Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Deuxième partie. La politique économique et financière de l'Averdy

Conclusion

Texte intégral

1La politique économique et financière de L’Averdy s’est fortement inspirée des réflexions de l’administration et des idées des économistes du milieu du xviiie siècle. Sa principale ambition fut d’améliorer les réformes financières de Machault d’Arnouville pour justifier, d’abord, le principe de l’imposition des rentes et doter, ensuite, la monarchie d’une structure d’amortissement de ses dettes pour greffer le financement des dépenses publiques sur la croissance économique. Les contraintes financières héritées de la guerre, le fossé culturel séparant les libéraux et les mercantilistes, enfin les oppositions de certains groupes de pression pesèrent de tout leur poids sur les décisions d’un gouvernement dont les membres s’accordaient globalement sur la nécessité d’une telle politique mais sans cesser de se disputer sur les formes.

  • 1 Rédigée au mois d’août 1768, la lettre de Morellet, citée plus haut, suggère que Turgot s’était mi (...)

2Malgré ces différends, l’abbé Morellet, qui n’aimait pas beaucoup L’Averdy, s’aperçut finalement, que Bacalan, l’ami du contrôleur général, partageait presque entièrement ses idées1. C’est dire que l’interprétation des décisions ministérielles doit prendre en compte ce « je ne sais quoi » qui tenait aux passions des hommes. En intellectuel brimé par L’Averdy, Morellet avait sans doute mal accepté que le contrôleur général ait tiré tout le profit de ses réflexions et de celles de ses amis, mais, selon lui, en les dénaturant. Quant à L’Averdy, malgré sa prudence politique, il était intimement persuadé, comme tous les contrôleurs généraux, de la supériorité de ses idées politiques et de celles de ses collaborateurs. D’où le profond mépris dans lequel il tenait Morellet et tous les théoriciens éloignés du pouvoir et de la pratique des affaires.

3Ces litiges ne furent pas sans conséquences politiques, notamment dans le déclenchement de l’affaire de Bretagne, nous le verrons, tandis que les amertumes des physiocrates expliquent en grande partie le rejet de L’Averdy parmi les opposants à la liberté économique. Ces différences, qui tenaient aux ambitions des uns et des autres, étaient cependant peu de choses au regard d’une autre école de pensée, également constituée d’administrateurs, de magistrats et de théoriciens, qui était elle farouchement opposée aux principes de la liberté économique et qui attendaient de le faire savoir pour prendre, à leur tour, les rênes de l’État. Aussi, doit-on conclure, que les réformes mises en œuvre sous le ministère L’Averdy ont très largement devancé celles de Turgot qui essaya lui aussi, à sa manière et avec ses amis cette fois, de rétablir et d’améliorer à son tour tout ce qu’avait entrepris le gouvernement au lendemain de la guerre de Sept Ans et que l’abbé Terray, nous le verrons, avait soigneusement défait.

Notes

1 Rédigée au mois d’août 1768, la lettre de Morellet, citée plus haut, suggère que Turgot s’était mis sur les rangs pour remplacer L’Averdy – disgracié un mois plus tard – et que Bacalan pouvait être compté comme un appui dans la promotion de l’intendant de Limoges. On sait en effet que Choiseul pensa quelque temps à Turgot pour remplacer L’Averdy mais qu’il ne le trouvait pas « ministrable ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable