Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’impossible Fédération Économique Européenne ?

Chapitre VIII

Une crise instrumentalisée ?

Texte intégral

1Le discours de Briand de septembre 1929 est éminemment politique. Prononcée dans le contexte d’une Europe « coincée » entre la Russie soviétique et les États-Unis, confrontée à nouveau au face à face franco-allemand comme la conférence de La Haye vient de le rappeler, l’intervention du président du Conseil vise tout autant à assurer l’existence de l’Europe qu’à créer les conditions de la stabilisation du continent. Dès lors les propositions de coopération économique sont considérées par les puissances non seulement comme des remèdes efficaces contre la crise, mais aussi comme des moyens au service d’objectifs diplomatiques.

2Les différentes manières d’envisager la collaboration économique sont vues par les uns comme des instruments au service du statu quo européen, par les autres comme les prémisses d’une révision de l’ordre européen. Cet affrontement entre partisans et adversaires de « l’ordre versaillais » est de surcroît favorisé par le retrait de certaines puissances des affaires du continent.

La coopération économique au service du statu quo européen

  • 1 Bariety Jacques, « le projet d’Union européenne d’Arsistide Briand », in Soutou G.-H., Berenger J., (...)

3Le projet d’Aristide Briand porte sans le moindre doute des aspirations européennes. Dès les années vingt, celui, qui a été président du Conseil au moment de Verdun et de l’occupation de Duisbourg, Düsseldorf et Ruhrort, a pris conscience de la nécessité de proposer des chemins inhabituels à la diplomatie européenne1. Favorable au regroupement, aux ententes entre les partenaires européens, le plan Briand sert aussi les intérêts de la sécurité française, dans la mesure où son éventuelle concrétisation assurerait une stabilisation du continent. C’est cette perspective qui séduit Tardieu et une grande partie de la droite qui arrive au pouvoir en 1930. La coopération économique, prévue par la conférence économique de 1927, encouragée tant par la SDN que par la CEUE, a pour la France comme unique fonction d’assurer « la sécurité économique », partie intégrante de la sécurité collective. L’éventuel désarmement douanier qu’envisagent les projets tarifaires n’est guère acceptable pour Paris, qui y voit des possibilités d’affaiblissement. C’est aussi la raison pour laquelle, dans ces conférences économiques, la France met l’accent sur la lutte contre le protectionnisme indirect constitué par le dumping et toutes les formes d’aides aux exportations.

  • 2 Knipping Frantz, Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno Ära. Studien zur internationalen (...)
  • 3 Sur ces questions franco-allemandes, voir : Poidevin Raymond, Bariety Jacques, Les relations franco (...)

4La position de Paris s’explique en grande partie par la peur du révisionnisme allemand et surtout son accentuation après la disparition de Stresemann en octobre 1929. Les relations entre les deux pays passent par une phase de tension accrue dès l’automne 19292. L’opinion allemande se déchaîne contre le plan Young qui entre en application en mai 1930. Négocié au cours de l’année 1929 et adopté à la conférence de La Haye en août 1929, le plan Young vise à régler définitivement l’éternelle pomme de discorde franco-allemande : la question des réparations. Constitué d’annuités conditionnelles (liées à l’exigence des dettes interalliées par les États-Unis) et d’annuités inconditionnelles, le versement des sommes dues par le Reich passe désormais par un nouvel organisme, une Banque des Règlements Internationaux (BRI) sise à Bâle. Un emprunt international est à nouveau lancé au profit de l’Allemagne. La conférence de La Haye redonne à Berlin une partie essentielle de la souveraineté, car elle débarrasse le Reich de la Commission des Réparations et s’accompagne du départ anticipé des troupes françaises en juin 1930. Ce que Paris considère comme un geste de bonne volonté est l’occasion pour l’opinion allemande de provocations, de débordements agressifs contre la France. Aux yeux de la droite nationaliste allemande, et plus particulièrement d’Hitler, le plan Young « c’est la réduction en esclavage du peuple allemand pour plusieurs générations ». Le même point de vue est exprimé par les communistes qui expliquent que l’impérialisme fait supporter le poids des réparations au prolétariat allemand. Les manifestations de joie provocatrices au moment du départ des Français ne sont en rien faites pour apaiser le climat. La question des minorités, que l’Allemagne agite à la SDN dès 1928, fragilise les États d’Europe centrale et donc le système d’alliance de la France. L’attitude réservée de l’Allemagne à l’égard du mémorandum Briand, qui, pour son auteur, doit assurer la sécurité du continent européen, amène la France à se méfier encore davantage du Reich. Une inquiétude renforcée par les succès électoraux des nazis, le 14 septembre 1930 ! Dès lors les soutiens accordés par le gouvernement français à certaines actions de réorganisation économique, son opposition à d’autres projets doivent être lus en fonction de considérations diplomatiques et politiques3.

  • 4 Deutsche Reichsbank, R. 2501/5894.

5La France veut enlever toute possibilité à l’action allemande en Europe centrale et du Sud-Est. Paris voit d’un bon œil les tentatives de fronts économiques régionaux qui se constituent sous l’égide de ses alliés. La formation d’un bloc agraire des États de l’Europe centrale et orientale est l’occasion de concevoir une Petite Entente économique qui bloquerait toute possibilité d’action allemande dans cette partie de l’Europe. À cette logique répond la conférence de Sinaïa (août 1930). Roumanie et Yougoslavie s’y sont en effet entendues sur des actions communes et ont décidé d’y associer les Tchécoslovaques. Les deux puissances appuient également la participation de Prague à la conférence de Varsovie à la fin du mois d’août 1930. En décidant de renoncer à une concurrence sauvage, en envisageant des organismes communs et des échanges complémentaires avec la Tchécoslovaquie, les deux États agraires de la Petite Entente jettent les bases d’un espace économique qui ne peut que renforcer une collaboration qui existe dans le domaine politique et militaire. La formation d’un bloc agraire renforce alors la stabilité du continent. Elle donne un atout supplémentaire contre le révisionnisme multiforme. Dans cette tentative de réorganisation de l’Europe centrale une part méritoire du travail revient également à la Pologne. Si les objectifs économiques sont évidents au regard de la crise polonaise (cf. le manque à gagner lié au recul des exportations de seigle et de charbon), les objectifs politiques sont loin d’être absents dans les desseins polonais. Le marché balte, par exemple, est alimenté par des céréales polonaises. L’élaboration d’un système d’échanges préférentiels permettrait à Varsovie d’étendre son influence dans la zone baltique. La Pologne utiliserait son poids dans la région pour d’abord régler en sa faveur le différend avec la Lituanie. Ce bloc, s’il se constitue, contient indéniablement une pointe anti-allemande et anti-soviétique. Cela explique la logistique que Varsovie fournit au bloc agraire et l’importance des initiatives qu’elle prend à l’automne 1930 pour organiser un front dans les conférences économiques. Dès lors, les participants aux différentes réunions des États agricoles, parlent « d’entente cordiale économique », voire « d’entente cordiale de l’Est européen4 ». Encadrée par les alliés de la France, l’entente ne peut que donner satisfaction à Paris car son existence garantirait le statu quo à l’est. L’économique fournirait ainsi la base d’une action politique : la constitution d’un « Locarno oriental au rabais ». La même logique se retrouve derrière la gestation d’un ensemble balkanique qui n’en est qu’à ses balbutiements à la fin de l’année 1930. Ces desseins souffrent cependant de certains handicaps.

  • 5 Sur tous ces litiges, voir Résumé mensuel des travaux de la Société des Nations, vol. X 1930 et XI (...)

6Les rivalités ne manquent cependant pas au sein de ce bloc agraire en gestation. La question des minorités occupe en effet une place de choix dans les craintes de certains États ou dans les espérances des autres. La question macédonienne peut à tout moment interrompre le dialogue balkanique, comme la question des minorités hongroises est susceptible de faire échec au regroupement des États agricoles. Des États sont englués dans des conflits de voisinage qui laissent des possibilités de manœuvre aux adversaires du statu quo. On peut évoquer le conflit polono-lituanien qui attire l’attention de la SDN en 1930-1931. Les violations de frontières sont évidentes et la Pologne interdit le transit des produits lituaniens. La région est instable dans son ensemble, car la même Lituanie viole l’autonomie du Territoire de Memel, ce qui provoque le mécontentement allemand5. Cette situation explique pourquoi Varsovie cherche à prendre la tête d’une entité balte et utilise à cette fin les perspectives économiques qui se présentent. L’instabilité peut à terme remettre en cause les frontières nationales de la Pologne, ce dont le gouvernement polonais ne veut en aucun cas. D’autres litiges opposent les pays de l’espace centre-européen. États « mixtes » et États à dominante agraire n’ont pas les mêmes intérêts. Les premiers (cas de la Tchécoslovaquie) sont condamnés à installer des droits protecteurs pour l’agriculture, les seconds à en réclamer l’abolition. La complémentarité n’est possible que si les économies occidentales absorbent l’excédent céréalier. Un coup de pouce extérieur est alors nécessaire pour remédier aux difficultés économiques de la région. Il peut permettre à la puissance qui saura le donner d’y obtenir une influence prépondérante.

7Sur ce plan force est de constater que la France déçoit quelque peu les espoirs mis en elle. Confronté à la pression de ses propres milieux agricoles, le gouvernement français n’est pas disposé à faire un effort pour venir en aide à l’exportation des pays d’Europe centrale. S’il est favorable au principe du régime préférentiel, il se déclare en revanche incapable d’importer des céréales européennes. La position française peut se comprendre au regard de la suffisance alimentaire que lui procure sa propre agriculture et de la nécessité dans laquelle elle se trouve d’assurer des débouchés à ses denrées coloniales. Cette situation lui interdit peut-être d’agir sur ce plan. Mais la France est aussi saisie d’une autre demande. La demande d’organisation d’un crédit agricole pour des prêts à long et à moyen terme ne peut qu’intéresser Paris, dont les réserves financières sont importantes. Elle ouvre la voie à l’arme financière. Dans ce domaine, la France fait cependant preuve de la même frilosité que face au problème évoqué précédemment. Soucieuses de préserver une précieuse manne pour d’éventuels mauvais jours, craintives face à des prêts dont les garanties sont en contrepartie faibles, les autorités françaises se rallient à la démarche de la constitution d’un institut international de crédit sous les auspices de la SDN. Dorénavant le temps et les intérêts contradictoires de toutes les parties prenantes de l’opération jouent contre Paris. Faute d’avoir pris le risque d’organiser seule le sauvetage de cette partie de l’Europe, alors qu’elle en a les moyens financiers, la France ramène en jeu les puissances qui entendent se servir de l’opportunité de la crise et de l’action collective pour réviser le statu quo.

Des coopérations au service de la révision

  • 6 Reichsbank R. 2501/5894.

8L’organisation d’un front des pays agricoles d’Europe orientale et centrale sous la domination des alliés de la France ne peut pas ne pas inquiéter l’Allemagne. Au moment de la réunion de la conférence de Varsovie en août 1930, les responsables allemands s’interrogent sur les objectifs réels de la Pologne. Ne veut-elle pas, par exemple, étendre son hégémonie sur les pays limitrophes, voire même sur la Petite Entente ? Les milieux de l’Auswärtiges Amt insistent sur le fait que si Varsovie réussissait un tant soit peu à lier les pays de l’Est européen « les conséquences seraient lourdes sur le plan politique et économique, comme dans les perspectives d’une Petite Entente économique au Sud-Est6 ». Ce bloc agraire aura, pense-t-on à Berlin, « l’Allemagne comme partenaire ou sera alors dirigé contre elle ». Mais dans le même temps, les responsables allemands perçoivent dans la formation d’un tel bloc la possibilité d’une action. La Wilhelmstrasse pense que la Pologne craint les perspectives ouvertes par Briand. Le projet paneuropéen pourrait conduire à une révision des frontières. Le bloc des pays agricoles serait alors utilisé comme moyen de lutte contre le révisionnisme allemand. Varsovie ne manque pas de griefs contre Berlin. Depuis 1928 la question des minorités ouverte par le Reich à la SDN embarrasse les autorités polonaises. Depuis peu le Reich souhaite que la ville de Dantzig soit invitée à participer aux conférences genevoises et à la CEUE. Dans le domaine économique, les deux pays n’arrivent pas à mettre au point un traité commercial et le protectionnisme allemand gêne considérablement les exportations polonaises. « Cette Pan Europe de l’Est » handicaperait sérieusement les desseins révisionnistes allemands. L’initiative appelle une réaction de la part de Berlin.

  • 7 In PAAA – Bonn, R. 118 565.

9L’Allemagne n’a d’autres objectifs que d’affaiblir la conception française de la sécurité, que de désorganiser la « belle machine » française avec des moyens économiques. Dès la mise en route du plan Young, servi par l’hostilité de l’opinion publique, le gouvernement du Reich envisage déjà de le mettre en cause. Tout en reconnaissant que la situation nouvelle créée par le plan rend la tâche plus difficile (la BRI est un organe de coopération entre les banques centrales qui peut stabiliser le crédit international), les autorités estiment cependant avoir une marge de manœuvre. Il s’agit de faire accréditer le fait que les barrières douanières qui existent en Europe freinent les exportations allemandes et par conséquent privent le Reich de moyens de paiement indispensables au règlement des réparations. Aux pays créanciers de manifester une compréhension pour les demandes commerciales allemandes ! Si Paris, par exemple, n’est pas disposée à accorder des capitaux à Berlin, il faut présenter l’attitude française, « comme un acte de sabotage du nouveau plan ». Trendelenburg, secrétaire d’État au Reichs-Wirtschaftsministerium, fixe dans un courrier du 21 juin 1930, l’attitude que les délégations allemandes doivent maintenant adopter : « il faut préparer l’opinion nationale et internationale à l’impossibilité de l’application du nouveau plan dans toutes les réunions internationales où cela est possible7 ».

10De la même façon, il s’agit de bloquer la conception de l’Europe centrale française et de laisser la porte ouverte à ses propres solutions. La crise des pays céréaliers de l’Europe permet aux Allemands d’abattre leurs cartes. Dès la conférence d’action économique concertée de novembre 1930, le Reich se prononce pour le système des échanges complémentaires. Celui-ci constitue un premier pas vers une Mitteleuropa germanique. Pour les responsables allemands, le Reich doit être le partenaire industriel de cette partie de l’Europe. Celle-ci souffre de carences d’équipements que l’Allemagne satisferait par la vente de ses productions de biens fabriqués. Si cela lui était concédé, elle achèterait alors le surplus agricole de ces pays. La proposition allemande est renouvelée en février 1931 à la conférence agricole de Paris. Elle est éminemment politique, car la complémentarité des échanges que le système proposé par le Reich institue, est le point de départ d’un GrossWirtschaftsraum au cœur du système français en Europe centrale. Et si beaucoup d’États de la région se méfient de la politique allemande, combien de temps peuvent-ils encore résister aux sirènes d’un Reich dont les projets pourraient être synonymes d’allégement de la crise ?

  • 8 Reichsbank R. 2501/5894.

11Berlin a des atouts politiques dans la zone. La récente orientation de la politique autrichienne donne satisfaction à l’Allemagne. En signant avec le Duce un pacte d’amitié en février 1930, la petite république autrichienne s’affirme dorénavant comme un acteur de la politique européenne. L’évolution ne peut que plaire à l’Allemagne, car la souveraineté autrichienne a été portée à bout de bras dans la décennie précédente par les vainqueurs de 1918 (cf. l’aide financière internationale accordée à ce pays pour préserver son indépendance). Vienne choisit dorénavant le rapprochement avec une autre puissance révisionniste de l’heure : l’Italie. Mais pour Berlin, ce rapprochement avait encore une autre saveur. En esquissant ce pas vers Mussolini, l’Autriche signifie son refus de toute fédération danubienne. « Une hélvétisation de l’Autriche » dans le cadre d’un regroupement des États danubiens n’étant plus à l’ordre du jour pour l’Allemagne, les portes sont ouvertes pour un nouvel aménagement de l’ordre européen dans cette zone8. La marge de manœuvre que Vienne vient de retrouver lui permet d’envisager en 1931 le projet d’union douanière austro-allemande, prélude à l’union politique. Curtius et Schöber placent d’ailleurs leurs propositions dans le droit fil de la perspective ouverte par Briand, l’entente régionale de deux États souverains comme première étape d’une fédération plus importante. Elle donne à l’Allemagne quelle que soit son issue les clefs de la Mitteleuropa. Un succès aboutirait à constituer le noyau du futur espace complémentaire. Un échec laisse toujours au Reich la possibilité – à moins qu’on le contrecarre fermement dans ses intentions – d’y parvenir par des accords bilatéraux entre des économies nationales complémentaires.

  • 9 Voir Milza P., Berstein S., Le fascisme italien 1919-1945, Seuil collection points, 1980.

12Il faut cependant compter avec les intentions révisionnistes de deux autres puissances intéressées à l’obtention d’une influence dans la zone. L’Italie, tout d’abord, considère l’accord signé avec Vienne comme la continuation d’une politique entamée en 1926. En réussissant à passer un accord en 1926 avec le gouvernement roumain d’Averescu, le Duce montre les limites de la Petite Entente. Le rapprochement avec la Hongrie en 1927, puis l’établissement du protectorat sur l’Albanie isole la Yougoslavie. L’État des Serbes, des Croates et des Slovènes est ensuite confronté au dialogue fructueux entre l’Italie et la Bulgarie. Cela permet au Duce de faire peser la question macédonienne sur son voisin. Le traité d’amitié avec Vienne se situe pour Rome dans une logique de réaménagement européen. Mussolini entend peser sur le destin de cette zone et la réunion agraire de Belgrade en novembre 1930 (du 10 au 12) montre que l’Italie n’est pas disposée à laisser un accord se concrétiser dans la région danubienne sans y être associée. Ses interventions à Genève condamnent toute forme de coopération multilatérale pour préférer des accords économiques bilatéraux en bonne et due forme. L’adversaire italien dans la région n’est paradoxalement pas l’Allemagne à ce moment, mais la France avec laquelle les points de friction ne manquent pas par ailleurs (cf. Tunisie). Pour s’en convaincre, il suffit d’observer la réaction réservée de l’Italie au moment du projet d’union douanière austro-allemand. Celui-ci, pour le Duce, favorise l’ambiance de révision des traités et peut par conséquent servir les desseins de Rome. Ce n’est que deux mois plus tard qu’il prend conscience du danger que représente cette initiative pour l’Italie9.

  • 10 Sur les relations franco-soviétiques se reporter à : Mourin Maxime, Les relations franco-soviétique (...)
  • 11 Reichsbank, R. 2501/5894.
  • 12 Télégramme Von Dirksen à A.A. du 7 février 1931, in PAAA – Bonn, R. 31 496 K (I), Politische Bezieh (...)
  • 13 Sur les ombres de la relation germano-soviétique, voir le dossier R. 31 496 K (I) du PAAA – Bonn et (...)

13L’autre puissance qui n’accepte pas « l’ordre hégémonique français » dans la région, c’est l’URSS. En juin 1930, Staline qualifie la France de « pays le plus agressif et le plus militariste de tous les pays les plus agressifs et militaristes du monde »10. L’hostilité est criante depuis les échecs répétés d’un règlement franco-soviétique sur fond d’emprunts russes. Même si l’URSS a adhéré au pacte Briand-Kellog, même si, par le protocole Litvinov, elle a en 1929 (le 9 février) accordé la garantie contenue dans le pacte à ses voisins sans attendre le nombre voulu de ratifications, la France n’oublie pas pour autant l’opposition soviétique au plan Young et aux réparations allemandes. La diplomatie soviétique critique toujours ce cordon sanitaire aux bottes de la France, même si avec le protocole Litvinov, elle ne risque théoriquement plus rien de ce côté. Les autorités françaises dénoncent, quant à elles, la pratique du dumping que le régime soviétique utilise dans ses rapports avec l’occident. Un décret antidumping, pris le 3 octobre 1930, ferme le marché français aux produits primaires soviétiques. Une guerre commerciale se poursuit alors entre les deux pays, l’URSS annulant le 20 octobre 1930 certaines commandes passées en France. Dans la tentative d’organisation de l’Europe centrale et orientale sous les auspices de la France, Moscou voit une action dirigée contre elle. L’initiative polonaise de la conférence agricole de Varsovie est ressentie par les dirigeants soviétiques comme une opération « concertée et ordonnée pour se défendre des exportations russes de céréales11 ». L’URSS n’a donc aucune raison de ne pas poursuivre le dialogue inauguré en 1922 à Rappallo avec le Reich Allemand. Allemagne, Union Soviétique et Italie sont ainsi des alliés objectifs dans cette rivalité avec Paris pour empêcher à travers la CEUE, la coopération économique et la formation d’un bloc agricole, le maintien d’un statu quo qu’elles considèrent contraire à leurs intérêts. Cela explique l’insistance des Allemands et des Italiens à faire admettre l’URSS au sein de la CEUE, en janvier 1931. L’invitation adressée à Moscou en février 1931 apparaît comme une victoire du Reich face à la France qui a tenté d’éviter un tel état de fait. Molotov lui-même confie à l’ambassadeur allemand à Moscou, Von Dirksen, qu’il se réjouit de la collaboration qu’il va mettre en place avec l’Allemagne12. Les échanges germano-soviétiques sont fructueux à bien des égards. Sur le plan militaire la collaboration se poursuit et la Reichswehr profite amplement des possibilités offertes par Rappallo. Sur le plan économique, l’Allemagne est de loin le premier partenaire de l’URSS (pratiquement la moitié du commerce soviétique se fait avec l’Allemagne en 1931). Sur le plan politique, les deux pays font de la lutte contre l’hégémonie française une priorité. Moscou améliore ses relations avec l’Italie et souhaite un désarmement de la France. Mais le temps n’est cependant pas au beau fixe. L’Allemagne n’est pas disposée à accorder des crédits commerciaux à l’État soviétique en 1930. Ce qui inquiète le gouvernement communiste, c’est le succès nazi aux élections de septembre 1930. Il ne voit pas d’un bon œil la tentative d’union douanière austro-allemande de mars 1931. Cela laisse une mince chance à Paris13.

14Au total, Allemagne, Italie et URSS sont décidées à utiliser la crise pour battre en brèche la position française en Europe centrale et orientale. Toute tentative d’organisation qui porterait de près ou de loin la marque de la France ou de ses alliés est combattue. Ce conflit pour la prépondérance en Europe centrale est également lié à une orientation moins européenne de la diplomatie britannique. Les pays libre-échangistes, sans leur chef de file, n’ont alors qu’un faible poids diplomatique.

Le Royaume-Uni et les affaires européennes

15Le gouvernement travailliste qui s’installe aux commandes à Londres en juillet 1929 cherche à réhabiliter l’Allemagne comme puissance sur le continent européen. Pour Henderson, le nouveau responsable du Foreign Office, il s’agit de compenser la position dominante de la France. Les premières initiatives de l’équipe de Mac Donald ne trompent guère. À la conférence de La Haye, les Britanniques font pression en faveur d’une évacuation anticipée des zones d’occupation françaises en Allemagne. En septembre, après le discours de Briand, les ministres du Royaume-Uni (Henderson et Graham, au commerce extérieur) veillent à encadrer l’initiative française. Opposée à toute zone européenne de préférences, de libre-échange, la Grande-Bretagne cherche, par sa proposition de trêve douanière soumise à la SDN, à placer les négociations entre Européens dans un cadre mondial. Londres a peur d’une Europe française éventuellement dirigée contre les États-Unis. Mais la vision planétaire de la diplomatie britannique s’explique aussi par la réalité impériale et les intérêts économiques de la métropole.

  • 14 Cf. Marx Roland, La Grande-Bretagne…, op. cit.

16En deux conférences navales (Washington en 1922 et Londres en 1930), la Grande-Bretagne a perdu sa suprématie sur les mers. Incapable d’assurer seule la sécurité de toutes les routes maritimes vitales de l’Empire, Londres ménage les États-Unis, éventuels alliés en cas de menaces sur des joyaux de la couronne (la menace japonaise se précise en Extrême-Orient). Les affaires européennes sont alors en passe d’être reléguées au second plan, d’autant qu’en 1924 les Dominions ont fait part de leur volonté de ne plus être engagés dans un conflit intereuropéen. Une analyse de ces données conduit à montrer que le Royaume-Uni a désormais intérêt à privilégier l’unité de l’Empire. Les tensions ne manquent pas, comme les cas de l’Inde et de la Palestine le montrent. Des conférences impériales accordent de plus en plus d’autonomie à des Dominions qui ne remettent pas en cause leurs liens avec la couronne britannique14.

  • 15 Discours de Tardieu, le 13 novembre 1930, in Journal Officiel du 14 novembre 1930, p. 3390.
  • 16 D’après correspondance entre Hoesch (Amba. Paris) et A.A. en décembre 1930 et entrevue Curtius-Kell (...)

17Au moment où l’Angleterre détend ses relations avec le continent, les États-Unis se désintéressent eux aussi davantage du sort de l’Europe. Les investissements américains se sont raréfiés et les capitaux placés à court terme progressivement rapatriés. Le tarif Smoot-Hawley appliqué à partir de juin 1930 ferme l’Amérique aux produits européens. Le repli des anglo-américains gêne certains États. Tardieu rappelle par exemple devant la Chambre des députés (en novembre 1930), que « l’attente des résultats de la conférence impériale retarde (pour ce qui est de la réorganisation européenne) les dispositions de chacun ». Le responsable français, en songeant à l’Europe centrale, espère le concours anglais contre les menaces révisionnistes qui ne manqueraient pas de surgir si la coopération ne sauvait pas cette partie du continent15. D’autres pays caressent en revanche d’autres espoirs. L’Auswärtiges Amt se rallie à une proposition émise en privé par Lord Tyrell, à la fin de l’année 1930 : amener Hoover à convoquer une conférence économique internationale à Washington. Ce qui séduit Curtius dans ce projet, c’est la possibilité pour le Reich de reposer la question des réparations. Le 14 décembre 1930, lors d’une rencontre à l’ambassade américaine de Berlin, avec Kellog, le ministre allemand suggère la tenue en 1931 d’une conférence hors SDN voulue par les Américains. On pourrait y évoquer les questions du désarmement, de la distribution des capitaux à travers le monde et de l’approfondissement du pacte Briand-Kellog. Mais Berlin ne veut pas rédiger une demande officielle accompagnée d’un mémorandum comme le souhaite le secrétaire d’État américain. Washington n’a pas pour l’instant l’intention de se mêler des affaires européennes, même si ses positions sur le désarmement témoignent de la compréhension à l’égard des positions de Berlin16.

  • 17 Intervention à la CAEC en novembre 1930.

18Le retrait britannique du continent, illustré encore une fois par l’attitude réservée de Londres au moment du projet d’union douanière austro-allemande, fragilise aussi les partenaires libre-échangistes du Royaume-Uni. Les laissant à eux-mêmes, la Grande-Bretagne les pousse à adopter la stratégie de l’îlot libéral. Hymans la définit lorsqu’il explique qu’« on pourrait se borner à unir les États qui ont des conditions économiques similaires et qui veulent entrer dans les voies tracées par la conférence économique (de 1927)17 ». Ce bloc, dont l’objectif reste la suppression des entraves au commerce, agglomérerait des pays économiquement proches. Après l’échec de la conférence d’action économique concertée de novembre 1930, ce groupe s’organise avec la convention d’Oslo en décembre 1930. Peut-il servir de modèle ? et surtout a-t-il un poids sur le cours des événements en Europe ? Sa faiblesse a pour l’Europe centrale les mêmes effets que le repli britannique. Elle la laisse face à quatre puissances : l’Allemagne, l’Italie, l’URSS et la France.

* * *

19La réalité de la crise pèse différemment sur les États européens. Au centre dépressif par excellence constitué par l’Europe centrale et orientale fait face une zone mieux épargnée à l’Ouest du continent. La réponse à la crise est primordiale pour sauver la cohésion sociale de ces États souvent récents et conforter leur indépendance. La coopération « entre les deux Europes » pourrait aussi marquer le début de « ces États-Unis d’Europe » qu’évoquent certains discours. La situation de l’Europe centrale offre cependant l’opportunité aux puissances de poursuivre des objectifs diplomatiques nationaux.

20Les formes de collaboration économique envisagées répondent alors à des visées politiques : créer l’Europe de ses intérêts.

21L’organisation d’une fédération danubienne, sous l’autorité de la Petite Entente, ou d’un plus vaste ensemble avec la Pologne, comblerait une diplomatie française qui bloquerait toute tentative allemande vers le Sud-Est. Elle recueille l’assentiment de ces États satisfaits par l’ordre de Versailles. Le système de complémentarité que préconise l’Allemagne jetterait les bases d’une Mitteleuropa économique, support d’une influence politique accrue de Berlin dans une région où le Reich a des ambitions de révision. L’Italie et l’URSS ne veulent pas être en reste. Rome rêve d’être la puissance danubienne et Moscou de s’affranchir de ce qu’elle considère comme une menace : le cordon sanitaire. Cette instrumentalisation de la crise et de la coopération est également une conséquence des replis britannique et américain qui laissent face à face les partisans et adversaires du statu quo. L’avenir semble hypothéqué par cet affrontement auquel les États libéraux de l’îlot qui s’est constitué à Oslo pourront difficilement échapper.

Notes

1 Bariety Jacques, « le projet d’Union européenne d’Arsistide Briand », in Soutou G.-H., Berenger J., L’ordre européen…, op. cit., p. 37 et suiv.

2 Knipping Frantz, Deutschland, Frankreich und das Ende der Locarno Ära. Studien zur internationalen Politik in der Angfangsphase der Weltwirtschaftskrise, Oldenburg, München, 1987.

3 Sur ces questions franco-allemandes, voir : Poidevin Raymond, Bariety Jacques, Les relations franco-allemandes 1815-1975, A. Colin, 1977 et Poidevin Raymond, L’Allemagne et le Monde au xxe siècle, Masson, 1983.

4 Deutsche Reichsbank, R. 2501/5894.

5 Sur tous ces litiges, voir Résumé mensuel des travaux de la Société des Nations, vol. X 1930 et XI 1931.

6 Reichsbank R. 2501/5894.

7 In PAAA – Bonn, R. 118 565.

8 Reichsbank R. 2501/5894.

9 Voir Milza P., Berstein S., Le fascisme italien 1919-1945, Seuil collection points, 1980.

10 Sur les relations franco-soviétiques se reporter à : Mourin Maxime, Les relations franco-soviétiques 1917-1967, Payot, Paris, 1967 et Scott William, Le pacte franco-soviétique alliance contre Hitler, Payot, Paris, 1965.

11 Reichsbank, R. 2501/5894.

12 Télégramme Von Dirksen à A.A. du 7 février 1931, in PAAA – Bonn, R. 31 496 K (I), Politische Beziehungen Russland zur Deutschland.

13 Sur les ombres de la relation germano-soviétique, voir le dossier R. 31 496 K (I) du PAAA – Bonn et surtout entrevue entre Curtius et Litvinov à Berlin, le 3 novembre 1930 dont le compte rendu figure dans ce dossier.

14 Cf. Marx Roland, La Grande-Bretagne…, op. cit.

15 Discours de Tardieu, le 13 novembre 1930, in Journal Officiel du 14 novembre 1930, p. 3390.

16 D’après correspondance entre Hoesch (Amba. Paris) et A.A. en décembre 1930 et entrevue Curtius-Kellog, à Berlin le 14 décembre 1930 in PAAA – Bonn, R. 118 555, Weltwirtschaftskonferenz in London 1933, von Dezember 1930 bis 3. September 1932.

17 Intervention à la CAEC en novembre 1930.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable