Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Arrêté du 1er pluviôse an VIII (21 janvier 1800) du ministre Gaudin. Leur titre et leurs attributio (...)
  • 2 Arrêté du 9 fructidor an X (6 septembre 1801).
  • 3 On comprend que le premier centenaire de l’IGF ait été célébré en 1908. La même année, le ministre (...)

1L’Inspection générale des finances s’est progressivement mise en place par des textes étalés de 1800 à 1831. En 1800, le Premier consul affirme le principe du contrôle sur place et crée les vérificateurs généraux du Trésor1. Remplacés l’année suivante par des inspecteurs généraux du Trésor, plus nombreux (15)2 et aux attributions élargies, ils sont dotés par arrêté du 1er décembre 1808 du ministre des Finances, le comte Mollien, d’attributions permanentes de surveillance et d’enquête, et d’une organisation en véritable corps3. Appelés en 1815 inspecteurs des Finances, ils sont, sous la Restauration, chargés par le comte Corvetto, en 1816, du contrôle sur tous les comptables publics. Son successeur Villèle, en 1824 et 1825, leur confie en outre l’inspection des contributions directes et indirectes, puis le nouveau ministre des Finances de Louis-Philippe, le baron Louis, en 1831, celle des douanes et de l’enregistrement. Dès lors et jusqu’à nos jours, tous les services financiers, comptables et fiscaux sont contrôlés par l’Inspection qui reçoit par ordonnances les missions qui sont encore les siennes aujourd’hui. L’ordonnance du 10 mars 1831, rédigée à la demande du baron Louis, déclare solennellement :

« L’administration se compose de deux parties très distinctes : l’action et la surveillance. Celle-ci éclaire la marche de la première et a pour but d’en assurer la régularité. L’action est confiée par le Ministre à des directeurs ou chefs de division. Quant à la surveillance, elle est nécessairement et principalement exercée par le corps de l’Inspection ».

2Éclairer et surveiller, telles sont donc les bases du métier d’inspecteur, qui demeurent encore aujourd’hui, même si des textes nombreux ont modifié le statut et le recrutement des membres de l’Inspection, et surtout élargi sans cesse leurs champs d’investigation, notamment auprès des autres ministères, parallèlement à l’intervention croissante de la puissance publique dans le domaine financier et économique. Partout où les intérêts du Trésor sont en cause, partout l’Inspection est appelée à vérifier et à suggérer les mesures à prendre pour en améliorer le fonctionnement.

  • 4 Ce livre reprend, actualise et surtout complète une partie de nos travaux déjà publiés, objet de no (...)
  • 5 R. Guyot, article nécrologique sur E. Péricaud et M. Birot, La Gazette de l’Inspection, avril 1943. (...)

3Mais ce que le baron Louis n’avait pas prévu et même écarté et que nos travaux4, ainsi que ceux d’E. Chadeau ou de C. Charle pour le xixe siècle, montrent, c’est qu’à partir de la IIIe République et plus encore depuis 1918, les inspecteurs des Finances ont, dans leur très grande majorité, préféré « l’action » à la « surveillance ». Si l’Inspection continue de faire son métier aujourd’hui, voilà longtemps que la grande majorité des inspecteurs font leur carrière, pour reprendre l’expression de l’un d’eux5. Ils constituent en effet, depuis la fin du xixe et plus encore depuis la Première Guerre mondiale, un vivier dans lequel le ministre des Finances, les institutions ou entreprises qui en dépendent, directement ou non, mais aussi les autres ministères et le secteur privé ont abondamment puisé leurs dirigeants, les écartant plus ou moins longtemps, ou définitivement, de leurs missions traditionnelles de vérification et d’enquête.

I. « Un corps qui se projette partout »

  • 6 Soit le nombre d’inspecteurs des Finances des promotions 1878 à 1939 ayant réussi le deuxième exame (...)
  • 7 C’est le seul tableau fourni par le Service, portant en 1900, 1940 et 1977 sur 40 promotions, qui a (...)

4C’est au cours de la période 1918-1946 que ce petit groupe de 355 hauts fonctionnaires du ministère des Finances, ayant en commun la réussite au concours d’entrée à l’Inspection générale des finances, a établi une position hégémonique sur la Direction des finances publiques et privées6. Leur déploiement s’est en effet fortement accéléré entre les deux guerres, pour se renforcer encore sous Vichy, puis sous les Trente Glorieuses comme le montre le tableau ci-dessous7.

Tableau 1. Répartitions des inspecteurs des Finances actifs par datea

Année

1900

1940

1946

Cadresb

85

94

95 (– 34)

Détachés, disponibles hors cadres

38

72

81 (+ 34)

Démissionnaires

32

74

71

a. Dans la suite de l’ouvrage, les chiffres des actifs pourront être légèrement différents. Nous avons, en effet, contrairement au Service, retenu les actifs selon l’âge, moins de 65 ans, et non selon le statut de retraité, trop fluctuant au fil du temps pour établir une comparaison rigoureuse année par année ; b. Les chiffres entre parenthèses sont ceux des chargés de mission dans les cabinets ou administrations, qui sont pourtant théoriquement dans les cadres.

5Ces chiffres sont éloquents. Les cabinets ministériels, les administrations centrales et les entreprises publiques ou semi-publiques, exigeant détachement ou disponibilité d’une part, le secteur privé, conduisant à la démission (ou à la retraite différée après 1955) d’autre part, ont recruté deux fois plus d’inspecteurs en 1940 qu’en 1900, ne laissant aux missions traditionnelles qu’un tiers des effectifs au lieu de la moitié (et en 1942, le quart seulement).

  • 8 La Société générale, le CIC, la BNC et la BUP.
  • 9 La Banque de l’Indochine, la Banque de l’Algérie, le Crédit foncier égyptien, la Compagnie du canal (...)

6En 1913, le secrétaire général et quatre autres directeurs du ministère des Finances sur dix sont issus de l’Inspection. Quatre banques de dépôt8 et quatre institutions financières liées à l’outre-mer9 ont parmi leurs dirigeants des inspecteurs des Finances.

  • 10 La Société générale, le Crédit Lyonnais, le CNEP, la BNCI, le CIC et le CCF.
  • 11 Paribas, le Crédit du Nord, la Banque des Pays du Nord ou l’Union européenne et financière, la Banq (...)
  • 12 La Banque de France, la Caisse des dépôts, le Crédit foncier, le Crédit national.

7Trente ans plus tard, en 1942, au secrétariat d’État aux Finances (qui comprend les Affaires économiques), 8 directeurs sur 13 et les deux secrétaires généraux sont inspecteurs des Finances, sans oublier le ministre lui-même et l’état-major de son cabinet. Cette expansion touche alors aussi les autres ministères et leurs cabinets. Dans les milieux bancaires, des inspecteurs des Finances dirigent, en tant que président ou directeurs généraux, les six établissements de crédit10, les plus grandes banques d’affaires11, les grandes banques coloniales et les institutions financières semi-publiques ou publiques12.

  • 13 Désormais et dans la suite de l’ouvrage, les dates entre parenthèses suivant un nom propre rappelle (...)
  • 14 C.-F. de Lasteyrie, L’Inspection générale du Trésor, L’Inspection générale des Finances, Paris, 190 (...)
  • 15 J. Barbier, L’Inspection générale des Finances 1831-1931, Commémoration des ordonnances de 1831, et (...)
  • 16 J. Caillaux, Mémoires, Paris, Plon, 1942, t. III, 258 p., p. 73-74.

8Les écrits publiés à l’époque par des inspecteurs des Finances témoignent de cette expansion spectaculaire hors de l’Inspection. En 1908, dans son livre commémorant le premier centenaire de l’Inspection, Lasteyrie (1902)13 ne consacre qu’une seule page, sur quatre-vingt-neuf, aux inspecteurs des Finances n’exerçant pas leur fonction de vérification, enquête ou mission provisoire14. En 1931, pour l’autre centenaire15, le rappel des activités hors des cadres de l’Inspection occupe cinq pages sur cinquante, soit dix fois plus. Caillaux (1888) écrit dans ses Mémoires, à la fin des années trente : « Il [le grand corps] a pris aujourd’hui une telle importance, il est appelé à remplir tant et de si diverses missions qu’il est devenu véritablement une pièce essentielle de l’État. À telle enseigne qu’il m’arrive de craindre pour lui16 ».

9Le chef du Service Drouineau (1901), en juin 1941, dans un article intitulé « La crise de l’Inspection », constate à regret :

  • 17 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 6, juin 1941, p. 1-4.

« Vue du dehors, l’Inspection est un organisme tentaculaire dont les membres se projettent partout. Vue du dedans, l’Inspection est un squelette […] Autrefois, l’Inspection était pour presque tous une carrière que l’on parcourait depuis l’admission jusqu’à la retraite. Aujourd’hui, l’Inspection est, pour la plupart des jeunes, un tremplin d’où ils s’élanceront vers d’autres postes. Autrefois, la qualification d’Inspecteur des finances était l’intitulé d’une fonction. Aujourd’hui, elle est un titre employé à se faire ouvrir toutes les portes17 ».

10Le 20 novembre 1942, André Fayol (1929), adjoint au chef du service de l’Inspection générale des finances, rappelle aux jeunes candidats potentiels comment il accueille ceux qui viennent s’inscrire à la préparation au concours :

  • 18 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », in « Conférences d’information sur les carrières  (...)

« Parfois il me prend la fantaisie, bien excusable, de leur poser cette question : «Pourquoi voulez-vous ‘faire l’Inspection’ ?» […] Nul jusqu’à présent n’a encore déclaré qu’il voulait faire l’inspection des Finances pour inspecter les finances ; et si je me reporte à mes propres souvenirs on ne pense absolument pas à cela. La vraie réponse, je le crois, est encore plus naïve en la forme que la précédente : on fait l’inspection des Finances pour être inspecteur des Finances18… »

11Et en février 1944, Lucien Petit (1897), dans un article de La Gazette de l’Inspection, prend acte de cette transformation :

  • 19 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-12 (...)

« L’Inspection de ma jeunesse a disparu et ne reviendra pas. Depuis lors, depuis près d’un demi-siècle, la vie politique, économique et sociale du pays ayant grandement évolué, l’Inspection, qui ne pouvait rester figée dans un monde mouvant, a évolué avec la vie, comme tout organisme qui ne veut pas mourir doit s’adapter au milieu19 ».

  • 20 La grande presse n’en parle qu’en période de combat électoral ou de « mouvement » aux Finances. Cf. (...)
  • 21 F. Mauriac Nœud de vipère, Paris, Grasset, 1932, 287 p. Lafon (1881) fut TPG de Gironde de 1906 à s (...)
  • 22 Évoquant le « consortium industriel » en Chine, pseudonyme de la Banque industrielle de Chine au dé (...)

12Pourtant, les hautes responsabilités assumées et la notoriété de certains contrastent avec l’anonymat dans lequel, collectivement, ils sont longtemps restés aux yeux de l’opinion qui les confond avec les inspecteurs des impôts ! Anonymat parfois brutalement levé par la presse sur quelques célébrités puis aussitôt retombé20. À cet égard, il est remarquable de constater que la littérature les a largement ignorés : point de « Monsieur de Norpois » de l’Inspection. Tout juste, chez François Mauriac, dans Nœud de vipère21 en 1932, le personnage de Louis, avide et avare, emprunté à son beau-père Lafon (1881). Le seul écrivain à se faire l’écho de la puissance des inspecteurs est, à notre connaissance, André Malraux dans La Condition humaine, qui, en 1933, mène une charge sévère contre la solidarité excessive, l’hypocrisie, le conformisme et la prudence des dirigeants financiers issus de l’Inspection22.

  • 23 F. Piétri, Le Financier, Paris, Hachette, 1931, 131 p., p. 91.

13La conjonction de ce succès et du secret dont ils sont entourés a permis que se développe au cours de ce quart de siècle (et, dans une moindre mesure, jusqu’à nos jours), dans l’opinion éclairée, une légende, rose et noire à la fois, sur « l’emprise solidaire », comme le dit Piétri (1906) lui-même23, qui s’est établie, à travers ce qu’il appelle le « Grand état-major », entre la haute administration des Finances, les pouvoirs politiques et le monde des affaires. Cette réputation, qui est à la base de la notion de grand corps, a nourri, consolidé mais aussi menacé leur puissance à plusieurs reprises, dès 1936 puis en 1946, en 1968 et encore en 1981.

14Que s’est-il passé, au cours de ces trois décennies, qui puisse expliquer que les ministres (et pas seulement ceux des Finances) et les entreprises (bancaires surtout) aient eu besoin de puiser désormais largement et systématiquement dans l’Inspection générale des finances leurs dirigeants, alors que ces hommes sont sélectionnés par concours depuis 1847, puis formés par la « tournée » pour vérifier les comptes publics, au sens large, et éclairer les ministres des Finances sur l’efficacité de leurs services ?

II. Les étapes d’un marché de l’emploi contrasté et organisé

15Assurément, la transformation de ce corps de contrôle en corps de direction et de conception ne peut être imputée à un « complot » tramé par des ministres des Finances, le service de l’Inspection ou les inspecteurs des Finances eux-mêmes. Cette transformation n’est pas non plus le fruit du hasard ni de leur seul mérite. Elle a été voulue et orchestrée par eux et par leurs employeurs pour répondre à des besoins issus de la conjoncture financière économique et politique. Conscients, d’ailleurs, de leur réussite extraordinaire, qui pouvait faire de l’ombre à leurs concurrents et les exposer à l’excès, ils ont cherché et réussi à défendre leur légitimité.

16En effet, après la Première Guerre mondiale, c’est la conjonction nouvelle de trois facteurs, auquel ce grand état-major a su s’adapter, qui installe durablement ce « grand état-major » financier qui n’était qu’amorcé depuis la fin de la IIIe République :

  • 24 Entretien enregistré avec l’auteur en 1990.
  • 25 On trouvera en conclusion une typologie des carrières illustrant cette diversité.

171. Une demande d’emplois, accrue, de fonctions de direction et non plus de contrôle. Les inspecteurs, plus nombreux, issus presque autant de la moyenne bourgeoise que de la grande ou bonne, sélectionnés par un concours inégalement difficile selon les périodes, deviennent plus exigeants en terme de réussite socioprofessionnelle et financière. Mais les inspecteurs des Finances ne constituent pas un ensemble homogène, bien au contraire. Le seul point commun incontestable de cette « diaspora », pour reprendre l’expression si juste de Philippe Huet (1946)24, est d’avoir désiré et obtenu, après un concours de haut niveau, le titre d’inspecteur des Finances. Mais c’est justement la diversité de leurs origines, de leur formation, de leurs acquis, les handicaps des uns et les avantages des autres qui leur ont permis de satisfaire des besoins différents. Cette diversité éclaire aussi par contraste leurs points communs25.

18Aux promotions peu nombreuses et décimées de l’avant-1914, succèdent celles, pléthoriques, des années 1919-1923, issues des tranchées bien plus que de Sciences-Po, peu enclines à patienter dans les cadres et à rester en tournée avec un traitement devenu insuffisant avec l’inflation. La rapidité de leur ascension professionnelle alimente à son tour la notoriété du corps et attire, dans la décennie suivante, des promotions de strates sociales plus élevées, mais compétentes plus que possédantes, enclenchant le cercle vertueux du prestige dont L. Petit, en 1944, dénonçait les effets dévastateurs pour les missions de l’Inspection :

  • 26 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », art. cité, p. 9.

« Et la maladie de la sortie prématurée est contagieuse : les jeunes inspecteurs qui ont vu en peu d’années leurs camarades s’envoler autour d’eux, se croient maltraités par le sort ; les autres les regardent comme des lourdauds incapables de se débrouiller, de sorte que ceux mêmes qui par goût seraient tentés de rester sont tentés par amour‑propre de s’en aller26 ».

19Dotés d’ambitions puisées dans les modèles des promotions précédentes, ils se heurtent en majorité à des perspectives de carrière modifiées et ralenties par la crise, que les besoins de Vichy vont inverser. Ce sont les options divergentes des plus jeunes dans ces années noires qui les mettront ou non en position de profiter des besoins des Trente Glorieuses.

202. Au cours de cette même période, l’offre d’emplois s’accroît et change de nature dans le secteur financier public et privé.

  • 27 R. Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gal (...)
  • 28 Sarre, Rhénanie, Haute-Silésie,
  • 29 Notamment le comptoir Lyon-Alemand et les potasses d’Alsace.

21Alors que, dans l’ensemble, les inspecteurs avaient peu bénéficié de l’économie de guerre en terme de débouchés, le désengagement très relatif de l’État dans l’économie après 1918, que Richard Kuisel, en 1981, a analysé pour le secteur industriel27, les a peu affectés. Dans les années vingt, l’idéologie dominante peut bien revenir au libéralisme et les industriels reprendre leur indépendance, le reflux relatif du dirigisme de l’économie de guerre ne les touche guère, au contraire ! L’après-guerre provoque un appel d’air bienvenu : reprise en main des ministères dépensiers, monnaies flottantes, emprunts, réparations, règlements financiers internationaux, fiscalité, participations financières directes ou indirectes de l’État, nouveaux instruments bancaires, reconstruction, etc., exigent l’appel aux fonctionnaires les plus diplômés et reconnus comme les plus aptes du ministère des Finances, chef d’orchestre de la politique financière et économique. Rappelons pour mémoire les nouveaux domaines d’intervention du ministère des Finances : agences financières à l’étranger ; administration financière des nouvelles organisations internationales, des territoires occupés28 des nouvelles colonies ou nouveaux mandats ; assistance aux nouvelles nations au centre et à l’est de l’Europe ; contrôle des dépenses engagées, dans tous les ministères, réservé aux agents des Finances par la loi « Marin » de 1922 ; création d’institutions financières mixtes comme le Crédit national ; récupération de participations allemandes29. De leur côté, les banques de dépôt ou d’affaires, publiques ou privées, nouvelles ou anciennes, de plus en plus engagées dans les emprunts publics, leur offrent massivement des postes de commande.

  • 30 Par exemple, alors qu’ils avaient déserté les fonctions de contrôleurs des dépenses engagées dans l (...)

22À cette période exceptionnelle succède progressivement, de 1932 à 1939, une offre contrastée. Les emplois dans le privé et dans les organisations internationales se raréfient. Les difficultés des entreprises et la fin des règlements financiers du conflit, un certain encombrement des hauts de carrière réduisent les besoins en dirigeants. Cette décrue est incomplètement relayée par les besoins accrus d’un ministère qui intervient davantage dans l’économie, par le repli impérial et par les offres plus nombreuses des ministères dépensiers. Rappelons la liquidation de la BNC, les nationalisations des compagnies d’aviation, de la Banque de France, de la SNCF, les réformes de la RATP, la création de l’éphémère ministère de l’Économie, le développement des cabinets ministériels, l’extension du contrôle financier dans les entreprises à participation publique. Mais l’empire, la haute administration des Finances et l’économie, publique ou semi-publique, qui offrent surtout des emplois de contrôle, même étoffés à la fin des années 1930, absorbent difficilement le trop-plein de leurs ambitions30.

23La guerre, l’Occupation et le régime de Vichy modifient à nouveau le marché de l’emploi. À des effectifs clairsemés par la mobilisation, la captivité ou quelques prudentes réserves devant la révolution nationale correspondent les besoins publics accrus de l’économie dirigée de Vichy et dédoublés, après 1943, par le CFLN à Alger, alors que le secteur privé n’embauche toujours pas. Jamais les effectifs restés dans les cadres ne seront aussi faibles, au grand dam du chef du Service qui dénonce « la crise de l’Inspection » mais ne parvient pas à se faire entendre. L’amertume de carrières plus difficiles depuis le milieu des années 1930 a sans doute contribué à l’adhésion d’une partie d’entre eux au régime de Vichy, gourmand en grands commis. Les ambitions professionnelles ont satisfait sans état d’âme une offre pléthorique.

24Après la transition de l’épuration et la menace de suppression de l’Inspection aux lendemains de la guerre, la croissance dirigée des Trente Glorieuses et la reprise des emplois privés renforcent à nouveau le corps au profit surtout de ceux qui ont fait le bon choix sous l’Occupation.

  • 31 Ce commandement ne s’applique ici qu’au domaine économique et financier alors que la formulation de (...)

253. L’établissement, conscient, par les inspecteurs et leurs employeurs, de filières, de pratiques, de réseaux (administratifs, politiques et financiers), d’équipes, de coutumes, constitue un ensemble d’atouts et de règles subtiles, non écrites et durables de gestion de carrière. Ces mécanismes d’ajustement ont offert à une grande partie des membres de l’Inspection le quasi-monopole de l’accès à la direction des finances publiques ou privées ou, pour reprendre un terme wébérien, « l’appropriation stable des chances de commander31 ». Mais cela s’est passé sans parvenir jamais à donner aux individus la maîtrise assurée de leur carrière, individus qui sont devenus étroitement dépendants du parrainage politique, administratif ou privé et ont perdu leur autonomie dès lors qu’ils n’étaient plus dans les cadres.

III. Avant et après

26Nos travaux ont bénéficié des acquis des historiens du xixe siècle : Christophe Charle quant aux aspects sociologiques surtout et Emmanuel Chadeau quant aux aspects administratifs et économiques. Leurs travaux nous ont permis de mesurer le changement de nature et de rythme de l’appel aux inspecteurs après 1918, à la fois dans le recrutement et dans l’évolution des carrières.

  • 32 Citons ceux qui nous ont été particulièrement précieux : les politologues P. Lalumière, P. Rosanval (...)
  • 33 L’ENA rompt avec les concours particuliers mais, en réalité, compte tenu des perspectives offertes (...)
  • 34 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comi (...)

27À partir des années 1950, politologues et sociologues, voire économistes, se sont penchés sur les élites, offrant des études abondantes et permettant des comparaisons utiles même si les sources ne sont pas de même nature32. Par ailleurs, la création de l’ENA a modifié les modalités de la formation et du recrutement des inspecteurs des Finances33. Enfin, l’intervention financière de l’État, la planification, le développement des institutions financières publiques françaises, internationales, puis européennes et les nationalisations de 1944-1948 ouvrent, dans le climat keynésien des années 1950, des débouchés publics ou semi-publics nouveaux et donc modifient à nouveau la nature du marché de l’emploi des inspecteurs jusqu’aux années 1980-199034.

  • 35 Réponse écrite à notre questionnaire du 23 décembre 1980.
  • 36 Rappelons que nous avons commencé nos entretiens enregistrés en 1981.

28Pourtant des témoins, plus jeunes, désireux certes de ne pas quitter la scène trop tôt, ont avancé des arguments pour voir prolonger l’étude jusqu’en 1958. Ainsi Devaux (1932), en 1980, considérait-il que les traditions de l’administration française ont été préservées – à quelques nuances près – jusqu’en 1959. Par la suite, elles ont été, selon lui, profondément bouleversées par la confusion des carrières politiques et des carrières administratives35. En outre, les archives orales auraient été plus nombreuses et plus riches sur la décennie 195036. Mais à l’époque où nous avons constitué nos bases de données, les dossiers de carrière des promotions suivantes, encore actives, auraient été inaccessibles malgré l’accueil généreux et le soutien sans faille du service de l’Inspection et, pire encore, les dossiers de l’ENA nous auraient été refusés. Nous avons seulement prolongé, parfois l’étude jusqu’à la fin de l’activité des promotions retenues, c’est-à-dire jusqu’en 1979 pour les plus jeunes.

IV. La place de l’histoire des inspecteurs dans les débats historiographiques sur le premier xxe siècle

  • 37 Pour une synthèse des travaux sur la mobilité sociale des hauts fonctionnaires dans cette période, (...)
  • 38 P. Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989 (...)
  • 39 Nous ne parlons pas ici des ingénieurs.
  • 40 L’explication de ce stéréotype vient en grande partie de la rareté des travaux sur la haute fonctio (...)
  • 41 P. Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, op. cit.
  • 42 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, Paris, PFNSP, 1978, 271 p., p. 27.
  • 43 R. Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, 476 p., p. 34 ; R. Osborne, (...)
  • 44 P. Bourdieu, La Noblesse d’État, op. cit., annexe I, « Le champ du pouvoir économique en 1972, anal (...)
  • 45 Sur ce sujet, il faut lire Esprit de corps, démocratie et espace public, G.J. Gugliemi, C. Harode ( (...)

29Le renouvellement partiel des élites, notamment de la fonction publique et du patronat37, dans la première moitié du xxe siècle, leur mobilité sociale ascendante ou latérale au sein des bourgeoisies38 sont un perpétuel objet d’histoire. Or les modalités de cette mobilité relative des bourgeoisies passent souvent, à cette époque, par les concours spéciaux des grandes écoles et de certains grands corps39, soulignant le rôle à la fois d’ascenseur social et de consolidation qu’assume notamment l’Inspection sous la IIIe République. Notre analyse remet en question la vision un peu stéréotypée d’inspecteurs-des-Finances-fils-de-grands-bourgeois-parisiens-issus-des-Sciences-Po, vision véhiculée à la fin des années 1930 et partiellement à l’origine de la réforme de l’ENA et du concept de « reproduction » sociale cher aux sociologues de la société française du second xxe siècle40, notamment Pierre Bourdieu41. La légende du monopole de Sciences-Po a pourtant été mise à mal dès 1955 par P. Lalumière puis par E. Chadeau et, plus encore, par nos travaux à partir des dossiers de candidature au concours de l’Inspection, publiés au début des années quatre-vingt. Mais les idées fausses ont la vie dure et on pouvait, il y a quelques années, lire chez certains auteurs qu’« avant la guerre la quasi-totalité des membres des grands corps ainsi que la majeure partie des rédacteurs qui réussissaient les concours les plus réputés étaient passés par l’École libre des sciences politiques42 », idée reprise par R. Kuisel ou encore par R. Osborne43. Mais nos travaux, sur certains points, rejoignent les perspectives ouvertes par Pierre Bourdieu, notamment le concept de stratégie de reproduction du corps mais aussi ses facteurs de division : origines, scolarité, carrières, « habitus44 ». Sans contester le poids des origines sociales et des réseaux hérités, l’éclairage porté sur les inspecteurs des Finances permet de mettre en valeur d’autres hypothèses sociologiques, au moins sinon plus, décisives : le rôle des réseaux acquis au cours des études et de la carrière, et non seulement hérités, et la place de l’esprit de corps45.

  • 46 P. Bourdieu, La Noblesse d’État, op. cit., p. 111.
  • 47 Les recherches actuelles d’A.-F. Garçon sur le corps des Mines permettront par comparaison de nourr (...)

30L’esprit de corps chez eux est sans doute à la fois plus et moins que ne l’entend Pierre Bourdieu qui le définit comme un « sentiment de solidarité avec le groupe qui repose sur la communauté des schèmes de perception, d’appréciation, de pensée et d’action qui fonde la connivence réflexe des inconscients bien orchestrés46 ». Moins car sa force de cohésion dépend largement des types de carrière effectuée. Plus, car chez une partie des inspecteurs, l’esprit de corps peut se transformer en esprit « Inspection » : langage commun acquis lors de la préparation au concours et lors des premières années de « tournée » de vérification qui peut les rendre sourds aux opinions divergentes ; conscience de supériorité qui leur donne le sentiment d’avoir nécessairement raison (dans la politique de déflation par exemple) ; conviction partagée et entretenue d’être les plus aptes, donc irremplaçables, pour défendre l’intérêt général (on le verra sous Vichy). Comme d’autres grands corps47, l’Inspection tire sa légitimité de sa compétence technique et sa chance initiale fut sa spécialisation dans le secteur comptable et donc financier. Mais depuis l’origine, l’Inspection revendique aussi sa polyvalence, tirée du contrôle sur place et de sa mission de conseil et d’enquête qui l’oblige à une capacité d’adaptation aux situations et aux sujets les plus variés, (on le verra dans l’étude du métier). Cette double compétence, qui nourrit « l’esprit Inspection », leur a ouvert, depuis les dernières décennies du xixe, les portes des directions du ministère et des entreprises. Que leur compétence technique soit relativement étroite et qu’elle soit devenue progressivement inutile pour « faire carrière » et sortir des cadres importe peu ; leur polyvalence a pris le relais pour nourrir leur conviction d’avoir des droits aux places, conviction partagée par leurs employeurs.

  • 48 Depuis le milieu des années soixante-dix, sans doute en prévision du tricinquantenaire de 1981 qui (...)
  • 49 Les actes de ce séminaire pluriannuel, coordonné par P. Masquelier seront publiés. Le premier volum (...)
  • 50 Le décret de 2006, modifiant en profondeur son recrutement, est l’étape la plus récente de cette lu (...)

31Le fonctionnement d’une administration a été longtemps un territoire peu abordé par les historiens et l’histoire de l’Inspection proprement dite, généralement confondue avec ses membres, qui l’ont désertée, est méconnue. Nous l’avons nous-même laissée longtemps aux historiographes de l’Inspection, membres du corps48. Or l’histoire du métier fait partie d’un champ d’histoire plus vaste, celui de l’histoire de la gestion des finances publiques sur deux siècles, dont elle est un acteur important, histoire en chantier grâce aux séminaires annuels du Bureau de la Recherche de l’IGPDE49. Depuis notre soutenance, nous avons décidé de prendre le relais et de faire, en quelque sorte, un audit historique de l’Inspection : d’étudier la répartition des rôles, voire le rapport de forces, parfois, entre le Service et le ministre et les autres ministères ; d’évaluer son efficacité et son efficience lorsqu’elle fait son métier ; de mesurer sa capacité à répondre aux critiques, notamment lors de l’épuration en 1944‑1946, voire à lutter pour sa survie en dépit de l’évasion de ses cadres50.

  • 51 Citons, parmi les nombreuses publications sur ce sujet de F. Descamps, « Les ministères à l’épreuve (...)
  • 52 Depuis la thèse d’André Thépot et les travaux sur l’histoire du ministère de l’Industrie, on sait p (...)
  • 53 N. Rousselier, « Gouvernement et Parlement dans l’entre-deux-guerres », in M.O. Baruch et V. Ducler (...)
  • 54 Par la loi du 19 février 1934, en raison du contexte particulièrement agité, les Chambres ont été a (...)

32Notre recherche contribue aussi à mieux connaître l’histoire du ministère des Finances, à laquelle s’est attaquée Florence Descamps dans son séminaire à l’EPHE et dans ses travaux.51. L’histoire des inspecteurs éclaire l’histoire de la gestion de son haut personnel, qui contribue à son autorité croissante au sein de l’exécutif. Lorsque Christophe Charle estime que le blocage de l’avancement au sein des cadres a provoqué les sorties dans l’administration au xixe et que le blocage des carrières administratives a entraîné à son tour le pantouflage, il ne convainc pas tout à fait car cela supposerait une certaine inertie de la part du ministre et de l’Inspection devant ces blocages. Or ce qui se révèle, c’est justement, du moins au xxe siècle, le soin jaloux avec lequel les ministres, et pas seulement les inspecteurs ou le Service, ont cherché et réussi à maintenir un recrutement de qualité en assurant des débouchés satisfaisants à ces hauts fonctionnaires, y compris dans les entreprises, les ministères dépensiers, leurs cabinets et le contrôle financier. Cette gestion des carrières des inspecteurs a contribué jusqu’à l’ENA à la réputation du corps et donc à la qualité de son recrutement, au détriment sans doute des autres ministères52. L’hégémonie de l’Inspection, au sein du ministère des Finances, et celle du ministère des Finances, au sein de l’État et de l’économie ont contribué à l’évolution d’un régime qui a vu l’exécutif prendre progressivement ses distances vis-à-vis de la tutelle du Parlement dans les années trente. Cette évolution, dont Nicolas Rousselier a décelé les étapes et les moyens53, s’est faite au profit de la présidence du Conseil mais aussi du ministère des Finances, devenu l’allié « objectif » des commissions des Finances contre le Parlement54.

  • 55 Y. Mény et alii, « Des fonctionnaires politisés ? », Pouvoirs, no 40, 1987, 197 p.
  • 56 M. Weber, Le Savant et le politique, 1919, trad. de J. Freund, Paris, Plon, 1959, 232 p.
  • 57 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit.
  • 58 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », Revue des sciences politiques, Conférences sur le (...)

33L’étude des carrières nourrit aussi le débat sur la neutralité de la haute fonction publique. Nous adhérons volontiers à cette affirmation d’Yves Mény, selon laquelle « la neutralité de l’administration face au pouvoir politique participe des mythes fondateurs de la démocratie libérale55 ». La règle vertueuse de neutralité et d’indépendance, théorisée notamment par Max Weber56, a certes le mérite de limiter le pouvoir du prince, de permettre la modernisation de l’État et de satisfaire au principe d’égalité des citoyens. Mais dans la réalité, elle s’est trouvée souvent en contradiction avec le principe de majorité et avec la primauté du politique sur l’administration, autres fondements essentiels des démocraties. Si la neutralité politique des inspecteurs des Finances nous est donc apparue, le plus souvent, comme une légende, peut-on parler pour autant de politisation ? Là encore, nous suivons Yves Mény lorsqu’il distingue plusieurs types de politisation : celle de nature idéologique, que nous n’étudions pas ici ; celle de nature partisane, qui ne les concerne pas à l’époque ; et la politisation de nature structurelle (participation des organisations et donc des hommes qui les dirigent à la décision politique), qu’a particulièrement bien étudiée dans sa thèse Michel Margairaz pour le ministère des Finances au cours des années 1932-195257. Leurs pouvoirs, qui sont par nature de consultation, d’exécution et de contrôle, s’élargissent, dès lors qu’ils ne sont plus dans les cadres, en pouvoir d’initiative et d’impulsion, ou, au contraire, d’opposition. Les hommes politiques ont de tout temps dénoncé cet élargissement particulièrement dangereux pour une démocratie parce que ces hauts fonctionnaires sont politiquement irresponsables. Mais nous y ajoutons une politisation de nature plus personnelle, au sens de fidélité à un homme politique, quel que soit son engagement, la plus facile à appréhender à travers les emplois et les trajectoires. À cet égard, nos travaux mettent en évidence l’existence d’un clientélisme politique, ou patronage, pour une partie des inspecteurs des Finances, qui les met alors dans une dépendance réelle vis-à-vis de l’exécutif, cependant que leurs camarades, restés dans les cadres ou le contrôle financier, peuvent se prévaloir, eux, d’une indépendance inscrite dans les textes. Rappelons, à ce sujet, la distinction opérée par le chef adjoint du Service lui-même, André Fayol, qui parle d’« un sens de la permanence de l’État qui peut demeurer indépendant des flottements de la politique ; ce dernier, avantage très précieux à notre époque et qui n’appartient pas aux fonctionnaires d’autorité, est réservé aux techniciens que nous sommes58 ».

  • 59 C’est le point de vue de R. Goetze, cf. Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Financ (...)

34C’est, aussi, la conception même du service de l’État qui est mise en examen ici. Que représente le choix de servir l’État en France pour ces hauts serviteurs : un atout de carrière ? Une vertu incantatoire, compensatrice et légitimante ? L’avant-dernier échelon dans un système de valeurs qui met la nation au-dessus59 ? Un maître que l’on sert quels que soient les gouvernements en place, ce qui a pu les aveugler lors des changements de régime ? Un choix de vie ? Ou, plus simplement et également, une mystique, étroitement dépendante du marché de l’emploi, de ses besoins et de ses pratiques ? Question d’histoire… question aussi d’actualité ! On pourrait alors soutenir que la vocation ou l’attraction pour le service de l’État est inversement proportionnelle à la santé des entreprises privées, sous la IIIe République.

35On peut se demander si la perspective plus aléatoire de carrières dans le privé, à partir du milieu des années 1930, a pu contribuer à l’adhésion pragmatique d’une grande partie d’entre eux à l’interventionnisme accru, sous Vichy puis sous la IVe République, la défense de l’intérêt général et le service de l’État se conjuguant avec leur intérêt de carrière lors de « la conversion » de l’État modernisateur, selon le terme de M. Margairaz, ou de « la parenthèse dirigiste », selon le terme de P. Rosanvallon, dans les années 1945-1980. Déjà A. de Tocqueville s’était interrogé, pour s’en inquiéter, sur les effets du déséquilibre entre l’offre et la demande d’emplois publics pour le régime politique.

  • 60 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 257, cité dans E (...)

« Le nombre des emplois publics finit par avoir des bornes ; le nombre des ambitieux n’en a point. Lors donc que l’ambition n’a d’issues que vers l’administration seule, le gouvernement finit nécessairement par rencontrer une opposition permanente ; car sa tâche est de satisfaire, avec des moyens limités, des désirs qui se multiplient sans limite. Il faut bien se convaincre que, de tous les peuples du monde, le plus difficile à contenir et à diriger, c’est un peuple de solliciteurs. Quelques efforts que fassent ses chefs, ils ne sauraient le satisfaire, et l’on doit toujours appréhender qu’il ne renverse la constitution du pays et ne change la face de l’État, par le seul besoin de faire vaquer des places60 ».

  • 61 N. Carré de Malberg, « Les fonctionnaires (civils) sous Vichy, essai historiographique », histoire@ (...)
  • 62 M.O. Baruch, Servir l’État, L’administration en France 1940-1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.
  • 63 Notre demande était dictée par une communication sur « Les inspecteurs des Finances sous l’Occupati (...)
  • 64 Le chef du Service Jean Bassères, renouant avec la politique de T. Bert, a demandé que ce chapitre (...)
  • 65 L. Douzou, D. Peschanski, « La Résistance française face à l’hypothèque de Vichy » et D. Peschanski (...)

36Prolongeant depuis quelques années l’étude jusqu’en 1946, nous pourrons aussi nourrir l’histoire des fonctionnaires sous Vichy et lors de l’épuration. Comme nous l’avons montré récemment61, après le tournant « paxtonien » en 1974, l’historiographie de Vichy a connu, au milieu des années quatre-vingt-dix, un autre tournant, plus fécond sur la haute fonction publique, avec la publication en 1997 de la thèse majeure de M.O. Baruch62, l’ouverture des archives et le discours du Vel’ d’Hiv de J. Chirac le 16 juillet 1995 sur les responsabilités de l’État. Ensemble, ils ont contribué à lever les tabous et à développer des thèses sur les différentes administrations. L’accès tardif aux quelques cartons d’archives sur cette période, conservés au sein du Service, et à des dossiers de personnel complémentaires nous a permis, à notre tour, d’aborder ce sujet sensible. En 1999, le chef du Service, Thierry Bert, accédait en effet à notre demande63, faisant sauter les derniers obstacles et nous permettant de rompre avec notre autocensure inavouée. L’Inspection devenait ainsi le premier grand corps à faciliter la recherche sur les choix de ses membres dans ces années noires64. Cette partie largement inédite met fin à certaines légendes, met à jour des comportements ignorés, des deux côtés, et démontre aussi la validité de concepts créés par d’autres, comme celui de vichysto-résistant de D. Peschanski ou d’accommodation de P. Burin, développés par d’autres historiens comme J.-P. Azéma65.

  • 66 J. Bouvier, Un siècle de banque française. Les contraintes de l’État et les incertitudes des marché (...)
  • 67 Henry Laufenburger donnait la répartition des crédits à court terme distribués : collectivités publ (...)
  • 68 O. Feiertag cite la réflexion de Pierre Dieterlen assurant qu’on ne pouvait ignorer depuis le début (...)
  • 69 M. Viénot (1953), « Compte rendu de P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1 (...)

37Depuis les années soixante-dix, sous l’impulsion de Jean Bouvier et de Maurice Lévy-Leboyer, les rapports entre l’État et le système bancaire sont au cœur des travaux des historiens de l’économie française du xixe siècle comme du xxe siècle66. Déjà, dans l’entre-deux-guerres, les contemporains avaient souligné la tutelle accrue de l’État sur les banques, l’augmentation du nombre et du rôle des institutions financières publiques, et, sur la base des documents publiés et imprécis dont ils disposaient, le gonflement des bons du Trésor absorbés par les banques qui ne se contentaient plus d’être des intermédiaires de placement d’émissions mais étaient devenues massivement les créancières de l’État67. Les historiens d’aujourd’hui, mieux armés grâce à l’ouverture des archives, confirment la part croissante et importante des bons du Trésor dans le portefeuille commercial des banques au lendemain de la Grande Guerre et de nouveau avec la crise68. L’économie d’endettement, pour reprendre le concept bien démontré par O. Feiertag, qui en résulte s’est prolongée dans les Trente Glorieuses. Le lien entre l’État et les et les banques, via les inspecteurs des Finances s’est maintenu avec les entreprises nationalisées et le pantouflage apparaît désormais masqué. Comme le faisait remarquer Marc Viénot (1953), en 1960, « des départs qui n’affectent plus la forme juridique de démissions sont aujourd’hui des formes de «pantouflage»… on pantoufle aujourd’hui sans démissionner, en se faisant simplement détacher dans les secteurs nationalisés69 ».

  • 70 H. Bonin, Le Monde des banquiers français au xxe siècle, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000, 311 p. (...)

38Difficile de ne pas voir de liens de causalité entre cette stratégie nouvelle et le recrutement d’inspecteurs des Finances, venus notamment de la direction du MGF et donc bien placés pour faire bénéficier leurs employeurs des effets publics. Que l’on ne puisse démontrer une spécificité de l’action des banquiers inspecteurs par rapport à leurs homologues non-inspecteurs, comme Hubert Bonin l’a démontré70, n’interdit pas de penser que leur recrutement est la cause et la conséquence directe des rapports plus intenses entre banques et Trésor, et que leur présence a encouragé cette stratégie. Parmi les effets pervers du pantouflage de ces hauts fonctionnaires, formés par l’État et pour l’État, on peut se demander s’il n’a pas freiné la capacité de ces firmes à former elles-mêmes leur haut personnel, à la différence des pays anglo-saxons et de l’Allemagne, alors même que la croissance leur en donnait l’occasion. La question vaut d’être posée car les inspecteurs des Finances donnent à la France une spécificité qui perdure aujourd’hui. C’est le seul exemple de pays capitaliste libéral et démocratique à avoir laissé, au xxe siècle, à l’État le soin de recruter et de former une part importante de sa classe dirigeante financière, hier comme aujourd’hui, même si Hubert Bonin l’a bien rappelé, le monde des banquiers ne se confond pas avec le monde de l’Inspection.

  • 71 Pour la période après 1945, citons la dernière synthèse en date à l’heure où nous publions, celle d (...)
  • 72 P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, 370 p., p. 267.
  • 73 On adhère à la distinction opérée par M. Margairaz entre libéralisme protecteur (économie où l’inte (...)
  • 74 Relativement car ils ont été formés intellectuellement à réfléchir sur des sujets comme : « Dans qu (...)
  • 75 J. Bouvier, L’Historien sur son métier, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989, p. 383. (...)

39Les carrières des inspecteurs éclairent donc la nature des relations originales, en France, entre l’État et l’économie71. Récemment Pierre Rosanvallon, étudiant le tournant des années 1980, qui clôt, selon lui, la période de l’État « modernisateur », ouverte avec le tournant des années 1945-1946, estimait que : « Le pantouflage croissant des jeunes énarques les plus brillants et le déclin du prestige de l’ENA en constituent un indicateur qui ne trompe pas72 ». Pantouflage et libéralisme seraient donc associés. La comparaison avec le pantouflage des inspecteurs dans les années vingt et trente permet de nuancer cette affirmation. Certes, l’interventionnisme a besoin d’hommes et les inspecteurs des Finances y pourvoient, on le voit dans les années trente et encore plus sous Vichy. Mais dans les années vingt, l’heure n’est déjà plus au libéralisme73 et pourtant ils désertent rapidement les hauts de carrière publique. Surtout, il y a lieu de distinguer leur discours relativement74 libéral, de leurs pratiques lors de l’exercice des responsabilités, qui, elles, dépendent avant tout des fonctions successivement occupées, la logique de fonction l’emportant sur celle de la doctrine. Jean Bouvier l’avait bien perçu chez le gouverneur de la Banque de France, É. Moreau (1896) : « Émile Moreau ne se considère pas comme un haut fonctionnaire ordinaire. Du fait même qu’il a été désigné à la tête de la Banque, il en épouse la logique d’entreprise en même temps qu’automatiquement il en assume les devoirs et l’héritage75 ».

  • 76 Pour les monographies d’histoire bancaire ou d’administration, nous renvoyons aux ouvrages cités da (...)
  • 77 Les biographies restent rares. Le premier inspecteur à avoir séduit un historien est Joseph Caillau (...)
  • 78 J. Autin, Préambule à l’histoire de l’Inspection générale des Finances, exemplaire dactylographié, (...)
  • 79 B. Gournay, « Les grands fonctionnaires », Revue française de science politique, vol. XIV, no 2, av (...)
  • 80 H. Joly, Patrons d’Allemagne. Sociologie d’une élite industrielle, 1933-1989, Paris, PFNSP, 1996, 3 (...)
  • 81 Le contraste des carrières est grand avec celles des membres de la Cour des comptes, chargés, eux, (...)

40Que d’ambitions donc pour une modeste étude prosopographique ! Les limites de notre entreprise sont pourtant évidentes. Deux surtout : leur rôle dans les choix de politiques économiques, les décisions administratives ou la conduite des entreprises ne sera étudié que dans quelques trop rares études de cas. Les monographies d’entreprises ou de directions du ministère76 et les biographies à cet égard apportent davantage sur le rôle personnel des hommes ou des équipes77. Une comparaison plus fouillée avec les autres pays d’une part, avec les autres grands corps d’autre part eût été souhaitable, même si, comme le rappellent avec insistance les inspecteurs, « souvent assimilée aux grands corps de l’État, elle n’est en droit et en fait que l’organe supérieur d’enquête et de vérification du Ministre des Finances78 ». Les travaux pourtant existent79 mais souvent depuis peu. Nous renvoyons le lecteur à ceux d’H. Joly pour les chefs d’entreprises et les ingénieurs du corps des Mines80, à ceux de M.‑C. Kessler et aux publications récentes de colloques sur le Conseil d’État et sur la Cour des comptes81.

V. Méthode, sources et plan

  • 82 Sur le « retour des historiens vers l’État », cf. Patrick Fridenson, « Pour une histoire de l’État (...)
  • 83 On trouvera dans la bibliographie ceux qui nous ont été particulièrement utiles.
  • 84 N. Carré de Malberg, « Apports et limites de la prosopographie appliquée à l’histoire des hauts fon (...)
  • 85 Les études prosopographiques sur le personnel politique ou le personnel ouvrier, avec la diffusion (...)

41Dans l’histoire des rapports entre l’État et l’Économie et entre les différents sommets de l’État82, il nous a semblé qu’une place devait être faite aux choix de carrière de ces décideurs. L’approche prosopographique, à savoir l’étude comparée des carrières, chère à l’histoire ancienne et plus souvent pratiquée par les sociologues ou les politologues pour le second xxe siècle83, pouvait donc, sinon renouveler le débat, du moins l’enrichir84. Cette méthode n’est pourtant pas neuve en histoire et des historiens, du xixe siècle surtout, nous en avaient révélé la fécondité dans une perspective d’histoire politique, économique ou sociale85. Maurice Lévy-Leboyer a très tôt incité à l’étude des modalités de l’adaptation de l’État aux besoins de l’économie :

  • 86 M. Lévy-Leboyer, « Histoire économique et histoire de l’administration », in Histoire de l’Administ (...)

42« La définition organique de l’État, entité autonome, placée au-dessus des intérêts particuliers est trop abstraite. Les structures ont dû changer avec le temps, les marchés s’organiser, les groupes socioprofessionnels se renouveler et faire pression sur l’appareil administratif86. »

  • 87 Citons les mémoires de maîtrise de G. Langlet, Les Ingénieurs des Ponts et Chaussées, 1880-1930, 19 (...)
  • 88 A. Plessis, Histoire de La Banque de France, Paris, Albin Michel, 1998, 616 p. ; B. Le Clère et V.  (...)
  • 89 C. Charle, Les Élites de la République, 1880-1900, op. cit., chapitre IV, « Les stratégies de carri (...)
  • 90 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle, op. cit. ; Pierre Lalumière opère de la mê (...)

43Depuis les années soixante-dix87, Alain Plessis, avec sa thèse sur les 200 actionnaires de la Banque de France sous le second Empire, et Vincent Wright, avec ses travaux sur les préfets88, nous ont montré le chemin. Plus proche encore de nos préoccupations, C. Charle, dans ses travaux sur les élites au xixe siècle, estimait que « L’étude des carrières est la face cachée de la dynamique des échanges entre les élites. Les changements d’activité tirent leur origine principale des blocages internes aux différents champs et de l’évolution des rapports de force entre eux89 ». De son côté, dès 1976, E. Chadeau affinait la méthode prosopographique pour les inspecteurs du xixe siècle90 et, plus près de nous, H. Joly, pour les patrons issus ou non de l’État, on l’a vu, a soutenu son habilitation en pratiquant avec bonheur cette méthode.

  • 91 Guy Thuillier, par exemple, reproche à certains historiens de « mettre sur ordinateur les dossiers (...)

44L’introduction de l’informatique, avec ses pièges mais aussi ses facilités, a permis d’affiner les critères et les interrogations aboutissant à une métasource au contenu dépendant directement de la problématique de chaque chercheur. Pour autant, les résultats statistiques doivent être interprétés avec prudence, les erreurs de saisie n’étant jamais exclues, les données manquantes ou les tris aboutissant parfois à des effectifs insuffisants pour être signifiants, et certaines variables n’étant pas quantifiables. Mais contrairement à ce qu’affirment certains historiens, s’en passer relève d’une vision dépassée91.

  • 92 « Le livre d’or » était, avant nous, le seul document ouvert aux chercheurs, document hélas lacunai (...)
  • 93 Nos références seront les cotes du Service, « traduites » depuis par le SAEF qui peut en retrouver (...)

45L’exigence quantitative s’est appuyée essentiellement sur les dossiers de concours, exhaustifs et homogènes, et sur les dossiers de carrière conservés par le service de l’Inspection des finances92. Pour ces derniers, leur richesse est très inégale car la règle du Service est de ne suivre les carrières que tant que le lien avec le corps perdure. Ces dossiers comportent fréquemment des échanges de courriers entre le Service, le ministre et l’inspecteur, précieux pour comprendre les conditions de prise d’emplois. Ces dossiers ont été transmis, depuis notre consultation, au CAEF93, de même que plusieurs cartons sur les concours, l’Inspection pendant la guerre, l’épuration, les réformes, les affaires spéciales, quelques rapports particuliers, les rapports annuels sur l’activité de l’Inspection, rédigés depuis 1911 par le chef du Service (avec cinq années manquantes : 1935-1939) et des études inédites d’inspecteurs sur leur histoire. À ces archives primaires sont venus s’ajouter quelques fonds publics ou privés, notamment les dossiers de la Banque de France.

  • 94 La richesse de la bibliothèque centrale du ministère et la possibilité de prêt ont grandement facil (...)
  • 95 Un véritable réseau amical et réciproque s’est progressivement constitué pendant ces années, qui a (...)
  • 96 Dans cet esprit, les emplois d’administrateurs que nous ne pouvions systématiquement identifier n’o (...)

46Les sources imprimées sont venues combler les trous, notamment sur les démissionnaires : les annuaires des Finances, l’annuaire général de presse et différents dictionnaires biographiques, les notices nécrologiques, les publications des deux centenaires, les articles de presse, revues, thèses de droit ou d’économie politique, littérature polémique ou de réflexion94. Nous avons aussi pêché des informations dans les livres de commémoration des entreprises et dans les travaux des historiens des secteurs d’activité concernés95. Puzzle excitant mais « chronophage » et parfois inachevé. Ces informations ne se recoupant pas toujours, nous n’avons conservé que les plus fiables96.

47Cette approche quantitative et chronologique devait être complétée par une analyse qualitative.

  • 97 R. Rémond., A. Coutrot, I. Boussard, Quarante ans de cabinets ministériels, de Léon Blum à Georges (...)
  • 98 Seuls deux inspecteurs ont écrit leurs Mémoires avant 1945, Trollard et Caillaux, mais en revanche, (...)
  • 99 Cf. la « somme » sur ce sujet : F. Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la co (...)

48Dès le départ et alors que l’histoire orale balbutiait encore au début des années quatre-vingt, nous avons suivi l’exemple donné par René Rémond97 et envoyé un questionnaire, avec le soutien du service de l’Inspection, obtenant 95 réponses écrites ou enregistrées à notre questionnaire, auxquelles se sont ajoutés les 60 entretiens effectués par le Comité d’histoire économique et financière de la France depuis 198898 et les souvenirs inédits ou publiés. On trouvera dans les sources la liste de ces témoins et de leur famille, auxquels nous sommes particulièrement reconnaissante99. Nous partageons en effet l’analyse d’Antoine Prost :

  • 100 A. Prost, Histoire sociale de la France au xxe siècle, Paris, FNSP, ronéo, 1975-1976, cité par F. R (...)

« Il n’y a pas d’histoire sociale sans compréhension, sans une sorte de familiarité vécue avec les hommes qui nous ont précédés, et cette compréhension ne peut naître des statistiques, alors qu’au détour d’une anecdote, d’un cas particulier, l’on voit brusquement surgir une situation précise dans laquelle il est possible de s’imaginer soi‑même100 ».

  • 101 J.-J. Becker, « Le handicap de l’a posteriori », in « Questions à l’histoire orale », Les Cahiers d (...)

49Mais nous savons bien aussi que dans chaque destin, la part de la conjoncture aléatoire peut intervenir et, surtout, bien des ressorts psychologiques individuels restent largement méconnus. Alors si les témoignages permettent de remplir certains « blancs » de l’histoire, nous nous sommes interdit, comme l’a recommandé Jean-Jacques Becker, de les remplir de façon fausse ou incertaine101.

  • 102 L’existence de dossiers de candidature à partir de 1892 seulement a limité le corpus à ces promotio (...)

50Que le lecteur ne s’étonne pas, la population d’inspecteurs retenue est différente selon les questions posées : 371 inspecteurs adjoints reçus au premier concours de 1892 à 1946 pour l’étude du recrutement102 ; 355 inspecteurs entrés entre 1878 et 1939 pour l’étude des prises d’emplois, ou encore 413 inspecteurs de 1878 à 1946 pour l’étude des types de carrière. Pour cerner l’évolution, ils ont été répartis en corpus différents : par groupes de promotions d’entrée à l’Inspection ; par prises d’emploi dans les différents secteurs d’activité par période ; par actifs au 1er janvier de chaque année.

51Après l’étude de la demande, c’est-à-dire des inspecteurs des Finances du premier xxe siècle, on analysera le métier qui est le leur au départ, et ce jusqu’en 1946, puis leurs emplois ou du moins les plus importants, avec les filières et les conditions d’accès, avant de prendre deux exemples dans les années trente et de terminer par leurs parcours dans la tourmente jusqu’en 1946.

52Le plan chronologique cher aux historiens n’a, en effet, pas été choisi ici pour plusieurs raisons. La première tient à l’histoire de ces travaux, dont certains sont inédits et d’autres sont republiés ici dans une version complétée et actualisée. Nous avons en effet commencé, il y a trente ans, par étudier la demande des inspecteurs, c’est-à-dire leur origine socioculturelle, leur recrutement, leur formation, leur conception du libéralisme. Puis la décennie suivante, ce sont les emplois secteur par secteur qui nous ont retenue, en fonction de la « demande sociale » d’ouvrages collectifs ou de colloques, y compris pour les études de cas. Plus tardivement, prenant le relais d’une histoire interne en panne, nous avons analysé le métier et le Service. Enfin, avec l’ouverture des archives, nous avons étudié les parcours dans les années noires, épurations comprises. Ces deux parties sont donc largement inédites. La seconde raison tient au fonctionnement du marché de l’emploi de ces élites financières : les changements n’ont pas lieu en même temps pour la demande, l’offre et les mécanismes d’ajustement.

53C’est donc au sein de chaque partie, voire de certains chapitres, que la chronologie retrouve ses droits, mettant en évidence les mutations des hommes et des emplois selon des périodisations différentes. Les débouchés de l’Inspection comme l’histoire du métier ont connu trois périodes bien différentes : 1918-1932 ; 1932-1939 ; 1940-1946. Mais, compte tenu de la durée des carrières, ils ont concerné quatre générations d’inspecteurs successives : celle, encore active, entrée avant 1918, qui prolonge l’ascension amorcée à la fin du xixe siècle et dirige les finances publiques et privées dans les années vingt ; celle, pléthorique, entrée entre 1919 et 1923, qui profite des conséquences de la guerre et de la croissance, s’avère souvent plus lucide que la classe politique, se « projette » partout, conquiert de nouveaux débouchés et, au terme de son ascension, tient la vedette sous Vichy ; celle des années 1924-1935, aux carrières plus difficiles, toujours pragmatique quand arrivent Vichy et l’économie dirigée qu’elle n’hésite pas à servir à tous les échelons et dans les emplois les plus éloignés de leur sphère : génération éclatée par les choix divergents, voire successifs, sous l’Occupation, qui conduiront les uns au Capitole, les autres à la roche Tarpéienne. La quatrième génération, entrée entre 1936 et 1946, trop jeune en général pour s’être compromise sous Vichy mais assez jeune pour s’engager dans la Résistance, assurera la relève de l’Inspection comme grand état-major financier des Trente Glorieuses.

Notes

1 Arrêté du 1er pluviôse an VIII (21 janvier 1800) du ministre Gaudin. Leur titre et leurs attributions sont fixés par l’arrêté du 22 ventôse an VIII (13 mars 1800).

2 Arrêté du 9 fructidor an X (6 septembre 1801).

3 On comprend que le premier centenaire de l’IGF ait été célébré en 1908. La même année, le ministre impose une comptabilité en partie double qui mettra longtemps à se mettre en place.

4 Ce livre reprend, actualise et surtout complète une partie de nos travaux déjà publiés, objet de notre thèse Entre l’État et l’entreprise : les Inspecteurs des Finances d’une guerre à l’autre, Recrutement, carrières et filières d’accès à la direction des Finances publiques et privées, thèse sur travaux de doctorat d’histoire, sous la direction d’Alain Plessis, soutenue à l’Université Paris-X-Nanterre en novembre 2001, 3 vol. Cf. aussi E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, III-184 p., préface de J.-M. Roche ; C. Charle, Les Élites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, 556 p ; « Naissance d’un grand corps : l’inspection des Finances à la fin du xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, no 42, avril 1982, p. 3-18.

5 R. Guyot, article nécrologique sur E. Péricaud et M. Birot, La Gazette de l’Inspection, avril 1943. Expression utilisée aussi par Carmoy (1930), entretien enregistré avec l’auteur en 1987.

6 Soit le nombre d’inspecteurs des Finances des promotions 1878 à 1939 ayant réussi le deuxième examen. Le nombre total de reçus définitivement au deuxième concours de 1878 à 1946 est de 413 individus.

7 C’est le seul tableau fourni par le Service, portant en 1900, 1940 et 1977 sur 40 promotions, qui autorise des comparaisons valables. Ceux de l’année 1946 proviennent d’un courrier du Service de mars 1946 pour les cadres et détachés ou en disponibilité et de notre base pour les démissionnaires, et portent également sur 40 promotions.

8 La Société générale, le CIC, la BNC et la BUP.

9 La Banque de l’Indochine, la Banque de l’Algérie, le Crédit foncier égyptien, la Compagnie du canal de Suez.

10 La Société générale, le Crédit Lyonnais, le CNEP, la BNCI, le CIC et le CCF.

11 Paribas, le Crédit du Nord, la Banque des Pays du Nord ou l’Union européenne et financière, la Banque Worms, Lazard frères.

12 La Banque de France, la Caisse des dépôts, le Crédit foncier, le Crédit national.

13 Désormais et dans la suite de l’ouvrage, les dates entre parenthèses suivant un nom propre rappelleront l’année de réussite au concours d’adjoint à l’Inspection, ce qui permet d’identifier les inspecteurs et de situer dans le temps le début de leur activité.

14 C.-F. de Lasteyrie, L’Inspection générale du Trésor, L’Inspection générale des Finances, Paris, 1908, 189 p., p. 67-68. 100 pages sont consacrées à des notices individuelles.

15 J. Barbier, L’Inspection générale des Finances 1831-1931, Commémoration des ordonnances de 1831, et discours prononcé à cette occasion par M. François Piétri, ancien inspecteur des Finances et ministre du Budget, juin 1931, 150 p., 101 pages sont consacrées aux notices individuelles.

16 J. Caillaux, Mémoires, Paris, Plon, 1942, t. III, 258 p., p. 73-74.

17 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 6, juin 1941, p. 1-4.

18 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », in « Conférences d’information sur les carrières », Revue des sciences politiques, 1942-1943, p. 3.

19 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-12, p. 12.

20 La grande presse n’en parle qu’en période de combat électoral ou de « mouvement » aux Finances. Cf. aussi « Le centenaire de l’inspection générale des Finances », L’Illustration, no 4613, 1er août 1931, p. 470-471.

21 F. Mauriac Nœud de vipère, Paris, Grasset, 1932, 287 p. Lafon (1881) fut TPG de Gironde de 1906 à sa mort en 1919. Ni Mauriac ni ses biographes n’ont jamais précisé qu’il était ancien inspecteur des Finances.

22 Évoquant le « consortium industriel » en Chine, pseudonyme de la Banque industrielle de Chine au début des années vingt, il écrit : « En groupes attendaient le directeur adjoint du Mouvement général des Fonds […] le représentant de la Banque de France, celui de la principale banque d’affaires françaises et ceux des établissements de crédit. Ferral les connaissait tous : un fils, un gendre et d’anciens fonctionnaires de l’Inspection des Finances et du Mouvement général des Fonds ; le lien entre l’État et les Établissements était trop étroit pour que ceux-ci n’eussent pas avantage à s’attacher des fonctionnaires qui trouvaient auprès de leurs anciens collègues un accueil favorable ». A. Malraux, La Condition humaine, Paris, Gallimard, 1937, réédition Gallimard, « Folio », 1997, 339 p., p. 315. Cf. l’analyse qu’en fait J.-N. Jeanneney, L’Argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Paris, Fayard, 1981, 364 p., p. 177.

23 F. Piétri, Le Financier, Paris, Hachette, 1931, 131 p., p. 91.

24 Entretien enregistré avec l’auteur en 1990.

25 On trouvera en conclusion une typologie des carrières illustrant cette diversité.

26 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », art. cité, p. 9.

27 R. Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984, 477 p., traduction, chapitre III. L’auteur fait la part entre les discours anti-étatistes et les réalisations pratiques dans les années vingt, en rappelant que non seulement les monopoles ont résisté mais que « l’État étendit précautionneusement son autorité économique d’avant 1914 et même ses participations directes » par le biais des sociétés d’économie mixtes (p. 128). En revanche, cette expansion de l’État est sous-estimée par G. Brun, Techniciens et Technocrates, 1918-1945 (Paris, Albatros, 1985, 319 p.), qui titre son chapitre pour la période de 1918 à 1935 : « La traversée du désert ».

28 Sarre, Rhénanie, Haute-Silésie,

29 Notamment le comptoir Lyon-Alemand et les potasses d’Alsace.

30 Par exemple, alors qu’ils avaient déserté les fonctions de contrôleurs des dépenses engagées dans les années vingt, les inspecteurs se saisissent des emplois de contrôleurs financiers (futurs contrôleurs d’État), issus de la réforme de 1935, auprès des offices et entreprises à fonds public, plus proches du monde des affaires. Sur les contrôleurs des dépenses engagées (appelés, en 1955, contrôleurs financiers), cf. S. Kott, Du contrôle des dépenses engagées au Contrôle financier central, évolution d’une fonction, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, 543 p.

31 Ce commandement ne s’applique ici qu’au domaine économique et financier alors que la formulation de Max Weber est plus large : « Toute appropriation stable des chances, en particulier des chances de commander, conduit à la formation d’ordres. Toute formation d’ordre incline à l’appropriation monopolistique des pouvoirs de commandement et des chances d’acquisition ». M. Weber, Économie et société, Paris, Plon, 1971, t. I, p. 314-315 ; cf. la synthèse la plus large et la plus claire sur le sujet : D. Chagnollaud, Le Premier des ordres. Les hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, 399 p., p. 19.

32 Citons ceux qui nous ont été particulièrement précieux : les politologues P. Lalumière, P. Rosanvallon, M.-C. Kessler, D. Chagnollaud, E. Suleiman, L. Rouban et, pour les années cinquante, B. Gournay ; les sociologues P. Birnbaum, P. Bourdieu et M. de Saint-Martin, D. Schnapper, M. Bauer et B. Bertin-Mourot ; les économistes J.-C. Asselain, B. Blancheton. Deux bibliographies sont à citer tout particulièrement, celle de B. Gournay, L’Administration française (bibliographie commentée et établie par), t. I, Administrations centrales, Paris, FNSP, 1961, 153 p., et celle de D. Chagnollaud, Le Premier des ordres. Les hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, op. cit.

33 L’ENA rompt avec les concours particuliers mais, en réalité, compte tenu des perspectives offertes aux inspecteurs des Finances, l’Inspection (avec le Conseil d’État) reste le corps le plus désiré. Quant aux caractères sociologiques, après une brève période d’ouverture, la tendance d’avant-guerre a repris. Cf. N. Carré de Malberg, « L’ENA », Dictionnaire historique de la vie politique française au xxe siècle, J.-F. Sirinelli (dir.), Paris, PUF, 1995, p. 335-338.

34 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2 vol., 1991, XVI-456 p.

35 Réponse écrite à notre questionnaire du 23 décembre 1980.

36 Rappelons que nous avons commencé nos entretiens enregistrés en 1981.

37 Pour une synthèse des travaux sur la mobilité sociale des hauts fonctionnaires dans cette période, cf. D. Chagnollaud, Le Premier des ordres. Les hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, op. cit., qui va dans notre sens. Pour les origines sociales du patronat au xxe siècle, l’ouvrage de référence reste M. Lévy-Leboyer (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, 324 p., en attendant la publication de l’habilitation d’H. Joly, Diriger une grande entreprise française au xxe siècle : modes de gouvernance, trajectoires et recrutement, à paraître en 2011 aux éditions du CTHS, prix du Crédit agricole d’histoire des entreprises. Cf. aussi Dictionnaire historique des patrons français, J.-C. Daumas, A. Chatriot, D. Fraboulet, P. Fridenson, H. Joly, Paris, Flammarion, 1 620 p.

38 P. Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989, 569 p., p. 480 : « La grande bourgeoisie, cet ensemble de lignées, presque toutes parisiennes, de banquiers, d’industriels, de grands patrons d’État et de grand bourgeois de robe ». Cette définition étroite nous a conduite à y associer la catégorie de bonne bourgeoisie, très proche socialement mais plus éloignée des pouvoirs.

39 Nous ne parlons pas ici des ingénieurs.

40 L’explication de ce stéréotype vient en grande partie de la rareté des travaux sur la haute fonction publique du premier demi-siècle. De leur côté, les sociologues ou politologues remontent généralement à la création de l’ENA et, faute d’éclairage sur la période antérieure, s’appuient sur une perception fausse des atouts hérités de ces hauts fonctionnaires avant 1945. Cette image élitiste s’est nourrie du recrutement de la fin des années trente qui, en effet, connaît un resserrement social, évolution interrompue par les concours de guerre, comme nous le verrons dans la première partie. L’heureuse initiative de Marc Olivier Baruch et de Vincent Duclert de susciter et de diffuser des travaux sur l’histoire des serviteurs de l’État de l’affaire Dreyfus à Vichy est venue combler en partie ce silence historiographique. M.O. Baruch, V. Duclert (dir.), Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration, 1880-1945, Paris, Éditions la Découverte, septembre 2000, 587 p.

41 P. Bourdieu, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, op. cit.

42 J.-L. Bodiguel, Les Anciens Élèves de l’ENA, Paris, PFNSP, 1978, 271 p., p. 27.

43 R. Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard, 1984, 476 p., p. 34 ; R. Osborne, A « Grande École » for the « Grands Corps », New York, Columbia University Press, 1983, 168 p.

44 P. Bourdieu, La Noblesse d’État, op. cit., annexe I, « Le champ du pouvoir économique en 1972, analyse des correspondances », p. 487-501.

45 Sur ce sujet, il faut lire Esprit de corps, démocratie et espace public, G.J. Gugliemi, C. Harode (dir.), Paris, PUF, 2005, 324 p., notamment M.-C. Kessler, « L’esprit de corps dans les grands corps de l’État en France », p. 277-298.

46 P. Bourdieu, La Noblesse d’État, op. cit., p. 111.

47 Les recherches actuelles d’A.-F. Garçon sur le corps des Mines permettront par comparaison de nourrir un débat déjà bien alimenté par les travaux de M.-C. Kessler sur le second xxe siècle. Cf. : A.-F. Garçon « Existe-t-il un esprit «Mines» ? », Communication au colloque sur Les Ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques, B. Belhoste, A.‑F. Garçon, M. Lescure (dir.) à l’occasion du bicentenaire des ingénieurs des Mines, Bercy les 7 et 8 octobre 2010, à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financière de la France ; M.-C. Kessler, « La psychologie des hauts fonctionnaires. Les directeurs d’administration centrale », CURAPP, Psychologie et sciences administratives, Paris, PUF, 1985, 286 p. ; M.-C. Kessler, Les Grands Corps de l’État, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986, 344 p. ; cf. M.-C. Kessler, « La place de l’inspection des Finances au sein des grands corps de l’État depuis le xixe siècle », F. Cardoni, N. Carré de Malberg, M. Margairaz (dir.), Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, à paraître en 2012.

48 Depuis le milieu des années soixante-dix, sans doute en prévision du tricinquantenaire de 1981 qui n’eut jamais lieu, des inspecteurs des Finances se partageant les périodes ont tenté l’aventure. Leurs travaux, inédits, consultables au Service, n’ont jamais abouti faute de méthode historique sans doute. Cette histoire maison, qui ne donne jamais ses sources, a souffert de son double péché originel : le découpage en tranches chronologiques par des auteurs autonomes ; l’absence de formation et de méthodes historiques des auteurs.

49 Les actes de ce séminaire pluriannuel, coordonné par P. Masquelier seront publiés. Le premier volume vient de paraître, L’Invention de la gestion des Finances publiques, élaboration et pratiques du droit budgétaire et comptable au xixe siècle (1815-1914), Actes du séminaire Histoire de la gestion des Finances publiques, t. I, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2010.

50 Le décret de 2006, modifiant en profondeur son recrutement, est l’étape la plus récente de cette lutte.

51 Citons, parmi les nombreuses publications sur ce sujet de F. Descamps, « Les ministères à l’épreuve de la réforme. Fusions-réorganisations à l’échelle du siècle. Le cas du ministère des Finances 1918-1974 », in J. Meimon (dir.), Les Réorganisations administratives, Bilan et perspectives en France et en Europe, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008, p. 13-40.

52 Depuis la thèse d’André Thépot et les travaux sur l’histoire du ministère de l’Industrie, on sait par exemple que les trajectoires professionnelles des X-Mines, grands rivaux, parmi les bons élèves, des inspecteurs des Finances, ne passent ni par les cabinets ni par la haute administration d’un ministère de l’Industrie qui est resté croupion. L’attention portée aux débouchés ne concerne pas que les inspecteurs. C’est le cas aussi pour les rédacteurs des Finances, notamment les budgétaires. Cf. troisième partie, chapitre X.

53 N. Rousselier, « Gouvernement et Parlement dans l’entre-deux-guerres », in M.O. Baruch et V. Duclert (dir.), Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration, 1880-1945, op. cit., p. 111-126.

54 Par la loi du 19 février 1934, en raison du contexte particulièrement agité, les Chambres ont été appelées à procéder à un vote global, les états de répartition étant ceux de la Commission des Finances de la Chambre. Le résultat fut spectaculaire : le budget fut voté en deux jours à la Chambre, en deux jours au Sénat. Cette pratique fut reconduite jusqu’en 1940. Cf. N. Carré de Malberg, « Les fonctionnaires de la Direction du Budget, le Parlement et la Commission des Finances de l’Assemblée nationale à travers les archives orales », Actes de la Journée d’études La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante : acteur ou témoin, 10 janvier 1997, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, XXIII-864 p., p. 81-128.

55 Y. Mény et alii, « Des fonctionnaires politisés ? », Pouvoirs, no 40, 1987, 197 p.

56 M. Weber, Le Savant et le politique, 1919, trad. de J. Freund, Paris, Plon, 1959, 232 p.

57 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit.

58 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », Revue des sciences politiques, Conférences sur les carrières, 1942-1943, p. 20. Les caractères en italique sont de nous.

59 C’est le point de vue de R. Goetze, cf. Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, entretiens réalisés par F. Descamps, texte établi, présenté et annoté par N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 420 p.

60 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 257, cité dans Edmond Villey en préface de son ouvrage, couronné par l’Institut, Du rôle de l’État dans l’ordre économique, Paris, Guillaumin, Pédone-Lauriel, 1882, 482 p., p. VII.

61 N. Carré de Malberg, « Les fonctionnaires (civils) sous Vichy, essai historiographique », histoire@politique.fr, politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences-Po, no 2, septembre-octobre 2007. Communication faite dans le cadre du colloque « Guerre, collaboration, résistance, un siècle d’historiographie française », Université de Tel-Aviv, Institut de sciences politiques de Paris, 17-19 mai 2005. On y trouvera une bibliographie sur l’administration, notamment, sur les grands corps sous Vichy.

62 M.O. Baruch, Servir l’État, L’administration en France 1940-1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

63 Notre demande était dictée par une communication sur « Les inspecteurs des Finances sous l’Occupation : les passages de l’entreprise à l’État », Actes du Colloque, l’Occupation, l’État français et les entreprises, O. Dard, J.-C. Daumas et F. Marco (dir.), tenu à l’Université de Besançon, mars 1999, Paris, Éditions ADHE, avril 2000, 487 p., p. 261-276. Cet article a nourri un chapitre de la dernière partie.

64 Le chef du Service Jean Bassères, renouant avec la politique de T. Bert, a demandé que ce chapitre sombre figure en bonne place dans Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financière de la France en 2012. La Cour des comptes, alertée par nos soins de cette ouverture d’esprit du service de l’IGF, ne pouvait pas faire moins pour la célébration de son bicentenaire et Philippe Seguin, son président, en a confié la tâche à J.-F. Potton, cf. J.-F. Potton, La Cour des comptes dans les années noires, Paris, Documentation française, 2010, 24 p. Le corps des Mines, mis au défi récemment de faire de même, y réfléchit. Souhaitons qu’il ne tombe pas dans le piège de l’auto-histoire que n’a pas su éviter le Conseil d’État pour son bicentenaire, en dépit de la qualité des historiens consultés mais insuffisamment entendus.

65 L. Douzou, D. Peschanski, « La Résistance française face à l’hypothèque de Vichy » et D. Peschanski, « Les Vichysto-résistants » in Dictionnaire historique de la Résistance, J. Marcot, (dir.), p. 844-846 ; P. Burin, La France à l’heure allemande, 1940-1944, Paris, Seuil, 1995, 564 p. ; J.-P. Azéma, R. Lévy-Bruhl, B. Touchelay, Mission d’analyse historique sur le système statistique français de 1940 à 1945, exemplaire dactylographié, 1998, 63 p. plus annexes, p. 58 ; Vichy 1940‑1944, en collaboration avec O. Wievorka, Perrin, 1997, 280 p., réédité, coll. « Tempus », 2004, 374 p.

66 J. Bouvier, Un siècle de banque française. Les contraintes de l’État et les incertitudes des marchés, Paris, Hachette littératures, 1973 ; « Pour une enquête, système bancaire et inflation au xxe siècle », Recherches et travaux. Bulletin de l’Institut d’histoire économique et sociale de Paris-I, nos 5, 6, 7 et 8, 1977-1978. M. Lévy-Leboyer, « Le crédit et la monnaie : l’évolution institutionnelle », in Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, t. III/1 ; L’Avènement de l’ère industrielle (1789-années 1880), 1976, p. 347-389.

67 Henry Laufenburger donnait la répartition des crédits à court terme distribués : collectivités publiques 32 %, entreprises privées 68 %. H. Laufenburger Finances publiques et affaires privées, Paris, PUF, 1943, 267 p., p. 16-17 ; Les Banques françaises. Enquête sur les changements de structure du crédit et de la banque, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1940. Cf. aussi Aureüs (pseud. H. Ardant [1919]), Banques et banquiers, Lagny, impr. E. Grevin et fils ; Paris, Flammarion, 1939, 211 p., p. 183-194 ; J. Saunier, La Collaboration des banques et du Trésor, Paris, Domat-Montchrestien, 1934.

68 O. Feiertag cite la réflexion de Pierre Dieterlen assurant qu’on ne pouvait ignorer depuis le début de la crise « le phénomène capital de la prédominance progressive des demandes de crédit public sur celles du crédit privé », « Le Crédit Lyonnais et le Trésor Public dans l’entre-deux-guerres : les ressorts de l’économie d’endettement du xxe siècle », in Le Crédit Lyonnais, études historiques, 1863-1986, Genève, Droz, 2003, p. 805-831. P. Dieterlen, « Les banques », Revue d’économie politique, t. XLVII, 1933, p. 736 ; Cf. aussi A. Plessis, « Les banques, le crédit et l’économie », in M. Lévy-Leboyer et J.‑C. Casanova (dir.), Entre l’État et le marché. L’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991, p. 361 et suivantes ; J. Bouvier, « Les banques françaises, l’inflation et la crise économique, 1919-1939 », in L’Historien sur son métier. Études économiques, xixe-xxe siècle, Paris, Éd. des Archives contemporaines, coll. « Ordres sociaux », 1989, p. 291 ; M. Lévy-Leboyer, Les Banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Actes du colloque de Bercy des 7 et 8 octobre 1993, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, préface, p. XI et XII. M. Lescure, « Banking in France in the Inter-War Period », in C.H. Feinstein éd., Banking, Currency, and Finance in Europe Between the Wars, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 330 et suivantes, et H. Bonin, L’Argent en France depuis 1880, Paris, Masson, 1989, 309 p.

69 M. Viénot (1953), « Compte rendu de P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959 », Bulletin vert, no 748, Paris, Seides, supplément 10 mars 1960, p. 4 ; cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p.

70 H. Bonin, Le Monde des banquiers français au xxe siècle, Bruxelles, Éditions Complexe, 2000, 311 p., notamment dans son chapitre « L’inspection des Finances, une aristocratie bancaire », p. 124-136.

71 Pour la période après 1945, citons la dernière synthèse en date à l’heure où nous publions, celle de l’économiste J.‑C. Asselain, in « La Politique économique française depuis 1945 », La politique économique et ses instruments, O. Montel-Dumont (dir.), La Documentation française, 2010. 264 p., notice 2.

72 P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, 370 p., p. 267.

73 On adhère à la distinction opérée par M. Margairaz entre libéralisme protecteur (économie où l’intervention de l’État est limitée dans la production mais majeure dans les échanges internationaux, laisse faire mais ne laisse pas passer) et interventionnisme libéral (économie où l’intervention de l’État est majeure dans la production mais limitée dans les échanges, ne laisse pas faire mais laisse passer).

74 Relativement car ils ont été formés intellectuellement à réfléchir sur des sujets comme : « Dans quelle mesure l’État doit-il ou peut-il intervenir ? »

75 J. Bouvier, L’Historien sur son métier, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989, p. 383. C’est le même Émile Moreau qui présidera la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1931 à 1940.

76 Pour les monographies d’histoire bancaire ou d’administration, nous renvoyons aux ouvrages cités dans la bibliographie d’Alain Plessis, Éric Bussière, Hubert Bonin, Michel Lescure, Marc Meuleau. L. Quennouëlle-Corre, A. Terray, F. Tristram, S. Kott et les nombreuses publications de F. Descamps.

77 Les biographies restent rares. Le premier inspecteur à avoir séduit un historien est Joseph Caillaux, étudié par Jean-Claude Allain, Il est vrai que c’est moins le haut fonctionnaire que le ministre qui l’a intéressé.

78 J. Autin, Préambule à l’histoire de l’Inspection générale des Finances, exemplaire dactylographié, service de l’IGF, s. d., 2 p.

79 B. Gournay, « Les grands fonctionnaires », Revue française de science politique, vol. XIV, no 2, avril 1964, p. 215‑243 ; C. Brindillac, « Les hauts fonctionnaires », Esprit, juin 1953, p. 862-876 ; F. de Baecke et J.-L. Quermonne (dir.) et M.‑C. Kessler, A. Coutrot, S. Cohen, J.-L. Bodiguel et alii, Administration et politique sous la Ve République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982, 391 p. ; M.-C. Kessler, La Politique de la haute fonction publique, préface de Michel Debré, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1978, 300 p. ; M.-C. Kessler, « La psychologie des hauts fonctionnaires. Les directeurs d’administration centrale », op. cit. ; Les Grands Corps de l’État, op. cit. ; D. Chagnollaud, op. cit.

80 H. Joly, Patrons d’Allemagne. Sociologie d’une élite industrielle, 1933-1989, Paris, PFNSP, 1996, 362 p ; plus récemment : « Prosopographie des dirigeants des comités d’organisation industriels », in O. Dard, J.-C. Daumas, François Marcot (dir.), L’Occupation, l’État français et les entreprises, Paris, Association pour le développement de l’histoire économique, 2000, p. 245-260 ; « Diriger une grande entreprise française au xxe siècle : modes de gouvernance, trajectoires et recrutement », op. cit.. Citons aussi : M. Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France, 1880-années 1980, doctorat d’État, sous la direction de M. Lévy-Leboyer, Université Paris-X-Nanterre, avril 1992, 4 vol. ; cf. B. Belhoste, A. Dahan, D. Pestre, A. Picon (dir.), La Formation polytechnicienne, Paris, Dunod, 1994, notamment V. Guigueno, « Une figure contestée : l’officier ingénieur (1920-1943) » et, sous la même direction, La France des X, Paris, Economica, 1995. Voir aussi V. Guigueno, « Les élèves juifs et l’École polytechnique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 57, janvier-mars 1999, p. 57-75, et « Pour la patrie, les sciences et la gloire… et le maréchal », in Serviteurs de l’État, op. cit., p. 497-509.

81 Le contraste des carrières est grand avec celles des membres de la Cour des comptes, chargés, eux, du contrôle a posteriori, qui sont bien moins nombreux à sortir de leur compétence traditionnelle. Cette différence de carrière tient en grande partie à la politique du maintien dans les cadre du procureur général de la Cour, Maurice Bloch, ancien inspecteur des Finances (1886). Cf. La Cour des comptes, Paris, Éditions du CNRS, 1984, 1191 pages, qui ne dit rien des « sortis » de la Cour.

82 Sur le « retour des historiens vers l’État », cf. Patrick Fridenson, « Pour une histoire de l’État contemporain comme organisation », Cahiers du Centre de recherches historiques, no 25, octobre 2000, p. 149-156. Parmi les historiens qui nous ont été particulièrement précieux, citons tout de suite R. Kuisel, Le Capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, traduit de l’anglais par A. Charpentier, préface de J.-N. Jeanneney, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1984, 476 p. ; J.-N. Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir, 1914-1940, Paris, Librairie Honoré Champion, 1975, 2 vol. ; L’Argent caché. Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Paris, Fayard, 1981, 364 p. ; M. Lévy-Leboyer et J.-C. Casanova (dir.), Entre l’État et le marché. L’économie française de 1880 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991, 694 p. ; M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit. et, plus récemment, M.O. Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

83 On trouvera dans la bibliographie ceux qui nous ont été particulièrement utiles.

84 N. Carré de Malberg, « Apports et limites de la prosopographie appliquée à l’histoire des hauts fonctionnaires : l’exemple des inspecteurs des Finances 1918-1945 », L’Économie faite homme, Hommage à Alain Plessis, édité par O. Feiertag et I. Lespinet-Moret, Paris, Droz, 2010, 588 p., p. 77-89.

85 Les études prosopographiques sur le personnel politique ou le personnel ouvrier, avec la diffusion de l’informatique et l’ouverture des dossiers de personnel ou de retraites, deviennent plus nombreux. Cf. notamment G. Le Béguec, L’Entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), thèse pour le doctorat d’État, Paris-X-Nanterre, sous la direction de René Rémond, 1989, 4 tomes, 1 751 p., et C. Omnès, Les Ouvrières parisiennes. Marché du travail et trajectoires professionnelles au xxe siècle, Paris, EHESS, 1997, 374 p. À partir du personnel d’entreprise (4 000 personnes à peu près), elle étudie environ 450 dossiers de retraites et croise les trajectoires professionnelles avec les milieux d’origine, les stratégies des employeurs et les politiques sociales de l’État. Sur l’exploitation historique des archives du personnel des grandes entreprises, cf. La Gazette des archives, nouvelle série no 186‑187, 1999, 310 p.

86 M. Lévy-Leboyer, « Histoire économique et histoire de l’administration », in Histoire de l’Administration française depuis 1900, Actes du colloque organisé le 4 mars 1972 par l’IFSA et la IVe section de l’EPHE, Genève, Droz, 1975, p. 61‑74, p. 61.

87 Citons les mémoires de maîtrise de G. Langlet, Les Ingénieurs des Ponts et Chaussées, 1880-1930, 1973 ; F. Gautier, Les Ingénieurs du génie maritime, 1973 ; les thèses : A. Thépot, Les Ingénieurs du corps des Mines au xixe siècle. Recherches sur la naissance et le développement d’une technocratie industrielle, doctorat d’État, sous la direction de M. Lévy-Leboyer, Université de Paris-X-Nanterre, 1990, 1 024 p. ; M. Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France, 1880-années 1980, op. cit. Outre H. Joly, citons aussi D. Musiedlak, Université privée et formation d’une classe dirigeante. L’université L. Bocconi de Milan, 1902-1925, École française de Rome, 262 p.

88 A. Plessis, Histoire de La Banque de France, Paris, Albin Michel, 1998, 616 p. ; B. Le Clère et V. Wright, Les Préfets sous le second Empire, Paris, Armand Colin, 1973, 411 p.

89 C. Charle, Les Élites de la République, 1880-1900, op. cit., chapitre IV, « Les stratégies de carrière », p. 149.

90 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle, op. cit. ; Pierre Lalumière opère de la même manière mais à partir des annuaires : L’Inspection des Finances, op. cit.

91 Guy Thuillier, par exemple, reproche à certains historiens de « mettre sur ordinateur les dossiers de préfet et de sous-préfets – alors qu’il s’agit par définition de carrières individuelles, où le caractère, le hasard, les talents particuliers, les «amitiés» jouent un rôle fondamental et les conclusions tirées de telles statistiques sont nécessairement très limitées ». Cf. G. Thuillier, « Pour une prospective de l’histoire administrative contemporaine », Le Mouvement social, no 157, oct.‑déc. 1991, p. 71-83. Il sous-estime, à notre avis, les apports des logiciels de base de données et les méthodes statistiques qui permettent, pour certaines variables, d’éliminer l’hypothèse du hasard.

92 « Le livre d’or » était, avant nous, le seul document ouvert aux chercheurs, document hélas lacunaire pour notre période et assez peu fiable. Bien que librement consultés à l’époque grâce à la confiance des chefs du Service successifs, nous avons respecté, pour ces dossiers personnels, les mêmes engagements que ceux exigés lors des consultations sous dérogation.

93 Nos références seront les cotes du Service, « traduites » depuis par le SAEF qui peut en retrouver aisément l’équivalence.

94 La richesse de la bibliothèque centrale du ministère et la possibilité de prêt ont grandement facilité notre recherche. Cf. aussi H. Puget (dir.), Bibliographie de la fonction publique, du personnel civil et des administrations publiques, Paris, Éditions Domat Montchrestien, 1948, 212 p.

95 Un véritable réseau amical et réciproque s’est progressivement constitué pendant ces années, qui a nourri au hasard des travaux des uns et des autres les biographies de certains inspecteurs. Parmi ces historiens, citons d’abord celui qui, par ses travaux et notre amitié, occupait une place à part : Emmanuel Chadeau. Que les autres, Jean-Noël Jeanneney, Hubert Bonin, Henri Rousso, D. Peschanski, Claire Andrieu, Marc Olivier Baruch, Olivier Feiertag, Alexandre Dafflon, Sébastien Kott, Philippe Masquelier, J.-M. Dreyfus, C. Hodeir, H. Joly, notamment, soient ici particulièrement remerciés.

96 Dans cet esprit, les emplois d’administrateurs que nous ne pouvions systématiquement identifier n’ont pas été retenus, sauf lorsqu’ils constituaient l’emploi principal.

97 R. Rémond., A. Coutrot, I. Boussard, Quarante ans de cabinets ministériels, de Léon Blum à Georges Pompidou, Paris, PFNSP, 1982, 275 p.

98 Seuls deux inspecteurs ont écrit leurs Mémoires avant 1945, Trollard et Caillaux, mais en revanche, on compte 23 inspecteurs des Finances auteurs de Mémoires publiés depuis 1945 !

99 Cf. la « somme » sur ce sujet : F. Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 864 p., notamment p. 611-631.

100 A. Prost, Histoire sociale de la France au xxe siècle, Paris, FNSP, ronéo, 1975-1976, cité par F. Rouquet, L’Épuration dans l’administration française, Paris, Éditions du CNRS, 1993, 236 p., p. 19. Par ailleurs, dans Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, 330 p., p. 279, il recommande, comme Jacques Rancière, de « donner de la chair aux mots » et préconise le « recours à la couleur locale », qui fait appel à l’imagination et pas seulement à la raison.

101 J.-J. Becker, « Le handicap de l’a posteriori », in « Questions à l’histoire orale », Les Cahiers de l’IHTP, no 4, juin 1987, Paris, Éditions du CNRS, p. 96-97.

102 L’existence de dossiers de candidature à partir de 1892 seulement a limité le corpus à ces promotions.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable