Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention du logement aidé en France

 | 
Sabine Effosse

Deuxième partie. L’âge d’or du secteur aidé, 1953-1962

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1La création des Logécos dans le cadre du plan Courant marque l’essor puis l’âge d’or du secteur aidé. Le renforcement de l’aide publique, par les facilités accrues de crédit offert, élargit la demande solvable de ce secteur qui assure dès lors la majeure partie de l’effort de construction.

2Mais, reposant dans un premier temps sur le concours de la Banque de France et, dans un second temps, sur celui des finances publiques compte tenu de l’étroitesse persistante du marché financier, le financement des prêts spéciaux est étroitement dépendant de la conjoncture économique et financière. Aussi le retournement de celle-ci en 1956-1957 révèle-t-elle les limites de ce mode de financement.

3La nécessité de normaliser ce dernier se fait jour, tant sous la pression des autorités monétaires internationales qui en dénoncent les incidences inflationnistes, que sous celle du Sénat français qui perçoit dans ce circuit entièrement contrôlé par le Trésor un moyen occulte d’alimentation.

4À cette limite financière s’ajoute la dégradation de l’efficacité sociale de l’aide distribuée, ainsi que celle de la qualité des logements construits. Le plafonnement des autorisations annuelles de prêts instauré en 1958 contribue en effet, par le « saupoudrage » de l’aide qu’il entraîne, à diminuer la quotité de crédit possible et donc à réserver ce financement aux détenteurs d’apports personnels élevés. La proportion d’ouvriers et bénéficiaires des prêts spéciaux passe ainsi de 34 % à 30,7 % de 1958 à 1963, contre respectivement 4,6 et 7,7 % pour les cadres supérieurs et les professions libérales.

5De même la hausse des coûts de construction implique, faute d’une revalorisation suffisante des prix de revient considérés, le « déshabillage » des programmes et une diminution de la qualité des logements construits.

6Le constat de ces dérives et la nécessité d’y remédier incitent ainsi les pouvoirs publics à envisager, non seulement une réforme en profondeur du secteur aidé, mais aussi un relais des mécanismes de financement privé afin d’accroître les mises en chantier sans grever davantage les finances publiques, double impératif à l’heure des rapatriements d’Algérie et de la reprise de la hausse des prix.

Affiche du Crédit foncier de France pour l’emprunt foncier-communal de 1962.

Brochure d’information du Crédit foncier de France et du Sous-comptoir des Entrepreneurs relative aux crédits spéciaux à la construction (octobre 1961).

Le millionième logement aidé (1961).

Immeubles réalisés à l’aide des prêts spéciaux à la construction.

Table des illustrations

Légende Affiche du Crédit foncier de France pour l’emprunt foncier-communal de 1962.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Brochure d’information du Crédit foncier de France et du Sous-comptoir des Entrepreneurs relative aux crédits spéciaux à la construction (octobre 1961).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Le millionième logement aidé (1961).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Immeubles réalisés à l’aide des prêts spéciaux à la construction.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540