Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Conclusion générale

Texte intégral

1L’étude de l’activité des hommes qui constituent le sommet de la pyramide financière révèle une organisation administrative encore relativement sommaire. Cependant, la première moitié du 16e siècle est marquée par des transformations institutionnelles non négligeables (naissance du trésor de l’Épargne ou de celui des finances extraordinaires et parties casuelles) et par un certain essor des effectifs. Ce dernier est sensible en raison même de la croissance – modérée il est vrai – du nombre des charges de haut rang. Mais les effectifs les plus importants sont à chercher du côté du personnel subalterne qui, sous l’autorité des principaux officiers, fait fonctionner les services financiers des recettes générales ou de l’administration des guerres.

  • 1 Peytavin, Naples, p. 290, définit deux profils, l’un où l’office correspond à un atavisme familial (...)

2On peut s’interroger sur les motifs qui conduisent tel ou tel individu à détenir un office : héritage à assumer, affaire de goût ou d’ambition, hasard ou spéculation, exploitation de compétences, avec toutes les combinaisons possibles entre ces différents facteurs. Dans le cas des grands officiers de finance, un profil type se dégage, marqué tout d’abord par le caractère durable de leur engagement. L’investissement financier non négligeable du départ manifestait déjà une claire volonté de servir le roi. Mais surtout il n’est pas rare qu’il s’agisse d’un choix qui oriente toute une vie1. Dès lors la notion de carrière prend toute sa pertinence, à condition cependant de ne pas prendre une signification trop technique : il ne saurait être ici question d’avancement réglé ou d’ancienneté, à la différence de ce qui peut exister dans les secteurs du service monarchique où la notion de corps s’impose déjà. On retrouve ici un aspect du caractère relativement sommaire de l’organisation interne des services financiers. Cela tient sans doute pour beaucoup au fait que ces agents sont avant tout au service d’un homme, le roi, ainsi que de ses proches. Plutôt que de servir la monarchie (même si quelques indices vont déjà dans ce sens), il s’agit fondamentalement de servir le roi, en tant que roi et, pour certains du moins, en tant que patron. La dimension domestique, personnelle, de leur engagement explique l’impact que peut avoir un changement de règne, particulièrement pour ceux qui occupent les postes les plus élevés. L’avènement d’Henri II entraîne ainsi l’emprisonnement de Gilbert Bayard, la disgrâce de Jehan II Duval et la promotion d’hommes comme André Blondet (à l’Épargne) ou Raoul Moreau et les frères Le Fèvre (à l’Extraordinaire des guerres).

  • 2 Voir sur ce dernier point les conclusions de Hamon, Argent du roi, p. 558.

3La compétence financière des grands officiers est généralement le fruit d’une formation au sein du milieu familial ou dans des postes de clercs ou de commis. Elle repose donc sur une pratique concrète : les gens de finance n’ont pas à gérer, comme parfois les juristes, le problème de l’adéquation entre formation théorique et exercice de leur activité. Il leur est cependant nécessaire de se tenir au courant des évolutions législatives, tâche qui ne semble pas très lourde. Les exigences du contrôle des fonds en revanche sont relativement contraignantes. Cependant les techniques requises pour l’exercice de leurs tâches ne semblent pas très sophistiquées. Mais il faut garder à l’esprit le fait que des pratiques qui nous apparaissent aisées à maîtriser peuvent, dans un contexte social et mental différent, être regardées d’un tout autre œil par les acteurs sociaux. Si le recours au mot « technicien » pour ces hommes de finance doit se faire avec une certaine prudence, il n’empêche que leur rôle central dans la gestion des fonds, en particulier pour les opérations de rassemblement, de circulation et d’enregistrement de l’argent, est incontestable. De même, dans le domaine du crédit, leur place est notable. L’argent qui, à cette époque, est avancé par eux au roi ou à ses agents provient de leurs fonds propres ou de ceux des autres hommes de finance (officiers, marchands-banquiers, marchands intéressés dans les finances), plus rarement d’autres officiers ou d’autres marchands. Mais jamais ou presque les grands officiers de finance ne se trouvent dans la posture, si courante chez les financiers du 17e siècle, d’intermédiaires et de prête-noms pour les avances discrètes des puissants. Il est vrai qu’il ne s’agit pour l’heure que de sommes relativement limitées, à la mesure d’un État monarchique financièrement léger2.

  • 3 Sur ce plan, le second quart du 16e siècle marque une première étape, avec le recul des grands prê (...)
  • 4 On trouve dans la première moitié du 16e siècle quelques individualités qui annoncent les temps no (...)

4Tout bien pesé, la Renaissance correspond sans doute à l’apogée du rôle financier des grands officiers, ex officio. Le nouveau système de crédit qui se met en place très vraisemblablement dans la seconde moitié du 16e siècle, entraînera un déclassement des officiers en tant que fournisseurs de fonds3. Une évolution parallèle conduit à l’essor d’autres catégories d’agents financiers (gros fermiers, partisans, traitants, donneurs d’avis…) qui relaieront pour une part importante les officiers dans leur tâche de mobilisation et de circulation des fonds4. Pour l’heure, ceux-ci s’imposent par leur double compétence de gestionnaire et de fournisseur de capitaux. Il est clair que c’est leur insertion dans des réseaux actifs et efficaces, tant humains que financiers, qui leur procure des moyens d’agir.

  • 5 Dans de rares cas, on peut avoir l’impression que c’est après avoir servi dans d’autres secteurs q (...)
  • 6 Le Maçon, Épitre, p. 3.

5Leur activité financière donne donc aux grands officiers une visibilité importante en tant qu’agents du roi. Elle est généralement l’instrument essentiel de leur réussite. Mais leur aptitude au service et leurs compétences peuvent être ensuite mobilisées pour les tâches les plus diverses5. Une polyvalence réelle est donc logiquement requise de ces serviteurs du roi et certains font en définitive figure de généralistes du service royal. Si l’exploitation la plus large de leurs compétences vient buter sur les limites matérielles et humaines de leur efficacité, il est clair cependant que beaucoup font montre d’un engagement considérable. Anthoine Le Maçon, dans l’épître dédicatoire de sa traduction du Décaméron, le rappelle clairement : « Mon estat et profession […] requièrent employer le temps à autre chose qu’à traduire livres »6. Et pourtant, dira-t-on, il traduit ! Mais c’est qu’il s’agit encore d’une forme de service, puisque ce travail est entrepris à la demande de la sœur du roi, Marguerite de Navarre… Le service du roi peut devenir épuisant pour ces hommes. La place qu’il occupe dans leur existence est relativement exceptionnelle parmi les élites sociales du temps, y compris pour celles, nettement minoritaires, qui appartiennent au monde de l’office. Qu’on songe par exemple au temps consacré par un Gilles de Gouberville à ses activités au sein des Eaux et Forêts. Avec le 17e siècle en revanche, ce comportement se diffusera sensiblement. L’ampleur de l’engagement va donc finalement au-delà de la seule démarche professionnelle évoquée plus haut au sujet des finances, avec ce qu’elle supposait de polarisation sur un secteur donné du champ des interventions monarchiques. Cette ampleur fait également deviner la dimension humaine, voire affective, du service rendu, qui est souvent difficile à mesurer. Le contact avec le roi, avec sa famille ou ses proches souligne que l’engagement de beaucoup des grands officiers de finance correspond à un investissement humain global.

6Il se manifeste très activement en temps de conflit. Les guerres constituent le poste de dépense essentiel de la monarchie et l’activité militaire donne aux grands officiers de finance un rôle accru. Celui-ci peut se traduire par des profits également accrus. Cela vaut pour le trésorier de l’Extraordinaire, payé au prorata des sommes maniées, ou pour tous ceux qui se voient confier des missions supplémentaires, par exemple à la suite des armées. Mais cela représente aussi un net surcroît de labeur. Les crises de trésorerie, récurrentes, placent parfois les grands officiers dans des situations très difficiles. En première ligne pour répondre aux exigences du roi et du conseil, ils sont de ce fait fort exposés en cas de dysfonctionnement. La menace qui pèse sur eux n’est pas celle de la faillite, mais des sanctions. Or l’urgence et les nécessités matérielles de la mobilisation des fonds leur imposent souvent de ne pas respecter strictement les procédures comptables en vigueur. Leur attitude en ce domaine, fréquemment dénoncée, ne relève donc pas forcément d’une volonté de malversation, mais peut correspondre aussi au souci de servir le roi. Il est possible qu’une longue familiarité, non exempte de sympathie, avec ces hommes, pendant près de quinze ans, me conduise à leur chercher de façon excessive des circonstances atténuantes et à minimiser leurs propres détournements. Mais la tendance traditionnelle de l’historiographie en ce domaine leur est si défavorable qu’il n’est pas inutile d’attirer l’attention sur ce point d’une façon un peu appuyée.

7Quoi qu’il en soit, les grands officiers font l’objet de poursuites royales tout au long de la période. Il est d’ailleurs probable que bon nombre des victimes de ces procédures, Semblançay en tête, se perçoivent avant tout comme de bons serviteurs, et ont dû être surpris, voire indignés, du procédé lui-même. Outre qu’il est possible que certains de ces officiers, se croyant personnellement indispensables, aient fini par occulter leur incontestable vulnérabilité. Lorsque le processus est enclenché, la mobilisation est générale pour faire face aux attaques. La défense des grands officiers accusés représente alors une énorme dépense d’énergie. La mesure de l’impact des poursuites est délicate. Individuellement, il peut être terrible. À l’échelle des familles cependant, il est généralement limité, tant pour la position sociale que pour la fortune. Il s’agit souvent d’un obstacle temporaire, parfois d’un frein plus ou moins durable, mais jamais d’un couperet définitif.

8On ne note d’ailleurs pas de rupture nette dans l’emploi par le souverain des poursuivis (et des suspendus) ou de leurs descendants après les vigoureuses attaques des années 1527-1535. Cela vaut même pour les finances. Les fils Bohier et les Babou, Jehan Godet et Anthoine Le Maçon, Hugues Malras, François de la Colombière ou Gui de la Maladière trouvent ou retrouvent une haute charge financière après la bourrasque. La monarchie continue d’exploiter les compétences. Ce qui pose le problème de la rareté des hommes utilisables dans ces fonctions. Ici encore, c’est l’intégration dans des réseaux socio-professionnels, et la maîtrise de ces derniers, qui expliquent pour une bonne part la « fidélité » du souverain à ceux-là même dont son conseil et lui ont dénoncé et poursuivi les fautes, réelles ou supposées. Dans cette perspective, l’arrivée d’hommes relativement nouveaux à partir de 1542 correspond à un élargissement du groupe, non au remplacement de ceux qui étaient employés auparavant.

9L’acharnement des intéressés à se maintenir dans leurs charges, malgré les déboires qu’ils subissent, est également révélateur. Il souligne combien la détention et la conservation durable d’un grand office de finance est importante pour eux. Il faut dire que celui-ci joue un rôle clé dans l’enrichissement. Je pense avoir démontré que les profits légitimes sont considérables et peuvent justifier à eux seuls l’intérêt qui est porté à ces charges : les grands offices de finance constituent une spéculation très rentable, à la mesure du labeur qui est exigé, voire des risques individuels qui sont encourus.

10L’office de finance joue également un rôle moteur dans l’ascension sociale. Il assure en premier lieu un prestige qui n’est pas à négliger. Cependant il ne constitue généralement qu’une étape : les familles l’abandonnent au bout d’un certain temps d’exercice. Le choix du moment est ici essentiel car une reconversion trop précoce ou mal calculée peut s’avérer dramatique pour la position sociale. Se produit alors un déplacement vers d’autres sphères du capital investi dans le service financier de la monarchie. Celui-ci est (plus ou moins bien) utilisé pour se bâtir une place solide, stable au sein des élites sociales. Bien sûr, il faut récuser ici une instrumentalisation trop réductrice : le service du roi, on l’a vu, a d’autres dimensions, y compris affectives. D’ailleurs il est fréquent de continuer à y participer ensuite, sous une autre forme. Mais le retrait par rapport à la gestion des finances met largement à l’abri des poursuites, voire des disgrâces. Il permet d’accéder à une certaine autonomisation de la position sociale en faisant en sorte que la richesse accumulée ne soit plus seulement signe de la grâce du roi, d’ailleurs acquise par une manipulation d’argent qui n’est pas toujours des mieux considérées.

  • 7 Voir Hamon, Entre salut et statut, passim.

11Chez les gens de finance, les ascensions sociales, sur une ou deux générations, sont, en cas de réussite, spectaculaires. Elles s’articulent avec une accumulation patrimoniale importante. La richesse, en soi, a plutôt un caractère socialement valorisant. En revanche, l’enrichissement en lui-même est plus problématique. Il est cependant possible qu’il soit mieux toléré à la Renaissance qu’il ne le sera dans la suite de l’époque moderne. À condition cependant qu’il soit associé à un comportement perçu comme moralement légitime s’exprimant en particulier dans l’attitude envers les pauvres7. Le champ chronologique restreint de cette étude ne permet pas véritablement d’analyser les logiques de transmission sur plusieurs générations. Elles seraient probablement assez délicates à observer en raison des lacunes documentaires et de la grande plasticité des patrimoines. Si les acteurs sociaux semblent avoir le souci de transmettre leurs biens, l’hypothèse d’une fragilité non négligeable sur le long terme paraît recevable pour bon nombre de familles. Mais n’est-ce pas en définitive une autre façon de dire que la durée d’existence de beaucoup d’entre elles est assez réduite à l’échelle historique ?

  • 8 Ce qui paraît aller dans le sens d’une évolution générale : voir les remarques de Descimon, Corps (...)

12L’ascension socio-économique des grands officiers de finance est liée également à leur insertion dans des réseaux multiples, qui vont bien au-delà des seuls réseaux financiers déjà évoqués. Ceci constitue pour eux un atout social fondamental lié d’abord à leur appartenance à des familles qui peuvent leur fournir des informations, une protection, des appuis et des capitaux. La position centrale qu’ils occupent découle des diverses fonctions exercées au service du roi et fait d’eux des solliciteurs, des médiateurs, voire des protecteurs privilégiés. D’où, comme toujours, l’importance du sens du placement social, en lien avec les placements strictement financiers. Cela vaut par exemple pour les relations précieuses que leur procure leur position de créanciers des puissants. Cette situation va cependant de pair avec une intégration de plus en plus nette dans les clientèles. Pour les grands officiers, les solidarités verticales semblent jouer un rôle croissant, alors même que les relations horizontales s’atténuent, avec la dislocation du groupe de « Messieurs des finances » comme avec l’incapacité à définir un modèle corporatif satisfaisant8.

13Globalement d’ailleurs, la richesse sociale des relations nouées peut poser problème. Sa gestion en effet s’avère parfois délicate : elle pose des problèmes de cohérence, en raison d’une dispersion excessive ou bien de choix non pertinents. Multipler les solidarités conduit parfois à les affaiblir et donc à remettre en cause leur efficacité en cas de tension grave. C’est peut-être ce cas de figure, sur le plan politique, qui s’est révélé mortel pour Jehan de Poncher en 1535. D’autre part il n’est pas évident pour les hommes de finance de concilier désir de mimétisme social avec singularité (qu’elle soit voulue ou subie) d’un parcours qui demeure, malgré la relative ouverture de la période, idéologiquement suspect dans ses modalités mêmes. Une contradiction peut également apparaître dans la gestion spatiale de leurs stratégies sociales. Celles-ci ont en effet la possibilité de se développer soit à l’échelle du royaume (avec en point de mire le roi, la Cour, la capitale et l’Ile-de-France) soit à une échelle locale, ou plutôt provinciale. L’impact de ce « choix », s’il est fait clairement, est net aussi bien pour les offices que pour le patrimoine foncier. En ce domaine la régionalisation des comportements comme des investissements, par exemple dans la foulée des réformes de 1542, peut faire figure, selon les cas, de contrainte ou d’issue. Au bout du processus, deux logiques de réussite sociale : la logique curiale, qui est celle des Beaune, de Semblançay à ses petits-enfants, ou la logique provinciale, choisie par les La Croix qui s’intègrent dans la noblesse seconde champenoise, ou par les Puget qui font partie de la noblesse de robe en formation du parlement d’Aix. La première voie, plus aléatoire, est aussi plus spectaculaire. La seconde, peut-être plus sûre, borne les ambitions, à un niveau déjà élevé il est vrai.

14Ainsi se dégagent des choix familiaux divers. Est-ce pour déboucher sur le constat de l’infinie diversité du réel, y compris au sein d’un groupe pourtant restreint ? Variété des devenirs et faiblesse de l’effectif se combinent pour rendre aiguë la question de la signification sociale de cette étude. Or je persiste à penser que, dans une démarche prosopographique, ce qui importe avant tout ce sont les éléments, les analyses qui peuvent, sinon être généralisés, du moins servir d’instruments pour une compréhension la plus large possible de la société du temps, tant dans ses structures que dans la logique de fonctionnement de ses acteurs. Ainsi, parmi les perspectives ouvertes ici, figure celle de l’articulation entre service du roi et ascension sociale. Elle pose la question de la dépendance et de l’autonomie par rapport à la monarchie, deux positions successivement, et parfois concurremment envisagées, mais également celle de l’absence de cohésion interne liée à l’impossibilité d’offrir un modèle social et idéologique satisfaisant à cause du problème structurel posé par le rapport à l’argent. Le groupe des grands officiers de finance permet ici de pousser à leur paroxysme les conséquences, aussi bien positives que négatives, de l’engagement au service du roi

15Certes, en raison de la faiblesse de leur effectif, l’impact social de leur action reste limité. Mais il faut les voir comme la pointe extrême d’une nébuleuse beaucoup plus large qui englobe l’ensemble du Tiers-État en ascension. Leur situation de pointe est symbolisée par l’exceptionnelle réussite que représente la construction de certains des plus célèbres « châteaux de la Loire ». Elle est également marquée par la précocité de leur évolution (par exemple dans le reflux des solidarités horizontales et la place croissante de liens de clientèle), par le grossissement des phénomènes (des ascensions particulièrement rapides) et enfin par la polarisation des facteurs (polyvalence extrême ; combinaison du service du roi – absent chez les grands marchands – avec la « malédiction de l’argent » – largement ignorée par les gens de justice, sauf pour ce qui concerne la vénalité). Le caractère spectaculaire de leur réussite (sans négliger pour autant des échecs individuels) fait du groupe choisi, dans cette logique, sinon un modèle, du moins une référence par rapport à laquelle situer les autres catégories concernées par le même phénomène.

16Dans une logique proche, les grands officiers de finance constituent un groupe – ou du moins un ensemble d’hommes et de familles – qui vit la mobilité à un degré superlatif par rapport aux structures et aux pratiques sociales du temps. Cela est manifesté par l’importance de leurs déplacements, par leur rôle central dans la circulation de l’argent, et partant, dans les phénomènes de déthésaurisation, par la fluidité de leurs patrimoines, tant en ce qu’il évolue en volume que parce qu’on y observe d’importants changements dans la nature du capital détenu, par leur mobilité sociale enfin, particulièrement marquée, et qui les pousse parfois à se faire les agents de l’introduction de modèles et de valeurs culturels nouveaux. Les répercussions de leur comportement se propagent autour d’eux en ondes concentriques avec des modalités et une ampleur qui, si les sources le permettent, mériteraient une étude propre. Les grands officiers de finance sont des agents de circulation exceptionnels dans une société plus souple sans doute qu’on veut bien le dire parfois.

  • 9 Voir quelques réflexions dans Hamon, Réorganisation, passim. C’est une piste de recherche que j’es (...)
  • 10 Voir en particulier les travaux de Peter Partner.
  • 11 Voir les remarques de Mireille Peytavin sur le livre de Tamar Herzog, La administraciôn como un fe (...)

17Ce n’est pas seulement cette interraction avec les autres groupes sociaux qui ouvre des perspectives de recherche complémentaires. Une comparaison plus détaillée avec les choix et les comportements des grands marchands (place de la polyvalence, rapport à l’argent, stratégies socio-culturelles) serait également fructueuse. Mais c’est hors du royaume qu’il faut porter pour finir nos regards. Mener une étude comparée des hautes administrations financières serait du plus grand intérêt9. À titre d’exemple, l’État pontifical semble présenter des similitudes notables, du taux de profit des offices aux stratégies d’anoblissement des officiers10… Cela permettrait, entre autres, de reprendre à frais nouveaux la question de savoir si l’office crée une position sociale ou s’il se contente de la confirmer11. Plus largement, la gestion des finances offre un bon angle d’attaque pour cerner la répartition et le jeu des pouvoirs au sein de l’État dit moderne. En filigrane se dessine enfin un problème central : est-ce qu’au temps de la première modernité on dirige parce qu’on est riche, ou bien est-ce l’inverse qui est vrai ? Certes l’opposition est schématique, et certainement trop brutale. Mais elle est âprement débattue. Les avis sont partagés, en particulier en fonction de la place que l’on reconnaît à la détention du capital économique dans les sociétés anciennes. « Capitalistes » et « techniciens » à la fois, au moins pour ce qui touche au service du roi, les grands officiers de finance offrent un bon terrain d’enquête pour une telle réflexion, à l’échelle européenne.

Notes

1 Peytavin, Naples, p. 290, définit deux profils, l’un où l’office correspond à un atavisme familial ou à une entrée précoce, l’autre où l’opportunisme joue un rôle décisif, l’office étant intégré dans des stratégies qui le dépassent largement. Il est clair que les grands officiers de finance se rattachent massivement au premier profil.

2 Voir sur ce dernier point les conclusions de Hamon, Argent du roi, p. 558.

3 Sur ce plan, le second quart du 16e siècle marque une première étape, avec le recul des grands prêts fournis par « Messieurs des finances ». On peut supposer que l’entrée massive des capitaux des puissants dans le financement de l’État monarchique réduit également l’importance des fonds issus du grand commerce : de ce fait, le rôle financier et, partant, politique des grands marchands-banquiers est certainement plus grand au 15e siècle et à la Renaissance qu’il ne le sera ultérieurement.

4 On trouve dans la première moitié du 16e siècle quelques individualités qui annoncent les temps nouveaux. Ainsi par exemple Jehan Rouvet, marchand bourgeois de Paris, fermier d’impositions sur le vin dans la capitale, fournisseur de greniers à sel et munitionnaire.

5 Dans de rares cas, on peut avoir l’impression que c’est après avoir servi dans d’autres secteurs que les individus concernés aboutissent aux finances. En fait généralement, ces fonctions initiales les ont déjà largement mis en contact avec les questions d’argent. Cela vaut pour Anthoine de Lamet et ses missions suisses, comme pour Jehan d’Estourmel, commissaire des guerres et donc au fait des problèmes financiers de l’administration militaire.

6 Le Maçon, Épitre, p. 3.

7 Voir Hamon, Entre salut et statut, passim.

8 Ce qui paraît aller dans le sens d’une évolution générale : voir les remarques de Descimon, Corps de ville, p. 127.

9 Voir quelques réflexions dans Hamon, Réorganisation, passim. C’est une piste de recherche que j’espère pouvoir approfondir ultérieurement.

10 Voir en particulier les travaux de Peter Partner.

11 Voir les remarques de Mireille Peytavin sur le livre de Tamar Herzog, La administraciôn como un fenômeno social : la justicia penal de la ciudad de Quito (1650-1750), Madrid, 1995, dans A.H.S.S., 51e année, n° 3, mai-juin 1996, p. 683.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540