Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Remerciements

Texte intégral

« L’inspection Générale des finances, “l’Inspection” comme on l’appelle, tout court, dans les milieux spécialisés, est aux finances ce que le grand État-Major est à la guerre. Elle est à la fois, une académie, une tradition et une force. »
François Piétri, Le Financier, Paris, Hachette, 1931, 131 p.
Chapitre VIII, « Le grand État-Major », p. 79.

1À tous les historiens que j’ai écoutés, lus ou rencontrés et qui m’ont éveillée, formée, encouragée, soutenue, informée, à commencer par les enseignants de l’Université de Paris-X-Nanterre des années 1970 et 1980, mais plus particulièrement à ceux qui ne sont plus là et à qui je dois beaucoup : J. Bouvier, E. Chadeau, R. Girault, R. Mandrou, J. Marseille, A. Plessis, R. Rémond.

2À tous les inspecteurs des Finances et leur famille, qui m’ont reçue, parlé, écrit, donné des archives, encouragée, aidée et beaucoup appris, à commencer par les chefs de Service successifs, de D. Dommel à J. Bassères en passant notamment par T. Bert, et à leurs adjoints et chargés de mission, qui m’ont ouvert, depuis 1978, les archives de l’Inspection, mais plus particulièrement, parmi ceux qui ne sont plus là, à : J. du Buit, Ch. Thomas, J. Watteau, R. Lacour-Gayet, J. Brunet, J. Georges-Picot, E. Mönick, P. Leroy-Beaulieu, J. Saltes, G. de Carmoy, J. Fourmon, G. Guindey, G. Devaux, P. Calvet, H. Culmann, J. de Fouchier, D. de Grièges, F. Bloch-Lainé, R. Goetze, C. Tixier, M. Caplain, C. Panouillot de Vesly, M.-G. Denis, A. Cérou, J. Delmas et P. Huet.

3À tous les collaborateurs du service de l’Inspection générale des finances, à commencer par R. Poirier, Cl. Canet, A. Flamant, A. Savin, J. Gilly et C. Lefebvre ; à tous les collègues du bureau de la Recherche de l’IGPDE, à commencer par les secrétaires scientifiques successives du Comité pour l’histoire économique et financière de la France : F. Descamps, M.-A. Santarelli et A. de Castelnau ; aux archivistes, notamment du CAEF, de F. Gasnaut à A. d’Angio-Barros, et à leurs collaborateurs ; à Marie-Agnès Ollier qui a relu et corrigé le manuscrit avec autant de rigueur que de gentillesse. Tous m’ont aidée avec autant de chaleur que d’efficacité.

4À ma famille, à commencer par mes six enfants, mais plus particulièrement à ma mère et ma sœur qui m’ont tant soutenue et qui ne sont, hélas, plus là.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540