Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Première partie. La France face à la réorganisation de l’Europe : les défis du marché commun et de la ZLE (1955-‎‎1958)‎

Chapitre premier. La CEE sans enthousiasme (1955-mars 1957)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La négociation du Marché commun fait parfois figure de miracle tant elle a réussi à concilier des objectifs très éloignés. La convergence des positions s’est effectuée, du point de vue français, en trois étapes. Dans un premier temps, après la conférence de Messine de juin 1955, les discussions restent ouvertes et débouchent sur de nombreux projets. C’est le rapport Spaak d’avril 1956, qui constitue la véritable base de la négociation. Dans un second temps, à l’été 1956, le gouvernement français s’efforce de surmonter l’opposition de l’administration française pour définir une position réaliste. Cependant, le modèle du Marché commun reste toujours menacé jusqu’à la fin des négociations, en mars 1957, soit en interne par les nombreux décideurs français sceptiques, soit en externe par l’affirmation progressive du projet de ZLE. Finalement, le traité de Rome du 25 mars 1957 met en place une organisation originale et dynamique.

I. L’invention d’un Marché commun hypothétique (juin 1955-av...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540