Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Première partie. Serviteurs du roi

Chapitre premier. Des piliers de l’administration monarchique

Texte intégral

  • 1 B.N. N.A.F. 895 f°25 (27-1-1544).

1Au début de 1544, alors qu’il vient de résigner son office de général des finances, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues reçoit deux mille lt de pension et bienfait. Il est récompensé, précise le mandement du roi, pour les services « que dès son jeune aage, il a faictz aud. sgr près et à l’entour de sa personne, où il est tousjours depuis continuellement employé, en suivant et imitant les vestiges [les traces] de ses ancestres […] mesmement au manyement et direction de grandes et importantes charges que led. sgr luy a commises… »1. Le fait d’être des hommes du roi fonde l’identité socio-professionnelle des officiers. Ce n’en est pas le seul aspect, mais c’est l’aspect primordial. Il s’agit toujours d’un engagement individuel profond, et souvent d’un engagement familial. L’exemple des Bohier, qui comptent quatre généraux des finances sous François Ier, est ici particulièrement éloquent. C’est généralement un engagement pour toute une vie, du moins tant que les forces le permettent. Il ne s’agit pas pour les grands officiers d’une tâche brève ou ponctuelle au service de la monarchie, comme peut l’être celle d’un notable local recevant une commission momentanée ou celle d’un gentilhomme qui participe à quelques campagnes dans l’armée de son souverain et suzerain.

2Tout ceci est porteur de très concrètes implications sur les conditions de vie des gens de finances. Ils ont un rythme particulier d’existence, ils doivent faire appel à un personnel spécifique et savoir manier un certain nombre d’outils monétaires ou scripturaires. Est-ce pour autant qu’ils sont totalement spécialisés dans les questions d’argent ? Certes non. La polarisation de leur engagement en ce domaine varie selon les individus et selon le type d’office, mais une chose est sûre : dans l’administration publique, et l’expression est évidemment anachronique, de nombreux services sont encore à naître ou au mieux demeurent embryonnaires, du ravitaillement des troupes à ravitaillement des navires, en passant par les ponts-et-chaussées. Pour toutes ces tâches, les gens des finances sont sollicités. Aussi beaucoup d’entre eux doivent-ils se résoudre à accomplir des tâches diverses, parfois multiples, en fonction des nécessités du moment.

***

I. LES CARRIÈRES

3La notion de carrière paraît pertinente pour aborder les activités professionnelles des officiers de finance, en raison de l’importance et de la durée des services accomplis par eux pour la monarchie. Cette notion cependant est d’une utilisation délicate, en raison une fois encore du risque d’anachronisme, si l’on imagine un univers de grilles ou d’échelons. Les itinéraires professionnels sont marqués à la fois par de lourdes contraintes, nées de pesanteurs sociales ou culturelles, et par une réelle souplesse, due au rôle de la faveur et à de réelles opportunités qu’un homme – ou un groupe – efficace peut saisir. Mais le processus implique toujours une progression, des étapes, en un mot une ou des hiérarchies à l’intérieur desquelles il faut s’élever. Or celles-ci ne sont pas toujours très lisibles, en un temps où l’individu passe avant la fonction, voire modèle la fonction selon son dynamisme propre. Les subtilités de l’avancement répondent à des critères qui parfois nous échappent

4Dans ce chapitre, il s’agit pour moi d’évoquer en priorité les carrières individuelles. Les stratégies familiales bâties sur plusieurs générations donneront lieu à des développements spécifiques dans le cadre des phénomènes d’ascension – ou de régression – sociale (voir le chapitre six). Les familles ou les alliances n’apparaissent pour l’heure que comme facteurs explicatifs éventuels des profils de carrière personnels. Malgré la variété des occupations, qui seront évoquées plus loin, ce premier paragraphe est centré sur l’administration des finances, qu’il s’agisse d’offices ou de commissions. Cependant, pour dégager des profils ou des cursus, force est bien sûr parfois de prendre en compte l’ensemble des fonctions détenues par chaque personnage.

A. ENTRER DANS LA CARRIÈRE

1. La formation des officiers de finance

  • 2 Voir à titre de comparaison Kerhervé, État breton, t. II, p. 717-720, Le Page, Finances bretonnes,(...)
  • 3 Voir Hamon, Argent du roi, p. 270-271.
  • 4 Quilliet, Offices, p. 796. Et encore, un doute subsiste en raison de l’existence contemporaine d’u (...)
  • 5 A.N. M.C. VIII 52 (5-3-1516) ; Coyecque, Recueil, n° 973.
  • 6 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 192 et 194 ; Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 1 (...)
  • 7 C’est peut-être aussi le cas de Philibert Babou : l’un de ses jetons du trésor de l’Épargne porte (...)
  • 8 François Lebrun, Jean Quéniart et Marc Venard, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducati (...)
  • 9 Hamon, Ruzé, p. 52.

5Les officiers de finance du règne de François Ier confirment dans l’ensemble ce que l’on savait déjà : ils ne se recrutent guère parmi ceux qui ont reçu une formation de type universitaire2. Rares sont les gradués qui hantent les finances, hormis les conseillers au Parlement commis au cours des années trente dans les recettes générales3. Le seul titulaire explicite d’un diplôme universitaire serait le changeur du Trésor Jaques Charmolue, cité comme licencié en lois en 15024. Jehan I Duval, futur changeur, et Jehan Godet, bientôt commis à l’Extraordinaire des guerres, sont mentionnés comme écoliers étudiants en l’Université de Paris respectivement en 1516 et 15285. Quelques jeunes gens privilégiés bénéficient d’une éducation humaniste de grande qualité, grâce à un milieu et à une famille particulièrement porteurs. Cela vaut surtout à partir du tout début du siècle. Jehan Grolier est éduqué par l’humaniste italien Gaspare Mazzoli, auprès de lui en 1508. Parmi les plus jeunes peuvent être retenus Anthoine Bohier de Saint-Cirgues dont le précepteur est Rémi Roussel, ou Claude Robertet, formé par Benoît Théocrène6. Ces privilégiés de la culture connaissent même le grec7. Il est vrai que le milieu semble assez réceptif en ce domaine : au premier rang de ceux qui assistent aux cours de Jérôme Aléan-dre au collège de la Marche figureraient des généraux des finances8. Mais quoi qu’il en soit, on semble loin ici d’une formation professionnelle et force est de constater que la liste des études longues ou spécifiques un tant soit peu documentées s’arrête là. Il est cependant probable que les lacunes sont sérieuses. Si Jehan Ruzé par exemple, après avoir abandonné la recette générale des finances d’Outre-Seine, peut devenir tardivement conseiller au Parlement de Paris, c’est qu’il dispose d’un bagage juridique universitaire9. Il est vrai qu’une telle reconversion est tout à fait exceptionnelle.

  • 10 Encore que certains scribes ou notaires soient sensibles à la nuance introduite : dans un acte con (...)

6Reste un indice intéressant : l’avant-nom « sage maistre » utilisé par les notaires et leurs scribes pour qualifier certains officiers de finance. Il peut fournir une présomption de formation universitaire. Constatons tout d’abord que les tabellions sont généreux : 26 membres du corpus sont, au moins une fois, revêtus de cette qualité. Mais on sait la largesse dont ils font parfois preuve, et le brouillard qui, bien souvent, entoure leurs typologies10. Aussi me paraît-il de bonne méthode d’éliminer les onze cas pour lesquels n’existe qu’une mention unique et même les cinq qui en comptent deux. A partir de trois occurrences, le terrain devient un peu plus solide, même si, en règle générale, elles restent très minoritaires sur l’ensemble des mentions conservées. Il ne reste plus alors que dix personnes, parmi lesquelles on note avec intérêt la présence de Charmolue, Grolier et Bohier de Saint-Cirgues, signe de la pertinence de l’indicateur. En revanche, l’absence de la moindre mention pour Jehan I Duval et Jehan Godet incite à penser que leurs études ne les ont même pas conduits jusqu’au baccalauréat : ces « artiens » se sont probablement arrêtés en route. Pour Jehan II Duval (trois cas), Jehan Prévost (quatre cas), Gaillard Spifame et Morelet de Museau (cinq cas) et surtout Jehan de Poncher (dix cas), des études assez poussées sont probables, sans que l’on puisse évidemment les déterminer avec plus de précision. En raison de la précocité des mentions dans sa carrière, sans parler de leur nombre, c’est Poncher qui offre l’exemple le plus convaincant. Il reste enfin deux individus pour lesquels, selon toute apparence, un raisonnement différent s’impose. Octavien Grimaldi (4 mentions), après une carrière assez longue, devient président de la Chambre des comptes de Paris en 1527. Bénigne Serre pour sa part (6 mentions), accède à la présidence de la Chambre des comptes de Bourgogne en 1536. Dans ces deux cas, l’avant-nom semble venir couronner une carrière, et découler de la possession d’un office prestigieux, et non manifester une formation spécifique. Grimaldi n’est appelé « sage maistre » qu’entre 1535 et 1542, et Serre, à une exception près (en 1523), qu’à partir de 1536. Tout ceci est assez fragile, mais souligne la nécessité d’une utilisation fine des avant-noms, tâche souvent délicate.

  • 11 Voir Hervier, Legendre, liste p. 259. Les conclusions tirées de l’analyse des bibliothèques resten (...)
  • 12 Clément, Trois drames, p. 398.
  • 13 Lettre d’Anthoine Morelet de Museau à Nicole Bérault, le 9-8-1534 : A. L. Herminjard, Correspondan (...)
  • 14 Picot, Français à Ferrare, p. 142 n° 133 ; A.N. X3a (5-11-1528) ; Veissiere, Guillaume Briçonnet, (...)
  • 15 B.N. Imprimés, Rés. X 682 (2) : dédicace de François Tissart à Jean de Museau ; A.N. M.C. XIX 54 ( (...)
  • 16 A.N. M.C. XIX 160 (10-2-1542).

7Malgré les présomptions favorables à la poursuite d’études pour une poignée supplémentaire d’officiers, le résultat d’ensemble reste, comme on pouvait le prévoir, assez maigre. Quelques détails négatifs vont dans le sens de l’insuffisante formation juridique des hommes de finances. Parmi tous les secrétaires du roi étudiés par Sylvie Le Clech-Charton, le seul à ne détenir que des livres en français, hormis des ouvrages liturgiques, est le trésorier de France Pierre Legendre11. N’est-ce pas le signe d’une médiocre maîtrise du latin ? Par ailleurs, pour tenter de justifier les errements de Guillaume de Beaune et obtenir sa rémission, ses proches affirment qu’ » il n’a esté érudy es droictz »12. Le manque d’ardeur humaniste d’un Morelet de Museau qui, sous l’influence d’ « adulateurs ignorants », empêche son fils Anthoine de commencer l’étude du grec, étonne dans un milieu culturellement ouvert : son frère Jean n’est-il pas helléniste13 ? Mais la démarche a sa logique : Anthoine, destiné par son père, malgré ses réticences, aux charges de finance, n’a pas à perdre son temps avec le grec. L’investissement éducatif, réel, est destiné avant tout à d’autres membres de la famille : ceux qui sont poussés vers les études, juridiques surtout, le sont dans l’attente d’un bénéfice ou d’une charge de judicature. Les exemples sont alors multiples : Louis de la Croix, frère de Geoffroy, passe par les universités d’Orléans, Toulouse, Pavie et Ferrare où il obtient un doctorat en 1493. Gilles Bohier, frère d’Anthoine, étudie à Paris en 1528 puis à Orléans en 1534. Claude Duval, frère de Jehan II, est à Ferrare en 154614. Jean de Museau, frère de Morelet, étudie à Padoue alors que Loys Meigret, frère de Lambert, est repéré à Poitiers en 152215. Contre-exemple intéressant : celui de Nicole Bernard, fils de Jacques, et successeur de son père dans la charge de maître de la Chambre aux deniers du roi. Nicole séjourne en effet à l’université de Padoue en 1542. Mais tout s’explique car il est alors destiné à une carrière ecclésiastique : l’acte concerne en effet le bail d’une cure du diocèse du Mans dont il est le titulaire16. C’est une réorientation ultérieure, sans doute pour des raisons familiales (qui nous échappent), qui conduira l’ancien clerc vers les charges financières. Peu au fait des beautés du droit romain, dans leur ensemble, les officiers de finance ont en revanche certainement une bonne connaissance de la législation coutumière, que ce soit pour la gestion de leurs fortunes ou comme auxiliaires du pouvoir royal dans les provinces. Même Pierre Legendre possède « Les grans coustumes générales et particulières du royaulme de France », juste à côté de son « comptouer », c’est-à-dire de son bureau. Quant au contentieux spécifiquement financier, produit d’une législation avant tout royale, il n’a guère de secrets pour eux.

  • 17 A.N. M.C. CXXII 1083 (I.A.D. Charlotte de Poncher, 28-10-1529) papiers, n° 1329 ; A.N. Z1a 57 f°25 (...)
  • 18 Jacqueton, Politique extérieure, p. 10-13.
  • 19 Cellini, Vie, p. 59 ; Bibliothèque de l’Institut, fonds Godefroy 536 f°64.
  • 20 A.N. M.C. de XIX 54 (17-2-1523) à XIX 61 (29-9-1527).
  • 21 A.N. M.C. XIX 69 (2-3-1531).
  • 22 B.N. fr 15630 f°35 ; A.N. M.C. XIX 147 (dos du 11-11-1535).
  • 23 Michaud, Chancellerie, p. 141 et note 4 ; B.N. fr 3873 f°42.
  • 24 Chéruel, Ormesson, p. V.
  • 25 A.N. J 967, 49bis/l [15-2-( 1537)] : il s’agit de Florimond Le Charron, commis à la place de Carré (...)
  • 26 A.N. Z1a 44 f°262 (19-6-1518).

8Mais l’essentiel des connaissances utiles ne s’apprend pas dans les livres : il leur vient d’une formation sur le terrain à la fois solide et précoce. Avant d’acquérir un office, bien souvent les jeunes hommes de finance se voient confier des commissions où ils doivent faire leurs preuves. Ainsi de Charles de Pierrevive, futur trésorier de France, d’abord chargé de la levée d’une décime en Milanais en 1517, puis de la vente d’offices en Guyenne en 151917. Les voyages, y compris à l’étranger, jouent donc parallèlement un rôle important. Sans atteindre les capacités exceptionnelles du « ministre des affaires étrangères » Florimond Robertet qui connaît non seulement l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et l’allemand18, nombreux sont sans doute ceux qui doivent avoir une teinture de langues étrangères, en particulier d’italien et pas seulement à cause des charmes de la littérature de la péninsule. Le trésorier de Milan Jehan Grolier maîtrise parfaitement cet idiome tout comme Anthoine Le Maçon qui, « très instruit et très aimable, parlait très bien l’italien » selon Cellini. Claude Breton, aux dires du roi lors de sa désignation, a « jà fréquenté pays estrangiers et prins nourriture en bon lieu », en l’occurrence auprès de son père Jehan19. Les officiers se forment en effet les uns les autres, au fil des générations, comme en témoigne la succession suivante : Morelet de Museau prend à son service entre 1523 et 1527 Jehan Laguette, qui devient trésorier des finances extraordinaires en 153120. Sous Laguette travaille dès 1528 Estienne Trotereau, commis à la recette générale de Languedoïl à partir de 153221. Trotereau enfin emploie en 1533-1535 Jehan Fournier promu receveur général à Tours en 154322. Dans les « comptouers », réputés, de Florimond Robertet se sont formés des secrétaires d’avenir : Jean Breton, Gilbert Bayard ou Nicolas de Neufville, tous trois parallèlement officiers de finance. Ajoutons-y Palamède Gontier, moins célèbre, qui a également hanté le trésorier Robineau et qui témoigne ultérieurement de l’importance d’ » apprendre les termes dont il fault que ung homme de plume […] doibt estre coustumier de user »23. Un bon style et une bonne écriture sont donc indispensables à ces hommes du papier. C’est parce qu’il « escrivoit fort bien » – et parce qu’il le trouve « de bonne grace » -que le trésorier du dauphin Henri prend dans les années 1540 à son service Olivier Lefèvre, futur argentier du roi et trésorier de l’Extraordinaire des guerres. Mais c’est aussi, sûrement, parce que Lefèvre sait se débrouiller avec les documents comptables : il sort en effet de l’officine d’un procureur des comptes où il est entré, vers douze ans semble-t-il, après un bref passage au collège de Navarre24. En ce domaine la précocité est donc de rigueur. Jehan Carré, évoquant les problèmes qu’il rencontre avec un commis dans une de ses charges, déplore son ingratitude : « Il me faict autre traictement que luy ay faict : je l’ay nourry puis l’aage de quinze ans »25. De même, René Le Coincte, clerc de Jehan Ruzé et futur receveur des tailles puis élu de Château-Thierry, déçoit son maître : « Combien qu’il ait esté nourry jeune en l’ostel dud. Ruzé, il le recongnoist très mal »26.

  • 27 En raison des problèmes généalogiques qu’ils posent, André Le Roy, Pierre Tarteret et Jehan Robine (...)

9Deux filières se dégagent en fait pour un même apprentissage : la formation au sein du milieu familial ou le passage comme commis ou clerc chez un officier de finance qui sert de mentor et souvent de patron pour les premiers pas dans la profession. Alors que nombre de carrières, en particulier dans leurs débuts, sont fort mal connues, il est sûr que 29 au moins des 118 grands officiers retenus ici (soit 24,6 %) ont été dans ce second cas27. Le contraste entre les filières se dégage nettement en fonction de l’activité exercée par le père. La proportion de fils connus comme commis est nulle si le père a exercé au cours de sa carrière un office de finance soit de premier plan (ceux du corpus), soit au service direct de la famille royale (23 cas en tout). Elle monte à 35 % pour ceux dont le père a possédé un petit office de finance (7 sur 20). Elle atteint 36,7 % pour les pères connus mais non concernés par la finance (11 sur 30) et retombe à 25 % (11 sur 44) pour les fils d’inconnus. Le rapport père-fils ne rend évidemment pas pleinement compte de la complexité et de la richesse des relations familiales. Jehan II Duval par exemple doit sa carrière à son beau-père Guillaume Preudhomme, auquel il succède comme trésorier de l’Épargne, après en avoir été commis. Malgré tout, des onze grands officiers gendres d’un autre grand officier, il reste le seul commis. Il est donc clair que les héritiers, en matière financière, n’ont guère à faire leurs preuves hors de chez eux alors que ceux qui s’introduisent dans le milieu pour la première fois y sont largement contraints. Il faudrait pouvoir déterminer si la différence des itinéraires entraîne une différence de qualité dans la formation. L’hypothèse la plus évidente est bien sûr qu’il est plus difficile de percer quand on n’est pas du sérail et qu’à l’inverse les héritiers peuvent être de moindre étoffe. La rudesse des assauts qui frappent certaines familles et poussent au renouvellement, la grande personnalisation des fonctions et l’absence, pour l’heure, de véritables traditions dynastiques incitent au moins à nuancer cet a priori.

2. La prise de possession des offices

  • 28 En revanche les officiers de finance n’ont pas, sous bénéfice d’inventaire, à payer un droit d’ent (...)

10De toute manière, pour accéder à un office de finance, il n’y a pas d’examen spécifique destiné à vérifier les compétences comme cela existe pour les officiers de justice. Les questions d’argent envahissent tout, ou presque tout. Comme pour l’ensemble des offices, il y a d’abord une transaction entre l’ancien et le nouveau titulaire, ou entre ce dernier et le roi. Ensuite, l’obtention des lettres de provision implique le paiement d’une taxe (le quart-denier) au trésorier des parties casuelles. Mais chez les manieurs d’argent s’ajoutent l’important problème des cautions ainsi que l’organisation financière concrète de la transition d’un titulaire à l’autre28.

a. Les négociations privées

  • 29 A.N. M.C. VI 1 (5-2-1527). Bien qu’elle concerne une transmission entre un oncle et un neveu, rien (...)
  • 30 A.N. M.C. LIV 7 (dossier Morelet, mai-août 1532, au 4 juin). Un acte beaucoup plus tardif nous app (...)
  • 31 A.N. M.C. XIX 71 (3-9-1532) : offre faite le premier septembre par les représentants de Loys Raque (...)
  • 32 A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543). Il faut attendre quatre ans pour que la rente soit entièrement « (...)
  • 33 A.N. M.C. III 29 (26-2-1544) : il s’agit explicitement du « restant de plus grande somme ».
  • 34 A.N. KK 352 f°25.

11La vénalité privée touchant les grands offices de finance laisse dans la première moitié du 16e siècle peu de traces chiffrées. Son existence, pour autant, ne fait pas de doute, mais rares sont les transactions où le montant total de ce qu’on appellera plus tard la « finance » de l’office est clairement mentionné. Ainsi, parmi les ordonnateurs, seule la négociation de la charge de trésorier de France en Languedoc en 1527 fournit un chiffre apparemment assuré : 25 000 lt29. Avec les généraux, la prudence est de mise. La veuve d’un général d’Outre-Seine affirme que son défunt époux a résigné sa charge en 1528 pour 40 000 lt. Le montant est vraisemblable, mais pas certain30. Les 17 500 lt proposées en 1532 pour l’office de général de Guyenne correspondent à une négociation qui échoue31. Là encore, il ne s’agit donc que d’un ordre de grandeur. Pour la Languedoïl, en 1543, l’information est indirecte : une vente de rente fictive – l’argent n’est à coup sûr jamais versé – permet au nouveau titulaire d’assurer à son prédécesseur (et cousin) un intérêt confortable en attendant le versement de ce qu’il lui doit, au titre de la charge qui change de main. La coïncidence serait en effet trop grande : la résignation prend effet le premier avril alors que la transaction dont il est ici question date du 29 mars. Seulement rien ne dit que le capital de 20 000 lt en jeu ici représente le montant total de la vente32. De même, les 10 000 lt réclamées l’année suivante pour le généralat de Bourgogne, ne constitue qu’une partie de la somme en jeu33. Mais c’est probablement l’essentiel puisqu’en 1528 la charge est évaluée à 12 000 lt34.

  • 35 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555).
  • 36 A.N. M.C. VIII 61 (6-5-1541).
  • 37 B.N. fr 3001 f°38 (28-3-1530).
  • 38 A.N. M.C. XIX 70 (23-7-1531) et 163 (29-5-1543).
  • 39 Anthoine Le Maçon, promu de 1531, exerce cette fonction l’année suivante : B.N. fr 15628 n° 206. O (...)
  • 40 Quart-denier de 3 000 lt : A.N. KK 352 P24.
  • 41 Plusieurs offices de finance de rang inférieur pour lesquels je dispose de montants de transaction (...)

12Du côté des offices comptables, le chiffre le plus élevé est tardif, et doit être pris avec prudence. En 1555, Jehan Laguette affirme en effet avoir fourni au roi « la somme de trente mil livres […] provenue de la vente de son office de trésorier des parties casuelles »35. Mais on ignore s’il s’agit du montant total. La résignation de la recette générale de Languedoc, qui doit passer du beau-père au gendre, se fait en 1541 pour 10 000 lt36. Petit prix qui s’explique, plus que par le caractère familial de l’opération, par le fait qu’à cette date Jean Testu, le beau-père et titulaire, est suspendu de ses fonctions depuis bientôt dix ans… De toute manière, cette négociation sera sans suite. Quant à la recette générale d’Outre-Seine, c’est le roi qui, dans une lettre de 1530, en estime la valeur à 20 000 lt37. Reste enfin et surtout la recette générale de Bourgogne pour laquelle on dispose de deux transactions qui ont abouti. Le prix est de 12 500 lt en 1531 et de 12 000 lt en 154338. La seconde opération porte également sur la charge de payeur des gages de la chambre des comptes de Dijon. Mais il en était déjà de même, implicitement, treize ans plus tôt, ce qui évite de fausser la comparaison39. Un chiffre de 1528 donne par ailleurs à penser que, lors de la résignation de la recette générale de Bourgogne qui a lieu cette année-là, la somme en jeu est aussi de l’ordre de 12 000 lt40. Ainsi donc, pour la seule série – et le mot est fort – disponible, la deuxième moitié du règne de François Ier correspond à une stagnation des prix41. Mais, sous bénéfice d’inventaire, nous ne savons rien des débuts du siècle : impossible alors d’observer l’impact éventuel des réformes de 1523-1524 sur la valeur des grands offices. Le rapport entre ordonnateurs et comptables est difficile à observer : écart net des sommes en jeu en Languedoc, montant à peu près équivalent en Bourgogne. Mais, avec des chiffres dépassant toujours les 10 000 lt, et parfois très nettement, il est clair que peu de gens peuvent se mettre sur les rangs : 10 000 lt, dans les années trente ou quarante, c’est en effet déjà le prix d’une belle terre.

b. L’intervention monarchique

  • 42 A.N. KK 352 f°11v°, 14, 19, 24 et 27.
  • 43 On est donc très au-delà de la taxe du 1/10e ou 1/12e de la valeur de l’office qu’évoque Mousnier, (...)
  • 44 A.N. M.C. CXXII 1141 (13-10-1544, I.A.D. Pierre Duval, cote 11) ; LIV 6 (21-2-1532, I.A.D. Morelet (...)
  • 45 A.N. J 967, 24/2 (5-5-1537) ; KK 352 f°28.

13D’autant que le montant de la « finance » ne couvre pas la totalité des sommes investies. La monarchie s’assure en effet que chaque transaction lui rapportera de l’argent grâce à la taxe du quart-denier, à laquelle s’ajoute le droit de scel de la lettre de provision. Les comptes des parties casuelles conservés pour 1528 font ainsi apparaître plusieurs grands officiers de finance, passés (Jean Parajau verse 3 000 lt pour devenir président de la Chambre des comptes de Bretagne), présents (taxe pour la recette générale de Bourgogne) ou futurs (Anthoine Le Maçon débourse 300 lt pour la recette des aides et tailles de Sens, Anthoine de Céries autant pour la trésorerie du duché d’Auvergne et Nicolas de Troyes 2 000 lt pour l’argenterie du roi)42. Ce quart-denier semble bien correspondre, à l’époque, à un quart de la valeur de la finance de l’office, c’est-à-dire du prix qui est le sien lors de la transaction privée43. La recette générale de Bourgogne en fournissait un premier indice. La confirmation vient des deux charges pour lesquelles on peut comparer, avec un intervalle de temps limité, le quart-denier de 1528 et une vente. L’office de grenetier de Vernon, taxé à 500 lt, est vendu 2 000 lt en 1536 ; pour la charge de payeur du prévôt de l’Hôtel et de ses archers, le versement aux parties casuelles est de 600 lt alors que le prix de vente annoncé en 1527 est de 1 200 écus, soit 2 400 lt44. Pour les résignations à survivance, ce quart-denier, sans changer de nom, est en fait d’un-tiers de la valeur de l’office. En 1537, Xans de Godailh et son fils Robert s’adressent au conseil du roi. Xans a résigné son office de receveur des tailles en Agenais à Robert, en payant le quart-denier, soit 600 écus. Or il exerce toujours sa charge et demande qu’en fait sa résignation puisse se combiner avec une survivance « en satisfaisant le surplus du tiers de la valeur de son office », soit 200 écus. Dans le compte des parties casuelles de 1528, la taxe pour la résignation à survivance d’élu de Lyon est de 666 livres 13 sous 4 deniers, là où les chiffres habituels ne descendant pas en dessous de la livre. Une multiplication par trois est ici en effet nécessaire pour obtenir un chiffre rond, soit une finance de 2 000 lt45. Le rapport mathématique entre « taxe » et « finance » de l’office est donc simple, même s’il est probable que certaines opérations privées peuvent dissimuler des versements complémentaires.

  • 46 A.N. M.C. III 7 (9-2-1532).

14La taxe peut être payée par l’acquéreur de l’office : on parle alors de charge vendue « à la procuration ». Mais il arrive aussi que le vendeur s’engage à assurer l’expédition des lettres de provision : il paye donc les droits afférents. Négociant avec Ambroise Le Moyne la cession de sa trésorerie des guerres, Georges Hervoet reconnaît qu’il doit fournir à Le Moyne « les lettres d’office de trésorier des guerres signées, sellées et deuement expediées ou nom dud. Le Moyne par la resignacion dud. Hervoet dedans le temps pour ce prefix ». C’est une vente « à la provision »46. La recette générale de Bourgogne offre à trois ans d’intervalle les deux cas de figure : en 1528, c’est le vendeur, Bénigne Serre, qui s’acquitte du quart-denier ; en 1531 en revanche, la charge pèse sur l’acheteur, Anthoine Le Maçon. Au passage, ceci creuse objectivement un écart de 3 000 livres entre l’argent reçu par le vendeur ou déboursé par l’acheteur lors des deux opérations, ce qui remet sans doute en question la stagnation des prix évoquée plus haut. En 1543, une troisième possibilité est envisagée qui conditionne l’opération : dans cette vente « à la provision » Anthoine Le Maçon fait préciser que la transaction sera caduque si le roi « ne voulsist faire don du quart denier d’icelluy [office] aud. Le Maçon, comme il espere ».

  • 47 C.A.F., t. VII, n° 28109.
  • 48 C.A.F., t. III n° 9981 (25-4-1538).
  • 49 Y a-t-il adjudication au plus offrant – comme pour les fermes – ainsi que l’affirme Jean-Claude Ho (...)
  • 50 A.N. M.C. XIX 163 (23-4-1543).
  • 51 A.N. J 967, 21/2 et 89 [4 et 8-4 (1536-1538)].

15De toute manière, le roi et son conseil ne se contentent pas du profit, réel, que représente cette taxe. Ainsi faut-il parfois verser de l’argent pour obtenir une autorisation de résignation. Guy Milletot en 1531 doit débourser 1 500 lt pour obtenir de céder sa recette générale de Bourgogne à Le Maçon : d’où peut-être son désir de faire peser sur l’acquéreur le quart-denier (et d’où une nouvelle réévaluation des profits de la transaction…)47. Mais la monarchie cherche également à s’insérer dans les ventes elles-mêmes. Les traces chiffrées de la vénalité publique pour les grands offices de finance sont rares. En avril 1538, Claude Robertet verse au roi 10 000 lt pour devenir secrétaire des finances48. Les offices nouvellement créés sont directement « commercialisés » par la monarchie, selon des modalités mal connues49. L’apparition des alternatifs sous Henri II entraîne ainsi une multiplication des transactions. Dès la réforme des recettes générales de décembre 1542, Nicolas de Troyes devient titulaire de la recette créée à Poitiers moyennant le versement de 10 000 lt aux parties casuelles. Mais la suite de l’affaire est révélatrice. Peu de temps après, il remet en effet sa charge entre les mains du roi « pour lad. somme de X mille lt. en prenant par led. de Troyes l’office de trésorier ordinaire des guerres duquel il en a esté pourveu par led. seigneur »50. Les propositions faites par les Poncher pour conserver en 1521 l’office de trésorier de France détenu par un Loys de Poncher à l’article de la mort fournissent un autre exemple de négociation : le roi, moyennant installation de Jehan de Poncher dans la charge de son oncle, pourra revendre à sa guise l’office de trésorier de l’Ordinaire des guerres détenu jusqu’ici par Jehan. Fréquemment, un postulant accepte de céder le ou les offices qu’il occupe pour franchir un degré supplémentaire. Ce qui ne l’empêche pas parfois, à titre de « soulte », de fournir des écus. Jehan Hénart, secrétaire du roi et trésorier des Ligues, souhaite succéder comme maître des comptes à Badonvillier, très malade. Il écrit au chancelier pour obtenir une provision, « en laissant [ses] offices au Roy et baillant argent un peu que [ses] amys [le] pourront ayder pour y parvenir »51. Il ne reste plus au roi et aux siens qu’à vendre les charges ainsi mises à leur disposition.

  • 52 A.N. KK 352 f°25.

16Il ne faut pas négliger non plus le fait que certaines charges « tombent » aux parties casuelles à la mort de leur titulaire. Le compte des Parties casuelles porte en novembre 1528 la mention suivante : « Je promectz tenir compte au roy de la somme de douze mil livres tourn. pour l’office de général des finances ordinaires et extraordinaires es païs et duché de Bourgogne »52. À cette date le trésorier des Parties casuelles est Pierre d’Apestéguy… qui se trouve être aussi le nouveau pourvu en Bourgogne, à la suite de la mort en charge, sans résignation, de Raoul Hurault. Autre source d’offices disponibles, les poursuites contre les officiers qui contraignent ceux-ci, par voie de justice ou après négociation, à abandonner leurs charges au roi. Il peut ensuite les revendre.

  • 53 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 304.
  • 54 Sur les charges comme récompenses et non comme responsabilités professionnelles, voir Jouanna, Dev (...)
  • 55 A.N. J 965, 6/53 (5-11-1537) ; C.A.F., t. VII n° 25844 ; A.N. M.C. LXVIII 14 (20-1-1553). Il est e (...)
  • 56 B.N. fr 5128 f°14.
  • 57 A.N. M.C. CXXII 1035 (21-10-1520).

17À moins qu’il ne les donne à leurs nouveaux titulaires. De tels cas ne sont pas rares, particulièrement pour les généraux. L’hypothèse est très probable pour Gilbert Bayard devenant général de Bretagne en 1529 en récompense de ses bons et loyaux services diplomatiques, ou pour le maître d’hôtel et ancien ambassadeur près des Ligues suisses Anthoine de Lamet avec l’octroi de l’Ou-tre-Seine en 1535. La belle défense du commissaire des guerres Jehan d’Es-tourmel dans Péronne assiégée en 1536 lui vaut un état de maître d’hôtel puis, à la mort de Lamet en 1541, le don du généralat d’Outre-Seine53. Est-ce que le déclin de la charge de général à partir du milieu du règne rend possible de la transformer, parfois, en une relative sinécure54 ? Rien n’est moins sûr : il s’agit sans doute plutôt d’une conséquence de la reprise en main du personnel financier au milieu du règne de François Ier. Le roi peut aussi se contenter de remettre le montant des sommes dues lors de l’octroi des lettres de provision. Lorsqu’en 1537 Jehan Breton résigne son généralat de Blois à survivance pour son fils Claude, le roi précise au chancelier que le père ne devra rien payer « pour le tiers desd. survivances, duquel tiers je luy ay faict don ». En 1526-1527, Claude Robertet devient trésorier de France en Normandie sur résignation de son père Florimond. François Ier lui accorde une remise du quart-denier en récompense des services rendus par son père à la Régente pendant sa captivité. Une nouvelle libéralité monarchique marque le passage de l’office de Claude Robertet à son fils aîné en 155355. C’est cette faveur royale qu’ » espère » et obtient Anthoine Le Maçon en 1543. Guy Arbaleste en bénéficie en 1551 quand il succède à Charles du Plessis comme général de Languedoc56. A un échelon moindre, Léonard de Cueille bénéficie d’un même avantage lorsqu’il devient receveur ordinaire de Périgord. Mais s’il obtient le 30 juin 1520 des lettres de don du roi « sans charge ne réservation aucune fors seulement de bailler caution », il s’engage cependant devant les trésoriers de France, quatre mois plus tard, à solder les comptes de son prédécesseur, qui n’est autre que son père57. Faire rentrer de l’argent, manifester sa libéralité : deux nécessités toujours présentes, toujours complémentaires (il faut avoir pour donner) et toujours contradictoires (chaque don réduit les rentrées).

  • 58 Un responsable de l’Extraordinaire des guerres fait ainsi allusion aux « grandz fraiz qu’[il] a po (...)
  • 59 B.N. fr 25721 n° 335 (3-10-1529). La résignation pour Anthoine Bohier de Saint-Ciergues a lieu dan (...)
  • 60 A.N. J 964 n° 29 (17-7-1531).
  • 61 A.N. KK 351 f°9v°. On note aussi un prêt de 28 750 lt de Philibert Babou en 1521, l’année où il so (...)
  • 62 B.N. fr 3001 f°38 (28-3-1530). Sur cette affaire, voir Hamon, Argent du roi, p. 391-396.
  • 63 B.N. fr 3027 f°88. C’est un investissement hasardeux : le duché ne sera plus jamais contrôlé par l (...)
  • 64 A.N. KK 352 f°39.
  • 65 A.N. J 965, 6/46 (8-9-1537).

18L’emprunt, qui vient se superposer à la vénalité privée58, fait figure pour la monarchie d’ultime possibilité pour exploiter financièrement les mutations. Il semble qu’il soit particulièrement répandu : chaque type de charge fournit des exemples documentés. Le cas du général de finances Guillaume de Beaune est particulier : il prête 10 000 lt… pour pouvoir résigner : il est vrai qu’il vient à peine de bénéficier d’une lettre de rémission59. Dans tous les autres cas, c’est fort logiquement le nouveau pourvu qui fournit l’argent. En 1531 Pierre d’Apes-téguy est candidat pour reprendre le change du Trésor. Le conseil envisage de lui demander un prêt de 5 000 écus « où cas que il ne preigne l’office de changeur »60. En mars 1525, pour succéder à Pierre Legendre comme trésorier de France en Outre-Seine, Nicolas de Neufville doit avancer 20 000 lt61. Pour la recette générale de cette même circonscription, les propositions de prêts faites en 1529-1530 par Jehan Ruzé et Estienne Besnier s’inscrivent dans leur lutte pour contrôler cette charge. Besnier l’emporte après avoir promis un prêt considérable de 40 000 écus62. Lorsqu’Octavien Grimaldi offre de prêter au roi 25 000 écus en août 1523, c’est apparemment, alors que le général de Milan Geoffroy Ferrier vient de mourir, pour être pourvu à sa place, ce qui se produit effectivement63. Enfin Georges Héroet figure en septembre 1528 pour 10 000 lt dans une liste de prêteurs. Or il accède à la trésorerie de l’Ordinaire des guerres deux mois plus tard64. Une présomption du même ordre existe pour la trésorerie des finances extraordinaires, à cause de l’allusion qui figure dans une lettre du roi pour le rétablissement de Jehan Laguette dans ce poste. François Ier écrit en effet au chancelier : « Ne luy demandez aucun prest pour le présent, estant asseuré que, faisant sond. office, il aura beaucoup meilleur moyen et crédit pour ce faire »65.

  • 66 A.N. J 958 n° 18 (17-12-1523).
  • 67 A.N. M.C. Inv. Carré n° 2056.
  • 68 A.N. M.C. VIII 43. Le 21 août, les deux procureurs associés à Jehan Laguette, commis du général Mo (...)
  • 69 A.N. J 964, 29. Guy de la Maladière, alors secrétaire du roi et commis du trésorier de l’Ordinaire (...)

19C’est pour l’Extraordinaire des guerres qui, faut-il le rappeler, n’est pas un office mais une commission, que les sources sont les plus loquaces. En 1523, évoquant le titulaire, Jehan Prévost, le roi mentionne « l’avance qu’il nous feist à l’entrée de sa charge »66. Pour son successeur, Jehan Carré, le montant est connu : François Ier confesse le 19 janvier 1524 que Carré, qui est en charge depuis deux jours, lui a fourni 40 000 lt de prêt67. Gaillard Spifame, nommé le 28 mai 1525, s’exécute un peu plus lentement. Le 9 juin il passe procuration à son commis Jehan Bertrand, grenetier de Sens, et à Dreux Le Courtillier, bourgeois de Paris, pour « prandre et mainlever pour et ou nom dud. constituant par manière d’emprunt ou autrement, tant en la ville de Paris que aileurs, de quelzconques marchans, bancquiers ou autres personnes de quelque estat, qualité ou condicion qu’ilz soient, jusques à la somme de XL m[ille] lt et au dessoubz »68. Visiblement, le prêt, statutaire, est toujours au même niveau puisqu’en juin 1531 Jehan Godet, qui remplace Laguette, doit à son tour fournir 20 000 écus (soit 40 000 lt)69.

  • 70 Pour une mise au point d’ensemble sur les remboursements des prêts consentis au roi : Hamon, Argen (...)
  • 71 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cote 136.
  • 72 C.A.F., t. V n° 18158 (7-3-1525) ; t. III n° 10668 (14-1-1539). Le remboursement du prêt de Babou (...)
  • 73 A.N. J 964, 29bis ; J 958 n° 38.

20Les conditions du remboursement sont, comme souvent, difficiles à déterminer70. Lorsqu’il envisage de prêter en août 1523, Grimaldi demande comme terme de remboursement « la foyre de Toussaintz » pourtant fort proche. À moins qu’il ne s’agisse de l’échéance des paiements de la Toussaint, qui a lieu à l’Épiphanie, la foire suivante. De toute manière les délais sont bien plus longs et sans doute le prêt lui-même se fait-il un peu attendre. Le 16 février 1524, Thomas Bohier, Morelet de Museau, Bonnivet et Montmorency, les chefs et responsables financiers de l’armée alors en Italie, s’obligent en sa faveur pour la somme de 25 000 écus. Il faut attendre le 1er avril 1528 pour que Grimaldi soit remboursé de 5 000 écus « sur et tant moins de lad. somme » par le trésorier des finances extraordinaires et Parties casuelles71. Dès Je mois de mars 1525 un mandement de la Régente charge le trésorier de l’Épargne Babou de rembourser les 20 000 lt fournies par Nicolas de Neufville. Babou est simplement chargé de le faire assigner sur le changeur du Trésor ou sur un receveur général. Est-ce seulement le don de l’office de greffier civil et criminel du Châtelet de Paris, en janvier 1539, pour l’acquit d’une créance de 20 000 lt précisément, qui éteint la dette72 ? Un remboursement est clairement envisagé pour le commis à l’Extraordinaire des guerres Jehan Godet, mais sans assignation très claire non plus puisqu’il doit être prélevé sur les « plus valleurs ». Quand Gaillard Spifame meurt en 1535, il n’a reçu que 16 000 lt sur 50 000 lt qu’il a prêtées au roi, parmi lesquelles figurent très probablement les 40 000 lt du prêt de l’Extraordinaire des guerres73. Les prêts soulagent donc les finances royales, d’autant que leur remboursement n’apparaît pas comme une priorité. Les officiers eux-mêmes en font sans doute parfois leur deuil, en tout ou en partie. Mais peut-être ces avances ont-elles une autre fonction : ne correspondent-elles pas aussi à une forme déguisée de caution ?

c. Les cautions

  • 74 Un cas étonnant : celui de la caution du contrôleur du magasin à sel de Luçon qui pourtant ne para (...)
  • 75 O.R.F., t. VI p. 247 (article III).
  • 76 Jacqueton, Documents, p. 150-153.

21Ceci ne peut cependant concerner que les comptables, seuls à manier des fonds royaux et à ce titre seuls astreints à un cautionnement74. Par l’ordonnance du 8 juin 1532, les membres du Conseil Privé sont chargés d’informer pour trouver dans le royaume des hommes de bonne réputation, « qui soyent sol-vables et fondez en biens », pour être pourvus en finance75. Un bailleur n’installe pas n’importe qui dans une location. Il veille à ce que son locataire dispose de meubles « exploictables » en cas de non-paiement. De même les comptables, responsables de leur gestion de façon illimitée sur leur fortune propre, ne doivent point être de pauvres hères susceptibles de disparaître aisément, au besoin avec la caisse de leur recette. Pour tous les officiers de finance, la détention d’un patrimoine non négligeable est donc la première des sécurités. Parmi les autres garanties que prend alors la monarchie, le cautionnement figure en bonne place. Le 11 juin 1510, une décision du Conseil établit les cautions requises des principaux responsables des finances, et ce parce qu’auparavant ont été pourvus des officiers « dont les aucuns possédoient petite chevance et faculté de bien, les autres estoient receuz esdits offices sans bailler caucion, les aultres en baillant petite caucion, dont au moyen de ce s’en sont ensuiviz et pourroient ensuivir plusieurs grans dommaiges et pertes »76. Le receveur général de Lan-guedoïl doit désormais offrir 10 000 lt de caution, ceux de Normandie, Languedoc et Outre-Seine 6 000 lt et les autres receveurs généraux 3 000 lt. Le trésorier de Milan fait problème, avec une caution de 30 000 lt qui paraît disproportionnée par rapport aux autres montants. Pourrait-il s’agir d’une faute de copiste (30 000 au lieu de 3 000 comme pour tous les receveurs généraux qui le précèdent) ? Pour sa part, le responsable de l’Extraordinaire des guerres n’est astreint qu’à 6 000 lt de « pleigerie ». Ce montant relativement faible, compte tenu de l’ampleur des fonds brassés, peut s’expliquer par le statut de la charge (une commission, et non un office) et peut-être surtout par la présence du prêt considérable de 40 000 lt évoqué dans le paragraphe précédent.

  • 77 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 68 (paragraphe 16). On constate cette proportion pour une c (...)
  • 78 A.N. J 818 n° 2.
  • 79 Le Page, Finances bretonnes, p. 352 note 168. Sur les quinze personnes qui viennent alors à la cha (...)

22Si le « tarif » de 1510 fournit un montant précis de caution pour une cinquantaine de charges, la caution est évaluée différemment pour les receveurs des tailles et des aides et les grenetiers : elle devra se monter à « la moictié du quartier (de leur recepte) et au dessus selon la discrétion du général, ainsi qu’il advisera et que les receptes seront grandes ou petites ». Même chose avec les trésoriers de France pour les officiers du domaine. Ce cautionnement proportionnel inspire des projets de réforme de celui des grands officiers. En 1522-1523, il est question d’une caution équivalente à un quartier de recette pour tous77. Le même ordre de grandeur se retrouve en 1526 en Bretagne dans le rapport d’une commission de réforme. Elle constate que souvent les officiers « vont mourir sans avoir baillé caution » et demande, au premier chef pour le trésorier général du duché, une caution équivalente à un quartier des rentrées78. L’idée se répand : deux ans plus tard, le trésorier Parajau, qui vient d’être suspendu, fait une proposition à la chambre des comptes de Bretagne pour retrouver sa charge : il offre, outre le payement de ce qu’il doit, de donner une caution équivalente à un quartier de sa recette générale « combien que ce soit chose inacoustumée et que paravant ces heures jamais trésorier de Bretagne ne bailla aucune caution »79. Il est exact que cette charge ne figure pas sur le tarif de 1510, ce qui s’explique sans doute par la relative autonomie financière du duché à cette date.

  • 80 O.R.F., t. VI p. 198.
  • 81 O.R.F., t. VI p. 225 (article 18).
  • 82 A.N. P 2307 p. 35-36. Sur cette réforme, voir Hamon, Argent du roi, p. 278-279.
  • 83 Un exemple en Guyenne : B.N. P.O. 296 (Bérenguierj n° 5 (13-4-1553).

23De toute manière le cautionnement fonctionne fort mal pour ceux qui y sont légalement astreints, d’où une nouvelle intervention monarchique. Le règlement du 4 novembre 1531 constate le non-respect de la législation antérieure : après la fuite du receveur général Sapin, le roi s’inquiète en effet au sujet des autres receveurs généraux, « actendu que n’avons d’eulx pleiges ne cautions et que toutz leurs biens ne valent la dixiesme partie de la recepte qu’ilz font »80. L’ordonnance du 7 février 1532 sur les coffres du Louvre ne reprend pas les propositions de cautions proportionnelles aux fonds brassés, mais en réévalue considérablement les montants. Le changeur du Trésor et les receveurs généraux des quatre grandes charges, de Guyenne et de Bretagne (ici réduite au sort commun) sont à 20 000 lt, ceux de Picardie, Bourgogne, Provence et Dauphiné à 10 000 lt81. Les grandes charges ne sont pas seules l’objet de la vigilance royale. Lors de la création de nouveaux offices, la monarchie sera attentive à établir l’obligation de caution, ainsi lors de l’établissement, en 1534, des payeurs des compagnies d’ordonnance82. Sous Henri II se met en place un système de caution annuelle qui offre de meilleures garanties pour le roi car, en cas de défaillance durant la période concernée, celui ou ceux qui sont cautions sont tenus de payer ou du moins de prêter comptant le reliquat de ce que doit l’officier en place83.

  • 84 Un acte de 1544 mentionne bien les cautions du général des finances de Bourgogne Clugny Thunot. Ma (...)
  • 85 A.N. M.C. XIX 76 (14-1-1536) ; LXXVIII 4 (10-4-1540). Peut-être la caution connue pour 1536 est-el (...)
  • 86 Le Page, Finances bretonnes, p. 410. Il s’agit de François de Kermenguy, alloué de Nantes, de Jacq (...)
  • 87 A.D. Loire-Atlantique B 52 f°26 (7-2-1532).

24Les traces de cautionnement concernant les offices importants sont rares sous François Ier84. Le Minutier Central, par le biais des garanties des officiers envers ceux qui les cautionnent, fournit de nombreuses données concernant le personnel subalterne. Mais, dans le cadre de dépouillements assez larges, seul de toute la liste du « tarif » de 1510, le receveur des exploits et amendes du Parlement de Paris se retrouve dans les minutes. Fixée légalement à 2 000 lt, sa caution, dans la réalité, semble se monter à 1 000 lt en 1536 et à 2 500 lt en 1539, avec une variation sur l’ampleur de laquelle on ne peut que s’interroger85. Pour les recettes générales, seule la Bretagne fournit des renseignements. Encore s’agit-il de deux commis en l’exercice de cette recette. En 1528 Olivier Harouys présente cinq cautions, pour un montant qui n’est pas indiqué86. En 1532, Noël Barbillon entre en fonction après la suspension des receveurs généraux. Sa caution n’est que de 10 000 lt, soit la moitié de la somme prévue le jour même par le nouveau tarif mis en place87 !

  • 88 Voir les remarques de la commission d’enquête bretonne de 1526. Selon elle, le trésorier du duché, (...)
  • 89 A.N. Z1a 66 f°134v° (9-2-1541). De nombreuses procédures impliquant des cautions se retrouvent dan (...)

25Selon toute vraisemblance donc, l’administration royale n’applique pas strictement la législation. Reste une irritante question : pourquoi des traces nombreuses de l’application pour des offices subalternes, alors que le silence est quasi complet à l’échelon supérieur ? Généraux ou receveurs généraux, responsables au niveau inférieur, sont-ils plus rigoureux que ne l’est l’administration centrale vis-à-vis des officiers de haut rang ? Il y a peut-être une explication au laxisme royal, à supposer que le silence des sources exploitées soit pleinement avéré. C’est que les grands officiers, on l’a vu, prêtent des fonds pour obtenir l’assentiment du souverain à leur entrée en charge. Le respect du système des cautions s’impose moins alors, puisque le conseil a déjà en main un gage solide. Est-ce un hasard si les seules cautions connues concernent précisément deux commis, des non-titulaires donc, pour lesquels un prêt, en l’absence d’accès à l’office, n’est guère envisageable ? Il n’est pas d’usage en revanche que les petits officiers de finance prêtent aux grands à leur entrée en fonction. D’où la nécessité d’un meilleur respect du cautionnement, pour le montant duquel la marge de manœuvre des supérieurs n’est pas négligeable. C’est un intéressant moyen de pression sur leurs subalternes, peut-être redoublé parfois par la remise effective de tout ou partie de la caution entre leurs mains88. D’où leur attention en ce domaine, même si elle est parfois prise en défaut : pour la recette des tailles de Condomois, le responsable de la recette générale de Guyenne de 1532 constate que celui qui est « commis à ladicte recepte par la suspencion d’un nommé Jehan de Penseux » est établi « sans avoir de luy prins caution, qui estoit faulte notable »89.

  • 90 Intéressante mise au point régionale sur ce dossier : Le Page, Finances bretonnes, p. 234-238.
  • 91 B.N. P.O. 2287 (Pioche) n° 21. Il s’agit du seul acte sur les vingt-cinq disponibles à ne pas prov (...)
  • 92 A.N. M.C. XXXVI 1 et 2 (27-1-1537) ; XIX 54 (5-12-1522).
  • 93 A.N. M.C. VIII 180 (22/31-12-1540) ; III 28 (2-4-1544).
  • 94 A.N. M.C. CXXII 15 (14/15-9-1529) ; CXXII 24 (2-8-1537).

26Les données disponibles sur les offices de rang secondaire permettent d’observer d’un peu plus près le fonctionnement du système90. Tout d’abord il faut distinguer, classiquement, deux types de garants : les « pleiges » ou cautions, qui s’impliquent pour un montant précis, et les certificateurs qui garantissent la solvabilité des « pleiges ». Les seconds ne sont pas toujours mentionnés. En règle générale un individu ou deux suffit pour chacune des deux catégories, mais ce nombre peut être beaucoup plus élevé, y compris pour des recettes modestes. Le 26 avril 1526, Gibrien Pioche, receveur des aides et tailles à Reims, bénéficie de six « pleiges » et d’autant de certificateurs91. Pour la recette générale des traites et impositions foraines d’Anjou, en 1537, Florimond Bau-quyn se contente de quatre cautions et Anthoine Hyon de trois pour la recette des aides et tailles de Vézelay en 152292. Certains s’en remettent à l’appui de la famille : pour la recette ordinaire de Nogent-sur-Seine, à la fin de décembre 1540, Jullian Josse, nouveau pourvu, est « pleigé » par Hillaire Josse, bourgeois de Paris et ancien receveur et par Aldry Josse commis en ladite recette… et futur receveur93. D’autres construisent des réseaux de garanties, tel Olivier Bourgoing. Comme trésorier et receveur général des finances du duché de Berry pour Marguerite de Navarre, il a comme cautions en 1529 Pierre Gelée, procureur à la Chambre des comptes et Thomas Bechue, marchand drapier et bourgeois de Paris. Huit ans plus tard, lorsque Bourgoing devient receveur général pour le roi d’Écosse de tout ce qui lui a été baillé pour la dot de feue Madeleine de France, Gelée est toujours pleige, avec Gabriel Chicot, général des Monnaies, alors que Béchue est devenu certificateur aux côtés de Guillaume Erondelle, marchand orfèvre et bourgeois de Paris94.

  • 95 A.N. M.C. CXXII 1043 (15-2-1528) ; VIII 72 (26-6-1545).

27L’évolution du montant des cautions est difficile à déceler. En dehors de la recette des exploits et amendes du Parlement de Paris, dont on a vu plus haut qu’elle manifeste d’importants écarts à des dates fort rapprochées, seul le grenier de Gisors fournit deux occurrences pour le règne. En 1528, la caution est de 500 lt alors qu’en 1545, il est vrai avec la chambre à sel de Gournay, elle atteint 1 000 lt95. Cette croissance pose problème en un temps où les profits du sel en pays de grande gabelle ne progressent pas dans des proportions considérables. C’est que la détermination des cautions, assez souple pour les échelons subalternes, prend sûrement en compte tout un faisceau de facteurs : ampleur des fonds maniés, valeur vénale de l’office, conjoncture fiscale et économique locale, mais aussi, et peut-être surtout, qualité des relations entre subalterne et supérieur. Si la confiance dans l’homme qui entre en charge est des plus limitées, l’incitation à exiger une caution élevée est sûrement forte. La mise en parallèle du niveau des cautions avec le seul prix d’achat des offices dans le cadre de la vénalité privée souligne l’impossibilité de dégager un rapport un peu stable quand un seul paramètre est pris en compte. Pour les huit cas où cette comparaison peut être tentée, le résultat est en effet le suivant (en lt) :

  • 96 A.N. M.C. CXXII 19 (31-3-1533).

28L’éclatement est net, et le dégradé des pourcentages, dans sa régularité, devient presque en lui même un objet d’étonnement. Les offices concernés sont il est vrai très hétérogènes. Mais l’écart du simple au double pour le seul qui soit représenté ici deux fois est révélateur. Du moins les montants de l’ensemble des cautions connues permettent-ils de dégager nettement des hiérarchies. Pour les greniers, les sommes requises ne dépassent jamais 1 000 lt, alors qu’elles démarrent à ce niveau pour les aides et les tailles et s’élèvent alors, à Paris, jusqu’à 11 000 lt en 1533, soit plus que ce qui est alors requis en théorie de certaines recettes générales périphériques96.

d. Le serment

  • 97 Mousnier, Vénalité, p. 35.
  • 98 Voir sur ce point le témoignage des procureurs des comptes : A.N. M.C. CXXII 16bis (13-3-1531). Po (...)
  • 99 Plusieurs exemples dans l’ordonnance du 28-12-1523 (articles XIX à XXII) : O.R.F., t. III, p. 322- (...)
  • 100 A.N. J 958 n° 11. Il s’agit pour lui de démontrer que cette trésorerie fut « mise en son nom sans (...)
  • 101 B.N. fr. 5085 f°30. Sur cet office, voir Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. IV n° 15479.

29En dehors des questions d’argent, la place tenue par le serment mérite de retenir l’attention. Le « serment de finance », normalement prêté depuis la fin du 15e siècle par les nouveaux officiers de justice, fait d’ailleurs le lien entre les deux aspects. Mais cette attestation publique de non-vénalité, sujette à tant de restrictions mentales, ne semble pas concerner les hommes d’argent97. Le recours au serment est cependant un trait de civilisation que les officiers de finance illustrent eux aussi à merveille. Les opérations de reddition de comptes sont en effet balisées par des serments successifs de la part des comptables. Le plus important est sans doute celui qui est prononcé avant l’octroi du traditus par la Chambre des comptes98. La tendance au cours de la période, au sein de la législation royale, semble d’ailleurs à l’accroissement de ce type de sollicitation99. Enfin, comme les autres catégories d’officiers, les hommes d’argent sont astreints lorsqu’ils prennent leurs fonctions à un serment par lequel ils s’engagent à être fidèles au roi et à bien appliquer les ordonnances. Antoine Morelet de Museau, pour prouver qu’il n’a pas été trésorier des Ligues suisses, souligne qu’il n’en a jamais fait le serment et qu’un officier n’est pas réputé officier avant de l’avoir prononcé100. Les gages ne sont-ils pas en effet calculés à partir du jour de la prestation, qui coïncide avec l’installation officielle ? Une activité complémentaire peut d’ailleurs empêcher l’accomplissement de ce devoir : sous Louis XII, Jehan de Poncher « obstant l’occupation qu’il a de present en notre armée de Roussillon ou fait des paiements de noz gens de guerre et autres noz affaires dont il a charge » n’a pas la possibilité de se rendre à la Chambre des comptes de Paris pour prêter serment comme receveur ordinaire de Melun. Le roi demande donc qu’il soit malgré tout payé de ses gages, alors qu’il n’a pas été institué dans les règles101.

  • 102 B.N. fr 10375 f°31-32 ; fr 4525 f°98v°-100 ; Jacqueton, Trésor de l’Épargne, 1ère partie, p. 6.
  • 103 A.N. M.C. LIV 12 (7-4-1537). Les généraux des finances semblent cependant les officiers les plus c (...)
  • 104 Se pose également la question du payement d’un droit spécifique lors du serment d’installation : l (...)

30L’obligation vaut aussi pour certaines commissions financières, même si la notion de serment d’installation n’est pas ici pertinente : Anthoine Bonacorsi, chargé en 1546 de verser les pensions d’Angleterre, prête serment au chancelier le 25 juillet. Le 29 octobre 1516, c’est devant le général de Milan puis devant l’ensemble des généraux que Lambert Meigret s’exécute pour l’importante commission de l’Extraordinaire des guerres. En 1523, c’est au roi lui-même que Philibert Babou, premier trésorier de l’Épargne, fait « le serment dudit office en tel cas accoustumé »102. La création de ce nouvel office place son titulaire dans une position exorbitante par rapport à l’appareil financier traditionnel, d’où le recours au roi lui-même. Une chose est sûre : recevoir le serment crée une relation spécifique avec le nouveau pourvu. En 1537 Rémond Forget, commis aux paiements de Chambord, se tourne vers le général de Languedoïl Anthoine Bohier de Saint-Cirgues pour que celui-ci reçoive ses cautions. Bohier se dérobe « parce qu’il n’a receu au serment led. Forget. […] Qu’il se retire si bon lui semble par devers ceulx qui ont receu le serment »103. Beaucoup d’interrogations demeurent. Les seules allusions repérées concernent des comptables : qu’en est-il des autres ? De même la décision de décembre 1523 d’instaurer un serment annuel, au moins pour les comptables subalternes, a-t-elle été suivie d’effet104 ?

e. Les contraintes de la transition

  • 105 Le Page, Finances bretonnes, p. 337 note 64 et p. 410.
  • 106 A.N. M.C. CXXII 22 (2-1-1537).

31La prise de possession concrète d’une nouvelle charge peut entraîner encore d’autres serments. Voici Jean Parajau, suspendu de la recette générale de Bretagne : il exige que celui qui est commis à sa succession, Olivier Harouys, reconnaisse que Parajau, après sa suspension, lui a remis toutes les sommes qu’il détenait au titre de son office. Devant le refus d’Harouys, Parajau demande alors la prestation d’un serment sur les reliques de la cathédrale Saint-Pierre de Nantes. Il est vrai qu’Harouys, ancien clerc de Parajau, n’avait accepté la charge qu’après accord avec son maître sur les modalités de la transition105. C’est qu’il n’y a pas de solution de continuité possible dans le domaine financier, surtout pour les comptables. Cette réalité transforme d’ailleurs parfois le serment d’installation en une simple formalité administrative comme dans le cas évoqué plus haut de Lambert Meigret : nommé le 30 septembre, il ne prête serment qu’un mois plus tard alors que sa nomination prend effet dès le 1er octobre. Reste à déterminer le sort du personnel subalterne. Avant de céder la place, l’ancien titulaire peut chercher en effet à garantir le sort de celui-ci. Parfois même ce point conditionne la transaction. Victor Barguyn résigne à Florimond Bauquyn son office de receveur général des traites et impositions foraines d’Anjou si Bauquyn accepte de continuer dans leurs fonction Adam Barguyn (recette de Saumur et Montreuil-Bellay) et Cosme Mondin (recette des Ponts-de-Cé) « et de leur en bailler ses lettres de commission »106.

  • 107 A.N. M.C. XIX 83 (2-4-1540)
  • 108 A.D. Bouches-du-Rhône, B 26 f°340v°.

32La procédure de résignation permet également de prévoir les modalités financière de la transition. Quand Estienne Noblet cède son office de payeur d’une compagnie de gendarmes à Jehan Morin, il envisage le cas où les lettres de provisions ne seraient pas expédiées dans le délai prévu de quatre mois. Morin pourra alors choisir de prendre en charge ou non le versement de la solde aux gendarmes : « s’il en faict lesd. payemens, sera tenu d’en rendre bon compte aud. Noblet et luy en payera moictyé des gaiges qu’il receuvra jusques à l’expedition et delivrance desd. lettres »107. Lorsque le titulaire meurt brutalement ou s’efface sans avoir préparé sa succession, force est de recourir à une solution provisoire en attendant la dévolution de la charge, pour que les circuits financiers continuent de fonctionner. Après la disparition sans doute inopinée du receveur général de Languedoïl durant l’automne 1516, un intérim est ainsi assuré par le receveur général de Normandie. Le même problème se pose en Provence deux ans plus tard, à la mort d’Ottobone Spinola. Jacques Puget fait fonction de receveur pendant environ un mois et demi avant que Pierre Darle (ou d’Arles) ne reçoive ses provisions. Or ses lettres portent une formule qui n’est pas coutumière : l’office lui revient « osté et déboutté d’icelluy tout autre illicite detenteur non ayant surce noz lectres de don dud. office despuys le trespas dud. Spinolle precedant en date cesd. presentes »108. Tout laisse à penser que la présence d’un « intérimaire » complique parfois l’entrée en fonction du nouveau titulaire. L’homme en place, même depuis peu de temps, peut en effet se croire des droits sur la charge où il est commis.

B. FAIRE CARRIÈRE

  • 109 Est-il besoin de rappeler que le souverain peut intervenir à n’importe quelle étape du processus ? (...)

33Une fois réglés les derniers détails de la passation des pouvoirs, disposant de la confiance de ses pairs ou de ses supérieurs, du conseil et, implicitement ou explicitement, du roi109, le nouvel officier peut entamer (ou poursuivre, s’il ne fait que changer de poste) sa brillante carrière. Il convient alors d’inscrire la diversité des choix dans l’engagement à long terme de la grande majorité des membres du groupe dans la haute administration financière. Il s’agit alors de concilier une légitime exigence de description des itinéraires individuels avec une tentative pour dégager des logiques collectives de comportement.

1. Profils de charges : l’indicateur des revenus

  • 110 B.N. P.O. 2392 (Prudhomme) n° 22 ; fr 14368 P190 (la pension est de 1 200 lt pour l’Outre-Seine pr (...)
  • 111 A.N. J 910 n° 2 ; B.N. Carrés d’Hozier 152 (Cardonne) p. 75.
  • 112 C.A.F., t. II n° 6684 et t. III n° 7805 ; Isambert, Recueil, t. 12 p. 735 (dans l’arrêt Chabot).
  • 113 A.N. P 2304 p. 829-833.
  • 114 Voir le cas de Claude Robertet : C.A.F., t. II n° 5650 et 6778, ou celui de Jehan Grolier : ibid., (...)
  • 115 Voir les données de Chevalier, Tours, p. 493-495.
  • 116 Buisson, Duprat, p. 314-315.

34Les gages des ordonnateurs sont, au début du règne, les plus importants. Ceux des généraux des finances peuvent atteindre 5 340 lt par an : 2 940 lt de gages et chevauchées ordinaires et 2 400 lt de pension. C’est le cas de Thomas Bohier puis de Guillaume Preudhomme en Normandie, celui de Morelet de Museau en Outre-Seine ou de Jehan de Poncher en Languedoc110. Le général de Milan en 1511 touche 3 000 lt de gages et 1 200 lt de pension. Celui de Bretagne, depuis sa création en 1491, a les mêmes gages que les grandes généralités111. Avec ses 1 200 lt seulement, le général de Bourgogne fait figure de parent pauvre. Mais il bénéficie, comme certains de ses confrères (Languedoc, Bretagne) de solides gratifications complémentaires de la part des Etats provinciaux112. Le général de Guyenne, nouveau venu en 1523, doit prélever ses 1 500 lt sur les gages du général de Languedoïl113. Les trésoriers de France occupent une position très honorable, avec 3 150 lt annuelles au début des années trente114. Ces gages et pensions atteignent donc des sommes considérables, et très rares sont alors les officiers du roi qui dépassent ces chiffres115. Le mieux loti, le chancelier, atteint 10 000 lt, mais le président de la Chambre des comptes de Paris ne dépasse pas les 1 000 lt, plus son « droit de manteau », en 1523116.

  • 117 B.N. fr 15629 n° 255 et Le Page, Finances bretonnes, p. 56 note 76.
  • 118 C.A.F., t. III n° 7443 et 8391.
  • 119 Il semble bien que l’intervention du général de Bretagne Anthoine Bullioud, qui s’apprête à entame (...)
  • 120 O.R.F., t. VIII p. 279.

35L’attaque contre les ordonnateurs finit aussi par prendre pour cible ces gras émoluments. Le 31 décembre 1534, le roi décide une réduction drastique des gages : trésoriers de France et généraux ne toucheront plus que 1 200 lt par an. Dans le cas breton du moins, cette réduction semble entériner un état de fait : le 18 août précédent en effet, le trésorier de l’Épargne avait reçu mandement de payer 2 400 lt pour les gages de 1532 et 1533 du général de Bretagne117. Si la mesure générale est rapportée dès le 23 août 1535118, la diminution reste malgré tout à l’ordre du jour. À compter du premier janvier 1537, les gages sont fixés à 2 000 lt pour tous, à l’exception de Guillaume Preudhomme119. À la fois trésorier de l’Épargne et général de Normandie, ce dernier conserve, comme il les avait gardés en décembre 1534, ses gages et pension d’origine se montant à 5 340 lt. Le roi en effet est « bien recordz et mémoratifz » que, lorsque Preudhomme fut pourvu comme général, il lui avait garanti un revenu identique à celui de ses prédécesseurs. Le général de Bourgogne reste à 1 200 lt et celui de Guyenne à 1 500 lt. Il est enfin expressément précisé que la Picardie d’une part, le Dauphiné et la Provence de l’autre n’entraîneront aucune augmentation pour les titulaires d’Outre-Seine et de Languedoc120. Même s’il a dû réfréner ses ardeurs, le pouvoir royal finit donc, dans ce domaine aussi, par remettre en cause la position des grands ordonnateurs.

  • 121 B.N. fr 4526 f°27v° ; L. et S., t. I notice 556 ; Auton, Chroniques, t. II p. 354-355.
  • 122 C.A.F., t. VI n° 18938 (9-1-1527) ; Doucet, État général, p. 97 ; Le Page, Finances bretonnes, p. (...)
  • 123 A.N. P 2304 p. 829-833.
  • 124 O.R.F., t. III p. 320 (articles 7 et 8).
  • 125 C.A.F., t. II n° 6684, t. III n° 7805, t. IV n° 12297 et t. VII n° 24361.
  • 126 C.A.F., t. VII n° 27080 ; A.D. Loire-Atlantique, B 52 f°200.
  • 127 Isambert, Recueil, t. 12, p. 806. Seules restent à part la Savoie-Piémont et la Bretagne. Pour cet (...)

36Les gages des receveurs généraux sont au départ moins élevés. En Langue-doïl, en Normandie ou en Milanais, dans les années dix, gages et pensions totalisent 2 000 lt par an121. En Languedoc le titulaire doit se contenter de 1 800 lt, en Provence de 1 200, en Bretagne de 600 seulement122. Pour la Guyenne, nouvelle venue en 1523, les gages sont de 800 lt123. Cette même année, dans le cadre des réformes financières, le Conseil envisage une réduction des gages des comptables mais sans fixer de montant précis124. Avec les suspensions de 1531-1532, il devient assez difficile de suivre l’évolution. En Bourgogne, Pierre d’Apestéguy se maintient à 1 200 lt jusqu’en 1534, et tombe ensuite à 800 livres. Cependant il perçoit en juin 1538 un don pour compenser ce recul. Le retour au montant initial, avec l’officialisation d’une augmentation de 400 lt des gages, est acquis au plus tard en 1542125. La remise en ordre, qui commence à la fin des années trente, passe en effet par quelques augmentations : Clérambault Leclerc, désormais commis d’une Languedoïl réunifiée, voit ses gages monter de 1 200 à 1 800 lt ; Florimond Le Charron en Bretagne est gratifié de 1 000 lt à partir de 1540126. La normalisation définitive intervient avec l’ordonnance de Cognac qui établit une règle unique pour les seize recettes générales : 1 200 lt annuelles, à prendre par le titulaire sur les revenus de sa recette, de quartier en quartier127.

  • 128 B.N. fr 14368 f°151. Contrairement à ce qu’affirme Jacqueton, Épargne, lère partie p. 17, il y a d (...)
  • 129 A.N. KK 351 f°60 et 352 f°104.
  • 130 B.N. fr 5085 f°166-167.

37Les trésoriers créés en 1523-1524 disposent de sommes considérables, qui se justifient apparemment par leurs importants frais de fonctionnement. Le trésorier de l’Épargne Guillaume Preudhomme se voit ainsi allouer 12 000 lt de gages ordinaires, avec lesquels il doit certes faire fonctionner ses services, mais tout aussi bien s’indemniser des pertes de finances causées par l’apport à l’Épargne de pièces « faulces et mescomptés »128. Pour le responsable des finances extraordinaires, le montant semble, dans les débuts du moins, être plus flottant. Pour presque huit mois d’exercice en 1525, Pierre d’Apesteguy touche 2 400 lt (soit un montant annuel de 3 600 lt) auxquelles s’ajoutent 250 lt de frais remboursables. En 1528 les gages atteignent 5 000 lt et les frais pris en compte 3 084 lt. Sans doute cette hausse traduit-elle la montée en puissance de la caisse129. Jaques Bernard, commis en cette charge quand Jehan Laguette est suspendu, est cependant moins bien loti au milieu des années trente : il doit se contenter de 2 500 lt de taxe par an, car il ne saurait ici s’agir de gages130.

  • 131 On retrouve en 1502 le même montant pour le trésorier de l’Ordinaire et de l’Extraordinaire des gu (...)
  • 132 B.N. fr 4523 f°44 ; fr 2933 f°1-7 ; A.N. P 2307 p. 29.
  • 133 B.N. fr 4525 f°98v°-99. Formule semblable pour le premier trésorier de l’Épargne en mars 1523 : Ja (...)
  • 134 . A.N. J 958 n° 38.
  • 135 Voir B.N. fr 4523 f°49.

38Dans l’administration des guerres, les trésoriers de l’Ordinaire, initialement payés 2 000 lt par an131, sont augmentés de 1 000 lt. Dès 1521, Jehan de Poncher touche 3 000 lt. Ce chiffre est désormais constant et il vaut pour les trésoriers rétablis en 1543132. Le montant des émoluments du responsable de l’Extraordinaire des guerres est beaucoup plus délicat à évaluer. Dans les lettres de commission, la formule utilisée est en règle générale des plus vagues. Lambert Meigret en 1516 prend la charge « aux gaiges et tauxations qui sur ce luy seront par (le roi) ordonnez »133. En fait, le commis perçoit un pourcentage sur l’ensemble des fonds qu’il brasse. Malheureusement aucun document officiel ne donne d’indication sur ce taux. Seule une allusion dans le plaidoyer des héritiers Spifame concernant le préjudice subi par leur père nous éclaire un peu : parmi ce qu’il aurait dû toucher figure « la taxation de l’extraordinaire qui monte VII millions tant de mille livres, à raison de six deniers pour livre, qui est la moindre taxe que l’on baille auxd. trésoriers », ce qui représenterait pour lui rien moins que 175 000 lt sur un peu plus de trois ans134. Le chiffre de sept millions de lt de fonds maniés, impossible à vérifier par ailleurs, est évidemment sujet à caution. Mais, avec un taux semblable, lorsque les dépenses de l’Extraordinaire sont bien connues, les profits restent considérables135. Pour la période d’exercice de Lambert Meigret, soit cinq ans et cinq mois (octobre 1516-février 1522), les dépenses représentent une somme de 8 366 416 lt, ce qui donne une « taxe » de 209 160 lt et un montant annuel moyen de 38 733 lt. Pour les dix-sept mois de Jehan Carré, entièrement situés en période de conflit (janvier 1524-juin 1525) les chiffres sont respectivement de 4 281 285 lt et de 107 032 lt, ce qui donne une moyenne de 75 909 lt par an. Les frais de l’administration des guerres sont eux aussi très élevés, le taux retenu par les Spifame demande à être confirmé, et, à l’évidence il n’est pas sûr que le commis à l’Extraordinaire puisse toujours prélever son dû. Cependant rien de comparable au montant de ces taxations, en raison de l’importance des fonds maniés, n’existe alors.

39Même si les données sont très fragmentaires, il semble bien qu’il y ait un rapport arithmétique proche entre le niveau des gages et pensions et la valeur vénale des offices. Pour cinq cas où le calcul est possible (voir les données sur les prix évoquées supra), les gages représentent respectivement 8,6 %, 10 %, 10 %, 12 % et 12,6 % du prix auquel les charges sont négociées. Indice supplémentaire : pour la transaction concernant le généralat d’Outre-Seine, imparfaitement connue, le taux est en-dessous de 13,3 % et se situe donc dans le même ordre de grandeur. Une seule charge fait exception : pour un trésorier des guerres, en 1543, le rapport serait de 30 %. Malgré ce dernier cas, une certaine régularité se dégage. Reste qu’il est ici encore impossible de savoir s’il s’agit d’un état de fait assez récent (pas de point de repère antérieur à 1528) ou bien de la continuation d’une réalité déjà en place avant les réformes des années vingt.

  • 136 C’est une tradition ancienne, appelée à durer. À titre d’exemples : Autrand, Parlement, p. 33 et B (...)
  • 137 Voir le cas des gages versés à l’élu d’Angers Jehan Bernard, pour l’année en cours, dès le 17 avri (...)
  • 138 C.A.F., t. III n° 10345 et t. VIII n° 30918.
  • 139 C.A.F., t. III n° 9007 (18-5-1537) ; A.N. P 2307 p. 29.
  • 140 Morice, Preuves, t. III col. 1012-1013., Sans doute sera-t-il, comme pour les deux années précéden (...)
  • 141 Voir le cas du trésorier de l’ordinaire de l’artillerie, privé de la moitié de ses gages et contra (...)
  • 142 C.A.F., t. VI n° 19294 et t. VII n° 28161 ; Bloch, Anoblissement, p. 172. Sur les dons royaux voir (...)
  • 143 C.A.F., t. VI n° 22857 (2-7-1544).

40Pour les officiers de finance aux gages si contrastés une autre règle générale s’applique. C’est celle qui fait de la perception des émoluments une échéance très aléatoire136. Certains versements peuvent être précoces137 mais les retards restent souvent importants. Le général d’Outre-Seine Anthoine de Lamet doit attendre le 7 octobre 1538 pour obtenir un mandement royal ordonnant le paiement de ses gages pour la période qui court de juillet 1535 à décembre 1536, et ce sur les fonds de la recette générale de sa circonscription. Cinq mois plus tard, le changement de commis à la tête de ladite recette oblige Lamet à demander un second mandement138. Et, une fois celui-ci obtenu, le règlement effectif peut encore se faire attendre. Suspensions, suppressions et poursuites interrompent en général les paiements, à quelques exceptions près, comme celle d’Anthoine Le Maçon, qui touche ses gages de receveur général de Bourgogne en raison de ses services à l’Extraordinaire des guerres, ou de Guy de la Maladière, trésorier de l’Ordinaire qui, malgré l’officielle disparition de sa charge, continue à la fois d’exercer et de percevoir ses gages139. En 1534, le général de Bretagne ne peut pour sa part prélever ses gages et chevauchées sur les douze deniers pour livre de taxation sur le fouage pour le personnel financier : le roi, une fois les receveurs locaux indemnisés, récupère la totalité du solde « sans rabat et réservation d’iceux gages »140. Comme les autres officiers, les gens de finances sont victimes de retranchements de gages141. En fait, le traitement varie beaucoup d’un titulaire à l’autre comme l’a montré l’exemple de Guillaume Preudhomme, scandaleusement avantagé parmi les ordonnateurs dans les années trente. Preudhomme obtient d’ailleurs de nombreux dons royaux qui s’ajoutent à ses gages : don de 2 000 lt en 1527 et de 600 lt pour acquérir une maison à Fontainebleau, don de droits d’anoblissement et d’armoiries142. Fréquemment accordé enfin, le don d’amende reste cependant aléatoire, plus encore que les gages. Les 4 000 lt que Pierre Secondat, général de Guyenne, se voit attribuer en 1544 pour dédommagement de certains frais de voyages ne sont pas encore dans sa poche : les condamnés, les frères d’Armagnac dits Camycans payeront-ils aisément143 ?

2. Profils de charges : trois exemples

  • 144 Pour les références et les dates précises pour l’ensemble du développement sur les charges, voir l (...)
  • 145 Hamon, Argent du roi, p. 336-358.

41Malgré la personnalisation, réelle, des destinées, la détention d’une charge spécifique n’est pas sans signification144. Sans brosser un panorama complet de tous les grands offices de finance, il est intéressant de s’attarder sur certains d’entre eux pour souligner les contrastes de leurs profils. Les généraux des finances, sans doute les plus en vue, sont à dessein laissés ici dans l’ombre, parce que leur destin a déjà fait l’objet de développements importants dans un précédent ouvrage. Il s’inscrit en effet nettement dans la problématique du « déclin » des grands ordonnateurs qui y est longuement étudiée145.

a. Trésorier de France : prestige et monopolisation

  • 146 Sur cette affaire, voir Hamon, Argent du roi, p. 389-391.
  • 147 Avec la très brève parenthèse de Pierre d’Apestéguy en Outre-Seine et Yonne en 1527.
  • 148 Il est révélateur ici que la charge de trésorier aille à l’aîné et celle de secrétaire des finance (...)

42Il existe parmi les offices de finance une hiérarchie honorifique qui place en position élevée les trésoriers de France. Ceux-ci pourtant, en tant qu’agents domaniaux, relèvent d’un secteur en profond déclin par rapport à « l’extraordinaire » – c’est-à-dire à l’impôt – ou aux services de la guerre. Cependant des signes montrent que la charge reste très recherchée. En 1521, Jehan de Poncher est prêt à abandonner sans hésitation son emploi de trésorier de l’Ordinaire des guerres pour devenir trésorier de France. Si Philibert Babou est appelé trésorier tout au long de sa carrière, c’est à cause de la charge pour laquelle il a précisément été préféré à Jehan de Poncher, et non en tant qu’ancien trésorier de l’Épargne146. Parmi les trésoriers de France figurent, outre Babou, bon nombre des figures marquantes du règne : Florimond Robertet ou Nicolas de Neufville, et, à un niveau inférieur, Jehan Grolier ou Pierre Legendre. La charge, dans la mesure même où elle demande un investissement limité dans le domaine financier, permet de se consacrer à d’autres tâches, en particulier dans l’administration centrale, au sein du Conseil ou dans la diplomatie. Elle se transforme en une sorte de sinécure, en un « honneur » plus exactement, qui assure une position socio-politique en vue au sein de l’appareil monarchique. Très convoitées probablement, les charges de trésoriers de France sont monopolisées par une poignée de familles qui gardent sur elle un contrôle étroit durant toute la période. A ce titre, la mainmise de Babou sur la trésorerie de Languedoïl en 1521 n’est absolument pas représentative, bien au contraire : c’est la seule fois sur l’ensemble du règne que la transmission d’une telle charge ne se fait pas au sein du groupe familial étroit qui la détient147. Une fois en place, les Babou s’incrustent d’ailleurs pour longtemps, au moins jusqu’à la fin du règne d’Henri II. En Normandie, les Robertet font mieux encore. À Florimond, en place de 1501 à 1526-1527, succède son fils aîné Claude148, qui a son tour résigne en 1553, à survivance, pour son propre fils Florimond, qui mourra en 1569. Dans les deux autres charges, la succession passe par les branches collatérales. Après vingt-deux ans d’exercice en Languedoc, Jehan Cottereau résigne en 1528 pour son neveu Charles de Pierrevive, lequel est toujours là sous Henri II. En Outre-Seine, Nicolas de Neufville prend en 1525 la suite de son oncle Pierre Legendre. Lui succède en 1532 un autre neveu de Legendre, Jehan Grolier, en charge jusqu’au règne de Charles IX. Difficile de faire mieux en la matière… La charge de trésorier de France est, de tous les offices de finance, la seule qui paraisse impossible d’accès à l’époque pour un homme nouveau. L’exception Babou confirme ici la règle : il faut être un « favori » (ici celui de Louise de Savoie) pour parvenir à s’introduire dans ce cercle étroit.

b. Receveur général : l’hétérogénéité maximale

  • 149 Anthoine Béringuier, receveur des tailles au comté de Rodez : A.N. M.C. XIX 154 (2-11-1539), même (...)
  • 150 Mais pour ce dernier groupe, la fratrie Henri et Thomas Bohier accentue la concentration : quatre (...)

43Le contraste est net avec ce second groupe, pour lequel le « taux de renouvellement » est élevé, et pas seulement en raison d’effectifs plus importants. La comparaison avec les généraux à la fin du règne (janvier 1543-mars 1547) est éclairante : durant cette période, quatre des onze généraux sont fils de généraux, quand deux seulement des vingt-et-un receveurs généraux sont eux-mêmes fils de receveurs généraux. Or ces deux exceptions ne font pas partie des nouveaux arrivants des années quarante : ils sont en place depuis fort longtemps, Artus Prunier depuis 1533 et François de la Colombière dès 1521 (avec un relais du Dauphiné à l’ensemble Piémont-Savoie). Parmi ceux qui sont pourvus après l’ordonnance de Cognac (décembre 1542), très peu d’héritiers directs de grands officiers antérieurs. Et le contraste serait au moins aussi marqué, comme le souligne le cas des trésoriers de France, si les relations familiales plus larges étaient prises en compte. Certes, quand les pères des nouveaux receveurs généraux sont connus, pour Bérenger Beringuier à Toulouse, Anthoine de Ceriers à Issoire ou Jehan Pioche à Châlons-Reims, l’enracinement dans les offices de finance locaux est de règle149. Mais on se situe alors dans une autre sphère. Le renouvellement du milieu s’est beaucoup accru au cours du règne. Entre 1515 et 1520, les receveurs généraux sont encore pris dans des réseaux de même type que ceux des ordonnateurs : quatre sur seize sont fils de receveurs généraux, contre trois fils de généraux parmi les dix généraux150.

  • 151 Doucet, Institutions, t. II p. 571-572.

44Entre les recettes générales, la diversité est de règle, plus sans doute que pour les autres offices. Leur poids financier varie considérablement, surtout avant 1542. En raison de l’éclatement des grandes recettes avec l’ordonnance de Cognac, une réduction des distances se produit. En 1514, entre l’immense Languedoïl (1 901 140 lt) et le Dauphiné (36 847 lt), l’écart entre les recettes est de un à cinquante et un. En 1547, entre la généralité de Rouen, seule à dépasser le million de lt (1 035 674 lt) et celle de Grenoble (le Dauphiné est toujours à la traine avec 92 170 lt), il n’est plus que de un à onze. Réduction ne veut donc pas dire égalisation. Prestige éventuel et surtout importance financière aux yeux du roi et de son Conseil sont donc largement modulables, à la fin du règne comme au début. La tâche et le poids des receveurs généraux diffèrent aussi beaucoup selon qu’ils peuvent ou non s’appuyer sur une administration royale locale. Dans les pays d’États, leur rôle est parfois moindre. En Dauphiné, Provence ou Bourgogne, la taille en tant que telle n’a pas cours. Les receveurs généraux y dépendant plus nettement de responsables provinciaux qui prennent une part active dans l’organisation de la levée151. Ainsi à la fois dans leur recrutement, dans les fonds qu’ils manient et dans les rapports financiers qu’ils entretiennent avec leurs circonscriptions, les receveurs généraux offrent, dans le temps et l’espace, une grande diversité de profils.

c. L’Extraordinaire des guerres : du tremplin à la spécialisation ?

  • 152 Sur la charge pendant la première moitié du 16e siècle, voir la mise au point de Hamon, Argent du (...)

45Les hommes de l’Extraordinaire brassent tous des sommes considérables. Parmi eux, deux profils se dégagent nettement, de part et d’autre du milieu du règne152. Jusqu’en 1531, les titulaires successifs font un assez court séjour en charge. Les presque cinq ans et demi de Lambert Meigret entre octobre 1516 et février 1522 constituent une exception aisément explicable par la persistance d’un long intermède pacifique jusqu’en 1521. Pour chacun d’eux, et ce en fait dès le règne de Louis XII, cette commission est le prélude direct ou indirect à l’obtention d’une charge plus prestigieuse : Morelet de Museau, Jehan Prévost et Gaillard Spifame deviennent généraux, Jehan Carré receveur général de Normandie, Jehan Laguette receveur général des finances extraordinaires. Avec l’accession à l’office de secrétaire et contrôleur général des guerres, Meigret offre une fois de plus le profil le moins net. Quel lien peut-on dégager entre ce passage par l’Extraordinaire et une réussite professionnelle ensuite quasi assurée ? Les hypothèses ne manquent pas : l’enrichissement procuré par le maniement de fonds considérables peut faciliter le franchissement d’une étape supplémentaire. Mais l’exercice de cette commission manifeste aussi chez le titulaire une bonne technicité, une aptitude certaine à diriger un service lourd et une grande solidité financière. Tout ceci incline le roi à récompenser les services effectués et à conserver ces hommes précieux dans son administration financière. La brièveté des passages s’explique sans doute non seulement par le souci de monter plus haut, mais aussi par l’ampleur de la tâche, épuisante matériellement et peut-être financièrement, en ce que les capacités de mobilisation du crédit par les intéressés ne sont pas illimitées.

  • 153 A.N. M.C. XIX 65 (3-6-1531) et XIX 289 (29-9-1556) ; B.N. fr 5125 f°9 [13-11-( 1536)] ; XIX 151 (1 (...)

46Assez brutalement, à partir du remplacement de Jehan Laguette par Jehan Godet en 1531, le climat change. Tout d’abord, les responsables les plus importants s’attardent en charge. Godet est présent de 1531 à 1534 environ puis de 1539 à 1544. Anthoine Le Maçon couvre entièrement le dernier conflit du règne, de 1542 à 1547. Pierre Sanson, en charge en 1544 et 1546, est de nouveau présent sous Henri II. Le cas de Martin de Troyes est un peu moins net. Il est cependant en place peut-être dès 1534 et à coup sûr durant tout le conflit de 1536-1538. L’engagement dans l’Extraordinaire des guerres oriente en fait toute la carrière d’Anthoine Le Maçon. Bien avant d’être commis en titre, il œuvre au service des titulaires successifs : Laguette tout d’abord, sous lequel il sert, entre autres, à Florence, puis Martin de Troyes en 1536, en attendant de travailler en Picardie sous Montmorency l’année suivante153. Cette plus grande stabilité découle-t-elle de la progressive institutionnalisation de la charge ? À l’inverse de ces « spécialistes », quelques rares titulaires ne font qu’un passage éclair, en particulier Anthoine Pétremol en 1546.

47L’accession à une charge prestigieuse après la gestion de l’Extraordinaire est bien moins évidente que durant la période précédente. Pour Jehan Godet, pas d’office connu. Pour Pétremol, c’est le retour à la Chambre des comptes. Le Maçon comme Martin de Troyes sont bien receveurs généraux, à Dijon et Lyon, mais ils possédaient ces charges avant de diriger les services de l’Extraordinaire. Jacques Veau pour sa part devient trésorier de l’Ordinaire des guerres, et peut-être aussi Pierre Sanson. Ces derniers se situent alors un cran au-dessous des réussites brillantes de leurs prédécesseurs. En outre ils sont contraints de rester dans le secteur de la guerre. L’Extraordinaire ne fonctionne plus comme tremplin. Les raisons en sont difficiles à percer. A titre d’hypothèse, peut-être les exigences financières de la monarchie par rapport aux titulaires se sont-elles réduites, avec en conséquence une moindre réussite ultérieure ? Peut-être également est-ce le dédoublement de la charge, en marche dès 1536, acquis en 1542, qui fait sentir ses effets ? Mais la fonction ne perd pas pour autant son intérêt : certains de ses titulaires sous Henri II feront à leur tour de brillantes carrières, comme Olivier Lefèvre, futur général et intendant des finances.

3. Profils de carrières

  • 154 Sur l’inamovibilité garantie par le roi aux ordonnateurs en avril 1520 : O.R.F., t. II p. 593 (art (...)

48Les offices de finance, dans la diversité de leurs potentialités, permettent donc des itinéraires assez spécifiques. Mais les titulaires s’accrochent-ils à une charge précise ou au contraire cherchent-ils à progresser de l’une à l’autre ? La grande majorité des carrières se compose d’un seul office de finance de premier rang. Pour chiffrer le phénomène, seuls ont été retenus, en raison d’une information insuffisante pour l’après-1547, les offices occupés au cours du règne de François Ier, à l’exclusion des commissions, sauf celle de l’Extraordinaire des guerres. 80 sur 98 titulaires ne tiennent alors qu’une charge, treize en occupent deux, dont cinq à cause de leur passage à l’Extraordinaire, quatre atteignent trois offices. Le dernier, Pierre d’Apesteguy, détient le record avec quatre titres : général de Guyenne (1523-1524), receveur général de Bourgogne (1528-1543), receveur général des finances extraordinaires (1524-1531), et un passage éclair à la trésorerie de France d’Outre-Seine (1527). Nombre des ténors financiers font évidemment partie des quelque 20 % de carrières qu’on n’ose à peine baptiser complexes, de Philibert Babou à Guillaume Preudhomme, de Jehan Grolier à Gaillard Spifame, de Raoul Hurault à Martin de Troyes. Mais certains des piliers du règne ont su trouver l’office unique qui leur convient, parfois bien avant 1515 comme Florimond Robertet et Thomas Bohier, ou plus tard seulement comme Jehan Breton ou Jehan II Duval. La possession d’une charge unique est le plus fréquemment gage de stabilité154. Il est cependant au moins une spectaculaire exception : la recette générale de Guyenne. Ses responsables n’exercent que ce seul office au cours du règne, mais, au fil des années, que de mouvement ! Hugues Malras en place dès 1523, est suspendu en 1531. Trois commis se succèdent en deux ans et demi. Malras revient en charge en 1534, puis est de nouveau suspendu, en attendant un possible rétablissement vers 1540. Après lui vient Jehan Tassin, suspendu en 1543, remplacé par Jacques Arnoul, qui a déjà été commis deux fois dans les années trente. Après Arnoul s’installe Béringuier, puis Tassin est rétabli, avant de cèder son office, sous Henri II, au même Béringuier… Depuis 1530, c’est donc un véritable ballet qui se livre autour de cette recette générale.

  • 155 Guyenne, Milan, Blois et Savoie ne sont pas pris en compte.
  • 156 Guyenne et Milan ont été exclus.

49Le petit nombre d’offices détenus fait que la stabilité en charge est assez forte. J’ai calculé le nombre moyen d’années d’exercice des différentes charges, toujours à l’intérieur du règne de François Ier (et toujours pour les mêmes raisons). Pour les trésoriers de France et les généraux des finances, il est possible de couvrir toute la période 1515-1547 : la moyenne est alors respectivement de 11,7 ans (pour 11 trésoriers et 4 charges) et 8,4 ans (pour 23 généraux et 6 charges155). Pour les receveurs généraux, en raison des bouleversements de la deuxième moitié du règne, il faut se contenter de la période 1515-1531 : la moyenne est alors de 5 ans et huit mois (pour 27 receveurs et 9 charges156). On descend à 5,1 ans à l’Ordinaire des guerres (pour 2 charges et 9 trésoriers), le calcul portant sur 23 ans, de part et d’autre de la suspension de 1534-1543. Enfin pour les 27 premières années de l’Extraordinaire des guerres où n’existe officiellement qu’une charge, la moyenne d’occupation est de 3 ans et quatre mois, avec une coupure en 1531 : 2 ans et neuf mois avant, 4 ans et neuf mois après. Pour 1542-1547, avec le dédoublement, la moyenne s’effondre à un an et neuf mois, mais elle n’est ici guère représentative. Le contraste entre ordonnateurs et comptables est net. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise.

50Reste que les carrières financières des hommes du corpus débordent largement le règne de François Ier. Pour des raisons documentaires, il a été jusqu’ici nécessaire de se restreindre à celui-ci. Mais pour évoquer la longueur de leur activité au sein des hautes charges du corpus, il convient d’élargir l’angle de vue, en sachant que les données fournies sont moins fiables : en ce domaine, on pèche fatalement par étroitesse et non par excès. Pour 94 officiers, il est possible de fournir une fourchette minimale :

  • moins de cinq ans d’exercice : 18
  • de cinq à dix ans : 19
  • de dix à vingt ans : 29
  • de vingt à trente ans : 23
  • plus de trente ans : 5

51Il est tentant d’évoquer les « records » établis par Jehan Grolier, trésorier de Milan dès 1509, et trésorier de France à sa mort en 1565, ou par Artus Prunier, qui accède (comme commis il est vrai) à la recette générale de Dauphiné en 1533 et est toujours en place en 1571. Les données d’ensemble soulignent bien que l’engagement de la grande majorité du personnel dans les affaires d’argent est au centre de leurs carrières et donc de leurs (éventuelles) réussites sociales. Et rappelons-le : il ne s’agit que des années où ces hommes ont atteint les sommets financiers. Si on pouvait prendre en compte toutes les charges financières, cernant ainsi plus précisément bien des débuts de carrière, les années d’exercice s’étireraient considérablement : dix ans avant d’être receveur général, Besnier est déjà receveur pour le roi à Falaise ; treize ans avant de devenir général, Raoul Hurault est déjà trésorier et receveur général de la reine Anne.

  • 157 Une mention d’âge est fournie par cinq officiers eux-mêmes (dans des procès le plus souvent). Pour (...)

52Les dernières remarques incitent à poser le problème de l’âge de l’accès aux grands offices. Or rares sont les données disponibles : il faut en effet éviter d’utiliser ici les dates de naissance (ou du moins les fourchettes) déduites de l’observation même des carrières. Pour seize officiers seulement il est possible d’avancer un âge qui reste d’ailleurs souvent approximatif157. L’échantillon concerne surtout des hommes dont la carrière doit logiquement s’épanouir ou s’achever sous François Ier : treize sont en effet nés au 15e siècle, dont neuf entre 1476 et 1493. La génération suivante, celle des hommes qui débutent dans les grandes charges durant la seconde moitié du règne, est donc très mal représentée avec Claude Robertet, Artus Prunier et Claude Breton seulement.

  • 158 La fourchette s’explique par l’existence de deux dates de naissance possibles. Si Poncher a bien f (...)
  • 159 Pour la situation au 17e siècle, Mousnier, Vénalité, p. 114.

53Trois profils se dégagent. Certains tout d’abord commencent leur carrière hors des finances royales. Ils accèdent donc aux hautes charges à un âge assez avancé. Cela vaut pour l’ancien marchand Jehan Testu (45 ans), pour les serviteurs patients de Louis d’Orléans (Jaques Hurault à 51 ans, Jehan Cottereau vers 43 ans) et plus encore pour deux hommes qui servent la monarchie depuis longtemps avant d’obtenir tardivement un office de général (Charles du Plessis, 51 ans, Anthoine de Lamet, 56 ans). Ce profil semble, à considérer l’ensemble du groupe, surreprésenté par les hasards de la documentation. Viennent ensuite ceux qui se consacrent tôt aux finances royales, parmi lesquels deux cas de figures se dessinent : ceux qui, de par leurs origines, sont de nouveaux promus, et ceux qu’on peut désigner comme des héritiers. Chez les premiers, la promotion est assez rapide pour Henri Bohier, receveur général vers 32 ans en 1502, plus lente, une génération plus tard, pour Bénigne Serre (vers 43 ans). Il est vrai que l’accès est sans doute alors plus difficile, avant le grand renouvellement de la fin du règne. Pour les héritiers les débuts sont nettement plus rapides : Jehan Grolier est trésorier de Milan à vingt ans, Jehan de Poncher trésorier des guerres entre dix-huit et vingt-quatre ans158, Claude Robertet trésorier de France à vingt-deux ans. Si Artus Prunier est moins précoce (trésorier de Dauphiné vers 32 ans), c’est en raison de la situation troublée des recettes générales pendant les années trente. D’ailleurs Prunier était commis dans cette fonction depuis cinq ans. Le « retard » de Raoul Hurault (général vers 37 ans en 1515) s’explique par la longévité de son père, qui a goûté tardivement aux hautes charges et ne se démet qu’à l’avènement de François Ier. Mais il faut rappeler que Raoul occupe depuis treize ans déjà d’importantes charges financières. Il y a accédé l’année de son mariage avec la fille de Semblançay. Le cas des Beaune souligne pour finir l’accélération consécutive à la montée en puissance d’une famille. Jaques de Beaune atteint voire dépasse les trente-cinq ans lorsqu’il devient général. Son fils Guillaume n’a que vingt-trois ans quand il hérite de la charge paternelle. Les conditions qui règlementent l’âge d’accès aux offices sont assez mal connues, mais il est probable cependant que des dispenses sont requises en cas de précocité. A moins qu’une caution supérieure ne soit exigée pour compenser la jeunesse du nouvel officier159.

54En élargissant l’angle de vue, il faut tenir compte de ces parcours assez bien connus pour tenter finalement d’esquisser une typologie des carrières, en les illustrant d’exemples. En simplifiant une réalité nuancée, les profils peuvent être distingués de la façon suivante :

551 : les carrières complètes, pour ceux qui s’installent au sommet pour longtemps. Ils peuvent, en cas de réussite particulièrement nette, cumuler de nombreuses charges financières.

a : beaucoup parviennent très tôt comme Jehan Grolier, ou assez tôt, comme Thomas Bohier, receveur général en 1491, puis général pour trente ans à partir de 1494.

  • 160 Il est vrai qu’il fait partie de l’administration des guerres dès la fin du règne de Louis XI, en (...)

b : certains mettent du temps à parvenir, comme Jaques Hurault évoqué plus haut. Mais il dispose encore de plus de vingt ans, après 1498 pour faire fructifier sa patience160.

562 : les carrières interrompues involontairement

a : par une mort précoce, comme Jehan de la Forge le jeune, receveur général de Picardie, en 1522 ou 1523. Son office est repris par son père, précédent détenteur. C’est sans doute aussi le cas de Jehan Prunier, receveur général de Languedoïl, en 1516, au cours de sa deuxième année d’exercice.

b : par les poursuites royales, comme le général de Bretagne Philibert Tissart ou le trésorier des guerres René Thizart en 1528.

573 : les carrières interrompues (semble-t-il) volontairement :

  • 161 Voir ses relations avec B. Cellini : Cellini, Vie, t. II p. 41-42, 100-101, 121-122, 124 note 1 ; (...)

a : par une réorientation, par exemple vers la Chambre des comptes pour François Barguyn passé par l’Extraordinaire des guerres ou vers le service de cour pour Jehan Lallemant le jeune, receveur général de Languedoc161.

  • 162 Vivant le 16-8-1546 : A.N. M.C. XLIX 75 ; mort avant le 8-4-1552 : Campardon et Tuetey, Insinuatio (...)

b : pour des raisons inconnues, comme Jehan Brachet qui quitte en 1515 la recette générale de Languedoïl pour se retirer à Orléans où il meurt plus de trente ans après162.

584 : les passages éclairs, pour lesquels on ne peut guère parler de carrière, comme Anthoine Pétremol à l’Extraordinaire des guerres, dans une vie centrée sur la Chambre des comptes, ou comme Gilbert Bayard général de Bretagne de 1529 à 1531, qui se consacre avant tout à la diplomatie.

59Rien de très original sans doute ici, ou de très spécifique aux hommes d’argent. Du moins les officiers de finance, à la différence de certains de leurs prédécesseurs du Moyen Age, apparaissent-ils clairement, tout au long de leur vie professionnelle et jusque dans leurs réorientations, comme des hommes du roi.

4. Les charges complémentaires

60Dans les cursus des grands officiers de finance, un certain nombre d’autres offices, comptables ou non, reviennent fréquemment et permettent en particulier de jeter une lumière plus vive sur les débuts des carrières. C’est donc souvent un bond en arrière dans la présentation de leur vie qu’il nous faut faire ici. Mais ce saut dans le passé n’est pas systématique, comme le montreront bientôt les offices détenus à la Chambre des comptes.

a. Secrétaire du roi : une ardente obligation ?

  • 163 Sur cet office voir Michaud, Chancellerie, p. 90-126 et la préface de Robert-Henri Bautier dans L. (...)
  • 164 Cas intermédiaire entre ces deux modèles, celui de Jehan Duderé qui devient secrétaire alors qu’il (...)
  • 165 Sur le profit à tirer d’un poste de secrétaire, voir les remarques de Palamède Gontier dans B.N. f (...)
  • 166 C.A.F., t. I n° 3258, t. II n° 6501, t. IV n° 12039 et t. VIII n° 31144, 32607 et n° 23851bis ; Mi (...)

61De toutes les charges, c’est de loin celle qui est le plus souvent détenue par les grands officiers de finance. Parmi eux en effet, 54 notaires et secrétaires (soit 45 % des membres du corpus). Devenir secrétaire du roi est une étape classique de début de carrière163. Elle précède pratiquement toujours l’accès au grand office de finance : sur 46 cas observables, cinq seulement montrent un grand officier qui devient notaire et secrétaire après son entrée en charge. Lorsque l’on regarde en revanche ce qui est premier entre un office de finance, quel qu’il soit, et une charge de secrétaire, la réalité est plus nuancée. Pour les 29 cas où la documentation permet une réponse sûre ou très probable, il en est 17 où la chancellerie précède la finance et 12 où c’est l’inverse. Pour certains, être notaire et secrétaire est donc un excellent moyen d’entrer dans la « fonction publique », sans détenir un office trop accaparant. Pour d’autres, déjà introduits, c’est une voie classique pour consolider une position faiblement assise sur une simple charge financière subalterne164. Pour beaucoup sans doute, c’est un lieu de formation utile. Certes, seule une petite minorité s’investit vraiment dans des tâches de chancellerie qui peuvent déboucher à terme, en cas de succès, sur les secrétariats des finances, en attendant les secrétariats d’État. Mais tous peuvent y perfectionner leur science des écritures publiques165. Aussi la charge est-elle enviée : si elle n’offre que des gages modestes, elle est une voie royale vers l’anoblissement. Elle assure également l’appartenance à un corps ancien et soudé. Logiquement acquise en début de carrière, la charge de secrétaire du roi connaît ensuite un destin très contrasté. Beaucoup la résignent en cours de carrière. Certains se font même une spécialité de son trafic, sans doute fructueux, où la spéculation a une part non négligeable. Ainsi on se perd un peu dans les méandres de la carrière en chancellerie de Palamède Gontier. Pourvu en 1525 (sur résignation de Guillaume Bochetel) d’un premier office qu’il semble toujours exercer en 1528, il reçoit de nouvelles lettres de provision en 1533 (résignation de Jean Bernard) avant devenir en 1535 secrétaire de la chambre et des commandements en remplacement de Thierry Dorne. En 1539 le roi lui permet de résigner à Louis Preudhomme son office de notaire et secrétaire. Il abandonne sa charge… pour l’exercer de nouveau au plus tard en 1541166.

  • 167 Sauf à l Ordinaire des guerres : quatre sur six jusqu’en 1530, et deux sur trois pour les années 1 (...)

62Les secrétaires du roi sont plus fréquents parmi les officiers (50 sur 98 soit 51 %) que parmi les simples commis (5 sur 23 soit 21,7 %). Le plus intéressant est sans doute le fait que le lien entre les deux aspects de la carrière semble se distendre un peu au cours du règne. C’est pour l’Extraordinaire des guerres que l’opposition est la plus nette, de part et d’autre de la coupure, bien connue désormais, de 1531 : les six commis de la première moitié du règne sont secrétaires, deux sur sept seulement ensuite. Six ou sept des seize receveurs généraux des années 1515-1520 sont secrétaires du roi (37,5 ou 43,7 %), contre seulement cinq sur les vingt-et-un de 1543-1547 (23,8 %). Mais, pour les généraux, il n’y a guère d’évolution. Quatre sur huit en 1515-1520 (Milan exclu) contre six sur onze à la fin du règne. Quant aux trésoriers de France, aucun ne manque à l’appel au cours du règne. Il y a donc une nette différence entre la stabilité chez les ordonnateurs et la diminution marquée chez les comptables167.

63Chez ces derniers, à la fin du règne, la place prise par des hommes nouveaux est plus grande. Or ils sont moins capables de s’implanter dans l’administration centrale. Peut-être certains d’entre eux sont-ils également moins désireux d’y pénétrer en raison de leurs horizons résolument provinciaux.

b. Le poids des offices de finance locaux

  • 168 Jehan Carré et Charles de Pierrevive, mentionnés tôt dans leur carrière comme « receveurs » sans p (...)
  • 169 Quilliet, Officiers, p. 916.
  • 170 A titre d’exemple, Morelet de Museau est payeur de la Chambre des comptes depuis 1508. Il fait exe (...)
  • 171 Voir les remarques de Chevalier, Tours, p. 438-440.

64Pour ces charges plus discrètes, l’information est fatalement plus lacunaire. Les offices retenus sont essentiellement comptables [receveur ordinaire (les vicomtes normands ont systématiquement été considérés comme tels), receveur des aides et/ou des tailles, grenetier, receveur des traites], avec en sus les élus. Au total, 45 détenteurs parmi les membres du groupe (à l’exclusion de Jehan Robineau pour des problèmes d’homonymie) soit un pourcentage plancher de 37,8 %168. Contrairement à ce qu’affirme Bernard Quilliet169, il n’est donc pas exceptionnel qu’un receveur des aides par exemple accède aux grands offices après 1480, comme le prouvent les cas de Pierre d’Apestéguy à Compiè-gne, Pierre Faure à Reims, Martin de Troyes en Poitou, Jehan Lallemant le jeune et Guillaume Preudhomme à Lisieux ou Gaillard Spifame à Sens. Ceux qui font carrière au sommet uniquement dans la guerre – ils sont onze dans ce cas – ne sont que deux à avoir possédé un office local. Il faut encore soustraire deux autres personnes (le changeur du Trésor Charmolue, le commis aux finances extraordinaires Bernard) pour parvenir aux 41 individus qui exercent au cours de leur carrière à la fois un office local et un grand office régional (généralité ou recette générale). La corrélation dans l’espace entre les deux types de localisation est moins évidente qu’on pourrait le supposer. Elle se produit dans 20 cas seulement. Certes, pour quelques autres, une certaine proximité peut jouer : entre la recette des tailles de Haute Auvergne et la recette générale de Guyenne pour Pierre de Combes et François Faure, entre la recette des tailles d’Évreux et la recette générale de Caen pour Guillaume de la Lande, entre un poste d’élu à Beauvais et la recette générale de Picardie pour Nicolas de Saimbault. Cependant les contre-exemples abondent : Estienne Besnier passe de Falaise à l’Outre-Seine, Thomas Bohier de Mende à la Normandie. Ainsi donc, si les grandes charges sont en règle générale exercées en personne, les offices de moindre rang, à l’image de tant de bénéfices ecclésiastiques, sont gérés par des commis170. Cela vaut sans doute plus pour les receveurs que pour les élus dont la tâche nécessite un minimum de bagage juridique171. Quoi qu’il en soit, le titulaire garde la haute main sur l’essentiel des profits.

c. Les charges de finance curiales : la disparition

  • 172 B.N. Dupuy 233 f°93v°. Il est vrai que Le Charron doit dépenser cette année-là 215 000 lt au titre (...)
  • 173 L. et S., t. I notice 22 ; Spont, Semblançay, p. 85 note 5 et p. 150 note 4.
  • 174 L. et S., t. I notice 41, à compléter et corriger par Spont, Semblançay, p. 85, p. 100 note 2 et p (...)

65Elles sont plus lucratives encore, qu’il s’agisse du service direct de la famille royale ou du paiement du personnel civil ou militaire qui entoure le souverain. Responsable du paiement des gages des officiers domestiques, Florimond Le Charron perçoit ainsi en 1537 2 500 lt pour son labeur172. En incluant la trésorerie de l’ordre de Saint-Michel assurée par Nicolas de Neufville, ces charges concernent 25 membres du corpus seulement, soit 21 % de celui-ci. À ce niveau, le caractère sélectif est nettement renforcé par rapport aux offices locaux. D’autant que les lacunes de la documentation sont certainement moindres ici et qu’il s’agit aussi bien de commissions que d’offices. La fonction d’argentier, que ce soit du roi (Babou, Morelet, Testu, Lallemant le jeune, Nicolas de Troyes) ou d’un proche (la reine Anne pour Raoul Hurault, Marguerite d’Autriche, la « fiancée » de Charles VIII, pour Jehan Ruzé) paraît la plus appréciée. Quelques privilégiés font des carrières particulièrement riches comme le « favori » Philibert Babou. Argentier du roi de 1510 à 1513, il est aussi contrôleur de l’argenterie, trésorier de la vénerie et fauconnerie, payeur des archers de la garde ou encore commis au compte de la gésine de Renée de France en 1510 puis, sous François Ier, aux dépenses de la naissance du dauphin François173. Certains héritiers commencent brillamment : Guillaume de Beaune, fils de Semblançay, est trésorier et receveur général de Claude de France de 1508 à 1516, trésorier de Renée de France à partir de 1510, trésorier d’Anne de Bretagne puis responsable du compte de ses obsèques174. Dans le premier quart du siècle, les Beaune ont d’ailleurs tendance à multiplier ces charges, ce qui souligne leur situation en vue au sein du groupe. Pour certains titulaires encore enfants, ainsi Jaques, petit-fils de Semblançay, né au plus tôt en 1513, qui est trésorier du dauphin dès 1518, le recours à un commis est indispensable.

  • 175 A.N. M.C. Inv. Carré, n° 1235, 1793, 1814-1815 ; XIX 46 (24-11, 9 et 21-12-1518) ; B.N. fr 25721 n (...)

66Pour une part appréciable, les cas évoqués jusqu’ici concernent donc le règne de Louis XII, voire celui de Charles VIII, autant et plus que l’époque de François Ier. Progressivement ces charges deviennent moins fréquentes dans les cursus des grands officiers. Si trois des seize receveurs généraux de 1515-1520 sont concernés, un seul des vingt et un de 1543-1547 est dans ce cas, et encore s’agit-il de Nicolas de Troyes, qui ne fait qu’un passage de quelques mois à la recette générale de Poitiers. Pour les généraux, le contraste est plus net encore : six sur dix au début du règne, plus un seul sur les onze de la fin. On trouve encore parmi eux des maîtres d’hôtel, mais plus un seul trésorier de cour. Ainsi, au-delà de 1530, seule une poignée de membres du groupe entre dans cette carrière parallèle (François Barguyn, Jehan II Duval, Anthoine Juge, Charles de Pierrevive). Une fois écoulées les toutes premières années du règne, le passage par les charges de cour n’est une étape importante que pour quelques individus (A. Juge, N. de Troyes, J. Bernard, peut-être Charles de Pierrevive, mais ce dernier, neveu de Jehan Cottereau, est déjà bien implanté dans le milieu des grands officiers). C’est sans doute Jehan Carré qui peut le mieux illustrer la survie de ce profil. Au service du maître de la chambre aux deniers François Briçonnet en 1511-1515, il est clerc des offices de l’hôtel du roi en 1518. La même année, il devient commis au paiement des cent archers de la garde sous Chavigny, charge qu’il abandonne dès 1519. Carré succède en 1521 à Morelet de Museau comme trésorier des gages des officiers domestiques de l’hôtel du roi. Il parvient à s’accrocher à cette charge jusqu’en 1540, année de sa mort, malgré de nombreuses difficultés (suspension en 1526-1527 et 1533-1537)175. Reste qu’un tel parcours fait figure d’exception. Or les charges financières curiales conservent une grande importance. Elles ont désormais un recrutement distinct de celui des grands officiers de finance. Après le temps de la grande proximité, sous Louis XII en particulier, vient celui de leur éloignement par rapport aux cercles du pouvoir dans la seconde partie du règne de François Ier. Illustration supplémentaire d’un phénomène bien connu…

d. La Chambre des comptes : tremplin ou repli ?

  • 176 Le Coincte cité comme général des Monnaies de 1522 (C.A.F. t. IX p. 208) à 1531 (A.N. M.C. CXXII 1 (...)
  • 177 Ruzé résigne en 1505 en faveur de Jean Richer : B.N. Dossiers Bleus 592 (Ruzé) f°14.
  • 178 A.N. P 2304 f°711-717 (3-2-1522).
  • 179 Avec deux cas litigieux qui n’ont pas été retenus : Henri Bohier, qui n’aurait pas exercé : L. et (...)
  • 180 Ce nombre serait porté à douze en intégrant trois généraux de Blois qui sont apparemment président (...)

67Fort logiquement c’est avec cette cour de justice que les grands officiers de finance ont le plus d’affinités professionnelles. Quelques originaux lui préfèrent cependant la cour des Monnaies. Pour Nicolas Le Coincte, après une carrière de marchand affineur et départeur d’or et d’argent et de maître de la monnaie de Paris, rien que de naturel176. Plus étonnant est le cas de Jehan Ruzé177. Ce dernier confirme d’ailleurs le caractère atypique de son parcours en siégeant au Parlement, et non aux Comptes après son éviction de la recette générale d’Outre-Seine. Quant à la cour des Aides, elle brille par son absence. Jehan Ruzé, en tant que receveur général à Paris, appartient au « corps et court desdits généraulx » des Aides, mais c’est à titre honorifique seulement178. Au sein du corpus, les effectifs se partagent presque équitablement entre Chambres des comptes de Paris (dix charges)179 et de province (neuf charges)180. Au total, ils ne sont cependant que dix-huit individus, soit 15 % du corpus, car l’un d’entre eux appartient aux deux groupes.

  • 181 Le Page, Finances bretonnes, p. 406-407.
  • 182 Sur ce dossier, voir Le Page, Finances bretonnes, p. 257 note 28, p. 613 et p. 630-631.

68En province, il n’est guère possible de conclure à un profil particulier : à Grenoble, Jehan Gaucher est à la Chambre bien avant d’accéder à une recette générale, tout comme Girard Sayve à Dijon. Ils exercent dans les deux cas comme simples auditeurs. A l’inverse, Jehan François à Aix, Estienne Noblet et Bénigne Serre en Bourgogne intégrent la Chambre après une expérience comptable. D’où leur accession à des offices plus élevés : François devient maître, Serre et Noblet présidents. La Bretagne offre des cas de figure particulièrement diversifiés. Pour Jehan François de Cardonne, la présidence de la Chambre du duché n’est qu’une retraite. Pour Jehan de l’Espinay, un office de maître offre une position d’attente en 1492, après la perte de la recette générale du duché, en attendant 1498 et les retrouvailles avec cette charge comptable. Jean Parajau, impliqué dans des affaires financières dès la fin du 15e siècle, devient secrétaire et greffier de la Chambre sans doute en 1519181. Il accède à la recette générale en 1524. Suspendu, puis démis en 1528, il obtient en compensation… la présidence des comptes ! Le cas, bien qu’étonnant, n’est pas sans exemples. En 1491, L’Espinay vient également d’être démis de son office comptable quand il entre aux comptes. En 1526 encore, Marc de La Rue, suspendu comme argentier du roi, devient maître des comptes en Bretagne182. Peut-être est ce un moyen de prendre en considération des sommes avancées par ces comptables dans l’exercice de leurs charges. Mais pour Parajau la reconversion échoue : il perd sa présidence en 1535-1537 et meurt en disgrâce.

  • 183 A.N. KK 289 f°16 ; M.C. VIII 55 (23-3-1517) ; Le Page, Finances bretonnes, p. 630.
  • 184 Notons au passage le décrochage hiérarchique par rapport à la Bretagne. Au delà des aléas individu (...)

69À la prestigieuse Chambre des comptes de Paris, une opposition se dessine assez nettement : pour les cinq premiers, très groupés et tous maîtres [Thomas Bohier (1494-1498), Florimond Robertet (1496-1502), Loys de Poncher (1498-1504), Jehan Cottereau (1500-1506) et Pierre Legendre (1504-1505) qui succède à Poncher], le séjour se situe plutôt en début de carrière, et reste toujours bref. Pour les cinq derniers, beaucoup plus étalés dans le temps, la Chambre est plus souvent un aboutissement : c’est le cas pour Octavien Grimaldi, président à partir de 1527 et aussi, dans les années cinquante, pour François Barguyn qui devient maître et pour Jehan Dudéré qui se contente d’un office d’auditeur. Pour Anthoine Pétremol, c’est l’office comptable qui est une parenthèse dans sa carrière de maître des comptes. Reste le cas complexe de Cléram-bault Leclerc. Il offre en effet, successivement, les deux profils types du tremplin et du repli. Après avoir été commis à la trésorerie de Claude de France (sous Jaques de Beaune le jeune, trésorier en titre trop jeune pour exercer), Leclerc accède, après un bref temps de latence où il n’est que secrétaire du roi, à la présidence de la Chambre des comptes de Bretagne, en 1526, peu après la mort de la reine-duchesse183. Le repli hors des offices de finances correspond à une promotion. Dans le royaume, la Chambre des comptes de Paris va jouer en revanche le rôle de tremplin. Leclerc y est présent dès 1532 comme correcteur184. Ce n’est qu’en 1539 qu’il est désigné comme commis à la recette générale de Languedoïl. Au bout de quelques années, en 1542, il quitte de nouveau le monde des comptables et se limite à la seule Chambre des comptes jusqu’à sa résignation en 1545. L’heure de la retraite semble alors sonner pour lui.

C. PASSER LA MAIN

1. La succession dans les offices

a. Les « mouvements »

70Le rythme de la circulation des offices est délicat à observer, chaque type de charge ayant sa spécificité. Cependant l’observation des changements de titulaires pour le groupe le plus nombreux, celui des receveurs généraux, montre des temps forts aisément compréhensibles. Sur 62 opérations (création de recettes générales et désignations de commis incluses), 27 (43,5 %) se concentrent sur trois années : 1532-1533 et la suspension des receveurs (16), 1543 avec la désignation des titulaires des nouvelles circonscriptions (11). En élargissant la base, 10 années totalisent 46 mouvements, soit 74 % pour moins d’un tiers du temps. On retrouve là 1538-1539 et le rétablissement de certains titulaires (6), puis ensuite, avec une importance moindre, 1517-1518 (6), 1523-1524 (4) et 1528 (3). Cette dernière série suit d’assez près l’établissement des commissions financières. Ce n’est pas qu’une coïncidence dans certains cas, de la suspension de Spinola en Provence en 1517 à celle de Parajau en Bretagne en 1528. Cependant rien de probant ne peut-être conclu pour 1523-1524, sauf à dire que la création de la recette générale de Guyenne fait partie de l’offensive contre les officiers en place en Languedoïl. Pour les généraux, seule l’année 1528 est marquée par plus de deux mouvements. Là encore, ce n’est pas sans lien avec les poursuites, comme en témoigne la destitution du général de Bretagne Philibert Tissart. Les deux autres opérations sont moins explicites : remplacement de Morelet par Spifame en Outre-Seine et partage des deux généralats de Raoul Hurault, mort sous les murs de Naples, entre Jehan Breton (Blois) et Pierre d’Apestéguy (Bourgogne). Cependant, dans ce dernier cas, la rupture de la transmission familiale n’est pas sans signification : Raoul Hurault n’était-il pas le gendre de Semblançay ?

71La majorité des circulations au plus haut niveau se déroulent dans le cadre d’une transaction portant sur un office unique. Mais il arrive parfois que des charges de moindre rang soient impliquées dans l’opération. La résignation est le moyen de transmission idéal. Les généraux de Languedoïl par exemple, y ont recours tout au long du règne, en 1516 entre Semblançay et son fils, en 1529 entre ce dernier et son parent Anthoine Bohier de Saint-Cirgues et en 1543 entre Saint-Cirgues et son cousin Anthoine Bohier de la Chesnaye. A la recette générale de Bourgogne, le phénomène est le même, sans doute en 1517 (Sapin-Serre) et sûrement en 1528 (Serre-Milletot), 1531 (Milletot-Le Maçon) et 1543 (Le Maçon-Sayve). Les « mutations » donnent parfois lieu à un changement de plus large envergure. Ainsi en mai 1525, Gaillard Spifame cède à Jehan Carré la recette générale de Normandie et obtient en échange l’Extraordinaire des guerres que tenait Carré. Au même moment Babou abandonne l’Épargne à Preudhomme. Il est impossible de dégager un lien clair entre les deux transactions. Mais ceci ressemble à une opération de reclassement après Pavie, opération qui met en jeu deux des charges essentielles des finances royales : l’Épargne et l’Extraordinaire des guerres.

  • 185 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 197-198 ; A.N. J 964 n° 29 et M.C. XIX 71 (3-9-1532).
  • 186 Voir une évocation de ce type de problème en A.N. M.C. III 7 (9-1-1532) : « Aucuns personnaiges qu (...)
  • 187 Voir Hamon, Argent du roi, p. 389-396.

72Dans les mouvements des officiers de finance, il n’est pas toujours aisé de faire la part entre ce qui relève des conventions « privées » et le poids de l’intervention des responsables politiques, roi en tête. L’ambiguité apparaît clairement en mai 1527. Le 21 de ce mois, Nicolas de Neufville cède la trésorerie de France en Outre-Seine à Pierre d’Apestéguy, lequel remet la trésorerie des finances extraordinaires à Philippe Le Tirant. Or les titulaires initiaux retrouvent rapidement leurs charges. Apestéguy est presque immédiatemment réinstallé et, peu après, le roi l’incite à démissionner d’Outre-Seine. Les motifs de ce pas de deux, tout comme ceux de l’intervention de François Ier, nous échappent. Ils attirent cependant l’attention sur un fait trop souvent occulté : nombreuses sont les transactions qui échouent ou ne sont pas menées à terme. Pour deux années, les hasards de la documentation nous en font découvrir trois. En janvier 1531, Jean du Bellay plaide auprès de Montmorency la cause d’Anthoine Macault, qui pourrait succéder à Jean Carré à la recette générale de Normandie si le cas de ce dernier, apparemment en difficulté, « viendroyt à poursuyvre le chemyn qu’il prent ». Six mois plus tard, c’est Pierre d’Apestéguy qui semble devoir succéder à Jaques Charmolue comme changeur du Trésor. En septembre 1532 enfin, c’est le trésorier de la Marche Loys Raquet qui fait à Jehan Prévost une offre intéressante pour son office de général de Guyenne185. Rien de tout ceci n’a de suite, pour des raisons qui nous échappent souvent. Du moins peut-on supposer que, chaque achat d’office entraînant une véritable course à la mobilisation des fonds, les candidatures sont remises en cause si la mécanique financière s’enraye186. D’autre part les cercles dirigeants ne sont sûrement pas indifférents à ces mutations. Mais il faut en fait des rivalités fortes pour que les finalités et les modalités de leur intervention soient clairement repérables. C’est le cas lors des « affaires » Poncher-Babou en 1521 ou Ruzé-Besnier en 1529-1530187. La virulence de l’affrontement lui donne un caractère public… et engendre des sources. Il est d’ailleurs symptomatique que ces interventions massives entraînent dans les deux cas une rupture des circulations familiales.

b. Les circulations familiales

  • 188 Je reprends ici à mon compte une citation de Jean-Marc Moriceau et Gilles Postel-Vinay, Ferme, ent (...)
  • 189 A.N. M.C. VI, 1 (5-2-1527).

73Celles-ci fleurissent cependant à l’époque. Les successions n’y sont pas forcément exemptes de transactions financières. Il semble que, quand il y a vente, les prix soient du même ordre que ceux pratiqués envers des étrangers. Cependant ce circuit familial n’est pas sans avantage : « Il donne au bénéficiaire la maîtrise du temps et lui évite une concurrence extérieure »188. En témoigne la transmission de la charge de trésorier de France en Languedoc de Jehan Cot-tereau à son neveu Charles de Pierrevive189. Pierrevive accorde à son oncle 600 lt par an sur les gages, sa vie durant, et 25 000 lt comme suit : 5 000 immédiatement, que Cottereau confesse avoir reçues, 10 000 une fois la résignation admise et 10 000 à la veuve et aux héritiers de Cottereau dans un délai de deux ans après sa mort. Jusqu’au règlement du solde, Pierrevive est tenu de payer les 600 lt annuelles, ce qui leur donne une fonction proche de celle d’une rente, au taux il est vrai avantageux de 6 %. Plus généralement, on le sait, le groupe des trésoriers de France (le cas Babou et l’incident Apestéguy exclus) fait figure de modèle de transmission familiale. Il en va de même pour les généraux de Languedoïl qui viennent d’être évoqués. Pour les recettes générales, la fermeture est moins nette, même si le Dauphiné en fournit lui aussi une illustration spectaculaire : Aymar de la Colombière est en charge à partir de 1506. Son fils François lui succède jusqu’à la suspension de 1531. En 1533, pour une quarantaine d’années, Artus Prunier, gendre de François de la Colombière, prend le relais. Et son beau-père, établi en Piémont-Savoie à partir de la fin des années trente, le flanque à l’Est. Avec les Bohier, c’est un autre type de circulation qui prévaut : il y a toujours un général des finances dans la famille, de 1494 à 1558 au moins, voire deux de 1510 à 1522, à l’exception de la période qui court de mars 1524 à septembre 1529. Dernier exemple, le passage des charges de cour détenues par Raoul Hurault, gendre de Semblançay, à Guillaume de Beaune fils de ce dernier, en 1508 (trésorerie de Claude de France), 1513 (trésorerie d’Anne de Bretagne) et 1515 (audience de France). Avec ce cercle, on pénètre au cœur du monde des héritiers. Le gendre garde au chaud les offices en attendant que le fils cadet les exerce. Dans le même temps, Raoul a ainsi tout loisir de se former jusqu’à ce que son propre père lui transmette, en 1515, l’important généralat de Bourgogne et Outre-Seine. Pour la trésorerie d’Anne de Bretagne, Raoul n’est d’ailleurs qu’un maillon d’une longue chaîne. Cette charge est en effet exercée par Semblançay jusqu’en 1495. Elle échoit ensuite à son fils Jaques de 1495 à 1501. En raison de l’incapacité du jeune garçon à l’exercer, c’est Pierre Morin, beau-frère de Semblançay, qui est commis pour assurer cette fonction. La réorientation de Jaques vers l’Église oblige à rechercher un autre titulaire. Après un bref intermède, c’est Raoul Hurault, le tout nouveau gendre de Semblançay, qui prend la suite de son beau-frère avant de céder à son tour la place à un autre beau-frère.

  • 190 C.A.F., t. VII n° 25726.
  • 191 B.N. fr 3011 f°38v°.
  • 192 C.A.F., t. VII n° 25649 et 25724.
  • 193 C.A.F., t. VI n° 21348 ; A.N. J 965, 6/53 ; J 968, 2/51 et 2/54.
  • 194 B.N. fr 5501 f°387.

74Les héritiers entrent donc tôt dans la carrière, alors que leurs aînés y sont encore. Guillaume de Beaune est ainsi trésorier de Claude à 15 ans et général à 23 ans. Aussi, pour concilier les nécessités de la transmission avec le souci des pères de conserver une activité, une forme particulière de résignation s’offre aux familles : la survivance, que le roi doit entériner. Alors que son fils Jaques a au plus onze ans, Raoul Hurault lui fait obtenir en 1522 l’office d’audiencier de France, avec dispense d’âge et survivance au dernier des deux, à charge pour le père, pour l’heure, d’assurer la comptabilité jusqu’à ce que son fils ait l’âge requis190. Après la mort de Raoul Hurault en 1528, la famille Breton récupère une part de ses dépouilles. Jehan Breton craint d’ailleurs que les survivances ne les réduisent, comme en témoigne une de ses lettres à Montmorency, le 23 mars 1530. Il remercie tout d’abord le grand maître « de la bonne souvenance qu’il vous a pleu avoir de moy touchant la généralité de la comté de Bloys », qui vient des Hurault. Et Breton poursuit : « Ay prins le commandement de l’office de secrétaire pour en disposer ainsi que bon vous semblera, mais je crains, monseigneur, que led.office n’ayt esté par cy devant depesché à survivance au filz de feu monsr de Chiverny (Raoul Hurault) comme fust l’audiance. L’on vera que sera »191. Jehan Breton utilise lui-même fort bien les survivances. Il hérite de cette façon de son beau-père Robert Gedoyn en 1533 une charge de secrétaire des finances192. Il lègue ensuite de la sorte le généralat de Blois à son fils Claude. La lettre du roi est du 3 novembre 1537. François Ier accepte la résignation à survivance en faveur des bons services de Jehan Breton. Le 14, Breton remercie le chancelier qui a fait sceller ses lettres193. Les Grolier, pour leur part se sont fait une spécialité des survivances concernant un office d’élu de Lyon. Jehan obtient des lettres de roi en 1518 pour autoriser cette résignation envers son oncle Anthoine. Lequel, en 1524, fait de même avec son fils et homonyme, Anthoine le jeune. À la mort de ce dernier, le père obtient une nouvelle survivance en faveur de François, un autre de ses fils194.

  • 195 C.A.F., t. VII n° 27500 [Philibert toujours en charge en 1557 : A.D. Indre-et-Loire, 3E1 68, (12-4 (...)
  • 196 A.N. M.C. XIX 272 (I.A.D. Bernard, 27-4-1548) cote 125.
  • 197 Hamon, Argent du roi, p. 108 ; Mousnier, Vénalité, p. 47. Il est vrai qu’il s’agit souvent d’un ex (...)
  • 198 Mousnier, Vénalité, p. 44.

75Pour les grands offices de finance, peu nombreux sont en fait les cas où la survivance est avérée. Hormis les Breton, il n’y a guère que Jehan Cottereau et son neveu Pierrevive en 1527-1528, Philibert Babou et son fils Leonor en 1545-1547 puis les Robertet en Normandie, les Secondat en Guyenne et les Merlan en Bourgogne dans les années cinquante195. Pour d’autres successions familiales, les présomptions existent : Guillaume et Louis Preudhomme pour le généralat de Normandie, les La Forge pour la recette générale de Picardie ou les La Colombière pour celle de Dauphiné. Souvent le doute subsiste. Jaques Bernard, ancien commis à la trésorerie des finances extraordinaires, cède-t-il peu avant sa mort à son fils aîné son office de maître de la Chambre aux deniers ou n’a-t-il plus ce souci sur sa fin, par la grâce d’une survivance ? Impossible de le déterminer196. Cependant, l’extension du phénomène reste limitée. Peut-être faut-il y voir une volonté délibérée de la monarchie, réticente devant une telle formule pour les grands officiers. Une réticence plus large s’exprime d’ailleurs dans les révocations générales des survivances de 1521, 1541 ou 1559197. Sans doute la fragilité de la garantie jointe au surcoût de 1/12e de la valeur de l’office qu’entraîne la taxation au tiers et non plus au quart-denier font-elles hésiter certains. Plus probablement, dans bien des cas la survivance ne paraît pas nécessaire, les officiers parvenant souvent sans son secours à transmettre à leur gré leurs précieuses charges. Le risque est en effet réduit s’il faut en croire Roland Mousnier qui, s’appuyant sur Maugis et Dupont-Ferrier, affirme que dès le 16e siècle les résignations familiales « comportent toutes une clause de reversion » qui s’applique en cas de décès198. Ainsi la survivance ne serait vraiment utile que pour permettre soit l’exercice conjoint d’une même charge, soit l’exercice d’une charge sous le nom d’autrui.

2. La retraite ou la mort ?

  • 199 A.N. J 958 n° 11.
  • 200 Voir les opérations de Jehan Grolier pour la trésorerie des guerres : C.A.F., t. II n° 4617 (7-6-1 (...)
  • 201 Clugny Thunot est pourvu comme général de Bourgogne après résignation de Pierre d’Apestéguy, le 28 (...)
  • 202 A.N. M.C. CXXII 1060 (31-1-1541) ; A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (2-3-1551).

76La possession légale de l’office ne rend pas toujours compte de l’exercice réel des fonctions. Ainsi Morelet de Museau fait-il mettre la trésorerie des Ligues sous le nom de son fils, tout en continuant d’en assurer la charge199. Souvent la précocité de la détention du titre chez le plus jeune dissimule l’activité conservée par l’aîné. Semblançay reste l’inspirateur de la gestion de la maison de la reine Anne quand les trésoriers en sont ses fils Jaques et Guillaume ou son gendre Raoul Hurault. Il en va certainement de même avec la généralité de Languedoïl malgré sa résignation en 1516 en faveur de Guillaume. Par ailleurs, l’abandon officiel d’une charge n’empêche pas qu’elle continue d’impliquer son ancien titulaire, qui doit éteindre des obligations passées, tenter de faire rentrer les restes et défendre sa comptabilité devant les instances de contrôle200. Le passage en charge marque les titulatures pour de nombreuses années, et parfois jusqu’à la mort. Malgré la brièveté de ses fonctions bretonnes, Gilbert Bayard est ensuite fréquemment désigné comme « général », tout comme Jehan Lallemant le jeune reste « trésorier » vingt ans après avoir quitté la recette générale de Languedoc. Les notaires n’arrangent rien, qui prolongent souvent bien au-delà des exercices réels les titres des officiers201. Avec eux le temps s’allonge parfois démesurément. Alors qu’ils ne sont plus en charge depuis 1532, Jehan Grolier et Jehan Prévost sont désignés comme « naguères » trésorier des guerres pour le premier en 1541 et « naguères » général pour le second en 1551202. A moins que le mot naguères n’amorce ici une évolution vers son sens actuel.

  • 203 L’âge d’un personnage aussi connu que Florimond Robertet continue de poser problème. Une naissance (...)

77Reste à savoir comment les grands officiers achèvent concrètement leur carrière financière. Pour 61 d’entre eux il est possible de donner une réponse fiable. Dans la plupart des cas, les âges ne sont ici que des estimations assez fragiles. Un premier contraste se dégage : vingt-huit d’entre eux meurent en charge, quand huit seulement prennent ce que l’on peut appeler une retraite et se retirent, de leur plein gré semble-t-il, de l’administration royale. Ce dernier phénomène est donc nettement minoritaire. Trois cas particuliers, non comptabilisés, relèvent des deux catégories : Jaques Hurault, qui quitte en 1515 – à 66 ans – le généralat d’Outre-Seine et Bourgogne mais conserve celui de Blois jusqu’à sa mort, Guillaume Preudhomme, qui cède en 1539-1540 (vers 55 ans ?) la trésorerie de l’Épargne mais meurt général de Normandie en 1542, et Florimond Robertet qui abandonne en 1526 sa charge de trésorier de France (à plus de 65 ans sans doute203) mais reste au Conseil étroit jusqu’à sa mort l’année suivante. Il est clair que le fait de conserver une charge à leur mort les rangerait, en dernière analyse, dans le premier groupe. On peut mourir en fonction à un âge assez élevé, comme Nicolas de Troyes, trésorier général de Bretagne, vers 75 ans, Jaques Charmolue, changeur du Trésor, ou Jehan Lespinay, trésorier de Bretagne, vers 70 ans. Mais la mort frappe souvent bien plus tôt, à 37-40 ans pour Claude Breton, dès 40 ans peut-être pour Guy de la Maladière, vers 45 ans pour Lambert Meigret ou Jehan Prunier. Plus étonnamment, « l’âge de la retraite » sonne aussi de façon très variable. Cela tient sans doute à des considérations personnelles que l’historien maîtrise mal. Si Charles du Plessis attend 67-69 ans et Jehan Cottereau environ 65 ans, Anthoine Le Maçon se retire alors qu’il n’a guère plus de 45 ans, Jehan Brachet est plus jeune encore (35-40 ans) et Louis Preudhomme, le benjamin, ne dépasse pas la trentaine. Entre la poursuite jusqu’au bout et le retrait des charges, il y a place pour ceux qui abandonnent les grands offices de finance tout en continuant à servir l’État monarchique. Certains restent très proches des questions d’argent comme Morelet avec les affaires suisses ou Jehan François de Cardonne présidant la Chambre des comptes de Bretagne. Pour deux officiers, Nicolas de Neufville et Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, la réorientation les conduit au sommet : le Conseil du roi. Florimond Robertet et Philibert Babou y siègent également, mais alors qu’ils sont encore officiers de finance : carrières parallèles donc pour eux, et non successives.

78Deux profils spécifiques émergent enfin de certains des 61 dossiers, lorsque les officiers subissent un destin contraire. Premier cas d’espèce, celui des titulaires de charges qui perdent progressivement toute réalité, comme Grimaldi avec la généralité de Milan ou Jehan I Duval avec le change du Trésor. Vient ensuite le contingent des victimes des réformes, comme Georges Héroet frappé par la suppression des trésoriers de l’Ordinaire des guerres, et surtout des victimes des poursuites et des disgrâces qui sont dix, de Semblançay en 1527 à Jehan II Duval, Bayard et Laguette, frappés sous Henri II. Entre-temps, six autres ont vu leur carrière brisée par la Tour Carrée. Parmi les itinéraires bien connus, près d’un officier sur quatre interrompt donc contre son gré sa carrière, pour des motifs variables. Il s’agit sans doute d’une proportion maximale, les victimes des foudres royales ayant souvent les sorts les mieux documentés.

3. Un cas particulier : suspensions et commis

  • 204 A.D. Loire-Atlantique, B 568 f°68.
  • 205 Pierre, fils de René Thizart, épouse Anne Sarde. Allusion dans A.N. M.C. XXXIII, 1 (9-11-1541). Su (...)
  • 206 Le Page, Finances bretonnes, p. 413. On retrouve ensuite des liens entre eux via des charges rouen (...)
  • 207 C.A.F., t. III n° 8827 (28-2-1537) ; A.N. Z1a 57 f°209v° : Faure commis général en 1528 ; B.N. Cab (...)
  • 208 Ysabel, sœur de Clérambault Leclerc, a épousé Matthieu Macheco, huissier au Parlement, avant le 16 (...)

79En raison même des bouleversements subis par le personnel tout au long du règne, les commis désignés par le roi tiennent une place notable dans l’administration financière de haut niveau, essentiellement dans les rangs des receveurs généraux. Pour ces hommes, il ne s’agit pas seulement d’un bref intermède. Pierre Le Vassor reste ainsi onze ans commis à la recette générale de Normandie. Pour l’officier de finance, s’agit-il d’une rupture complète avec sa charge ? Ce point demande à être nuancé. En effet, dans de nombreux cas, le commis entretient des relations personnelles avec celui qu’il remplace. Olivier Harouys, commis en 1528 à la trésorerie de Bretagne, est un clerc du trésorier suspendu, Jehan Parajau204. La même année, René Thizart, suspendu avant d’être définitivement écarté, est relayé par Pierre Sarde. Or les deux familles sont très liées205. Enfin, lors de la fuite de Sapin en 1531, c’est d’abord à son gendre Bénigne Serre que le roi confie la charge de faire rentrer les fonds de Languedoïl. Même lors de la grande suspension de 1532, le phénomène reste présent dans plusieurs des recettes. En Bretagne, Noël Barbillon est lié à Palamède Gontier : il a été son commis à la recette générale et est son procureur pour la reddition de ses comptes206. En Normandie, Pierre Le Vassor est un ancien clerc de Jehan Carré. Plus significativement encore en Guyenne, François Faure est beau-frère et commis général d’Hugues Malras, auquel il succède, et Pierre de Combes, l’autre commis de 1532, est parent lui aussi de Malras207. En Dauphiné, le commis Artus Prunier devient en 1537 ou 1538 gendre de l’ancien receveur François de la Colombière. Reste le cas de la Languedoïl où le titulaire tardif qu’est Clérambault Leclerc en 1539 est probablement allié à Bénigne Serre, via les Macheco208. Cette densité de liens, alors que la monarchie manifeste à l’évidence le souci d’une rupture, souligne à la fois l’imbrication du milieu et la contrainte qu’impose le recours à des gens un tant soit peu compétents.

  • 209 B.N. fr 5501 f°368.
  • 210 O.R.F., t. VI p. 279 et t. VII p. 168.
  • 211 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1385-1397.
  • 212 C.A.F., t. III n° 9372(24-10-1537). Il succède comme commis à la marine à Claude Guyot. Gontier es (...)

80La suspension ne signifie d’ailleurs pas l’abandon des activités. Pour un remboursement breton, en août 1528, il est précisé que doit s’engager en son propre et privé nom soit le commis, Harouys, soit le trésorier qu’il a remplacé, Parajau209. En Languedoc, Jehan Testu, quoique suspendu, est désigné comme commissaire aux Etats en 1532 et en 1534210. Jehan Carré est suspendu de la charge du paiement des officiers domestiques le 25 mars 1533 et Florimond Le Charron commis à sa place. Cependant, les deux hommes se partagent le travail et en 1536-1537 Le Charron semble agir en fait sous la direction de Carré211. A l’Ordinaire des guerres, La Maladière continue d’exercer en 1536-1537 malgré la disparition pure et simple de son office. C’est probablement le manque de personnel qui oblige parfois à d’étranges relais. Jehan de Vymont, trésorier de la marine du Ponant, est suspendu. Il finit par être remplacé par un commis qui n’est autre que Palamède Gontier, lui même alors frappé d’une suspension comme trésorier et receveur général de Bretagne212 !

  • 213 Le Page, Finances bretonnes, p. 354 et note 180.
  • 214 A.N. J 967, 49bis 1.

81Même sans maintien de l’activité, pour certains du moins se pose la question des gages. En Bretagne Jean Parajau ou Palamède Gontier continuent un temps de les percevoir213. Dans le cadre de leur collaboration pour payer les officiers domestiques, Jehan Carré déplore en février 1537 que Florimond Le Charron ait « prins les gaiges dud. office troys années et ung quartier sans (lui) en avoir secouru d’un escu, quelque nécessité qu’aye eu en sest endroit »214. Lui repro-che-t-il son ingratitude – c’est un homme qu’il a formé – ou bien considère-t-il que la suspension (effective au moins jusqu’au milieu de 1536) n’entraîne pas la perte de tous droits sur les émoluments ? Après tout, pour les commis « privés », les titulaires conservent bien par devers eux l’essentiel des profits. Malheureusement, la situation est ici moins favorable. Nul doute qu’en définitive ce soit le gouvernement royal qui tranche au coup par coup. Certains titulaires employés ailleurs comme La Maladière ou Le Maçon peuvent alors effectivement conserver leurs gages. Mais il est toujours délicat d’affirmer que, lors des suspensions, les officiers cessent toute activité dans leur domaine d’exercice.

II. PERSONNEL ET DOSSIERS

  • 215 Guiffrey, Cronique, p. 130-131 ; A.N. M.C. CXXII 1141 (I.A.D. du 13-10-1544), cotes 6, 14, 42 à 50
  • 216 À titre d’exemple, le cas des Le Jay à la fin du règne de François Ier : Jacques est à la fois sec (...)

82Quand la monarchie suspend un titulaire, on a vu qu’il n’est pas rare qu’elle établisse à sa place un auxiliaire de celui-ci comme commis. C’est qu’il y a autour des grands officiers un personnel subalterne qui fait office de vivier où puiser. C’est aussi dans le vivier des gens de finance que les hauts responsables cherchent leurs commis. Le cas-limite de Pierre Duval est ici intéressant. Trésorier des Menus Plaisirs du roi, il prend la fuite, pour cause d’hérésie, après l’affaire des Placards, en octobre 1534. Or on le repère, moins de deux ans plus tard, agissant comme commis de Martin de Troyes, à l’Extraordinaire des guerres215 ! Parcours étonnant, atypique également en ce qu’il conduit de l’office à une charge subalterne. Il est vrai qu’il n’y a pas de cloison étanche entre office et activité de commis216. L’articulation entre les deux sphères nécessitera d’ailleurs une mise au point.

83C’est l’administration des guerres qui semble employer, au niveau central, le plus grand nombre de clercs et de commis. Cela tient sans doute à l’ampleur des fonds maniés, aux distances à parcourir. Cela découle aussi de l’absence d’un réseau d’officiers subalternes : dans les recettes générales, les officiers locaux, receveurs des aides, des tailles ou grenetiers, peuvent épauler leurs supérieurs. C’est donc sur le monde des « clercs des guerres » que la documentation est la plus abondante. Les conclusions tirées de son étude peuvent-elles être appliquées aux autres secteurs ? Les données disponibles pour les recettes générales, quoique moins nombreuses, le laissent supposer.

A. LE PERSONNEL SUBALTERNE

1. Clercs et commis au travail

a. Les tâches à accomplir

  • 217 B.N. fr 14368 f°151. À la différence des receveurs généraux et locaux, le trésorier de l’Épargne n (...)

84Lorsque le roi évoque les émoluments importants qu’il entend verser à Guillaume Preudhomme, trésorier de l’Épargne, il rappelle que ce dernier a de gros frais, en particulier « pour l’entretenement de plusieurs clercs » pour tenir ses registres, rédiger de nombreuses dépêches, compter et délivrer les fonds, faire porter papiers et argent ou faire activer les rentrées en se rendant « devers les receveurs généraulx de noz finances ou au devant de leurs clercs affin de les haster et dilligenter de faire apporter en lad. espargne les deniers de leurs receptes »217. Le personnel du trésorier de l’Épargne cherche donc à accélérer les rentrées. Celui des recettes générales, en définitive, n’a pas d’autre rôle. Dans l’administration des guerres, le flux est inverse – il s’agit ici de dépenser – mais la logique est la même : il faut faire circuler les fonds efficacement. Échanger du papier contre des espèces, et ce sans ménager sa peine et ses déplacements : voilà qui résume les activités des clercs et commis.

  • 218 A.N. M.C. XIX 147 (au dos d’un acte du 11-11-1535).
  • 219 A.N. J 910 n° 1 cote 74.
  • 220 Voir un exemple dans la condamnation de Jehan Ruzé : A.N. J 958 n° 14.
  • 221 A.N. M.C. XIX 150 (au dos d’un acte du 15-6-1538).

85En matière de finance, les écritures abondent. L’administration n’utilise encore aucun formulaire imprimé : il faut donc multiplier les copies. Voici Thomas Lambert, clerc de Pons Brandon, le conseiller au Parlement membre, aux côtés d’Estienne Trotereau, de la commission qui gère alors une partie de la Langue-doïl. En novembre 1535, Lambert reçoit 25 lt de Trotereau. Cette somme lui est « tauxée et ordonnée par mond. sgr Brandon pour (ses) peines, sallaires et vacations d’avoir escript plusieurs lettres missives envoyées aux receveurs de lad. charge, mynuté et grossoyé plusieurs procès verbaulx envoyez tant à messieurs du [trésor du] Louvre que à monseigneur le chancellier et autres escrip-tures nécessaires et concernans le faict de ladicte commission, et ce durant le quartier de juillet, aoust et septembre dern. passé »218. À la trésorerie de Milan, les deux clercs qui, en 1510 « tiennent le pappier de lad. trésorerie généralle » se partagent 240 lt pour un an219. Dans les deux cas les frais sont donc du même ordre : 100 ou 120 lt pour une année. Les comptes tenus par les clercs ne sont pas exactement semblables à ceux que l’officier doit rendre devant les instances de contrôle. Cependant les « comptes particuliers et registres de clers » sont aussi utilisés par les juges de la Tour Carrée dans les procédures de recherches des finances220. Pour certains types de documents, les officiers doivent recourir à un personnel spécialisé, par exemple lorsqu’il s’agit de donner une valeur légale aux copies. Le 13 juin 1538, Payen et Trouvé, deux notaires parisiens, confessent avoir reçu du responsable de la recette générale de Picardie, Nicolas de Saimbault, 70 st pour avoir fait collation aux originaux de plusieurs lettres patentes et missives du roi envoyées à Saimbault et à Abot, le conseiller au Parlement qui le seconde, concernant leur recette : seize lettres missives sont écrites « en un livre de papier », tout comme seize lettres patentes, et treize de ces dernières sont copiées sur parchemin221.

  • 222 A.N. M.C. CXXII 12 (9-6-1527).
  • 223 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1360-1365.
  • 224 C.A.H., t. II n° 3222 (9-7-1548) ; C.A.F., t. III n° 9425 (18-11-1537).
  • 225 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529).

86Pour le recouvrement des fonds, les officiers envoient en mission leur personnel. Un accord de 1527 entre Gilles Huet, clerc de finance, et les trésoriers des guerres Jehan Grolier et René Thizard rappelle qu’en 1523, pour les payements de la gendarmerie, ces derniers « avoient depesché leurs clercs (…) et mesmement ledit Gilles Huet, auquel pour ce faire ilz avoient durant ladite année baillé et mis en ses mains plusieurs décharges et contrelectres pour en recouvrer le contenu montant à grosses sommes de deniers »222. Les clercs et commis sont en effet amenés à manier des sommes considérables : Huet est censé rassembler 118 200 lt en 1523. Entre le 4 août 1524 et le 2 février 1525, pour l’Extraordinaire des guerres, Loys Dupuy brasse 116 369 lt. En quatre jours seulement, du 17 au 20 février 1525, Pierre Béranger (ou Barangier) reçoit 34 027 lt223. Certes, il ne s’agit pas exclusivement de métal car les clercs manient aussi du papier. A preuve, pour un récepissé de Loys Dupuy, la mention expresse qu’une somme de 15 343 lt reçue par lui comprend « une cedulle de Charles du Crest ». Cependant, dans la mesure où il s’agit de payer des troupes, nul doute que les espèces constituent l’essentiel des fonds en jeu. Le maniement des fonds est évidemment une activité à risque. En 1548 le commis du receveur des aides de Thouars se fait dérober 8 600 lt par quatre voleurs de grand chemin. En 1537, un clerc de finance de la recette générale de Languedoïl est détroussé par des Milanais, apparemment dans le royaume, des 6 000 écus qu’il portait à Tournon. Ce vol entraîne l’octroi par le roi de lettres de marque pour une somme équivalente224. Par précaution, lors des traversées de secteurs dangereux, le personnel se fait escorter. Des clercs de l’Extraordinaire des guerres, en 1527, reçoivent à Lyon 13 757 lt et font « porter ladicte somme en Italie sur six muletz, prenant pour escorte à Suze et de garnison en garnison trente che-vaulx ligiers pour la conduicte dud. argent en seureté, selon la coustume ». Ils apportent ainsi les fonds au camp près d’Alexandrie225.

  • 226 À titre de comparaison, la remarque formulée à propos de l’échec d’un commis du grand marchand Sim (...)
  • 227 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).
  • 228 A.N. M.C. VIII 43 (16-6-1525) et LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 577-578.

87En raison de l’importance des enjeux, il est hautement souhaitable de disposer d’un personnel fiable et compétent. Connaître sa formation est difficile. Nul doute que l’essentiel ne s’acquière sur le tas. C’est en pratiquant que se dégagent – ou non – les aptitudes réelles des clercs et commis226. En 1521 Jehan Prévost, chargé de l’Extraordinaire, est « pressé par les parens et amys [de Pierre Guérin] l’employer en quelque partie de sa charge ». Prévost y consent. Il lui donne une assignation à recouvrer et, « pour luy donner occasion de soy advencer et à ce qu’il ne peust prandre excuse, luy fust envoyé par led. [Prévost] ung nommé Jehan de Malerippe, par l’exortacion duquel il peult avoir faict quelque peu de dilligence »227. A l’évidence, Malerripe est envoyé à Guérin, qui débute dans la profession, pour lui mettre le pied à l’étrier tout en surveillant ses premiers pas. Une chose semble cependant acquise : clercs et commis doivent disposer d’un bagage intellectuel minimal : savoir lire, écrire et surtout compter. Les seuls cas d’analphabétisme repérés dans le personnel des guerres concernent des commissaires des guerres, qui n’appartiennent pas au personnel financier, mais au contrôle des troupes. Le 16 juin 1525, Nicolas Pelot, commis extraordinaire du contrôleur général des guerres fournit un témoignage sans ambiguïté : il certifie avoir « bonne congnoissance d’un nommé Anne Peloux, commissaire ordinaire de la guerre, et dit que plusieurs foiz il luy a veu faire des monstres de gensdarmes et gens de pied et (…) led. Anne Peloux n’estoit point clerc et ne signoit point de son nom les rolles dont il avoit fait les monstres desd. gensdarmes, mais les faisoit signer au premier homme qui trouvoit qui sçavoit estre propre, et faisoit mectre pour signature desd. roolles Anne Peloux ». Pelot « a plusieurs foiz signé à sa prière et requeste et signoit Anne Peloux (…) ; depuis il a fait faire ung cachet aud. Peloux pour signer lesd. roolles ». On trouve trace effectivement dans les papiers de Morelet de Museau d’un récépissé d’Anne Pelloux du premier août 1521 « signé, à sa requeste, Milhet », et de deux blancs-seings de 1522 « scellez du seel de ses armes », ce qui signifie de toute évidence une absence de signature228. Pour les commis des officiers de finances, rien d’équivalent n’est possible.

  • 229 Voir des exemples dans A.N. J 965, 4/8 : envoi de 85 503 lt et non de 83 503 lt ; Z1a 64 (14-11-15 (...)
  • 230 Chéruel, Ormesson, p. V.
  • 231 A.N. J 967, 12/5 [7-6-(1536-1538)].
  • 232 O.R.F., t. VI p. 221 (7-2-1532).

88En revanche peut-être certaines des erreurs d’addition qui fleurissent dans les documents du temps leur sont-elles imputables229. Cependant la tenue des comptes n’a guère de secrets pour eux. Certains sont d’ailleurs chargés par l’officier qu’ils servent de le représenter devant les instances de contrôle. Olivier Lefèvre, commis du trésorier de l’Épargne André Blondet, « rendoit tous les comptes à la Chambre et deschargeoit son maistre d’une grande partie de la peine » que cause la mise au net de la comptabilité230. Il faut là encore se tourner vers un officier pour trouver de sérieuses lacunes. Le trésorier des salpêtres Jehan de Raconis, qui se vante d’être depuis quarante-quatre ans « au service des Rois », affirme au chancelier que, s’il y a des erreurs dans ses comptes, « ce ne seroit point de malice, et ne pourrait estre que par oubliance et faulte d’avoir hanté les finances pour bien coucher [ses] parties »231. Aucun officier n’accepterait d’un de ses commis une telle excuse. Ces derniers doivent pour finir être « congnoissans et bien expérimentez ou faict des monnoyes » puisqu’ils en manient de grandes quantités. Le pouvoir royal, dans le cas du personnel de l’Épargne, appelle le trésorier à choisir des clercs experts en ce domaine, « à ce que aucun mesconte, tare ou faulse monnoye, tant d’or que d’argent, ne soit pas faicte à la réception et distribucion des deniers »232.

b. Les lieux de travail

  • 233 En 1544, Artus Prunier, trésorier et receveur général de Dauphiné, loge à Grenoble à la « trésorer (...)
  • 234 A.N. M.C. CXXII 1048 (11-7-1534). Mobilier appartenant à un clerc de Pierre Legendre logé dans l’h (...)
  • 235 Hervier, Legendre, p. 182-183. Sur le receveur général travaillant avec son personnel dans son hôt (...)

89Si le personnel du trésorier de l’Épargne dispose de locaux professionnels -le trésor du Louvre – pour certaines de ses activités financières, il s’agit d’une exception233. L’essentiel du labeur s’accomplit dans les « bureaux » qui trouvent place dans les logis des officiers responsables. Les biens de l’ex-receveur général de Languedoïl Jehan Sapin sont inventoriés, après saisie, dans son logis près des Bernardins. Une partie de ce qui s’y trouve n’appartient pas à Sapin. Outre des biens de sa femme et de ses gendres François Alamant et Bénigne Serre, tous deux dans la finance d’ailleurs, les responsables de la saisie notent que certains sont la propriété d’ » Anthoine Potarde, Michel Peschart, Estienne Girolle, Jaques Le Roy et Jehan du Cloiset, clercs serviteurs (…) dud. Sappin, [biens] laissez en la maison dud. Sappin, eulx estans à son service »234. Il s’agit, à coup sûr pour trois d’entre eux, et sans doute pour les cinq, de son personnel financier. Chez le trésorier de France Pierre Legendre, l’inventaire après décès permet de repérer le « comptouer des clercs estant joignant la grant viz soulz le bout de la gallerie neufve sur la cour de devant ». Le bureau de Legendre n’est pas loin, « estant au premier estage du grant corps d’hostel neuf près la grant viz », ce qui facilite les contacts235. Malgré la proximité des localisations, l’opposition sociale est cependant nette entre le premier étage du bâtiment principal et « le bout de la gallerie neufve ». Mais les clercs sont malgré tout fort éloignés des communs établis au fond de la cour de derrière.

  • 236 A.N. M.C. CXXII 14 (29-6-1529), 15 (8-10-1529) et 1132 (29-3-1533), LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3 (...)
  • 237 A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543).

90Ils ne constituent pas pour autant un monde à part. Fréquemment chargés de tâches complémentaires au service de leur maître, ils appartiennent en fait à la familia. Voici Geoffroy Le Vasseur, clerc d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgue, qui réside dans son hôtel parisien avant même que celui-ci ne devienne général de Languedoïl. Dans les tâches liées à cette nouvelle fonction, on suit Le Vasseur de 1529 (récupération d’archives lors de l’entrée en charge) jusqu’en 1543, année de la résignation de Bohier : il paye en mars une somme due à Robert Hoguet, un autre clerc de Bohier. Parallèlement, Le Vasseur seconde son maître dans la gestion de ses biens comme dans le suivi de ses procès. Il le fait toujours en 1550, résidant désormais à Tours comme Bohier lui-même, sans qu’il soit possible de déterminer si ce dernier héberge toujours son factotum236. Clercs et commis se mêlent quotidiennement à la famille du grand officier ainsi qu’à ses domestiques et serviteurs. Le testament de Robert Hoguet, le clerc auquel on vient de faire allusion, le montre bien : il multiplie les legs aux domestiques de Bohier, à son cuisinier, son « lacquectz », son organiste, son barbier, son palefrenier, ou au page de sa femme237.

  • 238 A.N. M.C. XIX 44 (25-7-1517) et XIX 54 (fin de liasse, sans date, acte déchiré au début et à la fi (...)
  • 239 A.N. J 958 n° 12. Les « Lyonnais » (Jehan Prunier, Robert Albisse) ont un domicile parisien. Peut- (...)

91Cependant le domicile du maître n’est que le point central d’une vie professionnelle qui conduit nombre des clercs et commis sur les routes du royaume et des pays proches. Au service de Morelet de Museau, haut responsable des finances militaires, Raoul de La Faye arpente pendant cinq ans les chemins « tant delà les montz en Ytallie que deçà les montz et en plusieurs voyaiges qu’il a faictz à Lyon, Bloys, Amboise, Tours, Normandie, Picardie et autres villes et lieux devers le Roy et les gens de ses finances ». Quant à Ambroise Le Moyne, autre commis de Morelet, il œuvre « à Lyon, Normendie, Bourges, Guyenne et autres parties de ce Royaume »238. Comme tous ceux qui travaillent pour la guerre, de La Faye et Le Moyne connaissent un rythme d’activité lié aux opérations militaires. En période de paix, beaucoup regagnent leur domicile personnel. Sur 57 commis, clercs et autres comptables de Morelet que la justice veut interroger et qui sont localisés au milieu des années trente, 36 (63 %) habitent Paris. Les autres, soit 21 personnes, se répartissent dans la France du Centre-Ouest entre Vendôme (4), Châteaudun (1), Orléans (3), Blois (6), Tours (3), Langes (sans doute Langeais) (1) et Bourges (3)239.

  • 240 A.N. J 967, 73 [27-6-(1537)] ; ROTT, Représentation, t. I, p. 288 ; Tournon, Correspondance, n° 31 (...)

92Il n’y a pas d’opposition en matière de déplacement entre les subalternes et les grands officiers, forts mobiles eux aussi, on le verra. Il est malheureusement très difficile, faute de documents probants, de saisir comment s’articulent les déplacements des officiers et ceux de leurs clercs, sauf à dire, de façon très vague, qu’il s’agit à coup sûr de deux mobilités complémentaires. Lorsque le trésorier de l’Épargne Guillaume Preudhomme est à Paris en juin 1537, son commis principal et gendre, Jehan II Duval, est auprès du roi à Fontainebleau. Quand Preuhomme suit la Cour, Duval est envoyé en mission, peut-être en Suisse dès juillet, et à coup sûr en Piémont à la fin d’août pour convoyer 40 000 lt destinées à Jean d’Humières, le lieutenant général de la province240.

c. Hiérarchies et spécialisations

  • 241 Chéruel, Ormesson, p. V.
  • 242 A.N. Z1a 44 f°262 (19-6-1518).
  • 243 A.N. M.C. CXXII 1057 (25-1-1540).
  • 244 A.N. Z1a 57 f°209v° (19-4-1532).
  • 245 A.N. M.C. CXXII 1049 (4-10-1534).

93L’allusion à l’existence d’un commis principal met en évidence la diversité du monde des clercs. Entre eux existe une hiérarchie qui facilite la transmission des ordres et la prise d’initiative. C’est sans doute au caractère tardif du témoignage que l’on doit la désignation d’Olivier Lefèvre comme « premier commis » du trésorier de l’Épargne André Blondet sous Henri II241. Si le terme manque dans la première moitié du 16e siècle, la réalité est là : à la recette générale d’Outre-Seine, en 1518, Jaques de Montdoré, par ailleurs notaire et secrétaire du roi, est « commis général » du receveur Jehan Ruzé242. Deux clercs suivant les finances du roi sont employés par Clérambault Leclerc, responsable de la recette générale de Languedoïl au recouvrement de deniers du quartier de la taille d’octobre 1539. Ils remettent les fonds non pas à Leclerc, mais à Jehan Legendre. S’ils ne désignent ce dernier que comme « clerc », tout laisse cependant à penser qu’il est chargé de centraliser les fonds pour son maître, et donc situé plus haut dans la hiérarchie que ceux qui ont récolté l’argent243. Bien souvent l’officier se contente d’une mise au point avec le « chef » de son personnel. Un clerc du receveur général de Guyenne Malras affirme que « les payemens faictz au commis (général) doibvent acquicter les clercs et commis particuliers comme s’ilz estoient faicts aud. Malras »244. A la trésorerie de l’Ordinaire des guerres, sous Jehan Grolier, Guy de la Maladière est responsable des dépêches fournies à l’ensemble des clercs « pour leur bailler assignacions pour le paiement des compagnies dont ils avoient la charge »245. Nul doute qu’à cette place stratégique il ne joue un rôle pivôt : les clercs qui souhaitent n’avoir pas trop de problèmes en allant au recouvrement ont intérêt à s’attirer ses bonnes grâces.

  • 246 A.N. Z1a 66 f°392-393 (30-7-1541).
  • 247 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529) ; M.C. III, 2 (8-7-1529). Même chose pour Jehan Prunier, commis de (...)

94Pour l’Extraordinaire des guerres, l’ampleur du personnel et de la tâche accentuent sans doute les hiérarchies. Sous Martin de Troyes, Pierre Bourguignon est mentionné par Hubert Guilloreau « comme administrateur et estant superintendant sur les clercs qui estoient en Piedmont pour faire les payemens ». Et Guilloreau, chargé du paiement de 200 chevau-légers, d’ajouter qu’il « n’es-toit que varlet, au moins simple clerc dud. Bourguignon, qui est comme général en Piedmont et principal payeur »246. Le témoignage du clerc François Troillard donne de précieux éléments sur l’organisation au temps de Gaillard Spifame. Celui-ci dispose en 1527 d’un commis à Lyon, Ambroise de Nogent, et de deux commis principaux en Italie, Jehan Bertrand et Jehan Turquam, « led. Bertrand aux papiers en chief et Turquam soubz led. Bertrand à la recepte des deniers ». C’est à eux que les nombreux clercs qui font la navette entre le royaume et l’Italie ont avant tout affaire. Un homme comme Bertrand a d’ailleurs son propre personnel, comme « Pierre Le Maistre, esleu de Dourdan, qui a esté clerc de feu Jehan Bertrand (…) qui avoit et a eu charge de là les mons soubz led. Spifame »247.

  • 248 À un niveau beaucoup plus modeste, certains clercs se spécialisent aussi dans la péninsule, comme (...)
  • 249 A.N. M.C. XIX 177 (8-4-1549).
  • 250 A.N. M.C. XIX 169 (12-7-1546).
  • 251 B.N. fr 3876 f°297. Sur Albisse, voir Hamon, Argent du roi, p. 144-146.
  • 252 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 63, 149, 170, 288… ; XIX 151 (23-1-1539) ; B.N. f (...)
  • 253 Le Page, Finances bretonnes, p. 162 note 112.

95L’étendue des espaces à maîtriser impose donc des spécialisations géographiques, comme celles de Bourguignon et Bertrand en Italie248. Les (rares) expéditions lointaines imposent aussi de déléguer les responsabilités. Jehan Joise est ainsi « commis au pays d’Escosse soubz [Jaques] Veau en l’Extraordinaire de la guerre » en 1545249. En France même, en raison de l’importance des distances, le phénomène se retrouve, en particulier aux frontières. En 1543 et 1544, Zacarie Girard, qui habite Bayonne, prend ainsi en charge le maniement des fonds de l’Extraordinaire des guerres en Pays Basque250. Le rôle de carrefour – géographique et financier – de Lyon fait que le cas d’Ambroise de Nogent, commis en cette ville pour Spifame, n’est pas isolé. Plusieurs personnages, disposant d’une surface financière non négligeable, y concentrent leurs activités. Robert Albisse est commis à Lyon en 1513 à la fois pour Morelet de Museau, responsable de l’Extraordinaire des guerres, et pour Jehan Lallemant le jeune, receveur général de Languedoc251. Jehan Prunier, fils et homonyme d’un receveur général de Languedoïl, se contente pour sa part d’un office de receveur des aides et tailles en Forez. Mais, habitant la capitale des Gaules, il y sert de relais pour plusieurs commis à l’Extraordinaire des guerres (Morelet de Museau, Babou, Martin de Troyes). Il seconde aussi Jehan Laguette quand celui-ci est trésorier des finances extraordinaires et Parties casuelles252. Laguette, comme d’autres trésoriers centraux, a en effet besoin d’antennes dans l’ensemble du pays. Ainsi Hubert Gonneau est-il en 1542 son commis pour la Bretagne253.

  • 254 A.N. Z1a 66 P332 (22-6-1541).
  • 255 A.N. M.C. CXXII 1047 (22-4-1534) ; A.N. Z1a 53 f°97v° et 109. Sur Le Courtillier : A.N. M.C. VIII (...)
  • 256 On trouve de telles subdivisions également au niveau local. Ainsi il existe un commis à faire veni (...)

96À l’inverse, pour les receveurs généraux, c’est Paris qui sert de pôle d’attraction. François Chefdebien, en 1531, « estoit simple clerc et commis de Testu », le trésorier et receveur général de Languedoc, « lequel tenoit icellui Chefdebien à Paris pour tenir le compte des deniers qu’il envoyoit journellement à l’espargne du Roy »254. L’étendue des recettes générales oblige également les officiers à diviser leur circonscription et à charger leur personnel de secteurs déterminés. En Outre-Seine, où Estienne Besnier est receveur général, Thomas Parent est « clerc dud. Besnier de la recepte de Chartres, Estampes, Montfort l’Amaulry et autres lieux » : la cohérence géographique est nette. Toujours en Outre-Seine, peu auparavant, Dreux Le Courtillier, connu par ailleurs comme bourgeois de Paris, a en 1528 « la charge de faire venir ens et recouvrer les deniers du quartier de Tonneroys et Auxeroys »255. L’évocation d’un « quartier » souligne l’existence de cadres assez stables. Il s’agit probablement, comme le montre le cas de Parent, de regroupements de recettes locales256.

  • 257 A.N. Z1a 59 f°102v°. Sur la distinction entre clerc et commis, voir Bernard Barbiche, « L’administ (...)
  • 258 A.N. M.C. XIX 65 (22-1-1532).

97Des nuances subtiles existent au sein du personnel, qui bien souvent doivent nous échapper, faute de connaissances précises. Comme souvent, un procès permet de les entrevoir. Au début de 1534, un litige oppose devant la cour des Aides Pierre Tarteret, ancien commis à la recette générale de Languedoïl, et le receveur des aides de Châteaudun et Bonneval. Ce dernier désigne Jehan de Cingy, qui a reçu des fonds pour Tarteret, comme l’un de ses « clerc et commis ». Or Tarteret récuse cette appellation. Pour tenter de dégager le plus possible sa responsabilité dans les agissements de Jehan de Cingy, il affirme que « tous les clercs allans au recouvrement ne sont pas commis »257. Au delà de ces subtilités, dont l’intérêt judiciaire ne semble pas négligeable, reste que, dans l’urgence, hiérarchies et surtout spécialisations sont souvent mises à mal. Florimond Le Charron, commis de Jehan Carré au paiement des officiers domestiques, est ainsi mobilisé ponctuellement en 1530 pour payer un transfert de fonds de la recette générale de Normandie que gère également Carré258. Le personnel est-il si rare ? Il ne faut pas conclure trop rapidement sur ce point, d’autant qu’il s’agit d’un simple versement de 92 lt. Mais il convient, pour des raisons d’efficacité et pour gagner du temps sans doute, d’utiliser celui qui est disponible, avec les fonds de sa caisse si nécessaire.

2. Les officiers et leur personnel

a. Préalable : le commis suppléant ou auxiliaire ?

  • 259 A.N. M.C. XIX 38 (22-2-1514) et CXXII 13 (26-11-1527). Sur Mahieu, voir aussi XIX 49 (24-6-1520) e (...)
  • 260 A.N. J 968, 12/2 [12-7-(1538)] ; C.A.F., t. VIII n° 32787 et 32790.
  • 261 A.N. J 965, 7/1 (15-5-1537) ; M.C. XIX 179 (27-10-1549). Entre ces deux dates, Gelé est devenu con (...)

98En règle générale, pour les grands offices de finances, le commis est un subordonné et non un remplaçant. Seule la trésorerie de Milan donne lieu à une délégation. Jehan Mahieu, qui apparaît comme simple clerc de Jehan Grolier, le titulaire, en 1514, devient avec la reprise en main du duché à partir de 1515 « commis [de Grolier] à l’exercice dud. office » à Milan259. Ceci se produit alors que Grolier n’est pas encore trésorier de l’Ordinaire des guerres. Hormis cette exception, qui se situe hors du royaume, il faut en effet un cumul de grands offices, cas rare, pour repérer d’autres suppléances. Guillaume Preudhomme est en même temps général de Normandie et trésorier de l’Épargne. Même si le premier office n’est pas comptable, il entraîne cependant une implication directe dans les circuits de l’argent. Preudhomme, qui consacre l’essentiel de son attention à l’Épargne, délègue le plus possible ce qui regarde la Normandie. Le premier concerné est son gendre Jehan II Duval, lequel d’ailleurs l’épaule aussi à l’Épargne. En juillet 1538, Duval verse à l’Extraordinaire des guerres 5 400 écus « des deniers de Normandie dont il a charge ». Proviennent-ils de la levée sur les villes pour la solde des gens de pied ? Le roi en a chargé le général Preudhomme par commission le 4 mars précédent mais huit jours plus tard il l’a autorisé à se faire remplacer par un commis260. Pour Martin de Troyes, qui gère parallèlement deux charges comptables, le cumul est plus délicat encore. L’Extraordinaire des guerres l’occupe en personne et c’est Jehan Gelé qui lui sert de commis pour la recette générale de Languedoc. La place financière de Lyon sert évidemment de point d’intersection entre les deux activités. Est-ce le poids de l’habitude ou une conséquence du déclassement des receveurs généraux ? Au début du règne d’Henri II, Gelé est toujours commis à Lyon de Martin de Troyes. Ce dernier, retiré de l’Extraordinaire, n’est plus alors que le receveur général d’une des trois circonscriptions issues de l’ancien Languedoc, celle de Lyon précisément261.

  • 262 C’est sans doute le choix de Jaques Charmolue, receveur des tailles à Meaux, repéré comme tel jusq (...)
  • 263 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 204-212, 235-261 et 594.
  • 264 A.N. M.C. CXXII 1047 (11-6-1534).
  • 265 L. et S. t. I notice 22. Le flou des dates pour la détention de nombreuses fonctions interdit d’af (...)
  • 266 Les seuls cas connus sont ceux qui correspondent à des fonctions que Babou a exercées en personne  (...)
  • 267 C.A.F., t. VII n° 28051 (octobre 1531).

99Si le cumul des grands offices est peu fréquent, en revanche l’association de l’un d’entre eux avec des charges de moindre importance se rencontre souvent. Certes, il arrive parfois que l’accès au grand office, vécu comme une consécration, entraîne l’abandon de nombreuses charges subalternes, d’autant que leur liquidation peut aussi aider à financer la nouvelle acquisition262. Mais c’est loin d’être toujours le cas. Le grand officier confie alors à des commis ces offices secondaires, mais profitables. Morelet de Museau commet Abel Le Roy au contrôle du grenier de Sancerre quand il est responsable de l’Extraordinaire et Jehan Paris à la recette des gages de la Chambre des comptes lorsqu’il est trésorier de l’Ordinaire263. Martin de Troyes, qui n’est pas encore commis à l’Extraordinaire, se fait remplacer par Bertrand de la Mothe pour le paiement d’une compagnie de 80 lances264. Le « cumulard » Philibert Babou est certainement dans le même cas. Il contrôle en effet plus ou moins longuement une demi-douzaine d’offices : trésorier de France, trésorier de l’Épargne, contrôleur général des finances, il est également grenetier de Bourges et titulaire de plusieurs offices financiers relevant de l’Hôtel. A cela s’ajoutent de fréquentes commissions, depuis l’Extraordinaire des guerres jusqu’à un poste de secrétaire des finances, et la gestion des caisses de Louise de Savoie. Cela fait beaucoup, même si Babou n’exerce pas toutes ces charges en même temps265. Malheureusement l’imprécision des données sur son personnel empêche de déterminer qui le supplée dans telle ou telle tâche266. À un niveau moindre, d’autres officiers monopolisent eux-aussi un nombre impressionnant d’attributions : ainsi Jaques Ragueneau, receveur des tailles en Poitou et commis aux mortes-payes de Guyenne reçoit-il l’ordre de verser des fonds provenant de ces deux charges, mais également du paiement des grosses pensions d’Allemagne, de la trésorerie de la Marine de Provence et des amortissements267. Il lui est évidemment impossible d’exercer en personne toutes ces fonctions.

  • 268 C.A.F., t. I n° 318 et 452 ; A.N. M.C. XIX 41 (4-10-1516) et XIX 44 (17-5-1517).
  • 269 Spont, Semblançay, p. 184 note 2.
  • 270 C.A.H, t. II n° 2576, 3224 et 3580.

100Lorsqu’un grand officier est absent, en particulier s’il exerce des responsabilités territoriales, il est aussi contraint de déléguer ses pouvoirs. Mais il s’agit de délégation partielle, à l’image de celle de Preudhomme pour la Normandie en 1538. Pour un autre général, Raoul Hurault, au début du règne, l’attitude est la même. Le 23 juillet 1515, un mandement royal charge Hurault de traiter avec les marchands pour la fourniture des greniers à sel en Outre-Seine, Bourgogne et Picardie. Tâche importante certes, mais qui ne représente qu’une facette de son activité. Or le général est obligé de suivre le roi en Italie et la commission est transférée à Guy Pignard, notaire et secrétaire du roi. La lettre royale, bien tardive, est du 28 mars 1516, et la commission, signée « du seing manuel » de Hurault, du premier avril suivant. En fait Pignard continue à agir bien après le retour d’Italie de son supérieur, au moins jusqu’au printemps 1517 : de suppléant, il devient en fait auxiliaire268. Dans certains cas, c’est à un autre officier qu’a recours le titulaire absent. En 1522, Henri Bohier, général de Languedoc, est en mission en Suisse. C’est alors son frère Thomas, lui aussi général des finances, qui se charge d’une correspondance avec les élus du Lyonnais269. En 1548, Charles de Pierrevive, trésorier de France en Languedoc, passe d’Italie, où est le roi, en Guyenne. Il doit y organiser le ravitaillement des troupes chargées de la répression de la révolte de la gabelle. Pendant ce temps son frère Anthoine, contrôleur de l’Argenterie, accomplit, sans doute à sa place, des missions financières dans sa circonscription, essentiellement en Lyonnais270. Ces échanges de service entre proches parents ne relèvent plus vraiment de la relation officier-commis. D’ailleurs ils ne sont probablement pas rémunérés.

b. Les gages

  • 271 A.N. M.C. XIX 61 (12-6-1527).
  • 272 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 70 (paragraphe 23).
  • 273 Voir sur ce point Chevalier, Tours, p. 438-439.
  • 274 A.N. M.C. CXXII 1047 (11-6-1534) ; Béchu et al., Minutes du 15e siècle, n° 2805 ; A.N. M.C. XIX 72 (...)
  • 275 A.N. M.C. VIII 47 (12-2-1535) ; Le Page, Finances bretonnes, p. 552.

101Pour les commis en titre en revanche, il faut évidemment convenir d’un salaire. Pour le suppléant, l’apparence plaide parfois en faveur du versement des gages royaux à celui qui exerce l’office. C’est du moins le cas pour la charge d’élu, qui implique formation et activité judiciaire. Le 12 juin 1527, Nicolas de Saimbault, élu de Beauvais et futur commis à la recette générale de Picardie, institue « noble homme et saige maistre Nicole Chofflart, licencié en loix, avocat en court laye à Beauvais », son lieutenant comme élu, suivant l’autorisation que le roi lui a donnée en vertu de lettres de non-résidence du 25 avril précédent. Tous les « prouffictz, revenuz et esmolumens acoustu-mez » de l’office sont censés revenir à Chofflart. Ceci, c’est pour la façade, et sans doute pour respecter les exigences de la lettre royale. En fait un second acte révèle la véritable nature financière de la transaction. Saimbault se réserve les « gaiges, chevauchées et tauxacions » dont Chofflart « ne pourra aucune chose avoir et prandre ». Il se rattrapera sur les épices271. Pour les offices comptables, ces pudeurs ou ces prudences ne sont pas toujours de mise. Chacun sait, à l’instar des auteurs d’un projet de réforme de 1522-1523, que le commis dans une recette « prend les prouffictz des quitances » et que les gages vont au titulaire272. Ce dernier d’ailleurs ne laisse pas toujours la totalité des profits annexes, parfois considérables, au mercenaire qui accomplit le travail273. En fait les accords font preuve d’une grande variété dans la répartition des profits. Il est des cas – rares – de partage des gages par moitié : ainsi en 1534 entre Martin de Troyes et Bertrand de la Mothe, pour le payement d’une compagnie de quatre-vingts lances. Plus souvent un montant fixe est versé par le titulaire : en 1496, Jehan Duchemin se voit promettre 50 lt par an par Jaques Charmolue pour gérer en son nom la recette des tailles de Meaux. En 1533 le commis du receveur des tailles de Chartres doit toucher 60 lt sur les gages, somme à laquelle s’ajoutent ici « tous les droiz de quictance »274. Dans d’autres cas c’est l’officier qui préfère se réserver une somme forfaitaire. Un office de payeur de 80 lances rapportera ainsi 300 lt chaque année à Jehan Grossier à partir de 1535. En 1521, Gilles Lesné, receveur des fouages de Cornouaille s’assure 800 lt par an275. Ce dernier cas est d’ailleurs passionnant : Lesné en effet ne se contente pas d’une somme d’argent, qui doit lui être versée à domicile, à Amboise. Il y ajoute, en un étonnant plagiat, de véritables suffrages : ses commis doivent en effet lui remettre également deux charges de chapons à Nantes !

  • 276 Chéruel, Ormesson, p. VI.
  • 277 A.N. M.C. XIX 177 (8-4-1549).
  • 278 A.N. M.C. XIX 87 (21-6-1544).
  • 279 A.N. M.C. XIX 146 (27-8-1533).
  • 280 Gilles de Gouberville vient à Blois en février 1556 pour tenter d’obtenir un office. Ses démarches (...)

102Clercs et commis qui servent comme auxiliaires des grands officiers sont eux aussi en droit d’attendre un salaire pour leur labeur, qui les conduit si souvent sur les chemins du royaume et des pays voisins. Les chiffres précis sont assez rares. Sous Henri II, le principal commis du trésorier de l’Épargne André Blon-det gagnerait environ mille écus par an276. Il s’agit ici d’un montant exceptionnel, à l’image de la fonction occupée, peut-être amplifié par le souvenir puisque le chiffre émane des mémoires du fils de ce commis. En 1549, le règlement financier entre un ancien trésorier de l’Extraordinaire des guerres et le frère d’un de ses commis décédé inclut comme il se doit les « salaires du défunct », outre ce que touche le survivant « pour ses peines d’avoir dressé les pappiers de feu son frère […] et de ce en avoir pour [lui] rendu compte »277. Anthoine Taillandier, ancien commis du trésorier de l’Extraordinaire de l’artillerie Es-tienne Martineau, souhaite rendre compte en 1544 « de ce qu’il a administré soubz luy en lad. charge ». Il espère bien qu’à cette occasion Martineau lui règlera « ses frais, mises et despenses par luy faictes pour faire expédier les acquictz d’icelluy Martineau des voiages de Naples [1527-1528], de monseigneur de Sainct Pol en Lombardie [1528-1529] et autres, et aussi en payant led. Taillandier de ses peines, sallaires et vaccations d’avoir esté son commis durant les années dont il a à compter »278. Visiblement, le lien est direct entre apurement de la situation financière et versement du salaire. Dans les recettes générales, le salaire se justifie également par des transports de fonds, ou encore par le comptage des deniers. Jullien Regin, clerc suivant les finances, est embauché par le responsable de la Languedoïl orientale Guillaume de Moraines. Il touche en août 1533 259 lt pour « avoir compté en la ville de Clermont en Auvergne » la somme de 63 952 lt « et icelle conduicte dud. lieu de Clermont jusques en ceste ville de Paris au chastel du Louvre »279. Le salaire paraît important, mais il inclut les frais de transport qui, pour une telle somme et sur une telle distance sont très lourds. Comme souvent, la distinction entre le salaire au sens strict et le remboursement des frais engagés par le clerc dans l’exercice de sa charge est impossible. D’autant qu’il n’est sûrement pas rare que des subalternes jouent sur leurs notes de frais pour arrondir leurs revenus. Sans parler des ressources complémentaires que leur situation leur permet sûrement d’obtenir280.

  • 281 B.N. fr 2930 f°129v° et 110 v° ; A.N. KK 78 n° 2.
  • 282 C.A.F., t. I n° 3107 et t. II n° 5262, 5432, 5800… pour Breton ; A.N. M.C. XIX 150 (25-6 et 4-7-15 (...)
  • 283 A.N. M.C. CXXII 12 (9-6-1527).
  • 284 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).
  • 285 A.N. X3a 36 (23-10-1528).

103Il est également délicat de déterminer ce qui est payé par l’officier sur les ressources qu’il tire lui-même de sa charge et sur ce qui provient directement des caisses royales. La monarchie prévoit des fonds à distribuer aux clercs : pour ceux du général et du receveur général de la province, 100 lt en 1502 en Picardie et autant en Languedoc l’année suivante : un même chiffre, alors que les fonds maniés varient du simple au décuple d’une région à l’autre. 250 lt sont allouées également en 1504 pour les clercs du changeur du Trésor et des quatre trésoriers de France281. Les frais d’écriture des clercs du secrétaire des finances Jehan Breton ou les frais de transport de la recette générale de Picardie sont aussi pris en charge par le roi282. En revanche, quand des frais pour le recouvrement de fonds en Normandie en 1523 sont taxés par accord entre le clerc concerné et les trésoriers des guerres qui l’ont envoyé, il est bien difficile de trancher283. Nul doute cependant que, pour les commis comme pour leurs maîtres, les rentrées ne soient aléatoires et souvent tardives. Les subalternes se plaignent de la mauvaise volonté des officiers. Dans un procès contre Prévost, le clerc Pierre Guérin rappelle que « les clercs preignent leurs sallaires sur leurs maistres par compte privé et séparé et le plus souvent les maistres retiennent le saillaire desd. clercs, comme s’efforce faire led. [Prévost] »284. Le chantage au règlement de compte sert apparemment de moyen de pression sur les officiers pour obtenir quelque argent. Mais il faut parfois attendre des lustres pour être payé, comme le cas d’Anthoine Taillandier l’a déjà montré. En 1528, négociant avec les héritiers du trésorier de l’Ordinaire des guerres Geoffroy de la Croix, son ancien commis Jehan du Chemin réclame un salaire pour une période antérieure à 1510285.

  • 286 A.N. M.C. XIX 44 (25-7-1517).
  • 287 L. et S. t. II planche XVII ; A.N. M.C. XIX 49 [31-3-1518 (au dos d’un acte du 20-6-1520) et 3-7-1 (...)
  • 288 Un autre exemple de largesse : les legs considérables faits par Pierre Legendre à trois auxiliaire (...)

104Dans quelques cas exceptionnels cependant, le maître tient à récompenser somptueusement celui qui le sert. En 1517, Morelet de Museau donne à Raoul de La Faye rien moins que la maison à quatre corps d’hôtel, rue Vieille du Temple, où La Faye réside depuis trois ans. Il accomplit cette largesse pour « plusieurs bons, louables et très recommandables services qu’il luy a faiz depuis cinq ans en ça […], le tout pour les plus grans et principaulx affaires dudit maistre Morelet […], mesmement pour le fait des comptes dud. me Morelet de l’extraordinaire de la guerre [et] de plusieurs autres offices, charges et commission envers le Roy »286. Suit un long développement général qui décalque d’assez près le discours monarchique employé en pareille circonstance. Il est vrai que La Faye n’a rien d’un obscur clerc de finance. Il est lors du don receveur des aides d’Évreux et trésorier des archers de la garde française et deviendra notaire et secrétaire du roi, seigneur de Crèvecœur-en-Brie et de Maudegris. Il épouse Jehanne de Bidant, fille et petite-fille de secrétaires du roi, petite-nièce d’un général des finances et belle-sœur de Pierre d’Apestéguy287. De la Faye appartient en définitive au même monde que Morelet. On ne voit pas, pour finir, que ce généreux don cache une sordide combinaison financière, sinon, bien sûr, celle qui consiste, par la largesse même, à s’attacher plus étroitement un homme d’avenir288.

c. Des relations financières complexes

  • 289 Voir Kerhervé, État breton, p. 764. Sur d’autres formes de participation à la mobilisation des fon (...)
  • 290 Dépense : 531 214 lt ; recette : 522 418 lt : A.N. M.C. XIX 153 (13-2-1540).
  • 291 Nombreuses allusions dans les papiers Morelet : A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 6 (...)
  • 292 Ibid., cote 533.

105Celles-ci vont évidemment bien au-delà des gages que le « salarié » reçoit de son employeur. L’implication financière des clercs et commis passe probablement par des avances aux caisses que gère leur maître289. Ces avances sont souvent difficiles à prouver. Mais la présomption est forte lorsque Jaques Sé-guier, commis sous Jehan Carré à l’Extraordinaire des guerres de janvier à juillet 1524, se trouve, par son compte, créancier de quelques 8 796 lt. Lors de leur reddition de compte, à la fin de 1526, Carré et Séguier se mettent d’accord sur les modalités du remboursement du commis290. Plus net encore est, toujours à l’Extraordinaire des guerres, le cas de Jehan Prunier, alors receveur de Poitou, et qui sert sous Morelet291. Le 24 février 1512, Lambert Meigret, autre commis de Morelet, promet payer ou faire payer Prunier par ce dernier, pour la somme de 1 200 lt « qui prestée luy avoit esté par icellui recepveur pour les affaires dud. Morelet »292.

  • 293 A.N. M.C. XIX 151 (20-3-1539).
  • 294 A.N. Z1a 64 (12-10-1538). L’histoire ne s’arrête pas là car Le Myre met Carré en procès pour obten (...)
  • 295 A.N. Z1a 66 f°383 (30-7-1541).

106Les ramifications des relations financières mettent parfois le personnel subalterne en position délicate. À preuve, en mars 1538, les mésaventures de Nicolas Hémardel « aiant charge de faire le payement ordonné pour la compai-gnie de monsieur le mareschal de Montejan estant de présent en Piedmont pour le service du Roy ». Il demande à Martin de Troyes, commis à la recette générale de Languedoc, 6 851 lt, suivant un acquit du trésorier de l’Épargne. Dès qu’il aura l’argent, « il prendroit la poste [le moyen de transport le plus rapide] pour aller nuyt et jour pour le deu de sa charge qui est chose pressée ». Or de Troyes constate « que led. Hémardel est clerc de Bertrand de la Mothe qui a la charge de paier la compaignie dud. sgr de Montejan ». Aussi veut-il en profiter pour éteindre une dette de la Mothe envers lui, consécutive à un prêt. De Troyes donnera « deniers contens ou mandement et rescription adressant à Jehan Gelé, son commis à Lyon » mais il exige qu’Hémardel prenne en payement une créance de 590 lt sur son maître. Le malheureux clerc réplique qu’il lui faut du métal, que ce soit à Paris ou à Lyon, et non du papier, « et que de lad. obligation il ne sçavoit que c’estoit ». Il a sans doute raison, mais de Troyes refuse de céder : « Led. de la Mothe son maistre […] de jour à autre luy a tousjours promis rabattre la somme contenue en lad. obligation sur la première assignation qui luy seroit baillée de sa charge ». On en reste là pour l’heure, et les deux parties en requièrent lettres du notaire293. Hémardel est entre le marteau et l’enclume et, pendant ce temps, les gendarmes s’impatientent… En d’autres circonstances c’est une initiative du subalterne qui place l’officier en position délicate. Guillaume Le Myre est commis par Jehan Carré en Guyenne, à charge de ne pas dépenser pour l’Extraordinaire des guerres plus que les 10 045 lt de son assignation. Lorqu’il rend ses comptes à Carré, Le Myre présente une dépense qui excède de 2 235 lt le montant fixé. Carré finit par accepter de reprendre dans ses propres comptes les dépenses faites sans son autorisation, en espérant que le roi allouera des fonds pour le rembourser. Mais il prend ses précautions : si le roi refuse, c’est Le Myre qui le dédommagera294. Bien sûr, « ung simple clerc ne doibt excéder le payement de la somme qui luy est baillée ». Mais affirmer cela, comme le font en 1541 deux responsables de l’Extraordinaire des guerres, c’est faire fi aisément des urgences et des pressions dont le « simple clerc » peut faire l’objet295.

d. Un contrôle nécessaire et difficile

  • 296 B.N. fr 5086 f°36 ; C.A.F., t. VII n° 25304.
  • 297 A.N. Z1a 64 (5-9-1539).
  • 298 A.N. Z1a 66 f°151 (19-2-1541). Mallehaire, peut-être moins coupable que ce témoignage ne voudrait (...)

107Mais il est vrai aussi que le comportement individuel des clercs est parfois répréhensible. En témoignent les errements d’un Pierre Godefroy, ce clerc des guerres qui joue – et perd – chez un particulier les fonds qu’il rapporte d’une tournée dans les recettes de Meaux et Château-Thierry296. Plus grave est le cas de Benoist Marion, clerc de Lambert Meigret, accusé de s’être fait payer des acquits et d’en avoir forgé de faux pour faire croire qu’il n’avait rien touché297. Pire encore, le comportement de Guillaume Mallehaire. Ce commis de Jacques Ragueneau, receveur de Poitou, « manye et contracte à (son) plaisir les deniers de lad. recepte » pendant six semaines après la mort du titulaire, avec la complicité de la veuve, « durant le temps qu’il avoit secrectement le corps dudict deffunct salé et embaumé ». C’est du moins la version de ses adversaires lors d’un procès298

  • 299 Deux exemples parmi beaucoup : la recette des tailles de Sens que Gaillard Spifame fait gérer par (...)
  • 300 A.N. M.C. LXXVIII, 1 (juillet 1531, acte déchiré) et XIX 38 (2-12-1513).
  • 301 A.N. M.C. LIV 20 (26-1-1545).
  • 302 O.R.F., t. I p. 57. Cette exigence, qui vient de l’administration royale elle-même, s’explique peu (...)

108Si ces débordements restent limités, l’ampleur des sommes en jeu, le caractère complexe de certaines opérations et la nécessité de rendre des comptes au roi imposent aux officiers de surveiller le plus étroitement possible leur personnel. Lors de l’entrée en charge des commis, il convient d’abord de s’assurer de leur solvabilité et de disposer de recours en cas de problème. Reprennant les pratiques de l’administration monarchique à leur compte, les officiers obligent donc leurs subordonnés à fournir des « pleiges ». Cela vaut bien évidemment dans le cas des suppléances299. Mais plusieurs indices laissent à penser que des auxiliaires sont également astreints à cette garantie. En juillet 1531, Pierre Fregaut, bourgeois de Paris, « pleige » son fils comme clerc de Jehan Valin, receveur des tailles et équivalents en l’élection de Paris, jusqu’à 1 000 lt. À la fin de 1513, c’est la mère de Philippe Colas, veuve d’un commis du contrôleur de la guerre, qui cautionne son fils entrant au service du trésorier de l’Ordinaire des guerres Geoffroy de la Croix jusqu’à la somme de 9 300 lt300. Le cas du clerc de finance Paul Bertrand est en revanche ambigu. Lorsque son oncle Simon de Montagu, curé d’Auville, déclare avoir répondu pour lui envers Jehan Turquam, receveur ordinaire de Paris, pour 400 lt, il peut s’agir aussi bien d’une dette que d’une caution301. L’incertitude est renforcée par le fait que Turquam est lui-même à la fois officier de finance et ancien commis du responsable de l’Extraordinaire des guerres. Dans la même logique, pèse, au moins sur certains subalternes, la contrainte du serment. D’après une ordonnance du 20 janvier 1515 les clercs des trésoriers de l’Ordinaire des guerres sont ainsi tenus de faire « serment sur les saincts evangilles de Dieu de bien et loyaument faire les poyemens ausdictz gens de guerre en espece de monnoye ou d’escuz, au pris qu’ilz auront cours au royaulme et sur les lieux où se fera ladicte monstre »302.

« En tes clercs pas tant ne te fie »

109lit-on dans un poème destiné aux receveurs.

110L’auteur ajoute :

  • 303 B.N. fr 4526 f°10v°.

« Et y regarde jusques à perfont. Chacun an les saiges le font »303.

  • 304 A.N. M.C. XIX 59, à la date.
  • 305 A.N. M.C. XIX 79 (20-12-1537) et 151 (20-3-1539). Il existe une affinité socio-professionnelle ent (...)
  • 306 A.N. M.C. XIX 83 (28-6-1540).
  • 307 A.N. M.C. XIX 87 (21-6-1544). Autres accords entre commis et maîtres : A.N. M.C. VIII 44 (1-4-1527 (...)

111Dans la réalité, les règlements de comptes qui ont effectivement lieu d’une année sur l’autre, comme celui du 18 juin 1526 entre Spifame et Jehan Richard pour « certains payemens de gens de guerre estans au service du Roy notre sire en ce royaulme, en l’année passée », sont peu fréquents304. Cependant, il est probable qu’ils sont plus réguliers que les mises au point entre l’officier de finance et les instances royales de contrôle, Chambre des comptes en tête, ne serait-ce que pour des raisons pratiques. Mais ici comme pour les officiers, il y a loin de la reddition à l’apurement. Nicolas de Saimbault, qui a vendu en décembre 1537 sa charge de payeur de la compagnie du gouverneur d’Orléans, règle ses comptes avec Jehan Biron, commis par lui en cette fonction, le 20 mars 1539. Créancier de son subalterne, Saimbault obtient de Biron, alors canonnier ordinaire du roi, de pouvoir se rembourser sur ses gages305. Guy Boutevant, commis du trésorier de l’Extraordinaire de l’artillerie Estienne Martineau, se reconnaît débiteur de 984 lt le 24 octobre 1528, à cause de restes « de la charge qu’il avoit faicte soubz luy pour l’extraordinaire de l’artillerie ou voyaige d’Italie en l’année mil Vc vingt sept ». Cependant, en 1540, le frère et héritier de Boutevant en est toujours à fixer des délais de paiement pour le règlement du solde de ce qui est dû306. Pour Anthoine Taillandier, un autre commis de Martineau, l’audition des comptes de la fin des années vingt est envisagée en 1544 seulement307.

  • 308 A.N. M.C. XIX 54 (début et fin absents, en fin de liasse, sans doute du 12-2-1523).
  • 309 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).

112Ces mises au point « privées » sont des plus compliquées. Parfois, quand la confiance règne, les deux parties se garantissent par une quittance générale. C’est ce qu’Ambroise Le Moyne obtient de Morelet de Museau alors que certains papiers « ne luy ont esté renduz en rendant sesd. comptes, combien que sur aucuns articles d’iceulx en recepte il soit dit et faicte expresse mencion que le recepissé luy a esté rendu »308. En cas de mésentente, les litiges se multiplient. Les parties tentent alors souvent de s’en remettre à des intervenants extérieurs. Taillandier et Martineau envisagent de « procéder à l’audition des comptes […] pardevant deux hommes de finances qui seront par eulx prins et esleuz ». Le différend porte fréquemment sur les frais qui doivent être alloués au commis en raison de son activité passée. Lors de leur procès, Jehan Prévost et Pierre Guérin font ainsi appel sur ce point à l’arbitrage de Hugues de Malras, receveur général de Guyenne et de Jacques de la Fa, contrôleur des deniers communs de Paris. Malheureusement, du moins s’il faut en croire Prévost, le malveillant Guérin, « voyant […] qu’il avoit afaire à des entendeurs et gens de l’estat », les récuse rapidement309.

  • 310 A.N. M.C. III 2, à la date.
  • 311 Voir les plaintes de Jehan Prévost dans A.N. J 958 n° 18 (25-6-1525).

113Les obstacles sont donc nombreux sur le chemin des règlements de comptes. D’autant que les procédures entre maîtres et subalternes interfèrent avec les propres redditions des officiers. La mainmise sur les papiers financiers, dans les deux cas, est essentielle. Le 8 juillet 1529, Gaillard Spifame, général des finances depuis un an et auparavant chargé de l’Extraordinaire des guerres, vient témoigner devant un notaire parisien. Pierre Le Maistre, clerc de feu Jehan Bertrand qui servait Spifame en Italie, « luy a voullu et veult faire plusieurs tors et griefz soubz umbre qu’il a esté saisi et emparé des papiers, acquictz, registres, recepissez et mémoires appartenant aud. deffunct, lesquelz servent aud. Spifame pour la redicion de ses comptes ». « Craignant que à faulte de les recouvrer il encourust en quelque inconvénient irréparable, pour obvier aussi à la perdition d’iceulx et à ce [que] promptement ils tumbent en ses mains, [Spifame] est et pourra estre cy après contrainct par force et viollance d’accorder aud. Le Maistre plusieurs demandes illicites et desraisonnables à son grant préjudice et dommaige, pour le recouvrement desd. papiers ». Aussi prend-il la précaution de protester par avance310. Les hommes de l’Extraordinaire sont d’ailleurs dispersés un peu partout et leur maître a bien du mal à rassembler tous les papiers nécessaires311.

  • 312 A.N. JJ 246, 52 (février 1532).
  • 313 C.A.F., t. I n° 2730 et SPONT, Semblançay, p. 267.
  • 314 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 107-108. On repère ensuite plusieurs mises au point avec d’anciens cl (...)
  • 315 C.A.F., t. IV n° 12531.
  • 316 Sur les clercs de Besnier, voir A.N. M.C. CXXII 1047 (22-4-1534) pour Thomas Parent, LIV 11 (24-5- (...)

114L’attitude du personnel subalterne peut servir alors de justification à l’officier. Dans sa demande de rémission après sa fuite en 1531, Jehan Sapin fait porter une partie de la responsabilité des difficultés de sa recette générale sur la « mauvaise administration […] d’aucuns de ses gens et commis312. Bien souvent, les officiers font appel au pouvoir royal pour obtenir des moyens d’agir plus efficacement sur leur personnel et pour régler ainsi les situations en suspens. C’est le cas de Prévost auquel le roi accorde en août 1527 l’évocation de tous ses procès à la cour des Aides et la contrainte envers son personnel du temps de l’Extraordinaire, pour qu’il paye ses debets313. Jehan Carré, après avoir versé une part importante de l’amende à laquelle l’avait condamné la Tour Carrée, obtient une intervention du roi « pour contraindre ses serviteurs et domestiques de sa maison qui la croyoient habandonnée, pour les contraindre par prison à luy rendre conte de ce qu’il avoyent administré soubz sa charge, et pour ce faire en furent aulcuns prins »314. Le 25 mai 1542, l’ancien receveur général Bénigne Serre obtient à son tour la possibilité de faire assigner aux Aides ses clercs et commis315. Parfois même, les instances officielles prennent directement l’affaire en main, en particulier après la mort de l’officier, surtout si ce dernier est lui-même poursuivi. La Tour Carrée se charge ainsi de poursuivre les clercs de Besnier ou ceux de Morelet de Museau316.

  • 317 A.N. M.C. XIX 146 (2-3-1534). Un exemple de « mortuaire » : à la mort du capitaine Pomperant, « l’ (...)
  • 318 B.N. fr 5125 f°181v° [22-12-(1536)].
  • 319 Ibid., f°62v° [6-11-(1536)]

115Le titulaire n’est pas le seul à avoir l’œil sur les clercs et commis : l’importance des fonds brassés et des enjeux expliquent l’attention que leur portent les agents du roi. Au début de 1534, une querelle s’élève entre Jaques Boursot, commis au paiement de quarante lances sous le seigneur de la Roche-du-Maine, et Guy Karruel, seigneur de Borran, commissaire des guerres. Karruel critique la façon dont Boursot a tenu compte des « revenants-bons » de deux quartiers. Boursot lui réplique qu’ » au regard des deniers revenans au roy, il en est comptable à monsieur le trésorier de la Maladière, et non aud. de Boran ». Karruel poursuit en cherchant noise à Boursot au sujet des « mortuaires », sommes à verser aux familles des soldats morts, et il lui demande de « faire le serment et lever la main s’il avoit paiez lesd. mortuaires ». Boursot rétorque sèchement que « le sgr de Boran n’estoit son juge »317. Il est clair que, malgré la défense de Boursot, le commissaire des guerres estime qu’il dispose légitimement d’un droit de regard sur les activités financières des payeurs des compagnies. A un niveau plus élevé, Tournon lui même se tient informé des activités d’un clerc de l’Extraordinaire des guerres, grâce à un réseau parallèle d’informateurs : « Quelle raison avoit-il de payer, comme m’a dict mon homme, à tel cappitaine huict cens hommes auquel on n’en a trouvé par les champs que quatre cens et tant, et non seulement à ung seul mais à plusieurs ainsi que contient une liste que m’en a envoyé le sgr Cézar Frégonse »318. Le Conseil lui même sait l’importance de ce personnel, comme le chancelier du Bourg le rappelle à Tournon : « A esté ordonné par le conseil à Martin de Troyes [responsable de l’Extraordinaire des guerres] de fere diligence que ses clercs fournissent leurs estatz et comptes, affin que de sa part y peult satisfaire. Il vous plaira monseigneur luy réytérer encores ceste injonction qui est son bien et sa seureté et que, s’il a affaire de contraincte et provision contre commis de ses clercz, (elles) luy seront expédiées »319. Le Conseil met ainsi au service de l’officier, pour une meilleure efficacité comptable, son pouvoir de coercition. La nécessité du contrôle extérieur varie sans doute en fonction de la nature des relations entre l’officier et ses subordonnés.

3. Au service d’un homme ou d’un département ?

  • 320 A.N. M.C. Inv. Carré cote 1295 ; XIX 169 (12-7-1546).
  • 321 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 186 et 195 ; XLIX 72 (24-4-1544) ; XIX 111 (I.A.D (...)
  • 322 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) cote 649 ; LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 219, 5 (...)
  • 323 A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) ; XIX 153 (actes de janvier et février 1530 au d (...)
  • 324 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 10 ; XIX 69 (2-3-1531).
  • 325 B.N. fr 23916, f°9v°-10 et 46v°-47 ; P.O. 1912 (Meigret) n° 7.
  • 326 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) cote 547 ; CXXII 1039 (4-1-1526).

116La documentation utilisée privilégie le personnel des guerres. Parmi celui-ci, c’est à l’Extraordinaire que les traces d’une spécialisation sont les plus évidentes. Bien que difficiles à reconstituer, de nombreuses carrières montrent une implication à long terme dans ce secteur. Zacharie Girard, clerc sous Jehan Carré en 1524, l’est aussi sous Sanson en 1544-1545320. Ambroise de Nogent sert Morelet en 1512, puis ses successeurs Babou et Meigret, et ensuite Spifame. Il a obtenu progressivement de l’avancement : au lieu de continuer à aller au recouvrement, il est en 1527 établi à Lyon321. Berthault Mamys et Philippe Hurault, deux clercs blésois, sont à l’œuvre sous Morelet et, dix ans plus tard, sous Prévost322. Les carrières les plus abouties sont celles qui conduisent d’anciens clercs et commis tels qu’Anthoine Le Maçon ou Pierre Sanson jusqu’au poste de titulaire de l’Extraordinaire. C’est en fait un véritable réseau qui se dessine autour de ce service. L’exemple de Nicolas Trotereau, élu de Forez, permet de le montrer. En 1521, il est commis de l’Extraordinaire en Italie sous Meigret. À cette occasion il entre en relation avec le général de Milan Geoffroy Ferrier qui lui avance apparemment des fonds. Deux ans plus tard, alors que Meigret a cédé la place à Prévost, Trotereau est en affaire avec des hommes qui comptent à l’Extraordinaire : Loys Jagrineau, Jaques Séguier, sans oublier Jehan Prunier, son collègue en Forez323. Nicolas Trotereau est enfin le frère d’Estienne qui, avant de gérer une partie de la recette de Languedoïl dans les années trente, est commis à l’Extraordinaire sous Jehan Prévost et Jehan Laguette324. Les signes d’attachement à un service se retrouvent également dans les autres secteurs de l’administration des guerres. Au secrétariat et contrôle général de la guerre, Nicole Jayot, présent en mars-juin 1522 sous Jehan Petitdé, est toujours là en octobre sous Meigret325. A l’Ordinaire des guerres, François Rousselet fait partie en 1517 de l’équipe de Morelet et en 1526 de celle de Jehan Grolier326.

  • 327 A.N. Z1a 66 f°221 (26-3-1541).

117Reste que le caractère lacunaire de l’information pose le problème de la continuité de l’exercice des fonctions. Ce personnel subalterne, que l’on repère au fil des décennies dans les services de la guerre, parce que ceux-ci sont les mieux connus, que fait-il entre-temps ? Faut-il supposer qu’il y exerce toujours et mettre sur le compte des limites de la documentation les très nombreuses lacunes biographiques ? N’est-ce pas plutôt que certains servent ailleurs – voire travaillent hors de l’administration monarchique – pendant une partie de leur existence ? Pour ceux qui œuvrent au sein de l’Extraordinaire des guerres, l’activité est en effet hautement conjoncturelle. Les besoins en personnel ne sont pas les mêmes lorsque ce département brasse des centaines de milliers de livres chaque mois ou lorsqu’en période de paix, comme entre 1531 et 1534, ce chiffre tombe à quelques dix mille lt mensuelles. Pour un personnel alors sous-employé, il faut chercher à s’occuper ailleurs… en attendant le prochain conflit. Même au sein de l’Ordinaire, il y a des « temps partiels ». Jehan Grolier évoque le cas d’un clerc qui servait sous ses ordres en Italie en 1527-1528 qui, ensuite, « durant le temps de troys ou quatre ans et plus (…) auroit esté en Italie faisant train et trafficque de marchandise, et estoit bruit qu’il y estoit maryé ». C’est du moins la version de Grolier, car le clerc en question affirme qu’il « a toujours que soit la plus part du temps résidé en ceste ville de Paris »327

  • 328 A.N. M.C. Inv. Carré cotes 1865 et 2095 ; XIX 85 (3-4-1542).
  • 329 A.N. M.C. XIX 58 (31-5-1525), XIX 65 (22-1-1532), CXXII 1078 (21-6-1545) ; B.N. fr 3081 P56 (13-5- (...)
  • 330 B.N. fr 15630 f°18v°. Veau est trésorier de l’Extraordinaire en 1545 en attendant de finir à l’Ord (...)

118La fidélité à un secteur a donc ses limites. Il faut surtout souligner qu’elle peut se combiner à l’attachement à un individu. Les trajectoires de deux clercs de Jehan Carré en témoignent. Pierre Bourguignon est commis sous ses ordres à l’Extraordinaire des guerres. Il sert ensuite Martin de Troyes en cette même charge. Cependant, entre-temps, il a suivi son maître Carré après que celui-ci, en 1525, s’est détourné des guerres au profit de la recette générale de Normandie. Il faut dans les années trente les déboires financiers de Carré et les poursuites dont il est l’objet pour que Bourguignon réintègre son « département » d’origine328. Mêmes débuts pour Philippe Coullon, qui suit son maître des guerres à la Normandie. Même réorientation vers 1532-1533, à ceci près que Coullon, s’il retrouve la guerre, reprend du service dans l’Ordinaire auprès de Jehan Grolier et Gui de la Maladière. Après plus de vingt ans de services, le voici contrôleur extraordinaire des guerres en 1545329. Parfois, en revanche, le lien avec le maître semble le plus fort. Jacques Veau, qui sert Anthoine Le Maçon à la recette générale de Bourgogne en 1532 finit par être happé par l’administration des guerres, secteur où Le Maçon est aussi impliqué depuis longtemps330.

  • 331 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 153 (serviteur en 1501) et n° 54-55 (clerc en 1515-1 (...)
  • 332 A.N. M.C. XIX 91 (13-11-1547) ; XIX 44 (25-7-1517).
  • 333 A.N. M.C. XIX 85 (9-1-1542).

119Pour Morelet de Museau, que l’abondance des sources privilégie, un contraste net se dessine au sein de son personnel. Sur une quarantaine d’individus qui sont à coup sûr ses clercs et commis, la moitié le sont pour l’époque de l’Extraordinaire, soit moins de quatre ans, de 1509 à 1513. Parmi ces derniers, les trois-quarts ne servent Morelet que durant cette période. C’est un signe, au moins pour ceux qui ne sont pas employés ponctuellement, que leur attachement prioritaire va au département et non à l’homme. Mais il existe aussi des hommes attachés à Morelet et qui le suivent d’un poste à l’autre. Ils correspondent à deux profils bien différents. Il s’agit d’abord des plus obscurs, qui mêlent en permanence service privé du maître et tâches subalternes dans l’administration royale, à l’image d’un Marceau Guisan qui apparaît au gré des mentions comme clerc, procureur ou serviteur331. Il s’agit ensuite de personnages destinés au contraire à de hautes fonctions, comme Jehan Laguette, qui sert Morelet au moins de 1519 à 1529 ou Raoul de la Faye, déjà évoqué, présent en 1517 depuis au moins cinq ans332. Il en va de même pour le futur contrôleur général de l’Artillerie Ambroise Le Moyne. Ses relations avec Morelet semblent au premier abord recouvrir exactement le temps où celui-ci occupe la trésorerie de l’Ordinaire des guerres. Cependant, une précision unique révèle la diversité des fonctions de Le Moyne : le 12 février 1523, Morelet confesse que Le Moyne « luy auroit rendu bon et loal compte et reliqua de toutes et chacune les charges, receptes, manyemens et entremises qu’il avoit dû fere soubz luy tant de l’estat et office de trésorier des guerres, payes de messieurs des comptes, officiers de l’hostel du roy et autres charges dont led. Morelet avoit la charge »333.

  • 334 Le Page, Finances bretonnes, p. 263 note 61 et p. 431. La plupart de ces subalternes font ensuite (...)
  • 335 B.N. fr 15630.
  • 336 Jehan (de) Beaulieu, le clerc qui sert en Outre-Seine sous Anthoine Juge puis Jaques Marcel reste (...)
  • 337 B.N. fr 15630 f°42v° ; A.N. M.C. CXXII 1047 (5-6-1534) et XLIX 74 (14-8-1545).
  • 338 A.N. J 967, 87/2.
  • 339 A.N. M.C. CXXII 1048 (11-7-1534).

120On repère également ces commis proches dans les recettes générales. Ainsi, en Bretagne, certains titulaires venus de l’extérieur amènent avec eux leurs collaborateurs. Cela vaut pour Olivier Barraud, qui sert Thomas Bohier au temps de Charles VIII, ou pour Guy Prévost et Noël Barbillon à l’époque du receveur général Palamède Gontier. Jean François de Cardonne, premier général des finances de la province, y introduit pour sa part Jehan Régnier qui travaille sous ses ordres334. Un instantané concernant les versements à l’Épargne des recettes générales, en 1532-1533 va dans le même sens, celui d’une solution de continuité, ce qui fait un net contraste avec la relative permanence du « département » de l’Extraordinaire335. En effet tout semble indiquer que chaque haut responsable territorial a alors son propre personnel. Pour deux recettes seulement (Normandie et Languedoc) le titulaire reste le même d’une année sur l’autre. Or, sur les huit clercs évoqués en 1532 pour ces deux circonscriptions, trois sont toujours cités l’année suivante. En revanche pour toutes les autres recettes, qui changent de responsable, seuls deux des vingt-quatre clercs de 1532 sont évoqués en 1533, l’un en Bretagne et l’autre en Outre-Seine336. Le cas le plus spectaculaire est celui de la Languedoïl. Aucun des dix clercs qui font des versements pour Pierre Tarteret ne se retrouve parmi les onze qui apportent des fonds au nom de Guillaume de Moraines et Estienne Trotereau l’année suivante. Les responsables sont ici pour la plupart des commis dans les recettes générales et non des officiers, en raison de la suspension de novembre 1531. Est-ce que cela accentue les ruptures au sein du personnel subalterne ? Il est en effet des indices qui plaident pour une plus grande continuité. Ainsi Guillaume Moreau, clerc de la recette générale de Languedoc en 1532 et 1534 sous Martin de Troyes, est commis par le roi à la gestion de cette recette générale le 31 décembre 1543337. Plus nette encore, l’utilisation de l’expression « clerc en la recette générale de Guyenne » en 1538, dans une circonscription où le mouvement des responsables est très rapide, manifeste peut-être l’existence d’un embryon d’administration régionale338. Enfin, sur les dix commis connus pour la Languedoïl en 1532, deux au moins, Michel Peschart et Jaques Le Roy, servaient sous le receveur général Sapin avant sa fuite339. Pour l’heure, en l’absence d’une étude approfondie sur ce dossier, il n’est guère possible d’en dire plus. Du moins la coexistence des deux modèles, service d’un homme ou d’un département, est-elle évidente. Autour d’eux, les combinaisons que permettent les subtilités et les nuances des carrières individuelles sont souvent délicates à cerner.

4. L’office comme horizon

  • 340 C’est un nombre minimum : il faut évidemment tenir compte du caractère partiel des données. Il y a (...)

121Une chose est cependant acquise : pour tous ceux qui participent à l’administration des finances, la détention d’un office est un enjeu important. Soit un échantillon de 100 clercs de finances, repérés essentiellement grâce aux minutes notariales. Parmi eux, 22 deviennent officiers de finance340. Or une très nette distinction apparaît entre ceux qui sont connus pour avoir servi spécifiquement un grand officier et les autres. Sur les 24 qui sont dans le premier cas, 14 (58,3 %) accèdent à l’office. Pour les 76 autres clercs, il ne reste plus que 8 offices à se partager, soit un taux de 10,5 %. Malgré la faiblesse des chiffres bruts, l’écart des pourcentages est révélateur : le service direct d’un homme est le plus payant pour une carrière. Le taux d’accès à l’office pour ces privilégiés semble cependant ici un peu surévalué, comme tendent à le montrer deux autres sous-groupes. Parmi 66 clercs et commis ayant eu Jehan Carré pour maître, 23 (35 %) parviennent à l’office. Sur 28 clercs des recettes générales de Languedoïl et Outre-Seine en 1532-1533, eux qui semblent étroitement attachés aux divers titulaires, une dizaine à coup sûr sont dans ce cas, soit ici aussi un peu plus du tiers. En dessous d’eux subsiste donc une masse de clercs qui ne réussit pas à passer l’étape décisive que constitue l’accès à l’office. Ceci crée probablement un clivage ultime, et peut-être fondamental, au sein du personnel subalterne. Clivage qui recoupe sans doute en partie celui qui distingue les actifs permanents et les « intermittents du service de l’État ».

  • 341 A.N. M.C. CXXII 1055 (2-5-1539) et 1057 (20-5-1540).
  • 342 B.N. fr 4525 f°98v° ; Beauvillé, Documents, t. I p. 166.
  • 343 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 201 ; XIX 56 (19-7-1523) ; Z1a 54 f°88 (27-1-1529). (...)
  • 344 A.N. Z1a 64 (14-11-1538) ; M.C. LIV 20 (6-6-1544). Sur la blanque, voir Hamon, Argent du roi, p. 1 (...)
  • 345 A.N. M.C. VIII 68 (10-7-1540) et CXXII 19 (6-3-1533) ; B.N. fr 3044 f°93 (compagnies de Crussol et (...)
  • 346 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529) ; M.C. XIX 65 (14-9-1531) et XIX 72 (18-4-1532).
  • 347 A.N. M.C. XIX 43 (18-10-1532) et XLIX 65 (1-10-1539) ; LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cote 7 (...)

122Ceux qui ont la chance d’accéder à l’office vont désormais nous retenir. Parmi eux deux profils se dessinent. Le premier est celui d’une « ascension » classique, de la position relativement dépréciée de commis ou de clerc à celle plus enviable d’officier. Les deux clercs qui servent successivement Jehan Sapin puis Pierre Tarteret en Languedoïl, déjà évoqués, en offrent un bon exemple. Michel Peschart devient trésorier des fortifications de Bourgogne et Jaques Le Roy, payeur de la compagnie du duc de Montpensier, prince de la Roche-sur-Yon et également greffier de la Chambre des comptes de Bourgogne341. À l’Extraordinaire des guerres, Lambert Meigret, commis sous les titulaires successifs, d’Estienne Grolier à Philibert Babou, leur succède en 1516. Il quitte en 1521 ce service pour devenir secrétaire et contrôleur général de la guerre342. Jaques Séguier est d’abord commis sous Morelet. Il acquiert ensuite un office de contrôleur ordinaire des guerres. Il mène d’abord de front les deux activités, au moins en 1523-1525, puis, suivant en cela les traces de son supérieur Meigret, il se retire de l’Extraordinaire343. La conquête de l’office se combine-t-elle ici avec une certaine reconversion ? Les nouveaux officiers quittent en effet le maniement des deniers pour les services du contrôle, plus nobles. De même Jehan Séjournant, d’abord clerc du trésorier des guerres Héroet, devient ensuite contrôleur du grenier de Charolles puis contrôleur de la blanque, cet ancêtre de la Loterie nationale344. L’éloignement par rapport aux caisses de la guerre est donc net dans bon nombre de cas. Correspondant à une étape de l’ascension, ce secteur peut aussi être délaissé au profit de recettes locales qui permettent de mieux asseoir, sans doute grâce à une plus grande stabilité, une position sociale. Bertrand de la Mothe est d’abord connu comme clerc suivant les finances, chargé par Jehan Grolier du payement de compagnies d’ordonnance. Après la suppression des trésoriers des guerres, il devient payeur de compagnie. Mais, à la fin des années trente, il abandonne ce secteur. Il figure en 1540 comme écuyer, receveur ordinaire de Cognac et greffier du greffe royal de Châtellerault345. Le parcours de Jehan Turquam, membre d’une famille puissante, est plus complexe. Il commence à l’Extraordinaire où il est commis de Spifame puis de Godet, avec en même temps, jusqu’en 1531, un office de contrôleur ordinaire des guerres346. Turquam acquiert ensuite la recette des tailles de Chartres et quitte définitivement les guerres. Il est un temps commis de Jaques Marcel à la recette générale d’Outre-Seine, puis termine comme receveur ordinaire et voyer de Paris347. Comme pour la Mothe, l’accès à la recette ordinaire constitue un point d’aboutissement. Pourtant une telle caisse brasse bien moins d’argent que les charges occupées auparavant. En matière de prestige, n’est-ce pas ce qui a été observé pour les grands officiers avec la charge de trésorier de France qui réapparaît ici ? La gestion du domaine est une activité plus noble. Est-ce parce qu’elle rend, en théorie du moins, plus proche du roi ?

  • 348 Chéruel, Ormesson, p. VI.
  • 349 A.N. M.C. XIX 54 (5-1-1523). En fait, il ne s’agit guère d’une spécificité des commis, car bon nom (...)
  • 350 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536, n° 154) ; XIX 49 (22-5-1520).

123En 1553, Olivier Lefèvre, principal commis du trésorier de l’Épargne Blon-det, acquiert l’office d’argentier du roi. Blondet lui fait alors savoir « qu’il ne luy appartenoit pas de se servir des officiers du roi » comme commis. Cette anecdote pourrait laisser croire à une incompatibilité entre les deux types de fonctions. Or, et c’est le second profil possible, de nombreux commis sont parallèlement détenteurs d’un, voire de plusieurs offices de finance de second rang. Blondet a-t-il besoin d’un prétexte pour écarter Lefèvre ? Est-ce que le service de l’Hôtel assuré par l’argentier a une dignité supérieure aux autres offices de finance ? Il n’en reste pas moins que la déception de Lefèvre est grande, lui qui « s’estoit attendu de pouvoir demeurer tousjours premier commis de l’Espargne avec cet office »348. Pour beaucoup d’autres, cette déception, on le sait, n’a pas lieu d’être. Les responsabilités prises comme commis, le plus souvent dans une grande proximité avec le titulaire d’un office important, imposent à ces officiers de commettre à leur tour quelqu’un pour exercer leur charge locale. Loys Jagrineau, receveur des tailles de Soissons, qui sert à l’Extraordinaire Jehan Carré et Gaillard Spifame, engage successivement Jehan Dupuys et Vincent Visinier pour gérer sa recette picarde349. Parfois les grands officiers aident leurs auxiliaires à accéder à l’office. En 1512, Jehan Grossier, commis de Morelet de Museau à l’Extraordinaire, promet à ce dernier « que s’il y achetoit une office soit recepte ou grenetier ou autre jusques à la somme de mil escus sol. ou environ, luy rembourser lad. somme ». En 1520, c’est « pour l’amour dud. trésorier » Morelet que le titulaire de la recette des aides de Meaulx accepte de retenir comme successeur Jehan Robineau, selon toute apparence ancien commis de Morelet350.

  • 351 Le Page, Finances bretonnes, p. 401-402.

124Outre les éventuels profits, sous forme de commission, qui peuvent revenir au « patron », les grands officiers ont d’autres raisons de favoriser l’accès à l’office de leurs subalternes. Tout d’abord, les gages que ceux-ci touchent permettent sans doute de limiter ceux que le maître fournit sur ses fonds propres à ses commis. Comme la monarchie avec les bénéfices ecclésiastiques, il peut y avoir ici une façon de limiter les coûts à la charge du supérieur. D’autre part, pour les responsables de recettes générales, placer des proches à la tête de postes stratégiques à l’intérieur de leur circonscription, même si eux-aussi ont recours à des commis, peut permettre de faciliter les rentrées de fonds. L’office n’est plus ici simple sinécure, mais un bon moyen pour disposer de relais locaux, dans un système socio-politique connu pour reposer avant tout sur les liens d’homme à homme. Le receveur général Jehan de l’Espinay semble ainsi chercher en Bretagne à contrôler un certain nombre de recettes locales351. Sur les six commis connus du receveur général d’Outre-Seine Jehan Ruzé, deux occupent des recettes des tailles (Château-Thierry, Sens), un troisième est fils de receveur des tailles (Melun). Deux autres peuvent avoir également exercé des fonctions financières dans la circonscription : pour l’un, connu simplement comme officier du roi, l’information est trop imprécise. L’autre est élu de Paris, mais un doute subsiste lié à une possible homonymie. Seul le « commis général » de Ruzé reste à l’écart, ce qui s’explique peut-être par la spécificité de sa position. Une telle mise en perspective reste évidemment fragile : comme toujours la valeur de preuve d’une simple juxtaposition d’activités mal connues reste limitée. Le manque de travaux solides sur l’administration financière provinciale (à l’exclusion de la Bretagne) oblige à se contenter pour l’heure de ces conclusions insuffisamment étayées.

  • 352 A.N. M.C. XIX 38 (24-2-1514) ; XIX 59 (18-6-1526) ; Z1a 57 f°85 (26-1-1532).
  • 353 A.N. KK 352 f°11v° et 21.
  • 354 Un lien supplémentaire entre Sens et l’Extraordinaire des guerres réside sans doute dans une procu (...)
  • 355 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1360-1363 et 1365 ; Z1a 54 f°88 (27-1-1529). Avec les Dupuys, les risques (...)

125Il est cependant possible de percevoir que les solidarités nouées autour d’un département ont des répercussions sur la circulation des offices locaux. Sens est ainsi très liée au personnel de l’Extraordinaire des guerres. Gaillard Spifame y est receveur des aides et tailles dès la fin du règne de Louis XII. Jehan Bertrand, père de son futur principal commis, y est alors grenetier. Au cours du règne, Jehan Bertrand le jeune succède à son père et Jehan Quinquet, ancien clerc de Spifame, devient à son tour receveur352. Deux futurs trésoriers de l’Extraordinaire, Anthoine Le Maçon et Pierre Sanson y sont respectivement receveur des aides et grenetier, à partir de 1528353. Selon toute apparence, le schéma à l’œuvre est le suivant : les Spifame comme les Bertrand sont deux familles anciennement implantées à Sens et liées l’une à l’autre. Elles nouent dans les services de l’Extraordinaire des relations qui leur font céder à des hommes du sérail plutôt qu’à des notables sénonais les offices locaux qu’elles détiennent. Les réseaux professionnels entrent ainsi en interraction avec les réalités locales354. Il en va de même sans nul doute à la recette des tailles de Soissons. Loys Jagrineau, lié à Laguette et Morelet (probablement à cause de ses débuts, mal connus, à l’Extraordinaire), laisse la place à Soissons à Estienne Laurens, qui est lui-même un homme de Morelet. Quant à son commis Jehan Dupuys, par ailleurs grenetier de Soissons, il semble avoir aussi des attaches dans les services de l’Extraordinaire. Ainsi Loys Dupuys (un frère ?) est-il clerc de Carré et travaille-t-il avec Jagrineau. Un autre Jehan Dupuys (un fds ?) est en procès avec Jaques Séguier, ancien commis à l’Extraordinaire, en 1529355.

  • 356 Pour une réflexion sur ce point, voir la conclusion de Hamon, Personnel subalterne. Sur l’appariti (...)
  • 357 L estimation du personnel monarchique nécessite une mise au point solide. Dans deux synthèses réce (...)

126Il me paraît anachronique de parler de bureaucratie à propos des services financiers de la monarchie de la Renaissance. Ce n’est pas l’absence du mot qui fait problème (il apparaît au milieu du 18e siècle) mais l’inexistence des conditions nécessaires à son utilisation : peu ou pas de bureaux au sens concret du terme, pas de mécanismes réglés de recrutement et de carrière, pas d’autonomie par rapport au pouvoir politique356. Le flou qui entoure souvent le statut de commis, fixé pour la première fois par un règlement de 1588, en fait d’ailleurs un nid à procès et à litiges financiers. Cependant, en s’attardant un peu sur les clercs et commis, on prend conscience de l’existence d’un groupe professionnel qui dépasse de beaucoup les détenteurs d’offices. Si les plus prestigieux des commis possèdent souvent un office de second rang, la masse des clercs n’a pas cette chance. Aussi, pour estimer l’impact de l’État, est-il mal venu de ne comptabiliser parmi les agents du pouvoir que les quelque 4 000 officiers (dont 1 450 magistrats et 1 550 dans la finance) en poste vers 1515. Autour d’un responsable de l’Extraordinaire des guerres, lui même pas encore officier, combien de clercs sans office ou de commis privés au service de l’État de finances ? Des dizaines sûrement, des centaines peut-être, en particulier aux moments de forte tension. De même, chaque trésorier de l’Ordinaire est bien entouré. Dans les recettes générales, les effectifs autour des titulaires sont sans doute moindres, à cause des relais assurés par les officiers locaux, mais le phénomène est malgré tout présent et démultiplié par le nombre de circonscriptions. D’autant que les officiers locaux emploient eux-aussi du personnel. Il est impossible d’avancer un chiffre concernant les clercs et commis357. Mais concluons cependant que, pour un État dont les ambitions restent réduites, le personnel au travail, dans le domaine financier du moins, n’est pas aussi dérisoire qu’on l’écrit parfois.

B. LA DOCUMENTATION PROFESSIONNELLE

127Les relations d’homme à homme sont essentielles dans la gestion financière : les grands officiers doivent s’entourer d’un personnel important. Cependant, l’accomplissement de leurs tâches professionnelles impose un recours massif à l’écrit. Les documents proviennent des autres instances de l’appareil monarchique ou sont produits par l’administration financière elle-même. Tous ces papiers, quand on a la chance d’en disposer, servent de base au travail de l’historien. Mais au-delà du simple fait de sa conservation, cette documentation ne fait guère parler d’elle : il est difficile de fournir des précisions sur la façon dont les hommes des finances l’utilisent concrètement.

1. Les ouvrages de référence

  • 358 Jacqueton, Documents, p. XXVIII-XXX.
  • 359 A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D Meigret, novembre 1533).
  • 360 A.N. KK 289 f°485v°. Du Lyon met quarante jours, au départ de Tours, pour accomplir sa mission.

128Ainsi il est assez rare de repérer chez les grands officiers des traces de la détention des textes officiels concernant les finances. Chez eux, une bonne connaissance de cette législation relativement changeante est pourtant indispensable. Nul doute que leur information ne soit plus à jour que celle que dispense le Vestige des finances qui, bien qu’il décrive une situation antérieure aux réformes de 1523, est réédité jusqu’à la fin du 16e siècle358. Dans quelques cas seulement, des documents précis se laissent apercevoir. Jehan Meigret, lors de la confection de l’inventaire après décès de son frère Lambert, témoigne qu’on a trouvé dans ses papiers, à Soleure, une liasse d’ordonnances sur le fait de la gendarmerie (datant de 1532) et une autre sur le fait des guerres359. Comme Lambert Meigret meurt en Suisse en 1533, il s’agit sans doute des derniers textes le concernant en tant que secrétaire et contrôleur général de la guerre. La mention de liasses permet de supposer qu’il détenait plusieurs exemplaires de chaque ordonnance, à charge pour lui de les ventiler auprès de ses subordonnés. En 1519, François du Lyon est ainsi envoyé par le général Guillaume de Beaune chez 29 grenetiers de Languedoïl avec un extrait d’une ordonnance sur les gabelles qu’ils doivent faire « lire et publier chacun en la lymite de son grenier » et faire observer360.

  • 361 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cotes 414 et 443.
  • 362 B.N. fr 5910. Jacqueton, Documents, p. 102 et sq. reproduit la circulaire de Briçonnet.
  • 363 A.D. Cher, C 951.
  • 364 A.D. Ille-et-Vilaine, C 3223. Je remercie Chantai Reydellet de m’avoir signalé l’existence de ce d (...)

129Dans l’inventaire beaucoup plus tardif (1566) d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgues figure un « livre escript en parchemyn, doré sur la couverture » dont le premier feuillet commence par « Epithomé ou subsenile ( ?) collection du pouvoir, auctorité et juridiction ». Il s’agit d’ » ung extrait de plusieurs articles d’ordonnances royaulx », sans que le scribe nous fournisse de plus amples précisions. Un autre livre en parchemin, couvert de cuir noir, doré, aux armes du défunt, contient un édit sur la manière de lever la gabelle, qui date probablement des réformes de la fin du règne de François Ier361. Un manuscrit de la Bibliothèque Nationale est constitué par une instruction du général des finances Pierre Briçonnet sur l’assiette et la levée de la taille. Il date de la fin du 15e siècle. Cette pièce, de treize folios seulement, porte au verso du premier feuillet la mention suivante : « Ce codicille est à moy et m’appartient. Prévost »362. Il s’agit selon toute apparence du responsable de l’Extraordinaire et général de Guyenne de François Ier. Cette instruction ne peut lui être utile que dans la seconde de ses fonctions. Un « registre » conservé aux archives du Cher provient d’Anthoine Bohier de la Chesnaie, cousin et successeur de Bohier de Saint-Cirgues comme général de Languedoïl. Il est composé pour l’essentiel d’enregistrements d’actes du pouvoir central363. De même, les archives d’Ille-et-Vilaine abritent un volume où figure la correspondance officielle reçue en 1551-1553 par le général de Bretagne Nicolas de Troyes364.

  • 365 B.N. fr 3873 f°41. Les formulaires de chancellerie conservés aujourd’hui n’ont sans doute pas d’au (...)

130Les officiers de finance, en dehors des copies des documents émanant de la monarchie, textes législatifs ou actes de la pratique, se constituent parfois leurs propres instruments de travail. Palamède Gontier en fournit un bon exemple, quoiqu’il agisse ici en tant que secrétaire du roi (et de Chabot) et non en tant qu’homme d’argent. Interrogé dans le cadre de la procédure contre l’amiral sur un « petit livre » qu’il possède, il répond qu’il « a prins peine et l’a entièrement escript et encommancé à escripre dès XXV ans a, pour les singularitez et motz exquis dont il faut user en despesches et lettres missives soubz un Roy ou aultre prince et que la plus grand part il les a extraictz des despesches de feu monsgr d’Alluye Robertet » et d’autres secrétaires, et ce « pour une convoytise d’apprendre, et apprendre les termes dont il fault que ung homme de plume soubz un grand seigneur doibt estre coustumier de user et principallement pour mieulx se acquitter de son petit estat de secrétaire soubz les maistres qu’il a euz »365. Nul doute qu’avec moins de prétentions rhétoriques, une même préoccupation ne soit présente dans le domaine financier.

2. Les archives

  • 366 On peut y ajouter les procès-verbaux des enquêtes auxquelles se livrent les ordonnateurs : un exem (...)
  • 367 Le Page, Finances bretonnes, p. 348 ; Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 12 et 156.
  • 368 Le cas, marginal, des trésoriers des salpêtres souligne bien que le matériel professionnel est la (...)
  • 369 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D Bohier, 23-3-1566) cotes 132 et 1077.
  • 370 Ibid., cote 758.
  • 371 Ibid., cotes 344, 378, 734 et 795.
  • 372 A.D. Indre-et-Loire, E 279 pièce 1 (15-11-1561).

131Les nécessités professionnelles imposent aux officiers de finance de produire une grande quantité de documents écrits, que ce soit dans le cadre quotidien du rassemblement et du transfert des fonds ou pour répondre au souci de la monarchie de disposer, pour contrôler hommes et flux, de « bons papiers et registres » des opérations accomplies366. A la dispersion des pièces isolées qui circulent de main en main répondent alors les gros volumes de comptes qui se veulent synthétiques et cohérents. Travaillant chez eux, les officiers conservent leurs papiers à domicile : le receveur général de Bretagne Jehan de l’Espinay garde ses archives dans sa maison du Beausoleil à Nantes et Florimond Robertet les siennes dans son hôtel de Blois ou son château de Bury367. Pour l’essentiel, les dossiers demeurent aux mains des officiers responsables puis de leurs héritiers368. Dans l’inventaire de Bohier de Saint-Cirgues en 1566 figurent des documents datant de l’époque de Thomas son père : comptes des fortifications de Bretagne antérieurs à 1520 ou papiers de la recette générale de Normandie369. Parmi les pièces du temps du défunt, un sac concerne les affaires vues au Conseil touchant le fait des finances en 1543-1544. Il inclut une copie de la recette et dépense du « fons ordinaire pour le payement des charges ordinaires de l’Espargne » pour 1543 et l’état de la recette du trésorier de l’Extraordinaire des guerres Le Maçon pour la même année370. Plusieurs dossiers concernent les réformes du sel au début des années quarante, réformes dans lesquelles Anthoine Bohier a été largement impliqué en tant que général de Languedoïl371. Lorsque les héritiers de son cousin Bohier de la Chesnaie procèdent au partage de sa succession, en 1561, ils se mettent d’accord sur la conservation des papiers : les « registres, lectres et pièces faisant mencion des charges et administrations desd. messires Henry et Anthoine les Bohiers [il s’agit du père et du fils, tout deux généraux] à cause de leurds estats, charges et offices […] seront mys par inventaire faict à commungs despens en ung coffre ou comptouer » dans la maison de Tours qui passe à l’un des cohéritiers. Chacun de ceux-ci aura une clef séparée des autres, et celui qui abrite les papiers n’en est pas tenu sinon comme garde et dépositaire372.

  • 373 Le Page, Finances bretonnes, p. 335 ; Spont, Semblançay, p. 142 ; Jacqueton, Documents, p. 291.
  • 374 O.R.F., t. III p. 221 ; Jacqueton, Documents, p. 197 ; Michaud, Chancellerie, p. 370.
  • 375 Voir l’exemple de Poyet dans B.N. Dupuy 79 f°5 et 7 ou celui de Montholon, garde des sceaux, f°20v (...)
  • 376 C.A.F., t. IV n° 14273 (22-12-1544).
  • 377 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 12-14. Certaines pièces demeurent aux mains de la veuve, sel (...)

132Il faut en effet veiller à ce que les documents soient accessibles, en cas de sollicitation du pouvoir. Peu après la mort du général de Bretagne Anthoine Bullioud, une commission est chargée en 1547 de récupérer ses papiers restés dans un coffre chez un marchand nantais. En 1517, le roi demande d’aller chercher les états de l’année 1500, qui sont chez feu Jehan Nyelle, autrefois contrôleur du Trésor, « pour iceulx faire veoir par M. de Semblançay pour sur iceulx veoir et veriffier aucunes parties qui touchoient l’estat général des finances »373. Les hommes d’argent situés dans des positions de pouvoir privilégiées sont ceux qui accumulent le plus : trésorier de l’Épargne après 1523, généraux et trésoriers de France jusqu’à cette date, et particulièrement des personnalités de premier plan comme Semblançay, en vertu de son pouvoir de 1518, ou Florimond Robertet374. Le chancelier, en remontant encore dans la hiérarchie du pouvoir, détient aussi de nombreux papiers financiers375. Restent évidemment les pièces qui sont versées dans les archives des institutions royales. Elles s’accumulent avant tout à la Chambre des comptes lors des redditions des comptables. Le trésor des Chartes est un autre lieu de conservation. En 1544, le roi mande aux ordonnateurs de retirer aux commissaires aux aliénations leurs procès verbaux et registres pour qu’ils soient déposés à la Chambre des comptes et au trésor des Chartes376. En 1534, ce sont d’importantes archives provenant de Florimond Robertet, décédé sept ans plus tôt, qui sont remises au trésor des Chartes, après un inventaire détaillé377.

  • 378 Le Page, Finances bretonnes, p. 335.
  • 379 Clément, Trois drames, p. 183-184 (9-5-1524). Une première demande a été formulée en octobre 1523  (...)
  • 380 L’inventaire après décès des papiers de Charles de Pierrevive, ancien trésorier de France, ne ment (...)

133Les poursuites donnent lieu à de vastes opérations de collecte des pièces comptables. A plusieurs reprises les gens des comptes de Bretagne se rendent au château du Bouffay, à Nantes, pour y prendre possession de documents laissés par des officiers de finance incarcérés378. Lorsqu’il s’attaque aux comptes de Semblançay, le roi lui demande de remettre à la Chambre du Conseil à Blois « tous les originaux des états tant généraux que particuliers, registres et autres papiers que vous avez devers vous, du fait de mes finances, depuis mon avènement à la couronne jusques à présent, ce que vous n’avez encore fait »379. A la Tour Carrée les juges se battent pour mettre la main sur les papiers des officiers inculpés. Certaines pièces parvenues jusqu’à nous sont la conséquence de leurs efforts. C’est le cas d’inventaires de papiers financiers de Morelet de Museau ou de Jehan Carré, qui différent des inventaires après décès classiques, beaucoup moins diserts, voire totalement muets, sur ces documents qui n’ont souvent, il est vrai, pas grand intérêt pour la succession380.

  • 381 Voir sur ce point Hamon, Argent du roi, p. 282 et sq.
  • 382 A.N. Z1a 64 (24-1-1539) et Z1a 66 f°174v°.

134Les papiers font ainsi figure d’enjeu essentiel pour les redditions de comptes381. La mainmise royale complique parfois sérieusement la vie des officiers ou de leurs héritiers. Après la mort de Jehan de la Forge le jeune en 1522-1523, son père Jehan de la Forge l’aîné, receveur général de Picardie avant son fils, reprend cette charge. Or il est également tuteur de sa petite fille Anne. Deux bonnes raisons pour lui d’entrer en possession des papiers de son défunt fils. Après la mort de son grand-père en 1525, Anne est tenue de rendre compte de la gestion… de son père. Or tous les biens et papiers de Jehan de la Forge l’aîné, y compris ceux du temps de la gestion de son fils, sont saisis et mis entre les mains du roi « pour ce qu’il demouroit contable de deux années et demye de lad. recepte generalle ». Aussi Anne se retrouve-t-elle dans une situation délicate382.

  • 383 A.N. M.C. CXXII 15 (8-10-1529).
  • 384 I.A.D. Pierre Legendre, papiers, en tête.

135À chaque succession dans un office, le problème de la maîtrise des dossiers se pose. En 1529, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues devient général de Languedoïl par résignation de Guillaume de Beaune. Or, pendant la fuite de ce dernier, Jehan Prévost a été commis à cette fonction. Le roi demande à Prévost de remettre au nouveau titulaire « tous et chacuns les papiers, registres, estatz particuliers, départemens des tailles et creues, valleurs des aydes et greniers, estatz par estimacion et au vray des finances d’icelle généralité » ainsi que d’autres pièces que la Tour Carrée lui avait confiées. Prévost, par ailleurs fort peu ami des Bohier, accepte de remettre à Anthoine quelques pièces du « département de l’année présente » mais, pour le reste, « des registres que demande led. Bohier, led. Prévost n’est tenu les lui bailler car se sont les registres que led. Prévost a faictz durant qu’il a eu l’administration des expédicions qu’il a faictes en icelle charge et desquelles il fault qu’il responde […] et quant aux papiers qui en ont été baillez par messieurs les juges des finances faisant mention du général de Beaune, led. Bohier ne les peult avoir parce que lesd. papiers et registres servent aux instructions et jugemens des procès qui sont pendans et indécis en la Tour Carrée […] tant à l’encontre de luy, ses cohéritiers que autres »383. Lorsqu’il n’y a ni poursuite ni relations tendues entre les personnes en cause, les choses se passent beaucoup plus aisément. Avant d’entamer l’inventaire des papiers de la succession de Pierre Legendre, le notaire prend soin de préciser : « Ont esté mys hors desd. coffres troys sacz esquelz y a plusieurs estaz, pappiers et mémoires servans à l’estat de Trésorier de France à la charge d’Oultre Seyne, pour bailler à monseigneur messire Nicolas de Neufville, chevalier, seigneur de Villeroy, trésorier de France » qui succède à son défunt oncle en cet office384.

  • 385 Chéruel, Ormesson, p. V-VI.
  • 386 A.N. U 446 f°190.
  • 387 A.N. Z1a 66 P221 (26-3-1541).
  • 388 Spont, Semblançay, p. 232 note 4 ; Coyecque, Recueil, n° 1129 (29-10-1529).
  • 389 A.N. M.C XIX 61 (4-5-1527).

136En raison de l’importance que prennent les papiers, on comprend le désespoir qui s’empare d’Olivier Lefèvre quand on lui dérobe « la boîte où estoient pour cent mille escus d’acquits, et tous ses papiers d’importance, avec quelque argent ». Par chance, il retrouve la boîte « et ne perdit que l’argent, qui luy fut une perte bien légère au prix du malheur qui luy estoit arrivé »385. Les aléas des opérations militaires compliquent parfois la tâche des responsables de l’administration des guerres quand il s’agit pour mux de rendre leurs comptes. Gaillard Spifame envoie ainsi son frère Pierre, chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, « en la ville de Napples […] pour le recouvrement de ses papiers perduz en la routte de nostre camp devant ledict Napples » en 1528386. Jehan Grolier a la chance de parvenir à remettre la main sur les papiers de son commis en chef et cousin Anthoine Grolier, mort durant la même campagne. Ces documents ont été « perduz, et depuys racheptez à pris d’argent » par Jehan Grolier, sans que l’on sache malheureusement dans quelles conditions a eu lieu la transaction387. Pour sa part, Jehan Prévost déplore de ne pouvoir produire certains documents, « soy excusant que les avoit perduz à la journée de Pavye ». À un échelon inférieur, lorsque Claude Chigot, commis à tenir le compte et faire le paiement des frais extraordinaires de l’avitaillement du camp du roi sous Pavie, passe quittance à un de ses subordonnés, Guy Boutevant, il précise qu’il a perdu la plupart des récépissés que lui avait souscrits Boutevant « au conflict de la bataille devant Pavye »388. Jehan Jourdain, commis du trésorier de l’Artillerie, connaît une aventure plus désagréable encore. Deux canonniers ordinaires viennent témoigner en 1527 que, vers le 15 novembre 1521, « au révolte et perte de la ville de Milan, [il] fust destroussé en leur présence […] par les Espaignolz, hors les faulxbourgs de porte Touze de lad. ville de Milan, de plusieurs besongnes […], et entre autres choses et les plus principalles, une paire de bouges de cuir esquelles bouges avoyt plusieurs pappiers, contrelectres et cédulles pour le faict de l’artillerye […]. Deux ou trois jours après, led. Jehan Jourdain vouloit envoyer et se mist en son devoir de trouver espies ou gens pour envoyer es faulxbourgs dudit Milan pour cuyder recouvrer sesd. bouges et autres besongnes […] ce qu’il ne peut faire pour ce que les ennemys les chassoient de sy près qu’ilz ne pensoient saulver et estoit led. Jehan Jourdain vestu d’un meschant saye tout dessiré et apparressoit qu’il avoit tout perdu »389.

  • 390 B.N. Dupuy 623 f°60 ; Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 14 ; A.N. Z1a 66 P359 (16-7-1541).
  • 391 A.N. M.C. Inv. Carré, n° 1398 ; CXXII 1064 (1-5-1542).
  • 392 A.N. M.C. CXXII 1042 (8-2-1527).

137Outre ces incidents graves, mais relativement rares, de nombreux papiers sont régulièrement égarés, ce qui n’a rien d’étonnant étant donnés la quantité de documents, les délais au terme desquels ils peuvent être exigés et les problèmes que pose leur conservation. Le relatif désordre qui règne dans les archives des officiers de finance est frappant. Quand un agent de la Tour Carrée découvre en 1535 dans un greniers des papiers touchant la gestion de Morelet de Museau, mort depuis six ans, ceux-ci sont « demourez en l’estat, laissez pour derelicts, confuz et en tout desordre de temps, de personnes, de administrations ». Il faut un énorme travail de classement pour s’y retrouver. Guillaume Bochetel, qui inventorie les archives de Florimond Robertet, déplore également que « feu Monsieur d’Alluye n’[ait] eu le loisir de mectre ses papiers en ordre selon le temps des despesches qu’il a faictes ». De même, les dossiers de Marie de Beaune, veuve de Raoul Hurault, ne sont pas dans un ordre rigoureux. Alors que son mari est mort depuis treize ans, qu’elle est engagée depuis quatre ans au moins dans un procès, elle demande un délai pour présenter un compte « parce qu’elle avoit depuys naguères trouvé autres pappiers et acquicts servant pour la reddition dud. compte »390. La difficulté à tenir à jour ses archives est réelle, y compris du vivant des officiers. D’autant que beaucoup de pièces sont dispersées chez leurs propres commis. Par précaution, on garde donc le plus possible de documents. Dans les papiers de Jehan Carré figure ainsi une enveloppe qui porte ces mots : « Cedulles qui a mon advis sont acquittées et n’en fault riens demander mais les fault garder et veoir les registres qui accorderont tout ». Ce stockage à la fois massif et désordonné accroît encore la confusion. Après un accord financier concernant le payement d’une compagnie d’ordonnance, douze ans après les faits, l’ex-trésorier des guerres Grolier s’engage ainsi à rendre « comme solues et acquictées », les obligations jusque là en instance… « si trouver les peult »391 ! Conserver n’est donc pas synonyme de pouvoir produire, en raison des conditions de conservation. Il est vrai que la demeure de Grolier offre bien des dangers pour les papiers, ce que révèle un épisode survenu en 1527 : une cédule est alors déchirée en son hôtel « par une petite chienne de poil noir ». Cinq personnes témoignent devant notaire que « lad. chienne [l]’avoit maché, rongé, mengé et rompue » en plusieurs endroits392

138Malgré la place prise par l’écrit, les relations orales et les accords verbaux gardent certainement une grande importance. Tout d’abord en raison de la nature des liens qui unissent entre eux les gens de finance : le contact personnel et la confiance mutuelle jouent un rôle notable. Ensuite, la mémorisation plus développée et la nécessité de travailler avec bon nombre d’analphabètes permettent – ou imposent – une relative souplesse, tout en assurant un avantage incontestable à ceux qui maîtrisent l’écrit. Enfin certaines opérations doivent rester discrètes, voire secrètes. On réduit alors au minimum la place de l’écrit, dans un mouvement inverse de l’inflation observable alors en tant d’autres domaines.

III. UN ENGAGEMENT CONTRAIGNANT

A. UNE VIE DE NOMADE

  • 393 Voir les remarques de Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 137 pour le milieu étroitement (...)

139Servir le roi n’est donc pas une sinécure pour les gens de finance. Certes, comme on l’a vu pour le personnel subalterne, les perspectives de carrière, et avec elles d’enrichissement et d’ascension sociale, sont importantes. Mais elles sont la contrepartie d’un engagement physique également important. Le trait le plus spectaculaire en est sans doute la très grande mobilité des hommes d’argent, qui concerne même les plus grands officiers de finance393. Dans le monde judiciaire, malgré commissions et enquêtes, la stabilité est plus forte en raison même des contraintes de la procédure. Pour les administrateurs (et juges) que sont baillis ou sénéchaux, avec leurs lieutenants, l’enracinement local est prépondérant, sauf à ne pas exercer sa charge. Pour les hommes de finance, c’est leur activité même qui implique de nombreux déplacements. Ils appartiennent aux catégories gyrovagues qui, des soldats aux pèlerins, arpentent sans cesse routes et chemins. Il ne s’agit pas d’une errance sans but : si chaque carrière a ses contraintes propres, si les circulations varient d’un officier à l’autre en fonction des charges exercées et des missions confiées, les pérégrinations se structurent autour d’une série de pôles d’attraction.

1. Le roi et son conseil

  • 394 A.N. J 966, 21/2 et 21/4.
  • 395 A.N. M.C. I.A.D. Carré, n° 1826 à 1856.

140Le premier d’entre eux est constitué par le souverain et son entourage, avec le Conseil et plus largement la Cour. Les officiers au travail dans les provinces peuvent y être convoqués à tout moment. Au début de mai 1538, alors que la Cour descend vers la Provence, Guillaume de Moraines, l’un des commis à la recette générale de Languedoïl, doit partir « incontinent » en poste vers le roi. Il emporte depuis Moulins les fonds disponibles. Mais il ne s’agit pas pour lui uniquement de convoyer de l’argent : une lettre précise qu’ » en passant par Lyon, il saurait la cause pour laquelle il estoit mandé »394. Pour certains, la présence auprès du roi est statutaire. En 1542, lors du rétablissement des trésoriers de l’Ordinaire des guerres, il est formellement indiqué que l’un des deux titulaires doit aller de façon constante à la suite du Conseil. Pour d’autres enfin, sans être statutaire, cette présence relève d’une nécessité fonctionnelle. Jehan Carré est assez bien localisé en 1522 (quatorze indications de juin à décembre)395. Il suit les déplacements du roi, de Lyon à Blois, puis à Saint-Germain-en-Laye. Quoi de plus logique pour celui qui est alors payeur des gages des officiers de l’Hôtel ?

  • 396 A.N. M.C. LIV 17 (21-3-1544). Le roi quitte Saint-Germain-en-Laye le même jour pour un voyage en N (...)
  • 397 Coyecque, Recueil, t. I, n° 934 ; A.N. M.C. LIV 17 (14-5-1541) ; J 958 n° 42 : mandement du 28-4-1 (...)

141On ne sait si le roi l’héberge à Saint-Germain dans son château, comme Philibert Babou, ou s’il réside aux environs, tel Jehan II Duval qui achète en 1544 une maison devant l’église du village. Beaucoup d’officiers tiennent en effet à avoir un pied à terre près des châteaux royaux. La chose est nette à Blois sous Louis XII avec les résidences de Florimond Robertet (l’hôtel d’Al-luye, toujours en place) mais aussi de Jehan Cottereau, de Jean François de Cardonne, des Hurault ou des Gaillard. A Fontainebleau, une douzaine d’officiers parmi les plus notables s’implantent à partir de 1528 : les trésoriers de l’Epargne Preudhomme et Jehan II Duval côtoient les trésoriers des Parties casuelles Apestéguy et Laguette ainsi que des responsables de l’Extraordinaire des guerres comme Anthoine Le Maçon ou Martin de Troyes ou des secrétaires des finances comme Philibert Babou et Jehan Breton. Ce dernier voisine avec Charles de Pierrevive, quand le domicile de Guillaume Preudhomme jouxte celui de Pierre d’Apestéguy et quand Martin de Troyes partage son logis avec Jehan Grolier. Ces résidences de fonction sont souvent inoccupées car le nomadisme reste de rigueur pour le roi lui-même et beaucoup le suivent. C’est pourquoi Nicolas de Neufville loue à Paris en mars 1544 les services d’un voiturier par terre pour « faire mener jusques a huict ou neuf cens livres pesant partant le jourd’huy de ceste ville de Paris pour aller partout où led. seigneur [de Neufville] vouldra aller »396. Il faut alors trouver des hébergements temporaires. Alors que le roi est à Paris, dans l’hiver 1522-1523, Thomas Bohier loge rue des Bourdonnais, chez son fils Anthoine. Dans des circonstances semblables, le secrétaire des finances Guillaume Bochetel habite « ordinairement » rue de Béthisy chez le grenetier de Gisors Jehan de Bondeville. En mai 1525, Guillaume Preudhomme, quand il est nommé trésorier de l’Épargne, loge à Lyon chez Robert Albisse397.

  • 398 Ainsi pour 1537 en mars, à la fin de juin, ou encore le 24 octobre et pour 1538 le premier février (...)
  • 399 Marguerite d’Angoulême, Correspondance, p. 330 ; A.N. J 967, 10/1 et 59 ; J 968, 12/1.

142S’il est une fonction pour laquelle l’obligation de suivre le roi s’impose, c’est justement celle de trésorier de l’Épargne. A sa nomination, Guillaume Preudhomme est déjà aux côtés de la Régente en l’absence du roi prisonnier. En 1536-1538, années parmi les mieux documentées, Preudhomme, quand on le localise, est le plus souvent auprès de François Ier398. Cependant des tâches spécifiques les séparent parfois : à la fin d’août 1536, Preudhomme est à Am-boise quand le roi est à Valence. Le trésorier de l’Épargne est aussi astreint, plus que le souverain, à des séjours dans les capitales financières du royaume, à Paris en avril 1537 ou à Lyon à la fin d’octobre. Reste le cas de la maladie, qui retient Preudhomme à Moulins le 20 août 1538, alors que François Ier qui remonte vers la Loire est déjà à Romorantin399.

  • 400 Le Page, Finances bretonnes, p. 36. Blois arrive en tête, loin devant Lyon/Grenoble (six séjours) (...)

143Très logiquement les déplacements de Semblançay, en raison de son rôle, décalquent aussi ceux de la Cour au début du règne de François Ier. Ses itinéraires sont bien connus grâce aux renseignements rassemblés par Alfred Spont. En dehors des voyages royaux auxquels il est associé (qui le conduisent jusqu’à Marseille et au camp du Drap d’Or), Semblançay se déplace en permanence dans le triangle du pouvoir délimité par trois régions privilégiées : le val de Loire, l’Ile-de-France et Lyon. Avec, pour ce dernier pôle, une longue interruption de 1517 à 1521 qui recoupe celle du monarque. Ce n’est qu’au temps de la disgrâce, en 1524-1526, que Semblançay peut se stabiliser en Touraine. Pour le receveur général de Bretagne Jehan de L’Espinay, souvent à la suite de la reine Anne sous Louis XII, le triangle du pouvoir est le même, auquel s’ajoutent bien sûr Nantes et le duché breton400. Comme la reine, L’Espinay ne sort pas du royaume, à la différence de Semblançay qui accompagne Louis XII en Italie en 1509. En 1515 en revanche, il ne suit pas François Ier. Il est vrai que, pour cette campagne, son fils Guillaume figure aux côtés du roi.

  • 401 B.N. fr 2985 f°78.
  • 402 Barrillon, Journal, t. 1 p. 76-77. Notons au passage que c’est la cinquième fois que Florimond Rob (...)

144La présence du roi aux armées fractionne les lieux de pouvoir et complique la circulation des officiers entre ceux-ci. Dans une lettre à Florimond Robertet du 23 septembre 1521, Jehan de Poncher, alors trésorier de l’Ordinaire des guerres, donne quelques précisions. Il est pour l’heure à Claye, en Brie, à deux lieues au nord de Lagny, en compagnie de Semblançay. Tous deux ont quitté Paris et son marché financier pour retrouver Louise de Savoie, alors installée à Meaux. Dès le 24, Poncher entend bien revenir dans la capitale pour exécuter une mission financière rendue délicate par l’absence d’assignation. Mais il juge que là n’est pas sa vraie place : « Je ne pansse pas servir plus de riens par deçà et me fait mal d’y demourez, le Roy estant où il est de présent »401. Poncher souhaite rejoindre François Ier au sein de l’armée qui tente alors de débloquer Mézières. Nombreux sont en effet les officiers de finance qui se joignent au monarque quand il part en guerre. En août 1515, lors du passage en Italie qui précède Marignan, outre le jeune Guillaume de Beaune, cinq d’entre eux franchissent les Alpes : Florimond Robertet, Nicolas de Neufville, Philibert Babou, Thomas Bohier et Raoul Hurault402.

2. Les armées

  • 403 Baudouin-Matuszek, Écosse, p. 362 et 370 ; A.N. M.C. XIX 177 (8-1-1549).
  • 404 L. et S. t. I notice 74 ; Pélicier, Lettres de Charles VIII, t. IV p. 107, 114 et 133, t. V p. 263 (...)
  • 405 Un témoignage sur sa mort dans un document malheureusement mutilé : A.N. M.C. LXXXVI, 1 [30-6( ?)- (...)
  • 406 Sur la lutte pour disposer de grands officiers de finance aux armées : Hamon, Argent du roi, p. 38 (...)

145Mais suivre le roi aux armées n’est qu’un aspect de la participation des officiers aux opérations militaires. Celles-ci se déroulent en effet le plus souvent en l’absence du souverain, sous le commandement d’un haut personnage, prince du sang, maréchal ou amiral généralement. Un quart au moins des grands officiers de finance s’implique dans les activités guerrières. Rares sont les missions très lointaines, comme celle qui conduit en 1549 Pierre d’Apestéguy en Écosse, avec le titre de général des finances pour le roi en ce pays403. L’espace de référence comprend essentiellement le royaume et la péninsule italienne. Certains officiers semblent s’être fait une spécialité d’agir dans un secteur particulier, comme Thomas Bohier en Italie du Nord. Fort d’une expérience acquise en 1494 puis en 1504, il séjourne régulièrement dans la péninsule entre 1507 et 1513404. Après la campagne de Marignan, il accompagne encore en 1523 l’armée de Bonnivet et Montmorency dans une tentative de reconquête du Milanais. Il meurt d’ailleurs au cours de la retraite, le 24 mars 1524, à « Vigesve » (Vigevano)405. Une seule exception à ce tropisme italien, la campagne de 1521-1522 à Fontarabie, toujours aux côtés de Bonnivet. Est-ce à cause de l’amiral qu’il fait cette entorse ? Celui-ci, fort en grâce auprès du monarque, a pu demander les services de ce responsable chevronné et particulièrement compétent406.

  • 407 L. et S. t. I notice 333 ; B.N. fr 25720 n° 212 ; Spont, Semblançay, p. 190 note 4.
  • 408 B.N. fr 20502 f°174 ; A.N. J 965, 8/11 et J 967, 12/1 ; Decrue, Montmorency, p. 263 et 272 ; BOURR (...)
  • 409 Selon un acte du 3-4-1543, il est à Narbonne le 6 octobre 1542 : A.N. M.C. CXXII 1064. Il sert tou (...)
  • 410 C.A.F., t. VI n 19685 et t. VIII n° 30254.
  • 411 B.N. fr 2971 f°130 ; Spont, Semblançay, p. 171 ; Du Bellay, Correspondance, t. II p. 469 ; Tournon (...)
  • 412 Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 259. La ville d’Amboise engage d’ailleurs des frais « pour (...)

146D’autres officiers vont en revanche d’un front à l’autre au gré des campagnes. Le général d’Outre-Seine Raoul Hurault est en Milanais en 1515 et dans le royaume de Naples en 1527-1528. Mais en 1521-1522, il s’occupe des troupes basées en Champagne et Picardie407. Le trésorier de France en Languedoc Charles de Pierrevive sert en Italie, sous Saint-Pol en 1528, sous Humières en 1536, sous Montmorency en 1537. Il est présent au camp d’Avignon avec le roi en 1536, puis fait le détour par la Picardie aux côtés du grand maître408. En 1542, il participe probablement à l’offensive en Roussillon en attendant, en 1552, de prendre part au « voyage d’Allemagne »409. Au cours des campagnes, il est d’ailleurs amené à faire la navette entre les armées et la Cour, véhiculant des fonds ou transmettant des instructions410. Ainsi tous les grands officiers peuvent être impliqués dans les opérations militaires. Mais, à l’exception d’une poignée de spécialistes, dont Charles de Pierrevive vient d’offrir un bon exemple, le lien entre la circonscription d’exercice et le front en cause est de rigueur. Cela vaut pour le receveur général de Picardie Jehan de la Forge, impliqué dans sa province en 1521, pour le général de Languedoïl et Guyenne Guillaume de Beaune en Navarre la même année, pour le général d’Outre-Seine Anthoine de Lamet en 1536 en Champagne, ou pour le receveur général de Piémont-Savoie François de la Colombière en 1537 en Dauphiné411. Un exemple isolé est sans doute révélateur d’un pan ignoré de l’activité des grands officiers, l’accompagnement des soldats : en 1544, le trésorier de France en Languedoïl Philibert Babou surveille (et peut-être organise) des mouvements de troupes autour d’Amboise412.

  • 413 Pour l’ensemble, voir A.N. J 958 n° 18 et A.D. Loire-Atlantique B 582 f°57 (pour le 28 février).
  • 414 A.N. M.C. XIX 151 (13-3-1539) et XIX 163 (1-6-1543).
  • 415 Selon un acte du 18 mars 1555, Veau a accompli de nombreux voyages à la guerre, en Lorraine, Luxem (...)

147Quant aux trésoriers des guerres, qu’ils soient mobilisés aux armées n’a rien pour surprendre. Mais cela vaut beaucoup plus pour l’Ordinaire (Guy de la Maladière, Jehan Grolier) plus que pour l’Extraordinaire. Les responsables de ce dernier secteur sont en effet longtemps en retrait, déléguant à des commis le soin de suivre les troupes. C’est le cas pour Meigret, Prévost et Spifame entre 1516 et 1528. Les localisations connues de Jehan Prévost en 1523 sont révélatrices : il est à Paris le 29 janvier, à Lyon le 28 février, de nouveau dans la capitale les 24 mars, 30 juin, 29-31 juillet et 15 septembre. Il se trouve à Blois le 27 septembre et le 5 octobre puis à Tours le 16 novembre413. Prévost est donc présent avant tout sur les lieux de gouvernement. Il laisse à ses subordonnés le soin de couvrir les différents fronts. Seule exception durant cette période, Jehan Carré est à Pavie en 1525. L’explication tient sans doute ici à la présence du roi au sein de l’armée. La progressive division de l’Extraordinaire entre deux responsables rapproche des armées les titulaires. C’est sûr pour Anthoine Le Maçon en 1537 en Picardie et en 1542 en Roussillon414. C’est probable pour Jacques Veau dans le nord-est au milieu des années quarante415.

3. La diplomatie

  • 416 Le Page, Finances bretonnes, p. 393-394. La restitution du Roussillon rend impossible de lui conse (...)
  • 417 L. et S. t. I notice 488 ; Barrillon, Journal, t. I p. 218, t. II p. 87-89 et 141. Autre officier (...)

148Moins nombreux, mais non négligeables cependant, sont les officiers qui multiplient les déplacements pour les besoins de la diplomatie. En ce domaine on songe bien sûr au rôle du « ministre des affaires étrangères » Florimond Robertet. Mais ce dernier reste toujours proche du pouvoir royal : à l’exception d’une mission à Innsbrück durant l’hiver 1501-1502, il ne s’éloigne guère du conseil du roi pour négocier. Quelques-uns cependant prennent part à ce genre de mission durant une partie de leur carrière. Ils peuvent en faire alors une activité de premier plan. Sous Charles VIII Jean François de Cardonne, d’une famille du Roussillon, participe aux négociations concernant sa province d’origine en 1487 et 1492. Mais il joue aussi un rôle en Bretagne de 1488 à 1491, puis à Florence et dans le royaume de Naples en 1495. C’est sans doute pour récompenser ses services et sa fidélité qu’il reçoit en chemin l’office de général de Bretagne (avril 1491)416. Au début du règne de François Ier, c’est au tour du secrétaire des finances Nicolas de Neufville de jouer les diplomates. Il part en mission en Flandre en juin 1516 pour les négociations qui débouchent sur le traité de Noyon. En 1518, il gagne par deux fois l’Angleterre, où la délivrance de Tournai est en débat. Une nouvelle fois, en 1522, il passe la Manche. Entre temps, au printemps 1519, il participe à Montpellier aux négociations interrompues par la mort du grand maître Artus de Boisy417.

  • 418 L. et S. t. I notice 37 ; Du Bellay, Correspondance, t. I p. 13 et 42 ; B.N. fr 4754 f°10 ; Lestoc (...)

149Gilbert Bayard prend le relais pour les années suivantes. Présent à Madrid en janvier 1526, il y signe la protestation royale. Il se rend plusieurs fois auprès de l’Empereur en 1527 et 1528. Il fait durant l’hiver et le printemps 1529 la navette entre la régente des Pays-Bas et les autorités françaises pour aplanir le chemin qui conduit à la paix des Dames. Jean du Bellay informe le grand maître sur les déplacements de Bayard. Le 13 mai 1529, il le signale à Montdidier, sur le chemin des Pays-Bas. Il est attendu à Paris pour le 13 juin et, dix jours plus tard, il est de nouveau en route pour Valenciennes. La signature du traité de Cambrai ne lui procure pas le repos. Dès août il accompagne l’ambassade dirigée par Chabot qui se rend en Italie pour recevoir la ratification de Charles Quint. Durant l’hiver 1530-1531, pour règler le contentieux de la rançon, il reprend ses voyages en Flandres. Le 3 novembre 1530, Bayard fait étape chez Guillaume de Montmorency, à Chantilly, sur la route du Nord. Après une relative éclipse, il reprend activement du service à la fin du règne, en mission auprès de l’Empereur en août-septembre 1544, ou en pleine discussion avec les princes protestants allemands à l’automne 1545418.

  • 419 Champollion-Figeac, Captivité, p. 433. Babou sert d’ambassadeur pour la duchesse d’Alençon en déce (...)
  • 420 . Spont, Semblançay, p. 73 ; Du Bellay, Mémoires, t. I p. 286.
  • 421 L. et S. t. I notice 73 ; Canestrini, Négociations, t. II p. 759.
  • 422 Le père du premier a déjà été ambassadeur extraordinaire en Suisse en 1479-1480 et 1488-1491 : voi (...)
  • 423 Voir également les missions d’André Le Roy [L. et S. t. I n° 424], Jehan Breton [Du Bellay, Corres (...)

150Gilbert Bayard est sans doute un cas extrême, d’autant que son rôle dans les affaires d’argent est en définitive assez réduit. Mais des officiers de finances parmi les plus impliqués dans la gestion des fonds s’investissent aussi dans des négociations. Pour certains, il faut parfois des conditions exceptionnelles, ainsi la captivité de François Ier pour Philibert Babou qui est aux côtés du roi en Espagne. A la fin de 1525 il précise dans un rapport qu’ » il a faict dix huict fois le chemin de Madril a Tollede où est l’empereur » durant les mois écoulés419. Étonnamment, c’est en Angleterre que Thomas Bohier, l’homme de l’Italie, est pour sa part envoyé en 1514, après Guinegatte. Neuf ans plus tard, la diplomatie s’immisce au cœur même de ses activités militaires. Au milieu de novembre 1523, alors qu’il accompagne l’armée en Lombardie, il se rend à Milan avec Galeas Visconti, pour tenter de convaincre les Milanais de prendre le parti du roi420. Son frère Henri, général comme lui, agit plutôt en direction des Cantons suisses. Le 19 janvier 1516, il séjourne à Chambéry et se dirige vers le Nord. Un acte du 29 janvier précise qu’il est parti « en pays loigtain ». Henri Bohier est intégré six ans plus tard dans la « grande ambassade » auprès des Cantons que conduit le Bâtard de Savoie421. Avec ses problèmes de pensions et ses troupes à lever, la Suisse est donc un secteur diplomatique pour lequel les hommes d’argent sont particulièrement sollicités. Anthoine de Lamet ou Charles du Plessis y travaillent bien avant d’obtenir un office de général422. Mais Morelet de Museau et Lambert Meigret en revanche y sont envoyés, comme Henri Bohier, précisément en raison de leurs compétences financières. Au total, ce sont une quinzaine de grands officiers qui sont concernés par la diplomatie423.

4. Courir la province

  • 424 Héauville, à 18 km à l’ouest de Cherbourg. Gouberville, Journal, t. II p. 101. Le maître des requê (...)
  • 425 Ibid., p. 24-25.Toutes les tournées n’ont donc pas de finalité financière : c’est de même pour ins (...)
  • 426 Lors d’une nouvelle tournée en août 1556 le général de Caen interroge Gouberville « de ce que bon (...)

151Les déplacements que les officiers de finance accomplissent dans leur circonscription d’exercice, dans le cadre de leur activité professionnelle, sont souvent difficiles à connaître. Au hasard du Journal de Gouberville, le général de Normandie nous apparaît ainsi brièvement en juin 1554 en tournée dans le Cotentin. Flanqué d’un maître des requêtes, il passe à Cherbourg, y soupe le 11 au soir chez le contrôleur de l’élection Roland Leparmentier, beau-frère de Jehan Laguette. Gouberville assiste au repas puis revient le lendemain voir le général qui part « sur les quattre heures coucher à Hiauville »424. Le motif de cette tournée n’est pas fourni. Il peut s’agir, comme à la fin du règne de François Ier, d’aliéner ou d’arrenter le domaine pour obtenir des fonds. L’année précédente, en revanche, le « général de Caen », déjà accueilli par Leparmentier, était passé en juillet pour inspecter l’état des défenses locales (donjon de Cherbourg, fort d’Omonville) et de leurs « munitions »425. La sociabilité évoquée par Gouberville montre que le passage de ces personnages importants leur permet de cotoyer les agents locaux du pouvoir, sûrement pour disposer d’informations, sans doute pour utiliser leurs services mais peut-être aussi pour les surveiller426.

  • 427 O.R.F., t. III p. 322 (décembre 1523). Chevauchées à distinguer de celles assurées, en théorie du (...)
  • 428 Jacqueton, Épargne, 2e partie, p. 5 note 3.
  • 429 O.R.F., t. VII p. 176. Décision prise dans le cadre d’une mesure de réduction de gages.
  • 430 A.N. KK 289 f°477-479 et 485v°.
  • 431 Le procès-verbal de sa tournée est conservé en A.N. J 832 n° 6.
  • 432 Étudiée en détail dans Le Page, Finances bretonnes, p. 57-64.

152Les chevauchées des ordonnateurs, de tradition depuis longtemps, restent en vigueur dans la première moitié du 16e siècle. La monarchie rappelle régulièrement ses exigences en la matière : « Seront tenuz iceulx trésoriers et généraulx chevaucher leurs charges deux foyz l’an pour augmenter nostre revenu et corriger les faultes et abbuz qui se pourront faire sur ce »427. C’est probablement une tâche plus importante encore après la perte de pouvoir consécutive aux réformes de 1523-1524. Il faut au trésorier de l’Épargne Guillaume Preudhomme une très officielle dispense pour s’épargner cette obligation dans sa généralité de Normandie, fardeau évidemment incompatible avec sa fonction auprès du roi428. Sans doute certains des généraux et trésoriers de France font-ils alors du zèle, puisque une ordonnance du 31 décembre 1534 précise que ces chevauchées ne doivent pas dépasser quatre mois par an, sauf lettres patentes spécifiques, en raison des frais qu’elles entraînent429. Il nous reste quelques témoignages documentaires de cette activité. Le premier correspond à la tournée effectuée de la fin de septembre 1518 au 4 janvier 1519 par Guillaume de Beaune, général de Languedoïl, (et peut-être en partie par le trésorier de France Loys de Poncher) de l’Orléanais au Poitou. Des officiers de finance locaux les assistent, et leur servent même de suppléants pour le Berry, le Bourbonnais et le Nivernais entre le 12 novembre et le 22 décembre 1518 : les grands officiers ne peuvent en effet être partout à la fois430. La partie sud-est de la Languedoïl est en revanche parcourue en personne par son général, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, quinze ans plus tard. Du 12 décembre 1533 au 6 janvier 1534 il visite l’Auvergne, le Bourbonnais et le Nivernais431. Nous connaissons enfin une tournée entreprise en Bretagne par le général Bullioud de mai à octobre 1537432.

  • 433 C.A.F., t. VII n° 24842 (3-6-1542) ; B.N. Dupuy 261 f°111 [7-6-(1511)] ; Spont, Semblançay, p. 153
  • 434 A.N. J 966, 27/2 (24-5-1537) ; J 832 n° 6.

153Régulièrement, la monarchie confie aux responsables financiers des missions plus précises. En 1511, Thomas Bohier, en tant que « surintendant » en Italie, est chargé avec l’évêque de Paris Etienne de Poncher d’une enquête sur les fermes du Milanais. En 1542 le général de Languedoc Charles du Plessis, assisté du maître des ports de Lyon, doit installer des bureaux de perception de la traite foraine dans les localités du Dauphiné et de Provence les plus proches de la frontière. Il en profitera pour visiter ce secteur. Il y a en effet généralement association, du moins dans les documents disponibles, entre chevauchée ordinaire et mission plus précise. A l’automne 1518, le général Guillaume de Beaune a ainsi avant tout pour mission d’imposer la gabelle en Anjou, et plus généralement de la réformer comme le fait au même moment son collègue le général Hurault en Outre-Seine433. En 1533-1534, l’un des objectifs essentiels de la tournée d’Anthoine Bohier de Saint-Cirgue semble bien être de faire un rapport sur l’impact de la suppression d’une imposition sur le sel spécifique au Bourbonnais, le boutehors. En 1537 enfin, c’est pour mettre à exécution des commissions précises qu’Anthoine Bullioud se rend en Bretagne. L’impossiblité d’accomplir l’une d’entre elles le décide à entamer une chevauchée des recettes ordinaires. Il profite d’autant plus volontiers de l’occasion qu’il ne réside alors qu’épisodiquement dans la province. La situation d’Anthoine de Lamet en Picardie est plus confortable : c’est dans sa demeure de Pinon (près d’Anizy-le-Château) qu’il reçoit la même année les receveurs des aides et tailles de l’élection de Laon venus en voisins lui faire part de leurs doléances. De même, lors de sa tournée de 1533-1534, Anthoine Bohier de Saint-Cirgues prend-il soin de s’établir près d’une semaine dans son château de Saint-Cirgues (à côté d’Is-soire) et d’y convoquer des officiers subalternes du bas-pays d’Auvergne aussi bien que du Franc-Alleu434.

  • 435 A.N. J 967, 116/1.
  • 436 A.N. J 968, 12/1.
  • 437 A.N. J 967, 116/2.

154Les comptables eux aussi sillonnent les provinces pour drainer les fonds. Le 5 avril 1537, le maître des requêtes Imbert de Saveuse, le robin de la commission tripartite établie en Outre-Seine depuis 1532, rend compte au chancelier de la tournée qu’il effectue avec Jaques Marcel, commis à la recette générale de cette circonscription. Ils ont fait un envoi d’argent depuis Troyes, se sont ensuite rendus à Châlons et à Reims, d’où ils font encore partir 39 700 lt. Le jour même, ils redescendent sur Château-Thierry et vont regagner Paris. Selon toute apparence, l’intervention active des responsables de la généralité est efficace, même si « les deniers sont fort mal aisez à recouvrer en ce pays »435. Mais le trésorier de l’Épargne Preudhomme, basé à Paris, écrit une semaine plus tard au chancelier du Bourg, alors à Amiens, que l’absence de Marcel se fait sentir dans le chef-lieu de sa circonscription. Les clercs de Marcel traînent les pieds pour règler un problème d’assignation. Preudhomme s’impatiente car ils le « remectent à l’arrivée de leur maistre en ceste ville pour adviser avec luy ce qui si pourra faire, laquelle je treuve bien longue ». Saveuse est jugé responsable de ce retard, pour avoir « voullu aller par toutes les receptes et greneteries de lad. charge, qui est chose fort longue »436. Situation difficile que celle de ces hommes qui entreprennent une tournée fatigante pour faire activer les rentrées et auxquels on reproche dans le même temps de ne pas être déjà de retour à Paris ! Au début de juin cependant, Saveuse et Marcel reprennent le chemin de la Champagne où la présence de gens de guerre complique encore le recouvrement437.

  • 438 A.D. Haute-Garonne C 2277-2278.
  • 439 Le Page, Finances bretonnes, p. 662-664 ; C.A.F., t. II n° 5906, t. III n° 8528, t. IV n° 11035 et (...)

155Le simple exercice d’une fonction fort prenante n’est pourtant pas la tâche unique des grands officiers. Parmi les déplacements spécifiques qui peuvent leur incomber figure l’assistance aux États provinciaux. L’assiduité est variable comme le montre l’exemple du Languedoc pour les 37 sessions qui ont lieu entre 1523 et 1547438. Trois grands officiers de finance sont généralement sollicités pour faire partie des six ou sept commissaires du roi : le trésorier de France, le général et le receveur général. Le roi prend soin de préciser que la mission peut être effectuée par une partie seulement de ceux qui sont désignés, à condition qu’ils soient au moins trois. On constate que, dans sept cas, aucun des trois grands officiers n’est présent, dans dix-neuf cas il n’y en a qu’un et dans onze cas ils sont deux. Sur la période, les généraux sont présents une fois sur deux, mais l’assiduité peut varier beaucoup d’un titulaire à l’autre, comme en témoignent les receveurs généraux : Jehan Testu assiste à douze des seize séances de 1523-1531 alors que ses successeurs ne sont présents que quatre fois jusqu’en 1547. Les mêmes obligations, inégalement remplies, s’observent de la Bretagne aux modestes États du comté d’Auxonne439.

  • 440 A.N. J 966, 7/2 et 7/3. Même activité pour Lamet en Outre-Seine : C.A.F., t. III n° 8826 et 9178.
  • 441 C.A.F., t. VIII n° 30341 et 30412 ; A.N. J 967 5/1 et 5/2.
  • 442 B.N. fr 2964 f°93 (sans date).
  • 443 B.N. P.O. Poncher n° 61, P.O. Bohier n° 32 et 43 ; A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier) n° 711 (abs (...)

156Les gestionnaires des circonscriptions font ensuite presque toujours partie des commissions d’aliénation et de vente de rente sur le domaine ou les impositions. Cette charge supplémentaire s’abat particulièrement sur les ordonnateurs. Le 26 mai 1537, le général de Languedoïl Anthoine Bohier, alors basé à Orléans, rend compte au chancelier de ses projets pour placer ses rentes sur les revenus de la monarchie : « M’en partiray […] pour aller es petites villes cir-convoisines d’icy, comme Pluvyers [Pithiviers], Mehun, Boysgency et Châ-teaudun, pour veoir s’il se pourra trouver quelque argent ». Quatre jours plus tard, il écrit de nouveau, depuis « Pluvyers en Beausse », son premier objectif. Il a entre temps ajouté Jargeau à la liste de ses étapes440. En Normandie, le trésorier de France Claude Robertet touche cette même année d’importantes vacations (666 lt) pour une activité semblable, auxquelles s’ajoutent 114 lt pour être allé solliciter des prêts pour la guerre dans les villes franches, au cours des mois de juillet et d’août. Des lettres au chancelier signalent son passage à Dieppe, puis dans les villes du pays de Caux, enfin à Rouen, en attendant Caen et la Basse-Normandie441. Quelque quinze années plus tôt, dans la même province, Florimond Robertet avait dû confier une tâche semblable à un commis. Ce dernier constate en effet : « Ne povez vacquer a l’execution d’icellui [pouvoir d’emprunter] obstant les grans affaires que vous avez a l’entour de la personne du Roy »442. Ce type de mission est récurrent : en 1544 de nouveau, Louis Preudhomme, général de Normandie est chargé d’engager le domaine et également de lever des emprunts dans la province. Il doit être assisté dans cette seconde tâche par un ancien général et, ce qui est plus étonnant, par le général chargé de la Languedoïl. Mais ce dernier semble ne pas participer à l’opération. Il est d’ailleurs rapidement mobilisé dans sa propre circonscription pour les emprunts443.

  • 444 A.N. KK 338, f°59v° et 76-83. Sur la Tour Carrée, voir Hamon, Argent du roi, p. 295-301 et passim.

157Pour autant, même si la circonscription d’exercice reste un ancrage fondamental, les missions au dehors n’ont rien d’impossible. Les poursuites financières peuvent donner lieu à de nombreux déplacements. Les mieux connus sont ceux de Jehan Prévost, général de Guyenne, qui se fait l’auxiliaire zélé de la commission de la Tour Carrée. À la fin de 1528, il court la poste de Paris jusqu’à Lyon pour rattraper des clercs de Robert Albisse « qui estoient partiz de Paris et emportoient en dilligence et sur chevaulx de poste plusieurs lectres missives, memoires et autres instructions touchans et concernans le faict et procès dudit Albisse ». En avril-mai 1529, toujours depuis la capitale, il rejoint la Cour en val de Loire avant de regagner Paris après 52 jours d’absence « luy huitiesme de personnes et tant de chevaulx ». En janvier-février 1530, il est à Dijon ; en avril-mai en Touraine auprès du roi. À la fin de 1531, il se rend de Paris à Compiègne pour informer François Ier de l’état des poursuites. Entre temps on lui connaît de petites échappées, à Saint-Germain-en-Laye ou à Fontainebleau, pour le même motif444.

  • 445 I.A.D. Legendre, papiers, n° 182. Les origines normandes qu’on lui prête parfois (voir par exemple (...)
  • 446 Deville, Gaillon, p. 258, 267, 270, 272, 277-279, 347, 375 et 420.
  • 447 B.N. fr 5500 f°81 ; Hervier, Legendre, p. 49.
  • 448 B.N. fr 2964 f°90 et 2971 f°149. Les informations fournies par ces deux documents sont contradicto (...)

158Rares sont en définitive les officiers qui restent relativement stables. Au vu des informations disponibles, ce peut être le cas de Pierre Legendre. Certes, au début de sa carrière, il s’est déplacé. Il prend part ainsi au voyage « pour la conqueste du royaume de Naples ». Ce parisien d’origine est receveur des tailles et subsides à Rouen de 1485 à 1498 : il réside régulièrement, sinon toujours, dans la capitale normande445. D’ailleurs il est encore mobilisé dans la province assez régulièrement en 1507-1509 par la construction du château de Gaillon446. Mais, durant les quinze dernières années de sa vie, aucun déplacement n’est connu, à l’exception d’un séjour à Blois en février 1514447. Il est vrai que Legendre est profondément enraciné dans la capitale et ses environs, à la fois par son patrimoine, par son office de trésorier de France en Outre-Seine et par ses charges annexes, depuis la prévôté des marchands jusqu’à la seule commission financière qu’on lui connaisse depuis des lustres, pour un emprunt parisien entre 1521 et 1524448. Est-ce le privilège des fins de carrière ? D’autres exemples ont montré que non. L’affirmation de la stabilité s’appuie sur le silence de sources dont le caractère lacunaire, par exemple concernant son activité comme trésorier de France hors de Paris, rend en fait audacieuse une conclusion trop abrupte.

B. LES RISQUES DU METIER

159Sauf exception donc, les déplacements des officiers de finance sont nombreux et diversifiés. En un temps où les infrastructures sont réduites et les conflits fréquents, cela n’est pas sans risques pour eux. Il s’agit sans doute des aspects les moins enviables de leur existence, dans le cadre même de leurs activités professionnelles.

1. Les misères de la guerre

  • 449 Le Page, Finances royales, p. 33 note 149 (Redon).
  • 450 Oury, Touraine, p. 79 ; Monluc, Commentaires, p. 437. Encore, un doute subsiste-t-il sur cette mor (...)
  • 451 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 311-312. Le bruit de sa mort pendant une précédente retraite, celle d (...)
  • 452 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 224.
  • 453 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529).
  • 454 B.N. fr 5501 f°387 ; A.N. M.C. III, 3 (3-12-1529).
  • 455 Marot, Œuvres complètes, t. II p. 230 (cimetière XVI) ; A.N. M.C. XIX 61 (10-10-1527), XIX 74 (22- (...)

160La guerre de Bretagne met en péril l’existence du trésorier général Jehan de l’Espinay, en particulier lors du siège de Redon en décembre 1488449. Si L’Espinay évite le pire, la participation active aux opérations militaires est fatale à un certain nombre d’officiers de finance. À ma connaissance, seul l’un d’entre eux meurt au combat : Léonor Babou, fils de Philibert, au siège de Thionville en juin 1558450. Mais ils sont surtout victimes des épidémies qui s’abattent sur les armées en campagne. En mars 1524, alors que les Français abandonnent le Milanais, la peste rôde dans le camp de Bonnivet, précisément au moment où disparaît le général Thomas Bohier451. Le « voyage de Naples » de 1527-1528 fait de nombreuses victimes au sein de l’administration financière. Le général Raoul Hurault teste à Capoue le 6 août 1528 et meurt quelques jours plus tard, de la peste ou plus probablement du typhus qui s’abat alors sur l’armée452. Parmi les agents de Gaillard Spifame qui suivent l’armée de Lautrec pour assurer les paiements de l’Extraordinaire des guerres, son commis en chef, Jehan Bertrand, meurt en Italie, tout comme Jehan Daniel, qui transporte des fonds453. À l’Ordinaire des guerres, Anthoine Grolier le jeune, cousin et commis du trésorier Jehan Grolier « pour les payemens de (la) gendarmerie et autres affaires (au) camp et armée (du) royaulme de Napples » y est « allé de vie à trespas ». Guillaume Gaultier, commis ordinaire de la guerre, a connu le même sort454. Reste enfin le cas de Loys Jagryneau, commis de l’Extraordinaire des guerres sous Carré qui a dû reprendre du service sous Spifame, et qui meurt en Italie entre la fin de 1527 et octobre 1529 : est-ce sous Lautrec ou sous Saint-Pol455 ?

  • 456 B.N. fr 17527 f°7v° ; Versoris, Livre de Raison, p. 162. Le premier des trois est « Sainct-Marceau (...)
  • 457 B.N. fr 5109 f°453.
  • 458 Valbelle, Histoire journalière, t. I p. 100.
  • 459 Champollion-Figeac, Captivité, p. 133. Le fait est confirmé par une lettre à Babou de l’évêque de (...)

161Moins définitive, mais peu agréable cependant, est la capture lors des opérations. Plusieurs officiers de finances sont ainsi faits prisonniers à Pavie. La liste du manuscrit français 17527 comprend six noms : les secrétaires des finances Thierry Dorne et Jehan Breton, le général de Languedoc Jehan de Poncher, le trésorier de l’Épargne Philibert Babou, le trésorier de Milan et de l’Ordinaire des guerres Jehan Grolier, l’argentier du roi Marc de la Rue. Nicolas Versoris, qui retient les quatre premiers d’entre eux, en ajoute trois autres456. Il convient d’être prudent dans l’utilisation intégrale de ces listes. Certes, le témoignage même de Jehan de Poncher lors du procès du connétable de Bourbon confirme sa capture : « estant prisonnier », il parle deux ou trois fois avec Bourbon au début de 1525457. Mais il faut faire la part de la rumeur. En 1521, on avait déjà cru à tort, à Marseille, que Guillaume de Beaune, fils de Semblançay, était mort en Navarre lors de l’échec de l’armée de Bonnivet458. Ici c’est la capture de Babou qui est controuvée : une lettre de Jehan de la Barre à la régente du 4 mars 1525 est très claire sur ce point : « Madame, le trésorier Babou est sauvé, et est son argent à Plesance »459.

  • 460 A.N. KK 351 f°11 ; A.N. M.C. Inv. Carré, cote 1379 (12-4-1525) ; Spont, Semblançay, p. 232 note 4.
  • 461 Moreau, Prinse et délivrance, p. 285.
  • 462 A.N. M.C. VIII 43 et CXXII 1038 (deux actes du 27-5-1525).
  • 463 A.N. J 967, 19/3.
  • 464 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 42 ; B.N. fr 2985 f°89v°, fr 5109 f°447-448. À la fin du règne de Fr (...)

162Le trésorier de l’Extraordinaire des guerres Jehan Carré réussit également à s’échapper, sauvant du pillage des bagages « six vielz platz d’argent rompuz aux armes du roy » qu’il remet au responsable des finances extraordinaires à son retour en France, comme « saulvez avec luy de la bataille dernière ». Le général de Guyenne Jehan Prévost a probablement aussi réussi à prendre la fuite460. Ici aussi, les témoignages « littéraires » sont parfois incertains : selon Sébastien Moreau, le jour de Pavie, « le général et trésorier de Milan » présent dans la ville, s’enfuit avec la garnison461. Or il s’agit… de deux personnes différentes : Octavien Grimaldi est général, Jehan Grolier trésorier. Il n’y a aucune certitude sur la localisation de Grimaldi, mais sa présence à Milan est tout à fait possible. Quant à Grolier, il figure parmi les prisonniers retenus par les listes évoquées plus haut : rien n’empêche qu’il ait été pris à la suite de la bataille plutôt qu’au cours de celle-ci. S’il faut accorder crédit à cette capture, le prisonnier est sans doute rapidement libéré sur parole. Jehan Grolier réapparaît en effet chez les notaires parisiens à la fin de mai 1525462. Les gens de finance sont très certainement astreints à payer rançon. On en a la certitude pour Jehan Grolier. Dans une supplique des années 1536-1538 destinée à obtenir une composition financière, il met en avant les « trois prisons de guerre où il est tombé estant au service du Roy, dont il a esté contraint de payer grosse rançon »463. Hormis l’épisode quasi assuré de Pavie, il n’est pas possible de déterminer quand les autres captures ont pu avoir lieu. Les occasions sont fréquentes, car Grolier fait plusieurs séjours en Italie dans les années dix, il suit Lautrec au cours de la campagne de 1521-1522 et se trouve au camp d’Avignon en 1524464.

  • 465 Récit dans A.N. Z1a 54 f°205v° et sq. (2-6-1529).

163L’imprévu, parfois dramatique, est souvent au rendez-vous pour ceux qui participent au financement des armées : les mésaventures de François Troillard en portent témoignage465. Il ne s’agit cependant que d’un clerc, peut-être plus exposé encore que les officiers. En août 1527, il convoie vers l’Italie des fonds de l’Extraordinaire qu’il remet à un commis de Spifame à Alexandrie. Il prend ensuite du service auprès d’Andrea Doria et s’établit à Gênes. Le 28 avril 1528, Doria l’envoie à Lyon et à la Cour. Il s’embarque sur une galère à destination de Marseille « qui estoit chemyn plus court à venir à Lion que par terre et beaucoup plus seur à cause des Espaignolz qui estoient sortiz de Millan […] et faisoient nuyt et jour courses jusques près led. Gennes où l’on faisoit gros guet ». Mais le danger vient finalement d’une autre direction. Dans la nuit du 3 au 4 mai, vers minuit, auprès des iles d’Hyères, « fut lad. gallère, qui estoit seulle, poursuivye par quatre fustes de mores infidèles ». Après avoir fait voguer à toute force vers la terre, capitaine, marins et « gens de bonne voillie » (bonevoglie) se jettent courageusement à l’eau, alors que Troillard se tient « en la poupe, espérant le combat ». « Voyant icelle gallere habandonnée et que l’eaue l’eslongnoit de terre », il fait aussi le saut. Il est « en grant péril d’estre noyé, allant par deux fois au fons de l’eaue ». Parvenu sur la rive, Troillard « en pourpoint, la teste nue » gagne Hyères. Le grenetier du lieu – solidarité des hommes d’argent ?- lui prête « ung saye et ung cheval de louage jusques à Marceille, où il devint si griefvement mallade et en danger de mort pour la froideur de l’eaue qui luy avoit pénétré les membres. » Il lui faut alors emprunter 55 écus à diverses personnes « pour soy faire penser et s’en retourner » à Gênes. Il quitte peu après le service de Doria, lorsque celui-ci prend le parti de l’Empereur. Les aléas des campagnes militaires, des choix politiques des Grands et de l’insécurité propre à la Méditerranée se conjuguent donc pour tourmenter le malheureux Troillard. Sauf à savoir dans quelle mesure il a pu enjoliver -c’est-à-dire assombrir – son récit, destiné à un procès contre Spifame.

2. Les dangers de la diplomatie

  • 466 Le Page, Finances bretonnes, p. 630.
  • 467 Thomas, Délivrance de Dijon, p. 261, 282 et 324. À titre de compensation, Serre aurait obtenu en d (...)
  • 468 B.N. fr 2994, f°138v° ; Rott, Représentation, t. I p. 203.
  • 469 B.N. fr 2994 f°115 [14-1-(1522 ?)]. Il reste cependant en Suisse jusqu’en août 1522.

164Les missions diplomatiques, en un temps où le droit international est encore dans les limbes, ne sont pas non plus de tout repos. Le plénipotentiaire Gilbert Bayard est retenu prisonnier plusieurs mois en Espagne, du 22 janvier au 1er juin 1528. Jean François de Cardonne, l’ancien général de Bretagne, serait d’ailleurs mort en 1526 en Espagne où il aurait accompagné les fils du roi otages pour leur père466. Mais c’est pour les relations avec la Suisse que les précisions sur les difficultés du métier de diplomate sont les plus nombreuses. Bénigne Serre tout d’abord est un cas particulier. Grenetier de Dijon et futur receveur général des finances de Bourgogne, il fait partie des cinq otages remis aux Suisses en septembre 1513 après l’invasion de la province. À la suite du non-respect des engagements pris par les Français, ces otages sont maltraités. Ils ne rentrent en Bourgogne qu’en février 1515467. En juin 1521, Anthoine de Lamet, depuis Berne, avertit le roi que des Suisses se réclament des promesses « qu’ilz dient leur avoir esté faictes par monsr de Savonnyères [Charles du Plessis], tant en argent contant que en pensions ». Du Plessis, qui a passé de longs mois dans les Cantons en 1518-1520, a pu s’avancer un peu trop. D’autre part les fonds, en cette année où la guerre reprend, ont du mal à suivre les promesses, comme en 1513-1514. Aussi Lamet déconseille-t-il à du Plessis de s’avancer jusqu’à Berne : « De craincte que lesd. particuliers ne feissent quelque oultrage aud. sgr de Savonnyeres, à cause desd. demandes, je luy ay escript se arrester à Lozanne, et luy estant là je l’advertiray de six heures en six heures des choses qui surviendront, ensemble des demandes que l’on me fera en son nom ». La mission de du Plessis finit par tourner court et il regagne le royaume468. Il faut donc multiplier les précautions et ne pas ménager sa peine. Lamet s’y épuise, qui aspire bientôt à être remplacé et à « sortir de ce pays » pour « prendre repos en sa maison »469.

  • 470 Rott, Représentation, t. 1 p. 362, 372-374 ; B.N. fr 3054 P135 [29-9-(1527)] et fr 2976 f°14 [30-6 (...)
  • 471 Rott, Représentation, t. I p. 380-387 et 391 ; Clouzot, Saint-Ayl, p. 213-214 ; B.N. Clairambault (...)

165Les déboires de Morelet de Museau, agent financier essentiel entre 1523 et 1529, sont plus graves encore. Il est retenu en Suisse de force pendant 26 mois, entre juillet 1524 et octobre 1526, comme garant de l’exécution des promesses faites par le roi. Nicolas de Neufville intervient d’ailleurs auprès du grand-maître pour obtenir « le retour de monsieur le général Morelet ». Ce dernier ne peut d’ailleurs rentrer en France qu’en laissant son fils comme otage à sa place. De retour dans les Cantons en mai 1527 avec des fonds importants, il retrouve bientôt une condition précaire, car de nouveau les engagements ne sont pas tenus. Les sommes ordonnancées prennent d’autres destinations, en particulier le chemin des armées d’Italie. Morelet se lamente auprès de Montmorency : « Je ne faiz pas grant chose icy synon de perdre mon crédit et honneur, veu le traictement qu’on me fait. » En écrivant ceci, songe-t-il aux mauvaises manières suisses, aux françaises ou aux deux ? Balloté entre Berne, Lucerne et Fribourg, Morelet meurt en mai 1529 dans cette dernière cité. Est-ce son sort tragique qui dissuade son fils de prendre sa suite comme trésorier des Ligues ? Neufville estimait déjà en 1526 qu’ » il n’[était] pas de complexion pour porter le faiz » comme otage pour son père470. Le successeur de Morelet, Lambert Meigret, n’arrive en Suisse qu’en janvier 1530. Il est assailli à son tour de demandes. Suspect d’hérésie, il manque même d’être écharpé par les catholiques. Il rapporte les plaintes des Cantons : « En lieu de les récompensez des services qu’ilz vous ont faictz, écrit-il au roi, vous les avez voullu ruyner et destruire ». Si on ne leur fait pas droit, ils vont se transformer en ennemis et reprendre des otages. Bientôt malade, Meigret meurt à la tâche à Soleure le 14 juin 1533. L’un de ceux qui travaillent avec lui à épurer la situation financière, Estienne Laurens, receveur de Soissons, est directement menacé par le capitaine Guillaume Arsent de Fribourg, créancier du roi et de Morelet. Le 6 décembre 1532, François Ier adresse à ce sujet une lettre aux autorités du canton : « Aucuns de voz subjectz ont conspiré tuer ou prendre prisonnier […] Estienne Laurens, qui est en vos païs pour noz affaires, et après l’avoir prins, le mener en le comté de Bourgongne pour là le gehenner, tormenter […], et ce en hayne de certain procès pendant en droit de marche entre le cappitaine Guillaume Arsent et les héritiers du feu général Morelet ». Laurens, bien qu’il détienne un sauf-conduit des Ligues, juge plus prudent de repasser la frontière471.

3. Un service sans fin

  • 472 Je ne repère pas non plus de vol significatif. Allusion dans B.N. fr 26111, n° 887 à un élu de Lis (...)
  • 473 A.N. J 968, 51/6.

166Dans le royaume, les risques physiques sont beaucoup plus réduits : l’insécurité n’est pas trop grande, à quelques exceptions près comme, on l’a vu, le littoral méditerranéen. Les révoltes fiscales sont rares et font des victimes avant tout chez le personnel subalterne et les petits fermiers, ainsi en 1548 lors du grand soulèvement contre la gabelle. À ma connaissance, aucun grand officier de finance n’est blessé ou tué dans le royaume pour des raisons professionnelles durant la première moitié du 16e siècle472. Ce qui ne signifie pas que, localement, ceux qui se mêlent de finances soient à l’abri de tous désagréments. Le receveur ordinaire de Toulouse et un autre responsable financier de la ville s’emploient à y mieux rentabiliser les baux vers 1536-1538. Cela leur vaut de sérieuses difficultés. Ils s’en ouvrent au chancelier : « Ne vous pourrions asses mander les injures, oultrages et menasses qui journellement nous sont faitz et dictz, et de grandz […]. Les capitolz se jactent de nous bien trouver aux em-prunctz et de nous mal traicter. S’il plaisoit à vostre seignerie nous faire ce bien qu’il pleust au Roy nous absenter de tous emprunctz et succidez [subsides] et aultres charges, car jamais n’en avons payées, vous serons tenus à jamais, pour garder que leur malice ne fut exéqutée et de tumber en leurs mains »473.

167La protection royale est en règle générale efficace pour l’officier qui sert consciencieusement son souverain. Mais cela n’empêche pas le service d’être épuisant. Thomas Bohier, assez bien localisé de 1507 à 1517, peut fournir un exemple des déplacements exigés par l’exercice d’une grande charge financière :

1681507 : Italie du nord (dont camp royal à Gênes), Gaillon (novembre)

1691508 : Italie du nord (mai), Chinon (août), Rouen (octobre)

1701509 : Italie du nord (dont camp royal), Rouen (octobre), Gaillon (novembre)

1711510 : Paris (mars) puis départ (probablement pour l’Italie)

1721511 : Italie du nord puis départ pour la France le 16 septembre

1731512 : bataille de Ravenne (avril 1512), Milan (départ en juin), Paris (septembre)

1741513 : Touraine (mars), bataille de Novare (juin)

1751514 : Tours (avril) Paris, Amiens, Abbeville, Calais (mai), Londres (juin-août)

1761515 : Reims (janvier), Italie (août)

1771516 : Amboise (août)

1781517 : Toury-en-Beauce (janvier), Paris, Cambrai (mars), Paris (mai), Tours (novembre)

  • 474 A.N. J 967, 44/1. D’où l’importance d’une écurie bien fournie. Elle se retrouve même chez un offic (...)
  • 475 Buisson, Duprat, p. 151 ; B.N. fr 26108 f°404.

179Les déplacements sont ici plus faciles à repérer en raison des séjours à l’étranger et de la participation aux opérations militaires, mais une telle mobilité se retrouverait, avec un rayon d’action moindre, pour beaucoup de ceux qui travaillent dans les provinces. Une écurie bien fournie fait donc partie de l’équipement indispensable de l’homme de finance. Celui-ci a parfois un peu l’impression de se transformer en centaure. Pons Brandon, le conseiller au Parlement qui collabore à la gestion de la Languedoïl au milieu des années trente, emploie une image proche : « Puis quatre ans en çà, aye esté ordinairement durant led. temps à cheval comme Sainct Georges »474. Il aimerait pouvoir poser un peu le pied à terre. D’autant que les trajets en toute saison sont parfois d’un agrément modéré. Pour aller aux conférences de Calais en 1521, écrit le chancelier Duprat, « nous a convenu estre aux champs deux fois le jour à journées de marchands, bien mouillés depuis Paris en çà, et force bouillons et fanges en cette Picardie, en sorte que tous nos chevaux et train sont recrues ». Ailleurs, c’est le relief qui est en cause. En tournée dans les Alpes du sud, Jehan Laguette et Artus Prunier soulignent ainsi, qu’entre Saint-Euphémie et Orpierre, ils ont dû affronter « cinq grands lieulx de maulvais chemyn et une grande et aspre montaigne à passer »475. Un tel rythme de vie entraîne nécessairement un autre rapport au temps et à l’espace que celui de la masse de la population du royaume.

  • 476 B.N. fr 2963 f°153, 183 et 194.
  • 477 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 48 ; DACIER, Robertet, p. 9 ; Gioffre, Gênes, n° 300 ; Tourn (...)
  • 478 A.N. J 968, 15/1 et 15/25.
  • 479 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 13.

180De la fatigue à la maladie, il n’y a qu’un pas, franchi par Lamet en Suisse en 1521, comme en témoignent ses plaintes adressées à Robertet. Le 2 septembre il affirme : « Tant plus que je y demoure, et plus ma malladie se griefve et me tourmente […] ; pour mon retour que j’ay fait de Fribourg, seray contrainct me faire porter en une lictière ». Le 11 novembre, il veut quitter le pays « car en la mellencollie et ennuy que j’ay par deçà, il est impossible que je puisse recouvrer santé ». Le 22 novembre, il constate : « Je suis icy néant santé ny argent, et cy sont les afaires du roy bien grandes, et ont eu mes médecins crainte que je tombasse en ytropisie, ce que j’espère au plaisir de Dieu que non »476. Bien d’autres officiers tombent malades, parfois gravement, comme Florimond Robertet en 1509, 1522 et 1525 (il est presqu’aveugle au début de 1526), comme Philibert Babou en 1516 et 1527 ou Jehan Breton en 1536477. Mais il n’est guère possible de s’arrêter. Victor Barguyn, receveur général des finances des Filles de France, alité depuis 35 jours à cause d’une fièvre tenace, est sollicité pour un problème financier concernant sa gestion comme trésorier de Louise de Savoie. Charles Mesnager, argentier de la reine Eléonore, est malade deux mois. Son assignation, dans la mesure où il ne peut se démener pour l’obtenir, prend un retard considérable478. Aussi une volonté farouche est-elle nécessaire. Jean du Bellay en témoigne en mai 1529 pour Gilbert Bayard en route pour les Pays-Bas. « Pour s’estre blessé en une jambe, [il] s’en va à maindre diligence qu’il ne vouldroyt ». Pour continuer à être efficace, la solution adoptée par Bayard est de moins se reposer, « récompensant par continuation de chemin sans y mectre intervalle de repos la faulte de légerement courir où nécessairement il demoure »479.

  • 480 Clément, Trois drames, p. 385.
  • 481 Spont, Semblançay, p. 144 et 162.
  • 482 B.N. fr 3061, f°69 ; A.N. J 968, 2/19.
  • 483 A.N. J 966, 28/1 [9-6-(1538)].

181Conscients de l’effort fourni, le roi et les siens manifestent parfois leur reconnaissance. Louise de Savoie, en octobre 1521, envoie Babou « veoir et visiter M. de Samblançay […] pour le rafraichir et consoller en l’excessive payne et travail où il a été depuys trois moys en çà et est encore »480. Pour autant, il est bien difficile de quitter le service et d’obtenir un congé. En 1517, pendant dix mois, Semblançay ne peut mettre les pieds à Tours pour son « mesnage ». Dès la fin de septembre, il affirme : « J’ay tant fait que j’ay gangné le congié, dont me semble n’avoir pas peu fait pour le désir que j’ay de aler visiter tous ceux que désire rencontrer ». Mais il doit patienter jusqu’au 20 octobre avant de retrouver la Touraine. Deux ans plus tard, en octobre 1519, il lui faut un nouveau congé régulier pour s’échapper de la cour481. Au début de décembre 1536, Jehan Breton sort de trois mois de grave maladie et seule la perspective d’une convalescence lui permet de rentrer chez lui en litière, depuis Lyon. Dès avril 1537, on le retrouve d’ailleurs au camp près de Hesdin avec l’armée. Dans une lettre au chancelier, il évoque « Monsieur le général Bayard [qui] est party pour s’en aller chez luy », sans doute aussi à la suite d’un congé482. Une intervention bien placée peut aider l’officier. Jean de Laval, seigneur de Châteaubriant plaide auprès du chancelier du Bourg la cause du général Bullioud. Ce dernier en effet a servi en Picardie puis en Bretagne en 1537, avant d’être mobilisé dans le Sud-Est au printemps 1538. Il sert à Grenoble, Gap, Embrun, Briançon, puis passe en Piémont : il est à Moncalieri le 7 mai. Et Laval d’écrire, début juin : « Il vous plaise avoir souvenance quant le général de Bretaigne aura dressé l’estat de la despence de Piedmont, luy faire escripre et donner congé de venir un voyage par deçà pour donner ordre à ses affaires car, à ce qu’il me mande, il est en merveilleuse nécessité »483.

  • 484 Courteault, Nicolay, p. 237 (26-6-1503).
  • 485 Spont, Semblançay, p. 175.
  • 486 Ibid., p. 151 et note 5.
  • 487 Le Glay, Négociations, t. 2 p. 154 et 168.

182Cette perpétuelle mobilité n’est en effet pas sans contrainte pour la vie privée des grands officiers. André Le Roy, trésorier des guerres à Naples, déplore en 1503 d’être éloigné de sa femme : il cherche à placer un parent de celle-ci « pour la contenter, puisque envers elle je ne me puis acquicter de ma foy, que je luy ay […] loyaument gardée »484. Les absences fréquentes et prolongées expliquent pour une bonne part le rôle qui échoit aux épouses. Celles-ci, loin d’être confinées aux tâches maternelles ou de représentation, occupent une place essentielle dans la gestion des patrimoines. Parfois même elles épaulent leurs maris dans leurs activités professionnelles. Sans parler du suivi qu’elles assurent pour les chantiers lancés par leurs époux. Ainsi le château de Chenonceau doit-il sans doute autant à Catherine Briçonnet qu’à Thomas Bohier, son mari. Ces déplacements répétés compliquent également le travail des instances financières. Au début du règne de François Ier, la dispersion et les multiples missions de Messieurs des finances rendent délicat le fonctionnement régulier des instances collégiales. Les généraux sont fortement ambulatoires, ce qui complique chaque année l’établissement des États généraux des finances. En août 1521, il est possible de les localiser tous : Thomas Bohier est en Navarre avec Bonnivet, Henri Bohier à Lyon, Raoul Hurault au camp d’Attigny (à l’est de Rethel) avec le maréchal de Châtillon, Guillaume de Beaune suit le roi dans sa tournée des garnisons champenoises et Semblançay est à Autun avec Madame et le Bâtard de Savoie485. En temps de paix, la dispersion se fait souvent sur de moindres distances : début mai 1518, Semblançay est en Touraine, Raoul Hurault à Cheverny et Thomas Bohier à Oiron chez le grand maître486. Les généraux parviennent à se rassembler à la fin du mois. Mais chaque convocation est lourde à mettre sur pied : dispersés au début de septembre suivant, les généraux ne se sont pas encore rassemblés une seule fois, semble-t-il, à la fin octobre, faute d’une stabilisation du roi, qui permettrait de fixer un rendez-vous. Un solliciteur espère alors que le « roy se arrestera en quelque lieu, de sorte que les généraulx s’i trouveroient »487.

  • 488 Sur cette logique, voir Hamon, Prévision, p. 11-12.

183Le grand marchand-banquier de stature internationale, le plus souvent italien ou allemand, est à la Renaissance devenu relativement sédentaire : ce sont ses facteurs et ses subalternes qui se déplacent pour lui. Il n’en va pas de même pour le grand officier de finance qui reste un personnage en mouvement, comme d’ailleurs la quasi totalité des marchands français. C’est à n’en pas douter le signe d’un certain retard de la monarchie par rapport aux secteurs en pointe dans le domaine commercial et financier. Mais la monarchie n’est pas une firme marchande, sa logique est autre488. De plus les grands officiers sont sollicités pour des tâches très diverses. Pour eux cependant, ou plutôt pour leurs successeurs, la conquête de la stabilité peut apparaître comme une forme de modernité, comme le signe du développement de la délégation, de la circulation des hommes et des informations. Mais elle passe aussi par une spécialisation des tâches, qui n’est pas encore à l’ordre du jour.

C. DES HOMMES POLYVALENTS

  • 489 Champollion-Figeac, Captivité, p. 459. Il s’agit de Philippe Chabot, qui succède à Bonnivet comme (...)

184Pour l’heure, mobilité et fatigue sont à l’évidence accrues par la diversité des activités que la monarchie impose, outre leur office, aux grands officiers de finance. Déjà, au fil de ce chapitre, certaines facettes de cette diversité ont surgi, ainsi la participation aux négociations diplomatiques. Cependant dans ce cas la dimension financière reste très présente, voire centrale. Mais il est aussi une grande variété d’attributions qui viennent distraire du maniement des deniers. En janvier 1526, à l’heure du traité de Madrid, Gilbert Bayard, visiblement chargé de rapporter d’Espagne « choses estranges et non accoustumées d’estre veues en France », y acquiert « une belle et jeune esclave pour M. de Brion », l’un des favoris de François Ier489. L’anecdote est édifiante, et ce « tourisme » diplomatique, peut-être délassant, n’est sûrement pas trop contraignant. Mais le fardeau qui pèse sur les grands officiers est parfois bien plus lourd. Ils sont particulièrement sollicités dans quelques secteurs d’activité. Eux seuls nous retiendront : il serait vain en effet de vouloir tendre ici à l’exhaustivité.

1. Le service de Cour

  • 490 Jehan Breton présente un cas particulier : il est en effet « commis au régime et administration de (...)
  • 491 Le Page, Finances bretonnes, p. 394-395 ; B.N. P.O. 1236, dossier 27655 (François) n° 23 et 24. Du (...)
  • 492 L. et S., t. I n° 22 ; Harsgor, Recherches, p. 2589.
  • 493 Lefranc et Boulanger, Comptes, p. 2 et 11 ; A.N. M.C. XLX 64 (13-3-1531), XLIX 71 (13-12-1543) ; B (...)

185Quinze des grands officiers de finance sont connus pour avoir exercé des fonctions à la Cour, en dehors de leurs attributions financières déjà évoquées. Ce chiffre est proche de la réalité en raison de la visibilité de ce type de fonction490. Certains font ici aussi de très belles carrières. Jean François de Car-donne, général de Bretagne de 1491 à 1516, est maître d’hôtel du dauphin en 1478 puis maître d’hôtel du roi Charles VIII dès son avènement. Après une probable interrruption sous Louis XII, il reprend du service auprès de la reine Claude, puis du couple royal, et enfin des enfants de France, toujours comme maître d’hôtel, jusqu’à la fin de sa vie491. Bel exemple de longévité, étalée sur près de cinquante ans, avec une diversification croissante au sein de la famille royale. L’obtention d’une charge dans la maison de Claude de France s’explique par les services que Jean François de Cardonne avait rendus à Anne de Bretagne, sa mère. Le cas de Philibert Babou, issu d’un milieu social plus modeste, est révélateur d’une nette ascension. Maître de la garde-robe du dauphin en 1521-1522, il est ensuite valet de chambre du roi (1522-1524), maître d’hôtel (en 1534) puis premier maître d’hôtel (en 1543) de la reine Éléonore, et pour finir maître d’hôtel du roi dès 1544 et jusqu’à sa mort (1557)492. Charles du Plessis offre un troisième exemple de carrière : maître d’hôtel puis premier maître d’hôtel de Louise de Savoie, il devient ensuite maître d’hôtel de François Ier et du dauphin Henri. Il est toujours présent lorsqu’Henri devient roi, et encore sous son fils Charles IX493. Cette belle longévité curiale précède, puis accompagne pendant plus de quinze ans, la charge de général de Languedoc.

  • 494 Spont, Semblançay, p. 118 note 3 et p. 128 ; L. et S., t. I notice 22 ; C.A.F., t. III n° 9824 ; A (...)
  • 495 C.A.F., t. III n° 10254. Jehan d’Estourmel est lui aussi mobilisé comme maître d’hôtel du roi pour (...)
  • 496 R.D.B.V.P., t. III p. 7, 162 et 200.

186La participation au service de Cour est un atout pour les hommes issus du sérail financier. Cela vaut d’abord pour les Bohier : trois des quatre généraux des finances de la famille sont précocement valets de chambre du roi, ce qui ne nuit sûrement pas à la réussite de leurs carrières financières. Mais le plus souvent, comme dans le cas de Babou, ce type de charge est une consécration. C’est ainsi que Louis XII récompense ses serviteurs fidèles : Jehan Cottereau devient maître d’hôtel du roi et Jaques Hurault chambellan. De même Semblançay est promu sous François Ier dans cette dernière fonction. Mais il ne s’agit pas de simples sinécures : la fonction curiale génère en effet un service spécifique. En 1515, Semblançay fait partie de la commission qui organise le sacre. L’année suivante, il précède la Cour en Touraine pour préparer son arrivée et en particulier l’entrée du roi à Tours. En 1537, Philibert Babou est désigné pour aménager le Louvre en vue du mariage de Madeleine de France avec le roi d’Ecosse. L’année suivante, il supervise le transport des meubles destinés à l’entrevue avec le pape. En 1541, il ordonne à Amboise le nettoyage d’une rue empruntée par le Dauphin en « voaige » (pèlerinage) vers Saint-Martin de Tours494. Quant au maître d’hôtel Charles de Pierrevive, il surveille en 1538 l’envoi des meubles du roi en Picardie, participant ainsi aux préparatifs d’une rencontre avec Marie de Hongrie495. Pierrevive intervient également pour des tournois qui ont lieu à Paris en 1540 (en présence de Charles Quint) et 1549 (lors de l’entrée du roi et de la reine). En 1550 enfin, il participe à la mise sur pied des obsèques de Marguerite de Navarre496.

  • 497 A.N. M.C. XIX 158 (9-5-1541). Il fait édifier dans le clos de l’abbaye une « maison et cuysines de (...)

187En fait, il n’est évidemment pas toujours besoin de détenir un office de Cour pour être mobilisé, en cas d’urgence. C’est le cas pour Jehan Lallemant le jeune, chargé d’aménager Saint-Antoine-des-Champs avant l’arrivée de Charles Quint dans la capitale en janvier 1540497. D’ailleurs il est parfois délicat de déterminer à quel titre certains officiers sont requis. Cela vaut en particulier pour les trésoriers de France, tels Pierrevive ou Babou : c’est en effet comme trésoriers qu’ils apparaissent dans les commissions de 1538 mentionnées plus haut. Souvent difficile à déceler en dehors de circonstances exceptionnelles, le service curial n’en apparaît pas moins, malgré le caractère lacunaire de l’information, comme une activité assez prenante.

2. Édilité et construction

  • 498 Voir parmi les mises au point récentes Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande et Chatene (...)
  • 499 A.N. M.C. XIX 55 (29-7-1523).
  • 500 L. et S., t. I notice 488 ; B.N. fr 2976 f°53 ; A.N. M.C. LIV 20 (3-6-1544), VIII 46 (19-6-1534 et (...)
  • 501 C.A.H., t. I n° 50 (14-4-1547). Certains chantiers leur échappent cependant dans ce secteur, du mo (...)

188D’un certain côté, la participation des grands officiers à l’effort de construction monarchique relève également du service curial : il s’agit d’abord, très concrètement, de loger le roi et sa Cour. Évoquer leur rôle dans ce domaine, c’est évoquer certaines des réalisations architecturales les plus prestigieuses de la Renaissance française, sujet particulièrement bien connu498. C’est d’abord en Ile-de-France que sont mis à contribution les grands officiers. En 1523, Philibert Babou passe un marché « de charpenterie » concernant Saint-Germain-en-Laye499. A partir de 1528, une commission prend en main le suivi de la plupart des grands chantiers de la région. Parmi ses membres figure Nicolas de Neuf-ville. Il intervient ainsi de Villers-Cotterêts au château de Madrid (à Boulogne), de Saint-Germain-en-Laye au Louvre et à Fontainebleau500. Neufville est rejoint en 1536 par Babou au sein de cette commission. Ils y sont toujours présents quand Henri II la confirme dans ses fonctions en avril 1547, avec un horizon géographique clairement défini : leur rayon d’action s’étend à vingt lieues à la ronde autour de la capitale501.

  • 502 La notion de superintendance est appliquée depuis peu à la direction d’un chantier de construction (...)
  • 503 O.R.F., t. VIII p. 10 ; abbé Chevalier, Chenonceaux, p. 111. Le déplacement à Chenonceau, qui marq (...)
  • 504 A.D. Indre-et-Loire 3E1 68 (22-5 et 28-6-1556). Voir aussi abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. (...)
  • 505 C.A.F., t. VIII n° 29675.

189Mais le rôle de Babou est spécifique. Dans la commission de janvier 1536, le roi lui attribue la « superintendence de nosd. maisons et bastimens »502. Il supervise alors tous les chantiers en cours et tous les projets, ceux qui sont déjà prévus et « tous les autres que nous pouvons faire faire cy après ». Cela concerne, outre l’Ile-de-France, chantiers et projets à Chambord, Loches et Chenonceau. Babou vient d’ailleurs prendre possession de ce dernier château, cédé par les Bohier, le mois suivant503. À Chambord, il entre en relation avec les Breton. Jehan, puis Claude, surveillent en effet le chantier. En tant que généraux de Blois, ils ont aussi la charge des châteaux du patrimoine venu de Louis XII : Blois, mais aussi Coucy et Soissons. Babou pour sa part est impliqué dans les travaux du val de Loire jusqu’à la fin de sa vie. En 1556, avec Nicolas de Troyes, général des finances de Bretagne, il passe des marchés pour les « logis et bastimens que icelluy seigneur [Henri II] faict faire de neuf au chastel d’Amboyse »504. Mais la « superintendance » de Babou va bien au-delà du val de Loire : à partir du moment où il y a chantier, il est concerné. Lorsqu’en février 1538 Guillaume de Moraynes, chargé de la recette générale de la Languedoïl orientale, reçoit une commission pour tenir les comptes des bâtiments et réparations des châteaux et places de Bourbonnais, il est tenu de faire les paiements suivant les ordres de Babou ou de celui que ce dernier commettra à sa place505. La commission de 1536 est clairement une étape importante dans la genèse de la fonction de surintendant des Bâtiments du roi.

190L’infatigable Babou ne se limite pas à la construction : il intervient aussi pour l’équipement des bâtiments. Sa commission étend d’ailleurs sa compétence aux « ameublemens, ornemens, décoration » des châteaux. Son intervention est bien connue pour la tapisserie. Il contribue au lancement d’ateliers de haute lisse à Tours puis à Fontainebleau. Devant l’ampleur et la variété des tâches, et quand on connaît l’intérêt des souverains pour la bâtisse, il y a une involontaire ironie à préciser que cette activité est censée l’occuper seulement « au temps qu’[il] n’aur[a] pas grant empeschement à l’entour de la personne [du roi] », à ses moments perdus pour ainsi dire…

  • 506 Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande, p. 310. L’absence de ce personnel autour des cha (...)
  • 507 Mecquenem, Antoine Bohier, p. 8. Antoine Bohier, frère de Thomas, est d’ailleurs vicaire général d (...)

191Les officiers de finance, aux côtés d’autres secrétaires du roi, en prenant en charge ce domaine, « comblent une sorte de vide administratif dans les pratiques royales, où rien n’est véritablement prévu pour la surveillance et l’entretien des châteaux »506. La supervision des chantiers, la passation des marchés, l’ordonnancement des paiements supposent des qualités de gestionnaires, assez logiques chez eux. Beaucoup font également preuve de compétence technique, à l’image de Claude Breton qui multiplie les conseils sur la charpente, l’écoulement des eaux ou l’esthétique des bâtiments. Cette compétence est mise à profit sur leurs chantiers privés, à moins que ce ne soit l’inverse. Elle est aussi utilisée par les proches du roi pour leurs propres demeures. Jehan Grolier assiste ainsi Anne de Montmorency à Chantilly. Jehan Laguette et Jean Lallemant le jeune s’occupent pour madame d’Étampes, maîtresse de François Ier, du chantier de Challuau. Sous Louis XII, Thomas Bohier joue un rôle voisin au château de Gaillon qui appartient au cardinal d’Amboise507

  • 508 Ce bâtiment semble abriter au départ la Cour des aides, créée en 1493 : Mecquenem, Antoine Bohier,(...)
  • 509 Hervier, Legendre, p. 41-46 ; Le Roux de Lincy, Grolier, p. 13-16 ; A.N. J 967, 78.

192Dans le secteur de l’édilité publique, le général Thomas Bohier supervise en Normandie des constructions, dont la plus importante est celle du futur bureau des finances de Rouen, sur la place de la cathédrale, entre 1509 et 1511508. Chargés de l’entretien du patrimoine de la couronne, les trésoriers de France sont en première ligne des tâches édilitaires. N’était-ce pas déjà vrai pour les châteaux ? A Paris, Pierre Legendre et Jehan Grolier jouent un rôle notable, malgré les reproches dont ils font l’objet et l’insuffisance de leurs crédits. Mais que faire, déplore Legendre, quand « on prend tous les deniers que on peut trouver sur le faict du domaine » pour les affecter ailleurs qu’aux bâtiments, en particulier aux guerres ? Le problème le plus grave concerne les ponts, vitaux pour les communications, alors que la catastrophe de 1499 – la chute du pont Notre-Dame dans la Seine – est encore dans toutes les mémoires. Or, en 1538, Jehan Grolier est inquiet : il manque des fonds pour entreprendre « les repara-cions tres necessaires à fair aux pontz Sainct-Cloud, Charenton, Sainct-Mor et Corbeil qui sont les principalles advenues et entrées de cested. ville et lesquelz en partie sont en eminent peril »509.

  • 510 Spont, Semblançay, p. 237 note 4. Pierrevive sollicité à cause d’une requête pour l’ouverture d’un (...)
  • 511 Spont, Semblançay, p. 67 note 3.
  • 512 C.A.H., t. I n° 484.

193Des ponts, on passe logiquement aux cours d’eaux. Les trésoriers de France sont par exemple chargés d’assurer la navigation sur le Rhône510. Mais les généraux ont également leur mot à dire. En Languedoïl, c’est le général qui supervise les réparations des levées de la Loire511. Un effort est aussi fait pour entretenir les routes. Le 12 juin 1547, un mandement royal ordonne à Charles du Plessis, général de Languedoc, de procéder à des réparations de chaussée le long du Rhône, à la hauteur de Beaucaire512. Ces tâches édilitaires vont prendre de plus en plus de place dans les activités d’ordonnateurs déchus d’une part de leurs attributions financières et par ailleurs de plus en plus provincialisés. On sait le rôle important que joueront en ce domaine, tout au long de l’Ancien Régime, les bureaux des finances, en particulier en matière d’urbanisme. Cette réorientation s’amorce au milieu du 16e siècle.

3. Ravitaillement et équipement des troupes

  • 513 Cette mobilisation se prolonge évidemment sous Henri II, comme en témoignent les exemples de Charl (...)
  • 514 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 151.
  • 515 C.A.F. t. IV n° 13168 (25-6-1543). Sur Raisse (ou Rasse), voir Potter, Picardy, p. 140-149.
  • 516 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 142 et 160-161.
  • 517 C.A.F., t. IV n° 13227 (23-7-1543) ; B.N. Carrés d’Hozier 241 (Estourmel), p. 320 ; Beauvillé, Doc (...)
  • 518 O.R.F., t. IX p. 92-97. Les commissaires désignés (Bullioud, Laguette et Jean d’Avanson) travaille (...)

194Auprès des armées, comme à la Cour ou dans les provinces, les grands officiers de finance ne sont pas chargés seulement de la gestion des fonds. Le roi leur donne fréquemment la responsabilité du ravitaillement des troupes. Quatorze au moins d’entre eux sont dans ce cas sous François Ier. A deux exceptions près, toutes leurs interventions connues concernent les deux dernières guerres du règne, 1536-1538 et 1542-1546513. En fait chaque armée bénéficie des soins attentifs d’une équipe, désignée par une commission, et non d’un homme seul. Les officiers de finance se retrouvent dans chacune d’entre elles. Au camp d’Avignon, à l’été 1536, aux côtés de Gilbert Bayard et de Charles de Pierrevive figurent comme commissaires aux vivres le président au Parlement de Paris Guillaume Poyet et les maîtres d’Hôtel du roi Robert de la Marthonie et Gilles de la Pommeraye514. Au printemps 1543, outre Philibert Babou, Jehan Grolier, Pierre d’Apestéguy et Jehan d’Estourmel, trois autres personnages s’occupent des vivres de l’armée de Hainaut : Thomas Rappouel, lui même ancien officier de finance, et de nouveau un président en Parlement (François Olivier) et un maître d’Hôtel (François de Raisse)515. En juillet, quatre d’entre eux (Olivier, Pierrevive, Estourmel et Raisse) sont consultés par le Conseil. Une hiérarchie interne les distingue : Olivier a « la superintendance des vivres » de l’armée. Quant à Babou, après la prise de Luxembourg en septembre, il reçoit la « superintendance » de l’approvisionnement de la place, le roi « estimant qu’il fust pour bien l’exécuter »516. Il ne s’agit donc pas seulement des armées en campagne. En 1543, l’ancien receveur général de Bourgogne Bénigne Serre est chargé d’alimenter les places-fortes de la province. En 1537, 1541 et 1544, Jehan d’Estourmel remplit la même tâche sur la frontière du Nord517. En mars 1538, une commission désigne des responsables pour « l’avictuallement des villes et places fortes » de Piémont518.

  • 519 B.N. fr 25720 f°212 ; A.N. M.C. XIX 54 (dos du 7-12-1522).
  • 520 Courteault, Nicolay, p. 204, 212 et 227.
  • 521 Ces gages sont de 300 lt par mois à l’automne 1537 : LOT, Recherches, p. 202, 223-224 et 231. En 1 (...)
  • 522 . Iung, Service des vivres, passim.

195Les deux seuls cas antérieurs à 1536 datent de 1522 quand Raoul Hurault et Morelet de Museau se consacrent à l’approvisionnement de l’armée de Picardie519. Est-ce donc qu’il s’agit d’une tâche nouvelle, confiée aux officiers de finance seulement dans la deuxième moitié du règne ? A l’évidence non : les hommes d’argent qui suivent les armées au début du siècle, comme Thomas Bohier en Italie, se préoccupent assurément de l’intendance. L’intervention à Naples en 1503 du général des finances Loys de Poncher (et celle, probable, du trésorier des guerres André Le Roy) dans le ravitaillement des troupes en blé en fournit un exemple520. Mais la spécificité des commissaires aux vivres n’apparaît que progressivement. L’expression est d’ailleurs absente des documents de 1522. Bientôt les intéressés reçoivent des gages en raison de leur commission particulière, qui ne se confond plus avec leurs autres activités au sein de l’armée521. Peut-être cet essor est-il à rattacher ici aussi au déclin des attributions proprement financières des ordonnateurs au sein de leurs circonscriptions ? Ceux-ci en effet constituent l’essentiel des commissaires aux vivres, soit neuf des quatorze officiers concernés sous François Ier, six généraux et trois trésoriers de France. De tels hommes, forts d’une grande expérience, sont fréquemment dotés d’attributions financières dans le secteur militaire où ils prennent en charge les vivres. Un Charles de Pierrevive, mobilisé en 1536-1537, 1548, 1549 et 1552 et sans doute en 1542 pour l’approvisionnement des troupes fait déjà figure de professionnel de ce type de tâche. Les gens de finances sont donc des piliers de la première génération des commissaires généraux des vivres, fonction dont le rôle reste essentiel jusqu’au relais, à l’époque de la guerre de Trente Ans, par les intendants aux armées522.

  • 523 B.N. fr 26113 n° 1230 ; P.O. 1421 (Gualterroti) n° 2 et 3.
  • 524 B.N. fr 2994 f°38.
  • 525 Le Page, Finances bretonnes, p. 415 ; A.D. Isère, B 2058. Claude de Bourges est cité comme receveu (...)

196Les officiers de finance doivent aussi s’investir dans l’équipement des troupes et des places. Semblançay joue en ce domaine un rôle d’intermédiaire privilégié. En 1513, Louis XII lui « donne charge expresse de bouche » pour « faire achap-ter à toute dilligence le plus grand nombre de picques, halbardes, halcretz, escrevisses, sallades, serettes, gardebras, banières et autres municions et habil-lemans de guerre ». Pour ce faire, Semblançay conclut avec Robert Albisse un marché de 54 300 lt. En 1518, « pour la municion et deffence » du château de Tournai récupéré par le roi, il traite avec les Gualterroti et d’autres pour la fourniture de « gros nombre d’armes et bastons de guerre », moyennant 34 080 lt523. Durant l’été 1521, malgré le caractère écrasant de ses tâches financières, Semblançay doit aussi se préoccuper de l’emploi des chevaux de l’artillerie. Dans une lettre du 27 juillet, Bonnivet s’inquiète de l’organisation de son armée de Navarre auprès de Florimond Robertet. Il demande « que incontinent la responce venue d’Angleterre touchant le tresve, monsieur de Samblanssay, auquel j’en escripz, donne ordre de faire partir et venir à toute diligence les chevaulx d’artillerie qui sont au camp. […] J’escriptz aussi aud. seigneur de Samblanssay pour faire haster les autres chevaulx que l’on a envoyé lever, s’il a nouvelles où ilz sont. Je vous prie, monsieur le trésorier, de luy en dire ung mot »524. Les comptables sont aussi mis à contribution, surtout dans les circonscriptions frontalières. Moins prenante que le suivi d’une armée, leur intervention couvre des périodes plus longues qu’une campagne, et déborde sur le temps de paix. En Bretagne, Florimond Le Charron est ainsi responsable de ravitaillement de Brest, Le Conquet, Saint-Malo et Nantes. En Piémont, François de la Colombière semble assurer de 1540 à 1543 la garde des « munitions » de la province525.

  • 526 A.N. M.C. XIX 62 (7-10-1528). Aux côtés de la Colombière, Guigue Guiffrey et Guy de la Maladière s (...)
  • 527 B.N. P.O. Grolier n° 2.
  • 528 À cette date, le porteur de ce titre, Charles Brandon, premier duc de Suffolk, est pourtant bien v (...)
  • 529 A.N. M.C. XIX 61 (15-6-1527).
  • 530 A.N. M.C. XIX 88 (17-2-1545) et XIX 91 (27-6 et 19-7-1546). Gilles de Gouberville s’approvisionne (...)

197Certaines transactions auxquelles se livrent d’autres officiers sont selon toute apparence destinées à l’effort de guerre. En 1528, le trésorier de Dauphiné François de la Colombière achète pour 2 418 lt à Jehan Rouvet, marchand et bourgeois de Paris, quelques 14 657 livres « d’estaing doulx » vendu en barre, qui coûte 16 1. 10 st le cent526. N’est-ce pas pour fondre des canons ? Des proches des grands officiers eux-mêmes sont concernés, laissant deviner de véritables réseaux familiaux. Glaude Grolier « marchand demourant à Lyon », frère du trésorier de Milan, se fait payer en 1507 pour avoir fourni des armes pour près de 900 lt527. De même en 1527, c’est un parent du trésorier des guerres René Thizart, Amaury Thizart, ancien président des Blancs de Milan, qui vend des armes à Jehan Laguette, alors simple contrôleur de la Ferté Milon, mais surtout commis de Morelet. Elles lui viennent de Marguerite de Foix, marquise de Saluces, elle même « héritière de feu de bonne mémoire le duc de Suffort »528. Il s’agit de « quarante petites charrectes à roues en chacune desquelles charrectes y a ung tableau de boys assez grand et en chacun quarante hacquebuttes attachées » et « deux charrectes plus grandes que les dessusdictes en chacune desquelles y a ung coffre couvert de cuir et en chacun desd. coffres y a attaché certaine quantité de petites demyes hacquebuttes »529. Le lot est emporté pour 1 200 lt. Il ira sûrement renforcer l’armement des troupes royales. Quelques indications montrent que Laguette ne se contente pas du rôle d’intermédiaire. Il produit aussi directement pour les armées à la fin du règne. Le 23 décembre 1544, il passe à Fontainebleau, avec Marquis Hue, maître fondeur de fer de fonte pour le roi à Breteuil en Normandie, un marché « pour raison d’une forge que led. Laguette fait faire en sa terre et seigneurie de Gonneville [vicomté de Valognes] pour fondre et faire barres de fer, artillerie, bouliez de fer et autres choses nécessaires pour le fait d’artillerie ». Le marché est modifié le 27 juin 1546. À cette date la forge est construite et se trouve répartie entre le « parc dud. lieu de Gonneville [et le] lieu où est assis le marteau et affinoyrs de lad. forges »530. Cela reste cependant le seul exemple connu d’investissement « industriel » direct d’un grand officier dans l’effort de guerre.

4. Un cas emblématique : Julien Bonacorsi

  • 531 Julien Bonacorsi meurt au début du règne de Charles IX, avant le 2 octobre 1563 : B.N. Dupuy 273 f (...)
  • 532 B.N. P.O. 401 (Bonacorsi) n° 3. Sur la question de la date de son entrée en fonction, voir L. et S (...)
  • 533 Hauvette, Alamanni, p. 50.
  • 534 A.N. M.C. XIX 178 (16-7-1549).

198Pour achever la présentation des activités des grands officiers de finance, un changement d’angle de vue s’impose. Il nous fait passer de l’étude d’un secteur d’activité à celle d’une carrière. Celle-ci est révélatrice, car le personnage retenu, Julien Bonacorsi, exerce une gamme impressionnante de fonctions qui le mettent en relation avec la monarchie. De plus c’est un officier comptable : après l’insistance des paragraphes précédents sur le rôle des ordonnateurs, il fournit donc un contrepoint intéressant. Enfin il couvre l’essentiel de la période puisqu’on le repère quand commence le règne de François Ier et qu’il meurt au début des années 1560531. Les origines florentines de Giuliano Buonaccorsi, au nom vite francisé, rendent compte, pour une part, de la diversité de ses tâches. En bousculant un peu la chronologie, commençons par sa carrière dans les offices. Tout d’abord, l’inévitable charge de notaire et secrétaire du roi, au plus tard en 1522532. Suit alors rapidement le « grand » office de finance : de 1523 à 1538, Bonacorsi est trésorier et receveur général de Provence. Pourvu par résignation de Pierre d’Arles, il résigne à son tour quinze ans plus tard en faveur de Nicolas de Cocil. Son implantation provençale est soulignée par la possession d’une maison à Aix dès 1523533. Cependant, à partir de sa suspension en 1533, il n’exerce plus directement. Parallèlement, il détient comme bon nombre de ses pairs une commission financière qui le met en contact avec la Cour. Dès 1520 au plus tard, il est commis au paiement de Cent Gentilshommes de la Maison du roi, placés d’abord sous le commandement du grand sénéchal de Normandie, puis, après la mort de Brézé en 1531, sous celui du seigneur de Canaples. Bonacorsi œuvre ici au moins jusqu’en 1549534.

  • 535 Spooner, Frappes, p. 118 note 3.
  • 536 B.N. fr 4525 f°102. On est en 1518-1519.
  • 537 Leurs liens subsistent jusqu’en 1527 : c’est au domicile parisien de Bonacorsi que Semblançay est (...)
  • 538 B.N. P.O. 1421 (Gualterroti) n° 2.

199Mais bien avant l’office, Bonacorsi le marchand met ses compétences au service de la monarchie. Non sans, bien sûr, s’assurer au passage quelques profits. On le repère pour la première fois à Lyon à la fin de 1516. Avec « Albretesche Masson », il alimente alors l’hôtel des Monnaies en métaux précieux535. Il joue un rôle important dans le commerce des produits de luxe. C’est à lui, mentionné comme « marchand jolier de Paris », et à Jaques Poulain que le roi fait appel un peu plus tard pour fournir des bijoux à la marquise de Brandebourg. L’électeur, son mari, est très courtisé par François Ier qui rêve de monter sur le trône impérial536. Le Florentin se situe alors dans la mouvance de Semblançay537. Il est loin, comme tous les grands marchands, de se limiter à un type particulier de spéculation. En 1518, lors de l’achat d’armes pour Tournai, il figure à la fois comme « commis » de Semblançay – qui agit pour le roi – et comme l’un des fournisseurs, aux côtés de Robert Albisse et des Gualterroti538.

  • 539 Hauvette, Alamanni, p. 44 ; A.N. K 82 n° 21.
  • 540 Mollat et Habert, Verrazano, p. 62-63, 70 et 91-94.
  • 541 Du Bellay, Correspondance, t. 1 p. 507.
  • 542 Un autre grand officier au moins possède un navire : Pierre d’Apestéguy. Il semble bien que celui- (...)
  • 543 A.N. M.C. CXII, 1 (23-6-1549).

200Accédant aux offices, Bonacorsi continue à servir les projets économiques et commerciaux du pouvoir. Il joue un rôle dans les premiers travaux du Havre aux côtés de Guillaume Preudhomme, et, avec lui, il rédige un procès verbal des réparations des fortifications de Cherbourg en 1523539. Il s’investit parallèlement, tout comme Preudhomme d’ailleurs, dans le financement des deux premières expéditions des Verrazano540. Cette orientation normande, non sans liens avec la finance lyonnaise, trouve son aboutissement, à la génération suivante, dans l’obtention par son fils Pierre de la charge de trésorier et général des finances à Rouen. Il est délicat de déterminer si Bonacorsi continue à avoir une activité commerciale propre. Dans une lettre de juin 1535 destinée à Jean du Bellay, un agent romain écrit : « Le povre Bonacource aussi, Monseigneur, vous supplie très humblement qu’il vous plaise luy estre en ayde sur ung faict de despense pour la grand nef que luy et ses frèrez ont faicte, qui se traite en vostre Conseil, dont monseigneur l’Admirai [Chabot], mal informé, luy est contraire »541. L’imprécision des propos laisse la place à diverses hypothèses. Bonacorsi agit-il en tant qu’officier ou de façon privée ? Le litige porte-t-il sur la construction de la « nef » ou sur un trafic commercial542 ? Quinze ans plus tard, les mêmes interrogations se posent lorsque Bonacorsi confesse devoir 1 082 lt à des marchands florentins de Lyon pour achat de draps d’or et de soie543. Est-il utilisateur direct, agit-il pour un client, ou pour le compte des Cent Gentilshommes de l’Hôtel dont il est le trésorier ?

  • 544 Auxquels s’ajoutent les fuorusciti milanais : voir ses relations avec le maréchal et la famille Tr (...)
  • 545 Hauvette, Alamanni, p. 86-88.
  • 546 Cellini, Vie, t. II p. 162.
  • 547 A.N. M.C. XIX 70 (8 et 15-7-1531).
  • 548 Romier, Origines, t. I p. 101 ; Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande, p. 320 ; Cellini (...)

201Ses relations florentines, en particulier parmi les fuorusciti544, conduisent ensuite Bonarcorsi à jouer sa partie dans certains épisodes politiques importants qui mettent en cause sa ville de naissance. En 1530, il participe aux négociations sur l’éventuel remboursement des dettes du roi envers les Florentins de Lyon, en échange d’une aide accordée par ces derniers à la cité toscane aux abois545. Dans les années 1540, il héberge à Paris Lorenzino de Médicis546. Comme il se doit, les activités artistiques viennent s’adjoindre à ses tâches près d’un monarque passionné d’art. La première trace, modeste, est en 1531 la commande pour le roi d’une bordure de tableau à un peintre parisien547. Dès l’année suivante, il est mêlé à une sombre affaire qui met en cause un tableau de Michel-Ange, « Léda et le cygne ». C’est lui qui présente Cellini au roi en 1537, si on en croit l’intéressé, et il est chargé de l’accueillir en 1540 lorsque celui-ci vient se mettre au service de François Ier. Ceci sans parler de ses relations avec Luigi Alamanni, dès 1523 (il met même à sa disposition sa maison d’Aix) et avec le Rosso, dont il est exécuteur testamentaire548. La distinction, ici, entre solidarité avec des compatriotes, service du roi et relations personnelles est délicate, voire spécieuse. Une chose est claire : Bonacorsi agit au mieux, sur ordre, et sans doute parfois de sa propre initiative, pour que François Ier et sa Cour profitent des bienfaits de la culture et de l’art italiens. Des armes aux tableaux, de la finance à la politique, des ports normands aux Gentilshommes de l’Hôtel, la dispersion des tâches, sur plus d’une trentaine d’année il est vrai, montre bien ce que le pouvoir monarchique est en droit d’attendre comme services de la part d’un agent zélé, sans être pour autant de premier plan. Cas extrême ? Il est clair que la qualité du réseau italien de Bonacorsi (ajoutons-y au passage les Saluces et Pierre Strozzi) augmente les opportunités. Quant à son intervention dans le domaine artistique, elle accroît la visibilité de son action.

Conclusion

  • 549 Voir les remarques de Rey, Domaine et finances extraordinaires, p. 169-170 sur les généraux sous C (...)
  • 550 A.N. J 965, 9/12. Un an plus tôt le général d’Outre-Seine, présent en Champagne aux côtés du comte (...)

202La polyvalence des fonctions est de tradition pour les officiers de finance549. La variété des tâches exercées par les mêmes hommes souligne l’importance maintenue des relations personnelles dans l’appareil d’État : son fonctionnement repose sur des individus et non sur un organigramme. Rien n’empêche ainsi, en juin 1537, le receveur général de Bourgogne de succéder au trésorier des Ligues suisses pour le suivi financier de l’armée de Picardie550. Il faut souligner que les officiers de finance sont alors non pas des hauts fonctionnaires, mais des serviteurs du roi, des « domestiques », au sens ancien du terme. En effet ils ont encore, même si c’est pour certains de façon marginale ou résiduelle, leur place dans la « domus » du souverain. A ce titre, leur action s’inscrit dans une perspective largement défrichée par les historiens anglais, celle du « household government ». Les grands officiers de finance eux-mêmes s’entourent d’un personnel qui relève largement d’une logique non-bureaucratique de fidélité personnelle.

  • 551 À titre de comparaison, voici l’analyse de Lemaitre, Rouergue, p. 419 concernant Georges d’Armagna (...)

203Si les officiers sont heureusement épaulés par un assez grand nombre de subalternes, la gestion de pans entiers de l’administration monarchique, et plus largement de l’action de l’État, n’en repose pas moins sur une poignée d’hommes. L’inexistence d’administrations spécialisées, (commissariat aux vivres, bâtiments du roi, ponts-et-chaussées…) se fait alors sentir. Peut-être les grands ordonnateurs, victimes privilégiées des réorganisations financières de 1523-1524, disposent-ils après cette date de plus de temps pour des tâches non directement financières. Il n’empêche que la question du cumul est posée. Elle est délicate : le cumul des charges (ou du moins des activités) permet-il des synergies, par exemple dans la circulation des fonds ? N’est-il pas lié également au désir d’occuper une place dans laquelle un concurrent pourrait être sinon dangereux, du moins encombrant ? Quand le service du roi est la voie privilégiée de la réussite, il faut l’exercer au mieux et restreindre son accès pour limiter le nombre des bénéficiaires des avantages qui en découlent. Si le fardeau est toujours la conséquence d’un ordre du roi ou de ses principaux serviteurs, on aimerait connaître mieux les conditions de la prise de décision : n’y a-t-il pas parfois sollicitation de la part de l’officier ou de gens qui parlent pour lui ? Quoi qu’il en soit, le cumul finit par poser des problèmes sérieux, en raison des contraintes physiques et techniques alors existantes551. La priorité donnée aux hommes est certes un facteur de souplesse. Mais elle joue aussi dans le sens de la fragilité. En effet les compétences des officiers et des réseaux qu’ils ont pu constituer sont exploitées jusqu’à épuisement. Et souvent la mort des officiers de finance perturbe pour un temps les circuits de l’argent et de la transmission de l’autorité.

  • 552 Ce qui n’interdit évidemment pas qu’un individu dispose de compétences spécialisées exploitées par (...)

204Généralistes de l’État dans ses manifestations idéologiques, financières ou militaires, les grands officiers de finance ne sont pas limités à l’exercice d’une compétence spécifique, et encore moins à une spécialité552. De même, des conseillers au parlement ou des maîtres d’hôtel du roi peuvent-ils prendre en main des recettes générales. L’État monarchique reste encore bâti autour de mécanismes simples, voire rudimentaires. Il puise dans cette absence de sophistication et d’ambition une forme de robustesse propice, pour l’heure, à son lent développement. Elle permet également aux serviteurs du roi, à un certain niveau du moins, une relative omnicompétence, à condition bien sûr que la confiance du monarque et des siens leur soit acquise.

205Dans cette perspective, les atouts des gens de finance sont nombreux. Leur engagement est profond. Ils font carrière : le service de la monarchie est un des pivots de leur existence. Le caractère pragmatique de leur formation et les nécessités de leur activité professionnelle leur donnent une forme assez spécifique de rapport à l’espace (et à l’argent) qui tend à les éloigner des horizons mentaux de la masse de la population, voire de certains des autres agents de la monarchie. Cependant les contraintes les plus immédiates, ne seraient-ce que celles des déplacements, les obligent à côtoyer les humbles et parfois à partager leurs désagréments. La mobilité physique des hommes de finance, dans le cadre de leurs multiples activités, est un atout essentiel, y compris pour leur mobilité sociale : il faut bouger pour s’élever. Plus grande est la mobilité, plus complet est l’engagement, plus rapide est l’ascension. En ce domaine, les grands officiers de finance peuvent faire de nécessité vertu, pour la plus grande chance des lignages. Les fonctions exercées deviennent alors, dans cette perspective, à la fois la récompense de l’effort d’un homme (et avec lui d’une famille ou d’un réseau) et le moyen de poursuivre cet effort.

Notes

1 B.N. N.A.F. 895 f°25 (27-1-1544).

2 Voir à titre de comparaison Kerhervé, État breton, t. II, p. 717-720, Le Page, Finances bretonnes, p. 239 note 304, Hermann, Premier âge de l’État en Espagne, p. 105, ou les remarques de Chevalier, Tours, p. 439. Dans son testament en 1515, Geoffroy de la Croix lègue 80 lt à son frère Louis « pour entretenir mes nepveuz ses enfans à l’escolle pour entendre à mes affaires » : A.N. M.C. VIII 52 (14-7-1515). La formule, un peu étrange, est malheureusement bien vague.

3 Voir Hamon, Argent du roi, p. 270-271.

4 Quilliet, Offices, p. 796. Et encore, un doute subsiste en raison de l’existence contemporaine d’un autre (et peut-être de deux autres) Jaques Charmolue… Voir L. et S., t. II, n° XXX ; A.N. M.C. XIX 27 (13-11-1506) et Quilliet lui-même, p. 464 et 501.

5 A.N. M.C. VIII 52 (5-3-1516) ; Coyecque, Recueil, n° 973.

6 Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 192 et 194 ; Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 16. Anthoine Le Maçon, secrétaire de Marguerite de Navarre et grand officier de finance, est connu comme traducteur du Décaméron : Le Maçon, Épitre, p. 1. Il appartient aussi à la mouvance humaniste mais les conditions de sa formation sont ignorées.

7 C’est peut-être aussi le cas de Philibert Babou : l’un de ses jetons du trésor de l’Épargne porte en effet une inscription grecque : Joël Félix, « L’image de l’argent sous l’Ancien Régime. Les jetons des administrations financières », dans L’argent dans la France méridionale à l’époque moderne, Actes du Colloque du Centre d’Histoire Moderne de Montpellier de 1995, Université Montpellier III, 1996, p. 154.

8 François Lebrun, Jean Quéniart et Marc Venard, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. II (1480-1789), p. 198.

9 Hamon, Ruzé, p. 52.

10 Encore que certains scribes ou notaires soient sensibles à la nuance introduite : dans un acte concernant Jean Tassin, l’appellation de sage maître, qui lui est d’abord attribuée, est ensuite rayée sur la minute : A.N. M.C. CXXII 1064 (29-4-1542).

11 Voir Hervier, Legendre, liste p. 259. Les conclusions tirées de l’analyse des bibliothèques restent cependant fragiles, faute parfois de disposer de tous les documents : Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 232-233. C’est sans doute le cas pour Anthoine Bohier de Saint-Cirgues, qui a reçu une solide formation intellectuelle et pour lequel on ne trouve trace que de fort peu d’ouvrages à sa mort : Michaud, Bibliothèques, p. 340 et 350.

12 Clément, Trois drames, p. 398.

13 Lettre d’Anthoine Morelet de Museau à Nicole Bérault, le 9-8-1534 : A. L. Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, Genève, t. III, n° 475. Je remercie Jean Dupèbe pour ses précieux renseignements concernant la famille Morelet de Museau.

14 Picot, Français à Ferrare, p. 142 n° 133 ; A.N. X3a (5-11-1528) ; Veissiere, Guillaume Briçonnet, p. 430 ; A.N. M.C. CXXII 160 (14-6-1546).

15 B.N. Imprimés, Rés. X 682 (2) : dédicace de François Tissart à Jean de Museau ; A.N. M.C. XIX 54 (12-10-1522). C’est par erreur que Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 196 attribue à Morelet les études de son frère.

16 A.N. M.C. XIX 160 (10-2-1542).

17 A.N. M.C. CXXII 1083 (I.A.D. Charlotte de Poncher, 28-10-1529) papiers, n° 1329 ; A.N. Z1a 57 f°256.

18 Jacqueton, Politique extérieure, p. 10-13.

19 Cellini, Vie, p. 59 ; Bibliothèque de l’Institut, fonds Godefroy 536 f°64.

20 A.N. M.C. de XIX 54 (17-2-1523) à XIX 61 (29-9-1527).

21 A.N. M.C. XIX 69 (2-3-1531).

22 B.N. fr 15630 f°35 ; A.N. M.C. XIX 147 (dos du 11-11-1535).

23 Michaud, Chancellerie, p. 141 et note 4 ; B.N. fr 3873 f°42.

24 Chéruel, Ormesson, p. V.

25 A.N. J 967, 49bis/l [15-2-( 1537)] : il s’agit de Florimond Le Charron, commis à la place de Carré au paiement des officiers domestiques de l’Hôtel et futur trésorier et receveur général en Bretagne.

26 A.N. Z1a 44 f°262 (19-6-1518).

27 En raison des problèmes généalogiques qu’ils posent, André Le Roy, Pierre Tarteret et Jehan Robineau ne sont pas inclus ici, ce qui explique 1 écart de trois unités par rapport au corpus complet (121).

28 En revanche les officiers de finance n’ont pas, sous bénéfice d’inventaire, à payer un droit d’entrée spécifique tel celui qui est imposé par exemple aux notaires et secrétaires du roi. Il s’agit pour ces derniers de leur cotisation pour l’admission dans la confrérie du corps : Michaud, Chancellerie, p. 92. Un exemple en A.N. M.C. XIX 163 (20-4-1543) : droit d’entrée de 50 écus.

29 A.N. M.C. VI 1 (5-2-1527). Bien qu’elle concerne une transmission entre un oncle et un neveu, rien ne permet de penser qu’il y ait ici une sous-évaluation.

30 A.N. M.C. LIV 7 (dossier Morelet, mai-août 1532, au 4 juin). Un acte beaucoup plus tardif nous apprend que le prix de la transaction dépassait les 20 000 lt : A.N. M.C. XIX (6-11-1544).

31 A.N. M.C. XIX 71 (3-9-1532) : offre faite le premier septembre par les représentants de Loys Raquet, trésorier de la Marche, à Jehan Prévost, alors en prison.

32 A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543). Il faut attendre quatre ans pour que la rente soit entièrement « rachetée » par le nouveau général, c’est-à-dire pour qu’il s’acquitte de sa dette envers son cousin : A.N. M.C. LXXXVI 99 (23-3-1566), I.A.D. Bohier, n° 1069 et 1070.

33 A.N. M.C. III 29 (26-2-1544) : il s’agit explicitement du « restant de plus grande somme ».

34 A.N. KK 352 f°25.

35 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555).

36 A.N. M.C. VIII 61 (6-5-1541).

37 B.N. fr 3001 f°38 (28-3-1530).

38 A.N. M.C. XIX 70 (23-7-1531) et 163 (29-5-1543).

39 Anthoine Le Maçon, promu de 1531, exerce cette fonction l’année suivante : B.N. fr 15628 n° 206. Or elle était déjà détenue par Guy Milletot, son prédécesseur : C.A.F., t. VII, n° 24010 (7-2-1530). La charge de payeur des gens des comptes semble alors en Bourgogne statutairement rattachée à la recette générale. Il n’est pas rare de voir ainsi certaines commissions annexes détenues par un receveur général. En 1532, Bonacorsi, en Provence, est commis au versement de la solde des mortes-paies de Toulon : B.N. fr 15628 n° 226-227.

40 Quart-denier de 3 000 lt : A.N. KK 352 P24.

41 Plusieurs offices de finance de rang inférieur pour lesquels je dispose de montants de transactions laissent supposer en revanche une hausse réelle : receveur des aides et tailles de Nemours (4 000 lt en 1522, 5 500 lt en 1541), receveur des amendes du parlement de Paris (5 225 lt en 1535, 6 820 en 1547), élu de Beauvais (820 écus en 1535, 1 100 en 1547) et élu de Paris (5 225 lt en 1534, 5 712 lt en 1544). L’augmentation annuelle, par rapport au prix initial, est respectivement de 2 %, 1,9 %, 2,8 % et 0,9 %. La valeur d’un office de receveur général alternatif d’Agenais en 1554-1555 (15 à 16 000 lt : B.N. fr 3127 f°35) plaide également pour une élévation des prix. Mais il faut rester très prudent ici.

42 A.N. KK 352 f°11v°, 14, 19, 24 et 27.

43 On est donc très au-delà de la taxe du 1/10e ou 1/12e de la valeur de l’office qu’évoque Mousnier, Vénalité, p. 51.

44 A.N. M.C. CXXII 1141 (13-10-1544, I.A.D. Pierre Duval, cote 11) ; LIV 6 (21-2-1532, I.A.D. Morelet, n° 662).

45 A.N. J 967, 24/2 (5-5-1537) ; KK 352 f°28.

46 A.N. M.C. III 7 (9-2-1532).

47 C.A.F., t. VII, n° 28109.

48 C.A.F., t. III n° 9981 (25-4-1538).

49 Y a-t-il adjudication au plus offrant – comme pour les fermes – ainsi que l’affirme Jean-Claude Hocquet dans Genet, État moderne, genèse, p. 129 ?

50 A.N. M.C. XIX 163 (23-4-1543).

51 A.N. J 967, 21/2 et 89 [4 et 8-4 (1536-1538)].

52 A.N. KK 352 f°25.

53 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 304.

54 Sur les charges comme récompenses et non comme responsabilités professionnelles, voir Jouanna, Devoir de révolte, p. 60.

55 A.N. J 965, 6/53 (5-11-1537) ; C.A.F., t. VII n° 25844 ; A.N. M.C. LXVIII 14 (20-1-1553). Il est en fait probable que l’office lui-même provienne d’un don royal.

56 B.N. fr 5128 f°14.

57 A.N. M.C. CXXII 1035 (21-10-1520).

58 Un responsable de l’Extraordinaire des guerres fait ainsi allusion aux « grandz fraiz qu’[il] a porté […] tant au prest qu’[il fit] au Roy entrant en l’extraordinaire que en l’achapt dud. office » : A.N. J 967, 9/2 [13-3-(1536 ?)].

59 B.N. fr 25721 n° 335 (3-10-1529). La résignation pour Anthoine Bohier de Saint-Ciergues a lieu dans les mêmes jours.

60 A.N. J 964 n° 29 (17-7-1531).

61 A.N. KK 351 f°9v°. On note aussi un prêt de 28 750 lt de Philibert Babou en 1521, l’année où il souffle aux Poncher la trésorerie de France en Languedoïl : Doucet, Etat général, p. 99. Charles de Pierrevive avance au roi 13 000 lt en 1528 pour accéder à la même charge en Languedoc : A.N. M.C. I.A.D. Charlotte de Poncher, papiers, n° 1365.

62 B.N. fr 3001 f°38 (28-3-1530). Sur cette affaire, voir Hamon, Argent du roi, p. 391-396.

63 B.N. fr 3027 f°88. C’est un investissement hasardeux : le duché ne sera plus jamais contrôlé par le roi de France.

64 A.N. KK 352 f°39.

65 A.N. J 965, 6/46 (8-9-1537).

66 A.N. J 958 n° 18 (17-12-1523).

67 A.N. M.C. Inv. Carré n° 2056.

68 A.N. M.C. VIII 43. Le 21 août, les deux procureurs associés à Jehan Laguette, commis du général Morelet reconnaissent devoir 3 000 lt à Jehan Duval (père de Jehan I Duval), receveur et payeur du Parlement, pour prêt « faict manuellement » : ibid., à la date. Dreux Le Courtillier est par ailleurs actif sous Jehan Ruzé a la recette générale des finances d’Outre-Seine : A.N. Z1a 53 f°97v° et 109.

69 A.N. J 964, 29. Guy de la Maladière, alors secrétaire du roi et commis du trésorier de l’Ordinaire des guerres Jehan Grolier, lui avance 8 000 lt : A.N. M.C. XIX 65 (22-6-1531).

70 Pour une mise au point d’ensemble sur les remboursements des prêts consentis au roi : Hamon, Argent du roi, p. 229-242.

71 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cote 136.

72 C.A.F., t. V n° 18158 (7-3-1525) ; t. III n° 10668 (14-1-1539). Le remboursement du prêt de Babou de 1521 est assigné en 1523 sur le domaine de Languedoïl, c’est-à-dire sur la recette de sa circonscription d’exercice : Doucet, État général, p. 99.

73 A.N. J 964, 29bis ; J 958 n° 38.

74 Un cas étonnant : celui de la caution du contrôleur du magasin à sel de Luçon qui pourtant ne paraît pas être comptable : A.N. M.C. XIX 164 (20-3-1544).

75 O.R.F., t. VI p. 247 (article III).

76 Jacqueton, Documents, p. 150-153.

77 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 68 (paragraphe 16). On constate cette proportion pour une commission décernée en 1523 : Claude Hilaire, pleige d’Adrian Auger, commis aux fortifications de Guise et Bray-sur-Somme, s’engage pour 3 500 lt, soit un quart des 14 000 lt confiées à Auger pour sa charge : A.N. M.C. VIII 40 (15-6-1523). En Bourbonnais au 15e siècle, suivant une ordonnance du duc Louis II, les cautions doivent atteindre au moins 1/3 du revenu annuel de la recette : Mattéoni, Officiers, p. 389.

78 A.N. J 818 n° 2.

79 Le Page, Finances bretonnes, p. 352 note 168. Sur les quinze personnes qui viennent alors à la chambre se porter caution pour lui, onze exercent ou ont exercé une activité financière.

80 O.R.F., t. VI p. 198.

81 O.R.F., t. VI p. 225 (article 18).

82 A.N. P 2307 p. 35-36. Sur cette réforme, voir Hamon, Argent du roi, p. 278-279.

83 Un exemple en Guyenne : B.N. P.O. 296 (Bérenguierj n° 5 (13-4-1553).

84 Un acte de 1544 mentionne bien les cautions du général des finances de Bourgogne Clugny Thunot. Mais, pour cet office qui n’est pas comptable, il s’agit apparemment de ceux qui garantissent le versement du prix de l’office à celui qui le lui a résigné, Pierre d Apestéguy : A.N. M.C. III 29 (26-2-1544).

85 A.N. M.C. XIX 76 (14-1-1536) ; LXXVIII 4 (10-4-1540). Peut-être la caution connue pour 1536 est-elle seulement partielle.

86 Le Page, Finances bretonnes, p. 410. Il s’agit de François de Kermenguy, alloué de Nantes, de Jacques de Châteautro, sénéchal de Cornouaille et maître des requêtes au conseil de Bretagne, de Pierre Bernard, marchand à Nantes et de deux personnages non identifiés : maître Jean Grignon et Etienne Rivière.

87 A.D. Loire-Atlantique B 52 f°26 (7-2-1532).

88 Voir les remarques de la commission d’enquête bretonne de 1526. Selon elle, le trésorier du duché, détenteur des cautions, « tient les receveurs particuliers tant plus subjectz à luy, par le moyen desquelz peult faire plusieurs abus ». La commission demande que l’argent soit remis au vice-chancelier et au Conseil de Bretagne : A.N. J 818 n° 2. Indice supplémentaire de la prise en main des affaires de finances par les gens de conseil : voir Hamon, Argent du roi, p. 358-370.

89 A.N. Z1a 66 f°134v° (9-2-1541). De nombreuses procédures impliquant des cautions se retrouvent dans le contentieux porté devant la cour des aides.

90 Intéressante mise au point régionale sur ce dossier : Le Page, Finances bretonnes, p. 234-238.

91 B.N. P.O. 2287 (Pioche) n° 21. Il s’agit du seul acte sur les vingt-cinq disponibles à ne pas provenir du Minutier Central.

92 A.N. M.C. XXXVI 1 et 2 (27-1-1537) ; XIX 54 (5-12-1522).

93 A.N. M.C. VIII 180 (22/31-12-1540) ; III 28 (2-4-1544).

94 A.N. M.C. CXXII 15 (14/15-9-1529) ; CXXII 24 (2-8-1537).

95 A.N. M.C. CXXII 1043 (15-2-1528) ; VIII 72 (26-6-1545).

96 A.N. M.C. CXXII 19 (31-3-1533).

97 Mousnier, Vénalité, p. 35.

98 Voir sur ce point le témoignage des procureurs des comptes : A.N. M.C. CXXII 16bis (13-3-1531). Pour des exemples bretons de la place du serment tout au long de la procédure comptable : Le Page, Finances bretonnes, p. 337.

99 Plusieurs exemples dans l’ordonnance du 28-12-1523 (articles XIX à XXII) : O.R.F., t. III, p. 322-323.

100 A.N. J 958 n° 11. Il s’agit pour lui de démontrer que cette trésorerie fut « mise en son nom sans son sceu par feu son pere ». Selon Charles Loyseau, c’est en effet ce serment qui défère à l’officier la puissance publique : Nagle, Marc d’or, p. 6. Sur la procédure du serment d’installation, voir ibid., p. 10.

101 B.N. fr. 5085 f°30. Sur cet office, voir Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. IV n° 15479.

102 B.N. fr 10375 f°31-32 ; fr 4525 f°98v°-100 ; Jacqueton, Trésor de l’Épargne, 1ère partie, p. 6.

103 A.N. M.C. LIV 12 (7-4-1537). Les généraux des finances semblent cependant les officiers les plus concernés pour recevoir les serments. Nombreux exemples dans Dupont-Ferrier, Gallia regia, y compris pour des offices domaniaux (exemple de Yves de Nuits, t. I, n° 2808 ; un receveur domanial prête serment devant la Chambre des comptes de Dijon en l’absence du général de Bourgogne : ibid., n° 2881).

104 Se pose également la question du payement d’un droit spécifique lors du serment d’installation : le marc d’or. Des sources tardives en attribuent la création à Louis XI. Il est plus vraisemblable qu’en 1578, lorsqu’il apparaît clairement, « on voulait justifier une nouveauté en lui trouvant un précédent » : Mousnier, Vénalité, p. 66-67. La documentation utilisée ne fait pas apparaître de marc d’or dans la première moitié du 16e siècle, excepté bien sûr le droit spécifique versé par les notaires et secrétaires du roi : Nagle, Marc d’or, p. 28 et passim.

105 Le Page, Finances bretonnes, p. 337 note 64 et p. 410.

106 A.N. M.C. CXXII 22 (2-1-1537).

107 A.N. M.C. XIX 83 (2-4-1540)

108 A.D. Bouches-du-Rhône, B 26 f°340v°.

109 Est-il besoin de rappeler que le souverain peut intervenir à n’importe quelle étape du processus ? Jean Plume avait ainsi résigné son office d’élu à Paris pour un certain Gaulchery. Arrive alors une lettre du chancelier demandant de surseoir à la reception de Gaulchery jusqu’à ce que le roi ait fait connaître ses intentions. Un probable veto royal (pour des raisons inconnues) fait que Plume cédera en fait sa charge à Anthoine de Lausergye : A.N. Z1a 59 f°166v° ; M.C. XIX 146 (20-1-1534).

110 B.N. P.O. 2392 (Prudhomme) n° 22 ; fr 14368 P190 (la pension est de 1 200 lt pour l’Outre-Seine proprement dite et de 1 200 lt pour la Picardie) ; C.A.F., t. II n° 6652 (avec les pensions pour Provence et Dauphiné).

111 A.N. J 910 n° 2 ; B.N. Carrés d’Hozier 152 (Cardonne) p. 75.

112 C.A.F., t. II n° 6684 et t. III n° 7805 ; Isambert, Recueil, t. 12 p. 735 (dans l’arrêt Chabot).

113 A.N. P 2304 p. 829-833.

114 Voir le cas de Claude Robertet : C.A.F., t. II n° 5650 et 6778, ou celui de Jehan Grolier : ibid., n° 5739

115 Voir les données de Chevalier, Tours, p. 493-495.

116 Buisson, Duprat, p. 314-315.

117 B.N. fr 15629 n° 255 et Le Page, Finances bretonnes, p. 56 note 76.

118 C.A.F., t. III n° 7443 et 8391.

119 Il semble bien que l’intervention du général de Bretagne Anthoine Bullioud, qui s’apprête à entamer au printemps de 1537 une grande tournée dans le duché, ait joué un rôle non négligeable dans cette décision prise le 1er mars 1537 : O.R.F., t. VIII, p. 282-283.

120 O.R.F., t. VIII p. 279.

121 B.N. fr 4526 f°27v° ; L. et S., t. I notice 556 ; Auton, Chroniques, t. II p. 354-355.

122 C.A.F., t. VI n° 18938 (9-1-1527) ; Doucet, État général, p. 97 ; Le Page, Finances bretonnes, p. 35.

123 A.N. P 2304 p. 829-833.

124 O.R.F., t. III p. 320 (articles 7 et 8).

125 C.A.F., t. II n° 6684, t. III n° 7805, t. IV n° 12297 et t. VII n° 24361.

126 C.A.F., t. VII n° 27080 ; A.D. Loire-Atlantique, B 52 f°200.

127 Isambert, Recueil, t. 12, p. 806. Seules restent à part la Savoie-Piémont et la Bretagne. Pour cette dernière, les gages passent à 1 400 lt en 1545. Ils atteignent 3 000 lt en 1547, avec des charges accrues mais qui l’alignent en fait sur les autres circonscriptions : A.D. Loire-Atlantique, B 53 f°25-26. Ces gages exceptionnels s’expliquent par la situation particulière de la province et de son titulaire, directement au service du dauphin Henri depuis 1540 et la dévolution de la Bretagne à son ultime « duc » : voir Le Page, Finances bretonnes, p. 66-67.

128 B.N. fr 14368 f°151. Contrairement à ce qu’affirme Jacqueton, Épargne, lère partie p. 17, il y a donc bien établissement de gages fixes. Le chiffre qu il fournit pour 1526 est d’ailleurs aussi de 12 000 lt. Il en fournit un second pour 1544 qui est de 30 000 lt. Mais il ne correspond pas aux seuls gages ordinaires pris en compte pour les débuts de Preudhomme. Il semble qu’ultérieurement le trésorier de l’Epargne reçoive trois deniers par livre sur l’argent qu’il manie : Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1923, p. 211.

129 A.N. KK 351 f°60 et 352 f°104.

130 B.N. fr 5085 f°166-167.

131 On retrouve en 1502 le même montant pour le trésorier de l’Ordinaire et de l’Extraordinaire des guerres de Naples : B.N. fr 2930 f°14.

132 B.N. fr 4523 f°44 ; fr 2933 f°1-7 ; A.N. P 2307 p. 29.

133 B.N. fr 4525 f°98v°-99. Formule semblable pour le premier trésorier de l’Épargne en mars 1523 : Jacqueton, Trésor de l’Épargne, 1ère partie, p. 6 et pour Laguette en 1528 : B.N. fr 14368 f°191v°.

134 . A.N. J 958 n° 38.

135 Voir B.N. fr 4523 f°49.

136 C’est une tradition ancienne, appelée à durer. À titre d’exemples : Autrand, Parlement, p. 33 et Bergin, Richelieu, p. 81.

137 Voir le cas des gages versés à l’élu d’Angers Jehan Bernard, pour l’année en cours, dès le 17 avril 1534 : A.N. Z1a 66 f°80v° (12-1-1541).

138 C.A.F., t. III n° 10345 et t. VIII n° 30918.

139 C.A.F., t. III n° 9007 (18-5-1537) ; A.N. P 2307 p. 29.

140 Morice, Preuves, t. III col. 1012-1013., Sans doute sera-t-il, comme pour les deux années précédentes, assigné avec un net retard sur le trésor de l’Épargne : B.N. fr 15629 n° 255.

141 Voir le cas du trésorier de l’ordinaire de l’artillerie, privé de la moitié de ses gages et contraint de financer de ses deniers les envois de fonds « à grosse despence, fraiz et voictures » : A.N. J 968, 1/19 (1-8-1537). Voir Hamon, Argent du roi, p. 108-109. Un exemple de résignation sous condition de rétablissement des gages de l’office : A.N. M.C. VIII 59 (18-11-1539).

142 C.A.F., t. VI n° 19294 et t. VII n° 28161 ; Bloch, Anoblissement, p. 172. Sur les dons royaux voir Chevalier, Tours, p. 496.

143 C.A.F., t. VI n° 22857 (2-7-1544).

144 Pour les références et les dates précises pour l’ensemble du développement sur les charges, voir l’annexe sur les titulaires des offices.

145 Hamon, Argent du roi, p. 336-358.

146 Sur cette affaire, voir Hamon, Argent du roi, p. 389-391.

147 Avec la très brève parenthèse de Pierre d’Apestéguy en Outre-Seine et Yonne en 1527.

148 Il est révélateur ici que la charge de trésorier aille à l’aîné et celle de secrétaire des finances, pourtant bien plus stratégique à nos yeux, à François, le cadet.

149 Anthoine Béringuier, receveur des tailles au comté de Rodez : A.N. M.C. XIX 154 (2-11-1539), même si le comté appartient à la généralité de Guyenne ; Amable de Ceriers, élu de Basse Auvergne : A.N. M.C. CXXII 1039 (4-3-1526) et III 10 (8-5-1533) ; Gibrien Pioche, receveur des aides et tailles à Reims : B.N. P.O. 2287 (Pioche) n° 21, A.N. M.C. CXXII 1054 (20-3-1539). Jehan Pioche est un cas d’espèce puisque son père sera receveur général… après lui, sous Henri II, et très brièvement.

150 Mais pour ce dernier groupe, la fratrie Henri et Thomas Bohier accentue la concentration : quatre cellules familiales étroites se partagent alors huit des dix charges.

151 Doucet, Institutions, t. II p. 571-572.

152 Sur la charge pendant la première moitié du 16e siècle, voir la mise au point de Hamon, Argent du roi, p. 280-282.

153 A.N. M.C. XIX 65 (3-6-1531) et XIX 289 (29-9-1556) ; B.N. fr 5125 f°9 [13-11-( 1536)] ; XIX 151 (13-3-1539).

154 Sur l’inamovibilité garantie par le roi aux ordonnateurs en avril 1520 : O.R.F., t. II p. 593 (article 13). Elle connaît pourtant bien des aléas…

155 Guyenne, Milan, Blois et Savoie ne sont pas pris en compte.

156 Guyenne et Milan ont été exclus.

157 Une mention d’âge est fournie par cinq officiers eux-mêmes (dans des procès le plus souvent). Pour quatre autres il s’agit de témoignages extérieurs. Les Dossiers Bleus fournissent exceptionnellement deux dates de naissance que rien ne permet de suspecter. Quatre âges ont été estimés par des historiens en dehors de la prise en compte des carrières. Le dernier est déduit d’une date connue de tonsure (celle de Raoul Hurault en 1488, arbitrairement considérée comme ayant eu lieu vers 10 ans).

158 La fourchette s’explique par l’existence de deux dates de naissance possibles. Si Poncher a bien fait des études relativement poussées (voir plus haut p. 6), l’hypothèse la plus probable est celle d’une date d’accès à l’office plutôt tardive.

159 Pour la situation au 17e siècle, Mousnier, Vénalité, p. 114.

160 Il est vrai qu’il fait partie de l’administration des guerres dès la fin du règne de Louis XI, en particulier pour le paiement des bandes suisses : B.N. P.O. 1551 (Hurault) n° 3 ; Borrelli, Recherches, t. III p. 241.

161 Voir ses relations avec B. Cellini : Cellini, Vie, t. II p. 41-42, 100-101, 121-122, 124 note 1 ; A.N. M.C. CXXII 1130 (2-3-1543) et 1132 (10-4-1543).

162 Vivant le 16-8-1546 : A.N. M.C. XLIX 75 ; mort avant le 8-4-1552 : Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 4633.

163 Sur cet office voir Michaud, Chancellerie, p. 90-126 et la préface de Robert-Henri Bautier dans L. et S., t. I p. IX-XXXIX.

164 Cas intermédiaire entre ces deux modèles, celui de Jehan Duderé qui devient secrétaire alors qu’il est clerc du changeur du Trésor depuis plusieurs années. D’ailleurs, après avoir été lui-même brièvement commis au change du Trésor en 1532, c’est comme simple secrétaire que Duderé, en 1537 ou en 1547-1548, exerce des commissions financières pour aliéner et emprunter en Normandie avant de finir à la Chambre des comptes… Ce cas illustre bien l’originalité de certains itinéraires.

165 Sur le profit à tirer d’un poste de secrétaire, voir les remarques de Palamède Gontier dans B.N. fr 3873 f°41.

166 C.A.F., t. I n° 3258, t. II n° 6501, t. IV n° 12039 et t. VIII n° 31144, 32607 et n° 23851bis ; Michaud, Chancellerie, p. 122 note 10 et p. 166.

167 Sauf à l Ordinaire des guerres : quatre sur six jusqu’en 1530, et deux sur trois pour les années 1543-1547.

168 Jehan Carré et Charles de Pierrevive, mentionnés tôt dans leur carrière comme « receveurs » sans plus de précision n’ont pas été retenus : A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cote 76 à la date du 7-5-1521 pour Carré ; XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533), à la date du 8-3-1530 pour Pierrevive.

169 Quilliet, Officiers, p. 916.

170 A titre d’exemple, Morelet de Museau est payeur de la Chambre des comptes depuis 1508. Il fait exercer son office par un commis, Jehan Paris, au moins depuis 1511. Quand il devient trésorier des guerres en 1515, il obtient une autorisation de cumul, et Paris continue sa charge sous ses ordres. Morelet, en revanche, exerce en personne à l’Ordinaire des guerres : C.A.F., t. V n° 15825 (10-3-1515) ; A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536), cotes 204-211 et 235-261.

171 Voir les remarques de Chevalier, Tours, p. 438-440.

172 B.N. Dupuy 233 f°93v°. Il est vrai que Le Charron doit dépenser cette année-là 215 000 lt au titre de sa fonction : ses gages représentent donc moins de 1,2 % de cette somme.

173 L. et S., t. I notice 22 ; Spont, Semblançay, p. 85 note 5 et p. 150 note 4.

174 L. et S., t. I notice 41, à compléter et corriger par Spont, Semblançay, p. 85, p. 100 note 2 et p. 129 note 3.

175 A.N. M.C. Inv. Carré, n° 1235, 1793, 1814-1815 ; XIX 46 (24-11, 9 et 21-12-1518) ; B.N. fr 25721 n° 432 et fr 26128 n° 2139.

176 Le Coincte cité comme général des Monnaies de 1522 (C.A.F. t. IX p. 208) à 1531 (A.N. M.C. CXXII 1059, 25-7-1531). Pour ses autres fonctions : A.N. M.C. XIX 44 (7-6-1517), CXXII 11 (8-2-1523), CXXII 1030 (28-4-1518). Il devient changeur du Trésor en 1531.

177 Ruzé résigne en 1505 en faveur de Jean Richer : B.N. Dossiers Bleus 592 (Ruzé) f°14.

178 A.N. P 2304 f°711-717 (3-2-1522).

179 Avec deux cas litigieux qui n’ont pas été retenus : Henri Bohier, qui n’aurait pas exercé : L. et S., t. I notice 73 et Jehan Testu cité par Borrelli, Recherches, t. III p. 211 (sans date) et non confirmé par ailleurs.

180 Ce nombre serait porté à douze en intégrant trois généraux de Blois qui sont apparemment présidents statutaires de la Chambre des comptes du comté. Un seul problème : Claude Breton, le quatrième général, n’est pas cité comme président. Pour un exemple antérieur d’un même type de cumul, voir le cas de François de Génas, général et président de la Chambre des comptes de Dauphiné sous Louis XI : Balincourt, Génas, p. 317. Quoi qu’il en soit, il paraît difficile de mettre sur le même plan cette très modeste instance, où les intéressés n’ont d’ailleurs guère la possibilité de siéger, avec les autres Chambres des comptes.

181 Le Page, Finances bretonnes, p. 406-407.

182 Sur ce dossier, voir Le Page, Finances bretonnes, p. 257 note 28, p. 613 et p. 630-631.

183 A.N. KK 289 f°16 ; M.C. VIII 55 (23-3-1517) ; Le Page, Finances bretonnes, p. 630.

184 Notons au passage le décrochage hiérarchique par rapport à la Bretagne. Au delà des aléas individuels, ceci souligne une différence de prestige. Jean Fraguier en fournit un autre exemple : d’abord président des comptes à Moulins, il sera ensuite auditeur à Paris : C.A.F., t. X, p. 65.

185 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 197-198 ; A.N. J 964 n° 29 et M.C. XIX 71 (3-9-1532).

186 Voir une évocation de ce type de problème en A.N. M.C. III 7 (9-1-1532) : « Aucuns personnaiges qui avoient lord dud. traicté [d’office] liberallement accordé aud. [Ambroise] Le Moyne luy ayder de quelque bonne somme, pour la longueur dud. affaire se seraient licenciez et voullu faire autre prouffict de leurs deniers ».

187 Voir Hamon, Argent du roi, p. 389-396.

188 Je reprends ici à mon compte une citation de Jean-Marc Moriceau et Gilles Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille. Grande exploitation et changements agricoles, Paris, 1992, p. 158 à propos des fermages.

189 A.N. M.C. VI, 1 (5-2-1527).

190 C.A.F., t. VII n° 25726.

191 B.N. fr 3011 f°38v°.

192 C.A.F., t. VII n° 25649 et 25724.

193 C.A.F., t. VI n° 21348 ; A.N. J 965, 6/53 ; J 968, 2/51 et 2/54.

194 B.N. fr 5501 f°387.

195 C.A.F., t. VII n° 27500 [Philibert toujours en charge en 1557 : A.D. Indre-et-Loire, 3E1 68, (12-4-1557)] ; A.N. M.C. LXVIII 14 (20-1-1553) ; A.N. X1a 8621 f°325-326 ; Arbaumont, Armorial, p. 456.

196 A.N. M.C. XIX 272 (I.A.D. Bernard, 27-4-1548) cote 125.

197 Hamon, Argent du roi, p. 108 ; Mousnier, Vénalité, p. 47. Il est vrai qu’il s’agit souvent d’un expédient fiscal. Ces édits peuvent également servir de « couverture légale » lorsque, pour des raisons politiques, le roi veut revenir sur une survivance déjà entérinée. Ainsi sous Henri II, après la disgrâce et la mort de Gilbert Bayard, son fils Jean perd-il son droit sur l’office de secrétaire et contrôleur de la guerre dont il avait la survivance, faute d’avoir acquitté la composition liée à un édit de révocation : l’office revient à un homme alors bien mieux en Cour, Cosme Clausse : C.A.H., t. III n° 4759 (28-5-1549).

198 Mousnier, Vénalité, p. 44.

199 A.N. J 958 n° 11.

200 Voir les opérations de Jehan Grolier pour la trésorerie des guerres : C.A.F., t. II n° 4617 (7-6-1532), n° 4949 (4-10-1532) et n° 5077 (27-11-1532) ; Jehan Testu, qui n’est plus argentier depuis 1521, doit s’occuper de remboursements concernant son temps de charge au moins jusqu’en 1539 : C.A.F., t. VIII n° 30769 ; Victor Barguyn, trésorier et receveur général de Louise de Savoie est après la mort de celle-ci commis à « [son] corps deffendant » à recevoir les restes des finances de Madame : A.N. J 968, 15/1 ; Philibert Babou est aussi commis aux restes, après sa sortie de l’Epargne : Jacqueton, Épargne, 2e partie p. 15 note 3.

201 Clugny Thunot est pourvu comme général de Bourgogne après résignation de Pierre d’Apestéguy, le 28-5-1543 : C.A.F., t. IV n° 13101. Or on trouve des minutes des 21-2 et 2-3-1544 qui attribuent encore cette fonction à Apestéguy : A.N. M.C. III 28 et XLIX 71.

202 A.N. M.C. CXXII 1060 (31-1-1541) ; A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (2-3-1551).

203 L’âge d’un personnage aussi connu que Florimond Robertet continue de poser problème. Une naissance vers 1460 semble la plus probable. Voir Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 15 et Jacqueton, Politique extérieure, p. 10.

204 A.D. Loire-Atlantique, B 568 f°68.

205 Pierre, fils de René Thizart, épouse Anne Sarde. Allusion dans A.N. M.C. XXXIII, 1 (9-11-1541). Sur les liens à la fin des années vingt : A.N. X3a 36 (16-9-1528) ; Z1a 54 P319 (16-9-1529) ; Z1a 57 P26 (2-12-1531).

206 Le Page, Finances bretonnes, p. 413. On retrouve ensuite des liens entre eux via des charges rouennaises. La lettre de provision de Barbillon comme contrôleur des aides et tailles de Rouen, le 12-10-1543, mentionne Gontier : B.N. P.O. 190 (Barbillon) n° 2. Barbillon est procureur de Gontier dans une affaire de ferme rouen-naise : A.N. M.C. CXXII 42 (29-10-1544).

207 C.A.F., t. III n° 8827 (28-2-1537) ; A.N. Z1a 57 f°209v° : Faure commis général en 1528 ; B.N. Cabinet d’Hozier 224 (Malras) f°10v°.

208 Ysabel, sœur de Clérambault Leclerc, a épousé Matthieu Macheco, huissier au Parlement, avant le 16-12-1523 : A.N. X3a 31 (à la date). La mère de B. Serre est Jacqueline Macheco : B.N. Cabinet d’Hozier 311 (Serre) f°2. Sur les liens M. Macheco/B. Serre : A.N. M.C. XIX 89 (5-8-1545) ; sur les liens C. Leclerc/B. Serre : A.N. M.C. CXXII 1059 (19-12-1540).

209 B.N. fr 5501 f°368.

210 O.R.F., t. VI p. 279 et t. VII p. 168.

211 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1385-1397.

212 C.A.F., t. III n° 9372(24-10-1537). Il succède comme commis à la marine à Claude Guyot. Gontier est un client de l’amiral Chabot.

213 Le Page, Finances bretonnes, p. 354 et note 180.

214 A.N. J 967, 49bis 1.

215 Guiffrey, Cronique, p. 130-131 ; A.N. M.C. CXXII 1141 (I.A.D. du 13-10-1544), cotes 6, 14, 42 à 50.

216 À titre d’exemple, le cas des Le Jay à la fin du règne de François Ier : Jacques est à la fois secrétaire du roi, contrôleur des aides et tailles en l’élection d’Évreux et commis du trésorier de la marine de Ponant : A.N. M.C. XIX 91 (15-8-1546) et 93 (15-1-1548). Quant à Nicolas, aussi secrétaire du roi, il est trésorier des menues affaires de la Chambre et commis du trésorier de l’Épargne Jehan II Duval, après l’avoir été de son prédécesseur Guillaume Preudhomme : A.N. M.C. CXXII 160 (25-1-1547) et 161 (21-2-1548) ; B.N. fr 3873 f°42.

217 B.N. fr 14368 f°151. À la différence des receveurs généraux et locaux, le trésorier de l’Épargne ne peut régler ses frais grâce à un prélèvement sur les sommes perçues (par exemple douze denier par livre sur le fouage en Bretagne).

218 A.N. M.C. XIX 147 (au dos d’un acte du 11-11-1535).

219 A.N. J 910 n° 1 cote 74.

220 Voir un exemple dans la condamnation de Jehan Ruzé : A.N. J 958 n° 14.

221 A.N. M.C. XIX 150 (au dos d’un acte du 15-6-1538).

222 A.N. M.C. CXXII 12 (9-6-1527).

223 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1360-1365.

224 C.A.H., t. II n° 3222 (9-7-1548) ; C.A.F., t. III n° 9425 (18-11-1537).

225 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529).

226 À titre de comparaison, la remarque formulée à propos de l’échec d’un commis du grand marchand Simon Ruiz, qui travaille pour son maître à Séville : « Ayant été si longtemps à Séville, Seville cependant n’est pas entrée en lui » : Braudel et Da Silva, Réalités économiques, p. 735. Il y a sûrement place pour de semblables déceptions dans la gestion des caisses royales.

227 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).

228 A.N. M.C. VIII 43 (16-6-1525) et LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 577-578.

229 Voir des exemples dans A.N. J 965, 4/8 : envoi de 85 503 lt et non de 83 503 lt ; Z1a 64 (14-11-1538) : erreur de 285 1. 5 st sur un bordereau de 9110 1. 13 st. Sur cette question voir Doucet, État général, p. 12 qui affirme, de façon peut-être trop abrupte : « Les erreurs de calcul sont de règle générale ». Tout le problème est en effet de faire la part des fautes des copistes.

230 Chéruel, Ormesson, p. V.

231 A.N. J 967, 12/5 [7-6-(1536-1538)].

232 O.R.F., t. VI p. 221 (7-2-1532).

233 En 1544, Artus Prunier, trésorier et receveur général de Dauphiné, loge à Grenoble à la « trésorerie » : A.C. Grenoble GG1 (12-1-1544). J’ignore s’il s’agit d’une résidence de fonction attribuée au titulaire de la charge, ou si l’appellation a une tout autre origine.

234 A.N. M.C. CXXII 1048 (11-7-1534). Mobilier appartenant à un clerc de Pierre Legendre logé dans l’hôtel de son maître évoqué dans l’inventaire après décès de ce dernier : Hervier, Legendre, p. 34-346bis n° 318-319.

235 Hervier, Legendre, p. 182-183. Sur le receveur général travaillant avec son personnel dans son hôtel, sous Charles VI : REY, Domaine et finances extraordinaires, p. 212.

236 A.N. M.C. CXXII 14 (29-6-1529), 15 (8-10-1529) et 1132 (29-3-1533), LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566), n° 445, 569, 578 et 1404 ; A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (18-10-1550) ; Campardon et Tuetey, Insinuations, n° 2333 (31-1-1547).

237 A.N. M.C. CXXII 1132 (29-3-1543).

238 A.N. M.C. XIX 44 (25-7-1517) et XIX 54 (fin de liasse, sans date, acte déchiré au début et à la fin, sans doute du 12-2-1523)

239 A.N. J 958 n° 12. Les « Lyonnais » (Jehan Prunier, Robert Albisse) ont un domicile parisien. Peut-on ar ailleurs tirer des conclusions sur les aires de recrutement du personnel à partir de ces localisations ? Pour uit subalternes de l’Ordinaire des guerres entendus par la Tour Carrée en 1529, on remarque la même domination du Centre-Ouest avec Etampes, Orléans, Bourges, Vendôme, Blois et Poitiers, plus Aigueperse (en Auvergne) et un Beauvoir difficile à localiser précisément : A.N. KK 338 f°63, 64 et 67v°. Ici aussi, la prédominance de la France delphinale des années 1420-1430 est frappante. C’est une géographie que l’on retrouvera avec les officiers eux-mêmes.

240 A.N. J 967, 73 [27-6-(1537)] ; ROTT, Représentation, t. I, p. 288 ; Tournon, Correspondance, n° 311.

241 Chéruel, Ormesson, p. V.

242 A.N. Z1a 44 f°262 (19-6-1518).

243 A.N. M.C. CXXII 1057 (25-1-1540).

244 A.N. Z1a 57 f°209v° (19-4-1532).

245 A.N. M.C. CXXII 1049 (4-10-1534).

246 A.N. Z1a 66 f°392-393 (30-7-1541).

247 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529) ; M.C. III, 2 (8-7-1529). Même chose pour Jehan Prunier, commis de Lambert Meigret à l’Extraordinaire, dont Jehan Grolier est le clerc en 1521 : A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) n° 191. Ce clerc est un cousin de Jehan Grolier, le trésorier de Milan et futur trésorier des guerres.

248 À un niveau beaucoup plus modeste, certains clercs se spécialisent aussi dans la péninsule, comme ce Jaques de la Planche « suyvant les finances d’Itallye » qui s’est apparemment replié à Paris dans les années trente, et qu’un marchand vénitien poursuit pour une créance de soixante écus négociée à Venise : A.N. M.C. XIX 71 (29-4-1532).

249 A.N. M.C. XIX 177 (8-4-1549).

250 A.N. M.C. XIX 169 (12-7-1546).

251 B.N. fr 3876 f°297. Sur Albisse, voir Hamon, Argent du roi, p. 144-146.

252 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 63, 149, 170, 288… ; XIX 151 (23-1-1539) ; B.N. fr 26128 n° 2237 (12-5-1543). En 1535, Prunier désigne un procureur pour rendre compte de l’administration qu’il a eue sous Morelet comme général des finances, sous Babou en tant que trésorier de France et sous le receveur général Sapin : A.N. M.C. XIX 76 (9-12-1535). On ignore si c’est toujours en tant que relais sur la place lyonnaise qu’il est utilisé ici, alors qu’il s’agit de la gestion de l’Outre-Seine ou de la Languedoïl.

253 Le Page, Finances bretonnes, p. 162 note 112.

254 A.N. Z1a 66 P332 (22-6-1541).

255 A.N. M.C. CXXII 1047 (22-4-1534) ; A.N. Z1a 53 f°97v° et 109. Sur Le Courtillier : A.N. M.C. VIII 43 (9-6-1525). Il faut parfois être très attentif : une procédure à la cour des Aides met par exemple en scène à la fois le commis du receveur des tailles en Berry et le clerc que le receveur général de Languedoïl a commis pour récolter les deniers des tailles de Berry : A.N. Z1a 59 f°159 (24-1-1534).

256 On trouve de telles subdivisions également au niveau local. Ainsi il existe un commis à faire venir « ens » les deniers des aides et tailles au quartier de Brie en l’élection de Paris : A.N. M.C. XIX 154 (17-11-1539).

257 A.N. Z1a 59 f°102v°. Sur la distinction entre clerc et commis, voir Bernard Barbiche, « L’administration centrale des finances au temps de Sully » dans L’administration des finances sous l’Ancien Régime, Colloque de Bercy, Paris, 1997, p. 21 (on distingue les deux au 16e et il y a glissement au 17e)

258 A.N. M.C. XIX 65 (22-1-1532).

259 A.N. M.C. XIX 38 (22-2-1514) et CXXII 13 (26-11-1527). Sur Mahieu, voir aussi XIX 49 (24-6-1520) et XIX 61 (4-5-1527).

260 A.N. J 968, 12/2 [12-7-(1538)] ; C.A.F., t. VIII n° 32787 et 32790.

261 A.N. J 965, 7/1 (15-5-1537) ; M.C. XIX 179 (27-10-1549). Entre ces deux dates, Gelé est devenu contrôleur des aides et tailles en Lyonnais. Depuis 1543, il faut une autorisation royale pour pouvoir installer un commis dans une recette générale : Hamon, Argent du roi, p. 276.

262 C’est sans doute le choix de Jaques Charmolue, receveur des tailles à Meaux, repéré comme tel jusqu’en 1501, et qui accède au change du Trésor en 1502. C’est à coup sûr celui de Thomas Bohier à partir de 1494, lorsqu’il devient général. Mais il prend soin de se faire remplacer par des gens de son clan (son frère Henri, son beau-frère Jehan du Bois).

263 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 204-212, 235-261 et 594.

264 A.N. M.C. CXXII 1047 (11-6-1534).

265 L. et S. t. I notice 22. Le flou des dates pour la détention de nombreuses fonctions interdit d’affiner pleinement la chronologie. En 1524, à titre exemple, Babou est à la fois au moins trésorier de France et de l’Epargne et général des finances de Louise de Savoie.

266 Les seuls cas connus sont ceux qui correspondent à des fonctions que Babou a exercées en personne : Guillaume Lestrange, Ambroise de Nogent et Lambert Meigret le secondent à l’Extraordinaire des guerres et Thomas Rappouel à l’Epargne : Coyecque, Recueil, n° 188 (10-9-1515) ; A.N. M.C. XLIX 72 (24-4-1544) ; B.N. fr 4525 f°98v° et fr 5109 f°448 et sq.

267 C.A.F., t. VII n° 28051 (octobre 1531).

268 C.A.F., t. I n° 318 et 452 ; A.N. M.C. XIX 41 (4-10-1516) et XIX 44 (17-5-1517).

269 Spont, Semblançay, p. 184 note 2.

270 C.A.H, t. II n° 2576, 3224 et 3580.

271 A.N. M.C. XIX 61 (12-6-1527).

272 Wolfe et Zacour, The growing Pains, p. 70 (paragraphe 23).

273 Voir sur ce point Chevalier, Tours, p. 438-439.

274 A.N. M.C. CXXII 1047 (11-6-1534) ; Béchu et al., Minutes du 15e siècle, n° 2805 ; A.N. M.C. XIX 72 (1-1-1533).

275 A.N. M.C. VIII 47 (12-2-1535) ; Le Page, Finances bretonnes, p. 552.

276 Chéruel, Ormesson, p. VI.

277 A.N. M.C. XIX 177 (8-4-1549).

278 A.N. M.C. XIX 87 (21-6-1544).

279 A.N. M.C. XIX 146 (27-8-1533).

280 Gilles de Gouberville vient à Blois en février 1556 pour tenter d’obtenir un office. Ses démarches fournissent un témoignage très concret sur les multiples opportunités que donnent aux clercs de grands officiers leur position incontournable : Gouberville, Journal, t. II p. 248 (du 5 au 11-2-1556).

281 B.N. fr 2930 f°129v° et 110 v° ; A.N. KK 78 n° 2.

282 C.A.F., t. I n° 3107 et t. II n° 5262, 5432, 5800… pour Breton ; A.N. M.C. XIX 150 (25-6 et 4-7-1538) pour la Picardie.

283 A.N. M.C. CXXII 12 (9-6-1527).

284 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).

285 A.N. X3a 36 (23-10-1528).

286 A.N. M.C. XIX 44 (25-7-1517).

287 L. et S. t. II planche XVII ; A.N. M.C. XIX 49 [31-3-1518 (au dos d’un acte du 20-6-1520) et 3-7-1519] ; M.C. VI, 4 (17-8-1540).

288 Un autre exemple de largesse : les legs considérables faits par Pierre Legendre à trois auxiliaires : B.N. Carrés d’H. 291 (Legendre) p. 38.

289 Voir Kerhervé, État breton, p. 764. Sur d’autres formes de participation à la mobilisation des fonds, voir par exemple Poncet, Rente, p. 328-329.

290 Dépense : 531 214 lt ; recette : 522 418 lt : A.N. M.C. XIX 153 (13-2-1540).

291 Nombreuses allusions dans les papiers Morelet : A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 63, 149, 288, 414 et 630.

292 Ibid., cote 533.

293 A.N. M.C. XIX 151 (20-3-1539).

294 A.N. Z1a 64 (12-10-1538). L’histoire ne s’arrête pas là car Le Myre met Carré en procès pour obtenir payement de cette somme…

295 A.N. Z1a 66 f°383 (30-7-1541).

296 B.N. fr 5086 f°36 ; C.A.F., t. VII n° 25304.

297 A.N. Z1a 64 (5-9-1539).

298 A.N. Z1a 66 f°151 (19-2-1541). Mallehaire, peut-être moins coupable que ce témoignage ne voudrait le faire croire, est en 1550 receveur ordinaire de Touraine : A.D. Indre-et-Loire 3E1 65 (3-5-1550).

299 Deux exemples parmi beaucoup : la recette des tailles de Sens que Gaillard Spifame fait gérer par Jehan de Mas, contrôleur du grenier de la ville, avec un pleige pour 1 000 lt : A.N. M.C. XIX 38 (24-2-1514) ; Guillaume Fauvelet, qui est commis par Jehan Grossier au paiement de 80 lances, présente Claude Legendre, procureur en parlement, comme caution : VIII 47 (12-2-1535).

300 A.N. M.C. LXXVIII, 1 (juillet 1531, acte déchiré) et XIX 38 (2-12-1513).

301 A.N. M.C. LIV 20 (26-1-1545).

302 O.R.F., t. I p. 57. Cette exigence, qui vient de l’administration royale elle-même, s’explique peut-être ici parce qu’il s’agit d’officiers de finance « en puissance » qui le deviennent « en acte » en 1534 sous le nom de payeurs des compagnies d’ordonnance.

303 B.N. fr 4526 f°10v°.

304 A.N. M.C. XIX 59, à la date.

305 A.N. M.C. XIX 79 (20-12-1537) et 151 (20-3-1539). Il existe une affinité socio-professionnelle entre le monde des clercs de finance et celui des artilleurs. Outre Biron, on note le cas de deux clercs de finances qui épousent des veuves de canonniers ordinaires du roi : Gabriel de Cluny et Pierre Julienne : A.N. M.C. XIX 161 (27-7-1542) et III 54 (6-8-1542). Cette proximité explique peut-être mieux l’étrange désignation d’André Boulard comme clerc suivant les finances et l’artillerie : A.N. M.C. XIX 88 (17-11-1544).

306 A.N. M.C. XIX 83 (28-6-1540).

307 A.N. M.C. XIX 87 (21-6-1544). Autres accords entre commis et maîtres : A.N. M.C. VIII 44 (1-4-1527) et 66 (20-10-1539 et 19-1-1540), XIX 45 (20-1-1518) et 59 (18-6-1526), CXXII 12 (9-6-1527), 19 (19-2-1533) et 1042 (28-4-1527).

308 A.N. M.C. XIX 54 (début et fin absents, en fin de liasse, sans doute du 12-2-1523).

309 A.N. Z1a 64 (11-12-1538).

310 A.N. M.C. III 2, à la date.

311 Voir les plaintes de Jehan Prévost dans A.N. J 958 n° 18 (25-6-1525).

312 A.N. JJ 246, 52 (février 1532).

313 C.A.F., t. I n° 2730 et SPONT, Semblançay, p. 267.

314 Guiffrey (éd.), Cronique, p. 107-108. On repère ensuite plusieurs mises au point avec d’anciens clercs : A.N. M.C. XIX 79 (9-6-1537), XIX 151 (30-12-1538 et 26-3-1539), XIX 152 (10-7 et 29-11-1539), XIX 153 (13-2-1540).

315 C.A.F., t. IV n° 12531.

316 Sur les clercs de Besnier, voir A.N. M.C. CXXII 1047 (22-4-1534) pour Thomas Parent, LIV 11 (24-5-1536) et Z1a 59 f°3v° pour Guillaume Foucheret, Z1a 64 (27-6-1539) et B.N. Dupuy 623 f°2 pour Alexandre Dessefort, B.N. Dupuy 623 f°23, 54, 61 et 74 pour Guillaume Chevalier.

317 A.N. M.C. XIX 146 (2-3-1534). Un exemple de « mortuaire » : à la mort du capitaine Pomperant, « l’héritier a esté payé d’un quartier pour son servivit ainsi que on a accoustumé faire es finances » : A.N. Z1a 66 f°221 (26-3-1541).

318 B.N. fr 5125 f°181v° [22-12-(1536)].

319 Ibid., f°62v° [6-11-(1536)]

320 A.N. M.C. Inv. Carré cote 1295 ; XIX 169 (12-7-1546).

321 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 186 et 195 ; XLIX 72 (24-4-1544) ; XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) cote 187 ; Z1a 54 f°205 v°.

322 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) cote 649 ; LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 219, 506, 508-512 ; Z1a 59 f°188 (11-2-1534). Sur la localisation blésoise, voir J 958 n° 12

323 A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D. Meigret, novembre 1533) ; XIX 153 (actes de janvier et février 1530 au dos de deux actes du 3-1-1540) ; XIX 266 (I.A.D. Séguier, 11-5-1536) cote gg.

324 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 10 ; XIX 69 (2-3-1531).

325 B.N. fr 23916, f°9v°-10 et 46v°-47 ; P.O. 1912 (Meigret) n° 7.

326 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) cote 547 ; CXXII 1039 (4-1-1526).

327 A.N. Z1a 66 f°221 (26-3-1541).

328 A.N. M.C. Inv. Carré cotes 1865 et 2095 ; XIX 85 (3-4-1542).

329 A.N. M.C. XIX 58 (31-5-1525), XIX 65 (22-1-1532), CXXII 1078 (21-6-1545) ; B.N. fr 3081 P56 (13-5-1534). Coullon connaît peut-être une période de latence au début des années quarante : deux actes le mentionnent en effet comme simple « clerc suyvant les finances » en 1541 : A.N. M.C. XXIII 1 (26-9-1541) et CXXII 1061 (15-6-1541). La reprise des hostilités l’année suivante n’est sans doute pas étrangère à sa promotion.

330 B.N. fr 15630 f°18v°. Veau est trésorier de l’Extraordinaire en 1545 en attendant de finir à l’Ordinaire.

331 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 153 (serviteur en 1501) et n° 54-55 (clerc en 1515-1516) ; CXXII 303 (Inv. Morelet, 12-8-1529) n° 41 (procureur en 1517).

332 A.N. M.C. XIX 91 (13-11-1547) ; XIX 44 (25-7-1517).

333 A.N. M.C. XIX 85 (9-1-1542).

334 Le Page, Finances bretonnes, p. 263 note 61 et p. 431. La plupart de ces subalternes font ensuite de très belles carrières en Bretagne.

335 B.N. fr 15630.

336 Jehan (de) Beaulieu, le clerc qui sert en Outre-Seine sous Anthoine Juge puis Jaques Marcel reste ensuite fidèle à Marcel (ou plutôt à l’Outre-Seine ?) pendant longtemps : il est toujours là en 1543 et 1548 : A.N. M.C. III, 28 (6-10-1543) et XIX 174 (28-1-1548).

337 B.N. fr 15630 f°42v° ; A.N. M.C. CXXII 1047 (5-6-1534) et XLIX 74 (14-8-1545).

338 A.N. J 967, 87/2.

339 A.N. M.C. CXXII 1048 (11-7-1534).

340 C’est un nombre minimum : il faut évidemment tenir compte du caractère partiel des données. Il y a d’autre part des cas ambigus, qui n’ont pas été retenus ici. Ainsi Jehan Colas, clerc des finances en 1507, est-il désigné post-mortem comme clerc des guerres, commis du contrôleur de la guerre et pour finir contrôleur des guerres : A.N. M.C. VIII 10 (22-2-1507), XIX 38 (2-12-1513 et 6-4-1514) et 44 (6-8-1517). Cette inflation, sans doute permise par la position sociale de sa veuve, dame de Versailles en partie et de Sanoys et sœur d’un écuyer, seigneur de Soisy, est peut-être injustifiée, mais le doute subsiste cependant sur un éventuel accès à l’office.

341 A.N. M.C. CXXII 1055 (2-5-1539) et 1057 (20-5-1540).

342 B.N. fr 4525 f°98v° ; Beauvillé, Documents, t. I p. 166.

343 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 201 ; XIX 56 (19-7-1523) ; Z1a 54 f°88 (27-1-1529). Jaques Séguier appartient à la famille étudiée par Denis Richet, alors en pleine ascension. Contrairement à l’hypothèse de Richet, De la Réforme à la Révolution, p. 166-167, il est bien fils de Bleuet Séguier. Il est également frère de René, marchand bourgeois de Paris : A.N. M.C. XIX 54 (7-2-1523) et XIX 49 (13-10-1520, dos d’un acte du 10-10). Jaques et René sont les deux des cinq frères qui manquent dans la postérité de Bleuet : Richet, ibid., p. 116 et 288. Jaques est fils d’une Marguerite « Lomine » qui semble devoir être la deuxième femme de Bleuet Séguier.

344 A.N. Z1a 64 (14-11-1538) ; M.C. LIV 20 (6-6-1544). Sur la blanque, voir Hamon, Argent du roi, p. 116.

345 A.N. M.C. VIII 68 (10-7-1540) et CXXII 19 (6-3-1533) ; B.N. fr 3044 f°93 (compagnies de Crussol et d’Assier).

346 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529) ; M.C. XIX 65 (14-9-1531) et XIX 72 (18-4-1532).

347 A.N. M.C. XIX 43 (18-10-1532) et XLIX 65 (1-10-1539) ; LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cote 78.

348 Chéruel, Ormesson, p. VI.

349 A.N. M.C. XIX 54 (5-1-1523). En fait, il ne s’agit guère d’une spécificité des commis, car bon nombre d’officiers sans autre charge que leur office n’exercent pas en personne.

350 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536, n° 154) ; XIX 49 (22-5-1520).

351 Le Page, Finances bretonnes, p. 401-402.

352 A.N. M.C. XIX 38 (24-2-1514) ; XIX 59 (18-6-1526) ; Z1a 57 f°85 (26-1-1532).

353 A.N. KK 352 f°11v° et 21.

354 Un lien supplémentaire entre Sens et l’Extraordinaire des guerres réside sans doute dans une procuration (annulée ensuite) de Gaillard Spifame. Celui-ci entend en effet résigner comme receveur des aides et tailles à Sens « au prouffict de telle personne que monseigneur le general Morlet [de Museau] nommeroit » : A.N. M.C. XIX 55 [2-9-(1523 sd) au dos d’un acte du 12-9-1523]. Ancien et futur titulaires de l’Extraordinaire se retrouvent ici autour d’un acte qui manifeste encore le « patronage » de Morelet, déjà évoqué plus haut.

355 A.N. M.C. Inv. Carré n° 1360-1363 et 1365 ; Z1a 54 f°88 (27-1-1529). Avec les Dupuys, les risques d’homonymie sont cependant réels.

356 Pour une réflexion sur ce point, voir la conclusion de Hamon, Personnel subalterne. Sur l’apparition du mot bureau dans le domaine financier (en vogue à partir des années 1540) voir Zeller, De quelques institutions, p. 195 et 198.

357 L estimation du personnel monarchique nécessite une mise au point solide. Dans deux synthèses récentes, des chiffres très éloignés sont retenus, qui vont presque du simple au double. Pour Alain Demurger, Temps de crises, temps d’espoir, Paris, 1990, p. 147, il y a au début du 16e siècle environ 12 000 agents royaux, plus les auxiliaires, présents surtout dans le domaine financier. Dans Ariette Jouanna, La France du xvie siècle 1481-1598, Paris, 1996, p. 209, le nombre retenu est de 7 à 8 000 personnes au service de l’État, clercs et commis compris. Sur l’importance du monde gravitant autour des officiers et la difficulté (la vanité ?) des essais de recensement : Peytavin, Naples, p. 273.

358 Jacqueton, Documents, p. XXVIII-XXX.

359 A.N. M.C. XIX 111 (I.A.D Meigret, novembre 1533).

360 A.N. KK 289 f°485v°. Du Lyon met quarante jours, au départ de Tours, pour accomplir sa mission.

361 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cotes 414 et 443.

362 B.N. fr 5910. Jacqueton, Documents, p. 102 et sq. reproduit la circulaire de Briçonnet.

363 A.D. Cher, C 951.

364 A.D. Ille-et-Vilaine, C 3223. Je remercie Chantai Reydellet de m’avoir signalé l’existence de ce document.

365 B.N. fr 3873 f°41. Les formulaires de chancellerie conservés aujourd’hui n’ont sans doute pas d’autre origine. Voir par exemple B.N. fr 5124, 5500-5502 et 14368.

366 On peut y ajouter les procès-verbaux des enquêtes auxquelles se livrent les ordonnateurs : un exemple pour le général Anthoine Bohier de Saint-Cirgues en A.N. J 832 n° 6 ; une allusion à celui dressé en 1519 par des auxiliaires de Guillaume de Beaune et Loys de Poncher dans A.N. KK 289 f°477.

367 Le Page, Finances bretonnes, p. 348 ; Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 12 et 156.

368 Le cas, marginal, des trésoriers des salpêtres souligne bien que le matériel professionnel est la plupart du temps privé. Le titulaire, Francoys Odin, vient demander à la veuve d’un de ses prédécesseurs « que estoit devenu la rommaine balence ou aultre poix duquel usoit sond. mari oud. office ». La veuve répond « que sond. feu mari usoit de balences desquelles le flot estoit de fer et le reste de boys et de cordaiges qu’il avoit faict faire à ses propres coustz et despens et après le décès de sond. feu mary elle avoit presté lesd. balences et poix à feu Michel Jacob son filz, dernier possesseur dud. office qui en usoit, et que après le décès de sond. filz elle les a reprins comme à elle appartenant » : A.D. Indre-et-Loire 3E1 54 (16-12-1536).

369 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D Bohier, 23-3-1566) cotes 132 et 1077.

370 Ibid., cote 758.

371 Ibid., cotes 344, 378, 734 et 795.

372 A.D. Indre-et-Loire, E 279 pièce 1 (15-11-1561).

373 Le Page, Finances bretonnes, p. 335 ; Spont, Semblançay, p. 142 ; Jacqueton, Documents, p. 291.

374 O.R.F., t. III p. 221 ; Jacqueton, Documents, p. 197 ; Michaud, Chancellerie, p. 370.

375 Voir l’exemple de Poyet dans B.N. Dupuy 79 f°5 et 7 ou celui de Montholon, garde des sceaux, f°20v° et sq.

376 C.A.F., t. IV n° 14273 (22-12-1544).

377 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 12-14. Certaines pièces demeurent aux mains de la veuve, selon une logique qui nous échappe parfois, ainsi pour des documents liés aux affaires turques : ibid., p. 174 et 185. Plusieurs documents financiers sont aussi dans ce cas : ibid., p. 174 et 182.

378 Le Page, Finances bretonnes, p. 335.

379 Clément, Trois drames, p. 183-184 (9-5-1524). Une première demande a été formulée en octobre 1523 : Spont, Semblançay, p. 201-202.

380 L’inventaire après décès des papiers de Charles de Pierrevive, ancien trésorier de France, ne mentionne aucun dossier professionnel : A.N. M.C. LXXXVII 64 (14-7-1563). Il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un comptable.

381 Voir sur ce point Hamon, Argent du roi, p. 282 et sq.

382 A.N. Z1a 64 (24-1-1539) et Z1a 66 f°174v°.

383 A.N. M.C. CXXII 15 (8-10-1529).

384 I.A.D. Pierre Legendre, papiers, en tête.

385 Chéruel, Ormesson, p. V-VI.

386 A.N. U 446 f°190.

387 A.N. Z1a 66 P221 (26-3-1541).

388 Spont, Semblançay, p. 232 note 4 ; Coyecque, Recueil, n° 1129 (29-10-1529).

389 A.N. M.C XIX 61 (4-5-1527).

390 B.N. Dupuy 623 f°60 ; Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 14 ; A.N. Z1a 66 P359 (16-7-1541).

391 A.N. M.C. Inv. Carré, n° 1398 ; CXXII 1064 (1-5-1542).

392 A.N. M.C. CXXII 1042 (8-2-1527).

393 Voir les remarques de Charton-Le Clech, Chancellerie et culture, p. 137 pour le milieu étroitement lié des secrétaires du roi. Elle parle, à propos de leur mobilier, d’une « civilisation du voyage », qui ne se limite pas d’ailleurs aux seuls déplacements professionnels.

394 A.N. J 966, 21/2 et 21/4.

395 A.N. M.C. I.A.D. Carré, n° 1826 à 1856.

396 A.N. M.C. LIV 17 (21-3-1544). Le roi quitte Saint-Germain-en-Laye le même jour pour un voyage en Normandie qui va durer un mois et demi.

397 Coyecque, Recueil, t. I, n° 934 ; A.N. M.C. LIV 17 (14-5-1541) ; J 958 n° 42 : mandement du 28-4-1525 signifié à Preudhomme le 10 mai 1525.

398 Ainsi pour 1537 en mars, à la fin de juin, ou encore le 24 octobre et pour 1538 le premier février ou le 12 juillet : A.N. J 966, 21/1 ; J 967, 87/4 ; J 968, 12/2 ; B.N. fr 3055 f°29 et 132v°.

399 Marguerite d’Angoulême, Correspondance, p. 330 ; A.N. J 967, 10/1 et 59 ; J 968, 12/1.

400 Le Page, Finances bretonnes, p. 36. Blois arrive en tête, loin devant Lyon/Grenoble (six séjours) et surtout Paris (deux séjours).

401 B.N. fr 2985 f°78.

402 Barrillon, Journal, t. 1 p. 76-77. Notons au passage que c’est la cinquième fois que Florimond Robertet accompagne le roi dans la péninsule (Charles VIII en 1494, Louis XII en 1502, 1507 et 1509). On peut ajouter sans doute à cette liste au moins un futur grand officier, Bénigne Serre, alors grenetier de Dijon : Gauthier, Communications, p. 208.

403 Baudouin-Matuszek, Écosse, p. 362 et 370 ; A.N. M.C. XIX 177 (8-1-1549).

404 L. et S. t. I notice 74 ; Pélicier, Lettres de Charles VIII, t. IV p. 107, 114 et 133, t. V p. 263 ; Spont, Semblançay, p. 73-74 ; Chevalier, Tours, p. 489. Son action semble servir de modèle pour les Vénitiens. Antonio Condolmer affirme en juillet 1512 qu’ » in campo si dovera mandar uno homo degno, corne fa il re di Franza, sora i danari, che era il zeneral di Normandia » : Sanudo, I diarii, t. XIV p. 484. Dans les années 1510 d’ailleurs, l’activité de Bohier ne se limite pas aux armées ; il assure ainsi en 1511 la « superintendance des finances » en Italie.

405 Un témoignage sur sa mort dans un document malheureusement mutilé : A.N. M.C. LXXXVI, 1 [30-6( ?)-1531].

406 Sur la lutte pour disposer de grands officiers de finance aux armées : Hamon, Argent du roi, p. 387-389.

407 L. et S. t. I notice 333 ; B.N. fr 25720 n° 212 ; Spont, Semblançay, p. 190 note 4.

408 B.N. fr 20502 f°174 ; A.N. J 965, 8/11 et J 967, 12/1 ; Decrue, Montmorency, p. 263 et 272 ; BOURRILLY, Du Bellay, p. 243 et 250.

409 Selon un acte du 3-4-1543, il est à Narbonne le 6 octobre 1542 : A.N. M.C. CXXII 1064. Il sert toujours aux armées sous Henri II : B.N. fr 5085 f°198.

410 C.A.F., t. VI n 19685 et t. VIII n° 30254.

411 B.N. fr 2971 f°130 ; Spont, Semblançay, p. 171 ; Du Bellay, Correspondance, t. II p. 469 ; Tournon, Correspondance, n° 314.

412 Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 259. La ville d’Amboise engage d’ailleurs des frais « pour esviter le passaige des compaignies ».

413 Pour l’ensemble, voir A.N. J 958 n° 18 et A.D. Loire-Atlantique B 582 f°57 (pour le 28 février).

414 A.N. M.C. XIX 151 (13-3-1539) et XIX 163 (1-6-1543).

415 Selon un acte du 18 mars 1555, Veau a accompli de nombreux voyages à la guerre, en Lorraine, Luxembourg, Champagne, Picardie et Pays-Bas. Certains ont-ils été effectués sous François Ier, lorsqu’il oeuvre à l’Extraordinaire (1545-1546), ou tous datent-ils du règne d’Henri II, alors qu’il est devenu trésorier de l’Ordinaire en 1547 ? Michaud, Chancellerie, p. 98 note 3. En revanche, on est sûr qu’en 1545, Jaques Veau envoie un commis en Écosse au titre de l’Extraordinaire : A.N. M.C. XIX 170 (18-3-1547).

416 Le Page, Finances bretonnes, p. 393-394. La restitution du Roussillon rend impossible de lui conserver une fonction dans cette province après 1493. On le repère auparavant comme capitaine du château de Collioure en 1487-1489 : Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. V n° 20046.

417 L. et S. t. I notice 488 ; Barrillon, Journal, t. I p. 218, t. II p. 87-89 et 141. Autre officier de finance intervenant, en fin de période, dans les négociations avec l’Angleterre : Jehan d’Estourmel à Ardres fin 1546 : Potter, Picardy, p. 152.

418 L. et S. t. I notice 37 ; Du Bellay, Correspondance, t. I p. 13 et 42 ; B.N. fr 4754 f°10 ; Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. XXXVIII et Potter, Schmalkaldic war, p. 530-531. Sur le rôle de Bayard en 1529, voir Hamon, Bayard, passim.

419 Champollion-Figeac, Captivité, p. 433. Babou sert d’ambassadeur pour la duchesse d’Alençon en décembre 1525 : ibid., p. 425. Il est de passage en val de Loire à la fin de decembre : Abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 216-217. Jean du Bellay, Correspondance, 1527-1529, p. 68 le présente comme un expert en matière de décodage de lettres chiffrées.

420 . Spont, Semblançay, p. 73 ; Du Bellay, Mémoires, t. I p. 286.

421 L. et S. t. I notice 73 ; Canestrini, Négociations, t. II p. 759.

422 Le père du premier a déjà été ambassadeur extraordinaire en Suisse en 1479-1480 et 1488-1491 : voir l’index de Rott, Représentation. Quelle pertinence peut-il y avoir à une telle succession, après une solution de continuité de vingt ans ?

423 Voir également les missions d’André Le Roy [L. et S. t. I n° 424], Jehan Breton [Du Bellay, Correspondance 1527-1529, p. 7 et 22-23], ou Claude Breton [Ancel, Nonces, t. I p. 184 et t. II p. 310 note 1].

424 Héauville, à 18 km à l’ouest de Cherbourg. Gouberville, Journal, t. II p. 101. Le maître des requêtes, monsieur de Chauffreau, n’est autre que le fils du défunt général des finances Jehan de Poncher.

425 Ibid., p. 24-25.Toutes les tournées n’ont donc pas de finalité financière : c’est de même pour inspecter les places fortes que Louis XII envoie un trésorier de France (avec un expert) sur la frontière pyrénéenne : Contamine, Histoire militaire, p. 268.

426 Lors d’une nouvelle tournée en août 1556 le général de Caen interroge Gouberville « de ce que bon luy sembla » : Gouberville, Journal, t. II p. 290. Le texte ne nous en dit malheureusement pas plus.

427 O.R.F., t. III p. 322 (décembre 1523). Chevauchées à distinguer de celles assurées, en théorie du moins, par les maîtres des requêtes.

428 Jacqueton, Épargne, 2e partie, p. 5 note 3.

429 O.R.F., t. VII p. 176. Décision prise dans le cadre d’une mesure de réduction de gages.

430 A.N. KK 289 f°477-479 et 485v°.

431 Le procès-verbal de sa tournée est conservé en A.N. J 832 n° 6.

432 Étudiée en détail dans Le Page, Finances bretonnes, p. 57-64.

433 C.A.F., t. VII n° 24842 (3-6-1542) ; B.N. Dupuy 261 f°111 [7-6-(1511)] ; Spont, Semblançay, p. 153.

434 A.N. J 966, 27/2 (24-5-1537) ; J 832 n° 6.

435 A.N. J 967, 116/1.

436 A.N. J 968, 12/1.

437 A.N. J 967, 116/2.

438 A.D. Haute-Garonne C 2277-2278.

439 Le Page, Finances bretonnes, p. 662-664 ; C.A.F., t. II n° 5906, t. III n° 8528, t. IV n° 11035 et 12537, t. VI n° 20060 : le général de Bourgogne Pierre d’Apestéguy est cinq fois commissaire à Auxonne entre 1530 et 1542.

440 A.N. J 966, 7/2 et 7/3. Même activité pour Lamet en Outre-Seine : C.A.F., t. III n° 8826 et 9178.

441 C.A.F., t. VIII n° 30341 et 30412 ; A.N. J 967 5/1 et 5/2.

442 B.N. fr 2964 f°93 (sans date).

443 B.N. P.O. Poncher n° 61, P.O. Bohier n° 32 et 43 ; A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier) n° 711 (absence du général de Languedoïl parmi ceux qui agissent effectivement « par commandement du feu Roy à Rouen au moys d’avril m Vc XLIIII »). Une autre tournée pour faire rentrer un emprunt en Dauphiné en 1542 est connue par sa note de frais : B.N. fr 26108 f°404-407. Elle implique, outre le trésorier et receveur général de la province Artus Prunier, le trésorier des finances extraordinaires Jehan Laguette.

444 A.N. KK 338, f°59v° et 76-83. Sur la Tour Carrée, voir Hamon, Argent du roi, p. 295-301 et passim.

445 I.A.D. Legendre, papiers, n° 182. Les origines normandes qu’on lui prête parfois (voir par exemple Hervier, Legendre, p. 18) me paraissent erronées : il est fils, et probablement petit-fils, de notables parisiens. S’il possède une maison à Rouen, paroisse Saint-Laurent, elle lui appartient « de son conquest ». Il la vend en 1506 : A.N. M.C. VIII 10 (27-5-1506).

446 Deville, Gaillon, p. 258, 267, 270, 272, 277-279, 347, 375 et 420.

447 B.N. fr 5500 f°81 ; Hervier, Legendre, p. 49.

448 B.N. fr 2964 f°90 et 2971 f°149. Les informations fournies par ces deux documents sont contradictoires, au vu des carrières des personnages qui y sont mentionnés : le premier impose 1521 ou 1522 comme seules années admissibles et le second 1523 comme date la plus précoce possible. En raison d’une erreur de titulature dans le fr 2971 et du contexte, je penche pour 1521.

449 Le Page, Finances royales, p. 33 note 149 (Redon).

450 Oury, Touraine, p. 79 ; Monluc, Commentaires, p. 437. Encore, un doute subsiste-t-il sur cette mort. Par ailleurs Léonor n’a pratiquement eu aucune activité financière : son père Philibert exerce en survivance comme trésorier de France jusqu’en 1557, date de sa mort.

451 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 311-312. Le bruit de sa mort pendant une précédente retraite, celle de la Palisse, avait déjà couru à Venise en juin-juillet 1512 : Sanudo, I diarii, t. XIV p. 412 et 484.

452 B.N. Carrés d’H. 347 (Hurault) p. 224.

453 A.N. Z1a 54 f°205v° (2-6-1529).

454 B.N. fr 5501 f°387 ; A.N. M.C. III, 3 (3-12-1529).

455 Marot, Œuvres complètes, t. II p. 230 (cimetière XVI) ; A.N. M.C. XIX 61 (10-10-1527), XIX 74 (22-6-1534) et XIX 79 (9-6-1537).

456 B.N. fr 17527 f°7v° ; Versoris, Livre de Raison, p. 162. Le premier des trois est « Sainct-Marceau », c’est-à-dire François Green, seigneur de Saint-Marsault : sur lui voir Hamon, Argent du roi, p. 368-369. Versoris cite enfin « Samson de Sucralego » (Samson de Sacarlarre, contrôleur de l’Ecurie du roi ?) et « Montegean » (Furcy de Montjean, grenetier de Péronne ?) dont l’identification est très incertaine : il est vrai que l’édition de Versoris est parfois fautive en ce qui concerne les noms propres.

457 B.N. fr 5109 f°453.

458 Valbelle, Histoire journalière, t. I p. 100.

459 Champollion-Figeac, Captivité, p. 133. Le fait est confirmé par une lettre à Babou de l’évêque de Bayeux, alors à Rome, du 15 mars 1525 : Brewer et al., Letters and papers, vol. IV, part I, p. 522 n° 1193.

460 A.N. KK 351 f°11 ; A.N. M.C. Inv. Carré, cote 1379 (12-4-1525) ; Spont, Semblançay, p. 232 note 4.

461 Moreau, Prinse et délivrance, p. 285.

462 A.N. M.C. VIII 43 et CXXII 1038 (deux actes du 27-5-1525).

463 A.N. J 967, 19/3.

464 Le Roux de Lincy, Grolier, p. 42 ; B.N. fr 2985 f°89v°, fr 5109 f°447-448. À la fin du règne de François Ier, le gros munitionnaire et fermier piémontais Bourgarel est capturé sur la route de Turin. Henri II lui fera don de 2 000 écus pour le rembourser de sa rançon : C.A.H., t. II n° 4183. Sur Bourgarel, voir Hamon, Argent du roi (index).

465 Récit dans A.N. Z1a 54 f°205v° et sq. (2-6-1529).

466 Le Page, Finances bretonnes, p. 630.

467 Thomas, Délivrance de Dijon, p. 261, 282 et 324. À titre de compensation, Serre aurait obtenu en don un office de secrétaire du roi : Arbaumont, Armoriai, p. 24. Cela semble inexact : si don il y a, il porte plutôt sur l’office de secrétaire de la chancellerie de Bourgogne près le parlement que Serre exerce en 1523 : C.A.F., t. V, n° 17641.

468 B.N. fr 2994, f°138v° ; Rott, Représentation, t. I p. 203.

469 B.N. fr 2994 f°115 [14-1-(1522 ?)]. Il reste cependant en Suisse jusqu’en août 1522.

470 Rott, Représentation, t. 1 p. 362, 372-374 ; B.N. fr 3054 P135 [29-9-(1527)] et fr 2976 f°14 [30-6-(1526)].

471 Rott, Représentation, t. I p. 380-387 et 391 ; Clouzot, Saint-Ayl, p. 213-214 ; B.N. Clairambault 334 f°209 (14-10-1532).

472 Je ne repère pas non plus de vol significatif. Allusion dans B.N. fr 26111, n° 887 à un élu de Lisieux victime d’un vol en 1508-1509. Pour les clercs volés, voir supra, note 224.

473 A.N. J 968, 51/6.

474 A.N. J 967, 44/1. D’où l’importance d’une écurie bien fournie. Elle se retrouve même chez un officier relativement sédentaire comme Pierre Legendre qui abrite dans son hôtel parisien quatre chevaux, deux ha-quenées, trois mulets, une mule et une ânesse : Hervier, Legendre, p. 11.

475 Buisson, Duprat, p. 151 ; B.N. fr 26108 f°404.

476 B.N. fr 2963 f°153, 183 et 194.

477 Mayer et Bentley-Cranch, Robertet, p. 48 ; DACIER, Robertet, p. 9 ; Gioffre, Gênes, n° 300 ; Tournon, Correspondance, n° 5 ; J 965, 7/32 et 7/37.

478 A.N. J 968, 15/1 et 15/25.

479 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 13.

480 Clément, Trois drames, p. 385.

481 Spont, Semblançay, p. 144 et 162.

482 B.N. fr 3061, f°69 ; A.N. J 968, 2/19.

483 A.N. J 966, 28/1 [9-6-(1538)].

484 Courteault, Nicolay, p. 237 (26-6-1503).

485 Spont, Semblançay, p. 175.

486 Ibid., p. 151 et note 5.

487 Le Glay, Négociations, t. 2 p. 154 et 168.

488 Sur cette logique, voir Hamon, Prévision, p. 11-12.

489 Champollion-Figeac, Captivité, p. 459. Il s’agit de Philippe Chabot, qui succède à Bonnivet comme amiral.

490 Jehan Breton présente un cas particulier : il est en effet « commis au régime et administration de la grant chambrerye de France pendant et durant la minorité et bas aage de monseigneur le duc d’Orléans, per et grant chambrier » : B.N. Dupuy 273 f°122 v°. Il exerce à partir de 1531 (à la suite de Jehan Robertet) pour Henri, duc d’Orléans. Il est toujours en charge en 1537, alors que le duc d’Orléans est désormais Charles, troisième fils de François Ier : C.A.F., t. VII n° 21128 et t. VIII n° 29269.

491 Le Page, Finances bretonnes, p. 394-395 ; B.N. P.O. 1236, dossier 27655 (François) n° 23 et 24. Du-pont-Ferrier, Gallia regia, t. I n° 2126 le cite également comme chambellan en 1485.

492 L. et S., t. I n° 22 ; Harsgor, Recherches, p. 2589.

493 Lefranc et Boulanger, Comptes, p. 2 et 11 ; A.N. M.C. XLX 64 (13-3-1531), XLIX 71 (13-12-1543) ; B.N. Dossiers Bleus 527 (du Plessis), dossier 13865 f°11 ; B.N. fr 11969 f°371.

494 Spont, Semblançay, p. 118 note 3 et p. 128 ; L. et S., t. I notice 22 ; C.A.F., t. III n° 9824 ; Abbé Chevalier, Archives d Amboise, p. 226.

495 C.A.F., t. III n° 10254. Jehan d’Estourmel est lui aussi mobilisé comme maître d’hôtel du roi pour aller à Compiègne préparer la réception dans cette ville de la reine de Hongrie : Potter, Picardy, p. 151.

496 R.D.B.V.P., t. III p. 7, 162 et 200.

497 A.N. M.C. XIX 158 (9-5-1541). Il fait édifier dans le clos de l’abbaye une « maison et cuysines de charpenteries ».

498 Voir parmi les mises au point récentes Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande et Chatenet, Coût des travaux, qui éclairent le sujet et fournissent une bibliographie détaillée.

499 A.N. M.C. XIX 55 (29-7-1523).

500 L. et S., t. I notice 488 ; B.N. fr 2976 f°53 ; A.N. M.C. LIV 20 (3-6-1544), VIII 46 (19-6-1534 et 4-3-1535), CXXII 1051 (1-8-1538).

501 C.A.H., t. I n° 50 (14-4-1547). Certains chantiers leur échappent cependant dans ce secteur, du moins dans les années 1540. C’est Jehan Lallemant le jeune, ancien receveur général de Languedoc, qui assure à partir de 1541, et encore au début du règne d’Henri II, « le contrerolle de la despence des reparacions, ediffices et ouvraiges » de l’hôtel de Nesle : B.N. fr 5085 P137 ; C.A.H., t. I n° 1932.

502 La notion de superintendance est appliquée depuis peu à la direction d’un chantier de construction précis. Première trace en 1519 : Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande, p. 310-311.

503 O.R.F., t. VIII p. 10 ; abbé Chevalier, Chenonceaux, p. 111. Le déplacement à Chenonceau, qui marque l’intrusion des « Parisiens » en val de Loire, peut avoir servi d’occasion pour décerner à Babou une commission générale. Celle-ci se justifie en effet par le « voiage où vous allez presentement par nostre commandement ».

504 A.D. Indre-et-Loire 3E1 68 (22-5 et 28-6-1556). Voir aussi abbé Chevalier, Archives d’Amboise, p. 75. Babou meurt en septembre 1557.

505 C.A.F., t. VIII n° 29675.

506 Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande, p. 310. L’absence de ce personnel autour des chantiers ligériens antérieurs aux années trente pose question. Rappelons d’abord que sous Charles VIII, c’est le bailli d’Amboise qui supervise les travaux au château. Pour le premier tiers du 16e siècle, l’explication par la mainmise progressive de François de Pontbriant, maître d’hôtel du roi, bailli et gouverneur de Blois (assisté de Roland de Plorec) sur les chantiers de Blois, Amboise et Chambord est-elle suffisante ? Babelon, Châteaux, p. 26, 42 et 166 ; Frédéric Lesueur, Le château de Blois, 1970, p. 48-49. En ce cas, Babou se contenterait de prendre sa suite dans la région.

507 Mecquenem, Antoine Bohier, p. 8. Antoine Bohier, frère de Thomas, est d’ailleurs vicaire général de Georges d’Amboise. Dans le long procès entre les héritiers du cardinal et ceux du général, ces questions immobilières sont présentes : un sac de procès évoque les « bastimens faictz pour monsieur le légat, archevêque de Rouen, au lieu de Gaillon, et autres affaires dud. légat » : A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 1111. Sur le rôle financier de Thomas Bohier à Gaillon, voir l’index de Deville, Gaillon. Il passe en revanche très peu de marchés (un seul mentionné : ibid., p. 375).

508 Ce bâtiment semble abriter au départ la Cour des aides, créée en 1493 : Mecquenem, Antoine Bohier, p. 5. Ce ne peut être la Chambre des comptes comme l’écrit Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande, p. 328, car celle-ci ne date que de 1580 : Doucet, Institutions, t. I p. 192.

509 Hervier, Legendre, p. 41-46 ; Le Roux de Lincy, Grolier, p. 13-16 ; A.N. J 967, 78.

510 Spont, Semblançay, p. 237 note 4. Pierrevive sollicité à cause d’une requête pour l’ouverture d’un port sur ce fleuve : C.A.F., t. IV n° 12356 (28-2-1542).

511 Spont, Semblançay, p. 67 note 3.

512 C.A.H., t. I n° 484.

513 Cette mobilisation se prolonge évidemment sous Henri II, comme en témoignent les exemples de Charles de Pierrevive, Jacques Veau et Pierre Sanson : Iung, Service des vivres, p. 272, 275 et 283 note 1. Mais elle n’a pas fait ici l’objet d’une étude détaillée.

514 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 151.

515 C.A.F. t. IV n° 13168 (25-6-1543). Sur Raisse (ou Rasse), voir Potter, Picardy, p. 140-149.

516 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 142 et 160-161.

517 C.A.F., t. IV n° 13227 (23-7-1543) ; B.N. Carrés d’Hozier 241 (Estourmel), p. 320 ; Beauvillé, Documents, t. II p. 204 ; Potter, Picardy, p. 151.

518 O.R.F., t. IX p. 92-97. Les commissaires désignés (Bullioud, Laguette et Jean d’Avanson) travaillent avec Claude de Bourges, mentionné comme commissaire général des vivres de Piémont, qui devient général de Savoie-Piémont le 13 juin : C.A.F., t. VI n° 21427 ; A.N. J 967, 12/3 [7-5-(1538)].

519 B.N. fr 25720 f°212 ; A.N. M.C. XIX 54 (dos du 7-12-1522).

520 Courteault, Nicolay, p. 204, 212 et 227.

521 Ces gages sont de 300 lt par mois à l’automne 1537 : LOT, Recherches, p. 202, 223-224 et 231. En 1522 le montant est le même pour Raoul Hurault, mais à la fois comme payeur des gens de guerre et organisateur du ravitaillement.

522 . Iung, Service des vivres, passim.

523 B.N. fr 26113 n° 1230 ; P.O. 1421 (Gualterroti) n° 2 et 3.

524 B.N. fr 2994 f°38.

525 Le Page, Finances bretonnes, p. 415 ; A.D. Isère, B 2058. Claude de Bourges est cité comme receveur général des munitions des villes et places fortes de Piémont en 1538 et l’abbé Bourgarel (Borgarelli) comme garde des munitions de Turin et Moncalieri en décembre 1538 et toujours en 1549 ; C.A.F., t. VIII n° 31869, t. VI n° 21547 ; C.A.H., t. III n° 4396.

526 A.N. M.C. XIX 62 (7-10-1528). Aux côtés de la Colombière, Guigue Guiffrey et Guy de la Maladière s’obligent au paiement. Jehan Rouvet est connu par ailleurs pour de nombreuses activités en lien avec la monarchie : fournissement de sel, ferme du huitième du vin à Paris, approvisionnement des troupes : C.A.F., t. III n° 8805 et t. V n° 14857 ; A.N. J 966, 17/5 ; M.C. CXXII 151 (25-12-1545).

527 B.N. P.O. Grolier n° 2.

528 À cette date, le porteur de ce titre, Charles Brandon, premier duc de Suffolk, est pourtant bien vivant. Il s’agit ici du comte de Suffolk en exil, Richard de la Pole, neveu de Richard III, mort à Pavie en 1525 dans les rangs de l’armée française.

529 A.N. M.C. XIX 61 (15-6-1527).

530 A.N. M.C. XIX 88 (17-2-1545) et XIX 91 (27-6 et 19-7-1546). Gilles de Gouberville s’approvisionne en objets métalliques aux forges de Gonneville : voir par ex. Journal, t. III, p. 800, 826-827 et 859.

531 Julien Bonacorsi meurt au début du règne de Charles IX, avant le 2 octobre 1563 : B.N. Dupuy 273 f°277v° ; P.O. 401 (Bonacorsi) n° 23.

532 B.N. P.O. 401 (Bonacorsi) n° 3. Sur la question de la date de son entrée en fonction, voir L. et S., t. I notice 232 et Mollat et Habert, Verrazano, p. 94 note 4.

533 Hauvette, Alamanni, p. 50.

534 A.N. M.C. XIX 178 (16-7-1549).

535 Spooner, Frappes, p. 118 note 3.

536 B.N. fr 4525 f°102. On est en 1518-1519.

537 Leurs liens subsistent jusqu’en 1527 : c’est au domicile parisien de Bonacorsi que Semblançay est arrêté en janvier. Il y abrite par ailleurs un coffre avec des papiers : Spont, Documents, p. 332 (article XXXVIII).

538 B.N. P.O. 1421 (Gualterroti) n° 2.

539 Hauvette, Alamanni, p. 44 ; A.N. K 82 n° 21.

540 Mollat et Habert, Verrazano, p. 62-63, 70 et 91-94.

541 Du Bellay, Correspondance, t. 1 p. 507.

542 Un autre grand officier au moins possède un navire : Pierre d’Apestéguy. Il semble bien que celui-ci soit retenu pour faire partie de la grande expédition maritime de 1545 contre l’Angleterre : Coyecque, Recueil, t. II n° 6363-6364. Quant à la « flecte » que Nicolas de Neufville fait fabriquer en 1516, ce n’est qu’une modeste barque : A.N. M.C. VIII 53 (12-8-1516).

543 A.N. M.C. CXII, 1 (23-6-1549).

544 Auxquels s’ajoutent les fuorusciti milanais : voir ses relations avec le maréchal et la famille Trivulce : A.N. M.C. CXXII 1061 (14-7-1541) et 1064 (22-3-1542).

545 Hauvette, Alamanni, p. 86-88.

546 Cellini, Vie, t. II p. 162.

547 A.N. M.C. XIX 70 (8 et 15-7-1531).

548 Romier, Origines, t. I p. 101 ; Le Clech-Charton, Secrétaires du roi et commande, p. 320 ; Cellini, Vie, t. I paragraphe XCVIII ; Hauvette, Alamanni, p. 43 et sq. et p. 223 note 8.

549 Voir les remarques de Rey, Domaine et finances extraordinaires, p. 169-170 sur les généraux sous Charles VI.

550 A.N. J 965, 9/12. Un an plus tôt le général d’Outre-Seine, présent en Champagne aux côtés du comte de Guise, restait préoccupé par les versements à faire dans les Cantons : J 966, 27/1.

551 À titre de comparaison, voici l’analyse de Lemaitre, Rouergue, p. 419 concernant Georges d’Armagnac : « Aussi génial administrateur que soit l’homme, le cumul de tant d’activités de haut niveau, dans l’environnement technique de ce temps, ne pouvait conduire qu’à une administration au coup par coup, efficace dans les affaires courantes, mais superficielle dans la prise en compte des changements structurels et lente face aux décisions urgentes ».

552 Ce qui n’interdit évidemment pas qu’un individu dispose de compétences spécialisées exploitées par la monarchie. Ainsi Jehan Grolier le numismate fait-il dans les années cinquante figure d’expert des questions monétaires : Michaud, Église et argent, p. 155.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540