Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dette publique dans l’histoire

 | 
Jean Andreau
, 
Gérard Béaur
, 
Jean-Yves Grenier

Émergences : De la dette à la dette publique

Les dettes du roi de France (fin du Moyen Âge-xvie siècle) : une dette « publique » ?

Philippe Hamon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il faut en croire Jacques Le Goff, le temps des dettes royales commence, en France, au xiiie siècle : « D’une façon évidente, Saint Louis a été le premier roi de l’endettement1. » Il n’est certainement pas le premier à solliciter ponctuellement une aide financière de ce type, mais désormais le recours à l’emprunt s’impose définitivement à la monarchie. Pratique d’abord fréquente, puis récurrente, et enfin permanente, en ce sens que le roi est toujours endetté sous une forme ou sous une autre.

Pour mieux cerner ce processus, il paraît d’abord nécessaire de tenter une synthèse, en trois phases, de la mise en place de la dette royale, ce qui permet de dégager au passage quelques idées-forces sur les conditions pratiques dans lesquelles les emprunts sont réalisés. Dans un second temps, je me propose de réfléchir sur la notion même de dette publique et sur la pertinence de son emploi pour les dettes du roi de France entre le xive et le xvie siècle, ainsi que sur les enjeux politiques et...

Auteur

Philippe Hamon, ancien élève de l’ENS (Saint-Cloud), est professeur d’histoire moderne à l’université de Rennes-2 Haute-Bretagne. Il est membre du Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (Cerhio-CNRS). Il a publié au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, en 1994 et « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, en 1999, ainsi que le Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances, xvie-xviie-xviiie siècles (avec Françoise Bayard et Joël Felix), en 2000. Il a collaboré à La monarchie entre Renaissance et Révolution, 1515-1792 (sous la direction de J. Cornette), Le Seuil, 2000 et à La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire (avec A. Jouanna, D. Biloghi et G. Le Thiec), R. Laffont, 2001. Il poursuit actuellement des recherches sur le rapport à l’argent dans les sociétés de la première modernité et sur la période de la Ligue dans l’Ouest de la France.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540