Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les grandes mutations de la marine marchande française (1945-1995). Volume I

 | 
Bernard Cassagnou

Avant-propos

Texte intégral

1Comment la Marine marchande française a-t-elle pu connaître, après une expansion remarquable en vingt ans (multiplication par trois de sa capacité de transport entre 1958 et 1978), une récession de même importance jusqu’en 1990, suivie maintenant d’une longue stabilisation ?

2Telle est l’interrogation qui a suscité l’idée d’écrire ce livre. L’auteur, ancien navigant, a eu la chance de rencontrer une vingtaine d’acteurs du monde maritime qui ont bien voulu lui répondre. Le premier a été son ancien armateur qui l’a encouragé dans ses recherches. Les suivants furent les sous-directeurs et chefs de bureau de la direction de la Flotte au ministère des Transports, puis le délégué général et les directeurs du Comité Central des Armateurs de France (CCAF) devenu en 2002 « Armateurs de France ». Ces premiers témoignages contemporains lui ont permis de se retrouver progressivement en famille, dans un monde qu’il n’avait jamais vraiment quitté puisqu’en juillet 1986, profitant de ses congés dans sa deuxième carrière, il embarquait pour un voyage sur le plus gros transporteur de gaz de l’époque. Considérant cependant que les jugements qu’il recueillait pouvaient présenter une vision partielle et partiale des choses, il décidait de suivre sur deux années les cours du DESS Transports internationaux : il acquérait alors une meilleure connaissance du Droit maritime, des nouvelles conventions internationales, et des nouvelles techniques de transport. Il profitait surtout des conférences sur les différents armements qui étaient organisées par le président du Conseil supérieur de la Marine marchande de l’époque. Occasion à nouveau de prendre contact avec des directeurs généraux d’entreprises, des représentants des chargeurs et du courtier et agent maritime Barry Rogliano Salles, chacun parlant d’expérience et de façon spontanée de son secteur particulier d’activités. L’auteur jugeait alors qu’il lui était désormais possible de tirer le meilleur profit des ouvrages écrits sur le sujet et des archives dont il savait qu’une grande quantité était encore inexploitée.

3Concernant les ouvrages, l’ont particulièrement aidé : celui de Jean Randier bien sûr, qui a été un pionnier dans l’Histoire des navires, des techniques et de toutes les activités de la Marine marchande générées par le transport maritime (La Marine marchande française des premiers vapeurs jusqu’en 1980) ; puis ceux consacrés aux entreprises d’armement et dus à Bernard Bernadac (L’histoire de la Compagnie de Navigation Mixte), Paul Bois (Le grand siècle des Messageries Maritimes), Irène Bénilan (Le journal de la Compagnie Navale Worms), Antoine Frémont (La Compagnie Générale Maritime et l’espace maritime 1945-1995), Henri Petit et Jean-Pierre Blavec (50 ans de la SFTP 1938-1988), Charles Offrey (Cette grande dame que fût XIV Les grandes mutations de la Marine marchande, 1945-1995 la Transat), et Charles Limonier (125 ans du groupe Delmas-Vieljeux) ; ceux qui traitent du transport du pétrole et du méthane, les ouvrages d’Henri Longhurst (Adventure in oil), d’Henri Petit à nouveau et de Pierre Jean (Quand le méthane prend la mer) ; enfin, ceux consacrés aux dirigeants d’entreprises d’armement, le livre de Charles Offrey sur Henry Cangardel et celui de Christian Labailly sur Hypolythe Worms et ses successeurs.

4Histoire des navires, histoire des entreprises d’armement, histoire des hommes qui ont consacré leur vie au transport maritime... Il était tentant d’utiliser tous ces travaux dans la perspective d’écrire une histoire globale de la Marine marchande pour elle-même, en retraçant le film des événements qui l’ont marquée depuis la fin de la seconde guerre mondiale. D’autant qu’à l’exception d’Antoine Frémont qui s’est intéressé à la Compagnie générale maritime (CGM), aucun des auteurs cités ne s’est véritablement interrogé sur les causes de la récession de la Marine marchande, soit parce que ce n’était pas leur sujet, soit – et c’est le cas général – parce que la récession a été postérieure à la publication de leur ouvrage. Le moment où elle a été la plus forte ne date en effet que de 1985-1986. Autre exception à cette constatation générale : le récent témoignage de Michel Roussel, directeur dans les années 1955 à 1984 des publications du Journal de la Marine marchande, sur les propos et actes de ceux qui ont fait l’histoire de la Marine marchande dans cette période (La France maritime ou Narcisse et Cassandre).

  • 1 Ces documents datent d’avant 1967, date limite en 1997 de communicabilité des archives publiques.

5S’agissant des archives, l’auteur a eu le privilège de pouvoir consulter aux Archives nationales (AN) les fonds privés du Comité Central des Armateurs de France (CCAF) dont en particulier la correspondance échangée entre 1945 et 1966 avec la direction de la Flotte de Commerce au ministère des Transports1. Cette consultation s’est révélée très utile pour connaître les préoccupations majeures des armateurs pendant les périodes de reconstitution et de modernisation de la flotte et pour apprécier la qualité des rapports entre la profession et l’administration. Parallèlement, l’auteur a eu l’autorisation d’explorer au Service des Archives Économiques et Financières (SAEF), les fonds de la direction du Budget et de la direction du Trésor relatifs à la Marine marchande. Ils rassemblent sur ce sujet, la correspondance reçue du ministre des Transports, les notes internes rédigées à l’attention du ministre des Finances, les projets de lettre et les lettres du ministre des Finances au ministre des Transports. Ces documents, particulièrement bien classés, permettent d’apprécier la façon dont été étudiés les rapports et demandes de la direction de la Flotte de Commerce. Ils aident également à comprendre, non seulement le processus de décision entre le ministre des Finances et le Premier ministre, mais également le poids sur ce processus des parlementaires, du Commissariat général au Plan et du Conseil supérieur de la Marine marchande.

6C’est ainsi qu’ont été consultées deux sources d’archives supplémentaires :

  • les rapports de la section « Transports maritimes » de la commission « Transports et Communications » des différents plans de modernisation et d’équipement : ils constituent une référence indispensable pour mesurer à son juste niveau le rôle de la flotte de commerce dans l’économie du pays, et l’intérêt qu’avait l’État à favoriser sa reconstitution, sa modernisation et son développement ;
  • les procès-verbaux de réunion du Conseil supérieur de la Marine marchande. Ils permettent de mieux cerner les causes de l’évolution du Transport maritime français dont débattaient ses acteurs et promoteurs : les dirigeants des grandes entreprises d’armement, les représentants de l’administration de la Marine marchande (direction de la Flotte et direction des Gens de Mer) et de l’Administration en général (Économie et Finances, Transports, Relations extérieures, DOM-TOM, Défense), les personnalités désignées pour parler au nom des chargeurs, de la construction navale et des ports, le délégué général du CCAF et les représentants des syndicats des personnels navigants et sédentaires.

7Enfin, s’ajoutant aux archives orales et écrites, les sources imprimées ont fourni le canevas chronologique des événements et, à travers des articles de fond sur les divers aspects du transport maritime, l’ouverture indispensable sur le marché mondial et les flottes concurrentes. C’est ainsi qu’ont été largement consultées les publications hebdomadaires et la revue annuelle du Journal de la Marine marchande, les revues de presse du CCAF, les conférences de l’Académie de Marine et les articles de la Revue maritime.

8L’auteur remercie tous ceux qui ont bien voulu le recevoir ou l’aider dans ses recherches, en particulier : Mmes Françoise Odier et Stanislawa Loriot, MM. Pierre Bauchet et Pierre Léonard au DESS Transports internationaux ;MM. Édouard Berlet, Philippe de Dietrich, Paul Bournazac, Guy Sulpice, Jean-Frédéric Laurent, Jean-Christophe Rozner, Mmes Sigolène Bernard et Valérie Montagne au CCAF ; MM. Michel Meynet, Loïc Courcoux, Serge Garache et Dominique Piney à l’ancienne direction de la Flotte de commerce ; Mmes Nathalie Carré de Malberg, Florence Descamps, Laure Quennouëlle, Aude Terray et Marie-Ange Santarelli au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, M. Roger Nougaret aux archives du Crédit lyonnais, M. Claude Boquin, ancien président de l’Académie de Marine, MM. Marc Abeille, Thierry Baudouin, Pierre Estur, Jean-Pierre Gautier, Pierre Gehane, Alain Grill, Roger Lacoste, Bernard Lucas, Yves Marchand, Jean-Jacques Picard, Jean Randier, Pierre Rivoalen, François Rozan.

9Il exprime à nouveau sa grande gratitude à l’Université et, en particulier à ses professeurs qui l’ont initié à l’art de l’exploitation des sources : MM. Patrick Fridenson, Alain Plessis et Jacques Marseille. Pour autant, il ne saurait prétendre que sa recherche est exhaustive et son travail, achevé. Il appelle en particulier de ses vœux la réalisation par de jeunes chercheurs de travaux couvrant la même période et concernant, les uns la Construction navale, les autres, les Ports. L’étude de ces domaines, pris dans leur globalité, apporterait au présent ouvrage un complément très précieux.

« L’Histoire a établi de façon indiscutable que les Nations qui laissent péricliter leur Commerce maritime ou qui permettent à d’autres de les évincer sur les routes du Commerce international ne restent pas longtemps des éléments qui comptent dans le concert des Nations ».

  • 2 Cité in Lucien Poirier, ingénieur général du Génie maritime, directeur des Affaires économiques et (...)

(Extrait de l’exposé des motifs du Merchant Marine Act de 1936 dont le premier responsable de l’application a été Joseph Kennedy, père du futur Président desÉtats-Unis)2.

Parlant de la Marine, Louis Adolphe Thiers disait déjà :

« Les résultats sont fruits de la volonté politique maintenue dans le temps »

Notes

1 Ces documents datent d’avant 1967, date limite en 1997 de communicabilité des archives publiques.

2 Cité in Lucien Poirier, ingénieur général du Génie maritime, directeur des Affaires économiques et du Matériel naval de 1956 à 1962, Cours d’Économie Maritime à l’École nationale supérieure de Techniques avancées, Paris 1977, p. 61.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540