Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Troisième partie. Administration, finances et politique

Conclusion

Texte intégral

1Les trois chapitres de cette partie ont voulu suggérer que la volonté du gouvernement d’apporter des solutions neuves aux problèmes politiques et financiers de la monarchie posait sans cesse la question de la capacité technique de l’administration à élaborer des projets de réformes praticables et celle du crédit dont disposaient les ministres pour les faire appliquer à l’ensemble du royaume. Les historiens ont généralement désigné les parlements comme les seuls responsables de l’opposition à toutes les tentatives de modernisation des structures de la monarchie. L’étude de la réforme des municipalités a cependant montré que les intendants, qui étaient potentiellement tous « ministrables », avaient souvent les moyens de résister aux souhaits des contrôleurs généraux. Bertin, qui était affaibli par l’opposition des parlements, recula devant l’hostilité sourde des intendants qui refusaient de lier la confection du cadastre à une réforme de l’organisation politique des communautés d’habitants. Assuré de l’appui des cours et de l’opinion publique, L’Averdy disposa des moyens pour mettre en œuvre une réforme qui lui tenait particulièrement à cœur mais qui n’en heurtait pas moins profondément les conceptions politiques et les intérêts des commissaires départis. L’analyse des débats sur la fiscalité a permis également de souligner que le principal obstacle à l’établissement du cadastre ne fut pas tant la magistrature que l’existence des immunités fiscales de la noblesse, en général, sur lesquelles reposait l’organisation politique et sociale de la monarchie. De sorte qu’après un mûr examen par l’administration, l’évolution des réflexions sur le cadastre ouvrait inexorablement un débat sur les limites qu’il convenait d’imposer aux changements. Les démêlés de l’affaire de Bretagne ont enfin montré que la rénovation des structures de la monarchie attisait sans cesse les appétits des groupes d’influence à la cour dont certains avaient un intérêt personnel à dire au roi qu’il n’était pas possible de réformer la monarchie sans en dénaturer les principes essentiels et à menacer son autorité tandis que d’autres, également ambitieux mais déçus, demandaient à entreprendre des réformes radicales trop longtemps différées. Le crédit de L’Averdy sur le Parlement de Paris et l’autorité de Choiseul triomphèrent de toutes ces résistances. Leur position fut néanmoins affaiblie au moment où la situation économique et financière demandait plus que jamais l’union des compétences de chacun pour trouver une solution aux nouvelles difficultés.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable