Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Crise, coopération économique et financière entre États européens, 1929-1933

 | 
Sylvain Schirmann

L’impossible Fédération Économique Européenne ?

Chapitre IV

Les Europes en crises

Texte intégral

1La crise qui se développe en Europe et dans le monde est vécue par les différents pays comme une crise nationale. Certes des manifestations semblables se déroulent aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest du continent, mais leur intensité n’est pas la même. Celle-ci varie avec la structure des économies, dont le degré de résistance précipite ou retarde l’entrée en crise.

2Les différentes évolutions des principaux indicateurs économiques sont à l’origine d’une géographie de la crise fort contrastée. Ces divergences nationales (on ne connaît pas la même crise que le voisin) posent problème aux relations internationales, notamment à la coopération entre États européens.

L’évolution de quelques grands indicateurs économiques de 1929 au début de l’année 19311

  • 1 Sur la crise économique, se référer, par exemple, à : Kindleberger Charles P., The World in Depress (...)

3Le changement de conjoncture se produit progressivement au cours de l’année 1929. À regarder les grands indicateurs économiques, la dépression se creuse en 1930, sans atteindre encore au début de l’année 1931 le cataclysme observé ailleurs.

Production et commerce

4La courbe de la production baisse continuellement au cours de l’année 1930. Certains pays européens connaissent le lot des États-Unis avec un recul rapide de l’activité (Allemagne) ; d’autres (France et Royaume-Uni) semblent mieux armés. Par rapport à son partenaire américain, l’Europe dans l’ensemble apparaît mieux lotie. Le commerce extérieur européen n’a baissé que de 12 % pendant les neuf premiers mois de 1930, alors que durant la même période le commerce international des pays non européens recule de 23 %. Au tournant de l’année 1931, le continent suit cependant une évolution comparable aux autres régions de la planète. Au-delà de ce décalage profitable aux États européens, force est de reconnaître une évolution plus contrastée pour certains secteurs industriels.

Tableau 2 : Indices généraux de la production par trimestre

PAYS

1929

1930

 

I

II

III

IV

I

II

III

IV

États-Unis

107

112

111

98

95

93

83

76

Royaume-Uni

106

108

106

112

107

98

88

90

France

108

110

109

112

113

113

109

106

Allemagne

95

109

103

100

93

89

80

75

IVe trimestre 1928 = 100

(Sources : SDN, Commission d’Études pour l’Union Européenne, Rapport sur l’étude du cours et des phases de la dépression économique actuelle, doc. SDN n° C. 284. M. 134. 1931. VII, p. 8.)

5Jusqu’au milieu de l’année 1930, les industries de biens de production subissent une dépression moins prononcée que celles des biens de consommation. La tendance s’inverse après l’été 1930. Là encore le continent européen semble plus protégé que les États-Unis. Si l’on prend comme exemple les industries mécaniques, le recul de la production atteint 50 % en Amérique de 1929 à 1930, alors que l’activité ne régresse que de 10 % au Royaume-Uni et de 15 % en Allemagne. En France, la production reste stable d’une année à l’autre dans ce secteur. Pour l’automobile, le nombre de véhicules produits recule de 37 % aux États-Unis aux mêmes dates, de 11 % seulement en Europe. Les cours boursiers résument bien ce fossé qui subsiste encore entre le Vieux et le Nouveau Monde. De septembre 1929 à décembre 1930, les cours des valeurs s’effondrent de 53 % aux États-Unis, alors que le mouvement de repli n’est que de 33 % à Londres, 36 % à Paris, 30 % en Suisse. Seuls les reculs allemand (47 %) et néerlandais (52 %) sont comparables au mouvement enregistré à New York.

6Cette baisse générale de la production, liée à un rétrécissement important de la demande, contribue à un gonflement généralisé des stocks qui atteignent des niveaux inégalés. Dès lors un cycle cumulatif s’installe conduisant à une baisse du niveau des prix.

Le niveau des prix

Tableau 3 : Le niveau des prix de gros dans trois pays européens

PAYS

1928

1930

Février 1931

Royaume-Uni

140,3

119,5

106,2

Allemagne

140,0

123,6

108,1

France

126,3

108,7

97,8

(1913 = 100)

(Sources : Bulletin Mensuel de Statistique de la SDN, in doc SDN n° C.284.M.134.1931. VII., p. 8.)

7Le tableau 3 montre la forte baisse des indices de prix de gros dans trois pays européens, qui n’ont pour ce phénomène rien à envier aux États-Unis. Mais l’évolution des divers produits est là également très variable. Pour les denrées agricoles, le cours des céréales diminue davantage que celui des productions d’origine animale. Un exemple l’illustre bien : le prix du blé a reculé de 50 % de 1929 à 1931, alors que celui du beurre n’a subi qu’une érosion de 23 %. À l’exception notable du charbon et du fer, les prix des matières premières suivent la même orientation à la baisse. Dans ce secteur tout dépend en réalité de la plus ou moins forte présence des cartels, de la plus ou moins grande intervention de l’État. Les prix réglementés (ceux fixés par l’État ou un cartel) diminuent de 11 % à partir de l’automne 1929 jusqu’au printemps 1931, alors que les prix libres reculent de 32 %. Si l’on ajoute que les produits finis ne sont pas en reste dans ce mouvement, on mesure l’impact de cette tendance sur les rémunérations du travail et du capital.

Salaires et loyers de l’argent

8Les salaires nominaux de la classe ouvrière n’ont guère varié. Ils reculent pendant l’année 1930 de 2 % au Royaume-Uni, d’1 % en Allemagne. Mais les salaires réels s’accroissent. Cela ne fait aucun doute que la situation ne pourra durer, car les entreprises n’admettent pas trop longtemps une surcharge de leurs coûts de production. En revanche, la courbe du loyer de l’argent plonge depuis l’automne 1929. On assiste en effet, après le krach boursier d’octobre 1929, à une diminution du taux d’escompte sur les grandes places. Au printemps 1931, ce taux se situe à 2 % à Paris et à Zurich, à 2,5 % à Londres. Les taux d’intérêt à long terme suivent cette évolution : ils reculent de 1 % depuis l’automne 1929.

9Les grandes puissances prêtent de moins en moins leur argent. Les exportations britanniques de capitaux diminuent de 70 % en 1930. La France, qui a beaucoup prêté jusqu’en 1929, rapatrie ses capitaux en 1930. Ses comptes portent trace d’une importation nette de capitaux pendant cette même année. Les pays, jusque-là emprunteurs, privés d’une partie de leurs moyens, réduisent alors leurs achats, provoquant une réduction de leurs échanges commerciaux. La restriction de la demande que l’on observe à tous les niveaux est facteur de l’augmentation du chômage.

La courbe ascendante du chômage

10Un simple tableau de statistiques du chômage de mars 1929 à mars 1931 suffit à mesurer l’ampleur de la catastrophe sociale qui se dessine. C’est un aspect essentiel, car la crise est avant tout vécue par les contemporains comme une crise sociale aux aspects dramatiques, si l’on songe à la misère des chômeurs en Allemagne ou au Royaume-Uni. En Pologne, un ouvrier sur deux est sans emploi ; un sur trois en Tchécoslovaquie. Dorénavant c’est à la victoire remportée sur ce fléau que l’on mesurera le succès des politiques économiques.

Tableau 4 : Nombre de chômeurs en Allemagne, Italie et au Royaume-Uni

PAYS

Février 1929

Février 1930

Février 1931

Allemagne

3 050

3 336

4 972

Italie

 505

 483

 792

Royaume-Uni

1 454

1 583

2 697

(En milliers)

(Sources : Bulletin mensuel de statistiques, SDN, doc n° C. 284. M. 134. 1931. VII, p. 9.)

11Au total, après deux années de crise, l’Europe est encore mieux lotie que son principal rival, les États-Unis. Ses performances restent meilleures que celles de l’Amérique latine ou de l’Asie, et plus particulièrement que celles du Japon. Mais cela fait presque deux ans que les principaux indicateurs économiques sont orientés à la baisse. L’Europe est encore loin de la sortie du tunnel !

Géographie de la crise européenne

12La présente partie se propose de faire un tour d’horizon de la crise en Europe. Il s’agira de mettre en valeur comment les différents groupes d’États subissent la dépression. À cause de leur poids politique et économique, le périple s’intéresse d’abord aux grandes puissances (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie), ensuite aux rivages de la mer du Nord, enfin à l’Europe centrale et orientale.

La crise et les grandes puissances européennes

La crise allemande2

  • 2 Sur la crise allemande : Blaich Fritz, Der schwarze Freitag. Inflation und Wirtschaftskrise. DTV, 1 (...)

13Frappé dès 1928 par le ralentissement de l’activité économique, le Reich dépasse le cap des deux millions de chômeurs dès avril 1929. Un an après, le nombre de sans-emploi a pratiquement doublé, atteignant le chiffre de 3,7 millions. « Cette crise avant la crise » est essentiellement due à des facteurs endogènes, même si certaines causes externes amplifient ce phénomène.

14Les hausses des salaires et la cherté du crédit ont pesé sur les coûts de production. De 1926 à 1929, les rémunérations progressent plus rapidement que le coût de la vie et la productivité du travail. Une telle situation incite les entreprises à rationaliser la production. Mais cette rationalisation a parfois été menée de façon désordonnée. Elle a d’abord conduit le pays à se doter d’unités souvent coûteuses et peu rentables. À y regarder d’un peu plus près, force est de constater que deux secteurs industriels ont été massivement concernés par cette évolution : l’automobile et l’extraction charbonnière. Ailleurs, il y a ralentissement du progrès technologique dès 1924-1925. Des erreurs d’investissement effectuées dans certaines branches font courir des risques de surproduction. Pour parer à d’éventuelles difficultés de débouchés, la cartellisation se renforce, ce qui permet de relativement bien garantir les prix. Les cartels contribuent ainsi à une sclérose de l’appareil de production allemand, car les prix restent rigides. L’équilibre financier des groupes est assuré par la réduction de la production et des effectifs.

15À ces facteurs s’ajoutent les problèmes de crédit. L’insuffisance de l’épargne rend le loyer de l’argent cher, ce qui attire les capitaux étrangers. Mais cet apport (souvent des capitaux placés à court terme) dépend des possibilités de profit et du contexte politique. Or bien avant le Krach boursier d’octobre 1929, ces deux conditions jouent contre l’Allemagne. Dès la fin de l’année 1928, les Américains préfèrent spéculer chez eux (cf. le boom boursier) et d’autres créanciers, les Français notamment, retirent leurs capitaux du Reich à cause du débat suscité par la négociation du plan Young. Cette contraction du crédit à l’Allemagne provoque la diminution des investissements. Le mouvement est sensible à partir de 1927. De 1927 à 1928, l’investissement net recul de 10 %.

16Mais certaines œillères empêchent de voir la réalité. Les exportations (elles progressent par exemple de 88 % de 1927 à 1929) camouflent l’étroitesse du marché intérieur. Les ambitieux programmes de logements et d’équipements publics financés par le déficit public n’améliorent guère une situation sociale peu reluisante. Le chômage lui-même est mis sur le compte de la rationalisation. Mais en réalité le cycle de la crise est en route. Quand les Américains réduisent leurs importations (tarif Hawley Smoot en 1930), la dépression, qui a démarré en Allemagne en juillet 1929, ne fait que s’amplifier. Elle est encore accentuée par les malheureuses élections de septembre 1930 qui voient la poussée des extrêmes (nazis et communistes). Celles-ci incitent davantage au retrait des capitaux à court terme. La légère reprise du premier trimestre 1931 ne corrige guère des indicateurs économiques qui sont au rouge depuis 1928. Mais le plus dur est encore à venir : à l’incertitude économique vient s’ajouter l’incertitude politique !

Une crise atténuée au Royaume-Uni3

  • 3 Voir : Bedarida François, La société anglaise du milieu du xixe siècle à nos jours, Paris, Seuil, C (...)

17Le Royaume-Uni semble d’abord le témoin des turbulences venues de l’autre rivage de l’Atlantique. À bien des égards, les performances de l’économie britannique apparaissent comme meilleures au début des années trente qu’au début des années vingt. Mais lorsque la crise atteint l’île, celle-ci n’a pas encore surmonté les difficultés qui l’ont assaillie après la première guerre mondiale. À la veille de la dépression, le Royaume-Uni reste toujours en deçà de ses performances économiques de 1913. Les exportations déclinent et les importations s’élèvent dans un pays qui reste fidèle au libre-échange. Ce déséquilibre tire son origine de prix trop élevés, qui s’expliquent par la stabilisation de la livre en 1925 et des coûts de production exorbitants. Salaires, souvent proches du double des rémunérations versées ailleurs, fiscalité élevée liée à des charges sociales importantes rendent les entreprises britanniques peu compétitives.

18Les industries anciennes ont du mal à s’adapter aux conditions de la deuxième Révolution Industrielle. Dès 1920, le charbonnage, les textiles et les constructions navales sont en crise. Cela se traduit sur le plan social par des licenciements et à la même date, le chômage dépasse le million de personnes. C’est une plaie pour le pays tout au long de la décennie. Cette crise, les Anglais refusent d’abord de la voir, dénonçant le manque de « fair play » et la concurrence déloyale de leurs partenaires. Ce n’est qu’en 1929 qu’ils décident de faire disparaître un outillage industriel composé de petites unités. La mobilisation économique qui en résulte cherche à rattraper le retard britannique. C’est une économie en restructuration et en débat (cf. Comité Balfour, Commission Mac Millan) qui affronte la crise mondiale. Or celle-ci n’a pas le caractère dramatique qu’elle a en Allemagne, car, grâce à l’Empire, le Royaume-Uni se procure ses matières premières et ses denrées alimentaires à des prix avantageux. Les revenus des capitaux placés à l’étranger permettent à un instrument bancaire de disposer de réserves pour éventuellement réaliser cette restructuration industrielle. Si les indicateurs restent négatifs, la situation jusqu’en ce début de 1931 ne nécessite pas des mesures d’urgence.

L’Italie fasciste face à la crise4

  • 4 Voir : Berstein Serge-Milza Pierre, L’Italie fasciste, Paris, A. Colin, 1970 ; Guerin Daniel, Fasci (...)

19La crise atteint l’Italie vers la fin de l’année 1930. Elle touche une économie qui depuis la seconde moitié des années vingt glisse vers le dirigisme. Les dirigeants fascistes mènent depuis 1925 des batailles économiques aux succès mitigés. La « bataille du blé » lancée par Mussolini en 1925 permet à l’Italie de tendre à l’autosuffisance au début des années trente. La « bataille de la lire » confère à la devise italienne la stabilité du franc Poincaré. Puis un ambitieux programme de travaux publics et de bonifications cherche à jeter les bases du dynamisme économique dans la péninsule. Mais ces opérations de prestige ont un prix.

20Revenu national et production industrielle ont progressé. L’indice de la production industrielle passe de 100 en 1922 à 204 en 1929. L’économie italienne fonctionne cependant de façon « artificielle ». La monnaie forte suppose le renoncement à l’expansion économique ; les mesures de stabilisation qui accompagnent cette politique se traduisent par l’austérité. La bataille du blé, les bonifications conduisent à sacrifier, au nom de l’autosuffisance, des cultures rentables comme les fruits et les légumes. Ces batailles ne sont gagnées que par le protectionnisme douanier. La conséquence pour le consommateur, les prix italiens (notamment les denrées alimentaires) sont toujours supérieurs aux cours mondiaux. Mais Mussolini a fait son choix et, en 1930, il théorise cette évolution sous le nom « d’autarcie ».

21Cette politique et la structure de l’économie italienne constituent d’abord des freins à la crise. La cartellisation que le régime commence à introduire, les commandes exceptionnelles de l’État (matériel ferroviaire) et des tarifs qui protègent le secteur automobile limitent les effets de la dépression, qui se caractérise surtout par une réduction du commerce extérieur et un retrait des capitaux américains. Jusque-là rien de bien inquiétant comparé à d’autres pays européens. L’Italie reste de surcroît encore un pays d’artisanat, de petites entreprises et « ce caractère archaïque agit plutôt comme un frein ».

22Dans les secteurs plus récents, intégrés à l’économie-monde, la perturbation se propage plus rapidement. L’Italie souffre alors du décalage entre ses prix (cf. la stabilisation de la politique de la Lire) et les prix mondiaux. Les prix italiens sont élevés. Ils provoquent un effondrement des exportations qui diminuent de 60 % entre 1929 et 1931. Les industriels n’arrivent guère à écouler une production sur un marché intérieur soumis depuis 1927 à une politique d’austérité. Des stocks se constituent et les prix s’effondrent de 25 % de 1929 à 1932. La production qui recule de 33 % pendant la même période entraîne une forte expansion du chômage (+ 70 % au cours de l’année 1930). Les valeurs italiennes s’affaissent très rapidement (– 20 % de 1929 à la fin de 1930) et la politique de déflation (traitements abaissés de 12 % en décembre 1930) n’arrange guère les choses.

23La crise provoque enfin l’endettement de l’État et le déficit budgétaire s’élève pour l’exercice 1930/31 à 500 millions de lires. Dans les premiers mois de 1931, l’Italie se trouve au bord de la crise financière. Les banques en appellent à l’État. À lui d’assurer le sauvetage d’une économie qui entre alors en récession.

L’îlot français5

  • 5 Voir : Asselain Jean-Charles, Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours, vol. 2 (...)

24La France est dans une situation singulière en 1930. Elle atteint son optimum économique pendant que ses voisins s’enlisent dans la dépression. Le krach de Wall Street y est quasiment passé inaperçu et la France apparaît « comme une île heureuse ». La crise s’installe doucement et dès la fin de l’année 1930, l’activité économique se grippe. À la base de cette entrée tardive dans la perturbation, une situation financière prospère nourrit les illusions des Français. L’afflux de capitaux entre décembre 1928 et la fin de l’année 1930 permet à la Banque de France d’augmenter son encaisse-or qui passe de 31,9 milliards de francs (déc. 1928) à 53,5 milliards (déc. 1930). À la stabilisation réussie du franc (entre 1926 et 1928), source de cet afflux monétaire, s’ajoute un excédent budgétaire qui laisse au pays une marge de manœuvre certaine. De 1927 à 1929 l’excédent cumulé met à la disposition du Trésor une réserve de 17 milliards de francs. L’exercice 1930-1931 dégage quant à lui un solde actif de plus de 5 milliards de francs.

25L’optimisme financier est relayé par les bons indices d’une production qui obtient ses meilleurs scores en 1930. L’extraction de charbon dépasse de 42 % celle de 1913 ; celle de fer a doublé depuis cette date. D’autres chiffres sont tout aussi évocateurs : l’industrie mécanique connaît une progression de 36 % entre 1913 et 1930, tandis que le secteur de la construction croît de 20 % pendant le même laps de temps. Ces performances épargnent à la France le chômage massif qui s’est installé chez ses voisins : en 1930, on enregistre officiellement 1 700 chômeurs secourus ! Seul le déficit de la balance commerciale pourrait inquiéter (8 milliards de francs en 1929), mais il est largement couvert par les invisibles, les revenus des capitaux et les réparations allemandes qui confèrent à la balance des paiements un excédent (9 milliards de francs en 1929 et 1930). Les rares signes avant-coureurs de la dégradation du climat n’inquiètent pas outre mesure dans un tel contexte.

26L’observateur attentif ne manquera pas de relever que les prix de gros français suivent la même orientation à la baisse que les prix mondiaux : – 3 % par an. Il peut être préoccupé par l’accroissement d’un déficit commercial qui se creuse, par l’amenuisement de l’excédent des paiements. La production elle-même donne des signes d’essoufflement. Dès 1930, elle stagne et la situation de certains secteurs est inquiétante. La production d’acier passe de 1929 à 1930 de 10 millions de tonnes à 9,6 millions. D’autres branches suivent : le textile, les industries extractives. Plus importante est la crise qui touche l’agriculture. Les prix agricoles français sont plus élevés que les cours mondiaux et seule une barrière douanière efficace protège le monde paysan de la concurrence étrangère. Productions agricole et industrielle reculent à la fin de l’année 1930. Ce repli s’accompagne également de la détérioration d’autres indices : le budget devient déficitaire en 1931 (5 milliards de francs). Le chômage augmente : 13 000 personnes en 1930, plus de 100 000 au cours de l’année 1931. Paris n’est plus la capitale d’une « île ».

La crise au Nord et au Nord-Ouest de l’Europe6

Union belgo-luxembourgeoise, Pays-Bas

27La récession frappe cette zone dès 1930. La crise américaine met fin à une forte période de croissance qui dure depuis 1923.

28La Belgique est sévèrement touchée par ce phénomène et en un an (de 1929 à 1930) la production sidérurgique recule de 25 %, celle des textiles de 20 %. Mais cette orientation à la baisse s’observe déjà à partir de 1928, témoignant de la difficulté d’adaptation de secteurs anciens aux conditions de la concurrence. Les coûts de production belges sont élevés. Le chômage, que la mévente provoque, a des répercussions sur la demande intérieure qui décroît encore après la baisse des salaires de 1931. Les transactions boursières qui s’élèvent à 142 milliards de francs en 1929 à Bruxelles tombent au début de l’année 1931 à 71 milliards. Le déficit budgétaire s’installe.

29Les difficultés de la Belgique mettent à mal les mécanismes de l’Union belgo-luxembourgeoise. Cette récession frappe également le Luxembourg en 1930. Elle souligne l’extrême dépendance de la sidérurgie luxembourgeoise à l’égard du marché mondial. La surproduction gagne les aciéries du Grand Duché ; les prix de vente sont souvent inférieurs aux prix de revient. Dès 1929, la production de fonte et d’acier baisse, entraînant des licenciements que le pays amortit par le renvoi d’une partie de la main-d’œuvre étrangère. Le pouvoir d’achat recule à partir de 1931, accentuant encore les difficultés. L’agriculture luxembourgeoise, protégée depuis plus d’un demi-siècle (mécanismes du Zollverein jusqu’en 1919, puis Union Économique Belgo-Luxembourgeoise), connaît à son tour la crise. La fermeture du marché français et allemand au tournant des années trente, la concurrence de l’agriculture belge (flamande) encouragent les autorités à pratiquer un protectionnisme renforcé, ce qui freine la productivité agricole. La crise institue ainsi une frontière douanière (la Belgique pratique du protectionnisme indirect vis-à-vis du Luxembourg) entre les deux partenaires.

30Plus au nord, la dépression néerlandaise, si elle est réelle, n’est pas aussi profonde que celle des voisins. Il faut dire que les progrès du revenu par tête (+ 30 %) de 1919 à 1929 sont à l’origine de nettes avancées sociales. La dépression qui atteint le pays en 1930 se caractérise par une progression spectaculaire du chômage (multiplié par 4 en 1930), un recul de la production et une diminution de 30 % des prix agricoles. Amsterdam reste cependant encore un centre financier actif.

L’Europe nordique face à la crise

31L’économie des pays nordiques reste toujours dépendante des possibilités d’exportation. Elle accuse alors sensiblement les conséquences de la crise qui a débuté ailleurs.

32Le Danemark, frappé durement dès 1930-1931, doit faire face à la menace économique allemande. L’agriculture danoise se ressent principalement de la fermeture progressive du marché de son puissant voisin du Sud. De nombreuses exploitations agricoles font faillite. La baisse de la consommation privée, liée à la chute des revenus agricoles, influence nettement la production industrielle. De nombreuses entreprises sont obligées de mettre la clef sous la porte et le chômage augmente pour frapper un tiers de la population au tournant de 1930.

33Le cas de la Norvège n’est pas fondamentalement différent. Dépendante du commerce extérieur, la Norvège est d’abord touchée par la crise dans le secteur maritime, car son pavillon assure un cinquième du transport naval mondial. La contraction du commerce international perturbe cruellement ce secteur vital pour l’économie nationale. Les difficultés renforcent un chômage qui atteint 42 % des syndiqués en 1932.

34La Suède est également concernée par ce fléau car le nombre de sans-emplois passe de 31 000 au début de l’année 1930 à 160 000 en été 1931. C’est le signe d’un bouleversement des structures industrielles et des difficultés que connaissent des fleurons de l’industrie suédoise, dans le domaine du matériel électrique, des roulements à bille ou des allumettes. Le monde rural est lui aussi perturbé, car les cours agricoles s’effondrent, notamment ceux du lait. Un pan important de l’agriculture connaît alors des problèmes, ce qui oblige le gouvernement à consentir des prix-planchers aux agriculteurs. Seule lumière au tableau, et cela pendant toute l’entre-deux guerres, la Suède est depuis 1920 exportatrice de capitaux.

35Le talon d’Achille de l’économie européenne reste cependant l’Europe centrale et orientale.

La crise au Centre et à l’Est de l’Europe7

  • 7 Voir Hantos Elémer, L’Europe centrale. Une nouvelle organisation économique, Paris, F. Alcan, 1932  (...)

36Le commerce extérieur des pays de la zone a fortement diminué de 1928 à 1931. Une observation attentive des chiffres montre que ce recul affecte principalement deux pays : l’Autriche et la Tchécoslovaquie. Or l’essentiel des ventes de ces deux États est constitué par des ventes de produits industriels. Ces derniers sont davantage touchés que les produits alimentaires par la réduction du pouvoir d’achat des marchés extérieurs. À titre d’exemple, signalons que les exportations bulgares et roumaines, principalement agricoles, diminuent respectivement de 5 % et 18 % de 1928 à 1931. Si l’on s’intéresse, en revanche, aux importations de la région, il faut mettre en avant la chute des achats des pays agraires.

37Mais les conséquences de ce recul des exportations industrielles et la diminution des recettes liées aux ventes agricoles sont dramatiques. Les cohortes d’ouvriers sans travail s’accroissent et le chômage atteint des chiffres affolants. D’une façon générale, le manque à gagner provoque des difficultés de transfert, accroît le poids des dettes, car ces pays sont fortement débiteurs. Si l’ensemble de la zone reste le centre dépressionnaire de l’Europe, des nuances locales introduisent dès 1930 des disparités entre les États.

Les pays industrialisés : Autriche et Tchécoslovaquie

38L’économie autrichienne se retrouve au lendemain de la première guerre mondiale dans une situation fort difficile. Séparée du vaste marché constitué anciennement par l’Autriche-Hongrie, l’industrie a eu beaucoup de mal à se réadapter. Incapable de se financer par des capitaux propres, elle a en permanence recours aux investissements étrangers, ce qui contribue à accentuer la dépendance du petit État. La volonté de maîtriser l’inflation a amené les pouvoirs publics à pratiquer une politique de déflation dont l’effet se fait sentir tout au long de la décennie des années vingt. Un chômage chronique en résulte.

39La crise économique lui donne des proportions importantes. De 275 000 personnes sans emploi en 1926-1927, le chômage passe à 500 000 personnes au cours de l’hiver 1930-1931. Parmi les personnes en activité à ce moment, un quart l’est de façon intermittente. L’influence étrangère croissante – par l’intermédiaire des grandes banques – contribue elle aussi à l’accroissement de l’inactivité. La rationalisation du secteur industriel qu’elle développe et l’intégration de l’Autriche dans la division internationale du travail (DIT) (on ravale, par exemple, l’Autriche au rang de fournisseur de matières premières à l’Allemagne ou à l’Italie, comme dans le secteur du bois et du manganèse) sont également responsables d’une partie des licenciements. La production baisse de 40 % de 1928 à 1931, avec un secteur en plein marasme : la sidérurgie. La réduction du niveau de vie (par exemple diminution de 10 % des salaires pendant le premier semestre 1931) induite par ces facteurs a des conséquences sur la consommation des ménages ; la consommation de viande diminue d’un tiers en Autriche de 1928 à 1931. La crise industrielle entraîne dans son sillage la crise agricole. Les agriculteurs sont très rapidement confrontés à l’augmentation de leurs dettes. Une estimation réalisée pour le compte du gouvernement Schöber-Vaugoin parle de 120 schillings de dettes par hectare de terre. Dès 1930, le pays s’enfonce dans une dépression dont il ne voit pas l’issue sans aide extérieure. Au risque d’aliéner davantage son indépendance ?

40Au Nord-Ouest, le jeune État tchécoslovaque est en proie, lui aussi, aux mêmes difficultés. Héritant au lendemain de l’indépendance de fleurons industriels de l’ancienne double monarchie, les autorités tchèques, avec l’aide d’hommes d’affaires étrangers, notamment français, réussissent à donner au nouvel État une base industrielle prospère. Le parent pauvre, l’agriculture, est entretenu par une vigoureuse politique protectionniste. Le niveau des prix est alors supérieur à celui enregistré chez les voisins immédiats.

41La dépression économique, par la réduction des marchés extérieurs (surtout allemands et autrichiens) frappe de plein fouet l’industrie tchèque. Le chômage augmente fortement (un tiers de la population active en 1931) et le mécontentement prend un nouveau visage, surtout dans les régions habitées par les minorités allemandes. Celles-ci sont en effet très touchées par le déclin industriel.

Les pays agricoles de l’espace danubien : Bulgarie, Hongrie, Roumanie et Yougoslavie

42Du début de l’année 1928 à la fin de l’année 1931, la balance commerciale des pays agricoles danubiens présente une évolution assez paradoxale qui n’en constitue pas moins un symptôme frappant de la crise économique. Elle s’est en effet améliorée partout. Mais cette amélioration n’est due qu’à une chute spectaculaire des importations qui compense la diminution des exportations. Un tour d’horizon des différents pays met en valeur les caractères communs de la crise de l’espace agricole danubien, mais elle souligne aussi quelques nuances locales.

43Le cas bulgare, tout d’abord, est assez surprenant. Les exportations en volume du petit État balkanique ont doublé de 1928 à 1931. À cause de la chute des cours, elles ont cependant diminué en valeur de 5 %. Le pays exporte essentiellement des produits agricoles (trois produits, le blé, le tabac et les œufs représentent 80 % du total des ventes bulgares) et se heurte de plus en plus à la surproduction mondiale, à la baisse des prix et à la politique protectionniste des pays qui constituent ses marchés habituels. Le faible pouvoir d’achat d’une population vivant à 80 % de l’agriculture ne permet pas au marché intérieur de se substituer aux exportations. Pour éviter un effondrement d’un secteur industriel embryonnaire, Sofia a mis en place un protectionnisme fiscal pour ce secteur, car l’industrie bulgare est inapte à résister à la concurrence. Dernier problème : la situation financière de l’État est préoccupante. Le remboursement des réparations et des emprunts d’après-guerre fragilise la situation des paiements, dont la balance connaît un passif chronique. De l’importance de ce passif dépend la stabilité de la monnaie. Or la crise l’accentue : il se monte à deux milliards de levas en 1930.

44La Hongrie est dans une situation comparable. La chute des cours céréaliers a plongé le pays dans une situation précaire. La baisse du pouvoir d’achat rend le marché intérieur étroit et le protectionnisme des partenaires entrave les ventes qui reculent de 31 % de 1928 à 1931. Là également les paiements sont dans un état difficile, car Budapest a des réparations et des emprunts à honorer. Mais les Magyars tentent d’utiliser la crise pour une reconversion économique. La moindre rentabilité des céréales les a conduits à porter leurs efforts sur les produits de l’élevage, dont la part dans les exportations passe de 25 % en 1928 à 35,5 % en 1931. Les produits industriels suivent la même courbe. La crise des voisins danubiens pousse les Hongrois à rechercher d’autres partenaires. Une part de plus en plus importante du commerce se fait dorénavant avec l’Allemagne et l’Italie.

45La Roumanie est également confrontée à cette mévente agricole. Les exportations dans ce secteur qui représentaient 73,9 % des ventes roumaines en 1927, ne se montent plus qu’à 56,2 % en 1930. Les effets sont les mêmes qu’ailleurs : baisse du pouvoir d’achat d’une population essentiellement rurale, protectionnisme industriel, difficultés des paiements. Une réorientation est en cours, dans la mesure où Bucarest cherche à remplacer les produits agricoles par les combustibles minéraux, dont la part dans l’exportation roumaine passe de 19,7 % en 1927 à 36,6 % en 1930. Mais dans ce secteur les cours baissent également. La Yougoslavie est-elle dans une situation moins délicate. Ses exportations de céréales triplent de 1926 à 1931, même si les recettes liées à ces ventes diminuent dans le même temps de moitié. Sa balance commerciale reste d’autre part équilibrée.

La Pologne

46Mention particulière doit être faite à l’État polonais. L’exportation de produits de l’agriculture prend là aussi une place essentielle dans les ventes. Elle permet d’importer d’importantes quantités de biens industriels sans mettre en danger la balance commerciale. Pour parvenir à cette situation relativement confortable, les agriculteurs polonais se sont endettés durant les années vingt. Le crédit ne pèse guère jusqu’en 1928. À partir de la chute catastrophique du prix du seigle (– 50 % à partir de 1929), l’agriculture sombre dans une crise intense. Les cours des denrées ne permettent plus que de couvrir 60 % des frais de production en 1930. Pèse aussi sur la Pologne la fermeture progressive du marché allemand.

47Le pouvoir d’achat de la population diminue. Le phénomène renforce à la fois le protectionnisme industriel du pays et la crise industrielle. Le chômage se développe atteignant 50 % de la population active. Cette situation se comprend également quand on mesure pleinement l’effet de la perte du marché russe pour Varsovie. La Russie constitue le premier poste de l’exportation polonaise avant la première guerre mondiale (42 % de l’exportation polonaise de 1913). Elle n’absorbe plus que 2 % des ventes polonaises en 1930. On imagine l’effort de réorientation géographique nécessaire pour combler cette perte !

La crise dans l’espace méditerranéen : l’exemple espagnol et grec8

  • 8 Voir : Réponses des gouvernements au questionnaire annexé à l’article I du Protocole Relatif au pro (...)

48Le cas de l’Espagne est particulier dans la mesure où la crise se déclenche dans un contexte de transformations politiques. Les malheurs économiques interviennent au moment où la monarchie s’efface au profit de la République. L’Espagne est frappée par le protectionnisme européen qui l’empêche de vendre des denrées agricoles constituant l’essentiel des exportations espagnoles. Le volume de celles-ci ne représente plus en 1931 que le tiers de celui de 1928. Or la période républicaine a ceci de particulier qu’elle est marquée par l’arrêt de l’émigration. Cela provoque une « surcharge » de la population active.

49La dégradation du climat économique s’accompagne d’un recul des investissements, expliqué parfois par la crainte des possédants (face au marasme économique et à la situation politique) qui expatrient leurs capitaux. Les entreprises ferment et le chômage atteint 600 000 personnes au début des années trente (dont 400 000 travailleurs agricoles). Le problème de la République est là tout entier. La sortie de crise est nécessaire pour soulager les maux des classes populaires, soutien du nouveau régime. Comment le faire sans mécontenter les possédants dont l’apport économique est indispensable ?

50La crise économique atteint la Grèce avec retard, car le pays est peu ouvert sur l’extérieur. Le commerce est faiblement développé et l’économie grecque est importatrice de céréales, ce qui l’empêche de subir la baisse des cours céréaliers. Les excédents (essentiellement des productions méditerranéennes : olives, raisin…) trouvent preneurs aux États-Unis et en Europe occidentale. La faiblesse, c’est l’absence d’industrie. La Grèce achète à l’étranger tous les produits industriels dont elle a besoin. Mais si elle n’est pas un gros client à proprement parler c’est à cause du faible pouvoir d’achat de ses habitants. Le talon d’Achille, c’est la situation difficile des paiements, que le commerce ne peut guère améliorer.

* * *

51Ce tour européen montre la diversité de la crise en Europe. Rien de commun entre la crise industrielle de l’Ouest et la crise agricole de l’Est. S’il faut isoler quelques centres dépressifs notoires, force est de dire que l’Europe danubienne est dans une situation plus dramatique que l’Europe occidentale. Mais chaque ensemble présente lui-même d’importantes nuances. Rien de comparable, par exemple en 1930, entre un Reich allemand dont le chômage avoisine les 3 millions de sans-emplois et la France qui apparaît encore comme un îlot protégé. Ou encore entre la Tchécoslovaquie et les pays agricoles de l’espace centreuropéen.

52L’approche sectorielle livre les mêmes conclusions. La crise est davantage celle de certaines industries anciennes, peu compétitives ; de certaines productions agricoles, céréalières notamment. Avec la multiplication des lignes de fracture entre les pays, le compromis est difficile à élaborer. C’est cependant le pari de la conférence d’action économique concertée qui s’ouvre en novembre 1930.

Notes

1 Sur la crise économique, se référer, par exemple, à : Kindleberger Charles P., The World in Depression 1919-1939, London 1973 ; Histoire financière de l’Europe occidentale, Paris, Économica, 1990 ; Leon Pierre, Histoire économique et sociale du monde, Paris, A. Colin, 1977, tome 5 : Guerres et crises 1914-1947 (sous la direction de G. Dupeux) ; Néré Jacques, La Crise de 1929, Paris, A. Colin, 1973 ; Robbins Lionel, La grande dépression 1929-1934, Paris, Payot, 1935.

2 Sur la crise allemande : Blaich Fritz, Der schwarze Freitag. Inflation und Wirtschaftskrise. DTV, 1985 ; Hau Michel, Histoire économique de l’Allemagne xixe-xxe siècles, Paris Économica, 1994 ; James Harold, Deutschland in der Weltwirtschaftskrise 1924-1936, DVA, Stuttgart, 1988.

3 Voir : Bedarida François, La société anglaise du milieu du xixe siècle à nos jours, Paris, Seuil, Collection Points, 1990 ; Floud Roderic-Mc Closkey Donald, The Economic History of Britain since 1700, vol. II., Cambridge University Press, 1994 ; Aldcroft Derek H., The Britisch Economy : The Years of Turmoil, 1920-1951, Wheatsheaf, Brigthon, 1986 et Studies in the Inter-war Economy, Aldershot, Brookfield, 1997 ; Broadberry S.N., The British Economy Between the Wars, Blackwell, Oxford, 1986 ; Kitson M. et Solomou S., Protectionism and Economic Revival : The British Inter-War Economy, CUP, Cambridge, 1990.

4 Voir : Berstein Serge-Milza Pierre, L’Italie fasciste, Paris, A. Colin, 1970 ; Guerin Daniel, Fascisme et grand capital, Paris, Maspero, 1965 ; Milza Pierre, Les Fascismes, Paris, Imprimerie Nationale, collection Notre Siècle, 1985 ; Sabbatucci Giovanni-Vidotto Vittorio, Storia d’Italia 4. Guerre e fascismo, Laterza, Roma-Bari.

5 Voir : Asselain Jean-Charles, Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours, vol. 2 : De 1919 à la fin des années 1970, Paris, Seuil, Collection Points, 1984 ; Beltran A.-Griset P., L’Économie française 1914-1945, Paris, A. Colin, 1994 ; Braudel F.-Labrousse E. (Éds), Histoire économique et sociale de la France, Tome IV, second volume, 1915-1950, Paris, PUF, 1980 ; Sauvy Alfred, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 4 volumes, Paris, Fayard 1967.

6 Voir Leboutte René, Puissant Jean, Scuto Denis, Un siècle d’histoire industrielle. Belgique, Luxembourg, Pays-Bas. Industrialisation et société. 1873-1973, Paris, SEDES, 1998.

7 Voir Hantos Elémer, L’Europe centrale. Une nouvelle organisation économique, Paris, F. Alcan, 1932 ; Issakovitch Nicolas, La crise des débouchés dans les États danubiens exportateurs de céréales, Thèse Université de Genève, 1935 ; SDN – Comité économique – Étude relative au problème des rapprochements économiques européens. 2e Série. Chiffres essentiels du commerce extérieur des pays danubiens. Document SDN n° E. 781. 8 juin 1932.

8 Voir : Réponses des gouvernements au questionnaire annexé à l’article I du Protocole Relatif au programme de négociations ultérieures, in Document SDN n° C. 149. M. 48. 1931. II. B., Genève 30 janvier 1931, p. 119 et suiv.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540