Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Seconde partie. Les offices de finance dans la société de la Renaissance

Chapitre VI. La condition sociale des officiers de finance

Texte intégral

  • 1 Tournon, Correspondance, lettre n° 643 (16-12-1558).

1Les Robertet offrent, au milieu du 16e siècle, l’exemple d’une famille qui a réussi son ascension sociale. Ils ont su se faire un nom, comme en témoignent les propos du cardinal de Tournon dans une lettre adressée en 1558 à Florimond Robertet le jeune, petit-fils du serviteur de Louis XII et François Ier : « Vous portez ung nom et estez d’une race que je ne sçaurois jamais oublier »1. La réussite individuelle du « grand » Florimond, préparée par les premières étapes franchies par son père Jehan, s’inscrit donc ici dans toute une histoire familiale. La réussite des Robertet, particulièrement spectaculaire, tient sans doute à ce que, mieux que d’autres, ils sont parvenu à multiplier et à faire fructifier les solidarités les plus diverses.

  • 2 Denis Richet, La France moderne : l’esprit des institutions, Paris, 1973, p. 81.
  • 3 Raunié, Épitaphier, t. V, p. 189. Dans l’ensemble, le personnel domestique des grands officiers es (...)

2Avec Florimond Robertet, même si c’est à un niveau un peu inférieur, l’ensemble des grands officiers de finance peut prétendre faire partie de ceux que Denis Richet désigne sous le nom de dominants2. Sur le plan social, mille signes le manifestent. Ainsi de la détention d’une importante maison, bien structurée : un Nicolas de Neufville dispose, outre une nombreuse valetaille, d’un maître d’hôtel et d’un chapelain dès 15263. Il est vrai que pour des hommes comme Robertet ou Neufville, la place du service des finances royales dans l’ascension sociale est importante, mais elle n’est pas unique, peut-être même pas décisive. Il n’en va pas ainsi pour la plupart de leurs pairs. Mais, quoi qu’il en soit, pour tous sans exception, le service monarchique dans sa globalité joue un rôle décisif. Leur permet-il d’acquérir un statut spécifique ? Et la condition d’officier de finance prend-elle dans ce cas un relief particulier ? Il faudra cerner le plus précisément possible la position de nos officiers pour répondre de façon pertinente.

3L’accès à une situation sociale en vue n’est pas automatique. Il y a des ratés dans l’ascension : certains individus, certaines familles, restent sur le bord de la route. Malgré les difficultés plus grandes à suivre leurs destinées, il convient de dégager la logique de leurs échecs. Au-delà de ces clivages internes, il est peut-être encore plus intéressant de s’interroger sur les tensions sociales provoquées par l’essor d’hommes comme les grands officiers de finance. La place de ces tensions, leur signification constitueront donc la dernière étape de ce chapitre.

I. L’INTÉGRATION AU SEIN DES ÉLITES

4Les grands officiers de finance, ces dominants, font donc incontestablement partie des élites de la société française de la Renaissance. En dessous, parfois à côté des puissants, ils cherchent à élargir leur surface sociale et à accroître leur dignité. Ils doivent donc être situés par rapport aux trois principaux pôles élitaires de leur société : le monde de la notabilité urbaine, celui de la noblesse et celui du clergé, étant bien entendu qu’il y a des passerelles et des intersections entre ces différents mondes. Les grands officiers de finance s’inscrivent cependant dans un mouvement d’ensemble de promotion sociale, qui mérite ensuite une synthèse propre. Mais la variété des points de départ et des stratégies impose ici de ne jamais perdre de vue la riche palette des nuances, qui donne sens et couleur au devenir de chaque famille, voire à celui de chaque individualité.

A. LES HONNEURS URBAINS

1. Des bourgeois ?

  • 4 Teyssot, Riom, p. 486 ; B.N. D.B. 422 (11256) : père et grand-père d’Hugues Malras désignés comme (...)
  • 5 A.D. Rhône, 3E 4203 f° 19v° et 4205 f° 168v°. Autre cas isolé, celui de Nicolas Le Coincte, change (...)

5De par son enracinement urbain, l’immense majorité des grands officiers de finance peut sûrement exciper de sa qualité de bourgeois de telle ou telle cité, de Tours à Paris ou à Lyon. Mais, tout comme les parlementaires parisiens, ils jouissent le plus souvent du droit de bourgeoisie sans généralement en porter le titre. On note même un reflux dans son utilisation, sensible aussi bien chez les de Ceriers de Riom, les Malras d’Aurillac que chez les Grolier de Lyon4. Le lien entre l’accès à l’office et cette disparition s’impose : une certaine prise de distance socio-culturelle s’exprime ici. Mais la réalité reste nuancée comme en témoignent les exemples lyonnais d’Estienne Grolier, trésorier de Milan en 1509, ou du jeune Claude de Bourges, visiteur des gabelles en 1524 : tous deux sont alors désignés comme bourgeois de Lyon, sans que cette prise de dignité ait à jouer un rôle spécifique dans l’acte en question5. Pour autant, il s’agit bien de cas isolés.

  • 6 A.N. M.C. CXXII 1061 (mai 1541, dans la liasse de juin). Eustache Luillier, gendre de Loys de Ponc (...)
  • 7 A.N. Z1a 54 f° 15 (20-11-1528).

6En effet les gens de finance ne manifestent plus guère leur qualité de bourgeois qu’en de rares occasions, lorsque celle-ci peut leur procurer un avantage quelconque. Jehan I Duval, convoqué à la levée du ban et de l’arrière-ban du bailliage d’Évreux à cause de ses seigneuries de Rugles et Bailly, rappelle qu’il ne pourra comparaître car « il est bourgeoys de Paris et il entend comparoir et assister en personne au ban et arrière ban cryé en lad. ville de Paris au premier jour dud. moys de juin prochan. venant »6. Lors d’une procédure entre Jehan Prévost et Jehan Sapin, ce dernier se réclame du privilège des bourgeois de Paris de « faire procedder par voye d’arrest sur leurs debteurs ». Ce à quoi Prévost rétorque que Sapin précisément ne peut en jouir car il n’est pas bourgeois de la capitale, d’autant qu’il demeure à Tours « où il est de présent, et y a plus de quatre moys qu’il ne fust en ceste ville ». Prévost en revanche se prétend pour sa part « vray bourgeois, manant, habitant et domicilliaire de Paris »7.

  • 8 Un exemple avec Philippe Le Tirant en 1544 : R.D.B.V.P., t. III p. 30.
  • 9 A.N. M.C. XLIX 71 (8-1-1544) et XIX 169 (12-7-1546) ; B.N. Carrés d’H. 123 f° 111. Aucun des trois (...)

7En dehors de ce cas de figure, certains officiers sont évidemment désignés comme bourgeois… lors de leur participation aux assemblées de ville8. Viennent ensuite ceux qui se sont retirés des offices, à l’image de Jehan Brachet, bourgeois d’Orléans en 1544, d’Anthoine Le Maçon, bourgeois de Paris en 1546 ou de Claude de Bourges, bourgeois de Lyon en 15719. C’est certes le signe que cette dignité a encore une certaine valeur, mais, ici encore, il faut beaucoup restreindre son impact. Il est exceptionnel que les intéressés s’en revêtent, et parmi les nombreuses autres minutes qui concernent Jehan Brachet et plus encore Anthoine Le Maçon, jamais on ne retrouve une telle désignation. Autant la mention de la seigneurie principale est immuable, autant celle de bourgeois est exceptionnelle : en règle générale ils sont dits « demourant » à Orléans ou Paris. En définitive, les occurrences sont donc très peu nombreuses.

  • 10 Spont, Semblançay, p. 78 note 2.
  • 11 Gauchery, Livre d’Heures, p. 318. Il parle à ce sujet de « chevalerie roturière ». L’expression es (...)
  • 12 Rodiere, Épitaphier, p. 91. Il existe cependant des confréries urbaines dont l’accès est interdit (...)

8Au sein de la ville, les gens de finance cherchent en outre à se rattacher à des entités procurant un surcroît de prestige, qui sont souvent à tonalité religieuse. À Tours, Jehanne Ruzé, femme de Semblançay, entre en 1505 dans la prestigieuse confrérie de Saint-Gatien10. À Bourges, les Lallemant sont chevaliers de l’ordre de Notre-Dame de la Table ronde, qui mêle à la tradition chrétienne les souvenirs du roman courtois. Cet « ordre » regroupe, semble-t-il, les Berruyers les plus considérés11. A Amiens, la désignation comme maître annuel de la confrérie du Puy Notre-Dame est un honneur envié. Il échoit en 1529 à Pierre Faure, nouveau receveur général de Picardie. Pour ce Rémois d’origine, c’est une marque nette d’intégration à la haute société amiénoise12.

2. L’administration urbaine

  • 13 Varin (éd.), Archives de Reims, Archives législatives, IIe partie, Statuts, vol. I, p. 680, 690-69 (...)
  • 14 Contamine, Histoire militaire, p. 268.
  • 15 C.A.F., t. V n° 16073 ; A.N. M.C. VIII 35 (2-4-1524).
  • 16 A.C. Dijon, M 8 et 9. L’office de Claude de Bourges est supprimé par rachat en 1559.

9Parallèlement à leur insertion dans ces cercles socialement restreints, les officiers de finance prennent part à l’administration des cités. Ils jouent évidemment un rôle dans la gestion financière. Mais leur participation directe est relativement rare. Jehan Pioche, futur receveur général en Champagne, est receveur des deniers communs à Reims. Il prend en cela la suite de son père Gibrien, par ailleurs receveur des aides et tailles. L’exemple rémois montre également que le rôle des officiers du cru ne se limite pas à la détention d’un office municipal. En 1514-1515, Guillaume Le Vergeur, élu de Reims et beau-père de Pierre Faure, est commis par le conseil de ville à la reddition des comptes de la cité. En 1521, c’est Pierre Faure, alors receveur des tailles, qui présente au roi une supplique des habitants de Reims. En 1531, le grenetier Nicolas Goujon avance des fonds à la ville afin qu’elle règle sa contribution à la rançon du roi13. Les choses sont sensiblement différentes lorsque les intéressés sont contrôleurs des deniers communs. Ces officiers, dont l’existence a été imposée aux villes par le roi, font généralement figure d’œil de la monarchie dans les cités, en particulier pour l’entretien des fortifications14. Bénigne Serre et Guillaume de la Lande exercent cette fonction respectivement à Dijon et Caen15. Claude de Bourges fait mieux encore puisqu’il devient en 1555 général superintendant des deniers communs des villes de la généralité de Bourgogne. Le cas dijonnais illustre bien les tensions provoquées par cette intrusion dans les finances urbaines : la ville est en procès au bailliage et au parlement, de 1516 à 1522, avec Bénigne Serre qu’elle ne veut pas laisser exercer librement sa charge. Une génération plus tard, en 1558, les magistrats municipaux refusent de communiquer à Claude de Bourges les titres justifiant la concession de leurs octrois16. Le contentieux accumulé explique-t-il, au moins partiellement, l’échec ultérieur de Serre à la mairie de Dijon ? On notera également que le lyonnais Claude de Bourges s’est bien gardé d’acquérir une charge de superintendant dans sa province de résidence ; il est vrai qu’il est un membre actif du consulat de la capitale des Gaules…

  • 17 R.D.B.V.P., t. II p. 149 et 185. Dès 1501 il est vrai un autre tourangeau, Loys de Poncher, était (...)

10C’est en effet la participation active au gouvernement municipal qui correspond à l’échelon supérieur des honneurs urbains. À Paris, en suivant les données du registre des délibérations du bureau de la ville, on constate une coupure assez nette dans la participation des grands officiers de finance. Pour la période qui s’étend jusqu’au début des années 1530, ils occupent une place limitée certes, mais non négligeable : Pierre Legendre est prévôt des marchands en 1508-1509, Nicolas Le Coincte échevin en 1519-1521, à une époque, il est vrai, où il est encore à peine sorti de la marchandise. Gaillard Spifame réalise l’avant-dernière carrière : échevin en 1521-1523, il est élu prévôt des marchands en 1528-1529. Il s’agit dans ces trois cas de familles bien implantées dans la capitale, tout comme pour le quartenier de 1507 Nicolas de Neufville. Ce sont également des hommes bien vus du roi, qui suit de près les élections parisiennes, et qui n’est, ainsi, sûrement pas pour rien dans l’élection de Spifame en 1528. Jehan Ruzé, receveur général en disgrâce et tourangeau d’origine, ultime éche-vin du groupe de 1532 à 1534, constitue donc par son profil une double exception17. Mais ensuite, la disparition est complète et durable : pas de grands officiers de finance dans le Petit Bureau avant le secrétaire des finances Nicolas de Neufville-Legendre, qui devient prévôt des marchands en 1566.

  • 18 En 1497-1498, 1507-1508, 1512-1513 et 1520-1521 : B.N. P.O. 556 (Bullioud) f 18. Sans doute d’aill (...)
  • 19 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 32 : le père en 1495, l’oncle en 1509 et 1514. Jehan fait presque fi (...)
  • 20 A.D. Rhône, Fonds Frécon, Dossiers Rouges, t. 2, famille de Bourges.
  • 21 Vial, Cléberger, p. 33 note 1.

11À Lyon, une distinction semble s’opérer entre ceux des grands officiers qui font leur carrière sur place et ceux qui la font au loin. Jehan Grolier, trésorier de France en Outre-Seine qui réside à Paris, et Anthoine Bullioud, général de Bretagne, désertent la municipalité. Ils pourraient pourtant y prendre la suite de leurs aînés, particulièrement présents dans cette institution : Aimé Bullioud, père d’Anthoine, a été de nombreuses fois consul18 ; Estienne et Anthoine Grolier, père et oncle de Jehan, sont eux aussi parvenus au consulat19. À l’inverse de Jehan Grolier et Anthoine Bullioud, Claude de Bourges, qui est implanté à Lyon, est conseiller de ville en 1525-1526, 1533, 1537-1538 et 1558-1559. Il s’inscrit lui aussi dans un solide lignage consulaire, avec son père, son frère Jehan et son fils Claude20. Quant à Martin de Troyes, commis à la trésorerie de Languedoc, et futur receveur général des finances à Lyon, tout horsain qu’il soit, il est conseiller de ville en 153921.

  • 22 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. III, vol. II, p. 208 et sq. On pourrait y ajouter des échevi (...)
  • 23 B.N. P.O. 1623 (37766) n° 25 ; A.C. Valence, BB 59 (25-4-1496) et 60 (25-4-1498).
  • 24 Teyssot, Riom, p. 486.
  • 25 Bouchet, Annales, supplément, p. 68 ; A.N. M.C. VIII 59 f° 146 ; Carré de Busserolle, Dictionnaire (...)
  • 26 Voir les développements de Roger Chartier et Hugues Neveux, Histoire de la France urbaine, tome 3  (...)

12En dehors de ces deux capitales, une chronologie d’ensemble se dessine. Au début du siècle, les grands officiers sont impliqués dans les gestions municipales. C’est Tours qui offre le cas le plus net, avec six mandats de maire entre 1497 (Thomas Bohier) et 1520 (Philibert Babou)22. Mais il est d’autres exemples : Bourges, où les frères Lallemant accèdent à la mairie respectivement en 1500 et 1510, Valence où Aymar de la Colombière est élu syndic en 1496, puis conseiller en 149823. Vient ensuite un temps faible, du début des années vingt à la fin des années trente, qui correspond à la période des poursuites contre les grands officiers. Même si le lien direct est impossible à prouver, on ne peut que noter la coïncidence. Seule exception connue : le mairat tourangeau d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues en 1531-1532. Le retour se fait sentir à partir d’Anthoine de Cériers, consul de Riom en 1538-1539. Il est vrai qu’il n’est pas encore devenu receveur général. Il s’inscrit par ailleurs dans une famille consulaire locale en place depuis plus de deux siècles et demi24. Plus probant est le cas de Poitiers où, en 1549, le receveur général Guillaume de Moraines devient maire et mieux encore celui de Tours avec Jehan Testu, éche-vin en 1540 et surtout Anthoine Bohier de la Chesnaie et Jehan Fournier, élus maires en 1545 et 154725. Le dossier demanderait à être étoffé, en particulier pour le Midi, mais il semble bien ici que la régionalisation joue son rôle, en donnant aux grands officiers un intérêt renouvelé pour les questions municipales. D’autant que leur résidence, souvent effective à partir du règne d’Henri II, rend l’exercice d’une telle tâche plus aisé. La place des membres du bureau des finances de Tours dans la municipalité de la ville au cours de la seconde moitié du 16e siècle laisse pressentir une présence soutenue. Les grands officiers de finance contribuent ici à la mainmise croissante des serviteurs de la monarchie sur les corps de ville26.

  • 27 A.C. Grenoble, BB 8.
  • 28 Je suis donc sur ce point en désaccord avec l’interprétation d’un exemple de même nature dans Chev (...)

13Au bout du compte, la prise de distance des grands officiers par rapport à la gestion des villes doit donc être relativisée. Certes l’addition des hommes concernés ne donne qu’un pourcentage réduit par rapport à l’ensemble du groupe. Mais l’enquête, je l’ai dit, a été incomplète. Certes la multiplicité de leurs activités rend leur implication, au temps de Louis XII et François Ier, aléatoire en raison de leurs séjours prolongés à la Cour, aux armées et dans d’autres villes. Il faudrait en outre pouvoir distinguer ce qui, dans la désignation de certains d’entre eux, tient à l’honneur qu’on veut leur rendre et ce qui relève d’un engagement actif dans la vie de la cité. Une telle charge n’est probablement pas une simple sinécure, ce qui peut expliquer pourquoi Jehan Gaucher, auditeur des comptes à Grenoble et futur commis à la trésorerie de la province, refuse le 22 décembre 1524 son élection comme premier consul de la ville : sa qualité d’auditeur l’en exempte27. À mon sens, en insistant pour respecter la législation en vigueur, c’est bien le poids de la charge, et non un honneur jugé trop modeste, que Gaucher refuse28.

3. Édilité et statut social

  • 29 C.A.F., t. I n° 3014 ; Quilliet, Officiers, p. 502-503 ; A.N. X1a 8621 (16-1-1557) ; A.N. M.C. XLI (...)
  • 30 Spont, Semblançay, p. 194 note 2. En mai 1512, il avait déjà offert douze « hacquebutes » : ibid.,(...)
  • 31 A.C. Nantes, CC 335, non folioté.

14D’ailleurs les grands officiers conservent un certain intérêt pour la vie des communautés urbaines. Il se manifeste tout d’abord avec la part prise dans la gestion des institutions d’assistance. A Paris, Jaques Charmolue est maître et gouverneur de l’hôpital du Saint-Esprit-en-Grève en 1528. Nicolas de Neufville a la même charge à l’Hôtel-Dieu en 1532, tout comme Jehan Grolier en 1557. Anthoine Pétremol de son côté participe à la gestion de l’hôpital des Enfants Rouges entre 1543 et 155129. Certes la dimension charitable et religieuse est peut-être plus forte ici que l’engagement au service de la cité. Mais les deux se conjuguent cependant. La contribution des grands officiers à l’effort collectif peut prendre des formes très diverses, par exemple la fournitures d’armes : en avril 1523, Semblançay offre à Tours deux couleuvrines et six fauconneaux30. De façon plus attendue, certains fournissent de l’argent aux municipalités : à Nantes par exemple, Florimond Le Charron, trésorier de Bretagne, avance 100 écus le 23 mars 1546 et Michel Cosson, ancien commis à la recette générale, 200 écus le 6 mai 154731.

  • 32 « Mémoire [anonyme] sur le logis abbatial de Saint-Ouen », Bulletin de la Commission des Antiquité (...)
  • 33 Chevalier, Tours, p. 530.
  • 34 Hautecœur, Architecture, t. I, vol. I p. 158.
  • 35 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 87-88.

15Les grands officiers de finance sont également attentifs à l’embellissement de leur cité. Ils y sont déjà sensibles à travers leurs responsabilités d’hommes du roi. Les trésoriers de France supervisent certains travaux, mais ce rôle ne leur est pas réservé. Le général de Normandie Thomas Bohier intervient dans la construction, à Rouen, d’un bâtiment destiné à abriter la cour des Aides et également dans des travaux réalisés au château de Caen32. Cependant le plus significatif ici est sûrement l’engagement détaché de ces contingences professionnelles. Le cas le plus flagrant est alors celui de la politique spectaculaire, et terriblement coûteuse, d’adduction d’eau lancée et financée sous Louis XII à Tours par Semblançay et Thomas Bohier33. D’une certaine façon, la construction par les gens de finance de beaux hôtels ajoute aussi un ornement aux cités. À Angers, le « bel, honneste et somptueux édifice » élevé par Olivier Barrault, trésorier de Bretagne, à la fin du 15e siècle, sert « à la décoration et honneur de la ville »34. Un tel investissement peut même revaloriser un secteur mal famé : l’édification de l’hôtel de Nicolas de Neufville, rue d’Autriche à Paris, s’apparente à une véritable opération d’assainissement social. Là où il y avait « plusieurs petits porches et méchantes maisons » Neufville permet d’éliminer un foyer de prostitution, car il a fait « chasser d’icelles [maisons] lesdites femmes et autre méchantes gens »35.

  • 36 Bonnet Saint-Georges et al., De l’Orme lyonnais, p. 41.
  • 37 R.D.B.V.P., t. II p. 396 et t. III p. 2.
  • 38 Chevalier, Tours, p. 458 note 115 ; Versoris, Livre de Raison, p. 192 (fin du paragraphe 331) ; Ga (...)
  • 39 Barrillon, Journal, t. I p. 163 ; Du Bellay, Mémoires, t. II p. 80.
  • 40 Voir l’exemple de Gaspard de Saillans, ancien trésorier des salpêtres et gendre de Claude de Bourg (...)

16L’aménagement de l’hôtel Bullioud, à Lyon, avec les premières traces conservées de l’activité de France de Philibert de l’Orme, est peut-être aussi à mettre en rapport avec le souci de recevoir correctement des hôtes de marque. Il pourrait s’agir ici de Jean du Bellay36. Ce faisant, c’est évidemment aussi leur propre exaltation qu’assurent les grands officiers. Ils sont à la fois flattés et contraints de faire montre de leur splendeur lorsque des personnalités de premier plan font étape à leur domicile. Leur reconnaissance sociale est alors éclatante. Il est prestigieux d’héberger, à Paris, François de Montmorency, le nouveau gouverneur de la ville, comme le fait Philippe Le Tirant en décembre 1538, ou son frère le connétable comme Nicolas de Neufville en novembre 153937. Il en va de même pour de grands seigneurs étrangers, souvent venus en ambassade : Philippe le Beau chez Thomas Bohier à Tours en décembre 1506, et à Paris le légat du pape en octobre 1526 chez Lambert Meigret, Hercule d’Este en mai 1528, à la veille de son mariage, chez Nicolas de Neuf-ville ou le duc de Norfolk à l’hôtel de Savoisy, chez la veuve Morelet en 153338. L’honneur suprême consiste évidemment à recevoir le roi lui-même. A Milan, François Ier descend chez Sébastien Ferrier en novembre 1515. A Paris, il séjourne chez Nicolas de Neufville vers mars-avril 152839. Autant en effet, dans ses périples, le roi est contraint de demander asile un peu n’importe où, autant, dans les grandes cités où les logis abondent, une telle faveur est généralement réservée à de très bons serviteurs. Les demeures des grands officiers en accueillant les hôtes de la collectivité, servent le roi, mais aussi la ville40.

  • 41 Une même attitude à Londres chez William Cecil, avec un litige en 1561 : Frank F. Foster, The Poli (...)
  • 42 R.D.B.V.P., t. II p. 55, 69 et 222 ; A.N. J 958 n° 37. En 1515, Jehan Ruzé fait « maçonner et asse (...)
  • 43 B.N. Cab. d’H. 224 (5812) f° 10 v° ; A.N. M.C. VIII 174 (29-5-1534).

17Ceux-ci en profitent d’ailleurs sans doute pour accroître leurs prétentions. L’approvisionnement en eau est ainsi à Paris un enjeu de lutte entre la municipalité et les grands officiers qui veulent un accès privé au réseau des fontaines41. En 1530, Nicolas de Neufville, plusieurs fois cité comme hôte, cherche à obtenir pour le « tuau » qui s’écoule chez lui depuis la fontaine de la croix du « Tirouer », « une clef du regard descendant en sadicte maison ». Ainsi le fontainier ne pourra plus lui « couper » l’eau en cas de trop faible débit (on est en juillet). Neufville n’est pas le seul dans la capitale à disposer de l’eau courante : quand Babou achète l’hôtel de Clisson, il obtient en 1529 le rétablissement – à ses frais – d’une pareille fontaine. L’amiral Chabot demande en 1536 qu’on lui octroie « en sa maison de Savaris [sic pour Savoisy] qui fut au feu général Morelet, la grosseur d’ung poix d’eaue du gros thuau des fontaines ». Quant à la grande maison de Gaillard Spifame, rue de la Salle-au-Comte, elle comprend plusieurs cuisines, « en l’une desquelles y a fontaine à eaue vive »42. Les tuyaux particuliers qui les relient au maigre réseau des fontaines parisiennes manifestent une forme de distance par rapport à la collectivité. Ainsi les grands officiers les plus brillants, qui se sentent peut-être moins liés dorénavant à la vie d’une communauté urbaine particulière, ont-ils tendance à voir dans la ville surtout un cadre opportun pour la mise en scène de leur propre élévation. Leur rayonnement personnel et familial devient alors leur ultime tribut à l’édilité, et à la gloire de la cité où ils demeurent. Pour d’autres cependant, l’attachement local semble perdurer. Les rapports des Malras avec Aurillac, leur ville d’origine, peuvent sans doute ici en porter témoignage sur le plan religieux et culturel. Hugues, receveur général de Guyenne, n’hésite pas à avancer de l’argent à une communauté religieuse de la ville pour l’achat d’une chasse. Il semble d’ailleurs se faire inhumer à l’abbaye Saint-Géraud. Et en 1567 encore, son fils Jean fera une fondation au collège de la ville43.

B. L’ATTRACTION NOBILIAIRE

1. L’accès à la noblesse

  • 44 Girard, père de Philippe, est cité comme écuyer en 1496 et 1497 : Béchu et al., Minutes du XVe, (...)
  • 45 Michaud, Chancellerie, p. 107-111.
  • 46 Bluche et Durye, Anoblissement par charges, t. 24, p. 25-30. Un certain nombre de greffes détenus (...)
  • 47 Noblesse de service comme « échevin » pour Aimé Bullioud : B.N. P.O. 556 (Bullioud) f° 18 ; Ribaul (...)
  • 48 Chevalier, Tours, p. 486 et 498.
  • 49 Voir Bloch, Anoblissement, p. 157 et 172. Cette voie est également suivie par Philibert Tissart, b (...)

18Les modèles diffusés par le second ordre exercent une forte attraction sur l’ensemble des groupes sociaux en essor et les grands officiers de finance ne font pas exception. Les modalités du processus d’agrégation sont variées. Avant même leur entrée dans les offices, certaines familles appartiennent déjà au second ordre comme les Lamet, les Estourmel ou, à un niveau plus modeste, les Le Tirant44. Mais, pour beaucoup d’autres, insertion dans les hautes sphères de l’État et dans la noblesse vont de pair. Le sésame le plus fréquent est évidemment ici la charge de secrétaire du roi, qui anoblit au premier degré depuis 148545. Mais pour certains, d’autres corps peuvent être mis à contribution : les Chambres des comptes (Clérambault Leclerc, Jehan Gaucher…), les cours des Aides (Jehan Ruzé) ou les cours des Monnaies (Nicolas Le Coincte)46. Enfin quelques familles, comme les Bullioud à Lyon ou les Lallemant à Bourges, ont emprunté la voie de la noblesse de cloche47. Voie sans grand relief, qui tente de donner à l’illustration urbaine une promotion souvent mal acceptée. En fait, les officiers procèdent souvent par accumulation. En 1491, Thomas et Henri Bohier obtiennent l’anoblissement de leur père, qui se prétendait depuis 1480 exempt de taille. Tous deux sont ensuite maires de Tours, fonction anoblissante, et bien évidemment secrétaires du roi. Et tous deux enfin se font armer chevaliers, Thomas en 1507 et Henri deux ans plus tard48. De même, certains secrétaires du roi (Preudhomme, Morelet) renforcent leur position juridique par le recours à l’anoblissement par lettre, justifié par leurs services49.

  • 50 En incluant dans ce total la noblesse acquise par le passage dans une Chambre des comptes postérie (...)
  • 51 En prennant soin, évidemment, de se baser avant tout sur les minutes notariales, et non sur les tr (...)
  • 52 Pour une étude détaillée, à l’échelle provinciale, voir Kerhervé, État breton, p. 720-741, qui con (...)
  • 53 L’échantillon est constitué de 246 officiers dont le nom commence par C, G ou P. L’essentiel de la (...)

19Il apparaît, au bout du compte, que près des trois-quarts (72,7 %) des membres du groupe sont nobles ou anoblis50. Mais il existe une autre forme, tacite, d’anoblissement, largement répandue, qui peut certes se recouper avec les précédentes, mais aussi s’y ajouter. Elle concerne probablement des officiers en vue comme Jehan Sapin, Lambert Meigret, Anthoine Le Maçon ou Florimond Le Charron. La proportion de nobles dépasserait alors très vraisemblablement les 80 %. Parmi eux, une partie seulement peut se parer du titre de chevalier ou d’écuyer. On sait toute l’ambiguïté, à cette date, de la cérémonie d’adoubement, bien mise en valeur par Bernard Chevalier pour Thomas Bohier. Il n’empêche qu’elle n’est accessible qu’aux plus en vue des officiers. Trente chevaliers et une dizaine d’écuyers : cela ne représente qu’un tiers du corpus51. La comparaison avec la masse des officiers de finance subalternes met bien en évidence la différence de niveau entre les deux groupes. Il m’est impossible de proposer un pourcentage un tant soit peu fiable de population nobiliaire parmi ces derniers52. Mais cependant le parallèle peut être effectué, sur un échantillon sérieux, pour la détention des titres d’écuyer ou de chevalier53. D’un tiers à l’échelon supérieur, on tombe ici à 7,3 %. Et les chevaliers (un seul représentant contre dix-sept écuyers) ont presque disparu. A ce niveau inférieur, certaines charges attirent plus particulièrement les hommes titrés. Sur vingt-et-un offices détenus, il y a dix élus, quatre grenetiers et deux contrôleurs de greniers, deux contrôleurs extraordinaires des guerres, un secrétaire et contrôleur général de la guerre (le seul chevalier), un contrôleur général de la maison du duc d’Alençon. On ne repère qu’un seul receveur des tailles, et encore déserte-t-il bien vite cet emploi pour devenir élu.

  • 54 Sur la contestation tardive, en 1669, de la noblesse de service des Dudéré, voir Bloch, Anoblissem (...)
  • 55 Chevalier, Tours, p. 467.

20Mais ni les lettres ni les charges anoblissantes, ni même l’adoubement, ne sont la panacée, car, comme chacun sait, la noblesse ne s’acquiert point, et surtout pas à une date précise54. Or, dans le même temps, la Renaissance est une époque où l’anoblissement tacite reste relativement aisé. Lui seul permet de donner à une élévation sociale sa véritable onction de « gentillesse ». C’est en définitive par le genre de vie que s’obtient, par prescription, « le seul anoblissement qui vaille »55. Conséquents face à cet impératif social, les grands officiers, pour se fondre dans le second ordre, s’en remettent beaucoup plus aux signes de reconnaissance qu’il requiert qu’aux titres précis dont ils pourraient se targuer, qu’ils possèdent pour la plupart, mais, comme pour le droit de bourgeoisie, ne mettent pas forcément en avant.

2. Les signes d’appartenance

  • 56 Spont, Semblançay, p. 63 note 4 et p. 120 note 4.
  • 57 B.N. Dossiers Bleus 546 (Prunier) f° 19.
  • 58 Quilliet, Officiers, p. 899.
  • 59 Antoine, Institutions en Italie, p. 773.
  • 60 Valbelle, Histoire journalière, t. I p. 100. L’annonce du décès de Guillaume de Beaune, comme cell (...)

21Il faut tout d’abord, dans la mesure du possible, exercer une activité ennoblissante, ne serait-ce qu’à titre exceptionnel. Une participation active aux opérations militaires est évidemment très bien venue. Plusieurs parmi les officiers qui suivent les armées combattent sans doute. Ainsi à Marignan, où Thomas Bohier comme Guillaume de Beaune sont en armes. L’adoubement sur le champ de bataille est une cérémonie vivement recherchée au début du siècle. Thomas Bohier au siège de Gênes en 1507, en 1509 Semblançay (à Agnadel probablement) et Jacques Hurault devant Tréviglio, profitent tous trois d’une telle occasion56. Artus Prunier dans sa jeunesse aurait pris les armes sous Renzo da Ceri et participé aux opérations lors du siège de Marseille (1524) et en Milanais, probablement pour la campagne de Pavie57. Il retrouve sa vocation militaire lors des premières guerres de religion qui donnent à de nombreuses familles l’occasion d’une activité guerrière socialement valorisante. Pour elles, ces conflits représentent sur ce plan un « véritable don du ciel »58. Cependant la pratique des armes n’est pas exceptionnelle auparavant. En Italie, sous Henri II, hommes de plume et de finance de haut rang prennent part aux combats et sont armés chevaliers59. Signe révélateur de la reconnaissance sociale recherchée : dans une évocation des morts prestigieux de la campagne de 1521 en Navarre, le marseillais Valbelle fait figurer Guillaume de Beaune aux côtés du capitaine général Just de Tournon et de « plusieurs autres vaillants seigneurs »60.

  • 61 A.N. U 446 f° 189v° ; B.N. Dossiers Bleus 257 (Estourmel) f° 2. Il faut cependant utiliser les ren (...)
  • 62 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 267 ; Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, École Française de R (...)

22Une autre forme de consécration, militaire et nobiliaire à la fois, est l’entrée d’un membre de la famille dans l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui deviendra bientôt l’ordre de Malte. Pierre Spifame, frère de Gaillard, est surtout connu par sa fuite pour cause de complicité lors des poursuites financières qui frappent la famille. Mais il est néanmoins le signe d’une appartenance déjà ancienne de celle-ci au second ordre. Pierre d’Estourmel, frère de Jehan et lui aussi chevalier, meurt pour sa part en 1543 dans un combat contre les Turcs61. La mort au cours des opérations militaires est, selon les circonstances, inégalement gratifiante. D’où des réécritures ultérieures. Lors d’une enquête de 1578, le décès de Raoul Hurault sous les murs de Naples cinquante ans plus tôt est attribué à l’ennemi, et non plus à la peste. Anthoine Grolier le jeune, cousin et commis du trésorier des guerres Jehan Grolier, disparu durant la même campagne, devient a posteriori un capitaine d’une compagnie de chevau-légers victime d’un coup de canon, lequel reste d’ailleurs possible, au rebours de la fonction attribuée au défunt62.

  • 63 Voir les remarques de Richet, Réforme et révolution, p. 145-146.
  • 64 Le texte est reproduit dans le compte-rendu du livre de Le Roux de Lincy sur Grolier que Léopold D (...)

23Il est bien connu que l’ascension sociale des familles est marquée par tout un travail sur les généalogies63. Les efforts les plus nets en ce domaine, comme les deux exemples qui viennent d’être cités le montrent, n’auront lieu cependant qu’aux générations suivantes. Mais le mouvement est en marche. En témoigne tout d’abord, pour les Grolier, un texte daté précisément du 28 octobre 1532. Georges Grolier, ancien trésorier de Crémone, cousin de Jehan Grolier, y rattache la famille, en fait originaire de L’Arbresle, à un lignage militaire véronais remontant au 12e siècle. Il appuie ses dires sur ses contacts, aussi bien en Italie qu’à Bordeaux, avec des Grolier de la péninsule qui confirment cette parenté et lui fournissent des documents64. Et Georges Grolier d’ajouter : « Si j’eusse esté extoriograffe [sic] je eusse prins poyne de sçavoir plus amplement de nos ancestres, et dont vint le fondement de la première source des Groliers ». Visiblement, remonter à un lignage de croisés – qui se distingue lors des campagnes contre les Albigeois « estant contre la foy comme à présent sont les Luthériens » – ne lui suffit pas encore…

  • 65 Guiffrey (éd), Cronique, p. 59 et Bouchart, Cronicques, f° 258v°. En fait, il s’agit du même texte (...)
  • 66 Spont, Semblançay, p. 1.

24Dans le cas des Beaune, seule une allusion faite à propos du procès de Semblançay peut être retenue. Deux chroniques parlent alors de « Jaques Fournier ou de Beaulne »65. Or, au début du 17e siècle, c’est sur ce « véritable » nom initial (Fournier) que se construit la tradition nobiliaire des Beaune. Elle fait de la famille la descendante de Jean Fournier, jeune gentilhomme bourguignon du temps de Charles V, « d’une maison noble et ancienne » établie aux environs de Beaune et qui, lors de son installation à Tours pour cause de « nécessité de moiens et de maladie », prend le nom de sa patrie d’origine66. Ce récit mythique court-il dès le règne de François Ier ? Il est impossible de l’affirmer, faute de source explicite. Du moins l’allusion des chroniques permet-elle de conclure que le travail de remodelage est en marche.

  • 67 B.N. Carrés d’Hozier 347 (Hurault) p. 181. Voir aussi Chevalier, Tours, p. 461 note 124. Suivant u (...)
  • 68 B.N. D. B. 661 (Veau) f° 3.
  • 69 Voir les réflexions de Roberto Bizzocchi, « La culture généalogique dans l’Italie du seizième sièc (...)
  • 70 Allard, Dictionnaire, t. I p. 313 ; B.N. D.B. 364 (Hurault) f° 1. Cette version, qui fait d’ailleu (...)
  • 71 B.N. D.B. 349 (Harrouys) f° 2. Il est vrai que les origines espagnoles pouvaient être doublement m (...)

25Jaques Hurault et son père obtiennent en 1482 la restitution d’une noblesse prétendument octroyée à leur famille par Philippe VI de Valois, un siècle et demi plus tôt67. A l’évidence, les obscurités de la fin du Moyen âge facilitent de telles réécritures. Les Veau ne procèdent pas autrement : le 8 avril 1551 (ou 1552) Jaques Veau est confirmé dans son ancienne noblesse. Si son père et son grand-père ont été longuement « cotisés » à la taille, c’est parce que les titres familiaux avaient été, comme il se doit, brûlés par les Anglais au cours de la guerre de Cent Ans68. La malléabilité des histoires familiales est grande, et il ne faut peut-être pas taxer d’une mauvaise foi systématique ceux qui se livrent à un tel travail sur leur passé. Certes il peut s’agir d’un refus tacite de la mémoire généalogique telle que les générations récentes la portaient. Mais cela peut aussi participer d’une « culture du présupposé » : les familles en vue aujourd’hui ne peuvent avoir des ancêtres obscurs. C’est alors un manque de documentation qu’il faut résoudre, d’une façon ou d’une autre, et non un manque de dignité qu’il faut dissimuler69. D’où de multiples renvendications d’ancienneté et de noblesse, souvent d’ailleurs postérieures à notre période. On fait alors venir ses nobles ancêtres de provinces relativement éloignées : la Bourgogne pour les La Colombière de Valence, la Bretagne pour les Hurault du Blésois, tous deux au 14e siècle70. Et l’étranger est abondamment sollicité : l’Italie pour les Grolier, on l’a vu, mais aussi pour les Babou, l’Empire pour les Lallemant, comme leur nom l’indique, l’Ecosse pour les Voilant et, plus étrangement, l’Angleterre pour les Harouys, qui sont en fait d’origine espagnole. Ceux-ci revendiquent pour ancêtre une famille chevaleresque anglaise du 13e siècle, les Harwick, dont une branche s’établit en 1259 en Bretagne (les Harouys sont nantais depuis la fin du 15e siècle)71.

  • 72 Particule présente dès A.N. M.C. CXXII 1025 (4-4-1529), XIX 76 (10-9-1535) puis en XIX 88 (19-2-15 (...)
  • 73 A.N. X3a 36 (23-1-1529) ; M.C. VIII 282 (5-5-1536).
  • 74 B.N. P.O. 2655 (Savoie) n° 44 et 56.

26Le jeu sur le nom se retrouve, sur un autre plan, avec la particule. Même si celle-ci n’est en rien preuve de noblesse, sa diffusion dans le milieu des grands officiers, au fur et à mesure que le siècle s’avance, est révélatrice d’une nouvelle présentation de soi, avec la complicité des secrétaires, des notaires et de leur personnel. Pour Octavien Grimaldi, les divers scribes restent partagés apparemment jusqu’à sa mort. Peut-être le flou s’explique-t-il par les origines italiennes de Grimaldi, qui attacherait moins d’importance, pour des raisons culturelles, à ce marqueur72. Dès 1529, il est question de Bénigne de Serre, désignation reprise en 1536 par une minute73. Entre cette dernière année et 1553, François Chefdebien gagne lui aussi sa particule74. Et le pas est franchi également chez les Prunier, les Puget, les Pétremol ou les Bullioud… Ultime manipulation du patronyme : celle, générale à l’ensemble des élites, qui fait disparaître plus ou moins lentement celui-ci derrière la seigneurie la plus notable. Les Beaune père et fils montrent encore une fois l’exemple, avec respectivement Semblançay et La Carte. Mais beaucoup les accompagnent, de monsieur de la Bourdaisière (Philibert Babou) à monsieur de Villandry (Jehan Breton), de monsieur de Stains (Jehan Ruzé) au président d’Esbarres, ou des Barres (Bénigne Serre).

  • 75 Sur cette notion de mimétisme, et son fonctionnement au 15e siècle : Maurel (Christian), « Structu (...)
  • 76 Situé au nord-est de la forêt de Ferrières, entre Jossigny et Villeneuve-Saint-Denis. A.N. M.C. XI (...)
  • 77 A.N. M.C. I.A.D. Bohier, n° 983 et 990 ; Charbonnier, Auvergne, p. 705-706.

27Cette modification est d’autant plus importante que la confusion du nobiliaire et du seigneurial est largement entretenue par les intéressés. Il est vrai que la possession de seigneuries est une des voies privilégiées de l’anoblissement tacite. S’il est aisé de trouver à cet investissement une fonction économique, nul doute cependant qu’il s’agisse aussi d’un placement « mimétique » qui vise, sur le terrain social, à se constituer une fortune la plus proche possible dans sa structure de celle des nobles « de race »75. La terre, couplée aux droits sur le sol et sur les hommes, est ici un enjeu primordial. Rares sont ceux qui peuvent acquérir une pseudo-seigneurie originelle, comme le bas-normand Jehan Laguette mettant la main tardivement (vers 1545 semble-t-il) sur le fief briard de la Guette76. Mais tous ont le souci de lever avec sérieux leurs droits, qui comprennent même parfois des tailles seigneuriales. Dans les papiers des Bohier figure ainsi un registre datant de 1516 qui contient l’assiette des tailles de la baronnie de Saint-Cirgues levées pour cause de chevalerie, ou pour les mariages des filles de Thomas. En percevant cette taille aux quatre cas, encore bien vivace au 15e siècle en Auvergne, les Bohier marchent sur les traces des Saint-Cirgues, le lignage qu’ils ont dépossédé, qui faisaient de même en 147977.

  • 78 Chevalier, Tours, p. 502-503 ; Storelli, Châteaux, p. 11.
  • 79 A.N. J 958 n° 10 et 37. Même modèle à Bois-Espinart chez Jehan Ruzé : ibid., n° 15, ou au fief du (...)
  • 80 B.N. Dupuy 273 f° 277v°.
  • 81 Babelon, Châteaux, p. 84.

28Général est aussi l’intérêt porté à la détention d’une maison forte qui a perdu – pour l’heure – sa fonction militaire, mais conserve tout son poids socio-politique de symbole de pouvoir et de noblesse. Jaques de Beaune demande en 1497 la permission d’en faire bâtir une à la Carte. En 1510, Raoul Hurault obtient une autorisation de fortifier sa demeure de Cheverny, à charge, paradoxalement, de la démolir en cas de péril éminent, ce qui met bien en évidence sa fonction symbolique et non militaire78. À Bisseaulx, près de Melun, Gaillard Spifame possède un « hostel noble et seigneurial […] cloz de grans fossez à eaue, une entrée par pont leviz soub portai en pavillon, avec deux tours de chascune part… », sans oublier la chapelle et l’inévitable colombier. Au Bour-geau, dans le Bas-Maine, Morelet dispose pour sa part d’un « grand corps d’hostel en forme de chateau cloz de murs et fossez […] relevez de murailles, plains d’eaue vive, entrée par ung pont qui à présent n’est levys… »79. Julien de Bonacorsi (qui a lui aussi gagné sa particule…) est autorisé dans les premiers mois du règne de Charles IX à faire fortifier la « maison seigneuriale » de Chédouet, dans le Maine, « pour la seuretté et deffence de ses personnes et biens et famille et décoration de lad. maison »80. Le dernier motif, alors même qu’on est à la veille des troubles, ne perd donc pas ses droits. On opposera à cela l’édification de résidences d’un type nouveau, en particulier dans le Val de Loire. Mais, pour manifester clairement l’enracinement seigneurial, beaucoup des constructeurs prennent soin de conserver une tour ou un donjon plus ancien. Cela vaut pour Villandry, Villesavin, Azay-le-Rideau, la Bourdaisière ou Maintenon. À Chenonceaux, redoublant la symbolique, la tour des Marques préservée abrite les archives de Thomas Bohier. À Alincourt, dans le Vexin, Pierre Legendre réaménage les lieux et fait édifier un grand donjon flanqué de quatre tourelles rondes et aussi un colombier81.

  • 82 C.A.F., t. I n° 925 et 1038, t. V n° 17042 et 17052 ; Mirot, Hommages, t. I n° 1249. La mention de (...)
  • 83 Storelli, Châteaux, p. 11 ; C.A.F., t. II n° 6420, t. III n° 9767 et 10403, t. VIII n° 29671 ; Leb (...)
  • 84 C.A.F., t. VII n° 26318 ; Sarazin, Hallincourt, p. 41 ; C.A.H., t. I, n° 1140.

29Les nouveaux seigneurs cherchent aussi à accroître localement leur influence. En ce domaine, les dons du roi sont précieux. Jehan de Poncher et sa femme acquièrent par échange, le 12 avril 1516, la seigneurie de Limours, entre Dour-dan et Palaiseau. Dès décembre 1518, Poncher parvient à y obtenir de François Ier la haute justice, les droits de sceau et de tabellionnage. Il en fait hommage le 21 mars suivant. En mai 1519, il se voit accorder l’autorisation d’édifier un troisième pilier aux fourches patibulaires de Limours82. Cette politique systématique vise à renforcer les droits sur les hommes et à faire du nouveau seigneur le dispensateur de l’essentiel de la justice et des actes de la pratique. Une telle évolution se retrouve un peu partout, à Cheverny pour Jaques Hurault, à Fontenay-en-Brie pour Guillaume Preudhomme ou à Stains pour Jehan Ruzé83. D’autres obtiennent les droits de justice du roi par échange, comme Morelet à Saint-Jean-les-deux-Jumeaux, ou en les achetant, tels Pierre Legendre en Vexin ou Nicolas de Cocil en Provence dans les seigneuries de Berre et Lançon84.

  • 85 B.N. P.O. 2891 (de Troyes) n° 18 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 5130.
  • 86 A.N. M.C. III 19 (9-11-1539), VIII 60 (28-11-1540), XIX 156 (27-1-1541) et LIV 17 (18-4-1541). Cet (...)
  • 87 A.N. M.C. VIII 71 (30-4-1544) et 181 (6-3-1542) ; XLIX 67 (10-2-1542), 70 (7-7-1543) et 74 (27-4-1 (...)
  • 88 B.N. Carrés d’H. 382 p. 341.

30Rares sont en revanche les grands officiers qui résident de façon stable sur leurs terres : ils sont pris par leurs séjours dans les grandes villes et à la Cour, sans parler de leurs multiples missions. Jehan Cottereau, trésorier de France en Languedoc, s’est cependant installé à Maintenon dès avant de passer la main à son neveu Charles de Pierrevive. En 1555, Nicolas de Troyes, devenu général des finances de Bretagne, réside sur sa terre de Bois-Regnault en Touraine. À la même époque, Claude Robertet, trésorier de France, habite Bury85. À la fin de sa vie, autour de 1540, Anthoine Juge est domicilié, à chaque fois qu’on le repère, dans son « hostel » de Vanves, où il finit vraisemblablement ses jours86. Il faut cependant manier avec prudence les mentions de localisation, qui peuvent ne correspondre qu’à des situations ponctuelles ou temporaires. Anthoine Pétremol, alors maître des comptes, réside, d’après une minute du 30 novembre 1543 « au lieu de Clereul en Champaigne ». Mais il s’agit d’un document isolé : de nombreux autres actes des mêmes années nous montrent Pétremol présent et actif à Paris où il a un domicile87. Jehan de l’Espinay qui meurt dans son manoir de Plessé le 30 juillet 1524, s’y trouve peut-être pour un bref séjour d’été, assez fréquent depuis longtemps quand la campagne est sûre, et non en raison d’une inflexion nette de son rythme d’existence88.

  • 89 Hervier, Legendre, p. 67-79.
  • 90 B.N. D.B. 213 (Cottereau) f 21 ; Carrés d’H. 50 (Babou) p. 40.
  • 91 Sur les aspects religieux, voir les développements de Hamon, Entre salut et statut, passim.

31Pierre Legendre, ce Parisien, trouve l’année suivante, en 1525, un moyen original pour marquer son attachement physique à ses domaines du Vexin, en demandant d’enterrer son cœur dans l’église de Magny « dedans la cave devant le maistre autel, entre iceluy et le letrain ». Avec le choix d’une double sépulture (il dispose d’une chapelle familiale aux Saints-Innocents), Legendre fait d’ailleurs figure de précurseur dans sa catégorie sociale89. L’érection de sépulture sur les terres devient un signe révélateur à la fois de l’attachement au modèle seigneurial et de la distance qu’il entraîne par rapport au monde urbain. Elle se retrouve bientôt pour Jehan Cottereau à Maintenon (1530) et plus tard pour Philibert Babou à Montlouis (1557), tous deux dans des chapelles qu’ils ont eux-mêmes fondés avec leurs épouses90. Au total, sur une quarantaine d’officiers ou de femmes d’officiers pour lesquels le lieu de sépulture est précisément connu, un quart se fait ensevelir à la campagne. Ceux qui continuent à préférer la ville, et qui sont donc encore largement majoritaires, font cependant parfois de leur tombeau le lieu ultime de leur affirmation nobiliaire : un Jaques Hurault, un Loys de Poncher (dont le tombeau est aujourd’hui au Louvre) ont pour gisant un chevalier armé de toutes pièces, l’épée au côté91.

32Le comportement nobiliaire, tel qu’il vient d’être décrit, privilégie sans aucun doute le modèle social représenté par la gentilhommerie. Or l’évolution qui conduit les grands officiers vers celui-ci est loin d’être totalement aboutie. De nombreux traits, tout d’abord, les rattachent à des traditions sociales différentes, urbaines et marchandes. Mais l’essentiel n’est sans doute pas là. Ce modèle, dont le poids idéologique est indéniable, doit être combiné avec d’autres dimensions. Quand on observe le profil professionnel des membres du groupe, d’un Julien Bonacorsi par exemple, il est clair que l’adéquation à ce modèle ne peut être totale. D’une part l’exercice d’une activité financière, même si elle est devenue pour certains avant tout administrative, demeure encore indispensable pour faciliter l’ascension ou pour asseoir une position sociale encore fragile. D’autre part, le modèle curial, duquel les grands officiers sont assez proches, impose aussi ses valeurs, entre autres politiques et culturelles. Ce dernier point est peut-être moins valable, à partir des années 1540, pour beaucoup de grands officiers de province : mais cela reste à démontrer. L’idéal serait sans doute pour beaucoup d’entre eux de définir un statut social propre, qui combine les spécificités et les honneurs liés à l’office et au service du roi avec une grande proximité par rapport au modèle nobiliaire traditionnel… On y reviendra plus loin.

C. LA PROMOTION CLÉRICALE

  • 92 O.R.F., t. VII p. 116 ; C.A.F., t. VII n° 24073.
  • 93 Spont, Semblançay, p. 79 note 5.
  • 94 Ibid., p. 63 note 4 et Spont, Documents, p. 354 : l’âge de Semblançay est d’ailleurs connu « par l (...)
  • 95 Arbaumont, Armoriai, p. 27 ; Gallia christiana, t. IV, 1728, col.495. Il serait également chantre (...)

33Pour mesurer les efforts faits en faveur d’une intégration réussie au sein du premier ordre, il faut évidemment s’intéresser avant tout aux parents des grands officiers et non à ces derniers. Ceux qui nous retiendront pour l’essentiel sont leurs collatéraux et leurs enfants. Pour autant, les grands officiers eux-mêmes ont parfois à voir directement avec le clergé. Tout d’abord par la détention de charges qui en dépendent et apparaissent comme très valorisantes. Ainsi Flo-rimond Robertet est-il garde des clefs du trésor de la Sainte-Chapelle de Paris et Philibert Babou trésorier de cette prestigieuse institution92. Par ailleurs plusieurs ont reçu la tonsure, à l’image de Raoul Hurault, à Sainte-Solenne de Blois, le 24 septembre 148893. Ce détail biographique apparaît surtout lors des procédures judiciaires. La tonsure est ainsi (vainement) mise en avant pour adoucir leur sort aussi bien par Semblançay que par Henri Bohier94. Reste le cas, unique à ma connaissance, d’un grand officier du corpus qui, suivant les traces prestigieuses de Guillaume Briçonnet et de Duprat, entre dans les ordres après la mort de sa femme. Il s’agit d’un bourguignon de second plan, Girard Sayve, devenu à la fin des années 1550 abbé des cisterciens de la Bussière-sur-Ouche, près de Beaune95. Il semble bien s’agir d’une retraite et non, contrairement à ses illustres prédécesseurs, d’une façon plus performante de continuer sa carrière.

  • 96 B.N. Carrés d’Hozier 347 (Hurault) p. 224.
  • 97 Cheverny, Mémoires, p. 29.
  • 98 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 62. Jehan Babou, fils et frère de trésorier de France, clerc du diocèse (...)

34Mais là n’est pas de toute manière le cœur de l’investissement clérical des familles. En raison des profondes lacunes des généalogies, il est impossible de parvenir à une approche statistique même grossière de la place des membres du clergé. Ce qui semble d’ailleurs le plus frappant, au vu des familles les moins mal connues, c’est la diversité des stratégies. Certains lignages font rentrer de nombreux membres dans le premier ordre : c’est le cas pour trois des neuf collatéraux Ruzé ou trois des neuf enfants d’Henri Bohier. Mais ces choix apparemment semblables diffèrent profondément. Chez les Ruzé, toutes les filles se marient et ce sont trois des cinq garçons qui entrent dans les ordres, alors que, chez Henri Bohier, qui n’a qu’un seul garçon, il s’agit de trois religieuses. Les collatéraux de Jehan II Duval cumulent les deux options, avec cinq ou six gens d’Église sur douze personnes, soit quatre filles et un ou deux garçons. A l’autre extrémité du prisme, il existe aussi des familles où, sous bénéfice d’inventaire, aucun membre du clergé ne figure parmi les collatéraux et les enfants, comme chez les Neufville ou les Testu. Le testament très explicite de Raoul Hurault, en août 1528, fournit un bon exemple des volontés d’un père en matière de stratégie cléricale. Les filles, désavantagées dans la quête d’un parti par la catastrophe familiale de l’exécution de leur grand-père Semblançay, doivent être destinées à l’Église. Il en va de même pour trois des cinq fils, mais ici pour des raisons socio-économiques, « pource que, écrit Raoul Hurault, je nay pas tant de biens en ce monde qu’il y en puisse avoir trop pour en entretenir deux »96. Pour ce faire, Raoul s’en remet largement à la bonne volonté de deux de ses frères, Jaques, l’évêque d’Autun et Philippe, l’abbé de Bourgueil, ce qui souligne l’importance des relais – et donc des traditions familiales – dans ce secteur. C’est d’ailleurs la mort de ses deux oncles qui incite ensuite le futur chancelier de Cheverny à se tourner vers les offices97. Les choses sont donc-parfois compliquées par les réorientations de carrière, dans un sens ou dans l’autre. Ainsi Jaques de Beaune, fils de Semblançay, commence-t-il par être dirigé vers la finance : alors qu’il n’a que quelques années, son père lui fait donner l’office de trésorier de la reine Anne98. Mais bientôt il est destiné à l’Église et commence à accumuler les charges dans ce secteur : chanoine de Saint-Martin de Tours, doyen de Saint-Gatien de Tours, aumônier de la reine, évêque de Vannes… Une mort précoce (en 1510, à moins de trente ans) brise net ce qui s’annonçait comme une très brillante carrière.

  • 99 Avec un cas particulier, qui concerne les seuls éléments féminins : les dames chanoinesses de Nive (...)

35L’accès aux dignités de chanoine, mais aussi d’abbé ou de prieur, est un indice d’une ascension sociale en bonne voie. Une vingtaine de familles seulement parviennent à ce niveau, outre celles qui s’élèvent plus haut encore, jusqu’à l’épiscopat, et que l’on retrouvera bientôt. Même en faisant la part des lacunes des sources, cela représente en définitive une proportion assez faible : avec les familles d’évêques, on se situe à moins de 30 % des lignages. Est-ce à dire que ceux-ci, dans leur ensemble, accordent une place limitée à ce type de carrière ? Est-ce en raison, entre autres, de l’impact du message protestant dans ce milieu ? Est-ce que, a contrario, les limites du « marché » des bénéfices empêchent nombre de postulants d’y accéder ? La question reste posée. Parmi les chapitres où entrent les représentants des familles non épiscopales, trois pôles d’attraction se dessinent : Paris avec Notre-Dame (trois Ruzé, Simon de Pierrevive), Tours, avec Saint-Gatien (deux Lallemant) et Saint-Martin (Jehan Prunier, Baptiste Sapin) et enfin Lyon, de Saint-Paul (Robert Bullioud, Jehan de Pierrevive) à Saint-Just (Claude de la Maladière). Dix autres chapitres sont mentionnés99.

  • 100 B.N. Dupuy 736 f° 154.
  • 101 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 428.
  • 102 Ces derniers, qui représentent un profil et un itinéraire totalement atypiques, ne seront pas comp (...)

36Mais la véritable réussite se situe cependant, dans l’ordre clérical, un échelon au-dessus. Un poème en latin évoquant les malheurs de Jehan de Poncher insiste sur l’éminente dignité d’une famille illustrée « par les plus hauts offices et par la mitre vénérable »100. L’auteur songe sans doute à Estienne, l’archevêque de Sens mort en 1525, qui fut un temps garde des Sceaux. Il pourrait y adjoindre deux de ses neveux : François, son successeur à l’évêché de Paris, et un second Estienne, promu à Bayonne en 1532 et qui deviendra, en 1551, archevêque de Tours. Ce dernier fait partie des quinze prélats qui doivent partir, en 1546, pour le concile de Trente. Parmi eux, on note aussi la présence de Pierre Duval, évêque de Sées et frère de Jehan II, celle de Philibert Babou, évêque d’Angoulême, fils et frère de trésoriers de France et celle de François Bohier, évêque de Saint-Malo, fils et frère de généraux des finances101. Les familles des grands officiers sont donc fort bien représentées… Pour autant, dix seulement parviennent à ce niveau. La liste comporte tout d’abord les lignages en vue du début du siècle dont les membres accèdent à l’épiscopat dès le règne de Louis XII : Beaune, Hurault, Poncher, Bohier et Robertet, auxquels on peut adjoindre les Ferrier, originaires du Piémont102. Entre 1515 et 1545, une seule famille vient les rejoindre. On constate sans surprise qu’il s’agit des Babou. Suivent enfin, entre 1545 et 1552, un groupe de trois familles parisiennes : Duval, Spifame et Heroet. Au total, sans les Ferrier, sur deux générations pour chaque lignage, cela représente 20 évêques, dont quatre Beaune et quatre Bohier. L’importance des enracinements familiaux, au sein de ce groupe étroit, est soulignée par le fait que les familles qui ne comprennent qu’un seul prélat (Duval et Héroet) sont rares.

  • 103 Spont, Semblançay, p. 78-79.
  • 104 Edelstein, Social origins, passim. Une reprise s’amorce ensuite : pour 13 % de fils d’officiers en (...)

37C’est bien évidemment une faveur royale particulièrement marquée qui permet, dans la plupart des cas, une telle promotion, aussi bien avant qu’après le concordat de Bologne. La reine Anne joue ainsi un rôle essentiel dans l’obtention par Jaques de Beaune, fils de Semblançay, de bénéfices prestigieux, dont l’évêché de Vannes103. Les titres ecclésiastiques donnent aux familles de grands officiers – déjà honorables – un éclat social nouveau qui les rapproche du monde des puissants, même si c’est dans ce cas d’une façon viagère. Il faut cependant fortement relativiser l’ampleur de l’invasion des familles de grands officiers dans le haut clergé, telle qu’elle a pu être présentée parfois. Les princes du sang, l’aristocratie et la noblesse d’épée continuent de s’y tailler la part du lion. Et en ce domaine, le règne de François Ier est même marqué par un certain recul par rapport à la période antérieure104. En définitive, peu de membres de familles d’officiers de finance, comme de justice d’ailleurs, sont alors pourvues, ce qui indique les limites de leur influence en tant que groupe social.

  • 105 Guiffrey (éd), Cronique, p. 59-60. Ainsi l’établissement de Martin à Tours coûte-t-il 2 500 florin (...)
  • 106 A.N. J 966, 18/2 (13-5-1538).
  • 107 Ce prieuré restera dans la famille : Renaud de Beaune, fils de Guillaume, en est prieur commendata (...)
  • 108 Bibliothèque de l’Institut, Fonds Godefroy 284 f° 7 et 9 [2 et 10-3-(1524 ?)]. Spont, Semblançay, (...)

38Et pourtant les grands officiers sont prêts à d’importants sacrifices financiers pour faire parvenir leurs proches à l’épiscopat. Les chroniqueurs soulignent que c’est « à grans frais et mises » que Semblançay a procuré à ses fils de hautes dignités ecclésiastiques105. François Bohier affirme en 1538 qu’il « estoit redevable en grosses sommes de deniers à cause de son expédition des bulles de son evesché de Sainct Malo »106. Son frère Anthoine a dû fournir un effort important pour l’aider. Il le fait également pour son autre frère, Gilles, futur évêque d’Agde. Pour autant, même sur le plan financier, il est probable qu’il s’agit d’un bon investissement. Même si les indices disponibles ne concernent que Semblançay, on a le sentiment que la gestion des bénéfices des hauts dignitaires ecclésiastiques des familles peut être une source de liquidité pour les grands officiers. Il s’agit en effet d’une part non négligeable de la richesse terrienne qui leur devient presque directement accessible, via la promotion de leurs parents. C’est leur engagement comme officiers qui est le facteur principal de cette promotion, et, en retour, celle-ci leur ouvre de nouvelles opportunités pour récolter de l’argent frais. Dans sa correspondance avec son père, Martin de Beaune, archevêque de Tours, écrit : « Je enctendz biens par voz lectrez les affaires que avez de deniers et d’argent. Je y foys de ma part en debvoir et obligation filiale ce que ma puyssance peult à presser et parler à mes gens […]. Mesd. fermiers veulent dire que, quant leur baillastes la ferme de l’archevesché et Grantmont [alias Bois-Rayer, prieuré tourangeau107], que leur promistes et tinstes parolle de ne les presser, mais de leur donner V ou VI moys de temps ». Il ajoute plus loin : « Je me suis mys en debvoir de solliciter mes fermiers vous deslivrer en bonne dilligence et sollicitude l’argent et deniers du temps qu’il doyvent »108. Ces propos soulignent combien les bénéfices des clercs paraissent intégrés au patrimoine familial.

D. DE PÈRE EN FILS : L’ASCENSION SOCIALE

39La société de la Renaissance est traditionnellement présentée comme particulièrement propice aux ascensions sociales, à tel point qu’il serait possible alors à de gros laboureurs de se faufiler dans les rangs de la petite noblesse. Pour faciliter leur promotion, les grands officiers de finance disposent d’atouts exceptionnels, en particulier avec leur pluriactivité au service de l’État monarchique. Tout ne se déroule pas cependant de façon pleinement fluide et régulièrement ascendante. Au début du 16e siècle, un certain ralentissement commence à se faire sentir, que manifeste la place progressivement prise par ceux qui sont déjà des héritiers. Mais des ascensions restent nombreuses. Tout le problème, pour les uns et les autres, est de s’assurer, dans la durée, un établissement solide aux plus hauts échelons de la société.

1. Le poids des héritiers

  • 109 Ce qui est loin d’être sans conséquence, puisque certains ont été marchands et officiers (pères d’ (...)

40La majorité des grands officiers de finance en fonction sous François Ier s’engage dans des carrières pour lesquelles les ascendants ont déjà largement déblayé le terrain. Sur 69 pères dont la fonction est connue, l’état est le suivant, compte tenu du fait que la présence d’un office a été systématiquement privilégiée109 :

  • 110 Notons qu’on peut d’ailleurs rattacher à ce monde financier les deux pères indiqués dans le tablea (...)
  • 111 L’importance du nombre des pères inconnus tient à une convergence de facteurs parmi lesquels les l (...)
  • 112 Ce qui correspondrait à l’estimation retenue dans Chevalier, Bonnes villes, p. 145 pour les offici (...)
  • 113 Elle se répand, on le sait, sur l’ensemble du 16e siècle, pour de nombreuses charges. Michaud, Cha (...)

41Plus de 75 % des pères sont donc déjà des officiers, dont 68,2 % pour le secteur directement financier110. Cette proportion correspond évidemment à un maximum car elle ne concerne que 57 % du total des pères et il est très probable que les officiers sont peu nombreux parmi les pères inconnus111. Si l’on intègre ces derniers, qui sont 50 (2 des 121 familles ne peuvent être exploitées ici), en considérant par hypothèse qu’ils ne comptent aucun officier, on obtient alors un niveau minimum de 44,5 %. La vérité se situe donc entre ces deux chiffres, très probablement entre 50 et 60 %112. On constate, au plus haut niveau des offices financiers, une succession héréditaire dans certaines familles113. Ce n’est cependant pas souvent le cas. Le mouvement ascensionnel est en fait le plus souvent continué par la génération que j’étudie, surtout grâce à l’accession à des échelons plus élevés et socialement plus valorisants de l’appareil monarchique. L’hérédité dans l’office, fréquente, ne signifie donc pas hérédité de l’office exercé. Le schéma est d’ailleurs compliqué pour les finances par le (relatif) déclin qui accompagne les réformes du règne et la multiplication des charges. Cette évolution peut être perçue aussi en observant les origines paternelles. Le groupe le mieux adapté pour la saisir est celui des receveurs généraux. Sur dix-sept en charge entre 1515 et 1520, dix ont des pères connus : il s’agit de cinq grands officiers, un officier de finance de Cour, trois officiers de finance subalternes et un marchand. Pour les promus à partir des réformes de 1542, sept des treize pères sont connus. L’un est officier de finance de Cour, un autre appartient à une chambre des comptes provinciale et les cinq autres sont des officiers de finance subalternes. La permanence des antécédents dans l’office s’impose nettement, comme de juste, pour les parents connus. Cependant, en une génération, le décrochage est sensible : à la fin du règne les nouveaux arrivants proviennent à l’évidence de milieux moins relevés que vingt-cinq ans plus tôt.

42Malgré la domination des héritiers, à partir des pères non-officiers qui figurent dans le tableau, les principales voies d’accès extérieures à l’office de finance se dégagent. Elles apparaissent mieux encore si l’on observe les cinquante grands-pères connus. Ici la part des officiers de finance tombe à 40 % alors que celle des autres officiers se renforce (18 %) tout comme celle des notaires et basochiens (16 %) et celle des marchands (24 %). Une part non négligeable de ceux qui gèrent les finances provient donc d’abord d’autres secteurs du monde de l’office. Il serait sans doute plus exact de dire que parmi les familles qui ont la chance de servir le roi, au 15e et encore au début du 16e siècle au moins, le passage d’un secteur à l’autre n’est pas rare.

  • 114 Voir aussi les remarques de Chevalier, Tours, p. 432-433.

43Pour ceux qui sont extérieurs à l’office, la voie la plus connue, qu’on pourrait désigner pour notre époque sous le nom de « modèle tourangeau », bien mis en valeur par Bernard Chevalier, est celle qui conduit de la marchandise aux grandes charges. Elle concerne tout d’abord ceux-là même qui, au sein du groupe, ont commencé par le commerce, avant de parvenir à l’office : Nicolas Le Coincte, Jehan Testu, Nicolas de Cocil. Mais ce schéma vaut en fait pour les ascendants d’une bonne part des officiers importants du règne. Outre les principaux lignages de Tours, il s’applique aussi aux Lallemant, aux Babou, aux Bohier, aux Duval, à Bénigne Serre, Hugues Malras ou Anthoine Bullioud, à Jehan Cottereau, Pierre Legendre, Nicolas de Neufville ou Charles de Pierrevive. Ce qui ne signifie évidemment pas que tous les lignages marchands désertent les comptoirs, ni même que les lignages concernés le fassent dans leur totalité : on a vu plus haut ce qu’il en allait, au moins pendant un temps, des Lallemant ou des Testu114.

  • 115 Son grand-père Jehan Bullioud est notaire royal, son arrière-grand-père Hugonin Clavel est clerc d (...)
  • 116 Pour Babou, cf supra, note 110. Chez les Dudéré, si le père et le grand-père de Jehan sont procure (...)

44À ce « modèle » vient s’adjoindre une seconde filière, plus discrète semble-t-il : le passage par la basoche ou le notariat, par la pratique juridique et la procédure. Quand on peut remonter les généalogies, on le retrouve aux origines de belles réussites : rappelons que les arrière-grands-pères de Florimond Ro-bertet et de Jehan Grolier étaient notaires dans deux petites villes proches, respectivement Montbrison et L’Arbresle. Dans ce monde, le contact avec les affaires d’argent est fréquent. Il vaut aussi bien dans notre groupe pour les hommes issus de l’étude (Meigret, Breton, Prévost) que pour Jehan Dudéré, procureur à la Chambre des comptes. Seul Estienne Veau, père de Jaques et d’Alain, fait figure de cas à part en tant qu’avocat en la sénéchaussée du Maine. Bien des pères inconnus appartiennent sans doute à cet univers. Les officiers originaires de ce milieu doivent, pour réussir, commencer leur carrière comme clercs et commis. Pour les cinq familes qui viennent d’être citées, seul Jehan Breton paraît avoir évité ce stade. Mais c’est qu’il mène, parallèlement, une brillante carrière de secrétaire qui le conduira à devenir secrétaire des finances. A ses débuts, il exerce en fait comme secrétaire de Lautrec. En revanche, seul un des huit fils de marchands (Anthoine Bullioud), est connu pour avoir été commis. Est-ce un hasard s’il appartient lui aussi à une famille qui sort du notariat115 ? Il est vrai qu’il est parfois vain d’opposer trop radicalement les deux milieux, comme le montre le cas de Laurent Babou, mais également la famille de Jehan Dudéré116. Cependant, malgré le faible nombre d’occurrences, la profession exercée par le père semble bien ici impliquer des débuts de carrières différents.

  • 117 B.N. P.O. 2392 (Prudhomme) n° 48.

45Pour la plupart, quoi qu’il en soit, le grand office est un aboutissement, une consécration. Seuls quelques-uns font exception. Le regard porté sur cette fonction par les quelques membres de la noblesse de service qui participent à la gestion financière (Estourmel, Lamet) est sûrement différent. Pour eux, la place de cet office dans leur ascension et leur prestige social apparaît nettement moindre : il n’est guère qu’un atout supplémentaire pour leur carrière. Mais il ne s’agit que d’une étroite minorité. Reste le cas des retraites précoces, rares elles aussi. C’est Jehan Brachet qui se retire à Orléans avant quarante ans, au début du règne de François Ier. C’est Loys Preudhomme qui abandonne le généralat de Normandie vers 1552, à quelque trente printemps : mentionné en 1560 comme écuyer et seigneur de Fontenay, il réside alors à « La Fye », près de Meulan117. Pendant ses dernières années, (1547-1551), Anthoine Le Maçon pour sa part a lui aussi abandonné ses charges, à guère plus de 45 ans. Le petit nombre des individus concernés laisse l’impression qu’une telle évolution relève en définitive de choix peu courants dont les motivations (maladie, incompétence, goûts spécifiques…) nous échappent. Peu nombreux sont donc, au bout du compte, les grands officiers qui se contentent de vivre sur leurs acquis. Outre leur réussite souvent accrue dans le monde de l’office, l’extension générale de leur patrimoine immobilier, bien mise en évidence au chapitre quatre, confirme et amplifie ce constat. La plupart s’y entendent fort bien pour donner à leur trajectoire sociale une impulsion nette et font preuve d’une mentalité conquérante.

2. L’ascension sociale : une réalité

  • 118 Des officiers de finances ou des commis qui reçoivent au milieu des années vingt l’avant-nom « nob (...)
  • 119 Ainsi de Lambert Meigret, adoubé chevalier post mortem par A.N. M.C. VIII 285 (20-11-1538).
  • 120 Autre exemple de la même réalité : deux actes du 7-4-1500, dans la même étude, désignent Pierre Le (...)
  • 121 A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543). Il est vrai que son père était déjà parfois appelé « monseigneur (...)

46Que les héritages ou les talents fructifient entre leurs mains, il en est maintes preuves. Une des plus symboliques (et donc des plus importantes ?) est la transformation progressive des avant-noms utilisés pour les définir socialement. Une telle approche doit s’entourer de précautions : selon les sources, les lieux ou les notaires, des variations sensibles se manifestent qui ne reflètent pas des modifications de statut, mais des différences de pratiques de la part des rédacteurs118. Parfois échappe à une plume isolée un lapsus ou un dérapage socialement problématique, même s’il est toujours révélateur119. Il n’en reste pas moins que, sur quelques lustres ou décennies, on peut déchiffrer au fil des actes un mouvement vers une notabilité et une dignité accrues. Jehan Grolier est d’abord désigné comme « maître » dans les années dix, puis comme « noble homme maître » à partir de 1523 (ce qui n’exclut évidemment pas des « maître » postérieurs). Il accède en 1532 à « noble homme messire, chevalier ». Après une période de deux ans où cette titulature domine largement, les sources se partagent entre celles qui choisissent de rester fidèles au « noble homme maître » et celles qui sautent le pas et ne parlent plus que de « messire, chevalier ». Comment mieux dire la situation en évolution de l’intéressé, y compris, peut-être, à ses propres yeux120 ? Un Jehan de Poncher, un Anthoine Bohier de Saint-Cirgues connaissent une évolution du même ordre, à ceci près que chez eux le « noble homme maître » disparaît totalement, ou presque, ce qui souligne qu’ici un cap décisif est plus nettement franchi. Un scribe désigne même en 1543 le second comme « noble et puissant seigneur messire Anthoine Bohier, chevalier et baron de Saint-Cirgues »121.

  • 122 Le généralat est propice à des désignations particulièrement solennelles, incluant la mention chev (...)
  • 123 A.N. M.C. XIX 54, passim. Pour un « raté » plus tardif encore, il faut se tourner vers une autre é (...)

47Dans certains cas il est possible de saisir très précisement la chronologie d’une mutation, qui se produit, selon toute vraisemblance ici, à l’initiative de l’intéressé. Jusqu’à l’automne 1522, Morelet de Museau est désigné comme « noble homme maître » (ou sage maître) par les scribes du notaire Pierre Pi-chon (étude XIX). C’est encore le cas le 12 octobre, où il passe en personne un acte avec « noble homme maître » Raoul Hurault. Mais le 31 octobre apparaît la formule « messire, chevalier », lors d’un remboursement de créance par messire Pierre Popillon, chevalier, chancelier de Bourbonnais. Il est possible que le désir de se placer au même niveau que son débiteur ait décidé ce jour-là Morelet à franchir le pas. Il peut se le permettre très probablement grâce à son accession à un office de général des finance quelques semaines plus tôt122. Anobli depuis 1517, Morelet ne semble pas avoir été adoubé en 1522, sauf lacune de nos sources, peu probable pour un événement important et un personnage plutôt bien connu. Désormais la désignation s’impose dans les actes passés chez Pichon. La dernière trace du « noble homme maître », le six décembre suivant, est significative : elle se trouve dans une quittance de paiement de gage qu’un homme d’armes fournit, non à Morelet lui-même, mais à l’un de ses commis. Visiblement, le message n’est pas encore bien passé au sujet de la dénomination qui est désormais de rigueur123… Si le désir, le 31 octobre, de se placer au niveau de son débiteur a pu jouer chez Morelet, c’est avant tout parce qu’un élément objectif, ici un nouvel office, le lui permettait. Pour d’autres, le facteur extérieur peut être différent. Jusqu’en 1527, Jehan Laguette, dans la même étude XIX, est désigné comme « honorable homme ». En 1528, c’est visiblement l’apposition d’une seigneurie qui lui permet de passer dans la catégorie des « nobles hommes ».

48Il convient cependant ici de faire la distinction entre ceux, souvent les mieux connus, qui continuent un processus d’ascension sociale déjà largement entamé par les générations précédentes et ceux qui constituent la première génération à décoller nettement. Ces derniers sont sans doute nombreux parmi les fils d’anonymes. L’argument de l’obscurité documentaire qui pèse sur l’ascendance doit être manié avec précaution, tant il est vrai qu’il peut dissimuler bien des choses, depuis la richesse discrète mais socialement non encore valorisée… jusqu’aux lacunes de la recherche elle-même. Cependant, sur les 43 % de pères inconnus parmi les membres du groupe, il y a place pour des phénomènes non négligeables d’ascension sociale assez rapide, voire très rapide.

  • 124 A.N. M.C. VIII 68 f° 109 (10-7-1540).
  • 125 A.N. M.C. CXXII, 9 (12-3-1522).
  • 126 Sur ce point voir les remarques de Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 146.

49Plus généralement, l’univers des finances offre des exemples d’ascensions soutenues… et documentées ! Le clerc de finance Bertrand de la Mothe, travaillant dans les services de la trésorerie des guerres au début des années trente, devient en quelques années écuyer, receveur ordinaire de Cognac, greffier de Châtellerault. Il prend alors ses quartiers à Orléans124. Michel Menant provient d’un milieu très modeste : en 1522, un acte mentionne sa sœur Charlotte, veuve d’un sellier d’Amboise, et son frère Jaques, compagnon drapier à Paris125. Il sera pourtant secrétaire du roi et trésorier de la marine en Bretagne. Il est clair que certaines des réussites de ce type sont liées à des alliances judicieuses, qui fournissent des capitaux, des relations, des réseaux126. Bertrand de la Mothe s’est uni à une femme de la bonne notabilité orléanaise, Charlotte de Mareau. Quant à Michel Menant il serait devenu gendre de Guillaume Parent, « riche homme, bourgeois de Paris », qui a donné par ailleurs deux de ses filles aux Spifame. On peut évoquer aussi l’exemple de Jehan Laguette qui pénètre chez les bourgeois et officiers parisiens en épousant Marie Saligot. Réapparaît ici l’hypergamie déjà évoquée au chapitre précédent. Avec cette réserve, déjà faite, que l’accès à de telles alliances n’est concevable qui si l’intéressé a déjà commencé sérieusement à faire ses preuves. Ici, c’est souvent comme auxiliaires d’autres officiers que les nouveaux venus se sont fait remarquer. La Mothe a servi Jehan Grolier, Menant, le trésorier L’Espinay, et Laguette, Morelet de Museau. Les « simples commis » réussissent alors, sous l’action combinée de leur compétence, de la confiance placée en eux, de leur travail et du capital qu’ils ont commencé à accumuler, à faire de beaux mariages et à s’élever nettement.

  • 127 Rien dans les documents généalogiques ne permet de le rattacher aux Le Charron de Lyon qui sont tr (...)
  • 128 A.N. M.C. XIX 65 (22-1-1532) ; B.N. fr 25721 n° 432 (15-5-1535) ; A.D. Loire-Atlantique B 52 f° 20 (...)
  • 129 A.N. M.C. CXXII 1053 (6-1-1539).
  • 130 B.N. fr 14368 f° 191.
  • 131 B.N. fr 4525 f° 114 et 114v° ; fr 14368 f° 151v° ; A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522) et LIV 6 (21-2-153 (...)
  • 132 A.N. M.C. III 23 (13-6-1541). Il s’agit de l’abbaye augustine de Notre-Dame d’Yverneau à Lézigny-e (...)

50Si les origines sociales de Florimond Le Charron restent ignorées127, son parcours professionnel, spectaculaire, s’apparente à ceux qui viennent d’être évoqués : clerc suivant les finances en 1530-1532, il est en 1533 commis au paiement des officiers domestiques à la place de Jehan Carré suspendu. Nommé ensuite commis à la recette générale de Bretagne, il en devient, en 1540, le trésorier titulaire128. Ce destin enviable a peut-être été facilité par le soutien des Longueville, car Le Charron accède aussi à la trésorerie de leur maison. Mais ce n’est qu’une hypothèse car la seule allusion connue à cette dernière fonction date de 1539129. Mais l’exercice d’une trésorerie privée, activité assez rare au sein du groupe, vient opportunément rappeler que l’ascension est facilitée par la diversification des activités. Leur caractère cumulatif est indéniable. Jehan Laguette, avant d’être commis à l’Extraordinaire des guerres, a servi, semble-t-il, sous plusieurs des « principaulx serviteurs et officiers [des] finances » du roi, au premier rang desquels figure évidemment Morelet de Museau130. Il multiplie parallèlement, en début de carrière, les trafics de petits offices en attendant de pouvoir faire de même avec la charge de secrétaire du roi. Il est par ailleurs chargé de nombreuses commissions. Il ne sort donc pas beaucoup de l’univers du service du roi, même s’il en explore des facettes diverses. Pierre d’Apestéguy en revanche, lui aussi issu d’une famille inconnue, diversifie plus largement ses activités. Certes, à ses débuts, il exerce – ou fait exercer – plusieurs charges financières subalternes. Leur variété, tant fonctionnelle que géographique, est cependant significative : receveur des aides à Compiègne, vicomte de Pont-Audemer, comptable et receveur ordinaire du domaine de Bordeaux, commis aux paiements de la Vénerie et Fauconnerie, Apestéguy est en même temps en relations financières avec Morelet131. Mais alors qu’il entre bientôt dans la voie des grands offices de finance, il participe aussi à la gestion des biens de Lautrec et de ses héritiers, charge qui semble très prenante. Il n’hésite pas également à prendre à bail des dîmes détenues par une abbaye briarde132.

51Pour ces hommes nouveaux que sont Laguette ou Apestéguy, le niveau de réussite atteint en une génération paraît assez spectaculaire. Il a d’évidentes répercussions sur la fortune détenue. Il est vrai que les charges financières sont d’un profit infiniment plus rapide que les charges de justice, dans le monde du service royal. S’y ajoute, pour de tels hommes, l’atout exceptionnel de la proximité avec le souverain et ses proches. La faveur royale leur permet de s’élever plus haut encore dans la hiérarchie sociale. Qu’on songe à la réussite de Philibert Babou. Ce fils de marchand-notaire-clerc de finance ne pénètre-t-il pas dans l’intimité de la mère de François Ier et ne parvient-il pas à doter plusieurs de ses filles de la somme considérable de 20 000 lt ?

  • 133 Autre exemple fourni par Quilliet, Officiers, p. 696 : Sébastien de Ribeyrolles, général des Monna (...)
  • 134 Voir pour les Séguier, Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 147 et p. 288. Un cas significati (...)
  • 135 Gouberville, Journal, t. II p. 317.
  • 136 A.N. M.C. CXXII 14 (sans date, juillet 1529) ; Fédou, Hommes de loi, p. 460. Chez les La Croix l’h (...)
  • 137 Voir l’exemple d’André Blondet, trésorier de l’Épargne sous Henri II, « lequel ne fist jamais bien (...)

52Il est vrai que l’époque de la Renaissance permet beaucoup plus largement que la suite des temps modernes des ascensions rapides133. La règle qui veut que la société ne connaisse d’ascension que lente ne s’appliquera sans doute de façon générale qu’à partir du 17e siècle. La réussite d’un individu ou d’une branche n’entraîne cependant pas toujours derrière elle l’ensemble du lignage134. L’exemple des Menant évoqué plus haut le laissait déjà entendre. Celui des Laguette est tout aussi parlant. A la mort de Jehan, sa parenté se presse à un service en son honneur à Tourlaville, près de Cherbourg. Parmi elle n’apparaissent que de petits officiers locaux, vicomte, lieutenant de vicomte, capitaine de Cherbourg, plus quelques bourgeois de la ville135. Le rang social limité de tous ces gens souligne la modestie des origines de Laguette, d’autant qu’à ses débuts, trente-cinq ans plus tôt, le niveau était probablement plus humble encore. Les interrogations ne manquent pas alors : l’investissement familial privilégiant un personnage plus doué sacrifie-t-il, pour un temps au moins, la réussite sociale des autres, au premier rang desquels figurent les frères ? La possibilité donnée parfois de sélectionner les héritiers n’est probablement pas sans lien avec leur réussite. Guy de la Maladière (qui a au moins un frère) est héritier universel de son père. C’est aussi le cas du père et d’un oncle de Jehan Grolier, au sein d’une fratrie de quatre garçons au moins. Or ils sont à l’origine des branches les plus prestigieuses136. Quelle est alors la part des mérites propres de nos « self made men » ? Et pourquoi ne parviennent-il pas à élever les autres avec eux ? Faute de temps, l’étude ne portant ici que sur une génération ? Faute de volonté, ce qui mettrait en évidence une limite supplémentaire à la solidarité familiale137 ? Faute d’avoir, à eux seuls, la capacité de faire s’élever tout un lignage ?

  • 138 Pour ce dernier, voir Chevalier, Tours, p. 159 note 206.
  • 139 O.R.F., t. VI p. 246 (8-6-1532).
  • 140 Chéruel, Ormesson, p. VI.

53Héritiers ou premiers promus dans les offices, les grands officiers de finance, font presque tous dans les cercles du pouvoir ou aux yeux des dominants figure d’hommes nouveaux. Il est impossible, sous bénéfice d’inventaire, de retrouver le nom du père de certains hommes de finance en vue du règne, comme Pierre d’Apestéguy, Jehan Sapin, Martin de Troyes ou Jehan Laguette. Mais tout aussi significatif est le cas des lignages « enracinés » car ils ne plongent pas bien loin leurs ramifications perceptibles. Généalogies mythiques mises à part il est généralement bien délicat de remonter jusqu’aux grands-parents, sans parler d’aller plus loin, y compris pour un Semblançay138. Il faut cependant, sinon un statut social très enviable, du moins une certaine richesse pour prendre possession d’offices vénaux d’une valeur parfois élevée. Mais entre richesse et office de finance se joue en fait un jeu complexe. En effet l’exercice d’un office, source d’un enrichissement qui peut être important et rapide, comme en témoignent les achats fonciers des titulaires, ne permet-il pas parfois d’assurer le financement a posteriori de son achat ? L’accusation est formulée dès l’époque dans une ordonnance royale : « Plusieurs, malfondés en biens, acheptent à grosses sommes de deniers leurs offices, la plupart desquels empruntent la finance à gros intérest, et se remboursent sur lesdites pilleries, exactions et malversations »139. L’exemple est bien connu de Nicolas Lefèvre empruntant en 1550 à son frère de quoi acquérir une charge de trésorier de l’Extraordinaire des guerres. Dès sa première année d’exercice, il peut le rembourser et couvrir entièrement les frais qu’il a dû faire pour son acquisition140. On comprend d’ailleurs fort bien la rage de s’enrichir qui peut s’emparer d’officiers qui ignorent tiers denier et Paulette et qui savent qu’à leur mort leur famille court le risque de perdre le capital investi. Ce qui donne à ce dernier un évident caractère de spéculation.

54Aussi, en raison de la place occupée par le maniement des fonds dans leur carrière, les grands officiers de finance ont-ils l’occasion de s’enrichir, relativement, vite et beaucoup. Ils sortent rapidement de l’obscurité sociale, dans une société qui tolère pourtant d’autant mieux les ascensions qu’elles sont prudentes. Leur appât du gain marqué, sans le garde-fou d’une position déjà bien assise, et le caractère ostentatoire de certains de leurs investissements fonciers sont la marque de leur ardeur à monter et le signe qu’ils montent effectivement. Mais si un réel prestige, généralement lié à une reconversion au moins partielle du capital disponible, vient couronner ce dur labeur d’accumulation de richesse et de pouvoir, il a en même temps le défaut de le rendre très (trop ?) visible. D’où le risque de faire figure d’arriviste, personnage qui, par définition, n’arrive jamais, incapable qu’il est de remodeler totalement son être social.

3. Des ascensions fragiles ?

  • 141 Voir pour le 17e siècle les remarques de Dessert, Argent, p. 132.
  • 142 Favier, Marigny, p. 219 note 1. Ce qui n’empêche pas certains des Marigny de traverser des période (...)

55La menace de n’être considéré que comme un parvenu constitue un sérieux écueil. Mais le temps efface bien des choses. Il est en revanche une autre menace, beaucoup plus immédiate et radicale : l’échec pur et simple de l’ascension. L’obstacle le plus apparent sur lequel viennent buter les grands officiers de finance est celui des poursuites. En définitive, les conséquences restent limitées à l’échelle des lignages : le destin plus ou moins dramatique d’un de ses membres n’entraîne nullement la débacle de l’ensemble de la famille, y compris sur le plan financier141. Les cas les plus évidents sont bien sûr ceux des descendants des deux pendus, Semblançay et Jehan de Poncher. Qu’on songe en particulier aux carrières épiscopales et politiques, directement dépendantes du monarque, d’un Estienne de Poncher, archevêque de Tours, et plus encore d’un Renaud de Beaune (fils de Guillaume), archevêque de Bourges puis de Sens. D’ailleurs Jean de Marigny, le frère d’Enguerran, retrouve bien lui aussi le chemin du Conseil du roi142, tout comme le fils de Jacques Cœur, Geoffroy, qui est échanson et maître d’hôtel du souverain. Il est vrai que, dans ce dernier cas, joue sous Louis XI la réaction envers la politique de Charles VII.

  • 143 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 224, 235 et 276 ; C.A.F., t. VII n° 28571.
  • 144 Avec cependant, à la génération suivante, une occultation de Semblançay : le chancelier de Chevern (...)
  • 145 C.A.F., t. III n° 8764 (30-1-1537).

56Raoul Hurault, gendre de Semblançay, se méprend dans son testament, rédigé il est vrai un an seulement après les faits, sur l’impact de l’exécution de son beau-père. Songeant à sa femme Marie de Beaune, il écrit : « Elle sçait le deshonneur et diffamye [qui] a esté faict à feu son père […] ; cela quant au monde peult redonder sur l’honneur de ses enfans ». Il en conclut qu’il convient de ne pas marier leurs filles. Mais la famille ne se sent pas tenue de suivre cet avis, signe qu’elle retrouve bientôt son rang : Marie épouse son cousin Jacques Hurault de Saint-Denis et Jehanne s’unit à Louis de Vendômois, écuyer et seigneur d’Ailleray, parent (fils ?) de Jean de Vendômois, gentilhomme de la maison du roi143. La survie sociale est donc garantie, et au-delà, par l’absence d’opprobre pesant sur les familles144. François Ier n’hésite pas à faire à Jaques Hurault, fils de Raoul qui est lui aussi largement poursuivi à titre posthume, un don de 8 000 lt145. Chez les Spifame, les enfants de Gaillard, mort en prison en 1535, font d’assez belles carrières : Jehan est conseiller au parlement de Paris, Gilles évêque de Nevers. Quant à Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, fils de Thomas, il siège au Conseil à la fin du règne de François Ier aussi bien que le très protégé Philibert Babou.

  • 146 Voir chapitre trois, p. 201-202.
  • 147 Pour les héritiers de Semblançay : Spont, Semblançay, p. 271-273.

57Est-ce à dire pour autant que les poursuites ne laissent pas de traces ? Nullement. Les longs ennuis judiciaires du même Anthoine Bohier en sont la preuve146. La dislocation accélérée de certains patrimoines implique de la part des descendants de nouveaux efforts d’accumulation. C’est le cas par exemple pour Anthoine Bohier de La Chesnaye, fils d’Henri, dont on sait qu’il ira jusqu’à racheter l’une des terres dauphinoises que son père avait dû céder pour honorer son amende envers le roi. Il n’est cependant jamais pertinent de parler de ruine pour les familles. Celles-ci, y compris les membres les plus proches des poursuivis, parviennent toujours à sauvegarder une partie des biens147. En revanche, même s’il est difficile de le mesurer, les poursuites ont sûrement dû faire échouer certaines combinaisons matrimoniales prestigieuses et freiner la réussite professionnelle de certains membres des lignages, au moins pendant les années où l’action de la commission de la Tour Carrée se fait sentir. Mais cette période reste relativement brève.

  • 148 C.A.F., t. IV n° 12756 et t. VIII n° 33098 ; Michaud, Chancellerie, p. 132 note 7 et p. 152 note 3 (...)
  • 149 Cependant un Gilbert Bayard, qui est presque à coup sûr un fils du second lit du secrétaire des fi (...)
  • 150 B.N. Dossiers Bleus 64 (Bayard) f° 24.

58En fait l’impact des disgrâces politiques semble beaucoup plus net. Le jeune Claude Breton offre un bon exemple de déroute professionnelle. Il n’a, il est vrai, que treize ans environ à la mort de son père Jehan et, pour son malheur, celle-ci se produit en 1542, au moment même où Montmorency est écarté du pouvoir par François Ier. Or Jehan Breton était un fidèle du connétable. La famille parvient néanmoins à conserver à Claude les offices de secrétaire du roi et de général de Blois. Mais ce sont les autres secrétaires qui se partagent la plupart des dépouilles de son père : Guillaume Bochetel devient greffier de l’ordre de Saint-Michel, Claude de L’Aubespine, secrétaire des finances et Gilbert Bayard, contrôleur général des guerres148. Ce dernier connaît à son tour des difficultés bien plus graves lors de l’arrivée d’Henri II sur le trône et de la révolution de palais qui en découle. Il est emprisonné, et meurt un an plus tard sans avoir recouvré la liberté. Son fils Jean, pourvu en survivance comme contrôleur général des guerres, ne peut exercer, à cause de la destitution paternelle. Ainsi s’interrompt une carrière dans l’administration militaire entamée en Piémont au cours du règne précédent149. S’ensuit alors pour lui une relative traversée du désert, qui ne s’achève apparemment qu’à la mort d’Henri II. Dès le 17 septembre 1559, Jean Bayard est en effet pourvu d’une charge de gentilhomme servant de la reine Marie Stuart150.

  • 151 Hamon, Argent du roi, p. 391-396.

59Ainsi, dès qu’elles ne sont plus en prise sur la conjoncture politique monarchique, avec ses favoris et ses clientèles, les positions sociales des grands officiers les plus proches du trône deviennent vulnérables. Certains des échecs liés à cette conjoncture qui mêle poursuites et luttes politiques ont cependant probablement d’autres causes. Ainsi d’Estienne Besnier, dont l’accès à un grand office en 1530 est directement lié à la mise en cause judiciaire de son prédécesseur et concurrent et aux luttes politiques de l’heure151. Il semble bien cependant que ses rapides difficultés relèvent également d’une incapacité à faire face aux obligations de sa charge pour cause de capital social et financier trop réduit et trop fragile. Le pari fait par Besnier, et probablement par quelques hommes d’argent avec lui, sur son aptitude à assurer une telle fonction n’est pas tenu et la catastrophe est rapide, qui conduit la Tour Carrée à venir porter l’estocade.

  • 152 Auton, Chroniques, t. III p. 337 ; Spont, Semblançay, p. 89 note 3 ; Chevalier, Tours, p. 491.
  • 153 Sur les Olivier à cette époque : A.N. M.C. CXXII 1046 (10-11-1533) et 24 (18-11-1537).
  • 154 A.N. X3a 36 (8-2-1529) ; Z1a 64 (28-3-1539) ; M.C. III 5 (19-6-1531) ; VIII 174 (3-7-1534) ; XIX 2 (...)
  • 155 A.N. M.C. CXXII 24 (18-11-1537) ; XLIX 65 (21-11-1539) et III 23 (25-5-1541).
  • 156 A.N. M.C. XIX 91 (21 et 23-7-1546).
  • 157 Grou, Nouveaux documents, p. 93.

60À l’écart des soubresauts judiciaires et politiques, avec un caractère beaucoup moins spectaculaire, il est des familles qui semblent régresser nettement. La documentation est généralement moins prolixe sur ces mouvements de repli que sur les essors, mais il est parfois possible de percer un peu les mystères des hommes et des lignages en désarroi. Georges Heroet, seigneur de Carrières, trésorier de l’Ordinaire des guerres, semble assailli par les difficultés. Pourtant les Heroet se sont plutôt bien remis de leurs déboires du temps de Louis XII : Jehan Héroet, père de Georges, avait en effet été victime des poursuites de 1504152. Preuve supplémentaire qu’une telle opération ne balaye pas la famille. En 1528, l’année même où il accède à la trésorerie de l’Ordinaire, Georges épouse Madeleine Olivier, ce qui représente une fort belle alliance153. Mais bientôt, tout se grippe. Faut-il faire porter l’entière responsabilité de la situation sur la suppression de sa charge en 1534 ? Placé dans le même cas de figure, Guy de la Maladière, second titulaire de ce double office, s’en sort pour sa part plutôt bien. Mais le constat est net : dans toutes les transactions financières où il figure, Georges Héroet apparaît comme débiteur, ce qui entraîne de nombreux procès154. En 1537, il est séparé de biens d’avec sa femme et sans doute pas seulement en raison de poursuites royales qui semblent alors de faible portée155. Sa demeure parisienne – qui n’est pas l’hôtel Heroet, détenu par sa sœur Loyse – échappe in extremis à la criée en 1539. Georges meurt entre la fin de 1539 et mars 1543. Carrières, sa seule seigneurie, passe à sa veuve, peut-être pour compenser le non-accomplissement des conventions matrimoniales156. Il n’est pas sûr que le couple ait eu une descendance. Seule est parfois citée, sans certitude, Loyse, qui épouse Jehan du Bellay. Ce personnage au nom prestigieux n’est malheureusement qu’un simple écuyer établi à Abbeville157

  • 158 Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 152.

61Heroet finit donc ses jours sans plus détenir d’office. La perte de contact avec le service du roi est toujours problématique, surtout si elle est précoce dans l’histoire familiale158. Même limitée au secteur financier, elle oblige à des réorientations parfois délicates. Charles de Pierrevive a cédé sa charge de trésorier de France et après lui sa descendance se tourne résolument vers le service de Cour : ici la transition semble se passer plutôt bien. Il n’en va pas de même pour les Prévost. Jehan finit son existence avec un patrimoine non négligeable, mais en ayant quitté le monde des offices de finance après de sérieuses vicissitudes. Aussi l’avenir de ses enfants semble-t-il se placer sous le signe d’une certaine médiocrité professionnelle.

  • 159 Contrat de mariage le 2-6-1542 ; A.N. M.C. XLIX 68. Sur le mari, Nicolas Le Comte, voir la notice (...)
  • 160 Picot, Doctorats de Ferrare, p. 147.
  • 161 A.N. M.C. LXVIII 55 (26-5-1555).

62Les trois fils de Lambert Meigret ne parviennent apparemment pas non plus à être à la hauteur de ce que le destin semblait leur réserver, après la réussite de leur père et le beau mariage de leur sœur Catherine, qui a épousé un conseiller au Parlement de Rouen, futur maître des requêtes et président de la cour normande159. Antoine Meigret se marie à une certaine Jeanne Jouard qui, à sa mort, convole avec un commissaire de l’artillerie, ce qui donne une idée de la modestie du milieu. Tout comme son frère Jean, qui meurt sans alliance, Antoine n’exerce aucune charge, pas plus qu’Amé, le troisième frère. Jehan et Amé avaient pourtant fréquenté l’université de Ferrare dans les années 1548-1550, très certainement pour y faire leur droit160. Ce désinvestis-sement, à un stade où la solidité de la position familiale est loin d’être établie, que ce soit par les alliances ou la fortune terrienne, est de mauvais augure. Amé fait en outre figure de fils de famille dévoyé par le jeu. Le 26 mai 1555, il vend 200 lt de rente à noble homme maître Mathurin Le Pelletier, vicomte de Vau-démont, pour demeurer quitte de 2 400 lt de prêt. La somme n’est pas mince… Sans doute à l’initiative de l’oncle Jehan Meigret, président au parlement de Paris, qui a eu longtemps la tutelle des enfants de Lambert, le parlement se saisit de l’affaire. Il casse la vente par arrêt du 28 mars 1556 et défend à « Mathurin Le Pelletier, aultrement appelé vicomte de Vaudémont » qui séjourne pour l’heure en prison, « de doresnavant recepvoir en son logis joueurs de cartes et de dez et y jouer à heures indues et pour sommes excessives ». Quant au débiteur, « lad. court a ordonné et ordonne que led. Amé Megret sera mené par ung des huissiers d’icelle en la maison de maistre Jehan Megret son oncle […], à l’arbitrage duquel icelle court l’a renvoyé et remys pour recepvoir telle émendacion que led. président son oncle advisera et verra bon estre, et enjoinct aud. Amé Megret de y obeyr sur peine de prison et d’amende arbitraire »161.

63La fragilité des ascensions est-elle proportionnelle au caractère récent des réussites sociales ? Après tout Lambert Meigret était un homme nouveau, fils d’un modeste notaire lyonnais… Il est difficile, faute d’outils sociologiques suffisamment aiguisés, d’être tout à fait catégorique. Et Georges Héroet, pour sa part, était fils d’un grand officier de finance, même s’il avait été durement frappé par les poursuites. Mais il est clair que le peu d’ancienneté de l’accès à un niveau élevé agit sûrement comme un facteur de fragilisation. Les plus anciens, les plus riches et les mieux implantés, qui sont généralement les mêmes, ont toujours plus de chance de supporter aléas et difficultés… à condition que leur survie biologique soit assurée.

  • 162 A.N. P.O. 1912 dossier 44088 n° 37. Il ne s’agit pas en fait d’une véritable pièce originale mais (...)
  • 163 Voir le cas des descendants du receveur général Jehan Ruzé dans Philippe Hamon et Jean Jacquart, A (...)

64Les Meigret n’auront pas cette chance : la famille n’a pas, en ligne directe du moins, de nouvelle possibilité de se refaire car, s’il faut en croire un document généalogique, aucun des trois fils évoqués plus haut n’a de postérité162. Il est souvent difficile d’interpréter la disparition des familles en terme de déclin, lorsque l’on sait avec quelle rapidité, y compris en pleine réussite sociale, les lignées disparaissent163. Il est ainsi dangereux de tirer des conclusions hâtives de l’absence de descendants notoires de tel ou tel grand officier. La fragilité démographique des familles l’interdit. Léonor Babou, Claude Breton revenu en grâce, les deux cousins Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et de la Chesnaye, Pierre Legendre enfin, auraient pu léguer à leurs enfants une situation fort enviable. Le « hasard » biologique en a décidé autrement. Si les comportements démographiques peuvent parfois se lire en terme de stratégie, il existe aussi une incontestable fatalité des destins familiaux en ce domaine.

  • 164 Jourda P. (éd), Conteurs français, p. 513-514.

65La disparition apparente des familles doit cependant être interprétée avec prudence dans la mesure où elle se combine avec une circulation des biens et des charges qui se joue des patronymes pour passer du beau-père au gendre et de l’oncle au neveu. La réussite de Jehan Sapin éclate surtout dans les très belles alliances de ses filles : ses gendres deviennent en effet présidents des comptes à Paris et à Dijon (François Alamant et Bénigne Serre), et, mieux encore, président au parlement de Tours pendant la Ligue (Denis Riant) et premier président au parlement de Paris (Gilles Le Maistre). Sapin avait au moins deux fils dont l’un, Jehan, semble mourir assez jeune, et l’autre Baptiste, conseiller-clerc au parlement de Paris, est exécuté par les protestants en 1562. Leur destins avortés ne permettent pas de savoir s’ils seraient montés aussi haut que leurs beaux-frères. Du moins s’interroge-t-on parfois sur les choix des pères, et plus largement des familles, privilégiant les gendres au détriment des fils dans la transmission des charges ou des patrimoines. Parfois cependant on peut esquisser une réponse. Si Loys de Poncher fait entrer son seul fils dans les ordres, condamnant à terme son patrimoine à passer entre les mains d’autres familles (Bohier, Robertet, Pierrevive…), c’est sans doute pour saisir l’exceptionnelle opportunité que représente la résignation de son frère Estienne comme évêque de Paris. Pourquoi Robert Gedoyn transmet-il à son gendre Jehan Breton sa charge de secrétaire des finances, alors qu’il a un fils ? L’explication tient probablement à ce que ce dernier est intellectuellement très limité, si l’on se fie à l’anecdote que Bonaventure des Périers rapporte à son sujet164.

4. Le devenir des enfants

  • 165 Liste des grands officiers sélectionnés : Philibert Babou, Guillaume de Beaune, Jaques Bernard, Th (...)

66Mais, même pour ces stratégies liées à des contraintes spécifiques, opposer une transmission par les fils et une forme de rupture liée au passage par les gendres serait maladroit. Étudier le devenir des enfants suppose donc de prendre en compte les uns et les autres. Les limites des sources ont conduit à faire le choix suivant : étudier trente familles pour lesquelles la documentation permet de supposer que la plupart des enfants sont assez bien connus, y compris les conjoints des filles mariées, de façon à cerner l’ensemble des carrières masculines de la descendance. Dans chaque lignée regroupant plusieurs officiers en ligne directe (Bohier, Prunier, Robertet…), un seul personnage a été retenu en fonction de l’existence ou non d’une descendance et de la qualité des dossiers généalogiques165. Le recours privilégié aux familles les plus en vue, tout comme la nécessité de s’en remettre souvent au Cabinet des titres, incitent à penser que l’image globale est sans doute un peu surévaluée. Pour autant, il m’a paru de meilleure méthode de centrer le regard sur les familles complètes plutôt que de retenir des noms épars. Pour les 63 fils, il a fallu, en raison de la richesse des renseignements sur certaines carrières, se résoudre à les ranger parfois dans deux groupes. Aussi y a-t-il 70 « emplois ». Une telle opération n’a été nécessaire que pour un seul des 59 gendres. Le bilan est alors le suivant :

  • 166 Voir chapitre cinq, p. 322.
  • 167 Jaques Le Coincte, maître es arts, étudiant en théologie à Paris : A.N. M.C. XIX 149 (16-10-1537).
  • 168 A.N. M.C. XIX 160 (10-2-1542) ; Picot, Doctorats de Ferrare, p. 147 et p. 153 ; Cheverny, Mémoires (...)

67Si la présence des officiers est massive, l’intérêt spécifique pour les charges de finance est en recul : pour quatorze des vingt-six familles avec au moins un fils, la succession paternelle directe n’est pas assurée en ce domaine. En incluant les gendres cependant, sur les trente familles, neuf seulement se retrouvent dans ce cas. Mais ce petit tiers est loin d’être négligeable. Un autre chiffre vient corroborer cette décrue. Dans les dix-neuf familles au sein desquelles j’ai étudié en détail la place des officiers de finance166, il ressort que la proportion est de 32 % (28 sur 88) chez les collatéraux (beaux-frères inclus) et de 21 % seulement (16 sur 76) pour la génération des enfants, ce dernier pourcentage correspondant fort logiquement à celui qui figure dans le tableau ci-dessus. Dans celui-ci le poids des gens de justice est impressionnant. L’importance de l’investissement clérical apparaît clairement pour les fils. Il permet de parvenir assez rapidement à un niveau social élevé. D’oncle à neveu, ou d’aîné à cadet, les familles peuvent garder la haute main sur de riches bénéfices. Les carrières cléricales se combinent d’ailleurs parfois avec l’accès aux offices de justice. D’où l’importance prise par les études, parfois de théologie167, et beaucoup plus souvent, pour les clercs comme pour les laïcs, de droit. Dans les universités italiennes, on repère ainsi à Padoue Nicolas Bernard, Louis et Étienne Puget ou Philippe Hurault et à Ferrare, Jehan et Amé Meigret168.

  • 169 B.N. Carrés d’H. 347 p. 267 ; Cab. d’H. 224 (5812) f 9-10.
  • 170 Bourquin, Noblesse seconde, p. 125-126 et 145.
  • 171 Bergin, Richelieu, p. 140.

68La place des titulaires d’offices de cour et de charges militaires n’est pas négligeable même si parmi les gendres, le contraste numérique est particulièrement net entre Cour et monde judiciaire. Denis Hurault, baron d’Huriel, qui suit les guerres dans les années 1540 et 1550 « étoit fort respecté et honoré entre les gentilshommes parce qu’il étoit fort à dextre aux armes et vaillant de sa personne ». Les guerres de religion, on le sait, ont encore multiplié les opportunités de service militaire, comme en témoigne par exemple Jean, fils d’Hugues Malras169. En Champagne, bien connue par les travaux de Laurent Bourquin, les descendants de Geoffroy de la Croix et de Jehan Godet ont investi les rangs de la noblesse seconde durant cette période170. Possesseurs d’un bon patrimoine terrien (assis pour les La Croix en Brie champenoise), ils tirent les bénéfices d’une politique d’enracinement local sur plusieurs générations. A ce niveau social, la concentration des terres dans un même secteur est très certainement plus fructueuse que la détention d’un patrimoine éclaté entre plusieurs provinces du royaume. Il semble qu’il soit plus facile au 16e siècle qu’au siècle suivant de transformer en richesse permanente fondée sur la terre les avoirs originels des familles de la finance171.

  • 172 Sur le couple, voir la longue préface de Franco Giacone (éd.) dans Jean Tagaut, Odes à Pasithée, G (...)
  • 173 On repère des protestants, de façon durable ou temporaire, chez les La Croix, les Estourmel, les S (...)
  • 174 C.A.F., t. II n° 5978 (23-6-1533) ; Coyecque, Recueil, t. II n° 4009.
  • 175 Isabeau Spifame et Louis de la Ballue au château d’Armes dès 1543 et Jacques Hurault à Vibraye en (...)

69Rares sont les fils et les gendres en dehors du service de la monarchie. Le cas du médecin protestant Jean Tagault est spécifique : c’est à la suite d’une rupture avec son milieu familial que Claude Bernard, destinée à la vie religieuse, l’épouse à Genève en 1554172. Du moins est-ce l’occasion de rappeler que dans la seconde moitié du siècle les destinées des familles sont compliquées, bien plus encore que pendant les décennies précédentes, par le facteur religieux173. Les deux marchands du tableau font figure de reliques. Encore ont-ils un profil bien particulier : l’un, Guillaume Lallemant, devient ensuite officier et l’autre, Barthélémy d’Elbene, gendre de Bonacorsi, d’une famille florentine fort en vue, a aussi en 1546 le titre de valet de chambre du dauphin174. Parmi ceux qui se contentent de vivre noblement, il est beaucoup moins de fils que de gendres. Même si leur nombre demeure très limité, il n’en reste pas moins que la vie à la campagne tend à se diffuser un peu175. Certains comportements sont significatifs : alors que Marguerite de Bourg, femme d’Anthoine Bullioud, donnait naissance à ses enfants à Lyon, sa fille Marguerite, épouse de Laurent Prunier, accouche au château de Saint-André, en Dauphiné. La vie rurale ne correspond d’ailleurs pas toujours à une rupture avec le service du roi comme le prouve, outre le cas de Laurent Prunier lui-même, celui des La Croix établis sur leurs terres ou de Jacques Hurault, fils de Raoul, qui est audiendier de France tout en habitant à Vibraye.

  • 176 Anselme, Histoire généalogique, t. VIII p. 817 commet une erreur en l’appelant Marie : A.N. M.C. C (...)
  • 177 Pierre de l’Estoile, Journal pour le règne de Henri III, éd. par Louis-Raymond Lefèvre, Paris, 194 (...)

70Les grands officiers de finance de la première moitié du siècle, malgré leurs succès, ne peuvent guère espérer pour leurs enfants des alliances dans la haute noblesse et l’aristocratie. Seuls quelques filles particulièrement favorisées y parviennent : Isabelle Cottereau épouse Jacques d’Angennes, capitaine des gardes du roi et bientôt gouverneur de Metz. Catherine Bohier s’unit à Anne de Montmorin, gouverneur du Bourbonnais176. Claude de Beaune enfin, lors de son second mariage, reçoit pour époux Claude Gouffier, duc de Roannez. Ces quelques gendres illustres marquent les bornes de ce qu’il est possible d’espérer. A la génération des petits-enfants, en revanche, la pénétration est plus sensible. Parmi les vingt-six premiers chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, trois ont ainsi une mère ou une épouse qui appartient aux familles de notre groupe : Jean d’Aumont mari d’une Robertet, Albert de Gondi, fils d’une Pierrevive et Antoine d’Estrées époux d’une Babou. Mais il s’agit bien sûr d’une étroite minorité, à laquelle appartiennent aussi les Beaune, les Neufville ou les Hurault. Ces familles s’allient d’ailleurs entre elles, et les arbres généalogiques se croisent, ainsi entre les Hurault et les Robertet, via les Rostaing, ou les Neufville et les Robertet, via les Mandelot. Le changement se traduit aussi dans les mœurs. Jean de Beaune, arrière-petit-fils de Semblançay, qui mourra lors du siège de Cambrai en 1581, se bat en duel en 1576 avec Saint-Sulpice qui lui reproche de ne pas être gentilhomme177. Beaune le tue : la preuve est donc faite…

71Il est clair que l’intégration des familles des grands officiers de finance au sein des élites sociales est désormais largement accomplie, dans le prolongement d’un processus parfois bien entamé par les générations antérieures. Celui-ci repose sur une logique de la distinction dans les villes, sur une volonté de mimétisme dans les rapports avec la noblesse et sur le désir de l’intégration la plus prestigieuse possible au sein du haut clergé. Pour autant, les trajectoires individuelles soulignent la fragilité de certains acquis. Elles contrastent avec la relative robustesse manifestée par les lignages, en particulier face aux assauts de la monarchie. Le devenir des familles dépend en définitive plus des soubresauts démographiques que des poursuites royales. Sur le plan social, le niveau global est élevé. Mais, sauf exceptions, les sommets ne sont pas véritablement atteints, ni dans le clergé, ni, même par alliance, dans la noblesse. La conservation et l’amélioration des positions acquises, deux éléments indissociables, impliquent un constant renouvellement des stratégies, avec passage de la grande marchandise à l’office de finance, puis, souvent, à l’office de justice ou de Cour, en attendant mieux pour les lignages privilégiés. À un certain niveau, si les choix évoluent constamment, c’est finalement peut-être, dans l’esprit des familles, autant dans l’intention de se maintenir que de monter. En définitive, c’est le désir de ne pas déchoir qui pousse souvent en avant. Les familles des grands officiers de finance de la première moitié du siècle sont saisies à des stades légèrement différents de cette évolution générale, et toutes ne suivent pas exactement le même chemin. Cependant, pour la génération des grands officiers comme pour la grande majorité de leurs descendants immédiats, l’essentiel se joue toujours dans le rapport établi avec l’État monarchique.

II. AFFIRMER SA SPÉCIFICITÉ ?

72Malgré leur osmose avec les élites traditionnelles, les grands officiers de finance ne s’y fondent pas pleinement. Cela n’est pas vrai seulement à cause des réticences des premiers établis : les officiers produisent en effet un discours et une pratique reposant pour partie sur des valeurs originales. Ils affirment une forme de spécificité par rapport aux autres catégories sociales. Mais dans le même temps, leur souci de mimétisme ne disparaît pas, et avec lui l’adhésion à des valeurs déjà présentes, ce qui rend certaines de leurs positions parfois inconfortables, voire contradictoires.

  • 178 A.N. M.C. XIX 111 (novembre 1533, I.A.D. Meigret).

73En 1529, Lambert Meigret a des états d’âme : il veut abandonner la carrière des offices. Depuis la Suisse, Morelet cherche à l’en dissuader : « Ne suys point d’avis que devez sortir du service du Roy. Vous estes encore jeune et pour faire beaucoup de services aud. sgr, qui vous pourra faire plus de bien que des mauz que avez euz »178. Malgré ses déboires lors des poursuites qui ont suivi la mort de Semblançay, Meigret est sensible à l’avis de son aîné : il mourra officier du roi. Du conseil personnel, les propos tenus peuvent s’élever à la vérité générale : même au temps des poursuites, les grands officiers de finance et leurs familles tirent plus de profits de l’État monarchique qu’ils n’en subissent de dommages. Car le « service » (civil) de la puissance publique fonde leur honorabilité à la fois individuelle et collective. Cette noble tâche leur est propre. Elle vient s’ajouter à celles des trois États traditionnels.

74Pour autant, peut-elle permettre d’en fonder un quatrième ? Plus immédiatement, les officiers de finance parviennent-ils à se structurer en corps, ce qui assurerait leur cohésion ? Leur spécificité par rapport à la société traditionnelle, claire sur le terrain socio-politique, n’est pas sans conséquence. D’autant que leur position sociale en vue fait déjà d’eux, ou du moins des plus notables d’entre eux, des protecteurs recherchés. Ils se retrouvent alors dans une situation de rivalité par rapport à ceux à qui cette tâche revient traditionnellement. L’affrontement, qui permet d’apporter une dernière touche à la réflexion sur les poursuites financières, ne tourne pas toujours à leur avantage.

A. LE SERVICE ROYAL, FONDEMENT DU STATUT SOCIAL

1. Faire service

  • 179 Spont, Semblançay, encart entre les p. 260-261 [9-8-( 1527)].
  • 180 B.N. fr 2963 f° 183 [2-9-(1521)].
  • 181 Les observateurs extérieurs sont évidemment plus critiques. Voir par exemple une remarque de Caill (...)
  • 182 B.N. N.A.F. 895 f° 25.
  • 183 A.N. J 958 n° 11.

75Dans la dernière lettre qu’il adresse à François Ier, trois jours avant son exécution, Semblançay lui écrit : « Qui vous plaise, en l’honneur de la Saincte passion de nre Seigneur, me pardonner si je ne vous ay si bien servy comme je suis tenu »179. Le service du souverain engage donc pleinement, puisqu’à l’heure de sa mort, et alors qu’il vient de tenter de se justifier une dernière fois des accusations portées contre lui, Semblançay assume ses insuffisances, presque comme un croyant à qui, malgré les efforts faits, il restera toujours quelque chose à se faire pardonner par Dieu. Rares sont les entorses à cet engagement, du moins dans les propos tenus par les grands officiers. Lamet, depuis Berne, affirme en 1521 qu’il veut revenir en France : « Vendredy prochain au plus tart je partiray de ceste ville pour m’en aller, soit que les affaires du Roy se tournent à bien ou à mal, car je désire plus ma santé que toutes choses »180. C’est un témoignage isolé, adressé à Robertet et non directement au roi. En face, les protestations de sacrifice et de dévouement abondent dans les correspondances officielles181. Cette fidélité se transmet de génération en génération et prend un caractère lignager pour nombre de familles. Évoquant en 1544 les services d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, un mandement pour versement de pension précise que celui-ci agit « en suivant et imitant les vestiges de ses ancestres qui ont esté du Roy et de ses prédécesseurs Roys principaulx et plus spéciaulx et fidelz serviteurs »182. Anthoine Morelet de Museau, lors de sa défense, rappelle qu’il avait informé Duprat de son refus d’exercer un office comptable, la trésorerie des Ligues en l’occurrence. Le chancelier, mécontent, lui avait demandé de prendre sa part de la tâche « et s’il ne le faisoit, il en feroit le rapport au Roy »183. Ainsi le fils, qui persiste malgré tout, suivant ses propres paroles, à vouloir lui aussi faire service au roi, est-il presque contraint, par la fatalité de sa destinée socio-professionnelle, de suivre les pas de son père. Comme ce dernier, il mourra ambassadeur en Suisse.

  • 184 A.N. J 968, 3/1 et 15/31. Les deux documents datent de 1536-1537.
  • 185 Voir deux exemples dès le 15e siècle dans Bernard Chevalier, « Aux origines de la ferme. Les ville (...)
  • 186 Cellini, Vie, t. II p. 22-23. Voir un cas précoce (première moitié du 14e siècle) avec l’épisode d (...)

76Le service du roi requiert donc une fidélité et une loyauté exemplaire. Il permet dans le même temps, dans la mesure où le pouvoir le tolère, le facilite, voire l’encourage, un enrichissement important. Intérêt bien compris et dévouement à la monarchie semblent alors aller de pair. Dans certaines circonstances, le sens du service transcende visiblement l’action des officiers. Voici le contrôleur général des greniers à sel qui, malgré l’interdiction de lui verser ses gages lancée par la princesse d’Orange, continue sa tournée bourguignonne : « Pour cela, je n’ay laissé à y faire mon debvoir ». Voici le receveur de Forez qui, ayant des fonds en caisse, propose de les fournir avant le terme, vues « les affaires qui surviennent »184. Le souci de l’intérêt collectif – une certaine forme de sens de l’État, en lien avec les droits de la Couronne ? – conduit parfois les grands officiers à s’opposer à ce qu’ils jugent être la libéralité excessive d’un monarque qui n’a pas le même rapport qu’eux à la gestion et aux finances. Parfois même ils prennent des décisions qui vont au détriment de leurs profits personnels185. Cellini évoque un trésorier de la famille d’Este, messer Girolamo Gilioli, qui s’oppose à son maître en 1540 pour une dépense qu’il juge inconsidérée : « À la fin, le duc le força de s’exécuter, mais le pauvre diable en éprouva un flux de ventre qui le conduisit à deux doigts du tombeau »186. Il n’y a donc pas que dans le royaume que les serviteurs prennent à cœur ce qu’ils considèrent comme les intérêts véritables de leur maître, maître qu’ils servent alors en s’opposant à lui pour de justes raisons. Pour autant, à Ferrare comme en France, le souverain a comme il se doit pratiquement toujours le dernier mot. Sauf, par les vertus d’un long travail de retardement, à lui laisser le temps de changer d’avis. Mais, de toute manière, c’est encore lui qui décide.

  • 187 Voir supra, p. 182 et 187.
  • 188 A.N. J 967, 49bis/1 ; B.N. fr 3873 f° 48.
  • 189 A.N. J 965, 8/11 et J 967, 19/3.

77L’argument du service du roi a été évoqué dans le troisième chapitre par ceux qui ont fui la justice royale et qui obtiennent le pardon du souverain187. Il figure aussi en bonne place quand il s’agit de mettre un terme aux tourments des poursuivis. Malgré le retard pris dans l’exécution de ses engagements, Jehan Carré, dans une lettre au chancelier, supplie qu’on ne le renvoie pas en prison : « En vivant en liberté, je m’acquiteray, Dieu aidant, envers le roy, et en bonne volonté luy faire service ». Lorsqu’il élargit Palamède Gontier, François Ier souhaite précisément qu’il soit « emploié en [ses] affaires et service, esquelz de tout temps il avoit esté nourry »188. Montmorency, qui plaide auprès du chancelier du Bourg la cause de Jehan Grolier emprisonné, ne s’exprime pas autrement : « Estant comme il est, il ne se faict que consommer, et ne sauroit payer aucune chose ne faire service, ce qu’il pourroit bien faire ». Grolier lui-même reprend l’argument dans une demande de composition, évoquant à son tour les services qu’il pourrait rendre en liberté et rappelant ceux que son père et lui (nouvelle insistance sur le lignage) ont fait à Louis XII et François Ier189.

78Les grands officiers ont clairement conscience de ce que l’exclusion du service royal est susceptible d’entraîner pour eux une chute dans l’échelle sociale. Cela peut même causer un véritable traumatisme dans la mesure où l’idée de service du roi, comme individu et comme incarnation d’un principe, est fondamentale dans leur système idéologique et garante de la validité morale de leur ascension sociale. Les hommes de finance essaient-ils pour autant de jouer en toute connaissance de cause sur le fait que les techniciens compétents disponibles pour la monarchie ne sont pas nombreux ? C’est peu probable, au moins au niveau individuel. À cette échelle, il est généralement possible de trouver un remplaçant pour celui qui a manqué à ses devoirs. Néanmoins la pénurie est parfois évidente, en particulier en période de guerre, et elle joue alors en leur faveur. Jean d’Humières réclame en 1537 le trésorier Pierrevive en Piémont. Or Montmorency affirme ne pouvoir s’en passer à l’armée du Nord-Est. Il est alors souhaitable, aux dires même du grand maître, d’utiliser Grolier en l’envoyant en Italie…

2. Honneurs et privilèges

  • 190 Voir à ce sujet Chéruel, Ormesson, p. VI.
  • 191 Cheverny, Mémoires, p. 26 et 28. Anthoine Le Maçon rappelle également que le service des affaires (...)
  • 192 B.N. fr 2976 f° 86 [4-7-(1530 sd)].

79Des fonctions exercées découle incontestablement un prestige nouveau. Et ici il faut faire une nette distinction entre le commis et l’officier190. La fierté de servir le roi permet de compenser, socialement et mentalement, des origines plus ou moins honorables aux yeux de la société du temps. Si le noble peut, à bon droit, se vanter de ses ancêtres, le « parvenu » doit reporter sur sa propre pratique l’expression de la fierté sociale que véhicule chaque groupe ou individu, quelle que soit sa place dans la société. La charge tenue imprègne son titulaire de sa dignité intrinsèque et, après lui, tout le lignage. Le chancelier de Cheverny, issu d’un milieu d’hommes de finances, souligne que sa famille est valorisée par l’exercice de « forces belles et honorables charges en cest Estat ». Même les dettes découlant des emprunts de Raoul Hurault son père, puisqu’elles sont liées au service du roi, relèvent des « occasions honorables où il avoit eu l’honneur d’estre employé »191. Ceci va donc bien au-delà des profits, réels, que l’on peut attendre des offices de finances. Lorsque Nicolas de Neufville intervient auprès du grand maître en faveur d’un neveu pour qu’il obtienne l’office de contrôleur de la dépense de la reine, il se croit tenu de préciser que ledit neveu « est personnage souffisant et qui a pour s’entretenir, et ne demande l’office que pour crédit, honneur et repputacion »192.

  • 193 Voir par exemple A.N. J 965, 8/9 [1-4-(1537)], sous la plume de Montmorency, ou M.C. VIII 158 (3-9 (...)
  • 194 Cellini, Vie, t. II p. 41 ; B.N. Dossiers Bleus 69 (Bayard), f° 8.
  • 195 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 69. Ce dernier cas est cependant un peu particulier car, formellemen (...)

80Le titre devient alors un marqueur social décisif. Les grands officiers sont désignés par leur fonction et l’habitude persiste, de façon plus ou moins informelle, longtemps après que celle-ci a cessé d’être exercée effectivement. Cela devient une sorte de dignité qui leur est désormais consubstantielle. Jehan Prévost, qui a résigné en 1532 comme général de Guyenne, est toujours fréquemment désigné, cinq ans plus tard, comme général des finances193. Alors qu’il n’est plus en charge depuis 1521, Jehan Lallemant le jeune, est encore appellé trésorier de Languedoc par Cellini dans les années quarante. À propos de Gilbert Bayard, brièvement général de Bretagne, une note d’un généalogiste affirme qu’ » il ne garda [l’office] que troix mois mais il garda la qualité de nom toute sa vie »194. Jehan Grolier, d’après Jacopo Strada, est encore « communément » appelé trésorier de Milan au milieu du 16e siècle195.

81Dans l’une des trois épitaphes, la plus brève, que Marot consacre à Jehan Cottereau mort en 1530, le poète fait parler le défunt. Il va immédiatement à l’essentiel de ce qui fonde sa dignité :

  • 196 Marot, Œuvres, t. II p. 226 (il s’agit du Cimetière X).

« Je fuz Jehan Cottereau qui quatre Roys servy
Desquelz en bien servant la grâce desservy… »196.

  • 197 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555).
  • 198 Voir, à titre d’exemple, le don de 3 000 écus à Charles de Pierrevive, le 6-11-1547, pour services (...)
  • 199 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 439.
  • 200 C.A.H., t. II n° 3017 (31-5-1548).
  • 201 Michaud, Chancellerie, p. 108 note 1. Le 20 juillet suivant, Cottereau les fait enregistrer aux re (...)

82La grâce est matérialisée sous forme de faveurs diverses. De « récompence » tout d’abord, comme celle qu’aurait souhaité recevoir Laguette, qui déplore en 1555 que « ne luy demeure aucune récompence des longs et grans services qu’il a faictz aud. seigneur et à feu de bonne mémoire le roy François derr. déceddé, depuis quarante ans »197. Mais il s’agit ici, semble-t-il, d’avantages pécuniaires, sous forme de dons et pensions198. Ce ne sont pas ceux qui nous retiendront ici, mais les privilèges et exemptions qui peuvent favoriser la mise en place d’un statut original. Il s’agit tout d’abord de faveurs individuelles. Fin août 1536, le roi écrit à Jean du Bellay, gouverneur de l’Ile-de-France, au sujet d’une saisie faite par la municipalité de Paris sur les biens de Guillaume Preudhomme, pour acquittement de 1 200 écus d’emprunt levés sur lui dans le cadre d’un prêt de la ville au roi. François Ier interdit « qu’il soit imposé aud. emprunct ny autre subside, mays du tout exempté, à quoy vous prie donner ordre que ainsy se face ». La cause en est, explique le roi, « que longtemps a, led. général m’a offert ce qu’il a, et davantaige ce qu’il pourra recouvrer par emprunct de ses amys, dont suis certain »199. L’effort fourni personnellement par Preudhomme le dispense donc du lot commun parisien. En 1548, le receveur des aides et tailles de Touraine Gilbert Coiffier obtient une exemption de tout impôt et contribution, en raison des services rendus par lui à François Ier en Italie, notamment à Cérisoles, et aussi pendant neuf ans comme secrétaire200. Quant à Jehan Cottereau, il reçoit, en fin de carrière, le 24 juin 1528, des lettres d’honneur qui récompensent son long dévouement à la monarchie201. L’accumulation de privilèges individuels finit fatalement par rejaillir sur les fonctions exercées, en particulier dans le domaine financier.

  • 202 A.N. J 965, 9/33 [22-7-(1537)].
  • 203 C.A.F., t. II n° 4050 (mai 1531). À cette date les titulaires sont Anthoine Grolier (oncle de Jeha (...)
  • 204 A.N. Z1a 59 f° 531 (1-7-1534).
  • 205 Texte dans O.R.F., t. II p. 587. Pour des justifications plus détaillées d’exemptions financières, (...)

83D’autant que ces dernières procurent aussi, statutairement, des avantages. Le contrôleur de l’artillerie Ambroise Le Moyne est en 1537, comme Preudhomme en 1536, poursuivi par la municipalité parisienne pour le règlement d’un emprunt. Parmi les arguments que donne Montmorency, qui intervient pour qu’il soit exempté, l’un tient à sa fonction : « Puis vingt deux moys, il est continuellement aux guerres à faire service et despense »202. Au hasard des faveurs royales, le Catalogue des Actes de François Ier mentionne en mai 1530 la confirmation des privilèges et exemptions des gardes du passage et du tirage du sel en Lyonnais et Beaujolais, ce qui montre que, dans le domaine de l’administration financière, les avantages spécifiques s’étendent largement203. Pour en revenir aux grands officiers, Gilbert Bayard, pris à partie en 1534 à la cour des Aides par la municipalité de Tulle, fonde sa plaidoirie pour défendre son exemption « de toutes tailles, aides, impositions » sur deux réalités : sa noblesse et son « estat et office de secrétaire des finances »204. Pour ces derniers, comme pour les généraux des finances, les trésoriers de France et les gens des comptes, le texte de référence est la confirmation, en avril 1520, de tous leurs privilèges, en particulier par rapport à d’éventuelles obligations fiscales et militaires, en considération des « grandes peines, travaux, labeurs, sollicitudes et diligences » que leur impose le service du roi205.

  • 206 A.N. M.C. CXXII 1058 (23-7-1540).
  • 207 Il est vrai que cette dernière est peut-être fragilisée par une ordonnance de 1534 qui révoque les (...)

84Dans les faits, il est souvent bien délicat de distinguer ce qui vient du statut et ce qui est propre à la personne. Les intéressés font d’ailleurs flèche de tout bois. Charles de Pierrevive est sollicité en 1540 pour le ban et l’arrière-ban à cause de sa terre de Lézigny-en-Brie. L’article 10 des privilèges de 1520 est là-dessus particulièrement explicite : en tant que trésorier de France, il est délié de toute obligation en ce domaine. Et pourtant, dans une constitution de procureur, au lieu de s’en contenter, il use d’une formulation à la fois plus vague et plus générale, en s’abritant derrière « ses estatz et offices et [les] autres charges qu’il a tousjours parcy devant eues pour le service du [roi] au faict de ses guerres »206. Pour se justifier, il paraît mettre en parallèle son action individuelle, en particulier aux armées, et l’exemption statutaire que lui assure sa charge207. Ce qui souligne qu’au stade où en sont les grands officiers de finance, les fonctions qu’ils exercent n’ont rien de sinécures ou de « savonnettes à vilains » : elles impliquent, comme on l’a vu, un très fort engagement personnel.

  • 208 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cotes 292-293, 352-353, 1051 et 1492.
  • 209 Voir par exemple dans la même paroisse tourangelle de Saint-Saturnin les justifications apportées (...)

85En définitive, les privilèges accumulés contribuent à placer les grands officiers dans une position spécifique. Par l’ensemble de leurs exemptions fiscales, ils se démarquent assez nettement des solidarités urbaines face aux exigences royales. Par les privilèges d’ordre militaire, ils prennent du champ par rapport au modèle nobiliaire traditionnel de participation directe à l’effort de guerre. Leur contribution à la chose publique n’est fondamentalement ni fiscale (même si elle est aussi pécuniaire), ni militaire (même s’ils peuvent combattre). Ils sont autres. Anthoine Bohier de Saint-Cirgues bataille ainsi tout au long de son existence pour faire reconnaître son originalité. A Tours, tout d’abord, il est en procès en 1528 contre les collecteurs de taille de la paroisse Saint-Saturnin. En 1557-1559, il parvient, grâce à une intervention royale, à ne pas payer sa taxe sur un emprunt de la ville. En 1564 enfin, il obtient un arrêt du Parlement stipulant qu’il ne sera plus « cottizé ne imposé pour l’advenir es taxes qui se feroyent en la ville de Tours sur les habitans d’icelle ville ». En 1558, après la saisie de sa seigneurie de Nazelles, il est exempté de ban et d’arrière-ban, et la mainlevée est prononcée208. Les procès comme la saisie prouvent que la position d’Anthoine Bohier est encore mal définie : faire reconnaître ses privilèges implique d’être très vigilant, et de ne pas craindre l’affrontement. La brèche qui s’élargit ne concerne pas que les gens de finance : ce sont tous les serviteurs du roi et détenteurs d’offices qui tentent de s’y engouffrer209. Dans une société où chaque entité socialement définie cherche à générer et à faire fructifier ses propres privilèges, il aurait été étonnant que les officiers de finance ne suivent pas la même voie. Il était fatal que cela se traduise par une nette revendication de spécificité, qui se marie avec un mouvement d’intégration aux élites tout aussi indéniable.

3. Les grands officiers de finance « en corps » ?

  • 210 Les traités de pratique financière mettent bien en évidence leur dimension collégiale : Jacqueton, (...)
  • 211 Ainsi les généraux des finances, dans les processions parisiennes, marchent-ils immédiatement derr (...)
  • 212 Voir les remarques d’Antoine, Administration centrale, p. 511-513.
  • 213 Du Lys, Traicté sommaire, p. 5-6.
  • 214 Quilliet, Officiers, p. 354-355.
  • 215 Voir Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, 1974, p. 340 (...)

86Pour autant, est-ce que se distinguent, aux plus hauts échelons de l’administration financière, un ou plusieurs corps cohérents et structurés, avec organisation commune et statut officiel ? Il existe, à l’intérieur du monde des grands officiers de finance, un groupe qui constitue sans doute possible un collège ou un corps à l’existence juridique bien établie : celui des ordonnateurs (généraux des finances et trésoriers de France), dès le début du siècle210. En matière de hiérarchie externe, leur rang cérémoniel est clairement fixé211. Pour la hiérarchie interne, le principe de l’ancienneté est bien établi. En 1515, c’est donc Thomas Bohier, pourvu au plus tard en avril 1495, qui a le pas sur ses collègues, Semblançay (pourvu en décembre 1495) y compris. C’est au démantèlement de cet organisme à la structure cohérente que s’attaque par les réformes et les poursuites le pouvoir royal. Il est inutile de revenir en détail sur cet épisode, sauf à constater que, pendant un temps, il introduit au plus haut niveau, une coupure dans l’application du principe de collégialité212. Les propos de Charles du Lys sonnent comme une oraison funèbre : « De Maistres et Généraux qu’ils estoient en corps pour toutes les finances, et par toute la France, [les ordonnateurs deviennent] quasi comme Clercs et Provinciaux, avec un pouvoir spécial et restraint au destroit seulement chacun de sa Province »213. Présents en tant que tels à l’entrée de François Ier dans sa capitale en 1515, les généraux des finances ont ainsi disparu lors de celle de Henri II en 1549214. Mais en définitive, à moyen terme, l’éclatement géographique ne fait que déplacer le problème. En effet, la multiplication des charges dans les diverses provinces entraîne bientôt le rétablissement de corps sédentarisés, les bureaux des finances, qui iront, sous Louis XIII, jusqu’à la constitution d’un « syndicat » national215.

  • 216 Quilliet, Officiers, p. 465. Jehan Laguette, qui occupe une fonction unique (celle de trésorier de (...)
  • 217 Descimon, Corps de ville, p. 116.
  • 218 À titre d’exemple : à Montpellier, en 1544, le receveur général des finances François Chefdebien s (...)
  • 219 Sur la confrérie des secrétaires du roi, voir Michaud, Chancellerie, p. 92.
  • 220 C.A.F., t. IV n° 12796 (octobre 1542) et n° 13258 (8-8-1543).
  • 221 Significatif est sans doute ici la diffusion de Léonor/Léonore, après le remariage de François Ier(...)

87Mais cette structure corporative n’inclut qu’une minorité des grands officiers de finance. Ceux-ci sont nombreux parmi les « officiers isolés » relevés par B. Quilliet à Paris216. Il n’existe aucune structure corporative pour les comptables, pas même pour les receveurs généraux. Au plus haut niveau, à Paris à la fin du 15e siècle, les « gens de finances », qui constituent « une entité définie par une fonction dans l’État, et non par l’appartenance à un corps »217, défilent souvent pêle-mêle dans les processions. Quand ils s’insèrent dans l’organisation corporative, c’est en dehors du lien constitué par la gestion des finances royales. Il y a tout d’abord une dimension judiciaire : certains revendiquent leur rattachement, ex officio, aux cours des Aides218. D’autres, ou les mêmes, font partie du collège des secrétaires du roi et s’intègrent ainsi au monde de la chancellerie. Même si leur travail les disperse, l’existence de structures communes prend ici tout son sens219. On peut aussi songer au « corps de gendarmerie » qui possède ses privilèges propres, auquel se rattachent, dans les années quarante, aussi bien les payeurs des compagnies que les contrôleurs des guerres220. À cet éclatement problématique s’ajoute le poids de la nature domestique et curiale du service accompli par certains grands officiers de finance. Cette dimension se matérialise par des détails significatifs, depuis la détention d’un logement dans une ville de résidence monarchique (Fontainebleau, Saint-Germain-en-Laye), voire dans le château lui-même, jusqu’au choix pour les enfants de prénoms portés par des membres de la famille royale221.

  • 222 Voir sur ce problème Autrand, Parlement, et en particulier p. 131, 133 et 140.
  • 223 Voir, au sujet des affaires Laydet et Gentil, directement liées aux problèmes financiers, les prop (...)

88À la dimension strictement juridique du corps s’ajoute évidemment un aspect social. Les conditions à remplir sont ici encore relativement contraignantes222. La notion de service de l’État monarchique, incarné dans le souverain, ne fait pas trop de difficulté, même en tenant compte des traits domestiques qui viennent d’être évoqués. Il n’en va pas de même en revanche pour l’esprit de corps, la cohésion interne ou l’autonomie relative. On constate en effet que prévaut un net éclatement géographique et que s’impose une grande diversité de statuts. Par ailleurs, le poids du Conseil et le contrôle de plus en plus strict qu’il exerce empêchent les grands officiers d’œuvrer avec un minimum de liberté. Ils agissent beaucoup plus en instruments directs du groupe dirigeant qu’en collectivité capable d’un dialogue, parfois conflictuel, avec lui, comme c’est le cas pour le Parlement de Paris. Il est par ailleurs difficile de faire apparaître, lors des poursuites qui mettent en cause de nombreux grands officiers, une solidarité de groupe entre eux. Il n’y a rien de comparable aux efforts du Parlement pour dissimuler les fautes commises par certains de ses membres223. Il est probable enfin que les profils éducatifs bien différents des hommes de finance d’une part, et des magistrats de l’autre, donnent à leurs comportements collectifs une tonalité distincte.

89Certes, si l’on s’exprime en terme de milieu, et non plus de corps, il est bien sûr possible de trouver des traits communs. Même si la documentation se dérobe, il est probable que l’enracinement familial de beaucoup dans les finances permet la définition et probablement la transmission d’une certaine vision de la gestion, peut-être même d’idées-forces en ce domaine. D’autre part, l’existence de nombreuses dénonciations des « gens de finance » pour leurs abus peut contribuer à renforcer le sentiment d’une appartenance commune. Mais il est vrai que parfois l’attaque concerne les officiers dans leur ensemble. C’est leur essor général, jugé excessif, qui est dénoncé, et non une catégorie spécifique parmi eux.

  • 224 Jacqueton, Documents, p. 278 note 1 et p. XXI note 1.

90Cette augmentation des effectifs joue d’ailleurs un rôle non négligeable dans la définition, tant juridique que sociale, des relations entre les officiers de finance eux-mêmes. L’accroissement de leur nombre impose en effet d’organiser leurs relations internes. Là où il n’existait qu’un seul titulaire, il n’y avait guère de difficultés. Mais l’émiettement oblige à définir des principes hiérarchiques et des cadres nouveaux. Le receveur général de Languedoïl prétend à une dignité particulière « car il faict recepte de toutes les receptes généralles, tant deçà que delà les monts, mais il mect néant parce que un tel, recepveur de ladicte charge, en tient le compte ». Pour l’ancienneté, le titulaire d’Outre-Seine cherche lui aussi à faire valoir ses droits : se prétendant le descendant du receveur général unique initial, Jehan Ruzé obtient certains privilèges en 1522224.

  • 225 A.N. Z1a 57 f° 233 (4-5-1532).

91Le phénomène se diffuse progressivement. En 1532, deux élus ordinaires de Lyon, Pierre Chollet et Claude de Vinolz, se querellent devant la cour des Aides au sujet de leur rang respectif. L’affaire est compliquée, en matière d’ancienneté, par l’existence d’une survivance entre Vinolz et son père. L’entrée en fonction du fils doit-elle être datée des lettres de survivance ou bien du décès du père ? Chollet, qui penche évidemment pour la seconde réponse, se plaint de ce que Vinolz « se seroit efforcé entreprandre sur les droiz, auctorité et préhéminence » de sa charge, « et le préférer et précéder au siège pour porter la parolle par-dessus et en la présence dud. demandeur ». Ce à quoi Vinolz rétorque que, « en l’administration de la chose public, y a ordre, degré et distraction de magistraz et offices, desquelz les plus grans ont la préhéminence ». Or il affirme avoir été pourvu avant même que l’office de Chollet ne soit créé225

  • 226 Quatre séries utilisées : B.N. fr 5501 f° 368 (1512) et Dupuy 645 f° 199 (1527) ; A.N. KK 352 f° 3 (...)
  • 227 Dans le second cas, certains versements effectifs sont plus élevés. Mais cela se fait par ajout su (...)

92En abandonnant le terrain juridique, il est peut-être possible, pour finir, de jauger les hiérarchies internes des grands offices de finance au travers des montants des taxations lors des grands emprunts forcés sur le haut personnel monarchique226. En 1512, la « domination » des ordonnateurs, et des généraux au premier chef, est écrasante : ces derniers sont taxés à 25 000 lt et les trésoriers de France à 10 000 lt, quand les receveurs généraux ne sont qu’à 5 000 lt pour les grandes charges, et 1 000 lt pour les petites. En pleine période de poursuites, 1527-1528, l’abaissement de « Messieurs des finances » est clairement manifesté par l’égalisation des emprunts : 1 000 écus pour tous en 1527 et 2 000 lt en 1528227. 1531 voit le retour de la hiérarchie interne qui prévalait en 1512, mais sans l’ampleur des écarts initiaux : généraux et trésoriers de France à 3 000 écus, receveurs généraux à 1 000 pour les grandes charges, 500 pour les petites. En prenant ces quatre groupes, et le dernier pour unité, on passe ainsi de 1512 à 1531 d’un rapport 25, 10, 5, 1 à un rapport 6, 6, 2, 1. Et, en chiffres bruts, les sommes demandées sont nettement moins élevées. Le poids des ordonnateurs est définitivement réduit.

93Au bout du compte pourtant, c’est chez eux seulement qu’un corps se dégage juridiquement du groupe des grands officiers de finance. Mais son existence est remise en cause et en passe d’être reportée au niveau provincial. D’autre part, il y a bien une hiérarchie interne, mais elle est assez mouvante, et peu fondée en droit. Quant aux différents corps intermédiaires, ils sont soit en voie de constitution (élus, mais aussi peut-être trésoriers des guerres) soit encore à venir. Même si le mot est galvaudé, l’impression prévaut ici d’une période de transition chez les officiers de finance, qui sont loin d’avoir la cohésion des cours de justice, en particulier des cours souveraines. La croissance des effectifs et les exigences financières de la monarchie joueront ensuite un rôle décisif dans une structuration qui, visiblement, n’en est qu’à ses débuts.

4. Honorabilité et maniement des fonds : une contradiction centrale

  • 228 Jouanna, Ordre social, p. 8 et 36.
  • 229 A.N. J 967, 7/14 [13-2-(1538 sd)].
  • 230 Doucet, Institutions, t. I p. 410 (d’après Loyseau).
  • 231 Chevalier, Bonnes villes, p. 143.

94Le rapport à l’argent pose cependant des problèmes spécifiques aux officiers de finance. Alors que la pratique professionnelle du magistrat n’a rien de méprisable, bien au contraire, sur le plan éthique et idéologique, celle de l’homme d’argent est entachée d’un vice fondamental dans une société marquée par la dévalorisation, du moins théorique, de tout ce qui concerne l’argent. Le financier est du nombre de ceux qui sont « asservi(s) à la nécessité de compter » et qui, pour beaucoup issus de la marchandise et toujours entourés d’or, « se ressentent encore de cette vieille trafiquerie de leurs ancêtres » dont, d’une certaine façon, ils ne sont pas sortis228. Les pratiques professionnelles complexes, voire un peu mystérieuses, de ceux que Louise de Savoie surnomme les « inextricables sacrificateurs des finances » n’ajoutent rien non plus à leur statut. Dans les commissions tripartites qui remplacent au milieu des années 1530 les receveurs généraux suspendus, les gens de loi semblent bien vouloir se distinguer clairement des manieurs d’argent qui agissent sous leurs ordres. Trois d’entre eux soulignent qu’ils n’ont « poinct accoustumé d’estre comptables ne que lesd. deniers soient à [leur] charge »229. À une légitime prudence dans le maniement des fonds se joint aussi le désir de bien se distinguer des subalternes qui comptent et brassent les écus. Les juristes ne considèrent d’ailleurs pas les officiers de finance comme participant à la puissance publique, contrairement aux magistrats (ou aux secrétaires du roi), détenteurs d’une parcelle du pouvoir propre du roi230. Ces derniers offrent donc seuls une alternative honorable au genre de vie noble traditionnel231. Et la nouvelle noblesse ne tire pas par hasard son nom de la robe (longue) du magistrat…

  • 232 Cheverny, Mémoires, p. 28.
  • 233 Tradition reprise par 1 « historien » d’Issoire : Longy, Issoire, p. 65-66. On ignore malheureusem (...)

95Certaines formes de service du roi sont donc plus valorisantes que d’autres. Pour les officiers de finance, dont les plus importants œuvrent dans l’entourage immédiat du roi, le problème est redoublé à la Cour : le contraste de leur condition sociale et de leur activité avec celle des nobles « de race » qui les entourent sans être de leur monde, est plus saisissant encore. Dans une lutte axée sur les représentations sociales, la stratégie des grands officiers consiste alors à dissimuler, autant que faire se peut, leur activité quotidienne de manieurs d’argent même s’il s’agit de l’argent du roi. Ainsi pour les monuments funéraires : si le juge peut se faire représenter soit avec la tenue, soit avec les attributs de sa fonction, il n’en va pas de même pour le receveur général ou le trésorier de France, qui se contente de figurer seulement en notable sans détermination particulière, ou plus souvent sans doute en chevalier, comme le montrent les gisants de Jaques Hurault ou Loys de Poncher. Sur la chapelle funéraire de Guillaume de Seigne qui s’élève aujourd’hui encore à Bléré, en Touraine, sur le site de l’ancien cimetière, son fils Jehan a choisi d’exalter le rôle militaire du défunt (qui était trésorier de l’ordinaire de l’artillerie) avec des bas-reliefs de canons, de bombes et de boulets. Il fait ainsi habilement l’impasse sur le caractère financier des occupations paternelles et le décor rappelle surtout celui de la chapelle d’Assier, chez le capitaine-général de l’artillerie Galiot de Genouillac… Dans une même logique, il faut faire silence sur les poursuites financières organisées par le roi et son conseil. Le chancelier de Cheverny, évoquant le testament de son père, évacue les allusions au sort cruel de Semblançay (beau-père de Raoul Hurault), pour ne plus attribuer les choix de l’agonisant qu’à « la crainte qu’il avoit que ses biens fussent trop divisez et partagez »232. Plus révélatrice encore est la tradition qui veut que les ennuis des Bohier sous François Ier soient dûs aux liens entretenus par un membre de la famille avec le connétable de Bourbon233. La fréquentation d’un « traître » paraît moins indigne que l’évocation de sordides litiges financiers.

  • 234 Hamon, Argent du roi, p. 536-542.
  • 235 Spont, Documents, p. 336-337 (article IV).

96Est-ce à dire pour autant que la condition de grand officier de finance soit infâme ? Ce serait aller bien vite en besogne. Loyseau lui même, deux générations plus tard, insiste encore sur le fait qu’ils ont l’honneur en partage. Par ailleurs, d’une charge à l’autre, la considération portée à l’office de finance est variable : un trésorier de France est sûrement mieux perçu socialement qu’un trésorier des guerres. En outre, le premier 16e siècle ignore, du moins pour les officiers de finance, le mythe du laquais-financier et les attendus sociaux dévalorisants, voire insultants, qui l’accompagnent234. En fait, il s’agit sans doute pour les hommes concernés de convaincre – et de se convaincre – qu’ils ne sont pas vraiment des hommes d’argent, dans la mesure même où ils ne peuvent pas se faire représenter honorablement comme tels. Semblançay manifeste ainsi un grand mépris pour le banquier Salviati qui l’accuse. Ceci souligne combien un grand serviteur du roi se pense différent d’un simple brasseur d’écus qui fait travailler l’argent des autres à son profit. Semblançay évoque à propos de Salviati des origines peu flatteuses et conclut : « Il est de la qualité que l’on ne doibt avoir regard à son dire »235. En revanche, quand il parle du général Prévost, pourtant lui aussi son accusateur, Semblançay se fait beaucoup moins dur et ne cherche nullement à disqualifier son adversaire en raison de son statut. Le grand officier de finance, malgré les privilèges et même les éloges que lui valent parfois ses services envers le roi et l’Etat, ne peut donc pleinement s’assumer en tant que tel. Le secours idéologique qu’assure le service public ne lui permet pas en effet de faire totalement disparaître les effets négatifs découlant de ses pratiques professionnelles.

  • 236 A.N. M.C. VIII 80 f° 703 ; A.D. Isère, B 96.

97C’est sans doute pourquoi il n’y a pas de dynasties financières durables au plus haut niveau, comme il y a des dynasties de magistrats qui peuvent durer plusieurs siècles. De ce point de vue, les Nicolaï à la Chambre des comptes se rangent résolument dans le camp des magistrats, non dans celui des ordonnateurs et des comptables dont il est question ici. Pour autant, il n’est pas rare au 16e siècle que certaines familles s’établissent pour deux, voire trois générations dans la haute finance : cela vaut ainsi, par exemple pour les Bohier et les Hurault, les La Colombière et les de Bourges, les Molan et les Bonacorsi et même, malgré leur originalité sociale, pour les Estourmel. Le cas des Beaune est significatif, en ce qu’il souligne que même les poursuites les plus graves ne dissuadent pas nécessairement de reprendre cette voie. Petit-fils d’un Semblançay pendu à Montfaucon, fils d’un Guillaume de Beaune mort en exil à Maastricht, Jacques de Beaune n’en devient pas moins général des finances de Dauphiné et Saluces (ou Savoie) en 1555236. Il prend ce faisant place parmi ceux qui profitent des opportunités d’enrichissement non négligeables que procure au milieu du siècle l’exercice d’une charge dans le sud-est du royaume, en lien avec les guerres italiennes du moment.

98Pourquoi les nébuleuses financières familiales se désagrègent-elles assez rapidement ? Quel est le ressort de cette « trahison » des gens de finance ? Au-delà de cas particuliers, qui ne peuvent nous retenir ici, il est clair qu’il s’agit d’un arbitrage, plus ou moins rapide, entre deux facettes de l’ascension sociale. Les grands offices de finance, au prix généralement d’un labeur considérable, sont des sources d’enrichissement rapide et important. A ce titre, ils constituent un excellent moyen d’ascension. Mais les finances demeurent un placement à risque, comme en témoignent les poursuites : elles ressortissent à un univers de richesse économique qui est parallèlement un univers d’insécurité sociale. De plus, même lorsqu’individus et familles réussissent, en évitant les obstacles inhérents à leurs activités, il n’en reste pas moins que leur statut dans la société n’est pas à la hauteur ni de leur fortune, ni le plus souvent, de leurs ambitions. Aussi finissent-ils par se détourner des offices de finance. Si le capital accumulé est suffisant, si la destinée biologique est favorable, ils vont généralement gagner en dignité (et, on l’oublie parfois trop, en sécurité) ce qu’ils peuvent perdre en terme de rentabilité du capital et de vitesse d’enrichissement.

  • 237 Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 230.

99Vient alors le temps de la véritable reconnaissance sociale, qui passe d’ailleurs souvent par la continuation, sous d’autres formes, du service de la monarchie, tant dans la magistrature qu’à la Cour, et dans les fonctions les plus dignes. Quand il arrive à Amboise en 1546, Antoine Bohier de Saint-Cirgues, qui a quitté les finances, a rang de gouverneur de la province de Touraine : à ce titre, il fait son entrée sous le « poisle »237 … Bien sûr, la rupture officielle avec les charges financières ne signifie pas pour ces familles, pas plus que pour bon nombre de puissants et de magistrats, la fin de tout intérêt pour les affaires d’argent. Mais l’intéressement aux affaires extraordinaires qui fleurissent à partir du temps des guerres de Religion, se situe dans une autre logique, bien mise en évidence par F. Bayard et D. Dessert.

  • 238 Jacques-Auguste De Thou, Histoire Universelle, 1734, t. I, préface, p. XVI-XVII.
  • 239 Voir, à titre d’exemple, les propos de J.P. Camus au sujet de la gestion de l’argent. Il exprime s (...)

100Le mouvement inverse, qui fait « retomber » dans la gestion financière, est en revanche fort mal vécu. Le témoignage de Jacques-Auguste de Thou, quoique beaucoup plus tardif, est ici révélateur. Au début de la régence de Marie de Médicis, il vient de se voir refuser l’accès à la charge de premier président au Parlement de Paris. En guise de lot de consolation, il est nommé directeur des finances aux côtés de Jeannin et de Chasteauneuf. De Thou vit cela comme une déchéance, comme le montre une lettre adressée à Jeannin : « Je serai donc réduit à passer ma vie à compter de l’argent et à mourir dans ce vil exercice ? Aurait-on cru qu’un homme nourri dans l’étude dût, dans un âge avancé, passer des nobles fonctions de la magistrature à un honteux maniement de deniers ? »238 La dénonciation est sans ambiguïté. Il en est alors bien d’autres239. En revanche, il semble bien qu’au 17e siècle des instances comme les Bureaux des finances ne soient pas, sous bénéfice d’inventaire, frappées du même opprobre que les partisans et traitants. À cette date la structuration en corps de ces Bureaux est désormais solidement établie. Si la conjonction des deux évolutions peut paraître significative, la mise sur la touche financière des trésoriers et généraux des finances en tant que corps à partir des années 1630 du moins, est peut-être la véritable raison d’une dignité conservée, sinon retrouvée.

B. DES RIVALITES SOCIALES ?

1. Les grands officiers concurrents ?

101Si, dans la première moitié du 16e siècle, leur dignité est relative, les grands officiers de finance n’en disposent pas moins d’un poids social important. Certes les relations de clientèle entretenues avec les dominants, en particulier les proches du monarque, les placent en position subordonnée. Mais leurs capacités financières, révélées par leur situation de créancier, de même que leur position stratégique au cœur de l’appareil monarchique leur donnent cependant les moyens d’entrer en rivalité, ou du moins en concurrence, avec une partie des élites sociales traditionnelles. En effet, même en pratiquant le mimétisme social, qu’ils le désirent ou non, les grands officiers doivent s’imposer, individuellement ou collectivement, pour se faire une place dans la société. Or ceci peut déboucher sur des frictions ou des tensions avec d’autres individus, voire d’autres groupes sociaux.

a. La terre

  • 240 A.N. M.C. VIII 54 (2-10-1516) ; Mirot, Hommages, t. I n° 3392.
  • 241 A.N. M.C. CXXII 1032 (5-3-1518) ; Mirot, Hommages, t. I n° 3440-3441.
  • 242 Voir I.A.D. Legendre, n° 47/1.

102Les grands officiers sont en effet des relations utiles, qui permettent de mobiliser de l’argent à crédit dans une période où les liquidités sont rares. Pour autant, le service rendu n’exclut pas la rancoeur de ceux qui doivent les solliciter. D’autant plus que pour certains, la glissade vers l’endettement a des conséquences redoutables. Les grands officiers en profitent en effet pour étoffer leurs patrimoines. Charles de Boulainvilliers s’endette progressivement : il vend ainsi 100 lt de rente à Geoffroy de la Croix, trésorier des guerres, en 1514, ainsi que 100 autres lt aux Célestins de Paris. Ces deux rentes finissent d’ailleurs entre les mains de Morelet de Museau, en 1516240. Cette année-là, le 6 décembre, Boulainvilliers doit se résoudre à vendre à Pierre Legendre sa seigneurie de Villiers-Adam. Legendre en fait hommage le 15 janvier suivant. Mais le lignage tente un dernier effort : le 5 mars 1518, Philippe de Boulainvilliers, fils de Charles, se fait adjuger la seigneurie par retrait lignager, moyennant 7 220 lt. Est-ce faute d’avoir acquitté cette somme ? Y a-t-il une autre transaction qui nous échappe ? Du moins la tentative du fils tourne-t-elle court. Le 5 juillet 1518, Legendre renouvelle son hommage, et ne sera plus inquiété désormais241. Par ailleurs Charles de Boulainvilliers est cité en 1493 comme seigneur de Villemenon-en-Brie. Or cette terre passe, à une date inconnue, aux mains de grands officiers de finance, Poncher sans doute, puis Bohier242.

  • 243 A.N. M.C. XIX 41 (10-12-1516) ; VIII 43 (1-5-1525), VIII 44 (24-8-1526) et XLIX 66 (2-7-1540).
  • 244 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. I p. 107 ; Gras, Robertet, p. 182.
  • 245 B.N. Dupuy 736 f° 154.
  • 246 Valbelle, Journal, t. I p. 272.
  • 247 A.N. X3a 41 (7-10-1534).
  • 248 Chevalier, Tours, p. 499-505.

103S’il ne saurait être question d’évoquer ici toutes les ventes de terres, il faut rappeler qu’elles sont fréquentes, de la cession par les Luxembourg de l’ensemble Villemomble/Montreuil/Noisy-le-Sec à Jaques Charmolue en 1516 jusqu’à la mainmise progressive de Jehan de Poncher sur Bréthancourt par achats sur les Graville243. Du grignotage du patrimoine des Marques, en Touraine, par les Bohier (Chenonceaux) et les Cardonne (Azay-sur-Indre) à la mainmise de Florimond Robertet sur l’importante seigneurie de la Roche-en Régnier244. Le cas de Jehan de Poncher est particulièrement net : c’est la plus grosse fortune foncière entièrement connue du groupe, et elle est presque exclusivement constituée de seigneuries (98,8 % des biens ruraux estimés en 1535). Or, dans une élégie latine sur sa mort, l’auteur donne la parole au défunt général de Languedoc. Poncher évoque son ascension et retient le fait suivant : « Je me mets à acquérir de vastes domaines des plus hauts et plus nobles personnages »245. Le sentiment prévaut que cette attitude n’est pas sans lien avec le sort fatal qui attend un Poncher qui, par son profil, représenterait un cas extrême. Il est probable que ses ambitions, et sa réussite foncière, ont dû en heurter plus d’un. Valbelle, le chroniqueur marseillais, rapporte une opinion selon laquelle il serait mort victime des « envieux de la Cour »246. De façon immédiate, le litige qui l’oppose aux héritiers du prévôt de Paris Jehan de la Barre, auquel Poncher était très lié, à propos de la propriété des châtel-lenies de Châteaufort et Jouy-en-Josas a pu constituer un des éléments de sa chute247. Les grands officiers visent haut et concurrencent jusqu’à l’aristocratie. Leur aptitude à investir sur le marché foncier, liée à des disponibilités importantes, leur permet de proposer des prix élevés. On a pu s’interroger sur le caractère excessif des sommes offertes pour de simples « seigneuries de village »248. Il est cependant probable que, dans d’autres occasions, leur position de pouvoir leur permet de réaliser des opérations fructueuses. Dans les deux cas, de toute façon, ils constituent de redoutables adversaires sur un marché foncier qui a tendance à se restreindre.

b. Médiateurs et protecteurs

  • 249 Jourda, Conteurs français, p. 830-831.
  • 250 A.N. M.C. VIII 179 (1-4-1540) ; A.N. J 966, 26/11 (2-6-1538).

104Autre forme de concurrence : celle qui touche au politique. Les grands officiers de finance sont en effet des hommes d’influence. Certes le cas de Florimond Robertet ne saurait ici passer pour représentatif. Mais son poids est tel qu’il trouve un écho jusque dans la littérature : sa position centrale est manifestée, dans la 17e nouvelle de l’Heptaméron, par son rôle d’intermédiaire entre le roi et le comte de Furstemberg249. L’intervention de Jehan Laguette dans l’attribution d’offices subalternes en province est certainement plus révélatrice des capacités socio-politiques des grands officiers dans une région où ils sont bien implantés : le procureur du roi sur les aides et tailles de l’élection de Valognes lui donne procuration pour résigner en faveur de qui Laguette voudra. Ce dernier intervient également auprès du chancelier pour l’attribution de l’office de lieutenant particulier des eaux et forêts de la vicomté de Bayeux250. D’autre part, la pénétration des hommes de ce groupe dans des fonctions jusque là largement réservées à la noblesse militaire, peut également irriter : ainsi des charges de baillis et sénéchaux.

  • 251 Bouchet, Annales, p. 372 ; Tournon, Correspondance, n° 105 ; Matignon, Correspondance, p. 195.
  • 252 Spont, Semblançay, p. 194 note 2 ; Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 204-205 et 257 ; Le Roux (...)
  • 253 A.N. M.C. XIX 59 (7-12-1526).
  • 254 L’Espinay, Jehan de l’Espinay, p. 132 et 135.
  • 255 A.N. X3a 31 (24-7-1523).

105Mais le plus significatif tient sans doute à l’implication des grands officiers dans des tentatives de soulagement des populations. Les puissants remplissent traditionnellement une fonction de protection, un rôle de défense de certaines populations qui leur sont attachées par des liens particuliers, face aux exigences financières de la monarchie. Ce phénomène se retrouve fréquemment sous François Ier. Ainsi lorsque Bonnivet veille en 1522 à ce que Poitiers ne soit pas trop lourdement taxée pour la solde des gens d’armes, lorsque Tournon intervient en 1536 pour alléger les réquisitions de vivres qui pèsent sur le Vivarais ou lorsque Jacqueline d’Estouteville demande en 1544 que le peuple de Basse-Normandie « si foullé et taillé […], n’ait charge extraordinaire »251. De la même façon les grands officiers cherchent à favoriser des collectivités ou des individus avec lesquels ils entretiennent des liens personnels. Lorsqu’en mars 1523 une délégation de la municipalité tourangelle vient demander à Semblançay, présent dans la ville, son appui pour se faire exempter d’un quartier de paiement pour les hommes de pied, elle est écoutée par une oreille bienveillante. Une génération plus tôt, Pierre Morin, général de Languedoïl originaire d’Amboise, avait fait en sorte que la cité ligérienne soit exemptée des 300 lt de « prest » que le roi exigeait d’elle. Sous Henri II, Jehan Grolier intervient pour sa part pour obtenir une diminution des subsides lyonnais252. Les nouveaux seigneurs entendent aussi favoriser leurs « vassaux ». Si la paroisse briarde de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux obtient un rabais de 120 lt sur les tailles et crues de 1523, n’est-ce pas, outre la « mortalité et stérilité du temps », qui ne la touche pas seule, parce que son seigneur s’appelle Morelet de Museau, général de la charge253 ? Jehan de l’Espinay, qui vient de se faire confirmer une exemption de fouage pour ses biens nobles sur sa seigneurie de Plessé, obtient également que les habitants du lieu soient dégrevés d’un feu fiscal sur le nombre « en quoi ils sont contributifs »254. Les affaires les plus locales, pourvu qu’elles mettent en jeu les hommes qui les servent, retiennent l’attention des officiers. Thomas Bohier obtient ainsi des Requêtes du Palais une sentence contre le fermier des grands moulins du roi d’Amboise, permettant à son « musnier et fermier en ses moulins de Chenonceau » d’aller « chasser et quérir blez pour mouldre » dans toute la baronnie d’Amboise, sans être tenu de verser quoi que ce soit à la partie adverse255.

  • 256 A. C. Montpellier, Inventaires, t. VI (Montpellier, 1934), p. 20 et 21.
  • 257 Voir le cas du général de Normandie Thomas Bohier qui reçoit et festoie à Tours, en 1506, la déput (...)
  • 258 Spont, Recherche des feux, p. 223 ; A.N. J 966, 27/19.
  • 259 A.N. J 966, 21/3 (2-5-1538). Un commissaire aux emprunts sur le clergé évoque le même phénomène en (...)
  • 260 A.N. J 966, 7/3. Autre exemple de la fermeté de Bohier avec le dossier du « boutehors » : A.N. J 8 (...)

106Mais les officiers de finance disposent également d’une autre possibilité : agir en faveur des contribuables de leur circonscription d’exercice. Lorsqu’Henri Bohier remplace Semblançay comme général de Languedoc, Montpellier s’empresse de le féliciter, et lui demande de continuer à décharger la ville, comme précédemment, de 300 lt de taille. Deux ans plus tard, le consulat lui écrit pour qu’il intercède aux États à cause de la grande pauvreté de la ville256. Les généraux deviennent donc les destinataires de nombreuses sollicitations, nourries par des rapports humains spécifiques257. Protecteurs en tant qu’agents du roi, les gens de finance annoncent d’une certaine façon les intendants, eux aussi impliqués dans la défense de leurs administrés. Aussi plaintes et demandes ne restent-elles pas sans écho. Lors d’un projet de « recherche des feux » lancé en 1491, le général d’Outre-Seine Michel Gaillard souligne « les necessitez excessives et povretez desdits pays et généralité quy sont très plus grandes, comme en ma conscience je croy, que ne sont celles desdits pays de Normandie, Languedoïl et Languedoc ». En avril 1538, son successeur en Outre-Seine Anthoine de Lamet fait remarquer au chancelier, à propos de l’imposition sur les villes franches : « Il me semble que la cocte de ceste charge est bien haulte, actendue les pertes et fraiz qu’ilz ont soustenuz puis deux ans en ça »258. Certains attirent ensuite l’attention sur les difficultés locales, les conditions agricoles et climatiques qui doivent pousser à la bienveillance. En mai de la même année, Anthoine Hellin, le parlementaire qui œuvre à la gestion de la Languedoïl orientale, évoque « la très grande incommodité, perte et dommaige que le pouvre peuple souffrira à l’occasion de la gelée des vignes, quasi universelle es ellections de nostre charge »259. Mais à ce niveau, comme pour les intendants d’ailleurs, la contradiction est forte entre le désir de soulagement des populations et les exigences du roi dont les officiers sont les agents. Les propos d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, chargé de placer à « Pluviers » (Pithiviers), petite ville de l’Orléanais, des aliénations sur les aides, le montrent bien. Il écrit en effet : « Encore que ladicte ville paye taille, et bien grosse, touteffoys je les ay fait venir à ceste raison qu’ilz feront leur devoir »260.

  • 261 A.C. Nantes, CC 109 f° 15v°. Voir le cas de Rennes et des généraux bretons dans Le Page, Finances (...)
  • 262 Voir le cas de Semblançay en Languedoc sous Charles VIII et Louis XII : Spont, Semblançay, p. 63 n (...)

107L’enjeu de cette protection, quelles qu’en soient les modalités, est socio-politique. Elle marque ou renforce une dépendance par rapport à celui qui a la capacité d’intervenir, en particulier pour alléger le fardeau imposé par la monarchie. Mais il y a aussi une dimension directement financière, car les interventions, d’une manière ou d’une autre, sont souvent rémunérées. La ville de Nantes par exemple mentionne dans ses comptes le don au général de Bretagne Philibert Tissart de « deux poinczons vin d’Orléans par une partie et autres deux poinczons pareil vin avecques une pippe vin d’Anjou par autre partie, [à] luy donnez […] pour aucuns agréables services qu’il a faictz pour lad. ville ». Cela représente 58 1. 10 st261. Tissart est, pour les Nantais, spécialement à ménager puisqu’il est à la fois implanté dans la ville et responsable des finances du duché. Dans les pays d’État, les représentants des provinces prennent soin de bien traiter les grands officiers262. Cet aspect a déjà été évoqué pour les ressources qu’il procure à ces derniers. Il peut avoir également un certain impact sur leurs relations avec d’autres hommes d’influence. En effet les protecteurs traditionnels doivent donc au mieux partager les profits, au pire les voir partir dans d’autres mains. Certes, en règle générale, les officiers ne peuvent assurer une protection aussi globale que les grands seigneurs. Mais la place qu’ils prennent est une incitation de plus, pour ces derniers, à les inclure dans leurs clientèles. Sans les faire disparaître, c’est cependant un bon moyen de brider leur éventuelle concurrence socio-politique. Et pour les officiers qui font allégeance, l’ascension sociale n’est en rien remise en cause, bien au contraire.

c. L’innovation culturelle

  • 263 Sur ce thème, voir Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, passim.
  • 264 Germain Brice cité dans Chastel, Hôtel Legendre, p. 164 ; Charton-Le Clech, Chancellerie et cultur (...)
  • 265 André Pottier, Les entrées d’Éléonore d’Autriche et du Dauphin dans la ville de Rouen au mois de f (...)
  • 266 A.N. J 958 n° 37.

108Le domaine artistique constitue un autre champ où les grands officiers peuvent parfois se distinguer263. En ville tout d’abord, des hôtels superbes se dressent à côté de ceux des puissants traditionnels, aristocratie ou haut clergé. Les plus spectaculaires se situent dans la postérité de l’hôtel Jacques Cœur de Bourges, qui avait fait beaucoup jaser en son temps. À la Renaissance, il ne semble pas que l’on trouve, même chez les parlementaires, de constructions équivalentes. Dans la capitale, les hôtels des officiers de finance peuplent le « Marais » en gestation (Meigret, Morelet de Museau, Babou) et le quartier du Louvre (Louis de Poncher, Pierre Legendre, Nicolas de Neufville). La résidence de Legendre aurait été regardée « comme un ouvrage des plus considérables de son tems ». Quant à l’hôtel de Neufville, il aurait joué un rôle dans l’assainissement social du quartier où il est implanté264. Une densité assez forte se retrouve évidemment aussi à Tours dès le début du siècle (Bohier, Beaune, Babou). Fréquemment, les propriétaires ont à cœur de promouvoir des innovations : ce sont par exemple les médaillons à l’antique de l’hôtel de Flo-rimond Robertet à Blois, la porte principale, très novatrice, de l’hôtel parisien de Legendre ou les aménagements de Philibert de l’Orme à l’hôtel Bullioud de Lyon. Les manifestations d’un art de vivre assez nouveau se retrouvent également avec la place faite aux fontaines, privées (par exemple dans l’hôtel parisien de Jehan Ruzé) ou publiques (avec la fontaine de Beaune à Tours, financée par Semblançay). À Rouen, dans le quartier Saint-Gervais, le jardin de Guillaume Preudhomme, avec oiseaux rares et fontaine à vasque, est un ornement célèbre de la cité. Des personnalités s’y arrêtent parfois, comme le chancelier Duprat en 1532, à la veille de l’entrée de la reine Éléonore à Rouen265. Affirmations sociales et esthétiques se retrouvent également dans la villa d’inspiration italienne que Gaillard Spifame s’est fait aménager à Conflans266.

  • 267 Voir Babelon, Châteaux, passim.
  • 268 Jean Guillaume, « Chenonceaux avant la construction de la galerie. Le château de Thomas Bohier et (...)
  • 269 Sarazin, Hallincourt, p. 36-40.

109On quitte ainsi progressivement l’espace urbain pour la campagne. La villa fait figure d’exception car le fait social dominant est constitué par les châteaux. La diffusion des modèles artistiques de la Renaissance est pour une bonne part le fruit des initiatives des grands officiers de finance, en particulier dans le val de Loire267. Le caractère pionnier de l’aménagement de Bury par Florimond Robertet est bien connu. A Chenonceaux, malgré un aspect général assez traditionnel, les éléments novateurs ne manquent pas : un château « régulier », un escalier de forme particulière, un lien étroit entre plan et site, bref une riche interprétation d’idées italiennes (peut-être surtout vénitiennes) encore très peu diffusées268. Il est possible que l’éclat de la construction serve parfois à compenser le caractère limité, par rapport aux seigneurs plus anciens, de l’implantation territoriale effective des grands officiers. Ainsi, pour s’éloigner des monuments les plus connus, du château d’Hallincourt que Pierre Legendre fait réaménager dans le Vexin au début du 16e siècle. Il y introduit l’architecture brique et pierre, alors à la mode, et éloigne les bâtiments agricoles. Pour autant, Hallin-court n’est qu’une possession modeste en superficie comme en dignité, arrière-fief de la seigneurie de Bouconvillier, qui elle-même relève de celle de Cour-dimanche, sous la suzeraineté de Serans-le-Bouteiller269. La réussite se manifesterait alors plus par les capacités de construction que par l’ampleur objective des espaces possédés.

110Au stade de richesse qui est le leur, beaucoup d’officiers peuvent à la fois envisager de poursuivre leur accumulation et de faire montre d’ostentation. Leur présence à la pointe de l’innovation culturelle, du moins dans certains domaines, leur donne une forme nouvelle de visibilité sociale. Fort logiquement, c’est le milieu de la Cour qui leur fournit modèles et références et non celui de la gentilhommerie. Leurs réalisations modernes font en effet un saisissant contraste avec nombre de demeures des élites traditionnelles, et ce décalage peut aiguiser la jalousie de beaucoup. Les officiers se trouvent ainsi en position de concurrence par rapport à d’autres membres de l’entourage royal. Cette position en vue, nette pendant le premier quart du 16e siècle, semble cependant sensiblement en recul pendant la génération suivante. Ce décrochage n’est sûrement pas seulement le fait du hasard. Il est lié à la détérioration de la position des grands officiers de finance, en lien avec le lancement de réformes et de poursuites financières importantes.

2. Le devenir des patrimoines

a. Les poursuites financières : une revanche ?

  • 270 Spont, Semblançay, p. 131.
  • 271 Chevalier, Tours, p. 484-485.
  • 272 Sur celles-ci, voir Hamon, Argent du roi, p. 476-480.
  • 273 A.N. M.C. VIII 174 (20-2-1535) et 175 (12-2-1535).
  • 274 B.N. fr 20542 f° 114 et 134 ; A.N. M.C. CXXII 161 (29-2-1548) et LXVIII 14 (18-12-1552).
  • 275 Gauchery, Livre d’heures Lallemant, p. 356.

111À suivre Spont, les généraux des finances, au début du 16e siècle, en raison de leur insolente promotion, excitent une « jalousie universelle »270. Cette vision, très datée, fait d’eux et de leurs congénères les représentants d’une « bourgeoisie financière » dont l’essor est contrecarré par les tenants de la société traditionnelle, magistrats inclus. Elle est à prendre avec précaution. Cependant certains traits de comportement du groupe, en particulier le refus des alliances au sein de la noblesse, vont alors dans le sens d’une affirmation spécifique271. Face aux grands officiers, la stratégie des puissants est le plus souvent double : ils cherchent d’une part à s’attacher ceux qui montent, par exemple en les faisant entrer dans leurs clientèles, et à tirer ainsi profit de leur ascension. Mais ils n’hésitent pas également à les intimider, et ce d’autant moins que leur élévation paraît trop rapide. Les poursuites financières lancées à l’initiative de la monarchie semblent bien viser en priorité les officiers les plus riches, ou du moins ceux qui ont accumulé le plus de terres. Le cas de Jehan de Poncher, déjà évoqué, est ici emblématique. Ces poursuites donnent alors lieu à une opération de redistribution des patrimoines dont les principaux bénéficiaires appartiennent à la haute noblesse et à l’aristocratie. Ces derniers, soit rachètent certains biens, soit bénéficient des largesses du souverain, ce qui est plus avantageux encore272. La revanche vaut en effet à l’échelle du groupe, non des individus. Ainsi la châtellenie de la Chapelle-Bellouin est-elle rachetée à Henri Bohier par Jean d’Escoubleau, maître de la garde-robe du roi, pour 36 000 lt273. Les Guise, de leur côté, s’emparent de la terre de Chenevelles qui appartenait à Philippe Le Tirant, après une enchère de 17 000 lt, et prennent part au dépouillement du patrimoine de Jehan II Duval en rachetant son hôtel de Fontainebleau et sa châtellenie de Dampierre274. Dernier exemple, celui de Charles de Bar, seigneur de Savigny et évêque de Saint-Papoul, qui acquiert des héritiers de Jehan Lallemant le jeune les fiefs du Perreau et d’Empireville en Berry275.

  • 276 A.N. M.C. XIX 148 (9-3-1537) et 149 (20-8-1537). Du Solier est d’ailleurs le commissaire à la gest (...)
  • 277 A.N. Z1a 59 r 474 (10-6-1534). L’hôtel reviendra finalement en don à Montmorency.
  • 278 A.N. J 958 n° 32 (12-4-1537). Pour une enchère de Renzo da Ceri sur d’autres biens de Jehan Carré, (...)

112Quand, par chance, on peut découvrir les noms des divers enchérisseurs en compétition, ce sont des hommes du même milieu qui apparaissent. Pour la châtellenie de la Carte, qui vient des Beaune, il s’agit de Charles du Solier et de Baptiste de Villequier, gentilhommes de la chambre du roi, ainsi que de Loys de Clermont, maître d’hôtel ordinaire du roi276. Pour l’hôtel de Sainte-Avoye, lors des « criées » en 1534, sont en lice Gabriel de Saluces, évêque d’Aire, madame d’Estouteville et le prince de Talmont277. Certes, il faut rester prudent parfois. Lorsque Jean-Paul de Cère, fils de « Rance de Cère » (Renzo da Ceri) acquiert pour 6 000 lt la seigneurie de la Potherie qui fut à Jehan Carré, il agit en fait pour René Gentil, qui trafique apparemment en cette affaire de façon particulièrement scandaleuse et revend la terre à Richard d’Elbene278. Mais ce rôle d’intermédiaire, ici en lien avec des solidarités italiennes, paraît marginal.

  • 279 Le « roi des nobles » n’est-il pas d’ailleurs avant tout un roi des aristocrates ? Substitué à Jac (...)
  • 280 Biget, Cœur, p. 16.
  • 281 Voir les abus de pouvoirs commis par Antoine du Bourg pour acheter la maison parisienne de Jehan P (...)

113La revanche, s’il en est une, concerne donc avant tout l’aristocratie et la noblesse de Cour et non la gentilhommerie provinciale279. Pour les puissants qui gravitent autour du Conseil, suivant la belle formule de Jean-Louis Biget, « les gens de finance, hommes de leur univers, ne sont pas de leur monde »280. La même chose vaut pour un Guillaume Poyet. Au sein du groupe dirigeant d’ailleurs, ceux qui, par leurs origines du moins, appartiennent au même monde que les grands officiers de finance, les chanceliers du Bourg ou Duprat par exemple, n’hésitent pas non plus à user de leur position de pouvoir pour tirer profit des poursuites. Revanche sociale et revanche politique (Duprat éclipsé par Semblançay ?) sont indissociables, sans oublier l’aptitude de chacun à saisir les opportunités qui s’offrent281. Les membres de l’aristocratie, et singulièrement dans le groupe dirigeant, trouvent aussi un moyen commode d’enrichissement dans les protections qu’ils accordent aux poursuivis. Certains mènent un jeu complexe, parfois difficile à démêler, qui consiste à la fois à accorder leur protection et à s’enrichir des dépouilles.

b. La circulation des biens

  • 282 A.N. M.C. XIX 87 (12-7-1544). L’hôtel avait été cédé à Chabot pour obtenir du roi, par son entremi (...)
  • 283 Martin-Demézil, Diane de Poitiers, p. 279 ; Le Page, Finances bretonnes, p. 606.

114Pour autant, si l’on prend un peu de recul, la circulation est plus subtile que le schéma simple où les biens arrachés à la noblesse par les parvenus font ensuite retour à celle-ci grâce aux poursuites. Dans un certain nombre de cas tout d’abord, les familles des officiers de finance parviennent à reprendre le contrôle d’éléments de leurs patrimoines. Philibert Babou, contraint au milieu des années trente de céder l’hôtel de Clisson à Chabot, le récupère après transaction avec la veuve de l’amiral dès 1544282. Souvent ce sont les descendants qui recouvrent les biens perdus. En 1565 les Hurault rachètent Cheverny pour 35 000 lt à Diane de Poitiers. Pierre de Lespinay, arrière-petit-fils du trésorier de Bretagne Jehan, épouse en 1563 Éléonore du Perreau, héritière de celui-là même qui avait bénéficié sous François Ier du don de la seigneurie éponyme de Lespinay, confisquée après la mort de Jehan. Pierre remet ainsi la main sur cette dernière283.

  • 284 Mirot, Hommages, t. II, n° 1064-1065 ; A.N. M.C. XIX 59 (13-11-1526) et XIX 177 (22-1-1549).
  • 285 L. et S., t. I n° 37 et t. II planche LXXXV ; Mirot, Hommages, t. III n° 1742 montre bien qu’il s’ (...)
  • 286 A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier) n° 1357 : il s’agit du fief de Bezay, acquis moyenn (...)
  • 287 Croy, Cartulaire, p. 406 ; Babelon, Châteaux, p. 502-504.
  • 288 Mollat, Cœur, p. 201. Il y a d’ailleurs, plus largement, une sorte de relais de fortune de Jacques (...)
  • 289 Babelon, Châteaux, p. 648-649.

115Mais pour observer les circulations, il faut rattacher les mouvements liés aux poursuites aux autres opérations. Il n’est pas rare en effet qu’une même terre change de main de nombreuses fois, y compris à l’intérieur du monde des gens de finance. La seigneurie beauceronne de Saint-Léger-des-Aubiers offre une bonne illustration de cette volatilité. Elle est détenue en 1516 par Claude de la Croix, fils de Geoffroy et maître des comptes. Cinq ans plus tard, Gabriel d’Alègre et Marie d’Estouteville, devenus entre-temps propriétaires dans des conditions ignorées, vendent la terre au père du premier président des comptes Nicolaï. Encore cinq années, et elle échoit à Pierre d’Apestéguy : Morelet de Museau lui a d’ailleurs servi de prête-nom lors de son achat. Une génération plus tard, en 1549, Saint-Léger est entre les mains de Christophe Hérouart, lieutenant du bailli de Chartres284. Au sein du groupe, on constate alors des transmissions familiales indirectes : certains des biens Poncher, confisqués en théorie, finissent par revenir aux Hurault (Bretancourt, Limours). Gilbert Bayard détient les terres de Parroy (Paray-sous-Briailles) et Julliers en Bourbonnais et en rend hommage en 1538. Or elles ont appartenu auparavant à Florimond Robertet, oncle de l’épouse de Bayard285. Mais peut-être la transmission a-t-elle aussi à voir avec la position politique des deux hommes. Il arrive en effet qu’une famille en vue succède à une autre famille en vue victime des poursuites. La seigneurie berrichonne de Morthommier passe ainsi des mains des Poncher (eux-mêmes semble-t-il successeurs des Le Roy) à celles des Bochetel. Le rachat par Anthoine Bohier de Saint-Cirgues d’un fief ayant appartenu à Semblançay est également symptomatique, même s’il ne concerne qu’une terre de valeur réduite286. On trouve d’ailleurs régulièrement des échos de ce type de dévolution par dela les décennies, entre des familles liées à la finance et à la haute administration. La seigneurie de Beauregard, probablement confisquée aux Doucet sous Louis XII à la suite du procès de 1504, échoit finalement vers 1545 à Jehan Duthier, receveur des aides à Sens et futur secrétaire d’État287. Même circulation dans la seconde moitié du 15e siècle, pour la terre de Mar-magnes (près de Bourges) sur laquelle Jacques Cœur avait jeté son dévolu. Elle passe aux Lallemant moins d’une génération plus tard288. Dans la seconde moitié du 16e siècle, le cas d’Amboille (futur Ormesson) est lui aussi significatif : en 1578, quinze ans à peine après la mort de Charles de Pierrevive, qui avait acheté cette terre, celle-ci est acquise par l’intendant des finances Louis Picot289.

  • 290 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) cotes N, Q, KK et OO. Voir page 255 supra.
  • 291 Mirot, Hommages, t. II n° 1252-1256.
  • 292 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. II p. 26
  • 293 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. III, p. 39-41, t. II p. 368.

116Avec Amboille, on assiste d’ailleurs à un phénomène encore plus révélateur : Louis est en effet le descendant d’une des familles dépouillées par Pierrevive : la seigneurie d’Amboille revient donc à ceux qui l’avaient vendue auparavant290. Une telle réversibilité des transferts n’est pas exceptionnelle. Ainsi la seigneurie de Bourgbaudoin, acquise de Jean de Poisieu et de sa femme par Guillaume Preudhomme en 1536 revient-elle aux Poisieu en 1602, après un détour par les du Tillet291. Le plus fascinant exemple de circulation est sans doute celui de la châtellenie de la Carte, près de Tours. Elle est acquise par Semblançay en 1497 d’Antoinette de la Trémoille. Lors des enchères qui suivent la confiscation et auxquelles on a déjà fait allusion, elle est adjugée à Charles du Solier. En 1568, Jean du Solier la vend à Claude de Beaune, petite-fille de Semblançay. Elle meurt sans enfants et ses frères héritent d’elle. Pour que la boucle soit bouclée, il suffit ensuite que Charlotte de Beaune (nièce de Claude) épouse en secondes noces au début du 17e siècle… François de la Trémoille, et lui apporte la terre292. Elle lui transmet également la seigneurie de Semblançay, qui lui est échue par la mort sans postérité de son frère Jean de Beaune. Par la vertu des alliances, nombreuses sont donc les terres qui finissent dans le patrimoine des plus grands lignages : les Saladin d’Anglure, puis les Gouffier, mettent ainsi la main sur la Bourdaisière et les Escoubleau sur la châtellenie de Chissay, toutes deux venues des Babou. Sur la terre de Nazelles, ce sont les Balzac qui succèdent aux Bohier293.

  • 294 Sur les spoliations internes au second ordre, voir par exemple les remarques de Bergin, Richelieu,(...)
  • 295 Article anonyme dans le Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, t. XVI, 1908, p. 293-29 (...)
  • 296 Voir au 17e siècle encore, l’exemple de l’insinuation de deux hommes nouveaux dans des seigneuries (...)

117Faut-il alors parler d’éternel retour des grands lignages ? De parenthèse des parvenus toujours rattrapés par les dominants traditionnels ? Il est sûr que ces derniers, du moins ceux qui parviennent à assurer leur survie biologique, récupèrent souvent, directement ou non, bien des terres arrachées auparavant aux gens de leur monde. Mais s’ils le font parfois en exploitant les difficultés des nouveaux riches, ils doivent bien souvent en passer par des alliances qui manifestent une forme d’intégration des lignages des grands officiers dans les plus hautes strates de la société française de la fin du 16e et du début du 17e siècle. D’ailleurs les cas où les familles récupèrent leur patrimoine un temps dispersé sont loin d’être la règle. Victimes immédiates des initiatives immobilières des grands officiers et bénéficiaires à terme de ces opérations ne sont pas forcément issus des mêmes cercles de la noblesse ou plus largement des élites sociales294. Les seigneuries accumulées par Gilbert Bayard en Bourbonnais appartenaient généralement à la gentilhommerie locale. Or deux des plus importantes terres, La Font-Saint-Mageran et Paray-sous-Briailles passeront respectivement aux Capponi (vers 1570) et aux Gadagne (avant 1587), deux familles de la notabilité lyonnaise d’origine florentine en voie d’intégration à la noblesse. D’ailleurs une alliance scelle le processus quand en 1624 Marie Bayard épouse Alexandre de Capponi, baron de la Font295. On retrouve ainsi, par un autre biais, le rôle des officiers de finance comme agents de circulation. Leurs propres descendants n’en sont pas toujours les bénéficiaires. Parfois ils travaillent, sans le savoir, à la pérennité de grandes familles nobiliaires. Mais l’étape représentée par leur intrusion de « parvenus » dans la détention des terres permet de rebattre les cartes et accélère les évolutions296.

Conclusion

118Ce dernier aspect offre une facette supplémentaire de la dialectique intégration/spécificité qui est au centre du chapitre. Au départ, en effet, l’accent a été mis sur les modes d’intégration des grands officiers de finance aux élites sociales. À côté de beaucoup de traits classiques, on remarque une rapidité qui est à la fois une originalité du groupe et de la période. Elle fait le succès de certains, mais elle porte en elle une fragilité lignagère dont quelques exemples ont permis de mesurer la réalité. Ensuite j’ai tenté de mettre en évidence des spécificités. Dégager une identité propre au monde des gens de finance, ou même seulement faire apparaître des traits distinctifs n’a rien d’évident. Même les rivalités ou les tensions, réelles, que leur dynamisme porte avec lui, ne permettent pas toujours d’éclaircir totalement les positions.

119Du moins est-il clair que les grands officiers de finance sont partie prenante dans un processus de recomposition des élites socio-politiques autour de la notion, régulièrement agitée au 16e siècle, d’un quatrième ordre, ou d’un quatrième État, celui des officiers. Mais leur cas est ici problématique pour de multiples raisons. Tout d’abord parce que le passage dans les grands offices d’ordonnateurs, et plus encore de comptables, n’est pas durable. Il correspond, non à un enracinement porteur d’un modèle propre, mais à une phase transitoire plus ou moins longue. Si les assauts menés par le pouvoir royal ne ruinent pas les familles touchées, ni même, sauf exception, les individus, ils sont une évidente incitation à quitter cet univers exposé pour gagner des eaux plus calmes. Ensuite, le monde des officiers est idéologiquement et socialement très hétérogène. Ses clivages internes font qu’au milieu du 16e siècle les magistrats ne veulent pas revendiquer l’appartenance à un État qui les ferait cotoyer, ex officio, des gens de finance. Ces derniers se retrouvent ici largement en porte à faux, et ce dès le départ. La « malédiction de l’argent » qui pèse sur les fonctions exercées, se fait pleinement sentir. Enfin, il faut faire la part de la montée des tensions socio-culturelles et de la difficulté croissante des ascensions sociales à partir du milieu du 16e siècle.

  • 297 Rappelées par Ariette Jouanna, La France du xvie siècle 1483-1598, Paris, 1996, p. 219-220.

120Au bout du compte, chez les officiers de finance, l’aspiration mimétique l’emporte largement. Le capital social et financier accumule leur permet dans l’ensemble cette mutation. Ainsi l’office de finance fonde-t-il l’ascension, mais il faut s’en débarrasser, une fois atteint un certain stade. Les formes spécifiques de leur pratique sociale – en particulier leur aptitude à la circulation – ne sont alors que des moyens pour se fondre au sein des dominants traditionnels. Certes, il y a sûrement des effets de rétroaction : l’intégation de ces hommes nouveaux n’est pas sans conséquence. La société, malgré ce que certains souhaitent, n’est pas immobile. Cependant les officiers de finance se retrouvent à terme tenus en lisière d’un éventuel quatrième État qui serait celui des lettrés et des juges. Mais, même ainsi défini, l’autonomisation de ce dernier ne se produit pas. Bientôt la définition du modèle du « magistrat » se réduit à une simple variante au sein de la noblesse. La notion de noblesse de robe, pourtant porteuse de bien des ambiguités297, contribue en définitive à la fusion des élites, bien engagée à la fin du 16e siècle. Pour les gens de finance, l’horizon s’est juste un peu enrichi : au modèle curial accessible aux plus ambitieux, et au modèle nobiliaire traditionnel ouvert aux autres, s’est ainsi ajoutée une variante, avec d’ailleurs des combinatoires possibles. Le quatrième ordre ne verra pas plus le jour sans les officiers de finance qu’avec eux.

Notes

1 Tournon, Correspondance, lettre n° 643 (16-12-1558).

2 Denis Richet, La France moderne : l’esprit des institutions, Paris, 1973, p. 81.

3 Raunié, Épitaphier, t. V, p. 189. Dans l’ensemble, le personnel domestique des grands officiers est assez mal connu. Mais on sait également qu’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues a un organiste et un « lacquetz » et sa femme un page : A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543).

4 Teyssot, Riom, p. 486 ; B.N. D.B. 422 (11256) : père et grand-père d’Hugues Malras désignés comme bourgeois d’Aurillac alors que lui ne l’est jamais ; même chose avec 1 oncle et le père de Jehan Grolier, avec un exemple en B.N. Carrés d’H. 316 p. 3.

5 A.D. Rhône, 3E 4203 f° 19v° et 4205 f° 168v°. Autre cas isolé, celui de Nicolas Le Coincte, changeur du Trésor, cité comme bourgeois de Paris conjointement avec son frère, marchand dans la capitale : A.N. M.C. XIX 65 (16-9-1531).

6 A.N. M.C. CXXII 1061 (mai 1541, dans la liasse de juin). Eustache Luillier, gendre de Loys de Poncher, précise la même année, dans un hommage, que ses terres du Multien sont exemptes de ban « par le moyen du privilège des bourgeois, manans et habitants de Paris », ville où Luillier et ses enfants ont toujours résidé : ibid., CXXII 1062 (19-10-1541).

7 A.N. Z1a 54 f° 15 (20-11-1528).

8 Un exemple avec Philippe Le Tirant en 1544 : R.D.B.V.P., t. III p. 30.

9 A.N. M.C. XLIX 71 (8-1-1544) et XIX 169 (12-7-1546) ; B.N. Carrés d’H. 123 f° 111. Aucun des trois actes (respectivement un transfert de rente, une vente de pré et une constitution de procureur) ne semble impliquer spécifiquement la nécessité du recours à cette qualité.

10 Spont, Semblançay, p. 78 note 2.

11 Gauchery, Livre d’Heures, p. 318. Il parle à ce sujet de « chevalerie roturière ». L’expression est un peu maladroite, s’il est vrai qu’en 1486 les Lallemant ont obtenu des lettres de Charles VIII les autorisant à commercer sans préjudice de leur état de noblesse : ibid., p. 316 et Chaumes, Hôtel Lallemant, p. 116. Laurent Babou, père de Philibert, appartient au même ordre dès avant 1472 : Quilliet, Officiers, p. 249 note 345.

12 Rodiere, Épitaphier, p. 91. Il existe cependant des confréries urbaines dont l’accès est interdit aux officiers royaux. C’est le cas à Paris pour celle des porteurs de sainte Geneviève : Descimon, Corps de ville, p. 115.

13 Varin (éd.), Archives de Reims, Archives législatives, IIe partie, Statuts, vol. I, p. 680, 690-691, 952 et 975.

14 Contamine, Histoire militaire, p. 268.

15 C.A.F., t. V n° 16073 ; A.N. M.C. VIII 35 (2-4-1524).

16 A.C. Dijon, M 8 et 9. L’office de Claude de Bourges est supprimé par rachat en 1559.

17 R.D.B.V.P., t. II p. 149 et 185. Dès 1501 il est vrai un autre tourangeau, Loys de Poncher, était conseiller de ville : ibid., t. I p. 61.

18 En 1497-1498, 1507-1508, 1512-1513 et 1520-1521 : B.N. P.O. 556 (Bullioud) f 18. Sans doute d’ailleurs Aimé commence-t-il à s’en lasser puisque le roi le contraint par mandement du 6 juin 1520 à accepter la charge qui lui est encore une fois confiée : O.R.F., t. II p. 627.

19 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 32 : le père en 1495, l’oncle en 1509 et 1514. Jehan fait presque figure d’exception dans un lignage qui, de 1495 à 1674, donne à la ville sept conseillers et trois prévôts des marchands : Valous, Familles consulaires, p. 48-49.

20 A.D. Rhône, Fonds Frécon, Dossiers Rouges, t. 2, famille de Bourges.

21 Vial, Cléberger, p. 33 note 1.

22 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. III, vol. II, p. 208 et sq. On pourrait y ajouter des échevins, comme Jehan Ruzé en 1516, celui-là même qu’on retrouve à Paris seize ans plus tard : ibid., t. I, vol. II p. 127.

23 B.N. P.O. 1623 (37766) n° 25 ; A.C. Valence, BB 59 (25-4-1496) et 60 (25-4-1498).

24 Teyssot, Riom, p. 486.

25 Bouchet, Annales, supplément, p. 68 ; A.N. M.C. VIII 59 f° 146 ; Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. III, vol. II, p. 208 et sq.

26 Voir les développements de Roger Chartier et Hugues Neveux, Histoire de la France urbaine, tome 3 : la ville classique, Pans, 1981, p. 163 et 178-179. C’est une phase antérieure, où les marchands s’imposent largement, que décrit R. Gascon dans H.E.S.F., t. I, p. 319.

27 A.C. Grenoble, BB 8.

28 Je suis donc sur ce point en désaccord avec l’interprétation d’un exemple de même nature dans Chevalier, Bonnes villes, p. 147. Il est vrai qu’il s’agit ici d’une cité plus modeste (Senlis, à partir des travaux de B. Guenée). En revanche, il est possible que sur le plan culturel ces officiers conçoivent d’une façon nouvelle leur participation à la vie civique, plus sensibles en cela à leur état de serviteurs du roi qu’à un sentiment de solidarité active envers leurs concitoyens.

29 C.A.F., t. I n° 3014 ; Quilliet, Officiers, p. 502-503 ; A.N. X1a 8621 (16-1-1557) ; A.N. M.C. XLIX 69 (21-1-1543) et 94 (5-4-1551).

30 Spont, Semblançay, p. 194 note 2. En mai 1512, il avait déjà offert douze « hacquebutes » : ibid., p. 105.

31 A.C. Nantes, CC 335, non folioté.

32 « Mémoire [anonyme] sur le logis abbatial de Saint-Ouen », Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. XI, 1897-1899, p. 391 et 393. La devise de Thomas, « S’il vient à point », figure sur le château de Caen et correspond sans cloute à son implication dans les travaux réalisés en 1513.

33 Chevalier, Tours, p. 530.

34 Hautecœur, Architecture, t. I, vol. I p. 158.

35 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 87-88.

36 Bonnet Saint-Georges et al., De l’Orme lyonnais, p. 41.

37 R.D.B.V.P., t. II p. 396 et t. III p. 2.

38 Chevalier, Tours, p. 458 note 115 ; Versoris, Livre de Raison, p. 192 (fin du paragraphe 331) ; Gabriel Braun, « Le mariage de Renée de France avec Hercule d’Este : une inutile mésalliance », Histoire, Économie, Société, 1988, n° 2, p. 154 ; Callet, Savoisy, p. 10.

39 Barrillon, Journal, t. I p. 163 ; Du Bellay, Mémoires, t. II p. 80.

40 Voir l’exemple de Gaspard de Saillans, ancien trésorier des salpêtres et gendre de Claude de Bourges, dont le domicile, à Valence, est utilisé en 1564 lors du passage de Charles IX et de sa Cour, et en 1567-1568 pour héberger Cujas : Saillans, Premier livre, p. 91 et A.C. Valence BB 7 (28-6-1568) et 8 (3-9-1567).

41 Une même attitude à Londres chez William Cecil, avec un litige en 1561 : Frank F. Foster, The Politics of Stability. A Portrait of the Rulers in Elizabethan London, Londres, 1977, p. 149.

42 R.D.B.V.P., t. II p. 55, 69 et 222 ; A.N. J 958 n° 37. En 1515, Jehan Ruzé fait « maçonner et asseoir » dans sa maison de la rue Neufve Saint Merry une fontaine de marbre, peut-être importée d’Italie. Est-elle aussi approvisionnée en eau courante ? A.N. M.C. XIX 42 (14-3-1515).

43 B.N. Cab. d’H. 224 (5812) f° 10 v° ; A.N. M.C. VIII 174 (29-5-1534).

44 Girard, père de Philippe, est cité comme écuyer en 1496 et 1497 : Béchu et al., Minutes du XVe, n° 2778 et 3721.

45 Michaud, Chancellerie, p. 107-111.

46 Bluche et Durye, Anoblissement par charges, t. 24, p. 25-30. Un certain nombre de greffes détenus par des membres du groupe dans ces diverses instances ainsi que dans des parlements sont également anoblissants. Mais on constate que, dans tous les cas connus (B. Serre, Th. Bohier, J. I Duval, P. Gontier, A. Pétremol), ils sont détenus par des hommes déjà secrétaires du roi, qui n’ont donc pas besoin d’exciper de leur qualité de greffier pour établir leur noblesse par charge.

47 Noblesse de service comme « échevin » pour Aimé Bullioud : B.N. P.O. 556 (Bullioud) f° 18 ; Ribault, Origines des Lallemant, p. 64-65. Sur la noblesse de cloche, Bloch, Anoblissement, p. 102-123 et Bluche et Durye, Anoblissement par charges, t. 23, p. 23-38. Elle est également possible pour les de Bourges et Martin de Troyes à Lyon, pour Jehan Testu et Jehan Foumier à Tours, pour Guillaume de Moraines à Poitiers.

48 Chevalier, Tours, p. 486 et 498.

49 Voir Bloch, Anoblissement, p. 157 et 172. Cette voie est également suivie par Philibert Tissart, bénéficiaire d’une lettre en 1516 : ibid., p. 157. En 1545, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues cherche à se procurer une copie des lettres d’anoblissement de Jehan Briçonnet l’aîné, son bisaïeul : A.N. M.C. LXXXVI 91 (I.A.D. Anne Briçonnet, 21-5-1545), papiers, n° 21.

50 En incluant dans ce total la noblesse acquise par le passage dans une Chambre des comptes postérieurement à l’exercice du grand office de finance (J. François, E. Noblet, F. Barguyn, B. Serre).

51 En prennant soin, évidemment, de se baser avant tout sur les minutes notariales, et non sur les très inflationnistes dossiers généalogiques du cabinet des Titres.

52 Pour une étude détaillée, à l’échelle provinciale, voir Kerhervé, État breton, p. 720-741, qui conclut à une proportion de 50 % de nobles parmi les officiers du duché Montfort. Ce chiffre me paraît être moins élevé pour l’ensemble du royaume dans la première moitié du 16e siècle.

53 L’échantillon est constitué de 246 officiers dont le nom commence par C, G ou P. L’essentiel de la documentation provenant des notaires parisiens ou des cours du contentieux financier de la capitale, il s’agit surtout du personnel du tiers nord-est du royaume.

54 Sur la contestation tardive, en 1669, de la noblesse de service des Dudéré, voir Bloch, Anoblissement, p. 85-86.

55 Chevalier, Tours, p. 467.

56 Spont, Semblançay, p. 63 note 4 et p. 120 note 4.

57 B.N. Dossiers Bleus 546 (Prunier) f° 19.

58 Quilliet, Officiers, p. 899.

59 Antoine, Institutions en Italie, p. 773.

60 Valbelle, Histoire journalière, t. I p. 100. L’annonce du décès de Guillaume de Beaune, comme celle de Tournon d’ailleurs, est en fait une fausse nouvelle.

61 A.N. U 446 f° 189v° ; B.N. Dossiers Bleus 257 (Estourmel) f° 2. Il faut cependant utiliser les renseignements généalogiques avec prudence. Pour Jehan de la Croix par exemple, frère de Geoffroy et seigneur de Montferrier, mort en 1534, deux extraits des Dossiers Bleus sont pour le moins contradictoires : pour l’un, il est chevalier de Malte, pour l’autre, grenetier à Lunel : B.N. Dossiers Bleus, 224 (La Croix) f° 2 et 19.

62 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 267 ; Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, École Française de Rome, t. XVI, 1896, p. 439 note 1.

63 Voir les remarques de Richet, Réforme et révolution, p. 145-146.

64 Le texte est reproduit dans le compte-rendu du livre de Le Roux de Lincy sur Grolier que Léopold Delisle rédige dans la B.E.C. 1866, p. 616-617.

65 Guiffrey (éd), Cronique, p. 59 et Bouchart, Cronicques, f° 258v°. En fait, il s’agit du même texte, probablement recopié dans les deux cas sur un occasionnel contemporain des faits.

66 Spont, Semblançay, p. 1.

67 B.N. Carrés d’Hozier 347 (Hurault) p. 181. Voir aussi Chevalier, Tours, p. 461 note 124. Suivant une autre tradition, les Hurault descendraient de Jean, chevalier sous Philippe le Bel : B.N. D.B. 364 (Hurault) f° 1.

68 B.N. D. B. 661 (Veau) f° 3.

69 Voir les réflexions de Roberto Bizzocchi, « La culture généalogique dans l’Italie du seizième siècle », A.E.S.C., 46e année, 1991, n° 4, p. 789-805 et spécialement p. 798-800. Il est vrai que les analyses de Bizzocchi portent sur les familles princières et aristocratiques de la péninsule. La transposition de son propos demande donc à être étudiée de plus près.

70 Allard, Dictionnaire, t. I p. 313 ; B.N. D.B. 364 (Hurault) f° 1. Cette version, qui fait d’ailleurs l’impasse sur la « restitution » de noblesse de 1482 est reprise à son compte par le chancelier de Chevemy dans ses Mémoires, p. 26.

71 B.N. D.B. 349 (Harrouys) f° 2. Il est vrai que les origines espagnoles pouvaient être doublement mal portées, en raison de l’antagonisme devenu récurrent avec la France, et du soupçon de judéité pesant sur les individus originaires de la péninsule. Jean François de Cardonne, roussillonais passé au service de la France sous Louis XI, ancien général des finances de Bretagne et président de la Chambre des comptes du duché est, d’après une relation anonyme, soupçonné à la fin de sa vie d’être marrane : « Nouvelles des affaires de France (1521) », B.E.C., t. XX, 1859, p. 371-372.

72 Particule présente dès A.N. M.C. CXXII 1025 (4-4-1529), XIX 76 (10-9-1535) puis en XIX 88 (19-2-1545) ; particule toujours absente en VIII 60 (28-6-1540), CXXII 33 (15-6-1541) ou VIII 65 (24-10-1544).

73 A.N. X3a 36 (23-1-1529) ; M.C. VIII 282 (5-5-1536).

74 B.N. P.O. 2655 (Savoie) n° 44 et 56.

75 Sur cette notion de mimétisme, et son fonctionnement au 15e siècle : Maurel (Christian), « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au xve siècle : autour de l’ascension sociale des Forbin », A.E.S.C., 41e année, n° 3, mai-juin 1986, p. 671 ; Biget, Cœur, p. 13.

76 Situé au nord-est de la forêt de Ferrières, entre Jossigny et Villeneuve-Saint-Denis. A.N. M.C. XIX 167 (21-12-1545) et 177 (5-3-1549). Un autre exemple, plus tardif, dans Dessert, Fouquet, p. 18-20 et 154.

77 A.N. M.C. I.A.D. Bohier, n° 983 et 990 ; Charbonnier, Auvergne, p. 705-706.

78 Chevalier, Tours, p. 502-503 ; Storelli, Châteaux, p. 11.

79 A.N. J 958 n° 10 et 37. Même modèle à Bois-Espinart chez Jehan Ruzé : ibid., n° 15, ou au fief du Perreau en Berry pour les Lallemant : Gauchery, Livre d’Heures Lallemant, p. 357.

80 B.N. Dupuy 273 f° 277v°.

81 Babelon, Châteaux, p. 84.

82 C.A.F., t. I n° 925 et 1038, t. V n° 17042 et 17052 ; Mirot, Hommages, t. I n° 1249. La mention de l’échange du 12-4-1516 figure dans 1T.A.D. de Katherine Hurault : A.N. M.C. LIV 53 (20-8-1537).

83 Storelli, Châteaux, p. 11 ; C.A.F., t. II n° 6420, t. III n° 9767 et 10403, t. VIII n° 29671 ; Lebeuf, Paris, t. I p. 581.

84 C.A.F., t. VII n° 26318 ; Sarazin, Hallincourt, p. 41 ; C.A.H., t. I, n° 1140.

85 B.N. P.O. 2891 (de Troyes) n° 18 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 5130.

86 A.N. M.C. III 19 (9-11-1539), VIII 60 (28-11-1540), XIX 156 (27-1-1541) et LIV 17 (18-4-1541). Cette localisation rurale ne semble cependant pas correspondre à la détention sur place d’une terre, même si Juge possède des biens à proximité immédiate, à Meudon, Sèvres et Chaville.

87 A.N. M.C. VIII 71 (30-4-1544) et 181 (6-3-1542) ; XLIX 67 (10-2-1542), 70 (7-7-1543) et 74 (27-4-1545).

88 B.N. Carrés d’H. 382 p. 341.

89 Hervier, Legendre, p. 67-79.

90 B.N. D.B. 213 (Cottereau) f 21 ; Carrés d’H. 50 (Babou) p. 40.

91 Sur les aspects religieux, voir les développements de Hamon, Entre salut et statut, passim.

92 O.R.F., t. VII p. 116 ; C.A.F., t. VII n° 24073.

93 Spont, Semblançay, p. 79 note 5.

94 Ibid., p. 63 note 4 et Spont, Documents, p. 354 : l’âge de Semblançay est d’ailleurs connu « par le temps et datte de sa tonsure » ; Henri Bohier est condamné en 1530 « sans avoir regard à la cléricature » : B.N. fr 17527 f° 187v°.

95 Arbaumont, Armoriai, p. 27 ; Gallia christiana, t. IV, 1728, col.495. Il serait également chantre de la Sainte Chapelle de Dijon.

96 B.N. Carrés d’Hozier 347 (Hurault) p. 224.

97 Cheverny, Mémoires, p. 29.

98 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 62. Jehan Babou, fils et frère de trésorier de France, clerc du diocèse de Tours, épouse ensuite Françoise Robertet. Il lui faut, par ailleurs, une dispense pour consanguinité : B.N. Carrés d Hozier 50 (Babou) p. 38 ; Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 510.

99 Avec un cas particulier, qui concerne les seuls éléments féminins : les dames chanoinesses de Nivelle, chez lesquelles la famille Estourmel place quatre de ses filles.

100 B.N. Dupuy 736 f° 154.

101 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 428.

102 Ces derniers, qui représentent un profil et un itinéraire totalement atypiques, ne seront pas comptabilisés ensuite dans le nombre total de prélats.

103 Spont, Semblançay, p. 78-79.

104 Edelstein, Social origins, passim. Une reprise s’amorce ensuite : pour 13 % de fils d’officiers en 1516, 15 % entre 1560 et 1588, 27 % entre 1589 et 1610 : Michel Péronnet, Les èvêques de l’Ancienne France, Atelier des thèses de Lille III, Lille, 1977, p. 1440 et 1443.

105 Guiffrey (éd), Cronique, p. 59-60. Ainsi l’établissement de Martin à Tours coûte-t-il 2 500 florins en cour de Rome : Spont, Semblançay, p. 167.

106 A.N. J 966, 18/2 (13-5-1538).

107 Ce prieuré restera dans la famille : Renaud de Beaune, fils de Guillaume, en est prieur commendataire en 1550 : A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (10-8-1550).

108 Bibliothèque de l’Institut, Fonds Godefroy 284 f° 7 et 9 [2 et 10-3-(1524 ?)]. Spont, Semblançay, p. 236 note 1 reproduit une des deux lettres, qu’il date de 1527, tout comme une troisième, du 23 février, reproduite p. 246 note 1. En raison de leur ton, de 1 absence d’allusion à l’emprisonnement de Semblançay et de l’évocation d’une récente échéance financière, située en janvier 1524, dans la lettre non retranscrite par Spont, il me semble lqgique de retenir une datation antérieure.

109 Ce qui est loin d’être sans conséquence, puisque certains ont été marchands et officiers (pères d’Anthoine de Ceriers, de Jehan I Duval, de Charles de Pierrevive…). A leur génération aussi un passage progressif de la marchandise à l’office peut se produire. Le cas le plus caricatural de distorsion est probablement celui d’Aus-tremoine Bohier, père de Thomas et d’Henri. A l’extrême fin de sa vie, ce marchand, grâce à ses fils qui entament de brillantes carrières, est anobli et se fait attribuer in extremis un office de maître d’hôtel du roi : A.N. M.C. I.A.D. Bohier, papiers, n° 635 et 1227.

110 Notons qu’on peut d’ailleurs rattacher à ce monde financier les deux pères indiqués dans le tableau comme « fermiers/financiers ». Le premier est Laurent Babou, clerc des finances du roi en 1498 : B.N. Carrés d’H. 50 p. 30. Il était auparavant mentionné comme notaire en 1486, marchand en 1488 et bourgeois en 1493 : ibid., p. 26-28. C’est un bon exemple de difficulté de classement… La dernière fonction mentionnée a été retenue pour le tableau. L’autre père est Jehan Parajau, qui participe, aux côtés de Jehan de L’Espinay, à plusieurs fermes en Bretagne : Kerhervé, État breton, p. 158 note 218 et p. 650 note 81 ; Le Page, Finances bretonnes, p. 406.

111 L’importance du nombre des pères inconnus tient à une convergence de facteurs parmi lesquels les limites de mes dépouillements, en particulier pour le sud de la France et pour les étrangers et la grande médiocrité de certains dossiers généalogiques du cabinet des titres de la B.N. Cette médiocrité peut s’expliquer soit par l’extinction ou le déclin social ultérieur de certaines familles, soit par le désir de dissimuler des origines jugées peu valorisantes, comme c’est sans doute le cas pour Jehan Laguette par exemple. Il est d’ailleurs révélateur, pour la génération paternelle des La Croix, de noter que Guillaume n’apparaît dans les Pièces Originales qu’à partir du moment où ce marchand montpelliérain accède à un office important à la fin du règne de Louis XI : B.N. P.O. 937 (Croix) n° 10, 13 et sq. Sur lui, voir Chevalier, Tours, p. 292.

112 Ce qui correspondrait à l’estimation retenue dans Chevalier, Bonnes villes, p. 145 pour les officiers de justice après 1500 : parmi eux « un sur deux ne fait que profiter de la position de son père ».

113 Elle se répand, on le sait, sur l’ensemble du 16e siècle, pour de nombreuses charges. Michaud, Chancellerie, p. 167 note qu’un quart des offices de secrétaires du roi circulent par transmission héréditaire.

114 Voir aussi les remarques de Chevalier, Tours, p. 432-433.

115 Son grand-père Jehan Bullioud est notaire royal, son arrière-grand-père Hugonin Clavel est clerc de notaire : Fédou, Hommes de loi lyonnais, p. 175 ; Bonnet Saint-Georges et al., De L’Orme lyonnais, p. 43.

116 Pour Babou, cf supra, note 110. Chez les Dudéré, si le père et le grand-père de Jehan sont procureurs à la Chambre des comptes, les autres membres connus de la famille (oncles ou cousins) sont généralement marchands à Paris, Reims ou Sens.

117 B.N. P.O. 2392 (Prudhomme) n° 48.

118 Des officiers de finances ou des commis qui reçoivent au milieu des années vingt l’avant-nom « noble homme » à Paris, sont appelés « sire » à Tours : voir par exemple pour le receveur général de Normandie Carré et le (défunt) receveur de Poitou Guillaume de Beaune, A.D. Indre-et-Loire, 3E1 28 (19-9-1525).

119 Ainsi de Lambert Meigret, adoubé chevalier post mortem par A.N. M.C. VIII 285 (20-11-1538).

120 Autre exemple de la même réalité : deux actes du 7-4-1500, dans la même étude, désignent Pierre Legendre, l’un comme « honorable homme » et l’autre comme « noble homme » : A.N. M.C. VIII, 7.

121 A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543). Il est vrai que son père était déjà parfois appelé « monseigneur messire Thomas Bohier, Chevalier » : Deville, Gaillon, p. 251.

122 Le généralat est propice à des désignations particulièrement solennelles, incluant la mention chevaleresque, comme en témoigne la note précédente ou l’exemple de « Monseigneur messire Raoul Hurault, Chevalier » : B.N. P.O. 2655 (Savoie) n° 36 (7-1-1520).

123 A.N. M.C. XIX 54, passim. Pour un « raté » plus tardif encore, il faut se tourner vers une autre étude, et une période où Morelet ne réside pas en France. Le 21 juillet 1526 Martin Lombart se présente comme procureur et fermier de noble homme et sage maître Morelet de Museau : A.N. M.C. CXXII 1040.

124 A.N. M.C. VIII 68 f° 109 (10-7-1540).

125 A.N. M.C. CXXII, 9 (12-3-1522).

126 Sur ce point voir les remarques de Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 146.

127 Rien dans les documents généalogiques ne permet de le rattacher aux Le Charron de Lyon qui sont très en vue au début du 16e siècle. Il appartient donc selon toute apparence à une famille totalement distincte.

128 A.N. M.C. XIX 65 (22-1-1532) ; B.N. fr 25721 n° 432 (15-5-1535) ; A.D. Loire-Atlantique B 52 f° 200 (10-5-1540).

129 A.N. M.C. CXXII 1053 (6-1-1539).

130 B.N. fr 14368 f° 191.

131 B.N. fr 4525 f° 114 et 114v° ; fr 14368 f° 151v° ; A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522) et LIV 6 (21-2-1532), papiers, n° 689.

132 A.N. M.C. III 23 (13-6-1541). Il s’agit de l’abbaye augustine de Notre-Dame d’Yverneau à Lézigny-en-Brie.

133 Autre exemple fourni par Quilliet, Officiers, p. 696 : Sébastien de Ribeyrolles, général des Monnaies sous Henri II et fils d’un marchand laboureur de Cloyes. En France et aux Pays-Bas le 15e et la première moitié du 16e siècle correspondent également à une période où l’ascension de personnes d’extraction modeste, grâce à leurs diplômes, est particulièrement fréquente : Hilde de Ridder-Symoens, « Formation et profession-nalisation » dans Wolgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, 1996, p. 233.

134 Voir pour les Séguier, Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 147 et p. 288. Un cas significatif dé dispersion sociale, sans lien avec la finance, est fourni par une branche des Le Camus en 1547. Parmi les frères et sœurs : un conseiller au Parlement, un chanoine de la collégiale de Saint-Maur, un marchand apothicaire-épicier à Montfort-l’Amaury, la femme d’un marchand-mercier bourgeois de Paris et celle d’un menuisier à Augers-en-Brie : Jurgens, Inventaires, n° 1527.

135 Gouberville, Journal, t. II p. 317.

136 A.N. M.C. CXXII 14 (sans date, juillet 1529) ; Fédou, Hommes de loi, p. 460. Chez les La Croix l’héritier universel est Louis, président de la cour des Aides de Languedoc et non Geoffroy, le trésorier des guerres, qui devra réussir à Paris, loin de sa province d’origine : B.N. P.O. 937 (Croix) p. 50.

137 Voir l’exemple d’André Blondet, trésorier de l’Épargne sous Henri II, « lequel ne fist jamais bien à ses parens » aux dires de Guéraud, Chronique, n° 199.

138 Pour ce dernier, voir Chevalier, Tours, p. 159 note 206.

139 O.R.F., t. VI p. 246 (8-6-1532).

140 Chéruel, Ormesson, p. VI.

141 Voir pour le 17e siècle les remarques de Dessert, Argent, p. 132.

142 Favier, Marigny, p. 219 note 1. Ce qui n’empêche pas certains des Marigny de traverser des périodes difficiles, comme les enfants d’Enguerran après la confiscation des biens de leur père : ibid., p. 218-219.

143 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 224, 235 et 276 ; C.A.F., t. VII n° 28571.

144 Avec cependant, à la génération suivante, une occultation de Semblançay : le chancelier de Cheverny, dans ses Mémoires, p. 28, explique les consignes testamentaires de son père par « la crainte qu’il avoit que ses biens fussent trop divisez et partagez » et par le besoin de payer les dettes.

145 C.A.F., t. III n° 8764 (30-1-1537).

146 Voir chapitre trois, p. 201-202.

147 Pour les héritiers de Semblançay : Spont, Semblançay, p. 271-273.

148 C.A.F., t. IV n° 12756 et t. VIII n° 33098 ; Michaud, Chancellerie, p. 132 note 7 et p. 152 note 3 ; L. et S., t. I notice 37.

149 Cependant un Gilbert Bayard, qui est presque à coup sûr un fils du second lit du secrétaire des finances mort en 1548, est contrôleur extraordinaire des guerres en 1550 : A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (16-7-1550). Mais c’est un office subalterne par rapport au contrôle général.

150 B.N. Dossiers Bleus 64 (Bayard) f° 24.

151 Hamon, Argent du roi, p. 391-396.

152 Auton, Chroniques, t. III p. 337 ; Spont, Semblançay, p. 89 note 3 ; Chevalier, Tours, p. 491.

153 Sur les Olivier à cette époque : A.N. M.C. CXXII 1046 (10-11-1533) et 24 (18-11-1537).

154 A.N. X3a 36 (8-2-1529) ; Z1a 64 (28-3-1539) ; M.C. III 5 (19-6-1531) ; VIII 174 (3-7-1534) ; XIX 266 (I.A.D. Séguier, 11-5-1536, papiers, cotes s et u) ; CXXII 1046 (20-12-1533) ; CXXII 1059 (10-11-1540) ; CXXII 1090 (17-2-1541).

155 A.N. M.C. CXXII 24 (18-11-1537) ; XLIX 65 (21-11-1539) et III 23 (25-5-1541).

156 A.N. M.C. XIX 91 (21 et 23-7-1546).

157 Grou, Nouveaux documents, p. 93.

158 Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 152.

159 Contrat de mariage le 2-6-1542 ; A.N. M.C. XLIX 68. Sur le mari, Nicolas Le Comte, voir la notice de Etchechoury, Maîtres des requêtes, p. 246 n° 93.

160 Picot, Doctorats de Ferrare, p. 147.

161 A.N. M.C. LXVIII 55 (26-5-1555).

162 A.N. P.O. 1912 dossier 44088 n° 37. Il ne s’agit pas en fait d’une véritable pièce originale mais d’une simple note d’un généalogiste.

163 Voir le cas des descendants du receveur général Jehan Ruzé dans Philippe Hamon et Jean Jacquart, Archives de la France, tome 3 : le xvie siècle, Paris, 1997, p. 213. Les La Colombière s’éteignent à la fin du 16e siècle, tout comme les Robertet. Les Spifame attendront 1642, et les Bayard, 1677.

164 Jourda P. (éd), Conteurs français, p. 513-514.

165 Liste des grands officiers sélectionnés : Philibert Babou, Guillaume de Beaune, Jaques Bernard, Thomas Bohier, Julien Bonacorsi, Anthoine Bullioud, Jaques Charmolue, Jehan Cottereau, Jehan d’Estourmel, Jehan Godet, Palamède Gontier, Jehan Grolier, Raoul Hurault, Geoffroy de la Croix, Jehan Lallemant le jeune, Clérambault Leclerc, Jehan de l’Espinay, Hugues Malras, Morelet de Museau, Estienne Noblet, Anthoine Pétremol, Charles de Pierrevive, Jehan de Poncher, Loys de Poncher, Loys Preudhomme, Artus Prunier, Jehan Ruzé, Jehan Sapin, Pierre Secondat, Gaillard Spifame.

166 Voir chapitre cinq, p. 322.

167 Jaques Le Coincte, maître es arts, étudiant en théologie à Paris : A.N. M.C. XIX 149 (16-10-1537).

168 A.N. M.C. XIX 160 (10-2-1542) ; Picot, Doctorats de Ferrare, p. 147 et p. 153 ; Cheverny, Mémoires, p. 28-29.

169 B.N. Carrés d’H. 347 p. 267 ; Cab. d’H. 224 (5812) f 9-10.

170 Bourquin, Noblesse seconde, p. 125-126 et 145.

171 Bergin, Richelieu, p. 140.

172 Sur le couple, voir la longue préface de Franco Giacone (éd.) dans Jean Tagaut, Odes à Pasithée, Genève, Droz, 1995.

173 On repère des protestants, de façon durable ou temporaire, chez les La Croix, les Estourmel, les Secondat, les Brachet, les Breton, les Bayard, les Malras, les Spifame…

174 C.A.F., t. II n° 5978 (23-6-1533) ; Coyecque, Recueil, t. II n° 4009.

175 Isabeau Spifame et Louis de la Ballue au château d’Armes dès 1543 et Jacques Hurault à Vibraye en 1550-1552 : Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 1086 et 4844 et A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (20-10-1550) ; Denis Hurault à Huriel (près de Montluçon) en 1547 : B.N. Carrés d’H. 347 p. 231 ; Jehan Bayard à Vaussac (duché de Montpensier) la même année : P.O. 234 (Bayard) n° 55. Pierre Molan à Saint-Ouen-des-Bois en Touraine en 1597 : P.O. 1979 (Molan) n° 2. François Abot, beau-frère d’Anthoine Bohier de la Chesnaye réside à La Mesterye (paroisse de Vernou-l’Archevêque) et Claude Brachet, son neveu, au château de Paluau-sur-Indre (paroisse d’Onzay), tous deux en Touraine : A.D. Indre-et-Loire E 279 (15-11-1561).

176 Anselme, Histoire généalogique, t. VIII p. 817 commet une erreur en l’appelant Marie : A.N. M.C. CXXII 15 (26-12-1529).

177 Pierre de l’Estoile, Journal pour le règne de Henri III, éd. par Louis-Raymond Lefèvre, Paris, 1943, p. 129-130.

178 A.N. M.C. XIX 111 (novembre 1533, I.A.D. Meigret).

179 Spont, Semblançay, encart entre les p. 260-261 [9-8-( 1527)].

180 B.N. fr 2963 f° 183 [2-9-(1521)].

181 Les observateurs extérieurs sont évidemment plus critiques. Voir par exemple une remarque de Caillaud au chancelier : « Tous les officiers du Roy ne sont pas pour son prouffict » : B.N. Dupuy 623 f° 39.

182 B.N. N.A.F. 895 f° 25.

183 A.N. J 958 n° 11.

184 A.N. J 968, 3/1 et 15/31. Les deux documents datent de 1536-1537.

185 Voir deux exemples dès le 15e siècle dans Bernard Chevalier, « Aux origines de la ferme. Les villes et le monopole d’approvisionnement des greniers à sel (fin xive – milieu xvie siècle) », dans Jean-Claude Hocquet (éd), Le roi, le marchand et le sel, Lille, 1987, p. 138 et 146 note 26.

186 Cellini, Vie, t. II p. 22-23. Voir un cas précoce (première moitié du 14e siècle) avec l’épisode de l’opposition des officiers de finance du comte de Flandre qui refusent d’approuver les dépenses somptuaires de Louis de Nevers et menacent même de démissionner s’il ne modifie pas son comportement : W. Prevenier, « Officiais in Town and Countryside in the Low Countries. Social and Professionnal Developments from the Fourteenth to the Sixteenth Centuries », Acta Historiae Neerlandiae, n° 7, p. 10-11. Ces anecdotes, récurrentes, mériteraient une étude d’ensemble.

187 Voir supra, p. 182 et 187.

188 A.N. J 967, 49bis/1 ; B.N. fr 3873 f° 48.

189 A.N. J 965, 8/11 et J 967, 19/3.

190 Voir à ce sujet Chéruel, Ormesson, p. VI.

191 Cheverny, Mémoires, p. 26 et 28. Anthoine Le Maçon rappelle également que le service des affaires du roi est un « honneur » : Épitre, p. 5.

192 B.N. fr 2976 f° 86 [4-7-(1530 sd)].

193 Voir par exemple A.N. J 965, 8/9 [1-4-(1537)], sous la plume de Montmorency, ou M.C. VIII 158 (3-9-1537) et CXXII 22 (17-1-1537), dans deux études différentes.

194 Cellini, Vie, t. II p. 41 ; B.N. Dossiers Bleus 69 (Bayard), f° 8.

195 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 69. Ce dernier cas est cependant un peu particulier car, formellement, Grolier reste le titulaire légitime, même s’il n’exerce plus depuis la perte du duché en 1521.

196 Marot, Œuvres, t. II p. 226 (il s’agit du Cimetière X).

197 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555).

198 Voir, à titre d’exemple, le don de 3 000 écus à Charles de Pierrevive, le 6-11-1547, pour services rendus envers François Ier : C.A.H., t. I n° 1415.

199 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 439.

200 C.A.H., t. II n° 3017 (31-5-1548).

201 Michaud, Chancellerie, p. 108 note 1. Le 20 juillet suivant, Cottereau les fait enregistrer aux requêtes du Palais : A.N. X3a 36, à la date.

202 A.N. J 965, 9/33 [22-7-(1537)].

203 C.A.F., t. II n° 4050 (mai 1531). À cette date les titulaires sont Anthoine Grolier (oncle de Jehan et élu de Lyon), Guillaume, Barjot (trésorier de Beaujolais) et Fleury Geoffroy (qui devient l’année suivante commis aux paiements de l’Écurie des fils de France).

204 A.N. Z1a 59 f° 531 (1-7-1534).

205 Texte dans O.R.F., t. II p. 587. Pour des justifications plus détaillées d’exemptions financières, voir pour le Parlement de Paris : Autrand, Parlement, p. 240-241. Sont avancés la grandeur du service royal et de a chose publique, le fait de consacrer tout son temps au roi etc.

206 A.N. M.C. CXXII 1058 (23-7-1540).

207 Il est vrai que cette dernière est peut-être fragilisée par une ordonnance de 1534 qui révoque les exemptions : Doucet, Institutions, t. II p. 612.

208 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cotes 292-293, 352-353, 1051 et 1492.

209 Voir par exemple dans la même paroisse tourangelle de Saint-Saturnin les justifications apportées en 1537 par Laurent Le Blanc pour ne pas payer la taille : il est noble d’une part, mais aussi, ce qui nous retient ici, secrétaire du roi et valet de chambre ordinaire de la reine : A.D. Indre-et-Loire, 3E1 54 (3-10-1537). Il ne fait en revanche pas référence à un office financier qu’il exerce, celui de comptable de Bordeaux.

210 Les traités de pratique financière mettent bien en évidence leur dimension collégiale : Jacqueton, Documents, p. 199, 201 et 226-227.

211 Ainsi les généraux des finances, dans les processions parisiennes, marchent-ils immédiatement derrière le président de la cour des Aides : Spont, Semblançay, p. 28 et 117 note 4.

212 Voir les remarques d’Antoine, Administration centrale, p. 511-513.

213 Du Lys, Traicté sommaire, p. 5-6.

214 Quilliet, Officiers, p. 354-355.

215 Voir Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, 1974, p. 340-341.

216 Quilliet, Officiers, p. 465. Jehan Laguette, qui occupe une fonction unique (celle de trésorier des finances extraordinaires et parties casuelles) est mentionne dans la fondation d’un obit à Valognes comme « trésorier général des finances » : Gouberville, Journal, t. I, p. 219 note 1. N’est-ce pas pour le rattacher implicitement au seul corps de grands officiers de finance répandu dans tout le royaume ?

217 Descimon, Corps de ville, p. 116.

218 À titre d’exemple : à Montpellier, en 1544, le receveur général des finances François Chefdebien se fait confirmer le droit d’assister aux procès à la cour des Aides locales, et d’y opiner « tout ainsy que les généraulx estant du corps de lad. court » : A.D. Hérault B 14 f° 101. Sur la position des généraux, voir Spont, Semblançay, p. 28 note 1.

219 Sur la confrérie des secrétaires du roi, voir Michaud, Chancellerie, p. 92.

220 C.A.F., t. IV n° 12796 (octobre 1542) et n° 13258 (8-8-1543).

221 Significatif est sans doute ici la diffusion de Léonor/Léonore, après le remariage de François Ier avec Éléonore de Habsbourg. Ce prénom est porté par une fille de Claude Robertet, une fille de Jehan Breton, et un fils de Philibert Babou.

222 Voir sur ce problème Autrand, Parlement, et en particulier p. 131, 133 et 140.

223 Voir, au sujet des affaires Laydet et Gentil, directement liées aux problèmes financiers, les propos de Doucet, Parlement 1525-1527, p. 240 note 1, en particulier sa remarque : « Le Parlement n’aimait pas donner de publicité aux événements où quelqu’un des siens était compromis, et toute la procédure a disparu ». Plus globalement, c’est la question du temps consacré par un corps à se défendre et à défendre ses intérêts qui est ici posée. On ne trouve que peu de chose chez les gens de finance sur ce plan.

224 Jacqueton, Documents, p. 278 note 1 et p. XXI note 1.

225 A.N. Z1a 57 f° 233 (4-5-1532).

226 Quatre séries utilisées : B.N. fr 5501 f° 368 (1512) et Dupuy 645 f° 199 (1527) ; A.N. KK 352 f° 35 (1528) et J 960/1 f° 9 (1531).

227 Dans le second cas, certains versements effectifs sont plus élevés. Mais cela se fait par ajout successif de tranches de 2 000 lt, et sans logique de corps : on trouve ainsi un général (Preudhomme), un receveur général (Carré) et un trésorier de France (Neufville) à 4 000 lt et un autre trésorier de France (Babou) à 8 000 lt. C’est apparemment l’initiative individuelle qui prévaut alors.

228 Jouanna, Ordre social, p. 8 et 36.

229 A.N. J 967, 7/14 [13-2-(1538 sd)].

230 Doucet, Institutions, t. I p. 410 (d’après Loyseau).

231 Chevalier, Bonnes villes, p. 143.

232 Cheverny, Mémoires, p. 28.

233 Tradition reprise par 1 « historien » d’Issoire : Longy, Issoire, p. 65-66. On ignore malheureusement à quand elle remonte.

234 Hamon, Argent du roi, p. 536-542.

235 Spont, Documents, p. 336-337 (article IV).

236 A.N. M.C. VIII 80 f° 703 ; A.D. Isère, B 96.

237 Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 230.

238 Jacques-Auguste De Thou, Histoire Universelle, 1734, t. I, préface, p. XVI-XVII.

239 Voir, à titre d’exemple, les propos de J.P. Camus au sujet de la gestion de l’argent. Il exprime son « mespris et desdain de ce mestier duquel [il a] une extreme aversion, comme Hannibal des Romains, depuis [sa] naissance » : Jean-Pierre Camus, Homélies des États généraux (1614-1615), éd. par Jean Descrains, Paris-Genève, 1970, p. 346.

240 A.N. M.C. VIII 54 (2-10-1516) ; Mirot, Hommages, t. I n° 3392.

241 A.N. M.C. CXXII 1032 (5-3-1518) ; Mirot, Hommages, t. I n° 3440-3441.

242 Voir I.A.D. Legendre, n° 47/1.

243 A.N. M.C. XIX 41 (10-12-1516) ; VIII 43 (1-5-1525), VIII 44 (24-8-1526) et XLIX 66 (2-7-1540).

244 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. I p. 107 ; Gras, Robertet, p. 182.

245 B.N. Dupuy 736 f° 154.

246 Valbelle, Journal, t. I p. 272.

247 A.N. X3a 41 (7-10-1534).

248 Chevalier, Tours, p. 499-505.

249 Jourda, Conteurs français, p. 830-831.

250 A.N. M.C. VIII 179 (1-4-1540) ; A.N. J 966, 26/11 (2-6-1538).

251 Bouchet, Annales, p. 372 ; Tournon, Correspondance, n° 105 ; Matignon, Correspondance, p. 195.

252 Spont, Semblançay, p. 194 note 2 ; Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 204-205 et 257 ; Le Roux de Lincy, Grolier, p. 22.

253 A.N. M.C. XIX 59 (7-12-1526).

254 L’Espinay, Jehan de l’Espinay, p. 132 et 135.

255 A.N. X3a 31 (24-7-1523).

256 A. C. Montpellier, Inventaires, t. VI (Montpellier, 1934), p. 20 et 21.

257 Voir le cas du général de Normandie Thomas Bohier qui reçoit et festoie à Tours, en 1506, la députation rouennaise venue pour l’assemblée des notables qui se tient dans la ville : Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. XI, 1897-1899, p. 393.

258 Spont, Recherche des feux, p. 223 ; A.N. J 966, 27/19.

259 A.N. J 966, 21/3 (2-5-1538). Un commissaire aux emprunts sur le clergé évoque le même phénomène en Bordelais, dans une lettre du 20 mai : ibid., 8/2.

260 A.N. J 966, 7/3. Autre exemple de la fermeté de Bohier avec le dossier du « boutehors » : A.N. J 832, n° 6 (non folioté, au 6-1-1534).

261 A.C. Nantes, CC 109 f° 15v°. Voir le cas de Rennes et des généraux bretons dans Le Page, Finances bretonnes, p. 20.

262 Voir le cas de Semblançay en Languedoc sous Charles VIII et Louis XII : Spont, Semblançay, p. 63 notes 1 et 2.

263 Sur ce thème, voir Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, passim.

264 Germain Brice cité dans Chastel, Hôtel Legendre, p. 164 ; Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 87-88.

265 André Pottier, Les entrées d’Éléonore d’Autriche et du Dauphin dans la ville de Rouen au mois de février 1532, Rouen, 1866, p. XXVII. Le jardin est d’ailleurs figuré en détail dans le Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur.

266 A.N. J 958 n° 37.

267 Voir Babelon, Châteaux, passim.

268 Jean Guillaume, « Chenonceaux avant la construction de la galerie. Le château de Thomas Bohier et sa place dans l’architecture de la Renaissance », Gazette des Beaux-Arts, janvier 1969, p. 19-46.

269 Sarazin, Hallincourt, p. 36-40.

270 Spont, Semblançay, p. 131.

271 Chevalier, Tours, p. 484-485.

272 Sur celles-ci, voir Hamon, Argent du roi, p. 476-480.

273 A.N. M.C. VIII 174 (20-2-1535) et 175 (12-2-1535).

274 B.N. fr 20542 f° 114 et 134 ; A.N. M.C. CXXII 161 (29-2-1548) et LXVIII 14 (18-12-1552).

275 Gauchery, Livre d’heures Lallemant, p. 356.

276 A.N. M.C. XIX 148 (9-3-1537) et 149 (20-8-1537). Du Solier est d’ailleurs le commissaire à la gestion de cette terre, saisie par le roi : XIX 148 (12-1-1537).

277 A.N. Z1a 59 r 474 (10-6-1534). L’hôtel reviendra finalement en don à Montmorency.

278 A.N. J 958 n° 32 (12-4-1537). Pour une enchère de Renzo da Ceri sur d’autres biens de Jehan Carré, à Orléans : B.N. Dupuy 623 f° 89. Da Ceri est particulièrement intéressé au devenir des biens de Carré dans la mesure où ses pensions de 1532 et 1533 (soit 24 000 lt) sont assignées sur les rentrées de la condamnation par la Tour Carrée du receveur général de Normandie : C.A.F., t. II n° 6303.

279 Le « roi des nobles » n’est-il pas d’ailleurs avant tout un roi des aristocrates ? Substitué à Jacques Cœur comme créancier, Charles VII ménage l’aristocratie mais fait décréter par justice les simples nobles : Mollat, Cœur, p. 195 par exemple, sur le sort des du Peschin. Après la condamnation d’un autre officier de finance, Barillet de Xaincoins, c’est aussi à ses proches (Dunois, Jean de Bueil, Guillaume Gouffier) que Charles VII abandonne une partie des biens confisqués : G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, 1889, t. V, p. 91.

280 Biget, Cœur, p. 16.

281 Voir les abus de pouvoirs commis par Antoine du Bourg pour acheter la maison parisienne de Jehan Prévost : A.N. J 966, 13/6.

282 A.N. M.C. XIX 87 (12-7-1544). L’hôtel avait été cédé à Chabot pour obtenir du roi, par son entremise, une composition.

283 Martin-Demézil, Diane de Poitiers, p. 279 ; Le Page, Finances bretonnes, p. 606.

284 Mirot, Hommages, t. II, n° 1064-1065 ; A.N. M.C. XIX 59 (13-11-1526) et XIX 177 (22-1-1549).

285 L. et S., t. I n° 37 et t. II planche LXXXV ; Mirot, Hommages, t. III n° 1742 montre bien qu’il s’agit d’un achat aux La Loere et Robertet, qui sont tous parents de Bayard.

286 A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier) n° 1357 : il s’agit du fief de Bezay, acquis moyennant 906 lt.

287 Croy, Cartulaire, p. 406 ; Babelon, Châteaux, p. 502-504.

288 Mollat, Cœur, p. 201. Il y a d’ailleurs, plus largement, une sorte de relais de fortune de Jacques Cœur vers Guillaume Lallemant qui a été lié à l’argentier et qui essaie de récupérer tout ce qu’il peut à la chute de celui-ci : Collas, Les gens qui comptent, p. 56.

289 Babelon, Châteaux, p. 648-649.

290 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) cotes N, Q, KK et OO. Voir page 255 supra.

291 Mirot, Hommages, t. II n° 1252-1256.

292 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. II p. 26

293 Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. III, p. 39-41, t. II p. 368.

294 Sur les spoliations internes au second ordre, voir par exemple les remarques de Bergin, Richelieu, p. 136.

295 Article anonyme dans le Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, t. XVI, 1908, p. 293-295.

296 Voir au 17e siècle encore, l’exemple de l’insinuation de deux hommes nouveaux dans des seigneuries tourangelles bien connues : à Semblançay, un secrétaire du roi s’intercale entre les La Trémoille et les Luynes ; à la Bourdaisière, c’est Pellissari, trésorier de la marine, qui figure entre les Gouffier et le marquis de Dangeau, qui prépare le chemin, ici encore, aux Luynes : Carré de Busserolle, Dictionnaire, t. I, p. 348 et t. III p. 41.

297 Rappelées par Ariette Jouanna, La France du xvie siècle 1483-1598, Paris, 1996, p. 219-220.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540