Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention du logement aidé en France

 | 
Sabine Effosse

Première partie. La création du secteur aidé, 1937-1952

Conclusion de la première partie

Texte intégral

  • 1 Conseil économique, Le Problème du logement, Études et travaux n° 28, PUF, Paris, 1953, p. 85.

1« Aider ceux qui s’aident1 »... La formule, retenue par le Conseil économique pour résumer la politique établie par les gouvernements successifs chargés de trouver une solution au problème financier de la construction de logements, illustre parfaitement l’esprit et les choix techniques qui ont guidé la mise en place d’un troisième circuit de financement censé assurer la reprise de ce secteur.

2Des bonifications de 1937, visant à sauver l’industrie du bâtiment du marasme, aux primes et prêts spéciaux de 1950, destinés à remédier à une crise du logement sans précédent, l’aide instaurée répond aux mêmes contraintes posées par l’insuffisance de la rentabilité immobilière et le plafonnement des crédits aux HLM. Aussi l’effet de levier recherché par l’État s’appuie-t-il avant tout sur la mobilisation des capitaux privés. Cette volonté explique la décision de retenir une aide à la pierre, accordée libéralement, sans condition de ressources, et orientée vers l’accession à la propriété, seul moyen de contourner les considérations liées à la rentabilité et d’augmenter le taux d’effort des ménages.

3L’efficacité de cette aide repose sur les primes, mais aussi, et surtout, sur les prêts spéciaux, pierre angulaire du système qui manquait à l’expérience des années 1937-1939. Distribués par le Sous-Comptoir et le Crédit foncier, qui conservent ainsi leur monopole de distribution de l’aide publique, fondés sur une double garantie hypothécaire et financière, ils connaissent un démarrage brillant conformément aux possibilités laissées par leur mode de financement initial.

4Néanmoins, le retard pris par la construction en France est considérable. Le nombre de logements achevés depuis la Libération ne s’élève, au 31 décembre 1952, qu’à 330 000 et celui des mises en chantier pour 1952 est inférieur à 150 000. Face à l’aggravation de la crise, consécutif au croît démographique ainsi qu’aux migrations intérieures, et aux contraintes financières d’une guerre coloniale ruineuse, la tentation est alors grande d’accroître les facilités offertes par un système dont les effets budgétaires immédiats sont particulièrement indolores.

Notes

1 Conseil économique, Le Problème du logement, Études et travaux n° 28, PUF, Paris, 1953, p. 85.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540