Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’impossible Fédération Économique Européenne ?

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Les espoirs suscités en 1929 retombent rapidement. Dès mars 1930, les chances de succès du projet Hymans, de la trêve douanière ou de l’action économique sont compromises. Le débat relancé à chaque réunion ou conférence internationale tourne à un affrontement de positions bien tranchées. L’Europe libérale, favorable à des réductions tarifaires, s’oppose à l’Europe protectionniste, au sein de laquelle les pays agraires occupent une position bien particulière. Ceux-ci souhaitent la mise en place d’un régime préférentiel pour leurs produits. Ces positions traduisent des divergences d’intérêts. Les pays des rivages de la mer du Nord n’ont pas d’autre choix que de miser sur les exportations industrielles pour s’attaquer aux difficultés économiques. La baisse de la garde tarifaire est vitale pour eux. La France et l’Allemagne cherchent à protéger leurs agriculteurs, et dans le cas du Reich à trouver encore d’importants débouchés industriels. Elles entendent alors conserver la maîtrise de leur politique douanière. L’Europe danubienne, quant à elle, tient absolument à écouler ses excédents et exige un traitement de faveur de la part de ses partenaires européens, au mépris de la clause de la nation la plus favorisée. Sa situation est dramatique, ce qui menace la paix sociale et l’indépendance. Son sauvetage pourrait constituer un premier pas vers cette entente européenne voulue et par Hymans, et par Briand en 1929.

2Mais les secours envisagés (ou leur absence) sont eux imprégnés de calculs politiques bien plus que de logique économique. Ils mettent face à face les partisans et les adversaires du révisionnisme de l’ordre européen. Une fédération des pays de l’Europe centrale, ou danubienne, ou agraire... sous l’autorité des Alliés de la France (Pologne ou Petite Entente) comblerait Paris. Sa réalisation aurait l’avantage d’empêcher une expansion allemande dans la région. Elle satisferait les alliés de la France car un tel front permettrait à la Pologne d’exercer une hégémonie sur le monde balte et aux États de la Petite Entente de contrecarrer le révisionnisme des voisins. Mais Paris n’a ni les moyens, ni surtout la volonté politique de s’engager trop dans cette voie. Une chance s’offre alors aux adversaires du statu-quo, qui, par le truchement d’accords bilatéraux (Italie) ou d’un projet de Mitteleuropa économique fédérée par des échanges complémentaires (Allemagne), veulent réduire l’influence française dans cette zone et se donner des possibilités de l’organiser à leurs convenances. Le projet d’union douanière austro-allemande révèle les intentions : la constitution d’un espace économique est une étape indispensable à la révision de l’ordre européen. L’affrontement entre les deux camps est favorisé également par le retrait des pays libre-échangistes qui se détournent du continent que ce soit par un repli sur l’empire (Royaume-Uni) ou la constitution d’un îlot (convention d’Oslo), annonciateur de la neutralité. Les difficultés et les solutions économiques ont été mises au service d’objectifs politiques et diplomatiques. C’est une cause majeure de l’échec de l’action économique concertée.

3Il n’y a pas encore de vainqueur évident en 1931, même si les uns et les autres comptent leurs atouts. L’impasse dans laquelle se trouve la coopération économique accentue encore la crise de l’Europe centrale et amplifie les rivalités entre puissances pour la « sauver ». À moins d’un sursaut (mais qui l’envisage ?) le démantèlement de cet espace de l’Europe est à l’ordre du jour !

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540