Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La boîte à l'enchanteur

 | 
Jean-François Lassalmonie

Quatrième partie. Le volontarisme (1477-1483)

Chapitre XIV. Le gouffre (1478-1482)

Texte intégral

  • 1 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 372, 380-381, 384-390 ; Lettres, t. IX (...)

1À la fin de 1477 Antoine de Chabannes, relégué à la défense de la place secondaire du Quesnoy, écrivait avec amertume au maréchal de Gié : « si j’estoye homme a qui l’on deüst faire savoir des nouvelles, je vous priroie que m’en feissiez sçavoir, mais je ne suis pas ou compte de gens de bien pour le present ». Relevé le 8 juin suivant de la garde du Quesnoy, le vieux capitaine fut finalement mis à la retraite ; la lettre pleine de délicatesse par laquelle Louis XI en informa son fidèle serviteur le 1er novembre 1478 n’empêcha pas celui-ci d’avoir « regrect merveilleux de perdre ses gens d’armes »1.

2L’effacement de ce septuagénaire, longtemps le principal chef de guerre du souverain, ne marquait pas seulement la relève d’une génération qui avait fait son temps. Il illustrait aussi, dans le domaine militaire, la fin de l’époque issue des réformes de Charles VII, celle d’une armée fondée sur les compagnies d’ordonnance et les francs-archers, et le début de temps nouveaux. Quand l’année 1477 s’acheva, tandis que l’ancien chef de routiers de la guerre de Cent Ans se morfondait dans le Hainaut, le monarque attendait les Suisses et comptait désormais à son service l’un des grands capitaines de Charles le Téméraire, Philippe de Crèvecoeur, seigneur d’Esquerdes, dont les conceptions rejoignaient les siennes et qui allait occuper dans les années suivantes la place éminente que Chabannes avait tenue jusque-là dans l’armée royale.

3Cette volonté de remodeler et augmenter encore sa puissance militaire est symptomatique de la politique de Louis XI à la fin du règne. Depuis la guerre du Bien public celle-ci avait constamment tendu à développer l’appareil de l’État pour permettre au roi de s’imposer à l’intérieur d’abord, à l’extérieur ensuite. Douze ans après, ces objectifs étaient l’un et l’autre atteints. Au milieu des années soixante-dix le souverain était, nous l’avons dit, le plus puissant prince d’Occident et les moyens dont il disposait s’étaient montrés suffisants pour abattre Charles le Téméraire. Nul danger comparable, nul adversaire aussi formidable ne se dressait plus face à lui ; certes Marie et Maximilien lui disputaient avec quelque succès l’héritage bourguignon, mais ils n’étaient que l’ombre des grands ducs de Ponant. Pourtant, le monarque vieillissant choisit d’exploiter les possibilités que lui offrait à l’intérieur ce triomphe de son autorité pour accroître de plus belle les instruments de son pouvoir, en dehors de toute nécessité objective. Ce luxe coûta cher à ses sujets. Pour l’essentiel les charges nouvelles, militaires ou non, qui vinrent s’ajouter dans les dernières années du règne au fardeau des Français étaient bien l’effet de la seule et impérieuse volonté de leur insatiable maître.

1. L’armée nouvelle.

  • 2 Contamine, Guerre, État et société, p. 285.
  • 3 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 84-85, 88-89 ; de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & (...)
  • 4 BN, ms. fr. 21 425 n° 3.
  • 5 Contamine, op. cit., p. 285.

4Les compagnies de la grande ordonnance restèrent un élément important des forces royales, mais perdirent avec la réorganisation de l’armée la place centrale qu’elles y occupaient jusque-là. Au 1er janvier 1478 Louis XI disposait de 4 142 lances2, ce qui est peut-être le record du règne, mais il en cassa 1 000 à compter du 1er octobre suivant pour procurer au trésorier Jacques Hurault de quoi solder les mercenaires suisses enfin recrutés3 ; au 1er janvier 1479 elles n’étaient plus que 3 177, réparties en 35 compagnies, ce qui montre d’ailleurs que la règle des cent lances par compagnie n’avait pas été respectée longtemps. Les nouveaux recrutements effectués dans les années suivantes par le roi, qui à la fin de 1481 entretenait des gens de guerre « mis de creüe » outre le nombre ordinaire4, permirent à l’effectif de remonter rapidement et d’approcher de nouveau les 4 000 lances en janvier 1482 avant de se stabiliser à ce niveau5. Reste que sa progression avait cessé et que les Suisses avaient désormais la priorité sur les gens d’armes, on le vit clairement dès 1478.

  • 6 BN, ms. fr. 20 685 p. 687.
  • 7 Ibid., p. 703 ; ms. fr. 23 265 f° 5. - Sur ce personnage, ancien serviteur du duc de Calabre, cf. P (...)

5La venue des redoutables montagnards qui avaient vaincu le Téméraire et dont le souverain prisait au plus haut point la valeur guerrière constitua la première phase, pour ainsi dire empirique, de la réforme militaire. Certes l’armée royale avait déjà compté des corps étrangers, et en 1479 encore le monarque entretenait des genétaires sous le capitaine espagnol Pedro de Palacio6 tandis que Jacques Galiot - peut-être un Italien - recevait 20 000 l.t. pour ses gens de guerre « a la mode de IYtalie » et lui-même7. Avec les Suisses, cependant, c’étaient l’équipement et les techniques de combat germaniques qui faisaient leur entrée dans les forces royales, après avoir démontré à Grandson, Morat et Nancy leur supériorité sur l’art de la guerre des mercenaires italiens du duc de Bourgogne ; en outre leur importance numérique leur conférait dans l’appareil militaire français une place que nu contingent étranger n’avait occupée jusqu’alors.

  • 8 Contamine, op. cit., p. 308.
  • 9 Lettres, t. IX, note 1 p. 6 ; Gandilhon, p. 307.
  • 10 Caillet, p. 227.
  • 11 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 3 p. 89 ; Contamine, op. cit., pp. 308-309.

6Ces troupes n’étaient pas le corps expéditionnaire officiel prévu par le traité de 1474, que Louis XI réclamait en vain à ses alliés réticents ; les retards dans le paiement des subsides, allégués par les Cantons pour éluder ses requêtes8, ne sont pas douteux, mais ils n’étaient en fait qu’un commode prétexte pour le parti antifrançais qui le 6 janvier 1478 fit conclure avec Maximilien une paix perpétuelle9. Ce n’est qu’après le règlement du litige franco-helvétique sur la Comté de Bourgogne en septembre 147910 que les négociations purent aboutir en août 1480 à l’envoi de 6 à 7 000 hommes par la Confédération pour la seule et unique fois du règne, et encore les rappela-t-elle dès le début des trêves au nord à la fin de ce même mois11.

  • 12 Lettres, t. VI, pp. 303-305 (cf. supra, note 111p. 486) ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. (...)
  • 13 Contamine, op. cit., p. 364.
  • 14 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 92-93.

7Le souverain tourna néanmoins la difficulté a force d’ecus et grâce aux soutiens qu’il cultivait en Suisse : dès le mois de janvier 1478 ses diplomates obtinrent des Cantons l’autorisation de recruter des mercenaires moyennant le prompt versement de 52 500 l.t. Ce succès était fragile et le bras de fer entre partisans et adversaires de la France allait se poursuivre avec une fortune variable dans les milieux dirigeants helvétiques au cours des années suivantes, mais le monarque payait bien et les 4 florins du Rhin et demi qu’il offrait mensuellement aux Suisses12 selon le tarif fixé en 1474, d’ailleurs généreusement arrondis à 6 l.t.13, étaient assez tentants pour que plus d’un aventurier de ces pauvres montagnes bravât l’interdiction de s’enrôler dans l’armée royale plusieurs fois édictée par la Confédération, ainsi le 10 août 147814.

  • 15 BN, ms. fr. 23 907 f° 61-68 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 88-89 ; cf. supra, pp. 4 (...)
  • 16 Lettres, t. VII, pp. 281-282.
  • 17 Du propre aveu de Basin (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 92-93).

8Dès le mois de janvier précédent, l’accord à peine conclu, Louis XI avait vu entrer à son service un « grant nombre » de mercenaires helvétiques tout disposés, pour ce salaire avantageux, à faire campagne contre la Comté de Bourgogne15. Les quelque 31 000 l.t. de solde mensuelle que le licenciement d’un millier de lances de la grande ordonnance lui permit de récupérer dès le dernier quartier de l’année autorisaient l’entretien de plus de 5 000 hommes. Le recrutement continua l’année suivante : remerciant le 26 mars l’évêque d’Albi d’avoir fait bon accueil à ceux que déjà il appelait « noz Suysses », le roi annonça avoir mandé à Hurault de dépêcher sans retard l’un de ses subordonnés à Lyon pour payer tous ceux qui se présenteraient et les envoyer rejoindre les premiers, assurant pour conclure que l’argent ne ferait pas défaut16. La Comté étant retombée cette même année aux mains du souverain, le parti antifrançais exploita le regain d’inquiétude en Suisse où les autorités fixèrent un délai aux mercenaires pour quitter son service sous peine de bannissement, mais beaucoup choisirent de rester17, encouragés en cela par les avantages fiscaux que leur accorda le monarque en 1480.

  • 18 Ibid., note 2 pp. 92-93 ; Gandilhon, p. 199 et note 4 ; Contamine, op. cit., pp. 301, 309.
  • 19 Éd. Calmette & Durville, loc. cit.

9Ainsi, au plus tard à la fin de 1478 Louis XI disposait déjà presque de l’effectif de 6 000 Suisses qu’il entretint constamment à son service sous les ordres de leur compatriote le capitaine général Jean de Hallwill, les documents officiels en font foi, dès le mois de mars 1480 et jusqu’à sa mort18. À ce compte leur solde représentait une charge annuelle de 432 000 l.t., partiellement et passagèrement compensée par la baisse rapidement rattrapée du nombre de lances, et qui venait s’ajouter aux subsides collectifs et individuels que le souverain versait dans leur patrie pour y défendre sa cause et maintenir une alliance en proie aux attaques de ses ennemis : comme le dit Philippe de Commynes, « ung pouvre roy n’eüst sceü faire ce tour »19.

  • 20 Basin place ces projets dans l’hiver de 1478-1479, mais sa chronologie est parfois fautive : il les (...)

10C’est en 1480 que la réorganisation de l’armée entra dans sa seconde phase, méthodiquement planifiée celle-là. L’enrôlement massif de mercenaires suisses à pied depuis deux ans avait constitué un premier pas vers l’infanterie permanente et fourni un modèle ; la réforme opérée par Louis XI et le seigneur d’Esquerdes consista en somme à en faire la synthèse avec l’institution du champ de guerre déjà vieille de près de quinze ans, qui connut alors un développement nouveau. C’est dans l’hiver de 1479-1480, semble-t-il, que le programme fut arrêté20. Les francs-archers, dont la médiocrité militaire avait été rendue responsable de la demi-défaite de Guinegatte l’été précédent, seraient remplacés par de véritables professionnels de la guerre.

  • 21 Contamine, op. cit., p. 342.
  • 22 Lettres, t. VIII, pp. 114-115.
  • 23 BN, ms. fr. 21 427 n° 40.
  • 24 Ibid., 39.
  • 25 Op. cit., p. 315.

11Soucieux toutefois de ne pas désorganiser ses forces à la veille de la nouvelle campagne, le roi procéda d’abord à des expériences pilotes dans un certain nombre d’élections, là sans doute où il avait eu le plus à se plaindre des francs-archers21. Ordonnant le 12 janvier leur levée dans le Sud-Est, il avertit leur capitaine général, le seigneur de Charlus, qu’en cas de manquement « je feray de vostre compaignie comme d’iceulx de Champaigne, et les casseray et en feray des archiers »22. Dans l’élection de Mantes, où les gages du capitaine des francs-archers avaient encore été imposés le 22 janvier avec la taille23, il annonça leur suppression le 24 février pour compenser la création sur la frontière nord d’un camp pourvu d’artillerie et de fantassins en grand nombre24. Sans doute s’agit-il du campement que Philippe Contamine signale cette année à Hesdin, où fut d’ailleurs concentré le gros de l’armée de Picardie25.

  • 26 Ibid., p. 342 ; Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes. Le cas de Tours  (...)

12L’expérience, jugée probante, fut généralisée dès que la conclusion d’une trêve avec Maximilien et la fin des opérations pour 1480 en eut laissé le loisir au roi. Déjà, le 19 mars, celui-ci avait ordonné à Tours et d’autres bonnes villes comme Paris, Orléans ou Caen de fabriquer à leurs frais des armes spécialement étudiées pour la nouvelle infanterie ; les Tourangeaux devaient fournir pas moins de 2 000 piques, destinées à l’armée de Picardie et pour lesquelles ils payèrent 1 281 1. 19s. 7 d. ob.t. La production des villes ne satisfit pas les experts du souverain qui la fit modifier, et ne fut prête qu’en juillet26. Du moins ces tâtonnements permirent-ils de mettre au point le futur armement et de rôder les fournisseurs aux nouvelles exigences royales.

  • 27 Cf. infra, p. 542.
  • 28 BN, ms. fr. 21 427 n° 42 ; cf. Lettres, t. VIII, pp. 340-342.
  • 29 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 320-321, 334-337 ; Gandilhon, p. 199 ; Contamine, op. cit., p (...)
  • 30 De Roye / de Mandrot, t. II, note 2 pp. 103-104.

13Nous l’avons dit, c’est le 11 octobre que le monarque annonça la révocation de tous les francs-archers du royaume - mais non du Dauphiné27 -, la levée en remplacement de « gens de guerre archiers » en grand nombre pour les installer dans son camp avec ceux qui y cantonnaient déjà et leur équipement en chariots, charrettes et tentes28. Dès l’avant-veille il avait ordonné le recrutement de 6 000 hommes destinés au seigneur d’Esquerdes, qui furent enrôlés principalement en Picardie et dans le Boulonnais ; 4 000 autres furent engagés dans la Normandie, le Maine, l’Anjou et la Touraine pour la bande du bailli de Rouen, les uns et les autres pour compter du 1er janvier29. Les meilleurs combattants de l’ancienne réserve furent retenus au service du roi, en particulier en Normandie30. Si l’entretien des nouveaux fantassins, comme celui des francs-archers, était à la charge de tout le royaume, leur recrutement en revanche était limité à la zone de déploiement prévue du nouveau champ de guerre.

  • 31 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 320-321 (la traduction parle par erreur de 5 francs par jour  (...)
  • 32 BN, ms.fr. 20 685 p. 715.
  • 33 BN, ms. fr. 23 266 f° 7 (1482) ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 241-242 ; Contamine, op. cit., not (...)

14Parallèlement Guillaume Bonneil fut commis à l’acquisition de 1 500 chevaux, 500 charrettes et autant de tentes ou pavillons pour les 10 000 hommes à la morte-paye de D’Esquerdes (ainsi désignés parce qu’ils recevaient 5 l.t. par mois, comme les gens de guerre de la petite ordonnance31), et Pierre de Canteleu à l’achat de 600 chevaux, 200 charrettes et autant de tentes pour les 4 000 archers de Guillaume le Picard, l’ancien général des finances de Normandie devenu bailli de Rouen32. Chacun de ces véritables baraquements portatifs de toile et de bois, prévu pour accueillir vingt hommes, avait donc sa charrette de transport à laquelle étaient affectés trois chevaux, et cette imposante organisation réunissait déjà 14 000 hommes sans l’artillerie. La charge régulière de la solde - l’Ordinaire du camp en somme — fut confiée à de véritables officiers comptables, les trésoriers du champ du roi : Raoul de Hacqueville pour 6 000 des hommes de D’Esquerdes (sans doute les recrues mentionnées plus haut), Nicole Chartier pour les 4 000 autres et Robert Poilevilain pour la bande du bailli de Rouen33.

  • 34 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 284-285.

15De nouvelles et plus fortes commandes d’armement furent passées aux villes pour équiper ces troupes d’une panoplie conçue par d’Esquerdes d’après le modèle germanique ; Commynes témoigne que ce personnage, qui peut véritablement être qualifié de ministre de Louis XI, était l’auteur et le maître d’œuvre de ce projet qui bénéficiait de l’appui enthousiaste de son maître, et qu’il avait arrêté par ailleurs le matériel de campement en s’inspirant des usages de la défunte armée bourguignonne34. Vingt et une villes au moins furent mises à contribution entre le 28 novembre et le

  • 35 Témoins Jean de Roye (éd. de Mandrot, t. II, p. 106) et Basin (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 33 (...)

169 décembre pour fournir un minimum de 5 500 piques immenses, dont la pointe de fer devait être montée sur une hampe de frêne de vingt-deux pieds (environ sept mètres), 14 500 hallebardes et 18 500 dagues, ce qui fit donner à la nouvelle infanterie le nom de piquiers ou de hallebardiers par les contemporains35. La zone de fabrication recoupait à peu près l’aire de recrutement : la Normandie, le val de Loire et le nord de la Seine.

  • 36 Sée, note 4 pp. 133-134. - L’auteur paraît situer cette dépense en 1467, ce qui est impossible car (...)
  • 37 Gandilhon, pp. 203-204. - La comparaison des prix fixés dans le tarif pour les différentes armes mo (...)

17Selon Gandilhon la production était cette fois payée par l’État, ce qui est conforme au principe financier de cette réforme, la prise en charge directe de toutes les dépenses militaires par le budget royal et la levée de recettes en conséquence. Les municipalités devaient veiller à l’approvisionnement des armuriers en matière première, fer et bois de frêne, superviser l’ouvrage et faire l’avance de leur règlement selon un tarif fixé par le pouvoir central : un écu (32 s. 1 d.t.) par hallebarde, 20 s.t. par dague et 10 s.t. par pique. Certaines villes réussirent d’ailleurs à traiter avec des fournisseurs à moindre coût, telles Senlis ou Amiens qui paya pour le compte du roi 838 hallebardes, 308 dagues et 162 fers de pique-une partie seulement de son lot - 1 424 l.t.36 au lieu de 1 733 1. 5 s. 10 d.t., réalisant une économie de 17,8 %. Les armes une fois prêtes étaient soumises à des commissaires royaux, puis centralisées ou non à Paris selon le lieu de production et envoyées au Pont-de-l’Arche où le champ de guerre avait été installé. Sans doute est-ce à l’expérience acquise lors de la première commande au printemps précédent que l’opération dut son extrême rapidité, qui suscita l’admiration d’une ambassade helvétique : elle fut menée à bien en deux mois. Son coût pour la monarchie s’éleva au moins à 44 510 1. 8 s. 4 d.t.37 : dépense record sans doute pour un effort d’armement, mais l’on constate une fois encore que l’équipement militaire grevait infiniment moins les finances royales que la solde des troupes.

  • 38 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 106-107 ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 284-285.

18Les hommes et le matériel réunis, Louis XI décida de tester son champ de guerre en y installant toutes les forces de l’armée nouvelle comme pour une campagne. Il le fit établir en juin 1481 entre le Pont-de-l’Arche et le Pont-Saint-Pierre, dans la basse vallée de la Seine en amont de Rouen, et y convoqua non seulement l’artillerie, les hallebardiers et piquiers de D’Esquerdes et le Picard et les pionniers, mais aussi les Suisses et 1 500 lances - plus du tiers de l’effectif de l’ordonnance - qu’il avait démontées pour l’occasion afin de les former aux techniques helvétiques et de pouvoir par la suite les faire combattre à pied « quant il en seroit besoing » ; l’on devine ce que les gens d’armes pouvaient penser de ces méthodes révolutionnaires qui les ravalaient au rang de piétons. Le roi souhaitait faire séjourner cette énorme armée - 31 000 hommes au bas mot - dans son camp pendant un mois afin de déceler les imperfections de l’organisation et de prendre la mesure du ravitaillement que nécessitait une telle concentration38.

  • 39 Lettres, t. IX, pp. 52-53.
  • 40 De Roye/de Mandrot, t. II, p. 107 et note 2 pp. 107-108 ; Commynes/Calmette & Durville, t. II, note (...)

19Cette formidable démonstration de force, exécutée en Normandie, avait aussi valeur d’avertissement pour le duc de Bretagne, Marie et Maximilien ou Edouard IV Le roi y réussit peut-être trop bien, car tandis qu’il se rendait en personne au Pont-de-l’Arche il apprit par des marchands normands rentrés d’Angleterre qu’un vent de panique soufflait outre-Manche, où la rumeur courait qu’il était parti assiéger Calais. Il écrivit donc au seigneur de Hastings pour démentir ces bruits et rassurer ses alliés anglais39, non sans une secrète satisfaction assurément. Remis de sa première attaque, le souverain vint en effet faire lui-même l’inspection de la grande œuvre de la fin de son règne et séjourna au Pont-de-l’Arche du 20 au 24 juin au moins. L’expérience terminée, les compagnies d’ordonnance regagnèrent leurs cantonnements tandis que les « gens du camp » prenaient le chemin de la Somme pour installer leurs quartiers autour d’Abbeville, où une halle fut construite afin d’abriter le matériel de campement pendant la mauvaise saison et où s’établit le Picard, tandis que le seigneur d’Esquerdes se tenait plus au sud, au château de Famechon près de Poix40.

  • 41 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 320-321.
  • 42 Ibid., pp. 336-337 ; Gandilhon, p. 197 ; Contamine, op. cit., pp. 341-342.

20Si elles remaniaient l’armée de Charles VII, les réformes de Louis XI n’en complétaient pas moins son œuvre : le père avait institué une cavalerie permanente et l’avait flanquée d’une simple infanterie de réserve, le fils substituait à celle-ci une véritable infanterie permanente. Mais ce changement avait un prix élevé : comme l’écrit Basin avec indignation, soldés même quand ils ne servaient pas, les hallebardiers - comme les Suisses -étaient alors payés à ne rien faire41. Tandis que la rétribution annuelle de chaque franc-archer par ses concitoyens était revenue à 9 l.t. de 1475 à 1479 et 18 l.t. en 1480, chaque homme de pied du camp coûtait 60 l.t. par an aux contribuables. Au total, alors que la rémunération forfaitaire des 16 000 francs-archers, directement supportée par les paroisses, avait représenté 144 000 l.t. par an jusqu’en 1479 et 288 000 l.t. la dernière année42, à partir de 1481 le paiement des 14 000 fantassins du camp, pris en charge par l’État royal et fiscalisé, atteignit 840 000 l.t.

  • 43 Ibid., note 49 p. 343.
  • 44 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 284.
  • 45 Contamine, p. 301.
  • 46 BN, ms. fr. 20 683 f° 53.
  • 47 Legeay, t. II, p. 424.

21Encore ces effectifs théoriques étaient-ils excédés en pratique : ainsi la bande de 6 000 hallebardiers de D’Esquerdes comptait en réalité 6 510 hommes en 1481, 6 751 en 148243, ce qui devait entraîner cette dernière année un dépassement des dépenses prévues de 45 060 l.t., l’équivalent de l’investissement initial dans l’armement. Par ailleurs le roi avait aussi engagé pour son camp des pionniers permanents, au nombre de 2 500 selon Commynes44, 2 360 en tout cas en 1481. Ces manœuvres étaient certes de tous les plus mal payés, mais ils l’étaient douze mois sur douze comme les autres, ce qui grossissait les frais, et il fallait encore rétribuer les charretiers et entretenir les chevaux45 ; dès 1481 l’ancien comptable du charroi et autres affaires de l’artillerie, Pierre Fauchet, était commis au paiement des pionniers et officiers du camp du roi46. Il n’est pas jusqu’au terrain du camp qui n’était loué47.

  • 48 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 285.

22Les crédits de paiement des éléments modernes de l’armée royale sont à peu près connus pour la dernière année entière du règne (tableau 26 et graphique 10). À lui seul le champ de guerre du roi en absorbait plus des deux tiers. La solde des fantassins ou « hommes du champ », à la charge des trois trésoriers spéciaux, et celle des pionniers et officiers affleuraient la somme colossale de 950 000 l.t. Si l’on songe que la dépense réelle, on l’a vu, dépassait sans doute ces dotations et qu’à côté des frais de personnel d’autres comptables s’occupaient peut-être du matériel, qui n’apparaît pas dans notre source, il n’est pas exagéré de penser que le champ de guerre coûtait globalement plus d’un million de livres tournois par an ; avec la solde des Suisses, nous retrouvons bien le million et demi dont parle Commynes pour l’ensemble des forces nouvelles48.

Tableau 26 et graphique 10 : Crédits de solde de l’armée nouvelle en 1482
(en livres tournois)

Tableau 26 et graphique 10 : Crédits de solde de l’armée nouvelle en 1482(en livres tournois)

Note* : Hypothèse.
BN, ms. fr. 23 266 f° 5-7. - Nous présumons que les crédits de Chartier, qui n’étaient pas assignés en Normandie et ne figurent pas dans ce rôle, étaient les mêmes que ceux de son confrère Poilevilain, en charge d’un effectif identique ; quant à ceux de Hacqueville, dont le montant total n’est connu que pour 1483 (ibid., f° 7, 21), nous supposons qu’ils n’avaient pas changé depuis l’année précédente, cette stabilité étant en tout cas avérée dans le cas de Poilevilain (f° 7, 20).

  • 49 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 336-337.

23Au total, compte tenu de la disparition de la charge des francs-archers en 1480, mais aussi de la rapide résorption de l’économie réalisée sur la grande ordonnance en 1478, nous pouvons estimer que la réorganisation de l’armée accrut à moyen terme les dépenses militaires de plus d’un million de livres tournois par an, pratiquement l’équivalent de la taille annuelle au début du règne. Basin dénonce d’autant plus cette débauche de moyens guerriers qui vampirisa le peuple que, souligne-t-il, ils ne servirent même pas49 ; mais fallait-il s’en plaindre ?

24Les réserves traditionnelles de l’armée royale furent également touchées par les réformes, y compris les francs-archers avant leur disparition. Depuis les règlements de 1475 ils recevaient de leur paroisse un fixe de 6, puis 9 l.t. par an pour entretenir leur équipement et pour subsister en campagne jusqu’à leur prise en charge effective par l’Extraordinaire des guerres. Il arrivait que l’État royal collectât ces sommes auprès des contribuables pour les distribuer lui-même, première amorce d’une fiscalisation intégrale du coût de l’infanterie. En 1479 encore Louis XI semblait songer à remodeler cette institution, mais nullement à la supprimer : la forte augmentation des gages des capitaines particuliers, qu’il porta cette année de 140 à 240 l.t. (+ 71,4 %) pour bon nombre d’entre eux, laissait présager un renforcement de leur rôle.

  • 50 Contamine, op. cit., p. 341 ; cf. infra, p. 538.

25La journée de Guinegatte décida apparemment le souverain à radicaliser ses plans, d’accord avec le seigneur d’Esquerdes. En 1480 la suppression déjà programmée et en partie réalisée de ces fantassins à l’ancienne se traduisit par un désengagement des finances royales, sans doute destiné à leur permettre de consacrer davantage de crédits au nouveau champ de guerre institué à titre expérimental au début de l’année. Un forfait supplémentaire de 9 l.t. fut mis à la charge des paroisses, dont la contribution doubla de ce fait, pour remplacer la solde de 4 1. 10 s.t. par mois que le roi versait à l’époque aux francs-archers en campagne : cette indemnité couvrait donc deux mois de service selon l’ancien tarif50. Nous le savons, ce n’était en fait qu’une mesure provisoire avant la dissolution de cette force, finalement prononcée le 11 octobre.

  • 51 BN, ms. fr. 23 913 f° 100-114.

26La réserve féodale, maintenue, de l’arrière-ban connut aussi d’importantes transformations parallèlement à la réforme de l’infanterie en 1480. Le renforcement institutionnel de son encadrement, amorcé par l’institution de capitaines particuliers en 1467, fut complété par la création sur le modèle des anciens francs-archers de quatre capitaineries générales. L’idée était dans l’air depuis quelque temps, et déjà l’on avait vu des lieutenants régionaux du roi diriger la noblesse de tout leur ressort : ainsi en 1479 le seigneur de Bressuire, lieutenant du roi dans le Centre-Ouest, avait été chargé de conduire à l’armée l’arrière-ban de Poitou, de Saintonge, d’Angoumois, de Quercy, d’Agenais et des autres pays placés sous son autorité51.

  • 52 Contamine, op. cit., pp. 375-376 et carte 6 p. 376.

27Ces commandements régionaux furent donc formellement organisés, mais nous constatons sans bien nous l’expliquer qu’ils exclurent les hinterlands des armées royales : le Nord, la Normandie et l’Île-de-France pour l’armée de Picardie et le champ de guerre, la Bourgogne (mais non ses bases arrière champenoise ou lyonnaise), enfin le cœur méridional du Languedoc pour l’armée de Roussillon, comme s’il s’était agi de réformer les réserves de l’intérieur. Au sein des capitaineries générales la noblesse fut en effet démontée et armée à la suisse par les soins des villes qui n’avaient pas contribué à l’équipement du camp du roi52. Louis XÎ et sans doute d’Esquerdes poursuivaient donc l’idée qu’ils appliquaient à la même époque au Pont-de-l’Arche à une partie de la grande ordonnance, et travaillaient à constituer, derrière l’infanterie permanente du champ de guerre, une ample réserve de piquiers et hallebardiers susceptibles de combattre à pied suivant les techniques helvétiques, dont la nouvelle armée royale faisait décidément sa doctrine. Là encore, l’on imagine avec quels sentiments la noblesse accueillit cette innovation.

  • 53 Ibid., pp. 386,395.

28Enfin, une pratique déjà connue fut remise à l’honneur sur une grande échelle en 1481 pour assurer en quelque sorte l’auto-financement au moins partiel de l’arrière-ban, au soulagement du budget royal : tout détenteur d’un fief était autorisé à se libérer de ses obligations militaires moyennant le versement d’une taxe, en principe égale à la moitié de son revenu féodal annuel, qui évoque le vieil écuage des Plantagenêt. En outre le souverain prétendit s’appliquer tout excédent que révéleraient les contrôles par rapport au revenu féodal déclaré, qui déterminait l’importance du service dû. En Poitou la quotité de cette taxe s’établit en fait à quelque 30 % et ses 128 contribuables, représentant tout de même 29,7 % des 438 fieffés du pays, permirent au monarque de recueillir environ 2 700 l.t. avec lesquelles il put verser à leur départ quatre semaines de solde aux nobles qui prirent les armes à sa convocation53.

  • 54 Ibid., pp.298,312.

29Nous avons peu de renseignements sur l’artillerie, qui fut intégrée au champ de guerre ; nous savons du moins que son développement se poursuivit et que les trois bandes de 1475 étaient cinq à la fin du règne. Leur effectif, pour s’être accru de quelque 60 % depuis le milieu des années soixante-dix, ne devait guère monter qu’à 200 hommes selon Philippe Contamine54, mais si ces techniciens demeuraient une élite infime ils n’en étaient pas moins entourés d’une énorme et coûteuse logistique qui, on l’a dit, fut financée de 1478 à 1480 par une crue de taille spéciale.

  • 55 BN, ms. fr. 20 685 p. 697.
  • 56 Ibid., pp. 720-721.
  • 57 Ibid., pp. 707 (1479), 720 (1480).
  • 58 Éd. Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l’Histoire du tiers état, t. IV, pp. 301-302

30La marine resta en revanche à l’écart des transformations qui remodelaient l’armée de terre ; la volonté de Louis XI de disposer de forces permanentes ne s’étendit pas au domaine maritime. Certes la flottille royale était consciencieusement entretenue sur les côtes normandes. En 1479 le clerc du receveur général de Normandie Guillaume la Pite était commis à l’armement de « la grand nef nommée la Loprame »55, et en 1480 Antoine Jolys, capitaine de la Nef du roi, recevait une dotation de 2 000 l.t. en sus de sa pension pour l’aider à équiper son vaisseau56. La petite escadre paraît même s’être étoffée, ou du moins renouvelée : le souverain accorda à Georges Bissipat 5 000 l.t. payables en cinq annuités égales à compter de 1479 « tant pour mariage que l’achapt d’un navire »57 : en 1481 celui-ci était appelé la Nef du roi, et celui de Jolys la Grand nef du roi58. On le voit, dans la pratique les nefs du roi apparaissaient comme celles des capitaines, qui s’en occupaient comme d’un bien propre et recevaient à cet effet une subvention royale souvent explicitement incluse dans leur pension.

  • 59 BN, ms. fr. 20 683 f° 54. - En 1482 le bâtiment de Jolys est désigné comme « la grant nef du roy no (...)
  • 60 Lettres, t. VII, pp. 75-76.
  • 61 Calmette & Périnelle, PJ n° 82, pp. 393-395.

31Pour le reste, la constitution d’une flotte reposait toujours sur les villes portuaires : les officiers royaux du Ponthieu et la municipalité d’Abbeville se réunirent ainsi le 14 février 1479 « pour trouver et acheter ung navire que le roy a ordonné estre mis sus, furny de gens de guerre, artillerie et avitaillé aux despens de ladite ville, du port de.iiijxx. tonnaux ou environ » afin de protéger les sujets et marchands du royaume de la piraterie flamande et hollandaise59. Les Néerlandais ne faisaient d’ailleurs que rendre au monarque la monnaie de sa pièce, car c’est la forme d’une guerre de course que, suivant sa logique de lutte économique mais aussi faute de moyens, il avait donné aux hostilités sur mer. Le 26 mai 1478 les instructions de Louis XI à l’amiral de Bourbon avaient ainsi prescrit que les marchands génois qui se rendaient en Angleterre ne fussent pas inquiétés par la flotte et les corsaires60. En effet, avec le consentement de l’État royal des particuliers se joignaient à la course pour en tirer profit, tels les capitaines dieppois de la Marquise, de la Bergère et du Tor qui en août 1482 avaient armé leurs bâtiments pour « aller sur mer par puissance guerroier sur les marches de Flandres et d’ailleurs contre les anemis de ce royaume » de concert avec d’autres « complices et aliez »61.

  • 62 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 30.
  • 63 En novembre 1477 seulement (Ord., t. XVIII, note (a) en haut de la p. 308).

32L’ère des grandes réformes militaires ne tira pas la marine de guerre de sa situation marginale au sein des forces royales. Comme le dit Commynes à propos de la facile traversée de la Manche par les Anglais en 1475, « quant le roy nostre maistre eüst entendu le fait de la mer aussi bien qu’il entendoit le fait de la terre, jamais le roy Edouart ne fust passé, au moins de ceste saison ; mais il ne l’entendoit point, ne ceulx a qui il donnoit auctorité sur le faict de sa guerre, car ilz y entendoient encores moins »62. Les traditions navales faisaient défaut à la monarchie française, dont les meilleurs marins étaient le vice-amiral Coulon, d’ascendance italienne, et Bissipat, Grec naturalisé63 ; ceux-ci ne furent d’ailleurs jamais que des exécutants. La France dut à ce désintérêt des milieux dirigeants de n’avoir toujours pas de flotte permanente digne de ce nom à la fin du règne, ce dont les contribuables ne se plaignirent sûrement pas.

  • 64 BN, ms. fr. 23 265 f° 19.
  • 65 Gilles, note 69 p. 228.

33En dehors des commandes occasionnées par la réorganisation de l’armée, nous relevons diverses traces de l’effort d’armement. L’augmentation des besoins de l’artillerie entraîna le développement de la collecte du soufre et du salpêtre, notamment en Languedoc où ils étaient recueillis localement ou importés par Aigues-Mortes. En juin 1479 les états finirent par protester contre le fardeau croissant que représentait le transport de ces matières premières vers le nord, qui incombait aux populations. L’assemblée vota une crue spéciale de 704 l.t. pour permettre au receveur général de pourvoir lui-même au convoyage ; celui-ci dépensa 298 1. 3 s. 4 d.t. à cet effet jusqu’à la fin de l’exercice le 30 septembre suivant64. La prise en main du transport par la monarchie, voulue par le pays, se traduisit donc par une fiscalisation de cette charge, bien conforme d’ailleurs à l’évolution générale de la fin du règne, mais ne résolut pas la question car si le convoyage était désormais payé, il restait assuré par des réquisitions de bétail, ce qui souleva de nouvelles doléances des états en juin 148065.

  • 66 Ils reçurent ce jour 55 l.t. en tout pour leurs frais (AN, K 72 n° 51).
  • 67 Lettres, t. X, pp. 12-13.

34Malgré le déclin relatif de leur importance dans l’armée nouvelle, l’armement des gens d’armes de l’ordonnance ne fut pas négligé : vers le 5 décembre suivant, alors même qu’était lancé le grand programme d’équipement de l’infanterie du champ de guerre, des chevaucheurs de l’Écurie du roi conduisirent un chargement d’armes et d’armures de Tours à Franchise et Doullens66. Enfin, nous connaissons l’existence d’une « forge des arbalestes » en octobre 1482 dans le château d’Angers : celle-ci était placée sous la responsabilité du garde de la forteresse, Guichard Nau67. La présence de cet atelier dans l’enceinte même de la citadelle royale et non en ville suggère une véritable petite industrie d’État : la prise en charge directe de ses besoins par la monarchie paraît bien une constante des dernières années du règne.

2. La guerre de Succession de Bourgogne.

  • 68 Ibid., t. VI, pp. 321-322.
  • 69 A moins que Genas, se remémorant la menace royale, n’en ait lui-même pris l’initiative (BN, ms. fr. (...)
  • 70 Viala,t. I, p. 129.

35C’est avec ce formidable appareil guerrier, à la fois en expansion et en mutation profonde, que Louis XI soutint les efforts militaires de la fin de son règne, essentiellement tournés contre Marie et Maximilien. Sa lutte opiniâtre pour l’héritage bourguignon ne laissa pas le royaume en repos avant la fin de 1482. Après s’être livré dans l’hiver de 1477-1478 aux préparatifs que nous avons vus, le roi repartit à la charge, la belle saison revenue, sur les deux fronts du nord et de l’est. Pour autant, il n’oubliait pas la défense de son flanc sud et le 12 février pressa le général de Genas de trouver une assignation fiable pour la solde des 100 lances supplémentaires qu’il venait d’accorder à Boffile de Juge « pour garder seürement Roussillon », l’avertissant : « je vous asseüre que s’il en vient inconvenient je m’en pren-dray a vous et non autre »68. Ce poste de dépenses lui tenait à cœur, car en 1478-1479 il n’hésita pas à ordonner le prélèvement des 5 350 l.t. dues en Languedoc à son secrétaire Denis de Bidant, commis au paiement de ces lances, sur des crédits aussi prioritaires que ceux des subsides suisses69. Au reste la confirmation des anciens traités avec Isabelle et Ferdinand en 147870devait garantir en principe la tranquillité de cette frontière.

  • 71 Caillet, p. 223.
  • 72 Lettres, t. VI, pp. 306-310, 327-328.

36Sur le front oriental, dès le 9 février des commissaires royaux sommèrent Lyon de fortifier l’une de ses portes exposée à un coup de main, quitte à lever une lourde taille, mais le Consulat protesta qu’un nouvel impôt serait « espouvantable au peuple » après tant de charges. En avril ou mai des chevaux, des charrettes et des vivres furent encore réclamés à la ville pour l’armée de Bourgogne qui entrait en campagne71. Le souverain avait œuvré à isoler la Comté : en janvier il entendait obtenir de son nouvel allié le comte de Montbéliard la libre disposition de ses places pour prendre le pays à revers, et le 21 février il avait chargé l’évêque d’Albi de faire interrompre le ravitaillement des forts ennemis de Jougne et Joux, qui gardaient la frontière comtoise au sud de Pontarlier, depuis les États de Savoie et le comté de Neuchâtel72.

  • 73 Legeay, t. II, p. 311.
  • 74 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 267.
  • 75 Contamine, op. cit., p. 295.
  • 76 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 74-75.
  • 77 Caillet, p. 239.

37Le nouveau lieutenant du roi en Bourgogne, le seigneur de Chaumont, disposait à côté des troupes françaises de mercenaires allemands et surtout des Suisses tant convoités73 ; en outre le monarque lui avait envoyé en renfort « les pensionnaires de sa Maison » sous les ordres de Commynes, qui précise que ce « fust la premiere foiz que il eüst baillé chef ausdictz pensionnaires, et depuis a esté accoustumée ceste façon »74. Sans doute s’agissait-il des cent gentilshommes de l’Hôtel, issus cette même année de la réforme des cent lances de la garde du corps75, et dont la nouvelle organisation subissait ainsi le baptême du feu ; le lien entre la pension reçue du roi et le service personnel auquel elle astreint apparaît en tout cas très clairement dans le vocabulaire employé ici par le mémorialiste. La campagne de 1478 dut en fait être consacrée à la soumission des places qui s’étaient rebellées dans le duché même après sa reprise en main par Chaumont. L’armée royale s’empara en juin de Semur-en-Auxois, Montsaugeon et Verdun-sur-le-Doubs « tant par assault que composition », puis entreprit le siège de Beaune qui se rendit au début de juillet76 ; la municipalité de Lyon dut s’endetter auprès des banquiers de la place pour envoyer aux assiégeants les nouveaux vivres requis77.

  • 78 Lettres, t. VI, pp. 306-310.

38Les mêmes manœuvres diplomatiques avaient précédé la nouvelle offensive dans le Nord. Dans ses instructions de janvier au bailli de Vitry Thierry de Lenoncourt, qui devait le représenter le 1er mars aux conférences franco-liégeoises de Mézières, Louis XI l’avait chargé d’obtenir de l’évêque et des états de Liège, qui proposaient un simple accord de neutralité, une alliance formelle contre Marie et Maximilien qui lui permettrait ensuite de rallier plus aisément « ceulx de Gueldres qui tousjours, et mesmement le peuple, ont hay le feu duc de Bourgoigne »78. Là encore, le roi cherchait à susciter des difficultés sur les arrières de ses ennemis.

  • 79 Ibid., pp. 314-315.
  • 80 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 65-67 (nota que cet auteur ne parle pas des francs-archers) ; sur (...)
  • 81 Ibid., pp. 68-69.

39Dès le 3 février il ordonna au bailli de Caen de convoquer la noblesse de sa circonscription autour d’Abbeville pour le 1er avril79. Enfin, au mois de mars lui-même prit le chemin de la Picardie où il concentrait des hommes d’armes de l’ordonnance, des nobles de l’arrière-ban, des « archers de retenue », qui paraissent avoir été spécialement engagés, et d’autres gens de guerre extraordinaires en grand nombre ainsi que de l’artillerie, des réserves de poudre et des vivres, déployant de « grans preparatifz de faire guerre »80. Les transferts de fonds nécessités de part et d’autre par ces imposants dispositifs militaires étaient une cible tentante, comme en témoigne un coup de main qui fit assez de bruit dans le royaume pour être rapporté par Jean de Roye. Ayant eu vent en avril d’un envoi d’argent par les Flamands à Douai pour la solde de la garnison et les besoins de la ville, deux capitaines de l’ordonnance, le bailli de Saint-Pierre-le-Moûtier et Robinet du Quesnoy, attaquèrent le convoi et s’emparèrent du précieux chargement ; ce qu’apprenant, Douaisiens et Lillois sortirent en force à la poursuite des audacieux qu’ils rattrapèrent, mais ceux-ci purent se frayer un chemin à travers leurs assaillants et emporter leur butin. L’affaire aurait coûté trente-six ou trente-sept vies aux Français et plus de quatre-vingts aux Flamands81 : nous verrons plus bas ce que le souverain pensa de cette sanglante entreprise, où la convoitise de ses chefs de guerre l’avait à vrai dire emporté sur les considérations stratégiques.

  • 82 Lettres, t. VII, pp. 76-78.
  • 83 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 73.
  • 84 Lettres, t. VII, pp. 92-93. - Sans y prendre garde Vaesen réédite cette missive en 1477 d’après une (...)
  • 85 Calmette & Périnelle, p. 233. - Dans leur édition de Basin, Garand et Samaran donnent la date du 6 (...)
  • 86 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 73-74.

40Centres de redistribution de la production agricole locale, les villes du Nord étaient naturellement sollicitées pour l’approvisionnement des troupes : le 29 mai 1478 le monarque annonça à Saint-Quentin la venue de son maître d’Hôtel René Fresneau pour de nouvelles réquisitions de blé destinées au Quesnoy, après celles qu’Olivier le Dain et le futur trésorier des guerres Jean le Gendre avaient déjà opérées82. Malgré des préparatifs impressionnants la campagne septentrionale de 1478 ne connut pas d’opérations d’envergure et dès le mois de juin des pourparlers s’engagèrent. Maximilien offrait de renoncer aux comtés d’Artois et de Boulogne, à plusieurs villes flamandes dont Lille, Douai et Orchies ainsi qu’au duché de Bourgogne ; ces ouvertures appâtèrent assez le roi pour lui faire accepter une suspension d’armes et l’abandon de ses positions en terre d’Empire83. Vers le 8 une première trêve fut convenue du 10 au 17, pendant laquelle la garnison de Tournai devait rejoindre les lignes françaises sous sauf-conduit84, sans doute pour être relevée car il ne pouvait être question ici de retrait. Finalement une trêve d’un an fut conclue au Pont-à-Vendin le 11 juillet85. Le souverain évacua Cambrai et le Hainaut où ses garnisons quittèrent le Quesnoy récemment ôté à Chabannes, Bouchain et d’autres places, mais son adversaire ne tint pas parole et, de l’avis de Jean de Roye, pour une fois ce fut le rusé monarque qui fut floué86. Au total le bilan de la saison guerrière était décevant : dans le Nord l’imposante démonstration de force n’avait débouché que sur un recul, et dans l’Est la reconquête de la Comté restait à faire. La Succession de Bourgogne n’était toujours pas close.

  • 87 Lettres, t. VII, pp. 138-140.
  • 88 Ibid., t. VIII, pp. 74-75 (8 septembre 1479).

41Libéré sur le front nord, Louis XI songea à intervenir dans la péninsule italienne où les deux blocs en présence menaçaient de s’affronter. Le 10 août il annonça à la duchesse de Savoie son intention d’envoyer 4 ou 500 lances de l’ordonnance sous les ordres du duc de Calabre Charles d’Anjou prêter main-forte à ses alliés de Florence et de la Ligue d’Italie, en la priant de leur accorder le passage « et ordonner que pour leur argent ils aient des vivres et soient bien traictez »87. Il ne donna toutefois pas suite à ce projet qui eût dispersé ses forces : ce n’est qu’un an après qu’il accorderait plus modestement au duc de Calabre une garde de 30 archers, soldés 7 1. 1O s.t. par mois sur les finances de Languedoc à compter du 1er octobre 1479, pour lui permettre de se rendre « par delà »88.

  • 89 De Roye / de Mandrot, t. II, note 1 pp. 83-84, Interpolations et variantes, pp. 387, 388 et note 2.
  • 90 Ibid., pp. 83-85. - Peut-être Arras et Béthune étaient-elles les cantonnements de l’ancienne compag (...)

42En revanche, il mit ce répit à profit pour remanier son armée : c’est alors qu’un millier de lances de l’ordonnance furent cassées pour faire place aux Suisses dans le budget militaire. Cette mesure semble avoir pris la forme, non d’une réduction des effectifs dans chaque compagnie et du renvoi des nouveaux gens d’armes recrutés un an plus tôt pour les compléter, mais de la dissolution de plus d’une dizaine d’unités car elle s’accompagna de la révocation de capitaines « jusques a ung grant nombre », dont cinq avaient cent lances et les autres moins. Hormis le vieil Antoine de Chabannes, mis à la retraite, les intéressés étaient en général sanctionnés pour n’avoir pas donné satisfaction, et il n’est pas sans intérêt de constater que Robinet du Quesnoy était du nombre89. L’un d’eux, Jean de Larraudaic dit Oriole, projeta par dépit de passer à Maximilien avec le lieutenant de sa compagnie mais les deux hommes, arrêtés et menés au souverain, furent décapités à Tours le 18 mars 1479 et « leurs testes et partie de leurs membres » exposées pour l’exemple à Arras et Béthune. Le seigneur de Mauves, une autre victime de la purge, fut également inquiété ; arrêté le même mois à Paris et conduit au monarque à Tours, il fut finalement innocenté et libéré90. L’avertissement était clair néanmoins pour l’ordonnance qui, quoi qu’elle pût penser de la nouvelle politique militaire, ne vit pas se renouveler les scènes de désertion de 1465 ou 1468.

  • 91 Lettres, t. VII, pp. 243-245.
  • 92 Caillet, p. 227.
  • 93 Sée, pp. 277-278.
  • 94 Legeay, t. II, p. 357.

43La campagne de 1479 fut plus mouvementée. Dès le 30 janvier Louis XI annonça aux Rémois l’envoi de son médecin Coictier et d’autres commissaires en Champagne et dans les pays voisins pour organiser le ravitaillement de l’armée de Bourgogne91 ; plus au sud les Lyonnais furent mis à contribution pour financer le transport des vivres, ce qui nécessita le vote d’une taille municipale par l’assemblée de la ville le 8 juillet suivant92. L’offensive du seigneur de Chaumont dans la Comté fut couronnée de succès : Dole - que ses vainqueurs ravagèrent - et les principales places du pays tombèrent puis Besançon, centre de la résistance, dut faire sa soumission au lieutenant royal qui y entra le 7 août et y installa une garnison en octobre93. Ce retour en force ayant ému le monde germanique et particulièrement les Cantons, le roi s’empressa d’ordonner la remise en état de plusieurs places dont Auxonne entre le duché et la Comté, Faucogney à la frontière lorraine et Poligny au sud de Salins94.

  • 95 Kendall, pp. 384-385.
  • 96 Contamine, op. cit., p. 315.
  • 97 BN, ms.fr. 20 685 pp. 709-710.
  • 98 Lettres, t. VIII, pp. 217-218.
  • 99 Kendall, loc. cit.

44Dans le Nord le souverain avait de nouveau concentré une puissante armée, mais il entrait décidément dans l’âge de la vieillesse et renonça à partir de cette année à se rendre en personne sur le théâtre des opérations. La plus grande bataille rangée de la guerre de Succession de Bourgogne eut lieu le 7 août à Guinegatte, où le seigneur d’Esquerdes attaqua Maximilien qui envahissait l’Artois. La rencontre fut indécise : l’armée royale resta maîtresse du terrain mais subit de lourdes pertes et ne réussit pas à prendre l’avantage sur l’ennemi95. Face aux forces adverses le lieutenant du roi avait pourtant aligné quelque 2 000 lances, les deux tiers de l’ordonnance, et 8 000 francs-archers, la moitié de l’infanterie traditionnelle96. Les réserves des deux capitaineries générales du nord du royaume avaient en effet été mobilisées. Sans doute au mois de juin Caudin Mengant et Pierre Pélisson partirent d’Arras, le premier pour Caudebec, Montivilliers, Caen, Bayeux, Carentan et Valognes, le second pour Rouen, Lisieux, Falaise et Alençon porter l’ordre du général de Normandie aux élus et receveurs d’expédier dans les marches de Picardie la solde des francs-archers du pays due au terme de la Saint-Jean-Baptiste prochaine, à raison de 4 1. 10 s.t. par homme97 ; par ailleurs Antoine Riboteau était commis au paiement des francs-archers du seigneur de Baudricourt, capitaine général du Nord-Est, pendant le second semestre selon le même tarif98. À tort ou à raison les francs-archers, décimés par l’ennemi, furent rendus responsables de cette demi-défaite, dont le monarque se montra furieux99.

  • 100 Lettres, t. VIII, pp. 69-73.
  • 101 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 93-94.
  • 102 Lettres, t. VIII, pp. 77-79.
  • 103 BN, ms. fr. 20 685 p. 706.
  • 104 De Roye / de Mandrot, t. II, note 2 pp. 107-108.

45La saison ne connut plus dès lors que des opérations locales. Louis XI renforça ses positions et le 5 septembre annonça l’envoi d’une somme de 2 000 francs pour améliorer les défenses de Doullens, où il dépêchait par ailleurs une garnison de Suisses100 sans doute libérés par la fin de la campagne comtoise. Ces précautions n’empêchèrent pourtant pas l’adversaire de s’emparer vers le mois d’octobre de Malannoy ; Maximilien ayant fait mettre à mort le chef des défenseurs, le cadet Raymonnet, le roi fit pendre en représailles cinquante prisonniers101. Les hostilités s’envenimaient ; aucune trêve ne fut conclue cette année. Des théâtres secondaires sollicitèrent encore les forces royales en 1479. Le Conseil ducal de Savoie, pro-français et menacé par ses opposants, lui ayant demandé le secours de 200 archers, le souverain promit le 15 septembre au comte de Dunois, son représentant auprès du jeune duc son neveu, de les envoyer dès que possible102 ; de fait le grenetier de Lisieux Jacques de Silly fut chargé avant la fin de l’année de mener en Savoie les 200 archers de la garde du roi avec Philippe de Commynes103. Enfin, ses rapports avec Édouard IV s’étant dégradés, la crainte d’une descente anglaise poussa le monarque à dépêcher 3 000 Suisses - la moitié au moins de l’effectif- en Normandie104, mais ce n’était qu’une fausse alerte.

  • 105 BN, ms.fr. 21 427 n° 40.
  • 106 Ibid., n° 39.

46C’est en arborant des dispositions particulièrement pugnaces que, le 22 janvier 1480, Louis XI imposa la taille de la nouvelle année. Puisqu’il n’y avait pas cette fois de suspension d’armes, il était décidé à reprendre au plus tôt les hostilités. Il annonça donc la prochaine entrée en campagne de grandes armées à l’intérieur comme à l’extérieur du royaume pour venir à bout de ses ennemis et rebelles, en n’épargnant aucun moyen pour délivrer une fois pour toutes ses sujets de la menace qui pesait sur eux depuis si longtemps : les opérations étaient donc présentées comme défensives. Le roi éprouvait tout de même le besoin de justifier le nouvel effort demandé aux contribuables et soulignait qu’il entendait ainsi « les soulaiger et deschar-gier des tres grans et comme importables charges que avons eté contrainctz, pour obvier a plus grant inconvénient, leur faire porter et paier les années passées a nostre tres grant desplaisance ». Il comptait se rendre en personne à l’armée105, mais dut y renoncer finalement. Au 24 février les levées étaient toujours en cours pour concentrer des forces dans le Nord, où venait d’être créé le nouveau champ de guerre expérimental106.

  • 107 Lettres, t. VIII, pp. 155-157.

47Une alerte en Roussillon détourna un moment vers le Sud l’attention du souverain. Informé en mars que le « roy de Castille », Ferdinand d’Aragon, époux d’Isabelle et successeur de Jean II, armait une grande flotte, il mit les comtés catalans en état de défense. Ayant reçu du capitaine de Perpignan la liste des travaux nécessaires, il en envoya un double au vice-roi Boffile de Juge pour qu’il y pourvût sans délai et se tourna le 12 vers le général et le trésorier général de Languedoc pour en assurer le financement. Il leur enjoignit de fournir promptement et sans faute tout l’argent nécessaire aux mortes-payes, aux travaux et aux autres frais, en les avertissant que si le Roussillon et la Cerdagne étaient en péril par manque de fonds « je ne m’en prendrois qu’a vous »107.

  • 108 Ibid., pp. 157-159.
  • 109 Ibid, p. 201.
  • 110 AN, K 72 n° 41.
  • 111 Lettres, t. VIII, pp. 324-325.

48Il leur ordonna encore de rejoindre au plus vite l’évêque d’Albi, très occupé à la fin du règne entre le Languedoc et les Bourgognes, qu’il chargea le 14 d’épauler Boffile de Juge pour faire porter à Collioure l’approvisionnement nécessaire et y envoyer au besoin l’arrière-ban de la sénéchaussée de Carcassonne, voire des sénéchaussées voisines. Le monarque pressait le prélat de ne rien épargner pour garantir la conservation de cette place, qui lui avait coûté « grand paine et grand travail (...) et grand despenses /sic/ », jusqu’à ce que tout danger fût écarté, en soulignant que les forces arago-naises ne resteraient pas longtemps sur pied et qu’une fois débandées, elles ne se reformeraient pas de sitôt108 : le sentiment de la supériorité de l’armée permanente transparaît dans cette remarque. C’est à nouveau le général de Genas que Louis XI chargea le 13 mai de faire réaliser dans les comtés tous les travaux de fortification nécessaires109, qui furent inspectés à Puigcerda le 4 juin110 et se poursuivaient toujours à Perpignan le 3 décembre111. Néanmoins l’alerte fut sans lendemain et les Rois catholiques maintinrent l’entente avec la France jusqu’à la fin du règne.

  • 112 Ibid., pp. 114-115 ; Contamine, op. cit.. Annexe III, pp. 594-595.
  • 113 AN, K 72n°50.
  • 114 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 95 (fin de l’année 1479 v. st.) ; BN, ms. fr. 20 685 pp. 723, 725 ( (...)

49Cependant le souverain avait achevé sa mobilisation. Dès le 12 janvier le seigneur de Charlus avait reçu l’ordre de rassembler les francs-archers du Sud-Est le 15 février avec tout leur charroi et leur équipement pour participer aux ultimes opérations dans la Comté de Bourgogne. Le monarque morigénait le capitaine général, ayant ouï dire que les capitaines particuliers et lui s’étaient rendus coupables d, » ung grant larrecin » à ses dépens en ne réunissant que 5 ou 600 hommes par bande, et les sommait de lever sans faute « de chascune cinquanteine ou paroisse ung homme »112. Par ailleurs l’arrière-ban avait lui aussi été appelé, ainsi en Saintonge, en Poitou113 ou en Limousin où la convocation, on l’a dit, fut l’une des causes de la révolte de Limoges. Malgré les fermes résolutions affichées par Louis XI et la venue du corps expéditionnaire helvétique, rien de décisif ne se fit cette année contre Marie et Maximilien. Sur mer le vice-amiral Coulon réalisa sur les Flamands une belle prise qui lui valut une récompense de 1 000 l.t. de son maître, averti par un messager envoyé d’Honneur114.

  • 115 Legeay, t. II, pp. 402, 421, 446 ; Calmette & Périnelle, p. 246 et note 2.
  • 116 Contamine, op. cit., carte 4 p. 322.

50Finalement une trêve fut conclue le 21 août à Notre-Dame d’Esquerchin. L’épuisement des deux camps poussait à un règlement diplomatique : l’accord prévoyait l’ouverture de négociations le 15 octobre. Celles-ci débutèrent en effet à l’automne et s’éternisèrent. La suspension d’armes, prévue pour sept mois et reconduite une première fois au début de 1481, resta finalement en vigueur jusqu’au 30 juin 1482115 ; le roi eut ainsi tout le temps de mener à bien son ambitieuse réforme militaire. Un document de 1480, cartographié par Philippe Contamine, nous renseigne sur l’organisation du ravitaillement des forces royales cette année. L’approvisionnement de chaque armée était à la charge d’une zone déterminée : la Normandie, le nord de l’île-de-France et la Champagne pour la Picardie et l’Artois, le Languedoc oriental et la vallée du Rhône pour le Roussillon et la Cerdagne, une large ceinture médiane allant de la Guyenne et de la Saintonge au Dauphiné pour les Bourgognes. Ces aires pouvaient d’ailleurs se chevaucher : le Lyonnais était aussi bien sollicité pour le Roussillon que pour les Bourgognes116. C’était un véritable impôt supplémentaire, en nature ou en espèces selon le cas, qui s’abattait ainsi dans la plus grande partie du royaume sur les campagnes, dont la production et les moyens de transport étaient réquisitionnés, et sur les villes, invitées à régler la facture.

  • 117 Lettres, t. VIII, note 1 pp. 311-312, pp. 331-333. - Dans sa note Vaesen place la soumission de D’A (...)
  • 118 Legeay, t. II, p. 411 ; Sée, p. 279.
  • 119 Contamine, op. cit., pp. 392-393.
  • 120 Calmette & Périnelle, note 6 p. 246. - Nous n’excluons pas que cet envoi des Suisses et celui que n (...)

51La conclusion des trêves n’empêcha pas le souverain de parachever la réduction de la Comté en achetant à prix d’or le ralliement du seigneur d’Arbent, qui tenait toujours Jougne et Joux pour ses adversaires. Le 13 décembre le monarque chargea du Bouchage de marchander, jugeant exorbitantes les exigences du capitaine qu’il accusait de vouloir « croquer ce qu’il pourra pour sa venue » ; finalement ce dernier ouvrit ses portes le 27 avril 1481 et donna quittance le 20 mai de 13 000 l.t. qui lui furent comptées à Neuchâtel117. Louis XI devait encore pourvoir à la sûreté des pays les plus exposés. En 1480 plusieurs forteresses étaient en construction dans le duché de Bourgogne, ainsi à Auxonne ; les habitants des seigneuries comtoises voisines étaient mis à contribution, ce qui souleva les plaintes des états de la Comté en octobre118. Dans ce dernier pays la présence d’un énorme effectif de 1 500 mortes-payes - cinq fois plus qu’en Roussillon et Cerdagne - est avérée à partir de la même année119, ce qui reflète sans doute la crainte d’un nouveau soulèvement, mais aussi d’une victoire du parti antifrançais dans les Cantons ; leur installation devait remonter à 1479. Par ailleurs la menace anglaise entraîna en 1480 le retour des Suisses en Normandie, tandis que des navires écossais réunis à Dieppe devaient pallier les carences de la flotte royale120.

  • 121 Lettres, t. VIII, pp. 340-342.
  • 122 AN, K 72n°54.
  • 123 Caillet, PJ n° CCCXX, p. 621.
  • 124 Op. cit., t. II, p. 421.

52À la fin de l’année, dans la perspective de l’expiration de la trêve le roi se prépara à reprendre la lutte. Les termes qu’il employa dans sa demande d’emprunt aux villes le 30 décembre reproduisaient presque mot pour mot ses déclarations du 22 janvier : il levait de grandes armées « tant par mer que par terre » pour soumettre le comté de Flandre « et donner final anéantissement au fait des guerres et divisions présentes », en personne et sans rien ménager, afin de délivrer « a ceste fois et sans plus y dissimuler » ses sujets de la menace ennemie121. Devant la répétition de ces assurances d’année en année, qui trahissait le piétinement de la politique royale, les Français devaient désespérer de voir jamais la fin de cette guerre dont le financement pesait si lourd sur eux. Le 21 février 1481 la convocation de l’arrière-ban fut publiée dans la sénéchaussée de Toulouse122, tandis que le capitaine des francs-archers du Dauphiné envoyait ses hommes, accompagnés de délégués de leurs paroisses, recevoir une tenue neuve à Lyon123. La trêve une fois reconduite, les réserves furent démobilisées et, selon Urbain Legeay, la monarchie remboursa aux dispensés d’arrière-ban ce qu’ils avaient payé à cette fin, et aux villes ce qu’elles avaient versé pour l’entretien des troupes et de l’artillerie124 : il se peut, si ces sommes n’avaient pas eu le temps d’être dépensées, mais la taille, elle, continua d’être recouvrée sans abattement, ce qui était bien l’essentiel.

  • 125 Champion, t. II, note 2 p. 317.

53Le souverain continua néanmoins à renforcer la défense du Nord en y redéployant les Suisses : 560 d’entre eux furent installés en garnison à Beauvais125. Surtout, c’est cette année que la dernière et principale phase des réformes militaires entra en vigueur, avec l’institution du nouveau champ du roi et de l’infanterie permanente. Jusque-là les contribuables n’avaient guère profité des suspensions d’armes, en raison du maintien de l’effort de guerre et de la précocité des préparatifs à plusieurs mois de leur expiration ; à présent le parachèvement de l’armée permanente dont Charles VII avait posé les premiers jalons trente-six ans plus tôt atténuait singulièrement la différence des charges entre le temps de guerre et le temps de paix. Certes les hostilités entraîneraient toujours un surcroît de frais, mais l’appareil militaire serait désormais entretenu dans sa quasi intégralité domi militiœque. L’effet de la réorganisation de l’armée était en somme de pérenniser les dépenses de guerre, et les assurances du monarque touchant le soulagement que procurerait à ses sujets la soumission de Marie et Maximilien s’en trouvaient fort relativisées.

  • 126 Lettres, t. VII, PJ n° XIV, pp. 325-327 ; Calmette & Périnelle, pp. 248-249 et note 1 p. 249.

54Malgré la poursuite de la trêve au Nord Louis XI avait d’ailleurs de sérieux motifs de préoccupation du côté d’Édouard IV : des troupes étaient levées outre-Manche et l’on avait vu un contingent anglais combattre les Français au côté des Néerlandais. L’un des ambassadeurs envoyés en mars par le roi d’Angleterre, Thomas Langton, se montra cependant rassurant quand Boffile de Juge le sonda sur les intentions de son maître. À l’en croire le corps expéditionnaire anglais ne devait aider Maximilien qu’à réduire la Gueldre, et c’était contre les ordres reçus que certains détachements avaient affronté les Français ; quant aux préparatifs guerriers en Angleterre, ils seraient retournés contre l’Écosse dès que les différends qui s’étaient élevés entre Édouard IV et Louis XI autour de l’application de leurs accords seraient apaisés126. L’alerte n’en incitait pas moins ce dernier à ne pas baisser sa garde.

  • 127 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 285.
  • 128 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 111.
  • 129 Ibid., p. 117 et note 1 pp. 117-118 (citant Molinet) ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 30 (...)

55De mars à mai 1482 le roi se rendit en pèlerinage à Saint-Claude dans la Comté de Bourgogne, près de la frontière savoyarde, Commynes et le seigneur du Bouchage l’ayant voué à ce saint lors de sa dernière attaque127. Ce voyage, le dernier de son règne, fut une véritable promenade militaire qui mobilisa des forces considérables : l’escorte royale se composait de quelque 6 000 hommes de guerre dont 800 lances128, un cinquième de l’effectif de l’ordonnance. Le 1er juillet, la trêve ayant expiré sans avoir été renouvelée, l’armée du Nord se remit en campagne. Le seigneur d’Esquerdes et le maréchal de Gié allèrent mettre le siège devant la place artésienne d’Aire, aux portes de la Flandre, avec 1 400 lances, les 6 000 Suisses et 8 000 piquiers, plus de la moitié de l’infanterie du champ de guerre. Cette imposante démonstration était en fait destinée à servir de couverture aux tractations par lesquelles le capitaine de Maximilien, Jean de Berghes, avait accepté à l’insu de la population de vendre la place moyennant 30 000 écus, une pension et une charge de capitaine de cent lances dans l’armée royale. Le 28 l’artillerie française ouvrit une brèche dans la muraille de la ville et les Suisses firent mine de préparer l’assaut quand, l’honneur étant sauf, son défenseur ouvrit officiellement des négociations qui aboutirent à une reddition « par composition »129.

  • 130 BN, mss. fr. 20 685 p. 721 (1480), 23 266 f° 14 (1482). - De la Marck ne figure pas dans le compte (...)
  • 131 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 118 et note 1 p. 120 (citant Molinet).
  • 132 Ed. Garand & Samaran, t. III, pp. 192-193 ; Gaussin, pp. 121, 276.
  • 133 BN, ms. fr. 23 266 f° 5.

56Par ailleurs, depuis 1480 Louis XI avait recours dans le sud-est des Pays-Bas à l’un des plus redoutables soudards de ce temps, Guillaume de la Marck, auquel il versait 18 000 l.t. par an « pour son entretenement, et de certain nombre de gens de guerre qu’il soulde et entretient par ordre du roy sur les frontieres de Luxembourg et ailleurs pour le service du roy » ; en 1482 il était conseiller et chambellan du souverain et même capitaine de cent lances de l’ordonnance130. Au témoignage de Jean de Roye et Jean Molinet il avait recruté ses hommes, avec l’autorisation royale, à Paris et aux environs parmi les « mauvais garsons, larrons, pipeurs et pillars » jusqu’au nombre de 2 à 3 000, dont 400 « gendarmereaux mal en poinct »131. C’est avec ces bas-fonds de l’Île-de-France et les subventions royales qu’en août 1482 de la Marck, ayant envahi la principauté de Liège, assassina l’évêque Louis de Bourbon qui, selon Basin, avait refusé à Louis XI le passage dans ses États pour attaquer le comte de Namur et le Brabant par 1 est132. Il est peu probable que ce meurtre, qui fut le plus retentissant fait divers de la fin du règne, ait été commandité, mais ce crime sacrilège ne valut pas à son auteur la moindre sanction du vieux roi bigot. Pour être le plus fameux, le « Sanglier des Ardennes » n’était d’ailleurs pas le seul chef de guerre stipendié par le souverain en Luxembourg, car la même année le trésorier des guerres Denis le Breton versait un subside de 9 594 l.t. au capitaine de la place de Wiltz et à ses gens133. La prise d’Aire et le drame de Liège furent en tout cas les ultimes péripéties de la guerre de Succession de Bourgogne.

  • 134 Gaussin, p. 276.

57Celle-ci avait accablé le royaume par sa longueur même. Si les Bourgognes avaient été soumises, les hostilités dans le Nord avaient vite tourné au bourbier. Le monarque avait massé ses forces sur le front et consolidé ses positions, mais n’avait jamais pu opérer une offensive déterminante, cependant que Marie, prématurément disparue le 27 mars 1482, et Maximilien avaient été impuissants à le refouler. Les succès et les revers locaux, mais surtout les ravages généraux s’étaient succédé sans que la puissante monarchie ni les énergiques Flamands prissent jamais l’avantage134 ; des forces énormes avaient été mobilisées, des dépenses considérables engagées sans emporter la décision. Les belligérants s’étaient épuisés dans un commun enlisement, tandis qu’aux méfaits des hommes venaient s’ajouter les calamités naturelles du début des années quatre-vingts.

  • 135 BN, ms. fr. 23265 f° 1.
  • 136 BN, ms.fr. 20 685 p. 712.
  • 137 BN, ms. fr. 23 266, loc. cit.

58Les deux trésoriers des guerres en charge de l’Ordinaire avaient beau ne gérer qu’une part décroissante du budget militaire, l’évolution de leurs crédits n’en reflète pas moins l’irrésistible expansion de ce poste de dépenses. En 1478-1479, la dotation de Guillaume de la Croix s’élevait à 536 811 1. 10 s.t.135, et encore reçut-il en cours d’exercice une rallonge de 25 000 l.t. sur les finances normandes136, qui ne contribuaient pas à sa recette initiale. En 1482, l’enveloppe allouée à son collègue Denis le Breton montait à 718 889 l.t., la subvention de la garnison de Wiltz comprise137. Si nous admettons que chacun de ces comptables administrait grosso modo la moitié des fonds de l’Ordinaire des guerres, leur total avait donc progressé d’un quart en trois ans, passant de 1 100 000 à 1 400 000 l.t. environ.

59Si à ce dernier chiffre nous ajoutons encore le coût de l’armée nouvelle qui, nous l’avons vu, lui était au moins égal, et les divers autres crédits militaires gérés par de nombreux commis spéciaux, nous pouvons conclure qu’en 1482 le budget global des forces royales atteignait la somme fabuleuse de trois millions de livres tournois, sans même compter la Maison militaire du souverain. Le rôle des paiements ordonnés cette année-là sur la recette générale de Normandie montre les finances du riche duché littéralement écrasées par les dotations des comptables militaires, qui représentaient désormais plus de 90 % des crédits de l’ensemble des services de l’État royal et 80 % des dépenses publiques assignées en tout dans la généralité (tableau 27). L’armée était plus que jamais un gouffre financier où s’engloutissait l’essentiel du budget de la monarchie.

Tableau 27 : Poids des crédits des comptables militaires sur la recette générale de Normandie en 1482
(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)

Tableau 27 : Poids des crédits des comptables militaires sur la recette générale de Normandie en 1482(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)

BN, f° 5-7, 17.

  • 138 Lettres, t. VIII, pp. 155-157.
  • 139 Ibid., pp. 324-325.
  • 140 Contamine, op. cit., pp. 299, 364.

60Malgré la priorité accordée aux crédits militaires sur les finances royales, l’énormité des sommes à recouvrer par les trésoriers et commis et la multiplication même de ces comptables, dont les assignations se faisaient concurrence sur des recettes surchargées qui peinaient à faire rentrer des impôts toujours plus lourds, ne favorisaient guère la dissipation des difficultés de paiement chroniques des années précédentes : c’est donc sans surprise que nous constatons leur persistance à la fin du règne. Lors du branle-bas de 1480 en Roussillon, le capitaine du château de Perpignan s’étant plaint des retards systématiques apportés au paiement de ses hommes, Louis XI avait prescrit le 12 mars aux général et trésorier général du Languedoc, dont les finances supportaient cette dépense, d’y mettre bon ordre en faisant la leçon « aux clercs et ceulx qui ont la charge de payer »138. Vaines exhortations : à la fin de l’année le roi reçut de son capitaine de nouvelles doléances, et le 3 décembre dut mander cette fois au général de faire payer le salaire en retard des ouvriers employés aux fortifications qu’il avait ordonnées au château et de réassigner les crédits de ces travaux, les fonds ne rentrant pas139. Le vrai problème ne résidait pas dans l’incurie des agents de l’État. Vitrine de la puissance royale, l’infanterie nouvelle du champ de guerre ne fut pas mieux lotie pour autant. Soumise au régime des troupes permanentes déjà appliqué à l’ordonnance et rémunérée trimestriellement, alors que jusque-là les gens de pied étaient rétribués mensuellement, elle vit son premier quartier de solde frappé d’un prélèvement pour frais d’équipement et fut toujours payée avec un retard assez important140.

  • 141 Lettres, t. IX, pp. 6-7.

61Le souverain entendait au moins faire recouvrer l’intégralité des fonds alloués aux comptables de l’armée, fût-ce avec des années de retard. Lorsqu’il avait rendu ses comptes après avoir été déchargé en 1476 de la trésorerie des guerres, Noël le Barge avait ainsi signalé qu’un certain nombre de ses assignations n’avaient pas été honorées. Vers 1480 le monarque commit l’élu de Senlis Jean Bertrand à se faire délivrer ces arriérés par les assignataires, mais plusieurs répondirent avoir déjà rendu leurs propres comptes pour les exercices incriminés en y portant ces sommes comme non acquittées, si bien qu’elles ne pouvaient leur être réclamées deux fois. Le 14 janvier 1481 Louis XI ordonna donc à la Chambre des Comptes de produire ces pièces à son commis pour vérification et, si ces assertions étaient fausses, de lui dresser les extraits et certificats nécessaires pour procéder contre les concussionnaires141.

  • 142 BN, ms. fr. 23 266 f° 14 ; cf. d’autres exemples infra, pp. 557, 563.-Nota qu’au prix de 11 l.t. le (...)

62S’il s’attachait à ne rien laisser perdre des recettes des caisses militaires, le roi n’en continuait pas moins à y puiser lui-même pour satisfaire à ses dévotions. Dans l’été de 1482 il envoya Pierre Pélisson à Beauvais, Gisors et ailleurs se faire remettre 3 100 l.t. par le trésorier des guerres Jacques Hurault, sur les fonds des Suisses donc, et les lui ramener à Meung-sur-Loire, d’où il les fit porter à Notre-Dame de Cléry pour son pesant d’argent en accomplissement d’un vœu142. Ces actes de piété contribuaient peut-être à la protection du royaume, mais n’arrangeaient en rien les problèmes de paiement de l’armée.

  • 143 Lettres, t. VII, pp. 92-93.
  • 144 Contamine, op. cit., p. 511. - Berziau était secrétaire de la guerre du roi (ibid., p. 506).
  • 145 Lettres, t. X, p. 7 (au secrétaire Antoine Robert, 17 octobre).-Nous restituons ainsi ce passage du (...)

63Pas plus que les précédentes, les dernières années du règne ne furent donc épargnées par les abus des gens de guerre, qui touchèrent tout le royaume et toutes les composantes des forces royales. Le 8 juin 1478, quand les gens d’armes cantonnés à Tournai furent relevés, le souverain informa les habitants qu’il avait fait écrire à la garnison par le seigneur du Lude de régler toutes ses dettes avant de partir et les invita, si elle ne s’exécutait, à lui en adresser la liste pour qu’il les fît payer143. La même année à Arras les sergents du prévôt des maréchaux avisèrent la population d’avoir à se présenter dans la journée à l’hôtel du secrétaire Jacques Berziau, si les gens de guerre lui devaient de l’argent, pour en être remboursée144, et en 1482, dans cette ville devenue Franchise, le commissaire Jean Briçonnet était chargé entre autres de verser aux habitants ce que leur devaient les mortes-payes, suivant un rôle signé du receveur des deniers municipaux145. Consciente de la difficulté des civils à se faire payer leur dû par la soldatesque, la monarchie tâchait de prendre leurs intérêts en main.

  • 146 Legeay, t. II, p. 411 ; Sée, p. 279.
  • 147 Leguai, p. 481.
  • 148 Caillet, PJ n° CCCXXII, pp. 623-624.
  • 149 Lettres, t. IX, pp. 128-129, PJ n° IV, pp. 330-340.

64En octobre 1480 les exactions des troupes cantonnées dans la Comté de Bourgogne furent à l’ordre du jour des états du pays, qui réclamèrent la punition des méfaits des mortes-payes par leurs capitaines, le logement des gens de guerre dans les hôtelleries et non chez l’habitant, le règlement de tout ce qu’ils prenaient et l’arrêt des interceptions abusives des denrées menées aux marchés146. De fait, les chefs ne montraient pas toujours le même zèle que leur maître à faire justice des excès de leurs troupes : lorsque vers 1481 les consuls d’Agen se plaignirent au comte de Comminges que ses lances en garnison dans la ville se servaient sans payer, celui-ci ordonna à la municipalité de rembourser à ses frais les habitants lésés147. Rien d’étonnant donc si à la fin de cette année le fermier du barrage municipal du pont du Rhône, Michel Montaigne, affirmait que la présence des gens d’armes à Lyon avait dissuadé les marchands de s’y rendre148. A cela s’ajoutaient de véritables actes de banditisme organisé. Le 29 décembre le monarque chargea le seigneur du Bouchage, capitaine du Mont-Saint-Michel, d’ouvrir une information sur les agissements de prétendus commissaires royaux et lieutenants du prévôt des maréchaux, apparemment liés à la garnison du Mont, qui emprisonnaient les villageois de l’Avranchin pour les rançonner ; dès le 10 janvier 1482 un comité d’officiers locaux, où figurait le vrai lieutenant du prévôt des maréchaux dans le bailliage de Cotentin, menait l’enquête149.

  • 150 Ibid., t. VIII, pp. 325-328 (à l’écoutète et au Conseil de Fribourg).

65Les nouvelles forces n’étaient pas plus disciplinées. Parmi les mercenaires helvétiques s’infiltraient des aventuriers allemands, lorrains, savoyards et autres qui, selon Louis XI, poussaient les vrais Suisses à l’insubordination et aux exactions. Quand à la fin de 1480 des commissaires royaux vinrent faire prêter serment au capitaine « Galles » et à sa compagnie stationnée à Sens d’observer les ordonnances et d’obéir au capitaine général de Hallwill, ceux-ci se rebellèrent, menacèrent de brûler la ville et rançonnèrent plusieurs notables et officiers royaux pour 400 écus ; de leur côté le capitaine « Scoder » et ses hommes refusèrent de se soumettre à Hallwill. Le roi en informa les Cantons le 5 décembre, en déclarant qu’il entendait rester le maître et que nul dans le royaume, si puissant fût-il, ne s’était jamais conduit ainsi sans le payer de la vie. Par égard pour ses alliés, il leur laisserait le soin de faire justice eux-mêmes ; il avait envoyé Boffile de Juge et le receveur général Raguier passer à montre ces deux compagnies, les payer pour le service accompli augmenté d’un mois et les licencier avec l’un des meneurs, Hans Müller, et tous les faux Suisses150.

  • 151 Champion, t. II, note 2 p. 317.
  • 152 Legeay, t. II, pp. 424-425 ; sur la datation cf. Contamine, op.cit., note 49 p. 343.

66Le trésorier Hurault, on le voit, n’intervenait pas ici : sa charge se limitait aux ressortissants des Cantons régulièrement admis au service du souverain après s’être soumis à ses règlements et à l’autorité du capitaine général. L’on comprend en tout cas que l’année suivante les commissaires royaux qui installèrent une garnison helvétique à Beauvais aient pris soin de rassurer la population en présentant ces mercenaires comme d’« honnestes Allemans nommez Suisses »151. L’infanterie du champ de guerre connut également des débordements : entre 1481 et le début de 1483 les 462 hommes de la bande de Robinet le Coq se mutinèrent et allèrent piller le Beauvaisis. Cette fois, force resta cependant à la loi : le prévôt des maréchaux Charles de Fornie se lança à leur poursuite, eut raison d’eux et en fut récompensé par le monarque152. Au contraire de la période antérieure, ces années ne connurent pas de nouvelles ordonnances sur la discipline de l’armée ; il est vrai que les réformes militaires suscitèrent assez de textes, et surtout que le problème n’était pas tant la multiplication des règlements que leur respect par les gens de guerre, qui passait par une impossible régularité dans le paiement de charges trop nombreuses par des finances trop sollicitées.

3. Franchise, ou le dirigisme.

  • 153 Gandilhon, pp. 122-123.
  • 154 Lettres, t. V, pp. 332-335 (à du Bouchage, 7 avril 1475), 339-341 (au même, 20 avril), 342-343 (ide (...)
  • 155 Gandilhon, p. 123. - L’installation des exilés dans les villes du royaume n’alla pas sans heurts : (...)

67Plus encore que le nouveau champ de guerre, imposé par Louis XI presque seul contre tous, l’expérience de Franchise est exemplaire de sa prétention de faire plier la réalité devant sa volonté à la fin du règne. Exaspéré par la persistante hostilité des Arrageois, le roi finit par décider en mai 1479 l’expulsion d’une grande partie de la population153. L’idée n’était pas nouvelle, et la même mesure avait été ordonnée en avril 1475 à rencontre des Perpignanais après leur réduction, mais Boffile de Juge s’y était opposé et avait convaincu le seigneur du Bouchage envoyé par le roi de passer outre aux instructions de leur maître, qui bon gré mal gré s’était rendu à leurs raisons154. Cette fois en revanche le seigneur du Lude et les agents royaux appliquèrent les ordres sans état d’âme. A Perpignan le souverain avait eu des ministres, capables de défendre ses intérêts contre lui-même ; à Arras il n’avait que des exécutants. Les expulsés étaient assignés à résidence dans les villes de l’intérieur, mais beaucoup d’habitants, chassés ou non, s’enfuirent dans les terres de Marie et Maximilien : Arras fut désertée155.

  • 156 Gandilhon, pp. 124-125, 127.
  • 157 Sée, p. 136.

68Ayant fait place nette, le monarque décida de faire de la ville, rebaptisée du nom avenant de Franchise, une colonie de loyaux sujets de l’intérieur installée en avant-poste aux confins de sa domination, au cœur même de l’Artois incertain. C’est le 2 juin qu’il annonça son ambitieux projet aux bonnes villes du royaume. Celles-ci furent convoquées à cinq assemblées régionales qui se tinrent à bref délai entre le 12 et le 24, à Paris pour l’Île-de-France et la Champagne, à Tours pour les pays de la Loire, à Saint-Jean-d’Angély pour le Centre-Ouest et à Lyon pour le Sud. C’était la première fois depuis seize ans que Louis XI recourait à une telle procédure : le temps des expériences était bien revenu. Là, les villes apprirent qu’elles devraient envoyer en tout 300 gros marchands riches de 1 000 écus et 3 000 « ménagers » ou « mécaniques » (artisans) de tous les métiers à Franchise avec leurs familles ; un contingent était fixé à chacune. Ce fut un tollé général et les villes firent le siège du roi et de son entourage pour se faire exempter, mais le souverain était bien décidé à réaliser son idée, et même les rares dérogations obtenues par les plus heureuses comme Compiègne ou Laon156ne furent pas respectées157.

  • 158 Ord., t. XVIII, pp. 601-603 ; Sée, p. 288 ; Caillet, p. 239.
  • 159 Gandilhon, p. 126.
  • 160 Caillet, p. 240, PJ n° CCCVII, pp. 596-601, n° CCCIX, pp. 603-604. - La gestion de ces fonds donna (...)
  • 161 Gandilhon, loc. cit.
  • 162 Caillet, pp. 239, 242-243 ; Gandilhon, p. 127.

69Les ménagers furent envoyés les premiers : les villes en profitèrent souvent pour se débarrasser des plus pauvres158. Partis entre le 5 et le 14 juillet sous la conduite d’un mandataire de la municipalité, ils reçurent des escortes militaires depuis Senlis ou Meulan jusqu’à Franchise, où ceux que les commissaires royaux agréèrent après examen furent installés entre le 14 et le 16 août159. Leur voyage était à la charge de leurs concitoyens : le Consulat de Lyon déboursa 1 240 1. 14 s. 2 d.t. pour 16 « mécaniques », leurs familles et leurs serviteurs, en tout 91 personnes, et les indemnités de son fondé de pouvoirs Eustache Fenouil160. En outre les villes devaient entretenir leurs expatriés suivant un tarif mensuel fixé par la monarchie, à raison de 60 s.t. par chef de famille, 40 s.t. par épouse, 20 s.t. par enfant ou serviteur, et verser une prime d’un écu à chaque naissance161. L’envoi des marchands fut plus difficile, faute de volontaires, et les municipalités qui souvent avaient déjà versé des subsides aux ménagers pour les décider à partir durent consentir a fortiori de forts dédommagements aux négociants désignés ; parfois les marchands de la ville se cotisèrent pour constituer un capital à faire fructifier par leur confrère sacrifié162.

  • 163 Ils trouvèrent les maisons « vuydes (...), plaines d’immondices et la pluspart en ruyne » (Sée, p. (...)
  • 164 Caillet, p. 243 ; Gandilhon, pp. 127-128.-Le 10 juillet ils mandèrent au sénéchal de Toulouse de pr (...)
  • 165 Caillet, p. 246 ; Gandilhon, pp. 128-129.

70Arrivés dans une cité dévastée163, les colons ne purent assurer eux-mêmes leur subsistance et vécurent des allocations des villes irrégulièrement distribuées au nom du roi. Ils ne tardèrent pas à sombrer dans la misère et se plaignirent au souverain, qui ordonna aux villes de nouveaux envois d’argent. En 1480 les commissaires royaux, après une autre revue des ménagers, exigèrent de nombreux remplacements, d’autant que plusieurs étaient morts ou s’étaient enfuis164, mais les villes se firent tirer l’oreille pour engager de nouveaux frais et bombardèrent le monarque de griefs contre ses représentants à Franchise, tant et si bien que celui-ci les manda à Tours en consultation. Cinq assemblées régionales, qui ne recoupaient pas tout à fait celles de 1479 semble-t-il, furent derechef réunies pour entendre les nouvelles instructions, ainsi le 18 septembre à Tours pour Rouen, Angers, la Rochelle et Orléans, tandis que les commissaires royaux suspendaient tout envoi de colons par les villes165.

  • 166 Ibid., p. 128.
  • 167 2 500 l.t. à Paris, Corbeil et Lagny (Ord, t. XVIII, pp. 601-603), 1 125 l.t. à Lyon (Caillet, PJ n (...)
  • 168 Gandilhon, p. 129. - L’ancien général de Normandie Guillaume le Picard, à présent bailli de Rouen, (...)
  • 169 Op. cit., p. 129.

71Le changement de cap se fit par étapes. Dès le 30 juillet Louis XI avait prescrit aux marchands de Franchise de faire commerce de laines et de matières tinctoriales exclusivement166. Le 30 décembre il remania l’assiette des colons entre les villes et ordonna la levée de fonds pour leur entretien sur les taillables de ces localités167 tandis que le même jour ses commissaires, des officiers royaux, étaient remplacés par de puissants hommes d’affaires des principales places marchandes du royaume sous la houlette de l’influent banquier tourangeau Jean Briçonnet le Jeune : comme au début du règne le milieu du grand négoce était associé à l’expérience royale168. Promu maître d’œuvre de l’entreprise, Briçonnet consacra le premier semestre de 1481 à un état des lieux, recensant les besoins et renvoyant chez eux des ménagers trop pauvres, pour préparer la dernière mesure dont, selon René Gandilhon, il fut l’inspirateur169.

  • 170 Caillet, PJ n° CCCXIII, pp. 609-612 ; Gandilhon, pp. 129-130.
  • 171 Ibid., p. 131. - L’une de ces bourses communes réunissait Lyon à hauteur de 1 000 écus, le Puy, Cle (...)

72Le 3 juin enfin, après avoir dressé un bilan sévère des deux premières années, le roi renonça à créer une ville idéale et complète aux activités diversifiées pour faire de Franchise un centre de production drapière. Sur ces nouvelles bases les commissaires royaux adressèrent le 25 leurs instructions aux villes. Le nombre des ménagers encore dus fut ramené à 350 et leurs qualifications restreintes aux métiers du textile. Ceux-ci devraient se présenter du 20 juillet au 15 août à Doullens pour être escortés jusqu’à destination. Quant aux cités qui n’avaient pas envoyé les 40 marchands toujours manquants, elles auraient à constituer des groupements régionaux pour former des bourses communes à raison de 500 écus par marchand dû ; chacune serait confiée, par un contrat dont la monarchie avait défini les grandes lignes, à un facteur qui s’établirait à Franchise et emploierait ce capital au financement de l’activité drapière. Les villes retardataires devraient donc fournir en tout un capital de départ de 20 000 écus (32 083 1. 6 s. 8 d.t.) pour la nouvelle industrie. Les fonds devaient être levés sur les habitants « puissans a contribuer », non les « simples gens et menu peuple »170 : c’était aux marchands qu’il revenait d’investir dans ces compagnies régionales. Une troisième vague d’assemblées réunit les cités concernées entre le 12 juillet et le 20 août à Paris, Rouen, Troyes, Lyon, Montpellier et Toulouse pour procéder à leur constitution171.

  • 172 Ibid., PJ n°CCCXV, pp. 613-614, n°CCCXVI, pp. 614-616, n° CCCXXI, p. 623, n° CCCXXVII, p. 634.
  • 173 Gandilhon, p. 130.

73La spécialisation des ménagers demandés posait en outre un problème aux villes qui, comme Lyon, n’avaient pas de tradition drapière. Il leur fallut envoyer recruter ces ouvriers jusqu’en Normandie, en versant au moins 125 l.t. à chacun d’eux ; les commissaires royaux refusaient d’ailleurs les ménagers qui n’étaient pas pourvus de 100 l.t. au moins172. D’autres villes traitèrent avec un échevin de Franchise, l’affairiste Étienne Oursin, qui se faisait fort de leur en trouver pour 140 l.t. par tête, prix qu’il augmenta ensuite173 : à ce compte les nouveaux ménagers coûtèrent plus de 40 000 l.t., davantage encore que les bourses communes.

  • 174 Ibid., p. 131. - Déjà les assemblées constitutives des bourses communes auraient dû se tenir avant (...)
  • 175 Gandilhon, p. 133, PJ n° 26, pp. 449-450 (le facteur des villes de Champagne à Laon, 15 septembre).
  • 176 Caillet, p. 247. - Il s’agissait en fait de le faire renoncer à la vente (ibid., PJ n° CCCXXVII, p. (...)
  • 177 Gandilhon, p. 133.

74René Gandilhon estime que, compte tenu des retards dans la réunion des fonds et des difficultés de communication, la nouvelle organisation ne dut être à pied d’œuvre qu’au printemps de 1482174. De nouveaux problèmes se firent alors jour : la production péniblement obtenue, de mauvaise qualité et d’un coût de revient excessif, était impossible à écouler. Une fois encore le souverain résolut la question en décidant en septembre sa vente forcée à un prix imposé aux villes du royaume, entre lesquelles le stock fabriqué fut réparti suivant une véritable assiette. Dans leurs lettres à leurs compatriotes les facteurs reconnaissaient eux-mêmes la médiocrité et la cherté des draps, qu’ils imputaient au coût de la vie dans un pays ravagé par la guerre, au prix élevé du foulage aux pieds et à l’espoir des ouvriers d’être renvoyés chez eux pour leur mauvais travail. Ils annonçaient des progrès avec la mise en place d’un sévère contrôle de la qualité sur le modèle des meilleures villes drapantes de Normandie et l’entrée en service d’un moulin à foulons, et assuraient que la vente forcée n’était prévue que pour deux ans et qu’il n’y aurait pas d’autres envois cette année175. Les municipalités ne s’en récrièrent pas moins devant cette nouvelle exigence. Lyon, pressée de payer 5 ou 600 l.t. pour 25 pièces de drap, réussit le 17 décembre à transiger avec son facteur pour 140 l.t., payables d’ici Pâques car ses finances étaient épuisées176. D’autres villes se soumirent, ou refusèrent net et furent poursuivies en justice par leurs facteurs177.

  • 178 Op. cit., p. 137. - Cet auteur parle de « folle entreprise du roi » (ibid., p. 134).
  • 179 Champion, t. II, p. 305.
  • 180 Le 14 septembre 1481 l’un des commissaires à Franchise, Jean Rousselet, écrivait à ses compatriotes (...)
  • 181 En septembre 1481 Troyes emprunta 1 800 écus à ses plus riches bourgeois (Sée, p. 288) et entre mar (...)
  • 182 Caillet, PJ n° CCCVII, pp. 596-601, n° CCCIX, pp. 603-604, n° CCCXII, p. 608, n° CCCXIV, pp. 612-61 (...)

75Née de la seule volonté du monarque, Franchise contribua de l’avis d’Henri Sée à ruiner les bonnes villes à la fin du règne178 ; du moins ajouta-t-elle une importante ponction aux aides et aux emprunts qui se succédaient alors. Cette charge n’était pas proprement fiscale et ne participait pas du financement de l’État, mais bien de celui de la politique royale néanmoins. Louis XI avait voulu réaliser le rêve d’une cité créée de toutes pièces, utile peut-être à sa domination dans le Nord, mais certainement pas indispensable. Les villes avaient été mises à contribution de toutes les façons possibles pour supporter les frais de l’utopie royale, secourant les Arrageois qui leur étaient envoyés en exil179, payant le recrutement des colons, leur envoi avec famille, biens meubles et outillage, leur entretien, leur remplacement après les nombreux refus des commissaires royaux, subventionnant le lancement de l’activité économique et pour finir achetant par contrainte une production exécrable qu’elles ne pourraient au mieux que revendre à perte. Encore faudrait-il y inclure le coût de leurs innombrables démarches auprès du roi, de personnages influents ou des commissaires à Franchise pour tâcher d’obtenir quelque soulagement, généralement en vain180, et l’intérêt des emprunts qu’elles durent contracter pour tout ceci181. Les seuls frais connus que l’entreprise entraîna pour Lyon atteignent déjà près de 6 000 l.t. en quatre ans182.

  • 183 BN, ms. fr. 21 423 f° 101 v°-102. - Ce document termine le contre-rôle des assiettes de taille du P (...)
  • 184 Ord., t. XVIII, pp. 601-603.
  • 185 Caillet, PJ n° CCCXXI, pp. 622-623.

76Si elles portaient l’essentiel du fardeau, les grandes villes n’étaient pas seules sollicitées : les bourgs clos de l’élection en avaient leur part. En 1480 les 2 650 l.t. imposées par les élus en Poitou « pour le fait des mecanicques envoiez a Franchise » sous la forme d’une véritable taille des villes, selon une assiette spéciale, ne frappèrent pas moins de vingt-trois localités183 ; de même Corbeil et Lagny-sur-Marne furent taxées avec Paris le 30 décembre de cette année184. Sur les 1 000 écus de sa contribution à la bourse commune régionale et les vingt ménagers que les commissaires royaux réclamèrent à Lyon le 25 juin 1481, 200 écus et quatre ménagers étaient en fait à la charge de dix bourgades du Lyonnais, qui au surplus étaient mandatées par les autres paroisses du plat-pays de l’élection pour s’acquitter de cette participation185.

  • 186 Lettres, t. IX, pp. 122-127 (aux Lyonnais).
  • 187 Sée, pp. 339-340, PJ n° XX, pp. 406-409 ; Gandilhon, pp. 257-258.

77Le vieux monarque n’avait pas l’intention de s’en tenir là. Le 26 décembre 1481, quinze jours après avoir hérité de la Provence, il convoqua les bonnes villes du royaume à une assemblée générale à Tours186 ; l’on devine avec quel coup au cœur les municipalités durent accueillir les lettres royaux. La réunion se tint à la fin de janvier et au début de février 1482. Le patron des galées de France Michel Gaillard exposa aux députés le nouveau dessein royal, auquel il était de toute évidence associé. Louis XI souhaitait profiter de l’acquisition du port de « Marseille la renommée » pour développer le commerce français en Méditerranée en constituant une compagnie à privilège chargée de construire une grande flotte marchande ; les villes devraient fournir à cette fin un capital de 100 000 l.t. Dans leur réponse les députés, après avoir souligné qu’ils n’avaient pas mandat de décider pour leurs concitoyens, remontrèrent au roi les calamités et la misère générale, et préconisèrent chaudement la liberté du commerce. Le souverain dut convenir que l’heure ne se prêtait pas à de nouveaux prélèvements dans les caisses municipales déjà accablées et le projet fut enterré187.

  • 188 Cf. supra, p. 493.
  • 189 Lettres, t. X, pp. 4-8.

78L’engagement financier de l’État royal dans l’entreprise de Franchise semble avoir été tardif : ce fut l’objet de la crue de 60 s.t. par muid perçue dans tous les greniers à sel du royaume en 1481-1482, qui vers le 17 octobre fut prorogée pour cinq années à compter du 1er courant, et en Normandie du 1er janvier 1483188. Reconduit dans sa commission, Briçonnet continuerait à faire la recette de cette surtaxe, qu’il distribuerait par l’ordonnance collégiale des gouverneur et capitaine ou leurs lieutenants, maire et échevins de la ville réunis à cinq au moins, pour fournir à quinze catégories de dépenses touchant le secours des ménagers démunis, les travaux de restauration et d’entretien, la rétribution de l’administration municipale et le règlement de dettes et arriérés divers. Pour accélérer les rentrées, sauf en Normandie où l’exercice commençait plus tard les grenetiers devraient faire l’avance du produit du premier trimestre189.

  • 190 Sée, pp. 289-290 ; Gandilhon, pp. 133-134.
  • 191 Ibid, pp. 133, 134-135.

79Le 23 décembre enfin le traité dit d’Arras - et non de Franchise - mit fin à l’expérience. Les anciens habitants furent autorisés à rentrer chez eux et la plupart des colons s’empressèrent de les imiter190. Nous ne partageons pas le point de vue optimiste de René Gandilhon, pour qui la ville nouvelle était viable et, sacrifiée par les accords de paix, n’eut pas le temps de prendre son essor191. Tout était artificiel dans ce monstre de Frankenstein, assemblage hétéroclite de déportés de tout le royaume, incapable de subsister - dans un contexte de guerre des plus défavorables certes-sans d’incessantes transfusions d’argent et l’écoulement forcé d’une production invendable. Comme le champ de guerre Franchise n’avait vécu que par la volonté de Louis XI, qui jusqu’au bout l’avait tenue à bout de bras aux frais des bonnes villes. Cette curieuse entreprise, qui avait hésité avant de tourner à la tentative de création d’une cité drapante faisant pièce aux Flandres, fut une éclatante mais ruineuse démonstration de dirigisme.

4. Le Ciel mobilisé.

  • 192 Champion, t. II, p. 208 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 3 p. 341.

80Les libéralités pieuses, où s’entremêlent les considérations de la politique et de la conscience, sont sans doute les dépenses qui portent le plus intimement la marque personnelle du roi. Elles n’avaient cessé de se développer dans la période antérieure ; la tendance s’accentua encore fortement dans les dernières années d’un prince vieillissant dont la religiosité s’exacerbait. Le commis aux Offrandes et aumônes, comptable de l’Hôtel du roi, finissait par manier des sommes conséquentes : en 1479 Jean Bourrien ne distribua pas moins de 13 046 lt.192 En 1479-1480 Simon Brahier, commis à la recette de la traite de la Rochelle sous la main du roi, délivra 7 562 1. 19 s. 2 d.t. comptant à son maître en dix-sept fois. Quatorze de ces versements étaient destinés aux « devocions » du souverain, pour un total de 5 939 1.

  • 193 BN, ms. fr. 23 266 f° 3. - Le 21 septembre 1478 le roi avait commis Bréhier à administrer la traite (...)
  • 194 BN, ms. fr. 20 683 f° 52. - Ces sept versements, qui s’ajoutaient à ceux du rôle principal, totalis (...)
  • 195 BN, ms. fr. 20 685 pp. 712, 727. - Peut-être même le second lot correspond-il aux achats du seul pr (...)

8110 s. 10 d.t. (78,5 %) ; seize furent entièrement acquittés en écus à la couronne, un seul - partiellement - en nouveaux écus au soleil193. De même, sur les sept versements comptant à Louis XI opérés par le nouveau receveur général de Normandie Jean l’Allemand aux termes d’un rôle supplémentaire de paiements dans le second semestre de 1481, six furent acquittés en écus à la couronne, dont cinq au moins pour des offrandes « a sa devocion »194. En effet, pour le Ciel comme pour les étrangers la monnaie d’or du souverain, élément de prestige et marque de considération tout à la fois, était de rigueur. Outre les 10 000 écus de la rançon de Marguerite d’Anjou le grand changeur rouennais Robert Poilevilain fournit en plusieurs fois 3 021 écus en 1479, 6 950 en 1480 pour ces offrandes195.

  • 196 Lettres, t. VIII, p. 300.
  • 197 Ibid., t. IX, pp. 163-164. - Guillaume Briçonnet était le fils de l’ancien receveur général Jean l’ (...)
  • 198 Legeay, t. II, p. 440.

82Les généraux des finances étaient constamment sollicités d’envoyer au monarque les fonds nécessaires. Le 7 novembre 1480, accusant réception de l’argent de neuf offrandes, Louis XI annonça en avoir voué quatre autres et les pria de lui faire tenir sans faute de quoi les honorer « car si m’en venoit domage, je dirois que ce seroit pour cella »196. Malheur à eux si le financement venait à faire défaut : le 31 janvier 1482, leur clerc en charge des offrandes ordinaires ayant avoué qu’il n’avait « de quoy fournir demain », le roi leur adressa d’âpres reproches, rappelant que « cecy touche ma vye » et jetant avec rancœur au général de Gênas et au secrétaire Guillaume Briçonnet : « vous m’avez bien failly »197. Les seules finances de Languedoïl durent fournir cette année 38 849 l.t. pour satisfaire à ses dévotions198.

  • 199 Le 7 avril 1475 Louis XI exprimait ainsi son espoir de se rendre en Roussillon en cas de trêve avec (...)
  • 200 BN, ms. fr. 20 685 p. 728. - en 1475 le roi avait déjà fait une offrande semblable, beaucoup plus m (...)
  • 201 BN, ms. fr. 23 264 54 ; Legeay, t. II, p. 315.
  • 202 BN, ms. fr. 20 686 f° 69 r°.
  • 203 BN, ms. fr. 20 685 pp. 684 (rubrique spéciale en recette), 693. - Le compte du receveur général de (...)

83La manifestation la plus spectaculaire de la dévotion du souverain bénéficia à saint Martin, son intercesseur préféré après la Vierge199. Le 11 juillet 1478, à l’occasion de la trêve du Pont-à-Vendin qui laissait augurer un règlement de la Succession de Bourgogne à sa satisfaction, le monarque fit vœu de remplacer la grille de fer qui ceignait sa châsse à Saint-Martin de Tours par un monumental treillis d’argent massif. Il ordonna aux receveurs généraux de faire la tournée des villes de leur charge pour y acquérir le précieux métal à 101. 5 s.t. le marc d’argent blanc, soit 5 s.t. de plus que le cours légal, au besoin en contraignant les possesseurs à le leur céder sous de fortes peines. Jean Raguier devait se procurer 1 000 marcs en Normandie200, Guillaume de Nève 2 000 marcs en Languedoc201, Pierre Parent autant en Languedoïl202 et Pierre de Lailly 1 500 marcs en Seine-et-Yonne. Ce dernier reçut 10 250 l.t. du commis au charroi de l’artillerie Fauchet et 5 125 l.t. de son confrère Parent, avec lesquelles il acheta la totalité de son contingent au changeur parisien Jean Maciot et le remit à l’orfèvre Jean Galant, commis au compte de l’exécution des travaux203.

  • 204 BN, ms. fr. 20 686 f° 68 r°-69 v°. - Seuls les deux premiers feuillets, couvrant l’intitulé du comp (...)
  • 205 BN, ms. fr. 20 685 p. 728 (au receveur général Raguier).
  • 206 BN, ms. fr. 20 686 f° 69 v°. - Il resta à Picot 10 marcs 1 once 7 gros (2,5 kilogrammes) de sa coll (...)
  • 207 Ibid. - Ce guichet pesait 151 marcs 2 onces, soit 37 kilogrammes.

84Outre la contribution de Parent, plusieurs renseignements nous sont encore procurés par la précieuse épave du compte tenu par Jean Galant le Jeune lui-même à partir du début d’octobre 1478 : ce curieux document, hors norme à l’image de la circonstance, n’était pas libellé en monnaie mais en poids de métal, ce qui ne l’empêcha pas d’être soumis à la Chambre des Comptes204. À côté des receveurs généraux, plusieurs notaires et secrétaires du roi étaient chargés de la prospection, tels Pierre Symart, sans doute à Orléans où il avait sa demeure, et le secrétaire des finances Macé Picot -celui-là même qui avait contresigné les instructions royales du 11 juillet 1478205 — à Angers, Poitiers et la Rochelle ; ce dernier, qui s’en remit au marchand Alain Habert, paraît d’ailleurs avoir dépassé le contingent qui lui avait été assigné206. Enfin Louis XI lui-même sacrifia à son vœu des objets en argent qui pouvaient être imposants, envoyant à Galant un grand guichet qu’il avait précédemment fait réaliser207.

  • 208 Sée, p. 138.
  • 209 BN, ms. fr. 20 685 p. 728.
  • 210 Éd. de Mandrot, t. II, p. 77.

85Les commissaires royaux se mirent donc en chasse, se tournant directement vers les négociants en métal précieux ou sollicitant les municipalités de seconder leurs réquisitions : en Languedoïl les villes de Tours, Orléans, Bourges ou Limoges furent ainsi pressées de fournir l’argent détenu « par toutes manières de gens, de quelque estât ou condition qu’ilz soient ». Toutefois, si le prix offert était supérieur au cours légal, il restait inférieur au cours du marché. Celui-ci s’établissait à Tours à 10 1. 10 s.t. le marc, si bien que la municipalité, chargée de réunir les 426 marcs requis de la ville, perdit 106 1. 10 s.t. dans l’opération208. En outre les lettres royaux ne prévoyaient pas de paiement comptant mais la remise d’une cédule promettant le règlement dans un « brief delai » fixé par les receveurs généraux, que Louis XI s’engageait à honorer sur ses premières rentrées209 : chacun savait ce que valaient de telles assurances. L’argenterie des particuliers se cacha donc, même dans la capitale où, détail piquant rapporté par Jean de Roye, pendant un temps on ne vit plus dans les noces que de la vaisselle de verre210. Les Français opposaient au monarque une résistance passive.

  • 211 BN, ms. fr. 20 686 f° 68 v°.
  • 212 Le guichet fourni par Louis XI était ainsi de 11 deniers 4 grains d’argent fin, soit 931 millièmes (...)

86Par ailleurs le roi avait ordonné que l’ouvrage fut réalisé en argent à 11 deniers 7 grains, soit 941 millièmes de fin. Or le métal remis à Galant se composait d’une argenterie hétéroclite : ainsi le chargement envoyé par de Lailly à Tours pour sa quote-part consistait-il « en plusieurs especes de vieille vaisselle et autres pieces cendrées d’argent blanc »211. La récolte était donc fondue dans l’atelier monétaire tourangeau pour être ramenée à l’aloi prescrit, sous le contrôle du général des Monnaies Simon Anjorrant, commis à vérifier la qualité du treillis. Le métal remis à Galant s’avérant en général d’un titre inférieur212, la quantité d’argent effectivement utilisable pour exécuter le vœu royal était légèrement en retrait sur la quantité collectée : le « déchet », ou perte de poids à la refonte, atteignait 1 à 2 % (tableau 28).

Tableau 28 : Recette en nature de Jean Galant pour le treillis d’argent de Saint-Martin de Tours (fragment)
(en marcs, onces et gros et en kilogrammes)

Tableau 28 : Recette en nature de Jean Galant pour le treillis d’argent de Saint-Martin de Tours (fragment) (en marcs, onces et gros et en kilogrammes)

Note* : Erreur dans la source.
Note** : Chiffre restitué d’après l’aloi du métal fourni.

BN., f° 68 v°-69 v°. - Rappelons qu’entre autres fournitures absentes de ce fragment figurent les 2 000 marcs du trésorier général de Languedoc, dont l’envoi est avéré par ailleurs. - Nous corrigeons la date du 29 mars 1479 v. st., soit 1480 n. st., indiquée pour la quittance de Galant à de Lailly : il est en effet précisé que ce dernier était toujours en fonctions (f° 68 v°), et nous avons vu qu’il les a quittées le 12 décembre 1479.

  • 213 Bien que le treillis eût été réalisé en 1478 et 1479, Galant ne clôtura son compte qu’à la fin de n (...)
  • 214 Legeay, loc. cit.
  • 215 De Roye / de Mandrot, t. II, note 1 p. 77.
  • 216 BN, ms. fr. 23 264, loc. cit.
  • 217 Éd. de Mandrot, t. II, p. 77.

87Galant finit néanmoins par réunir la colossale quantité de métal requise, et davantage encore213. Le treillis fut réalisé et posé de décembre 1478 à juillet 1479 par l’orfèvre Jean Bonsire, maître de la Monnaie de Tours214. Il nécessita 16 776 marcs 2 onces 1 gros d’argent, soit 4 106 kilogrammes215 : s’il s’agit bien là du poids de l’ouvrage, il avait fallu pour l’obtenir à l’aloi désiré fondre quelque 16 900 à 17 100 marcs (4 135 à 4 185 kilogrammes) de métal récolté, ce qui, au prix fixé par le roi, représentait 173 à 175 000 l.t. environ rien que pour la matière première. Encore faut-il y ajouter le coût de fabrication du treillis proprement dit, mais aussi les frais de collecte et d’envoi de l’argent à Tours : le trésorier général de Languedoc - le plus éloigné certes -reçut à ce titre une indemnité de 857 1. 15 s. 5 d.t, qui couvrait aussi les frais de levée d’une crue il est vrai216. Tout compris, Jean de Roye doit être proche de la vérité lorsqu’il estime que le vœu royal coûta bien 200 000 francs217, de quoi solder près de 3 000 Suisses pendant un an. Que le souverain ait réglé ou non le métal fourni - nous avons vu que ce paiement est avéré au moins en partie, et il est probable qu’il s’acquitta, fût-ce avec retard, d’une dette qui touchait de si près à sa conscience - d’une manière ou d’une autre ce furent ses sujets qui en firent les frais.

  • 218 Legeay, loc. cit ; Kendall, p. 379.
  • 219 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 76.
  • 220 BN, ms. fr. 23 264 f° 39.
  • 221 De Roye / de Mandrot, loc. cit.
  • 222 Lettres, t. VII, pp. 221 (26 décembre), 227-228 (1er janvier).
  • 223 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 293.
  • 224 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 392.

88Ce cas exceptionnel par son ampleur donne néanmoins le ton de l’avalanche de dons aux églises qui caractérise la fin du règne. Ce ne fut pour commencer que la plus éclatante des libéralités de Louis XI lors des trêves de 1478, dont il attendait beaucoup. Avant d’évacuer Cambrai, le roi fit réparer par Maraffin ses rapines au détriment du clergé de la ville et y ajouta le 10 juin, pour obtenir le pardon du Ciel et de Ses serviteurs, une offrande personnelle de 1 200 écus à l’église de Notre-Dame218. Il se rendit à Notre-Dame-de-la-Victoire et lui donna 2 000 francs pour réaliser des lampes d’argent à placer devant l’autel219 ; il y entreprit en outre de grands travaux dont le financement fut confié au clerc des Comptes Jean le Moine, qui reçut à cet effet 16 000 l.t. en Languedoc220. Il fit aussi recouvrir la châsse de saint Fiacre de 140 à 160 marcs (34,3 à 39,2 kilogrammes) d’argent221, ce qui coûta encore 1 435 à 1 640 l.t. pour le seul métal. À la fin de l’année il prit à son compte les réparations de Saint-Eutrope de Saintes mais, méfiant, chargea le seigneur de Taillebourg de vérifier le devis envoyé par le prieur222 ; il embellit d’ailleurs la châsse du saint223. La trêve terminée, lorsqu’à la veille de Guinegatte ses capitaines lui annoncèrent l’imminence de la bataille, le souverain « fist de grans dons et oblations en plusieurs églises en recommandant a Dieu son affaire, et qu’il Lui pleüst avoir ses gens d’armes pour recommandés »224.

  • 225 Lettres, t. X, note 1 p. 101.
  • 226 Ibid., t. VIII, p. 11 ; sur la datation cf. supra, note 116 p. 487.
  • 227 Éd. Calmette & Durville, loc. cit. - Commynes semble dater ces dons de la dernière année de Louis X (...)

89Ces libéralités s’étendaient aux pays étrangers où le monarque souhaitait s’assurer des soutiens terrestres aussi bien que célestes. Le 5 septembre 1478 il fonda une chapelle dédiée au Saint Sauveur dans l’église Saint-Servais de Maastricht225, et vers le 20 mai 1479 fit un don à Saint-Jacques de Compostelle226 ; Commynes cite à la même époque d’autres offrandes aux Trois-Rois de Cologne, à Notre-Dame d’Aix-la-Chapelle, à Saint-Jean-de-Latran et au sanctuaire de saint Bernardin à Aquila dans le royaume de Naples. Le mémorialiste, bien placé pour s’informer et généralement fiable, avance pour l’ensemble de ces « presens d’Eglise tant d’or que d’argent » en France et à l’Étranger dans l’année 1478-1479, sans doute exceptionnelle il est vrai, un coût total de quelque 700 000 francs227, le tiers de l’Ordinaire des guerres à la même époque : la part des libéralités pieuses dans le budget de la monarchie devenait considérable.

  • 228 Lettres, t. VIII, pp. 106-107 et note 1 pp. 107-108. - Le Saint Vœu était une relique prestigieuse, (...)
  • 229 Legeay, t. II, p. 386.
  • 230 Le compte en fut dressé le 13 juin (AN, K 72 n° 42).
  • 231 Lettres, t. VIII, pp. 236-238.

90Le 7 janvier 1480 Louis XI envoya à l’abbaye de Charroux six lampes d’argent pour être pendues dans l’église en l’honneur du Saint Vœu ; elles pesaient 626 marcs 4 onces (153,3 kilogrammes)228 et le métal seul avait dû coûter 6 421 1. 12 s. 6 d.t. En juin, le dauphin étant malade, il fit d’importantes offrandes à Sainte-Marthe de Tarascón, tissant en même temps des liens avec les saints et le clergé de la Provence tant convoitée, et à Notre-Dame de Cléry229, où il avait ordonné des réparations à ses frais230. Il créa une messe perpétuelle dans la chapelle de Notre-Dame-de-la-Salvation qu’il avait lui-même fondée à Compiègne et la dota de 2 000 écus pour constituer une rente de 60 l.t. par an au moins (soit 1,9 % du capital) ; les gens des Comptes et les trésoriers de France ayant fait des difficultés pour entériner ses lettres, il les somma de s’exécuter le 18 juillet231.

  • 232 Ibid., t. IX, pp. 9-10 et note 2 pp. 10-11.-S’il s’agit bien du vœu que Legeay place en 1479, il ét (...)
  • 233 Legeay, t. II, p. 421. - Sans doute s’agit-il de la célèbre relique d’Aix-la-Chapelle.
  • 234 BN, ms. fr. 20 683 f° 55-56. - Il s’agit de Montfort-sur-Risle, à 35 kilomètres au sud-ouest de Rou (...)

91En 1481 le roi voua à une église l’effigie en argent de son fils, du poids qu’il aurait dans un an. Consulté, le trésorier Bourré, gouverneur du dauphin, estima le 17 février ce poids à 132 marcs (32,3 kilogrammes), ce qui nécessiterait 843 écus 1/2 à 10 1. 5 s.t. le marc sans compter la réalisation de la statue ; le 21 le souverain lui annonça l’envoi de 850 écus par le général de Genas232. On voit que le coût du travail pesait peu à côté de celui du précieux métal, qui représentait l’essentiel du total. Le monarque adressa le 19 mars une offrande à Sainte-Catherine du mont Sinaï par l’entremise de marchands vénitiens - à l’évidence toute considération politique était ici absente - et fit tenir par la suite une forte somme à un orfèvre de Lyon pour enchâsser le bras de Charlemagne233. Cette même année deux chapelains étaient rétribués sur la recette générale des finances de Normandie pour célébrer une messe ordonnée par le roi à sa dévotion, l’un chaque jour en l’église Notre-Dame de Montfort à raison de 48 l.t. l’an, l’autre chaque semaine à Notre-Dame de Rouen pour 9 l.t. par an234.

  • 235 Legeay, t. II, p. 440. - Le receveur des aides de Lyonnais remit en plusieurs fois 2 500 l.t. au ro (...)
  • 236 Ibid., pp. 238-239 et note 1 p. 239. - A son tour Petit chargea sur place un commis de verser chaqu (...)
  • 237 BN, ms. fr. 20 493 f° 2, 3 ; cf. ibid, f° 1 (30 avril), 4 (30 mai), 5 (sans date). - Wrine doit cer (...)

92En 1482 le pèlerinage de Saint-Claude fut naturellement l’occasion de nouvelles largesses : Louis XI consacra 2 000 écus à la fondation de messes235, qu’il finança toutefois pour l’essentiel par des dons de rentes domaniales. Le 18 juin il décida d’instaurer des oblations hebdomadaires à Notre-Dame d’Embrun et à la chapelle de Notre-Dame-de-Grâce dans l’église de Saint-Antoine de Viennois, chaque mercredi à partir du lendemain 19 ; le trésorier de Dauphiné fut chargé d’en assurer le financement, tandis que le contrôleur de Languedoc Étienne Petit était spécialement commis au versement de ces offrandes qui lui tenaient particulièrement à cœur236. Notre-Dame de Cléry, où le roi avait choisi d’être inhumé, ne fut pas oubliée. Après ses deux attaques le souverain se décida à y faire réaliser son tombeau : le trésorier Bourré passa le 24janvier un marché avec l’orfèvre Conrad de Cologne et le canonnier du roi Laurent Wrine, un expert en fonderie de toute évidence, pour l’exécution de la statue funéraire de son maître au prix de 1 000 écus237.

  • 238 BN, mss. fr.20 493 f° 1 (30 avril), 20 489 f° 20 v° (30 juin), 20 488 f°41 (29 juillet), 20 493 f° (...)
  • 239 Lettres, t. IX, p. 303.
  • 240 Legeay, t. II, p. 473 pour la fondation ; cf. supra, p. 546 pour le vœu.
  • 241 Cf. supra, pp. 488-489.

93En même temps le trésorier supervisait les travaux d’embellissement de la future sépulture royale, au paiement desquels le secrétaire Antoine de Beaune fut commis vers la fin du mois de juin238 ; ayant décidé d’agrandir l’édifice de deux travées, le monarque pria Bourré le 9 septembre de s’enquérir des moyens nécessaires et du coût du projet239. Nous l’avons vu, il voua aussi son pesant d’argent à cette église dans l’été et y fonda une messe hebdomadaire le 22 décembre240. Nous ignorons en revanche l’objet du vœu pour lequel, renouant avec la démesure du treillis de saint Martin, il emprunta avant le 22 octobre 100 000 écus qu’il n’hésita pas, on l’a dit, à rembourser par une retenue de gages, puisant dans les caisses de son Hôtel et de l’armée241.

  • 242 Lettres, t. VIII, pp. 9-10,210-211.
  • 243 Pilot de Thorey, n° 1 718, t. II, pp. 273-274.

94Tant de largesses accumulées pesaient lourd sur des finances royales déjà grevées par les charges militaires, quand elles n’allaient pas jusqu’à concurrencer ces dernières, et il s’y ajoutait encore les aliénations des revenus ordinaires, distribués aux églises plus encore qu’aux serviteurs laïques du prince, qui achevaient de dilapider les ressources du patrimoine de la Couronne. Ces libéralités prenaient soit la forme d’un don de rente de montant déterminé, soit celle d’une concession pure et simple de droits domaniaux. En février 1478 l’abbaye Saint-Edmond de Pontigny reçut à la suite d’un vœu une rente de 1 200 l.t., formellement offerte au corps de ce saint, mais les chapitres de Saint-Étienne d’Auxerre et Saint-Quiriace de Provins, craignant que le versement de leurs propres rentes sur les mêmes recettes n’en pâtît, y firent opposition et Louis XI tempêtait encore le 31 mai 1480 pour faire enregistrer ses lettres par le Parlement de Paris242. Les assignations sur les revenus ordinaires se bousculant ainsi, le roi accorda des rentes prioritaires, tels les 52 écus par an qu’il imputa en juillet 1478 sur le greffe de la Grande cour de Viennois en faveur de l’hôpital de Saint-Antoine pour entretenir un pauvre chaque mercredi, le pape l’ayant relevé sous cette condition de son vœu de s’abstenir de viande ce jour-là, qu’il avait dû rompre en 1476 pour raisons de santé243.

  • 244 BN, ms. fr. 20 493 f° 43, 44.
  • 245 Lettres, t. IX, pp. 98-99, 256-257.

95Le 1er août 1481 il accorda une rente annuelle, prioritaire elle aussi, de 200 l.t. sur une ferme domaniale du Maine au chapitre cathédral d’Angers, dans sa nouvelle possession, moitié pour une messe anniversaire fondée jadis par le comte Louis Ier et sa femme, moitié pour une messe quotidienne à célébrer pour le roi à l’hôtel Saint-André244. Vers le 28 novembre il donna aux carmes de Notre-Dame-de-la-Pitié de Tours 100 l.t. de rente annuelle sur le travers de l’eau d’Amboise, mais peu avant le 4 juillet suivant il céda la totalité de ce droit à Notre-Dame de Cléry et réassigna les frères autre part245.

  • 246 Pilot de Thorey, n° 1 793, t. II, p. 314.
  • 247 Ord., t. XIX, note (a) en haut de la p. 16 (1er mai), pp. 22-30 (juillet) ; Lettres, t. IX, pp. 160 (...)
  • 248 Ibid., p. 169 ; cf. supra, p. 496.

96En 1482 la dégradation de la santé du souverain multiplia ces aliénations. En janvier il dota Notre-Dame d’Embrun de 3 970 ducats par an sur le Briançonnais pour célébrer une messe quotidienne suivie d’une oraison pour la prospérité du roi dauphin246. Cette rente paraît bien être la redevance due au prince par le pays chaque année à la Chandeleur, qui depuis le début du règne avait toujours été abandonnée aux principaux chefs de guerre, le bâtard d’Armagnac puis Chabannes : les services du Ciel devenaient plus précieux au monarque égrotant que ceux de ses capitaines. Vers le 24 de ce mois il fonda un chapitre dans l’église de Saint-Gilles de Cotentin en l’honneur du « glorieux sainct et amy de Dieu » éponyme, dont « la plus grant partie » du corps était conservée là, et en dota les bénéfices d’une rente de 1 200 l.t. sur le Domaine de la vicomte de Coutances, encore accrue le 1er mai de 300 l.t. ; ayant confirmé cette fondation en juillet, il ordonna le 30 au Parlement de Paris d’enregistrer ses lettres « sur tant que aymez nostre santé »247. Nous avons vu que vers le 12 février il créa de même plusieurs canonicats et vicariats à Notre-Dame-du-Puy en Anjou, qu’il pourvut de la traite des vins du Thouarsais et d’autres revenus248.

  • 249 Pilot de Thorey, t. II, n° 1 795, pp. 316-317 (mars) et note 1 p. 317, n° 1 796, pp. 317-318 (7 mar (...)

97Vers le 7 mars, avant de partir pour Saint-Claude, Louis XI fit vœu de donner au monastère comtois 4 000 l.t. par an sur le Domaine de Dauphiné pour y instituer à perpétuité une grand-messe quotidienne en l’honneur du saint « pour moy et monseigneur le daulphin, nostre prosperité et sancté » ; une rente de 1 200 l.t., précédemment accordée sur des terres en Bourgogne qui resteraient finalement unies au Domaine, lui était en revanche retirée. Finalement, vers le 20 mai il augmenta sa concession de 2 000 l.t. afin que le Dauphiné supportât la moitié des 12 000 l.t. de rente qu’il avait offertes en tout à cet établissement durant son pèlerinage249.

  • 250 AN, Xla 8 608 f° 24-32 (avril) ; Lettres, t. IX, pp. 205-206 (13 avril).
  • 251 Pilot de Thorey, t. II, n° 1 800, p. 320 (mai), n° 1 801, pp. 320-321 (12 mai), n° 1 808, p. 324 (j (...)
  • 252 Ibid., n° 1 796, pp. 317-318 (pour Saint-Claude, 7 mars), n° 1 801, pp. 320-321 (pour Saint-Antoine (...)

98Entre-temps, vers le 13 avril le roi offrit 4 000 l.t. de rente à l’abbaye de Cadouin « en l’onneur et reverence du Saint Suaire » qu’elle possédait250. Surtout, vers le 12 mai il constitua en faveur de Saint-Antoine de Viennois un revenu de 1 500 écus par an sur le Domaine de Dauphiné pour créer une messe quotidienne à huit heures devant l’autel de Notre-Dame-de-Grâce, à chant, diacre et sous-diacre le mercredi - jour décidément important dans la dévotion royale - et basse le reste du temps. Le souverain n’estimait pourtant pas encore honorer assez cette église réputée pour ses miracles, et dès la fin de juillet la nouvelle dotation et celle de 1 200 l.t. par an qu’il avait faite en 1475 furent englobées dans une rente de 4 000 l.t., toujours sur le Dauphiné, pour faire célébrer devant Notre-Dame une messe basse quotidienne et toutes les heures de la Vierge, outre la messe de huit heures, en présence de quatorze prêtres251. Etienne Petit fut spécialement chargé de l’exécution de tous ces dons sur les revenus delphinaux, à laquelle le monarque attachait la plus grande importance252.

  • 253 Ord, t. XIX, pp. 7-16 (mai) ; Lettres, t. IX, pp. 223-225 (21 mai), 237-238 (17 juin).
  • 254 Ibid, pp. 227 (29 mai), 231-232 (10 juin).
  • 255 AN, Y 7 f° 238 v°.

99Dans sa nouvelle acquisition provençale Louis XI fonda vers le 21 mai à Sainte-Marthe de Tarascon, en l’honneur de la sainte qui y reposait, un collège de clercs séculiers auquel il affecta tous ses droits dans un rayon d’une lieue autour de la ville, tels le revenu net de la Monnaie locale, dont il garantissait l’activité, et le produit du grenier à sel jusqu’au débit annuel moyen de 200 muids, tirage à la part du royaume et de l’Empire compris. Le Parlement de Paris, pourtant incompétent en Provence, reçut l’ordre d’entériner ses lettres « sur tant que vous doubtez nous deplaire et que amez nous et nostre santé »253. Dans le royaume il institua vers le 10 juin « certaines messes et divin service » à Notre-Dame-de-Salles à Bourges, qu’il dota de 1 500 l.t. de rente annuelle sur le Domaine de Berry254 ; le même mois Notre-Dame de Cléry reçut pêle-mêle le péage fluvial d’Amboise comme on l’a dit, mais aussi les revenus de huit étals domaniaux de boucherie à Paris, des clercs de l’auditoire du Châtelet et du scel de cette juridiction255.

  • 256 Ibid., 246 .
  • 257 Lettres, t. X, pp. 10-11.

100En octobre, le roi qui ne savait littéralement à quel saint se vouer créa deux chapelains et six chantres dans la Sainte-Chapelle pour remercier saint Jean Baptiste, dont le chef y était conservé et dont l’intercession lui avait procuré la guérison de graves maladies, et les nantit des jeux de paume domaniaux situés entre les halles de Paris256 : devant la raréfaction des recettes disponibles les ressources les plus profanes étaient récupérées. Ce même mois il institua quatre chantres dans l’église paroissiale de Saint-Avertin près de Tours et leur concéda une forêt royale avec 150 l.t. que les Saumurois lui devaient chaque année à la Toussaint ; il manda le 30 à la Chambre des Comptes d’Angers d’enregistrer ses lettres « sur tant que aymez nostre santé et le bien et descharge de nostre conscience »257.

  • 258 AN, Xla 8 608 f° 125 v ; Ord., t. XIX, note (f) p. 79.
  • 259 AN, Xla 8 608 f° 111, 196 ; Lettres, t. X, pp. 91-92 (31 mars 1483). - Il s’agit à l’évidence de la (...)
  • 260 AN, K 72n°70.
  • 261 Lettres, t. X, pp. 26-27. - Jean de Gand, ermite de Saint-Claude, avait autrefois fait des prophéti (...)
  • 262 En comptant le ducat pour 2 l.t. d’après Jean le Clerc (de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations (...)

101En novembre il confirma la fondation faite le 19 janvier de dix chapelains à Sainte-Émerance en Anjou et les pourvut d’une rente annuelle de 1 500 l.t. sur la seigneurie de Chizé258. Le même mois il fonda au Plessis même un chapitre de quatre chapelains ou vicaires sous l’invocation de saint Jean l’Évangéliste, dont la dotation de 3 000 l.t. par an fut en partie assise sur le Domaine d’Anjou259. En décembre enfin il donna à l’abbaye de Saint-Denis le revenu domanial du Petit-Pont, la coutume des grains vendus à Paris et sa maison de Saint-Ouen260. La libéralité pieuse du souverain n’était nullement lassée alors car le 3 de ce mois, envoyant un maître d’Hôtel porter aux jacobins de Troyes un drap d’or qu’il offrait pour le cercueil de Jean de Gand, il le chargea de chercher s’il y avait « aucune chose a Troyes de nostre Domaine » pour leur en faire présent261. Les cessions directes de droits mises à part, les seules rentes prodiguées aux églises en 1482 par une dévotion déréglée atteignirent au bas mot 35 590 l.t.262

  • 263 Ord, t. XVIII, pp. 357-364.
  • 264 Ibid., pp. 391-394.

102Les aliénations pures et simples de terres furent plus rares. En février 1478, désireux de procurer à Notre-Dame de Cléry l’assignation la plus sûre pour les 4 000 l.t. de rente qu’il lui avait données en 1471 et de lui permettre d’en tirer si possible davantage de profit, il en changea l’assiette et lui céda les terres et droits qui la composaient désormais, représentant tout ou partie de six vicomtes normandes263. En mai le monarque eut un geste original en transportant à la Vierge vénérée dans l’église de Notre-Dame de Boulogne l’hommage du comté récemment acquis : à chaque avènement le nouveau roi verserait à l’abbé, comme comte de Boulogne, les droits de mutation dus « a muance de vassal » et offrirait une représentation du cœur de Louis XI de 13 marcs (3,2 kilogrammes) d’or fin. Il abandonna encore au monastère les revenus de la justice dans le comté et les amendes de 60 l.p. infligées à ses habitants par le Parlement de Paris en cas d’appel infondé, que devraient respectivement reverser le trésorier du comté et le receveur des amendes et exploits de la cour parisienne264.

  • 265 Ibid., pp. 486-488 et note (a) en bas de la p. 486 ; Lettres, t. VIII, pp. 3-4.
  • 266 Ord, t. XVIII, pp. 524-525.

103L’administration locale aussi bien que centrale, qui goûtait peu la concession royale, ayant mis de la mauvaise volonté à délivrer ces recettes, sur la requête de l’abbaye le roi l’autorisa en mai 1479 à les percevoir elle-même et déchargea ses propres agents de ce soin. En même temps il lui offrit la seigneurie voisine de Brunembert pour fonder une messe perpétuelle à Notre-Dame même et une autre à Saint-Martin-hors-les-Murs265. Le monastère n’était cependant pas au bout de ses peines pour faire reconnaître ses droits par une administration royale hostile, car son bienfaiteur dut rendre en janvier 1480 de nouvelles lettres pour l’habiliter à affermer la perception des revenus de justice et y inclure explicitement les droits d’enregistrement266.

  • 267 Ibid., pp. 488-490 ; Lettres, t. VIII, pp. 8-9.
  • 268 Il eut soin de faire valoir au Parlement de Paris que cette terre n’était pas de l’ancien Domaine, (...)
  • 269 AN, Xla 8 608 f° 152 v°. - Il semble que ce don ait affecté les Beaujeu, car ils signèrent en mars (...)
  • 270 Ibid., f°150.

104En mai 1479 toujours le souverain fit à l’abbaye de Notre-Dame de Ferrières, « pour la singuliere devotion que nous avons a ladicte glorieuse Dame », le don beaucoup plus modeste de bois et garennes domaniaux enclavés dans ses terres267. Vers le 24 juin 1480 il offrit à Notre-Dame de Cléry la baronnie de ce lieu268. En février 1482 il céda à l’abbaye de Charroux des biens voisins issus de la confiscation de Nemours, en échange d’un morceau de la Vraie Croix que Charlemagne était réputé porter sur lui lorsqu’il combattait les infidèles et qui ne quittait jamais Louis XI269. En septembre enfin il se sépara en faveur du monastère de Cadouin de la baronnie de Badefols en Périgord270.

105Les libéralités pieuses s’emballèrent sur la fin du règne, quand le vieux roi déclinant se mit à combler la Vierge et tous les saints qui pouvaient lui être utiles, gratifiant les sanctuaires qui conservaient leurs reliques aux puissantes vertus surnaturelles, dont il parait richement les châsses ; pour terminer il y fonda chapitres et collégiales à tour de bras, parachevant l’accablement des finances domaniales. Le Ciel fut véritablement mobilisé au service du souverain par ce déferlement de largesses qui appelait autant de contreparties. Parallèlement s’opéra un glissement que trahissent les préambules des lettres royaux, et plus encore les injonctions aux organes de contrôle. Au début de la période l’objet de ces dons était surtout le succès de la diplomatie ou des armes du monarque, mais de plus en plus c’est à sa propre santé, à la prolongation de sa vie qu’ils furent voués : cette obsession devenue dominante en 1482 lui fit perdre toute mesure. Les offrandes du prince, financées par l’impôt et le patrimoine de la Couronne, n’allaient plus au salut public du royaume, mais au salut privé d’un homme.

5. La toile raccommodée.

106Les événements de 1477, en bouleversant la donne politique de l’Occident, avaient mis à mal la toile patiemment tissée par l’« Araigne » ; dans les années suivantes Louis XI revenu à plus de prudence s’employa à raffermir son réseau d’alliances extérieures pour servir au mieux ses intérêts dans la Succession de Bourgogne, qui s’était avérée une pomme de discorde entre les associés d’hier. Il s’agissait en premier lieu d’éviter qu’Édouard IV s’engageât aux côtés de sa nièce Marie. La question du douaire de la veuve de Charles le Téméraire, sa sœur, mais aussi de celui de sa propre fille promise au dauphin, qu’il souhaitait voir prendre corps et que son allié éludait, ne cessa d’empoisonner leurs rapports.

  • 271 Calmette & Périnelle, note 1 p. 205.
  • 272 Gandilhon, note 2 p. 360.
  • 273 Ibid., p. 233. - Véritable ambassadeur permanent à Londres sur le modèle des pratiques diplomatique (...)
  • 274 Calmette & Périnelle, pp. 236, 238.

107En mars 1478 les Anglais réclamèrent la caution de la banque Médicis ou la bulle pontificale prévues à Picquigny en garantie des versements de Louis XI271 ; la compagnie florentine finit par les couvrir de son crédit en 1479272. A la fin du mois de juin 1478 un accord de principe fut conclu outre-Manche par l’évêque d’Elne, Charles de Martigny, sur la prolongation des accords et notamment du paiement des 50 000 écus pendant cent ans après la mort du premier des deux princes. Le roi de France habilita le 13 juillet son représentant à mener les négociations sur ces bases273, mais le problème des douaires aigrit ses relations avec Édouard IV dont les prétentions se durcirent : celui-ci exigea notamment que le tribut fut acquitté en écus au soleil - ce qui l’eût toujours augmenté de 2 291 1. 13 s. 4 d.t. par an - et que tous les Français répondissent sur leurs biens des engagements financiers de leur souverain. Menacé d’une rupture, l’évêque d’Elne signa du 13 au 16 février 1479 la prolongation des quatre conventions dans les termes imposés par ses hôtes274, mais son maître ne la ratifia jamais.

  • 275 Ibid., pp. 241 et note 4, 243 et note 4. - Dans des instructions du 10 février le roi limitait cett (...)
  • 276 Ibid, pp. 245-246 ; Gandilhon, p. 389 et note 9.
  • 277 Calmette & Périnelle, pp. 247-248.

108Les rapports franco-anglais continuèrent donc de se dégrader. Le 26 novembre Louis XI chargea ses envoyés d’offrir jusqu’à 25 000 l.t. de pension annuelle à Élisabeth d’York en attendant son douaire, puis fit encore proposer 20 000 écus (32 083 1. 6 s. 8 d.t.) le 13 février 1480, mais Edouard IV refusa de transiger à moins de 60 000 l.t.275 Finalement il s’allia les 1er et 14 août à Marie et Maximilien, représentés par la duchesse douairière de Bourgogne, qui s’engagèrent à lui verser ses 50 000 écus annuels en échange d’un secours armé s’il rompait avec le roi de France276. C’était lâcher la proie pour l’ombre, ce dernier ne tarda pas à le lui faire sentir. À l’automne il produisit à un ambassadeur anglais une lettre de son maître à Maximilien, tombée entre ses mains, et menaça de mettre fin aux versements ; passant des paroles aux actes, il n’envoya pas le terme de la Saint-Michel277.

  • 278 Lettres, t. VII, PJ n° XIV, pp. 325-327 ; Calmette & Périnelle, pp. 248-249.
  • 279 Ibid, pp. 249-250.
  • 280 Ibid.,PJ n°81,p. 393.

109Ne voyant rien venir, à la fin d’avril 1481 le roi d’Angleterre dépêcha une nouvelle ambassade qui tint des propos conciliants. Thomas Langton assura Boffile de Juge qu’à défaut d’application des accords de 1479 son maître accepterait de s’en tenir à ceux de 1477 ; il se défendit d’être venu chercher l’argent, mais plaida pour la reprise des paiements, arguant qu’outre-Manche leur suspension donnait « occasion a ceulx qui veullent mal au roy [de France] d’empescher la paix »278. Ayant achevé en juin de rappeler son voisin aux réalités par l’étalage de son ultima ratio au Pont-de-1’Arche, Louis XI leva la sanction comme lui-même en avait donné l’assurance à Langton. Le 14 août le roi d’Angleterre put enfin donner quittance du terme échu à Pâques279, mais celui de la Saint-Michel 1480, à ce qu’il semble, ne fut jamais versé. Édifié par l’expérience, Édouard IV adopta dès lors un profil bas, et c’est dans des termes empressés que le 17 mai 1482 il pria son « cousin » de lui faire tenir dès que possible son semestre de Pâques, « me faisant assavoir s’aucune chose est que pour vous puisse, pour l’accomplir de tres parfaict vouloir »280. L’arme financière avait montré son efficacité.

  • 281 Ibid., note 1 p. 248.
  • 282 BN, mss. fr. 23 265 f° 3 pour 1479, 23 266 f° 6 pour 1482 (à cette date l’assiette ne couvre plus l (...)

110Cet incident mis à part, Louis XI continua à faire scrupuleusement verser les pensions d’Angleterre dans les dernières années du règne par les soins du changeur Guillaume Restout jusqu’à la Saint-Michel 1478, puis de son compatriote Pierre le Roy, maître de la Monnaie de Rouen, à partir de Pâques 1479281. Les crédits en étaient assignés sur les quatre vieilles généralités du royaume, selon une assiette immuable282 ; une fois recouvrés, il fallait encore les convertir en écus à la couronne avant de les mener outre-Manche, d’où le choix d’un professionnel des monnaies sur la principale place normande pour commis au paiement. Cette organisation en apparence bien huilée n’était cependant pas à l’abri des difficultés, car la collecte de sommes considérables à travers le royaume n’était pas une mince affaire.

  • 283 BN, ms. fr. 20 685 p. 708.
  • 284 Ibid.,p. 712.
  • 285 Ibid., pp. 698, 708.

111Au début de 1479 Restout eut ainsi bien du mal à s’acquitter de son dernier versement outre-Manche et dut plusieurs fois recourir à l’intervention de Louis XI. Le clerc Gabriel le Marchand se rendit par ordre du roi de Paris à Tours auprès de Pierre Briçonnet « pour querir l’argent pour les Anglois »283 ; le commis ne put cependant recouvrer toutes ses assignations et deux sergents du bailliage de Rouen furent chargés par le souverain de faire avancer les sommes manquantes par les receveurs des tailles de Normandie, mais la voiture où ils réunissaient les fonds les ralentissait et il leur fallut vingt-huit jours pour mener leur mission à bien284. Restout devait alors embarquer à Dieppe avec son précieux bagage et une escorte de 50 hommes « pour plus seürement le mener », mais cette fois il n’y avait pas d’argent pour avitailler le navire ; le receveur général Raguier dut avancer sur l’ordre du monarque les 253 1. 14 s. 9 d.t. nécessaires, dont il fut remboursé dans l’année285.

  • 286 Ibid, p. 727.
  • 287 BN, ms. fr. 23 266 f° 16 (extrait édité par Calmette & Périnelle, PJ n° 80, p. 392) ; ibid, PJ n° 8 (...)

112Pour écourter la traversée sans trop se rapprocher de la Flandre le commis partait donc de Dieppe ; à partir de 1480 au moins on jugea d’ailleurs plus sûr de mobiliser une flottille de trois navires. En mars de cette année un sergent du bailliage de Rouen y fut envoyé pour faire préparer le Volant et le Dauphin de ce port « avec autre navire estant illec »286 ; en 1482 le receveur général de Normandie passa contrat le 10 mars avec les patrons dieppois de l’Arche de Noël (sic), la Bergère et la Perdrix pour 720 1. 7 s. 6 d.t., puis le 13 août avec ceux de la Marquise, de la Bergère et du Tor pour 363 l.t. Ils devaient fournir un contingent embarqué de gens de guerre pour défendre le convoi, 240 hommes soldés 30 s.t. chacun en mars ; en août au moins il s’agissait de navires corsaires287. Une fois de plus, la marine royale brillait en tout cas par son absence.

  • 288 Ibid., note 1 p. 248.
  • 289 De Roye / de Mandrot, t. II, note 3 pp. 95-96 (juillet 1480) ; BN, ms. fr. 23 266 f° 16 (mars et ao (...)
  • 290 En 1481 Langton s’étonnait devant de Juge du retard du terme en souffrance, « veü qu’il y a grant p (...)

113Malgré les efforts déployés, les paiements avaient toujours plusieurs mois de retard, ainsi qu’en témoignent les quittances délivrées par Edouard IV pour chacun de ses semestres de 25 000 écus (tableau 29). En 1478 Louis XI essaya de faire payer dans les temps le terme de Pâques, mais Restout ne put opérer qu’un versement partiel de 10 000 écus au roi d’Angleterre neuf jours après l’échéance et dut revenir lui remettre le reliquat deux mois et demi plus tard288. Le souverain anglais profitait de l’envoi d’ambassades pour tâcher de hâter le mouvement ; elles revenaient parfois avec le commis289. A l’occasion même il dépêchait spécialement un émissaire à cette fin290.

Tableau 29 : Calendrier des versements au roi d’Angleterre de 1476 à 1482

Tableau 29 : Calendrier des versements au roi d’Angleterre de 1476 à 1482

Calmette & Périnelle, note 1 p. 248, pp. 250 et note 9, 252.

  • 291 BN, ms. fr. 23 266 f° 7, 16 ; Calmette & Périnelle, PJ n° 81, p. 393 (Édouard IV à Louis XI, 17 mai (...)
  • 292 BN, ms. fr. 23 266 f° 7, 16 (1482), 32 (1483). - Nous ne croyons pas devoir distinguer deux dons de (...)

114Le roi de France ne laissait d’ailleurs pas repartir les ambassadeurs sans présent. En 1482 William Laverok, qui était déjà sur le Continent en mai et ne rentra que le 21 août avec la flottille emportant le terme de Pâques, reçut ainsi 200 écus291. Louis XI choyait particulièrement l’influent Thomas Langton, rembarqué en mars sur le précédent convoi, auquel il décida d’offrir 80 marcs d’argent d’une valeur de 880 l.t. : en définitive ce don consista en argenterie ouvragée à 12 1. 5 s.t. le marc et son coût atteignit 980 l.t., qui furent réglées à l’orfèvre Jean Galant en 1483292-ce qui montre à nouveau combien le travail de l’artisan pesait peu dans le prix total. Malgré ces marques d’amitié et de bonne volonté, les délais tendirent à s’aggraver après 1478, au point que chaque terme finit presque par être versé à l’échéance du suivant. Nous ne croyons pas qu’il faille voir là un indice de la dégradation des rapports franco-anglais, mais bien plutôt des difficultés croissantes d’un État de finance débordé à honorer ses charges même prioritaires.

  • 293 BN, ms. fr. 23 265 f° 3 (quatrième annuité, 1478).
  • 294 BN, ms. fr. 20 685 pp. 712, 727. - Le change de la dernière annuité lui fut payé au premier trimest (...)
  • 295 BN, ms. fr. 23 264 f° 38 (1477) ; Calmette & Périnelle, p. 230.
  • 296 C’est lui qui collecta les fonds de la Saint-Michel 1478 (AN, K 72 n° 25 ; BN, ms. fr. 23 265 f° 3)
  • 297 Éd. Champollion-Figeac, Lettres de rois et reines de France et d’Angleterre, t. II, p. 498 (la fin (...)

115Parallèlement, la rançon de Marguerite d’Anjou continua à être régulièrement versée, avec tout autant de retard sur son échéance théorique de la Saint-Michel. Les 16 041 1. 13 s. 4 d.t. de ses annuités étaient elles aussi assignées sur les quatre vieilles généralités mais ces crédits, contrairement à ceux des pensions d’Angleterre, n’incluaient ni la rétribution du commis, ni les frais de conversion en 10 000 écus à la couronne293 : ceux-ci furent réglés à part au changeur rouennais Robert Poilevilain, qui fournit les espèces d’or en 1479 et 1480294. La troisième annuité, due au 29 septembre 1477, fut ainsi remise le 3 mars suivant par le receveur général Parent, en charge du paiement, à une ambassade anglaise sur le départ295. Cette commission était liée à la recette générale de Languedoïl, car en 1479 Denis de Bidant succéda à Parent dans l’une comme dans l’autre296. La cinquième et dernière annuité fut délivrée le 21 mars 1480 : Edouard IV donna alors quittance générale de la rançon à son « très cher cousin le prince Louis de France » (« principe [sic] Ludovico Franciœ consanguineo nostro carissimo »)297.

  • 298 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 246.

116Au total, la diplomatie des écus mise en œuvre par Louis XI après Picquigny réussit le tour de force remarquable de maintenir des années durant l’Angleterre dans une alliance impopulaire et contraire à ses intérêts comme à ses traditions. Edouard IV n’était certes pas dupe, mais ne voulait pas d’une rupture qui l’eût privé d’un revenu appréciable dans ce pays où les Communes tenaient les cordons de la bourse : comme l’écrit joliment Commynes, « ces cinquante mil escuz renduz tous les ans en son chasteau de Londres luy amollissoyent le cueur »298.

  • 299 BN, mss. fr. 23 264 f° 39 pour 1477-1478, 23 265 f° 3, 19 pour 1478-1479.
  • 300 BN, ms. fr. 23 265 f° 4.

117Si le roi de France se contentait de neutraliser l’Angleterre, il cherchait en revanche à entraîner les Cantons suisses dans sa guerre contre Maximilien et devait là aussi combattre l’influence d’un puissant parti antiffançais. Les montagnes helvétiques furent donc la deuxième destination de ses écus à l’Étranger par l’importance des sommes versées. Le montant des subsides que le secrétaire Michel Marquet était commis à délivrer à Lyon en 1477-1478 et 1478-1479 ne s’élevait pas à moins de 54 000 l.t. ; cette dernière année le Languedoc devait en fournir 20 000 l.t., qu’il fallut prélever sur les charges portées par les receveurs particuliers du pays299. En même temps le receveur général de Bidant fut chargé de verser 10 000 l.t. supplémentaires au titre des « pensions particulieres et generalles » ; pour réunir cette rallonge 4 646 l.t. durent encore être retranchées sur un total de quatre-vingts articles inscrits dans le rôle des dépenses de la caisse centrale du Languedoc300.

  • 301 BN, mss. fr. 23 264 f° 45 pour 1477-1478, 23 265 f° 10, 16 pour 1478-1479. - Le 9 octobre 1478 le r (...)
  • 302 BN, ms.fr. 20 685 p. 691.
  • 303 Ibid., p. 690.

118Cependant les anciens obligés continuaient à émarger individuellement sur les finances du royaume, ainsi dans le même Languedoc où en 1476-1477 et 1478-1479 les Bernois Guillaume de Diesbach et Nicolas de Schar-nachtal et le Lucernois Jost de Silenen, promu évêque de Grenoble, reçurent comme précédemment 340, 270 et 400 l.t. ; dans le second exercice les Lucernois Gaspard « Line » et Albin de Silenen apparurent à leurs côtés pour 120 et 800 l.t. Toutes ces sommes étaient inscrites dans la rubrique des pensions, comme pour les régnicoles301 : ils étaient désormais des pensionnaires à part entière. En 1478-1479 toujours le comte Georges de « Wirnembourg » (Werdenberg), un associé de la Confédération, perçut en Seine-et-Yonne un don de 1 200 l.t.302 qui n’était peut-être qu’une pension sans le nom ; c’est bien sous cette dernière rubrique en tout cas que furent inscrits ensemble pour 200 l.t., à compter du 1er juillet 1479, Louis, « fils du vieil avoué de Lucerne », et Peter « de Hastilan »303.

  • 304 Calmette & Permeile, p. 247.
  • 305 Lettres, t. IX, note 1 p. 6.
  • 306 Ibid., t. VIII, pp. 27-29.
  • 307 Ibid, t. IX, note 1 p. 6 ; Caillet, p. 227.
  • 308 Caillet, PJ n° CCCXVII, p. 616 (1481).
  • 309 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 115-116 (l’auteur confond ici francs et florins), 263-26 (...)

119En effet le souverain s’était alors engagé dans une négociation serrée pour empêcher ses alliés de s’entendre à ses dépens avec Maximilien sur la Comté de Bourgogne. En janvier 1478 son rival s’était engagé à leur verser 150 000 florins pour racheter leurs prétentions sur ce pays, alors entre les mains des partisans de Marie, mais le « Habsbourg besogneux » que les diplomates italiens surnommaient le « pochi denari »304 n’était pas de taille à se mesurer à la puissance financière du monarque français et ne put tenir parole. Louis XI offrit donc aux Suisses de reprendre à son compte l’offre de Maximilien et de les désintéresser de la Comté305. Tandis qu’il en reprenait possession à force d’armes les négociations allèrent bon train : le 12 juin 1479 le roi manda à l’évêque d’Albi d’aviser les Cantons que, fort de son bon droit sur le pays, il n’avait rien à leur payer, mais qu’il le ferait volontiers et sans faute pourvu qu’ils lui accordassent un délai raisonnable en fixant eux-même le terme et le montant de chaque versement306. Les Suisses en profitèrent, et ce furent en définitive 200 000 florins qu’en septembre le souverain s’engagea à acquitter par le nouveau traité de Lucerne, payables par annuités de 30 000 florins à compter de Pâques 1480307. Selon le même change avantageux appliqué à la solde des mercenaires le montant de ces versements fut arrondi à 40 000 l.t.308, moitié pour les subsides aux quatre villes de Berne, Lucerne, Zurich et Fribourg et moitié pour les pensions de leurs dirigeants profrançais309 : il devrait donc fournir au total 266 666 1. 13 s. 4 d.t. en sept ans.

  • 310 BN, ms. fr. 23 266 f° 6 (1482).
  • 311 Lettres, t. IX, pp. 5-6 et note 1 p. 6.
  • 312 Ibid., p. 225-226.

120Avec les frais ce furent en tout 41 000 l.t. que les gens des finances allouèrent chaque année à Marquet, de nouveau commis à ces règlements. Ses crédits aussi étaient assignés dans toutes les charges du vieux royaume310, si bien que les difficultés de paiement n’étaient pas moindres que pour les subsides anglais. Le 11 janvier 1481 le monarque pressa le général de Genas de faire porter sans faute à Lyon les 15 000 florins dus aux Suisses, « ou je vous asseüre que je m’en prendrai a vous seul » : il s’agissait du premier terme, qu’ils réclamaient depuis des mois311. Le 26 mai 1482 il lui ordonna de leur faire tenir la même somme pour leur nouvelle échéance, « car vous sçavez quelz gens ce sont »312 : déjà en ce temps la ponctualité était goûtée de la nation helvète. Nous avons évoqué au chapitre précédent les expédients auxquels la monarchie dut recourir pour réunir ces fonds dans les meilleurs délais.

  • 313 Ibid., t. VIII, pp. 48-52.
  • 314 Le tiers de sa pension avait été délivré à Waldmann en Suisse même, avant son départ, par le consei (...)

121Les ennemis de Louis XI comme le Bernois Adrien de Bubenberg exploitaient ces retards pour saper sa cause : le 4 juillet 1479 déjà le roi avait dénoncé les manigances de « ce semeur de zizanie » (« ille zizanie seminator ») et assuré ses alliés qu’il avait donné des mandements exprès aux gens de ses finances pour que toutes les pensions et tous les subsides promis fussent scrupuleusement acquittés aux termes fixés313. Il mettait d’ailleurs un point d’honneur à continuer de stipendier ceux-là même qui lui faisaient du tort, et entendait que cela se sût. Le 1er avril 1480 il démentit le rapport malveillant que l’ambassadeur Hans Waldmann, un partisan de Bubenberg, avait fait aux Cantons à son retour et leur annonça qu’il lui avait néanmoins fait entièrement verser les 600 l.t. de sa pension et agirait de même à l’avenir, par égard pour eux, quoi que Waldmann pût dire ou faire contre lui314. Là encore les résultats de cette politique furent honorables : si le souverain ne put venir à bout de ses adversaires au sein de la Confédération et ne fit qu’entrevoir en août 1480 le corps expéditionnaire qu’il ne cessait de réclamer, il put du moins renforcer assez le parti pro-français pour obtenir la reconnaissance de l’annexion de la Comté de Bourgogne par les Cantons et les empêcher de basculer dans le camp de Maximilien, ce qui était bien l’essentiel.

122Sa diplomatie des pensions s’activa également dans le reste du monde germanique. Les instructions qu’il adressa en janvier 1478 à Thierry de Lenoncourt, qui devait le représenter aux conférences prévues à Langres avec les émissaires du duc d’Autriche et des comtes de Wurtemberg et Montbéliard, en fournissent une belle illustration. Lenoncourt avait reçu des lettres de pension pour le comte de Montbéliard, un Wurtemberg, et pour le chef de sa Maison. Louis XI entendait que le premier vînt à lui et s’engageât par écrit à être son allié et à lui ouvrir ses places en vue de la campagne comtoise ; alors seulement Lenoncourt pourrait lui délivrer le brevet convoité. Quant au comte de Wurtemberg, il n’était pas besoin de le déranger : son brevet de pension lui serait remis contre un serment écrit de prendre le parti du roi.

  • 315 Lettres, t. VI, pp. 306-310.
  • 316 Ibid. t. VIII, pp. 35-37.

123Enfin, si le duc d’Autriche acceptait de se déclarer pour lui, l’envoyé français pourrait lui donner l’assurance que le versement de sa pension serait repris et les arriérés réglés, mais le souverain voulait savoir à quoi s’en tenir « avant que mectre le myen »315. La régularité de ce paiement pâtit fort des hésitations d’un Sigismond écartelé entre sa famille et son bailleur de fonds. Comme il se plaignait en 1479 de n’avoir rien perçu, le monarque lui répondit le 24 juin qu’il avait différé le règlement de sa pension car des gens de son duché et de sa Maison même combattaient contre lui dans la Comté de Bourgogne, où ils tenaient Verdun-sur-le-Doubs ; il acceptait que le duc lui dépêchât un ambassadeur et veillerait à lui faire délivrer les pièces nécessaires au versement, mais entendait que ni lui ni ses sujets n’aidassent les rebelles316. Louis XI ne relâchait pas la pression financière sur ce parent de Maximilien.

  • 317 BN, ms. fr. 20 685 p. 690.
  • 318 Ibid., p. 689.
  • 319 Cité in Commynes / Calmette & Durville, t. II, notes 2-3 p. 288.

124Dans le Nord-Ouest Guillaume d’Arenberg reçut en 1478-1479 un don de 4 000 l.t. qui, là encore, n’était peut-être qu’une pension déguisée ; il portait alors le titre de conseiller et chambellan du roi317. La même année le seigneur luxembourgeois Gérard de Rodemach et son frère bâtard Jean percevaient très officiellement des pensions de 4 000 et 500 l.t.318 Enfin, à en croire Olivier de la Marche l’agitateur populaire Jean Coppenolle, qui fut « l’idole et le dieu des Gantois » et créa bien des soucis à Marie et Maximilien avant d’être exécuté le 8 août 1482, avait été « retenu, pour entretenir ces brouillis, maistre d’Hostel du roy de France a six cens francs de pencion par an »319. La toile de 1’’« Araigne », raccommodée à grands frais, s’étendait partout.

6. La Succession d’Anjou et l’expansion domaniale.

  • 320 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 415-416 ; de Roye / de Mandrot, t. II, note 3 p. 15.
  • 321 BN, ms. fr. 23 264 f° 39.

125Si la Succession de Bourgogne accaparait l’essentiel des efforts et des moyens de Louis XI, celui-ci ne perdait pas de vue pour autant le bel héritage de son vieil oncle le roi René. En sus des droits de sa mère il pouvait faire valoir ceux de Marguerite d’Anjou, que la reine déchue lui avait abandonnés en 1476 ; par précaution il lui fit renouveler cette cession en 1479, le 19 octobre 1480 après la mort de René et dans son testament en 1482320. Il avait cependant un rival en la personne du duc de Lorraine, dont les prétentions conduisirent le roi à radier dans ses rôles financiers le don de 30 000 l.t. qu’il lui avait accordé en 1477-1478321 comme l’année précédente.

  • 322 Lettres, t. VII, pp. 157-159 (missive publiée à tort sous la date de 1478) ; cf. t. VIII, pp. 74-75
  • 323 BN, ms. fr. 23 265 f° 4, 19.

126Alarmé de ses menées, le roi de France engagea des négociations en septembre 1479 pour dissuader son oncle de favoriser le duc à ses dépens, et écrivit le 8 au général de Genas que le seul moyen de le décider était de lui verser comptant 20 000 écus et 1 000 l.t., « car il n’y a rien qui plus tost le luy face faire ». Pour réunir les fonds Genas devrait les prélever au prorata sur les pensions et les autres charges inscrites dans l’état des finances de Languedoc hormis les crédits des hôtels royaux, se servir du produit des greniers pour septembre, demander des avances aux grenetiers et receveurs auxquels le souverain écrivait en conséquence, et même emprunter autour de lui pour son maître ; il avait d’ailleurs pouvoir de suspendre tout comptable récalcitrant. La somme devrait être portée sans faute à Avignon pour la fin du mois et être remise au secrétaire Guillaume Goignon322. Malgré ces pressantes instructions les délais ne purent être tenus, et c’est en Provence que furent portées à ce dernier les 33 083 1. 6 s. 8 d.t. retranchés sur les assignations en Languedoc323.

  • 324 Lettres, t. VIII, pp. 30-31, 31-32, 34-35 ; cf. BN, ms. fr. 23 265 f° 16, 17.

127Quelques mois plus tôt les sempiternels problèmes de pension en souffrance s’étaient mis de la partie : les gens du roi René s’étaient plaints au monarque que le général et le receveur général de Languedoc refusaient d’assigner les 10 000 l.t. dues cette année et les 5 000 l.t. retranchées l’année précédente, sous prétexte que ces dépenses n’étaient pas portées dans leur état prévisionnel. Louis XI, qui leur avait pourtant donné ses ordres là-dessus, les morigéna dans deux lettres des 16 et 18 juin : il ne pouvait croire qu’ils se fussent montrés si stupides, alors qu’ils devaient bien comprendre qu’avec toutes les charges de sa guerre il lui fallait s’"ayder de tout l’argent que je pourray tirer tant en Languedoc que ailleurs », et les sommait de s’exécuter. Genas ayant néanmoins cherché à n’appointer que le retranchement, qu’il disait cette fois figurer dans son état, le roi à nouveau saisi lui ordonna le 23 une assignation intégrale et prioritaire, menaçant : « sifaulte y a, le congnoistrés par effect »324.

  • 325 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 419-420 ; Legeay, t. II, pp. 381-382.
  • 326 Lettres, t. VIII, note 1 p. 113 ; sur la parenté de Pierre et Guillaume de Varye cf. Gandilhon, PJ (...)
  • 327 Lettres, t. VIII, pp. 112-114,122.

128Les pressions incessantes qu’exerçait le monarque sur René aboutirent le 8 janvier 1480 au traité de Tours, par lequel le vieux chef de la Maison d’Anjou cassa le bail fait au duc de Lorraine le 31 juillet précédent de l’usufruit de la prévôté de Bar et l’arrenta pour six années à son neveu moyennant 6 000 l.t. par an325. Le contrôleur du grenier de Beaucaire Pierre de Varye, fils bâtard du défunt général, fut commis au paiement de cette redevance, qui fut imputée aux finances de Languedoc et dont le receveur général fut chargé de fournir le premier terme par des emprunts à intérêt et une avance personnelle, l’échéance des assignations étant trop tardive326. De Varye, qui devait personnellement s’engager envers René à verser ces fonds, s’étant absenté, Louis XI manda le 11 janvier à Genas, qui avait participé aux négociations, de le faire à sa place mais le général décidément peu zélé refusa et son maître dut réitérer ses ordres le 19 en lui promettant d’obliger ensuite de Varye à s’engager envers lui327.

  • 328 Lecoy de la Marche, 1.1, p. 421 ; Legeay, t. II, p. 382.
  • 329 Lettres, t. VIII, pp. 119-121. -Vaesen édite cette pièce sous la date du 17 janvier, ce que contred (...)
  • 330 Le roi ordonna son remboursement le 22 mars 1483 (op. cit., t. II, p. 494).

129Poussant l’avantage, le roi racheta le 15 avril à son oncle l’hommage de la terre de Châtel-sur-Moselle, mouvante du duché de Bar et dont le seigneur servait Maximilien, pour 60 000 l.t. payables par sixièmes chaque année à la Trinité328 : il acquérait ainsi une enclave au cœur de la Lorraine, au nord d’Épinal qu’il convoitait. Dès le 17 il manda à Gênas et au receveur général le Teinturier de réunir sans délai les 10 000 l.t. du premier terme et de le mener à Avignon afin qu’il y fût versé comptant à la prochaine Trinité (28 mai). Ils devraient prendre les fonds même « a perte de finance » sur le tirage du sel à la part de l’Empire, sur lequel l’accord les avait assignés, ou ailleurs comme ils l’entendraient, en s’aidant des sommes à recouvrer à Lyon et Toulouse ou de l’emprunt de 16 000 l.t. en préparation, et organiseraient à leur idée le remboursement de l’argent collecté, mais le roi René devrait être réglé sans faute car l’affaire était d’importance : « j’en pourrois avoir dommage de plus de cent mil livres », écrivait le souverain. Le général et le receveur général devraient donc agir vite, mais en secret329 ; ce fut un receveur du pays, selon Urbain Legeay, qui avança les fonds330.

  • 331 Lettres, t. VIII, pp. 221-222 et note 1 p. 222.
  • 332 Lecoy de la Marche, t. II, PJ n° XCI, pp. 383-384.

130Il semble que René ait obtenu de son neveu que le calendrier des paiements fût avancé d’un an et que le premier des cinq termes restants lui fût versé aussitôt. Le 24 juin le monarque informa Gênas, qui revenait de la prise de possession de Châtel-sur-Moselle, que son oncle s’était plaint de n’avoir toujours pas reçu du général ce nouveau règlement. Il lui adressa un double des fermes assurances qu’il envoyait en réponse au vieillard et lui prescrivit d’amadouer ses gens pour gagner du temps, « car vous savés bien qu’il me le faut entretenir encore, veu l’estât en quoy il est, et ne point faillir de leur user de doulces paroles car a ce que j’entends je voy que a peine verra il jamais escheoir le premier terme ». Cynique aveu de duplicité : le roi René mourut en effet le 10 juillet331, et Louis XI ne paya au total que 16 000 des 96 000 l.t. dues pour le Barrois et Châtel-sur-Moselle. En outre, par ses promesses il avait extorqué le 3 juin à son vieux parent une quittance générale pour toutes les recettes qu’il lui avait prises en Anjou et Barrois et tous les arriérés qu’il pouvait lui devoir, sa pension de 1479 et ses revenus de 1480 exclus332.

  • 333 Kendall, p. 405.
  • 334 Lettres, t. VIII, pp. 223-224.

131Le roi hérita alors des duché d’Anjou de jure et de Bar de facto tandis que la Provence revenait au comte du Maine, nouveau chef de la Maison d’Anjou333 ; le duc de Lorraine était le grand perdant de ce partage successoral. Le souverain avait même entrepris de lui contester ses possessions lorraines. Le 25 juin il annonça aux gens de ses Comptes à Paris l’envoi d’Étienne Petit, secondé par Ymbert Luillier, pour recenser dans leur Chambre, celle du Trésor et ailleurs l’ensemble des sommes qu’il avait pu verser aux défunts ducs Jean et Nicolas de Calabre en dons, dots, aliénations de recettes et pensions. Il leur ordonna de rechercher dans leurs archives, sans épargner « ne feste ne jour ouvrier », tout ce qui y avait trait et d’en remettre les originaux ou des copies à ses commissaires334. C’était une nouvelle version de la grande enquête de 1477 sur le coût de la Maison de Bourgogne pour la Couronne, mais son objet plus modeste et le personnel mobilisé en plus grand nombre laissent supposer des résultats plus fiables.

  • 335 Calmette, note 8 pp. 275-276.
  • 336 Legeay, t. II, pp. 391-394.

132Il en sortit un mémoire intitulé « Ce que monseigneur de Calabre Jehan et Nicollas son fils ont eu »335, que le monarque utilisa contre le duc de Lorraine. Il invoqua ses droits, reçus de Marguerite d’Anjou, à la moitié du pays et le versement à Jean et Nicolas d’Anjou, les deux derniers ducs, de 700 000 écus au total (1 100 000 l.t. environ au cours de 1480) pour le mariage d’Anne de France, qui ne s’était pas fait par leur faute. Si le duc René II voulait prétendre à l’autre moitié de l’héritage lorrain, il devrait donc rembourser à Louis XI la moitié de cette somme, et encore le roi ne réclamait-il rien des plus de 600 000 l.t. de subsides qu’il avait fournis à Jean, Nicolas et René II lui-même. Ce dernier devrait en tout cas le laisser jouir de plein droit de la moitié du duché, lui restituer tout ce qu’il y avait indûment levé, et lui rendre la seigneurie d’Épinal qui appartenait au patrimoine de la Couronne336. Le but de ces revendications outrancières était évidemment d’amener le duc à rabattre ses propres prétentions.

  • 337 BN, mss. fr. 20 685 pp. 568 (1472-1473), 603 (1473-1474), 622 (1474-1475), 23 264 f° 12 (1476-1477) (...)
  • 338 Gaussin, p. 246.
  • 339 Lettres, t. IX, pp. 118-119.
  • 340 Lecoy de la Marche, t. I, p. 435.
  • 341 Éd. Denys Godefroy, Histoire de Charles VIII, roy de France, pp. 537-540.
  • 342 AN, Xla 8 608 f° 16 v°.
  • 343 Ord, t. XIX, pp. 236-237.

133Le dernier acte de la Succession d’Anjou eut lieu à la mort du comte du Maine le 11 décembre 1481. Le souverain s’était fait instituer légataire universel par ce prince qui, avec ses 18 000 l.t. de pension337 - plus que le roi René -, était l’un des principaux prébendiers de la Couronne. Les comtés de Maine et de Provence lui échurent donc338 ; toujours précautionneux, il avisa le 19 les gens des Comptes d’Anjou de la venue du président des Comptes de Paris Antoine de Beauvau - un Angevin lui-même - pour rechercher dans leurs archives et ailleurs, avec le doyen de la cathédrale d’Angers Jean de la Vignolle, toute pièce établissant les droits de la Maison d’Anjou dont il était l’héritier sur la Provence, et les pria de les assister dans leur mission339. Quelque temps après le monarque rendit à Jeanne de Laval, veuve du roi René, la terre angevine de Mirebeau en échange de la baronnie provençale d’Aubagne340. Pays d’Empire, lié au royaume par une union personnelle, la Provence qui ne fut rattachée qu’en octobre 1486 à la Couronne de France341 connut entre-temps un statut comparable à celui du Dauphiné. Le comté de Gien, autre legs du comte du Maine, fut cédé dès le mois de décembre 1481 par Louis XI à sa fille Anne342. Le défunt laissait encore la vicomte de Châtellerault, mais sa possession avait autrefois été en litige et son héritier attendit d’être sûr de ses droits avant de la réunir au Domaine en décembre 1482. Le vieux roi, qui ces dernières années avait souvent préféré passer l’hiver en Poitou, comptait y faire « partie du temps nos habitations et demourances »343, mais il n’en eut plus le loisir.

  • 344 Lettres, t. VI, pp. 159-160.
  • 345 Ord., t. XVIII, pp. 350-356, 509-512 ; Lettres, t. VII, note 1 pp. 186-187 ; Viala, t. II, pp. 52, (...)
  • 346 Lettres, t. VII, note 1 p. 207. - Le roi lui envoya ces dernières lettres le 24 novembre (ibid., pp (...)

134À côté de la captation de l’héritage angevin qui, la Succession de Bourgogne mise à part, fut la grande affaire de sa politique domaniale à la fin du règne, Louis XI tendit nettement à restaurer et accroître le patrimoine de la Couronne dans ces années, tant par l’acquisition de droits que par la réunion de terres aliénées. Dès le 22 avril 1477 il avait annoncé au comte d’Auvergne, seigneur légitime du comté de Boulogne récemment soumis, son intention de le garder pour lui en raison de son importance stratégique et de l’en indemniser344. Le 9 janvier 1478, officiellement à la prière du comte, le roi lui échangea cette terre contre la jugerie de Lauragais et divers droits domaniaux dans la sénéchaussée de Carcassonne et Béziers jusqu’à concurrence du revenu ordinaire net du Boulonnais, estimé après enquête à 5 457 1. 19 s. 6 d. ob. pte.t., et érigea le tout en comté ; en outre le comte fut tenu quitte des frais de reconquête. Le Parlement de Toulouse s’opposa à la cession du Lauragais et réussit à entraîner la Chambre des Comptes de Paris, mais le souverain signifia de nouveau sa volonté à ses officiers le 11 novembre. Le Parlement de Paris enregistra pour sa part les lettres royaux le 7 décembre345 ; il est vrai que par d’autres lettres en date du 18 avril le comté de Boulogne avait été réuni au Domaine, érigé en sénéchaussée et ramené dans le ressort de la cour parisienne346.

  • 347 Le versement à Madeleine de France fit l’objet d’une rubrique spéciale pour recouvrement de places, (...)
  • 348 Ibid., t. IV, note 1 p. 192.

135Si le monarque ne s’émut guère des représentations des parlementaires toulousains touchant la situation stratégique du Lauragais aux frontières de l’Espagne, il invoqua pourtant ce même argument lorsqu’il entreprit en 1479 de récupérer la seigneurie de Mauléon-de-Soule, sa première réunion à son avènement, qu’il lui avait fallu rendre par la suite au défunt comte de Foix Gaston IV avec clause de rachat pour 10 000 écus. Le maire de Bordeaux Jean de Blanchefort fit verser à Madeleine de France, sœur du roi et tutrice du jeune comte, les 16 041 1. 13 s. 4 d.t. convenus et reprit possession de cette terre. L’entourage de la princesse avait été généreusement gratifié pour la décider. Son maître d’Hôtel Barthélemy de la Roque reçut à lui seul 2 000 écus valant 3 208 1. 6 s. 8 d.t. pour services rendus au roi ; à côté de ces fonds, fournis par les finances de Languedoc347, Louis XI remit dans le même but 1 000 écus à de Blanchefort le 15 juillet « pour acquicter certaines promesses et faire plusieurs dons et gratuitez secretes »348.

  • 349 Viala, t. II, pp. 51,419 et note 4.
  • 350 Lettres, t. IX, pp. 69-70, 80-81.
  • 351 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 296-297.

136En mai 1481 le roi acheva de s’approprier les anciens domaines de la Maison d’Armagnac en réunissant officiellement à la Couronne la place de Lectoure349, entre ses mains depuis le drame de 1473. La même année s’ouvrit le dernier acte de l’abaissement de la Maison d’Alençon. Le duc René, auquel le souverain ne reconnaissait que le titre de comte du Perche, fut arrêté et ses biens saisis ; le sénéchal d’Anjou fut commis à l’administration de certaines de ses terres durant son procès350. Le 22 mars 1482 l’arrêt de condamnation du Parlement de Paris lui confisqua ses possessions351, mais contrairement à ce qui s’était jadis passé en pareil cas le monarque ne paraît pas les avoir redistribuées : il garda le duché d’Alençon et le comté du Perche pour lui.

  • 352 Legeay, t. II, p. 360.
  • 353 Lettres, t. VIII, pp. 181-183.
  • 354 Ord., t. XVIII, pp. 405-406.
  • 355 Pris par leurs fonctions à la Chambre, ils ne se mirent à l’ouvrage que le 12 septembre, après que (...)
  • 356 Jassemin, note 2 p. 306.

137Louis XI préparait d’autres successions encore. Le 21 janvier 1480 il donna ses instructions à trois commissaires pour négocier le rachat au duc de Brabant, gendre de l’héritière de la Maison de Blois, la comtesse de Penthièvre, de ses droits au duché de Bretagne352 ; les tractations aboutirent vers le 29 avril à la cession par le roi de deux petites seigneuries de la prévôté et vicomté de Paris et 1 750 l.t. de rente sur le Domaine de la vicomte de Rouen, avec faculté de rachat pour 35 000 l.t. en une fois353. Si en juin 1478 le monarque abandonna au duc de Lorraine ses droits sur le duché de Luxembourg et la Comté de Bourgogne moins Auxonne et Saint-Laurent354, pays qu’il ne contrôlait alors ni l’un ni l’autre, ce n’était qu’une manœuvre tactique pour distraire son importun rival de la Succession d’Anjou, la suite des événements le montra bien. L’inventaire du Trésor des Chartes qu’il commanda en 1482 était peut-être destiné à faciliter à l’avenir la recherche de ses droits, d’autant que ce furent des gens des Comptes, les clercs Pierre Amer - orfèvre en la matière - et Guillaume de Sailly et le greffier Louis le Blanc, qu’il y commit le 3 mars355. Un geste symbolique témoigne en tout cas de sa volonté d’en finir avec les principautés territoriales : en 1479, s’étant fait apporter les lettres originales de constitution de l’apanage de Guyenne, il les jeta au feu356. La Chambre des Comptes dut frémir d’horreur à cet autodafé sacrilège de ses archives, mais n’osa protester.

  • 357 Lettres, t. VIII, pp. 321-322.

138La Succession de Bourgogne, qui excédait de beaucoup le simple cadre de la politique domaniale, fut réglée la toute dernière au moins autant par la diplomatie que par les armes. Les subsides royaux y eurent leur part : dans ses instructions du 1er décembre 1480 à ses négociateurs Louis XI leur prescrivit d’amener les représentants de Maximilien à reconnaître que leur maître n’avait aucun droit sur Lille, Douai et Orchies « en leur baillant dix mille petites livres la ou il est dit ». Il ne croyait d’ailleurs pas qu’ils consentissent jamais à lui céder ces places, mais peut lui importait au fond car, exposait-il, jamais Marie et Maximilien n’en pourraient tirer autant d’argent que Charles le Téméraire357 : ses adversaires étaient loin de l’autorité du dernier duc de Bourgogne, qui lui-même n’avait pu égaler la capacité du roi de France à lever l’impôt.

  • 358 Legeay, t. II, pp. 474-475.

139Enfin le traité d’Arras trancha la question le 23 décembre 1482. Tout finirait par un mariage : le dauphin épouserait Marguerite d’Autriche, fille de Marie et Maximilien, qui lui apporterait en dot l’Artois, la Comté de Bourgogne, le Mâçonnais, l’Auxerrois, Salins, Bar-sur-Seine et Noyers - toutes terres que le souverain détenait de facto, et que son rival lui reconnaissait de jure. Celles-ci reviendraient à Philippe le Beau, frère de Marguerite, si elle mourait sans enfants, mais le monarque pourrait retenir l’Artois et la Comté tant qu’on ne lui aurait pas rendu Lille, Douai et Orchies. En outre le bailliage de Saint-Omer serait remis au dauphin après la consommation du mariage, mais retournerait à sa belle-famille si son épouse disparaissait avant lui. De son côté Louis XI constituerait à sa bru un douaire de 50 000 l.t. par an et renoncerait aux droits de Marguerite sur le reste de l’héritage bourguignon, à moins que Philippe ne mourût sans postérité. Enfin Marguerite d’York, veuve du Téméraire, rentrerait dans la jouissance de son douaire sauf dans les terres cédées au roi, qui l’en indemniserait par le versement de 20 000 écus358. Louis XI avait très largement obtenu satisfaction.

  • 359 Lettres, t. IX, note 2 p. 56 ; cf. supra, p. 189. - Il s’agit du seul cas de vif-gage que nous ayon (...)
  • 360 Ord., t. XVIII, pp. 569-576 ; Lettres, t. VIII, pp. 269-271 (aux gens des Comptes, 3 septembre). - (...)
  • 361 AN, Xla 8 607 f° 158 v° ; Lettres, t. VII, pp. 295-296. - Le roi préparait ce mariage depuis un an (...)
  • 362 AN, Xla 8 607 f° 235 v° ; Ord., t. XVIII, note (a) p. 568 ; Lettres, t. VIII, pp. 258-259.

140Cette volonté de restaurer et d’étendre le Domaine, d’éliminer les principautés territoriales et de prendre le contrôle des régions stratégiques n’empêchait nullement le roi de continuer par ailleurs à distribuer largement des terres. De nouveaux mariages en furent l’occasion. Le 31 juillet 1478 le monarque remit ainsi en vif-gage la vicomté de Carentan à Antoine de Bueil et à sa demi-sœur Jeanne, bâtarde de France, mariés depuis 1461, pour que son revenu net évalué à 1 800 l.t. par an contribuât au règlement de la dot359. Par le traité de mariage de sa nièce Anne de Savoie au prince Frédéric de Tarente, fils du roi Ferrand de Naples, il s’engagea le 1er septembre suivant à fournir pour sa dot des terres d’un revenu de 12 000 l.t. avec titre de comté ; en exécution de l’accord, bien que la princesse fût décédée entre-temps, il donna en août 1480 au veuf et à leur fille la composition du commun de la paix de Périgord et dix seigneuries rouergates qu’il érigea en comté de Villefranche-de-Rouergue360. Enfin, vers le 27 avril 1479 le roi céda à Jeanne de Bourbon, en faveur de son union à Louis de Joyeuse, le comté de Chartres et la ville de Bonneval jusqu’à concurrence de 2 000 l.t. de rapport annuel361, mais vers le 13 août 1480 il les leur échangea contre les seigneuries de Marvejols, Chirac et autres terres du Gévaudan pour le même revenu362. Ce n’étaient plus là les grandes aliénations matrimoniales de naguère.

  • 363 AN, Xla 8 607 f° 95, 96 ; Lettres, t. VI, pp. 320-321.
  • 364 Il s’agissait de le désintéresser du comté d’Auxonne (Ord., t. XVIII, pp. 467-468).
  • 365 Pilot de Thorey, n° 1 710, t. II, p. 268 et note 3 pp. 268-269.
  • 366 Ord., t. XVIII, note (a) p. 497 (sous le nom erroné de Bagneux) ; Lettres, t. VIII, pp. 97-98 (au P (...)

141Pour le reste, il serait fastidieux d’énumérer les nombreux dons de terres faits par le souverain dans ses dernières années. Notons toutefois que les Bourguignons ralliés en eurent leur bonne part. Le bâtard Antoine de Bourgogne reçut vers le 4 février 1478 la châtellenie de Bapaume d’une part, le comté d’Ostrevant et la châtellenie de Bouchain de l’autre363, et en juillet suivant six seigneuries champenoises érigées en sa faveur en comté de Sainte-Menehould364. Entre-temps Philippe de Hochberg, maréchal de Bourgogne, fut nanti en avril de la terre de la Côte-Saint-André en Dauphiné365. Enfin le bâtard Baudouin de Bourgogne obtint en septembre 1479 la seigneurie de Bagnols et d’autres terres pour 2 000l.t. de revenu annuel366.

  • 367 AN, Xla 8 608 f° 32 v°, 96, 97 v°, 102 v° respectivement.
  • 368 Ord., t. XVIII, pp. 494-495.

142Plus tard ce sont les services du premier médecin ordinaire du roi qui furent récompensés par son patient déclinant : Jacques Coictier obtint en mai 1482 la seigneurie de Rouvres dans le bailliage de Dijon, le 26 septembre, puisqu’il lui fallait être constamment près de Louis XI, une maison dans la basse-cour du château du Plessis précédemment occupée par le seigneur du Lude, le même mois les châtellenies de Saint-Germain-en-Laye et Poissy, en novembre enfin les seigneuries de Grimont et Poligny dans la Comté de Bourgogne367. Ces dons posaient le sempiternel problème des charges ordinaires portées par les terres concédées, « fiefs » ou rentes des vassaux, « aumônes » ou rentes des églises et gages des officiers locaux, que les aliénataires refusaient souvent d’honorer bien qu’ils y fussent tenus. Devant les plaintes qui lui venaient à ce sujet de Bourgogne, où il avait distribué des seigneuries à ses fidèles, le souverain habilita le 3 août 1479 le général et la Chambre des Comptes du pays à faire prélever d’office ces charges par les receveurs ordinaires sur leurs revenus sans s’arrêter aux oppositions368. Il n’entendait pas que la cupidité de ses obligés lui aliénât la noblesse et le clergé locaux.

7. La croissance de l’État.

  • 369 Contamine, Guerre, État et société, p. 295.

143Même après la mort de Charles le Téméraire la politique de Louis XI continua d’accroître les besoins civils de l’État royal, tant par la poursuite de son propre développement institutionnel que par l’incessante gratification de tous les serviteurs, obligés et alliés du souverain dont nous avons déjà vu bien des exemples. L’apogée de l’autorité personnelle du prince dans ces dernières années se traduisit par l’expansion des services de l’Hôtel qui l’entouraient. La Maison militaire, en charge de sa sécurité, ne cessait de s’étoffer : à côté des 100 lances, séparées de leurs archers et redevenues les 100 gentilshommes de l’Hôtel en 1478, un second groupe rassemblait 33 hommes d’armes la même année, 44 en 1479, 51 en 1480, 62 en 148 1 369. Sur le plan financier, le démembrement des lances de la garde ne fut pas un retour à la situation antérieure : au lendemain de la réforme, en 1478-1479, la dotation des 100 gentilshommes était certes en retrait sur celle des 100 lances quatre années auparavant, mais elle représentait plus du double des crédits des 120 gentilshommes d’avant 1474. Le budget des archers écossais restait pour sa part inchangé, mais celui des archers français avait progressé d’un quart, en partie par suite du recrutement d’archers extraordinaires (tableau 30). Au total le coût des trois anciens corps de la garde, qui atteignait alors les 100 000 l.t., était à peu près au niveau de 1474-1475 sous l’effet de la récente réorganisation, mais comme nous l’avons vu de nouvelles forces se développaient parallèlement.

Tableau 30 : Crédits des compagnies anciennes de la garde du corps du roi en 1478-1479
(en livres tournois)

Tableau 30 : Crédits des compagnies anciennes de la garde du corps du roi en 1478-1479(en livres tournois)

Note * : Par rapport aux cent lances fournies dont ils sont issus.

BN, ms. fr. 23 265 f° 1-2 pour 1478-1479 ; cf. supra, tableau 18 p. 400 pour 1474-1475.

144Parmi les services civils de l’Hôtel, trois comptes consécutifs conservés pour cette période nous renseignent sur la situation financière de la Chambre du roi (tableau 31). L’essor de la première moitié des années soixante-dix était brisé : dès 1478-1479, réduite aux « Menues affaires » par un démembrement, celle-ci avait perdu la moitié de sa recette depuis le milieu de la décennie et ses crédits ne se redressèrent pas avant le début des années quatre-vingts. La dépense avait toutefois reculé en proportion et les comptes étaient à peu près équilibrés, les sorties excédant à peine les rentrées, en sorte que l’excédent de gestion accumulé dans les premières années de sa commission par le secrétaire Pierre Symart, comptable depuis 1475-1476, suffisait amplement à couvrir les déficits.

Tableau 31 : Comptes de la Chambre du roi de 1478-1479 à 1480-1481
(en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Tableau 31 : Comptes de la Chambre du roi de 1478-1479 à 1480-1481(en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Note * : Par rapport aux cent lances fournies dont ils sont issus.

Éd. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel, pp. 348-362, 363-379, 380-396 ; cf. supra, tableau 19 p. 401.

145Une fois encore, ce sont cependant les rôles des paiements du receveur général de Languedoc pour 1478-1479 et de son confrère de Normandie pour 1482 qui nous éclairent sur le budget des hôtels royaux et leur évolution (tableau 32). La stagnation de l’enveloppe allouée à l’Argenterie du roi confirme ce que nous indiquent les comptes de la Chambre : à la notable exception des aumônes, dont le développement avait conduit à la création d’une caisse distincte, les dotations privées du souverain restaient fort sages. Le quasi-doublement des crédits affectés aux menus officiers dans la seconde moitié des années soixante-dix témoigne en revanche éloquemment de l’accroissement du personnel de l’Hôtel. L’effectif de l’Écurie, indispensable service des transmissions du monarque, fut aussi augmenté : entre 1473-1474 et 1481-1482 la recette ordinaire de son comptable n’avait progressé que de 10 %, mais il s’y ajoutait un supplément de 12,2 % « pour creüe de gens a lui baillez par ledit seigneur ».

  • 370 Marie et Louise (à ne pas confondre avec la mère de François Ier), sœurs de la princesse de Tárente (...)

146De même, la recette de l’Hôtel de la reine, gérée par le maître de sa Chambre aux Deniers, en même temps commis à son Argenterie et à son Écurie, avait reculé d’un quart entre 1473-1474 et 1478-1479, sans doute par suite du mariage des filles de France, mais elle était augmentée de 10,1 % par une subvention spéciale « pour creüe d’assignacion et parties nouvelles », dont 1 200 l.t. pour la duchesse d’Orléans Jeanne de France. Trois ans plus tard les crédits courants étaient certes en hausse, mais ils devaient désormais couvrir les frais supplémentaires à la charge de la reine, comprenant les 1 200 l.t. de Jeanne, 4 000 l.t. pour les enfants de Savoie370 et 1 200 l.t. pour une pension, en sorte que cette apparente progression cachait une baisse de 2,4 % de la dotation globale. Enfin la recette de l’Hôtel du dauphin, dont le maître de la Chambre aux Deniers était en même temps l’argentier et le commis à l’Écurie, s’éleva d’un tiers dans la seconde moitié des années soixante-dix mais plafonna ensuite. Sa famille ne ruinait pas le roi.

Tableau 32 : Crédits des principaux services des hôtels royaux en 1478-1479 et 1481-1482
(en livres, sous et deniers tournois)

Tableau 32 : Crédits des principaux services des hôtels royaux en 1478-1479 et 1481-1482(en livres, sous et deniers tournois)

Note * : Recette ordinaire.
Note ** : Supplément.

BN, mss. fr. 23 265 f°l-2, 4 pour 1478-1479, 23 266 f° 5 pour 1481-1482 ; cf. supra, tableau 19 p. 401.

147Ces crédits souvent stables ou en faible progression étaient il est vrai régulièrement excédés par les dépenses, quand ce n’étaient pas les assignations qui n’avaient pas été honorées : alors, au budget ordinaire du service et à ses éventuels suppléments s’ajoutait une rallonge pour rembourser le comptable de sa « passe » de l’exercice échu, qu’il avait dû couvrir de ses deniers. À défaut de connaître pour 1477-1478 et 1480-1481 la recette des caisses domestiques dont le passif fut ainsi épongé par une subvention ad hoc l’année suivante, nous pouvons nous faire une idée de l’importance du déficit en rapportant ce remboursement à la dotation propre du nouvel exercice ; en 1481-1482 il nous est en revanche possible de confronter la recette et son dépassement par la dépense de la même année (tableau 33).

Tableau 33 : Déficits des services des hôtels royaux de 1477-1478 à 1481-1482
(en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Tableau 33 : Déficits des services des hôtels royaux de 1477-1478 à 1481-1482(en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Note * : Surcoût relatif du remboursement dans l’exercice suivant.
Note ** : Dépassement relatif de la recette.

Ibid. et BN, ms. ff. 23 266 f° 21-22 pour les déficits de 1481-1482 épongés dans l’exercice suivant.

148D’ampleur très diverse selon les services, le remboursement du précédent passif constituait souvent un surcroît de dépenses non négligeable, qui s’accrut nettement sur la fin du règne dans l’Hôtel du dauphin et surtout l’Argenterie du roi. L’équilibre financier constaté dans la Chambre du roi n’était donc pas la règle, et l’écart tendait globalement à se creuser entre des dotations presque timides et des dépenses en progrès. Les débours de l’Argenterie du roi se seraient ainsi élevés de 31 318 1. 10 s. 11 d.t. en 1477-1478 à 37 562 1. 16 s. 11 d.t. en 1480-1481 (+ 19,9 % en trois ans, soit + 6,2 % en moyenne annuelle) avant de bondir à 45 701 1. 4 s. 4 d.t. en 1481-1482 (+21,7 %), pour atteindre pratiquement alors le double de ses crédits. Les dépenses des hôtels étaient donc moins sages que les recettes.

149Certes, le fait même que Louis XI ait choisi de couvrir les déficits par des suppléments ponctuels plutôt que d’augmenter en conséquence la recette ordinaire peut suggérer qu’il ne jugeait ni normale ni inéluctable la progression du coût des maisons civiles de la famille royale, la sienne y compris, à la différence de tant d’autres postes budgétaires. Reste que cette pratique s’apparente à celle des crues de taille outre le principal, et que comme l’impôt direct la charge financière des hôtels s’alourdissait. Au total, compte tenu des autres services comme la Chambre du roi, la Chambre aux Deniers ou les Offrandes et aumônes - et peut-être en omettons-nous - le budget de l’Hôtel du roi peut être évalué à quelque 300 000 l.t. en 1478-1479, dont 180 000 l.t. pour sa Maison civile et 115 000 l.t. pour sa Maison militaire peut-être : avec les hôtels de la reine et du dauphin, le coût global tournait autour de 350 000 l.t., soit un sixième de plus qu’en 1474-1475. Trois ans plus tard ces chiffres devaient s’élever à plus de 320 000 l.t. sans doute pour l’Hôtel du roi, dont 200 000 l.t. pour sa Maison civile et plus de 120 000 l.t. pour sa Maison militaire, et approcher la barre des 400 000 l.t. pour les trois hôtels royaux. Ce n’était pas le poste le plus lourd, mais il n’était pas négligeable.

  • 371 Lettres, t. VIII, pp. 290-291. - Amiens devait être le dernier poste avant Franchise, le Nord étant (...)

150En octobre 1479 des infrastructures stables furent établies à travers la France pour le service de l’Ecurie du roi sous la responsabilité de l’ancien commis à l’artillerie du Nord Robert Paon, nommé contrôleur général des chevaucheurs. Ceux-ci furent installés dans des relais toutes les sept lieues, soit une trentaine de kilomètres, sur les principales routes de Tours aux extrémités du royaume, pour faire la navette jusqu’aux postes voisins. Cette organisation permettrait à Louis XI d’être rapidement informé des événements de ses États et des pays voisins, et d’accélérer la transmission de ses ordres : Amiens ou Bordeaux n’étaient plus qu’à vingt-quatre heures à peine de Tours. Nous retrouvons ici le goût du souverain pour les institutions permanentes. Le système était en place sur la route de Franchise via Paris avant le 29 octobre 1480, quand il ordonna que ces messagers, les « postes », fussent escortés au nord d’Amiens371, et sur celle de Bordeaux avant le 13 décembre suivant, quand fut mise en place la ligne de Dijon ; celle du Sud-Est fut établie vers le 25 juin 1481 au moins jusqu’à Lyon, le monarque souhaitant « sçavoir et avoir nouvelles de plusieurs pays circon-voisins comme de Provence, Savoye et Daulphiné ». Une autre encore joignait Tours à Bressuire.

  • 372 Ibid., pp. 213-215, PJ n° 22, p. 442.
  • 373 Caillet, PJ n° CCCXXIV, pp. 629-630.

151Les gages des postes variaient de 131. 15 s.t. à 16 l.t. par mois ; le paiement mensuel des treize chevaucheurs installés sur la route de Bourgogne s’élevait à 1781. 15 s.t. Le réseau reconstitué par René Gandilhon devait dépasser 1 400 kilomètres et l’entretien des postés, sans doute au nombre de plus de cinquante, coûter quelque 8 à 12 000 l.t. par an. Cette charge somme toute modeste n’incombait cependant pas à la caisse de l’Écurie mais aux receveurs généraux372. Les villes étaient aussi mises à contribution : le 15 janvier 1482 le poste de Lyon reçut de la municipalité une indemnité de 10 l.t. pour ses paiements aux guides qu’il avait employés lors de courses de nuit373. Ces lignes de postes qui convergeaient vers le Plessis matérialisaient les fils de l’Araigne » tapie au centre de sa toile, où la clouaient de plus en plus l’âge et la maladie.

  • 374 BN, mss. fr. 23 265 f0 2 pour 1478-1479, 23 266 P 5-6 pour 1482 ; cf. supra, p. 402 pour 1473-1474.
  • 375 BN, ms. fr. 20 683 P 53.

152À côté des imposants crédits des services centraux de l’Hôtel les organes de contrôle faisaient plus que jamais pâle figure. La dotation de la Chambre des Comptes de Paris sur le Trésor et les finances extraordinaires, qui en 1478-1479 n’était plus que de 18 605 l.t., 5,7 % de moins qu’en 1473-1474, était remontée à 19 605 l.t. en 1482 (+ 5,4 %) ; cette même année l’enveloppe allouée au Parlement était de 29 000 l.t. comme huit ans plus tôt, et encore les cours parisiennes semblaient-elles dispendieuses à côté de leurs consoeurs provinciales, telle la Chambre des Aides de Normandie, nantie la même année toujours de 1 650 l.t.374 Les difficultés rencontrées en 1481 par Marin Cavelier, commis au paiement de cette dernière, témoignent au surplus que les institutions aussi pouvaient peiner à recouvrer leurs crédits : 125 l.t. qu’il n’avait pu encaisser auprès de receveurs particuliers dont les états étaient trop chargés par les autres affaires du roi durent lui être réassignées au second semestre375.

  • 376 Ord., t. XVIII, pp. 557-560.
  • 377 Ibid., note (a) en haut de la p. 603.

153Dans les Bourgognes le Parlement reçut son organisation définitive le 24 octobre 1480 quand l’évêque d’Albi, en vertu des pouvoirs que lui avait conférés Louis XI le 9 août, en créa un pour le duché à Dijon et un autre pour la Comté à Salins. En dehors d’un « chevalier » pour chaque pays, les mêmes officiers tiendraient les deux cours en alternance : deux présidents, cinq conseillers clercs, sept conseillers lais, deux avocats et un procureur général du roi, deux greffiers civils et criminels et quatre huissiers ordinaires, en tout vingt-cinq personnes376. Nous ignorons le montant de leurs gages, que le souverain fixa le 29 décembre suivant377.

  • 378 Lettres, t. VIII, note 2 p. 291, pp. 317-318.
  • 379 Lettres, t. IX, note 1 pp. 124-125 ; Gandilhon, p. 253 et note 7. - Nota que la référence donnée pa (...)

154La politique des gratifications, dont les traits les plus saillants ont déjà été présentés, ne se relâcha pas. Le 20 novembre 1480 le vieux souverain exhortait l’un de ses plus éminents compères, le seigneur du Bouchage qu’il appelait « le riche comte » pour sa rapacité, à mener à bien sa mission en écrivant avec une brutale familiarité : « je vous donneray la chose que vous amez le mieux, que est argent »378. Moins cynique peut-être que Bonaparte, le monarque ne pensait pas que l’on menât les hommes par de simples hochets. Parmi les principaux dons pécuniaires à l’intérieur du royaume, citons les 20 000 écus, payables en quatre annuités égales à partir de 1478, accordés à l’ancien général Gaillard « pour subvenir aux très grands frais et comme importables mises et despens qu’il luy a convenu par cy devant, convient chaque jour et conviendra faire au moyen du navigaige des gallées de France, dont le roy lui a donné la charge et conduite » : il s’agissait d’une véritable subvention, dont la première tranche fut versée le 24 août. Par ailleurs, le 7 avril 1480 Louis XI renouvela au même Gaillard le don, peut-être annuel lui aussi, de 1 000 écus « pour soy habituer, loger et utenciller » en Languedoc379.

  • 380 Pilot de Thorey, n° 1 746, t. II, pp. 290-291. - L’analyse de cet auteur nous semble fautive.
  • 381 AN, K 72 n° 38 (mandement du 8 février) et BN, ms. fr. 20 685 p. 723 respectivement. -Peut-être y a (...)
  • 382 BN, ms. fr. 23 266 f° 13. - À notre connaissance il n’y a pas eu de versements à ce sujet en 1483.
  • 383 Op. cit., t. II, note 53 pp. 409-410. - Le mariage fut conclu le 24 août 1479 (Lettres, t. VIII, no (...)
  • 384 Ibid., t. IX, pp. 246-247 ; de Surirey de Saint Remy, p. 197.

155D’autres gratifications étaient plus politiques. Le 4 mai 1479 le souverain s’entendit avec le seigneur de Châtelguyon Hugues de Chalon, oncle du prince d’Orange dépossédé, que Gaston du Lyon avait capturé l’année précédente en Bourgogne. Chalon consentit à passer du service de Marie et Maximilien à celui du monarque, qui s’engagea en retour à lui restituer ses terres, à le marier à sa nièce Louise de Savoie et à lui fournir les 35 000 l.t. qu’il devait encore pour sa rançon380. En exécution de cet accord 3 000 l.t. lui furent assignées en Languedoc et autant en Normandie en 1480381, et encore 12 000 l.t. au total, sans doute le reliquat, en 14 8 2382. Quant à la dot de Louise, elle devait monter à 60 000 écus si l’on en croit Urbain Legeay383, mais nous n’avons trouvé nulle trace de son versement sous quelque forme que ce soit. De même le don de 66 000 écus fait par Louis XI à sa fille Anne vers le 26 juin 1482 n’était en fait qu’un transfert de droits sur cette somme ou les terres qu’elle avait payées : il s’agissait en effet de la part de la dot de la défunte duchesse de Bourbon qui retournait au roi aux termes de son contrat de mariage, la princesse étant morte sans postérité384. L’objet de ce don fictif était de conforter la position de dame de Beaujeu au sein de la Maison de Bourbon.

  • 385 Lettres, t. VII, PJ n° VI, pp. 307-317.
  • 386 Éd. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel, p. 377.
  • 387 Lettres, t. VIII, pp. 217-218.
  • 388 Il s’agissait d’un parent de l’ancien évêque de Beauvais (ibid., t. VII, note 1 p. 244).
  • 389 Ibid, t. IX, pp. 154-155.

156Mentionnons aussi pour mémoire la colossale récompense de 20 000 écus offerte en 1478 par le souverain à qui lui livrerait le seigneur d’Arbent, accusé d’avoir trempé dans un complot du prince d’Orange pour l’empoisonner : la déclaration royale fut publiée le 19 juin à Lyon385. Nul ne toucha cependant ce pactole, unique cas de prime que nous ayons rencontré, car ainsi que nous l’avons vu le défenseur de Joux finit par s’entendre avec le monarque. La dégradation de sa santé profita par ailleurs aux médecins. Relevons pour l’anecdote qu’en 1479-1480 une « sirurgienne », Guille-mette du Luys, reçut 19 1. 5 s.t. de Louis XI « en faveur d’aucuns services qu’elle lui a faiz »386. Le grand bénéficiaire de cette libéralité inquiète fut Coictier, amateur de recettes casuelles, qui se fit céder la moitié des restes dus pour le second semestre 1479 par Antoine Riboteau, commis au paiement des francs-archers du Nord-Est, vers le 24 juin 1480387, puis les droits de Jean Cauchon sur les biens de certains Anglais en novembre 1481388 et les restes des « receveurs commis a recevoir /sic/ les deniers de la reformation du charroy de l’artillerie » avant le 26 janvier 1482, en récompense, exposait son patient, de sa présence « continuellement auprès de nous, nuit et jour, pour nostre santé »389.

  • 390 Ibid., t. VIII, pp. 247-248, 259-260.

157L’administration financière était mobilisée pour les besoins du traitement. À deux reprises, les 31 juillet et 16 août 1480, le roi envoya Pierre le Prince chercher des graines de genièvre rouge en grande quantité autour de la Garde en Dauphiné, où elles étaient réputées les meilleures du pays, en chargeant le trésorier général de le faire assister par un de ses clercs et de payer l’achat et le transport des précieuses graines : il recevrait un acquit pour être en règle devant les gens des Comptes « mais gardés bien, sur tant que vous aymez ma santé, qu’il n’y ait point de faulte »390, le pressait son maître.

  • 391 Jassemin, note 2 p. 256.
  • 392 Lettres, t. IX, p. 303.
  • 393 Ibid., t. X, Supplément, pp. 408-412.
  • 394 Ibid., t. IX, pp. 9-10.
  • 395 Il lui en coûta 40 s.t. (BN, ms. fr. 20 685 p. 726).
  • 396 Le montant de ces rallonges était il est vrai modeste : 200 et 100 l.t. (BN, ms. fr. 20 683 f°53).
  • 397 Éd. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel, pp. 388, 393.

158Pour lui-même le souverain poursuivit son activité de bâtisseur. En 1478 il affecta la moitié du produit des aubaines de Paris à la construction d’un hôtel à Boutigny en Gâtinais391 où il résida très peu, et le 9 septembre 1482 il donna ses instructions au trésorier Bourré pour faire agrandir sa maison de Cléry, parallèlement aux travaux en cours à Notre-Dame392. Son principal chantier, toujours recommencé, restait cependant le Plessis. En 1478 il comptait consacrer à l’achèvement de ses « ouvraiges du Peisseiz » les restes réclamés à Geoffroi Cœur393 ; le 21 février 1481 il annonçait à Bourré, décidément promu surintendant des grands travaux, que le général de Languedoc lui procurerait 2 000 écus pour l’adjonction d’une tour et le creusement d’un fossé394, et au second semestre deux versements à Ambroise Philippe, commis au paiement des travaux, étaient inscrits dans le rôle supplémentaire de dépenses du receveur général de Normandie395. Il avait réuni là une bibliothèque qu’il fit inventorier à la même époque par les notaires tourangeaux Jean Barbier et Germain du Chemin396 ; en 1480-1481, toujours curieux de progrès techniques, il acheta 161. lO s.t. une horloge portative « ou il y a un cadran, et sonne les heures » pour l’accompagner dans ses déplacements, tandis qu’il faisait carrosser l’horloge installée au Plessis397.

  • 398 Lettres, t. VI, pp. 334-335 (3 mars), 336 (5 mars).
  • 399 Ibid, t. VIII, pp. 310-312 (13 novembre), 317-318 (20 novembre), 334-335 (17 décembre).

159Sa passion pour les animaux ne se démentit pas davantage. En mars 1478 il acquit de Bourré, invité à faire son prix, deux chevaux qui lui faisaient envie398 ; à la fin de 1480 il chargea le seigneur du Bouchage d’obtenir en marge des négociations avec Marie et Maximilien quatre ou cinq des beaux lévriers du seigneur de Bossu, mâles et femelles, « pour avoir la rasse » et se montra disposé à en offrir 100 ou 200 marcs d’argent399. Certains chiens du roi étaient confiés au secrétaire Étienne Gassaud, qui percevait 273 1.

  • 400 BN, ms. fr. 20 683 f° 53.
  • 401 Ibid., 54.

16015 s.t. en 1480-1481 tant pour ses gages que pour leur entretien. D’autres encore étaient répartis entre des domestiques de l’Hôtel : au second semestre de 1481, 25 l.t. furent versées à Jean du Bois, écuyer de Cuisine du roi, pour être distribuées à plusieurs personnes à qui Louis XI avait « baillé aucuns de ses chiens a gouverner et nourrir »400. Les goûts du souverain étaient bien connus, et l’ambassadeur anglais Langton jouait sur du velours lorsque, la même année, il lui offrit cinq « chiens docques » : les deux serviteurs de l’avisé diplomate qui les lui présentèrent furent royalement gratifiés de 100 écus par le monarque ravi401.

  • 402 Ibid, f° 55 (1481), ms. fr. 20 685 p. 693 (1478-1479) ; Werner Paravicini, « Des animaux pour un ro (...)
  • 403 Paravicini, art. cit., pp. 115-116. - Déjà en 1480 le roi vieillissant n’avait pas acquis moins de (...)

161Sur la fin de sa vie l’intérêt de Louis XI s’étendit cependant à une faune plus exotique. Toujours en 1481 il reçut six élans et six rennes, moitié de chaque sexe, commandés deux ans plus tôt au marchand hanséate Bernhard Morre, de Kampen, au prix de 1 875 l.t. dont 750 d’arrhes : les 1 125 l.t. du reliquat furent alors versées à son fils Wilhelm, qui avait débarqué les bêtes à Honfleur, et 160 1. 8 s. 4 d.t. à Jean Gilbert, valet de chambre du roi, pour les frais de leur convoiement jusqu’en Touraine402. En octobre 1482 le souverain dépêcha un messager à Marseille pour s’informer de l’arrivée de galères qui devaient amener des animaux sauvages, peut-être les faucons, autruches « et aultres nouvelletés » qu’il avait envoyé quérir à Tunis vers la même époque par le marchand poitevin Pierre Suronneau, qui fut capturé par des pirates catalans403.

162L’évaluation globale de l’évolution des dépenses de la monarchie à la fin du règne se heurte aux mêmes insuffisances documentaires que précédemment ; du moins pouvons-nous une fois encore glaner quelques indications. En Languedoc la fin de la guerre de Roussillon n’apporta aucun répit, et le total des charges assignées sur les finances du pays continua à progresser à un rythme très soutenu jusqu’à la fin des années soixante-dix ; la nouvelle décennie paraît en revanche s’être ouverte sous des auspices plus favorables, s’il faut en croire le contre-rôle de la recette générale pour 1480-1481 (tableau 34 et graphique 11). Si appréciable fût-il, ce tardif soulagement des finances méridionales était toutefois bien loin d’effacer l’alourdissement de leur fardeau aux cours des années écoulées.

Tableau 34 et graphique 11 : Dépense assignée sur la recette générale de Languedoc de 1476-1477 à 1480-1481
(en livres, sous, deniers, oboles etpites tournois)

Tableau 34 et graphique 11 : Dépense assignée sur la recette générale de Languedoc de 1476-1477 à 1480-1481(en livres, sous, deniers, oboles etpites tournois)

Note* : + 8,2 % en moyenne annuelle.
Note** : - 6,7 % en moyenne annuelle.

BN, mss. fr. 23 264 f° 20 pour 1476-1477, f° 54 pour 1477-1478, 23 265 f° 19 et 20 (rôle complémentaire) pour 1478-1479, 23 915 f° 185 v° pour 1480-1481 ; cf. supra, tableau 21 p. 409.

163Nous ne disposons en revanche que de données globales hétérogènes pour la Normandie, qui supportait le quart environ du budget du royaume (tableau 35). Si nous les confrontons faute de mieux, en admettant que les recettes devaient tâcher de couvrir à peu près les dépenses nous trouvons que les fonds gérés par le receveur général du pays, après avoir augmenté de 60 % entre 1474 et 1479, auraient vu leur progression s’accélérer encore au début des années quatre-vingts avant de se tasser en 1482, ce qui rejoindrait la légère détente fiscale observée alors. Il est certain en tout cas que les paiements assignés en Normandie doublèrent en huit ans, de 1474 à 1482, ce qui représente une hausse annuelle moyenne de plus de 9 %.

Tableau 35 : Dépense et recette en Normandie de 1479 à 1482
(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)

Tableau 35 : Dépense et recette en Normandie de 1479 à 1482(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)

Note* : Paiements effectifs.
Note** : Paiements ordonnés.
Note*** : + 9,8 % en moyenne annuelle.

BN, ms. ff. 20 685 pp. 712 pour 1479, 714 pour 1480 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 p. 291 pour 1481 (cette somme est à l’évidence arrondie à la livre tournois) ; cf. supra, p. 410.

164L’examen des divers postes de dépenses permet de mieux cerner les causes de l’évolution générale. Il éclaire ainsi le bond record des charges languedociennes de 30 % en deux ans à la fin des années soixante-dix (tableau 36). Les pensions occupaient alors la première place et les deniers payés par ordonnance du roi quadruplèrent, mais la flambée concerna surtout les services de l’État. Depuis la fin de la guerre du Roussillon le pays était toutefois ménagé par les crédits militaires, dont le poids relatif reculait : le coût de la défense des comtés catalans régressa même en valeur absolue. Longtemps plafonnées, les assignations méridionales des hôtels royaux progressèrent, mais moins rapidement que la moyenne. L’essentiel du surcroît de fardeau se concentra donc sur les dotations des comptables civils non domestiques, des commis aux subsides étrangers notamment, les crédits des Suisses s’étant entre-temps ajoutés à ceux des Anglais. Ce n’est pas l’armée mais la seule libéralité royale qui emballa ici les dépenses.

Tableau 36 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1476-1477 et 1478-1479
(en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Tableau 36 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1476-1477 et 1478-1479(en livres, sous, deniers et oboles tournois)

Note* : Part des crédits des services de l’État.
Note** : Part des crédits militaires.

BN, mss. fr. 23 264 f° 2-20 pour 1476-1477, 23 265 f° 1-19 pour 1478-1479.

165La comparaison à plus long terme des rôles des dépenses de la recette générale de Normandie pour 1474 et 1482, qui encadrent une période marquée à la fois par la guerre dans le Nord dont le duché fut une base arrière et par la réforme militaire, n’offre pas moins d’intérêt (tableau 37).

166Malgré l’envolée des dons et récompenses, la progression des charges civiles fut ici timide. C’est la flambée des crédits militaires qui entraîna le doublement des dépenses : nous l’avons déjà vu, ils finirent par engloutir l’essentiel des deniers royaux dans cette généralité. À eux seuls les fonds des mercenaires suisses et du champ de guerre du roi rendent compte de 57,6 % de la hausse du budget militaire et de 55,4 % de l’ensemble des nouvelles assignations, alors que les gratifications aux Anglais et aux Cantons n’y entrent que pour 4,4 %. Non seulement la libéralité royale n’occupait en 1482 qu’une place marginale dans les finances du pays écrasées par l’armée, mais ces traits déjà nets en 1474 s’étaient encore affirmés.

Tableau 37 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Normandie en 1474 et 1482
(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)

Tableau 37 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Normandie en 1474 et 1482(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)

Note* : Y compris gardes de places.
Note** : Part des crédits des services de l’État.
Note*** : Part des crédits militaires.

BN, mss. fr. 23 264 f° 23-34 pour 1474, 23 266 f° 4-17 pour 1482. - Les pensions représentaient l’essentiel de l’ensemble des gages, gardes de places et pensions : 98 600 l.t. (8,8 % des charges) en 1482.

167La confrontation des exemples languedocien et normand - étudiés sur des périodes inégales il est vrai - a le mérite de souligner que la ventilation des dépenses revêtait dans chaque généralité des traits spécifiques, en sorte qu’elle n’offre pas une fidèle reproduction en miniature du budget général de la monarchie, ni de son évolution. La prudence est donc de mise, surtout en l’absence des archives comptables du Languedoïl par où devait transiter une bonne moitié des deniers royaux. Par-delà leurs singularités, le Languedoc et la Normandie nous livrent néanmoins des enseignements communs en illustrant les diverses facettes d’une hausse des dépenses qui s’est poursuivie à un rythme soutenu dans les dernières années du règne, jusqu’en 1481 au moins. Ses moteurs ont été en premier lieu la croissance de l’appareil militaire, mais aussi le développement des services centraux de l’État et plus encore l’expansion de la politique de gratification royale envers le Ciel et les hommes. Il faut néanmoins rendre cette justice à Louis XI que si, comme Louis XIV, il fit souffrir les Français à la fin de son règne par sa politique dispendieuse, son propre agrément matériel - sinon son confort spirituel - n’y eut guère de part. L’austère Plessis n’était pas Versailles et faisait pâle figure à côté des palais des anciens ducs de Bourgogne.

  • 404 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 213-214.

168Sur la fin du règne les besoins de la monarchie devinrent un gouffre financier parce qu’ils n’étaient plus tant déterminés par la réalité que par l’arbitraire du prince : Franchise, le champ de guerre, le dérapage des libéralités pieuses en portent témoignage. Malgré toute sa faveur Philippe de Commynes ne fut, comme bien d’autres, que le spectateur impuissant d’une dérive qu’il réprouvait : « si un prince est fort et a grand nombre de gens d’armes, par l’auctorité desquelz il ayt deniers a voulenté pour les payer et pour despendre en toutes choses voluntaires et sans necessité de la chose publicque, et que de celle folle et oultraigeuse entreprise ne vueille riens diminuer, et que chascun, en tant que a luy touche, en feist remonstrance et que l’on n’y gaigne riens mais, qui pis est, que l’on encoure son indignation, qui y pourra mectre remedde, si Dieu ne le y mect ? »404 Quand s’acheva l’année 1482 le remède, surnaturel ou non, ne devait plus tarder.

Notes

1 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 372, 380-381, 384-390 ; Lettres, t. IX, pp. 86-87. - L’interpolation de Jean le Clerc montre que Chabannes fit partie de la charrette (ou, comme il l’écrit, la « volée ») des capitaines déchargés en 1478 (cf. infra, p. 536). La belle lettre de Louis XI à son vieux chef de guerre est connue par le Clerc, qui n’en reproduit pas la date, et par une copie de l’abbé Le Grand, qui donne celle de Tours, le 1er novembre. Vaesen a corrigé en « Thouars » et édité cette pièce sous la date de 1481, ce qui eût été bien tardif ; déjà Kendall l’avait ramenée à 1479 (op. cit., p. 416). Au reste le roi était le 1er novembre 1478 au Plessis-du-Parc, ce qui est tout à fait compatible avec une datation de Tours.

2 Contamine, Guerre, État et société, p. 285.

3 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 84-85, 88-89 ; de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, pp. 387-388 ; Contamine, op. cit., pp. 285, 309.

4 BN, ms. fr. 21 425 n° 3.

5 Contamine, op. cit., p. 285.

6 BN, ms. fr. 20 685 p. 687.

7 Ibid., p. 703 ; ms. fr. 23 265 f° 5. - Sur ce personnage, ancien serviteur du duc de Calabre, cf. Pilot de Thorey, t. II, note 2 p. 297.

8 Contamine, op. cit., p. 308.

9 Lettres, t. IX, note 1 p. 6 ; Gandilhon, p. 307.

10 Caillet, p. 227.

11 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 3 p. 89 ; Contamine, op. cit., pp. 308-309.

12 Lettres, t. VI, pp. 303-305 (cf. supra, note 111p. 486) ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 264.

13 Contamine, op. cit., p. 364.

14 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 92-93.

15 BN, ms. fr. 23 907 f° 61-68 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 88-89 ; cf. supra, pp. 462-463.

16 Lettres, t. VII, pp. 281-282.

17 Du propre aveu de Basin (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 92-93).

18 Ibid., note 2 pp. 92-93 ; Gandilhon, p. 199 et note 4 ; Contamine, op. cit., pp. 301, 309.

19 Éd. Calmette & Durville, loc. cit.

20 Basin place ces projets dans l’hiver de 1478-1479, mais sa chronologie est parfois fautive : il les associe d’ailleurs à l’attaque que le roi eut aux Forges en mars 1481 (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 86-87).

21 Contamine, op. cit., p. 342.

22 Lettres, t. VIII, pp. 114-115.

23 BN, ms. fr. 21 427 n° 40.

24 Ibid., 39.

25 Op. cit., p. 315.

26 Ibid., p. 342 ; Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes. Le cas de Tours », pp. 490-491, 493 ; id., Tours, ville royale, tableau 20 p. 521 (avec une coquille : « pipes » au lieu de « piques »).

27 Cf. infra, p. 542.

28 BN, ms. fr. 21 427 n° 42 ; cf. Lettres, t. VIII, pp. 340-342.

29 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 320-321, 334-337 ; Gandilhon, p. 199 ; Contamine, op. cit., p. 343. - Gandilhon, qui parle de 4 000 hommes recrutés en 1481 et autant en 1482, nous paraît avoir mal interprété ses sources ; tous les historiens s’accordent en tout cas sur le total de 14 000 fantassins, attesté dès l’origine par les archives comme nous le verrons plus bas.

30 De Roye / de Mandrot, t. II, note 2 pp. 103-104.

31 Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 320-321 (la traduction parle par erreur de 5 francs par jour !) ; Contamine, op. cit., p. 364, Annexe VI, D, p. 634.

32 BN, ms.fr. 20 685 p. 715.

33 BN, ms. fr. 23 266 f° 7 (1482) ; Borrelli de Serres, t. III, pp. 241-242 ; Contamine, op. cit., note 49 p. 343.

34 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 284-285.

35 Témoins Jean de Roye (éd. de Mandrot, t. II, p. 106) et Basin (éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 334-337).

36 Sée, note 4 pp. 133-134. - L’auteur paraît situer cette dépense en 1467, ce qui est impossible car Amiens était alors bourguignonne ; elle ne peut relever, croyons-nous, que des grandes commandes de la fin de 1480.

37 Gandilhon, pp. 203-204. - La comparaison des prix fixés dans le tarif pour les différentes armes montre que l’essentiel de leur coût était dû à la fabrication de leurs fers.

38 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 106-107 ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 284-285.

39 Lettres, t. IX, pp. 52-53.

40 De Roye/de Mandrot, t. II, p. 107 et note 2 pp. 107-108 ; Commynes/Calmette & Durville, t. II, note 2 p. 284 (sous la date erronée de 1479) ; Contamine, op. cit., p. 300. - Selon de Mandrot les nouvelles troupes étaient déjà stationnées à Abbeville et Famechon avant de se rendre au Pont-de-l’Arche.

41 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 320-321.

42 Ibid., pp. 336-337 ; Gandilhon, p. 197 ; Contamine, op. cit., pp. 341-342.

43 Ibid., note 49 p. 343.

44 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 284.

45 Contamine, p. 301.

46 BN, ms. fr. 20 683 f° 53.

47 Legeay, t. II, p. 424.

48 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 285.

49 Éd. Garand & Samaran, t. III, pp. 336-337.

50 Contamine, op. cit., p. 341 ; cf. infra, p. 538.

51 BN, ms. fr. 23 913 f° 100-114.

52 Contamine, op. cit., pp. 375-376 et carte 6 p. 376.

53 Ibid., pp. 386,395.

54 Ibid., pp.298,312.

55 BN, ms. fr. 20 685 p. 697.

56 Ibid., pp. 720-721.

57 Ibid., pp. 707 (1479), 720 (1480).

58 Éd. Augustin Thierry, Recueil des monuments inédits de l’Histoire du tiers état, t. IV, pp. 301-302.

59 BN, ms. fr. 20 683 f° 54. - En 1482 le bâtiment de Jolys est désigné comme « la grant nef du roy nommée la Grant Espaignolle » (ms. fr. 23 266 f° 12) : peut-être était-il de construction castillane.

60 Lettres, t. VII, pp. 75-76.

61 Calmette & Périnelle, PJ n° 82, pp. 393-395.

62 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 30.

63 En novembre 1477 seulement (Ord., t. XVIII, note (a) en haut de la p. 308).

64 BN, ms. fr. 23 265 f° 19.

65 Gilles, note 69 p. 228.

66 Ils reçurent ce jour 55 l.t. en tout pour leurs frais (AN, K 72 n° 51).

67 Lettres, t. X, pp. 12-13.

68 Ibid., t. VI, pp. 321-322.

69 A moins que Genas, se remémorant la menace royale, n’en ait lui-même pris l’initiative (BN, ms. fr. 23 265 f° 3).

70 Viala,t. I, p. 129.

71 Caillet, p. 223.

72 Lettres, t. VI, pp. 306-310, 327-328.

73 Legeay, t. II, p. 311.

74 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 267.

75 Contamine, op. cit., p. 295.

76 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 74-75.

77 Caillet, p. 239.

78 Lettres, t. VI, pp. 306-310.

79 Ibid., pp. 314-315.

80 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 65-67 (nota que cet auteur ne parle pas des francs-archers) ; sur le ravitaillement de l’armée du Nord cf. supra, p. 463.

81 Ibid., pp. 68-69.

82 Lettres, t. VII, pp. 76-78.

83 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 73.

84 Lettres, t. VII, pp. 92-93. - Sans y prendre garde Vaesen réédite cette missive en 1477 d’après une autre source (ibid., t. X, Supplément, pp. 392-393), mais nous savons qu’elle fut criée à Tournai un jeudi 11 juin (t. VII, note 3 p. 93) et cette concordance entre la date et le jour de la semaine désigne bien l’année 1478.

85 Calmette & Périnelle, p. 233. - Dans leur édition de Basin, Garand et Samaran donnent la date du 6 (t. III, note 2 pp. 79-80) ; nous optons pour le 11 en raison d’un vœu fait ce jour par le roi (cf. infra, pp. 556-557).

86 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 73-74.

87 Lettres, t. VII, pp. 138-140.

88 Ibid., t. VIII, pp. 74-75 (8 septembre 1479).

89 De Roye / de Mandrot, t. II, note 1 pp. 83-84, Interpolations et variantes, pp. 387, 388 et note 2.

90 Ibid., pp. 83-85. - Peut-être Arras et Béthune étaient-elles les cantonnements de l’ancienne compagnie de Larraudaic, auquel cas le lien entre suppression des lances et destitution des capitaines, que suggère la chronologie mais dont nous n’avons pas de preuve positive, pourrait n’avoir pas été systématique.

91 Lettres, t. VII, pp. 243-245.

92 Caillet, p. 227.

93 Sée, pp. 277-278.

94 Legeay, t. II, p. 357.

95 Kendall, pp. 384-385.

96 Contamine, op. cit., p. 315.

97 BN, ms.fr. 20 685 pp. 709-710.

98 Lettres, t. VIII, pp. 217-218.

99 Kendall, loc. cit.

100 Lettres, t. VIII, pp. 69-73.

101 De Roye / de Mandrot, t. II, pp. 93-94.

102 Lettres, t. VIII, pp. 77-79.

103 BN, ms. fr. 20 685 p. 706.

104 De Roye / de Mandrot, t. II, note 2 pp. 107-108.

105 BN, ms.fr. 21 427 n° 40.

106 Ibid., n° 39.

107 Lettres, t. VIII, pp. 155-157.

108 Ibid., pp. 157-159.

109 Ibid, p. 201.

110 AN, K 72 n° 41.

111 Lettres, t. VIII, pp. 324-325.

112 Ibid., pp. 114-115 ; Contamine, op. cit.. Annexe III, pp. 594-595.

113 AN, K 72n°50.

114 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 95 (fin de l’année 1479 v. st.) ; BN, ms. fr. 20 685 pp. 723, 725 (1480 n. st.) : l’exploit du vice-amiral est donc antérieur au 2 avril 1480, jour de Pâques.

115 Legeay, t. II, pp. 402, 421, 446 ; Calmette & Périnelle, p. 246 et note 2.

116 Contamine, op. cit., carte 4 p. 322.

117 Lettres, t. VIII, note 1 pp. 311-312, pp. 331-333. - Dans sa note Vaesen place la soumission de D’Arbent en 1480, mais la missive de Louis XI à du Bouchage, dont la datation semble correcte, nous décide à rectifier.

118 Legeay, t. II, p. 411 ; Sée, p. 279.

119 Contamine, op. cit., pp. 392-393.

120 Calmette & Périnelle, note 6 p. 246. - Nous n’excluons pas que cet envoi des Suisses et celui que nous signalons en 1479 ne fassent qu’un, mais nous ne savons quelle année serait alors la bonne.

121 Lettres, t. VIII, pp. 340-342.

122 AN, K 72n°54.

123 Caillet, PJ n° CCCXX, p. 621.

124 Op. cit., t. II, p. 421.

125 Champion, t. II, note 2 p. 317.

126 Lettres, t. VII, PJ n° XIV, pp. 325-327 ; Calmette & Périnelle, pp. 248-249 et note 1 p. 249.

127 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 285.

128 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 111.

129 Ibid., p. 117 et note 1 pp. 117-118 (citant Molinet) ; Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 301 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, pp. 220-221.

130 BN, mss. fr. 20 685 p. 721 (1480), 23 266 f° 14 (1482). - De la Marck ne figure pas dans le compte correspondant de 1479 (ms. fr. 20 685 pp. 695-712).

131 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 118 et note 1 p. 120 (citant Molinet).

132 Ed. Garand & Samaran, t. III, pp. 192-193 ; Gaussin, pp. 121, 276.

133 BN, ms. fr. 23 266 f° 5.

134 Gaussin, p. 276.

135 BN, ms. fr. 23265 f° 1.

136 BN, ms.fr. 20 685 p. 712.

137 BN, ms. fr. 23 266, loc. cit.

138 Lettres, t. VIII, pp. 155-157.

139 Ibid., pp. 324-325.

140 Contamine, op. cit., pp. 299, 364.

141 Lettres, t. IX, pp. 6-7.

142 BN, ms. fr. 23 266 f° 14 ; cf. d’autres exemples infra, pp. 557, 563.-Nota qu’au prix de 11 l.t. le marc d’argent, avéré cette armée dans les comptes royaux (80 marcs valant 880 l.t. : ibid., f° 7), le poids de Louis XI un an avant sa mort eût été de quelque 282 marcs, soit 69 kilogrammes ; mais son don consistait plus vraisemblablement en une effigie, et à 12 1. 5 s.t. le marc d’argent « ouvré », tarif pratiqué en 1483 (ibid., f° 32), le roi devait peser 253 marcs environ, ou 62 kilogrammes, sans doute vêtements compris.

143 Lettres, t. VII, pp. 92-93.

144 Contamine, op. cit., p. 511. - Berziau était secrétaire de la guerre du roi (ibid., p. 506).

145 Lettres, t. X, p. 7 (au secrétaire Antoine Robert, 17 octobre).-Nous restituons ainsi ce passage du texte, qui comporte des blancs au lieu des mots habitants et receveur.

146 Legeay, t. II, p. 411 ; Sée, p. 279.

147 Leguai, p. 481.

148 Caillet, PJ n° CCCXXII, pp. 623-624.

149 Lettres, t. IX, pp. 128-129, PJ n° IV, pp. 330-340.

150 Ibid., t. VIII, pp. 325-328 (à l’écoutète et au Conseil de Fribourg).

151 Champion, t. II, note 2 p. 317.

152 Legeay, t. II, pp. 424-425 ; sur la datation cf. Contamine, op.cit., note 49 p. 343.

153 Gandilhon, pp. 122-123.

154 Lettres, t. V, pp. 332-335 (à du Bouchage, 7 avril 1475), 339-341 (au même, 20 avril), 342-343 (idem) ; Sée, pp. 296-297.

155 Gandilhon, p. 123. - L’installation des exilés dans les villes du royaume n’alla pas sans heurts : le 5 juin 1480 encore le prévôt de Paris autorisa des potiers d’étain arrageois établis dans la capitale à y exercer leur métier et enjoignit à leurs collègues parisiens de vivre en paix avec eux (AN, Y 5 f0 14 v°).

156 Gandilhon, pp. 124-125, 127.

157 Sée, p. 136.

158 Ord., t. XVIII, pp. 601-603 ; Sée, p. 288 ; Caillet, p. 239.

159 Gandilhon, p. 126.

160 Caillet, p. 240, PJ n° CCCVII, pp. 596-601, n° CCCIX, pp. 603-604. - La gestion de ces fonds donna lieu à des contestations : les villes de l’Angoumois demandèrent à Louis XI la nomination de commissaires réformateurs sur les abus et malversations des conducteurs des ménagers (Sée,p. 135).

161 Gandilhon, loc. cit.

162 Caillet, pp. 239, 242-243 ; Gandilhon, p. 127.

163 Ils trouvèrent les maisons « vuydes (...), plaines d’immondices et la pluspart en ruyne » (Sée, p. 288).

164 Caillet, p. 243 ; Gandilhon, pp. 127-128.-Le 10 juillet ils mandèrent au sénéchal de Toulouse de presser l’envoi des colons de son ressort, dont 6 ménagers et 2 marchands du chef-lieu (Legeay, t. II, p. 335).

165 Caillet, p. 246 ; Gandilhon, pp. 128-129.

166 Ibid., p. 128.

167 2 500 l.t. à Paris, Corbeil et Lagny (Ord, t. XVIII, pp. 601-603), 1 125 l.t. à Lyon (Caillet, PJ n° CCCXII, p. 608), peut-être 2 650 l.t. dans les villes du Poitou (BN, ms. fr. 21 423 f° 101 v°-102 ; cf. infra, note 185).

168 Gandilhon, p. 129. - L’ancien général de Normandie Guillaume le Picard, à présent bailli de Rouen, dont on sait le rôle dans le nouveau champ de guerre, prit aussi part à l’entreprise de Franchise : c’est lui qui harangua l’assemblée régionale de Tours au nom du roi le 18 septembre 1480 (ibid., p. 128), et il était présent au Plessis-du-Parc dans la séance du Conseil où furent arrêtées les décisions du 30 décembre (Ord., loc. cit.).

169 Op. cit., p. 129.

170 Caillet, PJ n° CCCXIII, pp. 609-612 ; Gandilhon, pp. 129-130.

171 Ibid., p. 131. - L’une de ces bourses communes réunissait Lyon à hauteur de 1 000 écus, le Puy, Clermont et Moulins à raison de 500 écus chacune (Caillet, loc. cit.). Avant le 15 septembre les délégués de ces villes réunis à Lyon par les élus de Lyonnais s’entendirent avec le marchand lyonnais Martin Guillaume pour en faire leur facteur (PJ n° CCCXIX, pp. 619-620 [mal datée par Caillet qui aurait dû l’éditer avant la PJ n° CCCXVIII, celle-ci lui étant postérieure], n° CCCXXIII, pp. 625-628 [même remarque]).

172 Ibid., PJ n°CCCXV, pp. 613-614, n°CCCXVI, pp. 614-616, n° CCCXXI, p. 623, n° CCCXXVII, p. 634.

173 Gandilhon, p. 130.

174 Ibid., p. 131. - Déjà les assemblées constitutives des bourses communes auraient dû se tenir avant le 1er août 1481 (Caillet, PJ n° CCCXIII, p. 611) ; celle du Sud-Est était censée remettre les fonds convenus à son facteur avant le 15 septembre (PJ n° CCCXIX, p. 619) mais celui-ci dut partir pour Franchise à tout le moins sans la part du Lyonnais, dont les villes se réunirent à ce sujet le 9 décembre seulement (PJ n° CCCXXI, pp. 622-623 ; cf. PJ n° CCCXXV, pp. 630-632). - Le 9 juin 1482 encore Louis XI ordonnait l’envoi des fonds et des marchands dus par Paris, Senlis et Mantes (AN, Y 5 f° 79 v°).

175 Gandilhon, p. 133, PJ n° 26, pp. 449-450 (le facteur des villes de Champagne à Laon, 15 septembre).

176 Caillet, p. 247. - Il s’agissait en fait de le faire renoncer à la vente (ibid., PJ n° CCCXXVII, p. 635).

177 Gandilhon, p. 133.

178 Op. cit., p. 137. - Cet auteur parle de « folle entreprise du roi » (ibid., p. 134).

179 Champion, t. II, p. 305.

180 Le 14 septembre 1481 l’un des commissaires à Franchise, Jean Rousselet, écrivait à ses compatriotes lyonnais que leurs chances d’obtenir de Louis XI un rabais du nombre de ménagers requis étaient infimes « celon le rapport de ceulx qui y ont estez, car de bien grans gens y ont fally » (Caillet, PJ n° CCCXVI, p. 615). Après le 9 décembre les Lyonnais chargèrent néanmoins celui qui devait conduire dans le Nord les colons et l’argent de la bourse commune de faire au passage une ultime tentative auprès du roi : il prélèverait sur ses fonds 4 à 500 écus pour les offrir au souverain et 100 autres pour la personnalité par qui il ferait appuyer sa démarche, mais ne devrait pas dire qu’il détenait ces sommes, seulement qu’il pouvait se les faire prêter sans délai, afin de ne pas aiguiser les appétits et faire monter les enchères (ibid., PJ n° CCCXXV, pp. 631-632).

181 En septembre 1481 Troyes emprunta 1 800 écus à ses plus riches bourgeois (Sée, p. 288) et entre mars 1482 et avril 1483 Lyon se fit prêter en plusieurs fois 5 000 1. 9 s.t. à 7 ou 8 % sur moins d’un an, notamment pour rembourser d’autres emprunts (Caillet, PJ n° CCCXXVII, pp. 633-636) ; Limoges recourut de même au crédit de son oligarchie de changeurs (Favreau, p. 227).

182 Caillet, PJ n° CCCVII, pp. 596-601, n° CCCIX, pp. 603-604, n° CCCXII, p. 608, n° CCCXIV, pp. 612-613, n° CCCXXI, pp. 622-623, n° CCCXXVII, pp. 633-636, n° CCCXXVIII, pp. 636-637.

183 BN, ms. fr. 21 423 f° 101 v°-102. - Ce document termine le contre-rôle des assiettes de taille du Poitou pour 1480, mais sa première page, où figurait la date du mandement d’imposition, est hélas trop endommagée pour nous permettre de déterminer avec certitude s’il s’agit bien des lettres royaux du 30 décembre.

184 Ord., t. XVIII, pp. 601-603.

185 Caillet, PJ n° CCCXXI, pp. 622-623.

186 Lettres, t. IX, pp. 122-127 (aux Lyonnais).

187 Sée, pp. 339-340, PJ n° XX, pp. 406-409 ; Gandilhon, pp. 257-258.

188 Cf. supra, p. 493.

189 Lettres, t. X, pp. 4-8.

190 Sée, pp. 289-290 ; Gandilhon, pp. 133-134.

191 Ibid, pp. 133, 134-135.

192 Champion, t. II, p. 208 ; Basin / Garand & Samaran, t. III, note 3 p. 341.

193 BN, ms. fr. 23 266 f° 3. - Le 21 septembre 1478 le roi avait commis Bréhier à administrer la traite de la Rochelle pour mettre fin aux « abuz, pilleries, roberies et larrecins » du fermier (Lettres, t. VII, note 1 p. 168).

194 BN, ms. fr. 20 683 f° 52. - Ces sept versements, qui s’ajoutaient à ceux du rôle principal, totalisaient 1 073 1. 6 s. 11 d.t.

195 BN, ms. fr. 20 685 pp. 712, 727. - Peut-être même le second lot correspond-il aux achats du seul premier trimestre 1481, date du paiement de la prime de change de 5 d.t. pièce à Poilevilain ; nota que sauf indication contraire il s’agit toujours d’écus à la couronne.

196 Lettres, t. VIII, p. 300.

197 Ibid., t. IX, pp. 163-164. - Guillaume Briçonnet était le fils de l’ancien receveur général Jean l’Aîné (t. VI, note 1 pp. 20-21).

198 Legeay, t. II, p. 440.

199 Le 7 avril 1475 Louis XI exprimait ainsi son espoir de se rendre en Roussillon en cas de trêve avec la Bourgogne, si « Dieu me soustient, et Nostre Dame et monseigneur saint Martin » (Lettres, t. V, pp. 332-335).

200 BN, ms. fr. 20 685 p. 728. - en 1475 le roi avait déjà fait une offrande semblable, beaucoup plus modeste toutefois, en faveur de Notre-Dame de Salles (cf. supra, p. 405).

201 BN, ms. fr. 23 264 54 ; Legeay, t. II, p. 315.

202 BN, ms. fr. 20 686 f° 69 r°.

203 BN, ms. fr. 20 685 pp. 684 (rubrique spéciale en recette), 693. - Le compte du receveur général de Normandie pour 1479, à propos de son versement à Galant, qualifie celui-ci d’orfèvre du roi (ibid., p. 697) ; cette référence étant toutefois la seule à lui donner ce titre, dont lui-même ne se pare pas, nous concluons à un lapsus calami du copiste de Gaignières.

204 BN, ms. fr. 20 686 f° 68 r°-69 v°. - Seuls les deux premiers feuillets, couvrant l’intitulé du compte et le début de la recette, ont été conservés.

205 BN, ms. fr. 20 685 p. 728 (au receveur général Raguier).

206 BN, ms. fr. 20 686 f° 69 v°. - Il resta à Picot 10 marcs 1 once 7 gros (2,5 kilogrammes) de sa collecte, qu’il remit d’abord à Galant, puis qu’il semble lui avoir rachetés au prix de 11 1.5 s.t. le marc, procurant ainsi à l’orfèvre un bénéfice de 9,8 % (le texte est peu clair).

207 Ibid. - Ce guichet pesait 151 marcs 2 onces, soit 37 kilogrammes.

208 Sée, p. 138.

209 BN, ms. fr. 20 685 p. 728.

210 Éd. de Mandrot, t. II, p. 77.

211 BN, ms. fr. 20 686 f° 68 v°.

212 Le guichet fourni par Louis XI était ainsi de 11 deniers 4 grains d’argent fin, soit 931 millièmes (ibid., f° 69 v°).

213 Bien que le treillis eût été réalisé en 1478 et 1479, Galant ne clôtura son compte qu’à la fin de novembre 1481, lorsqu’il eut achevé de distribuer le surplus d’argent qu’il détenait encore ; pour une raison inconnue ce document peu ordinaire ne fut présenté à la Chambre des Comptes qu’en avril 1492 (ibid., f° 68 r°).

214 Legeay, loc. cit.

215 De Roye / de Mandrot, t. II, note 1 p. 77.

216 BN, ms. fr. 23 264, loc. cit.

217 Éd. de Mandrot, t. II, p. 77.

218 Legeay, loc. cit ; Kendall, p. 379.

219 De Roye / de Mandrot, t. II, p. 76.

220 BN, ms. fr. 23 264 f° 39.

221 De Roye / de Mandrot, loc. cit.

222 Lettres, t. VII, pp. 221 (26 décembre), 227-228 (1er janvier).

223 Commynes / Calmette & Durville, t. II, p. 293.

224 De Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 392.

225 Lettres, t. X, note 1 p. 101.

226 Ibid., t. VIII, p. 11 ; sur la datation cf. supra, note 116 p. 487.

227 Éd. Calmette & Durville, loc. cit. - Commynes semble dater ces dons de la dernière année de Louis XI, mais la mention de Saint-Eutrope, de Saint-Servais (qu’il place à Utrecht) et surtout de la grille de Saint-Martin permet de rectifier ; la confusion du mémorialiste s’explique sans doute par le fait que, comme nous le verrons, plusieurs églises étrangères gratifiées en 1478-1479 le furent de nouveau en 1483, ainsi Saint-Jacques de Compostelle et Saint-Servais de Maastricht.

228 Lettres, t. VIII, pp. 106-107 et note 1 pp. 107-108. - Le Saint Vœu était une relique prestigieuse, le prépuce du Christ.

229 Legeay, t. II, p. 386.

230 Le compte en fut dressé le 13 juin (AN, K 72 n° 42).

231 Lettres, t. VIII, pp. 236-238.

232 Ibid., t. IX, pp. 9-10 et note 2 pp. 10-11.-S’il s’agit bien du vœu que Legeay place en 1479, il était destiné à Notre-Dame du Puy en Anjou (op. cit., t. II, p. 379), à laquelle le roi fit peu après un don de 5 526 1. 1 s. 8 d.t. (qui ne correspond à aucune somme ronde en écus) dont le curé donna quittance en janvier 1482 (BN, ms. fr. 20 492 f° 23).

233 Legeay, t. II, p. 421. - Sans doute s’agit-il de la célèbre relique d’Aix-la-Chapelle.

234 BN, ms. fr. 20 683 f° 55-56. - Il s’agit de Montfort-sur-Risle, à 35 kilomètres au sud-ouest de Rouen.

235 Legeay, t. II, p. 440. - Le receveur des aides de Lyonnais remit en plusieurs fois 2 500 l.t. au roi « au voyaige de monseigneur saint Claude » (Lettres, t. IX, p. 248).

236 Ibid., pp. 238-239 et note 1 p. 239. - A son tour Petit chargea sur place un commis de verser chaque mois l’argent des offrandes des mercredis aux deux églises et de lui en envoyer les quittances pour transmission au roi (Valois, note 1 pp. 597-598).

237 BN, ms. fr. 20 493 f° 2, 3 ; cf. ibid, f° 1 (30 avril), 4 (30 mai), 5 (sans date). - Wrine doit certainement être identifié à l’Allemand Laurent « Vourme » auquel le roi avait passé commande du grand guichet d’argent qu’il sacrifia à la grille de Saint-Martin (cf. supra, p. 557) : peut-être son nom exact était-il Wurm.

238 BN, mss. fr.20 493 f° 1 (30 avril), 20 489 f° 20 v° (30 juin), 20 488 f°41 (29 juillet), 20 493 f° 12(7 octobre).

239 Lettres, t. IX, p. 303.

240 Legeay, t. II, p. 473 pour la fondation ; cf. supra, p. 546 pour le vœu.

241 Cf. supra, pp. 488-489.

242 Lettres, t. VIII, pp. 9-10,210-211.

243 Pilot de Thorey, n° 1 718, t. II, pp. 273-274.

244 BN, ms. fr. 20 493 f° 43, 44.

245 Lettres, t. IX, pp. 98-99, 256-257.

246 Pilot de Thorey, n° 1 793, t. II, p. 314.

247 Ord., t. XIX, note (a) en haut de la p. 16 (1er mai), pp. 22-30 (juillet) ; Lettres, t. IX, pp. 160-161 (30 janvier) et note 1 p. 161, 214-215 (4 mai), 232-233 (10 juin), 270-271 (30 juillet), 297-298 (4 septembre).

248 Ibid., p. 169 ; cf. supra, p. 496.

249 Pilot de Thorey, t. II, n° 1 795, pp. 316-317 (mars) et note 1 p. 317, n° 1 796, pp. 317-318 (7 mars), n° 1 802, p. 321 (mai), n° 1 803, ibid. (20 mai) ; Lettres, t. IX, pp. 188-189 (11 mars). -L’autre moitié était assignée en Bourgogne (Lettres, t. X, pp. 42-43 : 22 décembre).

250 AN, Xla 8 608 f° 24-32 (avril) ; Lettres, t. IX, pp. 205-206 (13 avril).

251 Pilot de Thorey, t. II, n° 1 800, p. 320 (mai), n° 1 801, pp. 320-321 (12 mai), n° 1 808, p. 324 (juillet), n° 1 809, pp. 324-325 (30 juillet). - Sauf erreur de datation, dès le 16 juin le roi avait commandé à Étienne Petit l’assiette de ces 4 000 l.t. (ibid., n° 1 805, p. 322).

252 Ibid., n° 1 796, pp. 317-318 (pour Saint-Claude, 7 mars), n° 1 801, pp. 320-321 (pour Saint-Antoine, 12 mai), n° 1 803, p. 321 (pour Saint-Claude, 20 mai), n° 1 805, p. 322 (pour Saint-Antoine, 16 juin), n° 1 809, pp. 324-325 (idem, 30 juillet). - Le 20 juillet 1482 à Meung-sur-Loire Petit, de retour du Dauphiné où, on l’a vu, il s’était aussi occupé des offrandes hebdomadaires à Notre-Dame-de-Grâce et Notre-Dame d’Embrun, remit par ordre de Louis XI au seigneur du Bouchage les quittances de tous les bénéficiaires qu’il avait rapportées conformément aux instructions de son maître (Valois, note 7 pp. 97-98).

253 Ord, t. XIX, pp. 7-16 (mai) ; Lettres, t. IX, pp. 223-225 (21 mai), 237-238 (17 juin).

254 Ibid, pp. 227 (29 mai), 231-232 (10 juin).

255 AN, Y 7 f° 238 v°.

256 Ibid., 246 .

257 Lettres, t. X, pp. 10-11.

258 AN, Xla 8 608 f° 125 v ; Ord., t. XIX, note (f) p. 79.

259 AN, Xla 8 608 f° 111, 196 ; Lettres, t. X, pp. 91-92 (31 mars 1483). - Il s’agit à l’évidence de la fondation dont le projet motiva une missive du roi aux gens de ses Comptes à Angers le 3 novembre (ibid., pp. 13-14).

260 AN, K 72n°70.

261 Lettres, t. X, pp. 26-27. - Jean de Gand, ermite de Saint-Claude, avait autrefois fait des prophéties à Charles VII et Louis XI s’était mis en tête de le faire canoniser (ibid., t. IX, pp. 316-321).

262 En comptant le ducat pour 2 l.t. d’après Jean le Clerc (de Roye / de Mandrot, t. II, Interpolations & variantes, p. 387).

263 Ord, t. XVIII, pp. 357-364.

264 Ibid., pp. 391-394.

265 Ibid., pp. 486-488 et note (a) en bas de la p. 486 ; Lettres, t. VIII, pp. 3-4.

266 Ord, t. XVIII, pp. 524-525.

267 Ibid., pp. 488-490 ; Lettres, t. VIII, pp. 8-9.

268 Il eut soin de faire valoir au Parlement de Paris que cette terre n’était pas de l’ancien Domaine, mais qu’il l’avait acquise lui-même (ibid., pp. 222-223).

269 AN, Xla 8 608 f° 152 v°. - Il semble que ce don ait affecté les Beaujeu, car ils signèrent en mars leur renonciation à certains revenus cédés par le roi au monastère (ibid., f° 155 v°-156).

270 Ibid., f°150.

271 Calmette & Périnelle, note 1 p. 205.

272 Gandilhon, note 2 p. 360.

273 Ibid., p. 233. - Véritable ambassadeur permanent à Londres sur le modèle des pratiques diplomatiques italiennes, l’évêque d’Elne touchait 500 l.t. par mois « pour son entretenement du voyage qu’il fait en Angleterre » (BN, ms. fr. 20 685 pp. 703 pour 1479, 720 et 721 pour 1480).

274 Calmette & Périnelle, pp. 236, 238.

275 Ibid., pp. 241 et note 4, 243 et note 4. - Dans des instructions du 10 février le roi limitait cette pension à 20 000 l.t. (Lettres, t. VIII, PJ n° III, pp. 349-357) ; le montant demandé par Édouard IV correspondait à celui du douaire prévu à Picquigny (Calmette & Périnelle, p. 204).

276 Ibid, pp. 245-246 ; Gandilhon, p. 389 et note 9.

277 Calmette & Périnelle, pp. 247-248.

278 Lettres, t. VII, PJ n° XIV, pp. 325-327 ; Calmette & Périnelle, pp. 248-249.

279 Ibid, pp. 249-250.

280 Ibid.,PJ n°81,p. 393.

281 Ibid., note 1 p. 248.

282 BN, mss. fr. 23 265 f° 3 pour 1479, 23 266 f° 6 pour 1482 (à cette date l’assiette ne couvre plus la rétribution du commis) ; cf. ms. fr. 20 683 f° 52 pour la part de la Normandie en 1481.

283 BN, ms. fr. 20 685 p. 708.

284 Ibid.,p. 712.

285 Ibid., pp. 698, 708.

286 Ibid, p. 727.

287 BN, ms. fr. 23 266 f° 16 (extrait édité par Calmette & Périnelle, PJ n° 80, p. 392) ; ibid, PJ n° 82, pp. 393-395.

288 Ibid., note 1 p. 248.

289 De Roye / de Mandrot, t. II, note 3 pp. 95-96 (juillet 1480) ; BN, ms. fr. 23 266 f° 16 (mars et août 1482, cf. ci-après).

290 En 1481 Langton s’étonnait devant de Juge du retard du terme en souffrance, « veü qu’il y a grant piece que l’omme du roy d’Engleterre est par deça pour ceste cause » (Lettres, t. VII, PJ n° XIV, pp. 325-327).

291 BN, ms. fr. 23 266 f° 7, 16 ; Calmette & Périnelle, PJ n° 81, p. 393 (Édouard IV à Louis XI, 17 mai).

292 BN, ms. fr. 23 266 f° 7, 16 (1482), 32 (1483). - Nous ne croyons pas devoir distinguer deux dons de 80 marcs d’argent, l’un en 1482 et l’autre en 1483, car cette dernière année Louis XI avait cessé ses versements et Langton n’accomplit à notre connaissance aucune nouvelle ambassade auprès de lui.

293 BN, ms. fr. 23 265 f° 3 (quatrième annuité, 1478).

294 BN, ms. fr. 20 685 pp. 712, 727. - Le change de la dernière annuité lui fut payé au premier trimestre de 1481.

295 BN, ms. fr. 23 264 f° 38 (1477) ; Calmette & Périnelle, p. 230.

296 C’est lui qui collecta les fonds de la Saint-Michel 1478 (AN, K 72 n° 25 ; BN, ms. fr. 23 265 f° 3).

297 Éd. Champollion-Figeac, Lettres de rois et reines de France et d’Angleterre, t. II, p. 498 (la fin est abrégée et la date manque) ; Calmette & Périnelle, note 1 p. 248.

298 Éd. Calmette & Durville, t. II, p. 246.

299 BN, mss. fr. 23 264 f° 39 pour 1477-1478, 23 265 f° 3, 19 pour 1478-1479.

300 BN, ms. fr. 23 265 f° 4.

301 BN, mss. fr. 23 264 f° 45 pour 1477-1478, 23 265 f° 10, 16 pour 1478-1479. - Le 9 octobre 1478 le roi ordonna au commis à la distribution des finances du Dauphiné Nicole Tilhart de faire verser 1 952 1. 10 s. de « monnaie courante » (faut-il comprendre que malgré l’ordonnance de 1471 la faible monnaie avait toujours cours dans le pays ?) à Silenen, évêque de Grenoble, mais ce n’est qu’un an et demi plus tard, le 18 mai 1480, que celui-ci en donna quittance au trésorier général (Pilot de Thorey, n° 1 725 bis, t. II, p. 277).

302 BN, ms.fr. 20 685 p. 691.

303 Ibid., p. 690.

304 Calmette & Permeile, p. 247.

305 Lettres, t. IX, note 1 p. 6.

306 Ibid., t. VIII, pp. 27-29.

307 Ibid, t. IX, note 1 p. 6 ; Caillet, p. 227.

308 Caillet, PJ n° CCCXVII, p. 616 (1481).

309 Commynes / Calmette & Durville, t. II, pp. 115-116 (l’auteur confond ici francs et florins), 263-264.

310 BN, ms. fr. 23 266 f° 6 (1482).

311 Lettres, t. IX, pp. 5-6 et note 1 p. 6.

312 Ibid., p. 225-226.

313 Ibid., t. VIII, pp. 48-52.

314 Le tiers de sa pension avait été délivré à Waldmann en Suisse même, avant son départ, par le conseiller et chambellan du roi Antoine de Lamet, et le reliquat lui fut remis en France ; Louis XI pria néanmoins les Cantons de ne pas lui confier de commandement militaire (ibid., pp. 168-170).

315 Lettres, t. VI, pp. 306-310.

316 Ibid. t. VIII, pp. 35-37.

317 BN, ms. fr. 20 685 p. 690.

318 Ibid., p. 689.

319 Cité in Commynes / Calmette & Durville, t. II, notes 2-3 p. 288.

320 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 415-416 ; de Roye / de Mandrot, t. II, note 3 p. 15.

321 BN, ms. fr. 23 264 f° 39.

322 Lettres, t. VII, pp. 157-159 (missive publiée à tort sous la date de 1478) ; cf. t. VIII, pp. 74-75.

323 BN, ms. fr. 23 265 f° 4, 19.

324 Lettres, t. VIII, pp. 30-31, 31-32, 34-35 ; cf. BN, ms. fr. 23 265 f° 16, 17.

325 Lecoy de la Marche, t. I, pp. 419-420 ; Legeay, t. II, pp. 381-382.

326 Lettres, t. VIII, note 1 p. 113 ; sur la parenté de Pierre et Guillaume de Varye cf. Gandilhon, PJ n° 16, pp. 437-438.

327 Lettres, t. VIII, pp. 112-114,122.

328 Lecoy de la Marche, 1.1, p. 421 ; Legeay, t. II, p. 382.

329 Lettres, t. VIII, pp. 119-121. -Vaesen édite cette pièce sous la date du 17 janvier, ce que contredisent et la chronologie, et l’itinéraire de Louis XI.

330 Le roi ordonna son remboursement le 22 mars 1483 (op. cit., t. II, p. 494).

331 Lettres, t. VIII, pp. 221-222 et note 1 p. 222.

332 Lecoy de la Marche, t. II, PJ n° XCI, pp. 383-384.

333 Kendall, p. 405.

334 Lettres, t. VIII, pp. 223-224.

335 Calmette, note 8 pp. 275-276.

336 Legeay, t. II, pp. 391-394.

337 BN, mss. fr. 20 685 pp. 568 (1472-1473), 603 (1473-1474), 622 (1474-1475), 23 264 f° 12 (1476-1477), 46 (1477-1478), 23 265 f° 11 (1478-1479).

338 Gaussin, p. 246.

339 Lettres, t. IX, pp. 118-119.

340 Lecoy de la Marche, t. I, p. 435.

341 Éd. Denys Godefroy, Histoire de Charles VIII, roy de France, pp. 537-540.

342 AN, Xla 8 608 f° 16 v°.

343 Ord, t. XIX, pp. 236-237.

344 Lettres, t. VI, pp. 159-160.

345 Ord., t. XVIII, pp. 350-356, 509-512 ; Lettres, t. VII, note 1 pp. 186-187 ; Viala, t. II, pp. 52, 61-62. - La cour toulousaine se soumit finalement le 5 mars 1480 après avoir été menacée de suspension (ibid., p. 66).

346 Lettres, t. VII, note 1 p. 207. - Le roi lui envoya ces dernières lettres le 24 novembre (ibid., pp. 207-208).

347 Le versement à Madeleine de France fit l’objet d’une rubrique spéciale pour recouvrement de places, revenus et seigneuries dans le rôle des paiements de 1478-1479 (BN, ms. fr. 23 265 f° 18). - De Blanchefort avait aussi pris part l’année précédente aux négociations sur la Succession d’Anjou (Lettres, t. VII, pp. 157-159 ; t. VIII, pp. 74-75, sous la date erronée de 1479).

348 Ibid., t. IV, note 1 p. 192.

349 Viala, t. II, pp. 51,419 et note 4.

350 Lettres, t. IX, pp. 69-70, 80-81.

351 Basin / Garand & Samaran, t. III, note 2 pp. 296-297.

352 Legeay, t. II, p. 360.

353 Lettres, t. VIII, pp. 181-183.

354 Ord., t. XVIII, pp. 405-406.

355 Pris par leurs fonctions à la Chambre, ils ne se mirent à l’ouvrage que le 12 septembre, après que le roi leur eut enjoint les 26 juillet et 13 août d’y vaquer toutes affaires cessantes (Lettres, t. IX, pp. 268-270, 277).

356 Jassemin, note 2 p. 306.

357 Lettres, t. VIII, pp. 321-322.

358 Legeay, t. II, pp. 474-475.

359 Lettres, t. IX, note 2 p. 56 ; cf. supra, p. 189. - Il s’agit du seul cas de vif-gage que nous ayons relevé.

360 Ord., t. XVIII, pp. 569-576 ; Lettres, t. VIII, pp. 269-271 (aux gens des Comptes, 3 septembre). - Le roi se heurta à une forte opposition des organes de contrôle : à Paris le Parlement et la Chambre des Comptes n’enregistrèrent ses lettres, les 19 septembre 1480 et 17 janvier 1481, que sous de nombreuses conditions et réserves (Ord., loc. cit.), et à Toulouse le Parlement résistait toujours le 1er mars 1482 (Viala, t. II, pp. 61, 64-65 et note 1 p. 65).

361 AN, Xla 8 607 f° 158 v° ; Lettres, t. VII, pp. 295-296. - Le roi préparait ce mariage depuis un an au moins : il en écrivait déjà le 22 avril 1478 à la dame du Lude (ibid., pp. 29-31).

362 AN, Xla 8 607 f° 235 v° ; Ord., t. XVIII, note (a) p. 568 ; Lettres, t. VIII, pp. 258-259.

363 AN, Xla 8 607 f° 95, 96 ; Lettres, t. VI, pp. 320-321.

364 Il s’agissait de le désintéresser du comté d’Auxonne (Ord., t. XVIII, pp. 467-468).

365 Pilot de Thorey, n° 1 710, t. II, p. 268 et note 3 pp. 268-269.

366 Ord., t. XVIII, note (a) p. 497 (sous le nom erroné de Bagneux) ; Lettres, t. VIII, pp. 97-98 (au Parlement de Paris, 18 décembre). - Il s’agit de Bagnols-sur-Cèze dans la sénéchaussée de Beaucaire et Nîmes (Cauchies, « Baudouin de Bourgogne », p. 270 et note 52).

367 AN, Xla 8 608 f° 32 v°, 96, 97 v°, 102 v° respectivement.

368 Ord., t. XVIII, pp. 494-495.

369 Contamine, Guerre, État et société, p. 295.

370 Marie et Louise (à ne pas confondre avec la mère de François Ier), sœurs de la princesse de Tárente et nièces du roi qui les recueillit à la mort de la duchesse de Savoie, leur mère, le 29 août 1478 (Legeay, t. II, pp. 325-326).

371 Lettres, t. VIII, pp. 290-291. - Amiens devait être le dernier poste avant Franchise, le Nord étant peu sûr. - Commynes écrit que les postes existaient déjà à l’époque de la bataille de Nancy (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 158), mais il doit s’agir d’une confusion dans ses souvenirs ; rappelons par ailleurs que l’édit de 1464 créant les postes royales a été reconnu comme un faux (Gandilhon, note 4 p. 213).

372 Ibid., pp. 213-215, PJ n° 22, p. 442.

373 Caillet, PJ n° CCCXXIV, pp. 629-630.

374 BN, mss. fr. 23 265 f0 2 pour 1478-1479, 23 266 P 5-6 pour 1482 ; cf. supra, p. 402 pour 1473-1474.

375 BN, ms. fr. 20 683 P 53.

376 Ord., t. XVIII, pp. 557-560.

377 Ibid., note (a) en haut de la p. 603.

378 Lettres, t. VIII, note 2 p. 291, pp. 317-318.

379 Lettres, t. IX, note 1 pp. 124-125 ; Gandilhon, p. 253 et note 7. - Nota que la référence donnée par Vaesen et Gandilhon - qui n’a cependant pas recopié le premier - pour le don de 20 000 écus est erronée.

380 Pilot de Thorey, n° 1 746, t. II, pp. 290-291. - L’analyse de cet auteur nous semble fautive.

381 AN, K 72 n° 38 (mandement du 8 février) et BN, ms. fr. 20 685 p. 723 respectivement. -Peut-être y avait-il d’autres assignations ailleurs.

382 BN, ms. fr. 23 266 f° 13. - À notre connaissance il n’y a pas eu de versements à ce sujet en 1483.

383 Op. cit., t. II, note 53 pp. 409-410. - Le mariage fut conclu le 24 août 1479 (Lettres, t. VIII, note 2 p. 43).

384 Ibid., t. IX, pp. 246-247 ; de Surirey de Saint Remy, p. 197.

385 Lettres, t. VII, PJ n° VI, pp. 307-317.

386 Éd. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel, p. 377.

387 Lettres, t. VIII, pp. 217-218.

388 Il s’agissait d’un parent de l’ancien évêque de Beauvais (ibid., t. VII, note 1 p. 244).

389 Ibid, t. IX, pp. 154-155.

390 Ibid., t. VIII, pp. 247-248, 259-260.

391 Jassemin, note 2 p. 256.

392 Lettres, t. IX, p. 303.

393 Ibid., t. X, Supplément, pp. 408-412.

394 Ibid., t. IX, pp. 9-10.

395 Il lui en coûta 40 s.t. (BN, ms. fr. 20 685 p. 726).

396 Le montant de ces rallonges était il est vrai modeste : 200 et 100 l.t. (BN, ms. fr. 20 683 f°53).

397 Éd. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel, pp. 388, 393.

398 Lettres, t. VI, pp. 334-335 (3 mars), 336 (5 mars).

399 Ibid, t. VIII, pp. 310-312 (13 novembre), 317-318 (20 novembre), 334-335 (17 décembre).

400 BN, ms. fr. 20 683 f° 53.

401 Ibid., 54.

402 Ibid, f° 55 (1481), ms. fr. 20 685 p. 693 (1478-1479) ; Werner Paravicini, « Des animaux pour un roi mourant », pp. 102-109, 115. - Commynes a placé cette acquisition en 1483, la confondant peut-être avec une autre commande aux Hanséates, et en a surestimé le prix (éd. Calmette & Durville, t. II, p. 298).

403 Paravicini, art. cit., pp. 115-116. - Déjà en 1480 le roi vieillissant n’avait pas acquis moins de trois cent trente serins pour charmer ses yeux et ses oreilles (Robert Delort, « Le prince et la bête », p. 194).

404 Éd. Calmette & Durville, t. II, pp. 213-214.

Table des illustrations

Titre Tableau 26 et graphique 10 : Crédits de solde de l’armée nouvelle en 1482(en livres tournois)
Légende Note* : Hypothèse.BN, ms. fr. 23 266 f° 5-7. - Nous présumons que les crédits de Chartier, qui n’étaient pas assignés en Normandie et ne figurent pas dans ce rôle, étaient les mêmes que ceux de son confrère Poilevilain, en charge d’un effectif identique ; quant à ceux de Hacqueville, dont le montant total n’est connu que pour 1483 (ibid., f° 7, 21), nous supposons qu’ils n’avaient pas changé depuis l’année précédente, cette stabilité étant en tout cas avérée dans le cas de Poilevilain (f° 7, 20).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 27 : Poids des crédits des comptables militaires sur la recette générale de Normandie en 1482(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)
Légende BN, f° 5-7, 17.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 28 : Recette en nature de Jean Galant pour le treillis d’argent de Saint-Martin de Tours (fragment) (en marcs, onces et gros et en kilogrammes)
Légende Note* : Erreur dans la source.Note** : Chiffre restitué d’après l’aloi du métal fourni.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau 29 : Calendrier des versements au roi d’Angleterre de 1476 à 1482
Légende Calmette & Périnelle, note 1 p. 248, pp. 250 et note 9, 252.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 30 : Crédits des compagnies anciennes de la garde du corps du roi en 1478-1479(en livres tournois)
Légende Note * : Par rapport aux cent lances fournies dont ils sont issus.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 31 : Comptes de la Chambre du roi de 1478-1479 à 1480-1481(en livres, sous, deniers et oboles tournois)
Légende Note * : Par rapport aux cent lances fournies dont ils sont issus.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 32 : Crédits des principaux services des hôtels royaux en 1478-1479 et 1481-1482(en livres, sous et deniers tournois)
Légende Note * : Recette ordinaire.Note ** : Supplément.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 33 : Déficits des services des hôtels royaux de 1477-1478 à 1481-1482(en livres, sous, deniers et oboles tournois)
Légende Note * : Surcoût relatif du remboursement dans l’exercice suivant.Note ** : Dépassement relatif de la recette.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 34 et graphique 11 : Dépense assignée sur la recette générale de Languedoc de 1476-1477 à 1480-1481(en livres, sous, deniers, oboles etpites tournois)
Légende Note* : + 8,2 % en moyenne annuelle.Note** : - 6,7 % en moyenne annuelle.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 35 : Dépense et recette en Normandie de 1479 à 1482(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)
Légende Note* : Paiements effectifs.Note** : Paiements ordonnés.Note*** : + 9,8 % en moyenne annuelle.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 36 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Languedoc en 1476-1477 et 1478-1479(en livres, sous, deniers et oboles tournois)
Légende Note* : Part des crédits des services de l’État.Note** : Part des crédits militaires.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Tableau 37 : Paiements ordonnés sur la recette générale de Normandie en 1474 et 1482(en livres, sous, deniers, oboles, pites et semipites tournois)
Légende Note* : Y compris gardes de places.Note** : Part des crédits des services de l’État.Note*** : Part des crédits militaires.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1828/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 415k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable