Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

État, recherche et entreprises de haute technologie : ‎un triangle vertueux ?‎

L’État, la haute technologie et les États-Unis dans les années 1950 et 1960

John Krige

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une récente interview publiée dans Le Monde Yannick d’Escatha, l’actuel président du CNES (Centre national d’études spatiales), a expliqué la capacité de son pays à surmonter les défis technologiques en soulignant l’ingéniosité de ceux qui sont formés dans les grandes écoles combinées avec la force motrice d’un État directeur.

« La France est un grand pays d’ingénieurs, ou plutôt un pays de grands ingénieurs. Cela correspond bien, à notre tempérament, à notre esprit cartésien et à notre organisation centralisée. C’est grâce à cela qu’une petite nation a pu faire Ariane, Airbus, le TGV, le programme électronucléaire civil et militaire1. »

M. d’Escatha n’a pas tort, bien entendu : il a sans aucun doute identifié certains facteurs importants qui ont permis à la France de développer certains des systèmes technologiques les plus perfectionnés au monde. Pourtant en tant qu’historiens nous savons que ce point de vue est partiel : cette réussite ne peut être réduite aux efforts combinés ...

Auteur

John Krige est Kranzberg Professor d’histoire des techniques et des sciences à la School of History, Technology and Society du Georgia Institute of Technology. L’axe principal de sa recherche est la circulation transnationale des connaissances sensibles (essentiellement dans le nucléaire et l’espace) pendant la guerre froide, avec une attention particulière aux stratégies utilisées par l’Amérique pour garantir sa domination scientifique et technologique. Il a été titulaire de la chaire Lindbergh au Musée national de l’air et de l’espace (Air and Space Museum) à Washington (D.C.) ; membre du centre Shelby Davis Culhom d’études historiques de l’Université de Princeton ; Eleanor Searle Visiting Professor au Department of Humanities and Social Sciences, California Institute of Technology ; et directeur du Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques à la Cité des sciences et de l’industrie.
Son ouvrage le plus récent est American Hegemony and the Postwar Reconstruction of Science in Europe, Cambridge (Mass.), MIT Press, 2006.
Actuellement, il rédige Domination by Diversion. U.S. Technological Collaboration as an Instrument of Nonproliferation.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable