Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’Europe face aux urgences

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1La fin de la tentative d’action économique concertée correspond aux premières approches révisionnistes de l’ordre institué par les traités en Europe centrale et orientale. Le projet d’union douanière austro-allemande appelle des solutions structurelles pour sortir l’Europe centrale des difficultés économiques. Une politique d’envergure est d’autant plus nécessaire que la dépression s’accompagne dans cette partie du continent européen de la montée de forces nationalistes. Celles-ci ne se satisfont guère de l’ordre existant. La pression que ces courants exercent sur les gouvernements nationaux radicalise la vie diplomatique européenne. Cette évolution est à bien des égards dangereuse pour tous les projets de « construction européenne ».

2Dans un premier temps de mars à juin 1931, les formes habituelles de la coopération se perpétuent. On s’en remet à la SDN. À elle de poursuivre les chantiers commencés ! Des projets novateurs sont en discussion. Une conférence sur le blé, prévue pour la fin du mois de mars 1931 à Rome et les études concernant l’institution d’un crédit agricole peuvent contribuer à faire sortir le continent européen de l’impasse. On fonde beaucoup d’espoir sur la Commission d’Études pour l’Union Européenne qui doit se réunir en mai 1931. Mais la perspective d’une révision des traités en Europe centrale inquiète Paris et ses alliés. Une initiative de leur part n’est pas à exclure. Elle s’impose même pour les Français en mai 1931.

3Les problèmes financiers accélèrent l’évolution. La faillite de la Creditan-stalt à Vienne et la crise bancaire allemande précipitent l’Europe centrale dans le gouffre. Incapables de faire face à leurs engagements, les pays de l’Est et du Sud-Est européen s’isolent du reste du continent par le contrôle des changes. La crise financière européenne se poursuit avec la dévaluation du sterling en septembre 1931, suivie de celle des monnaies liées à la devise britannique. Il faut dorénavant faire face à des urgences importantes et en même temps ne pas perdre de vue les intérêts européens ou nationaux à plus long terme.

4À court terme l’Europe a besoin de bouées de sauvetage. Celles-ci proviennent de moratoires et de crédits de stabilisation, voire d’accords d’immobilisation. Les solutions radicales adoptées par certains États fragilisent toute l’assise économique du continent. La réorganisation de l’espace économique est à l’ordre du jour. Après les mesures d’urgence viennent les plans d’ensemble, dont la proposition de Tardieu concernant l’Europe danubienne livre un exemple. Mais chacun tient à voir se mettre en place une Europe conforme à ses intérêts. L’instrumentalisation de la crise et l’exploitation à des fins diplomatiques des conférences internationales handicapent lourdement une solution européenne. Des solutions plus régionales s’esquissent, comme celle que tentent Belges, Néerlandais et Luxembourgeois à travers la convention d’Ouchy.

5En juin 1932, l’heure est à nouveau à une solution globale. Les puissances réunies à Lausanne cherchent à redistribuer les cartes. La réorganisation de l’économie européenne, et au-delà planétaire est à l’ordre du jour.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540