Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Préface

Olivier Feiertag

Texte intégral

1C’est peu de dire que ce livre était attendu. L’histoire des inspecteurs des Finances, assurément, est une pièce centrale du puzzle de l’histoire de la France contemporaine. Elle est au centre de l’histoire des lendemains qui déchantent de l’après Grande Guerre comme de l’histoire des futurs prometteurs de la Libération après 1945.

2Aux inspecteurs, la mission historique de reconstruire la France à jamais révolue de la Belle Époque. Il leur revient de porter le poids écrasant de la dette financière et morale que la génération survivante des années 1920 doit gérer entre l’inflation sous le Cartel des Gauches et la stabilisation sous Poincaré, avec le mirage, toujours repoussé à l’horizon national, des réparations que l’Allemagne ne paye pas ou paye mal.

3Aux inspecteurs encore, la responsabilité inédite de sortir la France des années 1930 de la plus grave crise économique de son histoire. Il leur incombe d’actionner les leviers complexes de la politique financière qu’ils inventent pour répondre aux innovations sans cesse multipliées des marchés de l’argent, vecteurs, déjà, de la mondialisation de l’économie nationale.

4Aux inspecteurs toujours, la tâche perdue d’avance de donner corps à la fiction de l’État français sous Vichy dans le jeu de dupes de l’Occupation et de la collaboration économique et financière, alors que la guerre mondiale fait rage et bouleverse de manière irréversible la place de la France dans le monde.

5Aux inspecteurs enfin, la charge immense de restaurer et de moderniser l’économie nationale après 1945, dans le cadre rénové d’un ordre international sans précédent et au lendemain immédiat d’une guerre perdue à cause des mauvais choix de Vichy et malgré le sursaut magnifique de la Résistance.

6Les grands actes de cette histoire sont bien connus, mais l’identité collective des inspecteurs des Finances, l’un de ses personnages principaux, restait largement dans l’ombre. Cette méconnaissance a nourri, de tout bord, avec une belle continuité jusqu’à aujourd’hui, la légende noire et dorée de l’Inspection des finances.

7Mais qui sont, à la fin réellement, c’est-à-dire historiquement, les inspecteurs des Finances ?

8Cette pièce au centre du puzzle, il revient donc à Nathalie Carré de Malberg de la placer en nous livrant aujourd’hui le résultat définitif, dans tous les sens du mot, de ses recherches sur cet immense sujet. Non pas, comme l’auteur avec une vraie sincérité s’en défend, « une modeste étude prosopographique », mais la somme parfaitement maîtrisée d’une réflexion très ambitieuse et au long cours. Commencée depuis 1978 avec ce qui n’était en effet au départ, sans excès d’honneur ou d’indignité, qu’une recherche prosopographique, elle est devenue, au fil d’une activité soutenue avec ténacité et bonheur sur tous les fronts de la recherche, une thèse d’histoire véritable : à même de contribuer à l’intelligence du passé et donc à celle aussi du présent ; à même également de susciter le débat et de donner envie de prolonger et de poursuivre la recherche.

9La force de cette histoire du grand État-major financier du premier xxe siècle repose sur un corpus de sources exceptionnel qui à n’en pas douter fait de Nathalie Carré de Malberg le meilleur connaisseur de l’Inspection des finances, pour le plus grand profit du milieu académique français et international. Elle a toujours dispensé à qui en avait besoin, avec une générosité jamais démentie, les ressources inépuisables de l’impressionnante base de données sur laquelle ce livre repose, et les éléments des entretiens oraux ou écrits réalisés de façon pionnière alors que nombre des acteurs de cette histoire étaient encore présents. Mais la source, aussi riche soit-elle, n’est jamais que la condition nécessaire de l’histoire. Elle requiert aussi et surtout une méthode et des hypothèses de recherche – disons d’un mot, une pensée.

10Cette pensée s’organise dans les pages qu’on va lire, de manière très neuve, autour de la réalité du « marché de l’emploi » des quelque 355 inspecteurs des Finances issus des promotions allant de 1878 à 1939. L’idée directrice est que les variations notables qu’a connues ce marché de l’emploi – tant du côté de l’offre d’inspecteurs que de la demande d’inspecteurs – permettent de dégager en moyenne durée les grandes phases de l’histoire de l’Inspection : 1918-1932, 1932-1939 et 1940-1946. L’analyse de la demande très forte des banques dans les années 1920 est de ce point de vue particulièrement utile. Elle jette une lumière nouvelle sur l’histoire de la bancarisation de la société et de l’économie française au xxe siècle. De même, les pages consacrées à l’étude du métier d’inspecteur, dans une approche qui atteint à la meilleure anthropologie historique, au-delà de toute mythologie, sont ici très novatrices. Dans cette perspective globale, les informations de nature prosopographique prennent véritablement tout leur sens : les facteurs endogènes au groupe, des origines sociales, des effets de génération, des trajectoires de formation ou des stratégies de carrière, contribuent à modifier l’offre d’inspecteurs et à faire évoluer le marché de l’emploi. Tandis que les facteurs exogènes, tenant à l’évolution de l’histoire politique, économique et sociale, à l’échelle aussi bien nationale qu’internationale, viennent modifier en profondeur la demande d’inspecteurs.

11La vertu principale de cette approche médiane par la notion très convaincante du marché de l’emploi des inspecteurs est qu’elle permet de dépasser l’une des apories les plus évidentes de ce grand sujet : l’histoire des inspecteurs des Finances ne risquait-elle pas d’aboutir à seulement juxtaposer les biographies individuelles de tous les inspecteurs – et ils sont légion de Joseph Caillaux à François Bloch-Lainé – qui, à un titre ou à un autre, ont fait l’histoire de la France dans la première moitié du xxe siècle ? Et, à l’inverse, à vouloir traiter collectivement de l’Inspection pouvait-on éviter l’écueil de remettre sur le métier, une nouvelle fois, toute l’histoire de la France contemporaine ? Entre ces deux dérives, l’analyse du marché de l’emploi de l’inspecteur, à l’intersection exacte de l’individuel et du collectif (mais n’est ce pas le propre de tout marché ?) permet de bien mettre en lumière plusieurs traits historiques de l’Inspection des finances qui sont aussi des traits généraux de l’histoire de la France depuis le tournant décidément décisif de la Première Guerre mondiale.

12Sans reprendre ici pas à pas les analyses proposées au fil des pages qu’on va lire, il est possible d’essayer d’en tirer quelques résultats au risque de déformer la rigueur des démonstrations ou d’oublier certains des très nombreux apports d’un livre aussi riche. Mais ce n’est pas la moindre qualité de Nathalie Carré de Malberg que son inclination permanente à parler du fond quand la pente naturelle et sans doute aussi un peu de paresse conduisent la plupart d’entre nous à préférer s’en tenir prudemment à la surface des faits historiques.

13Sur le fond donc, disons que l’histoire du grand État-major financier démontre à merveille les ambiguïtés profondes de l’histoire économique et sociale de la France de la première moitié du xxsiècle (et largement encore de sa seconde moitié). Les inspecteurs des Finances apparaissent ainsi avoir toujours évolué dans la période « entre l’État et le marché ». La formule consacrée, que l’on retrouvera plusieurs fois dans ce livre, doit beaucoup à Maurice Lévy-Leboyer d’une part, mais aussi, d’autre part, à Jean Bouvier qui est pour beaucoup dans la genèse des analyses de Nathalie Carré de Malberg, comme de beaucoup des historiens de l’économie et de la société française passés par la matrice si féconde du grand séminaire de Nanterre. Toute l’histoire de l’Inspection – et pas seulement le phénomène si français du pantouflage qui court ici comme un fil rouge – illustre la réalité d’une évolution économique paradoxale sans cesse tiraillée entre le dirigisme de l’État et le libéralisme du marché.

14Rien ne semble mieux concentrer cette dialectique de l’État et du marché que la figure de l’inspecteur des Finances, au sortir de la Première Guerre mondiale quand il contribue à peupler les multiples comités mixtes réunissant patrons et fonctionnaires, créés durant le conflit pour organiser – maître mot de l’époque – l’économie de guerre. Mais cette mixité de l’Inspection des finances est aussi, les analyses de Nathalie de Malberg le montrent à l’envi, au cœur de la « connivence » (Pierre Dieterlin) qui prévaut dans l’entre deux guerres (et bien au-delà) entre le Trésor qu’on appelle le Mouvement général des Fonds jusqu’en 1940, et les banques, qui sont le débouché naturel des carrières pour les inspecteurs, surtout s’ils sont passés près du « soleil » de la rue de Rivoli. Et c’est sans doute sous Vichy que l’ambiguïté historique de l’Inspection des finances entre l’État et le marché apparaît le mieux, marquée même par des formes parfaitement identifiées ici d’un pantouflage inverse qui voit des inspecteurs passés dans le secteur privé revenir aux sommets de l’État à la faveur de la défaite et de la suspension des contrôles démocratiques. Il faut savoir gré à Nathalie Carré de Malberg d’avoir ainsi mis pour la première fois en lumière de manière rigoureuse, donc objective, l’un des moments de l’histoire de l’Inspection qui a le plus alimenté la légende, à l’origine en particulier du fantasme de la Synarchie qui a fait et continue à faire couler beaucoup d’encre.

15Mais l’ambiguïté fondamentale de l’inspecteur des Finances, à lire son histoire ici déroulée sur quatre générations, ne renvoie pas seulement à cette mixité de l’État et du marché. On est frappé aussi de la coexistence au sein d’un corps fait d’individualités très fortes et même nettement opposées (Rueff et Bloch-Lainé) de traits d’archaïsme et d’éléments de modernité. Ce paradoxe est évident quand on considère la grille politique de l’Inspection où la réaction voisine, dans la même promotion, avec le mouvement. Cette tension se laisse deviner aussi bien à l’échelle d’un même inspecteur tout au long de sa trajectoire. Le cas Baumgartner, nous le savons bien, l’incarne à la perfection.

16Au-delà des préférences idéologiques qui forment le substrat infra-politique de ces « grands commis », on saisit bien, à lire ici les analyses de leurs premières copies de concours, de leurs politiques de défense du franc dans les années 1930 ou de leurs engagements au service de l’État français de Vichy ou du programme de la Résistance (et quelquefois au service des deux en même temps), que l’économie politique de l’Inspection des finances est elle-même hybride, entre archaïsme et modernité, conservation et changement. L’inspecteur, tel le Janus de la porte de la paix et de la guerre à Rome, revêt sans conteste des aspects contradictoires. Tout semble dit.

17Cette ambiguïté de l’Inspection entre archaïsme et modernité n’épuise cependant pas tout à fait la question. C’est un des apports signalés du livre de Nathalie Carré de Malberg que d’indiquer une troisième et dernière ambiguïté à travers la prise en compte très pertinente des carrières hors de France qui s’offrent aussi continument sur le marché du travail de l’Inspection : administration coloniale, postes dans les entreprises « outre-mer » – qu’on désigne sous le nom de babouche plutôt que de pantoufle – fonctions dans les institutions internationales qui se multiplient d’une après guerre à l’autre, de la Société des Nations au Fonds monétaire international en passant par la chasse gardée de l’Inspection que constituent les postes diplomatiques de conseillers financiers. De Joseph Avenol à Emmanuel Monick, la liste des inspecteurs en service détaché à l’étranger est longue (même s’ils constituent une minorité au sein de l’échantillon global). Mais il est remarquable que la trajectoire de ce sous-groupe au sein de l’Inspection, sauf exception notable, mêle étroitement les responsabilités « nationales » et les « expériences internationales ». Ultime ambiguïté de l’Inspection des finances, parfaite métonymie, une fois de plus, de l’économie française, entre ouverture internationale et fermeture extérieure ?

18Non pas. Et c’est sans doute l’un des apports les plus novateurs de cette histoire de l’Inspection des finances : son rôle historique, dans la première moitié du xxsiècle, s’explique, en dernière analyse, davantage par les nécessités de la grande histoire que sur les hasards cumulés des petites histoires de chacun des 355 inspecteurs mis sous la loupe de l’entomologiste. Le trait dominant de leur biographie collective, si bien dépeinte ici, n’est-il pas, comme le suggère sans doute le plus lucide d’entre eux, François Bloch-Lainé, cité en conclusion de cet ouvrage, d’avoir été « une particularité française » ? Tous les autres pays dans le monde, après tout, ne fonctionnent pas plus mal sans inspecteurs des Finances. L’analyse passionnante de la fabrique si française de l’Inspection prend alors tout son sens : à travers les rites de la préparation au concours à l’École libre des Sciences politiques, du concours lui-même, puis de la tournée et enfin de la sortie de la tournée, le plus souvent par le passage en cabinet ministériel, c’est le modèle social français qui trouve à s’appliquer, à la fois fondé sur la méritocratie et le poids des réseaux constitués plus qu’hérités. Mais « l’action » des inspecteurs entre l’État et le marché, l’archaïsme et la modernité, mais aussi l’ouverture et la fermeture extérieure ne renvoie-t-elle pas aussi tout autant à une certaine réalité historique de l’histoire de l’économie française, confrontée, à partir du tournant de la Première Guerre mondiale, au défi nouveau de sa mondialisation ?

19Dans cette optique, l’Inspection des finances apparaît, au terme de l’histoire si forte qu’en donne Nathalie Carré de Malberg, comme l’un des éléments clé de la formule de l’État nation à la française. Aux inspecteurs des Finances, comme sans doute à quelques autres catégories socio-professionnelles bien françaises, comme les « intellectuels », la lourde tâche historique d’avoir servi, pendant si longtemps, de médiation entre les logiques de la politique et les forces de l’économie ; mais aussi entre les contraintes du marché et l’intérêt général dont ils ont toujours conscience d’être les représentants les plus qualifiés, même quand ils pantouflent ; mais encore entre les protections de l’économie nationale et les dynamiques des échanges économiques internationaux qui s’effectuent toujours plus à l’échelle du monde au cours de ce premier xxsiècle.

20On l’aura compris : la « modeste prosopographie » que nous livre Nathalie Carré de Malberg est une contribution magistrale à l’intelligence du passé d’un certain modèle républicain français. En ce sens, comme tout grand livre d’histoire, elle contribue, tout autant sinon plus, au débat le plus contemporain.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540