Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Première partie. Crises et contestations

Conclusion

Texte intégral

1L’Averdy aurait certainement été surpris d’apprendre que sa nomination au contrôle général des finances serait interprétée comme le symbole de la victoire de la magistrature sur le gouvernement ou, dit plus crûment, de la « rébellion des cours » contre l’autorité légitime du roi. Il estimait en effet que le système de la monarchie française reposait sur la coexistence de deux pouvoirs essentiels, le roi et les parlements, qu’il n’aurait jamais eu l’idée de placer sur un pied d’égalité. Le vrai sens de sa promotion est à rechercher ailleurs. Elle était le résultat d’un programme politique, élaboré sans doute par le duc de Choiseul et incarné par L’Averdy, qui se proposait d’entreprendre des réformes difficiles mais nécessaires pour l’avenir de la monarchie et qui ne pourraient voir le jour si elles n’étaient pas soutenues par la magistrature et, d’une manière générale, par l’opinion publique.

  • 1 P. Le Verdier, op. cit., t. III, p. 52, L’Averdy à Miromesnil, 30 décembre 1763.

2Cette lecture de la mission de L’Averdy est la seule qui puisse réconcilier les interprétations paradoxales de l’action d’un ministre qui a été jugé, suivant les circonstances et les hommes, simultanément comme un libéral et un autoritaire dans des domaines aussi divers que les finances, l’économie et la politique. En fait, L’Averdy essaya tout simplement, comme ses prédécesseurs et ceux qui le remplacèrent par la suite, d’user de son crédit personnel, qui était considérable dans le monde de la magistrature en 1763, pour apporter des solutions aux crises politiques et financières qui avaient secoué la monarchie pendant les années 1750. On comprend que L’Averdy, sentant toute l’importance de ses fonctions, se soit réjoui de trouver un appui en des hommes tels que Miromesnil qui l’encourageaient et l’aidaient en lui soufflant à l’esprit ce vers de Virgile extrait de l’Enéïde : « Tu ne cede malis sed contra audientor ito ». Pour aller de l’avant, le nouveau ministre devait d’abord rétablir l’ordre public que certains de ses collègues et, suivant son analyse, plusieurs ministres avaient déstabilisé, sans oublier de caresser les ambitions que plaçaient les sujets du roi dans les cours de justice et son nouveau représentant au gouvernement1.

  • 2 Michel Antoine, Louis XV, Paris, 1989, p. 820.
  • 3 Mémoires de l’abbé Morellet de l’Académie française sur le dix-huitième siècle et la Révolution, P (...)
  • 4 Bibl. nat., Fr 21992, Registre des livres d’impression étrangère présenté à Monseigneur le Chancel (...)

3Dès le mois de février 1764, L’Averdy prit deux décisions politiques qui allaient dans ce sens. La première mesure, qui interdisait de publier aucun pamphlet ni libelle sur les finances de l’État, voulait mettre un terme aux divisions intestines en invitant les sujets du roi à laisser les cours supérieures participer au processus de la réforme de l’État. Contestable et contestée, cette décision ne doit pourtant pas être considérée comme la manifestation éclatante du despotisme de la magistrature2. Car la monarchie n’était ni plus ni moins féroce que les parlements dans la condamnation des ouvrages qui menaçaient apparemment l’ordre public. D’ailleurs, au lendemain de l’attentat de Damiens une déclaration royale interdit, sous peine de mort, « de composer... imprimer et distribuer aucuns écrits contre la règle des ordonnances » (10 avril 1757). Condamner l’attitude de L’Averdy et la complicité des parlements relève plus du procès d’intention que d’une véritable analyse historique. En outre, plusieurs parlements, en particulier celui de Rouen, considéré comme l’un des plus exaltés dans son langage, refusèrent tout simplement d’enregistrer la déclaration relative à la censure. D’autre part, il a été vu que la censure en France n’a jamais été plus sévère que sous le ministère de l’abbé Terray, c’est-à-dire après que les parlements aient été muselés, et qu’à l’exception du ministère de Turgot, elle ne fut jamais aussi souple que sous l’administration de L’Averdy. Certes, ce ministre ne toléra pas la publication de l’ouvrage de Morellet en faveur de la liberté d’écrire sur les matières d’administration parce que, selon ses propres termes, « pour parler d’administration, il faut tenir la queue de la poêle, être dans la bouteille à l’encre ; et (que) ce n’est pas à un écrivain obscur, qui, souvent, n’a pas cent écus vaillants, à endoctriner les gens en place »3. Notons ici que Diderot, pourtant peu suspect d’apprécier la censure, tiendra exactement le même langage en 1769 à l’égard de son ami Morellet pour interdire la publication de sa réfutation des Dialogues sur le commerce des blés de l’abbé Galiani. Même le duc de Choiseul, pourtant plutôt favorable à la liberté d’expression, interviendra à plusieurs reprises, notamment en 1763, pour s’opposer à la publication de divers manuscrits tel le « Le Coup d’Œil d’un citoyen ou moyen de rétablir la marine française »4.

  • 5 Arch. nat., H 640, L’Averdy au duc d’Aiguillon (autogr.)

4Il est évident que dans l’esprit de L’Averdy, et même du duc de Choiseul, laisser publier des libelles, qu’ils considéraient souvent comme utopiques, mal renseignés ou difficilement praticables, était une atteinte à la nouvelle stratégie politique qui voulait régulariser les relations entre le roi et les parlements pour pacifier l’intérieur du royaume et rétablir ses finances durement éprouvées. Car la déclaration de censure fut moins destinée à museler les revendications qu’à organiser la discussion politique en cassant les liens entre l’opinion générale et les parlements. La position de L’Averdy à cet égard est nettement exprimée dans l’une de ses lettres au duc d’Aiguillon : « Les esprits, écrivit-il le 24 octobre 1764, ont saisi avec avidité la ressource des parlements et les Français, nation légère, donnent à présent dans les parlements comme ils ont donné dans les pantins, vu qu’ils les ont vu souvent avoir raison tandis qu’on leur donnait tort. De là une espèce d’esprit national (qui) subsiste actuellement qui reçoit en gros que les parlements ont raison, que le ministère n’a pas de sens commun quoi que ce soit qu’on y mette et que sans eux tout irait de travers »5.

  • 6 Il n’a pas été possible de trouver l’original du programme de gouvernement que présenta L’Averdy a (...)

5La censure fut enfin accompagnée d’un magnifique cadeau pour la population. Par la déclaration du 19 février 1764, L’Averdy annonça le principe d’une réforme des municipalités qui accordait une véritable voix aux intérêts locaux et, selon lui, bien plus forte politiquement que celle des écrivains et des hommes à projets. Et l’on peut dire que pour la première fois dans l’histoire des Bourbons, un ministre acceptait de rendre la parole à la population dont le gouvernement et les parlements se disputaient les maigres dépouilles en évoquant, chacun de leur côté, l’intérêt général et supérieur de l’État. Fidèle à des conceptions politiques qu’il avait formulées dans ses mémoires de 1759 sur les coutumes et dans son programme de gouvernement6, L’Averdy essaya de réunir positivement les Français autour de grands projets capables de captiver l’opinion publique et de donner au gouvernement le crédit politique dont il avait besoin pour entreprendre des réformes indispensables et réclamées depuis longtemps en usant de son autorité ministérielle, de son influence auprès des cours et en accédant au vœu général d’une participation plus large des administrés aux affaires de l’État. Mais c’est déjà l’objet des parties suivantes.

Notes

1 P. Le Verdier, op. cit., t. III, p. 52, L’Averdy à Miromesnil, 30 décembre 1763.

2 Michel Antoine, Louis XV, Paris, 1989, p. 820.

3 Mémoires de l’abbé Morellet de l’Académie française sur le dix-huitième siècle et la Révolution, Paris, coll. Le Temps Retrouvé, 1988, p. 139.

4 Bibl. nat., Fr 21992, Registre des livres d’impression étrangère présenté à Monseigneur le Chancelier pour la permission de débiter depuis le 20 mars 1760, n° 494. En marge du titre du livre, une précision porte que l’ouvrage a été « envoyé à M. le duc de Choiseul le 26 juillet 1763 » et refusé. Diderot, qui n’aimait guère Choiseul et son cercle, l’accusa dans Le Neveu de Rameau, d’avoir fait l’éloge de la censure.

5 Arch. nat., H 640, L’Averdy au duc d’Aiguillon (autogr.)

6 Il n’a pas été possible de trouver l’original du programme de gouvernement que présenta L’Averdy avant d’être nommé ministre. L’une des premières lettres qu’il adressa au duc d’Aiguillon montre cependant que ses maîtres mots étaient le refus de la banqueroute et la réforme des municipalités.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540