Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Première partie. Crises et contestations

Introduction

Texte intégral

1L’objectif de cette première partie est d’étudier, à la fois successivement et simultanément, les raisons lointaines ainsi que les causes immédiates qui aboutirent, au mois de décembre 1763, à la nomination de L’Averdy au contrôle général des finances. Car cette promotion ne fut pas le fruit du hasard mais la réponse politique que voulut apporter le gouvernement de Louis XV pour tenter de remédier aux crises et aux contestations qui avaient agité la France depuis la fin de la guerre de Succession d’Autriche. Les trois chapitres qui forment cette première partie veulent suggérer que l’opposition parlementaire ne fut pas tant la cause des difficultés du royaume que la manifestation, dans un contexte très délicat, d’une crise des justifications traditionnelles de l’exercice de l’autorité et du pouvoir dans la monarchie. Le chapitre premier se propose ainsi de montrer comment la critique libérale du mercantilisme, c’est-à-dire des fondements économiques de l’absolutisme, s’est inscrite au cœur des débats relatifs à la modernisation de la monarchie, notamment à travers la question de la participation politique des administrés aux affaires de l’État, avant de s’imposer, en 1763, comme le seul programme alternatif de gouvernement capable de maintenir l’ordre intérieur et d’assurer la puissance extérieure du royaume. Consacré à l’évolution de la fiscalité et aux méthodes de financement des guerres du règne de Louis XV, le second chapitre tente de montrer, d’une part, comment les pressions fiscales et la crise des finances pendant la guerre de Sept Ans ont convaincu le gouvernement de la nécessité de modifier les structures économiques de la monarchie et, d’autre part, comment les problèmes religieux du jansénisme sous le ministère de Machault ont posé la question des moyens politiques de ces changements. Enfin le dernier chapitre veut montrer que la trajectoire personnelle de L’Averdy et ses convictions politiques le désignaient en 1763 comme l’homme le plus apte à user de son crédit et de son autorité auprès des parlements pour aider le gouvernement à mettre en œuvre son programme de réformes des structures économiques, politiques et sociales de la France.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540