Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Première partie. Qui sont-ils au concours ?‎

Chapitre premier. Les concours de l’Inspection des finances avant l’ENA

Texte intégral

  • 1 C’est ainsi qu’on appelait les campagnes de vérifications des service de caisse et de comptabilité (...)
  • 2 Une entrée directe par le deuxième concours était possible sous certaines conditions, comme on le v (...)

1Pour être inspecteur des Finances, il faut et il suffit, de 1847 à 1946, d’avoir été reçu à un examen d’aptitude – ou premier concours – pour la nomination d’adjoint à l’Inspection des finances puis, après deux (puis trois) ans de « tournée1 », d’avoir été admis après un examen de capacité – ou deuxième concours – au grade d’inspecteur de 3e (puis 4e) classe2. Dès la proclamation des résultats, l’étiquette ne les quitte plus, la pérennité du titre l’emporte sur la fonction ; même les démissionnaires figurent dans l’annuaire. La réussite aux concours fait donc l’inspecteur des Finances. Tous ces hommes ont donc en commun le mérite d’avoir subi les épreuves des deux concours avec succès, mérite sur lequel reposent durablement leur réputation de compétence et la légitimité de leurs hautes responsabilités dans le public comme dans le privé. Mais c’est essentiellement le premier concours qui fait l’inspecteur des Finances. Comment s’est opérée la sélection au cours du premier xxe siècle ? Sur quels critères ? Les exigences ont-elles été les mêmes au fil des décennies ? La tradition l’a-t-elle emporté sur les tentatives de transformation à partir de 1936 ? Le concours est-il à l’origine d’un style « inspection » ?

I. Les conditions d’accès

  • 3 M. Debré, « La réforme de la fonction publique », Revue de l’École nationale d’administration, no 1 (...)

2Tout rappel historique de ces conditions doit rappeler le principe fondamental du recrutement des agents de la fonction publique jusqu’à la réforme de l’ENA, le concours spécialisé par administration. De ce principe découlent deux conséquences fréquemment critiquées par les partisans d’un concours unique. Le dernier et non le moindre de ces partisans, Michel Debré, dénonce, en 1946, « la spécialisation et la cooptation : l’une donnant aux candidats des vues trop particulières, l’autre divisant l’administration et donc nuisible à son unité d’action, toutes deux effets pervers du principe des concours spécialisés3 ».

3Un examen d’aptitude à l’Inspection des finances a été mis en place pour la première fois par un arrêté ministériel du 27 septembre 1847. Même si le mot n’apparaît qu’en 1885, cet examen est en réalité un concours puisque le nombre de places d’adjoint à l’Inspection des finances est limité par arrêté, varie chaque année et l’admission se fait par ordre de mérite.

4Pour se présenter à cet examen, il fallait satisfaire aux conditions exigées pour figurer sur la liste des candidats à l’emploi d’adjoint à l’Inspection des finances, fixées cinq ans plus tôt par l’article 3 de l’ordonnance royale du 28 mars 1842, c’est-à-dire : être âgé de 22 ans au moins, de 30 ans au plus ; être licencié en droit ou sorti admissible de l’École polytechnique ; avoir plus de deux ans de service dans l’administration des Finances (un an pour les polytechniciens) ; justifier d’un revenu personnel ou d’une pension des parents de 2 000 francs par an. Ces conditions ne varient plus guère jusqu’en 1885, si ce n’est la liste des services administratifs exigés ou la satisfaction des obligations militaires.

  • 4 Rapport du 25 décembre 1889 de Vuarnier, chef du service de l’IGF, au ministre des Finances. IGF, D (...)
  • 5 Cf. chapitre II ci-dessous.

5Les conditions changent avec la réforme de 1885 qui, par l’article 24 du décret du 19 janvier, pose un nouveau principe dans l’administration des Finances : l’ouverture du concours aux étudiants non-fonctionnaires. Mais cette transformation ne s’est pas faite sans hésitation. En 1892, en effet, le ministre revient sur cette décision et impose un service administratif d’un an. Résumons le débat qui a opposé partisans et adversaires d’un concours réservé aux fonctionnaires. Ces derniers avancent l’âge trop tardif des candidats qui doivent également avoir satisfait à leurs obligations militaires et ont à attendre encore deux ans de tournées et le deuxième concours pour être définitivement inspecteurs des Finances. Disons-le clairement, comme ils le disent eux-mêmes, les traitements restent trop longtemps trop bas et sont donc dissuasifs (1 900 francs comme adjoint et 3 000 à 4 000 francs à 40 ans). Rendre la carrière plus rapide et plus attrayante financièrement est l’argument majeur pour ouvrir le concours aux candidats étudiants. Le camp opposé fait valoir que cette modification de 1885 n’a pas amélioré la valeur moyenne des candidats. « La préparation poussée à l’excès leur fait inutilement connaître une foule de menus détails […] mais les idées générales leur font trop souvent défaut. » D’autres arguments sont avancés par les partisans d’un concours exclusivement interne : il devient impossible de se renseigner sur leurs aptitudes, leur caractère, leurs antécédents, « ils n’ont plus aucun lien avec les agents des administrations financières et se retrouvent sans parachute en cas d’échec au deuxième concours4 ». Le retour à la tradition aura été bref et le décret du 1er décembre 1900 supprime définitivement l’exigence administrative. Compte tenu de la difficulté des épreuves et du temps de préparation, les étudiants déjà fonctionnaires deviendront très minoritaires : 10 % dans les années vingt et trente5. L’autre innovation importante du décret de 1885 est la suppression de l’exigence d’un revenu minimum de 2 000 francs.

  • 6 Échange de lettres en mai 1875. Dossier Affaires spéciales, concours 111, service de l’IGF.

6Reflet de rivalités et de conflits intenses, au sein de l’Université cette fois, un décret de 1896 enlève à la faculté de droit son monopole : le concours est désormais ouvert aux licenciés ès lettres et ès sciences. En revanche, la requête du directeur de l’École libre des sciences politiques, Émile Boutmy, auprès du ministre des Finances, Léon Say, en 1875, afin que les résultats au concours tiennent compte du diplôme délivré par l’École, n’aboutit pas6.

  • 7 Arrêtés de 1923 et 1924.

7De 1900 à 1936, les exigences ne changent plus guère ; des modifications mineures et provisoires sont apportées pour favoriser les officiers anciens combattants à qui sont réservés les concours de 1917 et 1918 et qui, après la guerre, bénéficient de points supplémentaires allant jusqu’à 12 % et d’un allongement de l’âge limite à 33 ans7. Par ailleurs, le nombre de places ouvertes aux concours 1919‑1922 triple, en moyenne, afin de compenser les pertes de la guerre et l’absence de concours en 1915 et 1916. Ces primes au courage et au patriotisme, qui ne sont pas spécifiques à l’Inspection, en facilitent provisoirement l’accès.

8En 1936, le gouvernement du Front populaire cherche à corriger le recrutement de l’Inspection accusée, sans études préalables, d’être devenue une chasse gardée de la grande bourgeoisie parisienne. Dans un rapport au président de la République sur les conditions d’entrée à la Cour des comptes et à l’Inspection des finances, daté du 15 novembre 1936, Vincent Auriol, ministre des Finances du gouvernement Blum, commence ainsi : « Le recrutement des élites est l’un des problèmes essentiels que pose le fonctionnement d’une démocratie… » Puis il propose, en attendant la création d’une école d’administration, plusieurs mesures modifiant partiellement les conditions de recrutement et conclut :

  • 8 Dossier 1-1-3, Décrets, arrêtés relatifs aux concours, service de l’IGF.

« Rétablir l’équilibre entre tous les candidats, donner à tous les mêmes possibilités, donner aux concours toutes les garanties de publicité, renforcer les garanties d’impartialité, tel est l’objet essentiel des textes que j’ai l’honneur de soumettre à votre haute approbation8. »

9Plusieurs mesures sont prises par décret du 15 novembre 1936, et arrêté du 4 février 1937, modifiés le 19 décembre 1937 et 17 mars 1938. Parmi elles, un passage de cinq ans dans les administrations dépendant du ministère des Finances pourra désormais compenser l’absence de diplômes universitaires dans les limites d’âge restées inchangées. Le principe de deux voies parallèles à l’entrée à l’Inspection est reporté du second concours au premier mais aura encore moins d’effet. Pour un concours dont l’épreuve la plus importante, le « premier jour », est, sur un sujet général d’économie politique, à la fois un exercice de rhétorique aux règles non écrites très précises et une démonstration de culture économique générale, une telle ouverture est soit naïve, soit démagogique : aucun reçu ne sortira de cette nouvelle filière. Pour lutter contre la durée excessive de préparation au concours, qui avantage les catégories sociales les plus aisées, et alléger le poids des connaissances techniques, plusieurs autres mesures sont prises dans le même décret : un jury désormais plus hétérogène, une nouvelle épreuve de culture générale actuelle et concrète à l’écrit et à l’oral.

  • 9 Décret du 25 janvier 1941, J.O. du 26 janvier 1941, p. 437. En 1943, les candidats n’ont pas été te (...)
  • 10 Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre le 15 novembre 1989, témoignage recueilli à l’initiative d (...)
  • 11 Cf. N. Carré de Malberg, « Chaban-Delmas et l’Inspection des Finances, 1943-1946 : une opportunité (...)
  • 12 En 1943, les sujets proposés étaient : l’Olympia de Manet, le cinéma, l’autorité paternelle, les li (...)
  • 13 En 1943, le choix entre la Cour et l’Inspection ne se faisant plus avant l’inscription, on ne peut (...)

10La guerre suspend le concours en 1940. En 1941, 1942 et 1943, les deux concours de l’Inspection des finances et de la Cour des comptes fusionnent ; les candidats à l’Inspection y gagnent la possibilité de se présenter trois fois comme il était possible pour la Cour des comptes mais impossible pour l’Inspection9. Cette fusion, qui cessera pour le concours de 1944, se situe dans la lignée des réformes de 1937 mais répond aussi aux contraintes des deux zones et à la décision de Bouthillier, ministre des Finances et inspecteur des Finances (1927), de nommer dès août 1940 un de ses fidèles pourtant retraité, Jean-Marcel Drouineau (1901), à la fois chef du service de l’Inspection et président de la Cour des comptes. Les concours de guerre présentent quelques autres modifications qui avantagent la culture générale contemporaine au détriment des connaissances techniques : coefficient modifié à la hausse pour l’épreuve d’exposé écrit, 25 (au lieu de 20) sur 90, et à la baisse pour les interrogations techniques du « deuxième jour », 15 sur 90 (au lieu de 20), ceci pour « éviter le bachotage », selon Wirth10, et recruter de bons esprits plutôt que de bons techniciens. En 1942, une explication de texte littéraire est ajoutée à l’oral, épreuve qui se révèlera facile pour Chaban-Delmas11 qui dit avoir beaucoup lu dans sa jeunesse12. Enfin, la concurrence a peut-être été moins rude qu’avant la guerre en raison des prisonniers de guerre, de l’effet démographique des classes creuses de 1914-1918, de l’existence de deux zones et des candidatures retenues pour échapper au STO13. Le service de l’Inspection a précisé ultérieurement qu’un certain nombre de candidatures, en 1943, avaient été posées et acceptées dans le seul but d’échapper au STO.

11En 1943, les diplômes de plusieurs grandes écoles militaires ou civiles, publiques ou privées, ouvrent l’accès au concours. En février, c’est l’École centrale des arts et manufactures, l’École spéciale militaire, l’École navale ; en mars, l’École nationale de la France d’outre-mer, l’École des hautes études commerciales ; en mai, l’École libre des sciences politiques, enfin !

12Dernière modification avant la suppression du premier concours et la création de l’ENA, en 1945 et en 1946, aux concours normaux sont ajoutés, en septembre, deux concours spéciaux réservés aux prisonniers de guerre, déportés, résistants ou combattants, dont la préparation a été nécessairement sommaire.

II. La préparation

  • 14 Ce concours d’accès à l’emploi de rédacteur du ministère des Finances comporte une composition géné (...)

13Nullement obligatoire, elle est entièrement organisée par le service de l’Inspection et ne dure que les quelques mois d’automne et d’hiver. Elle est exclusivement assurée par des inspecteurs des Finances : inspecteurs confirmés pour les grandes conférences ou grandes écuries, jeunes adjoints pour les séances à petits effectifs ou petites écuries. Les grandes écuries accueillent tous les candidats inscrits ou non au concours. Il s’agit, le plus souvent, de présenter un corrigé d’un « premier jour » proposé lors d’une séance précédente. Les chefs de grande écurie corrigent les devoirs qui leur sont présentés et qui ne sont, bien sûr, pas obligatoires. Se déroulant dans des locaux prêtés par l’École libre des sciences politiques pouvant accueillir jusqu’à cent cinquante auditeurs, elles sont ouvertes à tous ceux qui envisagent de se présenter à l’Inspection, à la Cour des comptes voire même au rédactorat14, d’où la confusion dans les témoignages entre les participants aux grandes écuries et les candidats réels au concours.

  • 15 Cf. réponse écrite, en 1981, à notre questionnaire de G. Devaux qui s’est présenté en 1931.

14Les petites écuries, en revanche, préparent à toutes les épreuves de l’écrit et de l’oral. Réservées à ceux qui souhaitent réellement s’inscrire au concours, elles sont dirigées par les adjoints de la promotion précédente (éventuellement de celle d’avant aussi). Elles se déroulent souvent au domicile du jeune adjoint. Plus fréquentes, elles constituent un entraînement plus intensif avec devoirs corrigés et entraînement aux oraux. Les plus recherchées sont celles qui sont dirigées par ceux qui ont été reçus dans un bon rang le concours précédent. Pour être accepté, le candidat peut solliciter soit directement le chef d’écurie s’il le connaît, soit le Service, soit se faire recommander par une relation commune. Il n’est pas rare de suivre la préparation deux années, voire trois années de suite, avec des chefs d’écurie différents. Comme on ne peut se présenter que deux fois (sauf entre 1941 et 1943), les candidats peuvent s’inscrire en écurie sans se présenter, en fin de compte, au concours. Dans les années trente et quarante du moins, un « petit galop » (par chaque petite écurie) et un « grand galop » (par la grande écurie) sont organisés avant le concours. Il s’agit, en fait, de concours blanc portant sur les compositions écrites des premier et second jours15.

15Cette préparation crée des liens forts et durables entre inspecteurs (et non-inspecteurs) de promotions différentes et peut se révéler très utile pour recruter ultérieurement un collaborateur ou se faire recruter hors des fonctions de contrôle. Ces années de préparation, années de travail intensif du temps du passage à l’âge adulte, les ont beaucoup marqués et les témoignages abondent. Ils fourmillent de détails intéressants pour des biographies mais sont très redondants, attestant de la réalité du moule autant formel qu’intellectuel que constitue cette préparation même si les conditions de vie restent assez diverses.

III. Les épreuves et déroulement du concours

16Le déroulement des épreuves a subi quelques modifications au cours de la période, mais on peut dégager des permanences : le candidat vient en personne s’inscrire au concours auprès du chef du Service ou, plus généralement, de son adjoint qui, après quelques minutes de conversation, retient la candidature. Il doit fournir – heureusement pour l’historien – certains documents d’état civil, ses diplômes, des renseignements sur ses parents et, à partir de 1902, la liste et les fonctions des membres de la famille appartenant à la fonction publique ou à l’Inspection.

  • 16 Entretien enregistré avec l’auteur le 27 décembre 1990 et chapitre II.

17Impossible de trouver dans les archives de preuve de refus de candidature et aucun témoin n’en fait état sauf un, en 1944. Philippe Huet, qui se présentera et sera reçu en 1946, nous a dit avoir été non pas interdit mais découragé, pour le concours de 1944, par l’adjoint au chef du service, André Fayol, qui ne l’estimait pas prêt. Il s’est incliné alors qu’il avait été 1er au dernier grand galop de la grande écurie et qu’il était en infraction vis-à-vis du STO. Il a supposé que ses deux tantes maternelles, nées Veil (comme sa mère décédée avant-guerre), arrêtées et déportées, n’étaient pas étrangères à ces réticences16.

  • 17 Dossier Le Portz, no 385, service de l’IGF.
  • 18 Idem.

18Outre les attestations d’état civil, de diplômes et de certificat médical, on retrouve parfois dans certains dossiers les réponses des préfets à la demande par le service de l’Inspection de communication « de tous renseignements utiles » sur les candidats désirant « prendre part aux épreuves du concours pour l’emploi d’adjoint à l’Inspection générale des Finances17 ». Comme cette enquête préfectorale figure assez rarement dans les archives, il est difficile de savoir si elle a été continue au fil des années. On peut donner l’exemple de la réponse du préfet du Morbihan, le 25 mars 1942, qui évoque les « bons renseignements à tous égards », les qualités intellectuelles et les diplômes du candidat, la situation familiale, la profession du père et, selon une formule stéréotypée, ses opinions politiques « favorables au gouvernement du maréchal de France, chef de l’État français18 ».

19Le décor, le protocole, l’enjeu, la spécificité du « premier jour », la renommée, le taux d’échec élevé, tout contribue à impressionner le jeune impétrant.

20Le concours a lieu au printemps, en deux temps : l’écrit, puis l’oral pour les admissibles. Jusqu’en 1946, le rituel de l’écrit est resté presque immuable. Dans le cadre solennel de la grande salle à manger du ministère des Finances, où cristaux, vitres et miroirs réfléchissent à l’infini le camaïeu ébène et or du mobilier Napoléon III, les jeunes gens, de 26 ans en moyenne, se présentent le premier et le deuxième jour en jaquette « avec une extraordinaire cravate élégamment repliée et contenue par une épingle d’or ». Le « premier jour » est une composition de six heures sur un sujet général ; le « deuxième jour », ce sont deux compositions écrites sur des questions de législation relevant du programme : organisation de l’administration, fiscalité, finances publiques, etc.

  • 19 Cf. ci-dessous sur le concours de 1943 et le chapitre III.

21Chaque copie, anonyme, assortie seulement d’un numéro et d’une devise, est corrigée par chaque membre du jury sans annotation dans la marge, sans commentaire ni note sur la copie. Il n’y a donc, dans les archives, pratiquement aucun document permettant de connaître les appréciations du jury mais, en revanche, les copies de certains concours ont été conservées19.

  • 20 Cf. le témoignage dactylographié de Julienne (1936), remis à l’auteur, et la réponse écrite de Deva (...)

22Pour l’épreuve de mathématiques (introduite en 1872), à faible coefficient et d’un niveau équivalent aux épreuves du baccalauréat, le veston noir et le pantalon rayé suffisent et une « tenue fantaisiste pour les langues » (épreuve imposée en 1877) est de mise20. Enfin, une interrogation orale portant sur une question générale du programme, tirée au sort et préparée en 30 minutes, est ajoutée dans les années trente pour obtenir l’admissibilité.

  • 21 Dossier 1er concours 1935-1939, service de l’IGF.

23À partir de 1937, le protocole vestimentaire est supprimé mais, surtout, le décret du 15 novembre 1936 et l’arrêté du 4 février 1937 instituent deux nouvelles épreuves, suivant l’exemple du concours du civil service anglais, à l’écrit et à l’oral. Pour l’admissibilité, l’exposé oral est supprimé et remplacé par trois exposés écrits, d’une durée totale de deux heures trente (au lieu des six heures pour les « premier jour » et « deuxième jour »), à choisir sur une liste de dix sujets « à caractère général concret, actuel » destinés à favoriser non les « forts en thème » mais les « candidats qui possèdent plus de curiosité d’esprit, de culture générale réelle et d’originalité que d’érudition économique ». Comme le dit un rapport de 1939, les résultats de cette nouvelle épreuve ont confirmé plus qu’ils n’ont modifié le classement après le « premier jour21 ».

24Les coefficients ont été modifiés au cours du temps mais celui du « premier jour » a toujours été le plus fort. Par exemple, l’arrêté de 1935 établit les coefficients ainsi pour l’admissibilité : pour le « premier jour » 25 sur 60, pour la somme des deux épreuves techniques du « second jour » 20 sur 60, pour les mathématiques et la comptabilité 5, pour la langue étrangère 3 (huit fois moins que le « premier jour » !) et pour l’exposé oral 7. Une seconde langue est possible en option. Paradoxalement, Vincent Auriol, loin de diminuer le poids de cette épreuve discriminante, maintient, par l’arrêté du 4 février 1937, le coefficient du « premier jour » alors qu’il vise une plus grande démocratisation du recrutement. Il passe à 40 sur 90 à l’écrit et à 30 sur 60 à l’oral. Paradoxal car chacun sait, à l’époque et aujourd’hui, que répondre à une question générale d’ordre économique et financier suppose des connaissances, certes, mais surtout de la réflexion et la maîtrise des règles d’expression qu’on n’obtient généralement qu’après un long entraînement intensif peu accessible aux fonctionnaires actifs auxquels le ministre souhaite, pourtant, faciliter l’accès à ce corps prestigieux. À l’inverse, les connaissances techniques, financières, fiscales ou administratives du « deuxième jour » peuvent plus facilement s’acquérir dans les manuels accessibles à des candidats déjà fonctionnaires et peu disponibles.

  • 22 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

25Les heureux admissibles, si l’on suit le témoignage de Devaux, doivent se présenter toujours en redingote à un membre du Service et « témoigner de leur bonne éducation (malheur à celui qui prenait un siège sans y être invité, interrompait son interlocuteur, éternuait sans protéger sa bouche, par un mouchoir de soie)22 ».

  • 23 Dossier Réformes, service de l’IGF.

26L’oral se déroule dans la grande bibliothèque de l’Inspection cette fois. Chaque candidat subit, à tour de rôle, un interrogatoire serré autour des questions techniques du programme. À partir de 1932, un exposé oral préparé est ajouté et remplacé, en 1937, par une interrogation générale d’une demi-heure environ, avec un coefficient de 10 sur 150, sans préparation et suivie de questions. L’objectif, comme le note un rapport non signé de 1939, est d’apprécier la vivacité, l’ouverture d’esprit, le jugement, le bon sens « et aussi la manière dont il se présente et dont il sait présenter ses idées » en dehors des questions techniques du programme ; « l’anonymat des épreuves écrites doit trouver son correctif dans l’effort conscient du jury de connaître à l’oral la «personne» du candidat23 ».

  • 24 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

27Comme nous l’écrivait G. Devaux, reçu en 1932, quelle que soit l’ampleur du programme, immense et mal défini, le concours, leur rappelait-on pendant la préparation, était moins une épreuve de mémoire qu’une épreuve de bon sens et d’endurance. « À l’oral, chaque examinateur poussait en effet le détail de ses questions jusqu’à obliger le candidat à ne plus pouvoir répondre avec certitude. C’est son attitude à ce moment crucial qui décidait de la note24. » Fourmon, reçu en 1931, se souvient de l’accueil de Baumgartner en grande écurie : « Messieurs pour préparer avec quelque chance de succès le concours de l’inspection générale des Finances il est essentiel d’être clair, il est utile d’être intelligent, il n’est pas mauvais d’avoir quelques connaissances », formule qui s’appliquait aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. Le témoignage de Denis, reçu en 1944, résume bien les difficultés de l’oral :

  • 25 Entretien enregistré avec l’auteur, hiver 1982.

« Il y avait, à l’oral, un grand exposé qui était supposé, en vingt minutes, reproduire les exigences du «premier jour» à l’écrit ce qui était, pour moi, l’épreuve la plus redoutée de toutes. On a une demi-heure pour se préparer sur un sujet d’ordre économique très général et il fallait, en une demi-heure, bâtir (bâcler) le plan et le développement d’un «premier jour» qui devait durer dix minutes [sic !]. C’était l’épreuve épouvantable. C’était bien pire que le «premier jour» écrit qui durait six heures Et puis il y avait une interrogation technique qui reproduisait le «deuxième jour», c’est-à-dire essentiellement une question de droit fiscal et puis un petit exposé oral sur une question à brûle-pourpoint qui reproduisait le troisième jour25. »

28Et il cite les sujets donnés en petite écurie pour cet exposé oral : la sonate de Scarlatti à Beethoven ou la forme des toits en France. Avant de quitter la salle, le candidat passait quelques minutes au tableau noir pour une ultime épreuve de mathématiques puis un bref entretien avec un professeur de langues. L’oral est donc autant un test de connaissance que d’aisance dans la présentation et l’expression. Là encore, les mathématiques et la (ou les) langue(s) sont les parents pauvres. En 1935 toujours, ces matières ne méritent respectivement que 5 et 2 de coefficient sur un total de 40 pour l’oral. Dans le rapport du jury du concours commun Inspection/Cour des comptes de 1941, le président du jury, Rosset, parle ainsi de cette épreuve :

  • 26 Dossier 111, service de l’IGF. Rosset est membre de la Cour des comptes.

« Les problèmes d’arithmétique étaient d’un niveau un peu inférieur au baccalauréat première partie… il faut reconnaître que des connaissances de mathématiques supérieures ne leur sont pas nécessaires… C’est une heureuse supériorité d’avoir reçu la forte culture de l’École polytechnique ou d’un grand établissement scientifique avant d’entrer à l’Inspection des Finances, mais on ne peut pas, au concours d’entrée, donner aux épreuves d’arithmétique ou de géométrie une importance telle qu’elles puissent contrebalancer les épreuves de culture générale littéraire ou les épreuves techniques26. »

29Il fait par ailleurs remarquer que, pour le concours, si l’on retranchait les notes de mathématiques, les reçus seraient les mêmes, l’ordre de mérite seulement serait inversé.

IV. La spécificité du « premier jour »

30Alors qu’en 1847 les exigences ne portaient que sur la forme sous le rapport du style, de la correction grammaticale et de la netteté de l’écriture, dès 1859 un arrêté du ministre des Finances Magne, du 30 septembre, stipule que « Les examens commenceront par des épreuves écrites ayant trait à des questions d’administration de finances et d’économie politique » tout en maintenant les exigences de forme. Dans l’arrêté du 10 octobre 1935 ou du 4 février 1937, on retrouve la même définition : « une composition écrite portant sur une question générale d’ordre économique, financier ou administratif ».

31Les règles et les exigences de l’épreuve du « premier jour » sont essentiellement non écrites et donc, ici encore, les copies conservées et les archives orales provoquées sont précieuses. Dans notre enquête lancée en 1980, la question 11 était ainsi posée : « Quelle(s) épreuve(s) du concours redoutez-vous le plus ? » Tous ceux qui y ont répondu ont cité « le premier jour » et ensuite les oraux ; les mathématiques étaient à ce point considérées comme négligeables qu’il était de bon ton d’être reçu avec une très mauvaise note à cette épreuve.

  • 27 Réponse écrite à notre questionnaire en 1980.

32Pourquoi cette épreuve du « premier jour » est-elle si redoutée ? Elle l’est, en premier lieu, par son coefficient : près de 40 % du total de l’écrit. Redoutée, elle l’est aussi pour son contenu : le programme est immense et exige des candidats une culture générale. Jean du Buit, de la promotion 1913, nous a écrit : « Si la technique fait l’admission, la culture fait l’admissibilité ». Il ajoute : « Il va de soi que si le premier jour était traité avec talent et personnalité, c’était tout profit : c’est ce qui déterminait le choix du jury27. » Mais culture et connaissance ne suffisent pas ; il faut aussi le « savoir-dire », la logique formelle. Jean Watteau, major de la promotion 1922, a expliqué :

« À tort ou à raison, le grand critère, à l’époque, du concours de l’inspection des Finances était ce qu’on appelle le premier jour : la faculté de rédiger, dans un style rappelant autant que possible celui du Temps, un sujet d’économie générale ou d’économie politique générale. »

  • 28 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

33Pour lui, pas de problème : reçu à la première tentative, pourvu de la seule licence en droit, et fils d’un receveur principal des Douanes, il avait, disaient ses camarades, le premier jour « naturel28 ».

  • 29 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.
  • 30 « La littérature et la vie », conférence donnée le 23 février 1953 salle d’Iéna à l’invitation des (...)

34La forme est donc essentielle ou, pour le dire avec plus de talent, comme Du Buit, « le premier jour était comme un quadrille où l’on observait le bon ordre et la cadence ». S’ils doivent respecter ces règles, parmi lesquelles citons celles-ci, évoquées par Edmond Giscard d’Estaing, reçu 1er en 1919 : « Pas de nom, pas de date, pas de nombre29 », la liberté de pensée est complète ont assuré la plupart des personnes interrogées et les différences sur le fond, notées dans les copies, le confirment. Baumgartner, reçu en 1925 avec une avance importante sur ses concurrents, explique dans une conférence prononcée le 21 février 1953 : « Tout le concours de l’Inspection se jouait sur ce qu’on appelait le premier jour […] où il fallait résoudre un haut problème de finance ou d’économie […] en écartant cependant toute précision de mauvais goût, et cela dans un ordre en principe parfait et aussi, et presque surtout, dans une langue exemplaire […]30. » Vaste culture générale et style peuvent donc l’emporter sur les connaissances économiques et financières et faire l’admissibilité à l’Inspection. C’est ce dont est persuadé Fouchier, reçu 1er en 1934, qui écrit dans ses mémoires, évoquant la culture littéraire et musicale de son camarade Chomereau, reçu en 1933 :

  • 31 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 271 p., p. 102-103.

« La qualité de sa pensée et de sa plume (ses lettres me firent souvent penser à la correspondance de Marcel Proust) lui avait valu son succès au concours de l’Inspection des Finances. Pas plus que moi deux ans plus tard – moins encore sans doute – l’étendue de ses connaissances économiques et financières n’avaient déterminé le choix du jury. Ce trait commun nous avait rapprochés31. »

  • 32 Entretien no 2 avec O. Feiertag du 27 novembre 1990, IGPDE.

35Denis, reçu en 1944, en a bien résumé les exigences : « L’accent était mis sur une méthode de construction de la pensée, le fameux plan, il fallait plier la pensée à une certaine conception, un moule, un exercice extrêmement intellectuel excluant pratiquement l’exposé des faits, généralisant tout32. »

36Cette exigence de la forme correspond à ce que l’on attend, au fond, d’un futur inspecteur des Finances à l’origine : savoir rédiger convenablement une note pour le ministre, pour un directeur d’administration centrale ou le président d’une commission, c’est-à-dire, pour reprendre encore une expression de Du Buit, « être le bene dicendi peritus souhaité par un quelconque Quintilien ». Pour bien comprendre la spécificité du « premier jour », plusieurs témoins ont évoqué le canular de Dominique Leca, reçu en 1932, qui a rédigé un « premier jour » sur le « premier jour » qui commence ainsi :

« Quelle que soit la nature des études qu’ils sanctionnent, les concours universitaires ont pour objet commun de classer les candidats selon l’étendue de leur savoir et le degré de leur intelligence. Des principes analogues commandent sans doute le recrutement aux principales fonctions administratives. Mais celui-ci dépend en outre des considérations d’ordre professionnel qui prennent une valeur particulière lorsqu’il est fondé sur un système de cooptation.
Ainsi, l’admission à l’inspection générale des Finances, en raison de l’extrême ampleur et de l’extrême minutie des travaux confiés à ce corps, repose presque tout entière sur la rédaction d’une copie, dite de premier jour, où le jury cherche à découvrir l’alliance de sens pratique et de culture générale indispensable aux futurs élus.
Les qualités exigées de cette composition sont donc en apparence contradictoires. Le fond ne doit pas choquer un technicien. La forme ne doit pas rebuter un profane. »

  • 33 Archives privées de Saltes, promotion 1930, communiquées à l’auteur.

37Et il conclut : « Il subsiste, non pas comme un procédé d’école, mais comme un mode d’éducation intellectuelle. Et sa sévérité marque d’une empreinte durable la majorité des candidats, qu’elle distingue et qu’elle enrichit jusque dans l’échec où elle les conduit33. »

V. Les jurys et les délibérations

  • 34 Rapport du 15 novembre 1936, dossier Concours, service de l’IGF. Après la fusion des concours de l’ (...)

38Jusqu’en 1937, le jury de cinq membres du premier concours est exclusivement composé d’inspecteurs : le président, toujours choisi parmi les inspecteurs généraux actifs dans les cadres, l’adjoint au chef du Service et trois inspecteurs de 2e ou 1re classe, soit des classes d’âge différentes de 30/35 ans pour les plus jeunes inspecteurs de 2e classe à 50/60 ans pour les plus âgés. Le décret du 15 décembre 1936 a voulu rompre avec les risques présumés de cooptation assimilée à du favoritisme. Il conserve la présidence à un inspecteur général et l’adjoint du chef du Service mais remplace les trois inspecteurs par un maître des requêtes du Conseil d’État, un conseiller référendaire à la Cour des comptes et un troisième membre soit directeur d’administration centrale, soit professeur de droit, soit un membre des corps de contrôle de l’armée ou des colonies. « Ainsi se trouve marqué nettement le caractère des épreuves qui ne doivent pas être purement techniques mais doivent montrer que les candidats possèdent une culture générale » explique Vincent Auriol34. Mais cette réforme ne changera ni la composition sociale ni surtout la réputation du concours si on en croit Ledoux reçu en 1943 :

  • 35 Son père était négociant en quincaillerie à Bordeaux. Il habite à la cité U pendant ses études puis (...)

« Je me disais aussi, cela faisait partie des choses qu’on disait. Pour faire ce genre de choses, il faut peut-être être d’un certain milieu, il faut peut-être connaître beaucoup de gens à Paris… Je connaissais pas tellement de gens à Paris, et puis j’ai vaincu ce genre de complexe et je me suis accroché, j’ai travaillé comme une brute35. »

39Aucune source ne permet de douter de l’indépendance et de l’objectivité du jury en général. Le taux de réussite des fils d’inspecteurs des Finances ou de membres de grands corps est égal à la moyenne des candidats, comme on le verra dans le chapitre suivant. Et l’étude du cas de Chaban-Delmas, étudié plus loin, plaide dans le même sens. Reste que les modalités des délibérations de l’admissibilité montrent que, si les copies sont bien notées de façon anonyme, les décisions du jury prennent en compte d’autres informations. Dans un rapport du 30 avril 1941 signé par tous les membres du jury du concours commun de la Cour et de l’Inspection, on peut lire :

  • 36 Dossier Concours, service de l’IGF.

« D’abord a été rétablie l’ancienne tradition, suivant laquelle le jury rassemblé entend avant toute épreuve, le collège des préparateurs lui exposer quelles qualités d’intelligence, de jugement ou de caractère distinguent chacun des candidats… Ceux de Lyon ayant envoyé leurs appréciations par écrit, le jury avant d’arrêter la liste des admissibles s’est un instant remémoré les travaux des candidats recommandés par les préparateurs, qu’il n’avait pas d’abord inscrits sur leur liste36 ».

40À quand remonte cette pratique ? Tout ce qu’on peut savoir est qu’en 1924, dans un rapport au ministre, le chef du Service demande (et obtient) que l’adjoint au chef du Service soit remplacé car il faut « un jury dont les membres ne doivent avoir sur la valeur des candidats aucune idée préconçue » c’est-à-dire ni lien de parenté ni direction de conférence ou d’écurie. Mais elle existe déjà au début des années trente puisque Devaux en témoigne :

  • 37 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

« Nous pensions que l’opinion des chefs des petites et grandes écuries était connue du jury du concours. En fait, elle ne pouvait avoir aucune influence sur les résultats des épreuves écrites (strictement anonymes) mais elle pouvait avoir un effet sur le résultat de l’oral ainsi que sur la «barre d’admissibilité»37. »

  • 38 Entretien no 2 avec F. Demarigny le 26 mars 1990, IGPDE.
  • 39 Dossier Suppression, service de l’IGF.

41Peut-être a-t-elle été interrompue en 1937 dans la foulée des réformes de 1936. Le témoignage de Ledoux, reçu en 1943, confirme que cette pratique a repris sous Vichy : « Il y avait une épreuve qui était importante à cette époque-là c’était le grand galop avant le concours et on savait que le rang qui était donné au grand galop était connu du jury et il se trouve que j’avais été 1er au grand galop38. » Par ailleurs, l’adjoint qui reçoit les admissibles entre l’écrit et l’oral établit des fiches qu’il transmet au jury si l’on en croit Devaux. L’inconvénient de cette pratique est son caractère opaque, nul coefficient officiel à ces notes diverses. La commission créée par le ministre des Finances Lepercq, en septembre 1944, pour étudier la réforme de l’Inspection des finances a cherché à corriger cet état de fait non dit. Le rapport mentionne « qu’il n’existe actuellement pour le jury aucun moyen direct de tenir compte de cette appréciation préalable du Service qui présente cependant une valeur certaine », valeur des travaux et qualités de caractère des candidats révélés au cours des écuries. Plusieurs membres de la commission suggèrent qu’une « note de stage » soit introduite dans le concours avec un coefficient à déterminer. La commission retient le principe de la note de stage mais le chef du service André Fayol fait alors observer – avec raison – « les cas des candidats inconnus qui n’ont suivi aucune préparation et se révèlent à la dernière minute comme cela se produit chaque année39 ». L’anonymat avant l’admissibilité est donc tout relatif d’autant plus qu’il y a un bref exposé oral.

42Quant aux délibérations de l’oral, elles resteront confidentielles, les rumeurs non démontrées étant le plus souvent contradictoires comme le rappelle l’exemple de Chaban-Delmas, étudié plus loin. Après la délibération du jury, les résultats sont affichés par ordre de mérite ; les lauréats sont reçus peu après par le chef du Service ou son adjoint et affectés aussitôt à une tournée. Pour ceux qui sont recalés à leur deuxième tentative, l’admissibilité donne des points supplémentaires pour le concours de rédacteur aux Finances mais, surtout, est considérée comme un titre dont l’impétrant peut être fier et qu’il peut faire valoir sur le marché du travail, dans les services d’inspection des grandes banques notamment.

VI. Un concours difficile

  • 40 L’article 6 de l’arrêté du 24 décembre 1942 prévoit même, pour le concours commun de la Cour des co (...)

43De 1892 à 1946, le taux de réussite est de 19,5 %, un candidat sur cinq ! Ce résultat peut étonner pour un concours réputé difficile. Mais la moyenne, ici, masque des inégalités étonnantes d’une année à l’autre et une difficulté croissante dans l’entre-deux-guerres, si l’on excepte les concours particuliers de 1917, 1918, 1945 et 1946 et la hausse de récupération de 1919-1920-1921. Comme on peut le voir sur le graphique no 1, les candidatures sont de plus en plus nombreuses, le taux passe de 25,6 % pour les promotions 1892-1901 à 12,9 % pour 1902-1911, 25,6 % pour 1912-1921, 16,1 % en 1922-1931, 11,2 % en 1932-1939 et 24 % pour les deux promotions 1942 et 1944. En outre, l’inégalité des chances est très variable d’une année sur l’autre ; ainsi, ils ne sont que 5 reçus sur 57 candidats en 1924 mais 4 sur 36 en 1925 et, mieux encore, 9 sur 28 en 1928 ! Autre indice d’une difficulté croissante, la réussite à la première tentative : 56 % en moyenne de 1892 à 1946 mais 71,5 % en 1912‑1921, 55,2 % de 1922 à 1931, 42,6 % de 1932 à 1941 mais 62,2 % pour les années de guerre (1942-1946). Les concours des années 1917 à 1922 et de 1941 à 1946, dans une moindre mesure, ont été nettement moins sélectifs40. Aux concours spéciaux de 1917 et 1918, réservés aux officiers définitivement inaptes à faire campagne, il y a respectivement 10 candidats et 5 reçus puis 8 candidats et 3 reçus. Au concours normal de 1945, il y a 8 reçus pour 37 candidats et, au concours spécial, 7 reçus sur 34 candidats évidemment très peu préparés.

Graphique 1. Évolution candidats/reçus (en valeur absolue)

Graphique 1. Évolution candidats/reçus (en valeur absolue)
  • 41 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris (...)

44Concours inégalement difficile donc, mais aussi moins difficile que d’autres concours de l’entre-deux-guerres. J.-F. Sirinelli, travaillant sur les khâgneux et normaliens des années 1920, a noté aussi la hausse de récupération de l’après-guerre et donne un taux de réussite situé dans une fourchette de 10 à 18 %41. La comparaison avec d’autres concours d’accès aux grands corps serait plus féconde ; elle n’est pas encore possible. En revanche, la confrontation avec l’étude de Th. Bottomore est intéressante. Pour les années 1945-1951, les chances d’entrée à l’ENA sont beaucoup plus faibles : 8,54 %. La volonté d’ouverture et de démocratisation ne s’est pas accompagnée d’une augmentation des postes correspondante et l’accès aux grands corps n’en a pas été plus aisé.

45Les souvenirs des heureux reçus traduisent assez bien l’inflation des candidats au fil des ans, avec une pointe au milieu des années 1930, mais plutôt mal les fluctuations en accordéon.

  • 42 J. Caillaux, Mémoires, Paris, Plon, 1942, t. I, 306 p., p. 73.
  • 43 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

46La légende est tenace, un témoin sur deux évoque spontanément la difficulté. Caillaux, reçu en 1888, parle dans ses Mémoires du « redoutable concours42 ». Edmond Giscard d’Estaing, interrogé en 1980, disait : « Pour moi, le concours de l’Inspection était avant tout le concours le plus difficile de France. Je l’ai considéré comme un passeport, un label de haute qualité. » Il fut reçu, en 1919, 1er sur 9 reçus et 32 candidats. Jacques Fourmon, 5e sur 10 reçus et 60 candidats en 1931, témoigne dans le même sens : « Aux grandes écuries les candidats étaient une centaine pour six, sept places, il fallait un peu avoir la foi. » Mais il arrivait souvent que les étudiants ne se présentent pas la première année de préparation ou qu’ils se désistent en cours d’année. Quelques rares bémols seulement sont à signaler. Ainsi, Couve de Murville (1930) rappelle que le nombre limité de reçus rend le concours difficile, « un tour de force », mais il ajoute que, entraîné par les écuries et la lecture du Temps, « c’était pas fatiguant43 ». Il fait ainsi la différence entre la difficulté de la sélection et la relative facilité, à ses yeux, du programme et des épreuves. D’autres témoins, comme Minost (1917) et Rogez (1944),sont conscients de bénéficier d’une conjoncture favorable qui leur épargne la dure concurrence de candidats empêchés. À ces deux témoignages tempérant la réputation du concours à certaines époques, on peut ajouter celui, anonyme, d’un inspecteur (1939), fils et père d’inspecteur, recueilli par Gérard Vincent pour son étude sur Sciences-Po :

  • 44 G. Vincent, Sciences-po, Histoire d’une réussite, Paris, Olivier Orban, 1987, 419 p., p. 331.

« Mais vous savez, ce n’était pas sérieux les études à cette époque. Si les concours étaient faciles pour les gens comme moi, c’était parce que je faisais partie d’un milieu favorisé, mais aussi parce que c’étaient les classes creuses. Je suis né en 1912, et le creux sera encore plus fort entre 1914 et 191844. »

47Tous mesurent la difficulté à l’aune du faible pourcentage de places offertes par rapport au nombre important de candidats mais aussi à la qualité des candidats jugés redoutables. Les adjectifs rencontrés tels que « capables de », « brillants », « bons élèves », « qui savaient causer », « impressionnants » renvoient à la perception de qualités exceptionnelles, intellectuelles et culturelles, de leurs concurrents. S’y ajoute souvent, sur toute la période et chez les candidats qui ne sont pas issus de la grande ou bonne bourgeoisie parisienne (soit deux candidats sur trois environ dans la réalité), la perception de candidats redoutables aussi par le profil socioculturel supposé et conforme à l’image qu’ils se font des inspecteurs connus à leur époque.

  • 45 Les dossiers de candidatures conservées par le service de l’IGF permettent d’évaluer les désistemen (...)
  • 46 G. Denoix, « Les Souvenirs de Georges Denoix », La Direction du Budget entre doctrine et réalités, (...)
  • 47 J. Rueff, Œuvres complètes, t. I, De l’aube au crépuscule, Paris, Plon, 1977, p. 54.
  • 48 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.
  • 49 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 50 Entretien de Julienne avec l’auteur en 1981 et de Gruson avec A. Terray en 1989, IGPDE.
  • 51 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

48La disparité entre les témoignages et la réalité chiffrée va toujours dans le sens d’une exagération de la difficulté. Si l’on reprend les années de promotion des témoins et leurs déclarations, on constate que la déformation joue toujours à la hausse45. En 1905 et 1906, années où s’est présenté Denoix, il y a respectivement 36 candidats et 5 reçus, 29 candidats et 4 reçus et non point « une cinquantaine46 » (de candidats). En 1922 et 1923, années où s’est présenté Rueff, il y a eu 9 reçus pour 64 candidats et 7 reçus pour 59, soit respectivement 14 % et 11,8 % et non « 5 ou 6 reçus chaque année47 ». En 1931, à la première candidature de Devaux, 60 candidats se présentent, 10 sont reçus, soit 16 % ; en 1932, l’année où il intègre, il y a 7 reçus pour 61 candidats, soit 11 % et non « 5 à 7 %48 ». En 1934, promotion de J. de Fouchier, pour 4 reçus, 49 candidats se présentent et non « environ 100 candidats49 ». En 1936, promotion de Julienne et de Gruson, il y a 9 reçus et 68 candidats et non « 120 » ou « 100 » candidats50. En 1939, promotion de Caplain, 47 candidats et 10 reçus et non 150 candidats51. L’espace même de la salle à manger Napoléon III du ministère des Finances, transformée une fois par an en salle d’examen, aussi grande soit-elle, ne pouvait guère accueillir ces théories d’impétrants, et leur mémoire visuelle aurait pu être un garde-fou. Que la réalité ait été bien différente ne change rien à la perception qu’ils en ont eue etqu’ils transmettent cinquante ans après. Il faut donc faire deux histoires, celle de la réalité chiffrée et celle de la perception d’une sélection redoutable.

  • 52 Réponse écrite au questionnaire en 1981.

49Notons en passant que la perception d’un concours redoutable explique (en partie seulement car le besoin de ressources pécuniaires peut aussi être une raison impérieuse) le maintien, dans l’entre-deux-guerres, d’inspecteurs déjà fonctionnaires au concours malgré la suppression définitive, en 1901, de l’expérience administrative préalable (10 % sont déjà fonctionnaires de 1919 à 1939). Guillot-Tantay, reçu au concours spécial de 1945, illustre assez bien cette prudence : « En raison de la difficulté du concours et de la sélection, la réussite me paraissait aléatoire […]. Aussi il m’avait semblé préférable (à l’âge de 18 ans), pour être sûr d’avoir quelque chose, de préparer dans l’immédiat un concours plus accessible52. » Il passera, en 1933, le concours de contrôleur des Douanes, comme son père devenu directeur régional des Douanes.

  • 53 P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, 268 p., p. 222.

50L’unanimité, à toutes les époques, dans le sens d’une exagération de la difficulté interdit d’invoquer la mémoire éventuellement défaillante de quelques-uns et plaide pour leur sincérité et leur fidélité non au réel mais à leur vécu de l’époque. Tout se passe comme si, ayant perçu le concours comme étant une barrière impressionnante (plus difficile qu’il ne l’était, mais ont-ils jamais connu la réalité ?), leur mémoire a enregistré durablement cette perception et leur témoignage s’en fait, aujourd’hui, l’écho fidèle. Nous vérifions là ce que Philippe Joutard dit du témoignage oral, « des oublis, des confusions, des erreurs même » qui constituent sa richesse particulière plus encore que sa faiblesse. « L’imaginaire guide autant le comportement humain que la perception de la réalité53. » Pourquoi, à l’époque, la réputation du concours est-elle systématiquement exagérée ? Ici, la vanité personnelle, toujours possible au cas par cas, n’est plus un argument dès lors que cette exagération est collective, mais alors quid de la vanité collective ? Cette entrée à l’Inspection est l’événement fondateur de leur vie, professionnelle toujours, sociale souvent, privée même parfois. Un inspecteur anonyme (1942) se souvient :

  • 54 Entretien, 1990, IGPDE.

« La seule chose qui m’ait frappé est que j’ai été reçu… Par une espèce de miracle que je n’ai jamais compris, les portes de l’Inspection se sont ouvertes et ma vie a été transformée, pour reprendre le genre de raisonnement que font mes camarades et que je trouve parfaitement exact54. »

  • 55 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.
  • 56 Entretien enregistré avec l’auteuren 1981.

51Quelle qu’en ait été l’exacte difficulté, toujours réelle, il ne peut guère y avoir de révision à la baisse sauf à se dévaluer soi-même. La réputation du concours, dont ils se font les porte-parole mais dont certains ont été aussi les victimes lors d’une première tentative ou pendant la préparation, trouve aussi là son explication. Elle nourrit leur commun orgueil d’appartenir à une élite fondée sur une sélection sévère des candidats et nous ramène à la vanité collective. Dans un État qui recrute ses plus hauts serviteurssur concours de compétences et non pas par naissance, clientélisme, richesse ou expérience professionnelle, plus le concours est réputé difficile plus le pouvoir de ses agents et donc leur autorité seront légitimes. Cela expliquerait pourquoi très rares sont ceux qui, une fois l’obstacle franchi, ont eu le souci de mesurer le taux exact de reçus et refusés, et de le faire savoir hier comme aujourd’hui. Dans la compétition entre hauts fonctionnaires, les inspecteurs des Finances ont eu, de tout temps, bien des occasions de défendre leur légitimité en face d’autres légitimités, qu’il s’agisse des rédacteurs ou des cadres supérieurs du secteur privé. Fondée sur leur mérite intellectuel sanctionné, au départ, par la réussite à un concours difficile, cette défense gagne en efficacité si elle peut s’appuyer sur une comparaison favorable avecles autres grands concours : l’X et ses « bottes », l’ENS, l’agrégation de droit, le Conseil d’État, la Cour des comptes ou le Quai d’Orsay. Ce propos de Caplain, reçu en 1939, résume l’enjeu de la compétition : « Pourquoi les recherche-t-on ? Tout simplement parce que, précisément, ayant passé le concours le plus difficile, c’est-à-dire celui où la sélection est la plus dure, en principe on considère que ce sont des gens de qualité… statistiquement c’est relativement vrai55. » Propos nuancé par J. Brunet, reçu en 1924, qui a tenu, en début d’entretien, à préciser – après, tout de même, cette précaution oratoire : « Je ne ferai pas de fausse modestie, au moins corporativement parlant » – qu’« il ne faut pas reconnaître au concours la valeur d’un brevet d’élitisme », et à rappeler ce que nous avions déjà entendu une fois : « quel que soit le mode de recrutement la proportion d’imbéciles est toujours la même56 ».

VII. Le second concours

52Pour être définitivement inspecteur des Finances encore faut-il réussir le deuxième concours. L’ordonnance du 28 mars 1842 avait imposé un examen de capacité aux adjoints après deux ans de tournée de vérifications pour devenir sous-inspecteurs. Celui-ci est maintenu après la création du premier concours en 1847 et, à partir du décret du 31 mai 1860, il est ouvert aux employés supérieurs des Régies de moins de 30 ans auxquels était réservée, depuis 1842, la moitié des vacances dans la 3e classe (en 1860 4e classe) À partir du décret du 1er septembre 1900, ce n’est plus que le quart de ces vacances qui est réservé et aux employés comptant au moins sept ans de service dans certaines administrations (la liste a varié selon les époques) et aux auditeurs de 2e classe au Conseil d’État et à la Cour des comptes toujours âgés de moins de 30 ans.

53Le délai entre le premier et le deuxième concours a varié au fil du temps. De deux puis trois ans, il a été ramené à deux ans après la guerre de 1914 afin, sans doute, d’accélérer l’avancement à une période de retard des traitements sur l’inflation. En 1937, le délai est allongé d’un an afin de permettre aux adjoints d’effectuer des stages préalables dans les administrations du ministère des Finances.

  • 57 Le principe est maintenu avec la création de l’ENA et élargi à tous les fonctionnaires et pas seule (...)

54Cette possibilité, donnée aux magistrats des deux corps et aux fonctionnaires des Finances, d’accéder aux hauts de carrière de l’Inspection est supprimée en 1937, mais les candidatures étaient peu nombreuses, les réussites rares : trois cas dans la période retenue dont un auditeur à la Cour. Le principe de deux recrutements parallèles est pourtant maintenu, mais cette fois, comme on l’a vu, réservé au premier concours et sans aucun succès57.

  • 58 L’écrit fut supprimé par un arrêté du 14 octobre 1954.
  • 59 Ce deuxième concours à la Cour est une innovation éphémère. Ce décret établit aussi un programme co (...)

55Le deuxième concours comprend deux parties : un examen proprement dit avec un écrit et un oral, comme le premier concours, avec des questions plus techniques le premier jour58 ; des appréciations et notes sur leurs travaux, données par les inspecteurs généraux qui les ont dirigés. Le jury de ce deuxième concours, toujours de cinq membres, est lui aussi modifié en 1937 et comprend deux autres membres non-inspecteurs dont un maître des requêtes au Conseil d’État. Dans son rapport au président de la République accompagnant le décret du 15 novembre 1936, qui applique désormais le second concours à la Cour des comptes59, Vincent Auriol loue ainsi son utilité :

  • 60 Dossier 1-1-04, Concours, service de l’IGF.

« Le second concours, dans les résultats duquel entrent en ligne de compte les notes professionnelles données par les chefs de service, permet d’éliminer les candidats admis grâce à leurs connaissances, mais qui ne présentent pas les conditions d’aptitude nécessaires à l’exercice des fonctions qu’ils sollicitent60. »

  • 61 Idem.

56Pour l’examen de capacité, ou deuxième degré ou deuxième concours, le même cérémonial se reproduit mais l’atmosphère est beaucoup plus détendue ; l’expérience déjà vécue et l’assurance acquise pour la plupart au cours des tournées tranquillisent les candidats. Le coefficient du premier jour est nettement plus faible, à peine 15 % en général (en 1923, 20 sur 168 mais 60 pour les rapports). L’enjeu est moins grave, le risque d’échec faible et les modifications de classement, fréquentes à l’issue des résultats, ont relativement peu d’importance même si ceux qui ont été rétrogradés s’en souviennent douloureusement et même si c’est ce deuxième classement qui compte dans la carrière au sein de l’Inspection. Pour les témoins, c’est la réussite et le rang au premier concours qui restent dans les mémoires. Mais quelques exemples de refusés et surtout d’ajournés stimulent le travail en tournée, maintiennent le suspens, justifient son existence. Dans notre période, 6 adjoints ont été refusés et 6 autres ajournés. Comme le signale le jury du deuxième concours de 1924 dans son procès-verbal, ces échecs, qui restent rares, résultent, d’une part, de l’excès d’indulgence des premiers jurys d’après-guerre qui ont dû recruter 30 inspecteurs en deux ans pour combler les pertes de la guerre et, d’autre part, de la pénurie d’inspecteurs expérimentés qui n’ont pas permis aux candidats, pendant ces deux ans de tournée, d’être assez encadrés pour combler leur formation technique insuffisante61.

Notes

1 C’est ainsi qu’on appelait les campagnes de vérifications des service de caisse et de comptabilité de tous les agents et comptables, soumis par les lois et règlements au contrôle de l’Inspection, pendant le printemps et l’été dans une des divisions territoriales ou spéciales. Jusqu’en 1942, elles étaient menées sous l’autorité de l’inspecteur général chef de la division. L’automne et l’hiver, ils étaient appelés à collaborer à différentes enquêtes ou études et à diriger les petites conférences – les « petites écuries » – de préparation des futurs adjoints.

2 Une entrée directe par le deuxième concours était possible sous certaines conditions, comme on le verra ci-dessous, mais 3 inspecteurs seulement en seront issus de 1878 à 1946.

3 M. Debré, « La réforme de la fonction publique », Revue de l’École nationale d’administration, no 1, mai 1946.

4 Rapport du 25 décembre 1889 de Vuarnier, chef du service de l’IGF, au ministre des Finances. IGF, Dossier Concours 1-1-3.

5 Cf. chapitre II ci-dessous.

6 Échange de lettres en mai 1875. Dossier Affaires spéciales, concours 111, service de l’IGF.

7 Arrêtés de 1923 et 1924.

8 Dossier 1-1-3, Décrets, arrêtés relatifs aux concours, service de l’IGF.

9 Décret du 25 janvier 1941, J.O. du 26 janvier 1941, p. 437. En 1943, les candidats n’ont pas été tenus de préciser leur choix au préalable.

10 Entretien no 1 avec L. Quennouëlle-Corre le 15 novembre 1989, témoignage recueilli à l’initiative du Comité pour l’histoire économique et financière de la France depuis 1989 (cité sous le sigle IGPDE dans les références à venir).

11 Cf. N. Carré de Malberg, « Chaban-Delmas et l’Inspection des Finances, 1943-1946 : une opportunité réciproque ? », Jacques Chaban-Delmas en politique, B. Lachaise, G. Le Béguec, J.-F. Sirinelli (dir.), Paris, PUF, 2007, 481 p., p. 7-22.

12 En 1943, les sujets proposés étaient : l’Olympia de Manet, le cinéma, l’autorité paternelle, les libertés individuelles et l’imprimerie.

13 En 1943, le choix entre la Cour et l’Inspection ne se faisant plus avant l’inscription, on ne peut plus connaître le nombre de candidats à l’Inspection pour cette année-là.

14 Ce concours d’accès à l’emploi de rédacteur du ministère des Finances comporte une composition générale proche du « premier jour ». Ouvert aux titulaires du seul baccalauréat jusqu’à la guerre, il est nettement moins difficile et les admissibles recalés à l’oral de l’Inspection bénéficient de points supplémentaires.

15 Cf. réponse écrite, en 1981, à notre questionnaire de G. Devaux qui s’est présenté en 1931.

16 Entretien enregistré avec l’auteur le 27 décembre 1990 et chapitre II.

17 Dossier Le Portz, no 385, service de l’IGF.

18 Idem.

19 Cf. ci-dessous sur le concours de 1943 et le chapitre III.

20 Cf. le témoignage dactylographié de Julienne (1936), remis à l’auteur, et la réponse écrite de Devaux (1932) qui parle, lui, de redingote. Avant 1914, l’habit était obligatoire. La jaquette restera de rigueur jusqu’en 1953 pour la première épreuve orale. E. Chadeau rappelle que cette épreuve de langue a été ajoutée à la suite d’une mission de Jacquème (1854) aux USA.

21 Dossier 1er concours 1935-1939, service de l’IGF.

22 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

23 Dossier Réformes, service de l’IGF.

24 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

25 Entretien enregistré avec l’auteur, hiver 1982.

26 Dossier 111, service de l’IGF. Rosset est membre de la Cour des comptes.

27 Réponse écrite à notre questionnaire en 1980.

28 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

29 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

30 « La littérature et la vie », conférence donnée le 23 février 1953 salle d’Iéna à l’invitation des Nouvelles littéraires, artistiques, et scientifiques, 17 p. Archives Baumgartner, AWB 2 BA 12, Dr 12, et radiodiffusée le 30 mars sur la chaîne nationale INA LO 15466, cité par O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p., p. 53.

31 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 271 p., p. 102-103.

32 Entretien no 2 avec O. Feiertag du 27 novembre 1990, IGPDE.

33 Archives privées de Saltes, promotion 1930, communiquées à l’auteur.

34 Rapport du 15 novembre 1936, dossier Concours, service de l’IGF. Après la fusion des concours de l’Inspection et de la Cour, en 1941, le président pouvait être issu de la Cour.

35 Son père était négociant en quincaillerie à Bordeaux. Il habite à la cité U pendant ses études puis dans un petit hôtel du Quartier latin pendant sa préparation. Entretien no 1, cassette no 1, avec F. Demarigny le 26 mars 1990, IGPDE.

36 Dossier Concours, service de l’IGF.

37 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

38 Entretien no 2 avec F. Demarigny le 26 mars 1990, IGPDE.

39 Dossier Suppression, service de l’IGF.

40 L’article 6 de l’arrêté du 24 décembre 1942 prévoit même, pour le concours commun de la Cour des comptes et de l’Inspection de 1942, que les postes offerts ne soient pas tous pourvus. Service de l’IGF.

41 J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988, 721 p.

42 J. Caillaux, Mémoires, Paris, Plon, 1942, t. I, 306 p., p. 73.

43 Entretien avec A. de Castelnau en 1989, IGPDE.

44 G. Vincent, Sciences-po, Histoire d’une réussite, Paris, Olivier Orban, 1987, 419 p., p. 331.

45 Les dossiers de candidatures conservées par le service de l’IGF permettent d’évaluer les désistements de dernière heure permanents pour toute la période : de 10 % à 20 %.

46 G. Denoix, « Les Souvenirs de Georges Denoix », La Direction du Budget entre doctrine et réalités, 1919-1944, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 591 p., p. 521-570, p. 530. Ces souvenirs ont été rédigés en 1969.

47 J. Rueff, Œuvres complètes, t. I, De l’aube au crépuscule, Paris, Plon, 1977, p. 54.

48 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

49 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

50 Entretien de Julienne avec l’auteur en 1981 et de Gruson avec A. Terray en 1989, IGPDE.

51 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

52 Réponse écrite au questionnaire en 1981.

53 P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, 268 p., p. 222.

54 Entretien, 1990, IGPDE.

55 Entretien enregistré avec l’auteur en 1980.

56 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

57 Le principe est maintenu avec la création de l’ENA et élargi à tous les fonctionnaires et pas seulement ceux des Finances. Mais, là encore, la pratique est, dans l’immédiat, loin des principes puisque, de 1947 à 1954, 7 inspecteurs sur 54 sont issus du concours fonctionnaire (et 2 anciens fonctionnaires ont passé le concours étudiant). P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959, p. 224, p. 37.

58 L’écrit fut supprimé par un arrêté du 14 octobre 1954.

59 Ce deuxième concours à la Cour est une innovation éphémère. Ce décret établit aussi un programme commun et une préparation commune aux deux concours et rend public les oraux. Dossier 1-1-04, Concours, service de l’IGF.

60 Dossier 1-1-04, Concours, service de l’IGF.

61 Idem.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution candidats/reçus (en valeur absolue)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/193/img-1.png
Fichier image/png, 7,8k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540