Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Seconde partie. Les offices de finance dans la société de la Renaissance

Chapitre V. Les solidarités des officiers de finance

Texte intégral

  • 1 Y compris religieuse, quand l’enrichissement est signe d’élection. Voir les remarques de Gérard Bé (...)

1Le processus d’accumulation saisit l’être dans toutes ses dimensions1. C’est que le capital rassemblé est disponible pour un projet social qui lui est généralement consubstantiel. Cette démarche individuelle, ou du moins jusqu’ici considérée comme telle, a évidemment une dimension familiale, voire collective, indéniable. Ce processus est mis en œuvre par les intéressés dans le cadre de réseaux de relations qui font l’objet de ce chapitre. Il s’agit en effet de dégager des solidarités, terme général, sinon vague, mais qui convient pour l’heure dans la mesure où les phénomènes décrits, s’ils relèvent tous du lien social, sont de nature assez variée. J’ai privilégié sciemment d’une part ceux qui ont à voir avec la détention d’un office de finance (dans la logique de la première partie) et d’autre part ceux qui sont au cœur du processus d’ascension sociale, qu’il aboutisse ou non.

  • 2 Ainsi il aurait été possible, tout problème de documentation mis à part, d’étudier ici les grands (...)

2Deux axes se dégagent alors. Tout d’abord celui des solidarités internes au groupe. Il est clair qu’il y a là un présupposé a priori discutable : le cadre -défini par l’historien lui même – constitué par la détention des grands offices de finance structurerait un (ou plusieurs) réseau(x) et générerait des solidarités effectives. La pertinence de ce choix s’appuie d’abord sur les analyses développées dans la première partie qui font apparaître de nombreuses occasions de relations entre ces hommes. Il doit maintenant être étayé dans le domaine plus large des comportements sociaux. Certes ces solidarités ne sont pas les seules2 ; mais dans la logique de l’ouvrage, et sans perdre de vue le caractère sélectif de la démarche, elles m’apparaissent comme un objet d’étude prioritaire. Même pour ces solidarités internes, il a fallu faire un choix. Si les relations familiales sont incontournables, les autres types de relations ne pouvaient être tous abordés. Et la documentation ne fournit parfois que des données ténues pour étudier certains aspects, comme les relations d’amitié. Le second volet des solidarités qui retient l’attention est tourné en revanche vers l’extérieur : il s’agit des relations des grands officiers avec les « puissants » de la société de la Renaissance. Cette dernière catégorie appellera, en son temps, une mise au point.

3Force est donc de se confronter avec des notions sociologiques « élémentaires » (famille, alliance, clan…) de façon peut-être un peu plus précise qu’ailleurs au cours de cet ouvrage. Le premier intérêt est évidemment de les mettre en perspective pour une époque et un groupe donnés. À cette occasion, il est possible de vérifier la pertinence de certaines affirmations, par exemple sur la solidarité familiale ou, de façon plus ciblée, sur la pénétration du « protestantisme » dans le milieu des officiers. Il convient également d’apporter une contribution, même modeste, aux débats nourris sur les relations de clientèle et de fidélité.

  • 3 Voir sur ce point les remarques, entre autres, de Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », (...)

4Comme toujours, la documentation est très inégale, mais le fait est encore aggravé ici dans la mesure où l’angle d’observation s’élargit des individus aux familles et à leur environnement. Les dossiers généalogiques sont souvent fragmentaires. Les limites de la prosopographie, inhérentes à la fois aux capacités de recherche et à l’état des sources, restreignent souvent l’étendue des échantillons utilisables. D’autant qu’il ne suffit pas de disposer de noms, s’ils ne s’entourent d’un tissu de renseignements un tant soit peu dense. La validité des analyses et des démonstrations repose alors parfois sur quelques approches individuelles. Seuls en effet certains dossiers mieux connus permettent de faire apparaître les pratiques sociales. Encore n’est-il pas toujours aisé de démêler ici ce qui relève de la norme et de l’exception. Les itinéraires biographiques, selon qu’ils semblent modaux ou marginaux, se rattachent en effet à deux formes différentes de représentativité3. Il revient alors au chercheur, fort de sa connaissance du milieu et du temps, mais limité par sa documentation et ses a priori, d’essayer de trancher.

***

I. LES RÉSEAUX INTERNES

5Entre les titulaires des principales charges – mais aussi entre eux et de nombreux officiers de finance subalternes – se nouent toute une série de liens personnels, parallèlement aux nécessités des contacts professionnels. Réalité complexe et dialectique, dans la mesure où l’office peut être à la fois cause et conséquence du renforcement de ces relations.

A. LA PRÉGNANCE DES LIENS FAMILIAUX

1. La densité des liens

  • 4 Sur ce point, voir chapitre un, p. 28.
  • 5 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 3 ; C.A.F., t. I n° 665, 841 et 2061, t. VU n° 23959.
  • 6 Voir des éléments sur l’accord financier avec Emond Brethe, son prédécesseur, dans A.N. M.C. XIX 5 (...)
  • 7 Sur la résignation, voir A.N. M.C. XIX 64 (16 et 20-2-1531) et XIX 72 (9-11-1530, par erreur dans (...)
  • 8 A.N. M.C. XIX 64 (16-2-1531), XIX 151 (28-11-1538).
  • 9 A.N. M.C. XIX 74 (30-6-1534), XIX 90 (2-1-1546) et XIX 112 (30-9-1538). Ce dernier acte correspond (...)

6La transmission familiale des offices est un cas fréquent, particulièrement marqué chez les trésoriers de France4. A un niveau un peu inférieur à ces derniers, la circulation d’un office d’élu en Lyonnais parmi les Grolier est également éloquente. Le 18 mai 1517, Jehan Grolier, trésorier de Milan, reçoit des provisions pour cette charge. Dès le 5 août 1518 il obtient du roi des lettres l’autorisant à résigner à survivance pour Anthoine Grolier son oncle qui, dorénavant, exerce l’office à sa place. En août 1524, Anthoine associe son fils et homonyme à cette survivance. Mais ce fils meurt en 1528 au cours de la campagne napolitaine de Lautrec. Aussi, quelques mois plus tard, un second fils d’Anthoine, François Grolier, est-il associé à la survivance paternelle5. La recette de l’Écurie du roi, qui brasse quelque 50 à 100 000 lt par an, offre aussi un cas d’école, mais moins évident au premier abord dans la mesure où ce sont les femmes qui assurent la solidarité familiale. En une génération se succèdent trois receveurs. Guillaume de Saffray entre en charge en 15226. Il résigne pour Françoys Malevault en 1530-1531. Malevault meurt en 1538 et Jehan Lionne, son ancien commis, le remplace7. Saffray est l’époux de Marguerite Godefroy, fille de Jehan, marchand de drap de soie à Paris ; Malevault épouse Anne Godefroy, sœur de Marguerite. Cette dernière, veuve de Saffray en 1536, s’unit en secondes noces à… Jehan Lionne, l’année même où celui-ci devient receveur, en 15388. Un lien étroit associe donc les Godefroy à la recette de l’Écurie, sans qu’aucun membre de la famille n’occupe directement la charge à cette époque. Et ce n’est pas faute de garçons puisque Marguerite et Anne ont au moins deux frères. Ceux-ci se contentent d’être, comme leur père, marchands et bourgeois de Paris9.

  • 10 Voir Chevalier, Tours, p. 470 et sq.

7Entre les officiers de finance, les liens de famille sont nombreux. Le cas le plus spectaculaire et le mieux connu concerne au début du siècle le groupe constitué par les familles tourangelles alliées à quelques familles originaires du Massif Central, foréziens comme les Robertet ou auvergnats à l’image des Bohier10. Semblançay est directement apparenté à la plupart des généraux du début du règne de François Ier, qu’il s’agisse de Guillaume de Beaune, son fils, de Raoul Hurault, son gendre, de Thomas Bohier son neveu par alliance ou de Jehan de Poncher son petit-neveu. La structure familiale sert ici d’évident support à la collégialité de « Messieurs des finances ».

  • 11 L. et S., t. II, planche LXIII ; B.N. Dossiers Bleus 661 (Veau) f° 3 ; A.N. M.C. VIII 62 (9-6-1542 (...)
  • 12 Laguette devait épouser une fille de Morelet, suivant un accord du 22 mai 1529. Sans doute est-ce (...)
  • 13 L. et S., t. II, planches VI (Aurillot), XVII (de Bidant) et LXXIII (Morelet) ; A.N. M.C. XIX 49 ( (...)

8Beaucoup d’autres réseaux familiaux peuvent être mis en évidence, ce qui souligne que le phénomène est très largement répandu. Le trésorier de France Pierre Legendre a pour neveu son successeur Nicolas de Neufville. La sœur de ce dernier, Jeanne de Neufville, épouse Nicolas Herberay. Celui-ci appartient à la même famille que Marguerite Herberay, femme de Philippe Le Tirant, un personnage titulaire de nombreuses charges financières. Alain Veau pour sa part, receveur général de finances à Paris, un temps commis de Philippe Le Tirant, épouse une autre Jeanne de Neufville et est aussi le frère de Jacques Veau, trésorier des guerres11. D’autres officiers se regroupent autour d’un noyau de vieilles familles parisiennes. Morelet de Museau épouse en première noce Marie, fille de Michel Saligot et de Marguerite de Vaudétar. Quant à Jehan Laguette, il prend pour femme une autre Marie Saligot, nièce de la précédente12. Marguerite de Vaudétar est parente (sans-doute tante) de Perette de Vaudétar, femme de Nicolas Aurillot. Ce dernier, petit-neveu de Jacques Hurault par sa mère, est oncle de Claude et Jehanne de Bidant qui épousent respectivement Pierre d’Apestéguy et Raoul de la Faye (trésorier des archers de la garde française)13.

9À côté des lignages qui comptent de nombreux grands officiers, comme les Bohier avec quatre généraux sur deux générations, se dégage donc ici un modèle qui associe dans une chaine familiale largement extensible plusieurs officiers de haut rang en exercice au cours de la même période. L’intégration de dynasties comme les Bohier dans ces réseaux plus larges est évidemment fréquente. Des familles-relais servent à unir entre eux les divers segments, à l’image des Saligot ou des de Bidant évoqués plus haut. Si les premiers ne comptent pas d’hommes de finance notables, il n’en va pas de même des seconds : Denis de Bidant, général de Languedoïl de 1483 à 1495, est le grand-oncle de Claude et Jehanne. Le problème demeure de l’efficacité sociale de liens qui s’étirent à la fois dans le temps et dans le degré de parenté, et donc risquent de se distendre. Ces réseaux constituent-ils en définitive une réalité sociale ou un simple artefact produit par le chercheur ? L’extension beaucoup plus large alors de la conscience généalogique laisse penser qu’il ne s’agit pas d’une simple construction a posteriori. Et les témoignages ne manquent pas où une parenté lointaine est revendiquée pour justifier une demande, voire fonder une relation.

  • 14 Voir Hamon, Argent du roi, p. 336-340.
  • 15 Chevalier, Tours, p. 281.
  • 16 Voir sur ce point les réflexions de Autrand, Parlement, p. 103, pour un corps beaucoup plus précoc (...)

10En fait, en nouant, autant que la documentation le permet, les fils des trames familiales, on en vient à enserrer dans un unique et gigantesque réseau la majorité des officiers du règne. Des trois groupes évoqués plus haut, il n’est ainsi pas difficile de faire un seul, en partant de Morelet de Museau. Celui-ci se rattache en effet à la sphère tourangelle par son second mariage, en 1512, avec Marie Briçonnet. Et il s’allie aux Legendre-Neufville en faisant dès 1515 de sa fille Denise la première épouse de Nicolas de Neufville. Au début du règne, l’équipe des grands officiers semble fonctionner comme un clan unique qui intègre progressivement, grâce aux alliances, les éléments nouveaux qui obtiennent une charge. A moins que celle-ci ne soit justement la récompense d’une alliance judicieuse. L’hydre du clan tentaculaire renforce sans doute, aux yeux du Conseil du roi, l’impression menaçante que font « Messieurs des finances » dans les années 152014. Mais y a-t-il un clan possible sans chef de clan ? Sur une courte période (1518-1523), pour les affaires financières, ce rôle est sans doute tenu par Semblançay. Le fonctionnement, de type patriarcal, reprendrait alors le modèle mis en place au temps de Jehan de Beaune dans le cadre de la « boutique de l’Argenterie »15 et peut-être appliqué sous Charles VIII par les frères Briçonnet, Guillaume en tête. Il pousse les « inférieurs » ou les « associés » à obéir et à faire fonctionner l’appareil administratif pour d’autres motifs que la seule hiérarchie professionnelle16. Son poids renforce alors sans-doute les solidarités familiales. L’élimination de Semblançay entraîne, malgré la persistance objective des liens, un certain éclatement du réseau constitué, ou du moins une fragilisation, accrue par les poursuites généralisées.

  • 17 Hamon, Argent du roi, p. 391-396. Ce modèle a alors une valeur plus générale : ibid., p. 400 et sq

11L’éclatement était-il souhaité par le pouvoir royal ? Il est difficile de l’affirmer dans la mesure où l’efficacité du système politico-administratif implique de telles solidarités. Mais l’idéal est sans doute pour le roi une certaine rivalité entre plusieurs groupes qui lui permet de jouer pleinement son rôle d’arbitre, comme au temps de l’affaire Besnier-Ruzé17. Ensuite, entre les titulaires de circonscriptions géographiques, la régionalisation entraîne une distension des liens familiaux. Il ne faut cependant pas aller trop vite en besogne. Les mêmes familles dominent toujours en 1547 chez les trésoriers de France ou à l’Épargne, et Jehan Laguette est toujours aux Parties casuelles. A cette date chez les généraux, on note la présence du fils d’Henri Bohier comme de celui de Guillaume Preudhomme. Parmi les receveurs généraux, deux membres de la famille initialement tourangelle des Prunier sont en place : Artus à Grenoble et son beau-frère Martin de Troyes à Lyon. Anthoine de Ceriers, gendre de Gilbert Bayard, est en poste à Issoire. À Paris, Jaques Marcel, par sa femme Philippe Foucault, est allié aux Saligot donc aux Laguette. A Tours, Jehan Fournier est un Burdelot par sa mère et se rattache à ce titre aux élites financières tourangelles des générations précédentes. Ainsi des liens sont-ils encore repérables. Mais ils semblent un peu distendus et laissent à l’écart des provinces entières (Bourgogne, Guyenne, Languedoc…) gagnées par la régionalisation. D’une certaine façon, même lorsque la parenté subsiste, le cœur n’y est plus. Est-ce à cause du déclin politique ? Il ne s’agit plus alors que d’un héritage largement en déshérence ou de liens tissés entre des familles sociologiquement proches. Mais il n’est plus question pour les finances d’une équipe dirigeante soudée par des alliances, du moins à ce niveau de responsabilité.

  • 18 Les 19 sélectionnés sont Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, Gilbert Bayard, Guillaume de Beaune, Ja (...)

12Du moins un fait demeure-t-il largement : un officier de finance est rarement un cas isolé au sein d’une famille. Pour mesurer leur place tout en sortant des cas d’espèces, il convient d’évaluer parmi les pères et beaux-pères, frères et beaux-frères, fils et gendres des membres du corpus le nombre d’hommes de finance. Dix-neuf cas ont été retenus, qui offrent une relative solidité documentaire pour une telle approche, en évitant systématiquement de retenir le père si on a retenu le fils, (ou inversement)18. Malgré cette précaution, il est sûr que le nombre des officiers de finance est un peu surévalué, en raison d’inévitables croisements familiaux. Ainsi Semblançay, père de Guillaume de Beaune, apparaît-il aussi comme beau-père de Raoul Hurault. Mais cette critique appelle deux correctifs : d’une part elle permet de compenser d’éventuelles lacunes documentaires portant sur les carrières, en particulier pour les fils et les gendres. Par ailleurs le croisement vaut aussi, quoique plus rarement, pour les non-officiers : Jehan de Beaune, fils de Guillaume, est aussi gendre de Morelet de Museau. Au total, sur 211 individus ainsi rattachés aux 19 officiers, 70, soit exactement un tiers, exercent à un moment quelconque de leur existence un office de finance, étant entendu que cette désignation est très restrictive puisqu’elle ne comprend pas les charges du contentieux financier (Chambre des comptes, cours des Aides et des Monnaies) mais uniquement les offices de comptables ou d’ordonnateurs. Cette moyenne reflète évidemment de profondes disparités. Dans quelques cas, le taux atteint voire dépasse les 50 % (Bohier de Saint-Cirgues avec cinq sur huit individus, Jehan Brachet et Morelet de Museau avec quatre sur huit). Le record, sur un effectif relativement important est détenu par Artus Prunier avec sept cas sur onze, soit 64 %.

13À l’inverse, quelques officiers apparaissent comme largement, voire totalement isolés au sein de leurs familles : un sur huit autour de Jehan d’Estourmel (son fils Antoine) et aucun autre titulaire pour Anthoine de Lamet et Girard Sayve (avec sept et cinq individus respectivement). Ici se marque la limite du modèle du clan unique évoqué plus haut. L’entrée parmi les grands officiers de finance de ces individus souligne l’insuffisance des explications univoques en mettant en valeur, dans chaque cas, le poids de l’initiative du roi, voire des grands. La carrière financière de Jehan d’Estourmel découle, autant qu’on puisse en juger, de récompenses consécutives à son rôle à Péronne en 1536. Pour Lamet, après de bons et loyaux services, en particulier en Suisse, il s’agit un peu d’une sinécure. Enfin l’arrivée de Girard Sayve à la recette générale de Dijon, dans le cadre du processus de régionalisation des grands offices, doit sans doute beaucoup à Chabot, gouverneur de Bourgogne : les Sayve font en effet partie de la clientèle de l’amiral. Ils sont d’ailleurs solidement implantés à la Chambre des comptes du duché : Girard y siège comme son père avant lui et son fils Claude à sa suite. On retrouve au passage ici, par un autre biais, le poids de la famille…

2. La famille, cadre de référence

  • 19 A.N. M.C. CXXII 1083, I.A.D. Poncher, n° 1049. Robine Legendre n’a pas eu besoin d’aider ses neveu (...)
  • 20 Voir l’exemple des parrains et marraines des enfants d’Anthoine Bullioud, parmi lesquels les paren (...)
  • 21 A.N. M.C. VIII 283 (9-[5]-1536).
  • 22 Gouberville, Journal, t. 2, p. 317.
  • 23 Picot, Français italianisants, t. II p. 155. Raoul est en Italie quand naît son fils le 25 mars 15 (...)
  • 24 Marot, Œuvres, t. 2 p. 226 ; Guéraud, Chronique lyonnaise, n° 199.

14La solidarité familiale est pensée et vécue comme une réalité à la fois fondamentale et quotidienne qui se manifeste à toutes les étapes de l’existence. La documentation ne permet généralement de la saisir que dans des occasions importantes. Ainsi lorsque Katherine Legendre laisse à sa sœur Robine, femme de Loys de Poncher, de l’argent dont Katherine précise, au moment de mourir, qu’il doit servir à « subvenir à ses enfans au colleige »19. Pour assurer l’avenir des enfants, la parenté spirituelle vient épauler la parenté naturelle : mais les deux se recoupent pour une large part et le lien nouveau redouble alors plus qu’il n’élargit le cercle des appuis20. Les membres du lignage qui ont réussi cherchent parfois à faciliter, par leurs relations ou leur contribution financière, le mariage de leurs parents. Nicolas de Neufville, en 1536, prend ainsi une part active aux épousailles de la fille d’une de ses cousines germaines21. La famille se rassemble aussi à l’heure de la mort. Au service qui est célébré à Tourlaville à la mémoire de Jehan Laguette en 1556 se pressent les parents du défunt, qui sont presque tous restés à Cherbourg et aux environs22. Beau symbole également de cette inscription familiale que la visite que le jeune Philippe Hurault, futur chancelier, fait à quinze ans à Capoue sur la tombe de Raoul, son père, qu’il n’a jamais connu23. La bonne entente familiale est proposée en exemple, et Marot vante celle des trois Jehan Lallemant, le père et les deux fils, tous trois receveurs généraux, ainsi que de leurs épouses. A l’inverse, le refus de se conformer au modèle familial en usage surprend désagréablement. Jean Gué-raud relève comme une curiosité peu valorisante, à la mort du trésorier de l’Épargne et contrôleur général des finances André Blondet, que celui-ci, « homme ambitieux et fort haultin », « ne fist jamais bien à ses parents »24.

  • 25 Spont, Semblançay, p. 209-210. Salat est le second époux de la mère de Philibert Babou, proche de (...)
  • 26 Spont, Semblançay, p. 225 note 2.
  • 27 A.D. Hérault, B 14 f° 77v°.
  • 28 A.N. Z1a 66 f° 151 (19-2-1541).

15C’est que le lien familial donne généralement sens aux comportements et possède une dimension idéologique forte que manifeste le souci toujours présent de connaître, de contrôler, voire de manipuler les généalogies pour déterminer qui est ou non membre de la parenté. Le lien familial est fréquemment retenu comme facteur explicatif d’un comportement donné, y compris lorsqu’il s’agit d’alliance et non de parenté charnelle. On soupçonne systématiquement de complicité les parents, comme le rappelle la tentative de récusation de Jehan Salat par Semblançay lorsque se réunit la commission d’examen de ses comptes25. Au cours des débats, Lambert Meigret, qui agit pour Madame, prend soin aussi de frapper de nullité le témoignage de Guillaume Briçonnet, l’évêque de Meaux, car « il est tout notoire qu’il est nepveu charnel dudit de Beaune »26. Lors d’un procès devant la cour des Aides de Montpellier entre le trésorier de Languedoc Jehan Testu et François Gaudette, fils d’un ancien commis, des arguments de même ordre sont avancés. Un général des Aides est récusé par Testu comme cousin germain de Gaudette et deux autres le sont par Gaudette, l’un en tant que cousin germain de la femme de Testu et l’autre « pource qu’il n’espouse une cousine germaine de la femme » du trésorier27. Voulant expliquer pourquoi Clérambault Leclerc, supérieur hiérarchique du défunt receveur de Poitou Jaques Ragueneau, n’a pas sévi contre les agissements de sa veuve et de son commis, un avocat plaidant devant la cour des Aides de Paris se contente de rappeller que « lad. vefve est cousine de la femme d’icellui Leclerc » avec lequel elle est en grande « familiarité et amytié »28.

  • 29 A.N. J 967, 8/1.
  • 30 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).
  • 31 Courteault, Nicolay, p. 237.

16Révélatrice est aussi l’attitude du vice-amiral de France qui, devant les négligences du trésorier de la marine de Ponant Jehan de Vymont, « a escript à monsieur de Fontaines, père de la femme d’icellui trésorier, et autres ses parens, qu’ilz luy conseillassent dresser ses affaires »29. Le recours retenu n’est pas ici celui des instances monarchiques compétentes mais celui du cercle familial, jugé à la fois, sans doute, partiellement responsable des lacunes observées, et relais plus efficace pour rappeler à l’ordre le fautif. Une allusion de Jehan Prévost, en procès avec un de ses anciens clercs à l’Extraordinaire des guerres, montre clairement la part que prend la famille dans les recrutements. Prévost « fust pressé par les parens et amys dud. deffendeur l’employer en quelque partie de sa charge, ce qu’il accorda »30. De même lorsque le chancelier de Naples Jehan Nicolay cherche en 1503 un clerc « pour escripre [ses] lectres », e trésorier des guerres de Naples André Le Roy lui conseille un « parent de sa] femme pour lequel elle [lui] a escript ». Et Le Roy ajoute : « Je suis des-ibéré de luy aider pour la contenter »31. Peut-être monsieur de Fontaines, le beau-père de Jehan de Vymont évoqué plus haut, est-il lui aussi à l’origine de l’obtention de l’office de son gendre ? L’attitude du vice-amiral se comprendrait alors pleinement.

  • 32 Versoris, Livre de Raison, p. 160 (parag. 216).
  • 33 Cheverny, Mémoires, p. 29. Malheureusement Étienne meurt prématurément, ce qui empêche son jeune c (...)
  • 34 B.N. fr 3045 f° 51 [28-8-(1521)].

17C’est en effet le propre des hommes en vue que de pousser les autres membres de la famille. Cela est particulièrement net pour ceux qui accèdent, grâce à la faveur royale, à de hautes dignités ecclésiastiques. Lors de la succession de Loys de Poncher, son frère Étienne, archevêque de Sens, se démêne en faveur de ses neveux, sans aboutir d’ailleurs au résultat souhaité. À la mort du prélat, Versoris met bien en valeur la dimension familiale de son rôle : il « fut pilier des Ponchers, dont aussy il portoit le nom »32. Trente ans plus tard, pour se lancer dans la carrière, Philippe Hurault compte sur son cousin l’archevêque de Tours également nommé Etienne de Poncher. Ce grand serviteur d’Henri II est « honorablement employé en son conseil et autres principales affaires du temps »33. L’archevêque d’Aix Pierre Filhol intervient lui aussi en faveur des siens auprès de Florimond Robertet : « Je croy que monsieur de Saintblançay vous aura parlé de dépescher l’office de contrerolle de Languedoc en faveur de mon nepveu [Gilbert Filleul ou Filhol] […] ; qu’il vous plaise luy faire ses lettres et despeches […], le pouvre homme est à présent seul car la vigile de nostre dame dernière passée, morut mon frère, son père, et le lendemain sa femme et un petit enffant, notresgr les mecte en pa(ra)dis »34.

  • 35 Voir A.N. M.C. CXXII 1047 (7-3, 18-4 et 10-6-1534). Sollicité par le roi pour un prêt en mai 1538, (...)
  • 36 A.N. M.C. CXXII 23, à la date.
  • 37 A.N. M.C. XIX 177 (18-2-1549).
  • 38 Jean Dupèbe et Philippe Hamon, « Humanistes en famille : les Meigret », Bibliothèque d’Humanisme e (...)
  • 39 Cet aspect a été évoqué dans le chapitre quatre, p. 292-293.

18Un service en vaut un autre : cela se sent clairement dans la part prise par les officiers de finance dans l’installation de leurs frères qui ont embrassé l’état ecclésiastique. Au début des années trente, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues avance plusieurs milliers de livres à son frère François pour que celui-ci acquière des bénéfices35. Dans un acte du 9 avril 1537, Gilles Bohier, leur cadet à tous deux, détaille longuement les dépenses qu’a faites pour lui Anthoine. Il évoque aussi bien les frais d’obtention de bulles, les voyages, les procès causés par les rivalités pour le contrôle des bénéfices, depuis la « course de l’abbaye de Cormery » qui vient de son oncle Denis Briçonnet jusqu’au procès touchant le doyenné de Tarascon. L’ensemble atteint 1 296 écus36. Dans les deux cas, Anthoine utilise les services de Richard Delbene, banquier expéditionnaire en cour de Rome, spécialisé dans le trafic des bulles. En 1549, Nicolas de Troyes, alors trésorier des guerres, s’accorde avec son frère Jehan, abbé commendataire de Gastine, sur le remboursement de quelques 5 350 lt, fournies au cours des années précédentes, sans doute pour des raisons similaires37. Quant à Lambert Meigret, il a payé les études de théologie du dominicain Aimé son cadet38. Mais de leur côté, les officiers de finance n’hésitent pas à recourir à l’épargne familiale lorsque leur activité financière le requiert39.

3. La signification des alliances

  • 40 A.N. Z1a 57 f° 256v°.
  • 41 Chéruel, Ormesson, p. VI-VIII.
  • 42 B.N. Dossiers Bleus 133 (Breton) f° 3.
  • 43 Sur Gedoyn : L. et S., t. I notice 287 ; sur les ascendances orléanaises, voir A.D. Indre-et-Loire (...)

19La cohésion du groupe dépend pour une part appréciable du fonctionnement des systèmes d’alliances. En 1519-1520, au début de sa carrière, Charles de Pierrevive finit par accepter, après un refus initial, d’exécuter une commission que lui propose Semblançay. Il s’y résout parce que ce dernier « estoit pour lors en credit tel que chacun sçait, et aussi qu’il estoit son alié »40. Or Pierrevive n’est guère qu’un cousin germain de Bonne Cottereau, bru de Semblançay… Une génération plus tard, Olivier Lefèvre, alors qu’il vient de remporter un procès et de retrouver un office perdu, alors qu’il se dit aimé du roi Henri II et soutenu par le cardinal de Lorraine, décide néanmoins « de se marier et de s’allier dans quelque famille qui le pust soutenir et défendre »41. Il juge visiblement que sa position ne sera pas solide sans cela. Les alliances offrent donc une opportunité essentielle pour l’intégration des « hommes nouveaux ». « Hommes nouveaux » doit s’entendre ici non au sens d’individus partis de rien, mais de gens qui pénètrent pour la première fois dans le cercle étroit de la haute administration des finances. Jehan Breton offre un bon exemple de ce processus. Contrairement à ce qu’affirment certaines généalogies du Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale, il n’est pas le fils du général des finances Denis Le Breton42. Il appartient à une famille de la bourgeoisie orléanaise et son père est sans doute ce Jehan Breton qui exerce comme notaire à Orléans au début du siècle. C’est par son mariage avec Anne, fille de Robert Gedoyn, secrétaire des finances, que Jehan Breton prend rang dans le monde des grands offices. Sans doute de communes attaches dans la cité ligérienne rapprochaient-elles les deux familles, puisque Robert est vraisemblalement le petit-fils d’un Gedoyn notaire au Châtelet d’Orléans entre 1455 et 1491. Robert Gedoyn était lui-même un gendre heureux, qui avait épousé la fille du général des finances Jehan Robineau43. Il est malheureusement souvent difficile de saisir comment l’ » homme nouveau » parvient à se rattacher à une famille en vue. Ainsi on ne sait par quelles médiations le basque Pierre d’Apestéguy a pu parvenir à s’allier avec la famille parisienne en vue que sont les de Bidant.

  • 44 Il reste d’ailleurs, en l’absence d’une preuve absolue, de l’ordre de l’hypothèse. Mais celle-ci, (...)
  • 45 A.N. M.C. Inv Carré n° 1237 et 1637.
  • 46 A.D. Indre-et-Loire 3E1 28 (19-9-1525).

20Les débuts de Jehan Carré, futur responsable de l’Extraordinaire des guerres et de la recette générale de Normandie, permettent en revanche d’observer un cheminement44. En 1522 il est marié avec Anne Compaing, qui appartient à une riche famille orléanaise. Or Pierre Briçonnet, ancien général de Languedoc, laisse à sa mort en 1509 une veuve qui porte le même nom. Un acte du 27 septembre 1511, qui figure parmi l’inventaire des papiers de Carré, précise que ce jour là Anne Compaing reçoit de « Jehan Carré son serviteur » une obligation. A cette époque, Carré est aussi au service de François Briçonnet, fils de Pierre et d’Anne, alors maître de la Chambre aux deniers. Le 10 mars 1517, Anne Compaing promet acquitter Jehan Carré pour 800 écus qu’il avait reçus pour elle45. Enfin un acte tourangeau de 1525 précise qu’elle est « à présent femme de sire Pierre [sic pour Jehan] Carré », ce qui sous-entend à l’évidence qu’il s’agit d’un remariage. Même l’erreur sur le prénom est révélatrice : le scribe songeait-il au premier mari Pierre Briçonnet ? Il s’agit du règlement d’arrérages d’une rente ancienne concernant une maison de Tours, la ville des Briçonnet46. Ainsi, selon toute apparence, Jehan Carré, au service de la famille Briçonnet, et en particulier de la branche représentée par Pierre, a-t-il réussi une opération remarquable : épouser, après de bons et loyaux services, la veuve de son « patron ». Classique en particulier chez les marchands et les artisans, ce cas de figure paraît beaucoup plus rare dans le milieu des officiers.

  • 47 Le même phénomène se dessine pour la génération précédente, avec de nombreux cas où les grands-par (...)
  • 48 A.N. M.C. CXXII 1080 (11-10-1520).

21Carré offre ainsi un exemple net d’hypergamie : la situation sociale du lignage féminin est incontestablement plus en vue que celle du lignage masculin. Est-ce alors la règle ? Pour 57 mariages contractés par des membres du corpus, j’ai pu me livrer à une tentative de comparaison de la situation des deux familles. Elle est fondée avant tout sur une estimation de la position sociale d’ensemble (et accessoirement de la place dans le service du roi) et non sur des niveaux de fortune généralement inconnus. L’exercice est périlleux – en raison d’une marge d’interprétation parfois assez grande – mais le résultat est éloquent. Pour 25 unions tout d’abord, le niveau semble, en gros, équivalent. Il en va ainsi, par exemple des mariages entre Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et Anne de Poncher, Raoul Hurault et Marie de Beaune ou Charles de Pierrevive et Jehanne Clausse. Seules trois unions paraissent marquées par un phénomène d’hypogamie : un des trois mariages d’Anthoine Bohier de la Chesnaye (avec l’obscure Marie Dumoustier), la seconde union de Gaillard Spifame (avec Jehanne Parent) et, de façon moins nette, celle de Jaques Marcel avec Philippe Foucault. Pour les 29 couples qui restent, soit la moitié de l’ensemble, l’hy-pergamie masculine, plus ou moins marquée, est en revanche avérée47. Outre les cas déjà cités, plusieurs filles de la « mesnie » Briçonnet convolent ainsi avec les « nouveaux messieurs » en gestation de l’aristocratie financière : Catherine avec le jeune Thomas Bohier, Marie avec Morelet de Museau, Charlotte avec Pierre Legendre et Anne avec Jehan Grolier. Très logiquement, la belle alliance se paye. Dans son contrat de mariage du 11 octobre 1520, Jehan Grolier s’engage ainsi, pour la bonne amour qu’il a de sa future, à fournir à l’un de ses tuteurs, Jehan de Poncher, rien moins que 10 000 écus pour être convertis en héritage sortant nature de conquêt inaliénable, dont Anne aura la moitié, l’autre moitié servant pour la sûreté de son douaire préfix de 500 lt de rente. Il n’est en revanche pas question de dot et d’autre part tous les droits d’héritage d’Anne lui reviendront en propres48.

  • 49 C.A.F., t. V n° 18873 ; A.C. Nantes DD 15 n° 6.
  • 50 L. et S., t. II planches LVII et LXXIX.
  • 51 L. et S., t. II planche XI.
  • 52 Ainsi Anne de la Croix, fille de Geoffroy, le deuxième époux de Charlotte de Poncher (première fem (...)

22L’alliance a donc une signification matérielle et financière très immédiate. Elle entraîne à la fois une mobilisation de l’épargne familiale, au moins dans l’un des deux lignages, et une déthésaurisation car elle provoque souvent des investissements en terre ou en office. Elle permet donc de faire circuler le patrimoine dans un groupe donné où les familles qui disparaissent, soit par extinction naturelle, soit par absorption dans d’autres couches sociales, sont remplacées par de nouveaux arrivants. De beau-père à gendre, les charges financières se transmettent, comme l’a montré l’exemple Robineau-Gedoyn-Bre-ton. Il en va de même en Bourgogne, où la recette générale, entre 1500 et 1528, passe de Guy Boutevent à Jehan Sapin, puis à Bénigne Serre. Les biens fonciers suivent le même chemin. Ainsi Philibert Tissait est-il, à la suite de son beau-père Jehan François de Cardonne, à la fois général des finances de Bretagne et seigneur d’Azay-sur-Indre49. Morelet et Laguette s’emparent du patrimoine des Saligot situé en Brie, entre Meaux et La Ferté-sous-Jouarre : le premier met la main sur Montretout, le second sur Montceaux. La circulation restreinte est facilitée par les renchainements d’alliance, qui limitent le nombre de familles concernées. Entre les Poncher et les Hurault, le phénomène est net. Jehan de Poncher, le général de Languedoc, épouse une fille de Jaques Hurault. Sa cousine Jehanne de Poncher se marie pour sa part avec un fils de Jaques Hurault. Et Marguerite de Poncher, fille de Jehan, convole à son tour avec un autre Hurault, son cousin germain50. Outre les Poncher, les Hurault redoublent aussi leurs alliances avec les de Moulins. Sur deux générations successives, deux Jehanne Hurault s’allient respectivement à Thibaut et à Jehan de Moulins, oncle et neveu. Les Hurault s’unissent aussi entre eux : Marie, fille de Raoul épouse son parent Jaques Hurault de Saint-Denis. La famille Bayard offre un autre exemple de telles pratiques. Sur seize alliances couvrant la génération de Gilbert et celle de ses enfants, pas moins de quatre familles apparaissent deux fois : les Porte, les la Loëre, les Le Voix (ou Levoys) et les Bohier51. Les unions de Charles de Pierrevive, à elles seules, donnent une idée de la cohésion du milieu. Pierrevive se marie trois fois. Sa première épouse, Charlotte de Poncher, en est à son troisième conjoint, la seconde, Charlotte Briçonnet, à son quatrième et la troisième, Jehanne Clausse qui l’enterre, à son second. Mais peut-être se rema-rie-t-elle… Et les familles s’imbriquent inextricablement, à tel point que la confection d’un arbre génélogique pour visualiser l’ensemble devient une gageure. Ainsi la première belle-mère de Pierrevive, Robine Legendre, est-elle la sœur de Pierre Legendre, second mari de sa seconde femme, Charlotte Briçonnet. Cette dernière est une cousine germaine de Nicolas Briçonnet, premier mari de la première épouse de Pierrevive, Charlotte de Poncher. Et on pourrait multiplier les liens52… Il s’agit sans doute d’un cas extrême, concentré d’ailleurs sur les deux premières alliances de Pierrevive. Cet écheveau comprend, on l’aura noté, un nombre non négligeable de grands officiers de finance (outre Pierrevive, Pierre Legendre, Geoffroy de la Croix, plusieurs Briçonnet…)

  • 53 Un problème cependant sur ce plan : la précocité des mariages. Une étude statistique est impossibl (...)
  • 54 Sur l’entrée dans les ordres comme contrainte, voir deux versions opposées des conditions de l’arr (...)
  • 55 A.N. JJ 256a f° 89v°.
  • 56 Trois cas repérés lorsque le père naturel fournit une aide financière à sa fille, soit par testame (...)

23L’alliance avec un lignage porteur, l’accroissement de la fortune et le contrôle des offices sont des éléments incontournables de la négociation matrimoniale. Cependant, quand on sait le rôle économique et social que les épouses des grands officiers doivent assurer, il est possible que la personnalité des femmes, futures collaboratrices, soit aussi un paramètre pris en compte lors des démarches. Pour le mari, les enfants, le nom et le lignage, il importe que l’épouse soit à la hauteur53. Sur ce point, les sources sont muettes. Quelques vocations nettes mises à part, oriente-t-on plutôt vers les communautés religieuses celles qu’on estime les moins aptes au « mesnage » d’une grande maison54 ? Tout problème de démographie familiale mis à part (l’entrée dans les ordres, peu coûteuse, limite le nombre de dots à verser), une telle approche ne peut, au mieux, être que très partielle. Et elle manque singulièrement d’appui documentaire. Constatons au moins avec quelle ténacité bon nombre de celles qui ont été retenues pour seconder les officiers font face lors de la grande épreuve des poursuites. A cette occasion, quelques rares témoignages soulignent la bonne entente qui règne entre les conjoints. Lorsqu’elle vient financièrement à l’aide d’Henri Bohier, son mari, qui est âgé, malade et incapable de solder son amende, Claude Picot rappelle qu’elle n’oublie pas le « bon traictement » qu’il lui a toujours fait55. Faut-il mettre au crédit de cette solidarité entre époux, dans ce milieu du moins, le petit nombre de traces laissées par les bâtards56 ? Il n’est pas évident que les deux éléments se situent sur le même plan…

4. Liens familiaux et solidarités : une prudence de rigueur

  • 57 A.N. M.C. CXXII 1064 (10-3-1542).
  • 58 Voir un appel à la prudence en ce domaine de Robert Descimon, « Qui étaient les Seize ? Mythes et (...)

24Au sein des couples cependant, l’accord n’est pas toujours parfait. En mars 1542, Anne de Poncher, épouse d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, se présente devant un notaire pour déclarer que « un moys a ou environ, elle s’est retirée d’avec sond. mary au moien des adultaires qu’elle a entendu que sond. mary commectoit et pour autres causes à ce la mouvans ». La famille intervient alors pour résoudre la crise conjugale : « Depuis naguères ses parens l’ont priée de retourner avec sond. mary ». Elle finit par accepter, moyennant protestation, en présence d’un beau-frère et d’une nièce, que « sond. mary ne luy puisse cy après alleguer réconsiliation et qu’elle soit et demeure tousjours en son entier de povoir alleguer contre sond. mary led. adultère et autres faultes qu’il peult avoir faictes envers elle »57. La parenté fait ici la preuve de son efficacité dans la gestion d’un incident qui est cependant révélateur de tensions internes traversant la famille. Trop souvent, la prosopographie, avec sa recherche forcenée des réseaux familiaux, tend à masquer ce type de conflits. Elle déchiffre les fonctionnements sociaux à travers le prisme des degrés de parenté et des alliances et tire de la présence d’un lien « objectif » la conclusion, parfois hâtive, de l’existence d’une solidarité agissante58.

  • 59 Saillans, Premier livre, p. 46-47.
  • 60 B.N. Carrés d’Hozier 577 (Séguier), f° 261 et 264.

25L’observation des alliances est à cet égard instructive. Deux cas de figure peuvent en effet se présenter, à l’échelle ici des lignages, et non des individus directement concernés. Le mariage est dans certains cas la conséquence d’une somme de relations déjà existantes, fondée sur l’amitié, le voisinage, le travail en commun… et parfois des alliances antérieures. Dans ce cas, la nouvelle union s’inscrit dans un contexte social a priori relativement harmonieux, tout problème personnel mis à part. Quand Gaspard de Saillans demande à Claude de Bourges, général des finances en Piémont, la main de sa fille, il met en avant « l’ancienne, bonne et franche amytié bien expérimentée qui a duré inviolée entre ceulx de vostre maison et de la nostre, comme souventes foiz le m’avez fait congnoistre, me donnant de tout temps bon accès en vostre maison »59. Mais plus que de telles déclarations, dont la validité reste sujette à caution, c’est le repérage même des liens antérieurs qui est significatif. En 1543 Nicolas Séguier épouse Claude de la Forge, fille d’un receveur général de Picardie mort vingt ans plus tôt. Claude a pour mère Claude Charmolue et pour beau-frère Christophle de Refuge. Or Nicolas Séguier, à son baptême en 1507 avait eu pour parrain un Christophle de Refuge, qui est le même que le précédent ou bien son père, et pour marraine l’épouse de Nicolas Charmolue60… La parenté spirituelle préparait bien le terrain pour une alliance qui se produit une génération plus tard. On pourrait fournir d’autres exemples de ce type, en particulier dans le groupe tourangeau. Mais il n’est pas toujours possible de prendre la mesure de l’importance de ces relations antérieures. Aussi le seul lien vraiment visible, le mariage, est-il fréquemment pris comme base du rapprochement. On déduit alors les relations des alliances, quand, dans les faits, le cheminement est inverse.

  • 61 Un exemple avec le futur chancelier Pomponne de Bellièvre et Marie Prunier en 1569 : Poncet, Belli (...)
  • 62 Cité par Henri Lapeyre, Les monarchies européennes du xvie siècle. Les relations internationales, (...)

26En revanche, il est effectivement des cas où une union vise à fonder une solidarité qui n’existe pas ou a disparu. Elle est première par exemple dans nombre de réconciliations61. C’est une pratique courante des souverains, qui matérialisent l’entente retrouvée entre les royaumes par des échanges de femmes. Mais, dans ce cas, la fragilité est évidente. Rarement de tels mariages ont été effectivement garants de la paix. Érasme y voit même la source de beaucoup de guerres et propose en conséquence d’unir les héritiers aux trônes à des filles de leur nation62. Aux échelons sociaux inférieurs, les mêmes risques apparaissent et les familles, malgré les unions, voire à cause d’elles, reprennent parfois le chemin des affrontements. Ainsi, selon qu’elle est, de façon schématique, couronnement ou point de départ, la fonction et l’efficacité de l’alliance diffère-t-elle profondément.

  • 63 Chéruel, Ormesson, p. VI-VII.
  • 64 Voir ainsi Marie de Poncher qui effectue ses legs en fonction de « l’amytié que m’ont porté et por (...)
  • 65 A.N. M.C. XIX 85 (26-3-1542) et CXXII 1064 (20-3-1542). Sur une action des Le Bossu concernant la (...)

27De nombreux conflits internes traversent donc les familles. Les questions successorales sont particulièrement génératrices de tensions. Elles sont exacerbées en général en cas d’alliances multiples et d’héritiers de plusieurs lits. Par ailleurs l’impossibilité de « partager » certains biens, comme les offices, complique aussi les choses. D’où par exemple le procès d’Olivier Lefèvre avec un frère utérin pour le devenir de la succession de Nicolas Lefèvre leur frère, qui laissait en particulier un bel office de trésorier de l’extraordinaire des guerres de Piémont63. Parfois c’est l’ » amitié » envers un héritier potentiel qui peut pousser un testateur à l’avantager, dans la mesure où la coutume le permet64. Quand un aussi considérable héritage que celui de Pierre Legendre est en jeu, en l’absence de descendants directs, nulle raison de s’étonner de voir la procédure s’éterniser. Les héritiers lésés par le traitement de faveur fait à un neveu, Nicolas de Neufville, entendent mettre tout en œuvre pour obtenir au moins un dédommagement. Nicolas doit ainsi attendre dix-sept ans pour parvenir à un accord avec les enfants de sa sœur Marie de Neufville, qui avait épousé Gilles Le Bossu65. Si Nicolas n’était pas un mince personnage avant la mort de son oncle, il est sûr que cette succession, avec l’office de trésorier de France et un honnête patrimoine à la clef, qui inclut la seigneurie de Villeroy, est pour beaucoup dans son ascension.

  • 66 Il est vrai que ces disparités illustrent aussi le devoir de patronage des chefs de clan ou de fam (...)
  • 67 Spont, Semblançay, p. 112-115. Voir p. 113 note 1 la mention d’autres procès.

28L’existence de disparités éclatantes de fortune à l’intérieur des mêmes familles creuse ainsi des inimitiés et affaiblit la cohésion de la parentèle66. D’autant que certains, contraints d’accepter des partages très inégaux au moyen de donations entre vifs, voire de renonciations aux successions, trouvent dans leur sort malheureux de bonnes raisons de s’aigrir. Il en va de même lorsque certaines carrières se révèlent particulièrement brillantes. La réussite de Semblançay excite des jalousies, comme en témoignent les critiques formulées par son neveu Adam Fumée, secondé par son beau-frère Jehan Burdelot. Elles portent sur le maniement des biens des parents d’Adam, dont Semblançay aurait su abondamment profiter. La véracité des faits importe peu ici : l’accusation met en évidence les tensions familiales67.

  • 68 Une seule trace : fe 29-11-1526 François Bohier en son nom et celui de ses frères et de sa sœur so (...)
  • 69 Voir des allusions aux procédures : ibid., n° 147, 163, 166, 179, 764 et 1103.
  • 70 A.N. M.C. CXXII 1057 (25-4-1540). Texte repris dans CXXII 1058 (21-6-1540).

29Chez les Bohier, les importantes successions de Thomas puis de sa veuve, Catherine Briçonnet, ne semblent pas avoir donné lieu à de grosses difficultés68. En revanche, les prêts considérables faits par Anthoine à son cadet François pour l’acquisition de bénéfices entraînent de nombreuses procédures, en raison de l’incapacité chronique de François à tenir ses engagements financiers69. Une déclaration de l’aîné en 1540 donne une idée de l’ambiance familiale. On vient de lui signifier que François, alors évêque de Saint-Malo, abbé de Bernay et doyen de Tours, révoquait une procuration permettant à Anthoine de recevoir des fonds sur ses bénéfices. Le prélat prétendait avoir emprunté de l’argent sous la contrainte, en particulier à son frère. Anthoine rétorque avec ironie qu’il « n’a encores oy parler que en France ont (sic) ait acoustumé de contraindre les gens à emprunter argent, et si grosse somme que de dix huit ou vingt mil livres tournois, mesmement à gens si bien cautionnez qu’estoit lors led. révérend [François]. Et au regard de lad. procuration […], icelluy sgr général ne s’en est jamais aidé, mais au contraire a esté contrainct d’actendre treize ou quatorze ans partie de l’argent que luy debvoit led. révérend, lequel ne luy a jamais tenu une seulle promesse que luy ait faicte à la restitution de ses deniers. [Il] fera notoirement cognoistre à chacun l’ingratitude de laquelle led. révérend a usé et veult user en son endroict contre tout devoir d’honneur »70.

  • 71 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 700.

30Il est vrai qu’entre temps, les poursuites entamées par la Tour Carrée ont conduit les frères Bohier à tenter de se rejeter les uns sur les autres le fardeau de l’amende. À la veille de la sentence, le 26 septembre 1531, François Bohier et ses frères rappellent à Anthoine qu’en tant qu’aîné il est tenu par la coutume de Touraine de régler les dettes personnelles de leur père. Il doit garantir ses cohéritiers contre la poursuite faite contre eux par le procureur du roi. Anthoine apparemment ne l’entend pas de cette oreille. Le 10 octobre, il constitue un procureur pour sommer François de verser un cinquième des 190 000 lt de l’amende à acquitter sur la succession de leur père. Il fait de même le 27 novembre pour Guillaume, un autre frère71. Certes, les procédures familiales peuvent être utilisées aussi pour retarder les échéances et se donner le temps de négocier. Mais l’assaut mené par le pouvoir sert ici sans aucun doute de révélateur pour des tensions sous-jacentes.

  • 72 Spont, Documents, p. 329-330 (articles XXI à XXIII et XXV).
  • 73 Bourgeois de Paris, Journal, p. 308 et 314. Sur ce dossier voir Hamon, Argent du roi, p. 347-349.
  • 74 Il paraît acquis en revanche que les familles ont pu nouer des liens, en particulier au service de (...)
  • 75 Spont, Semblançay, p. 230 note 2. L’alliance n’apparaît pas dans les généalogies traditionnelles. (...)
  • 76 On retrouve le même phénomène du « traître » lors des poursuites de 1504-1505 : Auton, Chroniques, (...)
  • 77 Voir les remarques d’Autrand, Parlement, p. 75 qui précise que « les liens du sang n’entraînent en (...)

31Les situations de crise permettent en effet d’apprécier la solidarité des lignages, base de leur efficacité sociale. L’affaire Semblançay fournit des éléments mettant en évidence les clivages qui partagent le clan familial, à l’heure du danger. Le financier déchu peut certes compter sur l’appui d’une partie de son lignage. La plupart de ceux qu’évoque Jehan Guéret dans son interrogatoire et qui interviennent au cours de 1526 pour avertir ou seconder Semblançay, sont ses parents : Gilles Berthelot, Jehan Cottereau, Jehan Ruzé ou François Becdelièvre72. Mais ceci se situe avant l’arrestation, en janvier 1527. Les « traîtres » qui se révèlent alors, Jehan Prévost puis Estienne Besnier, sont tous deux présentés par le Bourgeois de Paris comme des neveux par alliance de Semblançay. Il tomberait ainsi victime de membres de sa propre famille73. Dans les deux cas, en raison de sources médiocres, il est difficile de se prononcer. Les épouses respectives de Prévost et Besnier, Gabrielle Miron (ou Miro) et Marie Péquineau (ou Péguineau) ne semblent pas se rattacher aux Beaune74. Si aucun lien familial, sous bénéfice d’inventaire, ne peut être mis au jour entre Besnier et Semblançay, il n’en va pas de même pour Prévost. Pierre Morin, après la mort de Jehanne de Beaune sa femme, sœur de Semblançay, épouse en effet Françoise Prévost, tante de Jehan75. Reste à comprendre pourquoi le Bourgeois de Paris insiste tant sur ces parentés aléatoires dont l’existence est probablement véhiculée par la rumeur. Font-elles à ses yeux figure de circonstance aggravante pour accabler les dénonciateurs ? Cet élément tend malgré tout à souligner que le pouvoir, pour parvenir à ses fins, parvient parfois à exploiter les failles nées au sein des familles et des clans financiers76. Ainsi, aux moments décisifs de la vie politique et sociale, les liens du sang et du mariage n’entraînent-ils pas toujours une cohésion sans faille77. Les solidarités au sein de la famille large, qui fonctionne généralement comme réservoir de relations de soutien en temps ordinaire, se défont en partie en cas de crise, comme ici avec les poursuites. Parents, femmes et enfants sont en revanche généralement fidèles. A l’étroitesse des liens affectifs, il faut sans doute ajouter ici la défense d’intérêts directs. Les liens familiaux dans leur ensemble jouent cependant un rôle qui n’est évidemment pas négligeable, d’autant qu’ils se combinent bien souvent avec d’autres formes de solidarités.

B. D’AUTRES SOLIDARITÉS : COMPLÉMENTARITÉS ET CONCURRENCES

1. La géographie

  • 78 Harsgor, Recherches, p. 2113.
  • 79 . Sur les attaches des Charmolue à Noyon, voir A.N. M.C. XIX 27 (13-11-1506) : biens aux environs  (...)

32Le roi Louis XI portait, semble-t-il, dans le choix de son personnel, une grande attention aux origines géographiques78. Ce sont elles qui vont retenir maintenant l’attention, en prenant pour référence le règne de François Ier. Au premier janvier 1515, sur vingt-quatre titulaires des plus hautes charges financières, la domination de la France centrale apparaît nettement. Parmi eux figurent en effet cinq tourangeaux (Semblançay, Loys et Jehan de Poncher, Jehan Ruzé, Jehan Sapin), deux blésois (Jehan Cottereau et Jaques Hurault), un Orléanais (Jehan Brachet), soit huit ligériens, auxquels s’ajoutent trois berruyers (deux Jehan Lallemant, l’aîné et le jeune, Philibert Babou), deux auvergnats (Thomas et Henri Bohier) et un forézien (Florimond Robertet). Plus au sud on repère un lyonnais (Jehan Grolier), un valentinois (Aymar de la Colombière) et un montpelliérain (Geoffroy de la Croix). La France du nord a aussi trois représentants : le parisien Pierre Legendre, Jaques Charmolue, probablement noyonnais et installé de longue date dans la capitale79 et l’amiénois Jehan de la Forge l’aîné. Restent pour finir un breton, Jehan de l’Espinay, deux italiens (Sébastien Ferrier et Ottobon Spinola) et un natif du Roussillon (Jean François de Cardonne). Le noyau central, avec quatorze titulaires très liés entre eux, ne représente que 58 % des titulaires. Mais si on fixe l’attention sur les charges les plus importantes, c’est-à-dire celles des quatres circonscriptions principales (Languedoc, Languedoïl, Normandie et Outre-Seine), leur domination éclate : sur douze postes, un seul leur échappe : la trésorerie de France en Outre-Seine, détenue par Pierre Legendre. À l’inverse, le recrutement local concerne avant tout les circonscriptions périphériques, financièrement très secondaires : Picardie, Dauphiné, Provence, Bretagne.

  • 80 Voir sur ce point les remarques de Richet, De la Reforme à la Révolution, p. 145.

33Il y a, il est vrai, une part d’arbitraire dans l’utilisation des origines. En 1515 le Florimond Robertet de l’hôtel d’Alluye de Blois et du château de Bury ne peut plus être considéré comme un forézien. De même, les Bohier sont tourangeaux autant et plus qu’auvergnats dès le règne de Charles VIII. Dans les deux cas on observe d’ailleurs une polarisation ligérienne qui n’est pas sans lien avec la localisation du souverain durant cette période. Mais cette répartition offre l’intérêt de conserver la trace d’une histoire ancienne. Presque tous les premiers rôles financiers viennent en effet de la France delphinale des années 1420-1430. L’absence des Normands, des Champenois et des Bourguignons est particulièrement remarquable. La géographie des origines est donc héritée de la guerre de Cent Ans80. C’est l’ensemble de la France du roi de Bourges qui est ici représenté, et non le seul val de Loire, progressive terre d’élection des résidences royales, ce qui souligne la pesanteur d’une carte « politique » d’ensemble très datée et encore à peine entamée.

  • 81 L. et S., t. I n° 36 et t. II planche XI. Il faut rappeler d’un mot combien Auvergne et Bourbonnai (...)
  • 82 Le Page, Finances bretonnes, p. 395-396, 494 et 653-654. Il est probable que Claude Tissart, recev (...)
  • 83 Voir Chevalier, Tours, p. 439 note 50.
  • 84 A.D. Indre-et-Loire 3E1 44 f° 97 (5-7-1526), f° 128 (14-8-1526), f° 159 (10-9-1526), (16-1-1527).

34Entre ligériens d’origine ou d’adoption, il a d’ailleurs fallu s’entendre pour se partager les places. Ainsi aux tourangeaux bien établis sous Charles VIII, Louis XII adjoint ses fidèles blésois ou Orléanais. La fusion se fait sans trop de mal. Les alliances y contribuent. L’auvergnat Antoine Bayard, receveur général de Languedoc de Louis XI à Louis XII épouse une tourangelle, s’installe à Tours, marie deux de ses filles à des ligériens… et donne la troisième à Thomas Bohier, qui suit le même chemin que lui avec une génération de décalage81. Les ambitions des hommes du val de Loire et de leurs alliés sont considérables. Même la Bretagne n’est pas épargnée : Thomas Bohier y est receveur général et Gilbert Bayard, neveu d’Anthoine, y sera général un peu plus tard. La mainmise des Tissart, originaires d’Amboise, est également sensible au début du 16e siècle : Philibert devient receveur général, François son frère est receveur de Nantes puis trésorier général de l’artillerie du duché ; un parent, Étienne, deviendra payeur des gens des comptes82. L’impérialisme des ligériens, tourangeaux en tête, se manifeste donc aussi dans le contrôle d’offices subalternes à l’échelle du royaume. Bien réel dès la deuxième moitié du 15e siècle83, il est toujours présent dans les années vingt du siècle suivant. Au hasard d’une liasse d’un notaire tourangeau, on note en 1526-1527 que des « bourgeois de Tours » sont mentionnés comme contrôleur du grenier de Bernay (Jehan de Gennes), receveur de la traite de La Rochelle (Claude de Troies), receveur des aides et tailles en Périgord (Estienne Bonnyer), grenetier de Montdidier (Jehan du Vernay) et receveur des aides et tailles en Bourbonnais (Jehan Thinel)84.

  • 85 Pour quelques-unes d’entre elles, il n’est guère possible de déterminer clairement une origine géo (...)
  • 86 On notera cependant que les Parisiens sont encore très peu nombreux par rapport à la situation qui (...)

35Une génération plus tard, la situation a considérablement évolué. Ici, les offices subalternes ont sans doute suivi l’évolution des grandes charges. Le petit jeu des origines des titulaires est encore plus délicat en 1547, à la mort de François Ier, qu’à son avènement. Continuer à qualifier Claude Robertet de forézien ou Claude Breton d’orléanais serait absurde. Il y a désormais 35 personnes en cause, en raison du démantèlement des grandes charges85. Un phénomène se dégage nettement, celui de la diversification du recrutement. Les représentants de la France centrale n’ont certes pas disparu. Les tourangeaux sont bien présents, de Jehan Fournier à Anthoine Bohier de la Chesnaie, de François Barguin à Nicolas de Troyes (et probablement à Martin de Troyes). Il faut y adjoindre l’auvergnat Anthoine de Cériers, et aussi Jehan Tassin et Philibert Babou, un ligérien et un berruyer. Mais ils ont été rejoints par des Normands (Guillaume de la Lande, Jeahn Laguette, sans doute Jehan Voilant), des Champenois (Pierre Faure, Jehan Pioche), des Bourguignons (Philippe Merlan, Girard Sayve), alors que Picards (Estourmel) et Parisiens (Jehan II Duval, peut-être Jaques Marcel) sont toujours présents86. Le sud du pays fait aussi une percée remarquée avec Pierre Secondat en Guyenne, François Chefdebien et Estienne Mazade en Languedoc, François de la Colombière et Anthoine Le Maçon en Dauphiné. Mais le cas le plus net est celui de Lyon, avec quatre grands officiers : Charles de Pierrevive, Jehan Grolier, Anthoine Bullioud et Claude de Bourges. La ville a dans la première moitié du siècle une grande importance comme place financière et comme relais sur les routes italiennes. Fort logiquement certains des représentants de ses grandes familles parviennent aux plus hautes charges.

  • 87 Très probablement d’origine basque [il serait né dans la mérindad de Saint-Jean-Pied de Port : B.N (...)
  • 88 C.A.F., t. VIII n° 33004 (3-6-1542). Voir Nicolas Thunot, sergent royal en l’élection de Langres e (...)
  • 89 Arbaumont, Armoriai, p. 456.
  • 90 Les autres titulaires sont aussi des non-bretons, mais leur origine n’est pas évidente : Michel Co (...)
  • 91 Le Page, Finances bretonnes, p. 291 note 183.

36Cette nationalisation des origines signifie-t-elle un éclatement des solidarités entre officiers ? À l’échelle du royaume, c’est très probable. En revanche, il n’en est rien au niveau provincial, bien au contraire. On assiste en fait à une régionalisation du recrutement, les élites provinciales prenant en main les principaux offices disponibles. Le cas bourguignon est particulièrement éloquent. Les deux titulaires de 1515, Jehan Sapin et Jaques Hurault, n’ont pas d’attaches dans la province. Dès 1517 pour les receveurs généraux, le relais est passé aux Bourguignons, avec Bénigne Serre, au prénom significatif, gendre et successeur de Sapin. Il en ira de même ensuite avec Guy Milletot, Estienne Noblet et Girard Sayve. Seul le dauphinois Anthoine Le Maçon fait un peu figure d’intrus. Il est vrai qu’il a tout de même été auparavant receveur de Sens, en Bourgogne française… Pour les autres, la Chambre des comptes du duché sert de second point de ralliement : Serre, Noblet et Sayve y séjournent plus ou moins longuement. Dans le cas des généraux, la régionalisation est nettement plus tardive : les « horsains Hurault père et fils puis Pierre d’Apestéguy87, s’accrochent jusqu’en 1543. A cette date est pourvu Clugny Thunot, élu de Langres. Thunot est sans doute originaire de cette ville, située à peu de distance de la Bourgogne ducale88. Son successeur Philippe Merlan, installé en 1546, est pour sa part né à Arnay-le-Duc près de Beaune89. Une pareille évolution se vérifie du Languedoc à la Champagne. Seule la Bretagne évolue à contre-courant : elle est gérée depuis la fin des années vingt par des étrangers au duché comme l’auvergnat Gilbert Bayard, l’auxerrois Palamède Gontier ou le lyonnais Anthoine Bullioud90. Mais la greffe est en train de prendre de nouveau et la régionalisation se réalise dans les décennies suivantes91.

  • 92 Sur la date du mariage, voir B.N. Dossiers Bleus 546 (Prunier) f° 10. Les minutes du notaire de Va (...)
  • 93 On retrouve un phénomène identique chez les ligériens lors de leur implantation dans la capitale, (...)

37Rien d’étonnant à cela : l’exercice d’une charge dans une province paraît être de plus en plus une incitation à s’y implanter quand on n’en est pas déjà originaire. Au début du règne de François Ier, Thomas Bohier est général de Normandie depuis plus de vingt ans et c’est probablement pour cela que son gendre (Nicolas de Cerisay, d’une famille bas-normande) et deux de ses fils deviennent successivement baillis de Cotentin, et que son fils Guillaume est receveur de Caudebec. Cependant Thomas ne se préoccupe guère d’acquérir des biens dans la province, encore moins de venir s’y installer. Il tourne plutôt ses regards vers Chenonceaux ou vers la Cour, sans oublier son Auvergne natale. Une génération plus tard, on constate que les Prunier, originaires de Tours, n’ont pas hésité à sauter le pas. Leurs offices les conduisent dans le Sud-Est, à Lyon et en Dauphiné. Ils entraînent une réorientation géographique d’ensemble, où les alliances (en particulier le mariage d’Artus Prunier avec la dauphinoise Jehanne de la Colombière en 1537) jouent un grand rôle92. Elles facilitent en effet l’intégration dans un nouvel espace93. Dans cette perspective, les analyses sur les solidarités géographiques et familiales tendent évidemment à fusionner.

  • 94 Un autre réseau d’exploitation, un peu plus tardif, dans une aire géographique très proche, est bâ (...)
  • 95 A.N. J 910, n° 5 ; A.N. M.C. XIX 45 (27-2-1518).

38Les Prunier et leurs alliés, dans la logique de régionalisation qui s’impose dans les années quarante, monopolisent alors les recettes de la région : Artus Prunier est receveur général en Dauphiné, son beau-père François de la Colombière occupe le même poste en Savoie-Piémont, son frère Jehan est receveur de Forez et pilier de la place lyonnaise, tout comme son beau-frère Martin de Troyes, receveur général à Lyon. La famille est d’ailleurs solidement alliée dans la ville, avec les Fournier, les Bullioud, bientôt les Renouard et les Dorlin, en attendant les Bellièvre. Les regards se tournent sans doute beaucoup vers l’Italie, qui peut, pour certains, faire figure d’Eldorado financier94. Bien des hommes d’ailleurs, plus tôt dans le siècle, ont su saisir des opportunités péninsulaires, en particulier milanaises. Outre les Grolier père et fils et Thomas Bohier, c’est le cas de Jehan Breton, référendaire général du duché à la fin de 1515, ou de Lambert Meigret, président de la Chambre des Blancs de Milan en 151895.

  • 96 Sur ce thème, voir Jean-François Dubost, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997.
  • 97 Pélicier, Lettres de Charles VIII, t. V, p. 31 (n° 977) et Pélissier, Louis XII et Sforza, t. I p. (...)

39À l’inverse, pour certains Italiens, le royaume peut devenir un territoire propice à l’exercice de leurs talents et à la réussite de leurs carrières96. Mais parmi les grands officiers de finance, leur place demeure restreinte. Ils ne sont que cinq ou six dans la première moitié du siècle et se concentrent dans un espace limité : trois (les piémontais Sébastien et Geoffroy Ferrier, le génois Octavien Grimaldi) exercent en Milanais et deux ou trois autres en Provence (le génois Ottobone Spinola, le florentin Julien Bonacorsi et Nicolas de Cocil, probable piémontais). Il est étonnant de constater ici l’absence de Milanais, alors qu’ils sont nombreux à servir le roi de France. Quant aux Piémontais, leur présence ne s’explique pas seulement par la prise de contrôle de la province par la France en 1536 : Sébastien Ferrier, trésorier de Savoie en 1496, passe ensuite au service d’un Louis XII qui a mis la main sur le Milanais97. Ce petit nombre ne saurait cependant conduire à minimiser la place des Italiens. Des hommes comme Grimaldi ou Bonacorsi jouent un rôle qui dépasse de beaucoup le seul exercice (théorique d’ailleurs pour Grimaldi) de leur office.

  • 98 Le Laboureur, Masures, t. I p. 578-579 ; A.N. M.C. LXXXVII 64 (I.A.D. Pierrevive 14-7-1563) cédule (...)
  • 99 Anselme, Histoire généalogique, t. III p. 893 ;A.N.M.C. XIX 151 (11-1-1539) et XIX 173(24-11-1547)

40Par ailleurs plusieurs officiers ont des origines italiennes. Si celles des Spifame, descendants de Lucquois établis dans le royaume depuis le 14e siècle, sont très lointaines, elles sont beaucoup plus proches pour Charles de Pierrevive, fils de Piémontais. La famille garde au début du siècle un pied dans chaque pays, ce que le testament d’Amédée de Pierrevive, receveur ordinaire en Lyonnais, manifeste en 1501 : il élit sa sépulture dans la chapelle Saint-Dominique de Chieri, s’il meurt au-delà des monts ou bien à Saint-Paul de Lyon, s’il meurt dans cette ville. Les liens demeurent vivaces tout au long de la période et en 1556 Esme de Pierrevive, écuyer, seigneur de « Montriont », demeurant à « Quies [Chieri] en Pymont » emprunte cent écus à son parent Charles de Pierrevive98. Certains grands officiers ont pris femme dans d’importantes familles florentines implantées à Lyon. Pierrevive lui-même est beau-frère d’Anthoine Gondi, Anthoine Le Maçon, de Barthélémy Panchati et Guillaume de Sabran a pour femme la veuve de Thomas II Gadaigne99.

  • 100 Sur Salvi ; Hautecœur, Architecture, p. 172 ; A.N. M.C. LIV 53 (Inv Morelet, 17-6-1536) n° 118 et (...)
  • 101 Voir un exemple sous la plume du secrétaire du roi François Deslandes dans Michaud, Chancellerie, (...)
  • 102 Voir un acte parisien concernant les Spinola, Raoul Spifame, qui a épousé un membre de cette famil (...)
  • 103 Qui obtient des lettres de naturalité en juin 1492 : Le Page, Finances bretonnes, p. 393.

41Les Italiens sont semble-t-il encore moins nombreux dans les charges subalternes, mais il est vrai qu’il est parfois difficile de les repérer en raison de la francisation des noms. Au début du siècle, le florentin Durand Salvi est grene-tier de Bourges puis receveur des tailles en Berry et « Jhéronyme de Male-baille » est secrétaire des guerres100. Malgré une place encore très réduite, et qui, dans les hautes charges financières, va diminuant puisque leur présence directe est nulle en 1547, les Italiens font déjà l’objet d’attaques en raison des « gracieusetez » abusives que le roi leur accorde101. Dans les années à venir, en particulier après l’arrivée dans les sphères du pouvoir des fidèles de Catherine de Médicis, on en entendra bien d’autres, et de plus virulentes. Si les attaques obligent les Italiens à serrer éventuellement les rangs, en temps normal ils ne représentent nullement un groupe distinct, même si d’incontestables solidarités unissent certains d’entre eux102. Hormis les Italiens, seul le monde ibérique (au sens large) est représenté chez les grands officiers avec deux hommes des confins, le roussillonais Jean François de Cardonne103 et le basque (du nord des Pyrénées) Pierre d’Apestéguy et enfin avec un espagnol (probablement castillan) implanté à Nantes depuis la fin du 15e siècle : Olivier Ha-rouys.

  • 104 L. et S., t. I, notices 234-235, 541, 556 et 576 ; Mirot, Hommages, t. I n° 447-448 ; A.N. M.C. XI (...)

42Il est par ailleurs une tout autre géographie, à une échelle bien différente, celle des affinités nourries par le voisinage et la proximité. Il en va peut-être ainsi tout d’abord avec les terres et seigneuries. Il serait étonnant que l’étroit voisinage briard de nombreux officiers soit sans conséquence. Entre la forêt de Notre-Dame et Brie-Comte-Robert, les implantations se bousculent en effet. Charles de Pierrevive et Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, tous deux héritiers de Loys de Poncher par leurs femmes, sont à Lézigny et Villemenon. Sur le territoire de Lézigny, Pierre d’Apestéguy possède le fief de la Grande-Romaine. À quelques kilomètres au sud, Guillaume Preudhomme est seigneur de Panfou, tout près de Brie-Comte-Robert. Sa fille Cécile épouse d’ailleurs François Du-pré dont la seigneurie de Cossigny, à cinq kilomètres au nord-est de Panfou, fait le lien avec le bloc de terres détenu par Preudhomme autour de Fontenay-Trésigny et de Tournan. Sur le territoire même de Brie-Comte-Robert, Morelet de Museau possède le fief de Bugney et Anthoine Le Maçon acquiert en 1532 des biens importants dans les faubourgs de la petite ville, rue « Corbillaze »104. Dans certains cas, ces contacts ne font que redoubler des liens familiaux, en raison d’alliances ou de successions. Par ailleurs il ne faut peut-être pas majorer l’importance de ces voisinages, dans la mesure où les grands officiers, et même leurs familles, résident peu sur leurs terres.

  • 105 Le Page, Finances bretonnes, p. 406-410.
  • 106 A.N. M.C. XIX 147 (15-12-1535) et 165 (6-6-1544) ; C.A.F., t. V n° 18366 (1-6-1525).
  • 107 A.N. M.C. CXXII 15 (29-9-1529).

43Parfois il est en fait difficile de déterminer dans quel sens les choses se sont faites. Jehan de L’Espinay et Jehan Parajau, qui se succèdent à la trésorerie et recette générale de Bretagne, ont des terres dans la même paroisse du comté nantais : Plessé. Est-ce cette localisation qui a rapproché les familles au 15e siècle, ou bien est-elle au contraire la conséquence d’une alliance antérieure (le grand-père de Parajau ayant épousé en secondes noces Marie de l’Espinay), elle-même liée à des activités financières communes105 ? Du moins les coïncidences sont-elles parfois troublantes. Ainsi pour deux officiers dont les biens fonciers sont rares, ou mal connus. Les seules terres de Jaques Arnoul sont localisées à Cour-Cheverny, tout près de celles des Hurault. Or Arnoul a commencé sa carrière à l’Extraordinaire des guerres, et, ce faisant, a sûrement dû cotoyer Raoul Hurault, qui accompagne plusieurs armées jusqu’à sa mort près de Naples en 1528106. Jehan Tassin pour sa part possède une métairie à Bouville tout près d’Alluye, seigneurie importante des Robertet107. Mais là, rien ne permet d’en dire plus. Il n’empêche : ce sont précisément deux officiers aux antécédents inconnus qui sont concernés par ces « coïncidences ». Celles-ci ont donc pu jouer dans les débuts de leur carrière un rôle qu’une documentation moins fragmentaire permettrait sans doute d’éclairer.

  • 108 A.N. J 966, 13/6 [25-10-(1536)].

44Dans les villes aussi, la proximité peut favoriser les relations. C’est le cas à Tours au début du siècle, où les hôtels des grands officiers sont nombreux. Parfois un étroit voisinage semble pouvoir prendre une signification particulière. Loys Caillaud, pilier de la Tour Carrée, évoque ainsi dans une lettre au chancelier du Bourg « la maison où feu monsgr le légat [Duprat] estoit dernièrement logé, près led. [Jehan] Prévost, ou logis du feu général [des Aides] Bonnoil, où demeuroit la Besnyère par louage »108. Cette connexité parisienne entre le chancelier ennemi de Semblançay, le principal accusateur de celui-ci et la veuve du dénonciateur de l’appel des Beaune (Estienne Besnier) est-elle totalement fortuite ?

  • 109 Sur les localisations parisiennes dans la première moitié du 17e siècle : Bayard, Monde des financ (...)
  • 110 A.N. M.C. XIX 147 et XIX 150 (12-4-1535 et 30-4-1538) pour la rue Saint-Denis ; XIX 147 (15-3-1536 (...)

45Par ailleurs se dessinent dans la capitale des regroupements par quartier, selon les offices détenus. On peut ainsi schématiquement opposer le quartier du Louvre et celui du Marais. Le premier est celui des hommes arrivés, au premier rang desquels figurent les trésoriers de France (cinq des quinze officiers localisés) alors que les détenteurs de charges de l’administration des guerres, la plus controversée et peut-être la plus enrichissante, ne sont que trois. À l’inverse, pour dix-huit domiciles dans le Marais, deux trésoriers de France seulement contre neuf individus liés aux guerres. Le Marais serait « affairiste » face à un Louvre plus rassis. L’échantillon est réduit, et l’hypothèse un peu fragile. Du moins cette concentration à l’est et à l’ouest de la rive droite est-elle inscrite dans une géographie durable109. Le choix du lieu de résidence a sans doute une signification sociale bien perçue à l’époque, comme le montre l’exemple de Jaques Marcel. Alors qu’il possède une maison (du chef de sa femme) rue Saint-Denis, en plein cœur marchand de la ville, et une autre rue de Bièvre, sur la rive gauche, entre deux collèges, il choisit de louer un domicile rue du Roi-de-Sicile, dans le Marais110. Si des problèmes d’espace peuvent aussi jouer un rôle, le choix du quartier n’est pas innocent chez un homme lié aux Morelet, solidement établis dans ce secteur. Au cours des années 1510-1520, de nombreuses maisons y ont circulé, par location ou par vente, au sein du personnel de Morelet. Ainsi des solidarités subtiles, dont beaucoup nous échappent malheureusement, sont-elles souvent à l’œuvre, en lien avec l’activité professionnelle des gens de finance.

2. Les solidarités professionnelles

  • 111 A.N. M.C. CXXII 1039 (24-1-1526) et Inv. Carré n° 1797 (23-7-1528).

46Entre eux, tout d’abord, un minimum de collaboration est nécessaire, quelles que soient par ailleurs la chaleur ou l’étroitesse des relations individuelles. Le risque est réel de prendre parfois ces indispensables contacts pour la manifestation d’une entente de nature différente, et de voir des relations claniques là où il n’y a que d’inévitables cotoiements dûs au travail commun. Ainsi, même s’ils ont toutes les raisons du monde de s’entendre mal, général et receveur général d’une même charge se doivent-ils d’œuvrer ensemble. Cependant, il n’est évidemment pas rare de déceler des liens plus significatifs. Certaines opérations financières, étroitement liées aux pratiques professionnelles, manifestent entre des officiers l’existence de contacts sérieux. Lambert Meigret peut ainsi compter sur l’aide de Jehan Carré et de Jehan Grolier dans les années 1526-1528, une période difficile pour lui. Au début de 1526, Carré lui achète 750 lt de rente, et en juillet 1528 il s’oblige envers le roi, tout comme Grolier, pour 10 000 lt dues par Meigret111. Ces liens ont pu se tisser grâce à la gestion de l’Extraordinaire des guerres et, avec Grolier au moins, dans le cadre d’activités communes en Milanais. Les rentes fournissent généralement un bon instrument pour mettre en évidence des relations financières : on l’a bien vu dans le chapitre précédent. Il n’est souvent pas possible de connaître la destination des capitaux réunis, de trancher entre usage « privé » (dots, achats de terre…) et « public » (prêts au roi, fonds de roulement pour la caisse gérée…). Mais l’important est ici qu’un lien spécifique soit créé.

  • 112 A.N. M.C. XIX 58 (31-5-1525) et XIX 151 (30-12-1538).
  • 113 A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533).

47Dans le cas des clercs et commis, longuement étudiés dans le premier chapitre, les contacts professionnels avec les grands officiers se situent le plus souvent dans un rapport de subordination. Mais de nombreuses relations se déroulent dans un cadre beaucoup plus informel, souvent quasi égalitaire. Entre Jehan Carré et plusieurs personnages assez notables qui œuvrent autour de lui, il ne semble pas y avoir de dépendance fonctionnelle. Ainsi pour Philibert Gallant qui représente Carré à Savone en février 1525. Il en va de même pour René Thizart, avec lequel Carré apure en 1538 sa situation financière concernant l’Extraordinaire des guerres112. Sans doute s’agit-il ici de fonds que Thizart, en tant que trésorier de l’Ordinaire, avait dû reverser à son collègue. Leurs relations sont de toute façon anciennes : tous deux sont dès 1511 clercs du maître de la Chambre aux Deniers François Briçonnet. Entre Lambert Meigret et Morelet de Museau se dessine une intéressante évolution. Meigret est d’abord clerc de Morelet, mais progressivement, en tenant compte de la différence d’âge, ils se retrouvent sur un relatif pied d’égalité. À la fin de sa vie, Morelet peut écrire à son cadet : « Je ne vous repputte pas moings mon bon amy que si estiez mon propre filz »113. Les rapports familiaux servent ainsi de modèle. Cependant il n’y a entre les deux hommes aucun projet d’alliance, à la différence de ce qui se produit avec Laguette, lequel doit épouser la fille de Morelet. Mais ce dernier meurt en Suisse et le mariage ne se fait pas. Avec Meigret et Morelet un lien très fort unit donc deux officiers de finance sans déboucher sur une « fusion » familiale autre que scripturaire. Il faut en effet le hasard, exceptionnel à cette date et dans ce milieu, de la retranscription d’une lettre privée dans un inventaire pour saisir ce phénomène, probablement assez répandu. Nul doute que les rapports professionnels ne tissent des réseaux parallèles, peut-être complémentaires des réseaux familiaux, mais plus difficiles à déceler.

  • 114 A.N. M.C. CXXII 1039 (4-1-1526). Suit une deuxième version de cette transaction, légèrement différ (...)

48Un autre hasard documentaire fait surgir au sein du monde des finances une autre forme de sociabilité. L’affaire concerne dix personnes, dont huit officiers : Estienne Galloys, grenetier de Gien, Sanson de Sacarlarre, contrôleur de l’Écurie, Morelet de Museau fils, trésorier des Ligues, Guillaume de La Lande, receveur d’Évreux, Emery Berquier, « trésorier » (sans doute de Vendômois), Anthoine Grolier le jeune, élu de Lyon, Jehan Laguette et François Rousselet, tous deux également cités comme « trésoriers », auxquels s’ajoutent deux hommes cités sans fonction : Guyon de la Maladière, futur trésorier des guerres, et Guillaume Loiseux. Pour saisir ce qui les réunit, une citation un peu longue s’impose : « Monsieur le trésorier Jehan Laguette baille aux dessus nommez à chacun six aulnes de veloux noir du pris de six livres tournois l’aulne, et six aulnes pour luy qui sont en tout LIIII aulnes montans aud. pris [de] IIIc XXIIII lt, pourveu que le premier marié d’iceulx s’oublige corps et biens à payer ladite somme, de laquelle led. Laguette sera franc pour l’avance qu’il fait de lad. somme, et led. premier marié, tous les autres demoureront quictes. Et pour ce que led. receveur d’Evreulx est en fiancailles, ce sera au premier enfant malle qu’il aura de sa femme. Et quant au grenetier de Gien Estienne Gallois, pource qu’il est marié et qu’il doubte sa femme estre enceinte, a esté accordé que au cas que sad. femme acoucha d’huy en douze mois entiers, ce sera à payer à son deuxiesme enfant […]. Celui qui aura paié ne pourroit avoir recours sur les autres mais en demeurent quictes »114. Les charges détenues importent moins ici que les relations avec certains des grands officiers de l’heure. Les clercs du trésorier de l’Ordinaire Jehan Grolier sont au moins quatre (La Maladière, Rousselet, Loiseux, Anthoine Grolier), et Jehan Grolier vient par ailleurs de « plei-ger » Guillaume de La Lande pour son douaire. Berquier est commis de Carré et Laguette de Morelet, lequel supervise aussi les activités de son fils. Tous ces jeunes gens se sont donc probablement connus dans les services des guerres, Ordinaire et Extraordinaire confondus. Ils constituent ici une association de célibataires, déjà boiteuse en raison de deux mariages, pour laquelle le « gage » en cas de chute dans la vie conjugale ou dans la paternité est loin d’être négligeable. Les « aulnes de veloux noir » serviront à coup sûr à porter le deuil de celui qui s’éloigne de cette fraternité de célibataires, ou de tous jeunes époux pour lesquels on aménage un peu les règles du jeu. C’est incontestablement le travail en commun, dans les mêmes services et sous les mêmes maîtres, qui fonde ce projet. Il évoque certaines pratiques des bachelleries, mais pour un groupe très restreint et avec un investissement financier inaccessible pour la plus grande partie de la population.

3. Solidarités spécifiques, solidarités perturbées : le problème religieux

  • 115 Une liste assez longue dans Guiffrey (éd), Cronique, p. 131-132.
  • 116 A.N. M.C. CXXII 1053 (11-2-1539) : don de biens lui ayant appartenu. Un récit de sa fin figure dan (...)

49Ce sont d’abord les mesures de répression qui nous font découvrir l’existence, chez les gens de finances, d’hérétiques ou de supposés tels. Ils sont plusieurs, en 1534, parmi ceux qui fuient la colère royale après l’affaire des Placards, du receveur du Parlement de Rouen Helouin du Lin, connu aussi pour plusieurs commissions financières, aux clercs de finances Claude « Borberion » et Lion Jamet, ami de Marot115. Le premier « martyr » parmi les officiers de finances est Audebert Valton (ou Valleton), receveur des fouages dans le diocèse de Nantes, qui vit à Paris et est en 1535 « exécuté à mort pour le crime de hérésie »116. Mais aucun des grands officiers du temps ne figure parmi ces premières victimes.

  • 117 Sur elle voir Jean Dupebe et Philippe Hamon, « Humanistes en famille : les Meigret », Bibliothèque (...)
  • 118 Franz Josef Hausman, Louis Meigret, humaniste et linguiste, Tübingen, 1980, p. 8-9.
  • 119 A.N. J 958 n° 37, dans la liste des maisons parisiennes de Spifame. Deleaue et Le Roy sont opposan (...)
  • 120 Heller, Conquest of poverty, p. 86 ; Spont, Documents, p. 341 (article XI).
  • 121 Fils de Xans (ou Sans) Godailh, qui a résigné pour lui à survivance : A.N. J 967, 24/2. Ce Sans Go (...)
  • 122 Heller, Conquest of poverty, p. 93-98.

50Il est très délicat de saisir comment se répandent les idées nouvelles. Une nébuleuse de « mal sentants » se dessine cependant à Paris, au sein de laquelle les gens de finances tiennent une place notable, et la famille Meigret un rôle important117. Le 18 mars 1532, le Parlement de Paris ouvre une instruction contre des hommes « chargez d’avoir mangé de la chair durant le temps de Karesme et autres jours prohibez »118. Parmi eux, outre Clément Marot, figurent Laurent et Loys Meigret, deux frères de Lambert alors en Suisse, ainsi que Méry Deleaue, vicomte et receveur ordinaire de Bayeux et André Le Roy, personnage qui pose d’importants problèmes biographiques, mais qui a exercé des charges financières. Tous peuvent facilement s’assembler car ils sont voisins. Mery Deleaue habite rue des Bouchers (actuelle rue de Braque), dans une maison louée à Gaillard Spifame. André Le Roy, pour des raisons inconnues, est aussi attaché à cette demeure située juste derrière l’hôtel constitué par Lambert Meigret rue Sainte-Avoye119. Les Meigret permettent peut-être aussi de faire le lien avec un cercle d’hérétiques agenais. En effet Jaques Thouard, greffier de la sénéchaussée d’Agen, qui en fait partie au milieu des années 1530, est selon toute apparence un ancien commis de Lambert Meigret. Il avait alors des attributions relativement importantes car il était en 1521 son clerc et commis général en Italie, au temps où Meigret dirigeait les services de l’Extraordinaire120. À Agen Thouard joue un rôle important dans la diffusion des nouvelles idées qui touchent ici d’autres officiers de rang élevé : le receveur des tailles d’Agenais Robert Godailh121 et surtout le général des finances de Guyenne Pierre Secondat122.

  • 123 Rott, Représentation, t. I p. 383 et 387.
  • 124 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 221 et 228.

51A ce stade se pose un sérieux problème de méthode : si la famille Meigret joue un rôle dans cette diffusion, est-ce pour nous l’assurance que Lambert, l’officier de finance, a basculé du côté des « mal sentants de la foi » ? À sa mort en Suisse en 1533, l’ambassadeur de l’empereur dans ce pays écrit qu’il « avoit le bruict d’estre luthérien »123. Mais comment faire ici la part de la rumeur, de l’assimilation à l’un ou l’autre de ses frères (Laurent et Aimé ont nettement choisi la Réforme), voire de la pure malveillance ? Dans la fratrie, Jehan Meigret, conseiller au parlement de Paris, restera pour sa part un catholique tout à fait orthodoxe jusqu’à sa mort en 1556. Il est donc bien délicat de vouloir estimer combien de grands officiers sont touchés par la Réforme. Pour les secrétaires du roi qui exercent sous François Ier et constituent un groupe étroitement imbriqué dans celui des officiers de finance, Sylvie Charton-Le Clech risque une estimation pour l’ensemble du règne : 7 % sont des protestants déclarés, 31 % sont sympathisants ou ont des contacts familiaux avec les milieux hérétiques, 62 % restent catholiques. Elle conclut, avec raison, qu’il s’agit de chiffres élevés pour un milieu si proche du pouvoir124.

  • 125 Les conclusions concernant Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et sa femme (ibid., p. 224) me semblen (...)
  • 126 Guéraud, Chronique, n° 272.

52Cette courageuse tentative appelle cependant de sérieuses réserves. Tout d’abord les données disponibles pour trancher sont fragiles125. Ensuite, la chronologie demanderait à être affinée. Un témoignage des années soixante concernant un officier qui était déjà en poste vingt ans plus tôt ne signifie pas qu’il avait franchi le pas dans la première moitié du siècle. Ainsi du général de Piémont (sans doute Claude de Bourges) chez lequel un prêche a lieu à Lyon le 8 novembre 1561126. Outre le caractère ponctuel de l’indication, rien ne dit depuis combien de temps il pencherait vers la Réforme. Enfin, et c’est peut-être l’essentiel : au-delà des nuances et des difficultés de l’interprétation, il apparaît clairement que la catégorie médiane retenue, celle qui fait basculer la proportion d’hérétiques d’une étroite minorité à un groupe presque menaçant, est sujette à caution. En effet l’existence de contacts familiaux n’est en rien une indication valable pour les convictions de l’officier concerné, comme le montre le cas des Meigret, mais également bien d’autres. Ainsi chez les Duval, un frère de Jehan I (Pierre, trésorier des Menus Plaisirs) et un frère (ou un cousin) de Jehan II (Nicolas, secrétaire du roi), passent à l’hérésie sans que les deux grands officiers de finance paraissent touchés.

  • 127 A. Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, Genève, 1866, t. (...)
  • 128 Par exemple à la fin des années 1560 Gaspard de Saillans, devenu gendre de Claude de Bourges, se d (...)
  • 129 Voir les remarques de Barbara Diefendorf, « Les divisions religieuses dans les familles parisienne (...)

53L’adhésion à la Réforme de certaines individualités est incontestablement un facteur de tension à l’intérieur des familles concernées. Au sein du couple de Pierre Secondat, il semble bien que les options religieuses soient une source de conflit, son épouse restant fidèle au catholicisme et lui reprochant son choix. Il en va sans doute de même chez les Morelet. Le général des finances est resté catholique, mais son fils Anthoine semble avoir assez tôt sympathisé avec les réformateurs127. On a quelques traces de tensions familiales entre Morelet de Museau et Anthoine, sans qu’il soit possible de savoir si elles ont un rapport avec la question religieuse. Il faut d’ailleurs bien voir que pendant les années vingt les positions des uns et des autres sont encore loin d’être définitives. D’ailleurs ce clivage entre les générations, dont on a d’autres exemples au cours du siècle128, n’entraîne pas de rupture radicale entre les deux hommes, et la volonté du père de transmettre à son fils sa charge de trésorier des ligues suisses le montre bien. Il faut donc être prudent : les tensions nées des choix religieux ne débouchent pas forcément sur des ruptures familiales complètes129. La pré-gnance du modèle familial prend ici encore tout son sens.

54Une conclusion s’impose alors : une relation forte entre des officiers passe nécessairement par des liens diversifiés. Dans le même temps, l’existence d’ » atomes crochus » entre les individualités, c’est à dire tout ce qui sous-entend la solidité d’une relation, pousse à élargir encore la sphère des activités communes. Entre Meigret et Morelet, les intérêts communs, de la Suisse, où tous deux sont ambassadeurs, à la finance, en lien avec une évidente « amitié », se conjuguent pour développer une relation privilégiée. Il faudrait, rêve impossible, pouvoir passer pour tous d’une description analytique, telle qu’elle a été conduite jusqu’ici, à une mise au point synthétique pour saisir pleinement les modalités du comportement social des grands officiers. Il faudrait aussi pouvoir dépasser les relations bilatérales, pour faire apparaître, pour l’ensemble du groupe, les contours d’un véritable « réseau de vie ». Avec peut-être le risque d’une dilution qui, comme lors de l’extension à l’infini des généalogies, fait perdre le contact avec les réalités concrètes.

  • 130 À titre de comparaison, la remarque de Fritz Stern, L’or et le fer, Bismarck et son banquier Bleic (...)
  • 131 A.N. M.C. XIX 76 (9-12-1535) et XIX 161 (23-6-1542).

55Une complicité en matière religieuse, avec les risques inhérents à ce secteur, souligne l’importance de la confiance individuelle comme clef des solidarités agissantes130. Elle transparaît aussi au travers des fidélités dans le malheur manifestées par certains lors des poursuites qui frappent les gens de finance. De façon moins spectaculaire, mais plus fréquente, les constitutions de procureurs offrent un autre révélateur de cette confiance. Remettre le soin de ses intérêts à un tiers, en dehors bien sûr des professionnels de la procuration, n’est évidemment pas innocent. Lorsqu’Anthoine Le Maçon est en 1535 procureur de Jehan Prunier à la fois pour une reddition de compte et pour un prêt, nul doute qu’il existe entre eux une relation privilégiée131. À l’inverse, l’interruption d’une procuration, comme celle qui a lieu entre François et Anthoine Bohier, marque la fin d’une entente, ici, semble-t-il, minée depuis un certain temps.

  • 132 D’autant qu’elle est mise en avant dans un procès par la partie adverse : A.N. Z1a 66 f° 151 (19-2 (...)
  • 133 B.N. Dupuy 260 f° 331 (24-8-1532).

56L’évolution chronologique complique en effet les choses. Une solidarité, même fermement établie, peut en effet se dissoudre, pour de multiples raisons. On voit ainsi Jehan Prévost, d’abord proche de Semblançay, devenir son accusateur. La multiplication des poursuites sous François Ier a sûrement ici des effets importants, chacun cherchant alors à préserver ses propres intérêts. D’autre part la mise en évidence d’un lien ponctuel doit être utilisée avec précaution. La complicité qui semble unir, pour une fraude concernant les fonds du receveur de Poitou Jaques Ragueneau, à la fois l’épouse de celui-ci, un commis pourtant renvoyé, le général de la charge et le commis à la recette générale ne va sans doute pas bien loin132. Un lien unique, isolé, ne peut signifier grand chose, surtout s’il est contrarié par des solidarités différentes. Selon les individus et les périodes, le balancier penche alors dans un sens ou dans l’autre. Voici en 1532 François de Dinteville, cousin éloigné de Montmorency et soutenu par le grand maître, en correspondance avec Palamède Gontier, client plus modeste de l’amiral Chabot, à une époque où les deux leaders s’opposent nettement. Ici pourtant un autre lien l’emporte sur l’affrontement ou l’hostilité : c’est, écrit Dinteville, « l’amitié que j’ay cogneue en vous depuis que je vous cognois »133.

II. LES OFFICIERS DE FINANCE ET LES PUISSANTS

  • 134 Sur l’ambiguité du terme, voir par exemple les remarques de Sharon Kettering, « Patronage in Early (...)
  • 135 Dessert, Argent, p. 342.

57Dinteville est un grand seigneur, et il est délicat de savoir ce que l’emploi du terme amitié révèle ici : relations sur un relatif pied d’égalité avec Gontier – compte tenu de la dénivellation sociale – ou rapport clientélaire134. En même temps qu’ils s’inscrivent dans des réseaux internes, les officiers de finance sont également pris dans des solidarités verticales, très importantes dans la société du temps. Il n’est pas dans mon intention de les situer ici parmi l’ensemble de la population. La priorité a été donnée aux rapports qu’ils entretiennent avec les « puissants », rapports qui informent de façon non négligeable leur réussite sociale et professionnelle. Le terme de « puissant » est emprunté à Daniel Dessert135. Il appelle sans doute quelques précisions. Il ne saurait être ici question de classe dominante : la notion est beaucoup trop large pour mon propos et les grands officiers de finance eux-mêmes en font partie sans nul doute. Il ne s’agit ici en fait que de l’échelon supérieur de la classe dominante, celui qui détient le capital cumulé (économique, social et politique) le plus important, à l’échelle du royaume, ce qui lui donne une position de pouvoir exceptionnelle. Ce milieu très restreint, qui inclut la famille royale, est centré sur le groupe dirigeant, qui y possède une place de choix. S’il se taille la part du lion pour ce qui concerne les clientèles, dans le cadre des relations économiques en revanche, l’éventail s’élargit quelque peu.

A. LES CLIENTÈLES

1. Préalable : quelques réflexions sur les clientèles

  • 136 Parmi une production volumineuse, voir Robert Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Go (...)
  • 137 Présentation synthétique de cette approche dans Thierry Rentet, « Fidélités et clientèles en Franc (...)
  • 138 Voir Kettering (cf note 134 supra), p. 851.
  • 139 Ulrich Pfister, « Le petit crédit rural en Suisse aux xvi-xviiie siècles », A.H.S.S., 1994, n° 6, (...)

58Les travaux sur ce sujet, pour la France de la première modernité, constituent une bibliographie considérable et en constant accroissement136. Parmi les nombreux débats qui traversent la question, il m’apparaît nécessaire de mettre en évidence quelques choix. Le premier consiste à évacuer une opposition, jugée assez stérile, entre l’idéal d’affection et la réalité des profits matériels recherchés. C’est, me semble-t-il, faire fi de la complexité des motivations individuelles, qui s’entendent à articuler relations affectives et gestion des intérêts, au sens le plus large du terme. D’autre part, il m’apparaît également nécessaire de laisser de côté la distinction entre fidélité et clientèle137. Certes, il peut paraître légitime de distinguer des différences de degré dans la nature des engagements. Mais pour mon propos, le matériel documentaire ne permet généralement pas une telle subtilité. Plus fondamentalement, cette opposition, dans les faits, n’est sans doute pas très opératoire138. Il n’est pas aisé en revanche de définir de façon positive la relation de clientèle, relation personnelle, asymétrique, concrétisée par des échanges symboliques et matériels, marquée par l’interdépendance entre le patron et le client. Parler d’ » amitié instrumentale entre deux personnes à statut social inégal » est peut-être, sous une forme ramassée, une bonne approche139. Il n’en reste pas moins que la définition est un peu large et qu’il faudra, sur des cas précis, tenter plus loin de l’approfondir sous peine de noyer la notion dans les relations sociales globales.

  • 140 Pour les officiers du roi, il existe en outre une ambiguité spécifique qui tient à la nature du se (...)

59Celle-ci s’étend en effet au-delà de l’emploi direct dans la maison d’un puissant, d’autant que seuls les membres de la famille royale disposent de postes à pourvoir en très grande quantité. Toutes les démarches visant à recommander pour un don, un office ou une faveur nous mettent sur la piste de ce qui est au cœur de la relation entre patron et client. En ce domaine les puissants, et en particulier les membres du groupe dirigeant, occupent en effet, au niveau qui est le nôtre ici, une position de quasi monopole. Il est donc nécessaire d’en passer par eux. Mais toutes les interventions ne se valent pas et la recommandation, en elle-même, est une notion trop large et trop « faible » pour manifester une claire dépendance. Sauf à dire qu’entre clients et patrons, existe une relation de recommandation chronique. À ce mouvement de haut en bas répondent alors les services rendus par le client. Échange inégal donc, entre un supérieur et un inférieur. Pour affirmer l’existence d’une relation de clientèle, tout est alors question d’intensité et de durée, et donc de richesse de la relation, y compris sur le plan affectif. Il demeure donc une part d’ambiguité, que les choix effectués par l’historien, fondés sur une documentation jamais pleinement satisfaisante, ne lèvent pas toujours140.

  • 141 Ce qui ne signifie évidemment pas que les clientèles apparaissent avec l’époque moderne : voir une (...)
  • 142 Un document de 1525 évoque « les créatures du Roy et de Madame » : Ch. Paillard, « Documents relat (...)
  • 143 « Monsieur de Selin qui est à madame » ou « Monsieur de Villeneufve qui est à monsieur le grant ma (...)
  • 144 Le Page, Finances bretonnes, p. 426. Cette expression s’emploie déjà également au sein du monde de (...)

60Le milieu des grands officiers et la période de la Renaissance n’ont guère été étudiés dans cette perspective. Pour le 16e siècle, ce sont surtout les relations internes à la noblesse traditionnelle et le temps des Guerres de religion qui ont fait l’objet de travaux. Il est vrai que l’impact social et politique des clientèles est sans doute moindre dans la première moitié du 16e siècle que dans la seconde. Mais il faut bien faire le lien entre les deux périodes141. D’autant qu’on décèle alors l’emploi d’un vocabulaire significatif. Le mot de « créature » est déjà employé142. Il en va de même pour l’expression « être à quelqu’un »143. Cependant leur diffusion reste pour l’heure limitée même si un exemple au moins concerne un officier de finance : Gui XVI de Laval sollicite en 1530 Anne de Montmorency, en faveur d’Alexandre Dessefort, trésorier et garde de l’Épargne de Bretagne, « qui estoit secretaire de ladite feue dame [Claude de France], lequel a esté depuis à moy »144.

  • 145 Chabot, « ung das minhons del Rey », arrive à Marseille en 1524 : Valbelle, Histoire journalière, (...)
  • 146 Anthoine de Cériers, qui devient le premier receveur général d’Issoire, est le frère d’Amable, élu (...)

61Il faut distinguer ici, parmi les puissants, la famille royale, dont la clientèle fera l’objet d’un développement spécifique. Pour le reste, ce sont les membres du groupe dirigeant qui constituent, à l’image de Montmorency, les autres patrons d’importance. Ces hommes de pouvoir sont alors dans une situation de grande dépendance par rapport au pouvoir monarchique, ce que souligne bien le recours déjà fréquent au terme de « mignon »145. Dans le même temps les grands féodaux, dotés d’une surface politique propre, ont quasi disparu, ou vont le faire au cours de la période comme en témoigne le sort du connétable de Bourbon. La trace du rôle des féodaux du siècle antérieur transparaît cependant dans la place qu’occupent au sein du monde de l’office les familles de leurs anciens serviteurs. L’exemple des Bourbon, à la charnière des 15e et 16e siècles, est là pour le prouver, avec, parmi les grands officiers de finance, les Robertet ou, moins connus, les de Ceriers leurs alliés, une génération plus tard146.

2. La famille royale : Semblançay et les autres

  • 147 SPONT, Semblançay, p. 77, 83-85, 88 et sq. En avril 1513 encore, réclamant des fonds, Prégent de B (...)
  • 148 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 42.
  • 149 Béchu et al., Minutes du 15e, p. 247 n° 1986 (26-6-1493).
  • 150 Spont, Semblançay, p. 65-96 et 117-118.
  • 151 Pour autant le monde des serviteurs des Angoulême n’est pas exempt de rivalités internes. Sur l’ho (...)
  • 152 Spont, Semblançay, p. 123-125 et 188 note 4.

62Sous Charles VIII et Louis XII, celui qui n’est encore que le général de Beaune expérimente la pratique de loyautés plurielles. Outre celle qu’il doit au roi, Jaques de Beaune est en effet d’abord un protégé de la reine Anne. Il est son trésorier, lui prête régulièrement des fonds et demeure un proche conseiller financier de la reine jusqu’à sa mort147. Mais parallèlement, il a su se ménager une place dans la mouvance des Valois-Angoulême, comme le fait également Robertet148. Dès 1493, il s’oblige, avec Claude Quétier, marchand de Tours, pour 13 000 lt envers Charles d’Angoulême. Il s’agit du solde des 35 000 lt de la dot que Philippe de Savoie doit verser à cause du mariage de sa fille Louise149. Beaune entretient par la suite de bonnes relations avec Louise de Savoie. Il aplanit quand il le peut les tensions entre Anne et elle et sait, au moment opportun, avancer au duc François de Valois les fonds qui soulagent sa trésorerie150. Après l’avènement de François Ier, la fidélité de Semblançay envers Madame n’a aucune raison de se démentir. Elle est sans doute un des fondements de son credo politique, ce qui lui réussit d’abord fort bien, comme en témoignent à la fois le titre de général des finances de Louise, les dons plantureux dont il est le bénéficiaire et le « pouvoir » du 27 janvier 1518151. La mère du roi a en effet à cœur de se constituer une clientèle qui double et épaule le personnel royal, au sein duquel elle puise d’ailleurs amplement. Louise fait suffisamment confiance à Semblançay pour lui donner, en 1521, un rôle dans l’ » enfournement » du procès Bourbon et pour accepter dans sa maison son fds ou ses neveux152. Depuis la fin du règne de Charles VIII, les Beaune et leurs proches contrôlent la plupart des postes financiers importants des maisons royales. Le phénomène est encore accentué à partir de l’avènement de François Ier avec la prise en main des trésoreries des enfants de France.

  • 153 Ibid., p. 17, 150, 162-163 et 182 note 1 ; Spont, Documents, p. 338 (article VI) ; A.N. M.C. XIX 5 (...)

63Il faut dire que les relations sont excellentes avec l’ensemble des membres de la famille royale. Lorsque Marguerite d’Angoulême doit prendre possession du duché de Berry, Semblançay et son fils Guillaume sont, avec l’évêque de Senlis Jean Caluau, ses procureurs. Guillaume Briçonnet, le confident de Marguerite, est un neveu de Semblançay. Quant au Bâtard de Savoie, demi-frère de Louise et grand maître à partir de 1519, il est en relation financière avec Semblançay dès 1489. Il l’appelle son « bon père » dans leur correspondance, partage avec lui la tutelle du petit-fils d’Ymbert de Batarnay, intervient pour faire nommer un de ses neveux avocat du roi au Parlement de Paris, lui confie la gestion d’une partie de ses terres et en fait, en 1521, son exécuteur testamentaire153.

  • 154 Sur ce thème, voir Hamon, Argent du roi, p. 291-292 et 340-346. Se reporter aussi aux développemen (...)
  • 155 Sur ses dépenses à cette occasion, voir Quilliet, Officiers, p. 191.
  • 156 Marguerite d’Angoulême, Correspondance avec Guillaume Briçonnet (1521-1524), éd. par M. Veissière, (...)

64La rupture se produit, fort logiquement, parallèlement à celle qui a lieu avec les finances royales, tant les relations personnelles et les caisses sont imbriquées. La période charnière se situe donc en février-avril 1524154. L’implication de Louise est directe dans le procès de reddition de comptes, car ses propres finances sont en cause155. Marguerite d’Angoulême pour sa part prodigue d’abord des encouragements et des conseils de patience jusqu’en février 1524. Elle se veut rassurante et affirme à Guillaume Briçonnet, inquiet pour le sort de son oncle, « que le Roy ne Madame ne luy feront rien contre son honneur »156. Mais bientôt le silence se fait. Peut-être chapitrée par sa mère, Marguerite n’osera plus rien en faveur du disgracié. Le soutien de René de Savoie dure un peu plus longtemps. Une lettre du 15 avril 1524, alors que la rupture est déjà consommée, manifeste encore un réel appui envers Semblançay. Cependant son départ en Italie à la suite du roi, qui l’éloigne des contingences de l’affaire, puis surtout sa mort à Pavie, empêchent de savoir si le Bâtard l’aurait soutenu au-delà des difficultés initiales.

  • 157 Autre signe de son succès : la désignation de son fils Jaques comme maître des requêtes en 1524 gr (...)
  • 158 Spont, Semblançay, p. 207 ; Lefranc et Boulenger, Comptes, p. 14.
  • 159 Arthur de Boislisle, Histoire de la maison de Nicolay. Pièces justificatives, Paris, 1873, t. 2 p. (...)
  • 160 A.N. M.C. XIX 54 (22-12-1522) pour Apestéguy-Rappouel ; Spont, Semblançay, p. 205 note 1 (avec une (...)

65Mais l’essentiel se joue au sein de la clientèle de Louise de Savoie. L’opération chirurgicale qui se déroule alors dans sa maison consiste en un tri parmi le personnel sur la base de l’éviction des proches de Semblançay. L’intéressé perd bien évidemment la direction des finances de Madame, au profit de Philibert Babou. Pour ce dernier, les promotions comme trésorier de l’Épargne et général des finances de Louise de Savoie se succèdent logiquement157. Guillaume Ruzé, neveu de Semblançay, doit céder à Victor Barguyn la charge de receveur général de Madame. La parenté est spontanément reconnue, dans les cadres mentaux qui président à l’opération, comme un signe de complicité. Aussi, sans en avoir de certitude documentaire, on peut supposer que Martin de Beaune, fils de Semblançay et grand aumônier de Louise en 1522, est lui aussi écarté158. La clientèle financière épurée comprend alors, outre Babou et Barguyn, Lambert Meigret et Thomas Rappouel, directement impliqués dans la reddition des comptes, Guillaume Preudhomme, soutenu contre les prétentions de la commission de 1523, et bientôt Jehan Prévost, avec toutes les singularités qu’offre son parcours. Leurs relations avec Madame sont étroites, voire intimes, au moins pour Babou. Louise en 1528 affirme avoir « à cueur les affaires dudict Babou […] pour le congnoistre mon serviteur tant intime et famillier comme il est »159. Il est possible aussi que le personnel tout nouvellement en place en Guyenne se rattache à cette mouvance. Il se trouve en effet à la tête d’une circonscription née du démantèlement de la grande charge tenue par Guillaume de Beaune. Par ailleurs, Pierre d’Apestéguy, le général, a précédé Rappouel comme comptable de Bordeaux et devient bientôt le premier trésorier des Parties casuelles. Quant à Hugues Malras, le receveur général, il fait des difficultés à Thomas Bohier, l’allié de Semblançay, au début de 1524160. Ces derniers éléments sont plus fragiles, mais il semble bien que toute une partie du personnel de haut rang, lâchant Semblançay et les siens (ou ne les ayant jamais soutenus), trouve auprès de Madame le soutien qui lui permet de rebondir professionnellement.

  • 161 A.N. J 968, 15/1 (8-9-1536).
  • 162 Dans un cas de ce genre, la notion de « broker », introduite par l’historiographie anglo-saxonne, (...)
  • 163 Spont, Semblançay, p. 245 ; A.D. Indre-et-Loire 3E1 28 f° 109v°.

66La simplicité de ce schéma appelle quelques compléments. En 1536, dans une lettre au chancelier du Bourg, Victor Barguyn souligne qu’il est entré depuis longtemps en son « obéissance et subjection »161. Ceci date à coup sûr de la période où tous deux se trouvaient, à des échelons différents, dans la clientèle de Louise de Savoie. Anthoine du Bourg était alors président de son Conseil. Il semble donc avoir joué un rôle de médiateur, presque de « patron intermédiaire », entre Barguyn et Louise162. Par ailleurs, le clivage né de la rupture de 1524 ne fait pas disparaître pour autant toutes les solidarités tissées jusqu’alors dans le milieu des proches de Madame. Ne serait-ce qu’en raison des alliances qui ont été scellées. Les réseaux dans lesquels s’insère Guillaume de Frain offrent un bon exemple de ce cas de figure. Il est, jusqu’à la fin, un très proche collaborateur financier de Semblançay, arrêté d’ailleurs en même temps que lui. Pour autant, il est aussi beau-frère de Victor Barguyn, et reste en relation avec ce dernier au-delà de 1524. Il agit ainsi en son nom, à Tours, le 17 octobre 1525163. Il ne faut donc peut-être pas exagérer la portée du fossé creusé par la réorganisation de la maison de Madame.

  • 164 B.N. fr 3054 f° 27-31.
  • 165 Le Page, Finances bretonnes, p. 397-398 ; A.N. M.C. VIII 68 (16-4-1540).
  • 166 A.M. Lyon, BB 64 f° 8v°, cité par Bonnet Saint-Georges et al., De L’Orme lyonnais, p. 160.
  • 167 Il est cité comme secrétaire dès 1529 : A.N. M.C. CXXII 15 (29-9-1529) et comme contrôleur ordinai (...)
  • 168 Lefranc et Boulenger, Comptes, p. 68, 78, 81, 88 et 94 ; V.L. Saulnier, « La correspondance de Mar (...)

67Jusqu’à ce que celle-ci disparaisse en 1531, il est sûr cependant que certaines familles ont particulièrement profité de la situation pour s’enraciner dans sa maison. Elles parviennent, pour une partie d’entre elles, à intégrer ensuite les maisons royales. Dans une liste des gens de Louise retenus à cet effet figurent trois Babou, mais aussi trois du Plessis, dont le futur général de Languedoc et un de ses fils, et Nicolas de Neufville164. Cependant, ces trois familles sont déjà intégrées à l’appareil d’État. Pour elles, il ne s’agit guère que d’un reclassement, non d’une entrée dans un monde nouveau. Il n’en va pas de même pour Anthoine Bullioud : ancien clerc de Babou, commis de Victor Barguyn pour la trésorerie de Madame, trésorier de Bourbonnais quand celle-ci contrôle le duché, il bénéficie de sa faveur post mortem pour accéder à un grand office de finance : le 29 octobre 1531 il devient général de Bretagne en considération « des bons et agréables services qu’il a par cy devant faictz tant [au roi] que à feue [sa] tres chere et tres amée dame et mere »165. Il s’attache dorénavant à un nouveau maître, Henri, dauphin et duc de Bretagne, qui s’exprime de façon très éloquente en 1546 à son sujet : « Il me faict chacun jour tans de bons et grans services que je entreprendray tousjours de le suporter, favoriser et ayder en ses affaires en tout ce qui me sera possible »166. La même réussite récompense d’autres clients de membres de la famille royale. Ainsi Jehan Tassin, longtemps secrétaire et contrôleur ordinaire de la maison du roi et de la reine de Navarre, finit-il par devenir receveur général des finances en Guyenne en 1543167. Marguerite continue aussi l’action de sa mère, par exemple en pensionnant Philibert Babou encore en 1539 et en présentant au pape une demande de dispense pour le mariage d’un de ses fils, qui est son échanson, avec une fille de Florimond Robertet168.

3. Les puissants et les clientèles

  • 169 B.N. fr 3066 f° 131 et fr 2978 f° 125v°.
  • 170 B.N. fr 4754 f 3 et fr 2976 f° 86. Il est étonnant de voir Neufville, pourtant bien introduit aupr (...)
  • 171 Jourda, Marguerite d’Angoulême, p. 158. Sur Mesnager, voir aussi B.N. fr 3067 f° 83 [22-6-1530]. L (...)

68Les autres puissants, hors famille royale, ont aussi leurs clients chez les gens de finance. Chabot, en février 1527, vante les mérites du trésorier Tertereau et souligne : « Il est de mes amys à qui je vueil faire du plaisir ». Certains ont d’ailleurs la possibilité d’intervenir dans la circulation même des offices de finance. En juillet 1521, Lautrec « parle au Roy touchant les resignacions que les trésoriers Morelet et Grolier veulent faire de leurs offices, surquoy il [lui] a fait responce qu’il estoit content pourveu que l’un et l’autre eussent rendu leurs comptes »169. Ils peuvent même s’entremettre pour ce qui concerne les maisons royales dont on vient de parler longuement. Lorsqu’en juin 1530 il faut pourvoir les postes de la maison de la nouvelle épouse de François Ier, Éléonore, qui va bientôt entrer en France, les Montmorency sont particulièrement bien placés, puisque le grand maître a obtenu du roi la responsabilité de ces provisions. Louise de Montmorency, sa sœur, lui fait part des demandes formulées par Clérambault Leclerc et Charles Mesnagier, respectivement trésorier et argentier de la feue reine Claude, pour reprendre leurs fonctions auprès de la nouvelle souveraine. Louise les estime tous deux « de [ses] bons serviteurs ». De son côté Nicolas de Neufville, lui même fidèle du grand maître, lui écrit pour lui « faire requeste […] pour un [sien] nepveu de l’office de controleur de la despence de la Royne »170. Le déluge des demandes de recommandation qui s’abat sur le grand maître lui rend impossible de les satisfaire toutes. Si Mesnagier retrouve effectivement son poste, Leclerc n’y parvient pas. Encore le premier, qui ne néglige rien, avait-il pris la précaution de se faire recommander également par Marguerite de Navarre171. Tout patron rencontre des limites à son action.

  • 172 Voir des exemples dans Hamon, Argent du roi, p. 389-396.

69Pour remplir son rôle, il doit disposer d’un accès à la source de toute faveur, le souverain, qui rend les arbitrages ultimes en cas de rivalité aiguë172. La disgrâce brouille ce schéma de façon décisive. Le client peut alors, soit tenter de reporter ailleurs son allégeance, soit parier sur un retour en grâce de son patron, et attendre des jours meilleurs. Mais, même en pleine faveur, un patron ne peut jamais tout, dans la mesure où il existe toujours, parallèlement, plusieurs réseaux de clientèles entre lesquels le roi maintient un (relatif) équilibre.

  • 173 Il n’est cependant pas impossible, à l’inverse, qu’il puisse exister des positions de pouvoir sans (...)
  • 174 Coyecque, Recueil, t. I n° 793 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 3711 (12-12-1550).
  • 175 A.N. M.C. VIII 82 (21-12-1556). La maison, située couture Sainte-Catherine, a une grande valeur (e (...)

70La question fondamentale demeure néanmoins la validité même des relations que l’historien dégage entre puissants et officiers. C’est souvent, comme pour les réseaux familiaux, une obsession du chercheur que de mettre au jour les liens de clientèle, et ce d’autant plus qu’il est généralement admis qu’une ascension socio-professionnelle ne peut se faire sans appuis173. A la fin du 15e siècle, Jehan Brachet, receveur des tailles à Orléans (et père d’un grand officier du corpus) dépense 501 lt à la requête de Robert de Lenoncourt, alors archevêque de Tours, pour défrayer un étudiant à l’université d’Orléans. En 1550, Henri de Lenoncourt, comte de Nanteuil-le-Haudoin, fait don à un petit fils du receveur de droits seigneuriaux « pour aucunement le récompenser des plaisirs qu’il [lui] a faictz par cy devant ». L’acquisition des biens en cause date du temps du grand-père Brachet174. De ces bribes de relations, à deux générations d’intervalles, peut-on inférer l’existence d’un rapport privilégié sur le long terme entre les deux familles ? Les informations disponibles sont bien ténues. D’autant qu’un geste isolé ne peut être toujours décisif. Lorsque Pierre Legay, trésorier de l’Extraordinaire des guerres, lègue une maison à Montmorency en 1556, c’est peut-être non pas le signe ultime d’une allégeance, mais tout simplement un moyen de s’assurer la bienveillance d’un homme de pouvoir pour le bon déroulement de sa succession175. L’idéal serait de distinguer les relations clairement clientélistes des cas où les financiers rendent des services ponctuels à des puissants pour s’attirer d’indispensables bonnes grâces. Mais la frontière serait sûrement difficile à déterminer.

  • 176 Deville, Comptes de Gaillon, passim (voir l’index), Mecquenem, Antoine Bohier, p. 8.
  • 177 Courteault, Nicolay, p. 219 ; A.D. Bouches-du-Rhône, B 26 f° 339v°. Le texte de nomination précise (...)
  • 178 B.N. fr 3873 f° 41 et 3029 f° 108 et 121v°. Jehan Robineau est vraisemblablement un fils du trésor (...)
  • 179 B.N. fr 3873 f° 4v°-5. Sur les « troubles » consécutifs à cette élection : A.C. Dijon, BB 173.

71L’exercice de tâches durables au service des Grands paraît en revanche constituer un indice plus solide. Ainsi lorsque les frères Thomas et Anthoine Bohier servent le cardinal d’Amboise, et en particulier supervisent les travaux entrepris au château de Gaillon176. C’est sans doute plus net encore lorsqu’il s’agit de fonctions exercées en début de carrière. Pierre d’Arles est en 1503 maître d’hôtel du marquis de Rothelin, Philippe de Hochberg, grand sénéchal de Provence. Quinze ans plus tard, il accède à la trésorerie et recette générale de Provence177. Mais souvent des relations d’ordre professionnel au sein de l’administration royale, mal interprétées, peuvent être prises pour des relations de dépendance. Or la prudence est de rigueur. Ainsi lorsqu’un document évoque le « trésorier Robineau », qui sert successivement le grand maître Chaumont, l’amiral de Graville, le duc de Nemours Gaston de Foix et l’amiral Bonnivet, plutôt que ses patrons successifs, il s’agit selon toute vraisemblance ici des hauts responsables politiques, impliqués en particulier en Milanais, qu’il a secondé pour le service du roi sous Louis XII, puis sous François Ier. Mais cela n’empêche pas Bonnivet, le dernier cité, d’intervenir en sa faveur en 1521 pour l’obtention du greffe de la prévôté d’Orléans178. Entre le gouverneur et le receveur général d’une province par exemple, le risque méthodologique est évident de prendre des relations fonctionnelles pour des relations de clientèle. Il ne suffit pas entre eux d’une correspondance suivie pour faire pencher la balance. Tout dépend de ce qu’elle contient. D’autres éléments doivent servir à étayer ce qui ne peut être, d’abord, qu’une présomption. D’où l’intérêt d’actes précis d’un puissant en faveur d’une famille donnée. Quand Chabot, gouverneur de Bourgogne, impose Pierre Sayve comme maire de Dijon en mettant sur la touche le titulaire du moment, on peut en inférer que les Sayve sont effectivement ses clients, parmi lesquels figure Girard, alors payeur de la compagnie de l’amiral et futur receveur général de la province179.

  • 180 B.N. fr 2987 f° 41 et 67 : le Bâtard de Savoie écrit à Montmorency : « Quant à 1 affaire de Jehan (...)
  • 181 A.N. M.C. CXXII 1048 (17-8-1534). Ils évoquent d’ailleurs la présence auprès de Jehan de la Barre, (...)
  • 182 Sur une cession de terres par Poncher à Montmorency en 1527, qui va dans le même sens, voir REY, F (...)

72Les relations entre Anne de Montmorency et les grands officiers de finance illustrent bien la difficulté à trancher qui est parfois celle de l’observateur. Incontestablement, certains sont ses clients. Parmi eux Jehan Ruzé, pour lequel Anne se dépense tant, Jehan Breton, qu’il soutient entre autres pour l’obtention de la généralité de Blois et qui fait partie de ses fidèles ou Jehan Grolier, en faveur duquel il intervient plusieurs fois lors des poursuites dont il fait l’objet. Mais, dans bien des cas, l’hésitation est de rigueur, en raison du caractère ponctuel des allusions. Ainsi pour Jehan Carré, qu’Anne pousse en janvier 1524 à l’Extraordinaire des guerres, pour Jehan Prévost, qu’il recommande au chancelier en 1537 ou pour Pierre d’Apestéguy, qu’il choisit en 1549 pour gérer les finances d’une expédition écossaise180. Mais la position de pouvoir de Montmorency au milieu du règne de François Ier et sous Henri II est telle qu’il fait figure de passage obligé, on l’a déjà vu en 1530 avec la maison d’Éléonore, et que toutes ses interventions ne peuvent être considérées comme fondées sur une relation de clientèle. On retrouve par ailleurs le risque de confusion avec des relations fonctionnelles dans le cas de Jehan de Poncher, général jusqu’en 1535 d’un Languedoc dont Montmorency est gouverneur. La situation de Poncher est d’ailleurs particulièrement complexe, dans la mesure où il est à l’évidence un client du prévôt de Paris Jehan de la Barre, lequel n’apparaît guère, dans la conjoncture du début des années 1530, comme un allié du grand maître, bien au contraire : leurs relations semblent plutôt mauvaises. Et pourtant, il y a sans doute des passerelles entre les deux maisons s’il faut en croire un indice, certes ténu, mais révélateur. En août 1534, alors que le prévôt de Paris est mort depuis seulement cinq mois, Rémonet de Baigneux, son valet de chambre, et Laurens de Lebecourt, son barbier, sont déjà passés au service de Montmorency181. Il est donc possible que Poncher ait pu espérer aussi trouver chez le grand maître une position de repli182.

  • 183 A.N. M.C. XIX 86 (10-7-1543).
  • 184 A.N. X1a 8621 f° 198v°-199 ; C.A.F., t. III n° 9372 (24-10-1537). Richelieu n’agit pas autrement u (...)
  • 185 Le Page, Finances bretonnes, p. 226.

73Malgré la position de force que peut occuper ponctuellement tel ou tel proche du roi, il n’existe pas encore de concentration « ministérielle » des patronages telle qu’on pourra la connaître plus tard. Pour autant, leur rôle n’est peut-être pas négligeable pour le fonctionnement de l’administration monarchique. Dans une certaine mesure, au début du 16e siècle, l’existence de tels liens contribue plutôt à accroître l’efficacité de l’action de l’État. Les contacts personnels facilitent le contrôle politique du groupe dirigeant sur les finances de la monarchie et la transmission des impulsions données par le Conseil. Ils peuvent parfois permettre d’apaiser certains conflits internes. Ainsi lorsque la veuve de l’amiral Chabot, récente héritière du patronage bourguignon de son époux, s’entremet entre deux personnalités en vue de la Chambre des comptes de Dijon, l’ancien receveur général Bénigne Serre et Jehan Godran, pour régler un différend qui les oppose183. En définitive, grâce à ces réseaux, les patrons, qui vivent eux-même en étroite symbiose avec l’appareil d’État, diffusent cette symbiose aux échelons inférieurs. Le secteur de la marine est à cet égard révélateur : Jaques Ragueneau, commis aux payements de la marine du Levant sous le Bâtard de Savoie, gouverneur de Provence, est en même temps trésorier privé dudit Bâtard. Quant à Palamède Gontier, il profite de la charge d’amiral de Chabot, dont il est le dévoué secrétaire, pour obtenir une commission pour la trésorerie de la marine du Ponant184. Comme l’affirme Gui XVI de Laval intervenant en faveur d’anciens serviteurs de la reine-duchesse Claude de France : « En bien les trectant, j’en auray meilleur credit avec tous ceux du pays [de Bretagne] et m’en ayderay mieux pour le service du Roy »185.

74Au début de la période, la dépendance des grands officiers de finance envers leurs éventuels patrons, en dehors bien sûr de la famille royale, n’est peut-être pas très grande. Ils constituent en effet un groupe assez cohérent et disposent d’une position de pouvoir non négligeable. Mais la situation évolue au long du règne de François Ier. Elle est d’abord marquée par les réformes et les poursuites, qui fragilisent la position des gens de finance et les conduisent selon toute apparence à s’attacher plus étroitement à un homme ou une famille capables de les défendre, et disposés par la suite à leur éviter autant que possible de tels assauts. Le mouvement de régionalisation des charges va dans le même sens, en plaçant les titulaires dans une position moins favorable et en les poussant plus nettement à nouer avec les « leaders » provinciaux une relation clientélaire, accentuant et systématisant un mouvement qui a cependant des racines plus anciennes.

  • 186 Pour une illustration des relations financières de Chabot avec B. Serre, voir A.N. M.C. III 6 (28- (...)
  • 187 B.N. fr 20649 f° 111, 188, 193 et 194. Sur les pressions de Guise pour faire élire Bénigne Serre m (...)
  • 188 B.N. fr 20649 f° 77 et 113. Pour les Godet, un exemple d’intervention financière en A.N. M.C. VIII (...)

75Les accusations portées contre Chabot lors de son procès, couplées avec d’autres sources, permettent d’observer les débuts de ce phénomène en Bourgogne, entre autres au sein du personnel financier. Bénigne Serre, Palamède Gontier ou Girard Sayve ne se contentent pas de travailler avec le gouverneur, ils apparaissent clairement comme ses clients et ceux de sa femme186. Ce qui leur vaut, surtout aux deux premiers, d’être entraînés pendant un temps dans les déboires politiques de leur maître. Mais Chabot ne parvient pas à s’enraciner durablement dans la province. Il en va tout autrement des Guise, qui lui succèdent, et qui récupèrent à l’évidence une part appréciable de sa clientèle. Gontier, Sayve et Serre sont au service de cette famille, duc, duchesse et enfants confondus, dès les années quarante187. Les Guise disposent en même temps, depuis plus longtemps, du gouvernement de la Champagne où ils ont aussi leurs obligés parmi lesquels la famille Godet, et peut-être les de Champaigne qui entrent dans l’administration financière au début du règne de Henri II188. Au moins pour les Bourguignons, l’attention directe portés aux intérêts de la famille ducale évite tout risque de confusion avec de simples relations fonctionnelles. Une évolution semblable pourrait-elle être mise en évidence dans d’autres régions ? En cassant la caste de la haute administration financière, le roi et son Conseil placent les fragments éclatés aux quatre coins du royaume dans une situation beaucoup plus fragile face aux puissants implantés localement.

  • 189 A.N. M.C. CXXII 1058 (23-7-1540) et 1059 (24-12-1540), XIX 89 (20-5-1545).
  • 190 Anselme, Histoire généalogique, t. III p. 893 et t. VIII p. 942.
  • 191 A.N. M.C. CXXII 1124 (17-9-1537).
  • 192 A.N. M.C. CXXII 28 (20-8-1546) et LXVIII 19 (18-3-1555) ; C.A.H., t. II n° 2576 (29-3-1548). Au ni (...)

76D’autant qu’au sommet, dans les années 1540, la situation évolue avec l’apparition de « partis », dont le jeu dépasse, à mon sens, le ballet habituel des rivalités autour du monarque. Les stratégies clientélaires en sont compliquées, y compris pour l’historien. Un état de fait peut en effet donner lieu à une pluralité d’interprétation. Au début des années quarante, Charles de Pierrevive, trésorier de France en Languedoc, est maître d’hôtel ordinaire du dauphin Henri alors que son frère Anthoine, contrôleur de l’Argenterie, occupe la même fonction au service du duc d’Orléans189. La situation est identique pour leurs sœurs : Marie est dame d’honneur de Catherine de Médicis et son époux Anthoine Gondi maître d’hôtel du dauphin, alors qu’Antoine de Rostaing, qui a épousé Marguerite de Pierrevive, est de son côté maître d’hôtel du duc d’Orléans190. L’antagonisme qui règne entre les enfants royaux à cette époque est bien connu. Que signifie alors la partition des Pierrevive ? Faut-il y lire le souci de ménager du mieux possible leurs intérêts en ayant un pied dans chaque camp ? Au contraire, est-ce l’illustration institutionnelle d’un clivage traversant la fratrie, d’autant qu’Anthoine de Pierrevive sert aussi la duchesse d’Étampes191 ? Ne faut-il pas considérer plutôt les stratégies curiales des Pierrevive indépendamment de la tension au sein de la famille royale, l’essentiel étant pour eux de trouver à se « caser » à la Cour ? En l’absence d’informations complémentaires, il est impossible de trancher. Du moins Anthoine de Pierrevive parvient-il ensuite à trouver une sortie honorable en devenant, après la mort de Charles d’Orléans, maître d’hôtel de François Ier et surtout en restant en charge sous Henri II192.

  • 193 Sur l’accentuation du phénomène, voir les remarques de Jouanna, Devoir de révolte, p. 246. Certain (...)

77L’apparition durable des « partis », et leur exacerbation progressive, dans les années 1540-1550, dépassent de beaucoup le conflit qui oppose pendant quelques années les deux fils de François Ier. L’ensemble du groupe dirigeant est impliqué, ce qui marque les premières difficultés de l’arbitrage royal en son sein. Dans un tel contexte, sur les origines et les modalités duquel il ne m’appartient pas de m’étendre ici, l’attitude des grands officiers de finance me paraît marquée par une plus grande demande de protection et le désir plus systématique de s’intégrer dans des clientèles : cela devient une priorité. Ce comportement est l’héritier de pratiques politiques déjà anciennes, mais il manifeste aussi chez les gens de finance l’impact des poursuites des années 1527-1536 et celui des réformes financières, avec la dévalorisation des charges centrales (les nouveaux trésoriers ne sont guère que des caissiers en chef) et la « pro-vincialisation » de beaucoup de grands officiers. C’est une manifestation supplémentaire de la « médiatisation » progressive par les puissants des contacts entre les sujets et le pouvoir royal193. Et ceci est d’autant plus important qu’il s’agit d’officiers de premier plan et de l’argent du roi. Si la symbiose évoquée plus haut entre clientèles diverses et monarchie n’était pas remise en cause, il n’y aurait là rien de bien inquiétant. Mais l’entrée en jeu des factions, la montée des animosités à la fin des années 1550, puis l’arrivée des guerres civiles, alors que l’arbitrage monarchique se délite, donnent à cette « clientélisation » une tout autre tonalité.

B. LES RELATIONS ÉCONOMIQUES AVEC LES PUISSANTS

78Les officiers de finance ont également avec les puissants des relations économiques. Pour celles-ci le caractère de dépendance est beaucoup moins marqué. D’une certaine manière, elles peuvent même contribuer à rééquilibrer les rapports sociaux, sinon les hiérarchies, par la vertu d’opérations financières privées.

1. Les relations marchandes

  • 194 Collas, Les gens qui comptent à Bourges, p. 56. Il en fait par erreur un trésorier de France au li (...)
  • 195 Cependant en 1493 encore Jacques de Beaune est cité dans deux actes notariés successifs une fois c (...)
  • 196 Pour Guillaume Briçonnet, voir Chevalier, Tours, p. 482.
  • 197 Quilliet, Officiers, p. 211 ; Michaud, Chancellerie, p. 110 note 3.
  • 198 Jacqueton, Documents, p. 137, art. 42.

79Certains officiers de finance ont conservé une activité économique, que ce soit avec la fourniture de produits pour soutenir l’effort de guerre, comme le fer qui sort des forges de Laguette, ou en contribuant au développement maritime du royaume, comme les navires de Julien Bonacorsi ou de Pierre d’Apestéguy. Il est cependant difficile de savoir si les officiers dans ce cas sont nombreux. Au plus haut niveau, la dissociation est sans doute plus nette qu’au 15e siècle, au temps de Jacques Cœur et de ses successeurs dans la boutique de l’Argenterie. Dans les années 1480 encore, Jehan Lallemant père est à la fois receveur général et marchand drapier194. Mais la tendance se dessine nettement195. Lorsqu’ils intégrent certains postes de l’administration royale, les nouveaux promus sont sollicités par le souverain d’abandonner la marchandise196. À la fin de 1521, Oudart Hennequin, pourvu comme contrôleur général des finances d’Outre-Seine, obtient la permission de continuer pendant un an seulement son trafic, de façon à le liquider. Il en va de même un peu plus tard pour Loys de Pontac, receveur des tailles d’Armagnac. Mais ceci se produit uniquement lorsqu’il devient secrétaire du roi, alors qu’il est déjà receveur197. Pourtant une ordonnance de 1508 interdisait explicitement le « fait de marchandise » à tous les officiers des aides et tailles198. À l’évidence, elle n’est pas respectée, comme le montreront d’ailleurs d’autres exemples plus avant dans ce paragraphe.

  • 199 C.A.F., t. VI n° 19985 ; Arbaumont, Armoriai, p. 456.
  • 200 A.D. Rhône, 3E 4205 f° 58. Il agit sans doute comme l’élu de Lyon Anthoine de Vinols qui au même m (...)
  • 201 Pour Bonacorsi, voir le développement qui lui est consacré dans le chapitre premier, p. 110-112. C (...)
  • 202 A.N. X3a 41 (12-6-1534). De même les relations de Jaques Arnoul avec des marchands d’Agen l’impliq (...)

80Les sources disponibles permettent cependant rarement de conclure précisément au maintien de ce type d’activité chez les grands officiers. Philippe Merlan est repéré en février 1530 comme marchand à Arnay-le-Duc, près de Beaune. Lorsqu’il devient général de Bourgogne, seize ans plus tard, cesse-t-il tout trafic199 ? Il est difficile de trancher, faute d’une documentation suffisante. Mais l’interruption est probable, comme pour Anthoine de Ceriers, marchand de Riom en 1524, avant de devenir élu puis receveur général200. Le doute est toujours présent, même si la présomption est un peu plus forte, pour Julien Bonacorsi ou pour son successeur à la recette générale de Provence Nicolas de Cocil201. Anthoine Le Maçon, débiteur de Jehan Legrend, un marchand d’Anvers, pour la somme non négligeable de 2 050 lt, fait figure de candidat tout trouvé au maintien d’activités commerciales. D’autant qu’il est le beau-frère d’un marchand-banquier italien, Barthelemy Panchati. Mais il peut tout aussi bien s’agir d’une transaction en lien avec les finances royales ou, plus probablement d’une opération de crédit sans rapport direct avec un trafic de produits202.

  • 203 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 28 et 408 et LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) cote (...)
  • 204 Un timbre correspond à soixante peaux, d’après le dictionnaire de Trévoux.
  • 205 A.N. M.C. LIV 7 (Inv. Morelet, 12-4-1532) cote 4 et LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cote 16. Pour (...)

81Dans les (abondants) papiers de Morelet de Museau, quelques analyses faites lors de récolements retiennent l’attention. Elles pourraient laisser supposer que Morelet se livre au commerce des objets précieux : il fait remettre à un de ses clercs, en 1513, « un saint Georges à cheval tout aorné de dyamant, led. st Georges et cheval d’or ». Un autre clerc reçoit pour lui, à une date inconnue, « deux grans potz d’argent doré, six grans tasses, deux sallières, deux flacons, douze tranchouers, le tout d’argent ». S’agit-il des deux mêmes flacons « d’argent dorez » qu’en 1525 Morelet fournit à Berne à Jehan de Langeac ? Cette dernière opération nous met sans doute sur la voie de la véritable signification de ces actes. Langeac est un diplomate et l’affaire se déroule en Suisse. Ce trafic de vaisselle précieuse ne relève-t-il pas du service du roi, en l’occurrence de dons aux alliés de celui-ci203 ? Quant au saint-Georges de 1513, ne sert-il pas à alimenter les caisses de l’Extraordinaire des guerres dont Morelet est alors en charge ? D’autres mentions, en revanche, révèlent sans doute de véritables activités commerciales. En 1516, Guillaume Brachet, receveur des tailles d’Orléans, et François Robertet, bailli du Palais, confessent devoir à Morelet 75 lt « pour vendicion de draps de soye ». Un autre document évoque quatorze timbres de martres204, estimés à 2 810 écus, qu’un certain Nicolas (il s’agit sûrement de Jehan Nicolas, marchand pelletier suivant la cour) a reçus de la femme de Morelet. L’acte se poursuit en mentionnant deux obligations, l’une de Maximilien Sforza pour 1 500 écus et l’autre du marquis de Saluces pour 940 écus, qui paraissent liées à la vente des fourrures205.

  • 206 Croy, Cartulaire de Blois, p. 426 ; B.N. P.O. 872 Cotereau, n° 30.
  • 207 A.N. M.C. VIII 134 (16-11-1532).
  • 208 B.N. Dossiers Bleus 377 (Lallemant) f° 64 : marchand à Anvers en 1541-1544 ; A.N. M.C. VIII 71 (29 (...)
  • 209 Sur le difficile règlement des affaires de la boutique de l’Argenterie à la génération précédente  (...)
  • 210 Il faut en cela nuancer les conclusions de Chevalier, Tours, p. 335 concernant la famille. Par ail (...)
  • 211 Spont, Semblançay, p. 118 note 1. C’est sans doute au règlement d’opérations commerciales de cette (...)
  • 212 A.N. M.C. XLIX 78 (19-5-1540).
  • 213 Marie Testu, fille de Méry et épouse de Laurent Le Blanc trafique encore en 1550 : elle fait envoy (...)
  • 214 A.N. M.C. XIX 49 (10, 12, 14 et 28-5 et 11-7-1520). Autres ventes en XIX 44 (7, 17 et 24-4-1517) e (...)

82Mais il est clair que, pour Morelet, il s’agit d’opérations ponctuelles. Il existe en revanche, très étroitement liés aux grands officiers, des marchands, en activité. Dans certaines familles, on semble s’être partagé les rôles. À la fin du 15e siècle, Jehan Cottereau sert le duc d’Orléans en qualité de secrétaire, alors que son frère Pierre est marchand et sans doute encore boucher206. Chez les Le Coincte, sous François Ier, si Nicolas déserte progressivement le commerce pour les offices et, parallèlement, la spéculation financière, son frère Guillaume en revanche est resté marchand drapier207. Parmi les enfants de Jehan Lallemant le jeune, Estienne et François se lancent dans le service du roi mais Guillaume, au moins pendant une partie de son existence, fait carrière comme marchand à Anvers, et, en 1545, son frère Estienne lui fournit des fonds208. Mais ce sont les Testu qui offrent sous François Ier le meilleur exemple de l’imbrication entre offices de finance et marchandise. Ils sont en cela les héritiers d’une tradition tourangelle déjà longue209. Ici au moins l’entrée dans les offices n’interrompt pas immédiatement l’activité marchande210. Jehan Testu, futur receveur général des finances, est déjà argentier du roi en 1515 alors qu’il continue à trafiquer211. Son frère Simon, en 1529, est receveur du Maine quand il fournit pour 1 000 lt de marchandises à Anthoine de la Rochefoucault212. Les deux autres frères, Guillaume et Méry s’accrochent plus longtemps à la seule marchandise avant d’acquérir à leur tour des offices de finance213. Ils font les opérations les plus importantes en tant que marchands suivant la Cour, flanqués en cela de leur neveu Pierre Thouzelin. Pour souligner le lien étroit de ces familles avec les puissants en ce domaine, contentons-nous d’évoquer des ventes effectuées par eux en quelques semaines, en mai et juillet 1520 : Charles Chabot, seigneur de Jarnac et François de Pompadour achètent des draps d’or et de soie, respectivement pour 723 écus et 660 lt. Robert Stuart d’Aubigny se procure pour 1 643 lt de draps de soie « et aultres marchandises ». Gilles de Laval, seigneur de Maillé et Loys de Byela, un des gentilshommes de monsieur d’Orval (Jean d’Albret) se contentent plus modestement de draps de soie et de laine. Mais si le second ne doit que 123 lt, le premier est débiteur pour 2 658 lt214. On se trouve donc ici face à des rapports de clientèle d’une autre nature que dans le développement précédent…

2. La gestion des patrimoines

  • 215 A.N. M.C. VIII 282 (24-8-1536).
  • 216 A.N. M.C. VIII 180 (28-1-1541) ; CXXII 18 (24-8-1532) ; VIII 177 (14-10-1539) ; III 20 (15-3-1540) (...)
  • 217 A.N. M.C. CXXII 21 (23-12-1536) et Inv. Carré n° 1250 (8-11-1527) pour Garnier ; XIX 150 (8-6-1538 (...)
  • 218 L’interpénétration des deux groupes paraît plus nette en Bretagne : Le Page, Finances bretonnes, p (...)

83Non content d’être marchand puis officier du roi, Guillaume Testu exerce aussi comme receveur général des finances de Marie d’Albret, comtesse de Nevers et de Dreux215. En cela, il n’est pas représentatif de la majorité des gestionnaires des fortunes des puissants, familles aristocratiques ou grands prélats, membres ou non du groupe dirigeant. En effet, sur un groupe de 75 de leurs argentiers, trésoriers et autres receveurs, repérés essentiellement grâce aux minutes notariales, 20 à 23 seulement (soit 26,6 à 30,6 %) sont parallèlement officiers de finance au sein de l’administration royale. Et encore, ce total est-il généreux, puisqu’il intègre plusieurs contrôleurs (des guerres, des mortes-paies de Picardie, de la recette ordinaire de Vermandois) qui n’ont que peu à voir avec le maniement des deniers et dont les deux derniers tiennent de bien médiocres charges. Par ailleurs, c’est au sein de la « famille royale élargie » (Bourbon, Navarre, Bâtard de Savoie) que l’intersection est la plus nette : 7 à 9 sur 17, soit 41 à 53 % d’officiers royaux, ce qui n’a rien pour étonner. Ainsi parmi le personnel du roi de Navarre, cela vaut pour son trésorier Jehan Ban-cynet, grenetier d’Orléans, en 1541, et pour deux de ses receveurs généraux : Bénigne Serre, bien connu, en 1532 et Jehan Crosnier, trésorier de la marine du Levant, en 1539-1541216. Dans certains cas, il semble même y avoir une relation directe entre les deux activités. Jehan Garnier, argentier du cardinal Louis de Bourbon, est aussi receveur ordinaire de Vermandois, alors que Jehan Olivier, contrôleur de la maison du cardinal, est contrôleur de cette même recette ordinaire217. Il ne reste donc plus que 13 à 16 officiers royaux parmi les 58 gestionnaires privés des autres puissants, Guise ou Harcourt, La Tré-moille ou Montmorency, Clèves ou Crussol, soit 22,5 à 27,5 %218.

  • 219 A.N. M.C. XIX 46 (20-12-1518) et CXXII 11 (29-3-1523) pour Sapin ; XIX 61 (15-3-1528), XIX 62 (23- (...)
  • 220 A.N. M.C. CXXII 1033 (6-1-1539) et XIX 83 (10-9-1540).
  • 221 Le Page, Finances bretonnes, p. 415.
  • 222 A.N. M.C. CXXII 1043 (3-4-1528) ; XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) : dans une lettre de 152 (...)
  • 223 A.N. M.C. I.A.D. Poncher, papiers n° 1042. Voir aussi n° 978, 1037-1047, 1083, 1402 et 1407. Claud (...)
  • 224 A.N. M.C. CXXII 1033 (11-6-1518). Voir une autre procuration ponctuelle, dans la même liasse, le 2 (...)
  • 225 A.N M.C. CXXII 1038 (15-6-1525) et XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) : mention de « deux lia (...)

84Le sentiment d’avoir affaire à deux mondes assez largement distincts se confirme quand, prenant le problème dans l’autre sens, on concentre l’attention sur les grands officiers de finance. Peu nombreux sont ceux qui gèrent la fortune des puissants. Six exercent une fonction officielle : Jehan Sapin est trésorier et receveur général du connétable de Bourbon, Pierre d’Apestéguy, de Lautrec puis de ses héritiers, Bénigne Serre, du roi de Navarre et Jaques Bernard de Duprat219. Les deux derniers, Florimond Le Charron et Pierre le Vasseur, sont respectivement trésoriers de la maison et de la duchesse de Longueville220. Le Charron, pour sa part, est bientôt au service de puissants implantés en Bretagne, là où il exerce son office royal : il gère les biens du comte de Penthièvre en 1545, puis devient en 1552 receveur général de la baronnie de Châteaubriant pour le connétable de Montmorency. Il est d’ailleurs chargé de le représenter pour toutes les affaires concernant la province221. II faut cependant adjoindre quatre autres personnes aux six déjà cités. Deux grands officiers gèrent en effet les pensions de hauts personnages : Geoffroy de la Croix pour le comte de Guise et Morelet de Museau pour Lescun222. Dans le cas de La Croix d’ailleurs, les activités gestionnaires dépassent sans doute les pensions : son fils Claude est en effet trésorier du comte de Guise du vivant de son père, et il est probable que ce dernier supervise, voire assure réellement, ses activités223. Deux autres officiers enfin sont chargés de missions diverses : Pierre Legendre reçoit le 4 octobre 1517 une procuration générale de Bonnivet pour ouïr les comptes et donner à bail les fermes de son patrimoine224. Quant à Lambert Meigret il semble prendre part à la gestion des biens de Lescun225. Mais, quand on sait les liens qui l’unisse à Morelet de Museau, qui vient d’être évoqué à propos du maréchal de Foix, n’est-il pas possible que Meigret travaille ici en fait pour Morelet, voire sous sa direction ? On sait en effet qu’il a examiné et mis au point pour lui d’autres comptes.

85Dix officiers sur cent-vingt et un membres du corpus : cela ne fait que 8,3 %. Certes, nombre de carrières n’ont pas livré tous leurs secrets, aussi un pourcentage un peu plus élevé serait sans doute plus proche de la réalité. Il n’empêche : si les grands officiers, on va le voir, sont nombreux à entretenir des relations financières avec les dominants, dès qu’il s’agit de gérer leurs fortunes, les effectifs sont restreints. Les grands personnages concernés appartiennent tous au cercle dirigeant le plus étroit, à l’exception – relative – des Longueville. Mais ces derniers se rattachent en revanche au sang royal. Le sentiment prévaut que c’est avant tout pour des raisons politiques (de clientèles et de protection ?) que certains grands officiers se mettent à leur service. Il n’est donc guère question ici de profiter de la gestion des fortunes de l’aristocratie pour rassembler des capitaux, à charge pour les gestionnaires de les recycler dans les finances royales. Les grands officiers ne semblent pas avoir recours à ce mode de financement, et leur médiation en ce domaine, très fréquente au 17e siècle, n’a pas d’existence notable sous François Ier. Preuve décisive : dans les opérations de crédit que l’on peut appréhender, les puissants font presque toujours figure de débiteurs des gens de finance.

3. Les jeux du crédit

  • 226 A.N. M.C. CXXII 11 (28-3-1523). Dans la lettre de rémission que Sapin obtient en février 1532, il (...)
  • 227 A.N. M.C. CXXII 1042 (7-1-1527) ; voir aussi I.A.D. Poncher, papiers, n° 1083 et 1407. Un autre do (...)
  • 228 Spont, Semblançay, p. 196 note 3 et p. 238 (Semblançay) ; Coyecque, Recueil, t. I n° 932 (3-8-1528 (...)

86En règle générale, en effet, ce sont les hommes d’argent qui leur fournissent des fonds, et non l’inverse. Il faut cependant rester prudent sur l’exacte signification de reconnaissances de dettes qui peuvent parfois correspondre à des fournitures de marchandise. Mais cette activité est devenue marginale pour les grands officiers. Aussi, le plus souvent, il doit s’agir effectivement de fourniture de crédit, qui peut porter sur des sommes très importantes. Ce cas de figure se produit tout d’abord lorsque l’officier en question est au service du puissant concerné. Ainsi le connétable de Bourbon est-il endetté envers Jehan Sapin, son trésorier, pour 50 645 lt226. Geoffroy de la Croix pour sa part est créancier du comte de Guise pour 5 479 lt227. Le fait d’être gestionnaires d’une partie de la fortune de leur débiteur leur offre sans doute d’intéressantes opportunités. Dans de nombreux cas cependant, un crédit est octroyé sans le support d’une telle relation fonctionnelle. Les exemples sont ici nombreux : l’amiral Bonnivet doit 17 000 lt à Semblançay en 1522 et l’amiral Chabot un peu plus tard 12 706 lt à Jehan Sapin. Lambert Meigret a 4 700 lt de créances sur le comte de Saint-Pol, accumulées entre 1519 et 1526, et Nicolas de Neufville en détient 3 000 écus sur le maréchal d’Annebault en 1537. Le duc Antoine de Lorraine a accumulé 10 000 lt de dette envers Morelet de Museau et le cardinal de Lorraine 2 923 lt envers Victor Barguin, plus 480 écus dus à Pierre Duval, frère de Jehan I et trésorier des Menus Plaisirs. Jehan Carré pour sa part fournit 2 000 écus à Bonnivet et 16 000 lt à Joachim de la Châtre, capitaine des gardes et chambellan du roi228.

  • 229 A.N. M.C. VIII 282 (5-5-1536) et XIX 178 (30-7-1549).
  • 230 A.N. M.C. XLIX 66 (14-10-1540).

87Parfois, quand ils n’ont pas prêté eux-mêmes, les grands officiers acquièrent ensuite des créances sur les puissants. Il est possible que cela soit déjà le cas pour certains des exemples qui viennent d’être évoqués. On en est sûr pour Bénigne Serre qui entre en possession d’un titre de 260 lt sur Jehan d’O vendu par Charles du Rys, chevaucheur ordinaire de l’Écurie du roi. Quant à Julien Bonacorsi, il rachète à Pierre Strozzi une grosse créance de 17 500 lt sur la veuve de l’amiral Chabot229. Au sein du monde des gens de finance en effet, ces papiers circulent fréquemment : Jaques de Montgomery, seigneur de Lorges, signe en avril 1527 une reconnaissance de dette de 918 lt envers Loys Jagrineau, receveur de Soissons. La cédule, après la mort du créancier, passe à Jehan Le Maçon, héritier du chef de sa femme, qui réside à Châteaudun et est sans doute trésorier de Vendômois. Elle est ensuite cédée à Jehan Carré receveur général de Normandie, puis à Pierre Alexandre, grenetier de Paris, qui transige en 1540 avec Montgomery sur la somme en jeu230.

  • 231 A.N. M.C. XIX 178 (16-7-1549).
  • 232 Sur cet aspect, voir Fourquin, Campagnes parisiennes, p. 498-499.

88Julien Bonacorsi, au moment où il acquiert la créance sur la veuve Chabot, se fait aussi céder par son gendre Barthélémy d’Elbene une rente de 500 écus sur la duchesse de Vendôme231. En effet, outre les prêts directs, le système désormais bien rodé de la rente est largement utilisé. A l’évidence, les communautés religieuses, en ce domaine, ne sont pas les seules pourvoyeuses des nobles232. D’un niveau presque équivalent à la rente acquise par Bonacorsi, qui est considérable, est celle de 900 lt que Jehan Laguette possède sur les Villars-

  • 233 A.N. M.C. XIX 90 (20-2-1546). En fait il s’agit de trois rentes, l’une de 200 lt acquise de la veu (...)

89Tende, la veuve et le fils aîné du Bâtard de Savoie233. Grâce aux pièces de sa succession, on dispose de renseignements nombreux sur les rentes possédées par Geoffroy de la Croix. À sa mort, en 1515, figurent parmi ses débirentiers, les Pisseleu-Sanguin, les Hallwin, Gaston, baron d’Andoyns, Jean de Seschal, baron du Grippon, Anthoine, baron de Mailly, Philippe de Chambes, baron de Montsoreau, le baron d’Anglure et bien d’autres.

  • 234 Carré de Busserolle, Recherches historiques, p. 107.
  • 235 Deville, Comptes de Gaillon, p. 251, 254, 348 et 422 ; p. 340.

90Il n’est pas toujours aisé de déterminer quel usage les puissants font de l’argent ainsi mis à leur disposition. Une partie est certainement destinée à faire face à des investissements lourds (achats immobiliers, constructions) ou à des obligations familiales (dots, soultes d’héritages). Paradoxalement, ce sont ces opérations, à coup sûr les plus importantes en volume, qui laissent le moins de traces, ou plutôt celles pour lesquelles il est le plus difficile de faire le lien avec les avances fournies par les officiers de finance. D’autant que le caractère elliptique de la documentation n’arrange rien, le plus souvent. Un article du testament de Jacqueline de Miolans, femme de Jean-Baptiste de Villequier, vicomte de la Guerche, peut illustrer cette ambiguité : « Je veux et ordonne les choses susdites, et ce présent mon testament, estre payées, exécutées et accomplies sur la somme de douze mille livres restant des deniers que j’ay reçus de messire Jacques de Beaune, depuis mon mariage, pour ce que ladite somme n’a encore esté convertie en acquests et héritages, et icelle veut estre censée et réputée pour meubles »234. On se perd en conjecture sur le rôle précis de Semblançay dans cette fourniture de fonds. Est-il créancier, avançant de l’argent pour l’accomplissement des conventions matrimoniales, comme il l’a fait en 1493 pour le mariage de Louise de Savoie et de Charles d’Angoulême ? Gère-t-il la fortune familiale, ou du moins des pensions qui doivent lui revenir ? Agit-t-il comme officier du roi, en raison d’une assignation ? Il n’est pas possible de trancher. D’autant que l’ensemble peut sans difficulté se combiner : Semblançay, prenant part à la gestion familiale, avance des fonds en attendant de se rembourser sur les revenus de la famille Villequier-Miolans ou sur des assignations royales qu’il sera mieux placé que quiconque pour récupérer. Autre exemple de cas ambigu, celui de Thomas Bohier et du financement du chantier de construction de Gaillon. Il fournit de l’argent, mais sur quelles ressources ? Celles du cardinal d’Amboise ? Celles du roi, peut-être au titre des pensions qu’il verse au cardinal ? Les siennes propres ? Une chose est sûre : il avance des fonds (jusqu’à 8 015 lt en septembre 1508) qu’il se fait rembourser ensuite235.

  • 236 A.N. M.C. XIX 69 (13-3 et 2-4-1531).
  • 237 A.N. M.C. XIX 43 à la date. Pour cette affaire, voir également XIX 70 (14-12-1531), 73 (20-5-1533) (...)

91Il est en revanche plus aisé d’observer comment les crédits fournis par les gens de finance permettent aux puissants d’assurer le paiement des dépenses entraînées par le train de vie qu’ils jugent digne d’eux. Parfois, les achats de luxe peuvent atteindre des sommes considérables. Ainsi lorsque le marquis de Saluces fait appel à Jehan Laguette et à Jehan I Duval pour lui avancer 17 000 lt pour l’acquisition de produits précieux. Pour le remboursement, qui doit se faire à échéance de six mois, Saluces fournit, le 13 mars 1531, la garantie de François de la Tour, vicomte de Turenne et d’Anthoine de la Rochefoucault. Dès le 3 avril, Laguette et Duval achètent pour 10 002 lt de marchandises à sire Jaques Laneau, marchand lyonnais demeurant pour l’heure à Paris. Il leur délivre 485 marcs de vaisselle d’argent et « quatre tymbres de martres subelines [zibelines], bonnes, lealles et marchandes »236. Les achats réalisés avec le solde des 17 000 lt ne sont pas connus. Bien évidemment, les délais de remboursement ne sont pas respectés par Saluces. Le 10 janvier 1532, rien n’a été versé, et la garantie pose problème car le vicomte de Turenne est mort entre-temps237.

  • 238 A.N. M.C. Inv. Carré, cote 1717.
  • 239 Ibid., cotes 1720-1725 et 1733.
  • 240 Ibid, cote 1283.

92Les papiers de Jehan Carré permettent de se faire une idée de transactions plus fréquentes, et moins considérables. Responsable du paiement des officiers domestiques, il pratique souvent l’avance sur gages en prenant quelques garanties. Le 14 avril 1521, Anthoine de la Rochefoucault, échanson du roi, reconnaît devoir 400 lt à Carré pour ses gages d’échanson « de l’an qui finira le dern. jour de décembre lors proch. ven., par condition que si retranchement y a en ses gages et qu’il ne soit baillé assignation, qu’il promet rendre lad. somme de IIII c lt aud. Carré »238. A côté de cette analyse particulièrement explicite, il est sûr que bon nombre de simples « cédulles » du personnel de la Maison du roi relèvent du même phénomène. Carré s’occupe alors de régler des dettes de modeste importance. Pierre de Rostaing, panetier du roi, figure dans ses papiers pour une cédule de 116 lt du 15 juillet 1520. Dans les articles précédents, le scribe évoque une série de créances sur Rostaing, datant de la période immédiatement antérieure : 20 écus dûs à un écuyer de cuisine, 10 écus au capitaine du charroi du roi, 45 écus à un marchand de Tours, 29 lt à un couturier suivant la Cour, 30 écus à un serviteur du Bâtard de Savoie. Dans ce dernier cas est mentionnée une rescription de Rostaing qui prie Carré de payer pour lui ledit serviteur239. La pratique est courante et elle concerne sans doute au moins une partie des autres dettes de Rostaing. Carré fait ainsi figure de fournisseur de fonds pour de nombreux officiers de la Maison du roi. Ceux-ci disposent chez lui de véritables lignes de crédit (on ne peut parler de compte courant). Ce qui permet par exemple en 1533 à Anthoine de la Rochefoucault de prier Carré, par un court billet, de fournir 75 lt à son procureur pour solder une amende à laquelle il vient d’être condamné240.

  • 241 Une exception, le marchand pelletier de Blois Pierre de Bresche qui figure pour trois transactions (...)
  • 242 Ibid., cotes 1522, 1558 et 1690. Voir aussi le cas de Charles de Pierrevive garant du crédit accor (...)
  • 243 A.N. M.C. XIX 90 (20-2-1546).

93Mais les frais de cette nature ne sont pas fréquemment évoqués : il s’agit le plus souvent de solder des achats faits par les puissants. Carré se trouve ainsi en relation d’affaires avec de nombreux marchands. Pour la période qui le concerne, centrée sur la première moitié du règne de François Ier, outre les marchands suivant la Cour, quatre villes abritent les fournisseurs : Paris, Tours, Blois et Lyon. Les marchands de cette dernière cité n’ont qu’une place réduite, mais il est probable que les fournisseurs ligériens, voire parisiens, viennent en fait s’y approvisionner. Du moins le marché est-il très diversifié car, à l’exception de quelques compagnies (en particulier les gens de la boutique de l’Argenterie), rares sont les marchands qui apparaissent plus d’une fois241. Au total on en voit passer une cinquantaine. A titre d’exemple, parmi les marchands suivant la Cour, voici Gervais Lussault auquel un fourrier ordinaire, un portemanteau du roi et le potager du roi achètent respectivement pour 20, 44 et 25 lt de marchandises. À chaque opération, Carré est sollicité pour avancer l’argent242. Même sans ce rapport statutaire avec les intéressés qui vaut ici pour Carré, trésorier des officiers domestiques, les gens de finance sont fréquemment appelés à la rescousse financière. Jehan Laguette avance ainsi 200 écus à Claude de Tende, fils du Bâtard de Savoie « sur ce qu’il devoit à Estienne du Biez, son boucher »243.

  • 244 Ce point mériterait une étude approfondie. Une courte liste permet déjà de mesurer son importance. (...)
  • 245 A.N. M.C. LIV 12 (6-12-1537). Par un autre acte du même jour, Annebault emprunte aussi 2 000 écus (...)

94Le même phénomène se retrouve pour le financement des opérations militaires, que ce soit l’équipement des hommes ou les frais de leur vie quotidienne durant les campagnes, sujet longuement abordé dans le deuxième chapitre et qui est évoqué ici avant tout pour mémoire. Retenons cependant un aspect original de l’effort financier consécutif aux guerres : le versement des rançons. Leur importance économique est traditionnellement évoquée pour les conflits du Moyen Age. Mais au 16e siècle encore, elles pèsent lourdement sur les trésoreries de la chevalerie française, sans doute, comme au 14e siècle, particulièrement éprouvée244. Malheureusement les opérations financières sont souvent connues plus par des dons royaux que par la réunion « privée » de fonds. On sait cependant que les 3 000 écus avancés par Nicolas de Neufville à Claude d’Annebault en décembre 1537 le sont « pour subvenir à partie de la raneçon dud. sgr d’Annebault »245.

  • 246 On trouve cependant Morelet de Museau débiteur pour 1 506 écus de Jean-Louis Cassio, aristocrate i (...)
  • 247 À partir du dépouillement de A.N. X3a 31, 36 et 41. Il faudrait bien sûr étendre les recherches.

95Dès qu’il s’agit, en revanche, de trouver des traces de prêts des puissants aux grands officiers, les données sont infiniment moins nombreuses246. Quand on fait le point, pour un grand officier, sa situation apparaît toujours largement créancière : ainsi pour une trace de dette (envers Jacqueline d’Estouteville), on trouve Jehan Laguette, au cours de sa carrière, créancier ou crédirentier du vicomte de Turenne, d’Anthoine de la Rochefoucault, du marquis de Saluces, des Villars-Tende, du duc de Lorraine, du marquis de Trans, du grand écuyer de France… Morelet de Museau, pour un noble italien créancier, a pour débiteur le prince de La Roche-sur-Yon, le duc de Lorraine, Maximilien Sforza, Gabriel, baron d’Alègre, Nicolas Danjou, baron de Saint-Fargeau, Louis d’Ars, Hector de Bourbon, échanson du roi, Jacques de Chabannes, Loys de Chandio, capitaine de la porte du roi, et bien d’autres. Un indice intéressant est également fourni par les procédures des requêtes du Palais qui mettent en présence puissants et grands officiers de finance. Les rôles y sont presque toujours distribués de la même façon. Pour l’année judiciaire 1523-1524, les puissants apparaissent quatre fois comme débiteurs et une fois comme créancier. En 1528-1529, c’est plus net encore : neuf affaires contre une et en 1534 une demi-douzaine d’officiers créanciers, et pas un débiteur247. Le déséquilibre est évident. Or les assignations que les puissants ont souvent en main sur le personnel financier, pour le règlement de leurs pensions, gages et autres dons, devraient pourtant, en cas de litige, être cause de les placer en position de créanciers, ou du moins de demandeurs devant une telle instance. Il est vrai cependant que ces assignations portent sur les officiers locaux, et non sur le haut personnel, qui sert plutôt d’intermédiaire et qui, à ce titre, est d’ailleurs précieux. D’où l’intérêt de le faire entrer dans sa clientèle ou du moins de s’assurer de ses bonnes grâces. Celles-ci peuvent être d’autant plus utiles que ce groupe, on vient de le voir longuement, constitue une précieuse source de liquidités et de crédit dans une société qui possède peu de moyens de paiement, même aux plus hauts échelons.

  • 248 Luchaire, Alain d’Albret, p. 62 et 67 ; Spont, Semblançay, p. 17 note 4.

96Finalement les officiers, en facilitant l’épanouissement matériel du genre de vie aristocratique sous tous ses aspects, savent se rendre utiles, voire indispensables. Grâce aux relations de crédit, ne parviennent-ils pas inverser en partie le sens des relations de dépendance qui les rattachent aux puissants ? Dans quelques cas extrêmes, la situation financière de ceux-ci paraît tellement critique qu’ils semblent en effet eux-mêmes très dépendants par rapport aux crédits du personnel financier. C’est, semble-t-il, le cas d’Alain d’Albret par rapport à son « très cher et grand ami » Semblançay qui l’aide à financer ses opérations bretonnes. Une génération plus tard, son petit-fils Henri de Navarre se verrait refuser par Guillaume de Beaune, sûrement à l’instigation de son père, les moyens de figurer honorablement à la cour du nouveau roi, François Ier248. Il est vrai qu’il s’agit ici d’un cas particulier, celui d’un prince qui a des ambitions politiques propres. Mais le niveau d’endettement atteint par certains nobles -comme Jehan de Seschal, baron du Grippon, débiteur pour plus de 20 000 lt -fragilise sûrement aussi leur position. Si, objectivement, la puissance financière de certains au moins des grands officiers peut valider une telle approche, il ne faut cependant pas oublier que l’argent demeure au mieux secondaire dans le système de valeur de la société du temps et qu’une position sociale en vue bâtie sur son seul maniement reste très fragile.

97Les relations des officiers de finance avec les puissants, et spécialement avec les membres du cercle dirigeant, sont en fait multiples et ne se limitent pas à des contacts professionnels et financiers. À l’image de Thomas Bohier avec le cardinal d’Amboise, certains suivent de près leurs efforts de construction. D’autres, ou les mêmes, font partie de leurs conseils, dans lesquels ils contribuent à la définition de la politique d’ensemble du lignage et à la gestion, au sens large du terme, de son patrimoine. En définitive, n’agissent-ils pas ici comme avec le roi, en multipliant les occasions de service ? Le souverain ne serait alors pour eux qu’un « Grand » parmi d’autres. Cette piste de recherche peut être fructueuse, à condition d’en bien voir la signification, et également les limites. D’abord, le roi est un « Grand » beaucoup plus grand que les autres. Ensuite, sauf cas d’espèce, son service garde une priorité absolue et mobilise beaucoup plus largement les grands officiers de finance que toute autre tâche. Enfin ce service présente des spécificités sur lesquelles il faudra se pencher bientôt et qui contribuent pour une part à fonder leur propre statut.

Conclusion

  • 249 B.N. P.O. 248, 5444, n° 83, 87, 147 ; Etchechoury, Maîtres des requêtes, p. 205.

98L’évolution d’ensemble de la situation politique des grands officiers de finance au cours de la première moitié du 16e siècle tend donc à un renforcement des solidarités verticales, des relations de clientèle en l’occurrence, au détriment des relations horizontales qui sous-tendaient, jusqu’aux années vingt, le fonctionnement du collège de Messieurs des finances, en lien souvent étroit avec l’administration financière des guerres. L’intégration dans les clientèles appelle cependant quelques nuances. Tout d’abord elle demanderait à être étudiée de plus près, en particulier pour le règne d’Henri II. Ensuite l’entrée dans la clientèle de membres de la famille royale, réalité déjà bien présente au début du siècle, ainsi chez les Beaune, relativise sans doute l’éclatement évoqué. Les Beaune d’ailleurs, sous Charles IX, perpétuent la tradition familiale interrompue une génération plus tôt. En effet les fils de Guillaume, le proscrit mort en exil à Maastricht en 1531, sont l’un, Jacques, chambellan d’Henri, duc d’Anjou, le deuxième, Jean, maître d’hôtel de la mère et de la sœur du roi, le troisième, Martin, chancelier de Catherine de Médicis, et le dernier, Renaud, général des finances et conseiller de la reine mère, puis chancelier du duc d’Alençon249. Par ce biais l’impact du processus de clientélisation est peut-être atténué.

99De toute manière, il demeure nécessaire de s’interroger sur la nature précise des relations à partir desquelles on cherche à déduire des réseaux ou des solidarités. Aussi bien dans le cas des familles que dans celui des clientèles, la prudence est de rigueur et une analyse fine s’impose. Elle n’est malheureusement pas toujours facile à mener en raison des limites de la documentation. Celles-ci pèsent lourdement sur un aspect majeur de ces relations : leur dimension affective. Dans un système où l’essentiel passe par le contact personnel, il serait précieux d’en savoir plus en ce domaine. Seules quelques bribes nous permettent ainsi de deviner, derrière les relations professionnelles, les amitiés ou les fraternités qui rapprochent certains des gens de finance. D’autant que leur rôle dans le fonctionnement de l’appareil financier n’est probablement pas négligeable et peut-être aussi leur impact sur des engagements aussi cruciaux que les choix religieux.

  • 250 Voir un siècle plus tard le cas du consortium Tallemant et de ses relations avec Richelieu : Bergi (...)

100Du moins l’inscription des grands officiers à l’intersection de relations verticales et horizontales est-elle ici clairement mise en évidence. Même si, sur le plan politique, leur importance relative se modifie sans doute, elles restent toutes bien présentes, indispensables à la réussite du projet social porté par chaque individu. Les avantages qu’il peut tirer de telle ou telle relation sont parfois très directs : certains officiers arrondissent leur fortune grâce à une alliance profitable ou à la gestion rentable du patrimoine d’un puissant. Cependant, en ce domaine, il est sans doute bien des cas où le bénéfice est indirect. Une alliance, plus que de l’argent, ce peut être l’ouverture d’un nouveau champ social, des appuis éventuels. De même, le crédit aux puissants ou la gestion de leurs fortunes ne sont-ils pas forcément sources de rentrées appréciables. C’est que bien souvent les avantages sont ailleurs, en particulier l’assurance de bénéficier d’une protection toujours utile, voire d’exploiter d’autres sources de profits en toute tranquillité250. Compte également beaucoup le lien noué, la relation établie, qui fait des grands officiers des hommes bien présents dans l’horizon social des puissants. Bien des fois sans doute, dans le cas de relations de crédit, les enjeux sociaux l’emportent donc sur la fonction économique de la dette, par la vertu de la relation interpersonnelle ainsi mise en place, ou renforcée. Atout supplémentaire que donne l’exploitation d’une position financière utile et de compétences reconnues, dans la perspective d’une ascension sociale.

Notes

1 Y compris religieuse, quand l’enrichissement est signe d’élection. Voir les remarques de Gérard Béaur, « Le patrimoine, opium de la classe moyenne ? », A.E.S.C., 1988, n° 6, p. 1457.

2 Ainsi il aurait été possible, tout problème de documentation mis à part, d’étudier ici les grands officiers au sein d’associations communautaires (participation à la gestion d’hôpitaux ou de paroisses par exemple) qui transcendent le clivage « professionnel ».

3 Voir sur ce point les remarques, entre autres, de Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », A.E.S.C., 1989, n° 6, p. 1329-1332.

4 Sur ce point, voir chapitre un, p. 28.

5 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 3 ; C.A.F., t. I n° 665, 841 et 2061, t. VU n° 23959.

6 Voir des éléments sur l’accord financier avec Emond Brethe, son prédécesseur, dans A.N. M.C. XIX 53 (2-1-1522).

7 Sur la résignation, voir A.N. M.C. XIX 64 (16 et 20-2-1531) et XIX 72 (9-11-1530, par erreur dans la liasse de novembre 1532). Jehan Lionne cité comme commis pour octobre 1537 : XIX 151 (22-3-1539). Il est toujours en place en 1561, mais flanqué, alternatif oblige, d un autre titulaire, Alain Veau : B.N. fr 11969 f° 395 et 396.

8 A.N. M.C. XIX 64 (16-2-1531), XIX 151 (28-11-1538).

9 A.N. M.C. XIX 74 (30-6-1534), XIX 90 (2-1-1546) et XIX 112 (30-9-1538). Ce dernier acte correspond à l’I.A.D. de Catherine Godefroy leur sœur, femme de l’élu de Paris François Tardif.

10 Voir Chevalier, Tours, p. 470 et sq.

11 L. et S., t. II, planche LXIII ; B.N. Dossiers Bleus 661 (Veau) f° 3 ; A.N. M.C. VIII 62 (9-6-1542), VIII 283 (9-(5)-1536), XIX 49 (15-9-1520), XIX 147 (1-11-1535), LXVIII 19 (11-5-1555) et CXXII 159 (20-2-1544).

12 Laguette devait épouser une fille de Morelet, suivant un accord du 22 mai 1529. Sans doute est-ce la mort de Morelet, à la fin du mois, qui met un terme à cette négociation familiale : A.N. M.C. XIX 63 (8-1-1530).

13 L. et S., t. II, planches VI (Aurillot), XVII (de Bidant) et LXXIII (Morelet) ; A.N. M.C. XIX 49 (12-9-1520), XIX 58 (23-12-1525) et XIX 70 (5-1-1532).

14 Voir Hamon, Argent du roi, p. 336-340.

15 Chevalier, Tours, p. 281.

16 Voir sur ce point les réflexions de Autrand, Parlement, p. 103, pour un corps beaucoup plus précoce sans doute dans sa structuration. Au parlement de Paris, le modèle du clan centré autour d’un leader est le plus ancien : ibid., p. 160.

17 Hamon, Argent du roi, p. 391-396. Ce modèle a alors une valeur plus générale : ibid., p. 400 et sq.

18 Les 19 sélectionnés sont Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, Gilbert Bayard, Guillaume de Beaune, Jaques Bernard, Jehan Brachet, Anthoine Bullioud, Jehan I et Jehan II Duval, Jehan d’Estourmel, Jehan Godet, Raoul Hurault, Jehan Lallemant le jeune, Anthoine de Lamet, Morelet de Museau, Anthoine Pétremol, Artus Prunier, Jehan Ruzé, Girard Sayve et Gaillard Spifame.

19 A.N. M.C. CXXII 1083, I.A.D. Poncher, n° 1049. Robine Legendre n’a pas eu besoin d’aider ses neveux et l’argent revient aux héritiers de Katherine.

20 Voir l’exemple des parrains et marraines des enfants d’Anthoine Bullioud, parmi lesquels les parents proches sont nombreux, issus des familles Bullioud, Regnault ou du Peyrat : Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, manuscrit 377, f° 18 à 20.

21 A.N. M.C. VIII 283 (9-[5]-1536).

22 Gouberville, Journal, t. 2, p. 317.

23 Picot, Français italianisants, t. II p. 155. Raoul est en Italie quand naît son fils le 25 mars 1528, et il y meurt en août suivant (et non en août 1527 comme l’indique Picot).

24 Marot, Œuvres, t. 2 p. 226 ; Guéraud, Chronique lyonnaise, n° 199.

25 Spont, Semblançay, p. 209-210. Salat est le second époux de la mère de Philibert Babou, proche de Louise de Savoie.

26 Spont, Semblançay, p. 225 note 2.

27 A.D. Hérault, B 14 f° 77v°.

28 A.N. Z1a 66 f° 151 (19-2-1541).

29 A.N. J 967, 8/1.

30 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).

31 Courteault, Nicolay, p. 237.

32 Versoris, Livre de Raison, p. 160 (parag. 216).

33 Cheverny, Mémoires, p. 29. Malheureusement Étienne meurt prématurément, ce qui empêche son jeune cousin de réussir à la Cour. Philippe entre alors au parlement de Paris.

34 B.N. fr 3045 f° 51 [28-8-(1521)].

35 Voir A.N. M.C. CXXII 1047 (7-3, 18-4 et 10-6-1534). Sollicité par le roi pour un prêt en mai 1538, François Bohier répond que « d’argent comptant, il n’en avoyt poinct pour plusieurs raisons, […] mesmement qu’il estoit redevable en grosses sommes de deniers à cause de son expédition des bulles de son evesché de Sainct-Malo dont il fut pourveu par forme de coadjutorerie en court de Romme du vivant de son feu oncle » (Denis Briçonnet, mort le 18-12-1535) : A.N. J 966, 18/2.

36 A.N. M.C. CXXII 23, à la date.

37 A.N. M.C. XIX 177 (18-2-1549).

38 Jean Dupèbe et Philippe Hamon, « Humanistes en famille : les Meigret », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LII, 1990, n° 2, p. 336. Lambert, qui est l’aîné, a dû en fait aider la plupart des puinés.

39 Cet aspect a été évoqué dans le chapitre quatre, p. 292-293.

40 A.N. Z1a 57 f° 256v°.

41 Chéruel, Ormesson, p. VI-VIII.

42 B.N. Dossiers Bleus 133 (Breton) f° 3.

43 Sur Gedoyn : L. et S., t. I notice 287 ; sur les ascendances orléanaises, voir A.D. Indre-et-Loire, 8F 83N (fonds Grandmaison), dossier Villandry, n° 18.

44 Il reste d’ailleurs, en l’absence d’une preuve absolue, de l’ordre de l’hypothèse. Mais celle-ci, malgré la possibilité d’homonynie, est des plus probables.

45 A.N. M.C. Inv Carré n° 1237 et 1637.

46 A.D. Indre-et-Loire 3E1 28 (19-9-1525).

47 Le même phénomène se dessine pour la génération précédente, avec de nombreux cas où les grands-parents maternels semblent socialement plus en vue que les grands-parents paternels. Dans un contexte social différent, voir des remarques parallèles sur l’hypogamie des filles aux 15e et 16e siècles dans Michel Nassiet, « Réseaux de parenté et types d’alliance dans la noblesse (xve-xvie siècles) », Annales de Démographie Historique, 1995, p. 113 et sq. Voir enfin un exemple plus tardif du même choix avec Poncet, Bellièvre, p. 403, pour les filles du chancelier.

48 A.N. M.C. CXXII 1080 (11-10-1520).

49 C.A.F., t. V n° 18873 ; A.C. Nantes DD 15 n° 6.

50 L. et S., t. II planches LVII et LXXIX.

51 L. et S., t. II planche XI.

52 Ainsi Anne de la Croix, fille de Geoffroy, le deuxième époux de Charlotte de Poncher (première femme de Pierrevive) se marie-t-elle avec François Briçonnet… frère de la deuxième épouse de Pierrevive.

53 Un problème cependant sur ce plan : la précocité des mariages. Une étude statistique est impossible, mais de nombreux exemples attestent de la jeunesse des épouses : Anne Briçonnet (Jehan Grolier) se marie à 14 ans environ, Madeleine Olivier (Georges Héroet), vers 16 ans, Anne de Marie (Gaillard Spifame), à 17-18 ans. Quand Anne Morelet manque d’épouser Laguette, elle a au plus 16 ans. Il en va d’ailleurs de même pour certaines filles : Madeleine Prunier (fille d’Artus) et Françoise de la Croix (fille de Geoffroy) se marient à 14 ans. Il existe cependant parmi les épouses comme parmi les descendantes des unions plus tardives. Ainsi d’une autre Anne Briçonnet, qui ne convole avec Claude Robertet qu’à 24 ans.

54 Sur l’entrée dans les ordres comme contrainte, voir deux versions opposées des conditions de l’arrivée de Claude Bernard, fille de Jaques, au monastère bénédictin de Notre-Dame de la Saulsaye : A.N. M.C. XIX 159 (23-2-1542) et LXXIII 60 (23-7-1566).

55 A.N. JJ 256a f° 89v°.

56 Trois cas repérés lorsque le père naturel fournit une aide financière à sa fille, soit par testament [Anthoine Bohier de la Chesnaye qui assure 50 lt de rente à sa fille Claude : A.D. Indre-et-Loire E 279 (15-11-1561)], soit lors de son mariage [Marie Hurault, fille de Jaques, épouse Michel Lagogue, marchand bourgeois de Paris, avec une dot de 2 000 lt : A.N. M.C. VIII 47 (21-4-1534) ; Marguerite Le Maçon, fille d’Anthoine, se marie à un marchand de Lagny-sur-Marne, avec 500 lt de dot : A.N. M.C. XIX 165 (30-9-1544)]. Le cas de César, fils que Jehan Grolier a eu en Italie au début de sa carrière, est un peu différent puisque Jehan n’est pas encore marié : Le Roux de Lincy, Grolier, p. 4.

57 A.N. M.C. CXXII 1064 (10-3-1542).

58 Voir un appel à la prudence en ce domaine de Robert Descimon, « Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594) », Mémoires de la fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, t. 34, 1983, p. 292-293.

59 Saillans, Premier livre, p. 46-47.

60 B.N. Carrés d’Hozier 577 (Séguier), f° 261 et 264.

61 Un exemple avec le futur chancelier Pomponne de Bellièvre et Marie Prunier en 1569 : Poncet, Bellièvre, p. 49.

62 Cité par Henri Lapeyre, Les monarchies européennes du xvie siècle. Les relations internationales, Paris, 1973, p. 332. Une remarque d’Olivarès en 1623, va dans le même sens : « Les mariages légaux sont un moyen d’assurer l’amitié entre des princes mais ils ne sont pas suffisants par eux-mêmes si d’autres intérêts sont en jeu » : John Elliott, Olivarès, Paris, 1992, p. 246-247.

63 Chéruel, Ormesson, p. VI-VII.

64 Voir ainsi Marie de Poncher qui effectue ses legs en fonction de « l’amytié que m’ont porté et portent » les bénéficiaires et de celle qu’elle a envers eux. L’expression revient quatre fois dans le texte, qu’il s’agisse ou non de parents : A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (3-12-1550).

65 A.N. M.C. XIX 85 (26-3-1542) et CXXII 1064 (20-3-1542). Sur une action des Le Bossu concernant la succession de leur grand-père Jehan Legendre, voir CXXII 1042 (mars 1527).

66 Il est vrai que ces disparités illustrent aussi le devoir de patronage des chefs de clan ou de famille, dans le cadre de relations souvent inégales à l’intérieur du groupe.

67 Spont, Semblançay, p. 112-115. Voir p. 113 note 1 la mention d’autres procès.

68 Une seule trace : fe 29-11-1526 François Bohier en son nom et celui de ses frères et de sa sœur somme Anthoine Bohier leur aîné de faire le partage, suivant la coutume de Touraine : A.N. M.C. LXXXV1 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 700.

69 Voir des allusions aux procédures : ibid., n° 147, 163, 166, 179, 764 et 1103.

70 A.N. M.C. CXXII 1057 (25-4-1540). Texte repris dans CXXII 1058 (21-6-1540).

71 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 700.

72 Spont, Documents, p. 329-330 (articles XXI à XXIII et XXV).

73 Bourgeois de Paris, Journal, p. 308 et 314. Sur ce dossier voir Hamon, Argent du roi, p. 347-349.

74 Il paraît acquis en revanche que les familles ont pu nouer des liens, en particulier au service de la reine Anne de Bretagne. Semblançay a été son trésorier et receveur général, Gabriel Miron, beau-père de Prévost est son médecin et Martin Péquineau, parent de Marie (sans doute son père ou son frère aîné) est maître de la chambre aux deniers d’Anne en 1501.

75 Spont, Semblançay, p. 230 note 2. L’alliance n’apparaît pas dans les généalogies traditionnelles. Elle est ainsi absente de L. et S., t. II planche XII. Et Spont n indique pas ses sources. Cependant on trouve bien en 1523 une Françoise Prévost veuve de Pierre Morin : A.N. X3a 31 (29-5-1523).

76 On retrouve le même phénomène du « traître » lors des poursuites de 1504-1505 : Auton, Chroniques, t. III p. 336-337. L’un des « butiniers », averti que la menace se rapprochait, « s’en alla au Roy et dist “Sire, s’il est vostre bon plaisir de me donner grace de mon forfait et pardonner mon deffault, je vous nommeray aucuns de ceulx qui ont butiné vostre argent et vous restituray ce que j’en ay eu” ». C’est un peu la position de Jehan Prévost en 1527.

77 Voir les remarques d’Autrand, Parlement, p. 75 qui précise que « les liens du sang n’entraînent en rien les options politiques » ou celles de Descimon, Seize (cité supra note 58), p. 293 qui affime qu’ » il n’y a rien d’étonnant a ce que l’unité politique des familles connaisse des limites ».

78 Harsgor, Recherches, p. 2113.

79 . Sur les attaches des Charmolue à Noyon, voir A.N. M.C. XIX 27 (13-11-1506) : biens aux environs ; XLIX 78 (16-4-1540) : Pierre Charmolue, chanoine et écolâtre de Noyon en 1509 et L. et S., t. II planche XXX : Guillaume Charmolue, oncle de Jaques et chanoine de Noyon.

80 Voir sur ce point les remarques de Richet, De la Reforme à la Révolution, p. 145.

81 L. et S., t. I n° 36 et t. II planche XI. Il faut rappeler d’un mot combien Auvergne et Bourbonnais sont riches en grands serviteurs du roi à l’époque, et ajouter aux familles déjà citées les Duprat, les du Bourg, les Filhol, les L’Hospital, les Coiffier, les Séguier…

82 Le Page, Finances bretonnes, p. 395-396, 494 et 653-654. Il est probable que Claude Tissart, receveur de l’aide des villes, appartient à la même famille.

83 Voir Chevalier, Tours, p. 439 note 50.

84 A.D. Indre-et-Loire 3E1 44 f° 97 (5-7-1526), f° 128 (14-8-1526), f° 159 (10-9-1526), (16-1-1527).

85 Pour quelques-unes d’entre elles, il n’est guère possible de déterminer clairement une origine géographique. Ainsi des Preudhomme, dont le rôle est pourtant important. En l’état de ma documentation, je ne peux choisir entre une sérieuse hypothèse normande (peut-être cauchoise), une présomption orléanaise, et des pistes berrichonnes, voire tourangelles…

86 On notera cependant que les Parisiens sont encore très peu nombreux par rapport à la situation qui sera la leur au 17e siècle : 37,8 % des individus dans la première moitié du siècle (Bayard, Monde des financiers, p. 280) et 26,9 % des familles dans la seconde moitié (Dessert, Argent, p. 107) sont originaires de la région parisienne.

87 Très probablement d’origine basque [il serait né dans la mérindad de Saint-Jean-Pied de Port : B.N. P.O. 79 (Apestigny) n° 101, Pierre d’Apestéguy (ou Apestigny) s’est établi à Paris. Son parcours semble proche de celui des Masparault(e), de même provenance, mais qui ont, comme lui, rompu toute attache avec le Pays basque : Etchechoury, Maîtres des requêtes, p. 250. Il est possible que les deux familles soient apparentées : A.N. M.C. LXXXVII 64 (I.A.D. Pierrevive, 14-7-1563), papiers, cote OO et PP.

88 C.A.F., t. VIII n° 33004 (3-6-1542). Voir Nicolas Thunot, sergent royal en l’élection de Langres et Quirin Thunot fermier de l’imposition foraine dans cette élection : C.A.F., t. V n° 15592 (1-3-1547) et A.N. Z1a 66 f° 2 (19-11-1540).

89 Arbaumont, Armoriai, p. 456.

90 Les autres titulaires sont aussi des non-bretons, mais leur origine n’est pas évidente : Michel Cosson est peut-être blésois, Noël Barbillon peut-être bourguignon. Quant a Florimond Le Charron, que Le Page, Finances bretonnes, p. 272 qualifie de lyonnais, rien dans la documentation disponible ne permet d’être aussi affirmatif sur son lieu de naissance (pas même la notice que lui consacre Le Page, p. 415).

91 Le Page, Finances bretonnes, p. 291 note 183.

92 Sur la date du mariage, voir B.N. Dossiers Bleus 546 (Prunier) f° 10. Les minutes du notaire de Valence qui instrumente, de Conches, n’ont pas été versées aux archives de la Drôme.

93 On retrouve un phénomène identique chez les ligériens lors de leur implantation dans la capitale, à la charnière des 15e et 16e siècles. Un exemple dans Hamon, Ruzé, p. 51-52.

94 Un autre réseau d’exploitation, un peu plus tardif, dans une aire géographique très proche, est bâti autour des Ruzé. Certains d’entre eux viennent aussi s’implanter en Dauphiné : Philippe Hamon, Une famille de notables parisiens au xvie siècle : les Ruzé, mémoire de maîtrise sous la direction du professeur Jean Jacquart, Paris I, 1983, p. 145-147.

95 A.N. J 910, n° 5 ; A.N. M.C. XIX 45 (27-2-1518).

96 Sur ce thème, voir Jean-François Dubost, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997.

97 Pélicier, Lettres de Charles VIII, t. V, p. 31 (n° 977) et Pélissier, Louis XII et Sforza, t. I p. 179 et t. II p. 416.

98 Le Laboureur, Masures, t. I p. 578-579 ; A.N. M.C. LXXXVII 64 (I.A.D. Pierrevive 14-7-1563) cédules et brevets, n° 9.

99 Anselme, Histoire généalogique, t. III p. 893 ;A.N.M.C. XIX 151 (11-1-1539) et XIX 173(24-11-1547).

100 Sur Salvi ; Hautecœur, Architecture, p. 172 ; A.N. M.C. LIV 53 (Inv Morelet, 17-6-1536) n° 118 et 642. Sur Malebaille : L. et S., t. I notice 447.

101 Voir un exemple sous la plume du secrétaire du roi François Deslandes dans Michaud, Chancellerie, p. 117 et note 1.

102 Voir un acte parisien concernant les Spinola, Raoul Spifame, qui a épousé un membre de cette famille, et Octavien Grimaldi : A.N. M.C. XIX 85 (2-2-1542).

103 Qui obtient des lettres de naturalité en juin 1492 : Le Page, Finances bretonnes, p. 393.

104 L. et S., t. I, notices 234-235, 541, 556 et 576 ; Mirot, Hommages, t. I n° 447-448 ; A.N. M.C. XIX 71 (21-8-1532).

105 Le Page, Finances bretonnes, p. 406-410.

106 A.N. M.C. XIX 147 (15-12-1535) et 165 (6-6-1544) ; C.A.F., t. V n° 18366 (1-6-1525).

107 A.N. M.C. CXXII 15 (29-9-1529).

108 A.N. J 966, 13/6 [25-10-(1536)].

109 Sur les localisations parisiennes dans la première moitié du 17e siècle : Bayard, Monde des financiers, p. 445-448.

110 A.N. M.C. XIX 147 et XIX 150 (12-4-1535 et 30-4-1538) pour la rue Saint-Denis ; XIX 147 (15-3-1536) pour la rue du Roi-de-Sicile et A.N. Q 1099, 16/A, pièce n° 135 pour la rue de Bièvre.

111 A.N. M.C. CXXII 1039 (24-1-1526) et Inv. Carré n° 1797 (23-7-1528).

112 A.N. M.C. XIX 58 (31-5-1525) et XIX 151 (30-12-1538).

113 A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533).

114 A.N. M.C. CXXII 1039 (4-1-1526). Suit une deuxième version de cette transaction, légèrement différente dans le détail, mais du même esprit. Voir à titre de comparaison une reconnaissance de dette de 75 lt envers Morelet pour vente de draps de soie, à payer par les deux débiteurs « au premier deux qui sera marié » : A.N. M.C. LIV, 7 (Inv. Morelet, 12-4-1532) cote 4 (cédule du 21-8-1516).

115 Une liste assez longue dans Guiffrey (éd), Cronique, p. 131-132.

116 A.N. M.C. CXXII 1053 (11-2-1539) : don de biens lui ayant appartenu. Un récit de sa fin figure dans Jean Crespin, Histoire des martyrs…, Toulouse, 1885, t. 1 p. 304, où il est prénommé Nicolas par erreur : c’est sans doute une confusion avec Nicole Lhuillier, exécuté le même jour. Notice sur Valleton dans Le Page, Finances bretonnes, p. 570.

117 Sur elle voir Jean Dupebe et Philippe Hamon, « Humanistes en famille : les Meigret », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LII, 1990 n° 2 p. 333-344, qui fait le point des travaux sur les frères Meigret.

118 Franz Josef Hausman, Louis Meigret, humaniste et linguiste, Tübingen, 1980, p. 8-9.

119 A.N. J 958 n° 37, dans la liste des maisons parisiennes de Spifame. Deleaue et Le Roy sont opposants à fin de distraction, pour la même maison.

120 Heller, Conquest of poverty, p. 86 ; Spont, Documents, p. 341 (article XI).

121 Fils de Xans (ou Sans) Godailh, qui a résigné pour lui à survivance : A.N. J 967, 24/2. Ce Sans Godailh est peut-être le Hans Godans lié à Marguerite de Navarre, que Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 223 prend pour un allemand.

122 Heller, Conquest of poverty, p. 93-98.

123 Rott, Représentation, t. I p. 383 et 387.

124 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 221 et 228.

125 Les conclusions concernant Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et sa femme (ibid., p. 224) me semblent erronées, en raison d’une erreur de localisation de leur hôtel rue des Bourdonnais au début des années 1560. Celui-ci n’est pas la maison de la Chasse, alors occupée par Guy Arbaleste, père de madame de Mornay, sur le témoignage de laquelle se fonde justement S. Charton-Le Clech. Un document présente d’ailleurs Bohier comme un catholique plutôt favorable à la répression : il vient témoigner devant notaire le 19 janvier 1558 « qu’il est vray que le procureur du Roy au siege presidial de Tours luy a par plusieurs foys dict qu’il y avoit grand nombre de luterians en la ville de Tours et que [Bohier] l’a admonesté de faire le deu de son office », c’est-à-dire de poursuivre les hérétiques : A.N. M.C. LXXXVI 46.

126 Guéraud, Chronique, n° 272.

127 A. Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, Genève, 1866, t. I p. 248 n° 108 : Oecolampade se réjouit de sa « sympathie pour la cause de l’Evangile ». Il le charge également de saluer de sa part Aimé Meigret. Chevalier, Tours, p. 553, a confondu à cette occasion le père et le fds. A la fin de sa vie, Morelet père, qui réside en Suisse, parle toujours de « secte luthérienne » : Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 224.

128 Par exemple à la fin des années 1560 Gaspard de Saillans, devenu gendre de Claude de Bourges, se désole de voir son fils (d’un premier lit : sa mère est Catherine de la Colombière) devenu ministre calviniste, « preschant injurieusement à la mode de semblables predicans » : Saillans, Premier Livre, p. 126.

129 Voir les remarques de Barbara Diefendorf, « Les divisions religieuses dans les familles parisiennes avant la Saint-Barthélemy », Histoire économique et sociale, 1988, n° 1, p. 71-72 ou, pour l’Angleterre, celles de Retha Warnicke, « Family and kinship relations at the Henrician court : the Boleyns and Howards » dans Dale Hoak (éd.), Tudor political culture, Cambridge 1995, p. 33-34.

130 À titre de comparaison, la remarque de Fritz Stern, L’or et le fer, Bismarck et son banquier Bleichröder, Paris, 1990, p. 36 : « Dans le monde de la banque de l’époque, les relations personnelles étaient de la plus haute importance, et les opérations de spéculation communes reposaient sur une confiance mutuelle qui ne pouvait s établir que par un contact direct ».

131 A.N. M.C. XIX 76 (9-12-1535) et XIX 161 (23-6-1542).

132 D’autant qu’elle est mise en avant dans un procès par la partie adverse : A.N. Z1a 66 f° 151 (19-2-1541).

133 B.N. Dupuy 260 f° 331 (24-8-1532).

134 Sur l’ambiguité du terme, voir par exemple les remarques de Sharon Kettering, « Patronage in Early Modern France », French Historical Studies, vol. 17, n° 4, 1992, p. 849.

135 Dessert, Argent, p. 342.

136 Parmi une production volumineuse, voir Robert Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modem France, New Haven-Londres, 1978, Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-century France, New York-Oxford, 1986, Kristen B. Neuschel, Word of Honor : In-terpreting Noble Culture in Sixteenth-century France, New York-Londres, 1989, Ariette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris, 1989, Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne, Paris, 1994.

137 Présentation synthétique de cette approche dans Thierry Rentet, « Fidélités et clientèles en France de 1500 à 1660 », L’Information Historique, n° 57, 1995, p. 89-99.

138 Voir Kettering (cf note 134 supra), p. 851.

139 Ulrich Pfister, « Le petit crédit rural en Suisse aux xvi-xviiie siècles », A.H.S.S., 1994, n° 6, p. 1349.

140 Pour les officiers du roi, il existe en outre une ambiguité spécifique qui tient à la nature du service rendu au monarque. Est-il servi comme roi ou comme patron ? L’opposition est évidemment caricaturale, mais elle vise seulement à mettre en évidence la difficulté du sujet.

141 Ce qui ne signifie évidemment pas que les clientèles apparaissent avec l’époque moderne : voir une remarque de Chevalier, Tours, p. 478 note 16 pour le 15e siècle.

142 Un document de 1525 évoque « les créatures du Roy et de Madame » : Ch. Paillard, « Documents relatifs aux projets d’évasion de François Ier, prisonnier à Madrid, ainsi qu’à la situation intérieure de la France en 1525, en 1542 et en 1544 », Revue Historique, t. 8, 1878, p. 354.

143 « Monsieur de Selin qui est à madame » ou « Monsieur de Villeneufve qui est à monsieur le grant maistre » : A.N. M.C. Inv. Carré n° 1248 et 1719 (sans dates).

144 Le Page, Finances bretonnes, p. 426. Cette expression s’emploie déjà également au sein du monde des finances. En 1496 on trouve mention d’un « homme seur, qui est vicomte de Mortaing, qui est au général de Normandie » Thomas Bohier : Philippe de Commynes, Mémoires, éd. par Mlle Dupont, Paris, 1843, t. II, p. 460. Il s’agit soit d’Olivier Barraud, vicomte de 1486 à 1496, soit d’André Le Roy, confirmé le 7-7-1498 : Dupont-Ferrier, Gallia Regia, t. II, p. 244, n° 7411-7412.

145 Chabot, « ung das minhons del Rey », arrive à Marseille en 1524 : Valbelle, Histoire journalière, t. II p. 129. Jean de la Barre est en 1527 « one of the [chief] minions about the King » : Brewer et al., Letters and Papers, vol. IV, part II, n° 2980, p. 1335.

146 Anthoine de Cériers, qui devient le premier receveur général d’Issoire, est le frère d’Amable, élu de Basse-Auvergne et de Jehanne Robertet, et le, fils de Jehan, trésorier de la duchesse en Auvergne : Remacle, Hôtel de ville de Riom, p. 152 ; La Mure, Histoire des ducs de Bourbon, p. 565 ; A.N. M.C. CXXII 1039 (4-3-1526) et III, 10 (8-5-1533).

147 SPONT, Semblançay, p. 77, 83-85, 88 et sq. En avril 1513 encore, réclamant des fonds, Prégent de Bidoux demande à Florimond Robertet d’écrire au roi et « à Mgr le general de Beaulne [pour] qu’il en veuille parler à la Royne » : Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 57.

148 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 42.

149 Béchu et al., Minutes du 15e, p. 247 n° 1986 (26-6-1493).

150 Spont, Semblançay, p. 65-96 et 117-118.

151 Pour autant le monde des serviteurs des Angoulême n’est pas exempt de rivalités internes. Sur l’hostilité entre Hélie du Tillet, d’une part, Semblançay et Jean Caluau de 1 autre, voir Elizabeth A.R. Brown, « Le greffe civil du parlement de Paris au xvie siècle. Jean du Tillet et les registres des plaidoiries », B.E.C., t. 153, 1995, p. 338.

152 Spont, Semblançay, p. 123-125 et 188 note 4.

153 Ibid., p. 17, 150, 162-163 et 182 note 1 ; Spont, Documents, p. 338 (article VI) ; A.N. M.C. XIX 52 (7-12-1521) ; A.N. X3a 31 (28-8-1523) ; B.N. fr 2965 f° 19 ;

154 Sur ce thème, voir Hamon, Argent du roi, p. 291-292 et 340-346. Se reporter aussi aux développements de Spont.

155 Sur ses dépenses à cette occasion, voir Quilliet, Officiers, p. 191.

156 Marguerite d’Angoulême, Correspondance avec Guillaume Briçonnet (1521-1524), éd. par M. Veissière, C. Martineau et H. Heller, Genève, 1979, t. II p. 114 (lettre 83).

157 Autre signe de son succès : la désignation de son fils Jaques comme maître des requêtes en 1524 grâce à un édit « surpris par le Trésorier Babou » : Maugis, Parlement 1515-1525, p. 147-148 ; O.R.F. t. IV p. 313-318.

158 Spont, Semblançay, p. 207 ; Lefranc et Boulenger, Comptes, p. 14.

159 Arthur de Boislisle, Histoire de la maison de Nicolay. Pièces justificatives, Paris, 1873, t. 2 p. 37, n° 41. A la mort de Louise c’est Babou, qui l’a veillée, qui lui met un crucifix entre les mains : Jourda, Marguerite d’Angoulême, p. 165.

160 A.N. M.C. XIX 54 (22-12-1522) pour Apestéguy-Rappouel ; Spont, Semblançay, p. 205 note 1 (avec une erreur de référence : il s’agit du portefeuille Godefroy 283 (et non 183) de la bibliothèque de 1 Institut) pour Malras-Bohier.

161 A.N. J 968, 15/1 (8-9-1536).

162 Dans un cas de ce genre, la notion de « broker », introduite par l’historiographie anglo-saxonne, et en particulier par S. Kettering pour le 17e siècle, semble s’imposer.

163 Spont, Semblançay, p. 245 ; A.D. Indre-et-Loire 3E1 28 f° 109v°.

164 B.N. fr 3054 f° 27-31.

165 Le Page, Finances bretonnes, p. 397-398 ; A.N. M.C. VIII 68 (16-4-1540).

166 A.M. Lyon, BB 64 f° 8v°, cité par Bonnet Saint-Georges et al., De L’Orme lyonnais, p. 160.

167 Il est cité comme secrétaire dès 1529 : A.N. M.C. CXXII 15 (29-9-1529) et comme contrôleur ordinaire pour la reine en 1533 et pour le couple en 1537 : C.A.F., t. II n° 5355 (7-2-1533) et A.N. M.C. CXXII 22 (17-2-1537). Il est cependant grenetier d’Amboise parallèlement dès 1529.

168 Lefranc et Boulenger, Comptes, p. 68, 78, 81, 88 et 94 ; V.L. Saulnier, « La correspondance de Marguerite de Navarre. Complément », B.H.R., t. 33, 1971, p. 586.

169 B.N. fr 3066 f° 131 et fr 2978 f° 125v°.

170 B.N. fr 4754 f 3 et fr 2976 f° 86. Il est étonnant de voir Neufville, pourtant bien introduit auprès de Montmorency, faire passer sa requête par le « contrerolleur Nicolas », qui semble faire ici office de « broker ».

171 Jourda, Marguerite d’Angoulême, p. 158. Sur Mesnager, voir aussi B.N. fr 3067 f° 83 [22-6-1530]. Le premier trésorier d’Éléonore en France est Nicolas Vanderlaen.

172 Voir des exemples dans Hamon, Argent du roi, p. 389-396.

173 Il n’est cependant pas impossible, à l’inverse, qu’il puisse exister des positions de pouvoir sans clientèle. Dans le domaine de l’administration financière, le cardinal de Tournon semble se trouver dans ce cas.

174 Coyecque, Recueil, t. I n° 793 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 3711 (12-12-1550).

175 A.N. M.C. VIII 82 (21-12-1556). La maison, située couture Sainte-Catherine, a une grande valeur (environ 7 500 lt).

176 Deville, Comptes de Gaillon, passim (voir l’index), Mecquenem, Antoine Bohier, p. 8.

177 Courteault, Nicolay, p. 219 ; A.D. Bouches-du-Rhône, B 26 f° 339v°. Le texte de nomination précise que Pierre d’Arles a déjà servi le roi du temps de Louis XII, mais sans préciser dans quelle activité.

178 B.N. fr 3873 f° 41 et 3029 f° 108 et 121v°. Jehan Robineau est vraisemblablement un fils du trésorier de France du même nom qui est mort en 1507 : L. et S. t. I n° 595.

179 B.N. fr 3873 f° 4v°-5. Sur les « troubles » consécutifs à cette élection : A.C. Dijon, BB 173.

180 B.N. fr 2987 f° 41 et 67 : le Bâtard de Savoie écrit à Montmorency : « Quant à 1 affaire de Jehan Carré, il a esté expédié selon qu’en avyez le désir, et pour l’amour de vous luy sera fait tous les plaisirs et gratieusetez possibles ». Pour Prévost : A.N. J 965, 8/9 [1-4-(1537)]. Pour Apestéguy : Baudouin-Matuszek, Écosse, p. 362.

181 A.N. M.C. CXXII 1048 (17-8-1534). Ils évoquent d’ailleurs la présence auprès de Jehan de la Barre, quinze jours avant sa mort, de la femme de Jehan de Poncher. Or on la repère deux ans plus tôt se rendant auprès de la femme de Montmorency à Chantilly : B.N. fr 2976 f° 99 [21-2-(l 530)].

182 Sur une cession de terres par Poncher à Montmorency en 1527, qui va dans le même sens, voir REY, Fin de Poncher, p. 83. La présentation de leurs relations dans Greengrass, Property and politics, p. 386, est entachée de plusieurs erreurs, concernant aussi bien la date d’acquisition de ces biens que la filiation de l’épouse d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, fille de Louis et non de Jehan de Poncher. La référence de la note 74 est inexacte (il faut indiquer C.A.F., t. VI n° 20978) ainsi que son interprétation : le roi ne cède pas des rentes, mais son droit d’hypothèque sur des biens vendus auparavant par Poncher au grand maître.

183 A.N. M.C. XIX 86 (10-7-1543).

184 A.N. X1a 8621 f° 198v°-199 ; C.A.F., t. III n° 9372 (24-10-1537). Richelieu n’agit pas autrement un siècle plus tard, qui utilise à des fins personnelles des fonctionnaires de la marine et fait salarier par la marine ses serviteurs : Bergin, Richelieu, p. 66.

185 Le Page, Finances bretonnes, p. 226.

186 Pour une illustration des relations financières de Chabot avec B. Serre, voir A.N. M.C. III 6 (28-8-1531).

187 B.N. fr 20649 f° 111, 188, 193 et 194. Sur les pressions de Guise pour faire élire Bénigne Serre maire de Dijon : A.C. Dijon, BB 181.

188 B.N. fr 20649 f° 77 et 113. Pour les Godet, un exemple d’intervention financière en A.N. M.C. VIII 60 (13-2-1541).

189 A.N. M.C. CXXII 1058 (23-7-1540) et 1059 (24-12-1540), XIX 89 (20-5-1545).

190 Anselme, Histoire généalogique, t. III p. 893 et t. VIII p. 942.

191 A.N. M.C. CXXII 1124 (17-9-1537).

192 A.N. M.C. CXXII 28 (20-8-1546) et LXVIII 19 (18-3-1555) ; C.A.H., t. II n° 2576 (29-3-1548). Au niveau des maisons royales, la continuité entre les deux règnes est plus forte que ne le laisserait croire la révolution de palais du printemps 1547 (je remercie David Potter qui a attiré mon attention sur ce point).

193 Sur l’accentuation du phénomène, voir les remarques de Jouanna, Devoir de révolte, p. 246. Certains grands officiers semblent malgré tout conserver le privilège d’un contact direct avec le roi, comme en témoigne, a la mort d’Henri II, le chagrin d’Olivier Le Fèvre qui perd « un roy qui [le] connoist et qui [l]’aime » : Chéruel, Ormesson, p. VIII. Mais Le Fèvre dispose encore du soutien, précieux, du cardinal de Lorraine et du clan Morvilliers.

194 Collas, Les gens qui comptent à Bourges, p. 56. Il en fait par erreur un trésorier de France au lieu d’un receveur général.

195 Cependant en 1493 encore Jacques de Beaune est cité dans deux actes notariés successifs une fois comme marchand à Tours et l’autre comme trésorier de la reine : Béchu et al., Minutes du xve siècle, n° 1986-1987.

196 Pour Guillaume Briçonnet, voir Chevalier, Tours, p. 482.

197 Quilliet, Officiers, p. 211 ; Michaud, Chancellerie, p. 110 note 3.

198 Jacqueton, Documents, p. 137, art. 42.

199 C.A.F., t. VI n° 19985 ; Arbaumont, Armoriai, p. 456.

200 A.D. Rhône, 3E 4205 f° 58. Il agit sans doute comme l’élu de Lyon Anthoine de Vinols qui au même moment abandonne la draperie pour l’office : Gascon, Grand commerce, p. 378.

201 Pour Bonacorsi, voir le développement qui lui est consacré dans le chapitre premier, p. 110-112. Cocil, cité comme marchand en 1534 [A.N. X3a 41 (16-5 et 15-9-1534)] ne devient trésorier qu’en 1538. Il est donc possible qu’il ait interrompu son activité.

202 A.N. X3a 41 (12-6-1534). De même les relations de Jaques Arnoul avec des marchands d’Agen l’impliquent-elles sans doute plus comme intermédiaire financier que comme acteur commercial : A.N. M.C. XIX 90 (8-1-1546) et 154 (10-11-1539).

203 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 28 et 408 et LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) cote 562. La fourniture à Guillaume et Martin du Bellay par Octavien Grimaldi d’une croix d’or ornée de diamants (d’une valeur de 4 500 écus suivant une obligation du 20-11-1529) correspond-elle en revanche à une transaction privée ? A.N. M.C. VIII 181 (8-7-1541) et 180 (22-10-1540).

204 Un timbre correspond à soixante peaux, d’après le dictionnaire de Trévoux.

205 A.N. M.C. LIV 7 (Inv. Morelet, 12-4-1532) cote 4 et LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cote 16. Pour l’identification de Nicolas, voir Inv. Carré cote 1373. Sur une probable vente par Jehan Carré, voir ibid., cote 1185 : le 12-10-1520, François Crovyn, marchand de Toulouse, confesse avoir reçu de lui « une robbe de damas fourrée de martres ». Sur des trafics de marchandises, textiles ou objets précieux, par Charles de Pierrevive, dans les mêmes années : A.N. M.C. I.A.D. Poncher, n° 1359, 1361 et 1373.

206 Croy, Cartulaire de Blois, p. 426 ; B.N. P.O. 872 Cotereau, n° 30.

207 A.N. M.C. VIII 134 (16-11-1532).

208 B.N. Dossiers Bleus 377 (Lallemant) f° 64 : marchand à Anvers en 1541-1544 ; A.N. M.C. VIII 71 (29-1-1545) : marchand en la ville de (déchiré) au pays de Flandre. Serait-il le Guillaume Aleman, marchand de Paris, présent à Anvers en 1519, cité par Emile Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin du xve-xvie siècle, Paris, 1961, t. I n. 380 ?

209 Sur le difficile règlement des affaires de la boutique de l’Argenterie à la génération précédente : A.N. M.C. VIII 177 (27-1-1540), VIII 286 (12-8-1538) et XLIX 71 (1-1-1544). Voir Chevalier, Tours, p. 333-334.

210 Il faut en cela nuancer les conclusions de Chevalier, Tours, p. 335 concernant la famille. Par ailleurs Jehan Testu devient argentier avant et non après Marc de la Rue. Ce dernier lui succède en 1521 lorsque Testu devient receveur général. Voir C.A.F., t. IV n° 12028 ; A.N. M.C. Inv. Carré 1765 (30-11-1521), XIX 54 (19-1-1523) et XIX 55 (23-4-1523).

211 Spont, Semblançay, p. 118 note 1. C’est sans doute au règlement d’opérations commerciales de cette époque que fait allusion A.N. M.C. VIII 68 (30-3-1541).

212 A.N. M.C. XLIX 78 (19-5-1540).

213 Marie Testu, fille de Méry et épouse de Laurent Le Blanc trafique encore en 1550 : elle fait envoyer 45 pipes de vin de Tours à Paris ; A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 ( 19-4-1550). Mais peut-être le passage des tissus au vin est-il révélateur d’une réorientation.

214 A.N. M.C. XIX 49 (10, 12, 14 et 28-5 et 11-7-1520). Autres ventes en XIX 44 (7, 17 et 24-4-1517) et VIII 286 (8 et 9-8-1538, pour des opérations de 1519-1521).

215 A.N. M.C. VIII 282 (24-8-1536).

216 A.N. M.C. VIII 180 (28-1-1541) ; CXXII 18 (24-8-1532) ; VIII 177 (14-10-1539) ; III 20 (15-3-1540) et CXXII 1060 (12-4-1541). Ce n’est en revanche pas le cas, sous bénéfice d’inventaire, de Jehan Alespée, argentier de Jeanne d’Albret en 1546, ni de Barthélémy Séguier, argentier du roi de Navarre en 1542 : A.N. M.C. CXXII 160 (16-6-1546) ; III 54 (26-4-1542).

217 A.N. M.C. CXXII 21 (23-12-1536) et Inv. Carré n° 1250 (8-11-1527) pour Garnier ; XIX 150 (8-6-1538) et C.A.F., t. VII n° 27222 pour Olivier. Louis de Bourbon est alors, entre autres, évêque de Laon et abbé de Saint-Vincent de Laon, ce qui peut expliquer le recours à des hommes qui gèrent le Vermandois, province voisine (mais il est vrai appartenant pour l’essentiel aux diocèses de Noyon et d’Amiens).

218 L’interpénétration des deux groupes paraît plus nette en Bretagne : Le Page, Finances bretonnes, p. 229-232. Elle s’explique d’abord par une optique plus large chez Le Page (qui retient en particulier le personnel de la Chambre des comptes). Peut-être aussi le phénomène est-il plus marqué à l’échelon local qu’au plan du royaume.

219 A.N. M.C. XIX 46 (20-12-1518) et CXXII 11 (29-3-1523) pour Sapin ; XIX 61 (15-3-1528), XIX 62 (23-3-1529)… pour Apestéguy ; CXXII 18 (24-8-1532) pour Serre ; XIX 62 (19-8-1528) pour Bernard.

220 A.N. M.C. CXXII 1033 (6-1-1539) et XIX 83 (10-9-1540).

221 Le Page, Finances bretonnes, p. 415.

222 A.N. M.C. CXXII 1043 (3-4-1528) ; XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) : dans une lettre de 1529, Morelet écrit : « Feu Mr de Lescun me devoit environ 260 lt pour fraiz que j’ay faictz pour le recouvrement des deniers de sa pension de quelques années que j’en ay eu la charge ».

223 A.N. M.C. I.A.D. Poncher, papiers n° 1042. Voir aussi n° 978, 1037-1047, 1083, 1402 et 1407. Claude de la Croix est également un temps trésorier et receveur général de Maximilien Sforza : B.N. D.B. 224 (La Croix) f° 64.

224 A.N. M.C. CXXII 1033 (11-6-1518). Voir une autre procuration ponctuelle, dans la même liasse, le 27-4-1518. Dans un coffre de Legendre, on trouve à sa mort des papiers et des lettres de Bonnivet : I.A.D. Legendre, papiers, n° 223.

225 A.N M.C. CXXII 1038 (15-6-1525) et XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) : mention de « deux liasses esquelles a plusieurs pappiers servant à dresser le compte du manyement des terres appartenant à feu monsieur te mareschal de Foyes ».

226 A.N. M.C. CXXII 11 (28-3-1523). Dans la lettre de rémission que Sapin obtient en février 1532, il est question d’une créance qui atteindrait alors 73 000 lt : A.N. JJ 246 f° 52. Voir aussi, au même moment, le cas de Jehan de Cériers, père d’Anthoine et trésorier d’Anne de Bourbon en Auvergne, qui est son créancier pour 23 000 lt : Teyssot, Riom, p. 691 et sq.

227 A.N. M.C. CXXII 1042 (7-1-1527) ; voir aussi I.A.D. Poncher, papiers, n° 1083 et 1407. Un autre document montre clairement, à propos des relations financières de Geoffroy de La Croix avec Gaston, baron d’Andoyns, les liens entre gestion des pensions et octroi de crédit : A.N. M.C. CXXII 1030 (10-3-1517).

228 Spont, Semblançay, p. 196 note 3 et p. 238 (Semblançay) ; Coyecque, Recueil, t. I n° 932 (3-8-1528) (Sapin) ; A.N. M.C. XLIX 68 (18-7-1542) (Meigret) ; LIV 12 (6-12-1537) (Neufville) ; XIX 91 (11-3-1547) (Morelet de Museau) ; VIII 60 (8-5-1540) et XIX 160 (30-1-1542) (Barguin) ; CXXII 1141, I.A.D. Duval, papiers, cote 52, VIII 43 (17-12-1525) (Duval) ; XIX 62 (25-6-1528) et 64 (29-12-1530) et C.A.F., t. VI n° 19514 et t. II n° 5235 (Carré). Voir d’autres cas probables avec Clérambault Leclerc et Louis de La Trémoïlle pour 2 900 lt : Spont, Semblançay, p. 162, avec Louis de Poncher et les Angreville-Coligny pour 12 000, voire 17 000 lt : À. N. M.C. XIX 44 (22-15-1517).

229 A.N. M.C. VIII 282 (5-5-1536) et XIX 178 (30-7-1549).

230 A.N. M.C. XLIX 66 (14-10-1540).

231 A.N. M.C. XIX 178 (16-7-1549).

232 Sur cet aspect, voir Fourquin, Campagnes parisiennes, p. 498-499.

233 A.N. M.C. XIX 90 (20-2-1546). En fait il s’agit de trois rentes, l’une de 200 lt acquise de la veuve de Jaques Ragueneau (ancien trésorier du Bâtard de Savoie) et deux autres (200 et 500 lt) constituées directement à Laguette. Il cède en 1546 l’ensemble à Alonse de Civille, vicomte de Rouen.

234 Carré de Busserolle, Recherches historiques, p. 107.

235 Deville, Comptes de Gaillon, p. 251, 254, 348 et 422 ; p. 340.

236 A.N. M.C. XIX 69 (13-3 et 2-4-1531).

237 A.N. M.C. XIX 43 à la date. Pour cette affaire, voir également XIX 70 (14-12-1531), 73 (20-5-1533), 86 (14-5-1543) et 87 (26-8-1544).

238 A.N. M.C. Inv. Carré, cote 1717.

239 Ibid., cotes 1720-1725 et 1733.

240 Ibid, cote 1283.

241 Une exception, le marchand pelletier de Blois Pierre de Bresche qui figure pour trois transactions : une de septembre 1518 avec Charles Alienant, seigneur de Laval en Dauphiné, pour 88 lt et deux avec Jehan d’Acigné, baron de « Quoymen » [Coatmen], pour 110 et 100 lt en septembre et novembre 1522 : A.N. M.C. Inv. Carré, cotes 1280, 1284 et 1315. A chaque fois, il y a rescription pour Carré.

242 Ibid., cotes 1522, 1558 et 1690. Voir aussi le cas de Charles de Pierrevive garant du crédit accordé par des marchands : A.N. M.C. I.A.D. Poncher, papiers, n° 1367, 1369-1370.

243 A.N. M.C. XIX 90 (20-2-1546).

244 Ce point mériterait une étude approfondie. Une courte liste permet déjà de mesurer son importance. Pour les principales rançons de Pavie, voir Hamon, Argent, honneur et Bourgogne, p. 12-16. Mais il y a aussi le duc de Longueville en 1513, Théodore Trivulce en 1521, Saint-Pol en 1529, Annebault en 1536-1537, Martin du Bellay… en attendant la vague des captures de Saint-Quentin (1557). Le phénomène ne concerne Pas que les hommes de premier plan : Loys de Perreau, seigneur de Castillon, est rançonné plusieurs fois, Françoys Lequeux, chevalier, l’est en 1521 ou 1523, Raoul du Boys, un des cent gentilhommes de la Maison du roi, doit lui aussi payer après Pavie…

245 A.N. M.C. LIV 12 (6-12-1537). Par un autre acte du même jour, Annebault emprunte aussi 2 000 écus à Esperit de Harville, écuyer et seigneur de Palaiseau.

246 On trouve cependant Morelet de Museau débiteur pour 1 506 écus de Jean-Louis Cassio, aristocrate italien (il est l’oncle de Jean-Antoine Cassio, marquis de Mortaire) : A.N. Z1a 64 (14-6-1539) ; Jehan de la Forge l’aîné doit en 1524 i 200 lt au duc de Vendôme : B.N. fr 5124 f° 103 ; quant à Jacqueline d’Estouteville, ele est créancière de Jehan Laguette pour 4 000 lt : A.N. M.C. XIX 173 (24-11-1547). Il y a aussi le cas de Pierre d’Apestéguy, qui est post mortem, avec d’ » autres » sans plus de précisions, tenu pour débiteur de quelque 20 000 lt en tant qu’ancien gestionnaire des Foix-Lautrec : A.N. M.C. XXXIII 172 (26-10-1557). Mais il s’agit peut-être plus d’un problème de reddition de comptes que d’une véritable dette.

247 À partir du dépouillement de A.N. X3a 31, 36 et 41. Il faudrait bien sûr étendre les recherches.

248 Luchaire, Alain d’Albret, p. 62 et 67 ; Spont, Semblançay, p. 17 note 4.

249 B.N. P.O. 248, 5444, n° 83, 87, 147 ; Etchechoury, Maîtres des requêtes, p. 205.

250 Voir un siècle plus tard le cas du consortium Tallemant et de ses relations avec Richelieu : Bergin, Fortune de Richelieu, p. 72.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540