Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Seconde partie. Les offices de finance dans la société de la Renaissance

Chapitre IV. Les fortunes

Texte intégral

  • 1 Pierre Goubert, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : les Danse et les Motte de Beauvais, Par (...)

1Il faut entrer avec une grande humilité, et une grande prudence, dans un chapitre où les évaluations chiffrées devraient régner en maître. Les lacunes archivistiques sont certes incontournables, et faciles à mettre en avant. Mais la difficulté essentielle provient des sérieux problèmes méthodologiques que pose le traitement des informations. En effet, dans le domaine économique, les données abondent. La plupart des minutes notariales concernent, faut-il le rappeler, les patrimoines et leur gestion, la circulation des biens au sein des familles et des groupes sociaux. Mais elles ne fournissent le plus souvent, à qui désire des vues d’ensemble, qu’une avalanche de données ponctuelles et partielles, du moins pour la période qui est la nôtre. Or les documents plus synthétiques, inventaires après décès ou partages, sont rares pour les premiers et rarissimes pour les seconds. Quand ils existent, leur exploitation est difficile. Il faut pourtant bien tenter l’aventure, tant il est vrai que, pour reprendre les mots de Pierre Goubert, « l’étude d’une famille bourgeoise, c’est d’abord l’étude d’une fortune : quand, comment, pourquoi elle s’est formée, accrue, transformée, stabilisée, dissipée »1. D’autant plus que des chiffres, même approximatifs, donneront d’utiles points de repère pour une époque où les niveaux de fortune demeurent encore fort mal connus pour l’ensemble de la société.

2Il peut paraître paradoxal d’avoir évoqué, à la fin de la première partie, le préjudice subi par les patrimoines des grands officiers lors des poursuites avant d’avoir présenté les patrimoines eux-mêmes. Justifier cette démarche est aisé. D’une part, sans cette analyse, le dossier des poursuites n’aurait pas été entièrement traité. Or cet aspect n’a pas sa place, en tant que tel, dans une analyse globale des fortunes. D’autre part, les poursuites constituent une des meilleures sources pour déterminer les patrimoines. C’est en effet sur ceux qui ont eu la « chance », aux yeux de l’historien bien sûr, de voir leurs biens mis dans la main du roi et inventoriés, que les informations globales sont souvent les moins médiocres. De ce point de vue les procédures liées aux poursuites présentées plus haut peuvent donc servir de point d’appui, voire de base, pour des investigations patrimoniales dont la finalité est évidemment fort éloignée de celle qui fut envisagée à l’époque… Vers la fin de ce chapitre, le thème des poursuites réapparaîtra cependant, comme l’un des paramètres d’une question centrale, celle des modalités de l’enrichissement. Ces dernières conditionnent en effet les dynamiques d’évolution des patrimoines.

3Mais avant d’aboutir à cette analyse, il convient de mettre en évidence les structures d’ensemble des patrimoines en « bricolant » à partir des données chiffrées disponibles. Autant que faire se peut, je souhaite montrer les acteurs à l’œuvre. S’il est rare de pouvoir les suivre au quotidien, du moins faut-il conserver à leur activité son caractère d’entreprise vécue dans le présent. Certes, dans leur démarche, tout n’est pas que singularité et immédiateté : il faut dégager la logique de projets qui supposent des calculs (ou des paris sur l’avenir) et faire aussi apparaître le poids de pratiques sociales qui s’inscrivent dans la longue durée. Cependant, j’ai choisi, ici encore, de privilégier le court terme des acteurs, en cohérence avec mon approche chronologique d’ensemble. On ne trouvera donc guère d’éléments éclairant le devenir des fortunes sur plusieurs générations. De même ne faut-il pas attendre d’analyse fouillée relevant de l’histoire économique : mon choix est clairement celui de l’histoire sociale et l’introduction de la seconde partie a levé toute ambiguité. Ainsi, avant de tenter de comprendre les phénomènes d’accumulation, et donc d’enrichissement, qui sous-tendent l’histoire patrimoniale des gens de finance, convient-il de commencer par un tableau des fortunes qu’ils sont parvenus à édifier.

I. UNE PALETTE CLASSIQUE POUR UN RICHE TABLEAU

A. LES ÉLÉMENTS D’UNE FORTUNE

4La description des éléments du patrimoine des grands officiers implique évidemment des tentatives d’évaluation pour chacun des secteurs retenus. Les contraintes de la documentation (et les limites des capacités du chercheur) imposent le plus souvent de travailler sur des données concernant seulement quelques individus. En règle générale, il faut se contenter de reconstituer des dossiers particuliers plutôt que dresser des bilans généraux. Mais cela reste une base indispensable. Pour chaque segment de fortune, les modalités d’acquisition et d’accumulation sont mises en évidence, ainsi que leurs logiques et leurs dynamiques qui diffèrent selon les secteurs et les individus concernés. Pour l’heure, en revanche, la question des capitaux investis, de leur origine comme de leur ventilation, est délibérément laissée de côté.

  • 2 On trouvera, pour le même milieu, une typologie plus détaillée dans Bayard, Monde des financiers, (...)
  • 3 . Schnapper, Rentes, p. 162 et 252.

5Le découpage retenu pour les fortunes est forcément arbitraire, et pour le moins grossier2. Distinguer entre la rente, qui relève juridiquement (à Paris du moins) de l’immobilier3 et le simple prêt, placement de capitaux mobiliers, est d’autre part discutable. Cependant, la nécessité d’un classement ne peut être mise en doute… De toute manière, il faudra être attentif au fait que la nature des sources disponibles (ou du moins des sources utilisées) privilégie nettement l’immobilier, au risque de fausser un peu les perspectives d’ensemble.

1. L’incontournable office

  • 4 À la réserve des deux ou trois commis à une recette générale qui n’ont, à ma connaissance, jamais (...)
  • 5 Lamet est bailli des Montagnes de Bourgogne à partir de 1515. Il est sans doute le Lamet lieutenan (...)

6Pourquoi commencer par l’office ? C’est que, par définition, il doit être présent, au moins pendant un temps, dans la fortune de chaque membre du groupe étudié4. L’office a déjà fait l’objet de longs développements dans le premier chapitre de ce livre, et il ne saurait être question de les répéter ici. Pour autant, l’étude de sa dimension patrimoniale mérite quelques remarques complémentaires. Passage obligatoire, l’office n’apparaît cependant pas toujours précocement dans le capital de nos personnages. Certains exemples, minoritaires il est vrai, montrent des hommes déjà bien établis investissant tardivement dans les offices. Certes, quand Anthoine de Lamet pénètre dans la finance, à 56 ans, en 1535, il y a déjà au moins vingt ans qu’il est officier du roi5. Mais Jehan d’Estourmel acquiert son premier office (commissaire des guerres) vers 35 ans, et Jehan Testu le sien (argentier du roi) vers 39 ans, en attendant de plus hautes fonctions. Cet investissement joue cependant un rôle pivôt pour la (ou les) génération(s) concernée(s). Un grand office de finance vaut, selon les cas, entre 10 000 et 40 000 lt. Une nette majorité (ceux de receveurs généraux en particulier) semble se situer entre 10 et 20 000 lt : c’est le prix d’une belle terre. Pour ceux qui en possèdent de plus coûteux, rappelons qu’ils représentent une valeur équivalente à, ou moindre que celle des beaux ensembles ruraux (le plus souvent avec château) constitués par un Thomas Bohier (Chenonceaux « vaut » au moins 60 000 lt), un Henri Bohier (Villandry-Savonnières, 35 000 lt) ou un Jehan de Poncher (Limours, 40 000 lt). Même un ensemble briard moins célèbre comme celui de Saint-Jehan-les-deux-Jumeaux, Montretout et Samme-ron qui appartient à Morelet de Museau, dépasse sensiblement les 40 000 lt.

7Beaucoup de titulaires de grands offices ne se contentent pas d’investir dans une charge unique. En 1524, Philibert Babou est à la fois trésorier de l’Épargne, trésorier de France, notaire et secrétaire et valet de chambre du roi. À sa mort, précoce, en 1569, Florimond Robertet le jeune, petit-fils du grand Florimond, est secrétaire d’État (donc secrétaire du roi), trésorier de France en Normandie et président de la Chambre des comptes de Blois. Cependant, au moins pour les charges importantes, la tendance est au relais plutôt qu’à l’accumulation : il ne s’agit pas en effet d’un simple placement, mais d’une charge qui implique une activité, parfois considérable on le sait. Ainsi Philibert Babou exerce-t-il successivement les fonctions d’argentier du roi, puis de commis à l’Extraordinaire des guerres, puis de trésorier de France. Quant au cumul avec l’Épargne, il ne dure que deux ans. De même Gaillard Spifame, après une modeste charge de receveur des aides et tailles à Sens, devient receveur général de Normandie, revend sa charge pour gérer l’Extraordinaire des guerres, et acquiert seulement ensuite l’office de général d’Outre-Seine.

8Lorsque la documentation est assez précise, on a le sentiment que beaucoup d’officiers accumulent des charges secondaires, voire subalternes, en début de carrière, puis font porter leurs investissements sur un office prestigieux en délaissant certaines charges détenues jusqu’alors. Il est difficile de faire ici le départ entre la volonté de concentrer ses activités et la contrainte que représente la nécessité de mobiliser des capitaux importants pour acquérir la charge désirée. Lorsqu’il devient général de Normandie en 1494, Thomas Bohier abandonne ainsi ses fonctions de secrétaire des finances, de commis au paiement des menus plaisirs et de receveur général de Bretagne. Le cas de Morelet de Museau est plus révélateur encore. La mort de son père le met à la tête d’un petit capital d’offices (secrétaire du roi, commis au paiement des gentilshommes de l’hôtel et contrôleur du grenier de Sancerre). Tous sont rapidement vendus, peut-être pour permettre à Morelet d’accéder à l’Extraordinaire des guerres. Il se constitue ensuite un second « portefeuille » d’offices. Au début de 1521 il est à la fois receveur et payeur de la Chambre des comptes (depuis 1509), trésorier des guerres (depuis 1515) et commis au paiement des officiers domestiques de l’Hôtel du roi (depuis 1518). En une année il se débarrasse de toutes ces charges comptables et acquiert en septembre 1522 l’office de général des finances d’Outre-Seine. Ainsi l’accumulation n’est-elle pas forcément un aboutissement, bien au contraire. Si de tels exemples peuvent être généralisés, on assisterait donc souvent à une réduction du nombre des offices, sinon exercés (songeons aux commis), du moins détenus par les officiers de finance au cours de leur carrière.

  • 6 Voir au chapitre 1, p. 9.
  • 7 B.N. fr 2941 f° 21. C’est la somme reçue par Hélie du Tillet, en charge jusqu’en 1514 environ. Pou (...)
  • 8 B.N. fr 2941 f° 21r° ; A.N. M.C. XIX 71 (3-9-1532) ; A.N. KK 352 f° 25.
  • 9 A.N. J 965, 8/15 et J 968, 1/3 ; A.N. M.C. CXXII 17 (1-1-1532).

9Est-ce à dire que le capital qu’ils représentent se réduit lui aussi ? On entre ici dans le cœur du sujet, mais on y entre à reculons, tant le petit nombre des chiffres disponibles rend délicate toute conclusion6. Si, pour une présentation générale du prix des offices, il était concevable de s’appuyer sur des éléments dispersés, l’étude de l’accumulation au cours des existences individuelles suppose des données infiniment plus complètes. Il n’est en fait pas possible de répondre à la question posée, faute de disposer, même pour quelques officiers aux carrières bien connues, de chiffres (ou du moins d’estimations) fiables pour l’ensemble des offices exercés. En se contentant d’observer ce que vaut la principale fonction détenue, (qui d’ailleurs est parfois la seule), on peut cependant essayer de tirer quelques conclusions. Pierre d’Apestéguy est d’abord comptable de Bordeaux (de 1518 au plus tard à 1522), puis général de Guyenne (1523-1524), receveur général des finances extraordinaires et parties casuelles (1524-1530) et, de 1528 à 1543, général de Bourgogne. Or, on sait que l’office de comptable de Bordeaux se négocie 14 500 lt en 1514-1515 (peut-être est-ce d’ailleurs le prix d’achat de Pierre d’Apestéguy)7. Un acheteur offre 17 500 lt pour celui de général de Guyenne (en 1532 il est vrai), alors que le généralat de Bourgogne (en 1528) semble valoir 12 000 lt seulement8. Il n’y a donc pas de progression, au contraire. La stagnation est sans-doute aussi le lot de Bénigne Serre : d’abord titulaire de 1517 à 1528 de la recette générale de Bourgogne (qui vaut environ 12 000 lt) il termine premier président de la Chambre des comptes de Dijon, à partir de 1536. Or deux chiffres disponibles indiquent qu’une présidence des comptes vaut alors 13 000 lt (en Bretagne en 1537) et 13 500 lt (à Paris en 1532)9.

  • 10 10 000 lt paraît un chiffre raisonnable pour la trésorerie des guerres, l’office de receveur et pa (...)
  • 11 Pour les cumuls, un exemple d’autorisation pour Morelet de Museau en 1515 : C.A.F., t. V n° 15825.

10S’il est possible de généraliser, les offices ne semblent donc pas correspondre alors à un placement dont l’importance financière croîtrait sensiblement au fil des carrières. Peut-être faut-il faire ici une exception pour ceux qui accèdent au généralat d’une des quatre grandes circonscriptions : la valeur de ces offices atteint (et dépasse sans doute parfois) 40 000 lt. Or, lorsque Morelet devient général (en 1522), le montant des charges qu’il abandonne ne dépasse probablement pas 25 000 lt10. L’évolution du prix des grands offices entre 1520 et 1550 (stagnation ou possible hausse modérée) contribue peu à valoriser le capital. L’investissement dans l’office reste donc limité, et surtout n’augmente guère au long de la carrière, du moins à partir du moment où une charge importante est détenue. Il est vrai que c’est un capital particulièrement fragile, ce qu’a bien mis en évidence l’impact des poursuites. Même sans drame d’ailleurs, les interventions de la monarchie empêchent de toute façon d’en disposer en toute liberté, qu’il s’agisse de contrôler l’entrée en fonction, ou de réglementer les cumuls11.

  • 12 A.N. M.C. CXXII 1040 (6-9-1526).

11L’importance de la circulation des charges, qui n’est pas contradictoire avec leur présence quasi permanente au sein des fortunes, pose la question du « marché » des offices. Le terme est-il adéquat, quand les mouvements concernent un milieu relativement étroit, quand beaucoup de transactions se font entre des familles alliées ou proches et quand la transparence n’est guère au rendez-vous d’un trafic où l’information est rare, aussi bien sur les opérations possibles que sur leur montant ? Sans parler de la présence, qu’on vient d’évoquer, de la monarchie. Pour autant, des signes laissent à penser que cette circulation se fait, au moins pour certains types d’offices, dans un cadre qui rappelle le marché. Ainsi quand Anthoine Grolier, élu de Lyon, passe procuration pour acquérir un office de notaire et secrétaire, il ne précise pas le nom de l’éventuel vendeur, qu’il ignore visiblement encore. Il se contente de donner à son procureur un prix plafond (2 000 écus) lequel est effectivement peu supérieur à ce que révèlent les transactions effectives du temps12. Il est cependant possible que, pour les grands offices de finance, la notion de marché n’ait pas autant de signification.

  • 13 Sur la dissociation nécessaire entre possession et exercice de l’office, voir les remarques de Pey (...)
  • 14 A.N. M.C. XIX 59 (3-11-1526 et 11-8-1527) et XIX 168 (4-1-1546). L’office de bailli a été négocié (...)
  • 15 Sur l’évolution heurtée du statut des greffes à cette époque, voir Hamon, Argent du roi, p. 106-10 (...)
  • 16 A.N. M.C. CXXII 12 (26 et 27-8-1527) et XIX 91 (16-7-1546). A titre de comparaison, le greffe de l (...)
  • 17 Les greffes des bailliages de Meaux et de Senlis et de la prévôté de Senlis sont cédés par le roi (...)
  • 18 A.N. M.C. CXXII 17 (2-5-1532) ; C.A.F., t. VII n° 23854 ; L. et S., t. I n° 488.
  • 19 B.N. fr 3001 f° 18 ; A.N. J 958 n° 32 (mention d’une procuration du président Gentil pour lui vend (...)
  • 20 C.A.F., t. VII n° 26834. Sur des difficultés dans la gestion du tabellionnage alors affermé, sembl (...)
  • 21 Voir ci-dessus, au chapitre un, p. 36.
  • 22 Voir aussi le cas d’une fourniture de crédit en 1515 par Morelet de Museau qui entraîne un intéres (...)

12Elle semble bien valoir en revanche pour certains des offices détenus par les grands officiers qui ne sont, à l’évidence, que de simples placements13. Au début de sa carrière, Jehan Laguette, alors contrôleur du grenier de La Ferté-Milon, acquiert ainsi moyennant 600 lt la charge de gruyer, maître et sergent de la forêt de Crécy-en-Brie, et, pour 250 lt, celle de garde des petits engins de l’artillerie du roi à Paris. Vingt ans plus tard, il passe procuration pour faire exercer en son nom l’office de bailli de Gévaudan, qui est pourvu par l’évêque de Mende, comte « dudit Gylvaudan »14. On retrouve une pratique semblable, largement répandue dans le milieu, pour des greffes qui sont ensuite affermés ou gérés par des commis15. Les placements atteignent ici des sommes non négligeables. En témoignent les profits attendus : les greffes de Chaumont, Magny et Augy, au bailliage de Senlis, doivent rapporter 680 lt par an à Anthoine Bohier de Saint-Cirgues en 1527, le greffe ordinaire de Nantes, 540 écus par an à Pierre Sanson 20 ans plus tard16. En envisageant un très honnête profit annuel de 5 %, cela représente respectivement un capital de 13 600 et 24 300 lt17. Ces chiffres n’ont rien d’exceptionnel : Jehan II Duval acquiert le greffe des comptes à Paris pour 10 300 lt en 1532. Le greffe ordinaire de la sénéchaussée de Guyenne est engagé à Georges Grolier en 1525 pour 20 000 lt. Quant à Nicolas de Neufville, il prend le contrôle de plusieurs greffes parisiens qui atteindraient une valeur globale de 50 000 lt18. En définitive, l’investissement réalisé dans ce type d’office est équivalent, voire supérieur, à celui qu’exige un grand office de finance. Estienne Besnier, titulaire, avec la recette générale d’Outre-Seine, d’une charge estimée valoir 20 000 lt, aurait été ainsi prêt à placer la même somme dans les greffes d’Agenais et de Condomois19. Au total plus d’une quinzaine de grands officiers sont détenteurs des greffes les plus divers, de la Cour des aides de Paris au bailliage d’Aurillac, du greffe criminel du parlement de Bordeaux au greffe de Saint-Pierre-le-Moustier. On peut y associer sans doute quelques offices de nature proche, garde des sceaux de la prévôté de Troyes ou tabellion de la ville et vicomté de Rouen. Cette dernière charge, d’une valeur de 20 000 lt, revient à Palamède Gontier20. Le même Gontier par ailleurs fort bien pourvu en greffes, se livre à une évidente spéculation sur des offices de secrétaire du roi21. Il est alors tentant de considérer aussi ces derniers comme des placements financiers. L’affirmation est cependant discutable car cette fonction correspond aussi à une étape dans une carrière et s’intègre éventuellement dans une stratégie d’anoblissement. Il n’empêche : prendre en compte les charges qui n’ont aucune part dans les carrières (comme la plupart des greffes) incite à réévaluer sensiblement la place occupée par l’ensemble des offices dans les fortunes d’une partie au moins des membres du groupe. Paradoxalement, ce sont peut-être alors les simples placements qui pèsent le plus lourd22.

2. La fortune mobilière

13Il est utile ici de distinguer entre les objets accumulés, y compris les plus précieux, qui sont étudiés en premier, et les créances, dont l’évaluation donne lieu ensuite à un développement spécifique.

a. De la cave au grenier

  • 23 Certains sont en effet incomplets et donc inutilisables. Ainsi le document de novembre 1533 concer (...)
  • 24 Quilliet, Officiers, p. 500 note 256. B. Quilliet cite J. Bernard comme maître des comptes (par ex (...)
  • 25 9 993 lt exactement : Quilliet, Officiers, p. 682 note 262. Il est cité par erreur comme trésorier (...)
  • 26 Cependant une partie des biens meubles de Vaulx a été apportée à Lézigny et inventoriée : A.N. M.C (...)
  • 27 Voir l’analyse globale de Quilliet, Officiers, p. 644.
  • 28 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555).
  • 29 B.N. Dupuy 623 f° 24v°.
  • 30 Hervier, Legendre, passim. L’incertitude ne tient pas ici aux résidences rurales : elles ont fait (...)

14L’étude du patrimoine mobilier souffre tout d’abord de la rareté des inventaires après décès exploitables23. Les données disponibles ne concernent donc qu’une poignée d’officiers du temps. Les calculs effectués par B. Quilliet fournissent pour Jaques Bernard, en 1548, un montant de 6 200 lt environ24. Pour Charles de Pierrevive, en 1563, le total frôle les 10 000 lt25. Se pose bien sûr toujours l’éternel problème d’une sous-évaluation, possible en particulier pour Pierrevive dans la mesure où le mobilier de ses seigneuries de la région lyonnaise (Vaulx et La Salle-de-Quincieu) n’est pas inventorié26. Mais le niveau déjà atteint place Bernard et Pierrevive dans un rang fort honorable au sein du monde des officiers parisiens27. Au même niveau se situerait Jehan Laguette condamné en 1555 à une forte amende : ses biens meubles sont en effet vendus aux enchères pour quelques 6 000 lt28. En 1536 un huissier évalue les meubles de Jehan Prévost à Tours, sa résidence principale, à une somme équivalente29. Cependant d’autres membres du groupe, à une date plus précoce, ont rassemblé une fortune mobilière sensiblement plus élevée. La publication de l’inventaire des biens meubles de Pierre Legendre permet d’évaluer en 1525 son capital en ce domaine à au moins 22 726 lt30. Ce chiffre déjà considérable, qui le situe au niveau des fortunes mobilières les plus élevées repérées par B. Quilliet, est lui-même largement dépassé par Semblançay en 1527.

  • 31 A.N. J 958 n° 4, recettes, n° 111 et 112.
  • 32 Ibid., n° 113. L’inventaire, qui n’a malheureusement pas été conservé, est mentionné dans les dépe (...)
  • 33 Ibid., dépenses, n° 114. Rien ne laisse supposer que les agents de Louise, sûrs de l’emporter en r (...)
  • 34 Encore est-il probable que certains biens nous échappent. Le comptable fait ainsi allusion à une t (...)
  • 35 B.N. Dupuy 623, f° 82v°-83. Le même phénomène se produit pour les biens meubles des Lallemant au c (...)

15Pour ce dernier en effet des données fournies par la saisie de ses biens nous permettent de dégager un ordre de grandeur vraisemblable. Au premier abord, les chiffres sont bien médiocres : le produit de la vente effective des réserves alimentaires (blé, vin, lard « et autres vivres ») et des meubles ne se monte qu’à 6 351 lt31. Mais l’essentiel n’est pas là. Pour éponger une partie de la créance qu’elle prétend avoir sur Semblançay, Louise de Savoie s’est plus que largement servie dans son mobilier et s’est emparée de la plupart des objets de valeur. L’inventaire des biens sur lesquels elle a fait main basse comporte en effet 217 feuillets et atteint l’énorme total de 37 932 lt32. Elle les acquiert semble-t-il dans les règles, lors de la vente publique, « comme plus offrante et dernière encherisseresse, toutesfois sans rien desbourser et sur son deu »33. Ainsi le patrimoine mobilier de Semblançay se situe-t-il aux alentours de 45 000 lt34. Pour l’autre officier de finance exécuté au cours du règne, Jehan de Poncher, les informations fournies par les opérations de saisie sont en revanche très incomplètes. La prisée se monte à 3 200 lt environ, plus d’importantes quantités de vin que l’on peut évaluer à 500 lt. Ce chiffre très faible s’explique, comme le souligne le document lui-même, par l’absence de meubles précieux. Des tissus de grande valeur n’ont pas été évalués car la famille affirme qu’ils n’appartenaient pas au défunt, mais à d’autres membres du lignage, voire pour certains à la reine de Navarre. D’autre part, comme « par lesd. inventaires et extraictz n’y a meubles quelzconques precieulx et de valleur, soit vaisselle d’argent ne autres et qu’il n’est nouvelle de ses chevaulx, muletz et monture comme ne aussi d’aucunes debtes actives », on comprend la méfiance de l’organisateur de la saisie, qui « minute lettres patentes contre les recelat-teurs »35. Au bout du compte, un patrimoine mobilier « ordinaire » approchant à lui seul des 4 000 lt est déjà loin d’être négligeable.

  • 36 Voir les analyses de Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 169-182.
  • 37 Pour la succession de Loys de Poncher : A.N. M.C. I.A.D. Poncher n° 1057-1058.

16L’absence de vaisselle d’argent chez Poncher est jugée étonnante. Ceci souligne l’importance spécifique prise, dans les patrimoines, par les objets précieux. Outre l’argenterie, il s’agit également de bijoux et de joyaux. À eux seuls ils représentent 65 % des biens meubles de Pierre Legendre. Il est difficile de saisir pleinement ce que cette accumulation représente aux yeux de ceux qui s’y livrent. La fonction de thésaurisation est évidente, mais est-elle pour autant seule en cause ? Faute de savoir comment ces objets sont – ou non – utilisés, faute de pouvoir déterminer s’ils sont montrés, voire exposés, dans une démarche ostentatoire, faute de savoir enfin quelle valeur affective peut s’attacher à certains d’entre eux, il est prudent… de ne pas conclure36. Le soupçon de dissimulation, qui concerne au premier chef ces objets, ainsi que l’argent monnayé, s’impose lors des poursuites. En dehors de ce cas, il faut rappeler que les successions ne sont pas imposables et qu’il n’y a donc aucune raison de cacher au « fisc » les éléments les plus discrets du patrimoine. Reste qu’on garde trace d’au moins un inventaire « secret », familial apparemment, et distinct de celui effectué par les notaires37. Reste que des héritiers potentiels ont pu être tentés de détourner certaines pièces ou certaines sommes à leur profit exclusif. Il est par ailleurs possible qu’une partie des fonds thésaurisés soit utilisée, avant même la confection de l’inventaire, pour faire face aux dépenses des obsèques, à des legs ou à des frais imprévus.

  • 38 Hamon, Argent du roi, p. 200 : 66 % chez Boisy en 1519, 88 % chez Duprat en 1535. Pour des officie (...)
  • 39 Autre indice : l’importante quantité de vaisselle précieuse accumulée par Philibert Babou (pour 11 (...)
  • 40 Sur cette faiblesse, voir Dessert, Argent, p. 127. Bayard, Monde des financiers, p. 391 et 406, si (...)

17Le rapport entre les objets précieux et l’argent monnayé dans les successions, à partir des maigres indices disponibles, fait apparaître un très net contraste. Chez les autres thésaurisateurs importants du temps, la place des espèces apparaît toujours prépondérante38. Chez les officiers de finance en revanche, celle-ci est beaucoup plus réduite, voire quasi inexistante : 30,5 % chez Charles de Pierrevive, mais seulement 0,9 % et 1,9 % respectivement pour Pierre Legendre et Jaques Bernard39. Ce n’est peut-être pas par hasard que le seul pourcentage notable des trois se retrouve chez un homme qui a déjà abandonné ses responsabilités financières. La question de la disposition de liquidités fera plus loin l’objet d’un développement spécifique : comme pour les financiers du 17e siècle, elle ne semble nullement incompatible avec la faiblesse des stocks monnayés lors du décès40.

b. Les portefeuilles de créances

  • 41 Une partie de l’inventaire de Pierre Legendre, non microfilmée, est difficilement accessible dans (...)
  • 42 Les inventaires des papiers de Jehan Carré et Anthoine Bohier de Saint-Ciergues posent en matière (...)
  • 43 A.N. M.C. CXXII 1042 (7-1-1527).
  • 44 A.N. J 958, n° 4, recettes et M.C. LIV 6 (21-2-1532).
  • 45 Sur son action voir Hamon, Argent du roi, p. 309-310.
  • 46 B.N. Dupuy 623 f° 21 et 79.
  • 47 A.N. JJ 246 f° 52.

18Avec les créances, on touche peut-être du doigt un premier emploi des fonds disponibles. Les officiers de finance possèdent toujours des « dettes actives », parfois accumulées dans des proportions considérables. Ici encore, beaucoup de dossiers, trop partiels, doivent être laissés de côté41. Cependant, la moisson est sensiblement plus fructueuse que pour les « meubles meublants »42. Le partage des créances de Geoffroy de la Croix, mort en 1515, porte sur 16 427 lt à la date (tardive) de 152743. Pour Semblançay les papiers de la saisie mentionnent 45 047 lt de créances. Un inventaire concernant Morelet de Museau (disparu en 1529) fait état de quelques 44 000 lt de « dettes actives »44. Jaques Bernard et Charles de Pierrevive laissent à leur mort un capital de créances respectivement de 4 187 lt en 1548 et 12 372 lt en 1563. À ces chiffres précis, les données fournies par les poursuites permettent d’ajouter quelques estimations. Loys Caillaud, agent du rassemblement des fonds et biens saisis lors des procédures de la Tour Carrée45, estime en 1535 les créances de feu Jehan de Poncher à 9 ou 10 000 lt. À ce chiffre « post-mortem » viennent s’ajouter ceux que fournissent directement deux officiers. Jehan Grolier, qui négocie avec Caillaud une composition, affirme en 1535 pouvoir tirer 20 000 lt de ses « dettes actives »46. Jehan Sapin, qui prépare en 1532 son retour en grâce, a fait mettre entre les mains du roi « ses debtes et obligacions » pour un montant de 25 000 lt, auxquelles il faut ajouter un cas particulier : une énorme créance de 73 000 lt sur le défunt connétable de Bourbon, que Madame, donataire d’une partie des biens du « traître », avait, semble-t-il, reprise à son compte47.

  • 48 Ce qui ne veut évidemment pas dire qu’ils n’ont pas prêté au roi au cours de leur carrière : voir (...)
  • 49 Dans l’I.A.D. de Charlotte de Poncher, sa veuve, en 1529, 58 anciens débiteurs de Geoffroy de la C (...)
  • 50 B.N. Dupuy 623 f° 79. Par le minutier central pour l’essentiel, on garde trace de 6 400 lt de créa (...)
  • 51 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1398 : sur une enveloppe est écrit « cedulles qui a mon advis sont acquict (...)
  • 52 I.A.D. Legendre, volume un, papiers, cotes 186-188.

19Ces chiffres relativement précis soulignent, à l’exception peut-être du cas de Jaques Bernard, personnage de second plan, combien ce milieu joue un rôle notable dans les circuits privés du crédit. En effet, il n’est pas ici question d’éventuelles créances sur le roi : elles sont annulées de facto lors de poursuites, et elles ne laissent pas de traces dans les autres documents48. Cependant, l’intégration de ces données chiffrées dans le patrimoine pose des problèmes. Il s’agit d’abord, classiquement, de possibles sous-évaluations. Ainsi le document concernant Morelet de Museau est-il à coup sûr incomplet. Pour autant, il est difficile de prendre pour argent comptant les propos de sa veuve, Marie Briçonnet, qui estime à environ 200 000 lt les créances du défunt. D’autre part, le partage de la Croix de 1527 ne concerne que treize débiteurs importants, dont la créance moyenne s’établit à 1 286 lt. Il est sûr qu’une multitude de petites créances, dont beaucoup sont connues, doivent venir s’ajouter au chiffre fourni plus haut49. Un minimum de 25 000 lt s’impose donc pour la succession La Croix. À l’inverse, et tout aussi classiquement, lors des poursuites, certains chiffres, comme celui qu’avance Marie Briçonnet, souffrent d’une probable surévaluation. Loys Caillaud estime, sur la foi d’informations complémentaires, que le portefeuille de Jehan Grolier est sensiblement inférieur aux 20 000 lt qu’il prétend : « Lesd. debtes ne me semblent pas bonnes pour la pluspart »50. D’autre part les inventaires contiennent parfois des créances qui ont déjà été acquittées. La mention en est explicite dans les papiers de Jehan Carré, mais il est possible que de telles précisions aient parfois été omises51. Le doute s’installe ainsi par exemple lorsque, dans l’inventaire de Pierre Legendre, deux créances de 1505 portant sur deux frères (pour un total de 70 écus) sont suivies par un acte de 1513 qui précise que Legendre doit alors à l’un des deux frères 120 lt chaque année. N’est-il pas probable qu’entre ces deux dates, la dette initiale a été remboursée ? Pourtant l’analyse fournie par l’inventaire n’en dit rien 52

  • 53 A.N. M.C. Inv. Carré, n° 1642.
  • 54 B.N. Dupuy 623 f° 69v° et 79v°.
  • 55 A.N. M.C. VI 68 (avril 1544). C’est un chiffre plancher car certaines créances, dont on ignore le (...)
  • 56 Dans le cas particulier des poursuites, un élément peut conduire à sous-évaluer les remboursements (...)

20Cette difficulté méthodologique conduit au problème fondamental qui se pose pour chaque dossier de créances. Les portefeuilles accessibles, qui correspondent tous à une accumulation de crédit sur des décennies, contiennent une part non négligeable de « mauvais papier ». Si certaines créances, même anciennes, sont toujours susceptibles d’être recouvrées, beaucoup cependant sont justifiables de l’appréciation que porte Jehan Carré, sur une liasse de « debtes actives » qui encombre ses coffres : « Cédulles dont il ne se trouvera jamais aucune chose qui est autant de perdu »53. Loys Caillaud s’essaie également à jauger quelle est la part des créances effectivement recouvrables dans les patrimoines des officiers condamnés par la Tour Carrée. Pour Jehan de Poncher et Gaillard Spifame, il s’est « enquis de la demeure et facultés des redevables et de la vérité desd. debtes et [a] trouvé que, du contenu esd. deux estatz, s’il en peut venir de VIII m à IX m lt au proffict du Roy sera beaucoup faict, le non solvable et le payé considérez ». Il est d’autre part sceptique sur les « pretendues debtes actives » de Grolier, qui devraient porter « sur personnes resseantes et solvables, de quelle qualité n’estoient la pluspart des débiteurs »54. Un état des remboursements obtenus (au bout de douze ans) par le commissaire en charge des créances de Morelet nous permet d’avoir une idée plus précise : il a encaissé au moins 16 138 lt55. Mais on est bien loin des 44 000 lt de l’état (lui-même incomplet) de 1532…56. Il est possible de connaître la date du prêt pour trente-trois des créances de Morelet de Museau remboursées entre 1532 et 1544. Par définition elles sont apparues avant la mort de celui-ci, en mai 1529. Trois sont antérieures à 1515 (une de 1512 et deux de 1513), dix datent de 1515-1519, treize de 1520-1524 et sept de 1525-1529. Le tassement final, qui peut paraître étonnant, s’explique par le fait que Morelet est presque continûment en Suisse de l’été 1524 à sa mort. Son activité de prêteur diminue alors nettement. De plus les créances sont sûrement plus difficiles à recouvrer si elles mettent en cause des étrangers.

21L’identité des débiteurs a donc une influence non négligeable sur le devenir des créances. A travers elle se dessine alors le profil social des portefeuilles détenus par les grands officiers. C’est une fois encore pour Morelet que les données les plus larges sont disponibles. 232 débiteurs ont été repérés. Parmi eux, 69 n’ont pas de fonctions connues : à côté de 43 inconnus, 26 personnages, soit nobles, soit pour le moins cités comme seigneurs, appartiennent incontestablement aux élites sociales. Pour les 163 autres, une ventilation précise, avec une part d’arbitraire dans les découpages, donne les résultats suivants :

22Soulignons dès l’abord la place considérable occupée par le personnel monarchique : 115 personnes, soit 49,5 % du corpus, auxquelles on peut rattacher sans hésitation le personnel subalterne des clercs et commis de Morelet et d’autres officiers, pour atteindre, avec 129 personnes, un pourcentage de 55,6 %. Chiffre plancher bien sûr, car il est hautement improbable qu’aucun des individus dont la fonction est ignorée n’exerce une activité en lien avec le service du roi. L’imbrication entre fournissement de crédit « privé » et activité au sein de l’État royal apparaît donc très nettement chez Morelet. La place des élites sociales sans fonction connue est complémentaire et vraisemblablement en partie liée. Mais le crédit à ces nobles et seigneurs s’articule pour une part, au sein du crédit rural, avec celui des laboureurs et pour une autre part, avec le monde urbain des artisans et des marchands de Paris, Orléans ou Tours. Au passage, la prise en compte du poids de chaque créance peut, pour certaines catégories du moins, relativiser la place du personnel monarchique : ainsi, alors que la moyenne des créances des membres de la Maison du roi s’établit à 160 lt, elle monte à 449 lt pour les marchands. Deux logiques sont donc à l’œuvre, l’une qui intègre certaines créances dans le cadre des relations professionnelles et l’autre qui relèverait d’un crédit privé « pur », sans relations organiques apparentes entre les deux parties. Il est évidemment impossible de faire concrètement la part des prêts liés, directement ou indirectement, à l’exercice des charges financières et celle qui ressortit à une politique de crédit « pur ». La nature des relations entre débiteur et créancier impose cependant de retenir une acception assez large pour la notion de crédit. En effet de nombreuses créances correspondent non seulement, comme on l’a déjà vu, à des avances sur gages, mais aussi à de reliquats de comptes, par exemple avec des commis ou d’autres officiers de finance, ou encore à des arriérés de fermage, voire à des arrérages de rentes. Dans ce cas, le crédit offert n’implique pas la fourniture directe d’espèces monétaires.

23Le dossier particulièrement étoffé de Morelet peut-il faire figure de modèle ? L’étude des 55 débiteurs de Jaques Bernard est en partie faussée par le poids considérable représenté par 18 inconnus. Pour le reste, le personnel monarchique se taille toujours la meilleure part, avec 21 personnes (38 % du total, 57 % des identifiés). Il est révélateur que dix d’entre elles appartiennent aux seuls services de la Maison du roi (contre seulement six officiers de finance et un militaire) : Jaques Bernard, maître de la Chambre aux deniers, est en effet directement en relation avec le personnel domestique de la Cour. D’autre part, contrairement à Morelet, il n’a jamais exercé de fonctions financières dans l’administration des guerres, fonctions qui entraînent des créances nombreuses aussi bien sur d’autres officiers de finance que sur les combattants. Les 81 débiteurs repérés de Semblancay ont un profil un peu différent. Celui-ci tient à l’évidence au fait que Semblançay a une position originale, exceptionnelle même : à l’exception des officiers de finance (13), les hommes du service du roi sont sensiblement moins nombreux (25 en tout, soit 30 % du total, 42 % des identifiés). Mais il s’agit pour beaucoup de personnalités de premier plan, avec le roi de Navarre, le comte de Saint-Pol, le marquis de Saluces, ou encore Anthoine de la Rochefoucault, Charles du Solier, seigneur de Morette, voire Robert de la Marthonie. De même, parmi les cinq débiteurs du clergé figurent deux archevêques et un évêque. Cette énumération se combine avec la forte présence des nobles et des seigneurs sans fonction connue (15, soit 18,5 %, contre 1 % chez Morelet et 9 % chez Bernard). Au bout du compte, Semblançay, qui a pris du recul par rapport au fonctionnement quotidien des services financiers monarchiques, même centraux, apparaît avant tout comme un créancier de la noblesse et de l’aristocratie dans leur ensemble. Ce qui ne l’empêche nullement d’être par ailleurs un homme-clé des finances monarchiques, ce que le poids des officiers de ce secteur rappelle ici. Ce poids se retrouve pour le receveur général Jehan Sapin, du moins si l’on peut faire fonds sur un échantillon de trente procédures auxquelles donne lieu le recouvrement de ses créances reprises par le roi. La moitié des débiteurs (mais il y a huit inconnus) sont en effet des officiers de finance. D’une certaine façon, c’est donc un crédit en partie contraint qui est assuré ici encore par les hommes d’argent. A travers ces données, même fragmentaires, on mesure à la fois l’ampleur de leur engagement au service de l’État et les nuances que celui-ci peut prendre d’un individu à l’autre, en fonction des divers parcours socio-professionnels. Révélateur est ici le cas du trésorier de France Pierre Legendre, sollicité directement pour des prêts au roi, mais nettement en retrait par rapport aux finances monarchiques, au moins dans la (longue) deuxième partie de sa carrière. Sur une liste, partielle il est vrai, de 26 débiteurs, cinq seulement (19 % du total, 24 % des identifiés) appartiennent au personnel monarchique, dont un seul officier de finance.

  • 57 Notons au passage que l’on retrouve avec les 37 créanciers identifiés pour un remboursement entre (...)

24Mais l’essentiel, au bout du compte, tient aux ambiguités des portefeuilles de créances tels qu’ils apparaissent dans les sources disponibles. Les chiffres dégagés plus haut sont en effet très probablement parmi les moins fiables pour une estimation des patrimoines. Les créances sont omniprésentes, mais leur valeur « réelle », c’est-à-dire la part en leur sein des fonds effectivement recouvrables, est impossible à mesurer, et même à estimer, ce qui reste assez décevant. Les données du dossier Morelet laissent supposer un déchet considérable57. Mais n’est-ce pas aller trop loin que de considérer comme sans valeur les « papiers » non remboursables ? Face à des partenaires pas aussi bien informés, n’est-il pas possible de les utiliser au moins comme garantie ? Ou de les faire figurer dans des actifs pour inspirer confiance ? Et puis, cédés à bas prix à des spécialistes du recouvrement qui aiment les spéculations à risque, ne peuvent-ils quand même rapporter quelque argent ? Et n’est-ce pas d’ailleurs parce que certains officiers eux-mêmes se sont livrés à de tels trafics que le « mauvais papier » s’accumule chez eux ?

  • 58 Même s’il est clair que certains font directement le ménage parmi leurs créances. À sa mort en 156 (...)

25La présentation de ce capital dévalué peut pour finir fausser notre vision du marché du crédit. Tout d’abord parce que ces listes toujours tardives sous-évaluent massivement la part du bon crédit, dont, par hypothèse, on peut affirmer qu’il représente une part très majoritaire des créances cumulées sur une existence. L’excellent position des officiers, qui leur permet de disposer d’informations précieuses sur la solvabilité des débiteurs et, si nécessaire, de se rembourser directement à la source, c’est-à-dire dans les caisses du roi pour ceux qui le servent, vient renforcer cette hypothèse. Si la documentation le permettait, on verrait la part du « bon papier » diminuer progressivement au sein du portefeuille au fur et à mesure de l’accumulation de créances au recouvrement problématique58. Si, pour ce « bon papier », la même domination du crédit accordé aux hommes du roi se retrouve telle qu’on l’a vue plus haut, en ce cas, les affaires médiocres ne sont que résiduelles et le « sacrifice » financier que représente ce type de prêt contraint n’est pas bien grand pour les hommes d’argent. Il y aurait là beaucoup plus d’affaires fructueuses – ou, du moins, sans perte – que ne le laisse croire notre documentation biaisée.

3. Les opportunités de la rente

  • 59 Le partage des rentes qui a lieu avant le 12-8-1516 [A.N. M.C. VIII 54], ne semble pas conservé. M (...)
  • 60 Quilliet, Officiers, p. 500 note 256.
  • 61 A.N. J 958 n° 37.
  • 62 A.N. M.C. CXXII 18 (25-7-1532) et 1045 (5-4-1533) ; VIII 80 f° 214 (6-7-1554).

26Si les créances peuvent donc faire parfois office de (bon) placement, la chose est beaucoup plus évidente pour les rentes. Là encore une estimation des portefeuilles s’impose. Ceux de Pierre Legendre, de Morelet de Museau et de Charles de Pierrevive représentent un capital non négligeable : 21 211 lt, 25 169 lt et 27 670 lt respectivement. Les données dispersées disponibles pour Geoffroy de La Croix, mort dès 1515, atteignent un chiffre plus élevé encore : le plancher est ici de 36 317 lt59. Pour autant les chiffres ne sont pas toujours aussi impressionnants. Jaques Bernard ne détient ainsi qu’un capital de 4 050 lt de rentes60. Mais, rapportées à sa fortune globale, ou du moins à ce qu’on en peut connaître, les rentes occupent en fait une place non négligeable. Plus probant en revanche est le cas du très riche Gaillard Spifame, qui se contente d’un capital de 12 460 lt61. Plus significatif encore celui de Jehan Grolier : les données dont on dispose ne mentionnent, tout au long de son existence, que deux rentes : l’une, acquise en 1532, est revendue dès 1533 et l’autre date de 155462. Les procédures de saisie et de poursuite des années 1535-1536 ne font d’ailleurs aucune allusion à d’éventuelles rentes. Certes, nos sources sont très lacunaires. Cependant, leur silence, alors que subsistent de nombreuses traces des prêts de Grolier, semble révélateur. Il fait un net contraste, par exemple, avec l’avalanche des données disponibles pour les rentes de Jehan Laguette. Celui-ci dispose à l’évidence d’un portefeuille important, mais malheureusement impossible à évaluer.

  • 63 Sur ce dossier, voir Schnapper, Renies, passim, et en particulier p. 282. Voir des exemples de foi (...)
  • 64 Schnapper, Rentes, p. 54-55 et 123.
  • 65 Un exemple tardif d’une telle clause : A.N. M.C. LXXXVI 41 (22-4-1556).
  • 66 Avec en particulier le cas de la considérable rente de 600 lt sur le Trésor que Loys de Poncher ac (...)
  • 67 Certains calculs, dans le détail, sont problématiques, car le capital cédé lors d’un transport peu (...)
  • 68 Voir le tableau de Schnapper, Rentes, p. 111, qui met bien en évidence cette évolution.

27La rente, y compris la rente constituée, est considérée comme un immeuble légal dans le ressort du parlement de Paris, du moins jusqu’en 155763. Celà pose de nombreux problèmes juridiques, en particulier pour le paiement des lods et ventes au seigneur du bien assigné en garantie64. Ce paiement incombe généralement au vendeur, mais le fait qu’il assure l’acheteur contre tout versement de droits féodaux ou seigneuriaux ne signifie pas que lui-même soit toujours astreint effectivement à un tel versement65. Il est par ailleurs facile de gloser sur la diversité des rentes détenues par les officiers : existence de rentes sur le domaine du roi66, opposition traditionnelle entre rente à bail d’héritage et rente constituée à prix d’argent, entre rentes en nature et en argent ; variété du « denier » de la rente, dans une fourchette comprise entre le denier dix et le denier vingt67. Pour autant, la domination de la rente constituée payée en argent est nette, avec un denier dix dominant au début du siècle, et un denier douze qui s’impose au début du règne de François Ier68.

  • 69 Pour une mise au point sur ce sujet, voir, outre Schnapper, Hamon, Argent du roi, p. 191-195.
  • 70 A.N. J 958 n° 37. Le poids de cette rente spécifique (qui constitue les 2/3 de ses rentes), vient (...)
  • 71 Ibid., n° 38.
  • 72 A.N. M.C. XIX 70 (5-1-1532) pour 50 lt de rente et 160 (8-2-1542) pour un neuvième de 100 lt de re (...)
  • 73 Il s’est défait en 1553 d’une rente de 550 lt et sa dernière femme, à la mort de son époux, vient (...)

28Ce règne est marqué également par l’apparition d’un type nouveau : les rentes sur l’Hôtel de ville69. Leur place est assez faible chez les grands officiers. Il est vrai que les émissions restent limitées sous François Ier. Celui qui y consacre alors le capital le plus important est Gaillard Spifame. « Tant de son chef que comme ayant droit par transport », il possède 725 lt de rente, soit au denier douze un capital de 8 700 lt70. Cet investissement exceptionnel dans ce secteur s’explique sans doute par la place prise par Spifame au sein de l’administration parisienne : échevin lors des premières ventes de rentes en 1522-1523, il devient même prévôt des marchands en 1528-1529. Il a pu se sentir obligé d’investir une somme importante dans des rentes dont la réputation est médiocre. Le tuteur des héritiers Spifame n’hésite pas à écrire, peu après la mort de Gaillard, que « d’icelles est impossible en tirer deniers promptz et n’y a homme qui les voulsist aquérir pour la moictié de ce qu’elles ont cousté »71. Certes ledit tuteur cherche dans ce document à minorer le montant de la fortune de Spifame. Mais les autres rentes, celles qui pèsent sur des particuliers, ne donnent lieu à aucune allusion de ce type. Qu’il s’agisse d’un placement peu apprécié, l’attitude du grand crédirentier qu’est Jehan Laguette le confirme : s’il détient des rentes sur l’Hôtel de ville, c’est parce qu’elles lui sont échues en héritage, non pour les avoir acquises lui-même72. La diffusion paraît plus large sous Henri II, à la mesure il est vrai des émissions beaucoup plus importantes qui ont lieu alors. Même Jehan Grolier fournit en 1554 825 lt de vaisselle d’argent pour acquérir une rente de 69 lt. À sa mort en 1563, Charles de Pierrevive laisse deux rentes de ce type pour un capital de 2 700 lt. Mais cela ne représente qu’à peine 10 % de son portefeuille73.

  • 74 Avec cependant une marge d’erreur possible en raison de problèmes posés par la période concernée, (...)

29L’essentiel repose donc sur les débirentiers particuliers. Une inflexion se dégage par rapport aux créances : il semble que la place du personnel monarchique, que le lien entre rente et activité professionnelle soient ici moins nets. Sur les 42 débirentiers de Pierre Legendre, 23 nobles sans fonction connue (dont 17 écuyers), un seul membre de la Maison du roi, et pas d’autres officiers. Certes, l’exemple peut paraître mal choisi : pour les créances, Legendre se tenait déjà largement à l’écart du monde des agents du roi. Mais ici son comportement n’est pas isolé. Il n’y a pas de gens du roi parmi les six débirentiers de Charles de Pierrevive alors que le personnel monarchique représentait plus du quart de ses débiteurs. Avec Geoffroy de La Croix, si impliqué dans les rentes, le profil Legendre se retrouve : sur vingt-six débirentiers identifiés, dix-sept nobles sans fonction connue74, trois hommes du roi (un chambellan, un des cent gentilshommes de l’Hôtel et un gouverneur de Clermont-en-Beauvaisis) et pas d’officiers de finance ni de justice. Chez Jehan Laguette cependant, la place du personnel monarchique parmi les 34 débirentiers connus est sensiblement plus importante, avec sept officiers (dont quatre dans les finances), auxquels on peut associer deux familles de la haute aristocratie de gouvernement (Luxembourg, Villars-Tende) et peut-être trois avocats au Parlement. Mais les onze nobles et seigneurs sans fonction sont aussi nombreux qu’eux. Le même schéma se retrouve chez Morelet de Museau : sur 26 débirentiers repérés, outre quatre marchands, douze nobles et seigneurs sans fonction contre un ensemble hétéroclite de dix « hommes du roi » (en incluant un futur officier et un sergent). Le personnel monarchique ne représente plus ici que 38,5 % des personnages identifiés, contre 68 % pour les créances. La tendance générale à un équilibre différent de ces dernières se confirme donc, sans que l’on puisse évidemment parler d’opposition absolue, ce que le rôle de la rente dans les circuits du crédit permet aisément de comprendre.

  • 75 A.N. M.C XIX 86 (20-4-1543 et acte inachevé au dos d’un acte du 20-4-1543) et 91 (2-2-1547).
  • 76 Voir par exemple le parcours circulaire des rentes entre Pierre d’Apestéguy, Morelet de Museau fil (...)
  • 77 A.N. M.C. XIX 91 (25-2-1547).

30Les rentes détenues par les grands officiers s’inscrivent dans un marché très mobile. Leur circulation est importante et souvent rapide. A titre d’exemple, le trajet d’une rente vendue en 1530 par Charles de Pierrevive à Pierre d’Apestéguy. Ce dernier la cède dès l’année suivante à Gabriel Damours, conseiller au Parlement, qui la transporte en 1543 à Jehan Laguette. Celui-ci l’abandonne rapidement au profit d’Anthoine Morelet de Museau, fils du général des finances. Dès le début de 1547, elle est passée aux mains de Jehan Le Conte, auditeur des comptes75. Ce parcours n’a rien d’exceptionnel mais son intérêt est renforcé par le fait qu’il se déroule largement dans le milieu des officiers de finance et présente une grande lisibilité. Il n’en va pas toujours de même et le destin de beaucoup de rentes est d’une grande complexité : elles s’inscrivent à coup sûr dans des jeux de crédit dont la logique nous échappe parfois faute de données suffisamment claires76. Les rentes, ou du moins certaines d’entre elles, constituent en effet une des facettes de la circulation du « papier financier » évoquée dans le deuxième chapitre de cet ouvrage. En raison des contraintes qu’une législation assez rigide fait peser ici sur les transactions, les contrelettres ont pris une grande ampleur : il leur revient précisément d’assurer une certaine souplesse aux opérations. Devant les modifications d’engagements qu’elles font régulièrement apparaître, certains crédirentiers cherchent à prendre leurs précautions en faisant mentionner explicitement la solidarité des vendeurs même en cas de « contre lectre qu’ilz en pourroient de ce passer entre eulx »77.

  • 78 A.N. M.C. XIX 174 (26-1-1548).
  • 79 A.N. M.C. VIII 9 (12-9-1505) et B.N. D.B. 224 (5738) f° 62v°.

31Les contrelettres révèlent aussi l’existence de prête-noms dissimulant les véritables crédirentiers. Une rente que Jehan Laguette et Jehan Poille, avocat au Parlement, vendent ensemble à Nicolas Peloquin en 1548 fournit un exemple presque caricatural. Une première contrelettre, classique, précise que l’argent revient à Poille qui garantit contre tout inconvénient Laguette, lequel n’a fait que prêter son nom. Mais une seconde contrelettre nous apprend que Peloquin, de son côté, est lui-même le prête-nom… de Laguette78. Parfois l’existence d’un intermédiaire se déduit de la connaissance du contexte. Geoffroy de La Croix cède ainsi des rentes à Loys de L’Hospital, seigneur de Nogent-en-Brie et de Sugy près Luzarches, le 12 septembre 1505. Le jour même, L’Hospital les revend à honorable homme Jehan Paluau. Or ce dernier est connu pour avoir été clerc de La Croix : il agit très probablement ici comme prête-nom de son maître79. L’utilité de telles manipulations, le recours à une opacité (relative) est d’abord à mettre en relation avec la place et le rôle – discutés à l’époque – des rentes sur le marché du crédit. Mais ce procédé a surtout à voir avec l’utilisation des rentes comme outils dans les processus d’acquisitions foncières. Elles peuvent finalement être annulées, et avec elles, les arrérages souvent accumulés, contre la cession de terres. La place des nobles et seigneurs sans fonction s’éclaire alors : leur patrimoine, garantie de la rente, devient au terme de l’opération la contrepartie de l’extinction de celle-ci. Le parallélisme géographique entre les acquisitions foncières de Pierre Legendre et la localisation de ses débirentiers est ici particulièrement éloquent.

  • 80 De même la consolidation d’un prêt en rente peut être la conséquence des difficultés du débiteur : (...)

32Reste à savoir si cet aboutissement, qui peut être le fruit d’un dérèglement du placement, est toujours souhaité par les crédirentiers : ne s’agit-il pas aussi d’un recours inévitable lorsque les débirentiers ne paient pas ou plus les arrérages80 ? Cependant, rien n’oblige alors le crédirentier à s’ » encombrer » du bien grevé par la rente : il lui suffit de le faire mettre en criée et de se rembourser sur le prix de la vente. Mais cette procédure, d’ailleurs assez fréquente, est sûrement plus longue et plus délicate qu’un accord amiable direct avec l’endetté. Et surtout la faim de terres des grands officiers, sur laquelle on aura l’occasion de revenir bientôt, plaide ici pour une stratégie réfléchie et non pour une contrainte. Le recours fréquent aux prête-noms le laissait déjà supposer : les futurs acquéreurs ont en effet souvent le souci, pour ne pas effrayer leur cible, d’avancer masqués. C’est plutôt le placement des rentes sur l’Hôtel de ville qui relève, au moins pour une part, de la contrainte. Mais celle-ci est limitée jusqu’au milieu du siècle dans la mesure où l’intrusion directe de la monarchie sur le marché de la rente ne concerne qu’un assez faible volume d’opérations.

4. Le patrimoine urbain

  • 81 A.N. J 958 n° 10, 15, 34 et 37.
  • 82 A.N. M.C. CXXII 159 (6-3-1544).
  • 83 C’est l’estimation de Grolier, qui précise qu’elle porte la charge du douaire de sa mère : A.N. J (...)
  • 84 A.N. M.C. CXXII 1047 (27-3-1534). Ce montant inclut les droits seigneuriaux payés pour l’achat, et (...)

33Pour ce qui touche aux implantations en ville, l’intervention monarchique est bénéfique à l’historien : c’est en effet grâce aux saisies consécutives aux poursuites qu’il peut disposer, vers 1535, d’un ensemble de données sur la valeur des propriétés urbaines de quatre officiers de finance : celles de Gaillard Spifame vaudraient alors 36 000 lt, celles de Morelet de Museau (mort en 1529) 18 500 lt, celles de Jehan Ruzé et Jehan de Poncher 9 000 lt chacunes81. Les agents royaux ont le souci de l’exhaustivité, et la prise en compte d’un patrimoine difficile à dissimuler, en particulier dans la capitale, est sans doute ici relativement satisfaisante. Cependant les chiffres fournis par cette évaluation « prisée au moindre » sont peut-être en décalage par rapport à la valeur réelle que peuvent atteindre ces biens sur le marché. La « fourchette » n’est pas négligeable : l’ensemble urbain possédé par Morelet de Museau dans le Marais, retenu ici pour 14 500 lt, sera finalement pris en compte dans la composition avec le roi pour 23 800 lt82. Pour une cinquième victime des poursuites, le trésorier de France Jehan Grolier, des informations sont fournis en 1535-1536 à la fois par l’intéressé et par Loys Caillaud, qui surveille les saisies pour le roi. La maison de Lyon vaut au moins 10 000 lt83. Quant à l’hôtel de la Chasse, à Paris, il a représenté un investissement de 15 à 16 000 lt84. Il s’agit donc de deux demeures importantes et, malgré une marge d’incertitude, elles peuvent sans doute valoir à elles deux quelque 25 000 lt.

  • 85 Cela vaut aussi bien pour l’important hôtel de Savoisy, qui est « en ruyne et décadance » lorsque (...)
  • 86 A.N. M.C. XIX 291 (24-4-1557).
  • 87 Nicolas de Cocil possède des biens à Avignon, Anthoine de Ceries très probablement à Riom et à Lyo (...)

34Pour la plupart des autres officiers, ce sont avant tout les archives notariales qui fournissent des renseignements. Mais les évaluations demeurent hasardeuses. Utiliser les loyers ne fournit qu’un ordre de grandeur, parce que le rapport entre loyer et valeur d’un bien n’est pas mathématique. Le recours aux prix d’achat est évidemment précieux, mais on ignore bien souvent la valorisation représentée par les travaux entrepris. Or ceux-ci paraissent fréquents ; il s’agit même parfois de véritables remises à neuf qui doivent sensiblement accroître la valeur de la maison concernée85. Enfin, le risque de lacune est grand, en particulier pour les maisons provinciales, y compris pour les officiers bien documentés chez les notaires parisiens. Il faut le hasard d’une vente tardive pour apprendre que le bas-normand Laguette possédait encore à sa mort une maison dans la paroisse Saint-Jean de Caen86. Pour ce qui touche enfin aux receveurs généraux de la fin du règne, dont le patrimoine est pour l’essentiel situé en province, faute de recherches suffisantes, les informations sont rares et au mieux, qualitatives87. Les implantations dans la capitale sont donc privilégiées.

  • 88 Gaillard Spifame fait exception. Son domicile principal ne représente que 8 000 lt sur un capital (...)

35Au bout du compte, les fortunes urbaines que l’on parvient à cerner courent le risque d’être parfois minorées. Sans s’illusionner sur la précision des chiffres, présentons cependant les données disponibles dans l’ordre chronologique. A sa mort en 1533 Lambert Meigret possède un très bel hôtel et deux ou trois maisons à Paris, ainsi qu’une autre à Lyon. Le tout peut être évalué sans doute entre 20 et 25 000 lt. Avec Jehan Prévost, au milieu des années trente, un hôtel parisien, d’une valeur de 5 à 6 000 lt s’ajoute aux maisons tourangelles, pour un total qui n’atteint probablement pas 10 000 lt. À sa mort en 1542, Jehan Breton, avec une maison rue Neuve-Saint-Merry et un hôtel à Fontainebleau de niveau équivalent (tous deux autour de 3 500 lt), se situe à un niveau urbain assez modeste. Mais il s’agit ici d’un cas où il n’est guère possible de savoir si ce chiffre limité – du moins au niveau social qui est celui de Breton – traduit un choix (logement fourni par le roi, priorité à d’autres investissements)… ou révèle une insuffisance d’information (un domicile blésois semble ainsi assez probable). Un montant de 10 000 lt paraît recevable pour Anthoine Le Maçon vers 1547, à une date où ses investissements dans la capitale ont pris une certaine ampleur. Au même moment, Philibert Babou détient l’hôtel de Clisson à Paris, (il le revend 16 000 lt en 1553), ainsi que deux maison au moins à Bourges et deux autres, plus importantes, à Tours. Pour lui comme pour Meigret, une fourchette de 20 à 25 000 lt est réaliste. En rapprochant toutes les données disponibles, y compris celles qui sont fournies par les poursuites, deux niveaux de fortune urbaine se dégagent assez nettement. D’abord des patrimoines compris entre 7 000 et 10 000 lt, pour ceux qui, tout en ayant un ancrage urbain non négligeable, n’ont pas investi dans une résidence particulièrement prestigieuse. Pour ceux, en revanche, qui ont fait le choix du grand hôtel à Paris (Morelet, Meigret, Babou, Grolier), le plancher s’établit autour de 20 000 lt88. Reste qu’il s’agit d’un échantillon assez peu représentatif privilégiant des hommes bien implantés à Paris et globalement plus riches que la moyenne. Un Jaques Bernard, dont l’inventaire a déjà bien montré qu’il correspondait à un type d’officier plus modeste, ne laisse ainsi à sa mort qu’une seule maison à Paris.

  • 89 Michaud, Chancellerie, p. 192 : sur 20 secrétaires du roi, 25 au moins sont propriétaires de leur (...)
  • 90 Chevalier, Tours, p. 564 ; A.N. M.C. VIII 10 (27-5-1506) ; A.N. M.C. XIX 42 (11-4-1517). L'impossi (...)
  • 91 A.N. M.C. XIX 168 (9-1-1546).
  • 92 Cela semble être le cas de Martin de Troyes [A.N. M.C. XIX 151, (8-1-1539)], il est vrai bien impl (...)

36Exceptionnels sont les officiers qui ne possèdent pas une maison ou un hôtel en ville89. C’est le cas de Charles de Pierrevive à sa mort, mais ce désengagement complet tient surtout au fait qu’il dispose de l’usufruit d’un hôtel parisien qui doit revenir aux héritiers de sa seconde épouse dont il n’a pas eu d’enfants. C’est peut-être aussi le reflet d’une évolution sociale, qui met l’accent sur les investissements ruraux. Significatif est aussi en ce domaine le fait que Philibert Babou héberge en 1529 le roi dans son domaine tourangeau de la Bourdaisière et non dans son hôtel urbain de Tours. Cependant les exigences du service monarchique, au long de la carrière des grands officiers, contribuent à favoriser certains types d’achats urbains. L’exercice d’une charge financière dans une circonscription dans laquelle l’officier n’a pas d’attaches familiales antérieures entraîne fréquemment l’achat d’une résidence. Le cas de Rouen est ici éloquent : l’auvergnat Thomas Bohier, général de Normandie, y possède une maison en 1504. Le parisien Pierre Legendre, receveur des aides et tailles de l’élection de Rouen (au moins de 1485 à 1498) a acquis une demeure dans la paroisse Saint-Laurent. Quant au futur receveur général de Normandie Guillaume Preudhomme, pour l’heure receveur des aides et tailles de Lisieux, il achète en 1517 une maison avec un jardin à Saint-Gervais-lez-Rouen90. Deuxième tendance liée à l’accès aux charges financières supérieures : l’attraction des « capitales ». Cela vaut, au temps de Louis XII, pour Blois : autour du château se pressent les résidences de Florimond Robertet, de Jehan Cottereau, de Jehan François de Cardonne, de Jaques Hurault. Mais c’est évidemment pour Paris, sous François Ier, que le phénomène est le plus flagrant. Sur quelque 80 officiers documentés, une cinquantaine au moins possèdent un logement à Paris. Une bonne dizaine d’entre eux en héritent, une demi-douzaine s’implantent grâce au patrimoine de leurs épouses. Mais pour la grande majorité, il s’agit directement d’une première acquisition. Celle-ci n’exclut d’ailleurs pas l’installation antérieure de collatéraux, comme c’est le cas par exemple chez les Ruzé ou les Bullioud. Pour certains officiers l’implantation passe d’abord par l’étape de la location. Mais, à plus ou moins brève échéance, l’investissement immobilier se produit : cela vaut pour Guillaume de la Lande, Jehan Laguette, Jehan Dudéré, Pierre d’Apestéguy, Jaques Bernard ou Anthoine Le Maçon. Ce dernier achète tout simplement la maison qu’il louait jusque là91. Rares sont en définitive ceux qui se contentent d’être locataires dans la capitale92.

  • 93 A.N. M.C. VIII 81 f° 16v° (3-5-1555). D’une valeur équivalente – 1 800 lt – est la maison que Pier (...)

37Enfin les grands officiers multiplient les implantations à proximité des châteaux royaux d’Ile-de-France, à supposer qu’on puisse encore ici valablement parler de résidences urbaines. Mais ces investissements jouent probablement un rôle dans l’essor et la structuration de ces agglomérations, aussi bien à Saint-Germain-en-Laye qu’à Fontainebleau. Le dernier exemple est le plus spectaculaire puisque douze officiers s’établissent plus ou moins durablement dans la bourgade à partir de 1528. La plupart de leurs demeures semblent d’une valeur assez modeste, à l’exception de celle de Jehan Breton (cédée pour 3 700 lt), et ce d’autant plus que les acquisitions se font souvent à plusieurs. Mais peut-être s’agit-il ici en partie d’une illusion, dans l’ignorance où nous sommes parfois des travaux effectués après des investissements initiaux d’assez faible ampleur. Révélateur est sur ce plan le cas de la maison de Jehan Grolier. Pour un achat à moitié avec Martin de Troyes, la mise initiale n’est que de 160 lt. Mais les frais d’aménagement engagés ensuite atteignent environ 1 500 lt. Au total, le prix d’achat ne représente donc que 10 % de la mise de fonds totale, non négligeable à l’arrivée93.

  • 94 B.N. fr 20440 f° 23.
  • 95 A.N. M.C. VIII 10 (27-5-1506).

38Finalement, la localisation des domiciles de Martin de Troyes représente une bonne synthèse de ce à quoi peut aspirer l’officier en vue vers 1540 : une maison à Fontainebleau, près de la Cour, une autre à Lyon, centre financier important, et circonscription d’exercice de Martin de Troyes, plus une location parisienne, indispensable, et enfin, héritage d’une situation politique et familiale héritée, une demeure tourangelle. En bonne logique, le désengagement, volontaire ou contraint, par rapport au service monarchique, a ensuite des répercussions significatives sur le patrimoine urbain, de même que la simple réorientation géographique de l’activité financière. Sans même revenir sur l’impact des poursuites, il est des évolutions révélatrices. Philibert Babou, sous Henri II, est en fin de carrière et semble en semi-disgrâce. Il se débarrasse de son hôtel parisien en 1553 et s’établit de façon beaucoup plus stable en Touraine, où il est « réduict à la résidence de [son] office » de trésorier de France en Languedoïl94. Après qu’il a abandonné sa recette rouennaise, Pierre Legendre, pour sa part, ne voit pas l’utilité de conserver une demeure dans la ville : il vend donc pour 800 lt en 1506 la maison qui lui appartenait « de son conquest » dans la cité normande95.

  • 96 A.N. M.C. XIX 151 (7-1-1539), XIX 168 (9-1-1546), XIX 175 (23-4-1548), XIX 91 (27-7-1546), XIX 167 (...)
  • 97 Le Roy Ladurie Emmanuel et Couperie Pierre, « Le mouvement des loyers parisiens de la fin du Moyen (...)
  • 98 I.A.D. Legendre, n° 189 ; A.N. J 958 n° 37.
  • 99 A.N. M.C. CXXII 1048 (27-7-1534).

39En fait l’instabilité du patrimoine urbain semble une donnée fréquente. Les contraintes nées des poursuites jouent ici encore leur rôle, mais le phénomène paraît plus large : outre l’hôtel de Savoisy, quinze maisons sont ainsi passées par les mains de Morelet de Museau à Paris, en moins de deux décennies. La plupart sont situées dans le quartier du Marais en plein essor. A sa mort en 1529, Morelet n’en possède plus que cinq. La rapidité avec laquelle son patrimoine se remodèle trouve, dans le même quartier, un écho dans la vitesse d’accumulation immobilière d’Anthoine Le Maçon. En 1539, il acquiert une maison rue du Roi-de-Sicile. Mais c’est entre 1544 et 1548 que le mouvement s’emballe : deux maisons rue des Juifs, une autre en construction près de la porte Saint-Antoine, hors Paris, une (ou peut-être deux) achetée(s) sur les fossés entre les portes Saint-Martin et Saint-Denis96. Ce dynamisme tient pour une part à des préoccupations spéculatives : une partie des acquisitions est en effet destinée à des logements locatifs. L’évolution des loyers est globalement favorable aux propriétaires, dans cette période d’expansion urbaine générale, particulièrement soutenue à Paris, où le loyer nominal moyen double entre 1530 et 156097. Dans l’île de la Cité, Pierre Legendre acquiert ainsi en 1501 une maison « en laquelle avoit lors onze louaiges ». Le très riche propriétaire urbain qu’est Gaillard Spifame perçoit à sa mort des loyers sur seize maisons parisiennes98. Pour sa part Jehan I Duval a choisi d’investir dans un « hostel à estuves à hommes », qu’il loue à Guillaume Le Fevre, lieutenant du guet de nuit de la ville de Paris99. Mais les sommes en jeu restent sensiblement en retrait par rapport aux investissements ruraux.

5. L’accumulation rurale

a. Un investissement universel ?

  • 100 Il ne faut ainsi pas confondre Savonnières, près d’Épernon, qui appartient à Jehan Cottereau, Savo (...)
  • 101 Voir la diversité de ceux qui sont retenus pour estimer les biens des officiers poursuivis dans A. (...)
  • 102 La valeur de Chenonceaux varie, au gré des circonstances, entre 50 et 90 000 lt : Chevalier, Cheno (...)
  • 103 B.N. P.O. 2655 (Savoie) dossier 58960 n° 43. On retrouve un ordre de grandeur proche pour les inve (...)
  • 104 Pour la plupart d’entre eux, il s’agit de la fortune foncière au décès. Cependant d’autres dates d (...)

40Un laborieux travail de compilation de données hétéroclites vient épauler les chiffres fournis par les saisies royales et les inventaires. Il est aisé de souligner la fragilité de l’ensemble, parce que l’état des patrimoines à une date donnée est difficile à cerner, d’autant que les modifications liées à des retraits, des rémérés ou au recours à des ventes fictives ne sont pas toujours perceptibles. Sans parler des risques liés aux problèmes d’identification100. La valeur des biens, d’autre part, est parfois sujette à caution ne serait-ce qu’en raison de l’agrégation, dans certains cas, de chiffres distants de plusieurs décennies et de la nécessité de recourir à des coefficients multiplicateurs lorsque les revenus sont seuls disponibles101. En outre, sous-évaluations ou surévaluations dans les documents originaux ne sont pas impossibles, pour des raisons diverses102. Certains prix d’achats peuvent par ailleurs inclure des droits seigneuriaux non négligeables, qui majorent probablement la valeur des biens. Ainsi les 795 lt de droits de treizième et de relief que verse Charles du Plessis lorsqu’il acquiert en 1534 deux seigneuries dans la vicomté normande de Montivilliers viennent s’ajouter aux 9 345 lt du prix d’achat et représentent un surcoût de 8,5 %103. Pour un dossier bien connu, combien d’autres où les chiffres disponibles masquent le détail des versements et surestiment peut-être la valeur vénale des terres ? Au terme du processus, il est cependant possible de fournir une évaluation raisonnable pour dix-huit officiers104 : elle est faite au moment de l’accumulation maximale connue.

  • cinq se situent en dessous de 20 000 lt : Jehan Dudéré (2 à 4 000), Nicolas Le Coincte (environ 5 000), Jehan Carré (7 000), Jehan Grolier (environ 10 000) et Jaques Bernard (16 500)
  • sept sont compris entre 50 et 100 000 lt : Jehan II Duval (environ 50 000), Geoffroy de La Croix (50 000 + la seigneurie de Fréauville), Gaillard Spifame (59 000), Jehan Ruzé (60 000), Gilbert Bayard (plus de 70 000), Pierre Legendre (un total incomplet donne 62 500, la vérité semble proche de 80 000) et Morelet de Museau (92 000)
  • six dépassent les 100 000 lt : Charles de Pierrevive (104 000), Thomas Bohier (au moins 110 000), Henri Bohier (125 000), Raoul Hurault (environ 125 000), Jehan de Poncher (132 000) et Florimond Robertet (un total incomplet donne 101 600, peut-être autour de 150 000 ?)
  • 105 A.N. J 958 n° 10 et 37. L’addition d’arpents vraisemblablement de superficies variées interdit évi (...)

41Le contraste entre les différents profils est souligné par une nette coupure entre les patrimoines modestes (à l’échelle du groupe…) et les autres : de 16 500 lt à 50 000 lt, le fossé est considérable. Il est cependant difficile de savoir si celui-ci découle des seuls hasards de la documentation ou révèle un clivage pertinent au sein de ce milieu. A tout le moins faut-il souligner l’éclatement, avec un écart de un à huit entre le plus riche propriétaire connu (Jehan de Poncher) et le plus important des patrimoines modestes (Jaques Bernard) et un écart minimal de un à trente-trois entre Poncher et le plus « pauvre » du groupe, Jehan Dudéré. Quoi qu’il en soit, ces écarts ne font pas disparaître l’impression d’ensemble d’une richesse notable. Les grands officiers de finance possèdent non seulement des châteaux prestigieux mais aussi des superficies agricoles considérables. Gaillard Spifame détient 1 803 arpents, dont 1 110 de terres labourables, le reste se répartissant entre les enclos et jardins (76 arpents), les prés (93), les vignes (12) et un ensemble de 512 arpents de bois, buissons, taillis, entre lesquels il est impossible d’établir des distinctions précises. Morelet de Museau fait beaucoup mieux, avec plus de 4 000 arpents, dont 3 500 environ de terres labourables105.

42Les patrimoines fonciers les plus importants sont surreprésentés dans les estimations fournies plus haut : si la documentation était plus équitablement répartie, il est certain que les patrimoines « modestes » (ceux de moins de 20 000 lt) seraient proportionnellement plus nombreux et très vraisemblablement majoritaires alors qu’ils ne représentent que 28 % des fortunes foncières qu’il a été possible d’estimer. Mais la détention d’un patrimoine foncier, grand ou petit, est-elle une règle absolue pour les grands officiers de finance ? D’après la documentation disponible, dix-sept des cent-vingt-et-un membres du groupe (soit 14 %) ne possèderaient pas de terre. Parmi eux les hommes des recettes générales dominent largement (15 sur 17). Deux sous-ensembles se détachent en leur sein : cinq titulaires sont en place après 1542 et huit individus exercent comme simples commis à une recette générale. Ce sont des personnages nettement moins en vue – et nettement moins riches – que les grands officiers emblématiques du temps, des Bohier aux Babou. Mais il ne faut pas conclure trop vite. En effet, les hommes de la fin du règne, de même que certains commis, sont implantés dans des provinces mal représentées dans mes dépouillements et les limites de la recherche documentaire invitent donc à la prudence. Il en va de même pour les deux seuls ordonnateurs : Clugny Thunot, général de Bourgogne est fort mal connu et Octavien Grimaldi, général de Milan peut par exemple détenir des biens en Italie qui m’auront échappé. Cependant parmi ces dix-sept personnages figurent quelques individualités ayant laissé des traces documentaires non négligeables. C’est le cas du commis de la recette générale de Picardie Nicolas de Saimbault, dont le minutier central possède au moins une trentaine d’actes. Cela vaut également pour Clérambault Leclerc, qui exerce en tant que commis à la recette générale de Languedoïl avant de devenir président des Comptes en Bretagne. Ces exemples tendent à montrer que la détention d’un patrimoine rural, si elle est largement majoritaire, connaît cependant quelques exceptions. Il est raisonnable de penser qu’elles peuvent concerner cinq à dix membres du groupe.

  • 106 Qui peuvent même inclure des dîmes. Sur celles que détient Jehan de Poncher, à Esclimont ou ailleu (...)
  • 107 A.N. M.C. XIX 165 (6-6-1544) et CXXII 15 (29-9-1529).
  • 108 A.N. M.C. LIV 11 (16-8-1536).

43Les officiers de finance portent un intérêt prioritaire aux fiefs et seigneuries. Ces derniers ont un rôle, bien connu, à jouer dans le processus d’ascension sociale. Mais ils offrent aussi l’avantage d’accroître les revenus grâce aux profits tirés de la propriété éminente, foncière et/ou banale106. Dans certains cas les titulatures seules révèlent la possession de seigneuries et donc l’existence d’un patrimoine foncier. Cela vaut pour 18 des 104 officiers à coup sûr détenteurs de terres (soit 17,3 %). Mais le plus remarquable est sans doute de noter que, sur ces 104 personnages, deux seulement sont sans fief ou seigneurie connus. Jaques Arnoul et Jehan Tassin semblent se contenter en effet de la propriété utile, le premier, de quelques terres à Cour-Cheverny, en Touraine, le second d’une métairie près d’Alluye, en Beauce107. L’investissement foncier implique donc presque systématiquement un investissement seigneurial. Le plus souvent cependant, une partie des biens fonciers des officiers ne s’intègre pas dans une seigneurie ou un fief. Il est d’ailleurs parfois difficile, en l’absence de données synthétiques, de déterminer si telle ou telle exploitation, tel ou tel bois, se rattache ou non à un ensemble seigneurial. Ainsi quand Nicolas de Neufville donne à bail en 1536 la ferme de Villejust (140 arpents) entre Palaiseau et Montlhéry, il n’est guère possible de savoir s’il s’agit d’une exploitation distincte ou bien si elle est comprise dans l’une des seigneuries que Neufville possède à proximité108. L’impression prévaut cependant que ces terres roturières, il est vrai souvent plus difficiles à repérer – entre autres à cause de leur morcellement – ne représentent qu’une part restreinte des patrimoines. Avec les données conservées par les saisies liées aux poursuites, une évaluation peut être tentée. Le pourcentage (en valeur) des biens ruraux hors fiefs et seigneuries s’établit à 15,7 % pour Jehan Ruzé, 9,5 % pour Morelet de Museau et Gaillard Spifame, et 1,2 % seulement pour Jehan de Poncher.

  • 109 A.N. M.C. VI 2 (25-11-1538), LIV 53 (20-8-1537, I.A.D. Katherine Hurault) ; B.N. P.O. Poncher n° 5 (...)
  • 110 Sarazin, Hallincourt, p. 34 ; A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529, I.A.D. Charlotte de Poncher), papi (...)

44L’accumulation est parfois impressionnante : pour le seul Pierre Legendre, 34 fiefs et seigneuries ont été repérés. À chaque seigneurie s’articulent de nombreux fiefs. Ceux de Villenert, la Croix Blanche, Ragoiment, Garnevoisins (ou Gaourt-Voisin), le Besnier, le Cormier, le Petit Hostel, Ressagny (ou Roussi-gny), le Jardin et Chantrayne dépendent de Limours, qui appartient à Jehan de Poncher109. Dix-neuf fiefs sont énumérés pour Saint-Jehan-les-deux-Jumeaux, seigneurie de Morelet de Museau. Avec Legendre, Poncher ou Morelet, on sait avoir affaire à des fortunes foncières de haute volée. Pour autant, le nombre des fiefs ne doit pas ici faire illusion car leur valeur est extrêmement variable et parfois très réduite. En 1521, Pierre Legendre acquiert le fief de Pierrepont (paroisse de Parnes, dans le Vexin français) pour 30 lt seulement. En 1529, Charles de Pierrevive et sa femme rendent pour leur part hommage d’un fief de trois arpents de terre110. Aussi la possession d’un ou plusieurs fiefs ne fournit aucunement l’assurance de la détention d’un important capital foncier, ni de ressources seigneuriales notables. Une bonne métairie est parfois bien préférable, même si elle est socialement moins cotée et n’emporte pas de droits avec elle.

  • 111 L’écart se resserre un peu si on ne prend en compte que le nombre de familles représentées : il y (...)
  • 112 Jehan Grolier est un cas particulier, en raison de problèmes documentaires liés au patrimoine de s (...)

45Les ensembles fonciers détenus par les grands officiers ne sont pas toujours aussi considérables que ceux qui viennent d’être évoqués. Cependant le modèle multiseigneurial domine assez nettement au sein du groupe. Sur 102 seigneurs avérés, il est possible de trancher avec une assez bonne certitude dans 89 cas. Parmi ceux-ci, 55 (dont 3 connus seulement par les titulatures), soit 61,8 %, correspondent au modèle multiseigneurial, et 34 (dont 13 connus par les titulatures), soit 38,2 %, à celui de la seigneurie unique, accompagnée parfois de quelques fiefs, proches d’elle ou dispersés111. Parmi les fortunes estimées, Jaques Bernard est un bon exemple de ce second profil avec l’ensemble seigneurial de Montdebize (en Brie, à l’ouest de Jouarre, sur les paroisses de « Cignetz » (aujourd’hui Signy-Signets) et de Pierre-Levée) auquel s’ajoutent quelques fiefs et terres en Orléanais et en Sologne. Il en va de même de Jehan Carré ou Nicolas Le Coincte. Le caractère minoritaire du modèle monoseigneurial est d’ailleurs accentué dans l’échantillon des 18 fortunes, puisqu’il n’est représenté que par ces trois personnages112.

  • 113 Relevons au passsage qu’il est aussi parfois délicat de distinguer seigneurie et simple fief : le (...)
  • 114 Philibert Babou, Gilbert Bayard, Jaques de Beaune, Henri Bohier, Thomas Bohier et son fils Antoine (...)

46Seuls les plus prestigieux des « multipropriétaires » peuvent espérer acquérir ce fleuron d’un ensemble foncier rural : la terre titrée, châtellenie, ou mieux encore, baronnie. La prudence s’impose ici encore, en raison de l’enthousiasme inflationniste que manifestent, en ce domaine, certains documents, en particulier dans le Cabinet des titres de la Bibliothèque nationale113. Quinze officiers, semble-t-il, ont été effectivement dans ce cas114. Si tous sont entrés en possession, soit par achat, soit par don, d’une terre déjà titrée, quatre d’entre eux, en outre, ont pu également obtenir du roi l’érection en leur faveur d’une châtellenie : Semblançay pour la Carte dès 1499-1500, Thomas Bohier pour Chenonceaux en 1514, son frère Henri pour La Chapelle-Bellouin en 1518 et Philibert Babou pour Thuisseau en 1523. Il est clair qu’un tel honneur est réservé à des personnalités de tout premier plan. La liste des détenteurs de terres titrées permet au passage d’illustrer la surreprésentation des plus riches dans les fortunes foncières estimées plus haut : les quinze personnages concernés ne constituent que 14,5 % du groupe des 104 détenteurs de terre, mais sept d’entre eux appartiennent aux dix-huit fortunes chiffrées et représentent donc 39 % de celles-ci.

  • 115 Bergin, Richelieu, p. 121.
  • 116 B.N. Carrés d’H. Babou, p. 40. Il s’agit des bois « acquis des seigneurs de Blève et de la Croix » (...)
  • 117 A.N. J 958 n° 14.
  • 118 I.A.D. Legendre, vol. I, n° 243 à 270.
  • 119 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) I.A.D., papiers, cotes QQ à W. Un achat a lieu en 1550, les quatr (...)
  • 120 Ibid., cote MM.
  • 121 À titre d’exemple les secteurs de haute montagne d’Auvergne où les terres, rares, valent plus cher (...)

47À un niveau moindre, les grands officiers semblent attacher une certaine importance à la détention de bois. Ici encore enjeux économiques et sociaux se combinent. Les bois font souvent figure de biens nobles par excellence, même quand ils n’en ont pas le statut115. Par ailleurs ils assurent des revenus non négligeables. Les 512 arpents de bois et friches possédés par Gaillard Spifame incluent d’importantes surfaces de « bonnières » et autres « bruyères ». Mais on y relève néanmoins 82,5 arpents de haute futaie. Morelet de Museau détient pour sa part au moins 264 arpents « forestiers » (pour l’essentiel des « bois taillis »). Pour Charles de Pierrevive 250 arpents ont été répérés et 132 pour Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, et tous les deux en possèdent sûrement plus. Même le modeste patrimoine de Nicolas le Coincte comprend 50 arpents de bois taillis, qui constituent à eux seuls peut-être 20 % de la valeur de ses biens fonciers. Dans son testament, pour organiser le partage de ses biens, outre ses fiefs et seigneuries, Philibert Babou ne mentionne guère que certains bois116. S’agit-il de bois de haute futaie, les plus prestigieux ? Valeur et dignité se mêlent sans doute encore ici. Cependant Babou mentionne enfin les prés qu’il a « acquis du seigneur de la Roche », soulignant l’intérêt spécifique que ceux-ci représentent. Rares en Ile-de-France, seule région pour laquelle des données précises sont disponibles, ils font figure de biens de grande valeur et exigent des investissements importants, parfois considérables. Dans les estimations de prix retenues pour les biens saisis sur Jehan Ruzé dans la plaine de France, l’arpent de pré est évalué le plus souvent 4 à 5 fois plus cher que l’arpent de bonne terre labourable117. Dans la prairie d’Achères, entre 1517 et 1524, Pierre Legendre parvient, en 21 transactions, à acquérir 47 arpents de pré pour 1 146 lt, soit un prix moyen de 24 1. 7st, avec une fourchette de 16 1. 7 st à 36 1. 3 st l’arpent, sans que les achats les plus petits ou les plus tardifs fournissent, comme on pourrait s’y attendre, les prix les plus élevés118. Au milieu du siècle, dans la prairie de Férolles (au nord de Brie-Comte-Robert), les chiffres ont nettement progressé. Pour acquérir cinq arpents et demi de pré, Charles de Pierrevive doit débourser, en cinq opérations, 1 040 lt, ce qui situe le prix moyen de l’arpent à 189 1. 2 st119. Certes il semble bien s’agir ici d’un niveau exceptionnel : à la même époque (1553) et à proximité (à Pontault, près de la Queue-en-Brie) Pierrevive acquiert pour 80 lt l’arpent deux pièces d’une superficie globale de deux arpents et demi120. La rareté et l’intérêt économique de ces prés expliquent sûrement l’importance des sommes que certains sont disposés à consacrer à leur achat. Dans des espaces très différents, d’autres priorités et donc d’autres dénivellations de prix se dégagent121.

b. Les politiques d’achat

  • 122 A.N. M.C. CXXII 160 (14-6-1546). Auparavant la seigneurie, comme l’ensemble de la succession, étai (...)
  • 123 Seule une seigneurie notable (Lamenay, dans le Maine, aujourd’hui Lamnay, entre Vibraye et la Fert (...)
  • 124 Guenée, Senlis, p. 483. Sur les acquisitions du père en Vexin, voir des éléments dans Harsgor, Con (...)

48L’exemple des prés, même s’il est marginal, illustre bien une caractéristique essentielle des membres du groupe en matière foncière : ce sont pour beaucoup de gros acheteurs. Dans la plupart des cas, les patrimoines fonciers sont en effet beaucoup plus acquis qu’hérités. Il s’agit souvent plus d’une impression que d’une certitude fondée sur une documentation précise. Du moins les exemples ne manquent-ils pas, pour les plus riches comme Thomas Bohier, comme pour de plus humbles comme Jaques Bernard. Bien sûr, ici comme ailleurs, les grands officiers sont rarement partis de rien. Ainsi Jehan II Duval tient-il de son père, un notaire et secrétaire du roi qui a tenu des offices de finance subalternes, la seigneurie de Stors avec les fiefs qui en dépendent : il en hérite en 1546, par droit d’aînesse, lors du partage qui a lieu après la mort de sa mère122. Mais il a, de son conquêt, acquis Berthecourt et Villiers-sur-Thérain (aujourd’hui Vil-liers-Saint-Sépulcre) au sud-est de Beauvais, et surtout Dampierre, Champs et Gournay-sur-Marne… L’impression qui prévaut ici est donc celle d’une accélération de la politique d’achat. Les fils de grands officiers de finance ont-ils, au sein du groupe, une position un peu différente ? Lorsque la transmission peut être étudiée sans perturbation extérieure (en clair si elle n’est pas brouillée par une ponction indue liée à des poursuites royales), il apparaît que la deuxième génération étoffe toujours le patrimoine déjà accumulé. Parfois dans des proportions qui semblent limitées, ainsi pour Raoul Hurault, dont le père, Jaques, appartient au groupe étudié123. Parfois de façon considérable comme pour Pierre Legendre, fils d’un trésorier des guerres de la fin du 15e siècle. Pierre a ainsi, après son père, la réputation d’être « ung grant acquéreur ou pais de Velxin »124.

  • 125 Même cas de figure avec Mandrou, Fugger, p. 42 et sq.
  • 126 I.A.D. Legendre, vol. I, n° 237, 241 et 242.
  • 127 Toutes les étapes ne sont pas connues : documentation partielle dans A.N. M.C. XIX 48 (16-3-1520) (...)

49Lorsque la documentation permet de connaître les transactions, partout se retrouve le schéma traditionnel : les grands officiers combinent dans leur politique d’achat quelques grosses opérations avec un grand nombre de petites acquisitions, qui relèvent d’un véritable grignotage125. On a vu plus haut Pierre Legendre amasser patiemment des lopins de pré à Achères en vingt et une transactions d’un montant moyen de 54 lt. Dans le même temps, il acquiert, le 3 avril 1517, pour 2 040 lt, le « fief, terre et seigneurie » du lieu. En 1518, il dépense 14 lt pour une pièce de terre, et 27 lt pour une autre l’année suivante126. Il serait aisé de fournir d’autres exemples puisés dans les papiers familiaux des Bohier, ou dans les minutes notariales concernant les nombreuses acquisitions de Jehan Laguette, Anthoine Le Maçon ou Pierre d’Apestéguy. Grignotage patient et investissements importants ne correspondent d’ailleurs pas toujours à des opérations différentes : Nicolas de Neufville s’empare de la châtellenie de La Chapelle-la-Reine en plusieurs transactions dont chacune représente une somme importante. L’acquisition d’un sixième de cette terre titrée en 1522 coûte ainsi 3 600 lt127.

  • 128 Mollat, Cœur, p. 190.
  • 129 A.N. M.C. VIII 9 (31-3-1505) et CXXII 1083 (28-10-1529), I.A.D. Charlotte de Poncher, papiers, n° (...)

50Parmi les méthodes d’achat une stratégie bien rôdée a déjà été souvent décrite, par exemple pour Jacques Cœur : l’argentier de Charles VII acquiert « d’abord des rentes et des droits sur les terres (…). L’appropriation [est] une seconde étape »128. Avec toujours cette réserve que la mainmise foncière peut être parfois une simple conséquence de la nécessité du recouvrement des créances. Mais il est vrai que créanciers et crédirentiers sont en règle générale bien conscients que la « force des choses » peut les conduire à déposséder leurs débiteurs. Et beaucoup ont tout mis en œuvre pour qu’une telle éventualité se produise. En fait il n’est pas toujours nécessaire que les rentes grèvent directement les biens convoités. Peut-être même n’y a-t-il pas de biens précisément convoités et l’essentiel est en fait d’arracher de la terre à ses détenteurs où qu’elle se trouve, en utilisant les créances. Ainsi l’important patrimoine rentier de Geoffroy de la Croix lui permet-il de disposer d’un vivier potentiel de débiteurs défaillants, gentilshommes pour beaucoup, qui pourront être contraints de lui céder des terres pour éteindre leurs dettes. Au départ, La Croix n’est probablement pas en mesure de déterminer chez qui se produiront ces défaillances. Mais il peut cependant être assuré de trouver des proies. Bien des opérations ne peuvent être suivies dans le détail faute de sources précises. Cependant les traces ne manquent pas. En 1498 et 1500 La Croix rachète 100 lt de rente vendues par les Vauldrey entre 1477 et 1490. En 1505, il les leur abandonne (avec d’autres, qui ne pèsent pas directement sur eux) moyennant la cession de terres picardes. Avec François de Baraton, auquel il achète 116 lt de rente en 1514, Geoffroy de la Croix est interrompu par la mort. Mais Charlotte de Poncher, sa veuve, poursuit l’opération. Elle débouche en 1528 sur la cession d’une terre près de Sablé contre la rente et ses arrérages, avec en outre une soulte importante de 3 550 lt129.

  • 130 A.N. M.C. XIX 111 (novembre 1533, I.A.D. Meigret), papiers, n° 179 ; VIII 65 (10-6-1544). Ces rent (...)
  • 131 Chevalier, Tours, p. 501 et Mirot, Hommages, t. II n° 3430-3432 ; Harsgor, Conseil du roi, p. 2035 (...)

51L’utilisation de l’endettement est marquée parfois par un certain acharnement. En 1521 Martin de Villeneufve, seigneur de Clayes, vend deux fiefs au maître des comptes Jehan Luillier pour 5 192 lt, et ce moyennant un réméré de trois ans. En 1525 Lambert Meigret se substitue à Luillier tout en prolongeant le réméré de Villeneufve. En 1527 ce dernier obtient de Meigret qu’il rembourse pour lui un capital de 200 lt de rente : le réméré de Villeneufve est de nouveau prolongé, mais il atteint désormais 9 000 lt. Alors que Meigret semble toucher au but et pouvoir définitivement asseoir sa possession sur les deux fiefs, Villeneufve, en octobre 1529, parvient à le rembourser et à récupérer ses terres. Où a-t-il trouvé l’argent ? Peut-être chez d’autres prêteurs moins menaçants. Or, l’été précédent, Gaillard Spifame a engagé un capital de 3 916 lt dans l’achat de rentes (et d’arrérages) sur les Villeneufve. Dans cette affaire, son commanditaire et bailleur de fonds n’est autre que Lambert Meigret. Il est clair que le remboursement d’octobre 1529 n’aurait pas mis fin aux tentatives de ce dernier… si son envoi et sa mort en Suisse, puis les poursuites dont sa succession fait l’objet n’avaient interrompu le processus130. On pourrait multiplier les exemples, dont certains sont plus prestigieux… et plus réussis : Thomas Bohier amasse, par l’intermédiaire de Semblançay, les créances sur les Marques afin de les déposséder de leur seigneurie de Chenonceaux ; de la même façon, Jehan Cottereau et Jaques Hurault (que Cottereau désintéressera ensuite) acculent progressivement les Loresses à leur céder Maintenon131.

  • 132 A.N. X3a 36 (17-3-1529).
  • 133 Gérard Béaur, « Foncier et crédit dans les sociétés préindustrielles. Des liens solides ou des cha (...)
  • 134 A.N. M.C. III 3 (18-11-1529) et 23 (26-1-1542) ; Z1a 59 f° 302. Autres exemples : Louis de Poncher (...)
  • 135 A.N. M.C. XIX 87 (6-8-1544). Laguette en sera rapidement dépossédé à son tour : XIX 176 (13-11-154 (...)

52Dans certains cas crédirentiers et créanciers procèdent par voie de justice et excipent ensuite de leur créance pour obtenir un droit de regard, voire de préemption sur les biens du débiteur défaillant. Ainsi en 1529 Anthoine de Lamet se fait-il adjuger « comme plus offrant et dernier encherisseur » les biens de feu Oudequin Thioust à Mons-en-Laonnois mis en criées à cause des arrérages d’une rente due à Lamet et à sa femme132. Pour autant, si l’on peut faire fonds sur des études portant sur des périodes plus tardives, dans le processus de transmission de la terre lié à l’endettement, l’acheteur n’est généralement pas un prêteur direct. Bien souvent c’est ensuite qu’il se chargera d’indemniser les créanciers133. Il n’est effectivement pas rare de voir les gens de finance acquérir des terres en profitant de « criées » à l’origine desquelles ils n’ont pas été. Leur position socio-professionnelle, et les liens de beaucoup d’entre eux avec le personnel judiciaire, leur permettent d’accéder sans trop de difficultés à des informations fort utiles en ce domaine. C’est ainsi que Pierre d’Apestéguy, qui a provoqué la vente aux enchères qui lui fait mettre la main sur le noyau de sa ferme de la Ronce (à la Houssaye-en-Brie), acquiert en revanche la seigneurie également briarde de Romaine grâce à des criées avec lesquelles il n’avait rien à voir134. Les gens de finance n’hésitent d’ailleurs pas à se déposséder entre eux. Jehan Breton profite des malheurs d’Henri Bohier, victime des poursuites royales, pour lui arracher Colombiers (aujourd’hui Villandry). Quant à Jehan Laguette, il tente d’exploiter les difficultés de Jehan I Duval pour s’emparer de deux seigneuries du bailliage d’Évreux vendues aux enchères135.

  • 136 B.N. fr 5500 f° 300 ; C.A.F., t. III n° 8372 ; C.A.H., t. I n° 1140 (septembre 1547).
  • 137 À titre d’exemples, Jaques de Beaune : Spont, Semblançay, p. 163 note 4 ; Laguette : A.N. M.C. XIX (...)

53Dernier des « marchés » spécifiques : celui des ventes du domaine royal. Les officiers de finance sont évidemment, ici encore, bien placés pour y investir. En Provence, si c’est à titre de compensation pour des pertes italiennes que le trésorier et receveur général Spinola a obtenu la seigneurie de Castellane, en revanche ses successeurs, Pierre d’Arles et Nicolas de Cocil semblent bien mettre la main au gousset pour acquérir du domaine136. Et nombreux sont dans tout le royaume, les gens de finance qui font comme eux137. Cependant, il est ici bien difficile de faire la part des obligations de service et de la constitution d’un patrimoine durable. La détention du domaine est en effet souvent remise en cause, et s’il est probable que des opportunités ponctuelles ont été saisies, il est cependant évident que ce n’est pas sur ce type de bien que se constitue, surtout pour un officier de finance, un patrimoine durable.

  • 138 Voir les remarques, qui demanderaient à être approfondies, de Charbonnier, Auvergne, p. 886-889 su (...)
  • 139 Voir par exemple les réflexions de Gérard Béaur, « L’histoire de l’économie rurale à l’époque mode (...)
  • 140 Dès 1510-1515 en Ile-de-France : Fourquin, Campagnes, p. 497-498 ; à partir de 1520 en Pays de Cau (...)
  • 141 Arpent à 10 lt à Nogent près de l’Isle-Adam, à 20 lt à Mondeville vers Corbeil, à 30 lt près de Ma (...)
  • 142 Problème soulevé également par Mandrou, Fugger, p. 47.
  • 143 A.N. M.C. LXXXVII 64 (I.A.D. Pierrevive), papiers, cotes M et N.
  • 144 Voir la remarque de Quilliet, Officiers, p. 831 : « Si l’offre semble se restreindre après 1520, c (...)

54Reste le cas des transactions dans le cadre du marché foncier ordinaire138. Ses mécanismes restent relativement mal connus. Le mode de formation des prix, en particulier, pose de sérieux problèmes de méthode139. Certains aspects généraux ne font pas de doute, en particulier la nette hausse du prix de la terre dans la première moitié du 16e siècle140. Mais dès qu’il s’agit d’étudier un segment précis de ce marché, les interrogations se multiplient. Elles portent d’abord sur les conditions exactes de chaque transaction. Il est aisé de faire le constat qu’à la même date, en Ile-de-France, la valeur de l’arpent de terre labourable peut varier du simple au triple141. Comment expliquer ce phénomène ? Il existe de très importantes différences de qualité qui justifient sans doute en partie les écarts de prix142. Cependant la très faible transparence du marché joue sûrement aussi un grand rôle. Chaque transaction a sa spécificité et l’intérêt est peut-être ici autant de faire apparaître des distorsions que des rapprochements. Comment faire autrement quand les prix d’achat de deux moitiés par indivis d’un fief, négociés à un an et demi d’intervalle par Charles de Pierrevive, atteignent respectivement 2 275 et 4 050 lt143 ? Cette opacité rend délicat l’énoncé de règles générales concernant par exemple le prix plus élevé par unité de superficie des petits achats par rapport aux gros marchés de terre. Et le tout est évidemment compliqué par la dimension « féodale » de bien des éléments échangés. Le renouveau démographique, sensible à la Renaissance, tire pour sa part les prix vers le haut et semble parallèlement restreindre l’offre sur le marché. Cependant, dans le même temps, l’émiettement des patrimoines fragilise la situation des propriétaires et accroît les possibilités d’achat, du moins pour ceux qui ont les moyens de suivre l’envol des prix, parmi lesquels les grands officiers de finance figurent incontestablement144

  • 145 A.N. M.C. CXXII 303 (12-8-1529, I.A.D. Morelet), papiers, n° 46. Même cas en 1546 avec la moitié d (...)
  • 146 A.N. M.C. XIX 70 (5-1-1532).

55Pour étendre leur patrimoine foncier, ils disposent enfin d’un atout propre à la plupart des riches acheteurs : mettre à profit les opportunités offertes par le système seigneurial, au premier rang desquelles figure le retrait « féodal ». C’est ainsi qu’en 1509 le fief du Chesnoy échoit à Morelet de Museau. Pierre Brethe, qui vient de l’acquérir pour 300 lt, doit l’abandonner à Morelet « en ensuivant la puissance de fief du lieu de Montretout » que détient ce dernier145. Le retrait est mis ainsi au service d’une politique de grignotage et, peut-être, de remembrement. Jehan Laguette partage en 1532 avec sa belle-mère Claude Foucault une importante ferme patiemment constituée par Artus Saligot, son défunt beau-père. 186 arpents ont été acquis dans le cadre de quatorze transactions ordinaires et 81 arpents grâce à sept opérations de retrait féodal146.

  • 147 Vingt-trois actes seulement repérés en quatre ans, de 1525 à 1528 contre 59 actes sur le même laps (...)
  • 148 La seule acquisition ultérieure, les seigneuries de Châteaufort et Jouy-en-Josas, découle d’un leg (...)

56Les grands officiers de finance consacrent une grande énergie à leur politique foncière. C’est pour beaucoup d’entre eux une préoccupation sinon constante, du moins récurrente. Les rythmes d’achats sont largement liés aux opportunités qui se présentent, mais ils dépendent également des contraintes qu’exercent sur l’existence des officiers leurs activités professionnelles. Le ralentissement des achats de Morelet de Museau à partir de 1525, et plus largement la nette diminution des traces qu’il laisse dans le minutier central, tient bien évidemment aux longs séjours qu’il accomplit en Suisse au cours des dernières années de sa vie147. Comment interpréter en revanche la disparition des achats importants de Jehan de Poncher à partir de 1527148 ? La situation moins favorable des grands officiers durant le temps des poursuites peut n’être pas ici sans effet. Les possibilités d’enrichissement se réduiraient, en particulier pour Poncher qui, après une période d’impunité due semble-t-il pour une bonne part à la protection de Jehan de la Barre, finit pendu en 1535. En dehors de ces blocages conjoncturels, les gens de finance multiplient les opérations d’achat : Pierre Legendre, pour ses seules acquisitions à Achères, en réalise 32 entre 1517 et 1524 (dont 13 la première année). Pierre d’Apestéguy constitue sa ferme de la Ronce en onze transactions, de 1535 à 1546. Pour Anthoine Le Maçon enfin, le minutier central garde trace de 22 achats en huit ans (de 1539 à 1546).

  • 149 Un exemple d’échange entre Jaques Bernard et Morelet de Museau, tous deux implantés à l’est de Mea (...)
  • 150 A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier), papiers, n° 162, 594, 596, 597 et 599. Sur les lie (...)
  • 151 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563, I.A.D. Pierrevive) papiers, cotes M, N, Y, Z, AA, BB et CC.

57La dimension procédurière n’est évidemment pas absente de cet effort d’acquisition, et on a déjà vu dans un chapitre précédent que la multiplication des litiges n’effraie pas les grands officiers. Leur position financière solide, l’importance de leurs relations, aussi bien dans le monde des tribunaux que, pour beaucoup d’entre eux, à la Cour sont ici des atouts considérables. Pour autant, quand cela est possible, il est souhaitable de limiter les conflits et, en avançant masqué, de ne dévoiler son jeu que lorsque toute forme de résistance devient sinon inutile, du moins peu dangereuse. D’où l’importance des prête-noms, des achats dissimulés ou des échanges opportuns149. Pour mettre la main sur Che-nonceaux, Thomas Bohier, on l’a vu, a recours à Semblançay. Quand il s’attaque à la seigneurie de Nazelles (près d’Amboise), il se dissimule derrière Pierre Gaultier, receveur des tailles à Argentan, qui lui est tout dévoué. Gaultier acquiert ainsi des membres de la famille Pocé, dans les années 1516-1519, plusieurs morceaux de la seigneurie au profit de Thomas Bohier. La manœuvre de dissimulation va même assez loin puisque, dans des procédures dont, malheureusement, nous ignorons tout, Gaultier se retrouve, en son nom ou comme ayant-droit des Pocé, opposant à une mise en criées décidée à l’initiative de Thomas Bohier…150. Charles de Pierrevive, pour sa part, utilise plusieurs fois les services du conseiller au parlement François Briçonnet. Ce dernier lui sert de prête-nom en 1549-1550 pour acquérir le fief de Berchères. Un peu plus tard, en 1554-1555, Briçonnet met progressivement la main sur la terre de Chenevières-sur-Marne. Au moment de l’hommage, Charles de Pierrevive, probablement comme seigneur de la Queue-en-Brie, demande opportunément le retrait féodal et dédommage Briçonnet. Il est plus que probable qu’ils se sont préalablement mis d’accord sur la répartition des rôles151.

  • 152 Robertet parviendra un peu plus tard à récupérer Villemomble. Notons au passage que cette accumula (...)
  • 153 Son premier achat important, la seigneurie de Cour-sur-Loire, date cependant de 1492 : Congrès arc (...)

58L’importance des moyens disponibles et de la volonté mise en œuvre expliquent sans doute, dans des cas il est vrai peut-être privilégiés, la rapidité avec laquelle un patrimoine substantiel est constitué. Pour Florimond Robertet, les années décisives se situent entre 1505 et 1515 : il achète La Guerche en 1505, Villemomble en 1507, Bury en 1511, reçoit Brou en don en 1509, échange entre 1511 et 1514 Alluyes contre Villemomble152. Il en va de même alors pour Jaques Hurault, vieux serviteur des Orléans, qui acquiert Cheverny en 1504, Vibraye en 1510 et Huriel au début de 1516153. De telles périodes fastes s’articulent avec des phases de consolidation, presque toujours nécessaires, à la fois pour digérer financièrement l’investissement et pour améliorer une position foncière après l’acquisition principale, en remembrant et en poursuivant le grignotage.

  • 154 A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier), papiers, n° 1246, 1231, 641, 1273, 654 et 948.
  • 155 Ibid., n° 835.
  • 156 Ibid., n° 504.
  • 157 Ibid., n° 837-838, 840-859 et 861-893. Cependant la grande majorité des transactions (42 sur 55) o (...)
  • 158 Ibid., n° 604, 606, 633, 635, 653, 828, 903, 908, 915 à 918, 944, 980…
  • 159 Ibid., n° 209, 356, 393, 407, 409, 441, 454 et 1010. Voir aussi A.N. X3a 31 (19-5-1523 et 10-3-152 (...)

59Même avec des phases de réussite spectaculaire, même en exploitant avec succès des opportunités favorables, il faut en effet une forme de constance pour parvenir à constituer un domaine foncier satisfaisant. L’engagement des Bohier à Saint-Cirgues (en Auvergne, à l’ouest d’Issoire) offre un bon exemple d’effort sur plusieurs générations. D’une documentation probablement incomplète à haute époque, on retiendra qu’en 1444 déjà Austremoine Bohier, père de Thomas et Henri, faisait des acquisitions sur le terroir de Saint-Cirgues. Au fil des décennies, avec son frère Anthoine, Austremoine accumule biens et rentes. Parmi les vendeurs et débiteurs figure Yves de Saint-Cirgues, seigneur du lieu154. En 1492, Austremoine Bohier atteint un objectif essentiel : Yves et sa femme Anne de Volpillère lui cèdent « la place, chasteau, maison, pressouer, chappelle et seigneurie du lieu et village de Saint Ciergue » avec les biens et les droits seigneuriaux y afférents155. Austremoine profite brièvement de son triomphe et meurt dans l’année qui suit : son fils Thomas hérite de Saint-Cirgues lors du partage du 18 décembre 1493. Auparavant, Thomas a déjà commencé à étoffer les possessions familiales. Le 28 novembre, il a acquis pour 2 300 lt d’Yves d’Alègre un fief situé sur la paroisse156. En juillet 1494 il commence à racheter les « loges qui soulloient estre dedans la forteresse de Sainct Ciergue et sont de présent comprinses et encluzes dedans le chasteau dud. Sainct Ciergue ». L’opération semble aisée. Elle va en fait se révéler assez onéreuse (en tout environ 1 300 lt), mais surtout très laborieuse. Il va falloir en effet aux Bohier rien moins que 55 transactions pour en venir à bout. En novembre 1523, quelques mois avant sa mort, Thomas Bohier achète encore une loge pour 11 lt. Les deux dernières acquisitions semblent accomplies par son fils Anthoine en 1531-1532157. Pendant ce temps, Thomas Bohier agit sur bien d’autres fronts. Il s’entend avec les Saint-Cirgues, tout en continuant à grignoter leurs biens et ceux des autres habitants, passe un accord avec Robert de Balzac pour éviter un retrait seigneurial, achète dîmes et droits de justice, obtient en don du comte de Montpensier « tous les droictz de ressort, prérogatives, prééminences » que celui-ci détenait à Saint-Cirgues158. Tout ceci n’empêche évidemment pas les litiges de persister et de nombreuses pièces évoquent des procédures opposant Thomas Bohier puis Anthoine Bohier, en particulier au cours des années 1520, à divers membres de la famille Saint-Cirgues/La Volpillère159. Les enjeux précis sont inconnus, mais il est clair que ces affrontements prolongent des « relations » nouées déjà depuis longtemps…

  • 160 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, p. 257. Dans cette p (...)
  • 161 Sur la meilleure résistance des terres et seigneuries du clergé, Jacquart, Crise rurale, p. 115.
  • 162 Soulignée aussi par Mandrou, Fugger, p. 49-50.
  • 163 A.N. M.C. XIX 168 (23-1-1546).
  • 164 I.A.D. Legendre, vol.I, n° 190, 257 et 269.
  • 165 A.N. M.C. XIX 41 (13-12-1516) et 46 (15-12-1518). Parmi les nombreux autres aristocrates concernés (...)

60La noblesse petite et moyenne fait donc comme ici figure, avec la paysannerie, de cible privilégiée des achats fonciers des grands officiers. La part de la propriété utile détenue par les paysans est encore nettement majoritaire, et il est logique que, dans un contexte d’émiettement, bien mis en valeur par exemple pour le Languedoc par Emmanuel Le Roy Ladurie, ils soient les premiers concernés160. De même, les fiefs et seigneuries disponibles sur le marché, objets de la convoitise privilégiée des gens de finance, sont largement issus de la noblesse traditionnelle, d’autant que les biens du clergé sont largement hors du mouvement d’échange161. Cependant il convient d’éviter une vision trop réductrice. Toutes les catégories sociales peuvent être touchées par la politique foncière du groupe à la fois extrêmement favorisé et très réduit qui est le nôtre. Aux paysans petits et moyens, aux simples gentilshommes, il faut alors ajouter bien des types sociaux. Un même acte permet de prendre la mesure de cette diversité162. En 1546 Pierre d’Apestéguy cède à Anthoine Le Maçon la ferme de la Ronce, en Brie. Il lui abandonne ce faisant des biens acquis sur un teinturier de drap du faubourg Saint-Marcel, un marchand-laboureur de la Hous-saye, un marchand de Lagny-sur-Marne, un laboureur et un écuyer de Neuf-moustier et enfin un charron de Tournant. Quant aux fermes du Chemyn et de Landegrenière, cédées lors de la même transaction, Apestéguy les a acquises de Jehan Honeau, prêtre, et de son neveu Guillaume, chapelain de la chapelle ordinaire du Roi, qui demeure à Paris163. Le milieu des honorables hommes des villes est lui aussi touché comme le montrent certaines familles dépouillées par Pierre Legendre, de Michel Boyleaue marchand et bourgeois de Paris, fortement endetté, aux marchands bouchers de Poissy qui lui abandonnent une partie de leurs herbages164. L’ampleur de leurs moyens permet également aux gens de finance d’acquérir parfois des biens de grands aristocrates. Ainsi « haut et puissant seigneur » Anthoine de Luxembourg, après avoir échangé avec Florimond Robertet sa terre d’Alluyes contre celle de Villemomble (plus 14 000 lt de soulte) entre 1511 et 1514, est-il amené à revendre cette dernière au changeur du Trésor Jaques Charmolue dès 1516165.

Le dépouillement d’un lignage par les achats de Charles de Pierrevive

Le dépouillement d’un lignage par les achats de Charles de Pierrevive

61Note : ne sont évoqués dans chaque famille que les membres concernés par les transactions.

62Source : A.N. M.C. LXXXVII, 64 (14-7-1563) – les lettres en gras correspondent aux cotes des actes concernés dans l’inventaire des papiers.

  • 166 On note même, à la génération intermédiaire, deux alliances avec de grands officiers de finance, J (...)

63On retrouve donc parmi les « victimes » des individus appartenant à des groupes globalement bénéficiaires des transferts de propriété : marchands laboureurs ou bourgeoisie urbaine par exemple. Il ne faudrait pas pour autant en tirer des conclusions excessives, en raison même de la perspective qui est ici la nôtre et qui vise seulement à montrer l’aptitude exceptionnelle des grands officiers de finance à s’attaquer aux cibles les plus variées, quand la possibilité leur en est donnée. L’un des phénomènes les plus révélateurs en ce domaine se produit lorsque la documentation nous permet d’assister au dépouillement d’un lignage par un autre au sein même du monde des offices. Et il ne s’agit pas ici d’un accident, consécutif à des poursuites par exemples, mais de l’illustration très concrète des difficultés d’un clan familial, même prestigieux, à résister au morcellement de son patrimoine. Qu’un acheteur riche et patient se présente, et, pièce à pièce, il récupère les éléments dispersés. C’est le cas pour les descendants de trois officiers en vue, tous trois notaires et secrétaires du roi, dont deux, Clérambault de Champanges et Macé Picot sont en outre officiers comptables, et le troisième, Martin le Picart, devient maître des comptes. Leurs enfants se sont unis entre eux et leurs petits-enfants, l’un après l’autre, vendent à Charles de Pierrevive des éléments du patrimoine familial en Brie (voir schéma p. 255). Le phénomène ne peut d’ailleurs pas s’expliquer par une désertion du service du roi puisque, sur les neuf hommes concernés par ces transactions, sept sont officiers de justice ou de finance166. La vieille bourgeoisie d’office parisienne elle-même peut donc parfois être la victime des assauts d’hommes entreprenants.

  • 167 Sur ce sujet voir par exemple les remarques de Chevalier, Tours, p. 499-500 et Gascon, Grand comme (...)
  • 168 À titre d’exemple le rachat à Jaques Hurault (pour 12 000 lt) des terres de Marcheville et « Ville (...)
  • 169 On cherche parfois à s’en prémunir par un accord, comme Thomas Bohier à Saint-Cirgues : A.N. M.C. (...)
  • 170 A.N. M.C. XIX 49 (18-3-1521, par erreur classé au 18-8-1520) et 176 (13-11-1548) ; Chevalier, Tour (...)
  • 171 B.N. Carré d’H. Hurault, p. 210.

64Pour autant leur offensive foncière n’est pas toujours irrésistible. Ce n’est probablement pas l’étroitesse relative du marché foncier (en particulier, dès la fin du 15e siècle, pour les seigneuries)167 qui fait problème. L’ampleur géographique de l’intervention des gens de finance, l’importance de leurs moyens et la faiblesse de leur effectif relativisent cet obstacle. En revanche, il ne faudrait pas s’imaginer que toutes leurs tentatives sont couronnées de succès. Déjà les développements qui précédent ont fourni des exemples d’échecs en raison des vicissitudes de la destinée de certains acheteurs. Il arrive aussi que les terres grevées, voire acquises moyennant un droit de rachat, soient dégagées ou reprises par des vendeurs qui ont rétabli leur situation168. La résistance des « victimes » ou de leur famille est généralement tenace, et d’autre part la concurrence est souvent rude, et parfois victorieuse. Ainsi l’arme du retrait, aussi bien li-gnager que féodal, se retourne régulièrement contre les grands officiers, et les oblige à reculer. Si le retrait féodal est parfois possible169, le plus menaçant est incontestablement le retrait lignager : les victimes n’en sont pas rares, de Morelet de Museau en Lodunois en 1521 à Jehan Laguette, auquel les seigneuries de Rugles et Bailly échappent rapidement, sans parler des complexes circuits de la seigneurie de Colombiers170. Et les procès fleurissent, qui mettent en cause ayant-droits, cohéritiers et autres parents réels ou supposés et fragilisent, au moins temporairement, la situation des acheteurs. Lors du partage des biens de Jaques Hurault, la seigneurie de Vibraye échoit à Raoul, son fds aîné, à la charge du procès intenté par dame Aymar Joffroy, pour un retrait par elle prétendu sur cette terre, et de celui que poursuit un certain Poultran, époux d’une autre Joffroy, qui réclame un tiers de ladite seigneurie171.

c. Géographie des patrimoines

  • 172 Voir par exemple A.N. M.C. VIII 81 (27-11-1555). L’ensemble comprend sans doute également les seig (...)

65Certains grands officiers de finance parviennent à constituer un patrimoine foncier relativement groupé. Une politique d’achats locaux vigoureuse et persévérante les met au nombre des seigneurs les plus en vue d’un assez large espace. La réalisation d’une telle nébuleuse seigneuriale est bien connue pour Pierre Legendre : dans le Vexin, sur le territoire de trois cantons actuels (ceux de Chaumont, Magny et Marines), spécialement dans les environs immédiats de Magny, il récolte les fruits d’une action entamée par son père et étalée sur plus de quatre décennies. Charles de Pierrevive atteint un objectif du même ordre, après une offensive d’une vingtaine d’années, sur un petit secteur de la Brie. Il est en effet solidement implanté de part et d’autre de la forêt de Notre-Dame : au nord à Pontault, la Queue-en-Brie, Amboille (aujourd’hui Or-messon) et Chennevières-sur-Marne, au sud à Lézigny, Férolles et Attilly. En Auvergne, un autre ensemble peut être mis en évidence avec les possessions des Bohier à l’ouest d’Issoire. Thomas et son fils Anthoine ont mis la main sur une série de seigneuries le long de la couze de Pavin (Saurier, Saint-Cirgues, Chidrac et Perrier), de la couze de Chambon un peu au nord (Champeix) et entre les deux (Pardines). Saint-Cirgue (qui devient baronnie, apparemment vers la fin des années 1530) constitue le cœur de cet ensemble dont aucun élément n’est à plus de huit km d’elle172.

  • 173 Voir les remarques de Moriceau, Fermiers, p. 87-88, 245 et 485 et de Bottin, Seigneurs et paysans,(...)
  • 174 A.N. M.C. XIX 168 (23-1-1546).

66La dimension économique n’est pas forcément absente d’une telle démarche de concentration : en effet la proximité facilite certainement la gestion. Cependant, au niveau où se situe ici le regard, on assiste avant tout à la juxtaposition de cellules d’exploitation et d’autorité (via le système seigneurial), non à leur fusion. Si le rassemblement foncier peut être assez spectaculaire, les fiefs acquis constituent les noyaux d’exploitations autonomes et les opérations de remembrement sont beaucoup plus délicates173. Même si le phénomène est moins aisé à saisir, il n’est pas impossible de repérer des opération de constitution ou de renforcement d’exploitations. La ferme de la Ronce, déjà évoquée, offre ici encore un fort bon exemple174. Rien ne permet cependant d’affirmer que l’addition des marchés de terre aboutit à une exploitation agricole bien remembrée. Du moins est-elle plus grande, et des échanges judicieux peuvent permettre à terme de la rendre plus homogène. D’autre part, les nombreuses indications de détail qui montrent que les grands officiers figurent déjà parmi les tenants et aboutissants de terres nouvellement acquises soulignent leur volonté d’agrandir les parcelles qui préexistent à leur intervention.

67Quelle que soit l’échelle retenue, les atouts de la concentration paraissent évidents… et, qui plus est, cumulatifs : la présence d’agents sur place améliore l’information sur le marché foncier alors même qu’une position de force déjà établie peut faire hésiter d’éventuels concurrents. L’arme du retrait « féodal » joue aussi plus fréquemment. L’implantation concentrée peut également inciter à acquérir des charges locales prestigieuses, pouvant aller jusqu’à la fonction de bailli. Elles sont toujours utiles pour un acquéreur potentiel. Bref, là où l’on est déjà puissant, les opportunités sont plus nombreuses et plus aisées à saisir. Sauf à mesurer un phénomène : la résistance spécifique du milieu local visant à contrer, dans la mesure du possible, le gros acheteur qui dévore tout.

  • 175 Ce qui n’empêche évidemment pas des « remembrements » familiaux pour éviter un trop grand émiet-te (...)
  • 176 Suivant une même logique, il a aussi acquis une maison à Toulouse : A.N. M.C. VIII 222 (31-12-1555 (...)

68À la mort de Charles de Pierrevive, ses possessions briardes, toutes voisines, représentent l’essentiel (72 % en valeur) de son patrimoine terrien. En fait il est peu fréquent que les grands officiers multipropriétaires puissent, comme lui, concentrer sur un secteur précis une part aussi considérable de leurs biens. Les héritages jouent un rôle important dans cette dispersion. Ils expliquent ainsi en 1563 la présence chez Charles de Pierrevive d’un patrimoine lyonnais non négligeable : il lui vient de la récente succession de son frère Anthoine, décédé en 1559-1560. A une moindre échelle, c’est aussi par ses parents et sa femme que Jaques Bernard, qui a visiblement choisi d’investir avant tout en Brie, se retrouve posséder ou gérer des biens aux environs de Chartres, de Châteaudun, de Pithiviers et d’Orléans175. Mais la dispersion tient aussi au fait que beaucoup d’officiers saisissent les opportunités là où elles se présentent, en un temps où elles se sont réduites par rapport à la fin du Moyen Age. Certains cherchent parfois à exploiter les informations qu’ils peuvent obtenir dans leur circonscription d’exercice. Henri Bohier, général de Languedoc, Dauphiné et Provence est ainsi, dans sa génération, l’un des très rares grands officiers à acquérir des seigneuries dans le sud du royaume : deux en Dauphiné (Serpaize et Les Esparres) et une en Toulousain (Castelnau d’Estrèves)176. À la veille des poursuites, son patrimoine est alors l’un des plus éclatés du groupe, puisqu’il concerne également l’Anjou, la Touraine et le Bourbonnais.

  • 177 Biget, Cœur, p. 13.
  • 178 C.A.F., t. VI n° 19952 et t. II n° 6746 ; B.N. P.O.2655 (Savoie) n° 43.

69Trouver une logique à la géographie du patrimoine, à partir du moment où elle ne rentre plus dans les beaux schémas des efforts de concentration, des pesanteurs familiales ou de l’attraction parisienne, sur laquelle on reviendra plus loin, est souvent délicat. Que conclure ainsi des « diagonales » que constituent les possessions de Jehan de Poncher du Saumurois au Multien (avec, il est vrai, une densité nettement plus forte entre pays chartrain et Hurepoix), ou celles de Raoul Hurault du Maine au Bourbonnais ? Pour ces hommes qui n’ont plus d’activité marchande, il ne peut être question, comme pour Jacques Cœur, de chercher à jalonner certains itinéraires commerciaux177. Bien sûr, les origines géographiques ne sont pas pour rien dans la localisation d’une part très importante des patrimoines dans un triangle délimité par l’Auvergne, le Maine et l’Ile-de-France. Mais à l’intérieur de ce vaste espace, en l’absence de documents précis sur les intentions des acteurs, les réponses manquent pour éclairer précisément les localisations. A moins que la principale réponse, déjà suggérée, ne soit dans la simple saisie d’opportunités raisonnablement éloignées des lieux de résidence et d’activité professionnelle des officiers et des lieux de pouvoir de la monarchie. L’exemple de l’implantation normande de Charles du Plessis, au cours des années 1530, illustre bien ce phénomène : en 1530, il rend hommage pour la seigneurie de Rouvray (à Saint-Étienne-de-Rouvray, près de Rouen) et, quatre ans plus tard, il est également cité comme seigneur de La Bruyère et Graimbouville dans la vicomté de Montivilliers178. Or rien, ni attache familiale, ni alliance, ni tâche professionnelle, ni relations d’amitié ou de clientèle ne permet de faire apparaître un lien entre Charles du Plessis et la haute Normandie, où ses investissements sont importants (près de 10 000 lt pour La Bruyère et Graimbouville seulement). Force est donc de conclure, en l’absence d’autre piste, que du Plessis achète là où l’opportunité lui est donnée. La priorité ici c’est l’acquisition et non la localisation.

  • 179 Voir l’exemple de Lyon dans Gascon, Grand commerce, p. 815.
  • 180 La localisation sarthoise fournie pour les terres de Morelet par L. et S., t. II, n° 479 est erron (...)
  • 181 Greengrass, Property and politics, passim.
  • 182 Voir sur ce point chapitre VI, p. 427.

70Pour la dispersion de leur patrimoine, la situation des grands officiers de finance, du moins pour ce qui concerne les hommes en vue, ne peut être comparée qu’à celle de la haute noblesse et de l’aristocratie. Corollairement, il n’est pas d’exemple, parmi les groupes issus du dynamisme urbain, d’un tel détachement par rapport à la ville. Certes, bien des terres et seigneuries ne sont pas trop éloignées d’un centre urbain, mais celui-ci n’est pas toujours, loin s’en faut, lieu de résidence de l’officier propriétaire. Et on peut également énumérer beaucoup de biens fonciers situés en pleine campagne à une époque où l’emprise foncière des citadins se réduit à une étroite auréole autour de leur propre ville179. Ainsi dans l’est du Haut-Maine, Vibraye et son satellite Lamnay, qui appartiennent aux Hurault, ou, plus au nord, les possessions de Julien Bonacorsi à la Fresnaye-sur-Chédouet. Dans le Bas-Maine deux importantes seigneuries de Morelet de Museau (Le Bourgeau et la Macheferrière), se situent entre Craon et Laval180. Cette prise de distance par rapport à un enracinement urbain précis va tout à fait dans le sens de la grande mobilité professionnelle des gens de finance. En revanche, la rupture dans le rythme des acquisitions est radicale par rapport à la haute noblesse. Bien sûr, au niveau le plus élevé, un Anne de Montmorency s’avère un prodigieux rassembleur de terre181. Cependant la plupart des grands nobles sont avant tout des héritiers. Or, pour les officiers de finance, la course à la réussite sociale passe généralement par une très rapide accumulation de biens fonciers. Le désir de constituer très vite un tel patrimoine les contraint à élargir le champ de leurs investigations immobilières. Leur âpreté peut d’ailleurs provoquer une véritable crispation nobiliaire à leur encontre182. Ainsi, en matière foncière, si le rapport à l’espace des grands officiers de finance peut être rapproché de celui de la plus haute noblesse, le rapport au temps distingue profondément les deux groupes.

  • 183 Un pourcentage plus précis est difficile à avancer en raison de cas délicats, tel celui de Jehan S (...)

71L’éclatement des terres et des seigneuries entre plusieurs provinces est donc largement répandu : il concerne environ 60 % des détenteurs de plusieurs seigneuries183. Cependant un certain nombre d’officiers, sans parler des commis, ont des horizons fonciers qui se circonscrivent à une seule province, voire à un secteur limité de celle-ci. Cela vaut ainsi, au début de la période, pour Jehan Prunier en Touraine ou Jehan Lallemant l’aîné en Berry. Mieux encore, il existe au moins un incontestable ténor pour faire exception à cette dispersion : c’est Jaques de Beaune lui-même, qui n’achète qu’en Touraine, à la Carte, à Semblançay et à Montrichard. Cette dernière localité, un peu à l’écart de Tours se situe en revanche à proximité d’Amboise et Blois, et donc au cœur de la géographie du pouvoir de la France de la première Renaissance. Situation quasi idéale dans les années 1510-1520 pour un homme très proche du roi. Mais il est clair que la polarisation tourangelle de Semblançay tient probablement surtout à une stratégie sociale réfléchie, qui concentre sur la région d’origine les principaux éléments d’ascension, de l’office de bailli et gouverneur de la province à la charge d’archevêque de Tours d’un des fils.

  • 184 Voir Hamon, Argent du roi, p. 274-277.

72Le caractère multirégional du patrimoine foncier des grands officiers, d’abord nettement dominant, est un trait en net recul au milieu du 16e siècle. Ceci va évidemment de pair avec la régionalisation des charges et la relation plus étroite entre circonscription d’exercice, implantation patrimoniale et résidence184. Les exemples ne manquent pas alors, non seulement chez les receveurs généraux (de Jehan Fournier en Touraine à Girard Sayve en Bourgogne, d’Anthoine de

  • 185 Pour ce dernier, un doute subsiste cependant : une source généalogique mentionne en effet la posse (...)

73Cériers en Auvergne à Artus Prunier en Dauphiné) mais aussi chez les généraux, avec Jehan d’Estourmel (général d’Outre-Seine) en Picardie, Philippe Merlan en Bourgogne, Claude de Bourges (général de Piémont-Savoie) en Lyonnais, ou Pierre de Secondat en Agenais et Armagnac185. Même Gilbert Bayard, ancien général devenu secrétaire des finances et conseiller au conseil privé, qui dispose d’une surface politique exceptionnelle, concentre toutes ses possessions entre le sud du Bourbonnais et le nord de l’Auvergne sur un axe Riom/Saint-Pourçain.

  • 186 La seigneurie de « Montarvit en Dauphiné » n’a pu être localisée. Celle d’ » Agnières » correspond (...)
  • 187 Ses possessions sont réparties en trois pôles. Au sommet du triangle, Monchy-Lagache, près de Péro (...)

74Pour autant, l’ancrage dans une région n’entraîne pas forcément une polarisation des biens. Si les grands officiers ne sont plus désormais comparables à l’aristocratie, la dispersion provinciale de leur patrimoine les rapproche du moins de la bonne noblesse. Artus Prunier, trésorier et receveur général de Dauphiné, peut ici fournir une illustration éclairante. Ses seigneuries ne sortent pas du cadre de la vaste province où il exerce. Mais elles se répartissent dans un rayon considérable autour de Grenoble : Saint-André-en-Royans, près de Saint-Marcellin, est à 32 km au sud-ouest, Virieu est à 40 km au nord-ouest (et à 46 km au nord de Saint-André). La Bussière et Bellecombe enfin, dans le Grésivaudan, sont à 30 km au nord-est de Grenoble186. Le cas d’Anthoine de Lamet serait du même ordre en Picardie… si le général d’Outre-Seine n’appartenait pas déjà précisément, de par sa naissance, à la bonne noblesse de la province187.

  • 188 Pour le Hurepoix, voir Jacquart, Crise rurale, p. 73-74.
  • 189 Par exemple en 1525 pour une pièce de terre de 180 arpents : A.N. M.C. XIX 58 (14-7-1525).
  • 190 A.N. M.C. XIX 59 (3-11-1526).
  • 191 A.N. M.C. CXXII 16 (15-1-1530).

75Cette « régionalisation » réduit, sans la faire disparaître, l’attraction exercée par l’Ile-de-France. L’implantation des grands serviteurs de la monarchie dans les campagnes proches de la capitale est un phénomène bien connu et déjà sensible à la Renaissance188. Il concerne bon nombre de grands officiers de finance. Parmi les familles déjà solidement implantées au début du 16e siècle figurent tout d’abord celles qui sont parisiennes depuis plusieurs générations (Legendre, Neufville, Duval, Spifame). Pour ceux qui investissent alors la capitale et ses environs en provenance de la Touraine ou de l’Auvergne, les alliances jouent à l’évidence un rôle important dans le processus d’implantation puis d’enracinement : cela vaut pour une dizaine d’officiers. Mais, quand il est possible de suivre le processus dans le détail, l’alliance, malgré son utilité, n’est pas forcément le seul élément ni même le point de départ. Ainsi Jehan Laguette, dont la famille est originaire du Cotentin et du Bessin, fait-il probablement ses premiers pas en Brie au service de Morelet de Museau : il est en effet son procureur pour des achats fonciers dans la province189. La première trace de sa propre implantation en Brie date de 1526 : cette année-là il acquiert pour 600 lt l’office de gruyer, maître et sergent de la forêt de Crécy-en-Brie190. Laguette est destiné à devenir le gendre de Morelet, son maître, mais l’affaire échoue finalement en 1529. Au début de 1530, il achète pour la première fois de la terre en Brie191. Cette transaction précède de quelques mois son mariage avec Marie Saligot (par ailleurs nièce de la première femme de Morelet…), qui lui apporte, avec Monceaux près de Meaux, une première seigneurie briarde. De nouvelles acquisitions suivront bientôt dans le même secteur.

  • 192 Précisément la Brie la plus proche de Paris : haute Brie champenoise autour de Meaux et Brie franç (...)
  • 193 Avec parfois des « surévalutions » dont il faut se garder. Loys de Poncher est ainsi plusieurs foi (...)

76Pour des raisons difficiles à cerner, qui tiennent peut-être à une moindre place de la propriété ecclésiastique, la Brie est de fait la région la plus densé-ment touchée par les implantations des gens de finance192. Près d’une vingtaine de grands officiers y contrôlent, plus ou moins durablement, plus d’une quarantaine de seigneuries, sans compter bon nombre de fiefs de moindre envergure193. Pour autant, les officiers originaires de provinces lointaines ne se contentent pas d’achats aux portes de la capitale. Pour certains, c’est tout le Bassin Parisien qui sert de nouveau terrain de chasse, y compris vers le nord et l’est. Geoffroy de La Croix, loin de son Languedoc originel, ne néglige certes pas les environs de Paris. Grâce à son premier mariage, avec Philippe Marcel, il est maître de la seigneurie de Vaux-le-Pénil dans la banlieue de Melun. Au nord-est de Paris, plus près encore de la capitale, il acquiert, en Goële, Ville-neuve-sous-Dammartin. Mais ses implantations s’élargissent aussi considérablement, en Champagne (avec Plancy, près d’Arcis-sur-Aube), en Picardie, à l’ouest de Creil (Bouqueval) mais aussi au nord de Compiègne (Ricquebourg et La Neuville-sur-Ressons) et même, un temps, en Ponthieu.

  • 194 A.N. Y 106 f° 262.

77Pour l’ensemble des officiers de finance cependant, l’attraction parisienne est à relativiser. Beaucoup d’entre eux, y compris dans la génération des plus spectaculaires réussites, n’ont pas d’implantation autour de Paris. Ici Semblançay se trouve en bonne compagnie, avec Philibert Babou, Thomas Bohier ou les Hurault. Même l’influence des alliances est à nuancer : Henri Bohier, époux de Claude Picot, qui appartient à un lignage fort implanté autour de la capitale, n’en profite nullement. Il ne s’agit pas non plus d’une simple question de génération : parmi de plus jeunes, ni Claude Breton, ni Anthoine Bohier de la Chesnaye, ni Gilbert Bayard, ni Martin de Troyes ne font d’acquisitions en Ile-de-France. Il est peu probable que le possible encombrement du marché « francilien » puisse expliquer un tel comportement tout au long de la période : aux portes mêmes de Paris, vers 1550, Charles de Pierrevive peut encore se tailler un fort beau domaine. Pour ceux qui peuvent aspirer à des châtellenies, voire des baronnies, il est possible que le marché soit plus accessible en province, en particulier là où ils sont déjà implantés, et que cela les détourne des environs de la capitale. Cependant une part doit être laissée aux inconnues du choix personnel, ainsi pour Julien Bonacorsi, qui réside souvent à Paris mais ne saisit une opportunité d’achat que dans le Maine, tout en conservant encore des biens dans sa Toscane originelle194.

  • 195 À terme Jehan fait le même parcours qu’Artus : implanté à Lyon, il investit dans sa nouvelle régio (...)
  • 196 A.N. M.C. VIII 222 (31-12-1555). Anthoine n’a pas pu remettre la main sur l’autre seigneurie dauph (...)

78De fait, les pesanteurs (et les opportunités) liées aux origines géographiques et aux investissements des générations précédentes jouent un rôle non négligeable. Cela vaut tout d’abord pour les Parisiens, qui se contentent presque tous d’investir dans les campagnes proches (Pierre Legendre, Nicolas de Neufville, Nicolas Le Coincte, Jaques Marcel, Jehan II Duval). Si les provinciaux ont des comportements plus diversifiés, rares sont ceux qui coupent les ponts avec leur région d’origine. Lorsque cela se produit il s’agit, dans tous les exemples disponibles, d’individus qui n’ont jamais possédé de seigneuries, et souvent pas de biens fonciers autour de leur cité natale. Lambert Meigret, Geoffroy de la Croix ou Loys de Poncher, venus de Lyon, Montpellier et Tours, sont tous trois dans ce cas : leur seul horizon rural est désormais celui des campagnes proches de la capitale ou, au plus, du Bassin Parisien. Henri Bohier de son côté a déserté l’Auvergne pour des achats répartis dans tout le royaume. Quant à Artus Prunier, il vient depuis la Touraine s’implanter en Dauphiné et abandonne tout intérêt pour la vallée de la Loire. Cette « rupture » découle avant tout de choix familiaux. D’autres héritiers, frères bien souvent, reprennent, quand il existe (ce qui n’est apparemment le cas ni des Meigret ni des Poncher), le patrimoine foncier rural laissé par la génération précédente. Chez les Bohier, c’est Thomas qui hérite des biens près d’Issoire. Dans le cas des Prunier, Jehan, frère d’Artus, reçoit la seigneurie paternelle de Fouchaut entre Langeais et Villandry195. Pour les La Croix enfin, Louis, Pierre et Jehan, frères de Geoffroy, détiennent effectivement des seigneuries autour de Montpellier. Ces quelques individualités constituent une exception : la règle, du bas-normand Laguette au lyonnais Bullioud, du tourangeau Testu au bourguignon Serre, semble bien être la conservation ou, si nécessaire, la constitution d’une implantation seigneuriale dans le « pays » d’origine. L’attachement à l’héritage familial, dans certains cas extrêmes, peut aller plus loin. C’est sans doute lui qui pousse Anthoine Bohier de la Chesnaie, fils d’Henri Bohier, à racheter la seigneurie dauphinoise des Éparres (au sud de Bourgoin-Jallieu), un temps possédée par son père196. Ce dernier avait dû la vendre pour solder son amende envers le roi. Fidélité étonnante, emblématique du désir d’un fils de marcher, même dans une province où il n’a aucune attache, sur les traces de son père, emblématique également des capacités de rebond du milieu, rendues possibles par l’importance des fonds disponibles et donc celle des moyens d’investissement.

B. BILAN : DES PATRIMOINES EXCEPTIONNELS ?

1. Des estimations délicates

79Au terme de ces longues études sectorielles, il peut paraître étrange de commencer un bilan par un nouveau développement méthodologique. Les investigations qui précèdent n’ont-elles pas déjà mis en évidence l’ensemble des difficultés concernant la mise au jour des patrimoines, et particulièrement celles qui touchent à leur évaluation ? Il est aisé de montrer que, si beaucoup a été dit, certains problèmes ont été jusqu’ici délibérément évités. Il est temps d’en venir à eux, même si, avouons-le d’entrée de jeu, les interrogations qu’ils suscitent ne seront pas pleinement satisfaites, loin s’en faut. Au départ, la signification même de la notion de « fortune » nécessite quelques éclaircissements, en un temps où les critères de hiérarchie et de valeur ont parfois une logique qui cadre mal avec nos classifications. Ici cependant, dans le milieu des grands officiers du moins, le terrain semble bien balisé. La notion est présente dès l’époque, et elle a, semble-t-il, le sens que nous lui donnons aujourd’hui, combinant biens meubles et immeubles. Rien ne s’oppose à ce que ses diverses composantes soient toutes converties en équivalent monétaire, et plus précisément en unité de compte, y compris les droits honorifiques. Certes, une même quantité d’argent, selon qu’elle prend la forme d’un tonnelet de pièce ou d’une seigneurie, n’a pas, dans l’absolu, la même valeur sociale. Mais du moins l’échelle monétaire peut-elle légitimement s’appliquer dans les deux cas, ne serait-ce que pour permettre des comparaisons car il n’y a de fortune significative qu’au sein d’une échelle des fortunes.

  • 197 Pour le 17e siècle, la question est clairement posée par Dessert, Argent, p. 115-119. Avec une doc (...)
  • 198 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) papiers, cotes XX et XXX.

80Pour disposer d’une estimation fiable, il est une soustraction que l’historien souhaiterait faire avec précision : celle du passif des gens de finance, qu’il s’agisse des rentes qui grèvent leurs revenus ou des « debtes passives » qu’ils ont contractées197. Leur existence est bien sûr avérée, mais les chiffres se dérobent largement. Ainsi des rentes de Charles de Pierrevive. Son inventaire nous permet clairement de déterminer son actif (27 670 lt de capital), mais la seule allusion faite à une rente vendue par le couple (350 lt pour un capital de 4 200 lt) fait-elle le tour du passif en ce domaine ? C’est possible, mais pas certain198. Or les documents judiciaires, utiles au 17e siècle pour faire apparaître les passifs, se dérobent à la Renaissance.

  • 199 B.N. Carrés d’H. 291 (Le Gendre) p. 38 (15-11-1524) et 50 (Babou) p. 40 (9-9-1557).
  • 200 A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529, I.A.D Charlotte de Poncher), papiers, n° 1321.
  • 201 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault), p. 225 (6-8-1528).

81Il ne reste plus que le recours aux éléments ponctuels, appuyé sur la connaissance du milieu, pour tenter de dégager une impression d’ensemble. L’hypothèse d’un passif très limité par rapport à l’actif me semble, pour la grande masse des hommes concernés, la plus probable. Dans les quelques testaments disponibles, le sujet n’est parfois même pas évoqué, ainsi pour Pierre Legendre et Philibert Babou199. Pour Geoffroy de La Croix, on ne connaît que le chiffre global du compte d’exécution du sien, soit 1 672 lt200. S’il inclut – mais cela n’est évidemment pas sûr – le remboursement des dettes, leur montant apparaîtrait comme des plus limités. Dans son testament enfin, Raoul Hurault, peu avant de mourir en Campanie, affirme : « Quant à moy, je ne pense rien debvoir en ce monde, il n’y a que les cedulles baillées aux banquiers pour le service du Roy dont je ne maniay jamais escu et n’en doibt riens »201.

  • 202 Lettre du 9 août 1527 en fac-similé entre les pages 260 et 261 de Spont, Semblançay.
  • 203 Voir Hamon, Argent du roi, p. 205-211.
  • 204 Voir chapitre 3, p. 199. Pour deux listes de créanciers à la succession de Jehan de l’Espinay, B.N (...)

82Le seul problème sérieux en matière de passif est ici posé par l’argent emprunté pour le service du roi. C’est aussi ce qui taraude Semblançay à la veille de sa mort lorsqu’il supplie le roi : « Vous plaise me faire acquicter pour ce que j’ay empruncté pour vostre service »202. Dans ce cas de figure, ce n’est pas le patrimoine même de l’officier qui est grevé, mais bien celui du roi. Quand il emprunte pour le monarque, l’homme de finance donne sûrement parfois son bien en garantie, paye parfois directement des intérêts. Mais, à part sans doute le cas exceptionnel de Semblançay, il paraît acquis que ce rôle d’intermédiaire est très réduit à l’époque pour les grands officiers203. Il y a cependant sûrement des créanciers privés parmi ceux qui s’opposent aux criées des biens des victimes des poursuites royales204. Les sources ne permettent malheureusement pas de les connaître et de savoir quelle proportion ils représentent parmi ces opposants. Dans le cas de Semblançay, il est probable que beaucoup sont surtout des créanciers indirects de la monarchie qui est alors lourdement endettée envers celui-ci.

  • 205 Cependant la faiblesse de la dot de sa fille Gabrielle, qui se marie peu de temps après, est peut- (...)
  • 206 A.D. Loire-Atlantique B 51 f° 373.
  • 207 A.N. J 958 n° 38.
  • 208 B.N. Dupuy 623 f° 28.
  • 209 Deux dettes repérées, l’une de 1 900 lt et l’autre de 520 lt : A.N. M.C. VIII 175 (4-3-1535) et CX (...)

83Il serait étonnant cependant que la position des grands officiers soit toujours enviable. L’ampleur des investissements, les rivalités internes, les aléas familiaux ou professionnels ont sûrement conduit l’un ou l’autre d’entre eux dans des passes délicates. Mais aucun dossier solide ne peut être ici présenté. Il semble cependant que la résistance des individus ou des familles soit grande, en raison d’une situation plutôt saine financièrement. Même le receveur général Jehan Sapin, le seul à prendre la fuite non parce qu’il est sous le coup d’une arrestation, mais parce qu’il ne parvient plus à faire face à ses échéances comme receveur général, semble se rétablir finalement sans trop de difficultés, sans faillite en clair205. Mais les limites de l’information empêchent sans doute parfois de mettre au jour des situations critiques. Ainsi quand en 1527 le roi fait allusion à deux domaines saisis sur le défunt trésorier de Bretagne Jehan de l’Espinay, il les décrit comme « ypotecquez et obligez de beaucoup plus qu’ilz ne le vallent »206. Mais la charge qui pèse sur eux découle-t-elle de la situation privée de l’Espinay ou a-t-elle un lien avec les finances royales ? Et dans ce dernier cas, est-ce que les terres de l’Espinay servaient à garantir des emprunts ou bien sont-elles simplement victimes des poursuites lancées par la monarchie, qui réclame des comptes au défunt trésorier ? Pour trois autres officiers faisant l’objet de poursuites, des informations plus précises vont dans le sens d’un passif limité. Dans la réponse que le tuteur des enfants de Gaillard Spifame rédige à propos de l’estimation de la fortune du défunt faite par les agents de la Tour Carrée, celui-ci prend soin de souligner qu’il faut « payer les debtes dud. feu général […] qui montent plus de quinze mille livres »207 Le chiffre, probablement exagéré par le tuteur, n’est pas négligeable. Cependant, s’il est exact, il ne doit pas représenter 10 % de l’actif de Spifame. Dans le cas de Morelet de Museau, lorsque ses terres sont prêtes à être vendues aux enchères, en 1535-1536, Loys Caillaud se réjouit car « le bien dud. Morelet est nect, et n’y aura opposant […] et me semble que les criées seront plus faciles à vuyder »208 Il est vrai que certaines dettes ont pu être remboursées depuis la mort de Morelet (en 1529), en particulier avant la saisie royale de 1532. Enfin, l’ensemble des données disponibles pour évaluer la situation financière de Jehan Grolier au milieu des années 1530 plaide pour un passif réduit, alors que, dans le même temps, les traces de ses créances sont nombreuses209.

  • 210 Cité par Spont, Semblançay, p. 114 note 1.
  • 211 A.N. J 958 n° 10. Les enfants du premier lit ont renoncé (dès avant 1532) à la succession paternel (...)
  • 212 La terre n’est pas évaluée en A.N. J 958 n° 34. En B.N. Dupuy 623 f° 84, Katherine Hurault, veuve (...)
  • 213 Voir plus haut p. 242. Il passe de 92 000 à 109 000 lt.

84Il est d’autre part délicat de déterminer ce qu’il faut précisément intégrer dans ces actifs. Une formule de Jaques de Beaune, évoquant sa situation vers 1494, pose bien le problème. Il se dit en effet « riche de luy et de ses prédécesseurs, et à cause de sa femme »210. Ses biens propres, fruits de ses héritages et de son labeur, ne font pas de difficulté. Il n’en va en revanche pas de même pour ceux de son épouse. Faut-il systématiquement intégrer les biens des conjoints quand une estimation est faite, ou les compter à part ? Lorsque les gens de la Tour Carrée, poursuivant Morelet de Museau et son fils Anthoine, évaluent leur fortune immobilière respective, ils font ainsi le départ entre les biens paternels (confisqués par le roi) et ceux qui viennent à Anthoine par Marie Saligot sa mère, première épouse de Morelet211. Cette évocation explicite tient au fait que, contrairement aux autres descendants de grands officiers, Anthoine Morelet est poursuivi en son nom propre comme trésorier des Ligues Suisses. Dans les autres cas, les biens de l’épouse ne sont tout simplement pas cités, comme la seigneurie d’Esclimont, qui fait partie des propres de la femme de Jehan de Poncher, et que les saisies ne prennent donc pas en compte212. Les conséquences chiffrées sont évidentes. Ainsi en intégrant à la fortune de Morelet les terres et seigneuries de Marie Saligot, on lui fait franchir la « barre » des 100 000 lt de fortune foncière rurale213.

  • 214 Défaut qui se combine avec l’hétérogénéité fondamentale des sources, par exemple pour les récollec (...)

85La question paraît alors simple : il faut choisir entre l’intégration ou la non-intégration. Considérer les femmes comme de simples vecteurs de circulation des biens ou au contraire insister sur leur relative autonomie juridique et économique, privilégier l’individu, le couple ou la cellule familiale, se placer dans une optique successorale ou bien dans celle de la gestion du vivant du mari : les éléments de réflexion ne manquent pas pour ouvrir le débat. Mais c’est aller trop vite en besogne car c’est en amont, dans le travail d’estimation et de comptage, que se situe l’obstacle majeur : il est beaucoup trop souvent impossible de déterminer, même approximativement, la part des biens de l’épouse pour pouvoir choisir ou non d’en tenir compte. D’une part parce que notre documentation, fragmentaire, est souvent muette sur le statut des biens214. D’autre part parce que le sujet est bien souvent évoqué quand il y a débat, voire procès, et il n’est pas alors facile de trancher. La difficulté est aggravée quand, ce qui n’est pas rare, propres des conjoints et biens de la communauté s’entremêlent dans des aires géographiques restreintes. Il faut ainsi le hasard du dossier Morelet pour pouvoir distinguer, à Champigny-sur-Marne, la provenance et le statut des divers éléments du patrimoine familial et leur valeur respective.

  • 215 Sur les biens d’Anne Briçonnet, son épouse, voir son I.A.D. : A.N. M.C. LXXXVI 91 (21-5-1545).
  • 216 Voir par exemple les seigneuries que possède Sidonie de Cyvrieu, femme de Charles du Plessis, et q (...)

86Il ne reste plus alors qu’à accepter la « confusion ». La prise en compte, même involontaire, de biens propres de l’épouse ne paraît pas aberrante en soi, ce que la formule de Jaques de Beaune citée plus haut laissait déjà entendre. Dans certains cas précis cependant, il est nécessaire de trancher. Tout d’abord pour mettre à part, dans la mesure où il est repérable, le patrimoine de l’épouse en cas de séparation de biens. C’est ce qui vaut à Jehan Grolier de n’apparaître au milieu des années 1530 que comme un assez modeste propriétaire foncier215. De même, il paraît logique de distinguer les biens qui sont tenus par des épouses en raison d’un mariage autre que celui qui les unit au grand officier216.

2. Les niveaux de fortune

a. La documentation et son traitement

  • 217 Elles demandent quelques précautions de maniement, car les totaux fournis ne correspondent pas tou (...)
  • 218 Le montant, incomplet, de son actif atteindrait 873 000 lt et on peut aisément supposer qu’avec le (...)

87Disposer de l’inventaire après décès des deux conjoints et du partage complet et chiffré de leur succession ne ferait pas disparaître tous les problèmes méthodologiques, en raison de la nature intrinsèque des sources. Pour autant, il s’agirait d’une situation documentaire idéale… qui n’est atteinte pour aucun des grands officiers de finance. Même la conjonction d’un inventaire unique et d’un partage chiffré ne se produit jamais ! D’où l’intérêt, déjà souligné, des sources judiciaires. Mais celles qui sont utilisables ne concernent que quelques individualités217. Pour le reste, bien des chiffres avancés dans le cadre des procédures ne peuvent être repris. Ainsi des incroyables montants évoqués dans une plaidoirie par le petit-fils d’Ymbert de Batarnay, dont Semblançay a été le tuteur, au sujet de la fortune de ce dernier218.

  • 219 Voir sur ce thème les remarques de Saupin, Nantes, p. 221-222. Ne pas oublier que certains des plu (...)
  • 220 En particulier par Quilliet, Officiers, p. 537-542 et 639-654 et par Michaud, Chancellerie, p. 187 (...)
  • 221 Quilliet, Officiers, p. 645-647et p. 684 note 337 : total de 10 800 lt.
  • 222 Ibid., p. 684 notes 329 et 330. La surprise vient surtout de ce que l’essentiel des données concer (...)
  • 223 Michaud, Chancellerie, p. 200.

88L’avantage des inventaires après décès est de fournir des données solides sur la fortune mobilière219. En particulier des lueurs sur la thésaurisation, qui constitue une inconnue non négligeable pour les autres évaluations de fortunes. Pour autant, il faut les utiliser avec précautions. Il convient ainsi de revenir sur l’utilisation qui en a déjà été faite, un peu hâtivement, pour estimer des fortunes220. Elle comporte parfois des choix étonnants, ainsi celui de mesurer la fortune de Jehan Grolier en 1545 à partir de l’inventaire après décès de sa femme, ce qui n’a pas grande signification221. De façon plus générale, la prise en compte très incomplète du patrimoine immobilier minore sensiblement les chiffres. Pour Jaques Bernard, l’écart n’est pas considérable : estimée à au moins 30 700 lt, sa fortune atteint en fait 40 000 lt. Plus grave est la différence pour Charles de Pierrevive : son patrimoine est évalué seulement à plus de 20 000 lt, alors qu’il dépasse les 150 000 lt222. De même, considérer les fortunes des notaires et secrétaires du roi comme comprises entre 10 000 et 50 000 lt, c’est à mon sens placer sensiblement trop bas le plafond223.

  • 224 A.N. M.C. (28-10-1529, I.A.D. Charlotte de Poncher), n° 1030 (pour La Croix) et 1057-1058 (pour Po (...)

89D’autant qu’il n’est pas rare qu’un inventaire soit incomplet, pour des raisons variées. Trois ans et demi après le trépas de Geoffroy de La Croix, ses héritiers reçoivent de sa veuve un certain nombre de « tiltres et enseignemens des hé-ritaiges […] qui n’avoient esté inventoriez pour la multidie d’icelles ». Dans le cas de Loys de Poncher, une partie de la succession a été dissimulée lors de l’inventaire « faict par autorité de justice ». Un « inventaire secret » confectionné au sein de la famille donne lieu à un partage spécifique224. De toute manière, les lamentations ici peuvent s’étendre à l’ensemble des pièces, puisque pas un seul des documents évoqués, officiels ou privés ne nous est parvenu…

  • 225 A.N. M.C. VIII 39 (21-7-1519) ; B.N. Carrés d’H. 577 (Séguier), f° 266 (pour La Forge) ; B.N. Carr (...)
  • 226 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault), p. 210 et 224 ; A.N. M.C. VIII 222 (31-12-1555) ; B.N. Carrés d’H. (...)

90De même seuls quelques partages ont survécu. Ceux qui sont chiffrés sont rarissimes : ils concernent Geoffroy de la Croix, Jehan de la Forge le jeune et Raoul Hurault225. Plus grave, chacun de ces documents est incomplet et l’un des trois est marqué par un délai considérable depuis le décès. Le partage Hurault a en effet lieu en 1555, alors que Raoul est mort depuis 27 ans. Du moins s’estime-t-on heureux face à ces documents qui offrent des chiffres, car d’autres partages n’en fournissent aucun (Jaques Hurault en 1519, Henri Bohier en 1555), de même que les répartitions prévues par testament (Raoul Hurault en 1528, Philibert Babou en 1557) ou par donation entre vifs (Jehan Prévost en 1549)226.

  • 227 Une telle démarche aboutit à ôter toute validité aux chiffres fournis. À titre d’exemple, voir l’é (...)

91Or, s’il était possible, avec les dossiers sectoriels, d’évoquer tel officier plutôt que tel autre, au gré des informations disponibles, ici la tentative pour évaluer des fortunes complètes – ou du moins des actifs – nécessite de disposer de l’ensemble des éléments. À défaut, il est indispensable, quand la documentation rassemblée comporte une lacune dans l’un ou l’autre poste, de proposer une estimation arbitraire, mais réaliste. Presque toujours, il m’est apparu de meilleure méthode de tenter de dresser un bilan complet, même approximatif, plutôt que d’additionner seulement les données directement fournies par les sources, variables selon les officiers, en laissant de côté les postes non chiffrés ou absents227. En fait un seul secteur, souvent ignoré, pose un problème grave : celui de la thésaurisation (argent, bijoux, vaisselle précieuse). Les chiffres proposés, à partir de ce qui est fréquent dans le milieu, peuvent cependant s’avérer gravement sous-évalués, en cas d’accumulation marquée, et impossible non seulement à connaître, mais même à pressentir.

b. Des actifs importants

  • 228 Jehan de la Forge l’aîné meurt en 1525-1526 ; Claude, fille de Jehan de la Forge le jeune, naît en (...)
  • 229 Pour Gaillard Spifame au moins, le patrimoine évalué en 1535 est déjà un peu écorné par le préjudi (...)

92Les données rassemblées sur le tableau (page suivante) sont assez contrastées. Au bas de l’échelle, deux « petites » fortunes (autour de 40 000 lt) pour un officier de second plan, Jaques Bernard, qui n’a tenu une grande charge (la recette générale des finances extraordinaires) qu’en tant que commis, et pour Jehan de la Forge le jeune, receveur général de Picardie mort précocement en mai 1522, avant son père, alors que sa femme est enceinte228. Niveau moyen, avec près de 80 000 lt, pour Jehan Grolier au milieu des années trente. Il est vrai que la période est difficile pour lui, qu’il est séparé de biens avec son épouse, et surtout qu’il lui reste 30 ans à vivre. Avec les cinq officiers situés entre 150 000 et 170 000 lt, on peut parler de réussite229. Les deux plus riches enfin sont aussi ceux pour lesquels la probabilité de sous-évaluation est la plus nette. Il est acquis que Jehan de Poncher dépasse, et sans-doute assez nettement, les 200 000 lt. Quant à Florimond Robertet, le chiffre de 250 000 lt paraît tout à fait envisageable. Une chose frappe alors : le cas particulier de Grolier mis à part (il est le seul à ne pas être saisi au décès), un net clivage entre « riches » et « pauvres » apparaît au sein du groupe, qui rappelle évidemment, en plus marqué encore, celui des biens fonciers. Et il y a beaucoup plus de « riches » que de « pauvres ».

Évaluation de fortunes pour dix grands officiers de finance [en livres tournois]

Évaluation de fortunes pour dix grands officiers de finance [en livres tournois]

93Note : les données entre crochets [] correspondent à des estimations à partir de chiffres incomplets ou de biens non estimés précisément.

  • 230 Jaques Le Roy, receveur général d’Outre-Seine sous Charles VIII et Louis XII puis contrôleur génér (...)
  • 231 Le chiffre de 100 000 livres a-t-il à l’époque valeur de barrière psychologique, comme pour le « m (...)
  • 232 Le Page, Finances bretonnes, p. 234 et 402.
  • 233 Voir en particulier chapitre trois, p. 209, le cas de Gaillard Spifame, en prenant soin de ne pas (...)

94L’échantillon est-il de ce point de vue représentatif ? Certainement pas. Parmi les dix fortunes estimées, il y a tout d’abord cinq fils de grands officiers de finance (Jean de la Forge le jeune, Jehan Grolier, Geoffroy de la Croix, Gaillard Spifame et Pierre Legendre) ce qui est très supérieur au pourcentage dans l’ensemble du groupe. Cependant leur répartition sur l’échelle des fortunes n’est pas trop éloignée de celle des cinq autres cas retenus ; il est vrai que leurs pères n’étaient pas des grands officiers particulièrement en vue : receveur général dans la modeste Picardie, trésorier des guerres durant une période assez brève, responsables de l’extraordinaire des guerres avant la stabilisation de cette charge. L’essentiel en fait est ailleurs : si l’échantillon est représentatif de quelque chose, c’est avant tout de la capacité d’enrichissement non négligeable des « leaders » du groupe, dans le premier quart du siècle surtout, mais même au-delà. À ceux qui atteignent ou dépassent au temps de leur splendeur le chiffre de 150 000 lt, on peut certainement associer Henri et Thomas Bohier, Philibert Babou, Jaques et Raoul Hurault, Jehan Breton, Gilbert Bayard, Jehan Laguette, peut-être Jehan Ruzé, et sans doute quelques autres encore230. La fortune « moyenne », calculée à partir des chiffres du tableau, atteindrait 137 000 lt. Elle est visiblement surévaluée et on peut, sans grand risque, estimer que la moyenne réelle se situe au-dessous de 100 000 lt, peut-être assez nettement, pour prendre en compte la masse des provinciaux de plus faible volée et des commis231. Ainsi la fortune du breton Jehan de L’Espinay fournit-elle probablement un bon exemple de ce qu’est une réussite strictement provinciale. A partir des données disponibles on peut hasarder le chiffre de 60 à 80 000 lt au décès232. C’est sans doute le hasard qui, à part pour Grolier, nous prive précisément du chiffre des fortunes intermédiaires, celles qui se situent vers 70 ou 80 000 lt. Ce niveau est probablement atteint par des officiers tels Jehan Carré, Nicolas Le Coincte, Pierre d’Apestéguy ou Anthoine Le Maçon. À la base, le chiffre de 40 000 lt ne peut être considéré comme un plancher : ainsi il est probable que le modeste Jehan Dudéré, ex-commis au change du Trésor (pendant moins d’un an) ne dispose pas, vers 1550, d’une fortune de plus de 15 000 lt. À moins, ici encore, qu’une forte thésaurisation ne nous échappe. Au sommet, il est également probable que Semblançay, avec près de 50 000 lt de biens meubles et autant de créances privées, seuls postes connus, dispose d’un actif dépassant le niveau atteint par Robertet. L’allusion à Semblançay permet au passage de souligner qu’une part appréciable des actifs évoqués (outre les créances sur le roi, non retenues ici) ne reviendra pas aux héritiers, en raison de la ponction monarchique liée aux poursuites233.

c. Comparaisons

  • 234 Contrairement peut-être à Jacques Cœur qui selon Biget, Cœur, p. 16, aurait amassé une fortune de (...)
  • 235 Greengrass, Property and politics, p. 377.
  • 236 B.N. fr 2963 P60 (14-6-1541) ; Quilliet, Officiers, p. 546 note 10.
  • 237 Pour le 17e siècle, voir les remarques de Dessert, Argent, p. 129.
  • 238 Voir, à titre indicatif, les quelques chiffres, qui semblent une fois de plus très faibles (voir n (...)
  • 239 Quilliet, Officiers, p. 648-650, détaille la situation d’Emard Nicolay, premier président des comp (...)
  • 240 Chiffres sujets à caution fournis en 1529 par les Relazioni vénitiennes, et qui attribuent une for (...)
  • 241 Vial, Cléberger, p. 22 et 52. Dans les Nommées lyonnaises de 1545, les officiers de finance sont u (...)

95Cependant, même au plus fort de leur réussite, Semblançay ou Robertet sont loin de se situer au niveau des plus grosses fortunes du royaume234. Deux chiffres sont éloquents, quoiqu’un peu plus tardifs : au milieu du siècle, la seule fortune immobilière du duc de Nevers tourne autour de deux millions de lt. Une décennie plus tard, celle du connétable de Montmorency approche les trois millions235. Au sein même du monde des officiers, il est bon de rappeler que le chancelier Duprat, à sa mort en 1535, a thésaurisé 280 000 lt. Quant à son fils et homonyme, le prévôt de Paris, il laisse en 1557 plus de 450 000 lt236. Mais il est clair que, ni par le lignage, ni par leur position de pouvoir, les grands officiers de finance, Semblançay compris, ne peuvent se comparer à de tels personnages. Il faut descendre un peu dans la hiérarchie sociale du temps pour apercevoir des niveaux équivalents237. On manque de données sur les fortunes des grands robins de la première moitié du 16e siècle238. Il paraît vraisemblable cependant que les fortunes des riches officiers de finance soient au niveau de celles des présidents au Parlement ou aux Comptes de Paris239. Il semble cependant que, dès le milieu du siècle, un écart se creuse entre les deux groupes. Serait-ce une conséquence de la régionalisation des charges financières ? La fortune des grands officiers de finance, sous François Ier, est aussi équivalente à celle des grands marchands-banquiers de la place lyonnaise, peut-être inférieure face aux plus prestigieux, mais les chiffres précis manquent240. Du moins sait-on que la succession de Jean Cléberger, qui s’est retiré des affaires après avoir joué un rôle financier important, tourne en 1546 autour de 150 000 lt241.

  • 242 C’est la conclusion de Bayard, Monde des financiers, p. 419, pour la première moitié du 17e siècle
  • 243 Sur celle-ci, voir par exemple Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie(...)
  • 244 Charbonnier, Auvergne, t. 2 p. 974-975.
  • 245 B.N. Dupuy 623 f° 24 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 1295 et 3047.

96Tenter d’établir une comparaison avec les fortunes nobiliaires est encore plus hasardeux. Là encore, la vraisemblance suppose, au moins pour une partie importante du groupe, un montant voisin de celui de la bonne noblesse242. La noblesse seconde en particulier, qui se structure à la Renaissance et combine revenus fonciers et profits du service monarchique, paraît offrir un point de repère satisfaisant, pour lequel on manque cependant de chiffres précis243. A titre indicatif, on notera que les revenus fonciers des plus importants des nobles des montagnes occidentales de Basse Auvergne du milieu du siècle supposent un capital probablement inférieur à celui des mieux possessionnés des grands officiers244. Pour des hommes qui, certes, ne sont pas nés de rien mais ont accumulé rapidement leur capital, cela représente une réelle réussite. Elle est cependant pondérée par l’accent mis dans ce développement sur la situation des « leaders » du groupe et par le fait que bien des fortunes demeurent relativement fragiles. Encore est-on parfois étonné de la résistance de certains, comme Jehan Prévost, dont Loys Caillaud estime la fortune saisissable à 18 000 lt vers 1535, et qui, malgré de sérieux déboires, s’en tire fort honorablement comme en témoignent aussi bien la dot d’une de ses filles en 1543 (9 000 lt, alors qu’il a sept enfants) que la description d’un patrimoine non négligeable en 1549, dans le cadre d’une donation245. Quant à l’approche comparative, elle est également compliquée par le fait que les structures des diverses fortunes sont parfois difficiles à mettre en parallèle…

3. Profils de fortunes

97Il importe donc de dégager quelques caractéristiques de la ventilation interne du capital chez les grands officiers de finance. Bien sûr, les longs développements sectoriels ont déjà cerné la question, mais un bilan rapide s’impose, en rappelant cependant encore une fois combien les données chiffrées qui vont être manipulées demeurent fragiles, d’autant qu’elles intègrent de périlleuses estimations. Le trait le plus frappant est probablement l’importance prise par les biens immobiliers ruraux et urbains. Pour les sept fortunes pour lesquelles un calcul pas trop approximatif est possible, les pourcentages par rapport à la fortune globale sont les suivants :

  • 246 Celui-ci d’ailleurs ne fonctionne absolument pas dans la première moitié du 17e siècle : Bayard, M (...)

98L’officier le plus riche de ce groupe est aussi celui pour lequel le pourcentage est le plus élevé, et les deux moins fortunés ont pour leur part les deux montants les plus réduits. Au milieu se trouve quatre personnages dont la fortune globale est voisine. Faut-il en déduire que plus les officiers sont riches, plus la part de l’immobilier est élevée ? Il faudrait des données plus nombreuses pour conclure, en sachant que des exceptions viendraient sûrement brouiller ce beau schéma246.

99La priorité, au sein du foncier, est généralement donnée aux biens ruraux, seigneuries en tête. Il est inutile de s’attarder une fois encore sur la signification sociale d’un tel comportement. Selon les cas, la terre représente donc entre un tiers (36,3 % pour Gaillard Spifame) et deux tiers (67,5 % pour Pierrevive, qui ne possède pas de biens en ville) des fortunes. Une seule exception : les 13 % de Jehan Grolier. C’est que le poids du patrimoine urbain, y compris sur le plan affectif et symbolique, pour des hommes qui ont encore de profondes racines en ville, continue de peser. Le fait est d’ailleurs sensible, outre Grolier (chez lequel les biens urbains représentent un tiers de la fortune), pour Gaillard Spifame (22,1 %), dont on vient de noter qu’il a un pourcentage de patrimoine rural relativement réduit.

  • 247 Outre le chiffre de 50 000 lt de biens mobiliers déjà évoqué pour Semblançay, voir les détails nom (...)
  • 248 Chevalier, Tours, p. 505.
  • 249 La part des créances sur les particuliers représente 5 à 15 % des fortunes. Chez cinq des onze off (...)

100Si la part des biens meubles au sens strict est assez réduite, il faut rappeler qu’il est ici question de pourcentages, non de chiffres absolus, et que les grands officiers de finance ont malgré tout amplement les moyens de disposer d’un cadre de vie luxueux247. Leur choix n’est pas celui d’une austérité Spartiate comme seul moyen d’accumuler des biens-fonds. Quoi qu’il en soit, dans la balance générale entre mobilier et immobilier, les gens de finance ne correspondent plus au schéma dessiné par Bernard Chevalier pour les élites tourangelles du début du siècle, avec une richesse mobilière énorme et une fortune foncière encore médiocre248. D’une part l’héritage marchand a largement disparu, d’autre part le papier financier, public, semi-public ou privé, qui tient une si grande place dans les fortunes financières du 17e siècle, reste ici limité249.

  • 250 Voir sur ce problème de méthode les remarques de Dessert, Argent, p. 117 et suiv.

101Il est cependant nécessaire de relativiser la place faite aux biens immobiliers dans les fortunes, pour plusieurs raisons. La première tient à la nature de l’échantillon disponible : il est des officiers dont on pressent nettement que leur fortune, non négligeable, est avant tout mobilière (c’est le cas d’un Jehan Carré ou d’un Nicolas le Coincte par exemple), mais le silence des sources chiffrées interdit d’aller au-delà de l’impression. D’autre part c’est en matière de patrimoine mobilier que le risque de sous-évaluation est le plus probable, avec en particulier les inconnues qui pèsent sur la thésaurisation. Enfin, le fait que les fortunes soient connues au moment du décès biaise également l’approche, en donnant à certains postes une part qu’ils n’auraient sûrement pas eu dix ou vingt ans plus tôt250. Quoi de plus révélateur ici que l’absence d’office chez Morelet de Museau ou Charles de Pierrevive ? Ce n’est probablement pas par hasard si Jehan Grolier, le seul dont la fortune soit estimée de son vivant, et qui a encore une longue carrière devant lui, est celui qui a le plus faible pourcentage de patrimoine immobilier.

  • 251 Michaud, Église et argent, p. 410.

102Dans nos fortunes donc, l’office et la rente, « ces deux moyens de constitution des fortunes jeunes », passent au second plan251. Ces deux postes additionnés, comparés (en pourcentage) au patrimoine urbain et rural, lui sont toujours nettement inférieurs :

  • 252 Il faut cependant souligner que le même calcul effectué sur la fortune de Geoffroy de la Croix, do (...)
  • 253 B.N. D.B. 320 dos.8164 (Gonthier) p. 1 et P.O.1357 dos.30701, n° 19 et 23.
  • 254 Voir ici les remarques de Le Page, Finances bretonnes, p. 376 et 414 sur deux officiers de finance (...)

103Une fois encore, Grolier se distingue, sans cependant être radicalement éloigné du schéma général (en raison de l’absence chez lui de rentes à la date de l’estimation)252. Certains officiers ont beaucoup investi dans l’office tout au long de leur carrière ; c’est en particulier le cas de Palamède Gontier, qui en fait un abondant trafic. Pour autant, son investissement durable est dans la terre, du moins si l’on peut faire fond sur les données du seul Cabinet des titres, qui lui attribuent cinq seigneuries253. En revanche, lorsque certains indices laissent à penser que l’office, au bout d’une longue carrière, constitue toujours l’essentiel du patrimoine, c’est très vraisemblablement le signe d’un blocage relatif ou du moins d’un démarrage lent de la fortune et partant de l’ascension sociale. Dans ce cas, la perte de l’office peut être un sérieux handicap pour la famille254.

104La situation est bien différente quand c’est un officier très fortuné, comme Charles de Pierrevive, qui déserte au soir de sa vie les finances du roi…

  • 255 Voir l’exemple de Jehan II Duval qui hérite de ses parents à Stors pour une valeur d’environ 11 00 (...)

105Il est donc nécessaire de distinguer les profils de fortune selon le stade où les grands officiers sont parvenus dans leur ascension. Certes l’acquisition d’une solide fortune terrienne n’est pas une garantie définitive, dans la mesure où elle peut être remise en cause, en particulier par les procédures judiciaires. Cependant c’est incontestablement le signe de ce qu’on peut appeler une maturation de la fortune. Le processus est facilité lorsque le grand officier hérite lui-même d’un patrimoine immobilier non négligeable255. L’orientation de cet héritage pèse évidemment sur le profil des fortunes. Ainsi quand Gaillard Spifame à Paris et Jehan Grolier à Lyon entrent en possession de demeures importantes qui leur viennent de générations antérieures. Chez ceux qui, visiblement, n’ont pas ou ont peu hérité, l’étape de la domination mobilière se prolonge plus nettement. On peut ici de nouveau évoquer un Jehan Carré, dont les parents sont inconnus, ou un Nicolas Le Coincte, issu de la moyenne marchandise parisienne.

106Ainsi, au bout du compte, un processus de transformation des profils de fortune est-il à l’œuvre chez les grands officiers de finance. Celui-ci n’a rien de surprenant. Les limites de la documentation ne nous permettent pas de saisir des nuances, probablement sensibles, dans ce mouvement. Elles masquent peut-être aussi une proportion indéterminée de contre-exemples ou de destinées singulières. Si le cadre général, celui d’une place grandissante prise par les biens immobiliers au sens strict, paraît cependant hors de doute, est-ce à dire pour autant que, dans l’absolu, la part des biens mobiliers diminue ? En d’autres termes, y a-t-il globalement cession de mobilier pour acquérir de l’immobilier ? Probablement pas. C’est que le processus d’enrichissement dans lequel la plupart des familles sont prises doit permettre de concilier maintien d’un patrimoine mobilier non négligeable (il se chiffre en dizaines de milliers de livres) avec un accroissement sensible du patrimoine immobilier.

II. DU PATRIMOINE À L’ENRICHISSEMENT

107Or l’accroissement des patrimoines pose question. Non pas sa réalité même : malgré des exceptions, le constat est probant. Les poursuites royales s’expliquent d’ailleurs pour partie par l’enrichissement « trop » visible des gens de finance. Mais la difficulté gît dans la compréhension du processus d’enrichissement, ce qui impose de passer d’une étude relativement statique des patrimoines à une analyse de la dynamique d’accumulation. Il ne faut pas se dissimuler qu’ici les limites des possibilités documentaires sont encore plus étroites que pour les développements précédents. Mais cela ne dispense pas d’une tentative pour cerner le phénomène.

108La question des revenus constitue à mon sens un maillon fondamental pour faire avancer la réflexion. En conséquence l’attention, au sein du patrimoine, doit porter en priorité sur ce qui génère des ressources. En clair, plutôt sur les exploitations rurales que sur le mobilier des résidences des officiers… L’étude des conditions de gestion permet d’abord d’observer les grands officiers face à leur patrimoine. Elle sert également de préalable à l’estimation de leurs revenus. C’est seulement ensuite que se posera la question de l’enrichissement proprement dit. Aborder des réalités comme la capitalisation ou la rentabilité des investissements est délicat. D’autant plus qu’il faut mener avec prudence des analyses économiques qui peuvent se trouver en porte-à-faux par rapport aux conceptions du temps. La logique du comportement des acteurs doit donc être prise en compte de façon ouverte. En effet, une partie de la réponse se trouve probablement, en dehors des stricts processus économiques, dans les rapports qui unissent officiers de finance et pouvoir politique.

A. LA GESTION DES FORTUNES

109Bien évidemment, la gestion dont il est ici question concerne la fortune privée des grands officiers de finance et non les deniers du roi, sujet longuement développé dans les deux premiers chapitres de cet ouvrage. Cette activité sera donc passée sous silence dans l’immédiat, en attendant de retrouver plus loin l’office pour les revenus qu’il procure.

1. Qui gère ?

a. De nombreux intervenants

  • 256 A.N. M.C. XIX 52 (14-12-1521) ; VIII 47 (17-4-1534) ; CXXII 1039 (28-3-1526).
  • 257 A.N. M.C. XIX 74 (19-9-1534).
  • 258 On ne peut utiliser ici les abondants dossiers de tutelle des biens des mineurs, qu’il s’agisse pa (...)

110Il faut cependant préciser dès l’abord que l’engagement professionnel très prenant des officiers de finance, joint à leur grande mobilité les empêche d’assurer seuls la gestion de leurs patrimoines. D’autant plus que la relative dispersion de leurs possessions complique encore cette tâche. Le collaborateur sans doute le plus précieux est alors l’épouse. Les traces de son implication dans la gestion sont innombrables. Il serait en effet faux de croire que la femme doit attendre d’être veuve pour jouer un rôle dans ce domaine. Il est révélateur de voir que plusieurs officiers accordent à leur conjointe une procuration générale pour leur permettre d’agir plus aisément. Ainsi procède Morelet de Museau avec Marie Briçonnet, Jehan Grolier avec Anne Briçonnet, petite-cousine de la précédente. Quant à Charlotte Briçonnet, sœur de Marie, elle a pour deuxième époux (entre Pierre Legendre et Charles de Pierrevive) le président au parlement Anthoine Le Viste, qui lui octroie aussi une procuration générale, au tout début de leur union256. Ce n’est pas aux seules demoiselles Briçonnet, issues d’un prestigieux lignage, qu’une telle pratique est réservée : Barbe Le Berruyer, l’épouse de Jaques Bernard, issue d’une famille plus modeste, en bénéficie également. Bernard passe ainsi procuration à sa femme pour faire « toutes acquisitions d’héritages ou rentes en l’absence dud. constituant son mari à telles charges et pour telles sommes de deniers qu’elle verra bon estre »257. Mieux encore que de gestion courante, il s’agit donc ici de s’impliquer activement dans les investissements immobiliers du ménage. Il est vrai qu’une part non négligeable du patrimoine familial appartient aux épouses (au moins potentiellement) ou provient de leur lignage, aux intérêts duquel elles sont évidemment sensibles. Il est probable que d’autres membres du groupe familial, voire des amis, interviennent dans cette gestion, mais les traces manquent258.

  • 259 Exemples : Jehan Férier, à l’ » hostel » d’Hallincourt, qui appartient à Pierre Legendre : Hervier (...)
  • 260 A.N. M.C. LIV 6 (21-2-1532), papiers, n° 707 ; LIV 52 (9-2-1532), papiers, cotes Et et 18000 (sic) (...)

111Cependant la catégorie la plus nombreuse est celle des agents stipendiés d’une manière ou d’une autre pour épauler l’officier. Il ne saurait être question d’inclure ici tous les serviteurs, domestiques et autres membres de la mesnie, du maître d’hôtel au muletier, pas plus que tous les hommes de loi qui ont seulement en charge le contentieux financier. Ce qui ne les empêche évidemment pas d’être ponctuellement mobilisés sur le terrain de la gestion, au gré des ordres de leur maître et employeur. Parmi les agents plus directement concernés, il est probable que les concierges qui résident dans les différentes demeures fournissent une aide non négligeable, qu’elle soit tacite ou officialisée par un contrat259. Viennent ensuite ceux auxquels les propriétaires font explicitement appel pour assurer au quotidien le suivi de la gestion. Provenant d’horizons sociaux variés, ces hommes portent le plus souvent le titre de receveur. Ainsi Morelet de Museau emploie-t-il, parmi d’autres, deux prêtres. L’un, Jaques Boussault, est receveur (et procureur) de ses terres de Lodunois, l’autre, Nicole Perault, chanoine d’Amiens, s’occupe de ses maisons parisiennes260.

  • 261 Hervier, Legendre, p. 74, 121 et 153 ; I.A.D. Legendre, papiers, n° 37 ; A.N. M.C. CXXII 12 (28-5- (...)
  • 262 I.A.D. Legendre, papiers, n° 45. Gamaches joue aussi un rôle comme responsable des travaux au chât (...)
  • 263 Un exemple : fermier pour Achères : I.A.D. Legendre, papiers, n° 239. Le receveur Gérault de son c (...)
  • 264 A.N. M.C. CXXII 1034 (12-12-1518) ; I.A.D. Legendre, papiers, n° 17-18 ; Hervier, Legendre, p. 78.

112La gestion d’un patrimoine considérable mobilise de nombreuses personnes et impose une organisation à plusieurs niveaux. Ceci vaut même pour un officier très sédentaire comme le trésorier de France Pierre Legendre. Les sources concernant son personnel font apparaître une hiérarchie de receveurs. À la base les hommes en charge d’une seigneurie : Jehan Durant, greffier et receveur de Villiers-Adam, Baudin Marchepied, receveur de Magny, Nicolas Gérault en charge de la seigneurie d’Achères ou Jehan Le Maistre pour celle d’Alin-court261. Parfois c’est tout un ensemble qu’ils gèrent, ainsi pour Jehan de Gamaches, personnage par ailleurs plus proche de Legendre (qui lui fera un legs testamentaire non négligeable), receveur pour Gaillonet, Le Breuil et Sail-lencourt262. À côté des receveurs agissent aussi des fermiers, selon un partage des tâches qui n’est pas toujours bien connu dans le détail. Le schéma qui semble dominant chez Legendre est celui d’une régie directe pour l’ensemble des droits féodaux et seigneuriaux et d’un affermage pour les exploitations263. Au-dessus des agents locaux se placent des personnages qui rassemblent une partie de ce qui revient au trésorier de France. Ainsi Robert (ou Robinet) Fro-mont est-il chargé à partir de 1518 et jusqu’en 1525 de la recette des grains sur l’ensemble du Vexin français, secteur où le patrimoine de Legendre est particulièrement dense264. De son côté, Jacques de Saulx est commis en mars 1517 comme receveur ordinaire de toutes les terres et seigneuries de Legendre. Faute d’une documentation complète l’articulation des fonctions n’est pas ici évidente : de Saulx exerce-t-il toujours après 1518 ? Se charge-t-il alors des seules rentrées en espèces ? Est-il ou non le supérieur de Fromont ?

  • 265 A.N. M.C. XIX 41 (16-12-1516). Une telle remarque s’appliquerait également à certaines épouses.
  • 266 A.N. M.C. XIX 198 (16-5-1555). L’exemple est discutable en ce qu’il concerne une veuve, mais il va (...)
  • 267 A.N. M.C. XIX 178 (23-5-1549).

113Cependant les traces conservées montrent à l’évidence que chaque grand officier mobilise de nombreux agents. Certains ne sont probablement qu’à temps partiel à son service privé. Soit qu’ils travaillent également pour d’autres maîtres. Soit qu’ils exercent auprès du grand officier une activité mixte, combinant tâches « privées » et travail comme auxiliaire pour le service du roi. C’est semble-t-il le cas de Jehan de Gamaches auprès de Pierre Legendre. Cela vaut sans doute aussi pour un Vincent Richard, « secrétaire » de Morelet de Museau265. Mais à côté de ces hommes proches et de ces agents locaux, il faut parfois faire appel à d’autres types d’intervenants. Loyse de Vege, veuve d’An-thoine Le Maçon, qui réside à Paris, désigne en effet des procureurs (deux officiers de finance lyonnais) pour recevoir « de Charles Antinory et compagnons, banquiers à Lyon ce qu’ils doivent à lad. constituante […] à cause des pensions [rentes] qu’elle a à elle appartenans tant à Vaugneray que es environs de la ville de Lyon »266. Il n’est pas impossible dans ce cas que l’appel à des professionnels apparemment lointains s’appuie en fait sur des relations de proximité, voire de famille : Anthoine Le Maçon avait en effet pour beau-frère Barthelemy Panchati, un florentin tenant banque à Lyon267. C’est que l’emploi d’ » hommes d’affaires » au service d’un patrimoine, surtout à longue distance, implique une confiance certaine ou des garanties avérées.

b. L’implication des officiers

  • 268 Saillans, Premier Livre, p. 48.
  • 269 A.N. J 958 n° 10.

114L’impossibilité pour les grands officiers d’assurer eux-mêmes la gestion de leur patrimoine se déduit de l’ampleur de leurs tâches. Elle n’est pas le fruit de témoignages directs. Pour autant, à la mesure de leur (inégale) disponibilité, il est certain que tous ou presque consacrent du temps à superviser la gestion de leurs agents. Cette attention est très concrète parfois : Gaspard de Saillans, longtemps trésorier des salpêtres, attend à Lyon une réponse à une lettre. Il demande qu’elle vienne rapidement « car je seray en brief contrainct m’en retourner à Valance pour donner ordre à nos fruicts des moissons »268. Le souci de se réserver au moins une chambre disponible dans les domaines ruraux tient à la fois au désir de profiter d’une résidence champêtre pour s’aérer, mais également à la volonté de venir, sur place, surveiller hommes et biens. Morelet de Museau achète ainsi le « chastel et maison noble » de Signetz, près de Jouarre, « affin qu’il se peust retirer aud. chastel [et] y recuillir et serrer les grains et fruictz de Montretout et autres ses terres prochaines dud. chastel »269. Tout le problème est de savoir dans ce cas précis si Morelet, longuement retenu en Suisse, a pu ou non faire ce qu’il avait envisagé.

  • 270 Voir par exemple les deux contrats de Claude Robertet du 16 et 25-4-1534 (A.N. M.C. VIII 174), les (...)
  • 271 Moriceau, Fermiers, p. 115-116 pour les années 1520. Un exemple un peu antérieur concerne Morelet (...)

115Le souci de contrôle direct transparaît cependant nettement dans l’attention portée par les officiers aux baux de leurs biens. Sur un échantillon de 43 actes passés à Paris et concernant 14 officiers entre 1517 et 1548, leur présence à la signature est attestée 38 fois. Dans trois cas ce sont leurs épouses, qui ont une procuration, dans un cas, seule est mentionnée la nécessité d’une ratification ultérieure. Un dernier cas enfin est litigieux. Le groupement d’un certain nombre de ces actes sur des périodes courtes laisse à penser que les officiers profitent d’opportuns séjours dans la capitale pour passer une série d’actes en leur présence270. Autre signe d’attention : l’introduction dans les baux de la clause d’accord du propriétaire pour autoriser le fermier à transporter tout ou partie de son bail. Elle semble apparaître précisément dans le milieu des officiers de finance271.

  • 272 Chevalier, Tours, p. 456-457.

116Pour les grands officiers, il ne saurait donc être question de distinguer radicalement entre une attitude de propriétaire ou un comportement de rentier : les deux démarches s’articulent dans des proportions difficiles à percevoir. Cependant l’ampleur moyenne des patrimoines et l’importance des tâches professionnelles, jointes à la dispersion des biens se combinent pour réduire nettement la part de la gestion directe ou du moins surveillée au quotidien. Là où les honorables hommes tourangeaux du 15e siècle ne perdaient guère de vue leurs terres272, là où un Gilles de Gouberville peut se permettre un suivi quotidien, les grands officiers du 16e siècle sont obligés de prendre du recul. Sans jamais, sauf cas d’espèce, les négliger, ils doivent généralement s’en tenir à un contrôle plus lointain, plus indirect, et s’en remettre pour une bonne part à une épouse plus disponible et à des agents parfois assez nombreux. Le phénomène est sans doute accentué par la meilleure connaissance qui est la nôtre des plus fortunés d’entre eux. Par ailleurs il est possible que le progressif mouvement de désengagement s’inverse partiellement avec la régionalisation des charges et la réduction relative des activités professionnelles au milieu du siècle.

2. Pratiques de gestion

a. Le dossier du patrimoine rural

  • 273 Monceau, Fermiers, p. 78-79. Voir des allusions à une pièce de terre de 130 arpents appartenant à (...)

117Gestion très contrôlée ne signifie pas nécessairement faire-valoir direct : les tourangeaux du 15e siècle qui viennent d’être cités avaient ainsi recours au métayage. C’est que l’obligation du partage des fruits requiert une attention constante. De ce point de vue, le fermage est beaucoup moins contraignant. Qu’en est-il donc des choix des grands officiers ? L’approche de leur patrimoine rural va se concentrer, en raison des sources qui ont été mises à contribution, sur les campagnes des environs de Paris, de la Beauce à la Brie et du Hurepoix au Vexin. Il est vrai qu’ils y sont bien représentés. Dans cette région le début du 16e siècle marque la fin de la restauration agricole qui a suivi la guerre de Cent Ans273.

  • 274 A.N. XIX 159 (20-10-1541). Il est vrai que sa charge de maître de la Chambre aux deniers l’oblige (...)
  • 275 Ont été en effet inclus des baux passés par les tuteurs de descendants mineurs ou par les veuves.
  • 276 Voir par exemple sur la durée des baux Jacquart, Crise rurale, p. 130-131 ou Monceau, Fermiers, p. (...)
  • 277 N’est ici prise en compte que la redevance principale et non les suffrages, toujours en nature, av (...)
  • 278 Quelques baux sont mixtes. Celui de la ferme de Choisy, conclu en 1525 par Jehan de Poncher, est c (...)
  • 279 Beaucoup de ceux-ci précisent en effet que le preneur sera tenu prendre à moitié tout le bétail «  (...)
  • 280 Le manque de précision de certaines sources réduit ici le nombre d’occurrences disponibles.
  • 281 A.N. M.C. XLIX 73 (28-11-1544 et 28-3-1545). Sur la domination du fermage en argent en Haute-Norma (...)

118L’étude des modes d’exploitation retenus par les grands officiers bute sur une inconnue sérieuse : l’absence d’informations valables, faute de comptabilités conservées, sur le faire valoir direct. Certains indices conduisent à privilégier l’hypothèse d’une place très réduite de celui-ci. Un officier relativement modeste comme Jaques Bernard fait le choix du fermage pour l’ensemble de ses exploitations, y compris la « basse-cour » de sa seigneurie principale de Montdebize, en Brie, entre Coulommiers et Meaux274. Le faire valoir indirect a pour premier mérite de réduire le personnel salarié, et donc les frais et les contraintes de gestion. L’étude des baux disponibles des fermes et marchés de terres passés par les grands officiers ou leurs proches275 donne des résultats conformes à ce qu’on pouvait attendre276. Sur l’ensemble de la période où des données sont disponibles (1517-1560) la domination du fermage en nature est constante : elle concerne 55 contrats sur 71 (78,6 %)277. Les baux à moitié ne sont pas totalement absents cependant (cinq, soit 7 %)278. Ce type de partage prévaut en revanche pour les baux « à part de croît » du bétail, qu’ils soient dressés à part ou inclus dans un contrat de fermage279. La situation est aussi nette pour la durée des baux : neuf ans dans 49 des 60 cas observables (soit 81,6 %)280. À côté de ces réalités dominantes, deux évolutions dans le temps vont aussi dans le sens des conclusions générales des historiens de l’agriculture. Les contrats longs (12 à 27 ans), encore non négligeables jusqu’en 1530 (4 sur 16, soit 25 %) s’effacent totalement ensuite (un sur 44). À l’inverse le fermage en argent fait une poussée assez sensible : il est présent dans deux contrats sur 43 jusqu’en 1540 (4,6 %), et dans 8 sur 28 (soit 28,6 %) après cette date. Révélatrices sont ici deux minutes de baux passés par le tuteur des enfants de Lambert Meigret en 1544-1545. Dans les premières versions, le bail est mentionné en nature, ou bien l’alternative argent/nature figure explicitement. Dans la version définitive, c’est le fermage en argent (global dans un cas, par arpent dans l’autre) qui s’impose281.

  • 282 Une demi-douzaine seulement de contrats disponibles. Un seul bail en nature (pour 9 ans) : des cha (...)
  • 283 Un exemple où le preneur doit agir ainsi sans salaire : A.N. M.C. VIII 76 f° 330 (16-11-1542).
  • 284 Sept ont été repérés : A.N. M.C. VIII 80 (20-6-1554) et 175 (30-9-1534) ; XIX 167 (21-12-1545) ; C (...)

119Lorsque des droits seigneuriaux sont affermés à part, le règlement en argent domine également, pour des baux ici plus courts (3 ou 6 ans). Mais les conclusions sont fragilisées par la faiblesse de l’échantillon282. Il est vrai que l’avenir est aux fermiers-receveurs, chargés de lever la plupart des droits tout en exploitant la terre. Une première étape est franchie dans certains baux où le preneur doit récupérer les cens et rentes dus au bailleur et les lui verser283. Mais il ne les afferme pas encore. Les vrais contrats de fermiers-receveurs sont encore rares284. Leur durée est plus souvent de six ans que de neuf ans (quatre cas contre deux, et un de cinq ans, concernant des seigneuries bas-normandes). Trois sont en argent, trois mixtes (dont un à nette dominante monétaire) et un seul est en nature. Le mouvement en est donc à ses débuts, et le fractionnement n’a pas encore disparu même dans les seigneuries concernées, ce qui se marque par l’allusion à d’autres baux plus anciens. Ainsi, à Trocy-en Multien, Colin Lucy doit-il « entretenir » les baux d’une ferme et d’un moulin qui sont inclus dans son contrat. Il prendra tout ce que les détenteurs devaient auparavant verser au bailleur, le trésorier de France Loys de Poncher.

  • 285 Voir les chiffres fournis par Moriceau, Fermiers, p. 103.
  • 286 I.A.D. Legendre, n° 190 et 201. La structure de la seigneurie semble avoir très peu évolué de 1516 (...)
  • 287 A.N. M.C. XIX 54 (3-2-1523).
  • 288 I.A.D. Legendre, papiers, n° 17. Sur l’importance de ses stocks au printemps 1525, en année de hau (...)
  • 289 A.N. M.C. VIII 65 (10-6-1544). Sur l’importance des ventes de céréales, voir Mandrou, Fugger, p. 1 (...)
  • 290 Intérêts limités cependant semble-t-il. En 1524, les héritiers vendent en effet pour 100 écus la s (...)

120Selon toute vraisemblance, l’essentiel des revenus tirés de la terre par les grands officiers relève donc du faire valoir indirect. Même si l’exploitation directe est d’un meilleur rapport (moyennant un investissement beaucoup plus élevé du propriétaire, qui n’est guère possible ici), il est clair que dans cette première moitié du 16e siècle les fermes rapportent bien, particulièrement à partir des années 1520285. Les fermages sont réévalués dès que possible : Pierre Legendre, qui achète en 1516 la seigneurie de Garennes, l’afferme pour 600 lt, contre 550 dans le précédent bail. Dès 1522, le chiffre monte à 700 lt286. A côté des espèces, il y a aussi les versements en nature. Les quantités de vivres, et en particulier de vin et de céréales, dont disposent alors les grands officiers leur permettent une démarche spéculative sur les marchés de la région, sans doute pour une part appréciable dans la capitale. Devant l’hôtel de Savoisy, résidence parisienne de Morelet de Museau située rue du Roi-de-Sicile, se trouve une maison, « laquelle maison led. de Museau a parcidevant applicquée à débiter en taverne et vendre en détail les vins qu’il avoit oultre sa provision »287. Et les transactions portent, quand on peut les repérer, sur des sommes non négligeables. La vente d’une partie de ses grains entre novembre 1521 et novembre 1523 permet à Pierre Legendre d’accumuler des obligations pour la coquette somme de 2 826 lt288. Lorsqu’au printemps de 1543 le tuteur des mineurs Spifame vend en trois fois « certain grain qui appartenoyent ausdictz myneurs », il en tire 1 488 lt289. A ces produits très répandus viennent parfois s’ajouter, dans d’autres régions, des spéculations plus originales. On sait ainsi que Geoffroy de La Croix avait gardé dans la région de Montpellier des intérêts dans des salines290.

b. Une gestion spécifique ?

  • 291 Spont, Semblançay, p. 237 note 4, qui évoque aussi la construction d’un four à Montrichard ; A.N. (...)
  • 292 A.N. M.C. VIII 46 (30-4-1534) et XIX 78 (23-10-1536).

121Quelle est l’implication des hommes de finance, de leurs proches, veuves, enfants, tuteurs de ces derniers, dans les transformations économiques ? Plusieurs indices vont dans le sens d’un rôle assez actif. Cela vaut tout d’abord pour l’attention portée aux équipements. Ainsi des moulins : Semblançay à Ballan près de Tours et Jehan II Duval à Dampierre en font construire de nouveaux291. Nicolas de Neufville fait transformer à Vaux-les-Essonne un moulin à huile en moulin à fouler draps et bonnets292. La veuve de Morelet de

  • 293 A.N. M.C. XIX 70 (22-3-1532).
  • 294 Un exemple avec Denis Duval : A.N. M.C. VIII 54 (12-7-1516).
  • 295 B.N. Carrés d’H. 382 p. 331 ; A.N. J 958 n° 15.

122Museau négocie avec son meunier de Saint-Jehan-les-Deux-Jumeaux d’importantes réparations293. Tous semblent attentifs à un bon entretien, et insistent sur les travaux indispensables au fonctionnement294. Au hasard des sources on découvre également des exploitations nouvelles, ainsi des deux métairies « de nouvelle construction » de Jehan de Lespinay à Plessé (au comté nantais) ou de l’ensemble « basty de neuf » dans la ferme de Jehan Ruzé à Vémars295.

  • 296 A.N. M.C. VIII 55 (21-1-1517) et CXXII 1035 (7-9-1520).
  • 297 A.N. M.C. LIV 12 (9-8-1537).

123L’effort d’amélioration prend des formes diverses. Il peut s’agir d’une réorganisation des fermages et, parallèlement, des exploitations, comme le font les héritiers de Geoffroy de la Croix à Villeneuve-sous-Dammartin296. Ailleurs, dans un contrat de fermage avec Jehan Fesnault, laboureur au Monceau Cham-promery (sur la paroisse de Dampierre), Jehan II Duval fait préciser qu’il fournira une somme de 100 lt « employée au payement de ceulx qui descouvreront et tireront la marne que l’on pourra trouver sur lesd. terres [nouvellement essartées], laquelle marne icell. Fesnault sera tenu à ses dépens charroyer et mec-tre sur lesd. terres pour l’amendement d’icelles »297. Au delà de ces exemples ponctuels existent quelques témoignages plus généraux. Dans une des épitaphes qu’il consacre à Jehan Cottereau, Marot s’étend sur ses activités agricoles dans son domaine de Maintenon où il s’est retiré :

  • 298 Marot, Œuvres, t. III p. 225 (Cimetière VIII).

« Ses bons subjectz, il voulut fréquenter,
Et leur appris à semer et enter
Commodément et à rendre fertile
Ce qui estoit désert et inutile,
En leur faisant apporter de maint lieu
Arbres divers »298.

  • 299 Clément, Trois drames, p. 190.

124Il est vrai qu’un gentilhomme lui-même peut greffer et que l’évocation de telles tâches n’a donc rien de maladroit dans un éloge funèbre… Dans le cas de Semblançay, la tradition, qui vient de Gaillard, rapporte aussi que, dans sa retraite tourangelle de 1524-1526, il s’occupe d’améliorer sa terre de la Carte299.

  • 300 Chevalier, Tours, p. 457 souligne l’absence d’innovation agricole chez les honorables hommes de To (...)
  • 301 B.N. Dupuy 273 f° 241v°.
  • 302 A.D. Indre-et-Loire 3E1 68 (12-4-1557).
  • 303 Voir l’édit de juin 1548 qui met fin à la servitude dans l’ensemble des seigneuries bourbonnaises (...)
  • 304 Mandrou, Fugger, p. 134-135.

125La fiabilité de telles sources reste limitée. Plus largement, le recours à l’exemple, dont il est bien difficile de définir s’il est plus la règle que l’exception, fait problème. Mais il n’empêche que la vraisemblance pousse à affirmer que nombreux sont les officiers de finances qui ont injecté des capitaux et éventuellement introduit du savoir-faire, dans les campagnes où ils se sont implantés. En soi, c’est un apport non négligeable300. Mais l’ont-ils fait dans une logique de gestion économique, et donc implicitement, de rentabilité améliorée ? Il est ici beaucoup plus délicat de conclure. Quand Semblançay fait construire ou réaménager des moulins et des fours, à Tours, à Ballan ou à Montrichart, agit-il pour dynamiser l’économie locale et, partant, accroître ses revenus, pour affirmer son rôle édilitaire ou pour accroître son emprise seigneuriale ? La même question se pose lorsque Jehan Breton fait mettre en défens une forêt « à haulte fustaye de grande estendue » sur sa terre de Villandry en Touraine301. Part-il d’une réflexion économique (le bois rapporte beaucoup) ou avant tout sociale (en tant que seigneur il cherche à marquer son emprise exclusive sur certains espaces) ? Sans oublier que peut jouer une amorce de prise de conscience écologique en une province « mal garnye de bois ». Les diverses lectures ne sont certes pas incompatibles, mais l’ambiguité demeure. De même, il ne faut pas se méprendre sur certains gestes. En 1557 Philibert Babou se sépare de terres nivernaises. Il précise qu’il n’en a rien aliéné « fors aucuns affranchissemens qu’il a faictz à aucuns des subjectz de lad. terre, pour le bien et augmentation d’icelle, ainsi qu’il luy sembloyt »302. Il ne faut lire ici aucune opposition aux structures seigneuriales, mais une démarche de mise en valeur qui s’inscrit d’ailleurs dans le cadre d’initiatives royales récentes303. Chez les gens de finance, l’amélioration de l’exploitation et l’ancrage dans le système seigneurial vont de pair304. D’ailleurs la « rumeur » évoquée plus haut qui fait des officiers retirés sur leurs terres de véritables « gentlemen farmers » va dans le même sens.

  • 305 Voir les remarques générales de Constant, Vie quotidienne, p. 88-92.
  • 306 Le 24 décembre 1556, il gèle et Gouberville fait « labourer un champ de fourment […] pour voyer co (...)
  • 307 Sur les méthodes de gestion rigoureuses, voir Mandrou, Fugger, p. 112, 135-137, 201 et 243. En soi (...)
  • 308 Greengrass, Property and politics, p. 376 note 17. Il ne mentionne pas de référence mais s’appuie (...)

126S’il faut donc être prudent sur la signification de leurs initiatives, qu’en est-il d’autre part de la spécificité de celles-ci en matière de gestion ? Elle est loin d’être évidente, et bon nombre d’autres rentiers du sol font preuve de la même attention minutieuse à leur patrimoine que les grands officiers, que ces derniers agissent directement ou par l’intermédiaire de leur personnel305. Les initiatives agricoles proviennent bien souvent de petits nobles locaux qu’il ne faut pas confiner dans une illusoire routine, pas plus d’ailleurs que beaucoup de paysans. En témoigne Gilles de Gouberville, qui se livre à des expériences agronomiques limités, mais significatives306. Sur un autre plan, la mise en gestion des patrimoines par les marchands-banquiers, promoteurs de techniques nouvelles, est largement pratiquée par le haut clergé, du cardinal de Tournon au cardinal de Lorraine. L’essor des baux à court terme, qui permet de mieux contrôler les terres et d’augmenter les profits, est aussi caractéristique des clercs et des nobles traditionnels que des nouveaux notables. Resterait à savoir, mais une telle étude nous entrainerait trop loin, par quels canaux se diffusent les nouvelles techniques de gestion. Constatons seulement au passage que les gens de finance ont pu jouer un certain rôle dans ces stratégies d’optimisation307. L’exemple de la gestion des biens des Foix-Albret-Navarre au 16e siècle, gestion précisément marquée par le recours accru aux baux courts, est là pour le souligner308. Dans les années 1530-1540 par exemple les responsables financiers de la famille sont souvent des officiers de finance du roi de France qui peuvent être des agents actifs de transformation.

  • 309 Hamon, Ruzé, p. 51-52.
  • 310 A.N. M.C. XIX 57 (4-4-1524). Même politique chez un parent, Michel de Champrond : Jean Dupèbe et P (...)
  • 311 A.N. Y 106 f° 262.
  • 312 A.N. M.C. XIX 82 ((5-12-1539), 165 (16-4-1544) et 173 (23-12-1547).
  • 313 Exemple des Fugger pour leurs vins de qualité : Mandrou, Fugger, p. 81.

127C’est sur un autre terrain, celui du rapport à la terre, qu’il faut sans doute aller chercher ce qui marque le plus la spécificité des officiers de finance et de leurs proches. La vente (tardive il est vrai) par Babou de ses biens en Nivernais peut introduire au souci qui est celui de plusieurs familles de rationaliser leur patrimoine en se séparant d’actifs trop éloignés et difficiles à surveiller. La dispersion évoquée précédemment atteindrait ici ses limites. Loys Ruzé, frère de Jehan, une fois installé dans la capitale, vend en Blésois pour acheter en Brie309. Lambert Meigret et sa femme cèdent à un marchand d’Anjou une rente assise dans cette province. Elle pose des problèmes juridiques, compliqués par « le loingtain pays où lad. rente est assise, qui est de IIIIXX lieues [de Paris] ou environ »310. Deux des enfants de Julien Bonacorsi feront bientôt de même avec les biens toscans qui leur viennent de leur père311. Anthoine Le Maçon, autre parisien, cède en 1539 une grange et ténement situés à Temay en Dauphiné, héritage qui est échu à sa femme. Le même, qui achète un fief à Vouvray en 1544, cherche dès 1547 à s’en débarasser312. Bien sûr, il faudrait mieux connaître le contexte exact de ces transactions. Bien sûr, dans certains cas, la réorganisation semble plus familiale que géographique : c’est un troisième fils Bonacorsi qui, au moins provisoirement, s’assure la possession des biens italiens de la fratrie. Or il est comme ses frères implanté en France… Bien sûr enfin, une production spécifique peut expliquer la conservation d’un domaine excentrique313.

  • 314 A.N. M.C. XIX 41 (1-12-1516) ; XIX 53 (sans date, 1521) ; L. et S., t. I n° 478 et 479.
  • 315 A.N. M.C. XIX 44 (23-7-1517) et 49 (18-3-1521).
  • 316 A.N. M.C. XIX 54 (12-10-1522) et 60 (16-4-1527). Elle peut masquer des intérêts représentés par le (...)
  • 317 A.N. M.C. XIX 168 (23-1-1546) et III 90 (12-5-1556).
  • 318 Sur la plus grande instabilité de la propriété des notables bourgeois, voir Charbonnier, Auvergne,(...)

128Mais la spécificité du comportement des grands officiers semble aller plus loin. Parallèlement à l’effort d’accumulation, on constate souvent une grande instabilité dans la détention des terres. L’exemple assez bien documenté de Morelet de Museau souligne que l’acquisition des biens fonciers ruraux est fréquemment remise en cause, au gré des nécessités financières. La terre de Bassigny, acquise par son père en 1493, est revendue en 1516, la baronnie du Sauchay, achetée en 1521, n’apparaît plus dans son patrimoine à sa mort, pas plus que le fief de Bugney, près de Brie-Comte-Robert, détenu en 1505314. C’est que bien souvent la terre n’est qu’un élément dans les circuits du crédit et, selon les cas, Morelet conserve ou non les biens en jeu. En 1517, les Louan parviennent à racheter la seigneurie de Siguel. En 1521, Morelet ne fait aucune difficulté à prolonger un droit de réméré d’un an sur une terre du Lodunois, reconnaissant que « le temps de la grace [par] luy donné estoit bien brief » et qu’il est difficile au précédent propriétaire de « faire dilligence de recouvrer ses deniers »315. D’autre part, Morelet engage ses propres terres sans hésiter. Montbrillois et Vary, deux autres seigneuries lodunoises, sont « vendues » 10 000 lt à Raoul Hurault le 12 octobre 1522. Mais un acte du 16 avril 1527 marque la restitution complète des deux terres à Morelet, Hurault déclarant que « led. de Museau [les] luy avoit baillées et mises en ses mains pour seureté de la somme de dix mille livres tournois, [dont] il a esté entierement satisfaict et remboursé ». La vente simulée ne correspondait donc qu’à une garantie316. La fluidité du patrimoine est peut-être encore plus nette en ville : Morelet, toujours lui, a été plus ou moins longuement propriétaire d’au moins quinze maisons dans la capitale. A sa mort cinq seulement lui appartiennent encore. Nombreux sont les grands officiers qui semblent entretenir un rapport d’ordre spéculatif avec le patrimoine foncier qu’ils détiennent. Pour ses fermes de Brie, Pierre d’Apestéguy accumule ainsi les transactions : après une dizaine d’années d’acquisitions nombreuses, la ferme de la Ronce est échangée contre des rentes. Elle est récupérée dix ans plus tard, au moment où celle de Coubert est à son tour vendue. Trafics d’argent, de rentes et de terres s’articulent entre eux dans certaines de ces opérations317. Dans cette perspective, beaucoup de biens fonciers apparaissent comme de simples placements que l’on achète et revend au gré de la conjoncture et des besoins de liquidités. Même s’il n’est guère possible de la mesurer, les grands officiers paraissent emblématiques de cette instabilité globale des patrimoines qui est peut-être le propre des nouveaux propriétaires fonciers urbains318. Si la terre apparaît ainsi souvent comme une simple réserve financière, il ne faut cependant pas perdre de vue, dans certains cas au moins, la dimension d’investissement social qu’elle représente. Il arrive alors que certains conservent une seigneurie lointaine, en particulier dans leur région d’origine, comme Jehan Laguette dans le nord du Cotentin. Celle-ci manifeste en effet localement le nouveau statut de son possesseur.

  • 319 Exemples de construction de greniers ou de réserves chez Pierre Legendre à Paris [Hervier, Legendr (...)
  • 320 Chevalier, Tours, p. 530.
  • 321 Spont, Semblançay, p. 103.
  • 322 Chevalier, Tours, p. 393.

129L’importante fluidité des patrimoines, en dehors même des déboires causés ici par les poursuites royales, est une réalité. Ce phénomène va semble-t-il de pair avec une attention plus forte que la moyenne à la constitution de réserves de produits agricoles, dont on a vu plus haut l’intérêt spéculatif319. Derrière les stocks, il y a évidemment les flux… Sur un tout autre plan également on trouve des indices de cette attention de grands officiers à la circulation. À Tours, au début du siècle, ils font preuve en matière de gestion des flux d’une certaine originalité. Semblançay et Thomas Bohier jouent ainsi un rôle essentiel dans la modernisation du système d’adduction d’eau320. Ce sont eux aussi, sans doute, qui obtiennent du roi un édit, en décembre 1508, pour l’amélioration de l’évacuation des ordures321. Enfin, en matière d’approvisionnement céréalier, les grands officiers parviennent en novembre 1517 à s’opposer victorieusement à une taxation des prix, en période de tension sur le marché, contre l’avis des gens de loi et des autres officiers royaux322. Hommes de la circulation et du mouvement, les grands officiers apportent ainsi leur contribution à l’ouverture du royaume et de la société. Cette aptitude psycho-sociale à saisir les opportunités se manifeste ainsi dans leur rapport au patrimoine. C’est un atout non négligeable dans un processus d’enrichissement. D’autant que les officiers de finance, grâce à des revenus élevés, disposent des moyens d’exploiter largement ces opportunités.

B. LA QUESTION DES REVENUS

  • 323 Pour l’emploi contemporain de coefficients pour le passage du revenu au capital, voir par exemple (...)

130Les importantes fortunes des grands officiers de finance génèrent en effet logiquement des revenus appréciables. Il ne faut cependant pas déduire trop vite du montant des unes le niveau des autres. Le rapport capital-revenu est loin d’être toujours identique : il varie selon la nature du patrimoine détenu. Il faut se garder d’autre part de « lire » le revenu dans les documents, lorsque des estimations sont précisément construites par l’historien en recourant à un coefficient jugé pertinent323. Le niveau des ressources est peut-être socialement plus significatif que le montant de la fortune, car il conditionne les capacités d’investissement, et donc, à terme, d’enrichissement. Il est aussi important pour ce qui touche aux relations financières avec la monarchie, cruciales pour les hommes de finance.

1. Le niveau des revenus

  • 324 Ainsi des revenus de Gaillard Spifame : une série de baux passés par le tuteur des héritiers de Ga (...)
  • 325 J’ai défalqué des évaluations de J 958 celles qui s’appliquent à des biens qui ne rapportaient rie (...)

131Les données disponibles sont en définitive plus réduites que pour les fortunes. Pour l’essentiel, hors des réalités bien connues qui concernent les gages, seules les évaluations effectuées lors des saisies royales fournissent des chiffres d’ensemble recevables. S’il est en effet possible de critiquer chaque « estimation prisé au moindre » réalisée par les agents du roi324, il n’en reste pas moins qu’elles ont l’immense mérite de synthétiser des données qui, pour la plupart des officiers, restent beaucoup trop fragmentaires pour pouvoir être utilisables. Sauf, pour les cas les plus favorisés, à rebâtir un échafaudage d’estimations… à partir des estimations déjà effectuées pour les fortunes. Ce serait, me sem-ble-t-il, trop aléatoire. Les revenus annuels disponibles sont alors les suivants325 :

  • 326 Les revenus de ses terres, estimés à 3 000 lt d’après les comptes de gestion du temps de la saisie (...)

132Note 326326

  • 327 Il faut aussi tenir compte des cas, rares, où certains personnages contrôlent, via les fermes ou l (...)
  • 328 A.N. M.C. XIX 48 (6-6-1519) et 49 (3 et 17-8-1520).
  • 329 A.D. Loir-et-Cher, E 743, 196.
  • 330 B.N. P. O. 682 dos. 15965, n° 2 et 49. Dès 1493, il est chargé de récolter 2 000 lt dans la provin (...)

133Revenus du patrimoine immobilier et gages constituent les deux seuls postes disponibles ici. Encore est-il probable qu’une partie des revenus des offices nous échappe, aussi bien pour ceux qui sont exercés que pour ceux dont des commis ont la charge327. Et il est d’autres lacunes. À l’exception de Semblançay, dont les gages comme trésorier de Louise de Savoie sont intégrés au total, les revenus assurés par d’autres fonctions ne sont pas connus. Or certains officiers sont au service – rémunéré – de princes ou de grands nobles. D’autre part, plusieurs d’entre eux s’investissent dans la gestion des biens du clergé, souvent à proximité immédiate de leurs possessions. Morelet de Museau a ainsi pris à ferme terres et dîmes de l’infirmerie de Saint-Denis et de l’abbaye Saint-Martin-des-Champs sur les paroisses de Champigny et Cueilly-la-Regnardière, où il est implanté328. Raoul Hurault afferme de son côté dès 1507 les biens du prieuré de Cheverny329. Quant à Jaques Charmolue, il est pendant plus de trente ans receveur en Normandie du chapitre de Notre-Dame de Cléry330. D’autres postes auraient probablement à figurer ici, ainsi des éventuels intérêts des prêts, en dehors des rentes constituées intégrées dans le patrimoine immobilier.

  • 331 Hamon, Argent du roi, p. 345. La coupe d’un arpent de haute futaie se négocie couramment entre 45 (...)
  • 332 C.A.F., t. III n° 9012 (19-5-1537). Il perçoit alors 3 150 lt comme trésorier de France et 400 lt (...)
  • 333 A.N. M.C. XIX 272 (27-4-1548) papiers, n° 9, 10, 11 et 36. Vingt ans plus tard, dans le cadre d’un (...)

134Il faut donc supposer que les revenus d’ensemble sont supérieurs, dans une proportion malheureusement impossible à connaître, aux chiffres fournis plus haut. D’autant que, ponctuellement, des rentrées exceptionnelles peuvent assurer d’importants compléments. C’est le cas pour les ventes de bois : Semblançay, en Touraine, récolte ainsi 6 000 lt en 1525-1526331 Cela vaut également pour des dons du souverain. En 1537, les 4 500 lt reçues par Charles de Pierrevive, sans doute à cause de ses bons et loyaux services dans les armées, font plus que doubler les revenus qu’il tire de la monarchie cette année-là332. Les cinq chiffres fournis plus haut, sur un groupe de 121 personnes, posent de nouveau la question de la représentativité. Ici encore, les revenus les plus élevés sont surreprésentés. Le revenu (incomplet) le plus faible, celui de Jehan Ruzé, est sans doute plus proche de la moyenne. Encore est-il déjà important : avec 2 400 lt par an tirées de ses terres, Ruzé est à un niveau trois fois supérieur à ce que Jaques Bernard obtient des siennes (environ 800 lt)333.

  • 334 Un exemple de remise, apparemment gracieuse, de trois années d’arrérages (soit 300 lt) par Jehan C (...)

135Reste que ces rentrées impressionnantes peuvent apparaître comme des rentrées très théoriques. Les revenus effectifs en effet souffrent d’un décalage sensible par rapport à ce que les officiers sont en droit d’espérer. L’irrégularité dans le versement des gages est une réalité bien connue. Mais cela vaut aussi pour les fermages, et plus encore pour les rentes. Pour quarante rentes observées à Paris au cours de leur existence dans les liasses du minutier central, le délai moyen écoulé depuis le dernier versement d’arrérages est de 42 mois. Certes, il est possible que les rentes les plus mal honorées soient surreprésentées dans les minutes. Certes, la présence de quelques retards exceptionnels noircit sans doute exagéremment le tableau. Mais si on ôte de l’ensemble les quatres rentes dont le délai est de plus de cent mois [à elles seules (10 % de l’échantillon) elles représentent 43 % de la durée cumulée], la moyenne baisse sensiblement (à 26 mois et demi), mais demeure tout de même supérieure à deux ans, quand les versements devraient en principe se succéder de trois en trois mois. Malgré tout, rares sont les cas d’abandons, complets ou même partiels, d’arrérages334. Une pratique apparaît en revanche fréquente, celle du versement en bloc des sommes accumulées, à des échéances irrégulières. C’est d’ailleurs souvent lors de ces apurements que l’on peut mesurer les délais depuis le paiement précédent. La plupart des arrérages semblent donc bien finir par être payés. N’est-ce pas d’ailleurs valable pour la grande masse des revenus de nos officiers ? La solidité de leur fortune, l’efficacité de leurs interventions judiciaires jointe à la qualité de leur réseau de relation doit les mettre à l’abri de déboires trop sérieux. Sauf bien sûr si la monarchie se met de la partie. Mais globalement il doit y avoir le plus souvent un simple décalage temporel entre les échéances officielles et les versements effectifs. Une telle réalité se constate d’ailleurs également, à un échelon plus modeste, pour les « mises » (recettes) de Gilles de Gouberville.

  • 335 Voir supra, chapitre un, p. 23.
  • 336 Voir quelques données dans Constant, Vie quotidienne, p. 82-83.
  • 337 Gascon, Grand commerce, p. 372.
  • 338 Greengrass, Property and politics, p. 374-375.

136Au bout du compte, malgré la fragilité des données disponibles, les officiers de finance apparaissent comme des hommes disposant de revenus très élevés. L’ampleur de leurs gages, considérables par rapport à la plupart des autres agents royaux335, les situe même un niveau assez exceptionnel. Cela est net quand on le compare avec celui de la masse nobiliaire et même celui de la bonne gentilhommerie336. Il faut aller chercher du côté de la grande marchandise, par exemple avec Thomas Gadagne et ses 10 475 lt de revenus mentionnés dans les Nommées lyonnaises, pour trouver un ordre de grandeur équivalent337. Une fois de plus c’est du côté du haut clergé et de l’aristocratie laïque qu’il faut se tourner pour apercevoir des ressources supérieures. Dès le début des années vingt, avant même l’essor de la brillante carrière d’Anne, les Montmorency tirent ainsi déjà plus de 10 000 lt par an de leurs seules terres. Et le connétable fera beaucoup mieux sous Henri II338.

2. Des liquidités abondantes ?

  • 339 Voir supra, p. 227.
  • 340 Spont, Semblançay, p. 260-261 (lettre du 9-8-1527 en fac-similé).
  • 341 A.N. M.C. XIX 87 (14-6-1544).
  • 342 Voir le cas de la seigneurie de Garennes : I.A.D. Legendre, n° 190 et 192. Les Fugger, s’ils règle (...)

137Ces revenus se retrouvent-ils accumulés en beaux écus dans les coffres des officiers ? A l’heure des bilans, en particulier lors des inventaires après décès, on a plutôt constaté le caractère limité des stocks monétaires339. Or, malgré la place prise par le papier financier, les espèces ont un rôle central dans les transactions. La situation des grands officiers ne serait-elle alors qu’un reflet d’une réalité plus large, celle d’une relative pénurie de liquidités qui frappe aussi bien les humbles et leurs médiocres monnaies de billon que les plus riches et oblige à mettre sur pied tout un système de crédit ? Il est sûr que les grands officiers ne sont pas à l’abri de problèmes de trésorerie. Semblançay, à la fin de sa vie, affirme que depuis quatre ans, il n’a jamais eu « deux mil escuz ensemble » et qu’il ne doit pas disposer de plus de « trois à quatre cens piesses d’or de toutes sortes » à l’heure où il écrit340. Il est vrai que son témoignage est sujet à caution et que sa situation, à la veille de sa pendaison, est exceptionnelle. Mais le contraste est net avec une fortune qui est encore très solide et peut atteindre ou dépasser les 200 000 lt. Autre homme d’argent en manque d’espèces, Jehan Laguette en juin 1544. Pour régler une somme de 5 000 lt, il doit constituer une rente car « pour le présent, il n’a deniers »341. Quand un gros achat se produit, il génère parfois des opérations de règlement longues et complexes342. Mais ici déjà il faut faire la part du choix et de la négociation : il peut être préférable de consacrer à d’autres fins des liquidités en fait disponibles.

  • 343 A.N. M.C. XIX 87 (18 et 25-5, 17-7 et 12-9), 88 (11-12), 164 (16-1, 5 et 27-3, 3-4), 165 (16 et 22 (...)
  • 344 Et encore faut-il être prudent face à celles-ci : des contrelettres viennent parfois rétablir la v (...)
  • 345 Guignard, Humanistes tourangeaux, p. 178 ; A.N. M.C. XLIX (2-6-1542) et VIII 282 (25-3-1537).
  • 346 B.N. Carrés d’H. 50 (Babou) n° 34. 4 000 lt seront versées trois ans plus tard, en janvier 1538. O (...)

138Dans bien des cas en effet les espèces sont présentes. Les officiers de finance ont régulièrement la capacité de mettre sur la table des quantités non négligeables de monnaies d’argent et surtout d’or. En treize transactions d’une année prise au hasard, 1544, trois officiers à eux seuls versent ainsi comptant pas moins de 9 384 lt, dont 98,5 % en monnaies d’or343. A lui seul Anthoine Le Maçon débourse 5 440 lt. Même le modeste Jehan Dudéré, pour acquérir une maison rue de la Verrerie, aligne 2 475 lt. Il racle sans doute ses coffres car il est le seul du groupe à payer avec cinq types d’espèces différentes : à côté des écus au soleil dominants, d’un bon nombre de ducats et de doubles ducats, il fournit aussi neuf écus à la couronne et une portugaise. C’est de plus la seule transaction pour laquelle l’or tombe, si l’on ose dire, un peu au-dessous de 96,5 %. Il n’empêche : même à supposer que Dudéré ait effectivement asséché ses réserves, celles-ci représentent déjà un montant considérable pour un homme dont la fortune, modeste, peut être évaluée à 10 à 15 000 lt dans les années 1550. De même, pour les dots de leurs filles, les officiers fournissent régulièrement des milliers de livres comptant. Certes, dans de nombreux cas, il est impossible d’affirmer que les sommes qui doivent être versées « dedans les espousailles » le sont effectivement, faute d’une quittance344. Cependant, cette précision est parfois apportée : les 6 000 lt de la dot d’Anne Leclerc, fille de Clérambault, sont réglées sept mois après le contrat de mariage ; 2 500 lt sont versées pour Catherine Meigret ou Gabrielle Sapin345. Enfin Philibert Babou ne débourse pas moins de 12 000 lt (sur une dot de 20 000 lt) au moment du mariage de sa fille Claude346.

  • 347 Sur ce point voir l’exemple de Semblançay développé au chapitre six, p. 390.
  • 348 Chéruel, Ormesson, p. VI.
  • 349 Prêts au personnel militaire remontant à 1511 et 1514 : A.N. M.C. CXXII 12 (13-7-1527).

139D’où viennent alors les fonds dont disposent les grands officiers ? Tout d’abord de leurs propres revenus. La vente d’importantes quantités de blé, de bois, de vin ou de viande, accumulées directement ou via les fermages, constitue ici un atout important. A côté de ces ressources personnelles, qui constituent peut-être l’essentiel, d’autres sources de liquidités procurent d’incontestables facilités, à commencer par les stocks monétaires de la famille proche. Les grands officiers dont un frère ou un fils occupe une importante fonction ecclésiastique, ont parfois recours aux fonds que drainent de tels bénéfices347. Lorsque Nicolas Lefèvre veut acquérir, sous Henri II, la charge de trésorier de l’extraordinaire des guerres, « pour ce qu’il n’avoit pas assez d’argent » il sollicite son frère Olivier, commis du trésorier de l’Épargne Blondet. Olivier « luy bailla la clef de son coffre pour en prendre ce qu’il voudroit »348. Plusieurs Grolier sont dans les finances au début du siècle, et se fournissent des liquidités les uns aux autres349. Certains officiers disposent parfois aussi d’espèces en garde, en dépôt ou consignées, ou encore liées à la gestion de biens sous tutelle. Sans oublier, à l’occasion, les fonds des finances royales, du moins pour les grands comptables qui gèrent directement ce qui aboutit aux caisses centrales. Encore faut-il pouvoir regarnir en temps opportun les stocks sollicités, d’où l’importance des revenus propres. C’est probablement ce rapport au temps qui permet de concilier la faiblesse des réserves repérables ponctuellement, voire les difficultés de trésorerie, avec le constat que les grands officiers disposent au moment des transactions de quantités non négligeables d’espèces. Selon toute vraisemblance, leur argent circule beaucoup : ils n’en accumulent que rarement, ou plutôt ils ne prennent soin d’en rassembler que dans le but de faire aboutir une opération précise. L’argent potentiellement disponible est placé, investi, soit dans des opérations privées, soit dans l’appareil financier monarchique. Une fois de plus, le rôle d’agent de circulation des grands officiers semble net.

  • 350 A.N. M.C. VIII 43 (9-6 et 21-8-1525). Moins de 800 livres en écus, le reste en testons, douzains, (...)

140Pour autant, leurs disponibilités personnelles sont régulièrement insuffisantes et l’appel à autrui n’est pas rare pour mobiliser les espèces. Mais de quel « autrui » s’agit-il ? Une immersion dans les minutes parisiennes montre que le plus souvent, et cet aspect est ici capital, le crédit se fait à l’intérieur du groupe des hommes de finance, les besoins ponctuels des uns étant couverts, pour ce qui est des liquidités, par les capitaux des autres. Ici les officiers moyens ou les clercs et commis – qui sont parfois les mêmes – peuvent jouer un rôle important. Lorsque Gaillard Spifame mandate en 1525 ses agents parisiens pour trouver des fonds pour son prêt de l’Extraordinaire des guerres, ceux-ci se tournent en premier lieu vers Jehan Duval père, receveur et payeur des gages du Parlement, qui avance 3 000 lt, pour l’essentiel en espèces d’argent, voire de billon350. En 1538, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, général de Languedoïl, sollicite ses « amys » de le « secourir de leurs deniers en [ses] affaires ». Six personnes fournissent alors des fonds : parmi elles Jehan Malartin, receveur des tailles de Châteaudun, Victor Barguin, trésorier de Mesdames les filles de France, Thibault Garrault, un autre receveur (non identifié précisément) et Jehan Courtin « l’esné », très probablement ancien receveur des aides et tailles de

  • 351 A.N. M.C. CXXII 1051 (22-6-1538). Deux prêteurs n’ont pas pu être identifiés : madame de la Borde, (...)
  • 352 A.N. Z1a 57 f° 246v° et 59 passim. S’y ajoutent des parents de grands officiers, comme Anthoine Hé (...)

141Beauvais351. Sur 21 débiteurs identifiés de Sapin, au début des années trente, 14 sont des officiers de finance352.

  • 353 Dans le cas des marchands, voir les cercles autour de Nicolas Le Coincte ou Jehan Prévost dans Ham (...)
  • 354 A.N. M.C. XIX 55 (17-7-1523). Un développement rayé sur l’acte laisse penser que Picot a pu ne ver (...)
  • 355 L. et S., t. I n° 531 et t. II pl. LXXVIII.
  • 356 Sur le remboursement, voir A.N. M.C. XIX 88 (6-11-1544) : déclaration de J. Laguette, ancien clerc (...)

142Lorsque les grands officiers sortent de ce cercle, c’est pour faire appel au milieu des officiers importants, en particulier de justice, et, moins fréquemment, au monde des grands marchands. Dans la plupart des cas, il s’agit encore de personnes qui sont proches du monde de la finance, souvent alliées ou apparentées à celui-ci353. Morelet de Museau vend ainsi à Loys Picot, président de la cour des Aides, une rente de 1 550 lt pour la somme considérable de 27 000 lt. Picot lui fournit l’argent « content » en 10 000 écus au soleil « et le reste en grosse monnoye courant à present »354. Or ce Picot est le fils d’un officier de finance et surtout le beau-frère du général Henri Bohier, collègue de Morelet355. Ce dernier rembourse Picot pour l’essentiel en 1528-1529, après avoir vendu sa charge de général (vers juillet 1528). Il fait fournir à Picot à cette occasion 16 000 lt comptant356.

  • 357 A.N. M.C. XIX 266 (11-5-1536) I.A.D. Séguier, papiers, cote mm.
  • 358 A.N. M.C. XIX 65 (16-9-1531) et 70 (8-10-1531).
  • 359 A.N. M.C. XIX 65 (22-6-1531).

143Plus largement, le dossier des opérations de crédit repérées en 1531 paraît très significatif. Cette année-là, en quelques mois, un certain nombre de charges financières importantes changent de titulaire : Jehan Godet devient responsable de l’Extraordinaire des guerres sans doute en mai, Jehan Laguette trésorier des finances extraordinaires et parties casuelles en juin, Nicolas Le Coincte changeur du Trésor en juillet et Anthoine Le Maçon receveur général de Bourgogne en août. Chacun cherche à se procurer des liquidités pour solder tout ou partie des transactions. Pour le dernier, un seul prêt, modeste, a laissé des traces : Le Maçon obtient en septembre 350 lt au contrôleur des guerres Jaques Séguier357. Pour les trois autres en revanche, les sommes en jeu sont beaucoup plus importantes. Nicolas Le Coincte, associé à son frère Guillaume, emprunte dès la fin de février 1531 5 750 lt au receveur général Jehan Carré ; en octobre, c’est en compagnie du marchand orfèvre Etienne Delange qu’il obtient de Nicolas Hardy, marchand et bourgeois de Paris, 2 000 écus soleil. Tout l’argent de ce second prêt revient à Le Coincte358. Godet de son côté, « pour ses grans et urgens affaires et nessessitez », sollicite en compagnie du contrôleur des guerres Jehan Turquam le secrétaire du roi Guy de la Maladière pour une somme de 8 000 lt, qu’il empoche entièrement359. Laguette enfin fait appel au trésorier de Provence Julien Bonacorsi, qui lui prête 8 000 lt puis au conseiller au

  • 360 A.N. M.C. XIX 70 (23-9 et 14-12-1531).
  • 361 Il faut cependant admettre ici qu’une homonymie est possible, quoique peu probable : la chronologi (...)

144Parlement Guilaume Alart, qui lui achète pour 2 400 lt une rente de 200 lt360. Parmi les cinq prêteurs, en apparence deux hommes de finance seulement : Carré et Bonacorsi. Mais Guy de la Maladière est commis du trésorier des guerres Jehan Grolier auquel il succède en 1532. Nicolas Hardy pour sa part sera commis au payement des pensions d’Angleterre dès 1533, en attendant de devenir receveur des exploits et amendes du Parlement puis trésorier de la Marine du Ponant361. Quant à Guillaume Alart, fils d’un argentier du roi Louis XII, il est sans doute parent des Hurault et des Boudet par sa mère, Marguerite (ou Marie) Garandeau. Beau-frère d’un greffier du Trésor (Jehan de Rueil) et d’un contrôleur de l’Écurie du roi (Michel Leclerc), financier non négligeable de la place parisienne, il est tout à fait intégré dans les réseaux des hommes d’argent. Et tout laisse penser, ici encore, que ces prêteurs tirent leurs fonds de leurs propres réserves.

  • 362 A.N. M.C. III 7 (9-[l ou 2]-1532).

145Mais les fournisseurs de liquidités, en raison de l’étroitesse des stocks et donc du souci qui est le leur d’utiliser au mieux leurs capitaux, n’aiment guère savoir leur argent immobilisé dans l’attente d’une décision. D’où des difficultés pour les emprunteurs lorsqu’une négociation traîne en longueur. Ambroise Le Moyne, contrôleur de l’artillerie, est en pourparlers avec Georges Heroet au sujet d’un office de trésorier des guerres. Or se produit un « empeschement » dont les deux parties se rejettent mutuellement la responsabilité. Pour Le Moyne, qui affirme avoir « faict ses preparatifs à tenir prest l’argent » dans les délais, la situation a depuis beaucoup évolué car « aucuns personnaiges qui avoient lors dud. traicté liberallement accordé aud. Le Moyne luy ayder de quelque bonne somme, pour la longueur dud. affaire se seroient licenciez et voullu faire autre prouffit de leurs deniers ». Dans le même temps d’ailleurs, Le Moyen ne craint pas la contradiction puisqu’il affirme « supporte[r] grosses pertes et dommaiges », en raison de la rémunération de l’argent emprunté362. À moins bien sûr qu’il n’y ait deux catégories de fournisseurs de fonds, les uns déjà engagés dans l’affaire et les autres ayant seulement immobilisé leur argent dans l’attente de l’accord final.

  • 363 Hamon, Argent du roi, p. 178-180.
  • 364 Une mise au point sur ce thème, abordé sous un autre angle, dans Hamon, Argent du roi, p. 205-211.
  • 365 Voir Hamon, Argent du roi, p. 395 et note 289.

146Ainsi donc d’importantes liquidités sont-elles disponibles, ou du moins rapidement mobilisables, par les officiers de finance collectivement. Elles servent à financer les achats, en particulier immobiliers (terres, seigneuries, maisons, offices, rentes) mais elles permettent aussi de prêter, peu ou beaucoup selon les circonstances. Les prêts concernent les particuliers, du modeste crédit rural, qui ne nécessite que quelques écus au mieux, et le plus souvent des espèces d’argent, aux avances aux grands nobles, sur lesquelles le chapitre suivant reviendra plus longuement, mais également la fourniture au roi et à ses agents du métal précieux qui leur fait souvent défaut. La monarchie, pompe à aspirer (puis à refouler…) les écus, sollicite, on le sait, les gens de finance. D’abord au quotidien pour des avances qui restent souvent discrètes, dans les provinces ou aux armées. Il y a place ici autant pour des jeux d’écriture et des arbitrages sur les échéances que pour la fourniture régulière de deniers. Et c’est au final l’argent des impôts qui finit par solder les déficits et les retards. Mais il y a aussi les occasions, qui vont d’ailleurs en se raréfiant au cours du demi-siècle, où les grands officiers doivent avancer directement des fonds au roi363. Il me semble qu’en puisant directement dans leurs disponibilités et dans les capacités en liquidités du groupe et de la nébuleuse qui l’entoure et qu’on vient de cerner, ceux-ci peuvent largement répondre à l’attente du monarque, dans la mesure où ses exigences restent encore limitées364. Bien sûr, certains, peut-être les plus fragiles, comme Estienne Besnier en 1530-1531, doivent, pour financer des avances promises, recourir au monde des marchands365. Mais ces derniers sont en fait souvent des hommes qui gravitent régulièrement autour des finances royales (Estienne Delange, Jaques Pinel). Bien sûr, au début du règne de François Ier, le groupe des généraux des finances est en permanentes relations d’affaires avec les grands marchands-banquiers lyonnais, mais les ordonnateurs sont eux aussi directement sollicités et doivent puiser dans leurs fonds propres.

  • 366 Il a aussi d’autres atouts, sur d’autres plans : il est le frère d’un général bien en Cour, Thomas (...)

147Reste qu’il ne faut pas perdre de vue, comme on l’a déjà souligné, que l’offre de crédit ne nécessite pas toujours la fourniture d’espèces : dans bien des cas la circulation du papier financier offre des opportunités non négligeables. Et faire crédit c’est souvent attendre d’éventuelles rentrées, aussi bien de la part d’un fermier, d’un débirentier que du roi, plus que fournir effectivement des liquidités. Les officiers de finance ont l’avantage de disposer d’une grande capacité, individuelle et surtout collective, à attendre les versements et les remboursements. Ils ont les reins solides grâce à l’importance de leurs revenus (et, a fortiori, de leur capital) par rapport aux sommes engagées. Dans le même temps, leur position centrale dans la circulation des fonds monarchiques, même si ce ne sont pas les caissiers qui prêtent le plus, mais surtout les ordonnateurs, leur donne accès à d’incontestables facilités financières, ne serait-ce que pour récupérer les avances faites au roi. Le général de Languedoc Henri Bohier, important prêteur entre 1512 et 1523, est pratiquement toujours assigné pour son remboursement dans sa généralité d’exercice, ce qui ne lui nuit probablement pas366. Leur position clef donne donc aux grands officiers la capacité de prêter aujourd’hui ce qui leur a été remboursé hier et qui soldait un prêt d’avant-hier… Certains d’entre eux tirent peut-être des profits illicites, ne serait-ce qu’à la marge, de leurs activités professionnelles. Mais il me semble que leurs ressources licites permettent à elles seules de rendre compte de l’essentiel de leur activité de crédit, y compris au sein de l’appareil monarchique. C’est un atout important pour asseoir leur réussite. Le crédit doit alors être vu comme un investissement. Or les retours qu’on peut en attendre ne se limitent pas à d’éventuels intérêts.

C. S’ENRICHIR

1. Préalable : des héritiers ?

  • 367 Sur le capital de départ sous Louis XIV, voir Dessert, Argent, p. 123.

148Pour prendre, autant que possible, la mesure de l’enrichissement des grands officiers, il est indispensable de jauger ce dont ils héritent lorsqu’ils partent à l’assaut de la fortune. Il ne faut pas perdre de vue que l’importance de leur engagement financier est plus réduite qu’au 17e siècle : au siècle suivant en effet, aussi bien comme intéressés directs que comme garants et intermédiaires des avances des grandes fortunes du royaume, les gens de finance sont, dès le départ, des hommes dotés d’une solide richesse, qui leur vient pour une bonne part des efforts des générations antérieures367. Au 16e siècle, les besoins initiaux, à l’heure d’entrer dans la carrière, sont plus modestes. C’est sans doute ce qui explique le caractère plus contrasté des patrimoines de départ. Il est sans doute plus important d’avoir déjà pris pied dans le monde de l’office, comme titulaire ou comme commis, que de disposer d’une fortune déjà bien assise.

  • 368 À titre d’exemple Léonor Babou reçoit un office de secrétaire du roi et la charge de trésorier de (...)

149Il faut le souligner d’emblée : périlleuse pour les officiers eux-mêmes, l’approche des patrimoines de leurs parents devient franchement une gageure. D’autant que, la question étant de savoir à quel niveau se situe un individu (sinon une famille) au moment de son accès au grand office, il ne saurait être ici question d’évoquer les fortunes de pères déjà titulaires d’une telle charge, qu’ils fassent partie du corpus (Florimond Robertet, Thomas et Henri Bohier, Jehan Breton, Philibert Babou368…) ou qu’ils appartiennent à la période antérieure (les commis à l’Extraordinaire des guerres Estienne Grolier ou Jehan Spifame, le receveur général de Normandie Jehan Lallemant ou les trésoriers des guerres Jehan Legendre ou Guillaume de la Croix…). Au bout du compte, au-delà de quelques cas un peu documentés, l’approche globale relève plus de l’impression que de la certitude.

  • 369 A.N. M.C. CXXII 160 (14-6-1546 et 2-9-1546) : une part de puiné (ils sont huit) vaut environ 4 650 (...)
  • 370 A.D. Côte-d’Or B 10595, mai et 10-7-1511 : achat de trois fiefs par Bénigne avec un héritage de so (...)
  • 371 Teyssot, Riom, p. 482, 485 et 691 ; A.D. Rhône, 3E (minutes Delagrange) 4205 f° 342v° et 4206 f° 3 (...)
  • 372 Pour des financiers importants nés de parents inconnus (de l’historien, sous bénéfice d’inventaire (...)

150Pour une partie des officiers, l’enrichissement déjà réalisé par la ou les générations antérieures n’est pas négligeable. La fortune des parents de Jehan II Duval peut être estimée à quelque 50 000 lt en 1546369. Divers indices laissent penser à une richesse importante chez le gros marchand dijonnais André Serre, père de Bénigne et surtout chez Jehan de Beaune, père de Semblançay370. Même des officiers de second plan comme Jehan Parajau, François Barguin ou Jehan Godet ont dû faire de beaux héritages. Anthoine de Céries (ou de Ceriers) est lui aussi dans ce cas : son père, bourgeois de Riom, possède deux seigneuries, un hôtel à Issoire et une maison à Lyon. Trésorier en Auvergne de la duchesse Anne de Bourbon, il est son créancier pour 23 000 lt en 1521371. Pour d’autres familles en revanche, on présume une situation nettement plus modeste. Cela vaut pour de grands officiers eux-mêmes assez peu en vue, comme Jehan Dudéré ou, à un moindre degré, Jaques Veau, mais également pour des hommes de tout premier plan. Ainsi le patrimoine des parents de Philibert Babou, Jehan Breton ou Jehan Cottereau, sans être nul, paraît des plus limités372. Entre ces deux extrêmes, se dessine toute une série de cas moyens, ceux d’une honnête notabilité locale, qui ne réalise pas une accumulation considérable : ainsi des Noblet en Bourgogne, des Bayard ou des Bohier en Auvergne, des La Maladière en Lyonnais ou des Béringuier en Rouergue. C’est donc tout un dégradé de situations de fortune qui se dégage. L’hétérogénéité des positions de départ est probablement plus nette qu’elle ne le sera au siècle suivant, en raison même des modifications profondes des exigences financières du service de la monarchie.

  • 373 B.N. P. O. 937 (Croix), f° 48 et sq.
  • 374 A.D. Côte-d’Or, B 12012, f° 576.

151De toute manière, les biens parentaux ne sont pas toujours mobilisables dès le début de la carrière. Ainsi l’héritage de Jehan II Duval lui échoit-il tardivement : en juin 1546, déjà trésorier de l’Épargne depuis six ans, il n’a d’ailleurs même plus un an à vivre. D’autant que, si Jehan II tire un important profit de cette succession, il n’en va pas toujours de même. Lorsque Guillaume de la Croix rédige son testament en mai 1496, il choisit son fils Loys comme héritier universel, et Geoffroy, le futur trésorier des guerres, doit se contenter, comme son frère Jehan, d’un legs de 4 000 lt, non négligeable certes, mais probablement réduit par rapport à l’importante fortune qu’on pressent chez son père373. Heureusement, il est d’autres héritages possibles. Certains officiers ont la chance de s’enrichir des dépouilles de parents sans descendants directs : ainsi de Bénigne Serre avec son oncle Odart Macheco, doyen de la Sainte-Chapelle de Dijon, entre 1523 et 1527374. Le cas le plus célèbre est sans doute celui de Nicolas de Neufville, qui bénéficie d’une part appréciable de la fortune de son oncle Pierre Legendre, mort sans enfants. Mais on en revient ici au schéma d’un héritage provenant d’un individu qui est déjà un grand officier de finance. Il y a enfin les biens qui proviennent des familles des épouses, beaux-parents en tête. Certes ceux-ci n’appartiennent pas formellement aux grands officiers, mais ils s’ajoutent au capital familial et accroissent les ressources disponibles.

  • 375 Voir par exemple Dessert, Argent, p. 121.
  • 376 A.N. M.C. VIII 40 (1-8-1523).
  • 377 A.N. M.C. XIX 65 (28-6-1531) et 70 (27-1-1532).
  • 378 A.N. M.C. XIX 58 (12-12-1525) et 59 (30-4-1526). Au mariage, il était déjà receveur des tailles en (...)
  • 379 Il est vrai que le schéma inverse se produit peut-être parfois, l’accession à un office en vue déc (...)
  • 380 Voir l’exemple célèbre des Lefèvre dans Chéruel, Ormesson, p. VI.

152Avec les dots, en revanche, l’argent est précocement et rapidement mobilisable. Leur rôle pour lancer les carrières des jeunes officiers a déjà été bien souvent évoqué375. Lorsqu’une fille de Loys de Poncher épouse en 1523 Eus-tache Luillier, « licencié en loix », l’un des tuteurs de la jeune fille (qui a perdu son père deux ans auparavant) conserve par devers lui 10 000 lt de son apport « pour employer en estat et office pour led. Luillier »376. Il est plusieurs cas de coïncidence chronologique entre le mariage et l’acquisition d’une charge qui laissent à penser que certains des membres du groupe ont pu faire de même. Ainsi Jehan Laguette, qui épouse Marie Saligot entre mai 1530 et juin 1531, et accède à la trésorerie des finances extraordinaires et parties casuelles précisément en juin 1531377. Quant à Guillaume Delalande, il traite de son mariage avec Geneviève Le Sueur le 12 décembre 1525 et apparaît comme contrôleur des guerres en avril suivant378. Il en va peut-être de même pour Lambert Meigret, Anthoine Bullioud, Jehan Ruzé, d’autres encore379. L’argent des dots se situe, pour les officiers, à la charnière entre ce qui peut être considéré comme héritage et ce qui découle de leur propre activité. Plus que d’une grande richesse alors, ce qui est sans doute avant tout recherché par les beaux-parents, c’est l’inscription dans une dynamique d’enrichissement, l’appartenance à une famille, un réseau, un milieu porteur. Quand Laguette se marie en 1530-1531, il n’est probablement pas très fortuné. Du moins a-t-il déjà fait la preuve de ses capacités comme commis de Morelet. Il a commencé à accumuler, en particulier en spéculant sur de petits offices, sans oublier de premiers achats de terres en Normandie. À ce stade, le mariage aide à franchir le pas. L’accès au grand office peut alors apparaître comme une spéculation importante dont la réussite assoit solidement la fortune de l’intéressé380.

2. L’enrichissement : une donnée mesurable ?

  • 381 Pour le 17e siècle, voir les chiffres fournis par Bayard, Monde des financiers, p. 419-420.
  • 382 A.N. M.C. XIX 49 (12-9-1520) et XLIX 71 (28-3-1544).
  • 383 Le beau-père de Babou, Victor Gaudin, a acquis le principal fief cédé, la Bourdaisière, pour 4 000 (...)
  • 384 B.N. Carrés d’H. 50 (Babou), p. 33, 34 et 39 ; P. O. 160, dos. 3326, n° 43.
  • 385 Sur les dots comme mise à l’abri d’une partie du capital d’officiers de finance souvent menacés, v (...)

153Reste maintenant à essayer de mesurer l’ampleur de l’enrichissement au long de la carrière. Pour les grands officiers, l’évolution du niveau des dots constitue un premier indice d’enrichissement381. Si les points de comparaison sont rares, notons cependant que Pierre d’Apestéguy, qui reçoit 4 000 lt lorsqu’il épouse Claude de Bidant en 1520, en promet 10 000 pour leur fille Jehanne en 1544382. Il est difficile d’évaluer ce que Philibert Babou a obtenu lors de son union avec Marie Gaudin en 1510 : outre 2 000 écus, il s’agit en effet de terres et d’une maison à Tours qui ne sont pas évaluées. Il est certain que l’ensemble est très important et atteint peut-être 15 000 lt383. Mais Babou, une génération plus tard, est en mesure de doter chacune des trois filles qu’il marie de 20 000 lt384. Quelle que soit la stratégie dotale adoptée ici385, il est clair que Philibert Babou a accumulé entre temps des biens importants, d’autant qu’il a aussi trois fils à établir, qui sont inégalement, mais tous généreusement pourvus.

154Autre indice : l’accumulation par les grands officiers de biens fonciers « de leur conquest ». La mesure du phénomène est délicate, car elle implique une connaissance détaillée du mode d’acquisition. Néanmoins, la possession des principales seigneuries peut servir d’indicateur. Une information par trop disparate interdit une étude très rigoureuse. La place des « héritiers », c’est à dire des officiers dont l’essentiel des terres provient des générations antérieures, n’est pas négligeable. Mais si on excepte les hommes qui constituent en fait la seconde génération des détenteurs de grands offices (Beaune, Bohier, Heroet, Hurault, Preudhomme, Robertet, Spifame et aussi Neufville, héritier de son oncle Legendre…), leur nombre est relativement restreint : cela ne vaut guère que pour Jehan I Duval (par sa mère), Jehan Godet, Jehan d’Estourmel et Charles du Plessis. Dans quelques cas, ce sont les possessions apportées par l’épouse qui sont décisives, ainsi pour Lambert Meigret (biens Champrond et Fontaine) ou Philibert Tissait (biens de Cardonne). Cependant le schéma dominant est celui de la constitution de façon presqu’entièrement nouvelle d’ensembles plus ou moins impressionnants. On retrouve ici les premières générations des Beaune, des Bohier ou des Robertet, mais aussi Pierre d’Apestéguy, Philibert Babou, Julien Bonacorsi, Jaques Charmolue, Jehan II Duval, Jehan Grolier, Jehan Laguette, Anthoine Le Maçon, Charles de Pierrevive, Jehan de Poncher ou Bénigne Serre… Quelques-uns enfin combinent les divers apports sans qu’un des éléments se détache vraiment, à l’image de Jehan Cottereau ou de Gilbert Bayard.

  • 386 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) I.A.D. Pierrevive, papiers, cotes M, P, T, V, DD, HH et KK.

155Cette nouvelle approche, même grossière, met en évidence un net mouvement d’accumulation. Pour autant la prudence s’impose. En effet, au sein même du patrimoine immobilier, l’accumulation de terres peut relever, non d’une augmentation, mais d’un déplacement du capital et correspondre ainsi à un désin-vestissement sectoriel. Ainsi les considérables achats réalisés par Charles de Pierrevive entre 1549 et 1562 sont-ils financés en grande partie par la cession de rentes, pour une valeur de plus de 47 000 lt386. La fortune immobilière de l’intéressé en est donc réorganisée mais non accrue. Malgré cette réserve, l’augmentation du patrimoine global paraît dominante. D’ailleurs les rentes possédées auparavant par Charles de Pierrevive ne proviennent-elles pas justement d’une accumulation qui lui est propre ?

  • 387 Une partie de celles-ci provient peut-être de la succession de sa belle-mère Jehanne Foucquet, qui (...)
  • 388 Ces deux possessions figurent parmi les biens « tous de son conquest » qui servent de garantie à u (...)
  • 389 À titre de comparaison, pour la seconde moitié du siècle, la thésaurisation moyenne de Pomponne de (...)

156Il n’est pas difficile de repérer ponctuellement de véritables campagnes d’accumulation. Ainsi lorsque Geoffroy de la Croix augmente en quelques mois (fin 1505-début 1506) de près de 10 000 lt son capital immobilier en rentes ou en terres : la plupart des paiements mentionnent les espèces versées387. Mais les choses se compliquent dès lors qu’il s’agit de mesurer le phénomène dans la durée. L’expérience a été tentée avec Anthoine Le Maçon pour la période 1530-1550 (Le Maçon meurt en 1551). L’addition de tous les placements immobiliers connus atteint 37 500 lt. Il faut défalquer de cette somme rien moins que 22 800 lt qui correspondent à des cessions d’actifs durant la même période. Ainsi par exemple l’office de receveur général de Bourgogne, acquis en 1531, est-il revendu en 1543. L’accumulation n’est donc que de 14 700 lt. Mais au moins deux achats importants ne figurent pas ici : la seigneurie de Bellassise et une maison rue du Roi-de-Sicile388. Au bout du compte, en supposant que ces deux acquisitions sont réglées en numéraire, un ordre de grandeur de 20 à 25 000 lt d’accumulation sur 20 ans paraît recevable. En l’absence de données utilisables sur le patrimoine mobilier comme sur la thésaurisation, il n’est guère possible d’aller au-delà. De même, il convient de préciser qu’une partie des fonds investis peut provenir d’héritages et non de l’accumulation relevant directement de l’activité de Le Maçon lui-même. Quoi qu’il en soit, une augmentation moyenne du capital immobilier de quelque 1 000 à 1 200 lt par an, représente évidemment beaucoup à l’échelle de la société du temps. Mais cela peut paraître relativement modeste pour qui concentre son regard sur les catégories sociales les plus élevées389. Il est certain que les officiers de finance qui finissent par disposer de fortunes de 100 à 200, voire 250 000 lt ont dû faire beaucoup mieux. Mais il n’est pas possible pour eux de chiffrer cette croissance. Du moins l’ordre de grandeur dégagé pour Le Maçon offre-t-il peut-être un cas moyen, et sans doute un peu sous-évalue.

  • 390 34 000 lt d’achats immobiliers, moins 21 000 lt de cession d’actifs.

157Une autre tentative, pour Pierre d’Apestéguy, qui semblait lui aussi plutôt favorisé par les archives notariales, se révèle très décevante. Entre 1520 et 1550, on aboutit à une accumulation immobilière nette de 13 000 lt390, qui serait réduite à néant par la seule vente de son office de général de Bourgogne, si une trace en était conservée. Il est vrai que bon nombre d’acquisitions nous font également défaut (seigneuries de Romaine, Chenevières, Saint-Piat, maison de la rue Vieille-du-Temple…). Ce dossier met cependant en évidence le caractère très irrégulier de l’accumulation : à elle seule, la période 1526-1530 représente, avec 23 800 lt, plus des deux-tiers des acquisitions connues, à supposer bien sûr que la constatation ne soit pas biaisée par l’incomplétude des sources. Le caractère très instable de la détention des actifs est pour sa part confirmé. Au cours des années 1531-1535, 7 350 lt d’actifs acquis entre 1527 et 1530 sont cédés. Entre 1546 et 1548, la circulation se fait en boucle : Apes-téguy cède deux importantes fermes contre des rentes, il vend une partie de ces rentes, puis récupère au moins une d’entre elles… avant de racheter les deux fermes. La signification de telles opérations nous échappe largement. Il est difficile de savoir comment ces mouvements s’articulent avec une éventuelle mobilisation de liquidités, faute de connaître la circulation de ces dernières.

  • 391 Quilliet, Officiers, p. 650-652.
  • 392 Avec une possible erreur concernant l’intégration de 100 lt de rente « constituées sur le patrimoi (...)
  • 393 Pour le rythme d’enrichissement sous Louis XIV, voir Dessert, Argent, p. 128. Mais la place consid (...)

158Au bout du compte, c’est pour un officier de finance de second rang, Samson de Sacarlarre, contrôleur de l’Écurie, qu’il est possible d’être plus précis grâce à deux inventaires après décès étudiés par B. Quilliet391. La qualité du dossier, avec l’intégration de l’ensemble des biens mobiliers et de l’essentiel de l’immobilier, plaide en faveur d’une assez bonne fiabilité des chiffres. En 1537, à la mort de sa première femme, le patrimoine évalué se monte à 18 469 lt. En 1554, au décès de Sacarlarre lui-même, le montant est de 27 739 lt392. Le rythme moyen d’accroissement est donc de 545 lt par an, soit moitié moins environ que pour Anthoine Le Maçon, alors qu’il ne s’agissait pour ce dernier que de l’immobilier. La différence de niveau entre les deux personnages se manifeste donc nettement ici. Chez Sacarlarre, l’augmentation du patrimoine est de 50 % en un peu plus de 17 ans. Malheureusement il est impossible de fournir un pourcentage pour Le Maçon. Un ordre de grandeur du même ordre supposerait chez lui un patrimoine immobilier final d’environ 60 000 lt. Ce chiffre paraît excessif, ce qui conduit à estimer sensiblement plus rapide dans son cas le processus d’accumulation393.

  • 394 Les résultats seront plus contrastés chez les descendants directs : voir chapitre VI, p. 399-408.

159L’accroissement est donc observable, mais mal mesurable. À plus forte raison faut-il faire son deuil de données précises sur les taux d’investissement ou les cycles de capitalisation. Les grands officiers sont globalement pris dans un mouvement d’ensemble d’augmentation des fortunes394. Reste à tenter d’en percer les modalités.

3. Les logiques de l’enrichissement

a. La rentabilité du capital

160Le capital détenu par les grands officiers leur rapporte d’importants revenus et constitue donc, en lui-même, un premier moyen d’enrichissement. Avec cette restriction qu’il faut éviter à ce niveau le raisonnement tautologique : c’est grâce à d’importants revenus qu’ils peuvent accroître leur capital… dans la mesure justement où le volume de ce capital leur permet de disposer de revenus non négligeables ! Dans l’étude, même approximative, du processus d’accumulation, la prudence face à ce type de raisonnement est donc de rigueur. L’examen des taux de profit des divers postes de revenus laisse pour l’heure de côté ce qui concerne leurs offices, qui fera ensuite l’objet d’un développement propre.

  • 395 Voir Hamon, Argent du roi, p. 147-149.
  • 396 Voir le cas de la très grosse créance de Jehan Sapin sur les Bourbon et la rente de 750 lt qui cou (...)
  • 397 A.N. M.C. XIX 79 (20-12-1537) et LIV 53 (17-6-1536), inv. papiers de Morelet, n° 41 et 42.

161Le taux nominal moyen des rentes constituées (denier dix puis douze, soit 10 % puis 8,33 %) devrait les rendre très attractives. Celles qui pèsent sur les particuliers occupent une place non négligeable dans les fortunes. Mais elles constituent sans doute, au sein du capital immobilier, le placement dont le rendement est le plus irrégulier. D’autre part, les réticences, déjà évoquées, face aux rentes sur l’Hôtel de ville vendues par la monarchie montrent que le niveau de la rémunération théorique du capital ne suffit pas pour orienter les choix des placements des grands officiers. Du moins la rente peut-elle être assimilée à un intérêt assez élevé, même si le terme est juriquement inexact. Qu’en est-il sur ce plan des simples prêts ? La mention d’intérêts est rarement explicite, contrairement à l’usage qui se répand alors pour les emprunts du roi sur le marché financier395. Mais les faits sont là, médiocrement dissimulés. Bien souvent l’attente du remboursement est compensée par l’obtention d’une rente qui court jusqu’à entier paiement396. Mais il existe des rémunérations plus originales. Ainsi quand Nicolas de Saimbault cède un office de payeur de deux compagnies d’ordonnance à Jehan Hutyn. Ce dernier, faute de pouvoir régler les 1 800 lt en jeu, lui vend la maison où il demeure à faculté de réméré. Saimbault la lui reloue séance tenante, à 60 lt par an, ce qui lui assure un intérêt de 3,33 % jusqu’au rachat par Hutyn. Jaques Bohier pour sa part reconnaît le 19 juillet 1515 devoir 600 écus à Morelet de Museau. Par un autre acte du même jour, il promet lui verser la moitié des gages de l’office de receveur des aides et tailles de Nivernais qu’il vient à l’évidence d’acquérir en partie avec les fonds fournis par Morelet397. Pour autant, il est loin d’être acquis que tous les prêts impliquent, de façon plus ou moins déguisée, le versement d’intérêts. J’aurais tendance à croire que pour certaines opérations internes au groupe, opérations qui se croisent en grand nombre et interfèrent régulièrement comme je l’ai montré plus haut, une part de crédit gratuit, à charge de revanche, n’a rien d’impossible. De même la fourniture de fonds à certains grands personnages peut parfois se faire à titre gracieux… étant entendu que l’affaire peut entraîner à terme de nombreux profits indirects.

  • 398 A.N. M.C. XIX 87 (12-9-1544) et 91 (27-6-1546).
  • 399 A.N. M.C. CXXII 22 (22-1, 20-2 et 8-3-1537).
  • 400 Ibid., 25 (3-12-1537), 1051 (27-9-1538), 1053 (28-1-1539) et 1057 (21-4-1540).
  • 401 A.N. J 958 n° 10 et 37.

162Cependant les grands officiers ne négligent pas les spéculations rentables et n’hésitent pas à rechercher, dans le domaine foncier, des niveaux de profits qui atteignent ou frôlent la rémunération théorique assurée par les rentes constituées. La ferme des forges de Gonneville dont l’aménagement a été financé par Jehan Laguette, doit lui rapporter environ 8,5 % par an398. Jehan Tassin, après avoir acheté au début de 1537 une maison à Paris rue Thibaut-aux-Dez moyennant 610 115 st, en demande un loyer de 50 lt, soit un taux de profit de 8,2 %399. Mais sa démarche, franchement spéculative, montre ici ses limites. Après la mort du premier locataire, la veuve de ce dernier résilie le bail. Tassin propose désormais un loyer de 48 lt (soit 7,85 % sur son investissement initial). Il trouve sans difficultés des preneurs, en raison probablement de la relative crise du logement provoquée par la croissance de la capitale. Mais ceux-ci déguerpissent au bout de quelques mois, quelle que soit la durée du bail initialement prévu (de un à neuf ans). Tassin s’obstine et le résultat est là : en avril 1540, guère plus de trois ans après son achat, il est déjà à son sixième locataire400… Il est vrai que les données sur les rendements locatifs fournies dans les estimations des biens de Morelet de Museau ou Gaillard Spifame au milieu des années trente sont nettement inférieures : pour une valeur du même ordre (4 à 600 lt), le rapport va de 4 à 7 %. Il est par ailleurs nettement plus faible pour les habitations de plus grande valeur : le plancher est à 2,2 % pour un vaste hôtel à Sens, estimé 6 000 lt401.

  • 402 Jacquart, Crise rurale, p. 132 tout comme Mandrou, Fugger, p. 232. Pour la Beauce, J.M. Constant a (...)
  • 403 A.D. Loire-Atlantique, B 51 f° 375-376. Il est vrai qu’il s’agit d’un secteur – le nord-ouest du c (...)

163Pour les terres, la démarche est peut-être moins étroitement spéculative. Plusieurs études portant sur la deuxième moitié du siècle s’entendent néanmoins sur un rapport moyen d’environ 6 %402. Les données disponibles pour les grands officiers de la période précédente laissent entrevoir des pourcentages moins élevés. Certes, celui de 2,3 à 2,4 % pour deux seigneuries de Jehan de L’Espinay ne paraît guère représentatif403. Avec 4 % environ en 1516, la terre de Garenne, entre Seine et forêt de Saint-Germain, paraît plus proche des ordres de grandeur moyens tels qu’ils apparaissent toujours grâce aux saisies royales. Pour les biens de Morelet de Museau, Jehan Ruzé, Gaillard Spifame et Jehan de Poncher, les taux sont respectivement de 4,56 %, 3,82 %, 3,68 % et 3,54 %. Morelet se détache nettement, peut-être en raison du très bon rendement de ses terres briardes. Il faut certes prendre ces données avec prudence, dans la mesure où elles sont en partie fondées sur des estimations. Cependant, la diversité des taux plaide en faveur d’une attention au moins approximative aux réalités locales. Ainsi dans le cas de Morelet, la fourchette est-elle considérable entre les seigneuries de Vaon et Montbrillois en Lodunois, avec un taux de 3,56 % et celle de Saint-Jehan-les-deux-Jumeaux en Brie, avec 6,14 %.

  • 404 I.A.D. Legendre, papiers, vol.I n° 190, 200-201. Sur l’acquisition de droits entre 1516 et 1522, p (...)
  • 405 A.N. M.C. XIX 55 (20-7-1523) et 57 (2-2-1525).

164Les profits peuvent être encore accrus dans la mesure où la spéculation sur les stocks alimentaires accumulés peut valoriser au-delà de ce qui vient d’être avancé les fermages en nature qui constituent une part essentielle des rentrées. D’autre part il est intéressant de noter, dans les rares exemples où l’observation est possible, que les grands officiers sont très attentifs à valoriser leur capital foncier. Ainsi la terre de Garenne, qui rapporte à peine 4 % en 1516 (3,93 précisément) lorsque Pierre Legendre l’achète, rapporte 5 % l’an dès 1522 (le bail est passé de 550 à 700 lt, alors que la seigneurie est restée la même)404. Morelet de Museau, pour sa part, acquiert en 1523 en Bas-Maine les seigneuries du Bourgeau et de la Macheferrière. Le revenu annoncé par le vendeur garantit un taux de profit de 3,37 %, qui est en fait surévalué : une transaction ultérieure entre les deux parties – Morelet affirmant hautement avoir été lésé – ne fait plus état que d’un modeste taux de 2,63 %405. Lors de l’évaluation du milieu des années trente, le taux atteint 3,8 %. L’augmentation est sensible, et révélatrice des efforts de Morelet ou de ses agents.

  • 406 Voir sur ce plan les remarques de Biget, Cœur, p. 13 pour le milieu du 15e siècle et celles de Man (...)
  • 407 Chevalier, Tours, p. 499-505.

165Il est vrai qu’au-delà des efforts individuels, c’est le contexte général de la période qui est favorable à la hausse de la rente foncière : sur ce plan, la conjoncture économique n’est pas très sélective. Il y a donc une rationalité économique certaine à vouloir acquérir des terres406. D’autant que celles-ci assurent probablement les rentrées les moins irrégulières, et qu’elles constituent, on l’a déjà souligné maintes fois, une garantie, une sécurité et un recours toujours possible pour ces manieurs d’argent et de crédit. L’accumulation de terres, même de seigneuries, n’a donc pas à voir qu’avec les ambitions sociales. Bernard Chevalier, quand il présente les gros investissements fonciers des grands officiers de finance tourangeaux, insiste sur les prix d’achat jugés par lui excessifs que ceux-ci consentent à offrir pour acquérir des châtellenies, symboles de la réussite sociale407. Certes les prix en sont parfois élevés. Mais est-ce à dire que les grands officiers gaspillent des fonds pour les acquérir ? Dans un marché qui se tend nettement, il faudrait savoir tout d’abord à quel prix se négocient de tels ensembles en l’absence des grands officiers de finance, par exemple lors de transactions entre membres de la bonne gentilhommerie et de l’aristocratie. Peut-être les prix pratiqués par les grands officiers sont-ils du même ordre. D’autre part les vendeurs sont souvent des individus ou des familles en difficulté financière, parfois même déjà endettés auprès des grands officiers eux-mêmes. Rien n’empêche alors ces derniers d’exploiter la situation au mieux de leurs intérêts. D’autant qu’ils ne sont nullement prêts à s’en laisser compter, comme vient de le souligner l’exemple des deux seigneuries du Bas-Maine acquises par Morelet de Museau : celui-ci exige et obtient du vendeur, Jehan de Seschal, chevalier, baron du Grippon, une enquête sur le montant effectif des revenus, et l’engagement de compenser le manque à gagner éventuel sur ceux-ci. Une telle combativité n’est probablement pas exceptionnelle. La rareté des différents s’explique sans doute par la bonne qualité des informations dont disposent les grands officiers : avec ces seigneuries de l’Ouest lointain, la vigilance de Morelet a apparemment été prise en défaut, mais seulement provisoirement.

  • 408 Chevalier, Bonnes villes, p. 178.
  • 409 A.N. M.C. XIX 74 (9-6-1534).

166Rien n’interdit donc de combiner promotion sociale et placement économique. Les deux peuvent d’ailleurs s’épauler. Ainsi lorsque le prix de terrains ou de maisons s’élève en raison même de la qualité sociale croissante de ceux qui y demeurent408. Il n’est cependant vraiment possible d’en tirer profit que par la vente des biens concernés. L’instabilité du patrimoine des grands officiers le permet aisément. Une opération de Pierre d’Apestéguy à Fontainebleau peut illustrer ce schéma. Il acquiert en 1530 une maison en cours d’achèvement contre 1 100 lt, le prix d’achat incluant la finition des travaux. Quatre ans plus tard, il la cède à François de Montmorency pour 1 800 lt. Même s’il est possible que des aménagements complémentaires aient été faits par Apestéguy (ce qui n’apparaît cependant pas dans les sources), la plus-value paraît fort honnête409. Faire tourner son capital est donc une autre manière de faire des profits. La signification de bon nombre de transactions immobilières est sans doute à rechercher de ce côté.

  • 410 A.N. M.C. XIX 48 (19-5-1519).
  • 411 A.N. M.C. XIX 46 (24-11-1518) et Inv. Carré, n° 1924 et 1971 ; A.N. M.C. VIII 82 (4 et 16-8-1556 e (...)

167Dans le cas des offices, plusieurs exemples sont tout à fait explicites. Ainsi lorsque Jehan Carré et Jaques Bernard, au tout début de leurs carrières, spéculent sur un office de receveur des aides et tailles en Angoumois : « Y avoient chacun la moictié et y avoit esté dit et accordé entre eulx que le premier qui trouveroit marchant pour led. office, qu’il le vendist »410. La plus value est parfois repérable. En novembre 1518, Jehan Carré, toujours lui, acquiert l’office de trésorier des 105 archers de la garde commandés par le sieur de Chavigny, moyennant 4 000 lt. Six mois plus tard, il cède la charge à Estienne Besnier contre 4 500 lt. Guillaume Lallemant fait exactement la même chose avec un office de receveur général alternatif du taillon en 1556-1557 : même délai de six mois, même plus-value de 500 lt, mais ici sur un prix d’achat de 8 000 lt411. Dans les deux cas, la rapidité de la rotation est impressionnante. Il n’en va pas de même pour les grandes charges, dont la détention est beaucoup plus durable. Fondamentales pour le statut, elles jouent également un rôle décisif dans le processus d’enrichissement.

b. L’office : un atout essentiel

  • 412 Sur ce dossier, voir chapitre un p. 9.
  • 413 Chéruel, Ormesson, p. VI.

168Un premier constat s’impose en effet : c’est avec les gages des offices (et leurs annexes statutaires, pensions et/ou chevauchées) que le taux de rendement du capital est le plus élevé par rapport au prix d’achat quand ce dernier est connu412. Le taux plancher, de 10 %, vaut pour le général et le receveur général de Bourgogne en 1528 et pour le receveur général d’Outre-Seine en 1530. Il monte à 12,6 % pour le trésorier de France de Languedoc en 1527. Il atteint 13,3 % pour le receveur général de Languedoc en 1541 ainsi peut-être que pour le général d’Outre-Seine dans les années vingt. Avec le trésorier de l’Ordinaire des guerres en 1543, un bon spectaculaire est franchi : 3 000 lt de gages pour un prix d’achat de 10 000 lt seulement. Cas unique, peut-être lié à des contraintes propres à l’administration des guerres. Contraintes qui ne semblent pas, bien au contraire, nuire à la rentabilité, si l’on en croit la tradition familiale des Lefèvre qui veut que la charge de trésorier de l’Extraordinaire des guerres acquise à crédit en 1550 par Nicolas ait été remboursée en une année grâce aux seuls profits qu’elle avait générés413.

  • 414 A.N. KK 352 f° 104.
  • 415 C.A.F., t. III n° 10734 (29-1-1539) ; t. IV n° 13251 (4-2-1543) et t. VIII n° 30412 et 30341 (août (...)

169L’intérêt financier pour les officiers est d’autant plus grand que les missions accomplies dans l’exercice de leurs fonctions sont bien souvent défrayées de façon spécifique. Outre ses gages de 5 000 lt, le trésorier des finances extraordinaires et parties casuelles Pierre d’Apestéguy reçoit en 1528 rien moins que 3 084 lt pour ses frais dans le cadre de sa charge414. Les ordonnateurs ne sont pas en reste : Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, pour les commissions dont il est chargé en tant que général en Languedoïl en 1536-1538, perçoit 4 605 lt pour 447 jours de labeur à 10 lt par jour et 35 postes courues durant ce temps. Il en va de même pour le trésorier de France Claude Robertet ou, un peu plus tard, pour le modeste Clugny Thunot, général de Bourgogne, qui reçoit post mortem, en 1546, 450 lt « pour diverses vacations »415.

  • 416 Voir les exemples de Raoul Hurault : B.N. fr 25720 n° 212, Pierre d’Apestéguy : C.A.F. t. VIII n° (...)
  • 417 B.N. Clairambault 1164, n° 176 ; C.A.F., t. VIII n° 29668 et 30815.
  • 418 B.N. P. O. 2601, Sabran, n° 8 et 9.
  • 419 Constant, Vie quotidienne, p. 82-83.

170Et il ne faut pas oublier qu’à côté de leur fonction principale, les grands officiers sont chargés de diverses missions qui leur valent des rentrées spécifiques. Les commissaires aux vivres dans les provinces frontières ou aux armées perçoivent généralement 2 ou 300 lt par mois en temps de guerre, de même que les commissaires aux paiements416. Pour sa participation à une commission comptable en 1517-1518, Henri Bohier reçoit 2 000 lt ; comme commis à la vaisselle du roi, Charles de Pierrevive perçoit plus modestement 400 lt par an au milieu des années trente417. Et il faut encore ajouter à cela les gages provenant des offices secondaires qu’exercent – ou font exercer – nos personnages. La charge de secrétaires du roi rapporte il est vrai assez peu, à l’échelle des gages financiers, mais elle constitue cependant un apport de plus. Pour les secrétaires des commandements et des finances (Babou, Bayard, Breton, Neuf-ville, Robertet…), les chiffres sont déjà plus appréciables : ils oscillent, gages et pension cumulés, entre 1 000 et 1 600 lt par an. Bien des officiers de second plan ont également des offices annexes, à commencer par des greffes, déjà évoqués au début de ce chapitre. Guillaume de Sabran, receveur général de Montpellier, est pour sa part capitaine de la tour et porte du pont de Ville-neuve-les-Avignon, et maître des ports et passages de la sénéchaussée de Beau-caire, offices qui lui rapportent respectivement 55 lt et 100 lt par an dans les années 1540418. 155 lt : le total paraît limité… Mais c’est déjà à lui seul, le revenu moyen annuel des hobereaux normands ou auvergnats419

  • 420 Voir les remarques de Chevalier, Bonnes villes, p. 135-136.
  • 421 Voir L. et S., t. I n° 22, Quilliet, Officiers, p. 758, Lefranc et Boulenger, Comptes, p. 78. En 1 (...)
  • 422 Il est vrai que ce dernier peut sans doute presque doubler ses rentrées grâce à d’importants avant (...)
  • 423 B.N. fr 5085 f° 128-129 et 166-167 ; C.A.F., t. VII n° 27080.

171Aux échelons plus modestes de la hiérarchie financière, et dans l’ensemble pour la plupart des branches du service du roi, les gages ne sont pas énormes, et la rentabilité directe de l’office est limitée420. Les grands officiers de finance font nettement exception et les chiffres atteints sont énormes. En cumulant leur grand office avec des charges complémentaires, parfois des pensions, souvent des commissions, ils peuvent parvenir à des revenus annuels gigantesques pour l’époque. Philibert Babou, en 1544, joint aux 2 000 lt de trésorier de France 1 200 lt comme surintendant des bâtiments, au moins 1 000 lt comme secrétaire des finances, 2 000 lt de gages et 2 000 lt de pension comme membre du conseil privé, sans doute toujours une pension de 400 lt de Marguerite de Navarre, auxquels il faudrait ajouter les gages de premier maître d’hôtel de la reine (3 ou 400 lt ?) et ceux de trésorier de la Sainte-Chapelle421. Au bout du compte, les 10 000 lt sont presque atteintes, soit le niveau des gages du mieux rémunéré de tous les officiers du roi, le chancelier lui-même422 ! Avec de telles ressources, et compte tenu des diverses indemnités qui peuvent être versées pour acquitter une partie des frais professionnels, il est clair qu’un homme comme Babou a de larges possibilités pour acquérir des terres ou doter largement ses filles ! Même les commis aux offices, au temps de la suspension des titulaires, sont assez largement dotés : Jaques Bernard aux finances extraordinaires et parties casuelles, touche 2 500 lt par an. Clérambault Leclerc, en charge de la recette générale de Languedoïl, parvient à passer de 1 200 à 1 800 lt423.

  • 424 Voir par exemple Chevalier, Tours, p. 495.
  • 425 A.N. J 832 n° 6.

172Les hauts gages des gens de finance sont souvent considérés par les historiens comme une forme de rémunération indirecte de leurs avances dans le cadre du système financier monarchique424. C’est certainement un élément à prendre en compte, à condition de ne pas considérer seulement les prêts directs au roi, qui demeurent limités, mais d’inclure ici l’ensemble des formes possibles de crédit, des avances de trésorerie, des facilités de paiement, telles que le deuxième chapitre a pu les mettre en évidence. Cependant il me paraît légitime d’insister sur un second aspect : l’ampleur de la rémunération a peut-être aussi à voir avec l’ampleur de l’investissement humain, de l’engagement au service du roi, qui est demandé aux grands officiers, et qui a été longuement mis en évidence également. Il apparaît en effet assez exceptionnel. À part une poignée d’officiers de justice (maîtres des requêtes, quelques conseillers au parlement abondamment sollicités pour des commissions), il n’a guère d’équivalent. Qu’on le compare, à l’intérieur du monde des finances, avec l’activité des élus, à l’échelon inférieur. Les informations fournies par l’enquête d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues en Languedoïl en 1533-1534 sont ici éloquentes : les élus de Riom avouent ne pas avoir fait de chevauchées dans leurs circonscriptions depuis cinq ou six ans, ceux du haut pays d’Auvergne, prétextant que « leur ellection est en pays de montaignes mal aisé et de grand travail », ne les font pas plus, ni ceux de Moulins qui s’abritent comme ceux de Riom derrière les « dangers de peste et mortalité qui ont court »425. Il est vrai qu’un élu doit se contenter de gages beaucoup plus modestes.

  • 426 Voir à titre d’exemple les sommes accordées à Charles de Pierrevive, trésorier de France en Langue (...)
  • 427 C.A.F., t. III n° 9007 (18-5-1537).

173La remise en cause partielle du rôle des grands ordonnateurs, au cours des années 1530-1535 débouche d’ailleurs sur une réduction sensible de leurs gages. Mais elle reste limitée car ceux qui continuent à être employés au plus haut niveau conservent, voire accroissent leurs revenus. C’est vrai de Guillaume Preudhomme, qui garde ses gages anciens, et tous ceux parmi eux qui sont sollicités pour suivre les armées obtiennent des compensations non négligeables, assez bien connues pour le conflit de 1536-1538426. De même, parmi les receveurs généraux suspendus, Anthoine Le Maçon touche ses gages en 1536 en raison des services qu’il rend à l’Extraordinaire des guerres427.

  • 428 Il y a plusieurs donataires de dépouilles du connétable de Bourbon : Philibert Babou, Henri Bohier (...)
  • 429 Dans certains cas existe alors une relation directe entre exercice efficace de l'office et gestion (...)
  • 430 L’abondance des bénéfices ecclésiastiques détenus par ses enfants a cependant sûrement à voir avec (...)

174De nombreux grands officiers bénéficient également de dons importants de la part du roi et des siens. Ceux-ci peuvent prendre les formes les plus diverses. Nicolas de Neufville est gratifié de deux maisons alors que Semblançay ou Philibert Tissart reçoivent des terres428. Le don d’offices n’est pas rare, qu’il s’agisse d’un grand office de finance (Gilbert Bayard, Jehan d’Estourmel, Anthoine de Lamet) ou de charges de secrétaire du roi (Jaques Veau), de visiteur des gabelles dans le Sud-Est du royaume (Florimond Robertet), de prévôt et garde du scel à Troyes (Charles du Plessis) ou de greffier du bailliage et de la prévôté du Mans (Bénigne Serre). Parfois il s’agit tout simplement d’une somme d’argent. Les bénéficiaires ont souvent à la prélever eux-mêmes, ce qui n’est sans doute pas toujours évident. Ainsi des dons d’amendes (Charles de Pierrevive, Pierre Secondat) ou des restes à récupérer sur tel poste budgétaire ou tel comptable (Pierre d’Apestéguy, Anthoine Bullioud, Morelet de Museau). Du moins sont-ils parmi les mieux placés pour le faire429. Au total, 29 bénéficiaires de dons de tous types ont été repérés, ce qui correspond sûrement à un niveau inférieur à la réalité, en raison du caractère lacunaire des sources. Il est ainsi étonnant de voir un officier fort bien en cour comme Jaques Hurault ne jamais faire l’objet d’une pareille faveur430.

  • 431 B.N. fr 5128 p. 14.
  • 432 B.N. P. O. 381 Bohier n° 11 et 74 ; C.A.F. t. I, n° 821 (avril 1518) et 871 (juillet 1518), t. V n (...)
  • 433 Voir Spont, Semblançay, p. 63, 118, 124, 128, 146 et 167-168 : il s’agit aussi bien d’argent, de t (...)
  • 434 Voir Hamon, Argent du roi, p. 255.

175Les montant sont souvent importants et peuvent se compter en milliers de livres tournois. En 1551, Pierre d’Apestéguy se voit ainsi gratifié d’un don de 12 000 lt431. Dans quelques cas, l’ensemble devient considérable : Henri Bohier aurait reçu ainsi 3 000 écus pour son mariage en 1493, 6 000 lt pour ses services en 1516, le droit de châtellenie du roi sur la Chapelle-Bellouin, les revenus de la terre du Plessis-au-Parc sa vie durant, la terre de Villeneuve en Bourbonnais et celle de Castelnau en Toulousain432. Le record est sans doute atteint avec Semblançay, couvert de faveurs, au temps de sa splendeur, aussi bien par François Ier que par Louise de Savoie433. Exceptés cependant une poignée d’individus, il est clair que cet apport est resté réduit au regard des gages, d’autant qu’il est beaucoup plus sélectif. Il fait figure de contrepartie pour des services particulièrement appréciés. L’ampleur des prêts, à l’échelle du temps, et plus généralement de l’investissement financier d’un Henri Bohier et surtout d’un Semblançay ne sont sans doute pas sans lien avec les dons qu’ils accumulent. Plus généralement, alors que les gages ont à voir avant tout avec le travail et la compétence, les dons sont un signe de faveur. Ils échoient en particulier à ceux qui sont les plus proches du pouvoir, tout au long du règne (Philibert Babou, Gilbert Bayard, les Bohier, les Breton, Nicolas de Neufville, Guillaume Preudhomme, Florimond Robertet, Semblançay…). Pour ceux-ci, la dimension domestique, et donc politique selon les critères du temps, du service assuré n’est pas sans effet. Faut-il rappeler au passage que Semblançay est autant, entre 1518 et 1523, le général des finances particulières du roi et de sa mère qu’un responsable financier d’ensemble, préfigure des surintendants434 ? Ces « favoris » bénéficient donc de récompenses et/ou de dédommagements qui augmentent encore les profits directs qui leur viennent de leurs charges.

  • 435 Au quotidien du moins : les poursuites royales créent en effet une situation spécifique.

176À l’arrivée, la contribution de la monarchie aux revenus des grands officiers est considérable. La mise en relation des revenus tirés des gages et du patrimoine immobilier le met bien en évidence. En fin de carrière, la part des premiers dépasse nettement celle du second chez Gaillard Spifame, et surtout Semblançay (revenu double du patrimoine immobilier). Les deux postes s’équilibrent pour Jehan Ruzé et les gages représentent 40 et 45 % de l’ensemble chez Morelet et Jehan de Poncher. Certes l’argent qui vient du roi rentre parfois de façon lente et même aléatoire. Certains des dons, en particulier ont même un caractère largement hypothétique. De ce point de vue, l’obtention de terres et de charges est généralement plus sûre que celle d’une simple assignation monétaire. Certes, les officiers, en contrepartie, doivent manifester leur bonne volonté par des engagements financiers divers. Certes enfin, leur activité se fait parfois assez coûteuse, et il ne s’agit plus alors pour eux que d’obtenir un simple dédommagement. Cependant l’ampleur des rentrées potentielles, la qualité des bénéficiaires, leur position au cœur des circuits de l’argent, la marge fournie par les remboursements de frais obtenus très légalement, tout ceci plaide en faveur d’un confortable bénéfice, au sens comptable du terme, tiré de l’exercice des charges435.

  • 436 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 30, 38, 46-48, 50 et 61-62.
  • 437 Valbelle, Histoire journalière, t. II p. 404 note 13 et p. 414 note 5.
  • 438 Isambert, Recueil, t. 12 p. 735.
  • 439 Spont, Semblançay, p. 67 note 3 pour lui et p. 171 note 3 pour son fils Guillaume ; Le Page, Finan (...)

177D’autant plus qu’il faut y ajouter des retombées indirectes très fréquentes liées à la manipulation des sommes en jeu et aux contacts avec les contribuables. Il est ainsi d’autres sources de dons pour les grands officiers. Ceux qui ont une activité diplomatique tout d’abord peuvent bénéficier des faveurs de l’étranger. Florimond Robertet reçoit ainsi de nombreux cadeaux, voire des pensions436. Mais une telle manne n’a guère à voir avec son statut d’officier de finance. Plus probant sont ici les dons des villes ou des États provinciaux des circonscriptions d’exercice. En 1511-1512, lors de ses premières visites en Provence, Henri Bohier obtient ainsi, en deux fois, 500 écus des États de la province, auxquels s’ajoutent les largesses de Marseille437. L’arrêt rendu contre l’amiral Chabot en 1541 nous apprend qu’au milieu des années trente, à chaque réunion des États de Bourgogne, le général de la province est gratifié de 600 lt et le receveur général de 200 lt438. Et la pratique, pour les villes, est de rigueur comme le montrent, chez les ordonnateurs, les exemples d’Amboise avec Semblançay, Rennes avec Jehan François de Cardonne, Nevers et Bayonne avec Guillaume de Beaune, Amiens avec Jehan d’Estourmel439. Et chez les grands officiers de finance les cadeaux n’ont pas pour fonction de compenser la maigreur des gages…

  • 440 A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529) I.A.D. Charlotte de Poncher, papiers, n° 1371. La promesse date (...)

178Leurs déplacements, leurs correspondances, leurs réseaux et leurs contacts avec la Cour font des grands officiers de finance des gens bien informés. Or une situation favorable en ce domaine multiplie les opportunités de gain. Ce n’est sûrement pas par hasard qu’Henri Bohier, général de Languedoc, Provence et Dauphiné, a pu, dans sa circonscription méridionale, acquérir deux seigneuries confisquées en Dauphiné sur Jehan de Vesc et en obtenir une autre près de Toulouse en don du roi. Mais l’officier de finance maître de l’information doit parfois avoir recours à mieux introduit que lui pour pouvoir l’exploiter. Charles de Pierrevive a appris la mort d’un marchand d’Autun, Jehan Morel, sur lequel le roi a un droit d’aubaine. Pierrevive s’empresse d’en faire part à Jacques Colin, et, si ce dernier obtient du roi le don de cette aubaine, ils s’en partageront les profits440.

  • 441 A.N. M.C. XIX 48 (5-7-1519) et XIX 49 (23-9-1520).

179Il est encore de nombreuses façons d’exploiter financièrement la position de pouvoir qui découle de la détention d’un office de finance. Morelet de Museau nous en fournit deux beaux exemples. En 1519, il acquiert du fils d’un général des monnaies de Languedoïl sept ans et demi de gages (soit 1 875 lt) qui restaient dus à son père. Le vendeur confesse avoir obtenu la même somme en paiement, mais l’acte ne fait mention d’aucun versement d’espèces. Tout laisse à penser que Morelet tire profit, dans des proportions inconnues il est vrai, de cette cession, grâce à sa position au cœur des circuits de l’argent. Comme trésorier des guerres, il est chargé de placer des offices, nouvellement créés, de contrôleurs des deniers communs des villes. Bien sûr, l’argent ici obtenu doit aller dans les caisses de sa trésorerie et donc revenir au roi. Mais les bonnes grâces de Morelet, qui négocie les charges, sont parfois rémunérées. Ainsi Jehan Le Charron, qui va obtenir cet office pour Vernon et Mantes, cède-t-il en 1520 à Morelet une « pension » de 40 lt pour le récompenser de ses frais et peines dans l’affaire441.

  • 442 Spont, Semblançay, p. 91-92 ; A.N. J 818 n° 2.
  • 443 Chevalier, Tours, p. 493.

180D’ailleurs, en lui-même, le contrôle des caisses peut être source de profit. Il est difficile, on l’a vu dans le second chapitre, de faire la part des choses en ce domaine. Mais dans certaines circonstances, en particulier hors des frontières du royaume, il est certainement possible de se saisir d’opportunités intéressantes. Dès 1495, en Italie, les responsables financiers auraient ainsi prélevé une partie des taxations imposées aux cités de la péninsule. Et, sur un autre plan, le reproche de prêter « au Roy son propre argent à interest » revient régulièrement442. Pour autant, au bout du compte, je souscris pleinement à la remarque de B. Chevalier selon laquelle un grand office de finance rapporte « non pas tant parce qu’il donne la possibilité de gros bénéfices illicites, mais de lui-même, par les gages qu’il procure »443. D’autant qu’il convient d’ajouter aux gages toutes les autres opportunités de profit qui viennent d’être évoquées.

  • 444 La remarque est faite sur un plan plus général pour l’époque par Guy Fourquin, puis reprise et dév (...)

181Ainsi donc, même pour des hommes disposant au départ de ressources assez réduites, le grand office de finance offre une voie d’enrichissement très favorable. Si elle n’est pas unique, elle demeure cependant particulièrement performante. L’exercice d’une telle activité professionnelle donne très directement les moyens de s’élever dans la hiérarchie des fortunes444. Ici donc, d’une certaine façon, c’est la position de pouvoir qui permet la richesse, plus que l’inverse. Ceci n’est pas très original, si on veut seulement entendre par là que le service du roi doit légitimement enrichir celui qui l’exerce, à condition qu’il fasse preuve de compétence, qu’il travaille beaucoup et conserve la faveur de ses maîtres. Mais chez les grands officiers, le mouvement d’ascension est parfois d’une ampleur telle qu’il fait d’eux des exceptions. Ceux qui réussissent parviennent à des niveaux de fortunes voisins, de l’ordre de 150 à 200 000 lt. N’est-ce pas le signe que c’est leur profil professionnel qui offre la clef de leur élévation et du niveau qu’elle peut atteindre en une génération (parfois deux), bien plus que leur situation de fortune initiale ? Il y aurait là, pour l’époque, comme une sorte de plafond de la réussite par l’office de finance, qui ne serait traversé (et peut-être d’assez peu) que par quelques individualités exceptionnelles : Florimond Robertet, Semblançay, Philibert Babou peut-être ?

  • 445 Voir Hamon, Argent du roi, p. 274-277.
  • 446 En 1558 Anthoine Bohier de la Chesnaye est autorisé à cumuler les offices de trésorier de France e (...)

182Reste que les restrictions sont considérables. Elles tiennent d’abord au nombre des élus : quelques dizaines de personnes sur un demi-siècle : ce n’est pas considérable. Il est vrai que la plupart entraînent dans leur sillage une partie de leur famille et de leurs proches, ce qui élargit l’impact de leur ascension. Cette voie d’enrichissement prend un caractère apparemment moins spectaculaire dans les années 1540. Elle se referme relativement et elle diminue d’intensité. Cela vaut en particulier pour les officiers qui subissent de plein fouet la régionalisation des charges financières445. Mais pour ceux qui parviennent à conserver le contact avec les centres du pouvoir, les opportunités sont encore intéressantes. C’est parmi eux que se retrouvent les bénéficiaires de cadeaux et de dons (Charles de Pierrevive, Pierre d’Apestéguy, Jaques Veau). Le plus souvent, ceux-ci récompensent leur engagement lors des opérations militaires. D’ailleurs la situation sous Henri II demanderait à être étudiée de près. Non seulement à cause des profits supposés d’un Nicolas Lefèvre, déjà évoqués maintes fois, mais aussi à causes des gages versés qui peuvent encore atteindre un niveau considérable446.

  • 447 Voir les réflexions parallèles de Chevalier, Tours, p. 493-497.
  • 448 Voir les analyses développées à la fin du chapitre trois, p. 207.

183Au 17e siècle, pour tous ceux qui se mêlent des finances royales, les profits découlent essentiellement du jeu sur celles-ci, qu’il soit autorisé par le roi, para-légal ou franchement condamnable. Dans un « État de finance » aux structures bien différentes, à la Renaissance, le profit découle essentiellement de l’exercice même de l’office et non de l’exploitation d’un système fisco-financier encore en devenir447. C’est évidemment pour les officiers de finance, gagés par le roi, que ce constat est le plus net. En l’absence de traitants, de partisans et de gros fermiers, leur rôle demeure central dans la mobilisation et la gestion des fonds. Ceci « justifie » sans doute aux yeux du roi et du conseil des émoluments considérables : il y va de l’intérêt bien compris de la monarchie, dans sa quête permanente de fonds. Intéresser en toute légalité les officiers aux rentrées, en leur assurant des gages importants et parfois en les assignant sur des restes ou des recettes aléatoires est ici de bonne méthode. Une fois en place les hommes de finance gagnent alors presque à coup sûr, même si c’est dans des proportions variables. Encore faut-il que les intéressés, au sens propre du terme, ne perdent pas de vue que la seule finalité de l’impôt n’est pas leur salaire… Car la surveillance à leur endroit ne se dément pas. L’engagement dans l’office de finance n’est en effet pas sans risques : l’importance des poursuites engagées par la monarchie suffit à le démontrer. Ces perturbations graves viennent interférer avec le beau schéma, on pourrait presque dire le modèle, de l’enrichissement tel qu’il vient d’être présenté. Leurs conséquences sont parfois redoutables448.

  • 449 Voir Hamon, Argent du roi, p. 391-396.
  • 450 Sur la place des faillites sous Louis XIV, voir Dessert, Argent, p. 129-131.

184Mais ces accidents ne viennent en rien contredire la logique d’ensemble. Le plus pénalisant est alors la perte combinée de l’office, et de la « faveur » du roi qui lui est associée. Le préjudice est ici sans doute d’autant plus marqué que la fortune est récente. D’où la volonté des individus et des familles de s’accrocher aux charges. Qu’on soit relativement épargné, comme Philibert Babou, ou violemment secoué comme Jehan Grolier ou les Bohier, le grand office paraît toujours indispensable. Loin d’être perçu comme la malédiction qui leur a valu de graves tribulations, il est toujours conçu comme l’instrument de la survie, du rebond, de l’enrichissement retrouvé en un mot. On comprend mieux aussi l’acharnement mis par Estienne Besnier et Jehan Ruzé à se disputer en 1530, en pleine tourmente judiciaire, la recette générale d’Outre-Seine449. Malgré les circonstances, cette charge peut peser lourd dans une ascension. Le plus gênant, à terme, est peut-être la distance par rapport aux centres du pouvoir qu’imposent pour certains les réformes des années 1540. Encore qu’il y ait toujours, on y a fait allusion plus haut, de belles opportunités sous Henri II. Mais ce sont surtout, là encore, des opportunités de serviteurs actifs de la monarchie, et non d’agents directs (comme prêteurs ou comme intermédiaires) du système fisco-financier. De ce point de vue, il est révélateur de constater qu’il n’est jamais question de faillites chez les gens de finance dans la première moitié du 16e siècle450. Et ce malgré les déboires financiers de la couronne dans les années 1520 ou 1550, et malgré les poursuites parfois féroces entamées contre eux dans les années 1527-1535.

Conclusion

  • 451 Du Bellay, Ambassades de 1527-1529, p. 525.
  • 452 Une remarque en ce sens dans Chevalier, Tours, p. 497.

185Dans ce chapitre, j’ai tenté de mettre en évidence les éléments constitutifs de la fortune des grands officiers. Les données rassemblées sont trop limitées mais cependant révélatrices. Elles indiquent ce qu’est ou peut être le patrimoine au sein de ce groupe, dans sa ventilation et dans son ampleur. Les niveaux atteints sont évidemment très divers, mais le mouvement d’ensemble, celui d’une nette accumulation patrimoniale, se dégage nettement. Il est la marque d’une réussite globale. S’il n’y a ici guère d’effet de surprise, l’ampleur de cette réussite méritait cependant d’être soulignée nettement. Le patrimoine immobilier urbain et surtout rural occupe, dès que les carrières sont bien lancées, une position prépondérante. Certes la place qui lui est faite est probablement un peu exagérée par les sources, plus riches et plus précises à leur sujet que sur d’autres éléments du patrimoine. Mais le processus d’accumulation sous cette forme est déjà bien perçu dès l’époque. Jehan du Bellay, accusé (apparemment par des membres de l’administration financière) d’avoir trop dépensé pour organiser un envoi de fonds, peut alors ironiser : « Je croy que plus avant il[s] se y estendront quant ilz verront que je y auray acquis maisons et chasteaulx et que je me seray bien arondy pour avoir manyé les finances »451. En ce domaine, la réussite des officiers de finance du roi est supérieure à celle des grands marchands452. A condition de mettre à part (et encore…) les plus riches marchands-banquiers, qui ont d’ailleurs des accointances non négligeables avec les finances monarchiques (Thomas Gadaigne, Jehan Cléberger…). Cependant, comme il est infiniment plus de grands marchands que de grands officiers de finance, l’impact de l’emprise rurale des seconds est au bout du compte un phénomène beaucoup plus important à l’échelle de la société.

  • 453 Sur la fluidité des assises foncières de l’ensemble des membres du groupe dirigeant (par rapport à (...)

186La discrétion des biens mobiliers s’explique sans doute en partie par la rapidité de leur circulation : liquidités, dettes actives et passives vont et viennent. Ce phénomène de circulation est d’ailleurs valable également pour le reste du patrimoine, agité d’un mouvement de recomposition permanente qui implique même les terres. Ce trait constitue selon toute apparence un caractère assez spécifique du groupe, peut-être en raison de sa proximité avec le pouvoir monarchique453. Cette plasticité est mise au service d’une croissance : elle joue un rôle dans les processus d’accumulation. Mais bien souvent, face aux transactions elles-mêmes, les intentions précises des acteurs nous échappent, même si les hypothèses plausibles ne manquent pas : besoin de liquidités, désir d’une recomposition spatiale, logique directement spéculative, objectifs d’ascension sociale.

  • 454 L’implication des capacités financières dans l’État monarchique, tout au long de l’époque moderne, (...)

187Les officiers de finance font montre d’une gestion qui semble attentive, mais pas exceptionnelle dans ses modalités par rapport aux autres catégories sociales, si ce n’est justement par le caractère instable de leurs actifs. Ils en tirent des ressources dont une partie, au quotidien, est mobilisée sous diverses formes pour le service du roi, enjeu essentiel de leur existence454. Dans le domaine du crédit au roi et de l’ensemble des facilités financières qu’ils lui procurent, ils tirent à mon sens leurs ressources du seul monde des finances entendu au sens étroit, c’est-à-dire leurs propres fonds, ceux de leurs proches et de leur personnel. Ils ne sont pas chargés de placer dans l’État les capitaux d’autres groupes. Quand le roi sollicite ses proches ou bien les marchands-banquiers, il le fait directement, de façon transparente. Du moins l’engagement des officiers de finance, très intense, s’explique-t-il largement parce que le service du roi, via l’office et les autres responsabilités qu’ils assurent, est pour eux une assurance de profits directs considérables. L’office, qui finit parfois par représenter une part plutôt réduite du patrimoine, est donc au cœur du processus d’enrichissement. A condition, pour les privilégiés qui ont la chance de le détenir d’y investir l’essentiel de leur énergie, et d’accepter des risques bien réels.

Notes

1 Pierre Goubert, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : les Danse et les Motte de Beauvais, Paris, 1959, p. II.

2 On trouvera, pour le même milieu, une typologie plus détaillée dans Bayard, Monde des financiers, p. 418 et une typologie un peu différente dans Dessert, Argent, pouvoir et société, p. 136 et sq. La qualité de a documentation, tout comme la place beaucoup plus grande prise au 17e siècle par les papiers financiers, expliquent l’essentiel des décalages entre mes choix et les leurs.

3 . Schnapper, Rentes, p. 162 et 252.

4 À la réserve des deux ou trois commis à une recette générale qui n’ont, à ma connaissance, jamais détenu d’office au cours de leur existence.

5 Lamet est bailli des Montagnes de Bourgogne à partir de 1515. Il est sans doute le Lamet lieutenant du grand sénéchal de Provence cité pour 1507 : Dupont-Ferrier, Gallia Regia, t. IV, n° 18185.

6 Voir au chapitre 1, p. 9.

7 B.N. fr 2941 f° 21. C’est la somme reçue par Hélie du Tillet, en charge jusqu’en 1514 environ. Pour Dupont-Ferrier, Gallia Regia, t. III, n° 13552, Apestéguy est le titulaire suivant.

8 B.N. fr 2941 f° 21r° ; A.N. M.C. XIX 71 (3-9-1532) ; A.N. KK 352 f° 25.

9 A.N. J 965, 8/15 et J 968, 1/3 ; A.N. M.C. CXXII 17 (1-1-1532).

10 10 000 lt paraît un chiffre raisonnable pour la trésorerie des guerres, l’office de receveur et payeur de la Chambre des comptes vaut sans doute au moins autant [il atteint 15 500 lt en 1548 : A.N. M.C. XIX 93 (25-1-1548)]. Aucun chiffre n’est disponible pour la trésorerie des officiers domestiques, mais une estimation tournant autour de 5 000 lt, basée sur le prix d’autres trésoreries curiales, paraît vraisemblable. C’est peut-être pour combler la « différence » avec le prix d’achat de la charge de général que Morelet engage provisoirement a Raoul Hurault, le vendeur, deux terres du Maine estimées a 10 000 lt, terres qu’il récupérera ensuite : A.N. M.C XIX 54 (12-10-1522). Il est possible qu’en juin 1524, Morelet doive encore un reliquat de 3 469 lt à Hurault : A.N. M.C. I.A.D. Carré, n° 1254.

11 Pour les cumuls, un exemple d’autorisation pour Morelet de Museau en 1515 : C.A.F., t. V n° 15825.

12 A.N. M.C. CXXII 1040 (6-9-1526).

13 Sur la dissociation nécessaire entre possession et exercice de l’office, voir les remarques de Peytavin, Naples, p. 279-280.

14 A.N. M.C. XIX 59 (3-11-1526 et 11-8-1527) et XIX 168 (4-1-1546). L’office de bailli a été négocié pour 700 lt en 1539 : XIX 152 (30-12-1539).

15 Sur l’évolution heurtée du statut des greffes à cette époque, voir Hamon, Argent du roi, p. 106-107.

16 A.N. M.C. CXXII 12 (26 et 27-8-1527) et XIX 91 (16-7-1546). A titre de comparaison, le greffe de la haute justice de la seigneurie d’Hallincourt détenue par Pierre Legendre est affermé en 1523 pour… cinq livres et demi par an : Sarazin, Hallincourt, p. 41.

17 Les greffes des bailliages de Meaux et de Senlis et de la prévôté de Senlis sont cédés par le roi en 1527 pour éteindre une créance de 30 342 lt des Bohier sur la couronne : C.A.F., t. I, n° 2747. En 1535, lors de la composition qui suit les poursuites contre Thomas Bohier, les greffes du bailliage de Senlis et de la prévôté de Meaux reviennent à la couronne pour une valeur de 9 055 lt seulement : Chevalier, Chenonceaux, p. 91. Il est vrai qu’entre-temps, la position de la monarchie s’est inversée…

18 A.N. M.C. CXXII 17 (2-5-1532) ; C.A.F., t. VII n° 23854 ; L. et S., t. I n° 488.

19 B.N. fr 3001 f° 18 ; A.N. J 958 n° 32 (mention d’une procuration du président Gentil pour lui vendre ces greffes).

20 C.A.F., t. VII n° 26834. Sur des difficultés dans la gestion du tabellionnage alors affermé, semble-t-il, pour 500 lt : A.N. M.C. CXXII 42 (29-10-1544).

21 Voir ci-dessus, au chapitre un, p. 36.

22 Voir aussi le cas d’une fourniture de crédit en 1515 par Morelet de Museau qui entraîne un intéressement aux gages de l’office de receveur des aides et tailles en Nivernais du débiteur. L’argent a d’ailleurs pu être fourni pour l’acquisition dudit office : A.N. M.C. LIV 53 (17-6-1536), Inv. Morelet, n° 41 et 42.

23 Certains sont en effet incomplets et donc inutilisables. Ainsi le document de novembre 1533 concernant Lambert Meigret conservé en A.N. M.C. XIX 111 est très partiel. Il fait allusion à l’inventaire principal, non conservé.

24 Quilliet, Officiers, p. 500 note 256. B. Quilliet cite J. Bernard comme maître des comptes (par exemple p. 644 note 265), alors qu’il est maître de la Chambre aux deniers du roi.

25 9 993 lt exactement : Quilliet, Officiers, p. 682 note 262. Il est cité par erreur comme trésorier des guerres p. 644 note 262. Pierrevive, qui est à sa mort maître d’Hôtel du roi, a été trésorier de France en Languedoc puis trésorier général des finances à Lyon.

26 Cependant une partie des biens meubles de Vaulx a été apportée à Lézigny et inventoriée : A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563), déclaration de la veuve à la fin de l’inventaire.

27 Voir l’analyse globale de Quilliet, Officiers, p. 644.

28 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555).

29 B.N. Dupuy 623 f° 24v°.

30 Hervier, Legendre, passim. L’incertitude ne tient pas ici aux résidences rurales : elles ont fait l’objet de prisées. Mais Dominique Hervier, dans sa transcription (p. 119-120), ne fournit pas les chiffres des réserves de grains accumulées dans les six greniers d’Halhncourt, et dont la valeur se compte en centaines de livres (une seule allusion : au moins 344 lt de froment dans un des trois grands greniers). Un chiffre global de 24 000 lt paraît donc plausible.

31 A.N. J 958 n° 4, recettes, n° 111 et 112.

32 Ibid., n° 113. L’inventaire, qui n’a malheureusement pas été conservé, est mentionné dans les dépenses, n° 76. Allusions aux biens pris par « Madame » dans les dépenses, n° 73, 74 et 80.

33 Ibid., dépenses, n° 114. Rien ne laisse supposer que les agents de Louise, sûrs de l’emporter en raison de la créance de leur maîtresse, aient pu faire monter excessivement les enchères : il ne s’agit en effet pour Madame et ses agents que d’un procédé parmi d’autres pour récupérer l’argent qui reste dû.

34 Encore est-il probable que certains biens nous échappent. Le comptable fait ainsi allusion à une tapisserie cachée chez un chanoine d’Orléans, découverte et emportée à Paris où on perd sa trace : ibid., dépenses, n° 137. D’autre part, dans un autre compte de recette de biens saisis sur Semblançay, on trouve mention de 890 écus au soleil et 100 écus à la couronne pris par autorité de justice en 1528 chez Ambroise Le Moyne, contrôleur général de l’artillerie de France : A.N. KK 338 f° 29. L’argent appartenait peut-être à Semblançay.

35 B.N. Dupuy 623, f° 82v°-83. Le même phénomène se produit pour les biens meubles des Lallemant au château berrichon de Marmaignes : la prisée de 2 349 lt « n’est la moitié de ce que [Caillaud] les estymoy [t] par l’inspection de l’inventaire » : ibid., f° 74v°. Même problème de dissimulation pour les meubles de Jehan Grolier : ibid., f° 79v°-80.

36 Voir les analyses de Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 169-182.

37 Pour la succession de Loys de Poncher : A.N. M.C. I.A.D. Poncher n° 1057-1058.

38 Hamon, Argent du roi, p. 200 : 66 % chez Boisy en 1519, 88 % chez Duprat en 1535. Pour des officiers parisiens socialement plus proches des nôtres, Quilliet, Officiers, p. 682-683 note 290 et 293 fournit une proportion de 94 % pour le maître des comptes Claude de Hacqueville et 95 % pour le président au parlement Pierre Lizet, tous deux en 1554. La même année, pour le premier président des comptes Emard Nicolay (p. 648), la proportion, moindre, est encore de 56 %. Je n’ai pas retenu le cas du président au parlement René Gentil (94,5 %) en raison des conditions particulières de son inventaire. Sur ce point, voir Hamon, Argent du roi, p. 201.

39 Autre indice : l’importante quantité de vaisselle précieuse accumulée par Philibert Babou (pour 11 449 lt), cédée au roi en règlement d’une amende : Guiffrey, inventaire, passim.

40 Sur cette faiblesse, voir Dessert, Argent, p. 127. Bayard, Monde des financiers, p. 391 et 406, signale que 52 % des financiers n’ont au décès aucune liquidité alors que 13,3 % seulement ne laissent pas d’argenterie.

41 Une partie de l’inventaire de Pierre Legendre, non microfilmée, est difficilement accessible dans des archives privées. Le montant des créances du premier volume de son inventaire avoisine les 6 700 lt. il est possible, mais non certain, qu’il s’agisse de l’essentiel de celles-ci.

42 Les inventaires des papiers de Jehan Carré et Anthoine Bohier de Saint-Ciergues posent en matière de créances des problèmes méthodologiques qui m’ont paru insurmontables.

43 A.N. M.C. CXXII 1042 (7-1-1527).

44 A.N. J 958, n° 4, recettes et M.C. LIV 6 (21-2-1532).

45 Sur son action voir Hamon, Argent du roi, p. 309-310.

46 B.N. Dupuy 623 f° 21 et 79.

47 A.N. JJ 246 f° 52.

48 Ce qui ne veut évidemment pas dire qu’ils n’ont pas prêté au roi au cours de leur carrière : voir par exemple pour Charles de Pierrevive : C.A.F., t. VII n° 28114, B.N. fr 3122 f° 119v°, A.N. KK 352 f° 36. L’ I.A.D. de Pierre Legendre, volume un, papiers, cotes 12 à 16, fait état de prêts au roi.

49 Dans l’I.A.D. de Charlotte de Poncher, sa veuve, en 1529, 58 anciens débiteurs de Geoffroy de la Croix, distincts de ceux du partage, sont cités pour un montant de 6 025 lt, soit une dette moyenne de 104 lt. S’y ajoutent trente autres créances non nominatives à recouvrer en bloc, pour un total de 1 790 lt.

50 B.N. Dupuy 623 f° 79. Par le minutier central pour l’essentiel, on garde trace de 6 400 lt de créances qui peuvent effectivement courir en 1535 : cela fournit un plancher pour une estimation.

51 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1398 : sur une enveloppe est écrit « cedulles qui a mon advis sont acquictées et m’en fault rien demander mais les fault garder et veoir les registres qui accorderont tout ». Cela concerne près de soixante pièces.

52 I.A.D. Legendre, volume un, papiers, cotes 186-188.

53 A.N. M.C. Inv. Carré, n° 1642.

54 B.N. Dupuy 623 f° 69v° et 79v°.

55 A.N. M.C. VI 68 (avril 1544). C’est un chiffre plancher car certaines créances, dont on ignore le montant, sont indiquées comme « argent reçu ». De plus ce document non plus n’est pas exempt de lacunes. Un ordre de grandeur de 20 000 lt paraît recevable.

56 Dans le cas particulier des poursuites, un élément peut conduire à sous-évaluer les remboursements. Le roi, ayant repris a son compte les créances, choisit parfois, à titre de don, de remettre purement et simplement celles-ci à certains débiteurs bien en Cour. Voir quelques exemples dans Hamon, Argent du roi, p. 478.

57 Notons au passage que l’on retrouve avec les 37 créanciers identifiés pour un remboursement entre 1532 et 1544 des proportions voisines de celles qui valent pour l’ensemble du corpus : le personnel monarchique représente 16 personnes (43 %) sans les commis, 21 avec eux (57 %). Mais les gens de finance (officiers et commis) sont ici surreprésentés (11, soit 30 % au lieu de 19 % seulement au sein du corpus général) : ce sont les gens de la maison du roi et les diplomates qui remboursent mal.

58 Même s’il est clair que certains font directement le ménage parmi leurs créances. À sa mort en 1563, Charles de Pierrevive n’en détient aucune qui soit antérieure à 1544. Or l’I.A.D. de Charlotte de Poncher, sa première épouse, mentionnait déjà en 1529 40 débiteurs de Pierrevive pour un total de 3 500 lt. Certaines créances dataient alors de douze ans. Il serait étonnant que tout ce papier ait été intégralement remboursé à Pierrevive avant sa mort… Il a pu, dans certains cas, soit le céder, soit se résigner à n’en rien tirer et le mettre à part, voire le détruire.

59 Le partage des rentes qui a lieu avant le 12-8-1516 [A.N. M.C. VIII 54], ne semble pas conservé. Mais on conserve de très nombreux actes utilisables. Voir en particulier un partage partiel du 31-3-1520 [A.N. M.C. VIII 39] et l’I.A.D. de Charlotte de Poncher.

60 Quilliet, Officiers, p. 500 note 256.

61 A.N. J 958 n° 37.

62 A.N. M.C. CXXII 18 (25-7-1532) et 1045 (5-4-1533) ; VIII 80 f° 214 (6-7-1554).

63 Sur ce dossier, voir Schnapper, Renies, passim, et en particulier p. 282. Voir des exemples de foi et hommage pour des rentes concernant Morelet de Museau en XIX 41 (21-11-1516) ou Mirot, Hommages, t. I n° 3392.

64 Schnapper, Rentes, p. 54-55 et 123.

65 Un exemple tardif d’une telle clause : A.N. M.C. LXXXVI 41 (22-4-1556).

66 Avec en particulier le cas de la considérable rente de 600 lt sur le Trésor que Loys de Poncher acquiert en août 1521, peu avant sa mort, de Jehan de Laval, seigneur de Châteaubriant, moyennant le versement de 10 500 lt : A.N. M.C. I.A.D. Poncher, n° 1060.

67 Certains calculs, dans le détail, sont problématiques, car le capital cédé lors d’un transport peut inclure des arrérages, ce qui « abaisse » le taux initial de la rente, lequel n’est pas toujours connu. Un exemple pour Henri Bohier en 1500 avec des rentes dont la nature n’est pas précisée : Béchu et al., Minutes du 15e siècle de l’étude XIX, n° 4744. On atteindrait ici le denier 25.

68 Voir le tableau de Schnapper, Rentes, p. 111, qui met bien en évidence cette évolution.

69 Pour une mise au point sur ce sujet, voir, outre Schnapper, Hamon, Argent du roi, p. 191-195.

70 A.N. J 958 n° 37. Le poids de cette rente spécifique (qui constitue les 2/3 de ses rentes), vient conforter le faible investissement de Spifame dans les rentes sur les particuliers, évoqué plus haut.

71 Ibid., n° 38.

72 A.N. M.C. XIX 70 (5-1-1532) pour 50 lt de rente et 160 (8-2-1542) pour un neuvième de 100 lt de rente. Morelet de Museau, pour sa part, ne possède une rente de ce type (pour 50 lt) que par cession de Loys Gayant, marchand et bourgeois de Paris qui est par ailleurs un de ses débiteurs : A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522). En 1546, Anthoine Le Maçon détient une rente importante (583 lt, soit un capital de 7 000 lt) comme ayant droit d’Emelio Ferreti, conseiller au parlement de Paris : A.N. M.C. XIX 168 (9-1-1546). Autre indice concordant, la rapidité de cession : le 30 avril 1544, Anthoine Pétremol abandonne une rente acquise le 2 du mois, très probablement dans le cadre d’une contribution forcée au capital de 225 000 lt alors rassemblé : A.N. M.C. VIII 71 (30-4-1544)

73 Il s’est défait en 1553 d’une rente de 550 lt et sa dernière femme, à la mort de son époux, vient elle aussi d’en céder une (d’une valeur de 250 lt), ce qui souligne aussi l’accroissement de la circulation des rentes sur l’Hôtel de ville : A.N. M.C. LXXXVI 64 (14-7-1563) cotes DD et XX.

74 Avec cependant une marge d’erreur possible en raison de problèmes posés par la période concernée, le règne de Louis XII, pour laquelle les éventuelles carrières sont moins faciles à connaître que pour la période suivante, grâce au Catalogue des Actes de François Ier.

75 A.N. M.C XIX 86 (20-4-1543 et acte inachevé au dos d’un acte du 20-4-1543) et 91 (2-2-1547).

76 Voir par exemple le parcours circulaire des rentes entre Pierre d’Apestéguy, Morelet de Museau fils, Anthoine Le Maçon et Claude de Burbenon dans A.N. M.C. XIX 172 (23-4 et 13-6-1547) et 174 (16 et 21-2-1548).

77 A.N. M.C. XIX 91 (25-2-1547).

78 A.N. M.C. XIX 174 (26-1-1548).

79 A.N. M.C. VIII 9 (12-9-1505) et B.N. D.B. 224 (5738) f° 62v°.

80 De même la consolidation d’un prêt en rente peut être la conséquence des difficultés du débiteur : Schnapper, Rentes, p. 284, y voit surtout une contrainte pesant sur les marchands. Ils ne sont sans doute pas les seuls concernés : exemple de consolidation pour Pierre Legendre : I.A.D., vol.I, papiers, n° 57 et 64.

81 A.N. J 958 n° 10, 15, 34 et 37.

82 A.N. M.C. CXXII 159 (6-3-1544).

83 C’est l’estimation de Grolier, qui précise qu’elle porte la charge du douaire de sa mère : A.N. J 967 n° 19/3. Un informateur de Caillaud révalue pour sa part à 15 000 lt : B.N. Dupuy 623 f° 79. Elle est louée 400 lt par an en 1556 : A.N. M.C. VIII 82 f° 296v°.

84 A.N. M.C. CXXII 1047 (27-3-1534). Ce montant inclut les droits seigneuriaux payés pour l’achat, et la maison donnant rue des Déchargeurs située derrière l’hôtel principal. Grolier estime à 15 000 lt la valeur de garnison que représente « sa mayson » à Paris, mais Loys Caillaud pense qu’ » on [ne] pourra trouver [que] dix mil tournoys et guesres davantaige » de l’hôtel de la Chasse : B.N. Dupuy 623 f° 62v° et 79.

85 Cela vaut aussi bien pour l’important hôtel de Savoisy, qui est « en ruyne et décadance » lorsque Morelet de Museau l’acquiert, que pour la maison beaucoup plus modeste achetée par Jehan Tassin rue Bertin Poirée et qu’il fait « construire à neuf » : A.N. M.C. CXXII 1079 (5-12-1545).

86 A.N. M.C. XIX 291 (24-4-1557).

87 Nicolas de Cocil possède des biens à Avignon, Anthoine de Ceries très probablement à Riom et à Lyon, Pierre Faure est implante à Reims et François Chefdebien dispose d’un hôtel à Montpellier. Pour Jehan Tassin, Jaques Arnoul et Guillaume de la Lande, seules sont connues des maisons parisiennes.

88 Gaillard Spifame fait exception. Son domicile principal ne représente que 8 000 lt sur un capital urbain de 36 000 lt. D'une vieille famille parisienne, il est détenteur à sa mort de 22 maisons, chiffre record au sein du groupe.

89 Michaud, Chancellerie, p. 192 : sur 20 secrétaires du roi, 25 au moins sont propriétaires de leur maison à Paris.

90 Chevalier, Tours, p. 564 ; A.N. M.C. VIII 10 (27-5-1506) ; A.N. M.C. XIX 42 (11-4-1517). L'impossibilité de déterminer précisément les origines de Preudhomme ne permet cependant pas d'exclure des attaches familiales dans le pays de Caux.

91 A.N. M.C. XIX 168 (9-1-1546).

92 Cela semble être le cas de Martin de Troyes [A.N. M.C. XIX 151, (8-1-1539)], il est vrai bien implanté dans plusieurs autres villes. Pour quelques-uns, le réseau familial peut offrir des possibilités d’hébergement : Jehan Carré, quand il vient à Paris, est ainsi logé par son neveu Olivier de Launay dans une maison située rue Saint-Antoine : A.N. Z1a 64 (12-10-1538)

93 A.N. M.C. VIII 81 f° 16v° (3-5-1555). D’une valeur équivalente – 1 800 lt – est la maison que Pierre d’Apestéguy revend en 1534 à François de Montmorency : A.N. M.C. XIX 74 (9-6-1534).

94 B.N. fr 20440 f° 23.

95 A.N. M.C. VIII 10 (27-5-1506).

96 A.N. M.C. XIX 151 (7-1-1539), XIX 168 (9-1-1546), XIX 175 (23-4-1548), XIX 91 (27-7-1546), XIX 167 (22-5-1545) et XIX 184 (12-4-1551).

97 Le Roy Ladurie Emmanuel et Couperie Pierre, « Le mouvement des loyers parisiens de la fin du Moyen Age au xviiie siècle », A.E.S.C., 1970, 25e année, p. 1018. La hausse est nettement plus modeste cependant, si on prend en compte l’inflation.

98 I.A.D. Legendre, n° 189 ; A.N. J 958 n° 37.

99 A.N. M.C. CXXII 1048 (27-7-1534).

100 Il ne faut ainsi pas confondre Savonnières, près d’Épernon, qui appartient à Jehan Cottereau, Savonnières en Sologne, au comte de Blois, terre des du Plessis et enfin Savonnières près de Villandry en Touraine, qui passe d’Henri Bohier à Jehan Breton.

101 Voir la diversité de ceux qui sont retenus pour estimer les biens des officiers poursuivis dans A.N. J 958, n° 10, 15 et 37.

102 La valeur de Chenonceaux varie, au gré des circonstances, entre 50 et 90 000 lt : Chevalier, Chenonceaux, p. 87 et 91 ; Cloulas, Henri II, p. 376 ; A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier), n° 1418. Un exemple de déclaration révélant une sous-estimation : A.N. M.C. XIX 60 (19-4-1527).

103 B.N. P.O. 2655 (Savoie) dossier 58960 n° 43. On retrouve un ordre de grandeur proche pour les investissements de Jaques Bernard en Sologne entre 1529 et 1533 : il paye 100 lt de droits pour 1 334 lt dépensées (soit une dépense supplémentaire de 7,5 %) : A.N. M.C. XIX 272 (24-7-1548), I.A.D., papiers, n° 18 à 35. Dans le cas allemand, Mandrou, Fugger, p. 42 évalue le montant de « l’acquiescement "féodal" » à l’achat de seigneuries à un surcoût de 5 à 10 % du prix d’achat proprement dit.

104 Pour la plupart d’entre eux, il s’agit de la fortune foncière au décès. Cependant d’autres dates de référence ont été choisies pour quelques-uns, antérieures aux poursuites dont ils font l’objet et qui amputent leur patrimoine. C’est le cas pour Henri Bohier (patrimoine vers 1530, décès entre 1542 et 1548), Jehan Carré, Jehan Grolier et Jehan Ruzé (pour les trois, patrimoine vers 1535, décès respectivement en 1540, 1565 et 1539).

105 A.N. J 958 n° 10 et 37. L’addition d’arpents vraisemblablement de superficies variées interdit évidemment toute conversion en hectares, faute d’une recherche minutieuse sur le sujet. Il ne s’agit ici que de donner un ordre de grandeur approximatif.

106 Qui peuvent même inclure des dîmes. Sur celles que détient Jehan de Poncher, à Esclimont ou ailleurs, voir quelques allusions dans B.N. Carrés d’H. Hurault, p. 210, A.N. X3a 36 (20-10-1528) et M.C. VIII 39 (5-2-1519).

107 A.N. M.C. XIX 165 (6-6-1544) et CXXII 15 (29-9-1529).

108 A.N. M.C. LIV 11 (16-8-1536).

109 A.N. M.C. VI 2 (25-11-1538), LIV 53 (20-8-1537, I.A.D. Katherine Hurault) ; B.N. P.O. Poncher n° 51 et 52 ; C.A.F., t. IV n° 11372.

110 Sarazin, Hallincourt, p. 34 ; A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529, I.A.D. Charlotte de Poncher), papiers, n° 1055.

111 L’écart se resserre un peu si on ne prend en compte que le nombre de familles représentées : il y a en effet beaucoup de pères et de fils dans le groupe multiseigneurial (9 cas contre un seul dans l’autre groupe). On obtient alors une ensemble de 79 familles, avec 45 à seigneuries multiples (57 %) et 34 à seigneurie unique (43 %). Fratries et cousinages paraissent en revanche devoir être dans tous les cas conservés.

112 Jehan Grolier est un cas particulier, en raison de problèmes documentaires liés au patrimoine de son épouse. Quant à Jehan Dudéré, il semble bien ne posséder qu’un simple fief.

113 Relevons au passsage qu’il est aussi parfois délicat de distinguer seigneurie et simple fief : le fief de Sechenau (ou Cechenau) que Jaques Bernard possède près de Pithiviers apparaît bien comme tel lors d’une prestation d’hommage en 1544, mais figure comme terre et seigneurie dans une liste de biens donnés en garantie du paiement d’une rente trois ans plus tard : A.N. M.C. III 59 (2-5-1544) et XIX 91 (25-2-1547).

114 Philibert Babou, Gilbert Bayard, Jaques de Beaune, Henri Bohier, Thomas Bohier et son fils Antoine Bohier de Saint-Cirgues, Jaques Charmolue, Jehan Fournier, Jaques Hurault et Raoul son fils, Geoffroy de la Croix, Nicolas de Neufville, Jehan de Poncher, Florimond et Claude Robertet.

115 Bergin, Richelieu, p. 121.

116 B.N. Carrés d’H. Babou, p. 40. Il s’agit des bois « acquis des seigneurs de Blève et de la Croix » et des bois de Cussy près de Bourges.

117 A.N. J 958 n° 14.

118 I.A.D. Legendre, vol. I, n° 243 à 270.

119 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) I.A.D., papiers, cotes QQ à W. Un achat a lieu en 1550, les quatre autres en 1560-1561.

120 Ibid., cote MM.

121 À titre d’exemple les secteurs de haute montagne d’Auvergne où les terres, rares, valent plus cher que les prés : Charbonnier, Auvergne, p. 877.

122 A.N. M.C. CXXII 160 (14-6-1546). Auparavant la seigneurie, comme l’ensemble de la succession, était restée en indivision : ibid., VIII 47 (21-7-1534).

123 Seule une seigneurie notable (Lamenay, dans le Maine, aujourd’hui Lamnay, entre Vibraye et la Ferté-Bernard) semble acquise par Raoul, alors qu’il hérite de Cheverny, Huriel, Court-sur-Loire, Vibraye, La Ches-naye et La Grange. Il arrondit cependant son patrimoine par des achats de moindre envergure. Enfin il faut tenir compte du fait qu’il ne survit que neuf ans à peine à son père (mort en 1519).

124 Guenée, Senlis, p. 483. Sur les acquisitions du père en Vexin, voir des éléments dans Harsgor, Conseil du roi, p. 1999-2001.

125 Même cas de figure avec Mandrou, Fugger, p. 42 et sq.

126 I.A.D. Legendre, vol. I, n° 237, 241 et 242.

127 Toutes les étapes ne sont pas connues : documentation partielle dans A.N. M.C. XIX 48 (16-3-1520) et 54 (27-5-1522) ; X3a 31 (5-3-1524) ; Anselme, Histoire généalogique, t. IV p. 639.

128 Mollat, Cœur, p. 190.

129 A.N. M.C. VIII 9 (31-3-1505) et CXXII 1083 (28-10-1529), I.A.D. Charlotte de Poncher, papiers, n° 970. Compléments et soultes permettent alors au(x) vendeur(s) de disposer, pour un temps, d’une certaine réserve.

130 A.N. M.C. XIX 111 (novembre 1533, I.A.D. Meigret), papiers, n° 179 ; VIII 65 (10-6-1544). Ces rentes entraînent un long litige entre les héritiers Spifame et les héritiers Meigret, compliqué par l’intervention, dans les deux familles, des poursuites royales. L’affaire se règle semble-t-il en 1544.

131 Chevalier, Tours, p. 501 et Mirot, Hommages, t. II n° 3430-3432 ; Harsgor, Conseil du roi, p. 2035. Semblançay sert aussi de prête-nom à Louise de Savoie pour une affaire de même type en Angoumois : Spont, Semblançay, p. 98 note 5.

132 A.N. X3a 36 (17-3-1529).

133 Gérard Béaur, « Foncier et crédit dans les sociétés préindustrielles. Des liens solides ou des chaînes fragiles ? », A.H.S.S., 1994, n° 6, p. 1413.

134 A.N. M.C. III 3 (18-11-1529) et 23 (26-1-1542) ; Z1a 59 f° 302. Autres exemples : Louis de Poncher à Lézigny en Brie ; A.N. M.C. XIX 49 (24-4-1520) ou Thomas Bohier avec la seigneurie auvergnate de Beau-recueil : ibid., LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier), papiers, n° 1012.

135 A.N. M.C. XIX 87 (6-8-1544). Laguette en sera rapidement dépossédé à son tour : XIX 176 (13-11-1548).

136 B.N. fr 5500 f° 300 ; C.A.F., t. III n° 8372 ; C.A.H., t. I n° 1140 (septembre 1547).

137 À titre d’exemples, Jaques de Beaune : Spont, Semblançay, p. 163 note 4 ; Laguette : A.N. M.C. XIX 179 (11-12-1549) ou Charles du Plessis : B.N. P.O. 2655 (Savoie) n° 43.

138 Voir les remarques, qui demanderaient à être approfondies, de Charbonnier, Auvergne, p. 886-889 sur ventes volontaires et ventes forcées au 16e siècle.

139 Voir par exemple les réflexions de Gérard Béaur, « L’histoire de l’économie rurale à l’époque moderne ou les désarrois du quantitativisme. Bilan critique », Histoire et sociétés rurales, 1994, n° 1, p. 89.

140 Dès 1510-1515 en Ile-de-France : Fourquin, Campagnes, p. 497-498 ; à partir de 1520 en Pays de Caux, Bottin, Seigneurs et paysans, p. 309 note 41.

141 Arpent à 10 lt à Nogent près de l’Isle-Adam, à 20 lt à Mondeville vers Corbeil, à 30 lt près de Magny en Vexin : A.N. M.C. LIV 12 (9-11-1537 et 11-1-1538) et CXXII 26 (27-1-1538).

142 Problème soulevé également par Mandrou, Fugger, p. 47.

143 A.N. M.C. LXXXVII 64 (I.A.D. Pierrevive), papiers, cotes M et N.

144 Voir la remarque de Quilliet, Officiers, p. 831 : « Si l’offre semble se restreindre après 1520, certains, peut-être en élevant les enchères, réussissent à enlever encore des domaines enviables. »

145 A.N. M.C. CXXII 303 (12-8-1529, I.A.D. Morelet), papiers, n° 46. Même cas en 1546 avec la moitié du fief de la Porte Jaune à Berchères en Brie, récupérée par Charles de Pierrevive : A.N. M.C. CXXII 27 (5-6-1546). Voir pour la bourgeoisie tourangelle du 15e siècle, les exemples cités par Chevalier, Tours, p. 453.

146 A.N. M.C. XIX 70 (5-1-1532).

147 Vingt-trois actes seulement repérés en quatre ans, de 1525 à 1528 contre 59 actes sur le même laps de temps en 1520-1523.

148 La seule acquisition ultérieure, les seigneuries de Châteaufort et Jouy-en-Josas, découle d’un legs de Jehan de la Barre à sa mort en 1533.

149 Un exemple d’échange entre Jaques Bernard et Morelet de Museau, tous deux implantés à l’est de Meaux, le premier à Pierrelevée et Signetz, le second à Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux et aux environs : A.N. M.C. XIX 272 (27-4-1548) I.A.D. Bernard, papiers, n° 6.

150 A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier), papiers, n° 162, 594, 596, 597 et 599. Sur les liens entre Bohier et Gaultier : ibid., CXXII 15 (29-12-1529) ; Coyecque, Recueil, n° 934.

151 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563, I.A.D. Pierrevive) papiers, cotes M, N, Y, Z, AA, BB et CC.

152 Robertet parviendra un peu plus tard à récupérer Villemomble. Notons au passage que cette accumulation ne date que du temps de Louis XII et relativise donc le rôle et la puissance qu on attribue parfois à Robertet dès le règne de Charles VIII.

153 Son premier achat important, la seigneurie de Cour-sur-Loire, date cependant de 1492 : Congrès archéologique de France, 88e session : Blois 1925, Paris, 1926, p. 537.

154 A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier), papiers, n° 1246, 1231, 641, 1273, 654 et 948.

155 Ibid., n° 835.

156 Ibid., n° 504.

157 Ibid., n° 837-838, 840-859 et 861-893. Cependant la grande majorité des transactions (42 sur 55) ont lieu entre 1494 et 1502. Il a fallu également indemniser le curé pour le déplacement de la maison de la cure qui « estoit ediffié dedans l’enclos dudict Sainct-Ciergue, où souloit estre la forteresse dudit lieu » : ibid., n° 973.

158 Ibid., n° 604, 606, 633, 635, 653, 828, 903, 908, 915 à 918, 944, 980…

159 Ibid., n° 209, 356, 393, 407, 409, 441, 454 et 1010. Voir aussi A.N. X3a 31 (19-5-1523 et 10-3-1524)

160 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, p. 257. Dans cette province, le mouvement d’émiettement est beaucoup plus massif que le phénomène inverse de remembrement au 16e siècle. Mais des hommes comme les grands officiers de finance font alors déjà partie des rassembleurs de terre. Sur l’emprise croissante de la « bourgeoisie » sur les terres roturières, voir aussi les remarques de BOIS, Crise du féodalisme, p. 346-347.

161 Sur la meilleure résistance des terres et seigneuries du clergé, Jacquart, Crise rurale, p. 115.

162 Soulignée aussi par Mandrou, Fugger, p. 49-50.

163 A.N. M.C. XIX 168 (23-1-1546).

164 I.A.D. Legendre, vol.I, n° 190, 257 et 269.

165 A.N. M.C. XIX 41 (13-12-1516) et 46 (15-12-1518). Parmi les nombreux autres aristocrates concernés, Antoinette de La Trémoille, qui vend la Carte en 1497 à Semblançay : Spont, Semblançay, p. 107 ou Françoise d’Alençon, duchesse de Vendôme, qui cède la seigneurie de Chédouet à Julien Bonacorsi : B.N. Dupuy 273 f° 277v°.

166 On note même, à la génération intermédiaire, deux alliances avec de grands officiers de finance, Jehan Lallemant le jeune (qui épouse Marie de Champanges) et Henri Bohier (marié avec Claude Picot).

167 Sur ce sujet voir par exemple les remarques de Chevalier, Tours, p. 499-500 et Gascon, Grand commerce, p. 813. Les opportunités seront probablement plus nombreuses dans la seconde moitié du 16e siècle.

168 À titre d’exemple le rachat à Jaques Hurault (pour 12 000 lt) des terres de Marcheville et « Villers-Saint-Thorian » (Villiers-Saint-Orien), toutes deux en Beauce, par la comtesse de Tonnerre et son fils : B.N. Carrés d’H. Hurault, p. 210 (à la fin du partage de 1519).

169 On cherche parfois à s’en prémunir par un accord, comme Thomas Bohier à Saint-Cirgues : A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566, I.A.D. Bohier) papiers, n° 453.

170 A.N. M.C. XIX 49 (18-3-1521, par erreur classé au 18-8-1520) et 176 (13-11-1548) ; Chevalier, Tours, p. 500 note 98. Autre exemple en A.N. M.C. XIX 153 (1-2-1540).

171 B.N. Carré d’H. Hurault, p. 210.

172 Voir par exemple A.N. M.C. VIII 81 (27-11-1555). L’ensemble comprend sans doute également les seigneuries du Mas et de la Tour Bohier, qui n’ont pas été localisées.

173 Voir les remarques de Moriceau, Fermiers, p. 87-88, 245 et 485 et de Bottin, Seigneurs et paysans, p. 87 et 240.

174 A.N. M.C. XIX 168 (23-1-1546).

175 Ce qui n’empêche évidemment pas des « remembrements » familiaux pour éviter un trop grand émiet-tement dû aux héritages : ainsi Morelet de Museau et Marie Briçonnet sa femme cèdent-ils à Thomas Bohier (époux de Katherine Briçonnet), pour 1 000 lt en 1520 tous les biens tourangeaux qui leur viennent des Briçonnet (sauf leurs droits sur une maison à Tours) : A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 1033.

176 Suivant une même logique, il a aussi acquis une maison à Toulouse : A.N. M.C. VIII 222 (31-12-1555).

177 Biget, Cœur, p. 13.

178 C.A.F., t. VI n° 19952 et t. II n° 6746 ; B.N. P.O.2655 (Savoie) n° 43.

179 Voir l’exemple de Lyon dans Gascon, Grand commerce, p. 815.

180 La localisation sarthoise fournie pour les terres de Morelet par L. et S., t. II, n° 479 est erronée. Les deux terres sont situées sur l’actuelle commune d’Astillé (Mayenne) à quelques kilomètres à l’est de Cossé-le-Vivien : Abbé Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, réimpr. Floch, Laval, 1962, t. I p. 374 et t. II p. 741.

181 Greengrass, Property and politics, passim.

182 Voir sur ce point chapitre VI, p. 427.

183 Un pourcentage plus précis est difficile à avancer en raison de cas délicats, tel celui de Jehan Sapin. Déjà propriétaire de seigneuries tourangelles, Sapin passe procuration en 1534 pour faire vendre les seigneuries de « Chansalade et Froissant et autres héritages au bas pays de Lymosin ». Ces biens lui ont été adjugés par un décret des élus des équivalents et tailles du lieu : A.N. M.C. CXXII 1048 (21-7-1534). Si Sapin vient juste, dans des conditions juridiques peu claires, de prendre le contrôle de ces terres et qu’il les abandonne immédiatement, peut-on valablement tenir compte de son « implantation » limousine ?

184 Voir Hamon, Argent du roi, p. 274-277.

185 Pour ce dernier, un doute subsiste cependant : une source généalogique mentionne en effet la possession de deux seigneuries poitevines, « Ronesart et Faugere » : B.N. Cabinet d’H. Secondat f° 3v°.

186 La seigneurie de « Montarvit en Dauphiné » n’a pu être localisée. Celle d’ » Agnières » correspond peut-être à Agnières-en-Dévoluy, à 55 km au sud de Grenoble.

187 Ses possessions sont réparties en trois pôles. Au sommet du triangle, Monchy-Lagache, près de Péronne, avec à 50 km au sud-est Pinon, à mi-chemin de Laon et de Soissons, et à 55 km au sud-ouest Le Plessier-sur-Saint-Just et ses satellites, autour de Saint-Just-en-Chaussée. La troisième diagonale, du Plessier à Pinon, dépasse les 70 km.

188 Pour le Hurepoix, voir Jacquart, Crise rurale, p. 73-74.

189 Par exemple en 1525 pour une pièce de terre de 180 arpents : A.N. M.C. XIX 58 (14-7-1525).

190 A.N. M.C. XIX 59 (3-11-1526).

191 A.N. M.C. CXXII 16 (15-1-1530).

192 Précisément la Brie la plus proche de Paris : haute Brie champenoise autour de Meaux et Brie française.

193 Avec parfois des « surévalutions » dont il faut se garder. Loys de Poncher est ainsi plusieurs fois cité comme possesseur de la seigneurie de Nesle-la-Gilberte (au nord de Rozay-en-Brie) : B.N. D.B. 553 (Poncher) f° 6 et P.O. 2327 p. 493, et ce d’après un hommage de 1502, qui correspond en fait au fief de Nesle (sur la commune d’Yèbles) mouvant de Melun : Mirot, Hommages, t. II n° 2067.

194 A.N. Y 106 f° 262.

195 À terme Jehan fait le même parcours qu’Artus : implanté à Lyon, il investit dans sa nouvelle région d’activité et vend alors son patrimoine tourangeau (Fouchaut est cédé en 1529).

196 A.N. M.C. VIII 222 (31-12-1555). Anthoine n’a pas pu remettre la main sur l’autre seigneurie dauphinoise de son père, Serpaize, près de Vienne. Est-ce à titre de compensation qu’il a cependant acquis dans la province une seconde seigneurie, Saint-Alban (sans doute Saint-Alban-de-Roche, juste à l’ouest de Bourgoin-Jallieu) ?

197 Pour le 17e siècle, la question est clairement posée par Dessert, Argent, p. 115-119. Avec une documentation infiniment plus riche que la mienne, il conclut cependant que le problème de l’ampleur et de la réalité des dettes est « pratiquement insoluble » (p. 119).

198 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) papiers, cotes XX et XXX.

199 B.N. Carrés d’H. 291 (Le Gendre) p. 38 (15-11-1524) et 50 (Babou) p. 40 (9-9-1557).

200 A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529, I.A.D Charlotte de Poncher), papiers, n° 1321.

201 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault), p. 225 (6-8-1528).

202 Lettre du 9 août 1527 en fac-similé entre les pages 260 et 261 de Spont, Semblançay.

203 Voir Hamon, Argent du roi, p. 205-211.

204 Voir chapitre 3, p. 199. Pour deux listes de créanciers à la succession de Jehan de l’Espinay, B.N. Carrés d’H. 382 (Lespinay), f° P341 et 346v°. La nature de leur « créance » est inconnue.

205 Cependant la faiblesse de la dot de sa fille Gabrielle, qui se marie peu de temps après, est peut-être une conséquence de la crise qu’il a subie : A.N. M.C. VIII 282 (25-3-1537)

206 A.D. Loire-Atlantique B 51 f° 373.

207 A.N. J 958 n° 38.

208 B.N. Dupuy 623 f° 28.

209 Deux dettes repérées, l’une de 1 900 lt et l’autre de 520 lt : A.N. M.C. VIII 175 (4-3-1535) et CXXII 1045 (30-4-1533). Encore la plus importante concerne-t-elle le paiement de soldes de gendarmes.

210 Cité par Spont, Semblançay, p. 114 note 1.

211 A.N. J 958 n° 10. Les enfants du premier lit ont renoncé (dès avant 1532) à la succession paternelle : ibid., n° 7.

212 La terre n’est pas évaluée en A.N. J 958 n° 34. En B.N. Dupuy 623 f° 84, Katherine Hurault, veuve de Poncher, affirme qu’Esclimont est « de son propre, et en a heu main levée par provision ». Plusieurs actes permettent de lui donner raison : voir surtout A.N. VIII 39 (15-2-1520).

213 Voir plus haut p. 242. Il passe de 92 000 à 109 000 lt.

214 Défaut qui se combine avec l’hétérogénéité fondamentale des sources, par exemple pour les récollections de papiers des inventaires après décès : même quand on a accès à ceux du mari et de la femme, on n’y retrouve pas les mêmes pièces concernant les biens de la communauté.

215 Sur les biens d’Anne Briçonnet, son épouse, voir son I.A.D. : A.N. M.C. LXXXVI 91 (21-5-1545).

216 Voir par exemple les seigneuries que possède Sidonie de Cyvrieu, femme de Charles du Plessis, et qui proviennent de son premier mari, Jaques Erlant : Mirot, Hommages, t. II n° 2588 et 2883 (deux hommages de a veuve, le 13-7-1509, antérieurement à son remariage).

217 Elles demandent quelques précautions de maniement, car les totaux fournis ne correspondent pas toujours à l’addition des divers éléments…

218 Le montant, incomplet, de son actif atteindrait 873 000 lt et on peut aisément supposer qu’avec les autres éléments à prendre en compte, il dépasserait le million de livres : Doucet, Parlement 1525-1527, p. 225 note 3. Sur les fantasmes développés autour de la fortune de Semblançay, voir le soi-disant achat de la ville de Laigle pour 80 000 écus d’or : Bourgeois de Paris, Journal, p. 195-196.

219 Voir sur ce thème les remarques de Saupin, Nantes, p. 221-222. Ne pas oublier que certains des plus riches « inventaires » dont nous disposons, ceux de Morelet de Museau, de Jehan Carré et d’Anthoine Bohier, ne concernent que les papiers, et pas toujours les papiers de famille (totalement absents chez J. Carré). Ces documents, précieux dans bien des domaines, sont évidemment presqu’inutiles ici.

220 En particulier par Quilliet, Officiers, p. 537-542 et 639-654 et par Michaud, Chancellerie, p. 187-203.

221 Quilliet, Officiers, p. 645-647et p. 684 note 337 : total de 10 800 lt.

222 Ibid., p. 684 notes 329 et 330. La surprise vient surtout de ce que l’essentiel des données concernant le patrimoine immobilier de Pierrevive figure, avec des chiffres précis, dans les papiers de l’inventaire.

223 Michaud, Chancellerie, p. 200.

224 A.N. M.C. (28-10-1529, I.A.D. Charlotte de Poncher), n° 1030 (pour La Croix) et 1057-1058 (pour Poncher).

225 A.N. M.C. VIII 39 (21-7-1519) ; B.N. Carrés d’H. 577 (Séguier), f° 266 (pour La Forge) ; B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 235.

226 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault), p. 210 et 224 ; A.N. M.C. VIII 222 (31-12-1555) ; B.N. Carrés d’H. 50 (Babou), p. 40 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 3047.

227 Une telle démarche aboutit à ôter toute validité aux chiffres fournis. À titre d’exemple, voir l’évaluation de la fortune d’André Blondet dans Michaud, Chancellerie, p. 188. Son capital, apprend-on, dépasse 30 000 lt, mais sans intégrer ses biens lyonnais (dont une maison qui semble valoir plus de 10 000 lt), deux maisons à Paris, trois à Fontainebleau, Saint-Germain et Louveciennes, des terres à Louveciennes et Rocquencourt et même ses 48 pièces de tapisseries. À ce compte, le chiffre fourni n’offre plus un grand intérêt…

228 Jehan de la Forge l’aîné meurt en 1525-1526 ; Claude, fille de Jehan de la Forge le jeune, naît en août 1522 : B.N. Carrés d’H. 577 (Séguier) f° 261.

229 Pour Gaillard Spifame au moins, le patrimoine évalué en 1535 est déjà un peu écorné par le préjudice subi lors des étapes précédentes des poursuites, peut-être pour quelques dizaines de milliers de livres.

230 Jaques Le Roy, receveur général d’Outre-Seine sous Charles VIII et Louis XII puis contrôleur général des finances dans la même circonscription, serait mort en 1528 riche de 160 000 lt : L. et S., t. I, n° 425. L’estimation, fournie par les dossiers généalogiques, est à prendre avec prudence, mais elle situe la réussite d’un homme du même milieu, et presque de la même génération, au même niveau que nos données. La détention de six seigneuries rend l’ordre de grandeur vraisemblable.

231 Le chiffre de 100 000 livres a-t-il à l’époque valeur de barrière psychologique, comme pour le « milliardaire » aujourd’hui ? Quand, dans un procès, Semblançay veut évoquer sa situation de fortune dans les dernières années du 15e siècle, il se dit « riche de plus de cent mil francs » : Spont, Semblançay, p. 114 note 1.

232 Le Page, Finances bretonnes, p. 234 et 402.

233 Voir en particulier chapitre trois, p. 209, le cas de Gaillard Spifame, en prenant soin de ne pas mettre sur le même plan le préjudice subi (probablement gonflé) et l’estimation de la fortune au décès, plutôt minorée, et déjà un peu amoindrie par les ponctions antérieures.

234 Contrairement peut-être à Jacques Cœur qui selon Biget, Cœur, p. 16, aurait amassé une fortune de 1,4 million de lt au milieu du 15e siècle.

235 Greengrass, Property and politics, p. 377.

236 B.N. fr 2963 P60 (14-6-1541) ; Quilliet, Officiers, p. 546 note 10.

237 Pour le 17e siècle, voir les remarques de Dessert, Argent, p. 129.

238 Voir, à titre indicatif, les quelques chiffres, qui semblent une fois de plus très faibles (voir note suivante), réunis par Quilliet, Officiers, p. 547 note 18. Pour la seconde moitié du 16e siècle, nombreuses données précises dans Élie Barnavi et Robert Descimon, La Sainte Ligue, le juge et la potence, Paris, 1985, p. 143-154.

239 Quilliet, Officiers, p. 648-650, détaille la situation d’Emard Nicolay, premier président des comptes, à sa mort en 1554. Il aboutit, à mon sens avec un excès de prudence, à une fortune « au moins égale à 100 000 lt ». Au vu du dossier, une estimation approximative – et incomplète : il manque par exemple la valeur de sa maison parisienne – atteint 175 000 lt. Le chiffre de 200 000 lt pour l’ensemble des actifs paraît réaliste.

240 Chiffres sujets à caution fournis en 1529 par les Relazioni vénitiennes, et qui attribuent une fortune de plus de 400 000 ducats à Thomas Gadagne et d environ 250 000 à Robert Albisse : Isaac, Tournon, p. 50.

241 Vial, Cléberger, p. 22 et 52. Dans les Nommées lyonnaises de 1545, les officiers de finance sont un cran au-dessous des plus gros marchands-banquiers, dont Cléberger : Gascon, Grand commerce, p. 373. Il est possible en fait, d’une part qu’ils soient sous-imposés, et surtout qu’une partie non négligeable de leur patrimoine, située loin de Lyon, échappe à la taxation.

242 C’est la conclusion de Bayard, Monde des financiers, p. 419, pour la première moitié du 17e siècle.

243 Sur celle-ci, voir par exemple Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvie et xviie siècles, Paris, 1994.

244 Charbonnier, Auvergne, t. 2 p. 974-975.

245 B.N. Dupuy 623 f° 24 ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 1295 et 3047.

246 Celui-ci d’ailleurs ne fonctionne absolument pas dans la première moitié du 17e siècle : Bayard, Monde des financiers, p. 416 et 418.

247 Outre le chiffre de 50 000 lt de biens mobiliers déjà évoqué pour Semblançay, voir les détails nombreux fournis par Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 127 et suiv.

248 Chevalier, Tours, p. 505.

249 La part des créances sur les particuliers représente 5 à 15 % des fortunes. Chez cinq des onze officiers pour lesquels Bayard, Monde des financiers, p. 418 fournit des montants précis, la part des créances sur particuliers atteint ou dépasse, parfois très largement (jusqu’à 53 %) un cinquième de la fortune.

250 Voir sur ce problème de méthode les remarques de Dessert, Argent, p. 117 et suiv.

251 Michaud, Église et argent, p. 410.

252 Il faut cependant souligner que le même calcul effectué sur la fortune de Geoffroy de la Croix, donne un montant de 74,7 %. Mais ce chiffre paraît plutôt moins fiable car il est possible, entre autres, que son patrimoine urbain soit sous-estimé.

253 B.N. D.B. 320 dos.8164 (Gonthier) p. 1 et P.O.1357 dos.30701, n° 19 et 23.

254 Voir ici les remarques de Le Page, Finances bretonnes, p. 376 et 414 sur deux officiers de finance bretons, Michel Cosson et Jehan Parajau.

255 Voir l’exemple de Jehan II Duval qui hérite de ses parents à Stors pour une valeur d’environ 11 000 lt (en incluant les fiefs rattachés à la seigneurie) : A.N. M.C. CXXII 160 (14-6-1546).

256 A.N. M.C. XIX 52 (14-12-1521) ; VIII 47 (17-4-1534) ; CXXII 1039 (28-3-1526).

257 A.N. M.C. XIX 74 (19-9-1534).

258 On ne peut utiliser ici les abondants dossiers de tutelle des biens des mineurs, qu’il s’agisse par exemple de l’action de Jaques Spifame auprès des enfants de son frère Gaillard ou de Jehan Meigret pour ses neveux, issus de Lambert.

259 Exemples : Jehan Férier, à l’ » hostel » d’Hallincourt, qui appartient à Pierre Legendre : Hervier, Legendre, p. 78 ; Nicollas Mesnyer, établi au château de Saint-Jehan-les-Deux-Jumeaux pour « régir, gouverner, garder et tenir en seureté led. chasteau », mais également pour s’occuper des fermes et des rentes : A.N. M.C. XIX 75 (19-12-1534).

260 A.N. M.C. LIV 6 (21-2-1532), papiers, n° 707 ; LIV 52 (9-2-1532), papiers, cotes Et et 18000 (sic) ; VIII 44 (25-4-1526).

261 Hervier, Legendre, p. 74, 121 et 153 ; I.A.D. Legendre, papiers, n° 37 ; A.N. M.C. CXXII 12 (28-5-1527).

262 I.A.D. Legendre, papiers, n° 45. Gamaches joue aussi un rôle comme responsable des travaux au château de Magny : Hervier, Legendre, p. 192 n° 44.

263 Un exemple : fermier pour Achères : I.A.D. Legendre, papiers, n° 239. Le receveur Gérault de son côté perçoit ce qui provient des cens, rentes, saisines, défauts et amendes. Une exception, la ferme « générale » de la seigneurie de Garennes en 1522 : I.A.D. Legendre, papiers, n° 201.

264 A.N. M.C. CXXII 1034 (12-12-1518) ; I.A.D. Legendre, papiers, n° 17-18 ; Hervier, Legendre, p. 78.

265 A.N. M.C. XIX 41 (16-12-1516). Une telle remarque s’appliquerait également à certaines épouses.

266 A.N. M.C. XIX 198 (16-5-1555). L’exemple est discutable en ce qu’il concerne une veuve, mais il vaut très probablement pour des officiers en activité. Il a été retenu faute d’autres traces.

267 A.N. M.C. XIX 178 (23-5-1549).

268 Saillans, Premier Livre, p. 48.

269 A.N. J 958 n° 10.

270 Voir par exemple les deux contrats de Claude Robertet du 16 et 25-4-1534 (A.N. M.C. VIII 174), les trois baux de Jehan Laguette des 22-6, 3 et 13-7-1543 (A.N. M.C. XIX 86 et 163) et surtout les douze actes passés par Nicolas de Neufville pour ses biens en Vexin du 9 au 11-1-1538 (A.N. M.C. LIV 12).

271 Moriceau, Fermiers, p. 115-116 pour les années 1520. Un exemple un peu antérieur concerne Morelet de Museau : A.N. M.C. XIX 44 (7-6-1517).

272 Chevalier, Tours, p. 456-457.

273 Monceau, Fermiers, p. 78-79. Voir des allusions à une pièce de terre de 130 arpents appartenant à l’abbaye des Vaux-de-Cernay « estans en grant ruyne » en 1504 dans A.N. M.C. VIII 46 (5-12-1534) ou à un fermage de 1518 à Achères qui souligne que les 140 à 160 arpents de terre concernés sont « tant labour que friche » : I.A.D. Legendre, papiers, n° 239.

274 A.N. XIX 159 (20-10-1541). Il est vrai que sa charge de maître de la Chambre aux deniers l’oblige à suivre le roi dans ses déplacements : on le repère ainsi à Nice en 1538. et aussi à Montpellier et à Lyon à une date inconnue : B.N. fr 5085 f° 128-129 ; A.N. M.C. XIX 272 (27-4-1548) I.A.D. Bernard, papiers, n° 98.

275 Ont été en effet inclus des baux passés par les tuteurs de descendants mineurs ou par les veuves.

276 Voir par exemple sur la durée des baux Jacquart, Crise rurale, p. 130-131 ou Monceau, Fermiers, p. 98-99.

277 N’est ici prise en compte que la redevance principale et non les suffrages, toujours en nature, avec en particulier l’omniprésence des pourceaux.

278 Quelques baux sont mixtes. Celui de la ferme de Choisy, conclu en 1525 par Jehan de Poncher, est complexe : Mathurin Bouvet prend à bail, avec plusieurs « compagnons », la coupe des bois pour 400 lt par an. Seul, il afferme l’exploitation moyennant un fermage fixe en grains et le partage par moitié du vin et du foin : A.N. M.C. VIII 42 (16-11-1525) avec autre version à la même date en VIII 43.

279 Beaucoup de ceux-ci précisent en effet que le preneur sera tenu prendre à moitié tout le bétail « blanc et à corne » que le bailleur voudra lui fournir, sans pouvoir en prendre d’autre. Dans un acte du premier décembre 1523, la femme de Morelet de Museau précise que le troupeau « se partira une foys entre huy et le bout de la ferme [de neuf ans] qui pourra estre la cinquiesme année, et aussi à la fin dud. temps » : A.N. M.C. XIX 55.

280 Le manque de précision de certaines sources réduit ici le nombre d’occurrences disponibles.

281 A.N. M.C. XLIX 73 (28-11-1544 et 28-3-1545). Sur la domination du fermage en argent en Haute-Normandie, voir Bottin, Seigneurs et paysans, p. 75.

282 Une demi-douzaine seulement de contrats disponibles. Un seul bail en nature (pour 9 ans) : des champarts et dîmes destinés à Nicolas de Neufville : A.N. M.C. LIV 12 (9-1-1538).

283 Un exemple où le preneur doit agir ainsi sans salaire : A.N. M.C. VIII 76 f° 330 (16-11-1542).

284 Sept ont été repérés : A.N. M.C. VIII 80 (20-6-1554) et 175 (30-9-1534) ; XIX 167 (21-12-1545) ; CXXII 161 (13-8-1547 et 1-2-1548) et 1035 (16-5-1520) ; I.A.D. Legendre, papiers, n° 201.

285 Voir les chiffres fournis par Moriceau, Fermiers, p. 103.

286 I.A.D. Legendre, n° 190 et 201. La structure de la seigneurie semble avoir très peu évolué de 1516 à 1522. Voir quelques acquisitions (réduites) possibles : ibid., n° 191, 194, 198-199.

287 A.N. M.C. XIX 54 (3-2-1523).

288 I.A.D. Legendre, papiers, n° 17. Sur l’importance de ses stocks au printemps 1525, en année de hauts prix, voir les mentions (malheureusement incomplètes) de Hervier, Legendre, p. 119-120.

289 A.N. M.C. VIII 65 (10-6-1544). Sur l’importance des ventes de céréales, voir Mandrou, Fugger, p. 129 et 155-157.

290 Intérêts limités cependant semble-t-il. En 1524, les héritiers vendent en effet pour 100 écus la sixième partie qui leur appartient sur deux salines « ou terroir des eaues mortes ou lieu dit Cyperaulx » près de Montpellier : A.N. M.C. VIII 41 (14-7-1524).

291 Spont, Semblançay, p. 237 note 4, qui évoque aussi la construction d’un four à Montrichard ; A.N. M.C. VIII 47 (15-10-1534).

292 A.N. M.C. VIII 46 (30-4-1534) et XIX 78 (23-10-1536).

293 A.N. M.C. XIX 70 (22-3-1532).

294 Un exemple avec Denis Duval : A.N. M.C. VIII 54 (12-7-1516).

295 B.N. Carrés d’H. 382 p. 331 ; A.N. J 958 n° 15.

296 A.N. M.C. VIII 55 (21-1-1517) et CXXII 1035 (7-9-1520).

297 A.N. M.C. LIV 12 (9-8-1537).

298 Marot, Œuvres, t. III p. 225 (Cimetière VIII).

299 Clément, Trois drames, p. 190.

300 Chevalier, Tours, p. 457 souligne l’absence d’innovation agricole chez les honorables hommes de Tours au 15e siècle, mais ici aussi l’apport de capitaux, clairement évoqué par l’auteur, est déjà en soi un plus pour le monde rural.

301 B.N. Dupuy 273 f° 241v°.

302 A.D. Indre-et-Loire 3E1 68 (12-4-1557).

303 Voir l’édit de juin 1548 qui met fin à la servitude dans l’ensemble des seigneuries bourbonnaises relevant du domaine : C.A.H. t. II n° 3154. L’opération a lieu moyennant un versement de 30 000 lt : on ignore en revanche si l’initiative de Babou entraîne un dédommagement.

304 Mandrou, Fugger, p. 134-135.

305 Voir les remarques générales de Constant, Vie quotidienne, p. 88-92.

306 Le 24 décembre 1556, il gèle et Gouberville fait « labourer un champ de fourment […] pour voyer comment il se porteroyt néanlmoyns la gelée ». Le 22 décembre 1562 il fait « essayer une cherue de la façon de Sct-Lo ». Le 3 septembre 1557, il fait « espandre une chartée de sablon de mer » sur un pré « pour voyer si l’herbe en amendroyt en ung ang d’ycy, à raison qu’elle est fort dure et fort courte » ; en août 1562, c’est « pour essayer s’il y viendroyt du fourment » qu’il a recours au sablon de mer : Gouberville, Journal, t. 2 p. 314 et 371, t. 3 p. 806 et 853. Pour du froment semé directement sur du « trémoys », ibid., t. 3 p. 538.

307 Sur les méthodes de gestion rigoureuses, voir Mandrou, Fugger, p. 112, 135-137, 201 et 243. En soi, pour l’auteur (p. 244), c’est une nouveauté.

308 Greengrass, Property and politics, p. 376 note 17. Il ne mentionne pas de référence mais s’appuie sans doute sur les travaux de S. Amanda Eurich, qui a soutenu en 1988 une « doctoral dissertation » intitulée : Anatomy of a Fortune : The House of Foix-Navarre-Albret, 1517-1610, sous la direction de J. Russell Major.

309 Hamon, Ruzé, p. 51-52.

310 A.N. M.C. XIX 57 (4-4-1524). Même politique chez un parent, Michel de Champrond : Jean Dupèbe et Philippe Hamon : « Humanistes en famille : les Meigret », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LII, 1990, n° 2 p. 342.

311 A.N. Y 106 f° 262.

312 A.N. M.C. XIX 82 ((5-12-1539), 165 (16-4-1544) et 173 (23-12-1547).

313 Exemple des Fugger pour leurs vins de qualité : Mandrou, Fugger, p. 81.

314 A.N. M.C. XIX 41 (1-12-1516) ; XIX 53 (sans date, 1521) ; L. et S., t. I n° 478 et 479.

315 A.N. M.C. XIX 44 (23-7-1517) et 49 (18-3-1521).

316 A.N. M.C. XIX 54 (12-10-1522) et 60 (16-4-1527). Elle peut masquer des intérêts représentés par le revenu des deux terres.

317 A.N. M.C. XIX 168 (23-1-1546) et III 90 (12-5-1556).

318 Sur la plus grande instabilité de la propriété des notables bourgeois, voir Charbonnier, Auvergne, p. 885-888.

319 Exemples de construction de greniers ou de réserves chez Pierre Legendre à Paris [Hervier, Legendre, p. 163], chez Nicolas de Neufville au Plessis-Bauthelu en Vexin [A.N. M.C. LIV 12 (9-1-1538)] ou chez Morelet de Museau à Sameron en Brie [A.N. J 958 n° 10]. Sur le manque d’initiative des propriétaires en ce domaine, Monceau, Fermiers, p. 258.

320 Chevalier, Tours, p. 530.

321 Spont, Semblançay, p. 103.

322 Chevalier, Tours, p. 393.

323 Pour l’emploi contemporain de coefficients pour le passage du revenu au capital, voir par exemple Mandrou, Fugger, p. 188, Greengrass, Property and politics, p. 373 note 13 et surtout les estimations de A.N. J 958 n° 10, 14 et 37.

324 Ainsi des revenus de Gaillard Spifame : une série de baux passés par le tuteur des héritiers de Gaillard permet de constater deux phénomènes contradictoires : les baux ruraux [en 1533 (B.N. P. O. 2724, dos. 60766, n° 30) comme en 1542 (A.N. M.C. VIII 70,passim)] sont dans l’ensemble à un niveau moindre que les chiffres fournis par J 958 n° 37, autour de 1535 ; les locations urbaines [trois actes en LXXVIII 4 (14-7 et 5-8-40, 4-4-1541)] semblent avoir augmenté au contraire.

325 J’ai défalqué des évaluations de J 958 celles qui s’appliquent à des biens qui ne rapportaient rien au temps où les officiers en avaient la jouissance, et au premier chef leur hôtel parisien.

326 Les revenus de ses terres, estimés à 3 000 lt d’après les comptes de gestion du temps de la saisie, en 1528-1529 (A.N. J 958 n° 4 cotes 94 et sq.) paraissent sous-évalués.

327 Il faut aussi tenir compte des cas, rares, où certains personnages contrôlent, via les fermes ou les aliénations, des impôts royaux. Voir l’exemple d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues avec des fermes des aides sur le vin autour de Paris : A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566), I.A.D. Bohier, n° 1500 à 1505 : il s’agit ici d’aliénations royales tardives (1556).

328 A.N. M.C. XIX 48 (6-6-1519) et 49 (3 et 17-8-1520).

329 A.D. Loir-et-Cher, E 743, 196.

330 B.N. P. O. 682 dos. 15965, n° 2 et 49. Dès 1493, il est chargé de récolter 2 000 lt dans la province moyennant une rémunération de 175 lt : Béchu et al., Minutes du XVe, n° 1814.

331 Hamon, Argent du roi, p. 345. La coupe d’un arpent de haute futaie se négocie couramment entre 45 et 60 lt dans le second quart du siècle en Ile-de-France. Le montant le plus élevé repéré (120 lt l’arpent : A.N. M.C. XIX 152, 18-12-1539) correspond à une coupe à blanc alors que les contrats stipulent habituellement d’épargner une partie des « balliveaux ».

332 C.A.F., t. III n° 9012 (19-5-1537). Il perçoit alors 3 150 lt comme trésorier de France et 400 lt comme commis à la garde de la vaisselle précieuse et des joyaux du roi.

333 A.N. M.C. XIX 272 (27-4-1548) papiers, n° 9, 10, 11 et 36. Vingt ans plus tard, dans le cadre d’un litige familial, une fille de Bernard évalue a 2 000 lt le revenu des seuls biens immeubles de son père, « sans les estatz et les meubles » : A.N. M.C. LXXIII 60 (23-7-1566). En plein contexte polémique, cette affirmation reste largement sujette à caution : même en supposant un rendement au denier douze pour l’ensemble des rentes et des créances (qui sont des biens meubles) de Bernard à sa mort, on n’atteint même pas 1 500 lt de revenu. Il est raisonnable alors d’estimer le revenu de Bernard à la fin de sa vie à 3 000 ou 3 200 lt, dont 1 800 proviennent de ses gages de maître de la Chambre aux deniers. En effet, après avoir été au cours des années trente commis aux finances extraordinaires et parties casuelles, il ne détient plus alors de grand office.

334 Un exemple de remise, apparemment gracieuse, de trois années d’arrérages (soit 300 lt) par Jehan Carré : A.N. M.C. XIX 65 (9-7-1531). S agit-il de se concilier, lors du rachat de la rente, les bonnes grâces des anciens débirentiers : le valet de chambre du roi Jehan de Montdoulcet et surtout Michelle Gaillard, la veuve de Florimond Robertet ?

335 Voir supra, chapitre un, p. 23.

336 Voir quelques données dans Constant, Vie quotidienne, p. 82-83.

337 Gascon, Grand commerce, p. 372.

338 Greengrass, Property and politics, p. 374-375.

339 Voir supra, p. 227.

340 Spont, Semblançay, p. 260-261 (lettre du 9-8-1527 en fac-similé).

341 A.N. M.C. XIX 87 (14-6-1544).

342 Voir le cas de la seigneurie de Garennes : I.A.D. Legendre, n° 190 et 192. Les Fugger, s’ils règlent au comptant tous leurs achats de terres, ne semblent pas en mesure de faire de même pour les seigneuries : Mandrou, Fugger, p. 40 et 43.

343 A.N. M.C. XIX 87 (18 et 25-5, 17-7 et 12-9), 88 (11-12), 164 (16-1, 5 et 27-3, 3-4), 165 (16 et 22-4 et 30-9) et CXXII 159 (16-1-1544).

344 Et encore faut-il être prudent face à celles-ci : des contrelettres viennent parfois rétablir la vérité, et réduire, parfois sensiblement, la part du comptant effectivement fourni ou versé : voir l’exemple de Pierre Legendre en I.A.D. Legendre n° 192, pour un achat de seigneurie.

345 Guignard, Humanistes tourangeaux, p. 178 ; A.N. M.C. XLIX (2-6-1542) et VIII 282 (25-3-1537).

346 B.N. Carrés d’H. 50 (Babou) n° 34. 4 000 lt seront versées trois ans plus tard, en janvier 1538. On ignore à quelle date la dot a été intégralement acquittée.

347 Sur ce point voir l’exemple de Semblançay développé au chapitre six, p. 390.

348 Chéruel, Ormesson, p. VI.

349 Prêts au personnel militaire remontant à 1511 et 1514 : A.N. M.C. CXXII 12 (13-7-1527).

350 A.N. M.C. VIII 43 (9-6 et 21-8-1525). Moins de 800 livres en écus, le reste en testons, douzains, dizains et liards.

351 A.N. M.C. CXXII 1051 (22-6-1538). Deux prêteurs n’ont pas pu être identifiés : madame de la Borde, veuve de sire Robert Saussaye et monsieur des Vallins, sire François de Coutes (ou Contes).

352 A.N. Z1a 57 f° 246v° et 59 passim. S’y ajoutent des parents de grands officiers, comme Anthoine Héroet, frère de Georges, trésorier des guerres.

353 Dans le cas des marchands, voir les cercles autour de Nicolas Le Coincte ou Jehan Prévost dans Hamon, Argent du roi, p. 159-160 et p. 348. Sur les officiers de finance et leurs liens familiaux dans la marchandise, voir également infra, chapitre cinq, p. 360-361.

354 A.N. M.C. XIX 55 (17-7-1523). Un développement rayé sur l’acte laisse penser que Picot a pu ne verser « que » 25 954 lt, dont une partie était en fait en écus à la couronne. Trois jours plus tard, Morelet achète pour 21 300 lt les seigneuries du Bourgeau et de la Marcheferrière : ibid., (20-7-1523).

355 L. et S., t. I n° 531 et t. II pl. LXXVIII.

356 Sur le remboursement, voir A.N. M.C. XIX 88 (6-11-1544) : déclaration de J. Laguette, ancien clerc de Morelet.

357 A.N. M.C. XIX 266 (11-5-1536) I.A.D. Séguier, papiers, cote mm.

358 A.N. M.C. XIX 65 (16-9-1531) et 70 (8-10-1531).

359 A.N. M.C. XIX 65 (22-6-1531).

360 A.N. M.C. XIX 70 (23-9 et 14-12-1531).

361 Il faut cependant admettre ici qu’une homonymie est possible, quoique peu probable : la chronologie concorde, ainsi que l’appartenance à l’étude XIX : Hardy commis aux pensions d’Angleterre figure ainsi pour un nouveau prêt à un officier de finance en 1534 : A.N. M.C. XIX 74 (14-4-1534).

362 A.N. M.C. III 7 (9-[l ou 2]-1532).

363 Hamon, Argent du roi, p. 178-180.

364 Une mise au point sur ce thème, abordé sous un autre angle, dans Hamon, Argent du roi, p. 205-211.

365 Voir Hamon, Argent du roi, p. 395 et note 289.

366 Il a aussi d’autres atouts, sur d’autres plans : il est le frère d’un général bien en Cour, Thomas Bohier. Quant à sa femme, Claude Picot, c’est une demi-sœur de l’épouse de Florimond Robertet.

367 Sur le capital de départ sous Louis XIV, voir Dessert, Argent, p. 123.

368 À titre d’exemple Léonor Babou reçoit un office de secrétaire du roi et la charge de trésorier de France de son père, plus par legs testamentaire, trois seigneuries, des bois, deux maisons à Bourges, 9 000 lt et l’espérance de la même somme sur la succession de sa mère : B.N. Carrés d’H. 50 (Babou) p. 40.

369 A.N. M.C. CXXII 160 (14-6-1546 et 2-9-1546) : une part de puiné (ils sont huit) vaut environ 4 650 lt et celle de l’aîné, Jehan II lui-même, environ 12 400 lt, soit un total de 49 600 lt.

370 A.D. Côte-d’Or B 10595, mai et 10-7-1511 : achat de trois fiefs par Bénigne avec un héritage de son père ; Chevalier, Tours, p. 285-289.

371 Teyssot, Riom, p. 482, 485 et 691 ; A.D. Rhône, 3E (minutes Delagrange) 4205 f° 342v° et 4206 f° 380v°.

372 Pour des financiers importants nés de parents inconnus (de l’historien, sous bénéfice d’inventaire) comme Jehan Laguette, Jehan Carre ou Pierre d’Apestéguy, l’anonymat semble également plaider en faveur de la modestie.

373 B.N. P. O. 937 (Croix), f° 48 et sq.

374 A.D. Côte-d’Or, B 12012, f° 576.

375 Voir par exemple Dessert, Argent, p. 121.

376 A.N. M.C. VIII 40 (1-8-1523).

377 A.N. M.C. XIX 65 (28-6-1531) et 70 (27-1-1532).

378 A.N. M.C. XIX 58 (12-12-1525) et 59 (30-4-1526). Au mariage, il était déjà receveur des tailles en l’élection d’Évreux.

379 Il est vrai que le schéma inverse se produit peut-être parfois, l’accession à un office en vue décidant les parents de la jeune fille à la donner à un homme déjà bien lancé. Nicolas de Neufville devient secrétaire des finances en janvier 1515. Six mois plus tard il épouse la fille de Morelet de Museau : L. et S. t. I n° 488 ; A.N. M.C. CXXII 159 (19-4-1543) : allusion au contrat de mariage du 2-6-1515. Mais peut-être la dot contri-bue-t-elle, ici encore, à rembourser une partie des crédits pris pour acheter l’office.

380 Voir l’exemple célèbre des Lefèvre dans Chéruel, Ormesson, p. VI.

381 Pour le 17e siècle, voir les chiffres fournis par Bayard, Monde des financiers, p. 419-420.

382 A.N. M.C. XIX 49 (12-9-1520) et XLIX 71 (28-3-1544).

383 Le beau-père de Babou, Victor Gaudin, a acquis le principal fief cédé, la Bourdaisière, pour 4 000 écus soleil, et y a accru ses possessions depuis son achat : Chevalier, Tours, p. 504.

384 B.N. Carrés d’H. 50 (Babou), p. 33, 34 et 39 ; P. O. 160, dos. 3326, n° 43.

385 Sur les dots comme mise à l’abri d’une partie du capital d’officiers de finance souvent menacés, voir Dessert, Argent, p. 122 et 132.

386 A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563) I.A.D. Pierrevive, papiers, cotes M, P, T, V, DD, HH et KK.

387 Une partie de celles-ci provient peut-être de la succession de sa belle-mère Jehanne Foucquet, qui teste le 13-5-1505 : A.N. M.C. VIII 9.

388 Ces deux possessions figurent parmi les biens « tous de son conquest » qui servent de garantie à une rente que vend Le Maçon : A.N. M.C. XIX 175 (28-6-1548).

389 À titre de comparaison, pour la seconde moitié du siècle, la thésaurisation moyenne de Pomponne de Bellièvre, qui meurt chancelier de France, est estimée par Poncet, Bellièvre, p. 361 à 11 400 lt par an entre 1554 et 1607…

390 34 000 lt d’achats immobiliers, moins 21 000 lt de cession d’actifs.

391 Quilliet, Officiers, p. 650-652.

392 Avec une possible erreur concernant l’intégration de 100 lt de rente « constituées sur le patrimoine-même du défunt » : ibid., p. 651.

393 Pour le rythme d’enrichissement sous Louis XIV, voir Dessert, Argent, p. 128. Mais la place considérable prise par les papiers financiers dans ces fortunes rend la comparaison très délicate.

394 Les résultats seront plus contrastés chez les descendants directs : voir chapitre VI, p. 399-408.

395 Voir Hamon, Argent du roi, p. 147-149.

396 Voir le cas de la très grosse créance de Jehan Sapin sur les Bourbon et la rente de 750 lt qui court sur eux jusqu’au remboursement, lui assurant un intérêt implicite de 5 % : A.N. M.C. CXXII 11 (28-3-1523). Un exemple pour une transaction concernant un office de général des finances : ibid., 1132 (29-3-1543) et LXXXVI 99 (I.A.D Bohier, 23-3-1566), papiers, cotes 1069-1070.

397 A.N. M.C. XIX 79 (20-12-1537) et LIV 53 (17-6-1536), inv. papiers de Morelet, n° 41 et 42.

398 A.N. M.C. XIX 87 (12-9-1544) et 91 (27-6-1546).

399 A.N. M.C. CXXII 22 (22-1, 20-2 et 8-3-1537).

400 Ibid., 25 (3-12-1537), 1051 (27-9-1538), 1053 (28-1-1539) et 1057 (21-4-1540).

401 A.N. J 958 n° 10 et 37.

402 Jacquart, Crise rurale, p. 132 tout comme Mandrou, Fugger, p. 232. Pour la Beauce, J.M. Constant avance le chiffre de 8 % : Vie quotidienne, p. 89.

403 A.D. Loire-Atlantique, B 51 f° 375-376. Il est vrai qu’il s’agit d’un secteur – le nord-ouest du comté nantais – de médiocre prospérité agricole.

404 I.A.D. Legendre, papiers, vol.I n° 190, 200-201. Sur l’acquisition de droits entre 1516 et 1522, possible mais de toute façon très marginale, voir les n° 191, 194, 198 et 199.

405 A.N. M.C. XIX 55 (20-7-1523) et 57 (2-2-1525).

406 Voir sur ce plan les remarques de Biget, Cœur, p. 13 pour le milieu du 15e siècle et celles de Mandrou, Fugger, p. 232, pour la seconde moitié du 16e siècle.

407 Chevalier, Tours, p. 499-505.

408 Chevalier, Bonnes villes, p. 178.

409 A.N. M.C. XIX 74 (9-6-1534).

410 A.N. M.C. XIX 48 (19-5-1519).

411 A.N. M.C. XIX 46 (24-11-1518) et Inv. Carré, n° 1924 et 1971 ; A.N. M.C. VIII 82 (4 et 16-8-1556 et 7-2-1557).

412 Sur ce dossier, voir chapitre un p. 9.

413 Chéruel, Ormesson, p. VI.

414 A.N. KK 352 f° 104.

415 C.A.F., t. III n° 10734 (29-1-1539) ; t. IV n° 13251 (4-2-1543) et t. VIII n° 30412 et 30341 (août 1537) ; t. VII n° 25280 (11-10-1546).

416 Voir les exemples de Raoul Hurault : B.N. fr 25720 n° 212, Pierre d’Apestéguy : C.A.F. t. VIII n° 29371 (mai 1537) et Jehan d’Estourmel : C.A.F., t. VIII n° 31724 (sans date).

417 B.N. Clairambault 1164, n° 176 ; C.A.F., t. VIII n° 29668 et 30815.

418 B.N. P. O. 2601, Sabran, n° 8 et 9.

419 Constant, Vie quotidienne, p. 82-83.

420 Voir les remarques de Chevalier, Bonnes villes, p. 135-136.

421 Voir L. et S., t. I n° 22, Quilliet, Officiers, p. 758, Lefranc et Boulenger, Comptes, p. 78. En 1531 ses gages qui comprennent alors 2 600 lt au titre de ses fonctions financières auprès de Louise de Savoie (B.N. fr 3054 f° 28) atteignent déjà quelque 7 000 lt.

422 Il est vrai que ce dernier peut sans doute presque doubler ses rentrées grâce à d’importants avantages annexes. Voir leur présentation, pour une période plus tardive, dans Poncet, Bellièvre, p. 311.

423 B.N. fr 5085 f° 128-129 et 166-167 ; C.A.F., t. VII n° 27080.

424 Voir par exemple Chevalier, Tours, p. 495.

425 A.N. J 832 n° 6.

426 Voir à titre d’exemple les sommes accordées à Charles de Pierrevive, trésorier de France en Languedoc : C.A.F., t. VI n° 21260 (24-5-1537), t. III n° 9670 (18-2-1538) et 10395 (23-10-1538).

427 C.A.F., t. III n° 9007 (18-5-1537).

428 Il y a plusieurs donataires de dépouilles du connétable de Bourbon : Philibert Babou, Henri Bohier, Florimond Robertet : C.A.F. t. VII n° 26448, 26459, 26461 et 26483 (1523-1527).

429 Dans certains cas existe alors une relation directe entre exercice efficace de l'office et gestion du patrimoine privé. Il en va de même lorsque Charles de Pierrevive, trésorier de France en Languedoc, est assigné pour un remboursement de prêt sur une amélioration du rendement des rentrées de sa circonscription : A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529) I.A.D. Charlotte de Poncher, papiers, n° 1365.

430 L’abondance des bénéfices ecclésiastiques détenus par ses enfants a cependant sûrement à voir avec la bienveillance royale (Jaques est évêque d’Autun, abbé de Saint-Lomer de Blois, Philippe abbé de Marmoutier, Bourgueil et Saint-Nicolas d’Angers). Cette catégorie de faveurs, faute d’être assez explicite, n’a pas été retenue ici.

431 B.N. fr 5128 p. 14.

432 B.N. P. O. 381 Bohier n° 11 et 74 ; C.A.F. t. I, n° 821 (avril 1518) et 871 (juillet 1518), t. V n° 15927 (avril 1515), t. VII n° 26461 (1523-1527) et 26138 (sans date).

433 Voir Spont, Semblançay, p. 63, 118, 124, 128, 146 et 167-168 : il s’agit aussi bien d’argent, de terres, de droits que de maisons.

434 Voir Hamon, Argent du roi, p. 255.

435 Au quotidien du moins : les poursuites royales créent en effet une situation spécifique.

436 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 30, 38, 46-48, 50 et 61-62.

437 Valbelle, Histoire journalière, t. II p. 404 note 13 et p. 414 note 5.

438 Isambert, Recueil, t. 12 p. 735.

439 Spont, Semblançay, p. 67 note 3 pour lui et p. 171 note 3 pour son fils Guillaume ; Le Page, Finances bretonnes, p. 20 ; Porter, Picardy, p. 153.

440 A.N. M.C. CXXII 1083 (28-10-1529) I.A.D. Charlotte de Poncher, papiers, n° 1371. La promesse date du 10-5-1527 mais, déclare Pierrevive, elle est « de nulle valleur parce que led. Morel n’avoit aucuns biens ».

441 A.N. M.C. XIX 48 (5-7-1519) et XIX 49 (23-9-1520).

442 Spont, Semblançay, p. 91-92 ; A.N. J 818 n° 2.

443 Chevalier, Tours, p. 493.

444 La remarque est faite sur un plan plus général pour l’époque par Guy Fourquin, puis reprise et développée par Chevalier, Bonnes villes, p. 74.

445 Voir Hamon, Argent du roi, p. 274-277.

446 En 1558 Anthoine Bohier de la Chesnaye est autorisé à cumuler les offices de trésorier de France et général des finances à Bourges, avec des gages, pensions et chevauchées de 5 000 lt. Il est vrai que Bohier vient de prêter 10 000 lt pour les guerres… La même faveur est accordée à Anthoine d’Estourmel, fils et successeur de Jehan : A.N. X1a 8621 f° 284v° et 324.

447 Voir les réflexions parallèles de Chevalier, Tours, p. 493-497.

448 Voir les analyses développées à la fin du chapitre trois, p. 207.

449 Voir Hamon, Argent du roi, p. 391-396.

450 Sur la place des faillites sous Louis XIV, voir Dessert, Argent, p. 129-131.

451 Du Bellay, Ambassades de 1527-1529, p. 525.

452 Une remarque en ce sens dans Chevalier, Tours, p. 497.

453 Sur la fluidité des assises foncières de l’ensemble des membres du groupe dirigeant (par rapport à leurs congénères de même rang), voir les remarques de M. Harsgor dans Chevalier et Contamine, France fin xve siècle, p. 143.

454 L’implication des capacités financières dans l’État monarchique, tout au long de l’époque moderne, au détriment du soutien aux producteurs, est peut-être un facteur de blocage économique ? Voir les remarques de Moriceau, Fermiers, p. 71.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Le dépouillement d’un lignage par les achats de Charles de Pierrevive
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Évaluation de fortunes pour dix grands officiers de finance [en livres tournois]
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1625/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1625/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540