Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Troisième partie. Administration, finances et politique

Introduction

Texte intégral

1Les précédents chapitres ont été consacrés aux aspects généraux de la politique économique et financière mise en place pendant les premières années du ministère de L’Averdy en la situant, autant qu’il était possible, dans le contexte intellectuel, politique et financier du temps, lequel générait, naturellement, un certain nombre de contraintes mais aussi d’opportunités immédiates ainsi que de craintes et d’espoirs pour l’avenir. L’abondance de la documentation manuscrite a renforcé le souci d’étudier en détail les enjeux des décisions stratégiques de L’Averdy de manière à en souligner ultérieurement d’autres ambitions sous-jacentes qui ne deviennent pleinement intelligibles qu’au regard de leurs résultats effectifs. Ce souci pédagogique n’a pas permis d’évoquer suffisamment les interactions entre les problèmes politiques et financiers de la monarchie ni d’étudier les conséquences des réformes de L’Averdy sur l’évolution de la vie du royaume.

2À cet égard, les historiens ont généralement considéré que l’expérience de ce magistrat-ministre avait surtout contribué à aviver la « rébellion des cours » contre l’autorité du roi et que sa faiblesse à l’égard des Parlements l’avait conduit à enterrer tous les projets de réforme de l’administration, notamment le cadastre de Bertin qui devait permettre à la monarchie d’adapter enfin son système fiscal à ses besoins financiers.

3Les trois chapitres de cette seconde partie se proposent de montrer que L’Averdy donna en fait à la politique de Bertin une nouvelle ampleur que ce dernier avait récusée, que le contrôleur général ne céda pas devant l’opposition des Parlements mais utilisa au contraire les conflits avec les cours pour régulariser les rapports entre le gouvernement et la magistrature, enfin que les difficultés que rencontra L’Averdy dans la mise en application de certaines réformes et de ses idées politiques ne furent pas simplement le résultat de l’obstruction des magistrats mais, plus généralement, de la résistance et de l’épuisement des structures de la monarchie.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540