Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Première partie. La France face à la réorganisation de l’Europe : les défis du marché commun et de la ZLE (1955-‎‎1958)‎

Conclusion de la première partie. La France face à la réorganisation de la coopération économique européenne (1955-1958)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La période 1955-1958 est marquée par la profondeur de la crise française. Celle-ci permet paradoxalement à la France de se convertir à la CEE. Enfin, cette période voit le triomphe du modèle de la CEE sur les autres formes de coopération économique européenne.

I. La crise française

Les deux ruptures majeures de la période 1955-1958 correspondent au rapport Spaak d’avril 1956, et au plan Rueff de décembre 1958. Elles encadrent des ruptures secondaires en termes de politique européenne de la France, qui s’inscrivent pleinement dans la crise profonde de la IVe République confrontée à la guerre d’Algérie.

A. Les deux ruptures principales : le rapport Spaak et le plan Rueff

Ce n’est pas le traité de Rome du 25 mars 1957 ni même sa ratification à l’été 1957 qui constituent les ruptures majeures car c’est le rapport Spaak qui a préfiguré les grandes lignes du traité de Rome. Il a défini sa spécificité, sa logique d’intégration économique. Son acceptation par la France traduit son engagement da...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540