Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Messieurs des finances »

 | 
Philippe Hamon

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir Doucet, Institutions, p. 293 et 300.

1Du règne de Philippe le Bel à celui de Charles VII, les guerres de la fin du Moyen Age, et au premier chef la guerre de Cent Ans, ont conduit la monarchie française à mettre en place un système de prélèvement et une administration fiscale exceptionnels dans l’Europe du temps. Dans la première moitié du 16e siècle, ce sont les guerres d’Italie et l’affrontement récurrent avec les Habsbourg qui constituent l’essentiel d’une activité militaire non négligeable, mais qui a au moins l’intérêt d’être assez largement circonscrite à la périphérie du royaume et sur des théâtres extérieurs. Et c’est le plus souvent sous la pression de difficultés de trésorerie et d’échecs de politique extérieure que la monarchie en vient à remodeler son administration financière. Ainsi, en 1523-1524, apparaissent de nouvelles charges centrales (trésorier de l’Épargne et trésorier des finances extraordinaires et parties casuelles). En 1542 se produit une large réorganisation spatiale. Au cours des années cinquante enfin, plusieurs édits constituent une première étape vers l’établissement des bureaux des finances1. Parallèlement, des poursuites judiciaires contre le personnel financier, rendu coupable des échecs et accusé de malversations, ont lieu assez souvent. On en trouve trace sous Louis XII en 1504-1506, après la perte de Naples et aussi, ponctuellement, sous Henri II, par exemple contre Jehan Laguette, trésorier des finances extraordinaires et parties casuelles, en 1555 ou contre Pierre Secondat, général des finances en Guyenne, en 1557-1558. Mais l’épisode le plus important, qui correspond à une véritable « recherche des finances », se produit entre 1527 et 1535. Il commence avec le procès et l’exécution de Semblançay (12 août 1527) et se poursuit durablement avec l’action de la commission de la Tour Carrée. La question de l’articulation entre contrôle et délégation se pose alors de façon aiguë pour les finances. Le second quart du 16e siècle correspond en ce domaine à une reprise en main par le Conseil du roi et par un cercle étroit de proches du monarque.

  • 2 Voir sur ce point les conclusions de Hamon, Argent du roi, p. 557-558.

2Tout ce qui précède est abondamment développé dans mon précédent livre sur les finances de François Ier, paru en 1994. S’ils sont largement concernés par les questions alors en jeu, les hommes des services financiers, tant de l’ordinaire, de l’extraordinaire que des guerres, n’y sont jamais étudiés pour eux-mêmes. C’est cette lacune que ce nouvel ouvrage vise à combler. Cependant cette étude est pour l’essentiel circonscrite aux seuls détenteurs des grandes charges financières. La sélection repose sur une logique statutaire et institutionnelle : il s’agit de s’intéresser à ceux qui, sous le chancelier, le Conseil et le roi, constituent le sommet de la pyramide administrative, généralement proches du monarque et à la tête des principales circonscriptions financières. Ce choix n’est donc pas fondé, au départ, sur une analyse effective du rôle qu’occupent ces hommes dans les circuits de l’argent du roi, démarche retenue au 17e siècle par Françoise Bayard ou Daniel Dessert. Ils repèrent en effet les « financiers » dans les arrêts du Conseil de la série E, dans des actes qui manifestent leur implication active dans ce domaine, en particulier comme fournisseurs de crédit. Or il n’existe pas de sources financières équivalentes pour la première moitié du 16e siècle. D’ailleurs le fonctionnement du système fisco-financier est fort différent alors de ce qui prévaut au siècle suivant2.

3Le recours à des critères institutionnels ne doit cependant pas faire oublier que les titulaires d’une même fonction peuvent connaître une évolution de leur position dans l’appareil monarchique. Il en va ainsi des généraux des finances, dont le déclassement politique est un phénomène important du deuxième quart du 16e siècle. De même, il ne faut pas perdre de vue que le rôle des individus peut être décisif : un homme très bien en Cour ou très actif peut « élever », au moins temporairement, sa charge dans la hiérarchie des pouvoirs effectifs. Mais ces remarques ne disqualifient pas pour autant le choix qui a été fait. Alors que ma démarche, dans ce livre, est fondamentalement prosopographique, il m’a paru de bonne méthode de ne pas faire de tri, au sein des mêmes fonctions, entre leurs détenteurs. Plutôt que de bricoler un groupe de « grands officiers de finance plus impliqués dans les finances que les autres », j’ai préféré m’en rapporter aux catégories institutionnelles alors en usage.

  • 3 Sur l’évolution, voir Hamon, Argent du roi, p. 280-282.
  • 4 Sur cet épisode, voir Hamon, Argent du roi, p. 267-272.

4En revanche, il a bien fallu faire un choix parmi les diverses charges. Ont été retenus les titulaires des grands offices d’ordonnateurs (général des finances, trésorier de France) ou de comptables (changeur du Trésor, receveur général, trésorier de l’Ordinaire des guerres, responsable de l’Extraordinaire des guerres, trésorier de l’Épargne ou des parties casuelles). Il a fallu, dans certains cas, procéder à des arbitrages. Certains ne posaient guère de problèmes : il n’était pas envisageable de laisser de côté l’Extraordinaire des guerres, au motif qu’il ne s’agit pas pendant l’essentiel de la période, d’un office en titre3. De même, l’intégration des trésoriers apparus en 1523-1524 allait-elle de soi. Le problème des commis, installés plus ou moins longuement à la place d’un officier en titre, était en revanche plus délicat à trancher. D’autant plus qu’au cours des années trente, à partir de 1531-1532 et pour plusieurs années souvent, pratiquement tous les grands officiers comptables en poste ont été suspendus et remplacés soit par un commis unique (change du Trésor, parties casuelles), soit, dans les recettes générales, par une commission tripartite comprenant un parlementaire, un homme d’épée et un « technicien » financier4. J’ai fait le choix de retenir ces personnages, du moins ceux qui ressortissent directement à la gestion financière, en excluant donc seulement robins et hommes d’épée, dont le profil est radicalement différent. Il est d’ailleurs révélateur que, sur les 23 « commis » (dont 17 concernent la période de suspension des années 1530), vingt ont exercé un office de finance, soit subalterne (élu, receveur des tailles), soit dans les services de la Cour (maître de la chambre aux deniers du roi par exemple), soit dans les Chambres des comptes. Ils sont donc bien intégrés au « milieu » des officiers de finance. Par commodité, en évoquant le groupe, je parlerai souvent des « grands officiers » : sauf cas d’espèce, ces commis sont inclus sous cette appellation.

  • 5 À plus forte raison le personnel des Chambres des comptes n’a-t-il pas été retenu.

5Si le premier « tri » des officiers est lié à leur situation centrale au sein de l’organigramme des finances royales, le second découle de leur position par rapport à l’argent du roi. Ont été retenus ceux qui le gèrent et le manient, qui sont donc directement concernés par les modalités de son rassemblement et de sa circulation. Ce qui exclut les contrôleurs, aussi bien ceux des recettes générales (d’ailleurs sur la touche à partir de 1523) que les contrôleurs de l’Épargne, entre 1527 et 1537 ou les contrôleurs généraux des finances qui les relaient en 15475. On pourrait y adjoindre le contrôle général de la guerre, mais l’office est généralement détenu par des membres du groupe (ainsi de 1522 à 1547 par Lambert Meigret, Jehan Breton et Gilbert Bayard). Et il en va de même pour la plupart des secrétariats des finances, de Florimond Robertet à Nicolas de Neufville. Dans quelques cas cependant, de précieuses informations complémentaires, ou de substitution, sont fournies par des officiers importants extérieurs au « corpus » strictement défini.

  • 6 Leur présentation complète sur l’ensemble du règne figure en annexe, p. 443.

6De même qu’il a fallu choisir les offices, il a été nécessaire de circonscrire précisément la période pour laquelle leurs titulaires feraient l’objet d’une étude systématique. Le corpus qui est à la base de ce travail est donc constitué des 121 titulaires des charges qui viennent d’être présentés (98 comme officiers, en comptant l’Extraordinaire des guerres, et 23 comme simples commis) en fonction au cours du règne de François Ier, soit entre le 1er janvier 1515 et le 31 mars 15476. Ici encore, c’est la logique institutionnelle qui prévaut sur celles des grandes inflexions de la politique financière. À elle seule il est vrai, cette période permet d’observer de nettes évolutions. Il faut en effet prendre garde à l’illusion synchronique que peut donner la combinaison d’une durée relativement courte avec un groupe assez restreint. D’autant que les existences de nos 121 personnages ne se limitent pas à ces 32 ans. Aussi la période concernée, tant sur le plan de leur rôle au service du roi que pour l’ensemble de leur existence sociale s’étend en fait du règne de Charles VIII à celui de Charles IX. En cherchant bien, d’ailleurs, on trouve des personnages déjà en place sous Louis XI (Jaques Hurault est chargé du paiement de troupes suisses en 1476), ou encore présents sous Henri III (Nicolas de Troyes est trésorier de France et général des finances en Bretagne en 1579), mais ceci ne relève plus guère que de l’anecdote.

  • 7 Il aurait sans doute été possible, pour dix ou vingt des familles les mieux documentées, de suivre (...)
  • 8 À quelques exceptions près, comme l’excellent travail de Spont sur Semblançay. Celui de Mayer et B (...)
  • 9 Il y a dans le t. II des erreurs dans les tableaux généalogiques des Charmolue (planche XXX), des (...)

7Pour ces 121 individus, une étude prosopographique précise a été menée. En raison même de l’étroitesse du groupe, il a été possible de multiplier les pistes de recherche, depuis les épithètes d’honneur jusqu’aux lieux de sépulture en passant par les voyages et déplacements, les rapports avec l’aristocratie ou les procès en cours. De même, pour chacun, une enquête généalogique a été conduite sur quatre générations, portant sur grands-parents, parents, beaux-parents, épouses, collatéraux et enfants. Sans oublier de tenter de cerner les origines les plus lointaines des familles. Une telle profondeur de champ est indispensable pour prendre la mesure des trajectoires sociales et des réseaux. Elle pourrait être, sans dommage, plus large encore7. À l’usage, une étude minutieuse s’est avérée particulièrement précieuse dans la mesure même où beaucoup des hommes étudiés ici sont « un peu connus » pour leur rôle financier, politique ou culturel, mais n’ont pas fait l’objet d’études précises ou systématiques8. Ce qui circule sur eux est donc souvent incomplet, discutable, voire franchement inexact. Même les généalogies publiées sont sujettes à caution, y compris celles de l’excellent instrument de travail que constituent les deux volumes de Lapeyre et Scheurer sur les notaires et secrétaires du roi9. Il est vrai, à titre d’exemple, que les problèmes d’homonymie sont nombreux et il n’est pas toujours aisé de distinguer entre père et fils (Jehan Parajau), père et frères (trois Jehan Lallemant), ou cousins (deux Anthoine Bohier, deux Jehan Duval, dont un avec un père homonyme…)

8Pour accumuler les informations et faire le point, deux massifs documentaires ont été mis à contribution en priorité : le cabinet des titres de la Bibliothèque nationale et les minutes notariales parisiennes. On peut y ajouter des sources judiciaires, en particulier les épaves des poursuites royales contre les grands officiers et les procédures de la cour des Aides, précieuses pour faire revivre les activités quotidiennes de gestion financière. Mais les recherches ont également été poursuivies dans les directions les plus diverses, essentiellement dans les publications disponibles, au premier rang desquelles figurent les Catalogues des actes de François Ier et de Henri II, dans les sources parisiennes et, dans une moindre mesure, provinciales. Si certains dépôts ont été assez largement prospectés (Nantes, Tours, Lyon), la France méridionale, de Bordeaux à Marseille, fait figure de parent pauvre, à quelques trouvailles près. L’ampleur nationale de l’enquête réalisée par un chercheur unique trouve ici ses limites, d’autant plus qu’à l’exception – récente – de la Bretagne, avec la thèse de Dominique Le Page, aucune province n’a fait l’objet d’une étude de même type pour cette période. Il faut cependant y ajouter les précieux travaux de Bernard Chevalier sur Tours, ville d’origine ou d’adoption de certains des plus importants officiers de finance du début du siècle. Au bout du compte, on notera des contrastes très sensibles entre les informations disponibles, selon les officiers et les familles. Mais c’est la loi du genre, et rien ne justifiait ici d’écarter les hommes moins bien connus, qu’ils le soient en raison d’absences documentaires effectives ou à cause des limites de mes propres dépouillements.

9Il n’est donc pas nécessaire d’épiloguer sur le caractère lacunaire de l’ensemble des sources disponibles. Sur bien des aspects, le premier enjeu, parfois l’enjeu essentiel, a constitué à aboutir à une description satisfaisante des réalités sociales, qu’il s’agisse de reconstitution de carrières ou de niveau de fortunes. Certes, j’ai aussi essayé d’aller plus loin en tentant de cerner des stratégies professionnelles ou des logiques d’enrichissement. Mais ce travail de reconstitution demeure un préalable indispensable. Souvent, sur un même thème, seuls quelques dizaines d’officiers fournissent des données utilisables. En raison de l’étroitesse des bases, je n’ai donc pas abusé des traitements statistiques. C’est fréquemment le qualitatif, et avec lui l’impression, qui s’impose comme seule vérité accessible. Pour autant l’étude d’un groupe aussi restreint ne peut se refermer sur elle-même. Il ne s’agissait pas de sombrer dans une myopie complète. J’ai tenté, dès que cela me paraissait possible, d’inscrire les grands officiers de finance dans des logiques sociales plus larges, de faire apparaître des comportements, de mettre à jour des fonctionnements sociaux qui dépassent – tout en les intégrant – leurs propres choix. On verra que leur profil même est ici précieux, en particulier pour ce qui touche aux rapports entre position sociale et service du roi. Pour les intégrer dans la société du temps, je me suis appuyé sur les travaux d’histoire sociale qui concernent le premier seizième siècle, de R. Gascon à B. Guenée, de P. Charbonnier à B. Quilliet, de B. Chevalier à L. Bourquin… Même s’il est sûr qu’une partie de la production a échappé à mes enquêtes, j’ai cependant le sentiment assez net qu’en ce domaine la Renaissance française est une période qui demanderait bien des investigations supplémentaires…

10Deux axes principaux ont été retenus. L’étude de l’activité au service du roi constitue une première partie. Elle englobe les carrières, les pratiques professionnelles, dans leur ampleur et leur diversité, et se penche également sur le personnel qui assiste les grands officiers dans leurs tâches. Leur rôle précis dans la gestion des fonds monarchiques débouche sur une réflexion sur les malversations qui leur sont reprochées, pour faire mieux ressortir les finalités de leurs pratiques illégales ou para-légales. Une analyse de l’attitude des gens de finance face aux poursuites royales dont ils font l’objet marque le terme de cette première partie, qui s’achève sur une estimation de l’impact sur les hommes et les patrimoines des procédures et des condamnations.

11Dans un second temps, c’est la place de ces hommes dans la société de la Renaissance que j’ai cherché à dégager, en commençant par une mise au point sur la composition et le niveau de leurs fortunes, qui débouche sur une interrogation délicate, celle des processus d’enrichissement. L’analyse de leur insertion sociale, au sein de solidarités internes ou externes, horizontales ou verticales, vient ensuite. Elle passe aussi par une réflexion sur les stratégies familiales. L’ensemble débouche sur une mise au point sur les modalités d’intégration des grands officiers au sein des élites sociales, parallèlement au processus d’ascension sociale dans lequel beaucoup d’entre eux sont entraînés. À terme une double réflexion s’impose : d’abord sur la nature des positions acquises, tant au sein des élites que face aux puissants de la société, puis sur l’identité propre au groupe des grands officiers de finance. Il ne saurait en effet être question de postuler a priori une cohésion spécifique liée à la seule délimitation préalable du groupe telle qu’elle a été exposée plus haut et qui n’a, répétons-le, en première analyse, qu’une valeur à la fois institutionnelle et méthodologique.

  • 10 Sur ce point voir quelques éléments dans Hamon, Entre salut et statut, passim.

12Un aspect essentiel des pratiques sociales est laissé au second plan : le domaine culturel et religieux. Certes, des points précis (nature de la formation, présence de « protestants »…) seront étudiés pour comprendre mieux carrières ou solidarités. Certes, des allusions ponctuelles seront faites, par exemple sur le rapport des grands officiers de finance aux novations architecturales. Mais sans qu’une étude d’ensemble soit menée. La raison essentielle tient à ce qu’il s’agit des aspects les plus présents dans l’historiographie, les plus étudiés depuis deux siècles dans le cadres de travaux sur la Réforme, l’humanisme et la Renaissance. En outre, le livre de Sylvie Charton-Le Clech sur l’environnement culturel des notaires et secrétaires du roi du règne de François Ier recoupe largement le groupe qui est le mien, puisque bon nombre de grands officiers de finance sont ou ont été secrétaires du roi. Bien des analyses seraient alors apparues redondantes. Or il y avait déjà beaucoup à faire avec les thèmes évoqués plus haut. Pour autant, en observant les grands officiers en train de gérer l’argent du roi ou de mettre la main sur une belle terre, il ne faut pas oublier que leur vie ne se limite pas à cela. Jehan Grolier est aussi un grand bibliophile, Antoine Le Maçon un traducteur du Décaméron, Florimond Robertet un important mécène. Et tous sans doute, ou presque, ont le souci de leur salut10

13À l’origine de ce travail se trouve la troisième partie d’une thèse soutenue en janvier 1993. Depuis lors cependant, j’ai continué à travailler… Tous les développements ont été repris, actualisés, modifiés si nécessaire, approfondis quand c’était possible. Des passages ont été entièrement réécrits et surtout des ajouts non négligeables ont été faits. Il en va ainsi du quatrième chapitre, sur les fortunes, qui est entièrement neuf. Il n’a donc pas eu la chance de bénéficier d’autant de remarques et de critiques que d’autres passages de ce livre. Il va de soi que les remerciements que je formulais dans L’Argent du roi, il y a quelques années, gardent ici toute leur actualité… Mais je dois à nouveau une mention particulière à Robert Descimon qui, avec gentillesse, a encore pris le temps de me faire part, longuement et par écrit, de ses réflexions sur de nombreux aspects de mon travail. Il a droit à toute ma gratitude. Il m’est agréable également de remercier toute l’équipe du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, spécialement Marie-Ange Santarelli, Anne Blanché et Catherine Guillou, pour leur accueil, leur confiance et leur patience. Sur un autre plan, je veux saluer mes collègues du département d’histoire de Rennes-2, particulièrement les modernistes, et évoquer tous ceux qui m’aident à me souvenir qu’il y a (aussi) une vie en dehors du 16e siècle…

14Ma dernière pensée est pour Jean Jacquart, qui est mort le 24 décembre 1998. Il est resté mon « patron » tout en devenant un ami. Ce livre lui est dédié.

Notes

1 Voir Doucet, Institutions, p. 293 et 300.

2 Voir sur ce point les conclusions de Hamon, Argent du roi, p. 557-558.

3 Sur l’évolution, voir Hamon, Argent du roi, p. 280-282.

4 Sur cet épisode, voir Hamon, Argent du roi, p. 267-272.

5 À plus forte raison le personnel des Chambres des comptes n’a-t-il pas été retenu.

6 Leur présentation complète sur l’ensemble du règne figure en annexe, p. 443.

7 Il aurait sans doute été possible, pour dix ou vingt des familles les mieux documentées, de suivre leurs destinées sur une période beaucoup plus longue, à travers une bonne partie de l’époque moderne. Ce travail, dont l’utilité est évidente pour cerner transmissions et renouvellements, fidélités et reconversions sur le long terme, n’a cependant pas été mené ici.

8 À quelques exceptions près, comme l’excellent travail de Spont sur Semblançay. Celui de Mayer et Bentley-Cranch sur Florimond Robertet est en revanche assez médiocre et celui de Le Roux de Lincy sur Jehan Grolier largement centré sur les aspects culturels.

9 Il y a dans le t. II des erreurs dans les tableaux généalogiques des Charmolue (planche XXX), des Duval (planche XLII), des Morelet de Museau (planche LXXIII), des Prudhomme (planche LXXXIII) et des Spifame (planche LXXXIX).

10 Sur ce point voir quelques éléments dans Hamon, Entre salut et statut, passim.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540