Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Deuxième partie. La politique économique et financière de l'Averdy

Introduction

Texte intégral

1Dans leur rivalité pour la suprématie et la conquête des marchés économiques, la France et l’Angleterre faisaient face à des difficultés de même nature et d’une ampleur à peu près identique. De part et d’autre de la Manche, les ministres des finances étaient obsédés par une question capitale, celle du crédit, c’est-à-dire la capacité de drainer les sommes énormes dont ils avaient besoin pour payer les gouffres financiers des conflits armés. En temps de guerre, les deux monarchies usaient de tout bois pour trouver l’argent nécessaire, essayant en cela de soutenir leur crédit au détriment de leur ennemi. Pour autant, la concurrence ne cessait pas avec la paix. Il fallait désormais tenter de devancer son adversaire en inventant les moyens de liquider le plus rapidement possible les dettes de manière à profiter au mieux de la reprise économique et assainir suffisamment les finances pour préparer et soutenir le prochain conflit.

  • 1 Arch. des Aff. étr., Mémoires et documents, Angleterre, 70, f° 40.

2À la mort de Louis XIV, il était patent que ni la France ni l’Angleterre n’avaient réussi à prendre le dessus l’une sur l’autre. La capacité des petites îles britanniques à résister à de longues et coûteuses guerres avait certes étonné plus d’un observateur. Mais la fascination penchait toujours du côté de la France, de ce vaste royaume qui, dans les pires difficultés, avait toujours su résister à l’Europe coalisée et trouver les ressources suffisantes pour continuer la guerre et éviter la déroute finale. Invaincue pendant la guerre de Succession d’Autriche, la supériorité économique, démographique et financière de la France semblait incontestable au milieu du xviiie siècle. Par l’invasion du prétendant Stuart en Ecosse, les Français avaient même réussi à sonner l’alarme outre-Manche. Les institutions britanniques qui assuraient le crédit de l’État connurent alors des heures très sombres. La nouvelle de la rébellion en Écosse fit s’effondrer la confiance. Alors que les billets de la banque d’Angleterre cotaient 145 livres au mois de mars 1745, ils ne s’échangèrent plus qu’à 126 livres à partir du mois de janvier 1746. Les actions de la compagnie des Indes et de la compagnie des Mers du Sud s’effondrèrent à leur tour, leur cours passant respectivement de 182 à 157 livres et de 106 à 94 livres. Au mois de septembre 1747, une note anonyme sur les fonds publics britanniques tira la conséquence de ces événements : le moindre dérangement financier pouvait générer une véritable catastrophe dans un pays comme l’Angleterre qui avait la malchance d’avoir eu le crédit trop facile1.

  • 2 B.N., Moreau 1088, Observations sur les finances de la France. The rationale of the stocks, or Pub (...)
  • 3 Isaac de Pinto, Traité de la circulation et du crédit, Amsterdam, 1771, p. x.

3Malgré les déboires qu’essuya la France durant la guerre de Sept Ans, l’opinion publique continua de se satisfaire des confortables ornières du passé. En 1760, au lendemain même de la suspension des rescriptions et des remboursements de la caisse des amortissements, le Journal de Commerce publia la traduction d’un article anglais intitulé The rationale of the stocks or Public Funds in England. Cet article présentait une vision idyllique de la situation des finances françaises. L’auteur y affirmait que le royaume des Bourbons avait toujours su s’extirper des plus graves crises, notamment grâce à l’irruption d’un homme de génie capable de regagner la confiance des sujets du roi et de tirer profit de l’immensité des richesses de la France pour vaincre ses ennemis. Comparant le crédit des deux monarchies, l’auteur de l’article plaidait encore la solidité de l’argent réel face aux papiers britanniques car « il ne faut pas douter que si la France continue d’opposer encore quelques temps des millions réels à des millions fictifs, son argent comptant n’ait enfin la supériorité ». À l’appui de sa démonstration, l’auteur avançait enfin cet argument que « si la France avait voulu, il y a deux ans, elle eût entièrement renversé le crédit de l’Angleterre : elle aurait mis sa Banque dans l’impossibilité de continuer ses payemens ; elle aurait fait renouveler la suspension qui ne fut que momentanée en 1745, et l’aurait rendue permanente ; opération qui pourroit se faire encore, quoique présentement avec moins de facilité ; car l’Angleterre ne soutient son crédit depuis quelques années que par l’inattention de la France et ne redoute rien tant que les talents d’un nouveau ministre »2. Ces paroles rassurantes cachaient pourtant mal une réalité que beaucoup ne voulaient pas voir : asphyxiée financièrement et sévèrement défaite sur les champs de bataille, la France avait perdu sa lutte contre l’Angleterre. Isolé parmi quelques hommes lucides, Isaac de Pinto aimait à rappeler que, résidant à Paris vers 1760, « j’ai fait revenir bien des gens des préjugés qu’ils avaient au sujet du crédit de l’Angleterre. On la croyoit sans ressource malgré ses succès ; on se flattoit de moment à l’autre d’une Banqueroute générale qui bouleverseroit le Royaume. J’ai fait voir que c’étoit une illusion »3.

  • 4 Cette décision avait été précédée par la suspension, le 15 octobre, des lettres de change tirées s (...)
  • 5 Cité par John-F. Bosher, « Financing the French Navy in the Seven Years War : Beaujon, Goossens et (...)

4À bout de ressources, le contrôleur général Silhouette s’était en effet résolu, le 26 octobre 1759, à suspendre les remboursements de la caisse des amortissements ainsi que les paiements des rescriptions et des billets des fermes en circulation4. Le crédit de la France s’était effondré. On avait trop dépensé sans prendre garde, disait-on généralement, à la situation des finances, c’est-à-dire aux fonds disponibles en caisse. Conséquence de la suspension des paiements, l’argent, déjà rare, s’était resserré et nul ne voulait prêter au roi. Les financiers regorgeaient de billets impayés. Laborde, qui exerçait depuis une année les fonctions de banquier de la cour, avait dans son portefeuille plus de « 23 millions de rescriptions et de billets des fermes suspendus » à un moment où circulait « dans le public pour 70 millions » des seules rescriptions des receveurs généraux des finances. Au début du mois de novembre, Magon de la Balue écrivit à son frère à Cadix : « Vous aurez appris les nouvelles sinistres de Paris, la suspension des payements des billets des colonies dont il y a 25 à 30 millions dans le royaume, de ceux des effets publiques, même de ceux réputés les plus solides, la décision de libérer leurs endosseurs, la peur que nous avons de ces nouvelles mesures. Tout cela est venu comme un coup de tonnerre ; un discrédit général a suivi. Tout est interdit, le crédit anéanti, Paris dans une consternation générale, les provinces aussi. Chacun est dans l’état de la plus intense anxiété »5. Quelques semaines plus tard, le contrôleur général Bertin dit à Louis XV l’impossibilité dans laquelle il se trouvait de faire usage des moyens habituels pour emprunter quelque argent en raison de « l’anéantissement de tout fondement de crédit ».

  • 6 Bibl. nat, Fr. 11347, f 173. Ce manuscrit, qui provient de L’Averdy ou de l’un de ses collaborateu (...)

5En dépit des mesures d’urgence prises immédiatement pour éviter un cataclysme généralisé – notamment l’interdiction de porter en justice les financiers, la délivrance de reconnaissances de dettes pour les billets impayés et le rééchelonnement de leur échéance – le crédit de l’État était encore chancelant en 1763. Pour Nicolas Beaujon (1718-1786), l’un des marchands banquiers pris dans la tourmente, la multiplication des anticipations à toutes les parties prenantes avait opéré « un discrédit sur ces mêmes valeurs6 ». Dès lors, rétablir la confiance en trouvant le moyen de gérer les dettes de la guerre était l’une des conditions préalables et indispensables au relèvement politique et financier de la monarchie.

Notes

1 Arch. des Aff. étr., Mémoires et documents, Angleterre, 70, f° 40.

2 B.N., Moreau 1088, Observations sur les finances de la France. The rationale of the stocks, or Public Funds in England. Discours sur les stocks des fonds publics de l’Angleterre, traduit de l’Anglois avec des notes critiques, extrait du Journal de Commerce, Bruxelles, 1760.

3 Isaac de Pinto, Traité de la circulation et du crédit, Amsterdam, 1771, p. x.

4 Cette décision avait été précédée par la suspension, le 15 octobre, des lettres de change tirées sur les colonies.

5 Cité par John-F. Bosher, « Financing the French Navy in the Seven Years War : Beaujon, Goossens et Compagnie in 1759 », Business History, XXVIII, July 1986, n° 3, p. p. 127 d’après A.D. Ille-et-Vilaine, 1 F 1897, n° 42.

6 Bibl. nat, Fr. 11347, f 173. Ce manuscrit, qui provient de L’Averdy ou de l’un de ses collaborateurs au contrôle général, conserve plusieurs pamphlets financiers publiés en 1763 ainsi que divers projets et mémoires relatifs aux finances qui avaient été transmis à L’Averdy dès son arrivée au ministère, dont deux passionnants mémoires de Beaujon en date des 17 et 20 décembre 1763.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540