Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dette publique dans l’histoire

 | 
Jean Andreau
, 
Gérard Béaur
, 
Jean-Yves Grenier

Diffusion : La dette publique et l'État moderne

La vénalité des offices comme dette publique sous l’Ancien Régime français

Le bien commun au pays des intérêts privés1

Robert Descimon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ce moyen de composition d’office
a toujours été la plus douce voie d’emprunter »,
Antoine de Laval, Des[s]eins des professions…,
L’Angelier, Paris, 1612, f° 108.

Les historiens2 se sont surtout attachés à la dette flottante de la monarchie ; ils ont montré que la pénurie de numéraire obligeait le roi à emprunter à des spécialistes, les « gens de finance »3, qui lui avançaient les sommes nécessaires et se remboursaient ensuite, avec intérêts, sur diverses ressources du Trésor, en particulier les impôts4. Cependant, la monarchie française n’aurait pas pu survivre ni faire la guerre sans consolider une partie de sa dette. Les deux procédés usités furent l’émission des rentes sur l’Hôtel de Ville (1522)5 et le recours à la vénalité des charges publiques (1523)6. Ces deux formes de dette publique n’avaient pas la même portée sociale : la première était neutre, la seconde était créatrice de privilèges. La découverte du rapport intrinsèque qui, même sous la monarchie dite « administrative »...

Auteur

Robert Descimon est, depuis 1991, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a publié, concernant la vénalité des offices dans la France monarchique : « Il mercato degli uffici regi a Parigi (1604-1665). Economia politica ed economia privata della funzione pubblica di antico regime », Quaderni storici, 96/3, 1997, p. 685-716 ; « Les notaires de Paris du xvie au xviiie siècle : office, profession, archives », Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne, Michel Cassan (dir.), Limoges, PULIM, 2004, p. 15-42 ; « Les auxiliaires de justice du Châtelet de Paris : aperçus sur l’économie du monde des offices ministériels (xvie-xviiie siècle) », Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxsiècle, Claire Dolan (dir.), Québec, Presses universitaires Laval, 2005, p. 301-325.xii

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540