommation. En sorte que dans l’Histoire économique et sociale de la France, l’historien rejeta toute opportunité d’intervention de considérations commerciales, financières ou monétaires dans les origines des crises de l’Ancien Régime.

  • 51 Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies ma (...)
  • 52 Tihomir J. Markovitch, Histoire des industries lainières. Les industries lainières de Colbert à la (...)
  • 53 Guy Antonetti, « Les manœuvres boursières du contrôleur général Le Peletier des Forts et la réglem (...)
  • 54 David Weir, « Les crises économiques et les origines de la Révolution française », Annales ESC, ju (...)
  • 55 Julian Hoppit, « Financial Crisis in Eighteenth Century England », Economic History Review, XXXIX, (...)

68À peine publiées, ces conceptions ont été aussitôt remises en question. Les travaux de Charles Carrière et de René Squarzoni ont montré que la place de Marseille au xviiie siècle avait été secouée par plusieurs crises qui étaient la conséquence, dans un contexte dépressionnaire, de l’échec de spéculations51. De son côté, Tihomir Markovitch a suggéré que la variation de la production des laines n’entretenait pas de rapports nets avec les catastrophes agricoles52. Guy Antonetti a approfondi ces nouvelles analyses par l’étude de la crise économique de 1730-1731 qui lui est apparue comme une conséquence des mutations monétaires postérieures à l’expérience de Law et des manipulations boursières de Le Peletier des Forts53. Au même moment, David Weir a affirmé que les « vicissitudes des moissons » n’eurent aucun effet sur la performance de l’industrie textile54. Une remise en cause de même nature s’est enfin opérée du côté anglais. Julian Hoppit a notamment montré que les crises financières qui ont secoué l’Angleterre au xviiie siècle ne se sont pas toujours déroulées dans les mêmes contextes ni sous les mêmes influences55.

69Il est certain que l’étude fouillée de la crise des subsistances de la fin des années 1760 constitue une période tout à fait privilégiée pour analyser ces problèmes. Il n’a malheureusement pas été possible d’entreprendre ici ce travail qui pourrait faire l’objet d’un autre ouvrage. En effet, les historiens économistes se sont surtout préoccupés de quantifier la croissance du xviiie siècle. Ils ont surtout cherché à isoler des évolutions de longue durée, comparant la situation de divers secteurs de l’économie entre la stabilisation de la monnaie en 1726 et la veille de la Révolution. Les données économiques concernant les années 1760 sont donc extrêmement minces tandis que celles qui existent, de manière éparse, ne permettent pas de tirer de conclusions à cause de la différence régionale des situations étudiées. Nous nous bornerons donc à laisser parler certains contemporains et à mettre leurs propos au regard de ceux des historiens qui ont étudié cette période pour essayer de reconsidérer la question des relations entre la politique frumentaire et la crise économique de la fin des années 1760.

  • 56 Ernest Labrousse, op. cit., tome II, p. 536-537.
  • 57 David Weir, « Les crises économiques... », op. cit., p. 940.

70Les opinions les plus fréquemment retenues par Ernest Labrousse sur les relations entre le prix du grain et le chômage provenaient de la police des manufactures qui rabâchait inlassablement le même refrain : « Le prix du pain est la boussole des fabriques, elles tombent dans la langueur lorsque le pain est trop cher... Les fabricants et manufacturiers sont chargés d’étoffes invendues, et pour éviter un plus grand encombrement, ils ont été obligés de mettre bas une grande partie de leurs métiers. Ce parti, qui a été nécessaire, a mis dans l’embarras un très grand nombre d’ouvriers, qui se sont trouvés sans occupation »56. Plus nuancé dans son opinion, David Weir a affirmé que « le mouvement de libéralisation du commerce dans les années 1760 et ensuite en 1785 tendit à bénéficier à l’agriculture en lui ouvrant les marchés étrangers mais à affaiblir l’industrie en la soumettant à la concurrence extérieure »57. Bien qu’il n’y ait pas eu dans les années 1760 d’équivalent au traité franco-anglais de 1786, on peut supposer que les navires qui exportèrent des grains à l’étranger ne revinrent pas à vide. C’est peut-être pour cette raison que le gouvernement fit rendre toute une série d’arrêts du Conseil prélevant des droits sur l’importation des produits étrangers. Ainsi, dès le 18 août 1764, un arrêt décida de protéger les fabriques du royaume en prélevant une taxe de 10 % sur les marchandises de quincaillerie, de fer et d’acier entrant en France.

71L’influence internationale passe peut-être aussi par d’autres détours. En 1768, un magistrat très hostile à la politique économique du gouvernement expliqua que « la cause du dépérissement des manufactures provenait de la faute du gouvernement, que, suivant les lois du royaume, les étrangers ne devaient pas être admis à porter dans nos colonies les marchandises de leurs fabriques, et que l’on ne devroit y faire vendre que celles de nos manufactures ; qu’à la paix on a souffert que les Anglois portassent dans nos colonies leurs étoffes... que M. le duc de Choiseul, au lieu d’avoir égard aux plaintes, a au contraire envoié des ordres aux gouverneurs dans les colonies de laisser entrer librement toutes les marchandises des Anglois ». La remarque de ce magistrat suggère donc l’absence de relations unilatérales entre les prix agricoles et l’état des manufactures dans la misère des populations.

  • 58 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 164, 167-168, Miromesnil à L’Averdy, 30 avril 1768.
  • 59 Id., p. 94-95, Miromesnil à L’Averdy, 23 février 1768.

72Miromesnil essaya de calmer la vivacité de son collègue et développa d’autres arguments pour défendre le gouvernement : « J’ai dit que le défaut de consommation venait 1 d’un engorgement formé dans les colonies et en Espagne par le trop grand nombre de nos marchandises fabriquées et accumulées pendant la guerre, et que l’on avait expédiées à la fois, lors de la paix, pour l’Espagne et pour l’Amérique ; 2 du défaut de consommation dans l’intérieur du royaume occasionné par la disette des blés et par celle du vin dans les pays de vignobles 3 que par rapport aux ordres donnés par M. le duc de Choiseul dans les colonies, je n’en n’avais pas encore entendu parler avant ce jour, mais qu’il fallait d’abord savoir si le fait était bien certain, et ensuite voir si ce ne serait pas une suite des conditions de la paix, et s’il n’aurait pas été forcé de donner des ordres pour éviter une rupture avec l’Angleterre et une nouvelle guerre »58. Quelques semaines auparavant, Miromesnil avait averti L’Averdy que le chômage subit des manufactures venait aussi de l’attitude des Hollandais qui « ont tout d’un coup baissé le prix des toiles que l’on vend pour la traite des nègres »59.

  • 60 Cité d’après François-Xavier Emmanuelli, La crise marseillaise de 1774 et la chute des courtiers. (...)
  • 61 Paul Butel, Les négociants bordelais, l’Europe et les Iles au xviiie siècle, Paris, 1974, p. 111.

73Bien que les conséquences économiques des conflits militaires fassent l’objet de débats parmi les historiens, il semble à peu près certain que la guerre de Sept Ans eut un impact tout à fait considérable sur l’économie de la France et des pays européens en général. Les travaux de Charles Carrière ont bien montré que la fin des hostilités en 1749, 1763 et 1783, se caractérisa à Marseille par une envolée brutale de l’arrivage des navires. Dans sa magnifique étude sur le commerce colonial, Jean Tarrade reconnaît que les négociants n’avaient pas leur tête à eux dans ces circonstances. Avant même que la paix ne soit signée, chacun armait pour les colonies et tout le monde de se retrouver avec des quantités énormes de produits qui faisaient chuter le cours des matières premières. Et comme il fallait globalement quatre retours pour que les colonies puissent s’acquitter de la cargaison d’un simple aller, tout était sens dessus-dessous. Aussi, dès 1763, une crise désola la Hollande. Selon l’analyse développée par Clément Juglar, l’arrivage simultané des denrées des îles à sucre se solda par un effondrement des prix. Il fallut alors faire appel, pour le règlement des échéances, au crédit bancaire rendu nécessaire à cause du déclin des ventes, trouver du numéraire pour le paiement des importations et vendre encore à perte par suite de la hausse de l’intérêt de l’argent60. Paul Butel a noté que les contrecoups de cette crise se firent sentir à Bordeaux entre 1765 et 1768, une période pendant laquelle le nombre annuel de faillites fut comparable à celui de la guerre de Sept Ans mais avec des passifs plus importants que durant les deux derniers conflits61.

  • 62 Serge Chassagne, La manufacture de toiles imprimées de Tournemine-les-Angers, 1752-1820. Étude d’u (...)

74À vrai dire, lorsque l’on lit attentivement les travaux des historiens de l’industrie et du commerce, il est amusant de constater que la plupart d’entre eux affirment que la crise de la fin des années 1760 fut la conséquence de la cherté mais disent exactement le contraire deux lignes plus loin en évocant d’autres causes. Les exemples ne manquent pas. Ainsi, au sujet des difficultés de la manufacture de Tournemine-lès-Angers, Serge Chassagne fait inévitablement allusion à la courbe des grains et, se référant à Ernest Labrousse, expose que « l’extrême cherté du pain provoque l’ajournement des consommations du groupe vêtement, auquel appartient les toiles imprimées ». Cet historien développe ensuite l’argument de la correspondance entre la faillite de la société et la courbe des grains. Puis il se décide à aborder les vraies réalités : « En raison de ce que nous avons découvert de la gestion de l’entreprise avant 1770, on ne saurait toutefois dire que la hausse cyclique de 1769-1771 a cassé l’essor de la manufacture ». Et l’auteur d’expliquer ensuite, en détails, que la ruine de la manufacture n’était pas inévitable mais la conséquence d’erreurs « quasi-anecdotiques » dans la gestion de l’entreprise. Les termes de la demande de l’arrêt de surséance adressée par cette société à Trudaine sont éloquents : « Ils prétendent qu’il y a plus de cent mille écus de plus qu’elle ne doit, ce qui les met dans la nécessité de suspendre leurs paiements provient du retard de rentrée de leurs fonds, occasionné par le défaut de débouchés en Espagne, où l’entrée des toiles peintes vient d’être prohibée, et par la cherté des vivres qui diminue la consommation à l’intérieur »62.

75Dans les explications des difficultés économiques du temps, on trouve toujours les deux points de vue accolés. La question demeure donc entière de savoir quel est l’élément déclencheur de la crise. Si l’on en juge par les faillites, à Rouen ce sont les années 1767, 1768, 1769 et 1770 qui furent les plus graves. Pour ces années, Pierre Dardel a respectivement recensé 83, 178, 109 et 102 faillites qu’il faut rapporter à une moyenne de 50 faillites de 1760 à 1765. La crise frumentaire paraît donc être la raison essentielle de la crise économique, surtout si l’on considère que les émeutes de 1752 à Rouen ont été accompagnées la même année de 98 faillites. Le problème n’est pas réglé pour autant car il faut se demander si la cherté peut se répercuter de manière aussi rapide sur le sort d’entreprises saines.

  • 63 Paul Butel, op. cit., p. 112.
  • 64 François Dornic, L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1850), Pa (...)

76Pour Paul Butel, il ne fait aucun doute qu’à Bordeaux la crise est « d’origine internationale et ignore la crise de subsistance ». Les armateurs y furent davantage « touchés par la conjoncture spécifiquement coloniale » car pendant « les guerres leurs navires sont pris ou immobilisés aux Antilles et dans les années postérieures aux conflits la lenteur de recouvrement des créances provoque un enlisement aussi dangereux de leurs capitaux »63. Certes, Paul Butel remarque que certaines faillites, celle des commerçants en vin, peuvent être la conséquence directe des mauvaises récoltes. Dans la mesure où la production viticole s’effondra, comme le dit L’Averdy au roi dans son rapport, on peut penser que vers 1768 on se trouvait en présence de deux types de crises, l’une agricole, l’autre héritée de la guerre dont les conséquences n’étaient pas moindres car les grands centres du négoce international étaient approvisionnés par de nombreux marchands de l’intérieur du royaume. Toujours selon Paul Butel, il faut opérer une distinction entre les diverses catégories de marchands. Les drapiers faillis de 1764 à 1768 avaient par exemple des rapports suivis avec l’ensemble de l’industrie textile française comme avec celles de la Hollande et de l’Allemagne. On comprend donc que leur déconfiture ait pris tout de suite une ampleur considérable. En revanche, la crise régionale, qui prend naissance dans la classique crise de subsistance, affecte moins l’arrière pays car elle touche des marchands détaillistes. Il est difficile d’accepter ce point de vue si l’on considère que Le Mans, qui n’est pas spécialement un port maritime, fut fortement affecté par la guerre de Sept Ans et dans des proportions beaucoup plus importantes que lors du conflit précédent. Selon François Dornic, les commerçants de Tours calculèrent qu’entre 1755 et 1758 le nombre de pièces fabriquées au Mans était tombé de 9 200 à 3 940 et celui des métiers de 100 à 25. Une considération vraiment internationale, le tremblement de terre de Lisbonne de 1755, expliquait encore l’effondrement de la production à Laval : « cette ville est intéressée pour des sommes si considérables dans l’événement de Lisbonne que d’ici longtemps il ne se trouvera aucun négociant qui ose y faire d’envoi »64.

  • 65 Pierre Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au xviiie siècle. Rivalité cr (...)

77Selon Pierre Dardel, le commerce maritime et colonial de Rouen fut extrêmement prospère de 1763 à 1765, à l’exception toutefois d’une légère crise en 1763-1764, provoquée par le très grand nombre d’armements qui eut lieu pour les îles. Il y eut une nouvelle crise en 1767 qui, selon certains observateurs du temps, provenait tantôt de la concurrence des Anglais, tantôt du prix du blé. Cependant, une fois de plus les témoignages inclinent à penser que le problème était surtout international. Cette crise, Pierre Dardel l’impute finalement à une multitude de causes parmi lesquelles on peut citer les conséquences du traité de Paris, qui avait obligé la France à céder son monopole sur le commerce de la gomme du Sénégal, le commerce interlope dans les îles, les spéculations outrancières sur les denrées coloniales qui n’affectèrent Rouen qu’à partir de 1766, la fermeture du marché espagnol, la concurrence des étoffes étrangères et même la crainte de la guerre dès 1768. Pour Pierre Dardel, la crise des années 1768-1769 avait frappé les maisons les plus faibles ou celles qui étaient dirigées imprudemment. S’il en faut une preuve, il suffit de constater qu’il n’existe aucun lien entre la diminution considérable des faillites à Rouen, entre 1770 et 1772, et le prix du grain puisque pendant ces trois années il fut supérieur à 28 livres le setier65.

  • 66 Charles Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : l (...)

78Un dernier exemple tend à renforcer l’idée que la politique économique et financière de L’Averdy fut battue en brèche par toute une série de crises qu’il n’avait pas le pouvoir de contenir à lui seul. Carcassonne connut par exemple une crise commerciale en 1764-1765. Selon les explications fournies par les fabricants de draps de cette cité, elle était la conséquence de la guerre de Sept Ans qui avait « interrompu le cours ordinaire des débouchés de leurs draperies qu’ils consommaient tant dans les échelles du Levant que dans les Indes Orientales. La perte d’une vente de 1 000 à 1 200 ballots entraîna un reflux vers le Moyen-Orient qui s’accompagna d’une baisse des prix provoquant à son tour une baisse de la qualité ce qui a achevé de tout gâter en augmentant la production invendue66 ».

79Ces différents exemples nous obligent à poser une question qui n’est, qu’en apparence seulement, paradoxale : la crise internationale du commerce n’aurait-elle pas été à l’origine de la crise frumentaire ? On se souvient en effet qu’en 1766 L’Averdy s’était plaint de l’incivisme des négociants qui faisaient flamber les prix du grain. Il ne semble pas tout à fait improbable que, dans le contexte d’une surproduction et de l’effondrement des produits coloniaux, certains négociants aient trouvé avantage à charger du grain pour l’expédier dans les pays où il manquait, notamment en Italie en 1764, 1765 et 1766. À cette première crise, d’origine commerciale et spéculative, aurait pu se superposer une seconde crise, frumentaire cette fois, liée essentiellement à de mauvaises récoltes généralisées, une crise qui aurait affaibli et même balayé des manufactures et des marchands qui ne parvenaient pas à se remettre des conséquences internationales de la guerre de Sept Ans. Les grands ports n’étaient d’ailleurs pas toujours mécontents de la réorientation de l’économie du négoce parce que les importations de blé donnaient un grand nombre d’emplois pour le chargement et le déchargement des navires. A Rouen comme à Nantes, les autorités pensaient qu’une nouvelle forme de commerce était en train de naître. Selon les régions, cette crise aurait pu avoir des respirations différentes en fonction de leur insertion économique avant de se généraliser à la fin des années 1760. Dans tous les cas, la crise ne fut pas spécifiquement française. Elle toucha à plusieurs reprises les pays européens, en particulier Londres et Amsterdam en 1763 puis, plus sévèrement encore, en 1771, 1772 et 1773.

  • 67 Arch. nat., F11 265. Mémoire sur l’exportation des grains libre et illimitée.

80Il est évident que ce point de vue n’a pas pour ambition d’absoudre L’Averdy. On pourrait ainsi faire usage d’un mémoire de 1769 arguant que l’exportation et la cherté des grains avaient aussi eu pour conséquence d’orienter massivement l’agriculture française vers la production de grains, cela au détriment d’autres productions – comme la laine, le cuir, le fumier, etc., – dont les prix auraient également flambé, entraînant une nouvelle spirale de la cherté67. Multiplier de tels détails, contribue surtout à renforcer cette idée que les choses furent beaucoup plus complexes que le débat de principe pour ou contre la liberté d’exportation des grains. Il n’est pas assuré que l’on puisse tirer une ligne droite entre la liberté du commerce et la famine ou entre le renchérissement des grains et le chômage. La seule chose dont on peut être convaincu, c’est que l’édit du mois de juin 1764 arriva au plus mauvais moment, c’est-à-dire à la veille de l’une des plus graves catastrophes climatiques du xviiie siècle. Pourtant, en 1764, chacun, sans exception, avait demandé à ouvrir les portes du royaume pour déverser les excédents de récoltes à l’étranger. La cherté eût peut-être été moins grave si on les avait refermées aussitôt. Cependant nulle législation n’aurait jamais empêché que dans la généralité de Limoges, par exemple, des populations meurent de faim parce que lorsque la récolte de sarrasin manquait, ou qu’elle était attaquée par une larve de papillon, elles n’avaient pas même les moyens d’acheter du blé venant de Pologne qui menaçait en outre d’arriver trop tard. Malgré les difficultés d’application de la liberté du commerce sous l’Ancien Régime, la nouvelle orientation de l’économie prétendait accomplir le pas dangereux qui devait un jour mettre fin à des problèmes fondamentaux qu’un homme épris de raison ne pouvait plus accepter comme un fléau de Dieu.

Notes

1 Ferdinand Galiani, Dialogue sur le commerce des blés, Londres, 1770.

2 Laurent Versini, Diderot, Œuvres, tome III, Politique, Paris, coll. Bouquins, 1995, p. 123-160.

3 Laurent Versini, Diderot, Œuvres, tome III, op. cit., p. 126.

4 Steven L. Kaplan, op. cit., p. 157.

5 René Baehrel, Une croissance. La Basse Provence rurale de la fin du xvie siècles à 1789, Paris, 1961, p. 493.

6 Ernest Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Paris, 1933, 2 vol., tome I, p. 106-113.

7 Pierre Le Verdier, op. cit., tome IV, p. 197, Miromesnil à L’Averdy, 31 juillet 1766.

8 Id., p. 198.

9 Pierre Le Verdier, op. cit., tome IV, p. 199.

10 Id., p. 200, L’Averdy à Miromesnil, août 1766.

11 Arch. nat., F11 265, correspondances et mémoires relatifs au commerce des grains, 1764-1774.

12 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, L’Averdy à Miromesnil.

13 Pierre Le Verdier, tome V, p. 70, L’Averdy à Miromesnil, 31 décembre 1767.

14 Arch. nat., F11 265. Lettre de L’Averdy à l’intendant de Bretagne, 13 juin 1766 (copie). Elle est accompagnée d’une lettre du contrôleur général à Le Prestre, avocat général au Parlement de Bretagne.

15 Arch. Nat., F11 265.

16 Arch. Nat., F11 265. Les annotations de L’Averdy sont écrites en marge de l’arrêt du Parlement de Dijon.

17 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 9, L’Averdy à Miromesnil, 5 août 1767.

18 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 8-9, Miromesnil à L’Averdy, 5 août 1767

19 Id., p. 47, L’Averdy à Miromesnil, 24 septembre 1767.

20 Id., p. 70, L’Averdy à Miromesnil, 31 décembre 1767.

21 Id., p. 69.

22 Pierre Le Verdier, op. cit., tome II, p. 119-124.

23 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 143, L’Averdy à Miromesnil, 4 avril 1768.

24 Id., tome III, p. 166. L’Averdy à Miromesnil, 12 février 1764.

25 Id., tome V, p. 141, L’Averdy à Miromesnil, 2 avril 1768.

26 Yves Durand, op. cit., p. 133-134.

27 Arch. nat., F11 265, 1er octobre 1766 (copie).

28 Cette affaire est analysée en détail par Steven Kaplan, op. cit., p. 178-179. L’Averdy déclara encore aux négociants : « Ah ! les raisons habituelles ! Tout est toujours perdu, ruiné, l’agriculture, la navigation. Eh bien ! Messieurs, vous gagnerez un peu moins avec vos trente-huit [nouveaux] navires ».

29 Pierre Le Verdier, op. cit., tome III, p. 52, L’Averdy à Miromesnil, 30 décembre 1763.

30 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 43, L’Averdy à Miromesnil, 6 septembre 1767.

31 Arch. nat., F11 265. Principes sur l’administration des grains. Du 17 décembre 1771.

32 Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, 2e éd., 1983. 2 vol., éd. Champs Flammarion, tome I, p. 73.

33 Service historique de l’armée de Terre, A2 84s. Analyse des édits, déclarations, lettres patentes et arrêts du Conseil rendus sous le ministère de Mr l’abbé Terray, contrôleur général des finances avec des observations sur son administration. Le début de ce mémoire est consacré au ministère L’Averdy.

34 Jules Flammermont, Remontrances..., op. cit., tome II, p. 11

35 Les citations des opinions des magistrats sont tirées de l’extrait reproduit par Flammermont, p. 13-18.

36 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 127, L’Averdy à Miromesnil, 20 mars 1768.

37 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 179, L’Averdy à Miromesnil, 8 mai 1768.

38 Id., p. 70, L’Averdy à Miromesnil, 31 décembre 1767.

39 Nouvelles éphémérides du citoyen, 1775, n° 2, p. 147-168.

40 Id., p. 147.

41 Nouvelles éphémérides du citoyen, op. cit., p. 168.

42 Nouvelles éphémérides du citoyen, op. cit., p. 97.

43 Id., p. 77.

44 Id., p. 70.

45 John-Francis Bosher, The Single Duty Project : A Study of the Movement for a French customs Union in Eighteenth century, Londres, 1964.

46 Les deux citations précédentes sont extraites des Archives nationales, E 37071 Projet d’édit sur les hypothèques. Analyse du procès verbal de MM les Commissaires nommés par arrêt du Conseil du 11 février 1775..., p. 7. On trouve encore dans ce très riche carton d’archives les mémoires remis à L’Averdy sur le projet de réforme des hypothèques.

47 François Quesnay..., op. cit., tome II, p. 509.

48 Françoise Bayard, « Argent et argenterie à Lyon aux xviie et xviiie siècle », L’Argent dans la France méridionale à l’époque moderne, Montpellier, 1996, p. 83-101.

49 Pierre Le Verdier, op. cit., tome. V, p. 94, Miromesnil à L’Averdy, 23 février 1768.

50 Marcel Lachiver, Vin, vigne et vignerons en région parisienne du xviiie au xixe siècle, Pontoise, 1982, p. 73, 792 et 794.

51 Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, 1973, 2 vol., René Squarzoni « Marseille et l’Europe en 1729-1731. Une crise de commerce et de crédit dans une dépression généralisée », Journée d’études de Bendor, Cahiers de la Méditerranée, 1977, p. 17-44.

52 Tihomir J. Markovitch, Histoire des industries lainières. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, Genève, 1976.

53 Guy Antonetti, « Les manœuvres boursières du contrôleur général Le Peletier des Forts et la réglementation du marché des valeurs mobilières (1730) », Revue historique de droit français et étranger, vol. 62, 1984, p. 577-597 et surtout « La crise économique de 1729 à 1731 à Paris », Études et documents, II, 1990, p. 35-181.

54 David Weir, « Les crises économiques et les origines de la Révolution française », Annales ESC, juillet-août 1991, n° 4, p. 917-947.

55 Julian Hoppit, « Financial Crisis in Eighteenth Century England », Economic History Review, XXXIX, 1986, p. 39-58.

56 Ernest Labrousse, op. cit., tome II, p. 536-537.

57 David Weir, « Les crises économiques... », op. cit., p. 940.

58 Pierre Le Verdier, op. cit., tome V, p. 164, 167-168, Miromesnil à L’Averdy, 30 avril 1768.

59 Id., p. 94-95, Miromesnil à L’Averdy, 23 février 1768.

60 Cité d’après François-Xavier Emmanuelli, La crise marseillaise de 1774 et la chute des courtiers. Contribution à l’histoire du commerce du Levant et de la Banque, Marseille, 1979.

61 Paul Butel, Les négociants bordelais, l’Europe et les Iles au xviiie siècle, Paris, 1974, p. 111.

62 Serge Chassagne, La manufacture de toiles imprimées de Tournemine-les-Angers, 1752-1820. Étude d’une entreprise et d’une industrie au xviiie siècle, Paris, 1971, p. 341

63 Paul Butel, op. cit., p. 112.

64 François Dornic, L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1850), Paris, 1955, p. 145 et 147.

65 Pierre Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au xviiie siècle. Rivalité croissante entre ces deux ports. La conjoncture, Rouen, 1966 p. 32-56.

66 Charles Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Carcassonne, 1993, p. 54-55.

67 Arch. nat., F11 265. Mémoire sur l’exportation des grains libre et illimitée.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540