Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Première partie. La France face à la réorganisation de l’Europe : les défis du marché commun et de la ZLE (1955-‎‎1958)‎

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les historiens de la construction européenne se sont longtemps interrogés sur les raisons qui ont poussé la France à accepter le traité de Rome. Les Anglo-Saxons en particulier se sont affirmés dans ce débat avec des thèses très tranchées. D’un côté, certains estiment que la France choisit le Marché commun par pur intérêt économique, afin d’ouvrir progressivement son économie à l’extérieur et pour renouveler les bases de sa prospérité1. D’un autre côté, c’est l’idéalisme européen d’un petit groupe d’acteur qui est mis en valeur, soit celui du président du Conseil Guy Mollet2, soit celui d’un groupe transnational chrétien-démocrate3, qui prime sur les considérations de contraintes extérieures ou intérieures. Cette partie met en avant trois types d’explications : la logique institutionnelle des négociations européennes, le poids de la contrainte extérieure – représentée notamment par le projet de zone de libre-échange (ZLE), et le rôle décisif d’un petit groupe d’acteurs qui impose le...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540