Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique au siècle des Lumières

 | 
Joël Félix

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Antoine-Jean-Baptiste-Robert Auget de Montyon, Particularités et observations sur les ministres de (...)

« L’exercice des fonctions ministérielles est un moyen de perfectionnement si effectif et si puissant, que tous les ministres ont été, à la fin de leur carrière, supérieurs à ce qu’ils étaient dans le commencement, et plusieurs y ont paru si différents d’eux-mêmes, qu’on pourrait être tenté de croire que ce ne sont pas les mêmes hommes. »
Auget de Montyon1.

  • 2 Archives nationales, K. 885 (137 folios).

1À l’origine, cette étude avait été conçue sous la forme d’une brève introduction à la publication d’un document historique exceptionnel mais demeuré inédit : le « Rapport de la situation des finances », remis à Louis XV, au mois de « janvier 1768, par M. De Laverdy, contrôleur général des finances2 ». Muni de ce texte, le travail à accomplir avait semblé relativement simple puisqu’il pouvait se limiter à présenter cet homme et à résumer son action dans le contexte économique, politique et social de son époque. Il est cependant aussitôt apparu que les informations contenues dans ce rapport obligeaient à reconsidérer l’ensemble des arguments avancés par une tradition historique qui, en jetant l’opprobre sur l’administration de L’Averdy, voulait surtout blâmer les idées de la magistrature et condamner l’opposition des parlements au gouvernement de la monarchie.

  • 3 Cité par Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, Paris, 1910, tom (...)

2La personnalité de L’Averdy invitait apparemment à des conclusions aussi hâtives. En fin spécialiste du droit criminel, ce magistrat du Parlement de Paris n’avait aucune expérience de l’administration des finances d’un royaume qui partageait alors, avec l’Angleterre, le rang d’une superpuissance économique, financière et militaire. Une promotion aussi peu banale suscita naturellement les railleries de ceux qui, convoitant le contrôle général des finances, tel Mirabeau, ou se flattant d’entrer dans les bonnes grâces d’un nouveau ministre, déchantèrent lorsqu’ils s’aperçurent que L’Averdy était « apporté par un coup de vent de terre absolument étrangère3 ». Il ne manquait plus que le badinage du principal intéressé sur son ignorance du département qu’on venait de lui confier pour accréditer les plaisanteries qui accompagnaient habituellement la nomination des ministres et estampiller à jamais L’Averdy au sceau de l’incompétence.

  • 4 Marcel Marion, Histoire financière de la France depuis 1715, Tome I – 1715-1789, Paris, 1914, p. 2 (...)

3Un tel argument ne résiste pas longtemps à une analyse sérieuse puisqu’il devient alors impossible de concilier l’image de « l’étrange ministre qui, en dépit de son incapacité évidente était ainsi mis à la tête des finances »4 et la réalité des spectaculaires réformes économiques, financières et politiques qui furent mises en œuvre sous le ministère L’Averdy. Cet évident paradoxe n’a pas échappé aux historiens qui ont essayé d’y répondre, mais de manière souvent confuse, soit en critiquant systématiquement l’action administrative de L’Averdy comme étant fondamentalement incapable et inepte, soit encore en évitant d’impliquer ce ministre dans les choix économiques et financiers de son ministère, soit enfin en mettant en avant le rôle joué par des hommes considérés comme remarquables, placés dans l’entourage immédiat du contrôleur général, qui auraient eu seuls le mérite des bonnes réformes, abandonnant ainsi implicitement à L’Averdy la responsabilité de tous les échecs.

  • 5 Gustave Schelle, Œuvres de Turgot et documents le concernant avec Biographie et Notes, Paris, 1913 (...)
  • 6 Georges Weulersse, op. cit., tome I, p. 118-119. Notons que Weulersse qualifia L’Averdy de « vieux (...)
  • 7 Pierre Le Verdier, Correspondance politique et administrative de Miromesnil, premier président du (...)

4Ces interprétations contradictoires soulignent d’emblée l’impasse intellectuelle qu’a constituée le ministère de L’Averdy pour les historiens de la Troisième République dont les travaux et les recherches sur le xviiie siècle s’incrivaient naturellement dans les polémiques de leur temps. Ainsi, ce n’est pas sans certains parti-pris que Gustave Schelle a voulu voir en L’Averdy le responsable de l’effacement de Turgot dans les années 1760 : « lorsque ce parlementaire fut au contrôle général » écrivit-il « les affaires générales ne furent plus mises à l’étude » et Turgot borna ses activités « aux améliorations intérieures qui, dans sa généralité, ne lui étaient pas interdites »5. On pourrait évidemment objecter que L’Averdy était tout de même le ministre et que Turgot, aussi doué fut-il, n’était alors qu’un intendant parmi d’autres. De son côté, Georges Weulersse ne s’est guère préoccupé des contrôleurs généraux qui lui ont tous paru également insignifiants : « tout près de L’Averdy, immédiatement au-dessous de lui, se trouvait Trudaine de Montigny, homme bien supérieur aux ministres successifs [...] Ce fut lui, le véritable auteur de l’Edit de 1764 ». Et l’historien de la physiocratie d’ajouter que Trudaine de Montigny fut « chargé officiellement de libeller » le fameux édit autorisant la libre exportation des grains hors du royaume et qu’il « appela à son aide Turgot et Dupont [de Nemours] dont la rédaction prévalut presque entièrement »6. Au terme de ces deux citations, il devient bien hasardeux d’essayer de savoir qui faisait quoi sous le ministère de L’Averdy, surtout si l’on rapporte une lettre autographe du contrôleur général dans laquelle il avoua avoir « réfléchi un mois » avant de se prononcer au Conseil du Roi en faveur de l’exportation des grains7.

  • 8 Dans son étude du ministère L’Averdy, Marcel Marion a repris presque mot à mot la notice contenue (...)
  • 9 Gustave Schelle, op. cit.
  • 10 Œuvres complètes de Voltaire, édition Garnier, Paris, 1882, tome XIV, Correspondance, p. 148, Volt (...)
  • 11 Pierre Gaxotte, Le siècle de Louis XV, Paris, 1974, p. 335.

5L’incohérence de ces documents, pourtant connus et disponibles au moment de la publication de l’Histoire financière de la France de Marcel Marion, n’a pas surpris la sagacité de cet historien. Très hostile aux parlements, il n’a fait qu’une bouchée de L’Averdy, croquant le personnage en un paragraphe qui noue élégamment quelques phrases assassines extraites d’un ouvrage publié en 1829 et reprises depuis lors sous l’autorité de son nouvel auteur8. Si Marcel Marion daigna excuser les frasques de la vie privée de l’abbé Terray, il n’eut en revanche aucune pitié pour L’Averdy. Les témoignages de Dupont de Nemours, qui vit en L’Averdy « sinon un grand ministre, du moins un homme de bien »9 et ceux très élogieux de Voltaire, qui accusa l’opinion d’être « parfois injuste »10, n’eurent aucune audience auprès de Pierre Gaxotte qui préféra retourner les bons mots du ministre et oublier les témoignages de l’immense espoir que suscita la nouvelle de la promotion de L’Averdy aux finances11

  • 12 Si le rapport financier de L’Averdy est connu depuis longtemps, sa longueur et de sa technicité on (...)

6En publiant sa grande œuvre, Marcel Marion a surtout livré à la postérité une synthèse générale ainsi que d’importantes études historiques qui demeurent encore aujourd’hui des références essentielles pour la connaissance de la vie politique et financière de la monarchie d’Ancien Régime. La haute réputation de cet historien et la réalité de ses compétences en finances – bien qu’il ait parcouru à la hussarde le rapport de L’Averdy et l’ait à chaque fois cité de manière erronée12 – ont apporté les justifications techniques dont avaient besoin les historiens de la politique qui ne manifestaient pas de goût particulier pour l’étude des problèmes économiques et financiers de la monarchie. Or tout constat d’échec du ministère de L’Averdy vient conforter les arguments d’une école historique, très solidement ancrée en France, selon laquelle les parlements auraient été les fauteurs de tous les troubles du royaume et, par conséquent, les principaux responsables de la Révolution française.

7Les études qui nourrissent implicitement ce point de vue sont nombreuses et souvent convaincantes car elles ont avec elles le sens général de l’histoire. Néanmoins, elles ne sont pas sans révéler quelques paradoxes majeurs qui intéressent au premier plan l’histoire des dernières décennies de la monarchie. Ainsi, comment peut-on expliquer que L’Averdy et l’abbé Terray, pourtant tous deux magistrats du Parlement de Paris et nommés presque successivement au contrôle général des finances, fassent l’objet de commentaires aussi divergents parmi les historiens hostiles à la magistrature ? Comment donner du sens à la nomination par le roi de deux ministres issus d’un même corps mais dont l’action économique et financière apparaît comme diamétralement opposée ? Comment comprendre enfin que le Parlement de Paris n’ait pas réagi, ou si peu, aux décisions prises par l’un et par l’autre ?

8Au début de ce siècle, ces questions n’étaient pas de nature à émouvoir les membres d’une élite intellectuelle dont la culture politique, façonnée à l’époque des révolutions, était hantée par les notions d’ordre et d’autorité. Une fable naquit alors qui élimina une bonne partie de la complexité de la société d’Ancien Régime et de ses problèmes. Dans cette fable, L’Averdy et l’abbé Terray ont été opposés dans leur action et jusque dans les traits de leur caractère. À un L’Averdy faible, malhabile et impuissant a été objecté un abbé Terray résolu, cynique et, signe de sa virilité, coureur de jupons. Paré de ces vertus, Terray a incarné le type même du « bon magistrat » couronné de succès dans son administration à cause de sa capacité à rétablir l’ordre financier dans la monarchie et à faire respecter l’autorité absolue du roi, des qualités que semblent confirmer l’appui qu’apporta l’abbé Terray à la réforme du chancelier Maupeou, laquelle aboutit, on le sait, à museler les parlements comme l’avait jadis fait Louis XIV. Par antinomie, le ministère L’Averdy a représenté, pour les uns, l’évidente incongruité d’un parlementaire placé aux affaires, tandis que d’autres ont tout simplement souri de voir un magistrat promu ministre être enfin pris dans ses propres filets, c’est-à-dire confronté à la réalité des problèmes économiques et financiers du gouvernement et devant subir à son tour, comme ses prédécesseurs et successeurs, l’opposition bruyante, égoïste et irresponsable de ses anciens collègues à ses décisions les plus sagement mûries.

9Ces interprétations reposent fondamentalement sur des préjugés voulant justifier cet événement capital que fut, dans l’histoire de la monarchie, la réforme du chancelier Maupeou, c’est-à-dire le retour de la politique autoritaire après l’expérience libérale conduite entre 1763 et 1768 par le puissant tandem constitué par le duc de Choiseul et L’Averdy. Elles participent en outre d’une interprétation traditionnelle selon laquelle la France aurait pu faire l’économie de la Révolution française si les parlements ne s’étaient pas opposés à l’action d’une administration éclairée et altruiste dont les projets de réformes, qui tendaient à moderniser la société en supprimant notamment les privilèges pécuniaires, auraient permis à la monarchie d’évoluer paisiblement et naturellement vers un système politique moderne, S’il paraît légitime, et sans doute indispensable, de se questionner sur les raisons de ce drame que fut l’impossibilité dans laquelle se trouva un pays aussi riche et puissant que la France du xviiie siècle de mener à bien les réformes qui lui auraient permis de se transformer sans éprouver les violences de la Révolution, il est certainement abusif de vouloir rejeter la faute d’un événement aussi extraordinaire sur les uns ou sur les autres. Poursuivre dans cette voie c’est s’enfoncer dans les ornières de débats éculés sans jamais apercevoir que défendre la politique de l’abbé Terray contre celle de L’Averdy, ou vice versa, n’aboutit finalement qu’à accuser et à absoudre simultanément la magistrature et l’administration.

10Le rapport financier de L’Averdy à Louis XV offre justement la possibilité de sortir des impasses conceptuelles de l’histoire politique du xviiie siècle. Ce vaste document, dont il n’existe guère d’équivalent pour l’Ancien Régime, permet en effet de nourrir de nombreuses interrogations sur la place et le rôle d’un ministre des finances dans la monarchie et notamment d’essayer de savoir dans quelle mesure un magistrat, mal aguerri aux finances, pouvait parvenir à diriger ce vaste ministère. Cette question n’est pas négligeable puisque L’Averdy, quelques semaines à peine après son entrée en fonction, fit rendre plusieurs décisions capitales en matière politique, économique, financière et sociale. Le rapport de L’Averdy conduit d’autre part à éviter la tentation facile de dresser un palmarès des bons et des mauvais contrôleurs généraux des finances avant même de les avoir sérieusement étudiés. Il invite au contraire à se demander qui étaient ces ministres et ce qu’ils représentaient dans l’ordre intellectuel, politique et économique du pays ? Selon quels critères, au vu de quelles informations, dans quel but et à l’aide de quelles personnes ils prenaient leurs décisions ? Comment enfin interpréter leurs choix stratégiques ou même les relier pour reconstituer un programme d’action ministérielle s’intégrant dans une analyse de la situation de la monarchie, tant sur le plan de la politique intérieure que dans ses relations avec les puissances étrangères ?

11À ce niveau, ce ne sont plus les seuls parlements qui sont en cause mais les préjugés contre le gouvernement de l’Ancien Régime qui est encore considéré, au moins au point de vue financier, comme une espèce d’État aveugle entièrement livré aux abus de toute nature que symbolisent les financiers, les chambres de justice et les banqueroutes incessantes de la monarchie. Cette histoire noire des finances de l’Ancien Régime n’a voulu voir dans la personne des contrôleurs généraux qu’une succession d’hommes à peu près incompétents dont le seul souci aurait été de remplir, par tous les moyens et quel qu’en fût le prix, des coffres toujours vides parce qu’alimentant les caprices ou les fantaisies de la cour et de quelques privilégiés. Cette interprétation, qui tire son origine des écrits du xviiie siècle et des scandales financiers qui émaillèrent la chronique des années ayant précédé la Révolution, s’est trouvée comme renforcée par la destruction des papiers de la monarchie, en particulier des innombrables comptes, mémoires et correspondances politiques et administratives qui formaient jadis les archives du contrôle général des finances. Ce qu’il en subsiste aujourd’hui ne donne plus que l’image partielle d’un immense chaos.

12Le rapport de L’Averdy constitue là encore un démenti à des interprétations polémiques qui ont voulu juger avant de chercher à comprendre. Le contrôleur général y a en effet soigneusement exposé au roi les raisons de ses choix économiques et financiers durant les quatre premières années de son administration. Malgré les informations passionnantes qu’il apporte, ce document demeure néanmoins sibyllin parce qu’à force de dire beaucoup on souhaiterait qu’il fut encore plus explicite. Sa longueur et sa technicité relative en font en outre un texte d’un accès assez ardu. La clarté de l’exposition s’évanouit de temps à autre sous la profusion d’informations comptables ayant trait à la situation des finances de l’Etat tandis que la multiplicité des temporalités d’analyse ne permet pas de saisir immédiatement le sens et la portée d’un document alliant à la fois les caractères d’un compte rendu, d’un plan d’administration et d’un programme de politique générale. En sorte qu’il devenait indispensable d’expliciter les sous-entendus et les non-dits d’un texte exceptionnel que le roi et les ministres, conviés à le lire, à en entendre la lecture et à en débattre, avaient sans doute compris.

13Le hasard et la chance ont voulu qu’il subsistât dans les dépôts d’archives et dans les bibliothèques un ensemble documentaire d’une exceptionnelle richesse qui permet de remplir les passages en blanc et les allusions furtives du ministre. Parmi les sources imprimées, il y a d’abord l’énorme production des ouvrages d’économie politique qui forment une source capitale pour l’étude de la pensée des hommes des Lumières et des relations entre leurs idées et les décisions économiques et financières du gouvernement. La correspondance échangée entre L’Averdy et Hue de Miromesnil, premier président du parlement de Normandie et futur garde des sceaux de Louis XVI, fait également partie des plus beaux fleurons documentaires pour l’intelligence de la vie politique des années 1760 et de la pensée de deux hommes dont la sensibilité était assez proche et qui manifestaient une certaine estime et une confiance mutuelles. Les œuvres de Turgot publiées par son ami Dupont de Nemours puis par Gustave Schelle ne sont pas non plus sans présenter un éclairage particulièrement intéressant sur les discussions économiques tandis que les mémoires de Jacob-Nicolas Moreau ou de Charles-François Lebrun, deux hommes placés dans l’antichambre du gouvernement, apportent quelques précieux compléments d’information pour l’étude de la politique sous le ministère L’Averdy.

14Une fois n’est pas coutume, les sources manuscrites sont d’une étonnante qualité. Les archives du Quai d’Orsay conservent plusieurs mémoires administratifs annotés de la main du ministre ainsi que les résultats des grandes enquêtes financières mises en chantier par L’Averdy dès le mois de février 1764. Les Archives nationales possèdent naturellement de très nombreux documents qui contribuent à faire comprendre l’action du gouvernement sous le ministère L’Averdy. Les dossiers de l’affaire de Bretagne renferment plus d’une centaine de lettres autographes et de copies de la correspondance du contrôleur général et de ses collègues. Son dépouillement apporte un éclairage capital sur les conceptions politiques de L’Averdy durant cette grave crise et, partant, offre la possibilité de reconsidérer, une fois encore, les travaux et les conclusions de Marcel Marion sur cette question. Les papiers de la famille Lefèvre d’Ormesson, dont l’un des membres exerçait les fonctions d’un « ministre des impôts » à côté du contrôleur général, fourmillent de multiples mémoires et correspondances relatifs à la politique fiscale et financière menée par L’Averdy. Elles ont notamment fourni un document fondamental, le rapport, inconnu jusqu’alors, des débats des membres du Bureau du Commerce sur la question de l’exportation des grains. Enfin, le dépouillement de diverses séries et fonds d’archives ont apporté de multiples informations sur la situation politique et financière de la France au milieu du xviiie siècle.

15La Bibliothèque nationale a évidemment contribué à enrichir cette documentation. Le passage par la collection Joly de Fleury était indispensable. Elle conserve en effet une partie de la correspondance échangée entre les contrôleurs généraux des finances et le procureur général du Parlement de Paris ainsi que les papiers du contrôleur général Jean-François Joly de Fleury qui, sous son ministère, rassembla ou fit dresser des copies et des extraits de divers mémoires relatifs aux questions financières qui avaient été évoquées dans les années 1760. La collection Moreau, avocat des finances au contrôle général, détient également plusieurs mémoires et correspondances très instructifs tandis que divers manuscrits, dont un volume de la correspondance du contrôleur général Bertin, ou quelques recueils de mémoires transmis à L’Averdy et à l’abbé Terray, ont apporté des informations essentielles pour l’étude de l’administration, des finances et de la vie politique au milieu du xviiie siècle.

16Muni de tous ces documents, il apparaissait alors que gouverner un pays tel que la France n’était pas une chose si simple dans un siècle qui voyait s’effondrer un à un les fondements les plus solides sur lesquels avait traditionnellement reposé l’organisation de la monarchie. Certains ministres pouvaient être des visionnaires, c’est-à-dire prendre des décisions qui allaient dans le sens de l’histoire, aucun d’entre eux n’avait les qualités d’un devin. Tous étaient tributaires d’une formation, étaient pétris de convictions, d’ambitions souvent, et devaient affronter une tâche extrêmement difficile à laquelle nul n’était vraiment préparé et où même ceux qui étaient réputés les meilleurs échouèrent successivement. Remettre le royaume sur le pied de paix après une guerre dévastatrice, trouver les moyens de payer des dettes considérables et placer le pays en état d’affronter le prochain conflit armé, procéder enfin aux réformes réclamées avec avidité par une opinion publique terriblement divisée, telle fut la mission de L’Averdy. Ce ministre avait sans doute raison : d’autres, davantage versés dans la direction des affaires de l’État, n’auraient pas nécessairement fait mieux que lui. Mais cet homme connaissait bien les maux que traversait depuis plus de dix années son pays. En arrivant au ministère, ce politique n’apporta pas seulement une nouvelle méthode de gouvernement. Il tenta de mettre en pratique une série de réformes politiques, financières et fiscales que réclamait l’opinion publique, que demandaient depuis longtemps les experts du gouvernement et que semblait nécessiter la situation de la France au lendemain de la guerre de Sept Ans. À ce titre, le ministère L’Averdy ne s’inscrit pas en rupture, comme on l’a trop souvent dit, mais au contraire dans la continuité des réflexions de l’époque des Lumières sur la modernisation de la monarchie.

17Retracer la page d’histoire financière qui part de la fin de la guerre de Succession d’Autriche, et même plus tôt encore, de la banqueroute de l’abbé Terray, est l’ambition de cette étude. Mais il n’est point de finances sans politique ni de vraie compréhension de la vie politique sans une analyse de la situation financière et des besoins du gouvernement, de ses ambitions et de sa volonté, mais aussi de la réalité de ses problèmes concrets trop souvent négligés, parfois complaisamment oubliés ou tout simplement méconnus des parlements. Le fameux duel entre les administrateurs et les officiers du roi, tous gens issus d’un même monde, risquerait cependant de faire oublier le poids de l’opinion publique, des pressions exercées par de multiples groupes d’intérêt ainsi que la place des philosophes, des économistes de toute obédience et des hommes à idées qui, proches ou non du gouvernement, voulaient se faire entendre, réclamaient plus de liberté et demandaient à mettre leurs lumières et parfois leurs ambitions au service de leur pays.

18Ce livre n’a donc pas la tentation d’écrire une biographie de L’Averdy mais d’éclairer, à travers l’étude de l’action financière et de la pensée politique de ce ministre, les problèmes de l’État royal dans le contexte de la crise de la monarchie du milieu du xviiie siècle. Tel est l’objectif principal de ce travail divisé en quatre parties. La première partie est consacrée à l’analyse du contexte intellectuel, financier et politique dans lequel s’est inscrite la promotion de L’Averdy aux finances. Les deux parties suivantes étudient les principales réformes mises en œuvre sous le ministère L’Averdy, cela dans le cadre des débats contradictoires et de l’évolution générale, à la fois économique et politique, du royaume. La dernière partie de cette étude aborde la crise générale qui fut la caractéristique essentielle des deux dernières années du ministère L’Averdy et analyse les moyens mis en œuvre ainsi que les projets conçus par le gouvernement pour préserver les réformes. Cet ouvrage s’achève enfin par un épilogue qui met en regard l’action ministérielle de L’Averdy avec celle de ses deux successeurs, Maynon d’Invault et l’abbé Terray, pour en mesurer l’originalité, les justifications et leurs conséquences politiques et financières à la veille de la réforme du chancelier Maupeou.

Notes

1 Antoine-Jean-Baptiste-Robert Auget de Montyon, Particularités et observations sur les ministres des Finances les plus célèbres, depuis 1660 jusqu’en 1791, Londres, 1812, p. 360.

2 Archives nationales, K. 885 (137 folios).

3 Cité par Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, Paris, 1910, tome 1, p. 118.

4 Marcel Marion, Histoire financière de la France depuis 1715, Tome I – 1715-1789, Paris, 1914, p. 226.

5 Gustave Schelle, Œuvres de Turgot et documents le concernant avec Biographie et Notes, Paris, 1913-1923, 5 vol., tome 2, p. 327, note a.

6 Georges Weulersse, op. cit., tome I, p. 118-119. Notons que Weulersse qualifia L’Averdy de « vieux parlementaire » alors qu’il n’avait que 39 ans au moment de sa nomination et que sa politique, notamment frumentaire, représentait, comme l’a souligné Grimm dans sa Correspondance littéraire, philosophique et critique..., Paris. 1813, t. I, p. 146 le parti des idées de la jeunesse contre « les vieilles perruques » et « l’esprit de règlement ».

7 Pierre Le Verdier, Correspondance politique et administrative de Miromesnil, premier président du Parlement de Normandie, Rouen, 1899-1903, 5 vol., t. V, p. 43, L’Averdy à Miromesnil, 6 septembre 1767.

8 Dans son étude du ministère L’Averdy, Marcel Marion a repris presque mot à mot la notice contenue dans l’ouvrage de Jacques Bresson, Histoire financière de la France depuis l’origine de la monarchie jusqu’à 1828, Paris, 1829, 2 vol. (rééd. en 1840 et 1857), agrémentée de quelques sources alors inédites mais consultées trop rapidement et augmentées de ses réflexions relatives à la fiscalité, à l’affaire de Bretagne et à la magistrature en général.

9 Gustave Schelle, op. cit.

10 Œuvres complètes de Voltaire, édition Garnier, Paris, 1882, tome XIV, Correspondance, p. 148, Voltaire à Tabareau.

11 Pierre Gaxotte, Le siècle de Louis XV, Paris, 1974, p. 335.

12 Si le rapport financier de L’Averdy est connu depuis longtemps, sa longueur et de sa technicité ont apparemment découragé toute lecture attentive. Il semble que la première personne qui l’ait consulté fut Léon Biollay qui en a cité quelques extraits dans Le pacte de famine, Paris, 1885, p. 109-110. Marcel Marion a également parcouru ce rapport dont il a tiré quelque maigre parti dans son Histoire financière de la France. Plus récemment, Steven L. Kaplan y a fait implicitement référence, d’après Biollay, dans Le pain, le peuple et le Roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, 1986 ainsi que Mireille Touzery qui en a publié quelques lignes dans L’invention de l’impôt sur le revenu. La taille tarifée, 1715-1789, Paris, 1994, p. 169-170.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540