Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Seconde partie. Les offices de finance dans la société de la Renaissance

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur le fait que l’existence de l’officier ne saurait se restreindre à l’exercice de son office, vo (...)

1Replacer les officiers de finance dans la société de la Renaissance incite tout d’abord à mesurer les conséquences sociales d’un « choix de vie » construit sur leur engagement dans l’office. Cependant l’officier comme acteur social n’agit pas seulement en tant que serviteur du roi : son profil est plus riche et plus complexe1. Il importe donc, tout en tenant compte de cette dimension – fondamentale – de son existence, d’en faire apparaître les autres facettes. Ainsi se dessineront clairement la place et la trajectoire, individuelle et collective, qu’occupent ces personnages dans la société du temps. Un exemple peut illustrer cette démarche. Nicolas de Neufville sert les finances royales comme responsable de l’extraordinaire des guerres puis comme trésorier de France et secrétaire des finances. Mais il est avant tout, pour bon nombre de ses contemporains, « noble seigneur messire » Nicolas de Neufville, chevalier, détenteur d’un vaste patrimoine immobilier concentré en Ile-de-France et à Paris. Il s’inscrit d’ailleurs dans un solide réseau familial parisien renforcé par trois mariages successifs. Marguillier de Saint-Eustache, administrateur de l’Hôtel-Dieu et quartenier de Paris, c’est un notable de la capitale. Mais Neufville est aussi un des premiers mécènes de Clément Marot. Il apparaît également assez lié à Anne de Montmorency. Au final, Nicolas de Neufville peut donc prétendre à une claire appartenance aux élites sociales. Cela n’avait rien d’évident, au départ, pour ce proche descendant de vendeurs de poisson de mer à la Halle de Paris. Mais sa réussite, en partie liée à celle de son oncle Pierre Legendre, lance une lignée appelée à un avenir exceptionnel. L’inscription du devenir social de Nicolas de Neufville dans l’histoire d’une famille et dans l’horizon de ses multiples activités n’est évidemment pas indifférente à son engagement au service de la monarchie. Il faut alors dégager les logiques à l’œuvre dans cette ascension sociale, en sachant qu’une telle réussite n’est pas donnée à tous les acteurs ni à tous les lignages, même dans le groupe très favorisé qui est étudié ici. Aussi faudra-t-il veiller à rendre compte de l’ensemble des trajectoires, dans leur diversité comme dans leurs points communs.

2L’information disponible ne permet pas de répondre de façon pleinement satisfaisante aux interrogations de l’historien. Du moins peut-on essayer de poser les bonnes questions… Quelques axes essentiels ont été retenus pour cette seconde partie. Tout d’abord l’étude des solidarités dans lesquelles s’inscrivent les officiers, occasion de réfléchir aussi bien sur la signification des liens familiaux que sur la nature des liens de clientèle. Il convient aussi de mettre en évidence les diverses modalités d’un travail d’intégration aux élites sociales du temps, travail qui mobilise l’ensemble des membres de ces familles. Si pour certains l’enjeu est, déjà, de conserver un statut social privilégié, pour la plupart il s’agit de le conquérir, ou du moins de l’affermir. Les stratégies déployées ne sont souvent pas propres au groupe : elles se retrouveraient aussi dans l’ascension sociale d’autres catégories (ou d’autres individus). Cependant les opportunités spécifiques offertes par les activités financières, particulièrement prometteuses, donnent une tonalité particulière au devenir social de ces hommes d’argent. En dernière analyse, il faut souligner qu’une position sociale se bâtit d’abord sur un certain niveau de fortune : il n’y a guère d’accès possible aux élites sans le sésame du capital économique. La détention d’un statut juridique enviable ou l’accumulation d’un certain capital culturel ou technique ne sont certes pas négligeables, mais il est bon de rappeler cette évidence : le jeu social ne s’ouvre qu’à ceux qui disposent d’une mise de départ suffisante, et qui savent et peuvent la faire fructifier. Cependant, une fois quittée la sphère des vérités générales, la mise au jour des fortunes, et plus encore des processus d’enrichissement, s’avère une tâche fort délicate.

Notes

1 Sur le fait que l’existence de l’officier ne saurait se restreindre à l’exercice de son office, voir les remarques de Peytavin, Naples, p. 289.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable