Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dette publique dans l’histoire

 | 
Jean Andreau
, 
Gérard Béaur
, 
Jean-Yves Grenier

Imitations : La dette publique en litige

Les dettes d’un régime

Le legs financier de la période d’Edo et son règlement par les gouvernements japonais de Meiji

Guillaume Carré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’apparition du terme de dette publique (kôsai) dans le vocabulaire japonais ne remonte qu’aux premières années du régime de Meiji, vers 1870. Il s’agit bien en effet d’un mot forgé ad hoc pour traduire un concept occidental, et non de la réinterprétation d’une expression attestée dans une antiquité plus lointaine. Si l’on s’en tient à la définition donnée aujourd’hui au Japon de la dette publique, c’est-à-dire l’ensemble des dettes contractées par l’État, les collectivités locales et les institutions étatiques, par le biais de l’émission d’emprunts publics sous forme de bons négociables, on peut avancer que, à notre connaissance, aucun régime ni gouvernement japonais n’avait connu avant 1870 de système équivalent à celui mis au point pour le financement du chemin de fer entre Tokyo et Yokohama. Toutefois, les premiers dirigeants de Meiji eurent à se débattre, dès leur prise de pouvoir, avec l’épineux problème du règlement d’une dette colossale dont ils allaient devoir, bon gré mal ...

Auteur

Guillaume Carré, boursier des gouvernements japonais et français, a fait ses études à l’Université de Kanazawa et à l’Université de Tokyo. Docteur en études japonaises, (INALCO, 2000), il est maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales depuis 2001. Auteur de plusieurs publications en français et japonais, il a notamment publié « Quelques réflexions sur la fiduciarité des monnaies métalliques à l’époque d’Edo » in Japon Pluriel 5, actes du cinquième Colloque de la Société française des études japonaises, Pascal Griolet et Michael Lucken (éd.), Arles, Éditions Philippe Picquier, 2004.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540