Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Première partie. La France face à la réorganisation de l’Europe : les défis du marché commun et de la ZLE (1955-‎‎1958)‎

Chapitre II. La crise française, la CEE et la ZLE (avril 1957-mai 1958)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après la signature du traité de Rome en mars 1957, la situation politique et financière de la France se dégrade et son crédit international s’en trouve affecté. Cela entraîne paradoxalement une acceptation rapide de la CEE. Dans la négociation ZLE, la France est confrontée à des choix difficiles et à un risque d’isolement.

I. La crise de la IVe République

Après la chute du gouvernement Mollet, les difficultés financières s’aggravent et touchent le crédit international de la France. Le gouvernement Bourgès-Maunoury et surtout le gouvernement Gaillard tentent de réagir, tandis que le CNPF se mobilise de manière exceptionnelle pour tenter de peser sur l’adaptation de la France à la CEE. Les événements d’Algérie précipitent toutefois la crise finale de la IVe République.

A. Les difficultés financières et le crédit international de la France

Les déficits croissants de la balance des paiements inquiètent les décideurs français car ils la rendent plus dépendante de la bonne volonté de ses part...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540