Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La direction du Trésor 1947-1967

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Introduction générale

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, l’État en France voit progressivement ses attributions et son rôle dans le domaine économique et financier se modifier et se réduire au profit des marchés d’une part, d’instances internationales (européennes ou mondiales) d’autre part. Les uns font de l’État leur cible, les autres leur bouclier. Le débat qui accompagne ce mouvement est à la fois ancien et universel. Il prend sa mesure alors que la production de livres et d’articles sur la période 1946-1975, baptisée par Jean Fourastié les « trente glorieuses », encense ce même État. Voilà donc l’objet central de notre recherche : comprendre les interactions entre l’État et l’économie, cerner les adaptations et les permanences de la construction administrative ajustée depuis les années 1930 et révisée après la Libération, saisir ce qui, dans les deux décennies des « trente glorieuses », relève de l’articulation des visions et pratiques des hommes politiques et des administrations.

2Le ministère des Finances est au premier rang de la controverse. Il mérite donc qu’en prenant appui sur les travaux essentiels qui lui ont été déjà consacrés, les recherches le concernant se poursuivent activement. Nous avons choisi de faire porter notre enquête sur le cœur de ce ministère en cette période de reconstruction, de modernisation et de croissance : la direction du Trésor.

3Auréolée d’une image moderne, compétente et prestigieuse, la direction du Trésor séduit, intrigue, agace, effraie parfois. Son proche passé l’explique largement. Figure emblématique du ministère des Finances, sentinelle avancée de la modernisation économique et financière, elle s’est vue attribuer nombre de hauts faits de gloire durant l’épopée des « trente glorieuses ». L’influence sur les décisions économiques et financières qu’on lui a prêté durant ces années lui a conféré une dimension mythique de centre de pouvoir. Prendre la mesure, derrière la légende, de la réalité d’une organisation, en expliquer les ressorts cachés, le mode de fonctionnement effectif d’un système, tel est apparu l’angle d’approche principal pour entreprendre une histoire du Trésor parmi d’autres.

  • 1 Le Trésor public et le Mouvement général des fonds, Paris, PUF, 1960.

4Le Trésor, parfois confondu avec le Trésor public, recouvre historiquement des notions différentes, dont les acteurs eux-mêmes reconnaissent combien il est difficile de les définir et de les distinguer. Si l’on se réfère à la définition de F. Bloch-Lainé et P. de Vogüé1, le Trésor désigne tantôt les fonds destinés à l’acquittement des dépenses publiques, tantôt la caisse où ces fonds sont conservés, tantôt l’administration qui est chargée de les centraliser pour en régler l’emploi.

5Sans doute cette triple identité n’a-t-elle pas peu contribué à faire du Trésor une entité polyvalente, protéiforme, riche d’un passé multiséculaire. Mais ces remarques nous permettent aussi de délimiter clairement l’approche de notre recherche. Sans mésestimer les deux premiers éléments de la définition donnée ci-dessus par les acteurs contemporains, nous avons choisi de privilégier l’étude de « l’administration du Trésor » sous ses multiples aspects, qui appellent selon nous une approche conjointe par l’histoire, la sociologie et la science politique. Mais la nature polyvalente du Trésor, son poids dans le système monétaire et financier de l’après-guerre obligent à considérer son rôle d’acteur en portant une attention particulière aux contraintes économiques et financières qu’il subit ou qu’à l’occasion, il cherche à contourner, à surmonter ou à transformer : vouloir écrire l’histoire de la direction du Trésor sans prendre en compte son environnement conduirait à des faux sens, voire à des contresens. Inversement, l’environnement n’est pas un pur donné, il est constamment négocié et modelé par les acteurs.

  • 2 Voir B. Badie et P. Birnbaum, Sociologie de l’État, Paris, Hachette, 1983 ; L. Rouban, Le fonction (...)
  • 3 P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.

6La recherche se situe alors au carrefour de différents champs d’études, qu’ils soient économique, financier, administratif, gestionnaire ou social, et qui concourent finalement à inscrire notre démarche dans une perspective d’histoire totale. L’extension du Trésor depuis 1945 appelle le recours à deux démarches convergentes: les recherches sur l’État et celles sur les organisations. Les recherches sur l’État ont été renouvelées durant les trente dernières années par la science politique et par l’histoire. La science politique a entrepris une sociologie de l’État, puis s’est intéressée à l’État en fonction et aujourd’hui étend ses investigations d’une part à la place et au rôle des fonctionnaires, d’autre part aux dimensions européennes et mondiales des politiques publiques2. Sur cette lancée, Pierre Rosanvallon a tenté une périodisation des orientations successives qui ont dominé l’action de l’État3.

  • 4 G. Thuillier, Pour une histoire générale de la bureaucratie, Paris, Comité pour l’histoire économi (...)

7Les historiens ont de leur côté revisité l’État de multiples façons. Les uns, comme Guy Thuillier, ont étudié la constitution et l’évolution des bureaucraties. Les autres, comme Michel Margairaz, ont mis l’accent sur la conversion des décideurs pour préparer et traiter de nouveaux enjeux4.

  • 5 A. Chandler, Stratégies et structures de l’entreprise, Paris, Éditions d’organisation, 1972 ; H. M (...)

8Nous nous proposons de marier ces nouvelles orientations de recherche avec celles développées par les travaux sur les organisations à l’étranger comme en France. Il s’agit d’éclairer le fonctionnement des organisations, en montrant les dynamiques qui les animent, qu’elles proviennent de leurs populations ou de leur environnement ; de mesurer les tendances à long terme à une relative stabilité, imputables à la culture nationale, aux outils de gestion créés ou adoptés par l’organisation ou à l’inertie du système ; de percevoir les possibilités d’innovation et la diversité des chemins empruntés pour les réaliser ; enfin de retracer la complexité des relations entre les stratégies et les structures, en reliant l’élaboration des stratégies aux valeurs des organisations5.

9L’histoire du Trésor que nous allons présenter sera la plus complète et la plus concrète possible, la plus attentive aux différents points de vue de l’État et en même temps toujours centrée sur les notions de la vie des organisations : culture, stratégie, pratiques, performances.

  • 6 M. Bruguière, « Une renaissance scientifique : l’histoire financière », introduction à Études et d (...)
  • 7 S. Lepage, La direction des Finances extérieures 1946-1953. Les années fondatrices ou le magistère (...)

10Cette étude sur la direction du Trésor de 1947 à 1967 s’insère dans le programme sur l’histoire du ministère des Finances, lancé par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France dans le prolongement des vœux émis par l’un de ses fondateurs, Michel Bruguière6, conforté par le travail pionnier de Michel Margairaz, et dont la première manifestation a été la thèse de Solenne Lepage7. De ce point de vue, l’étude entreprise considère le rôle économique et financier du Trésor dans cette période comme l’un des éléments majeurs des changements entre administration et politique.

11Au-delà de l’insertion de l’objet d’étude dans les différents courants scientifiques, quelles sont plus précisément les problématiques qui animent notre recherche ?

12En partant du constat, relativement banal, de l’extension et de l’épanouissement du Trésor depuis 1945, la question de départ s’énonce simplement : comment et pourquoi la direction a-t-elle conquis puis conservé une place prépondérante au sein de l’économie et au sein de l’État entre 1945 et 1967.

  • 8 R. Delorme et C. André, L’État et l’économie, Paris, Le Seuil, 1983.

13L’extension du Trésor s’appuie d’abord sur une remarquable stabilité de la place de l’État dans l’économie. Sur cinquante ans, les chiffres montrent une constante de l’intervention de l’État, hors collectivités locales et Sécurité sociale. Comme l’indique le tableau ci-dessous, la part des dépenses publiques dans la PIB, calculée par R. Delorme et C. André8, marque certes des fluctuations entre 1920 et 1970, mais entre 1947, point de départ de notre recherche, et la fin des années 1960, la variation du poids de l’État est faible :

Figure 1. Pourcentage des dépenses publiques par rapport à la Production Intérieure Brute à prix constants 1938 (Dépenses de l’État, hors collectivités locales et Sécurité sociale)

Figure 1. Pourcentage des dépenses publiques par rapport à la Production Intérieure Brute à prix constants 1938 (Dépenses de l’État, hors collectivités locales et Sécurité sociale)

14Au sein de cette évolution générale, la place des dépenses d’investissement doit être précisée et comparée à celle des autres modes de financement, qu’ils soient privés ou semi-publics :

Figure 2. L’État et les investissements : évolution des dépenses en volume 1947-1974

Figure 2. L’État et les investissements : évolution des dépenses en volume 1947-1974

15Sources : rapports de la Commission des investissements et du conseil de direction du FDES, Statistiques et Études financières. Les données sur les fonds publics sont relativement fiables, mais les méthodes de calcul ont beaucoup évolué depuis 1948. En 1952, la Commission des investissements modifie ses nomenclatures d’investissement. Les bases statistiques issues de la Comptabilité nationale sont utilisées pour le rapport du FDES à partir de 1967 ; enfin en 1975 les séries sont issues des tableaux de financement à long terme de la Comptabilité nationale. Pour préserver l’homogénéité des chiffres, au demeurant relative, nous avons limité la série à la période 1947-1967.

16La part de l’État dans les investissements, quoiqu’en constante augmentation en volume, se réduit d’année en année durant cette période de forte croissance.

Figure 3. Répartition des modes de financement de la F.B.C.F. de 1947 à 1967

Figure 3. Répartition des modes de financement de la F.B.C.F. de 1947 à 1967

17Après 1950, le financement public des investissements, qui draine alors autour de 60 % des capitaux, accuse une chute importante – près de 20 % –, puis se stabilise pour constituer entre 30 et 20 % du financement de l’économie entre 1953 et 1967.

18À partir de ce constat, nous nous sommes demandés dans quelle mesure l’institution qui a drainé une grande partie des fonds publics a développé une stratégie autonome, avec quels objectifs, quels moyens et quels résultats. Cette interrogation d’ensemble amène à distinguer trois niveaux d’étude : la mesure de la place de la direction au sein de l’État, son influence auprès des hommes politiques, ses relations avec les marchés.

  • 9 Selon les termes utilisés par P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, op. cit.
  • 10 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Paris, éd. du Seuil, 1976.

19Il faut d’abord cerner la place de la direction au sein de l’État et son évolution. Comment et pourquoi la direction du Trésor devient-elle après 1945 le fer de lance de l’« État keynésien et modernisateur »9 ? Comment expliciter sa capacité à saisir les opportunités, fondement d’une stratégie réussie ? Est-elle animée par le seul désir de participer à la reconstruction et à la modernisation du pays comme se plaît à le souligner a posteriori celui qui l’a conduite dans cette voie10 ? Ou bien ce souci de l’intérêt général ne recouvre-t-il pas une stratégie délibérée, peut-être neuve au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ?

20La mesure de sa place au sein de l’État passe par différents angles d’analyse, et au premier chef celui de son prestige. Comment le définir ? Est-il dicté par son recrutement, reflète-t-il son pouvoir, qu’il soit réel ou mythique ? Par quels canaux ce prestige est-il véhiculé ? D’autre part, l’analyse de sa place au sein des Finances met en jeu le mode de fonctionnement de l’État et plus particulièrement celui du ministère des Finances. Il faudra définir les contours des réseaux de relations, des cercles de solidarité plus ou moins connus qui tissent les véritables passerelles entre le Trésor et le reste de la sphère étatique, et qui définissent in fine des systèmes de pouvoir administratif. Enfin, les représentations que les acteurs du Trésor se font de leur direction pourront contribuer à déterminer leur sentiment d’appartenance au Trésor, l’identité Finances, les esprits de corps... Parallèlement, il conviendra de caractériser sur la moyenne durée ses relations avec ses homologues en matière de conduite de la politique économique, monétaire ou financière, notamment la Banque de France, le Commissariat général au Plan, la direction du Budget, les Finances extérieures.

21Il convient aussi d’examiner son éventuel rôle auprès des politiques. En partant des analyses assez différentes que la recherche propose sur l’existence ou non d’une autonomie de pensée et d’action de l’administration, il faudra tenter de définir les liens entre le Trésor et le pouvoir politique : est-ce un mythe ou recouvre-t-il une réalité ? Quelle est la perception du politique au sein du Trésor ? Quel est le rôle particulier du cabinet, du directeur, dans ses rapports de pouvoir et leur évolution ? Peut-on caractériser ces relations sur deux décennies ou bien restent-elles liées à des contextes politiques particuliers ? La Ve République a-t-elle marqué une rupture de ce point de vue et dans quel sens ? Où se situe le véritable pouvoir de la direction du Trésor : pouvoir technique, rôle de conseil, autorité morale ? Peut-on conclure à un rapport spécifique de la direction du Trésor avec le pouvoir politique ? Ces différents aspects seront abordés au fil de l’étude mais méritent cependant qu’on leur consacre un chapitre à part entière.

22Enfin il faut appréhender son champ d’intervention et ses relations avec la sphère économique et financière privée. Sentinelle avancée de l’intervention économique et financière de l’État dans les années 1940 et 1950, le Trésor élargit rapidement son territoire et le maintient peu ou prou durant la décennie suivante.

23De l’extension du rôle de l’État après 1945 au désengagement public proclamé dans les années 1960, comment le Trésor a-t-il pu accompagner ce mouvement, l’accélérer ou le freiner ? Quelles sont ses lignes de pensée sur l’intervention de l’État au lendemain de la guerre et comment ont-elles évolué ? Entre dirigisme et libéralisme, quelle est sa position collective et sur quelles bases s’est-elle élaborée ? Les nombreux événements qui scandent la période étudiée, les enjeux qu’ils représentent, et la multiplicité des prérogatives du Trésor obligent à passer en revue de multiples domaines.

24Le premier d’entre eux met en jeu la fonction régalienne du Trésor, la trésorerie. Comment la direction est-elle passée de cette attribution traditionnelle à celle de cogestion de la politique monétaire et de la politique du crédit ? Quelles sont ses priorités et à quel prix tente-t-elle de les mettre en œuvre ? Une confrontation de ses positions avec celles de la Banque de France, avec laquelle elle partage alors l’autorité monétaire, est nécessaire ; mais surtout il faudra s’interroger sur les fondements de son action en matière de politique monétaire, taux d’escompte, émissions de bons du Trésor, autorisation d’émissions..., notamment lors de la mise en place ou du maintien des innovations de la période : crédit à moyen terme, planchers des bons du Trésor, coefficient de trésorerie...

25La clarté de l’exposé oblige à distinguer les fonctions de Trésor-banquier de celle de gardien de la trésorerie, bien qu’elles soient indubitablement liées. Au carrefour de l’intervention économique de l’État et de ses modes de financement, à la charnière de l’économie privée et des finances publiques, l’après-guerre se caractérise en effet par le règne de l’État-banquier, incarné par le Trésor. Déterminer son poids et son influence réelle dans l’élaboration et le fonctionnement des circuits complexes de financement public, en comprendre les enjeux stratégiques pour le Trésor et les acteurs qui en font partie, tout cela constitue sans doute la part essentielle de notre recherche.

26Une étude approfondie du système financier mis en place progressivement depuis 1945 et de l’insertion du Trésor dans le dispositif permettra également de caractériser et d’expliquer ses relations avec les établissements de crédit. À partir de la nationalisation des banques de dépôt en 1945, il s’agira de mettre en évidence non seulement la stratégie du Trésor vis-à-vis du secteur bancaire, mais également les positions de principe qui s’y attachent et les réseaux de relations qui la sous-tendent, y compris le « pantouflage ». Cette étude justifierait une recherche à part entière tant est complexe et cloisonné le système bancaire en place : banques nationalisées, banques d’affaires, établissements publics ou parapublics, secteur mutualiste et coopératif... Nous privilégierons le secteur des banques commerciales qui pour la période étudiée donne lieu aux positions du Trésor les plus caractéristiques ; il est également celui qui est le plus concerné par l’évolution de la politique du crédit sur les deux décennies qui suivent 1945.

27L’État-banquier se distingue-t-il de l’État-actionnaire ? Plonger dans les relations entre le Trésor et les entreprises publiques permettra de répondre à cette question complexe. Si la surveillance des participations publiques entre de longue date dans les attributions du mouvement général des fonds, il s’agit de savoir dans quelle mesure la direction a développé ou non une ligne de pensée et une action homogène et continue, à la faveur de l’extension du secteur des entreprises publiques depuis 1945. De son attitude lors des nationalisations à celle défendue en matière de contrôle des entreprises sous tutelle, en passant par sa politique d’investissements ou par la mise en place éventuelle de réseaux d’influence, l’éventail des angles d’analyse est large. Il faudra inévitablement limiter l’étude à quelques exemples sectoriels d’un sujet qui mérite sans doute plus d’égards.

28Enfin, au-delà des multiples bouleversements économiques, politiques, institutionnels qui rythment notre période, une place particulière sera réservée à l’environnement international. Bien que notre recherche soit centrée sur le Trésor « interne » – la scission d’avec les Finex recoupant la quasi-totalité des années 1945-1967 –, il apparaît indispensable de prendre en compte les changements profonds qui en vingt ans modifient progressivement la place de l’économie française dans le monde. Quelle est la position de la direction du Trésor lors de la mise en place du plan Marshall ? Comment prend-elle en considération la lente libéralisation des échanges, puis l’insertion de la France dans le Marché commun ? Quelles logiques commandent son attitude : l’Europe est-elle accueillie avec méfiance, enthousiasme, ou acceptée par intérêt ? Le Trésor a-t-il défendu l’exception française ? Est-il animé d’un esprit de nationalisme économique ? Parallèlement, ses relations avec l’outre-mer, qui entre dans son champ de compétence, se trouvent-elles modifiées du fait de la décolonisation, et de la naissance de la coopération ? En raison de ses prérogatives particulières et anciennes sur les ex-colonies, mais aussi en raison des bouleversements politiques qui agitent l’Empire ou ce qu’il en reste dans les années 1950 et 1960, ses relations avec l’outre-mer feront l’objet d’une étude particulière.

29Ces interrogations sur les différents terrains d’action de la direction du Trésor se croisent et se recoupent inévitablement. Elles devraient permettre de définir les stratégies du Trésor en interaction avec son environnement. Mais elles ne suffisent pas à expliquer les fondements de son action.

  • 11 S. Berstein, in (dir.) Les cultures politiques en France, Paris, éd. du Seuil, 1999.

30Pour comprendre sa stratégie, encore faut-il distinguer ce qui relève de sa logique de fonction, de sa culture et des diverses contraintes qui pèsent sur elle. Une étude sur la culture de la direction n’est pas l’un des moindres enjeux de cette recherche. Elle vise d’abord à connaître son système de représentations, qui mêle « la mémoire, les images, les formules répétées, les mythes et les rites, qui composent au bout du compte une culture spécifique d’identification »11, et à s’interroger sur l’élaboration et l’évolution de ses doctrines de gestion. Le terme, couramment utilisé par les hauts fonctionnaires des Finances, appelle quelques précisions. La « doctrine » sera définie ici comme une ligne de pensée dominante ou une pratique des affaires propre au Trésor élaborée au fil du temps : elle est la règle reçue puis transmise par les acteurs, qu’ils mettent en pratique dans leurs actions quotidiennes. Loin d’être le fruit d’un enseignement théorique, la doctrine s’inspire du langage juridique et suggère alors une possible interprétation des textes, des règlements par l’administration, qui fixe ses règles de gestion et dispose ainsi d’une certaine autonomie de pensée et d’action sur les dossiers traités.

31Plus largement, on s’interrogera sur l’existence d’une culture propre au Trésor sur la moyenne et sur la longue durée. Comment ses fondements se sont-ils constitués et comment ont-ils évolué ? Existe-t-il une identité de la direction et comment s’est-elle construite ? Est-elle une ou bien éclatée ? Les hauts fonctionnaires du Trésor sont-ils des techniciens ou des généralistes ? Les acteurs de la direction sont-ils homogènes, socialement et administrativement ? La formation économique est-elle fondée sur l’expérience, ou sur l’enseignement reçu à Sciences Po et ou à l’ENA ? Comment s’opère la synthèse entre les différents types de formation ? Comment évolue le recrutement des cadres de la direction ?

32Dans quelle mesure les structures de la direction ont-elles été adaptées à l’évolution de sa stratégie ? La modernisation de l’administration depuis 1945 est l’un des leitmotivs de l’après-guerre : quelle est la place du Trésor dans ce mouvement ? La modernisation de l’organisation a-t-elle ou non suivi celle de ses fonctions ? La direction dispose-t-elle de ce point de vue d’une marge de manœuvre, d’une autonomie de gestion ?

  • 12 Qu’elles soient opératoires, managériales ou stratégiques, selon la typologie donnée par H. Mintzb (...)
  • 13 G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France, op. cit., p. 221.

33Au-delà de l’organigramme officiel, il faudra définir quel est l’organigramme stratégique de la direction. L’analyse renvoie à l’interrogation sur la technocratie du Trésor, ses fondements, ses vecteurs mais également à celle de la formation des différents types de décision12. Mais comment se définit la stratégie de la direction ? Est-ce uniquement le fait du directeur ? Les échelons supérieurs, la sous-direction ou le bureau interviennent-ils ? Où se situe le véritable pouvoir à l’intérieur de la direction ? Le rôle dévolu aux inspecteurs des Finances à la direction du Trésor, qui entre dans la définition de son prestige et de son influence, sera bien évidemment examiné. De l’analyse stratégique qui place les relations entre l’acteur et le système comme fondement de l’organisation découle une étude qui ne se limite pas au rôle du directeur, et se penche sur les autres personnalités comme sur des « héroïques inconnus »13. L’on aura soin de mettre en évidence les secteurs stratégiques de la direction et d’en définir l’évolution au gré de la conjoncture politique, économique et financière.

34Autant de questions qui renvoient à la modernisation de l’État et à ses limites éventuelles. Ce grand enjeu constamment présent amène la direction à renouveler ses réflexions, tant sur son rôle propre que sur ses relations avec le « système », et donc contribuerait à expliquer sa stratégie.

35Mesurer la portée de l’étude permet de justifier le choix des bornes chronologiques.

  • 14 M. Margairaz en a donné la démonstration dans L’État, les finances..., op. cit.
  • 15 M. Debré ne quitte le ministère qu’après Mai 1968. Mais la plus grande partie de ses mesures a été (...)

36Bien que la césure puisse apparaître arbitraire, tant les années 1930 et la guerre contiennent en germe les prodromes d’une croissance et d’une modernisation de l’appareil économique et financier public14, l’immédiat après-guerre constitue un point de bascule établi dans l’histoire économique et financière de la France. Il permet à la fois de marquer les ruptures et continuités avec le proche passé et de couvrir l’ensemble des secteurs gérés par le Trésor sur une vingtaine d’années. Le proche héritage ne sera cependant pas négligé. Poursuivre l’étude au-delà de 1958 est apparu rapidement comme indispensable pour trois types de raisons. La marche vers l’expansion, la libéralisation des échanges et leurs conséquences sur le Trésor ne peuvent être comprises que sur une durée plus large que les seules années 1950. Les années 1960 encore mal connues valent la peine d’être défrichées. Et les changements institutionnels, économiques et financiers engendrés par l’avènement de la Ve République et du gaullisme incitent à tester la capacité d’adaptation de la direction. Ce qui permettra éventuellement de se demander si la période 1945-1958 constitue une parenthèse de l’histoire économique et financière de la France ou bien encore de discuter de la validité de la coupure historique de 1958. Terminer en 1967 peut paraître curieux à un lecteur non averti de l’histoire du Trésor. Cette date correspond en réalité à un double changement. D’une part, elle marque la fin du train de mesures en matière de crédit et de libération des changes décidé par le ministre en titre, Michel Debré15. En second lieu, à la suite de la fusion avec les Finex, qui devient effective en 1967, cette date marque le début d’un nouveau Trésor réunifié, visiblement différent du Trésor intérieur ; elle coïncide par ailleurs avec l’arrivée d’un nouveau directeur du Trésor. Enfin, les demandes de consultation d’archives du Trésor au-delà de 1967 – et donc de 1968... – se sont heurtées à une fin de non-recevoir. Nous verrons dans quelle mesure cette chronologie s’avère ou non pertinente.

37Pour répondre à ces multiples interrogations, la consultation et le croisement de différentes sources ont été le point de départ de notre recherche.

SOURCES

38L’abondance de sources qui s’offrent au chercheur en histoire contemporaine oblige à faire des choix, des sélections qui soient pertinentes méthodologiquement. Si la source écrite constitue la base des recherches, la source orale constitue à la fois une clé d’entrée des archives écrites et une ouverture vers une autre perception de la direction. Les sources imprimées et la littérature grise du ministère des Finances constituent un complément indispensable à la compréhension du milieu.

Les sources écrites

39Par rapport à la problématique qui nous guide, le dépouillement des archives du directeur du Trésor a constitué une priorité. Fonds jusqu’à présent inexploré, le pelurier du directeur a pu être consulté pour les années 1946 à 1965. Mois par mois, ces archives rassemblent au jour le jour tous les courriers au départ visés par le directeur : notes pour le ministre, projets de lettre du ministre des Finances à un autre ministre, au gouverneur de la Banque de France, au président du Conseil (ou Premier ministre) ; ou bien encore les notes du directeur du Trésor à un autre directeur du ministère, les notes et courriers de sous-directeurs, voire de chefs de bureau.

40Les dépouillements effectués la première année de recherche ont conduit à relativiser l’intérêt du fonds. Le nombre de pelures, estimé entre 1 500 et 5 000 selon les mois, a entraîné la nécessité de procéder par sondage raisonné. Le choix des cartons a donc été opéré selon trois critères principaux : le changement de gouvernement, de ministre des Finances, de directeur du Trésor. La sélection a été affinée par la prise en compte de dates jugées importantes pour la direction, telles que 1948 : année de mise en place du plan Marshall et de réorganisation de la direction ; 1963 : plan de stabilisation ; 1965 : fusion avec les Finex... Au total un quart des cartons auront été entièrement dépouillés. En outre, le contenu du pelurier a apporté quelques surprises, dans la mesure où il fait rarement état de grandes questions stratégiques ou bien encore des conseils prodigués au ministre sur la politique monétaire et financière à suivre, surtout avant 1958. L’on y découvre en revanche l’étendue de la routine administrative qui rythme la vie de la direction à son plus haut niveau, le formalisme juridique dont sont empreints ses courriers. Cependant, après une familiarisation lente avec ce fonds ardu, il apparaît de ce point de vue comme un outil de recherche indispensable et précieux. Indispensable parce qu’il livre de manière relativement synthétique la teneur des activités de la direction, la nature de ses préoccupations et leur évolution au fil des années. Précieux également, pour qui sait décrypter au-delà d’un style administratif tout en nuances et en euphémismes, si l’on cherche à déceler la nature des rapports entre les acteurs, qu’ils soient hiérarchiques ou fonctionnels. Offrant une vue d’ensemble – souvent impressionnante – de la multitude et de la diversité des activités de la direction, le pelurier reflète-t-il pour autant la réalité de sa vie ?

41Lorsque l’on énumère les différentes lacunes du fonds et que l’on connaît la culture de l’écrit qui anime traditionnellement les Finances, l’on peut s’interroger sur la validité de ce choix. Nulle trace en effet de discussions avec la Banque de France sur la politique du crédit, ni des relations du Trésor avec les banques... Peut-être la source se situe-t-elle à un niveau hiérarchique trop élevé ? Les multiples incursions opérées dans les dossiers des bureaux ont effectivement apporté la réponse en matière de politique du crédit et de politique financière, ou bien encore sur les grands dossiers d’intervention économique. Ce constat amène d’ores et déjà à réfléchir sur le mode de fonctionnement de la direction et sur le repérage de ses centres de décision internes.

42Enfin, nous avons pu consulter, grâce à l’accord de sa famille, les archives de Maurice Pérouse, directeur du Trésor de 1960 à 1967. Classé par les soins de son donateur en vue de Mémoires que sa disparition prématurée ne lui a pas laissé le temps d’écrire, ce fonds particulièrement riche a permis d’aborder les années 1960 avec sérénité.

43Les informations sur les structures de la direction, la gestion de ses effectifs n’ayant pas été retrouvées dans le fonds Trésor, le fonds « Administration générale », versé par la direction du Personnel et des Services généraux, a permis de pallier cette lacune. Les grandes étapes des réformes de l’administration des Finances, qu’elles aient été ou non réalisées, y sont retracées, ce qui permet d’insérer la modernisation du Trésor dans un cadre plus large. Des séries homogènes sur les effectifs du Trésor et des autres directions n’ont pu être établies, et le chercheur doit se contenter d’informations glanées au fil des cartons. Enfin, le fonds recèle les dossiers de carrière et les états de service de l’ensemble du personnel de l’administration des Finances. Afin de reconstituer leur carrière et leur profil social, les dossiers des administrateurs civils et des inspecteurs des Finances de la direction du Trésor ont donc été explorés avec minutie. Bien que d’inégale teneur, ceux des administrateurs civils révèlent à notre sens beaucoup d’informations sur la politique de la direction en matière de gestion des carrières et, à la marge, sur les critères d’évaluation de ses cadres.

44Contrepoint indispensable aux archives du Trésor, la consultation du fonds « Cabinets » aux Archives économiques et financières devait permettre d’évaluer le rôle tenu par le Trésor dans le processus de décision politique. Le fonds ne recèle que les archives de quelques conseillers techniques d’une dizaine de cabinets, et ne fait guère apparaître le rôle véritable des membres de cabinet ni ne fait état des dossiers gérés par le Trésor. À tout le moins permet-il de donner quelques repères sur les grands débats de l’époque.

45En complément, la consultation systématique d’archives dites privées de hauts fonctionnaires a permis de donner également un autre éclairage sur le Trésor : celles de Roger Goetze, directeur du Budget de 1949 à 1958, et conseiller technique au cabinet du général de Gaulle de 1958 à 1959 ; d’André de Lattre, directeur de cabinet de Wilfrid Baumgartner de 1960 à 1962, directeur des Finances extérieures de 1962 à 1965 ; celle de Pierre Moussa, directeur des Affaires économiques et du Plan au ministère de la France d’outre-mer de 1954 à 1959.

46En dépit de l’ampleur des archives économiques et financières à explorer, la nécessité d’une vision externe de la direction oblige à s’intéresser à d’autres fonds d’archives. Face aux diverses possibilités qui s’offraient : archives du Plan, archives du ministère de l’Industrie, archives bancaires..., le choix s’est porté en priorité sur la source bancaire qui pouvait apporter un autre regard sur des relations encore mystérieuses entre le Trésor et ces institutions.

47Trois fonds d’archives complémentaires ont été explorés. D’une part les archives de la Banque de France, dont le fonds versé par le secrétariat général de la Banque, se sont révélées très utiles pour définir les points d’ancrage des relations entre l’Institut d’émission et la direction du Trésor. Les archives du Crédit lyonnais ont également livré d’intéressantes informations sur les liens entre l’ensemble des banques commerciales et leur autorité de tutelle. Enfin, les archives de Paribas, bien qu’en cours de classement, offrent un éclairage complémentaire sur les relations de cet établissement avec le ministère des Finances.

48L’exploration de fonds d’archives qui concernent les années 1960 a également constitué un autre critère de sélection.

49Facilitée par un inventaire remarquablement précis, la consultation du fonds W. Baumgartner conservé à la Fondation nationale de sciences politiques s’est révélée très utile pour la période de l’entre-deux-guerres mais également pour les années 1960-1962, durant lesquelles le haut fonctionnaire est ministre des Finances.

50Enfin, à défaut d’avoir eu accès aux archives de M. Debré, en cours de classement, la consultation du fonds Georges Pompidou déposé aux Archives nationales a permis d’évaluer en partie le processus de décision entre les Finances et Matignon dans les débuts de la Ve République.

Les sources imprimées

51Pour compléter utilement les archives écrites, la source imprimée offre aux chercheurs des renseignements précis mais aussi d’ordre général, dont le dépouillement s’avère indispensable pour l’analyse sociale et culturelle des agents de la direction.

52D’un côté, les bottins et annuaires livrent de précieux détails biographiques sur les hauts fonctionnaires du Trésor, notamment ceux dont les dossiers de carrière n’ont pu être consultés. En complément de l’état de service du personnel des Finances, l’Annuaire général des Finances et le Who’s who apportent des éléments biographiques non négligeables, notamment sur la carrière effectuée à la sortie du Trésor ; l’annuaire de l’Inspection des finances et celui des anciens élèves de l’École nationale d’administration participent à la définition des réseaux de chaque haut fonctionnaire. S’il permet de suivre l’évolution formelle de la structure sur vingt ans, le Bottin administratif décrit un organigramme de la direction limité aux seuls échelons supérieurs. Des exemplaires de l’annuaire téléphonique du Trésor ont permis de compléter les informations sur la répartition des agents entre les bureaux, qui revêtent une certaine signification quant au mode de fonctionnement de chaque cellule administrative. Enfin, la consultation des lois et décrets parus au Journal officiel permet de retrouver précisément la trace et la teneur de textes concernant la direction ou son domaine d’action.

53Un autre pan des sources imprimées revêt une importance réelle pour le sujet qui nous préoccupe : la littérature grise du ministère des Finances, et les revues qui touchent à la vie administrative. Statistiques et études financières ne se contente pas de livrer d’utiles indications chiffrées sur les grands agrégats de la politique économique et financière. On y trouve notamment les comptes rendus des séances de la Commission des investissements et la publication de rapports commandés par le ministre. Le Bulletin de l’Économie et des Finances qui paraît à partir de janvier 1959 est une source d’information non seulement sur la vie de chaque direction, relatée régulièrement avec précision, mais aussi sur les doctrines de chaque direction, perceptibles grâce aux articles rédigés par des hauts fonctionnaires des Finances sur des sujets techniques. Le caractère restreint de sa diffusion en fait un outil de recherche non négligeable. S’y joignent la revue Promotions des anciens élèves de l’ENA et la Revue administrative, qui offrent des regards contemporains sur la vie administrative et des débats sur le statut, la carrière, l’avenir des corps, etc.

54Enfin, les textes des cours dispensés à Sciences Po sur le Trésor ou sur la politique économique et financière ont retenu toute notre attention. Là aussi, le caractère limité de leur diffusion donne à leur exploitation une signification particulière. Dispensés par des hauts fonctionnaires, qui n’hésitent pas à exprimer çà et là leur opinion sur tel sujet d’actualité, tel défaut du système financier, ils participent à l’élaboration de la formation économique des futurs hauts fonctionnaires. Par ailleurs, ils diffusent implicitement une représentation du Trésor qu’il est intéressant d’étudier sur l’ensemble de la période.

55Pour mesurer les échos dans l’opinion publique de certaines décisions de politique économique et financière, la consultation de dossiers de presse thématiques de l’Institut d’Études Politiques de Paris a permis une lecture sélective.

La source orale, clé d’entrée et porte de sortie des archives écrites

  • 16 P. Fridenson, « Avant-propos », Études et documents, III, Comité pour l’histoire économique et fin (...)

56Longtemps, la source orale a été le parent pauvre des sources utilisées par les historiens et sa récente percée ne la met pas pour autant à pied d’égalité avec les autres16. Néanmoins, le parti pris de cette recherche est de s’appuyer fortement sur le croisement de témoignages oraux et de justifier l’intérêt de cette démarche. Ayant l’avantage d’avoir contribué à la constitution des archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière de la France et aux réflexions méthodologiques qui l’ont accompagnée, nous en connaissons au départ à la fois la richesse pour l’histoire d’une institution mais aussi ses limites. Depuis le début de la recherche, l’utilisation faite des archives orales s’est progressivement affinée et l’enthousiasme de départ s’est quelque peu émoussé.

Les apports de la source orale à l’histoire d’une direction d’administration centrale

57Pour qui sait l’écouter ou lire sa transcription, la source orale participe à la définition des pistes de recherche, ouvre des perspectives nouvelles à l’historien, en restituant à travers les discours la logique d’action dominante, les préoccupations majeures de l’époque, telles que le témoin les reconstitue aujourd’hui. Elle rend accessibles des documents techniques parfois ardus et, par croisement avec l’écrit, exprime plus clairement les doctrines sous-jacentes. Elle aiguille le chercheur sur les chemins paperassiers des archives administratives et l’aide à trouver le « bon papier ».

58Elle peut à la fois constituer le complément des archives écrites et leur clé d’interprétation ultime : elle met ainsi en évidence les mécanismes de fonctionnement technique ou administratif que l’écrit ne livre qu’implicitement, les règles non écrites en usage, et parfois nuance ou confirme des informations livrées par le document écrit. Si les deux sont en contradiction, la source orale ne constitue évidemment pas une preuve mais suscite un nouveau questionnement sur le document écrit : ne doit-on pas également s’interroger sur la sincérité des opinions émises dans des documents administratifs ? Dans un univers aussi hiérarchisé que l’administration, la note pour le ministre ne reflète pas forcément la position de son auteur mais plutôt celle que le destinataire a envie d’entendre...

59Les archives orales peuvent-elles constituer un outil en soi ? Certains aspects culturels, administratifs, sont introuvables dans les archives écrites et les problématiques définies ci-dessus donnent à cette source une place essentielle.

60Grâce aux témoignages oraux, la dimension humaine, le vécu quotidien, les aspects matériels, l’organisation des bureaux sont mis au jour : autant de détails qui ont leur importance pour apprécier la modernisation éventuelle de l’organisation. Les organigrammes, incarnés par des visages, des voix, prennent vie et leur apparente rationalité est nuancée au fil des témoignages croisés.

61Sur l’étude du système relationnel du Trésor, elle pallie les lacunes des sources écrites en mettant en lumière le type ou les types de fonctionnement interne de la direction : les relations entre les bureaux et les sous-directions, les rapports entre les différents corps de fonctionnaires, le rôle dévolu au directeur, son management, les enjeux de carrière au sein de la direction, etc. La définition des relations personnelles des uns et des autres avec leurs correspondants extérieurs est signifiée autant par la récurrence de certains noms que par l’absence notable de la mention de certaines institutions. La source orale permettra de cartographier également les réseaux d’influence, les liens entre camarades de l’ENA, des liens d’amitié, d’affinité politique ou philosophique, imperceptibles dans les archives écrites.

62Les représentations du Trésor, internes ou externes, soit la définition de sa culture, analysée à partir du discours du Trésor sur lui-même, seront bien évidemment au cœur de l’exploitation des témoignages : la conscience que les témoins ont du prestige de la direction, de son rôle dans l’appareil économique et financier public, les points d’ancrage des préoccupations de l’époque (investissement, inflation, trésorerie...) ; leur perception des relations du Trésor avec le pouvoir politique, avec ses concurrents de la sphère administrative, etc., ainsi que leur perception du processus de décision des politiques publiques. Contrepoint indispensable, les représentations extérieures du Trésor seront analysées soit au niveau du cabinet du ministre, soit au niveau de ses interlocuteurs habituels. L’ambition sera ici limitée par le fait qu’il n’existe pas d’archives orales sur le Plan ou bien encore très peu dans les banques : le temps nous a manqué pour compléter notre corpus dans ces domaines.

63L’analyse du discours devra être subtile, car, le rôle du Trésor étant publiquement remis en question depuis une dizaine d’années, les témoignages offrent deux types de comportement dans un même souci de protection de l’institution : ceux qui sont conscients de l’intérêt d’adopter un « profil bas » pour défendre l’institution ; ceux qui, pour valoriser leur rôle, continuent de décrire un Trésor flamboyant et dominateur.

64Ceci amène directement à parler des limites de la source orale et de la manière dont ces écueils peuvent être évités.

Les limites de l’exploitation de la source orale et l’élaboration d’une méthodologie rigoureuse

  • 17 P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.
  • 18 F. Descamps, « Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière ou la fabric (...)
  • 19 A. Terray, « Histoire de l’administration. Deux formes de dialogues entre l’historien et le témoin (...)

65Le problème de la mémoire reconstruite a posteriori, qui sélectionne, déforme la réalité pour proposer « sa » réalité, est reconnu de longue date comme l’inconvénient majeur de l’histoire orale17. Par définition les archives orales sont des archives provoquées avec leur cortège de séquelles : une mémoire encore plus reconstruite face à un enquêteur qui n’est pas neutre, qui participe à la construction du discours18.. S’y ajoute la question, souvent éludée, de la méthode de recueil du témoignage : récit de vie, entretiens thématiques, chacun présente des biais19. Le récit de vie, tel qu’il est pratiqué par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France, repose sur un questionnaire ouvert, qui n’explore pas forcément tous les sujets et conduit parfois à des réponses lacunaires ou imprécises. Tandis que l’entretien centré sur le thème de la direction du Trésor présente le risque de perdre toute spontanéité dans les réponses. Sur un sujet publiquement débattu comme le Trésor, le problème se pose avec une particulière acuité.

66Le problème des différents temps de l’entretien est inhérent aux archives orales : temps télescopé par le témoin, qui mélange des dates, raccourcit ou allonge des périodes données ; et qui en arrive parfois à des concepts anachroniques (comme la notion de grands équilibres macro-économiques, postérieure à la période étudiée) ; temps présent qui influe sur la vision du temps passé qu’un contexte politique, intellectuel particulier colore différemment ; temps individuel du témoin qui, au crépuscule de sa vie, se penche sur son passé avec mélancolie, adoucit les crises, relativise les conflits, embellit ses souvenirs.

67Pour pallier ces difficultés, trois principes méthodologiques se dégagent :

1. Une grille d’analyse très fine.

68Entretiens biographiques et entretiens thématiques sont effectués à partir de grilles d’analyse distinctes et complémentaires. Nous avons ici défini un questionnaire spécifique à l’objet d’étude, formé d’une grille de questions communes adaptée à la position administrative du témoin selon sa fonction et son grade et qui inclut la période de formation avant l’entrée au Trésor. Afin de ne pas suggérer l’orientation de la thèse, des questions presque ouvertes, parfois candides ont été posées et reposées différemment d’un entretien à l’autre. D’autre part, le croisement systématique des témoignages successifs d’un même témoin (croisement des publications de souvenirs avec les entretiens livrés au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretiens thématiques réalisés par l’auteur, voire réalisés par d’autres sur d’autres thèmes) est souvent riche d’enseignement par les tonalités différentes du discours au gré de chaque exercice : plus ou moins grande spontanéité du témoin, sédimentation de la mémoire sur les récits écrits ou oraux livrés antérieurement. Si tant est que l’on puisse définir une hiérarchie des témoignages, le plus ancien recueilli est considéré comme le plus fiable.

2. Un corpus de témoins hétérogène.

69Le croisement des sources internes et externes à la direction évite de survaloriser le rôle tenu par le Trésor et permet également de prendre la mesure de son image au sein de la sphère financière : trente-trois témoignages de directeurs de cabinet, hauts fonctionnaires du Budget, des Finex, de la Banque de France, banquiers issus des Finances..., ont donc été écoutés ou recueillis de manière thématique. Constitué en quasi-totalité de hauts fonctionnaires des Finances hors du Trésor, le corpus sera bien évidemment très proche de celui du Trésor, et l’hétérogénéité certes bien relative : les critères de sélection de ce corpus extérieur prennent inévitablement en compte la même génération et les mêmes corps que ceux du Trésor (administrateur civil, Inspection des finances).

70Multiplier les témoignages internes à la direction permet, par croisement systématique, d’éviter partiellement les méfaits de la reconstruction. La sélection des témoins a été définie selon les critères suivants : tous les directeurs, les sous-directeurs encore en vie, les chefs des bureaux les plus en vue tels qu’ils sont apparus lors de la première année de recherche, ayant exercé des fonctions soit dans les années 1950, soit dans les années 1960, soit dans les deux. Tous les types de formation sont représentés : ceux issus de l’ancien concours de rédacteur et de celui d’inspecteur des finances, les énarques administrateurs civils ou inspecteurs des Finances. Le total représente vingt-cinq témoins. L’ensemble de ces critères permet d’avoir une perception relative de l’évolution historique, des décalages culturels existants, mais aussi des processus de décision interne à la direction.

3. Une critique rigoureuse de la source.

71Les critiques externes de la source s’appliquent bien évidement aux témoignages oraux : prise en compte de l’âge, des défaillances inévitables de sa mémoire et analyse du parcours biographique de chaque témoin : qui est-il, quel est son positionnement social, hiérarchique ? Son parcours a-t-il été une réussite ou un échec ? Est-ce un acteur ou un témoin direct ? Dans quelle mesure les relations avec l’enquêteur ont-elles pu interférer (sexe, âge, formation de l’enquêteur, perception de l’historien chez les hauts fonctionnaires...) ?

72À cela s’ajoute l’analyse délicate du contenu.

73Comment cerner la vérité ? Plusieurs méthodes permettent d’éviter les pièges de l’oral. La transcription intégrale des témoignages sur la direction du Trésor restitue l’ensemble du discours, ses incohérences éventuelles, et permet au chercheur de s’imprégner de la pensée du témoin. Elle préserve du risque d’erreur d’interprétation d’une citation sortie de son contexte ou d’une réponse souvent induite par la question posée. Les opinions spontanément délivrées, non commandées par une question, seront naturellement privilégiées.

74Pour juger de la sincérité du témoignage, le chercheur doit s’interroger sur l’intérêt, individuel ou collectif, qu’a le témoin d’énoncer « sa » vérité. A-t-il l’habitude de s’exprimer en public, ou de livrer ses opinions publiquement (publication de mémoires) ? Manie-t-il facilement la parole, cherche-t-il à séduire son auditeur ? Autant d’indices qui permettent de déceler le degré de sincérité d’un témoin, de manière assez intuitive, nous en convenons.

75Enfin, l’analyse lexicale et syntaxique du discours, qui va jusqu’à l’altération de l’intonation, silences, lapsus, hésitations de langage, en dit parfois plus long que de brillants discours soigneusement préparés. L’écoute des enregistrements sonores revêt de ce point de vue un intérêt pour l’évaluation du témoignage.

76Il n’en demeure pas moins qu’un témoignage qui apparaît particulièrement reconstruit, lissé, apporte d’autres informations sur la personnalité du témoin, son histoire, son identité. De même, la soumission de la publication d’extraits d’entretiens à son autorisation en dit long sur l’image que le témoin entend laisser dans l’histoire. À moins qu’il ne craigne d’en avoir trop dit ?

77Toutes ces méthodes ne tendent qu’à cerner l’homme au plus près pour pouvoir apprécier la portée de son témoignage et donc d’en évaluer précisément les apports.

78Pour le reste, ne demandons pas à la source orale ce qu’elle ne peut apporter...

LE PLAN DE LA RECHERCHE

79L’axe principal de la recherche et les sources utilisées ayant été exposés, il nous faut maintenant présenter l’organisation de notre recherche.

80En guise de prologue, un premier chapitre retracera le proche héritage reçu par la direction du Trésor depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à la Libération. Il apparaît en effet indispensable de prendre la mesure des ruptures et des continuités avec le passé immédiat.

81Une première partie sera consacrée à l’étude de la période 1947-1958, qui correspond à celle du développement de l’État-banquier dans ses divers aspects : prise en main des investissements publics, réorganisation de la direction, développement de l’État-actionnaire, construction d’un système monétaire et financier public. Pour tenir compte d’évolutions qui diffèrent d’un sujet à l’autre, certains thèmes seront développés sur l’ensemble de la période 1947-1958, d’autres sur 1947-1952.

82La deuxième partie se profile comme un temps d’arrêt et de mise en perspective sur le milieu de la période, 1958. Date-charnière en histoire politique, l’est-elle autant pour en histoire économique et financière ? Quelle est la situation du Trésor à l’issue d’une décennie glorieuse ? Sur ces questions se greffe celle du rapport entre le Trésor et le pouvoir politique, ou bien encore celle de l’existence d’une bureaucratie qui sera étudiée sur toute la période. En constituant l’un des points de départ du changement de régime, la guerre d’Algérie ouvrait également la voie à une étude thématique sur les relations privilégiées que le Trésor a pu entretenir avec l’outre-mer sur la moyenne durée. Ces deux chapitres offrent de manière complémentaire un regard sur les dimensions du pouvoir du Trésor.

83Consacrée aux années 1959-1967, la troisième partie reprend les thèmes de la première, afin de mesurer les changements opérés d’une décennie à l’autre dans les domaines monétaire, financier, économique et organisationnel : à la faveur du vent de réformes qui souffle en ces débuts de la Ve République, le Trésor est alors à la recherche d’un nouvel équilibre monétaire et financier, mais aussi d’un nouvel équilibre de son organisation. Serait-ce la fin de l’État-banquier ? Quel est le nouveau visage de la modernisation à l’aube de 1968 ?

Notes

1 Le Trésor public et le Mouvement général des fonds, Paris, PUF, 1960.

2 Voir B. Badie et P. Birnbaum, Sociologie de l’État, Paris, Hachette, 1983 ; L. Rouban, Le fonctionnaire détrôné ? L’État au risque de la modernisation, Paris, FNSP, 1991.

3 P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.

4 G. Thuillier, Pour une histoire générale de la bureaucratie, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999. R. Catherine et G. Thuillier, Introduction à une philosophie de l’administration, Paris, Armand Colin, 1969. M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 2 tomes, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991.

5 A. Chandler, Stratégies et structures de l’entreprise, Paris, Éditions d’organisation, 1972 ; H. Mintzberg, Le management, voyage au centre des organisations, Paris, Édition d’organisation, 1991.

6 M. Bruguière, « Une renaissance scientifique : l’histoire financière », introduction à Études et documents, I, 1989, p. iii. Et Pour une renaissance de l’histoire financière xviiie-xixe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992.

7 S. Lepage, La direction des Finances extérieures 1946-1953. Les années fondatrices ou le magistère Guindey, thèse, D. Barjot (dir.), École des chartes, 1996.

8 R. Delorme et C. André, L’État et l’économie, Paris, Le Seuil, 1983.

9 Selon les termes utilisés par P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, op. cit.

10 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Paris, éd. du Seuil, 1976.

11 S. Berstein, in (dir.) Les cultures politiques en France, Paris, éd. du Seuil, 1999.

12 Qu’elles soient opératoires, managériales ou stratégiques, selon la typologie donnée par H. Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, Paris, Éditions d’organisation, 5e éd., 1989. Voir également Safari en pays stratégie. L’exploration des grands courants de la pensée stratégique, Paris, Éditions Village Mondial, 1999.

13 G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France, op. cit., p. 221.

14 M. Margairaz en a donné la démonstration dans L’État, les finances..., op. cit.

15 M. Debré ne quitte le ministère qu’après Mai 1968. Mais la plus grande partie de ses mesures a été prise en 1966 et 1967.

16 P. Fridenson, « Avant-propos », Études et documents, III, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, p. i-vii, et F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, à paraître.

17 P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.

18 F. Descamps, « Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière ou la fabrication d’une source », Études et documents, III, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, p. 527.

19 A. Terray, « Histoire de l’administration. Deux formes de dialogues entre l’historien et le témoin ; l’entretien « archive orale » et l’entretien complémentaire thématique », Études et documents, VII, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, p. 501-509.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pourcentage des dépenses publiques par rapport à la Production Intérieure Brute à prix constants 1938 (Dépenses de l’État, hors collectivités locales et Sécurité sociale)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 2. L’État et les investissements : évolution des dépenses en volume 1947-1974
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3. Répartition des modes de financement de la F.B.C.F. de 1947 à 1967
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable