Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’impossible Fédération Économique Européenne ?

Chapitre VII

L’ascension des groupements régionaux

Texte intégral

1L’échec de l’action collective s’explique partiellement par la montée d’ensembles régionaux. Il n’en fait que renforcer le poids, dans la mesure où chaque difficulté encourage les États à se recroqueviller sur eux-mêmes. Les chapitres précédents font apparaître un continent au sein duquel émergent trois grandes zones : celle des États agraires de l’Europe du Centre et de l’Est, celle de l’Europe libérale de l’Ouest et celle, peu homogène, de puissances protectionnistes comme la France, l’Allemagne et l’Italie.

2Chaque groupement régional tente de s’organiser au cours de l’année 1930-1931 et, par là même, veut peser dans un sens favorable aux intérêts des pays qui le composent. À y regarder d’un peu plus près, on décèle aussi des sous-ensembles au sein de chaque groupe. Cette géographie est particulièrement mouvante et les premiers pas de ces « ententes régionales » peuvent conduire à des formes d’organisation dangereuses à terme pour l’équilibre européen.

Le front des pays agraires de l’Est et du Sud-est européen

3Dans la perspective des conférences internationales de l’automne 1930, les pays agricoles de l’Europe danubienne et orientale essayent de mettre en place un front commun afin de parler d’une seule voix lors de ces manifestations. Des positions communes sont arrêtées en août 1930 à Varsovie, puis en octobre et novembre 1930 successivement à Bucarest et à Varsovie. Mais les intérêts différents de certains pays conduisent à des conférences restreintes. Autour des Balkans, on pense même à une forme d’organisation spécifique.

De Varsovie à Varsovie (août-novembre 1930)

  • 1 La Reichsbank s’est constituée d’importants dossiers sur l’ensemble de ces conférences. Cela témoig (...)
  • 2 Cité par la Germania, 31 août 1930, article : « Eine wirtschaftliche Entente Cordiale des Ostens ?  (...)

4La conférence agraire qui s’ouvre à Varsovie, le 28 août 1930, répond à plusieurs objectifs1. Elle cherche d’abord à s’entendre sur une meilleure organisation de la production. Ce qui fait défaut – et cela explique les différences de prix entre l’industrie et l’agriculture – c’est une nécessaire cartellisation de l’agriculture. Pour y parvenir, les pays agraires doivent étudier les conditions d’une ouverture de leurs marchés réciproques. Comment, par exemple, ne pas envisager une organisation des transports ? On passe dès lors à un autre objectif qui, au-delà de la rationalisation de la production, conduit à l’organisation d’une région. Cela se voit également dans le désir affiché d’éviter une concurrence interne préjudiciable et de mettre en place des consultations régulières. Les deux jours de débats conduisent à des résultats notoires. Le front se constitue petit à petit, car les pays présents à Varsovie (Pologne, Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie, Hongrie, Estonie, Lettonie, Tchécoslovaquie et un observateur finnois) décident de se retrouver à Genève dans une organisation unique lors des débats sur les questions économiques. Les États s’accordent la clause de la nation la plus favorisée pour le commerce des produits agricoles. Une résolution prévoit la constitution d’un organisme central. Leur action concertée à Genève vise à obtenir une convention pour la limitation des restrictions à l’exportation. Les États donnent corps à une commission spéciale qui doit réfléchir à des conditions communes pour l’institution d’un crédit agricole à mettre en place avec la SDN. Un Office d’information et d’harmonisation des questions agricoles est créé à Varsovie et les représentants des États conviennent de se retrouver une fois par an dans ce type de conférence. L’optimisme est de rigueur lorsque la conférence se sépare le 30 août 1930 ; en effet, en trois jours de travaux, on avait, selon un responsable polonais fait « le premier pas vers le bloc agraire des pays de l’Est2 ».

  • 3 Archives SDN, doc. 2e conf./AEC/9, Protocole de la conférence des experts agricoles du Centre et du (...)
  • 4 SDN, doc. 2e conf./AEC/10, Propositions soumises par Manoilesco au nom de la Pologne, de la Yougosl (...)

5Les experts des mêmes pays se retrouvent à Bucarest du 18 au 20 octobre 1930. L’œuvre commencée à Varsovie y est poursuivie. Un Comité permanent d’études économiques est institué et se charge dorénavant d’envoyer à tous les pays représentés les informations statistiques sur les questions agricoles. L’organisme est invité à collaborer à cette fin avec l’Institut International à Rome. Chaque pays se propose ensuite de lancer nationalement une étude sur le crédit agricole, étude qui servira de base de discussion à une réunion d’experts prévue en novembre 1930. Des institutions, qu’il s’agit de créer, devraient coordonner les exportations des différents pays et conclure des accords internationaux. L’idée de la cartellisation de l’agriculture a fait son chemin. Deux recommandations sont ensuite transmises aux différents gouvernements, à charge pour eux de leur donner suite ou non dans les instances internationales. La première invite les États à ne pas se rallier à la mise en vigueur de la convention du 24 mars 1930 aux conditions prévues. La seconde découle de la précédente : l’invitation à réfléchir à un système de traitement préférentiel3. C’est l’origine directe de la résolution déposée le 19 novembre 1930 à la CAEC par Manoilesco, au nom de la Hongrie, de la Yougoslavie, de la Roumanie, de la Pologne et de la Bulgarie. Elle demandait un régime préférentiel exceptionnel pour les céréales4.

  • 5 SDN, doc. n° C. 149. M. 48. 1931. II. B., p. 256 et suiv.

6Une autre réunion, à nouveau à Varsovie, peu de temps avant l’ouverture de la conférence d’action économique concertée, s’est penchée sur le problème du crédit agricole. Ses travaux (du 10 au 13 novembre 1930) débouchent sur un « mémorandum consacré au crédit agricole à moyen terme » transmis à la SDN et proposé au débat lors de la CAEC5. Celui-ci rappelle que la solution de la crise agricole passe par le règlement du problème du crédit. Les experts réunis en Pologne se penchent principalement sur le cas du crédit à moyen terme, qu’ils souhaitent complémentaire aux autres formes, comme le crédit à court terme ou le crédit hypothécaire à long terme. Le prêt à moyen terme envisagé à Varsovie servirait essentiellement à des buts productifs : rationalisation de la production, diminution des coûts, organisation de l’écoulement, amélioration de la qualité. Il revêtirait deux formes, à savoir des sommes destinées soit au fonds de roulement des exploitations, soit aux investissements. Les capitaux engagés seraient exigibles dans un délai de 2 à 5 ans et leur utilisation contrôlée par un institut local. Les garanties proviendraient d’hypothèques. L’ensemble de la proposition est soumise à la conférence économique de novembre 1930 et connaît le sort indiqué précédemment. Une étude est en cours à la SDN, Comité financier et CEUE en étant saisis. En revanche pour ce qui est du régime préférentiel des céréales, on est loin d’être aussi avancé.

  • 6 Voir Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R. 2501/5894.
  • 7 Ibid., R. 2501/5894, Abschluss der Konferenz von Sinaia.

7Si le front des pays agraires donne l’impression d’avoir assez rapidement trouvé un terrain d’entente, il le doit à certains pays qui ont joué dans l’organisation un rôle moteur. La Pologne indéniablement a pris une part active dans les travaux. D’abord, elle a mis à la disposition de ses partenaires son ministère de l’agriculture, non seulement pour la tenue des conférences, mais aussi pour la fourniture de toute la logistique docu-mentaire. Elle est à l’origine de la constitution du Comité d’études dont elle élabore les statuts et qu’elle abrite. Elle lance, avec ses experts les grandes études statistiques, et propose certains organismes qu’elle a créés, comme celui du contrôle des exportations, en modèle aux pays agraires. Mais l’initiative de ce type de conférences revient au trio constitué par la Yougoslavie, la Hongrie et la Roumanie qui se sont retrouvées en été 1930 à Bucarest (le 24 juillet) pour répondre en commun au questionnaire de la SDN et envisager le principe du régime préférentiel pour leurs productions agricoles6. Dans la foulée de cette manifestation, représentants roumains et yougoslaves se réunissent à Sinaïa (début août 1930). Ils se déclarent prêts à obtenir immédiatement un traitement préférentiel pour leurs productions et veulent se battre pour le mettre en vigueur bien avant la conclusion d’accords généraux avec les pays agraires. Les experts des deux pays s’engagent à arrêter à cette fin un calendrier de mesures et à le communiquer aux partenaires d’Europe centrale et orientale. Enfin on convient de la nécessité d’un modus vivendi entre les deux États. Il concernerait la concession d’avantages mutuels dans les échanges, la volonté de s’abstenir de se concurrencer inutilement à l’exportation et la mise en place éventuelle d’organes communs7. Quand on sait que les deux gouvernements se proposent également d’informer le gouvernement tchécoslovaque des résultats de la conférence et de l’inviter à venir s’associer, comme état mixte – c’est-à-dire à la fois agricole et industriel – aux travaux ultérieurs, on mesure le poids que la Triple Entente veut prendre dans la réorganisation de l’Europe centrale et danubienne. Mais la Roumanie et la Yougoslavie sont également concernées par la tentative de regroupement balkanique qui s’esquisse au même moment.

Les conférences balkaniques

  • 8 Deutsche Reichsbank, R. 2501/4947, Balkan Länder, Band 1, Gemeinsame Fragen, Oktober 1930-Juni 1936

8Réunie du 5 au 13 octobre 1930 à Athènes, la première conférence balkanique regroupe les représentants de la Grèce, de la Bulgarie, de l’Albanie, de la Turquie, de la Roumanie et de la Yougoslavie8. Ses préoccupations sont d’abord politiques, dans la mesure où les participants évoquent la concrétisation de l’idée du Locarno balkanique, lancée dès 1926 à la suite du conflit frontalier gréco-bulgare. Les dimensions économiques ne sont cependant pas absentes du débat. Un vent d’optimisme balaie la réunion d’Athènes et les puissances présentes envisagent la possibilité d’une union monétaire balkanique, avec une devise balkanique et une banque des Balkans. D’autres projets, moins utopiques, sont esquissés, comme celui d’une union postale de l’Europe du Sud-Est.

  • 9 Cité par Le Temps 12 octobre 1930.
  • 10 Deutsche Reichsbank, R. 2501/4947.
  • 11 Ibid.

9À la séance du 11 octobre, les États abordent le problème des communications dans l’espace balkanique, car la zone reste le talon d’Achille de l’économie européenne. On rend responsable de ce retard économique l’extrême morcellement de la péninsule. Les résolutions adoptées ce jour-là visent à remédier à cet handicap. Elles préconisent le raccordement des réseaux ferroviaires et routiers de la région, l’aménagement des ports balkaniques et la coordination des services aériens. Une ligne balkanique (voie ferrée et aérienne) est envisagée de l’Adriatique à la mer Noire. Enfin, à côté de l’union postale déjà mentionnée, on prévoit de lancer une fédération du tourisme commune à tous les États9. Mais ces décisions peuvent-elles être couronnées de succès quand, pour préserver la souveraineté des participants, la conférence s’est ralliée dès l’ouverture de ses travaux au principe du caractère non obligatoire des résolutions ? L’optimisme est cependant de rigueur lorsque les délégués se quittent le 13 octobre 1930, dans une séance symbolique tenue à Delphes. « L’union, y affirment-ils, est le seul idéal nouveau de tous les peuples des Balkans ». Les nations balkaniques promettent ensuite de se retrouver, en 1931, dans un autre lieu de mémoire : Istanbul10. Elles se réunissent cependant rapidement en janvier 1931 (le 30) à Salonique où elles décident de se doter d’un Comité exécutif, chargé de faire progresser les différents chantiers. Les obstacles restent éminemment politiques11.

10Au bout du compte, force est d’admettre que les intérêts économiques semblables ont grandement favorisé la mise au point de revendications communes. De ce catalogue de mesures exigées sortent également des perspectives d’organisations régionales. Elles confèrent une dimension politique à ces groupements en gestation. (v. chap. suivant). Les difficultés à obtenir des avancées significatives dans des domaines comme celui du traitement préférentiel témoignent également de la capacité de résistance de pays libéraux, attachés à la clause de la nation la plus favorisée et décidés, eux aussi, à mettre en place une organisation régionale.

L’Europe libérale : vers une zone de libre-échange ?

11Favorables à une libéralisation du commerce, les États du Nord et de l’Ouest de l’Europe ont trouvé dans le Royaume-Uni et les Pays-Bas des porte-parole traditionnels. Londres et La Haye ont déposé deux résolutions d’inspiration libérale à la conférence économique de novembre 1930. Avec l’enlisement du débat tarifaire provoqué par les projets britanniques et néerlandais, les nations libre-échangistes prennent des routes opposées. Un groupe se retrouve en décembre 1930 sur des positions libérales traditionnelles. L’Angleterre, elle, « prend le large », par un mouvement prononcé de repli sur son Empire.

La convention d’Oslo

  • 12 In PAAA – Bonn, R. 83528, Pan Europa Dezember 1926 – Januar 1931.

12Les accords signés entre la Norvège, la Suède, le Danemark, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas à Oslo, le 22 décembre 1930, marquent le point de départ d’une coopération entre des États animés d’une même conception de la vie économique. Deux textes sont mis au point : une convention de rapprochement économique et un protocole12.

13La convention renferme un engagement stipulant une renonciation à l’augmentation des droits de douane. Si d’aventure un des signataires était obligé de recourir à une telle mesure, il est contraint d’en communiquer la teneur quinze jours avant son entrée en vigueur. Les États qui s’estiment lésés ont alors dix jours pour proposer des modifications jugées utiles à la sauvegarde des intérêts réciproques. Si ces modifications ne sont pas recevables, l’État en cause peut toutefois mettre à exécution les hausses tarifaires projetées. Les pays qui subiraient alors un préjudice ont la faculté de dénoncer la convention, soit à l’égard du « fauteur de troubles », soit à l’égard de l’ensemble des signataires. Derrière cette convention se profile l’idée d’une solidarité nécessaire entre pays libéraux qui, confrontés à d’éventuels coups durs, recherchent entre eux les solutions adaptées d’une part à la situation de la nation en difficulté, et d’autre part au maintien des courants d’échanges. Le texte vise ainsi à maintenir du côté du libre-échangisme des pays tentés par le protectionnisme. Il faut dire que les exportations sont à la base de la prospérité de ces États. Elles représentent une part importante de leur richesse créée.

14Le protocole est quant à lui un engagement moral en faveur de l’action internationale. Les gouvernements s’y déclarent solidaires de l’action internationale qui aurait pour objet de réduire les entraves au commerce, d’améliorer le régime général des échanges. Ils sont prêts à apporter leur concours à cette action. Eux-mêmes s’engagent à poursuivre entre eux la collaboration qu’ils viennent d’inaugurer par la convention. Mais les pays signataires en profitent également pour rappeler que ce texte ne comporte pas d’exclusive, si ce n’est l’application du principe libéral. En clair, la convention peut être étendue à d’autres domaines que les tarifs douaniers. D’autres États peuvent également rejoindre ce foyer primitif, s’ils se reconnaissent dans l’orientation définie. Peut-être s’agit-il, dans la foulée de ce que Stoppani a essayé de faire en juin-juillet 1930, de retenir l’Angleterre en Europe ?

Le Royaume-Uni et la tentation du repli

  • 13 Voir Marx Roland, La Grande-Bretagne et le monde au xxe siècle, Masson, Paris, 1986, p. 89-135.

15Le poids économique de l’Empire britannique s’est considérablement développé dans les années vingt. Sa part dans le commerce mondial s’est accrue de façon bien plus importante que celle du Royaume-Uni. Si la place des colonies s’est développée dans le bilan commercial de la métropole (28 % des achats et 43 % des ventes de la Grande-Bretagne), celle en revanche de Londres dans le commerce colonial s’est contractée. Les Dominions n’ont plus le même rapport avec les îles britanniques, car elles n’absorbent plus aussi bien que par le passé l’ensemble de leurs exportations. Le système de la complémentarité géré à partir de Londres les confine dans un rôle de fournisseurs de denrées alimentaires. Les préférences douanières accordées aux produits industriels anglais gênent le développement des industries locales. Tout cela plaide pour une consolidation du lien colonial. Mais l’Angleterre est aussi concernée par les affaires économiques du continent européen13.

  • 14 Marx Roland, La Grande-Bretagne…, op. cit., p. 89-135.

16D’abord témoin de la dépression, le Royaume-Uni y est progressivement impliqué. Il ressent fortement les conséquences sociales de la fermeture des marchés d’exportation européens. Londres prend la tête de la croisade antiprotectionniste en Europe et soumet à la conférence de novembre 1930 le projet d’abaissement tarifaire. Ce projet est en même temps une arme brandie contre les États continentaux. Il met en garde ces pays contre les conséquences d’un protectionnisme britannique. Faute de constitution d’une Europe du libre-échange, le Royaume-Uni peut être tenté de se désengager du continent pour regarder vers ses partenaires traditionnels. Dès 1930, des initiatives se font jour ; elles montrent que la Grande-Bretagne envisage sérieusement cette solution. Une conférence impériale réunie en 1930 ouvre cinq années de négociations entre les membres de l’Empire britannique. « Cette table ronde » réexamine tous les aspects des relations entre le Royaume-Uni, ses colonies et ses Dominions. Dès cette date une double évolution esquisse une division des tâches. La conférence de 1930 consacre l’indépendance législative des Dominions sur le plan intérieur. La fragilité progressive de la Grande-Bretagne sur le plan naval (après les conférences navales de Washington en 1922 et Londres en 1930) amène ces « nations-soeurs » à intervenir également sur le plan diplomatique. Le statut de Westminster (1931) confirme d’ailleurs cette émergence politique, cette souveraineté des Dominions. Sur le plan économique, la conférence impériale de 1930 réfléchit à d’éventuelles « préférences impériales » dictées par la complémentarité manifeste des intérêts et rappelant ce qui s’est déjà passé pendant la première guerre mondiale14.

  • 15 Ibid.

17Dans ces conditions si Genève n’est pas capable d’imposer une politique de la « Porte ouverte », favorable aux intérêts britanniques, Londres a une solution de rechange de premier ordre : le repli impérial. Cela suppose dresser une muraille douanière entre le continent et l’île qui prendrait dès lors le large. La division des pays libre-échangistes en Europe, entre une zone continentale qui s’est organisée à Oslo et un Royaume-Uni qui reste extérieur et attentiste, n’est-elle pas déjà un signe des tentations britanniques ? Le groupe d’Oslo agit même au printemps 1931 contre les intérêts manifestes de l’Angleterre. En convertissant certains de leurs avoirs sterlings en or au printemps 1931, les pays du Nord et du Nord-Ouest de l’Europe fragilisent la livre. Le continent vu de Londres s’assimile de plus en plus à un océan en proie au gros temps. Dans ces conditions, mieux vaut se tourner vers les cieux plus cléments de l’Empire15.

18Une solution aux difficultés peut-elle alors venir des trois puissances continentales : l’Italie, la France et l’Allemagne ?

Les politiques économiques extérieures des trois grandes puissances continentales

19Seul point commun entre les trois États, l’opposition à la trêve douanière et à l’abaissement des tarifs en Europe ne suffit pas pour fédérer ces pays aux objectifs d’organisation économique bien différents. L’ordre souhaité les amène à être alliés objectifs, lorsqu’il s’agit de tailler en pièces les projets britanniques ou néerlandais. Mais partant de là tout les oppose lorsqu’il s’agit d’apporter des réponses aux questions qui préoccupent le front des pays agraires.

Trois politiques bien nationales

  • 16 Deutsche Reichsbank, R. 2501/4947.

20La position italienne est réaffirmée avec force tout au long des conférences organisées par la SDN. Le gouvernement fasciste exprime sa préférence en faveur des traités économiques bilatéraux. Ces derniers, seuls, offrent la possibilité de trouver des terrains d’entente qui ne lèsent aucun partenaire. La clause de la nation la plus favorisée permet de faire éventuellement bénéficier un tiers des avantages que les signataires s’octroient à travers ces traités de commerce. Rome se prononce aussi contre le principe d’une consolidation à terme des droits, car les situations étant marquées par l’instabilité, chaque État doit conserver la maîtrise de sa politique commerciale. Derrière ces positions de principe percent des objectifs bien précis poursuivis par l’État italien. Il s’agit à l’abri des barrières, de poursuivre le redressement économique de l’Italie. La politique autarcique, conforme aussi à l’idéologie fasciste, développe le thème de l’autosuffisance nationale et des échanges complémentaires. Mais cette recherche de réciprocité dans les échanges permet aussi aux dirigeants italiens une marge de manœuvre diplomatique. Le traité d’amitié avec la Hongrie en 1927 unit deux pays révisionnistes. Il ouvre à Rome une perspective en Europe danubienne, confirmée par la signature du pacte d’amitié avec l’Autriche en mars 1930. La crise agraire dont est victime cette zone accroît la marge de manœuvre italienne. Des bureaux nationaux d’exportation de céréales sont envisagés en novembre 1930 (du 10 au 12) à Belgrade, dans une conférence réunissant des experts agricoles de la Yougoslavie, de l’Italie, de l’Albanie. On y parle également de protection de ces ventes16. La tenue de cette réunion en pleine phase de constitution du front agraire évoqué ci-dessus témoigne de la volonté italienne de contrôler au moins un bloc économique adriatique. En attendant peut-être davantage !

  • 17 Cf. attitude de la France à la CAEC de novembre 1930 et les débats de la 34e session du Comité écon (...)

21La France est, quant à elle, préoccupée par sa liberté tarifaire. Certes, son tarif adopté en 1927 n’a pas encore subi de hausses, mais la crise dont le pays est pour l’instant épargné mérite qu’on n’abaisse pas sa garde. Sur le plan agricole, la France n’est d’aucun secours à l’Europe agraire, car pays suffisant sur le plan alimentaire, elle ne voit pas comment elle importerait les excédents de l’Europe danubienne. Elle doit d’ailleurs elle-même privilégier ses agriculteurs et ses colonies. Si elle se montre sur le principe favorable à un régime préférentiel, elle ne peut, à son grand regret disent ses responsables, ouvrir ses frontières aux productions de l’Europe centrale. Quant à la question du crédit agricole, qui ne peut manquer d’interpeller un pays dont les capitaux disponibles sont si importants, elle suscite un attentisme de circonstance, car la France préfère garder en réserve ce pactole qui constitue pour ses responsables un garant contre d’éventuelles difficultés. Ce qui gêne l’économie française, ce sont les pratiques de dumping, de concurrence déloyale qui se multiplient. Pour contrecarrer ces offensives, Paris prend en octobre 1930 (le 3) un dispositif antidumping qui vise les produits soviétiques. Face à ce qu’elle appelle le protectionnisme indirect, la France cherche à obtenir de Genève des armes de lutte, notamment par la mise en place de négociations non tarifaires17. Repliée sur son espace, peu disposée à venir en aide à l’Europe danubienne, Paris n’a pas vu l’avantage politique que l’on peut retirer de la crise agraire.

  • 18 Schulz Matthias, Deutschland…, op. cit., p. 249 et suiv.

22Le Reich est tout aussi replié sur son territoire économique que ses deux partenaires. Dès 1930 ses autorités protègent le monde agricole soumis à la baisse du pouvoir d’achat. Des relèvements tarifaires et une subtile protection phytosanitaire handicapent les ventes agricoles de ses voisins. Cette politique gêne de surcroît la Pologne et la Hongrie. Malgré la fermeture du marché, la production intérieure reste insuffisante pour satisfaire la demande. Dès lors l’Allemagne est obligée d’importer. La crise industrielle, plus précoce chez elle, la pousse à chercher des débouchés pour ses produits. Elle saisit donc l’opportunité qui lui est fournie par les pays danubiens lorsque ceux-ci réclament le système préférentiel. Posse, à Genève, se déclare prêt à acheter certaines quantités de céréales danubiennes (il exclut la Pologne). Mais le régime préférentiel possède une contrepartie : il faut envisager des mesures de réciprocité pour l’industrie allemande. À plusieurs reprises les pays agraires ont insisté sur les avantages que procurerait aux États occidentaux une augmentation du pouvoir d’achat de leur population : des débouchés pour leurs produits industriels. Dès lors peuvent-ils se soustraire à une proposition dont ils ont été eux-mêmes les promoteurs ? Le terrain est mûr pour une zone d’échanges complémentaires en Europe centrale. Dès le lendemain de la conférence sur les céréales de Paris (février 1931), l’Allemagne entame les négociations avec Bucarest pour éponger l’excédent céréalier roumain de 193018. L’échec de la conférence d’action économique concertée ouvre dans cette partie de l’Europe une période incertaine, faite d’expérimentations nouvelles. L’Allemagne dispose d’indéniables atouts dans la zone.

Vers une organisation de la Mitteleuropa ?

  • 19 Reichsbank, R. 2501/5895, Internationale Konferenzen, Januar 1931-Juli 1931.
  • 20 Reichsbank, R. 2501/5895.

23Un congrès économique d’Europe centrale (Mitteleuropaïsche Wirtschaftstagung) se réunit à Vienne le 18 et 19 mars 193119. Regroupant experts et politiques des États successeurs, de l’Allemagne et de la Bulgarie, la manifestation de Vienne se propose de réfléchir sur les modalités d’une organisation de l’Europe centrale. Elle s’inscrit contre la décision de Genève qui refuse toujours l’harmonisation des rapports entre pays européens sur la base des préférences. Le sous-secrétaire d’État allemand, Toepfer, figure de proue du congrès, tire les conclusions de l’échec de la CAEC. À cause de politiques commerciales radicalement différentes d’un État à l’autre, il est impossible de créer une Union douanière en Europe. Une solution de remplacement existe : la coexistence d’unions régionales. « L’Allemagne, dit-il, veut travailler à un regroupement régional en Europe centrale et du sud-est,… à l’unité d’un espace qui va de l’Allemagne au delta du Danube. » Cette unité économique contribuera à la paix économique de l’Europe, condition de la disparition des tensions entre les nations européennes. Le débat porte sur les préalables de la constitution de la Mitteleuropa économique. Au Reich qui veut un traitement préférentiel généralisé et des débouchés industriels s’oppose la Tchécoslovaquie favorable à l’établissement de traités bilatéraux entre les pays de la zone. Et son représentant Lausche de souligner non sans malice que « jusqu’à présent, il n’a pas été possible pour la Tchécoslovaquie d’obtenir un traité tarifaire avec l’Allemagne ». Parmi les pays opposés à une mainmise totale de l’Allemagne sur la région, figurent également la Hongrie et la Pologne. Hoyos (Hongrie) pense que le règlement des difficultés de l’Europe centrale ne doit pas se faire contre les pays d’outre-mer, ni contre d’autres pays (pensait-il à ménager les intérêts italiens dans la région ?). Tchèques et Polonais expliquent qu’un assainissement de l’Europe centrale sans l’Allemagne n’est guère possible. Mais que le Reich mette sa politique en application avec la Roumanie, puisque les négociations ont commencé avec ce pays ! Si l’essai est concluant, il sera encore temps de donner forme à la Mitteleuropa. Zeman (Tchécoslovaquie) propose, mais à titre personnel, « de constituer l’Europe centrale sans l’Allemagne, qui est de toute façon orientée vers l’Ouest. La future Europe centrale, poursuit-il, trouvera de toute façon toujours des points d’ancrage de rapprochement avec l’Allemagne ». Il se demande également si la Suisse ne devrait pas faire partie de l’union économique de l’Europe du centre20.

  • 21 Reichsbank, R. 2501/5895.

24Les plus chauds partisans de la Mitteleuropa telle que la prévoit le Reich sont autrichiens, roumains et yougoslaves. Leurs interventions portent toutes sur les modalités d’organisation de cet ensemble. Baskits (Yougoslavie) invite ses partenaires à ne pas tenir compte des marchés occidentaux. Il faut, selon lui, commencer par des accords préférentiels entre eux, « le voisinage étant le critère prédominant pour la conclusion » de ces arrangements. Son collègue roumain, Blaskovics, lance des incantations proches de slogans de propagande. Pour lui, les besoins d’Europe centrale doivent être prioritairement couverts par les productions d’Europe centrale. Quant aux Autrichiens, ils se prononcent en faveur d’un système de contingentement généralisé à l’Europe centrale. Les accents lyriques ne font pas défaut lorsqu’il s’agit de convaincre des partenaires réticents. Dolfuss, le ministre autrichien de l’agriculture, voit cette œuvre de sauvetage de l’Europe centrale comme le « salut de la culture commune aux européens ». Face à quelle menace ? Et le délégué roumain de la préciser : « nous sommes à la frontière avec l’URSS. Si nous ne nous sauvons pas de la ruine, le bolchevisme pénétrera aussi chez nous ». Une résolution finale, adoptée le 19 mars 1931, insiste sur l’apport économique que peut provoquer pour les pays eux-mêmes, pour l’Europe en général, le rapprochement des pays d’Europe centrale. Le congrès se prononce ensuite pour la conclusion d’un accord régional qui aboutisse à terme à une communauté économique entre l’Europe centrale et du Sud-Est. Les négociations qui doivent y mener sont cependant laissées à la libre initiative de chaque gouvernement. En adoptant ce texte, qui ménage tout autant une solution d’ensemble que des réponses bilatérales, les participants à la conférence sont loin de se douter que deux des leurs ont déjà franchi le premier pas vers l’union douanière21. L’Allemagne et l’Autriche en discutent depuis le début du mois de mars. Un arrangement est intervenu entre eux le 14 mars, confirmé par un protocole signé à Vienne le jour même de la clôture de la conférence d’Europe centrale. Les deux puissances le rendent public le 21 mars 1931.

Le projet d’union douanière austro-allemand22

  • 22 De la Rochebrochard Guy, L’Union douanière austro-allemande, Paris, 1935.

25Signé le 19 mars 1931 par les deux ministres des affaires étrangères, Curtius (Reich) et Schöber (Autriche), le protocole de Vienne crée les bases d’une union douanière et commerciale entre Vienne et Berlin que les deux États, par la voie de négociations à ouvrir, cherchent à réaliser. Les deux pays placent d’abord le nouvel accord dans le cadre de l’union européenne dessinée par le mémorandum Briand et les travaux de la CEUE. L’article I mentionne ainsi la perspective du traité : « marquer le commencement d’une nouvelle réglementation des relations économiques en Europe par le moyen d’accords régionaux ». Mais la teneur des autres dispositions ne laisse planer aucun doute sur l’intégration économique des deux pays. Une loi douanière unique, un même tarif douanier et l’abrogation du protectionnisme entre eux ne peuvent que constituer la base d’une version moderne du Zollverein. Le texte prévoit d’harmoniser par la suite la politique commerciale des deux États. L’article X insiste sur la nécessaire révision des traités de commerce conclus par les deux partenaires. Il s’agit de mettre les obligations contractuelles contenues dans ces accords (notamment tout ce qui a trait à la clause de la nation la plus favorisée) en cohérence avec l’union douanière projetée. Ce protocole a été précédé de nombreux signes avant coureurs.

26Dès la fin des années vingt des textes d’harmonisation des législations rapprochent davantage les deux pays. Vienne copie en 1927 son régime des successions et de l’assurance sociale sur celui du Reich. Les chemins de fer des deux pays sont réglementés de la même manière en 1928. Et pour clôturer le tout, une convention commerciale signée le 12 avril 1930 met fin aux chaotiques relations économiques entre les deux voisins. Personne ne fait attention au discours de Schöber devant l’Assemblée de la SDN en septembre 1930. Exprimant la thèse autrichienne, il se prononce « en faveur de méthodes nouvelles ». Son idée consiste à tenter de créer des fédérations d’États marqués par des intérêts communs et une complémentarité évidente. Le voyage de Curtius à Vienne au début du mois de mars 1931 précipite les événements. Le projet est révélé par une indiscrétion de la presse, le 17 mars 1931. Les articles en question provoquent déjà les premières mises en garde de la France et de la Tchécoslovaquie.

  • 23 Cité par Kreissler Félix, De la Révolution à l’annexion. L’Autriche de 1918 à 1938, PUF, Paris, 197 (...)
  • 24 Cité par Haas Hans, « Les relations diplomatiques entre l’Autriche et la France dans l’entre deux-g (...)

27Les principales capitales européennes ne sont pas surprises d’apprendre, le 21 mars 1931, par une démarche commune de l’Allemagne et de l’Autriche la teneur du protocole de Vienne. Certaines se tiennent sur la réserve : Londres, Rome. Les raisons en sont différentes. Les Britanniques regardent le projet austro-allemand comme une menace sur la conférence sur le désarmement. Mussolini, lui, n’entend pas favoriser la France, car il attend son heure dans le bassin danubien23. La France et les États de la Petite Entente s’opposent avec émotion à ce qu’elles considèrent comme un Anschluss à peine voilé. Fortement chagriné par cette confiscation abusive de son projet, Briand résume ainsi la nouvelle donne : « on nous prend pour des ânes si l’on nous croit capables d’oublier que l’unification politique de l’Allemagne a été réalisée par la voie de l’unification douanière24 ». Il faut donc faire échec à ce projet, prélude à une Mitteleuropa allemande !

* * *

28L’Europe a son centre économique dépressif dans ses zones centrales et orientales. Victimes d’une crise agricole sans précédent, celles-ci tentent de s’organiser dans un front de pays agraires qui s’esquisse à l’automne 1930. Sollicitant un régime de préférences qu’ils veulent exceptionnel, les États de l’Europe centre-orientale se heurtent à l’opposition des pays libre-échangistes, regroupés autour de la convention d’Oslo. Ils sont handicapés par la tentation de repli impérial britannique. Ils n’ont d’autre choix que d’attendre une solution des grandes puissances continentales. Si l’Italie n’a pas encore les moyens d’y répondre pleinement, en revanche le Reich et la France peuvent, l’un par sa complémentarité avec les économies locales et l’autre par ses capitaux, donner suite aux sollicitations de l’Europe centrale. L’attitude frileuse de Paris accroît les chances de Berlin dans la région. Lorsque l’Allemagne esquisse une union douanière avec l’Autriche, union qui peut marquer le début d’une réorganisation de l’Europe médiane et danubienne, on n’est plus simplement dans une perspective d’aménagement économique de l’Europe. L’équilibre politique du continent est à nouveau en jeu ! Par suite de la crise ou de l’exploitation de la crise ?

Notes

1 La Reichsbank s’est constituée d’importants dossiers sur l’ensemble de ces conférences. Cela témoigne de l’intérêt allemand pour toutes les tentatives d’organisation de la région. Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, dossier R.2501/5894 « Internationale Konferenzen », April 1929-Dezember 1930.

2 Cité par la Germania, 31 août 1930, article : « Eine wirtschaftliche Entente Cordiale des Ostens ? ».

3 Archives SDN, doc. 2e conf./AEC/9, Protocole de la conférence des experts agricoles du Centre et du Sud-Est de l’Europe qui s’est tenue à Bucarest du 18 au 20 octobre 1930.

4 SDN, doc. 2e conf./AEC/10, Propositions soumises par Manoilesco au nom de la Pologne, de la Yougoslavie, de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Hongrie le 19 novembre 1930.

5 SDN, doc. n° C. 149. M. 48. 1931. II. B., p. 256 et suiv.

6 Voir Bundesarchiv-Berlin, Deutsche Reichsbank, R. 2501/5894.

7 Ibid., R. 2501/5894, Abschluss der Konferenz von Sinaia.

8 Deutsche Reichsbank, R. 2501/4947, Balkan Länder, Band 1, Gemeinsame Fragen, Oktober 1930-Juni 1936.

9 Cité par Le Temps 12 octobre 1930.

10 Deutsche Reichsbank, R. 2501/4947.

11 Ibid.

12 In PAAA – Bonn, R. 83528, Pan Europa Dezember 1926 – Januar 1931.

13 Voir Marx Roland, La Grande-Bretagne et le monde au xxe siècle, Masson, Paris, 1986, p. 89-135.

14 Marx Roland, La Grande-Bretagne…, op. cit., p. 89-135.

15 Ibid.

16 Deutsche Reichsbank, R. 2501/4947.

17 Cf. attitude de la France à la CAEC de novembre 1930 et les débats de la 34e session du Comité économique de la SDN en février 1931, SDN, R. 2644.

18 Schulz Matthias, Deutschland…, op. cit., p. 249 et suiv.

19 Reichsbank, R. 2501/5895, Internationale Konferenzen, Januar 1931-Juli 1931.

20 Reichsbank, R. 2501/5895.

21 Reichsbank, R. 2501/5895.

22 De la Rochebrochard Guy, L’Union douanière austro-allemande, Paris, 1935.

23 Cité par Kreissler Félix, De la Révolution à l’annexion. L’Autriche de 1918 à 1938, PUF, Paris, 1971, p. 239.

24 Cité par Haas Hans, « Les relations diplomatiques entre l’Autriche et la France dans l’entre deux-guerres », in Michel Bernard (sous la direct. de), Les relations franco-autrichiennes de 1871 au traité d’État de 1955, actes du colloque de Poitiers 17 mai-19 mai 1982, CRDP Poitiers, 1985, p. 91-111. Ces propos sont également attribués par d’autres auteurs à Herriot. Ils reflètent l’inquiétude des milieux politiques français.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540