Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grandes mutations de la marine marchande française (1945-1995). Volume I

 | 
Bernard Cassagnou

Première partie. La reconstitution (1945-1950)

Conclusion de la première partie

Texte intégral

  • 1 CCAF, Rapport sur l’exercice 1950 présenté à l’Assemblée générale du 13 mars 1951, p. 7.

1Nous tournant vers le passé, nous notons que par la volonté commune du gouvernement, de l’administration, des armateurs et du personnel navigant, la flotte de commerce retrouve en 1950 sa capacité d’avant-guerre. Dans un effort poursuivi sur cinq ans – mais non encore achevé en 1950 –, L’État a, malgré la multiplicité des tâches, consacré 241 milliards soit l’équivalent de 32,3 milliards de NF (valeur 1994) à l’apport d’une flotte presque neuve de 1,4 million de tonneaux de jauge brute. En outre, dès 1949, notre commerce extérieur retrouve les volumes d’avant-guerre (importations : 36 millions de tonnes pour 38 en 1938 ; exportations : 13 millions de tonnes pour 12 en 1938) et, si la part du pavillon national ne représente que 38 % au lieu de 43, elle est malgré tout supérieure de 8 % à celle de 1947. Nous n’en sommes pas encore aux 59 % du Royaume-Uni ou aux 56 % de l’Italie, mais la volonté politique est là pour tenter de diminuer au maximum le fret payé en devises pour nos importations sur navires étrangers (de 1947 à 1950, ce fret s’est chiffré à 1 115 millions de dollars, soit 52,3 milliards de NF 1994). Le CCAF reconnaît ce fait : « la reconstitution de la flotte, qui résulte du travail en commun de l’Armement et des Administrations intéressées, représente, dans l’œuvre d’après guerre, un effort digne d’estime et profitable à l’intérêt général. Une industrie vitale a été recréée dans des conditions de rapidité et de méthode remarquables1 ».

2Nous tournant vers l’avenir, nous pouvons alors espérer en :

  • la mobilisation de l’armement pour la défense de la liberté d’entreprendre, le conduisant à un dynamisme renouvelé tant dans le soutien à notre commerce extérieur que dans la conquête de nouveaux trafics ;
  • une meilleure connaissance par nos hommes politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche, des spécificités de l’industrie maritime, les conduisant à prendre, dans une volonté politique continue, les mesures susceptibles de placer les armateurs français en position de lutter à armes égales avec leurs concurrents européens ;
  • une prise de conscience des gouvernements successifs des devoirs de l’État en tant qu’actionnaire des deux plus grandes Compagnies de navigation, le premier d’entre eux étant de reconnaître à temps qu’il n’y a aucune justification à la pérennité d’une entreprise nationale, a fortiori d’armement maritime.

3Face à ces trois espoirs, il y aura des réalisations concrètes et aussi des déceptions dues prioritairement à une conjoncture souvent insaisissable. Précisément, pour bien les comprendre, dans cette période de modernisation et de développement qui débute en 1951 pour notre flotte, convient-il de bien décrire l’évolution de la conjoncture internationale, puis celle de la flotte mondiale, jusqu’en 1979.

Notes

1 CCAF, Rapport sur l’exercice 1950 présenté à l’Assemblée générale du 13 mars 1951, p. 7.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540